Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 07:30
Nucléaire: présentation réussie du plan iranien (UE)

MOSCOU, 15 octobre - RIA Novosti

 

La présentation du plan de la délégation iranienne sur la question nucléaire lors de sa rencontre avec les Six à Genève s'est très bien passée, a estimé mardi Michael Mann, porte-parole de la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton.

"Ce matin, nous avons écouté le plan présenté par le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif. La présentation s'est très bien passée", a déclaré M.Mann.

Auparavant, le vice-ministre iranien des Affaires étrangères Seyed Abbas Araghchi a fait savoir que le plan de la délégation iranienne avait été présenté sous format PowerPoint et distribué à tous les participants aux négociations.

La présentation du plan intitulé "Désamorcer une crise inutile et ouvrir de nouveaux horizons" a été faite par les Iraniens en anglais et a duré presque une heure de temps.

Ces négociations entre l'Iran et les Six médiateurs internationaux sur son programme nucléaire (Russie, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Chine et Allemagne) sont les premières depuis l'arrivée au pouvoir à Téhéran de Hassan Rohani, un président perçu comme modéré. Elles se déroulent sur fond d'optimisme prudent après six mois d'interruption.

Depuis 2003, les Six œuvrent conjointement avec l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) pour amener Téhéran à suspendre ses travaux d'enrichissement d'uranium susceptibles de mettre en danger le régime de non-prolifération nucléaire. L'Iran reconnaît enrichir de l'uranium à 20%, mais affirme que ses activités nucléaires ont pour seul objectif de satisfaire les besoins du pays en électricité et radionucléides.

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 16:50
Raubtiere auf dem Vormarsch

4 sept. 2013  Bundeswehr

 

Feuer und Bewegung -- nach diesem Grundsatz agiert die Kampftruppe. Auf dem Truppenübungsplatz zeigen Panzer und Panzergrenadiere ihr Können im scharfen Schuss.

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 16:50
Learning to Fight: How Afghanistan Changed the German Military

October 15, 2013 By Christopher Alessi – Spiegel.de

 

In Afghanistan, dangerous combat has helped post-war Germany's reluctant armed forces gain self-confidence and expertise. But with the public and politicians loath to enter into new conflicts, what will the military's role be going forward?

 

The German military entered Afghanistan over a decade ago as a peacekeeping force tasked with aiding in the reconstruction and development of infrastructure and civil society. Today, it leaves the country as a combat force that engaged in deadly warfare.

 

The evolving role of the Bundeswehr, Germany's armed forces, in the conflict has helped to dramatically reshape it as a more experienced and capable fighting operation. Yet the German public remains even more opposed to military engagement overseas than it was 10 years ago, calling into question what sort of role the Bundeswehr will play in supporting NATO and the United Nations in future international conflicts.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 12:30
Iranian Smugglers Slowed But Not Stopped

 

October 15, 2013: Strategy Page

 

A U.S. court recently sentenced two Singapore men to prison (for 34 and 37 months) after convicting them of illegally shipping American electronic items to Iran. This ended several years of investigations and legal proceedings. The case first became public in 2011 when American criminal investigators, in cooperation with their counterparts in Singapore tracked down and arrested five Singaporeans who had arranged for 6,000 American made radio frequency modules (RFMs) to be diverted to Iran. This was illegal, and was orchestrated by an Iranian citizen who was never arrested. Between 2008 and 2010 sixteen of these RFMs were found in unexploded roadside bombs in Iraq. It was eventually found that the RFMs, and other components of the bombs, had been smuggled into Iraq from Iran. Four companies were used to deceive American export controls so that the RFMs could be redirected to Iran. Singapore eventually agreed to extradite two of the men to the United States for prosecution. The other three were found not guilty (or not guilty enough) in Singapore.

 

The war on Iranian arms smuggling has been intensifying in the last decade. Most countries cooperate, but not all. While Turkey has been getting cozy with Iran, the Turks still enforce international trade sanctions against Iran. But as Turkey encourages its companies to do more business with Iran, there are more opportunities to smuggle forbidden goods to assist Iranian nuclear weapons and ballistic missile projects. Iran takes advantage of this whenever possible.

 

Germany was once a favorite place for Iran to buy equipment for their ballistic missile and nuclear weapons programs but over five years ago the Germans began cracking down. For example, in 2008, a German citizen was prosecuted for running a weapons related smuggling operation. The defendant shipped 16 tons of high-grade graphite, used for making rocket nozzles, to Iran in 2005-7. The defendant mislabeled the graphite as low-grade, which was legal to sell to Iran. Another ten tons of the high-grade graphite was caught by Turkish customs officials. Germany adopted stricter export rules for Iran three years ago, and promptly began seeking out and prosecuting those who ignored the ban. This did not stop the Iranians from using Germany as a source of forbidden goods. In response Germany have been prosecuting people for exporting special metals and manufacturing equipment needed for ballistic missile warheads. All this slows down the Iranians but has not stopped them.

 

Ever since the U.S. embargo was imposed in 1979 (after Iran broke diplomatic protocol by seizing the American embassy), Iran has sought, with some success, to offer big money to smugglers who can beat the embargo and get needed industrial and military equipment. This is a risky business, and American and European prisons are full of Iranians, and other nationals, who tried and failed to procure forbidden goods. The smuggling operations are currently under more scrutiny, and attack, because of Iran's growing nuclear weapons program. But the Iranians simply offer more money, and more smugglers step up to keep the goodies coming.

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2013 4 10 /10 /octobre /2013 07:50
German special forces train on October 7, 2013. DeutschesHeer.de

German special forces train on October 7, 2013. DeutschesHeer.de

 

October 08, 2013 Patrick Keller | American Enterprise Institute

 

The “grand narrative” of German security policy since the end of the Cold War has oscillated between Germany’s reluctance to use hard power and Germany’s desire to be seen as supportive of its American and European allies. This is reflected in the varying decisions it has made during foreign military operations and in the manner in which Germany’s military has conducted those operations. At the same time, the German military has undergone a series of reforms designed to modernize German forces and to make them more flexible and deployable. But a stagnant and low level of defense expenditures has made carrying out these reforms an ongoing challenge to the German military and German defense ministry. Germany has a vital interest in a stable and liberal international order and, hence, in having a military capable of helping maintain that order. As Europe’s leading economic power and, increasingly, as Europe’s central political actor, Germany could and should take the lead in reversing the precipitous decline in European hard power.

 

Key points in this Outlook:

 

    German ambivalence on the use of military power continues to bedevil German politicians and leaders.

    A stagnant defense budget will be a challenge to the German defense ministry’s plan to establish a leaner, more flexible, and more deployable German armed forces.

    As Europe’s economic leader and central political actor, Germany should guide the way in reversing the problematic decline in European hard power.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2013 4 10 /10 /octobre /2013 07:50
photo 110e RI

photo 110e RI

09/10/2013 Par Alain Barluet – leFigaro.fr

 

Le dernier régiment français stationné outre-Rhin pourrait être dissous en 2014.

 

Les vaches maigres de l'armée française risquent d'avoir des répercussions sur la coopération militaire entre Paris et Berlin. Dernier régiment exclusivement français stationné en Allemagne, à Donaueshingen (Bade-Wurtemberg), le 110e régiment d'infanterie pourrait être dissous en 2014 dans le cadre des mesures d'économies prévues par le ministère de la Défense. Cette unité, qui cohabite avec un régiment de chasseurs de la Bundeswehr (le Jägerbataillon 292), appartient aussi à la brigade franco-allemande (BFA), dont elle est considérée comme l'un des fers de lance. Sa disparition, jugent plusieurs officiers généraux, jetterait une ombre sérieuse sur l'avenir de la BFA, initiative emblématique de la relation entre la France et l'Allemagne mise sur pied par François Mitterrand et Helmut Kohl entre 1987 et 1989. «La dissolution du 110e RI reviendrait à dissoudre la BFA», affirme un officier général du cadre de réserve très impliqué dans le lancement de l'unité binationale, en qualifiant cette décision d'«aberration tactique et politique». La disparition du 110e RI tournerait en tout cas la page d'une présence militaire héritée des forces françaises en Allemagne, qui ont compté jusqu'à 80 000 hommes. Parmi les ultimes régiments français outre-Rhin, le 3e régiment de hussards d'Immendingen, également intégré à la BFA, a été rapatrié à Metz en 2011. Le 16e bataillon de chasseurs à pied de Saarburg est lui aussi revenu en France, l'année précédente, et a pris ses quartiers à Bitche (Moselle). Un groupe de soutien français reste à Müllheim, auprès de l'état-major de la BFA.

 

Selon plusieurs sources bien informées, le 110e RI pourrait «sauter» à l'horizon de l'été prochain. Après l'annonce de premières suppressions de régiments par Jean-Yves Le Drian, le 3 octobre, d'autres mesures de «restructuration» sont attendues après les municipales de mars 2014. Selon la loi de programmation militaire pour 2014-2019, la défense nationale doit supprimer 23.500 emplois, auxquels s'ajoutent 10.000 postes restant à trouver en 2014-2015 au titre de la précédente réforme. La BFA ne figure pas parmi les grandes unités mentionnées dans le dernier livre blanc.

 

Jean-Yves Le Drian s'est refusé jusqu'à présent à se prononcer publiquement sur le sort du «110». Interrogé mercredi par Les Dernières Nouvelles d'Alsace, à la veille d'un déplacement à Colmar, le ministre de la Défense affirme ne «pas avoir de position définitive». Dans son entourage, on indique qu'«une réflexion est en cours mais que l'on n'en est pas au stade de l'alarme».

 

    Les responsables militaires allemands s'offusquent de ne pas avoir été «mis dans la boucle» par Paris

 

Tel n'est pas le sentiment outre-Rhin. Berlin n'a pas encore été officiellement mis au courant d'une décision française, du fait notamment des législatives allemandes du 22 septembre. Les responsables militaires allemands s'offusquent de ne pas avoir été «mis dans la boucle» d'un choix aux enjeux symboliques, mais aussi territoriaux et économiques, aussi conséquents. Récurrentes, les rumeurs concernant la suppression, ou le déplacement, du 110e RI, ont déjà donné lieu à plusieurs séances d'explication entre les états-majors des deux armées. Des officiers français ont été dépêchés outre-Rhin pour apaiser les craintes de leurs homologues. Mais «être informé est une chose et voir son avis pris en compte en est une autre», s'agace un officier supérieur de la Bundeswehr.

 

S'ils redoutent d'être mis devant le fait accompli, les responsables militaires allemands déplorent aussi une éventuelle rupture d'équilibre dans la participation des deux  partenaires à la BFA. Berlin assure depuis 2010 le financement, à Illkirch-Graffenstaden, au sud de Strasbourg, du Jägerbataillon 291, unité d'infanterie et de reconnaissance de la BFA, première unité militaire allemande à tenir garnison en France depuis 1945. «Les Allemands s'inquiètent à la fois de ne pas avoir été mis dans le coup et de perdre un instrument de la coopération au quotidien», résume un officier général. Côté allemand, on veut croire que l'affaire n'est encore bouclée. Le dossier, prévient-on, remontera jusqu'à la chancelière elle-même.

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 11:50
C-IED Manual Neutralisation Techniques Courses and Exercises
Brussels | Oct 08, 2013 European Defence Agency
 

Austria, Belgium, Germany, Ireland, Italy and Sweden signed today a Letter of Intent expressing their interest in pooling resources and expertise for the setting up of a shared C-IED Manual Neutralisation Techniques courses and exercises capacity. Improvised Explosive Devices continue to pose significant threat to military and civilian personnel. In some cases complex explosive devices have to be neutralised manually.

 
Member States (MS) earlier this year expressed their wish to increase efforts on Manual Neutralisation Techniques (MNT) due to an urgent but limited requirement which does not justify separate, national training programmes in this cost-intensive area. Austria as lead nation proposed and developed a four year MNT project under the umbrella of the Pooling & Sharing Countering IED Training initiative with the intention to conduct one MNT course and exercise a year. The training of Manual Neutralisers is highly cost-intensive due to equipment and specialist’s advisory role. The role of Manual Neutralisers is life saving and is a priority for participating Member States.

 

With today’s letter of intent, the signatory countries express their interest to cooperate in the development of a project arrangement and to participate in the project. 

 

More information

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 07:50
Airbus A400M - Video von Bundeswehr

29 sept. 2011 Bundeswehr

Größere Reichweite und mehr Nutzlast kennzeichnen das neue Transportflugzeug der Bundeswehr, die Airbus-Maschine A400M. Unser Reporter hat den Produktionsprozess begleitet und er stellt die Neuerungen vor.

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2013 6 05 /10 /octobre /2013 21:50
L'instructeur allemand du CFAA installé en place arrière

L'instructeur allemand du CFAA installé en place arrière

 

 

04/10/2013 armée de l'air

 

Mardi 1er octobre un vol symbolique a eu lieu au départ de Dijon vers l'Allemagne : le capitaine Christian Karotsch, instructeur allemand affecté au centre de formation à l’appui aérien (CFAA) de Nancy, a pu effectuer une mission de Close Air Support(CAS/appui aérien rapproché) en place arrière d'un Alphajet de l'escadron d’entraînement 2/2 « Côte d'Or » au-dessus du camp de Stetten (au sud de Stuttgart).

 

Cette mission fut un exemple de la coopération fructueuse entre nos deux nations puisque le CFAA est l'unique école pour les deux pays. Unité interarmées et internationale, le CFAA forme tous les Forward Air Controllers  (FAC/contrôleurs aériens avancés) aux standards OTAN à la mission de CAS. Le FAC est un combattant aéroterrestre polyvalent, démultiplicateur d'effets sur le champ de bataille.

 

Le capitaine Christian Karotsch prend place à bord de l'Alphajet

Le capitaine Christian Karotsch prend place à bord de l'Alphajet

 

Chargé de localiser les objectifs et les positions adverses, il conseille le commandement des troupes engagées au sol et assure le guidage terminal des aéronefs vers leurs objectifs. À l'aide de puissants moyens optroniques, il peut aussi guider les munitions de précision sur les points tenus par les combattants hostiles. Expert de la « juste frappe », il met en œuvre toute une panoplie de matériels sophistiqués et jouit d'une grande autonomie de manœuvre pour remplir sa mission.

 

Le chef d'état-major de la Luftwaffe assistait ce jour-là, dans l'enceinte même du camp, à la cérémonie de dissolution du centre de contrôle radar « Sweet Apple ». Il a ainsi pu apprécier le travail d'un FAC qui a guidé, au sol, un défilé aérien. En cette année de commémoration du cinquantenaire du traité de l'Élysée, chaque exercice ou entraînement en commun permet d'affermir un peu plus un partenariat dont la force et la pertinence ne se démentent pas.

 

Un exemple de la coopération fructueuse entre nos deux nations

Un exemple de la coopération fructueuse entre nos deux nations

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2013 6 05 /10 /octobre /2013 16:50
Le Canada a participé à la 21e Conférence des forces armées européennes

04/10/2013 par Jacques N. Godbout

 

Des commandants d’armées provenant de 16 seize pays, dont le Canada, se sont réunis cette semaine à Weisbaden, en Allemagne, afin de discuter de partenariats militaires et de coopération en matière de sécurité en Europe lors d’une conférence de 3 jours sur la sécurité.

 

La 21e Conférence des forces armées européennes, dirigée par l’armée américaine en Europe, s’est terminée mercredi 2 octobre.

 

Les discussions ont notamment porté sur les défis de l’avenir en matière de sécurité en Europe, sur les leçons retenues des opérations de coalition et sur la voie à suivre. Des hauts dirigeants ont échangé des points de vue sur les façons de tirer parti des possibilités et de préparer les armées pour les années à venir.

 

Le lieutenant général Marquis Hainse, commandant de l’Armée canadienne, était présent à la conférence afin de prendre part à des discussions multilatérales et de nouer un dialogue avec ses homologues européens.

 

La Conférence, qui a représenté une tribune dans le cadre de laquelle les commandants d’armées ont pu établir des liens avec leurs collègues à l’échelle du continent, a également contribué davantage à la compréhension, à la paix et à la stabilité dans la région, a déclaré la Défense canadienne par voie de communiqué.

 

«J’aimerais remercier nos hôtes allemands de m’avoir invité à cette importante conférence et je remercie également nos amis américains de l’avoir organisée», a déclaré pour sa part le lieutenant-général Hainse.

 

«Par ma participation à la Conférence des forces armées européennes, j’ai eu l’occasion d’avoir des discussions exceptionnelles et informatives avec de nombreux autres leaders militaires et d’en apprendre davantage sur les divers défis en matière de sécurité auxquels sont confrontés nos alliés européens et nos amis. Ces discussions sont essentielles afin de faire en sorte que l’Armée canadienne soit prête à respecter les engagements militaires du Canada en Europe», a conclu le commandant de l’Armée canadienne.

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 15:50
A400M : Signature d’un partenariat de formation franco-allemand

Des mécaniciens de l'armée de l'air en formation sur A400M

 

03/10/2013 armée de l'air  - Economie et technologie

 

Lundi 30 septembre 2013, le général Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’air, et le général Karl Müllner, son homologue de la Luftwaffe, ont signé un partenariat franco-allemand relatif à la formation sur l’A400M Atlas.

 

L’un des objectifs majeurs du programme A400M est une amélioration de l’interopérabilité par une plus grande standardisation de l’exploitation de l’appareil entre les différents pays partenaires. Plusieurs groupes de travail internationaux se rencontrent régulièrement sous l’égide de l’European Air Transport Command (EATC) afin de définir des procédures opérationnelles et un cursus d’entraînement communs.

 

Sur le plan de la formation, la mutualisation des moyens est déjà une réalité. La signature de l’arrangement technique franco-allemand concernant la formation sur A400M des équipages et mécaniciens le 30 septembre 2013 entérine les conditions du partenariat unissant la France et l’Allemagne sur ce projet.

 

À terme, la formation des mécaniciens à la maintenance aéronautique sur A400M se fera sur la base aérienne de Wunstorf en Allemagne (à partir de l’été 2015), ainsi que la formation de type des équipages et leur entraînement sur des missions logistiques. La formation des équipages sur les missions tactiques sera réalisée au centre de formation A400M de la base aérienne d’Orléans (dès 2014 pour les stagiaires français et à compter de 2018 pour leurs collègues allemands).

A400M : Signature d’un partenariat de formation franco-allemand
Partager cet article
Repost0
2 octobre 2013 3 02 /10 /octobre /2013 16:50
La France et l’Allemagne s’associent sur la formation A400M

02.10.2013 Helen Chachaty journal-aviation.com

 

Le 30 septembre, à l’issue de la réception officielle de l’A400M sur la BA 123 d’Orléans-Bricy, le CEMAA, le général Denis Mercier et son homologue allemand le général Karl Müllner ont signé un accord de partenariat concernant la formation des équipages et des mécaniciens.

 

Ce partenariat prévoit qu’à partir de la mi-2015, les équipages effectueront leur formation de type et leur entraînement logistique sur la BA de Wunstorf, qui accueille depuis 1978 l’escadron de transport 62 de la Luftwaffe. L’entraînement tactique s’effectuera ensuite au centre de formation A400M de la BA 123 d’Orléans. « Nous posons les bases d’un premier partenariat et nous verrons par la suite quel pays souhaitera nous rejoindre » a déclaré le général Müllner, rejoint en ce sens par le général Mercier.

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2013 4 26 /09 /septembre /2013 16:55
1914-2014

26 septembre 2013 par Henri Weill - Ainsi va le monde !

Les temps forts marquant le centenaire de la "grande guerre" seront annoncés par le président de la République, début novembre. Après un cycle de manifestations culturelles "Sarajevo, cœur de l'Europe" du 21 au 28 juin 2014 en Bosnie-Herzégovine, les célébrations devraient débuter en France, le14 juillet suivant. Suivront une commémoration de la mobilisation début août, celle de la bataille de la Marne un mois plus tard et un hommage national qui sera rendu le 11 novembre 2014.


La mission du centenaire a crée un label afin d'accompagner des projets locaux qui pourront figurer sur le programme national officiel des commémorations (centenaire.org). Au 1er août 2013, il a été accordé à 1265 projets ; il permet en outre d'être éligible à un financement par la mission. Pour cela un fonds a été doté de 7 millions € ( 2 millions provenant de l'Etat, 5 millions du mécénat).

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2013 4 26 /09 /septembre /2013 16:50
Rheinmetall se lance dans le pétrole pour mieux vendre ses armes

26 septembre 2013 Romandie.com (AFP)

 

BERLIN - La groupe allemand de défense Rheinmetall va s'allier à son compatriote Ferrostaal, actif dans l'exploitation pétrolière et gazière, afin de nouer plus facilement des contacts avec les décideurs de pays potentiellement acheteurs d'armes, a annoncé son patron.

 

Rheinmetall, qui fabrique notamment des chars, veut former une co-entreprise avec les activités pétrole et gaz de Ferrostaal, a indiqué au quotidien Handelsblatt de jeudi Armin Papperger, patron de la société depuis le début d'année. Ferrostaal fabrique et vend des infrastructures d'exploitation pétrolière et gazière.

 

Nous devons accélérer l'implantation dans de nouveaux marchés, a justifié M. Papperger. Par le biais de la division pétrole et gaz de Ferrostaal nous aurons accès aux décideurs dans les pays en question, a-t-il poursuivi, puisque les interlocuteurs au niveau politique sont souvent les mêmes dans le domaine énergétique et dans la défense.

 

Rheinmetall a l'Afrique du Nord -notamment l'Algérie où les deux groupes coopèrent déjà-, le Moyen-Orient et l'Amérique du Sud en ligne de mire. la co-entreprise aura au départ un chiffre d'affaires de 200 à 300 millions d'euros, qui va bien sûr grimper dans les années à venir, a dit le patron.

 

Rheinmetall va à cette fin prendre une participation dans Ferrostaal, à une hauteur non précisée. Plus tard nous pouvons nous imaginer prendre la majorité, a précisé M. Papperger.

 

L'opération envisagée sera une activité toute nouvelle pour Rheinmetall, a commenté Adrian Pehl, analyste du courtier Equinet, avec tous les risques que cela comporte. En outre Ferrostaal a mauvaise réputation, et nous ne pouvons que recommander à Rheinmetall de bien examiner Ferrostaal (due diligence) avant de s'allier à eux, a-t-il ajouté.

 

Ferrostaal, anciennement détenu par le fabricant de poids lourds MAN et le fonds souverain d'Abu Dhabi, a été éclaboussé par plusieurs affaires de corruption -au Portugal et en Grèce notamment. La société est passée fin 2011 aux mains d'un fonds allemand, MPC.

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 12:50
Rheinmetall Defence's Air Burst Hand Grenades Feature 2 Charges

Sep. 24, 2013 - By HOPE HODGE SECK – Defense news

 

Rheinmetall Defence's Air Burst Hand Grenade is designed to eliminate the tactical advantage of a wall or vertical structure sheltering an enemy target.

 

QUANTICO, VA. — Rheinmetall Defence is showcasing a technology here at Modern Day Marine that could cause enemies sheltering in trenches or behind berms to feel much less safe.

 

The Austrian company has developed an Air Burst Hand Grenade that is equipped with two charges, not just one. After being activated and thrown, the first charge shoots the grenade about two meters in the air, where the second charge detonates the explosive. The system is designed to eliminate the tactical advantage of a wall or vertical structure sheltering an enemy target.

 

Other features include a cone-shaped body that directs fragments downward to ensure the elimination of the target on the ground, while controlling outward dispersion.

 

The company’s senior advisor, Mike Miller, said while no Air Burst grenades have been fielded to U.S. military buyers yet, the Swedish Armed Forces began using the new weapons system last year.

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 12:35
Afghanistan : retrait progressif de l’Otan

24.09.2013 Par Guillaume Belan (FOB)

 

Le Canada sur le départ

 

La première phase de retrait du contingent canadien d’Afghanistan va débuter dès le mois d’octobre, pour arriver environ à 650 militaires sur place. La seconde phase de retrait, prévue juste avant les fêtes de Noël, verra la présence canadienne réduire à environ 375 soldats. Au final, la mission canadienne au sein de l’ISAF devrait se conclure avant le 31 mars 2014.

 

Italie et Allemagne restent encore sur place

 

Alors que le retrait français de Kaboul est quasiment terminé, l’Allemagne et l’Italie ont, eux, confirmé qu’ils entendaient maintenir un contingent national significatif en Afghanistan après 2014. L’Allemagne conservera ainsi le commandement du secteur Nord, avec 600 à 800 militaires, et l’Italie celui du secteur Ouest, beaucoup plus « chaud », avec un millier de soldats. Pour mener à bien la poursuite de leurs missions, Berlin et Rome sont à la recherche de partenaires, allant jusqu’à solliciter des pays hors Otan, comme l’Ukraine. Déjà, une centaine de militaires ukrainiens sont arrivés à Herat, au quartier général du Regional Command-West (RC-West) sous responsabilité italienne. La plupart des contingents nationaux de l’ISAF opérant sous le contrôle du RC-West ont déjà quitté l’Afghanistan. Les Lituaniens, initialement basés à Chagcharan, dans la province isolée de Ghor, resteront en Afghanistan mais rejoindront le contingent allemand dans le secteur Nord (RC-North). Les Albanais se sont déjà retirés et les Espagnols sont en train de plier bagage de la province de Badghis pour rejoindre Herat où, d’ici la fin de l’année, ils maintiendront un contingent de seulement 300 militaires, au lieu des 750 initialement prévus.

 

Il reste aujourd’hui encore quelque 100 000 soldats de l’Otan (principalement américains) sur place, répartis dans une centaine de bases de l’OTAN (contre 800 il y a encore quelques années). Malgré ce massif retrait engagé, les insurgés continuent de mettre la pression sur les armées étrangères. Après plus de 13 années de présence, le retrait des forces otaniennes devrait s’achever à la fin de l’année prochaine, laissant derrière eux un pays loin d’être pacifié. Ce 21 septembre, trois soldats de l’Otan ont encore été tués dans l’est de l’Afghanistan, par un homme portant un uniforme des forces afghanes.

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 18:55
Le premier A400M baptisé à Séville et Orléans le 30 septembre

23.09.2013 Par Olivier Berger, grand reporter à La Voix du Nord - Défense globale

 

La cérémonie officielle d'accueil du nouvel avion de transport militaire A400M Atlas au sein de l'armée de l'air française se déroulera le lundi 30 septembre sur la base aérienne 123 d'Orléans-Bricy.

 

Un peu plus tôt ce même jour, la cérémonie pour la livraison des premiers A400M se sera déroulée à l'usine d'Airbus Military à Séville. Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, fera d'ailleurs le voyage de Séville à Orléans à son bord...

 

L'arrivée de l'avion stratégique et tactique multi-rôles dans les forces aériennes françaises est l'aboutissement de l'un des plus grands programmes de défense en Europe (sept pays partenaires). L'un des plus coûteux aussi avec des surcoûts de plus de 7 milliards, 10 % du coût total...

 

La France a commandé 50 exemplaires (trois en 2013) pour un budget de 8,7 milliards d'euros. Il reste à observer le décalage précis des livraisons dans la prochaine Loi de programmation militaire 2014-2019. L'objectif est de quinze avions livrés en 2019.

 

Le premier A400M Atlas, arrivé réellement sur la base du Loiret en juin, se nommera " Ville d'Orléans " (comme on avait pu le lire ici). La DGA ne l'a réceptionné officiellement que le 1er août, avec trois ans de retard donc... Le programme A400M a connu des retards techniques moteurs. Il touche enfin au but.

 

A l'occasion de cette cérémonie sur la base 123, le général Denis Mercier, chef d'état-major de l'armée de l'air, et le général Karl Müllner, son homologue de la Luftwaffe, signeront un partenariat franco-allemand de formation A400Mson h

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 17:35
Indonesia receives four Grob G120TP trainers

Sep. 23, 2013 by Greg Waldron - FG

 

Singapore - Grob has delivered the first four G120TP aircraft to the Indonesian air force, with an additional six to come before the end of 2013.

 

These aircraft are part of an 18 unit, $72 million deal for the type, says the Indonesian air force. The deal was signed in September 2011.

 

In 2014, Grob will deliver the remaining eight aircraft.

 

Indonesia will use the turboprop-powered type for elementary and basic training. It will replace the air force’s fleet of FFA AS-202 and Beechcraft T-34s.

 

Jakarta recently received its first pair of Korea Aerospace Industries T-50i Golden Eagle advanced jet trainers. It is obtaining 16 T-50is, with all of the aircraft to be delivered by February 2014.

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 07:50
MV850  photo  Polaris  Industries Inc

MV850 photo Polaris Industries Inc

22.09.2013 Polaris Industries - army-guide.com

 

Polaris Industries Inc., the leading manufacturer of off-road vehicles, today announced the company was awarded a contract to provide MV850 ultra-light tactical vehicles to the German Army.

 

“Defense forces around the world are seeking Polaris Defense Military vehicles to take advantage of our ability to make modifications to our commercial off-the-shelf technology (COTS), insert customer requirements and quickly deliver an end product that meets their needs,” said Rich Haddad, general manager of Polaris Defense. “It is our goal to match the warfighter’s mission requirements with our best value product.”

 

The highly-mobile MV850 platform, which was built specifically for the U.S. military and allied forces, allows for the transport of military personnel and gear through extreme off-road terrain. It features a 600 lbs./272 kg capacity metal rack system, 11.75 gal/ 4.5 L fuel capacity, blackout lighting with IR light capability and an optional litter mount.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 13:54
Le lanceur russe Soyouz à Kourou aurait pu être une alternative à l'américain Falcon 9 - photo CNES

Le lanceur russe Soyouz à Kourou aurait pu être une alternative à l'américain Falcon 9 - photo CNES

19/09/2013 Michel Cabirol – laTribune.fr

 

L'Allemagne a choisi le lanceur américain Falcon 9 pour lancer trois satellites gouvernementaux alors que des lanceurs européens étaient disponibles. Elle met ainsi sérieusement à mal la préférence européenne.


 

« C'est un scandale », résume un acteur de la politique spatiale française. La communauté spatiale française est très, très colère contre la décision du ministère de la Défense allemand de confier, avec la complicité des constructeurs de satellites Astrium (groupe EADS) et OHB, le lancement de trois satellites identiques d'observation gouvernementaux au nouveau lanceur américain Falcon 9, développé par à la société SpaceX avec l'aide de la NASA.

C'est aussi le concurrent le plus féroce de la gamme de lanceurs européens opérés depuis la Guyane (Ariane 5, Soyuz et le petit lanceur italien Vega). Et comble du comble, selon nos informations, Arianespace n'aurait même pas été consulté pour ce contrat.

 

La semaine dernière, le président du CNES, Jean-Yves Le Gall, qui était il y a peu le PDG d'Arianespace, s'était publiquement interrogé sur la décision allemande.

« Il s'est déroulé cet été un événement, à mes yeux, très important c'est que l'Allemagne a acheté à SpaceX trois lancements pour ses satellites d'observation ; c'est lourd de sens, non ?, a estimé Jean-Yves Le Gall, dans une interview accordée à la lettre AeroDefenseNews. Or, ces satellites auraient pu être lancés par Vega ou Soyouz en Guyane, deux systèmes de lancement dans lesquels l'Europe a lourdement investi. Et je suis convaincu que si nous avions pu proposer une solution de lancement dans laquelle l'industrie allemande était partie prenante, ces satellites ne seraient pas partis chez SpaceX ».

 

La préférence européenne jetée à la corbeille

Mais mercredi, Astrium et OHB System AG ont signé un contrat d'environ 344 millions d'euros pour le développement, la fabrication et le lancement d'un satellite radar ultra-performant pour le système de surveillance par satellite SARah. Et donc de confier à SpaceX le lancement des trois satellites. Ce qui est un véritable coup de hache dans les principes de l'Agence spatiale européenne (ESA), qui préconise que les États membres fassent jouer la préférence européenne pour le lancement des satellites gouvernementaux et institutionnels.

 

"Jamais la France n'aurait donné son autorisation à une telle décision"

Un principe aujourd'hui bafoué par l'Allemagne, qui a donné l'autorisation à Astrium, pourtant actionnaire d'Arianespace à hauteur de 28,5 %, et d'OHB de choisir le lanceur Falcon 9, rival de la gamme de lanceurs (Ariane 5, Soyuz et Vega), opérés depuis le Centre spatial guyanais (CSG) à Kourou. « Jamais la France n'aurait donné son autorisation à une telle décision, explique-t-on à La Tribune. C'est en complète contradiction avec ce que dit l'Allemagne ».

 

Astrium a oublié d'évoquer Soyuz, voire le lanceur italien Vega, opérés depuis Kourou

Astrium, maître d'œuvre d'Ariane, a expliqué mercredi que son satellite SARah d'environ 3 tonnes était trop petit pour être lancé seul sur Ariane 5, conçue pour mettre sur orbite deux satellites à la fois, et trop gros pour un lancement double. Pourtant, selon nos informations, deux satellites pèseront chacun 720 kg tandis que le troisième pèsera 1,230 kg à la balance.

De plus, selon Astrium, il doit être placé sur orbite basse et non sur l'orbite géostationnaire où Ariane place le plus souvent ses charges. "Nous avons donc choisi le lanceur le plus adapté à la demande du client", a déclaré un porte-parole d'Astrium. Ce qui est vrai ( pour Ariane 5)... et faux. Car Astrium a oublié d'évoquer Soyuz, voire le lanceur italien Vega, opérés depuis Kourou qui étaient adaptés à cette mission, selon le président du CNES.

Pourquoi avoir donc choisi Falcon 9 ? Tout simplement, comme le rappelle de nombreux acteurs de la filière, pour une questions de prix de lancement . « Aujourd'hui Soyuz, c'est 100 millions de dollars par lancement, Falcon 9 c'est 50 millions de dollars », explique l'un d'eux. « Les Russes ont augmenté leur prix », constate un fin connaisseur de la filière spatiale. En outre, selon nos informations, Astrium en aurait profité pour recycler des réservations qu'il avait faite à SpaceX. Et le tour (la farce ?) est joué.

 

"La décision allemande est la démonstration qu'il faut faire Ariane 6"

La morale de cette triste histoire européenne, c'est que le futur lanceur de l'Europe, Ariane 6, est encore plus indispensable aujourd'hui compte tenu de la décision allemande, qui envoie un signal à tous qui n'osaient pas encore franchir le pas vers SpaceX.  Au ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, on ne souhaite pas commenter pas la décision de l'Allemagne de lancer sur SpaceX même si on sent beaucoup d'amertume. "La décision allemande est la démonstration qu'il faut faire Ariane 6, explique-t-on à La Tribune. Et le plus vite possible. Nous en sommes aujourd'hui encore plus convaincu".

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 07:30
L'Allemagne reconnaît avoir livré des produits chimiques à la Syrie

18/09/2013 Par Anne-Laure Frémont - LeFigaro.fr

 

Ces composés chimiques, exportés entre 2002 et 2006, sont susceptibles d'entrer dans la fabrication du gaz sarin.

 

Alors que le monde se déchire quant à la réponse à apporter à l'attaque chimique qui a fait 1400 victimes le 21 août dernier dans la banlieue de Damas, le gouvernement allemand a reconnu mercredi avoir exporté vers la Syrie quelque 111 tonnes de produits chimiques susceptibles de servir à fabriquer du gaz sarin. Des composés - du fluorure de sodium, de l'acide fluorhydrique et de l'hydrogénoflurorure d'ammonium - à «double usage», civil et militaire, selon la classification européenne, qui sont soumis à des autorisations spéciales d'exportation.

 

Le ministère allemand de l'Economie a précisé que ces exportations d'un montant total de 174.000 euros, qui ont eu lieu en 2002-2003, sous le gouvernement de Gerhard Schröder, puis en 2005-2006, sous celui d'Angela Merkel, étaient exclusivement à usage civil. Les produits en question peuvent notamment servir au traitement des métaux ou à la fabrication de dentifrice. «Des autorisations ont été accordées après examen détaillé de tous les risques possibles, y compris le détournement de ces produits ou leur transfert vers un usage militaire. Dans tous les cas, leur usage civil prévu a été considéré comme étant plausible», souligne le ministère. «Le gouvernement allemand ne dispose d'aucune information suggérant que les produits livrés ont été par la suite utilisés pour des usages autres que les usages civils initialement déclarés», ajoute-t-on au sommet de l'Etat.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 12:35
L'armée belge s'apprête à quitter Kunduz (Afghanistan) par la petite porte

16 septembre 2013 lalibre.be

 

L' "appui aux activités de redéploiement" (en direction de la Belgique) a débuté le 9 septembre à Kunduz pour la trentaine de militaires belges encore présents dans ce camp - dont des policiers militaires (MP) et des spécialistes en "opérations psychologiques" -, a indiqué le ministère de la Défense sur son site internet.

 

L'armée belge se prépare à quitter, en toute discrétion et après près de dix ans de présence qui a culminé à une bonne centaine de personnes, le camp militaire de Kunduz (nord de l'Afghanistan), que la Bundeswehr prévoit de fermer "à l'automne" dans le cadre du retrait progressif de ses troupes d'ici fin 2014, a-t-on appris lundi de sources concordantes. L'"appui aux activités de redéploiement" (en direction de la Belgique) a débuté le 9 septembre à Kunduz pour la trentaine de militaires belges encore présents dans ce camp - dont des policiers militaires (MP) et des spécialistes en "opérations psychologiques" -, a indiqué le ministère de la Défense sur son site internet.

 

"Sécurité opérationnelle" oblige, aucune date n'a encore été évoquée officiellement pour le départ des derniers Belges de Kunduz, qui n'abrite plus que quelque 300 soldats allemands, selon la presse d'Outre-Rhin.

 

Mais il se murmure à la Défense que le gros du contingent belge devrait avoir quitté Kunduz d'ici début octobre, ne laissant sur place que des logisticiens chargés de démanteler les installations et de rapatrier le reste du matériel via Mazar-i-Sharif, la grande ville du nord afghan.

 

L'armée belge s'était installée en mars 2004 dans le camp de l'Equipe provinciale de Reconstruction ("Provincial Reconstruction Team") dirigée par l'Allemagne à Kunduz, au départ avec une demi-douzaine de militaires seulement, à l'instigation du ministre de la Défense de l'époque, André Flahaut (PS).

 

Mais cette présence dans le cadre de la force internationale d'assistance à la sécurité (Isaf, dirigée par l'Otan) avait cru au fil des ans, sous la protection des troupes allemandes. Elle avait atteint un maximum d'environ 125 personnes entre le printemps 2009 et avril dernier, lorsque deux équipes d'instructeurs belges (des OMLT, devenues des MAT) encadraient des unités de l'armée nationale afghane (ANA), une implication accrue voulue par l'actuel titulaire du portefeuille de la Défense, Pieter De Crem (CD&V).

 

Les autres pays européens quittent aussi la zone militaire

 

La première de ces équipes, forte d'une cinquantaine de personnes, est rentrée au pays le 5 mai dernier après avoir assuré depuis janvier 2009 - mais avec des relèves de personnel tous les six mois - la formation d'un "kandak" (bataillon afghan), à Kaboul d'abord, à Kunduz ensuite.

 

La seconde équipe d'instructeurs - un "Military Advisory Team" (MAT), en jargon militaire -, qui compte une dizaine de militaires chargés de conseiller l'état-major d'une brigade de l'armée afghane, est toujours sur place. Mais son retour est présenté comme proche, alors que l'Otan a décidé de concentrer à partir de l'an prochain ses efforts de formation et d'encadrement sur les niveaux plus élevés, dont celui du corps d'armée, dont celui établi à Mazar-i-Sharif.

 

Quant aux quelque 25 membres de l'ex-PRT de Kunduz, devenu récemment PATF ("Partnering Advising Task Force") pour refléter le "partenariat" qui s'est établi entre les forces afghanes et celles de l'Otan, ils devraient aussi rentrer au pays dans les semaines à venir.

 

Il s'agit d'un groupe travaillant à l'aéroport de Kunduz et chargé du chargement et du déchargement du fret ("aircraft handling"), de spécialistes en renseignement opérationnel, d'une équipe Psy-Ops ("opérations psychologiques"), des spécialistes en informatique, des MP et des contrôleurs aériens avancés ("Forward Air Controllers", FAC) sont également intégrés dans ce PATF.

 

Les Pays-Bas ont terminé le 28 août - et de manière quelque peu prématurée - le retrait de la plupart des 540 personnes affectées durant deux ans à une mission de formation de la police afghane à Kunduz. L'Allemagne a en effet annoncé un retrait accéléré de ses troupes, qui y assurent aussi la protection des continents étrangers.

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 11:50
German Army Awards Polaris Contract to Supply Military ATVS

Sep 13, 2013 ASDNews Source : Polaris Industries Inc.

 

Polaris Industries Inc. (NYSE: PII), the leading manufacturer of off-road vehicles, today announced the company was awarded a contract to provide MV850 ultra-light tactical vehicles to the German Army.

 

“Defense forces around the world are seeking Polaris Defense Military vehicles to  take advantage of our ability to make modifications to our commercial off-the-shelf technology (COTS), insert customer requirements and quickly deliver an end product that meets their needs,” said Rich Haddad, general manager of Polaris Defense. “It is our goal to match the warfighter’s mission requirements with our best value product.”

 

The highly-mobile MV850 platform, which was built specifically for the U.S. military and allied forces, allows for the transport of military personnel and gear through extreme off-road terrain. It features a 600 lbs./272 kg capacity metal rack system, 11.75 gal/ 4.5 L fuel capacity, blackout lighting with IR light capability and an optional litter mount.

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2013 5 13 /09 /septembre /2013 16:50
German military orders QinetiQ's shoulder-worn acoustic targeting system

13 September 2013 army-technology.com

 

QinetiQ North America (QNA) has been awarded a contract for supply of its shoulder-worn acoustic targeting system (SWATS) to the German military.

 

Under the $2m contract, the company will supply a range of its SWATS systems, including EARS/SWATS vehicle conversion kits and EARS/SWATS fixed site conversion kits to help address the military's requirement for individual gunshot detection systems.

 

QNA Technology Solutions general manager, Andy Rogers, said SWATS is setting the standard for wearable gunfire detection to protect modern-day soldiers as the company expands into the European market.

 

''With over 17,000 units sold, and thousands of systems deployed in theater since 2007, SWATS is a proven system that saves lives,'' Rogers said.

 

Apart from new sensor firmware, capable of enhancing sensor performance with extended detection range and improved accuracy, the contract also covers supply of software required for downloading of recorded gunshot events for after-action review and analysis.

 

The SWATS systems are scheduled to be supplied with German language customisation and documentation.

 

Manufactured as a human-wearable extension of QNA's EARS acoustic sensor programme, SWATS is innovate acoustic sensors suite designed to boost personal safety through rapid detection of the origin of incoming fire in both urban and rural environments.

 

Weighing less than 1lb, the individual gunfire detection solution can transmit actionable information of snipers and other hidden hostile combatants by audio and / or visual reporting to help soldiers seek cover and return fire thus minimising casualties.

 

 

SWATS, which was jointly developed with the US Army's Program Executive Office-Soldier (PEO-S), is currently operational with the US Army and marine corps in Iraq and Afghanistan.

 

The company did not disclose the number of units ordered and the contract's delivery schedule.

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2013 5 13 /09 /septembre /2013 11:45
US GAO questions Africom HQ location in Germany

11 September 2013 by defenceWeb

 

The US Government Accountability Office has questioned the Department of Defence’s decision to keep US Africa Command (Africom) headquarters in Germany, saying that moving the headquarters to the United States could save $60-70 million a year.

 

The US DoD in January 2013 decided to keep Africom headquarters in Stuttgart, Germany, the Government Accountability Office (GAO) said. When Africom was created as the US military’s newest command in 2007, the Stuttgart headquarters were planned to be temporary, but finding a new location was problematic due to the cost of moving the headquarters and opposition from African countries to host the command on the continent.

 

When announcing the decision to keep Africom in Germany, the US Secretary of Defence said that keeping Africom in Germany would cost more than moving it to the United States but the commander had judged it would be more operationally effective from its current location, given shared resources with the US European Command.

 

The GAO in a report released last week said it found that the DoD’s decision to keep Africom headquarters in Germany “was not supported by a comprehensive and well-documented analysis that balanced the operational and cost benefits of the options available”.

 

“Although details supporting DoD's cost estimates were not well-documented [in the study accompanying the decision], the analysis indicated that moving the headquarters to the United States would accrue savings of $60 million to $70 million per year.

 

“The 2012 study also estimated that relocating the headquarters to the United States could create up to 4 300 additional jobs, with an annual impact on the local economy ranging from $350 million to $450 million, but it is not clear how this factored into DOD's decision,” the GAO said.

 

The GAO also questioned why the study did not address the fact that small, forward-deployed headquarters elements can make up for distant headquarters, such as employed by other US-based combat commands.

 

“Until the costs and benefits of maintaining Africom in Germany are specified and weighed against the costs and benefits of relocating the command, the department may be missing an opportunity to accomplish its missions successfully at a lower cost,” the GAO report read.

 

The GAO recommended the DoD re-evaluate its position on Africom headquarters by more comprehensively studying the available options. These options should include placing some Africom headquarters personnel in forward locations, while moving others to the United States, it said.

 

“DoD partially concurred with GAO’s recommendation, stating that the decision was based primarily on military judgment but that it will perform additional analysis of the location of the headquarters if the Secretary deems it necessary. GAO continues to believe such analysis is needed,” the report concluded.

 

Last month there was talk of shutting down one of the DoD’s nine combatant commands, six of which are focused on specific regions of the globe. Media reports suggested that the Pentagon might seek to merge Northern and Southern Command into a single Americas Command and disestablish African Command and divide its responsibilities between the European and Central Commands, reports the Lexington Institute.

 

The Institute cautioned that short of stopping all activities, closing offices and retrenching staff, not much money will be saved by disestablishing or merging commands.

 

The US military has a single permanent, official, military base at Camp Lemonnier in Djibouti, but has around a dozen temporary detachments across Africa which conduct surveillance operations, training etc. Camp Lemonnier is home to more than 2 000 American military personnel – around half of the total on the continent.

 

General Carter F Ham, former Africom chief, told journalists in March this year that establishing another military base in Africa or moving Africom headquarters to the continent is unnecessary and will not be helpful in Africa, especially as the German headquarters are established, close to European Command, have similar time zones to Africa and would be costly to move.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories