Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 décembre 2013 2 17 /12 /décembre /2013 18:30
MEKO 200T series of the Turkish Navy

MEKO 200T series of the Turkish Navy



HAIFA, Israel, Dec. 17 (UPI)

 

The Israeli navy is getting two German-built frigates under a $1.37 billion contract that will build up its maritime firepower, officials said.

Their primary mission is expected to be protecting the Jewish state's rich natural gas fields in the eastern Mediterranean.

The warships, which the Israelis are expected to pack with their own weapons and electronic systems, such as the Barak 8 medium-range air defense system produced by Israel Aerospace Industries, will be the most advanced surface vessels in the Israeli navy.

The frigates will reinforce three advanced Super Dvora Mark III missile corvettes, known as Sa'ar 5s, currently on order from state-run IAI's shipyards in Haifa. These ships will join four already in service and will be primarily deployed to shield the offshore fields that currently contain an estimated 30 trillion cubic feet of natural gas, with more expected that will earn an estimated $150 billion in export revenue over the next two decades.

That makes the gas fields, and the attendant production infrastructure, a high-value strategic asset that will transform the country's economy after decades of dependence on imported energy.

The German vessels are believed to be MEKO class F221 frigates developed by Blohm + Voss at their Hamburg yards equipped with 76mm guns, surface-to-air missiles, torpedoes and Harpoon anti-ship missiles.

Defense sources say the Israelis were split between buying four low-end corvettes or two high-end frigates, but opted for the more advanced vessels because they can undertake other missions, such as countering the growing submarine threat in the Mediterranean and the Red Sea.

Iran has said it will deploy its Russian-built Kilo-class submarines in these waters, while Egypt is negotiating with Germany to acquire at least two Type-209 diesel-electric attack submarines produced by Howaldtswerke-Deutsche Werft AG of Kiel.

HDW also builds the advanced Dolphin-class submarines deployed by the Israeli navy, with four operational and two more under construction. The Dolphin is based on the Type-209 but with classified Israeli missiles and electronic systems.

The 7,000-strong Israeli navy, long the Cinderella service of the armed forces, has been expanding at a time when Israel's defense budget is being heavily cut.

That situation could change once gas exports get underway, possibly via underwater pipelines to Turkey or Europe, or via liquefied gas terminals from which exports are shipped by tanker.

The Israeli press has reported on more than one occasion that the cost of bolstering the navy's capabilities could be partly underwritten by state-owned companies involved in constructing and operating the gas field infrastructure.

In April, Capt. Ilan Lavi, director of the Israeli navy's planning division, said the new offshore gas industry offers Israel's adversaries a tempting target whose destruction would have a strategic impact on Israel's economy.

"We have to build an entirely new defensive envelope," he said.

The navy has been gradually building up patrols around the gas fields, primarily the largest fields, Leviathan and Tamar off the coast of northern Israel.

Tamar, with some 8.4 trillion cubic feet of gas, began production in March. Leviathan, which covers around 125 square miles and contains around 17 trillion cubic feet of gas, is expected to follow in 2016.

Security concerns grew this year when Russia supplied Syria with 72 supersonic Yakhont anti-ship missiles, some of which the Israelis fear could be handed over the regime's Lebanese ally Hezbollah.

The Yakhonts have the range to reach the Israeli gas fields, particularly if fired from south Lebanon.

"Another danger is a proximity attack, by frogmen, by boats, by terrorists in some fashion," Gen. Giora Eiland, a former Israeli national security adviser, told the Globes business daily recently.

Hezbollah, backed by Iran and Syria, is viewed as a particular threat.

Its guerrillas drove Israeli forces out of south Lebanon in May 2000 to end 22 years of occupation and fought Israel's vaunted military to a standstill in a 34-day war in 2006. Hezbollah is currently believed to have an arsenal of more than 60,000 missiles and rockets.

In February 2012, the Israeli navy seized an Iranian arms shipment that authorities said was bound for the Palestinian Hamas group in the Gaza Strip bordering southern Israel. It contained 50 tons of arms, including six Nasr-1 radar-guided anti-ship missiles.

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 13:50
photo Laurence Chaperon

photo Laurence Chaperon

 

BERLIN, 16 décembre - RIA Novosti

 

Ursula von der Leyen est devenue la première femme ministre de la Défense en Allemagne dans le troisième gouvernement d'Angela Merkel, rapporte lundi le correspondant de RIA Novosti à Berlin.

 

Médecin de formation, Mme Leyen, 55 ans, avait occupé le poste de ministre de l'Emploi dans le gouvernement sortant.

 

Au cours d'un référendum interne tenu près de trois mois après les élections du 22 septembre, 76 % des adhérents du Parti social-démocrate (SPD) ont finalement donné leur feu vert samedi à la coalition avec l'Union chrétienne-démocrate (CDU) d'Angela Merkel et son aile bavaroise, la CSU. Mardi, la chancelière sera formellement réélue par le Bundestag pour un troisième mandat de quatre ans.

 

Dimanche, les partis ont dévoilé le gouvernement. La chancelière Merkel a alors conservé son ministre des Finances Wolfgang Schäuble, dont le nom est associé selon elle "à la stabilité de l'euro et à tout ce qui est important en Europe". Frank Walter Steinmeier (SPD) a occupé le poste de ministre des Affaires étrangères, tandis que Sigmar Gabriel, président du SPD, a pris le ministère de l'Economie.

 

Parmi les autres portefeuilles attribués dimanche soir, l'ancien ministre de la Défense, Thomas de Maizière, passe à l'Intérieur, un poste qu'il a déjà occupé par le passé. L'ancien secrétaire général de la CDU Hermann Gröhe prend en charge le ministère de la Santé, alors que Joanna Wanka reste ministre de l'Education.

 

Peter Altmaier, remplacé par une sociale-démocrate à l'Environnement, devient ministre en charge de la Chancellerie.

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 12:50
photo Airbus Military

photo Airbus Military

 

Le 12/12/2013 BFM (Dow Jones)

 

NEW YORK -Le groupe européen d'aéronautique et de défense EADS (EAD.FR) va reporter la livraison de son avion de transport militaire A400M à l'armée allemande, indique jeudi le quotidien allemand Handelsblatt.

 

La livraison est maintenant prévue pour la mi-2015, au lieu de novembre 2014, précise le journal, citant la réponse du ministère allemand de la Défense à la question du député écologiste Tobias Lindner.

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 18:50
German Air Force order highlights Saab Grintek Defence’s self-protection business

 

 

12 December 2013 by Guy Martin - defenceWeb

 

Saab Grintek Defence is manufacturing the core components for the BOZ-101 EC podded self-protection system for the German Air Force’s Tornado jets and is also working on a variety of other self-protection systems for various international customers.

 

Last month Saab in Sweden announced that it had received three orders for self-protection equipment for the German Air Force’s Tornado fleet totalling 100 MSEK.

 

The contracts will see the certification and limited production of the BOZ-101 EC podded self-protection system, including the MAW-300 missile approach warning system, as well as development and qualification of a new cockpit control unit for the pod. The pods sold to Germany have a missile approach warner, controller and dispenser. Saab Grintek Defence (part of Saab South Africa) manufactures the missile approach warners and controllers while Saab in Jarfalla, Sweden, does the remainder of the work.

 

“These orders mark the first contract with Germany for Saab’s MAW-300 missile approach warning system. It is a breakthrough and a strong vote of confidence in Saab as an electronic warfare supplier,” said Micael Johansson, Head of Saab’s business area Electronic Defence System.

 

A production order is expected from Germany in the second quarter of 2014. Saab is also expecting a follow-on order from the Italian Air Force, which has used a version of the pod, BOZ-102 EC, on its Tornados since 2008.

 

Saab’s premier military self-protection system is the IDAS (Integrated Defensive Aids Suite) for helicopters and fixed wing aircraft. It features missile, laser and radar warning receivers and chaff and flare dispensers. Its modular system architecture allows IDAS to be configured for any one or any combination of the three sensor types. Saab claims it is the world’s first fully integrated system, as Saab produces every component itself. Another selling point is that the user has complete control over the system’s threat database and library tools, according to Chris Skinner, Vice President, Head of Marketing and Sales and Commercial, Saab Grintek Defence.

 

Saab says IDAS has been chosen for many different airborne platforms, including the Saab 2000, AgustaWestland A109, Super Lynx 300, Boeing CH-47 Chinook, Denel Rooivalk and Oryx, Eurocopter Cougar, Puma and Super Puma, NH Industries NH90, C-130 and L100 Hercules and Sukhoi Su-30MKM.

 

In September this year Saab Grintek Defence was awarded additional follow-on orders to supply its IDAS onto India’s Dhruv advanced light helicopter. The Dhruv’s manufacturer, Hindustan Aeronautics Limited (HAL), is producing helicopters for the Indian Army and Air Force. Deliveries on the latest follow-on order are scheduled to commence in 2014.

 

India is one of Saab Grintek Defence’s most significant customer to date, and Saab is expecting follow-on orders for the Dhruv. The entire self-protection system on the Dhruv, except for the dispensers, is made in South Africa. So far Saab has been contracted to supply 99 systems, and expects orders for additional systems next year. It is transferring technology to HAL for local involvement, something that will help Saab’s chances in supplying systems for the HAL Light Combat Helicopter (LCH), currently under development.

 

Saab has developed the IDAS system into the commercial Civil Aircraft Missile Protection System (CAMPS) using almost identical sensors and other features (such as the MAW-300 warner), but instead of dispensing chaff or flares, CAMPS uses pyrophoric ‘confetti’ which reacts with the air to burn at a cool temperature, creating a large heat signature to throw off heat-seeking missiles. The biggest advantage of the system is that it does not pose a fire risk, unlike with conventional flares - this makes it viable as a commercial protection system.

 

The CAMPS system is designed to work against first and second generation heat-seeking missiles like the SA-7 and SA-14 which have been widely proliferated across the globe, especially following the fall of Muammar Gaddafi in Libya and the disappearance of thousands of SAMS from his stocks.

 

Skinner said that the CAMPS project was started around 2005 and the first demonstration was done at the Overberg Test Range in the Western Cape in 2007 using an Embraer 120 aircraft. He added that CAMPS had accumulated a couple of good sales and lots of interest. UN and World Food Programme operators and heads of state make the most inquiries for the system, which has or is still being integrated onto civil Hercules, Embraer 120, Dornier 328, Boeing 737 and Boeing 747 aircraft.

 

Saab also provides self-protection systems for land vehicles, the Land Electronic Defence System (LEDS). This comes in several different versions, including the LEDS 50 laser warning system. The LEDS 150 system currently under development is an active protection system (APS) that operates in conjunction with the Mongoose-1 counter-munition. LEDS 150 claims the possibility to destroy incoming anti-tank projectiles (e.g. RPG-7 rounds) with the Mongoose missile at ranges as close as within 20 metres of the launch vehicle. The munition has in tests deflected 105 mm tank rounds as well as fin-stabilised rods.

 

A number of partners are involved in LEDS 150, including Denel, which supplies the Mongoose missile, Reutech, which supplies the radar that detects incoming rounds, and Curtiss Wright, which manufactures the directed launcher. Saab is the systems house and integrator.

 

Saab is looking for a partner to complete development of the LEDS 150. Skinner said that due to the complexity and state of the art technology involved, it was a very R&D resource intensive programme, hence the serious need for an investment partner. Saab is talking to two potential European partners and is hoping for a firm commitment in the next six months, otherwise the company may have to hibernate the programme.

 

Skinner said LEDS 150 was a proven concept, with trials already been conducted using the Mongoose active countermeasure missile. He said the big thing was integrating and finalising the system. It would take an estimated one and a half years to get the system to production.

 

LEDS 50 is currently operationally deployed on the CV 90/35 combat vehicles of the Royal Netherlands Army and Saab hopes the LEDS system will be ordered by the Canadians for their new combat vehicle.

 

Saab also has a marine version of the laser warning system called NLWS for surface vessels and has numerous international successes with this product in both Europe and the Middle East.

 

Going forward, Saab is looking at new sensor technologies such as active and imaging infrared sensors, as well as partnering with other suppliers with the aim of enhancing technologies such as directed infrared countermeasures (DIRCM) systems.

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 17:35
Rheinmetall delivers 40 new trucks to New Zealand Defence Force

New Zealand Army / Air Force Unimog vehicles in Auckland City, New Zealand. Photo Ingolfson.

 

11 December 2013 army-technology.com

 

Rheinmetall-MAN Military Vehicles (RMMV) has delivered 40 new medium-heavy operational vehicles to the New Zealand Defence Force (NZDF).

 

Delivered as part of $113m order for 200 new trucks in May 2013, the received vehicles would be used to replace its old fleet comprising Unimog and heavier Mercedes trucks.

 

New Zealand Defence Minister Dr Jonathan Coleman said that the new Rheinmetall-MAN military medium and heavy vehicles are designed for modern military operations and offer improved mobility and protection, enhanced technology, and greater capacity.

 

"By purchasing these trucks off the same production line as the UK, the government has ensured value for money, and has achieved a fast delivery in record time," Coleman said.

 

"This project is a good example of smart and efficient procurement. The government is keen to work closely with our international partners to identify future procurement opportunities which could achieve similar results."

"The new trucks are part of a wider programme of equipment upgrades and investment into navy, army and air force frontline capabilities."

 

Ordered in sizes including 6t 4x4, 9t 6x6 and 15t 8x8, the trucks feature thigh capacity electrical systems, air conditioners and Euro 4 emissions compliant engines, which will facilitate efficient operations even if lower quality fuel is used.

 

An additional $22m has been allocated for armour protection kits, weapons mounts, personnel modules and other particular military equipment, in addition to spares, logistic support arrangements and widespread training packages.

 

"The NZDF's continuous drive to deliver back office savings and efficiencies means that reinvestment into frontline capabilities like these new trucks can be made," Coleman said.

 

"The new trucks are part of a wider programme of equipment upgrades and investment into navy, army and air force frontline capabilities."

 

The NZDF is planning to begin the training personnel in February-March next year, while the trucks will be introduced to Army and Air Force bases, with complete commissioning expected by the late-2015.

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 17:20
M982 Excalibur round - photo USMC

M982 Excalibur round - photo USMC

 

11 December 2013 army-technology.com

 

Raytheon has completed the final phase of compatibility testing of precision-guided Excalibur projectiles with the German-made PzH2000 self-propelled howitzer in collaboration with the US Army, marking completion of a multi-phase assessment.

 

During the trials carried out at Yuma Proving Ground, the PzH2000 fired ten Excalibur projectiles at targets ranging from 9km to 48km, with all rounds striking within 3m of the targets.

 

The live-fire demonstration, funded by the US, Germany and supported by Raytheon-funded initial testing, also demonstrated the projectile's capability to manoeuvre from the ballistic trajectory to an offset target.

 

Raytheon Missile Systems Land Warfare Systems product line vice-president Michelle Lohmeier said: "The PzH2000 is one of many highly capable cannon artillery systems currently deployed, and now we've proven that it can fire the only mature, true precision solution available today."

 

In October, Raytheon also tested the Excalibur from the Swedish Archer and US howitzers.

 

The German Ministry of Defence is currently assessing Excalibur and competitive technologies, with a contract decision anticipated next year.

 

US Army Excalibur programme manager Lt Col Josh Walsh said: "Raytheon's Excalibur is a combat-proven solution that has been fielded and used in combat since 2007 with nearly 700 firings in coalition operations."

 

In a bid to validate the production readiness of Excalibur Ib, Raytheon would carry out a first article test by the end of the year, with further plans of a live-fire demonstration of the 'Excalibur-S' early next year.

 

The 155mm precision-guided, extended-range Excalibur deploys GPS guidance, which would allow précised, first-round effects capability in any situation, while reducing time, cost and logistical load associated with using other artillery munitions.

PzH 2000 (Panzerhaubitze 2000) 155mm self-propelled howitzer

PzH 2000 (Panzerhaubitze 2000) 155mm self-propelled howitzer

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 17:50
EADS : Tom Enders présente la facture à l’Allemagne

 

09 décembre 2013 Par Hassan Meddah - Usinenouvelle.com



L’Allemagne supportera la majeure partie de la restructuration de la branche défense du groupe d'aéronautique européen EADS. Les dépenses militaires du pays y sont passées sous la barre des 1% du PIB.

 

L’Allemagne paie au prix fort la réorganisation d’EADS, donnant naissance à la nouvelle branche Défense et Spatial. Au total, le groupe a annoncé 5800 suppressions de postes dont 2 600 chez Cassidian et 2 500 chez Astrium. Sur le plan géographique, près de 2500 sont supprimés en Allemagne contre 1440 en France (le reste des postes étants supprimés en Espagne et au Royaume-Uni). Les salariés Outre-Rhin avaient senti venir le coup : ils étaient plus de 20 000 à défiler le 28 novembre dernier sur plusieurs sites du groupe pour s’opposer à la restructuration. Tom Enders, le PDG du groupe, avait préparé ses compatriotes, s’exprimant à plusieurs reprises dans les médias allemands en promettant une restructuration draconienne.

 

Des budgets européens en baisse de 13 %

Sans conteste, l’Allemagne est rattrapée par son opposition en octobre 2013, à la fusion entre EADS et le britannique BAE. Alors en pleine période électorale et soucieuse de préserver les emplois menacés en Bavière par une telle opération, Angela Merkel avait opposé un "nein" au projet au grand dam de la direction d’EADS. Or cette alliance avec le champion britannique de la défense lui aurait potentiellement ouvert les portes du marché américain, premier marché mondial pour les équipements militaires où BAE a réussi une belle percée. Sans ce débouché et devant faire face à la baisse des budgets européens de la défense - de 13% entre 2010 et 2012 sur les équipements de défense sur le périmètre de l’Union européenne (source IRSEM) - la restructuration, retardée un temps, devenait inévitable.

 

Sous-investissement en équipements de défense

L’Allemagne paie également son sous-investissement en équipements de défense. Elle a ainsi revu à la baisse ses commandes d’A400M et d’hélicoptères militaires auprès d’Airbus Military et d’Eurocopter, et tiré une croix sur son programme de drones de surveillance. Un coup dur pour EADS qui concentre le gros des troupes de sa division Espace et Defense en Allemagne avec 17000 salariés. Les dépenses militaires du pays sont ainsi passées sous la barre dde 1% du PIB, soit deux fois moins que la norme préconisée par l’Otan (2% du PIB). Pour comparaison, la France a limité les dégâts avec un effort de dépense à 1,4% du PIB, protégeant ainsi sa base industrielle. Côté allemand, Enders s’est plaint des milliards d’euros de commandes partis en fumée. Et selon lui son groupe ne pouvait pas "amortir ces annulations facilement ni réaffecter les sites et capacités à d'autres tâches".

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 08:50
L'Europe de la défense vue sous l'angle des Etats

 

07.12.2013 Federico Santopinto, chercheur au GRIP - RTBF.be
 

La politique de sécurité et de défense de l’Europe n’avance pas. Le Grip a voulu savoir pourquoi. Il a donc initié une étude qui examine les cultures stratégiques et politiques de sept grands pays de manière à mieux comprendre cette impasse qui se révèle être, entre autres, le reflet des ambigüités de l’intégration européenne.

 

A la veille du Conseil européen de décembre 2013 sur la défense, les États membres de l’UE ne semblent pas prêts à relancer la réflexion stratégique autour de la Politique de sécurité et de défense commune (PSDC). Il est vrai que, avant d’identifier une stratégie collective dans ce domaine, encore faut-il que les principaux pays européens s’éclaircissent les idées sur ce qu’ils attendent individuellement de l’Europe de la défense. Car une certaine confusion existentielle plane à ce sujet, et ce, moins dans la capitale européenne que dans les capitales nationales.

 

L’incohérence des états

Prenons l’exemple de la France, le principal pays autour duquel la PSDC devrait s’articuler : réintégration du commandement intégré de l’OTAN (mars 2009), signature des " accords de Lancaster House " avec Londres et dans le dos de Bruxelles (novembre 2010), relance du "triangle de Weimar " avec la Pologne et l’Allemagne pour invoquer plus d’intégration et la création d’un quartier-général européen (décembre 2010), jeu en duo avec le Royaume-Uni lors des crises libyenne et syrienne (2011 et 2013) … Quelle est donc la ligne politique française face à l’Europe de la défense ? L’adoption d’un nouveau livre blanc n’a pas réellement clarifié l’attitude de Paris vis-à-vis de la PSDC. Coincée, entre Weimar et Lancaster House, celle-ci semble bien difficile à débroussailler, d’autant plus que les ambiguïtés de la France, toujours très attachée à sa souveraineté nationale, ne datent pas d’hier et ne semblent pas remises en question aujourd’hui.

L’Allemagne ne s’est certes pas montrée plus cohérente en la matière. Les déclarations ambitieuses et de haut rang, allant quelque fois jusqu’à invoquer la création d’une véritable armée européenne, ne se comptent plus à Berlin. Or, les initiatives concrètes, elles, ne se comptent tout simplement pas: la passivité de l’Allemagne dans ce domaine n’a sans doute d’égale qu’à celles de l’Italie ou de l’Espagne. Seul le Royaume-Uni semble avoir, dans ce contexte, les idées claires...

 

Une politique désirée

C’est ainsi que le GRIP a décidé de coordonner une étude qui vise à inverser l’angle d’approche communément utilisé dans le débat stratégique sur l’Europe de la défense (http://www.grip.org/fr/node/1150). Plutôt qu’identifier, à Bruxelles, les valeurs et les intérêts communs qui pourraient constituer le socle d’une stratégie européenne globale, l’étude s’est concentrée sur les stratégies nationales individuelles que les principaux pays européens entendent poursuivre, … depuis leur propre capitale, à travers la PSDC.

Celle-ci est donc analysée ici non pas comme une fin en soi ni comme un outil collectif au service de l’UE, mais comme un moyen à disposition des États membres afin de servir leurs propres intérêts et leurs visions singulières.

A première vue, les résultats de cette étude peuvent paraitre surprenants. Les élites interrogées et les documents nationaux consultés dans sept pays de l’UE (France, Italie, Allemagne, R-U, Espagne, Pologne et Suède) débordent d’inquiétudes face au risque de marginalisation stratégique que court l’Europe. Tous, à la seule exception de Londres, invoquent un sursaut pour la PSDC. De plus, il apparait que les États membres perçoivent l’Europe de la défense comme un moyen pouvant leur permettre de poursuivre des intérêts sécuritaires similaires, plus au moins dans les mêmes zones géographiques, et au nom de valeurs et de visions comparables. Certes, des différences importantes sont à signaler, surtout en matière de priorités géographiques, mais celles-ci ne semblent pas être suffisamment importantes pour expliquer la paralysie systématique de l’UE face aux principales crises internationales.

 

Paris et Berlin regardent dans des directions différentes

Pourquoi l’Europe de la défense n’est-t-elle donc pas une politique plus aboutie, si elle est tellement désirée ? Les bons propos affichés par les élites européennes cachent, évidemment, une réalité beaucoup plus compliquée. En analysant plus à fond l’approche des principales capitales européennes à la PSDC, l’étude en effet met en lumière deux divergences fondamentales. La première concerne les différentes cultures stratégiques (usage de la force) qui caractérisent le Vieux continent, et tout particulièrement la France et l’Allemagne. Ce problème n’est certainement pas inconnu. Les différentes cultures stratégiques, toutefois, ne peuvent tout expliquer à elles seules. Elles apparaissent en effet étroitement liées à un autre malentendu de fond apparu dans cette étude, et qui concerne cette fois-ci l’attitude envers l’intégration européenne que les États membres ont à travers l’Europe de la défense.

Le lien entre la PSDC et l’intégration européenne est un sujet nettement moins débattu. Pourtant, il peut expliquer en partie certains malentendus en la matière, notamment entre la France et l’Allemagne. Paris, en effet, tend à percevoir l’Europe de la défense avant tout comme un outil au service des États nations afin de renforcer leurs capacités de projection dans le monde, plutôt que comme un instrument permettant d’approfondir le processus d’intégration en tant que tel. Il convient de souligner, à ce propos, que soutenir la PSDC, comme la France l’a fait souvent, ne veut pas forcément dire soutenir l’intégration européenne au sens qualitatif du terme. Paris maintien une vision strictement intergouvernementale de la PSDC, et reste très attachée à sa souveraineté nationale.

L’Allemagne au contraire (mais aussi, dans une moindre mesure, l’Italie et l’Espagne) tend à percevoir historiquement l’Europe de la défense comme un moyen d’intégration et de rationalisation intra-européenne, et non comme un vecteur de projection de la puissance hors de ses frontières.

Dès lors, l’idée, très répandue à Paris, selon laquelle le scepticisme allemand par rapport à l’usage de la force est synonyme d’un désengagement vis-à-vis de la PSDC n’est pas correcte. Simplement, les deux pays moteurs de l’UE perçoivent différemment le sens même de cette politique. En d’autres termes, lorsqu’ils pensent à l’Europe de la défense, Paris et Berlin regardent dans deux directions différentes : la France regarde hors Europe, mais en termes toujours nationaux, alors que l’Allemagne se tourne vers Bruxelles. Quant au Royaume-Uni, il ne regarde nulle part. C’est l’essence même de la PSDC, dans sa nature la plus profonde, qui est donc remise en cause. Un franc débat sur les fondements de cette politique s’impose.

 

Diplômé des universités de Florence et de Bruxelles, Federico Santopinto est spécialiste des politiques européennes de prévention et de gestion des conflits mais aussi du processus d’intégration européenne en matière de défense et de politique étrangère. Il vient de diriger un ouvrage collectif : "National Visions of EU Defence Policy - Common Denominators and Misunderstandings" téléchargeable gratuitement

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 08:50
Défense : l’exemple allemand d'externalisation et de contrats de services

 

06/12/2013 par Michel Grall

 

LE CERCLE. - Face au mur budgétaire, la défense est confrontée à l’urgence : mieux définir ce qui relève du cœur de métier de ce qui peut être externalisable. L’Allemagne a fait le choix du pilotage par un organisme central, la GEBB (Gessellschaft für Entwicklung, Beschaffung und Betrieb).

 

Malgré des fondamentaux macroéconomiques notoirement différents entre les deux pays, les budgets de la défense en France et en Allemagne sont confrontés aux mêmes défis : baisse des effectifs, effort de rationalisation budgétaire, diminution de la part du PIB consacrée à la défense.

L’Allemagne est, avec la France et le Royaume-Uni, le troisième pays de l’Union européenne investissant le plus dans sa défense. En 2012, les dépenses de défense allemandes s’établissent à 31,7 milliards €, dont 5% sont spécifiquement fléchés chaque année vers les contrats d’externalisation.

 

Le pragmatisme allemand

 

Les ambitions et pratiques de l’externalisation sont  clairement différentes de part et d’autre du Rhin. Depuis plusieurs années, l’externalisation est considérée en Allemagne comme un levier efficace permettant la mise en œuvre tant de la modernisation que de la réduction de format de la Bundeswehr. Le ministère fédéral de la Défense fait appel avec beaucoup de méthode à l’externalisation des fonctions ne concourant pas directement aux missions opérationnelles.

 

L’Allemagne s’est ainsi dotée d’un organisme unique pilotant les opérations d’externalisation, il s’agit de la GEBB : Gessellschaft für Entwiclung, Beschaffung und Betrieb mbh, « société pour le développement, l’acquisition et le fonctionnement ». Société de droit privé, créée en 2000, ayant son siège à Cologne, elle est détenue à 100% par l’état fédéral qu’elle conseille et accompagne dans les opérations de modernisation, de rationalisation et d’externalisation du ministère de la défense.  La GEBB, entreprise atypique, se présente comme le conseil interne de l’armée fédérale, die inhouse berater des Bundeswehr.

 

La GEBB exerce ses activités dans de nombreux secteurs :

- l’immobilier, l’asset management, le property et facility management; la Bundeswehr occupe en effet la 1ère emprise foncière d’Allemagne, répartie entre 35 000 immeubles, bâtiments, ateliers, sur 31 millions m2.

- la gestion des énergies, qui représente un poste annuel de 380 millions €.

- la logistique et le soutien : matériels, pièces détachées, systèmes d’armes.

- La formation des unités et des personnels.

- les systèmes d’information, de communication et de commandement, et les centres de services partagés.

- La restauration, l’hébergement, les loisirs, jusqu’à la gestion des crèches…

 

Des succès…mais pas toujours

 

Le rôle de la GEBB est double : elle exerce d’une part en tant qu’opérateur, en propre ou en partenariat avec les firmes allemandes, étroitement associées à la démarche. D’autre part, elle a une mission de conseil et d’assistance à maîtrise d’ouvrage auprès du ministère, en l’orientant, après analyse préalable, soit vers la mise en œuvre d’une régie interne optimisée, soit vers le contrat de partenariat, au sens de la loi française de 2008 sur les partenariats public-privé, ou encore vers le contrat de services classique.

 

Parmi les opérations d’externalisation figure bien sûr le mégaprojet Herkules, confié au consortium IBM-Siemens, pour un montant de 7 milliards €, qui vise à moderniser les systèmes et infrastructures de communication et d’information non militaires. Ce contrat, marqué par des retards importants et une mauvaise analyse des besoins opérationnels, démontre les risques et limites de l’externalisation, et la double nécessité absolue de disposer d’une maîtrise d’ouvrage puissante du côté étatique, et d’établir une délimitation précise des périmètres couverts par l’opération.

 

A contrario, sur l’externalisation de la fonction habillement, les résultats sont excellents : les budgets d’achat ont baissé de 19% et les stocks de 59%. Ce PPP qui a démarré en 2002, concerne la fonction habillement de l’ensemble des personnels civils et militaires de la défense, et a été étendu en 2009 aux tenues et équipements NBC. Le contrat avec la société LHBw (LH Bundeswehr Bekleidungsgesellschaft mbh), où l’état est actionnaire à hauteur de 25,1%, court jusqu’en 2015.

 

Et en France ?

 

A l’inverse du modèle allemand, la conception, le pilotage et la mise en œuvre de la politique d’externalisation au sein du ministère français de la défense mobilise de très nombreux acteurs et organismes divers.

 

Le ministère, confronté à un mur budgétaire, doit allouer ses ressources financières vers ses priorités. Ce sont les conditions de vie et de travail de ses hommes et femmes, civils et militaires. C’est le financement des OPEX, dont les crédits votés en loi de finances initiale sont constamment inférieurs aux coûts réels constatés. C’est naturellement le maintien d’un volume de forces et la poursuite des grands programmes d’armement, vitaux au maintien du rôle et de la puissance de la France dans le monde, essentiels à la protection de ses intérêts et de ses ressortissants ici, comme à l’étranger. C’est enfin l’appui à la base industrielle et technologique de défense, à ces quelque 4000 PME sans lesquelles il serait illusoire de vouloir préserver en France une industrie de défense, ces PME fortement innovatrices, nourrissant le tissu économique et industriel de nos territoires.

 

La Défense est confrontée à l’urgence

 

Urgence d’une vraie définition de ce qui relève des missions régaliennes de la défense, par essence non externalisables, et de ce qui au contraire peut être confié au secteur privé, pas seulement pour un meilleur coût, mais aussi pour une plus grande efficacité du partenaire extérieur.

 

Urgence de rationaliser ces missions non régaliennes, afin de préserver le maximum de ressources sur le cœur de métier. Tout le soutien, toute la maintenance, toute la logistique ne sont pas externalisables. De l’autre côté, la proximité de la ligne de front n’interdit pas par principe l’externalisation. Chaque cas doit être pesé, mesuré, faire l’objet de test, avant généralisation.

 

Urgence de se doter d’un pilote fort, unique qui, pour chacune des missions de la défense, sera en capacité de faire bouger le curseur entre la prestation interne et l’appel aux contrats de services privés. Dans le respect de l’intérêt supérieur de la défense.

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 13:30
L'Allemagne vend deux destroyers à Israël pour un milliard d'euros

 

07 décembre 2013 Romandie.com (AFP)

 

BERLIN - L'Allemagne a convenu de vendre à Israël deux destroyers pour un milliard d'euros, affirme le quotidien allemand Bild samedi, sans citer de sources.

 

Ces bateaux de guerre équipés de torpilles doivent être utilisés pour protéger des pipelines israéliens, croit savoir le journal. Il souligne que Yossi Cohen, conseiller à la sécurité nationale d'Israël, était à Berlin la semaine passée pour discuter armement.

 

Interrogée par l'AFP, une porte-parole du gouvernement allemand a simplement confirmé la visite de M. Cohen à Berlin. Elle n'a donné aucun détail sur le contenu des discussions.

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 08:50
CEMA : 22ème comité commun du Corps européen

 

05/12/2013 Sources : EMA

 

Le 28 novembre 2013, l’amiral Guillaud, chef d’état-major des armées, a présidé le 22ème comité commun du Corps européen qui réunit chaque année les chefs d’état-major d’armées des nations-cadres du Corps européen ou leurs représentants, accompagnés par les directions des affaires politiques de leurs ministères des affaires étrangères respectifs.

 

A l’occasion de ce 22èmecomité, les partenaires français, allemands, belges, espagnols et luxembourgeois, composant le collège des nations-cadres, ont évoqué les perspectives opérationnelles du Corps européen, réaffirmant sa double vocation européenne et atlantique. Ils ont également fait un point budgétaire en précisant que les besoins du Corps européen seraient adaptés au contexte financier, mais préservés pour lui permettre de continuer à exercer ses missions. Dans la perspective de son accession au statut de nation-cadre le 1erjanvier 2016, la Pologne était pour la première fois présente en qualité d’observateur.

 

Le Corps européen est une structure multinationale unique. Créé sous impulsion franco-allemande en 1992, il peut être activé pour des opérations militaires, de gestion de crise, ou d’assistance humanitaire réalisées sous mandat de l’ONU, de l’UE, de l’OTAN ou encore de l’OSCE. Implanté à Strasbourg, il fait partie des sept états-majors de réaction rapide certifiés par l’OTAN. Il a successivement été déployé en Bosnie en 1998, au Kosovo en 2000 et en Afghanistan en 2004 où il a à nouveau été engagé en 2012.

CEMA : 22ème comité commun du Corps européen
Partager cet article
Repost0
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 13:50
Delivery of 400th Typhoon aircraft

 

Dec 4, 2013 ASDNews Source : BAE Systems PLC

 

The 400th Eurofighter Typhoon, the world’s leading swing role fighter jet, has been delivered to its worldwide customer base

 

The delivery

The German Air Force has today taken delivery of the 400th aircraft during special ceremony at Cassidian’s Military Air Systems Center in Manching, Southern Germany. It was built by the Eurofighter consortium, which includes us.

 

Demonstrating high operational effectiveness

In the past 10 years the global Eurofighter Typhoon fleet has demonstrated its high operational effectiveness in international missions and trainings and accumulated more than 210,000 flying hours. Several developments such as the Phase 1 Enhancement, the integration of the METEOR air-to-air missile, the new electronic radar (E-Scan) and additional weaponry increase the capabilities of the Eurofighter Typhoon and secure the future of this modern combat aircraft in the next decades.

 

In the hundreds

The delivery of the very first Eurofighter Typhoon to the Royal Air Force in the United Kingdom took place end of 2003. The 100th Eurofighter was delivered also to the Royal Air Force in September 2006. The 200th aircraft was handed over in November 2009 to the German Air Force. The 300th aircraft was delivered to the Spanish Air Force in November 2011.

 

In attendance

At the ceremony, the State Secretary of the German Ministry of Defence, Christian Schmidt, received the aircraft with the markings ‘31+06’. The event was witnessed by several high ranking representatives from politics and industry including: the Bavarian Minister for Economic Affairs, Media, Energy and Technology, Ilse Aigner; the Chief Executive Officer of Cassidian, Bernhard Gerwert, and representatives from the British, Spanish and Italian Eurofighter Partner companies.

 

A historic milestone

Alberto Gutierrez, Chief Executive Officer of Eurofighter Jagdflugzeug GmbH, said: “The delivery of the 400th Eurofighter Typhoon marks a historic milestone in Europe’s largest defence programme. Now we must focus much more strongly on export campaigns in order to win new contracts and new customers for this outstanding aircraft. Right now, especially in these difficult times in the defence industry, it is more important than ever that we stand up and be counted. That is what today is all about.”

 

A reliable backbone of many Air Forces

The General Manager of NATO Eurofighter and Tornado Management Agency  (NETMA), Jesus Pinillos, added: "Eurofighter Typhoon secures the airspace of six nations 24 hours a day, seven days a week even under extreme arctic weather conditions on the Falkland Islands. The aircraft has proven itself as a reliable backbone of the Air Forces in Germany, Italy, Spain, and in the UK as well as in Austria and Saudi Arabia. The reliability of the Eurofighter Typhoon in its global missions has surpassed expectations."

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2013 2 03 /12 /décembre /2013 08:35
Tognum supplying engines for Singapore navy

 

SINGAPORE, Dec. 2 (UPI)

 

Tognum AG's Singapore subsidiary has been given a contract to supply diesel engines for use on littoral patrol vessels by the Republic of Singapore navy.

 

The contract for MTU 20V 4000 M93L diesel engines was issued by Singapore Technologies Marine Ltd., which is building eight vessels for the Singaporean navy.

 

The value of the contract was not disclosed. A delivery schedule was also not disclosed but the first patrol boat is scheduled for delivery in 2016.

 

The MTU 20V 4000 M93L diesel engines are known for their low fuel consumption and long service life. The engines produce 4300kW (5766bhp), the company said.

 

The engines are made by MTU, a German subsidiary of Tognum, which has its headquarters in Germany.

 

"MTU's reputation, brought about by its powerful, economical and clean engines combined with a track record as a leading innovator, has cemented its status as one of world's leading suppliers of engines and propulsion systems in the marine industry," Tognum said.

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 18:35
HDW Klasse 212A U34

HDW Klasse 212A U34

Le ministère de la Défense singapourien a finalement choisi ThyssenKrupp Marine System (TKMS) pour l'acquisition de deux sous-marins

 

02/12/2013 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

En dépit d'un forcing politique et commercial, DCNS perd un joli contrat à Singapour. L'Ile-Etat a choisi les Allemands, qui vont vendre deux sous-marins 218SG pour 1,8 milliard d'euros

 

C'est un gros coup de bambou pour Paris, qui avait beaucoup œuvré pour la réussite de DCNS à Singapour. Le ministère de la Défense de l'Ile-Etat a finalement choisi ThyssenKrupp Marine System (TKMS) pour l'acquisition de deux sous-marins, selon un communiqué publié ce lundi par le ministère de la Défense. Le chantier naval allemand a réussi à vendre deux 218SG, qui ont pris le dessus sur les Scorpène proposés par DCNS.

 

Les 218SG, qui seront livrés en 2020, remplaceront les vieux sous-marins suédois Challenger construits dans les années 1960 et acquis dans les années 1990. "Les sous-marins de remplacement auront des capacités significativement supérieures et seront équipés de systèmes de propulsion anaérobie" permettant des plongées prolongées, a précisé le ministère dans un communiqué.

 

Une compétition importante

 

Pour les deux compétiteurs, cette campagne était très importante. Car c'est d'abord un très joli contrat évalué à 1,8 milliard d'euros pour les deux premiers sous-marins. Au-delà, Singapour fait partie des clients de référence très recherchés par les industriels de l'armement du monde entier. Leur comité d'évaluation est en général apprécié pour le sérieux de leur choix. Enfin, la compétition entre les deux rivaux va se déplacer dans quelques années en Australie, qui reste attentif au choix de Singapour.

 

Politiquement, le gouvernement s'était mobilisé pour faire gagner DCNS. Notamment lors de la visite à Paris du Premier ministre, Lee Hsien Loong, qui avait rencontré le 28 octobre François Hollande. Ils avaient évoqué l'appel d'offres portant sur les sous-marins. Tout comme le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, et le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian. Lee Hsien Loong était donc reparti avec la conviction de l'engagement total des autorités françaises sur ce dossier. Lors de sa visite, le chef de l'État avait rappelé que Singapour était un "partenaire stratégique" de la France en Asie du Sud-Est et sur la scène internationale.

 

DCNS pourtant moins cher de 10 %

 

Depuis le début de l'été, TKMS avait la préférence du comité d'évaluation de Singapour. Après avoir déposé début 2013 une première offre, les deux compétiteurs en ont remis une deuxième au printemps, dite Best offer (BO). C'est là que Singapour a opté pour le groupe TKMS, avec lequel il négocie en exclusivité depuis plusieurs mois. Un succès pour TKMS qu'il doit au patron de TKMS international, Jonathan Kamerman, un homme qui sent pourtant le soufre. Cet ancien contre-amiral de la marine sud-africaine avait en effet choisi puis donné le feu vert dans les années 2000 en tant que chef de projet SITRON au ministère de la Défense à Pretoria, à l'acquisition controversée par la marine sud-africaine de corvettes Meko A200 fabriqués par le chantier naval allemand Blohm+Voss.

 

Pourtant DCNS, fortement aidé par le gouvernement, avait tenté d'inverser la tendance. La dernière offre du groupe naval français avait semble-t-il au bout du compte fait son chemin dans les esprits à Singapour. Car Paris avait mis tout son poids dans la balance pour inverser la tendance. Et le comité d'évaluation des offres, selon nos informations, avait déjà estimé que la deuxième offre française était supérieure techniquement et financièrement à celle des allemands. DCNS serait moins cher de 10 %  que TKMS.

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 08:50
Envol du transport aérien européen

 

29/11/13 Liesbeth Bardyn – MIL.be

 

L'European Air Transport Command (EATC) est totalement opérationnel. Le général-major aviateur Claude Van de Voorde l'annonçait officiellement le 28 novembre 2013. Un effectif, du matériel ainsi qu'un bon réseau auront permis au personnel d'Eindhoven de conforter la maturité de l'institution en trois ans.

 

Photos Ritchie Sedeyn >>

 

« Le Commandement du transport aérien européen a atteint ses objectifs et dispose dès à présent d'une complète disponibilité opérationnelle », a déclaré le général-major aviateur Van de Voorde, président du comité militaire du transport aérien. Les flashs crépitaient sans cesse dans la salle exiguë du bâtiment EATC à Eindhoven lorsqu'il a apposé sa signature au bas de la déclaration. « L'EATC permettra le partage optimal des moyens de transport aériens militaires entre l'Allemagne, la France, la Belgique et les Pays-Bas. Les États membres pourront assurer le transport de matériel ou de personnel en temps de paix comme en temps de guerre. »

 

L'EATC voyait le jour il y a trois ans. Quatre nations affirmaient leur volonté de coopérer en matière de transport aérien militaire. Actuellement, l'Espagne souhaiterait y adhérer et l'Italie est intéressée.

 

L'organisation s'attend à relever de grands défis. L'Airbus A400M remplacera prochainement les Hercules C-130. Les partenaires devront également accorder leur mode de fonctionnement. L'harmonisation des périodes de repos des pilotes en est un exemple. Mais l'EATC a encore du potentiel.

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2013 7 01 /12 /décembre /2013 20:50
Le Pentagone, mécène des universités... allemandes

 

27 November 2013 Hajnalka Vincze

 

Vingt-deux universités et instituts de recherche allemands ont été financés par le Pentagone, à hauteur de plus de 10 millions de dollars depuis l’an 2000. Ce qui n’est pas sans poser quelques problèmes à la fois pratiques et déontologiques.

 

Certes, il s’agit d’une somme dérisoire par rapport aux milliards par an avec lesquels le Département de la défense US irrigue les universités américaines en permanence. Mais pas aussi dérisoire que ça, si l’on la compare aux 46 millions d’euros que Berlin avait accordés, de 2000 à 2010, à ses propres chercheurs dans les domaines relatifs à la défense. Ce qui veut dire que le Pentagone finance à peu près un sixième de ce type de recherches sur fonds publics dans les universités allemandes.

 

Laissons les chercheurs d’outre-Rhin se débrouiller avec le casse-tête posé par les « clauses civiles » en vigueur dans beaucoup de leurs universités. Tirons au clair juste deux choses à ce sujet. D’une part, l’argument de « recherche fondamentale », donc soi-disant innocente, ne tient pas debout dans ce cas, puisque le Pentagone est statutairement obligé de n’accorder des contrats que s’il y a des applications militaires en vue. Point final. 

 

D’autre part, on est admiratif devant le zèle atlantiste du chercheur allemand (sur des explosifs, à Munich, dans le cadre d’un programme financé par le Pentagone à hauteur d’un demi-million de dollars) qui se justifie en disant que « si vous croyez en l’alliance OTAN, il n’y a pas de mal » à se laisser financer par le Département de la défense américain. Certes. Par contre, si ça se trouve que vos commanditaires étrangers espionnent vos propres responsables politiques, du coup cela devient quand même un peu plus problématique…

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2013 7 01 /12 /décembre /2013 20:50
Mutilation de la Brigade franco-allemande : manœuvre stratégique ou court-termisme budgétaire ?

 

25 November 2013 Hajnalka Vincze

 

La question écrite d’un Sénateur, adressée au ministre de la Défense, est l’occasion pour revenir sur la décision récente de la France d’amputer sérieusement la Brigade franco-allemande (BFA). Notamment par la dissolution du 110e Régiment d'Infanterie stationné à Donaueschingen, qui en faisait partie intégrante. Surtout que l’on doute fortement que, dans sa réponse, le Ministre puisse exposer tous les arguments de son (double) raisonnement.

 
A première vue, il s’agirait de l’exemple type du mauvais message au mauvais moment. A l’approche du sommet « Défense » de décembre, où la France entend plaider en faveur d’un renforcement de l’Europe de la défense, pourquoi cette décision choc contre une formation franco-allemande toujours considérée comme l’embryon potentiel de quelque chose de plus significatif ?

 

D’autant plus que la Brigade incarne déjà tout ce que la PSDC (Politique de sécurité et de défense commune de l’UE) cherche désespérément depuis des années. Elle est opérationnelle, dotée d’importantes capacités de combat, composée de forces entraînées ensemble et hautement interopérables. De surcroît, une véritable dimension européenne est inscrite dans son ADN, comme en témoigne la présence d’éléments additionnels belges et espagnols autour du noyau franco-allemand.

 

Sauf qu’elle n’a jamais été déployée sous le drapeau européen, justement. Et ce n’est pas faute d’avoir essayé, du côté de la France. Dernièrement, l’Allemagne aurait refusé par deux fois l’engagement de la Brigade au Mali, et pour l’opération Serval, et pour la mission d’entraînement de l'UE (EUTM Mali). Dans ce contexte, une remarque, d’apparence paradoxale, du ministre Le Drian prend tout son sens. Notamment lorsqu’il dit espérer que la dissolution de l’unité  puisse contribuer à « renforcer les perspectives d’emploi [de la Brigade] au profit de la défense européenne ».

 

Vu sous cet angle, il s’agirait de faire pression sur la partie allemande afin qu’elle consente à des déploiements réels sous enseigne européenne. Sinon, pour Paris, ce n’est pas la peine. Ultime avertissement. Du moins, c’est la lecture optimiste que l’on pourrait faire des intentions françaises. Son pendant pessimiste dirait qu’il s’agit tout simplement d’une mesure d’austérité comme les autres, faisant fi de l’Europe, tout comme des symboles. La Cour des comptes ne se serait-elle pas interrogée elle-même sur la « rentabilité » de la Brigade ?

 

La vérité est sans doute un mélange des deux. Paris voudrait mettre la pression sur Berlin et faire des économies en même temps. Si les pressions marchent, des déploiements suivraient et la Brigade pourrait devenir une locomotive (à la fois symbolique et opérationnelle) pour combler les lacunes de l’Europe de la défense. Sinon, ce serait autant d’euros sauvés pour « l’intendance ».

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2013 3 27 /11 /novembre /2013 13:35
Rheinmetall seeks Australian suppliers

 

 

DEAKIN WEST, Australia, Nov. 26 (UPI)

 

Rheinmetall Defense's Australian subsidiary is seeking local suppliers for its contract to supply vehicles and mission support to the country's military.

 

Rheinmetall MAN Military Vehicles Australia, or RMMVA, said more than 500 companies attended its supplier opportunity events this month in Adelaide, Brisbane, Canberra, Darwin, Melbourne and Sydney.

 

In addition to RMMVA, a number of its key sub-contractors in the government's LAND 121 3B defense project participated in the presentations.

 

"RMMVA, in close cooperation with our key sub-contractors, is actively engaging with Australian industry to enable as many Australian companies to be part of this exciting program as possible," RMMVA Managing Director Peter Hardisty said. "The products and services we are seeking include the design, development and production of specific hardware such as modules, some vehicle bodies, sub-systems and components as well as project management and systems integration, developmental, test and evaluation work."

 

Under the LAND 121 Phase 3B project, Rheinmetall is to supply and support mission systems for about 2,500 wheeled vehicles to Australia's Defense Force, and is working with state governments, Defense Materiel Organization business access offices and Australian industry associations to strengthen its supply chain.

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 12:50
EADS fermerait le siège allemand de sa division Cassidian

 

25-11-2013 Challenges.fr (Reuters)

 

FRANCFORT - Le groupe européen d'aérospatiale et de défense EADS prévoit de fermer le siège de sa division Cassidian à Unterschleissheim, près de Munich, dans le cadre de sa réorganisation, rapporte lundi le journal Süddeutsche Zeitung en citant des sources proches du groupe.

 

En annonçant fin juillet sa réorganisation autour de trois divisions - Airbus pour les avions civils, et qui donnera son nom à l'ensemble du groupe, Airbus Defence & Space et Airbus Helicopters (Eurocopters) -, EADS avait fait savoir qu'il passerait en revue ses activités de défense et d'espace et n'avaient pas exclu des suppressions de postes dans ce pôle qui emploie quelque 40.000 personnes dans le monde.

 

Selon l'article du Süddeutsche Zeitung, les divisions d'espace et de défense seront regroupées au site d'Ottobrunn, également près de Munich.

 

Le site d'Unterschleissheim emploie 1.400 personnes et autant travaillent à Ottobrunn, soit pour EADS soit pour sa filiale Astrium, ajoute le journal sans être en mesure d'indiquer si et combien de postes seraient menacés.

 

L'agence de presse allemande DPA avait rapporté mercredi qu'EADS réduirait les effectifs de sa nouvelle division Airbus Defense & Space d'environ 20%, soit à peu près 8.000 suppressions de postes. Deux sources industrielles citées par Reuters ont de leur côté parlé de plusieurs milliers de départs mais moins que les 8.000 évoqués par DPA.

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 12:20
Espionnage: Westerwelle rencontrera la délégation du Sénat américain

 

 

22 novembre 2013 Romandie.com (AFP)

 

BERLIN - Le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, rencontrera lundi une délégation du Congrès des Etats-Unis en visite à Berlin, sur fond de tensions suscitées par les révélations sur les agences de renseignement américaines, a-t-on appris jeudi auprès du ministère.

 

Il y aura une rencontre, a indiqué à l'AFP une porte-parole du ministère.

 

Le démocrate Chris Murphy, président de la sous-commission Europe du Sénat américain, qui conduit cette délégation, a expliqué dans un entretien à l'AFP à Washington jeudi que sa visite était une mission visant à démontrer la bonne volonté des parlementaires américains pour résoudre les tensions suscitées par les révélations d'Edward Snowden sur l'Agence nationale de sécurité (NSA).

 

Ce voyage est l'occasion de dire aux Allemands et au gouvernement allemand que la plupart des inquiétudes qu'ils ont manifestées ne sont pas étrangères aux élus du Congrès, a dit Chris Murphy. Mais, selon lui, les pires craintes sur les Etats-Unis qui écouteraient quotidiennement les conversations et liraient les emails des Européens ne correspondent pas à la réalité.

 

La délégation américaine, qui inclut deux autres élus, se rendra mardi à Bruxelles pour une rencontre avec les membres de la commission des Affaires étrangères du Parlement européen.

 

Selon le site internet du magazine Der Spiegel, l'élu démocrate du Connecticut avait souhaité une rencontre avec la chancelière Angela Merkel et le président fédéral Joachim Gauck.

 

Mais, indique le journal dans un article intitulé Affaire NSA: Merkel et Gauck éconduisent la délégation américaine, les sénateurs ne rencontreront à la chancellerie que le responsable du département de politique étrangère, Christoph Heusgen, et aucun rendez-vous n'a été organisé à la présidence de la République fédérale.

 

Chris Murphy et son bureau n'ont pas voulu confirmer le détail de ses rendez-vous.

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 20:50
Listening Sector: Berlin Makes Easy Target for Spies

 

November 21, 2013  By Jörg Diehl - spiegel.de

 

The center of Berlin has become a playground for spies. Phone calls in the dense German government district can be monitored with basic equipment and even by allies. German counter-espionage agents are alarmed.

 

The heart of the German capital is about as big as two football pitches. Pariser Platz square, framed by the Brandenburg Gate and the Unter den Linden boulevard is the must-see destination for any visitor to Berlin. The Reichstag parliament building and the Chancellery are just a few minutes' walk from here, and the embassies of the United States, United Kingdom, France and Russia are very close. This is where the power is concentrated -- and where mutual espionage is at its most intense.

 

It's isn't just the embassies of the US and UK whose roofs are equipped with conspicuous structures which experts say could conceal equipment for the illegal monitoring of phone calls. The Russian Embassy also has a rooftop building that German security authorities have had an eye on for a long time. Security officials refer to it as the "Russian woodshed" and it too is suspected of housing surveillance equipment.

 

"If someone makes an unencrypted telephone call in the Berlin government district, it's probably not just one foreign intelligence service that will be listening," said one high-ranking official. Research by SPIEGEL recently revealed that the NSA had been spying on Chancellor Angela Merkel's mobile phone for a long time. The Americans aren't the only ones collecting information in this way -- phone surveillance in central Berlin is too easy for that.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 17:50
IG Metall met en garde la direction d'EADS

 

21 novembre 2013 Par Julien Bonnet - Usinenouvelle.com

 

Le puissant syndicat allemand IG Metall a mis en garde ce jeudi 21 novembre la direction d'EADS contre la rupture des engagements pris, au lendemain d'informations de presse faisant état d'un projet de suppression de quelque 8 000 postes.

Après la publication d'informations faisant état d'un projet de suppression de 8000 postes dans la branche défense et espace d'EADS, le puissant syndicat allemand IG Metall a tenu à mettre en garde la direction du groupe européen.

Mouvement d'action prévu le 28 novembre

"Nous ne commentons pas les spéculations des médias concernant des suppressions de poste", a déclaré Rüdiger Lütjen, président du comité d'entreprise d'EADS en Allemagne et du comité d'entreprise européen du groupe, dans une brève déclaration transmise à l'AFP. "Mais nous mettons très fermement en garde la direction du consortium contre les courses en solitaire et la rupture des engagements pris", a ajouté Rüdiger Lütjen dont le syndicat a confirmé préparer un mouvement d'action pour le 28 novembre.

Ce mouvement, prévu sur les sites situés dans le nord de l'Allemagne, était programmé depuis quelques jours déjà, en raison de craintes de suppressions de poste justement. Les infos de l'agence DPA, selon laquelle EADS pourrait profiter du regroupement de Cassidian, Astrium et Airbus Military au sein de la division Airbus Défense et Espace pour procéder à une baisse des effectifs allant "jusqu'à 20%", ont donc confirmé ces craintes. Les trois entreprises employant ensemble 40 000 personnes, cela signifierait la suppression de 8000 emplois.

Des annonces attendues pour le 9 décembre

Un porte-parole d'EADS a de son côté assuré à l'AFP qu'"aucun chiffre n'a été décidé. Aucun chiffre n'existe" et qu'il ne voyait donc "pas de raison de commenter" ces informations. "Nous présenterons d'abord nos projet aux comités d'entreprise avant de communiquer", a-t-il ajouté.

Des annonces sont attendues pour le 9 décembre, lors de la prochaine réunion du comité d'entreprise européen qui se tiendra à Munich.

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 08:50
Saab receives German, Swedish contracts

 

LINKOPING, Sweden, Nov. 20 (UPI)

 

Sweden's Defense Materiel Administration has contracted Saab for upgrades and maintenance of its mobile airbase communications systems for remote deployments.

 

The contract is for three years with options for an additional four years. It carries an expected value of more than $22.6 million. The first task order under the award will be issued next year.

 

Saab said under the contract it will provide maintenance, change management and upgrades of communications platforms.

 

"By this order, [the] Swedish Defense Materiel Administration re-affirms their faith in our relationship and it is a testimony to our capability and performance in providing communication solutions in a competitive market," said Richard Price, head of Saab Security and Defense Solution's Critical System and Communication Solution business unit.

 

Additional details were not disclosed.

 

In other company news, Saab said it has received orders from Germany to supply defensive systems for the German Air Force's Tornado aircraft.

 

The equipment to be supplied, worth about $15 million, includes the BOZ-101 EC podded self-protection system, with the MAW-300 missile approach warning system.

 

Saab will also develop a new cockpit control unit for the defensive system's pod.

 

"These orders mark the first contract with Germany for Saab's MAW-300 missile approach warning system," said Micael Johansson, head of Saab's Electronic Defense System unit. "It is a breakthrough and a strong vote of confidence in Saab as an electronic warfare supplier.

 

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 18:50
Launch of a Diehl Defence IRIS-T SL missile at the Overberg Test Range

Launch of a Diehl Defence IRIS-T SL missile at the Overberg Test Range

 

20 November 2013 by defenceWeb

 

Diehl Defence has expanded the envelope of its IRIS-T SL (Surface Launched) surface-to-air guided missile with successful firings at the Overberg Test Range earlier this month.

 

The company said two firings were conducted on a test campaign between November 4 and 8 as part of the development programme for the new guided missile plus launcher, contracted by the German Federal Office of Equipment, Information Technology and Utilization of the Bundeswehr (BAAINBw).

 

Both missiles destroyed their targets with direct hits confirming the guided missile system´s expected precision, Diehl said. In one case the maximum distance lay far beyond 20 kilometres. The missiles were launched at EADS Do-DT 25 jet powered target drones.

 

Diehl test fired the IRIS-T SL for the first time on October 9, 2009, at Overberg. Further firings were conducted there in December 2012.

 

It is being developed for Germany as a stop-gap to the Medium Extended Air Defence System (Meads) being produced by Lockheed Martin and MBDA and is a ground-launched version of the infrared homing IRIS-T in service with the South African Air Force. It has a sharp nose cone to reduce drag that is separated prior to approaching a target.

 

Diehl Defence said the mobile, medium-range systems provide comprehensive 360 degree protection against air attacks by aircraft, helicopters, cruise missiles and guided weapons. They allow simultaneous engagement of several targets even at very short distances thanks to extremely short reaction times.

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 17:50
photo Saab

photo Saab

 

Nov 19, 2013 ASDNews Source : Saab AB

 

Defence and security company Saab has received three orders for self-protection equipment for the German Air Force’s Tornado fleet. In total, the orders amount to approximately 100 MSEK.

 

The contracts entail certification and limited production of the BOZ-101 EC podded self-protection system, including the MAW-300 missile approach warning system, as well as development and qualification of a new cockpit control unit for the pod.

 

Read more

photo Saab

photo Saab

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories