Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 11:50
U.S. Air Force A-10 Thunderbolt II attack aircraft return from a tactical sortie on the flightline, May 14, 2013. The route of their training took them over the skies of Fulda, a village in central Germany known for its strategic location in the 1980s. (U.S. Air Force photo by Tech. Sgt. Jonathan Pomeroy/Released)

U.S. Air Force A-10 Thunderbolt II attack aircraft return from a tactical sortie on the flightline, May 14, 2013. The route of their training took them over the skies of Fulda, a village in central Germany known for its strategic location in the 1980s. (U.S. Air Force photo by Tech. Sgt. Jonathan Pomeroy/Released)

05/14/2013 by Staff Sgt. Daryl KneeSmall -- 52nd Fighter Wing Public Affairs

 

SPANGDAHLEM AIR BASE, Germany – The U.S. Air Force launched the final A-10 Thunderbolt II tactical sortie in Europe at Spangdahlem AB May 14, 2013.

 

The airframe belongs to the 52nd Fighter Wing’s 81st Fighter Squadron, which inactivates in June.

 

“I’m proud to be a part of the last sortie,” said Lt. Col. Jeff Hogan, 81st director of operations and a pilot from today’s flight. “It’s definitely a sad day for the (81st) as we end 20 years of A-10 operations here. I’m just proud to take part in this historic event.”

 

The squadron’s inactivation is due to the termination of the Continuing Resolution provision and the enacting of the 2013 National Defense Authorization Act, a plan which defines the budget and expenditures of the U.S. Department of Defense. The Air Force is reviewing and realigning its force structure since President Barack Obama announced the plan.

 

Flying hours across the Air Force are being reduced; however, pilots strive to maintain their proficiency by training at every opportunity.

 

In this sortie, the three pilots flew the A-10s to train with a new upgrade to their helmet. The Scorpion Helmet-Mounted Cueing System includes an eyepiece attachment that taps into the data relay and communications systems of the aircraft to project a color heads-up display. Pilots can then look out of their window, and the eyepiece will highlight friendly or enemy forces.

 

The route of their training took them over the skies of Fulda, a village in central Germany known for its strategic location in the 1980s.

 

The Fulda Gap was a route for a potential tank movement from Eastern Europe into the central Germany during the Cold War. NATO planners and coalition forces prepared defenses around the area in the case of an attack. The development of the A-10 as a close-air-support aircraft is in direct relation to anticipated enemy tank defenses along the route. When the tank movement never occurred and the Cold War ended, U.S. forces used the A-10 aircraft already stationed here for ground support in contingency operations worldwide.

 

“It’s a difficult day, not for just the people in this squadron, but for anyone who’s ever served with the 81st,” said Lt. Col. Clinton Eichelberger, 81st commander. “Since we’ve been here, the world has changed, and the Air Force has changed with it. Today marks the day when we move forward. The people and aircraft are moving on to other units where they will continue to serve in today’s theater of operations.”

 

The aircraft are relocating to Moody Air Force Base, Ga., to help fulfill training requirements and force augmentation. The flight for the last four aircraft out of Germany is slated for May 17.

Partager cet article
Repost0
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 11:35
MHOV 8x8 Heavy Truck

MHOV 8x8 Heavy Truck

16 May 2013 Pacific Sentinel
 
Defence Minister Dr Jonathan Coleman today announced the purchase of 200 new trucks for the New Zealand Defence Force.
 
In a $135 million project, the government is purchasing Rheinmetall- MAN military vehicles to replace the old NZDF Unimog and heavier Mercedes trucks.
 
“The new NZDF medium and heavy trucks will carry more people and equipment, and will be fitted with armour and weapons to protect the crew, allowing them to function effectively in modern military environments,” said Dr Coleman.
 
“The same military vehicles are being purchased by the United Kingdom and we have bought them at a great price by purchasing off the same production line as the Brits, achieving an economy of scale.”
 
“The total cost for the trucks from the production line is $113 million.  The remaining balance of the project costs includes armour protection kits; weapons mounts; personnel modules and a range of specialised military equipment,” he said.
 
“It also covers spares, logistic support arrangements, and extensive training packages.”
 

 

“The arrival of all the new trucks by the end of 2014 will mean the NZDF can begin working up to a future operational capability which will be a huge step forward in technology and protection from the current fleet.” 
 
“The government’s defence policy is all about investment in the front line and these new trucks are a great example of that,” said Dr Coleman.
 
“These new trucks are part of an ongoing programme of equipment upgrades, including modernisation of the ANZAC frigates,  replacement helicopters for the Navy, and getting our upgraded Orions and Hercules fully into service.”
 
Key Facts:

 

  • The trucks will be used across the whole NZDF.
  • Three sizes of truck will be purchased: 6 tonne 4x4, 9 tonne 6x6 and 15 tonne 8x8.
  • The 6 tonne trucks have 240Kw engines, while the 6x6 and 8x8 variants have 324Kw engines. All engines are Euro 4 emissions compliant, which is the highest level that still allows efficient operations even if the fuel is of lower quality (such as might be found on operations).
  • All trucks are fitted with high capacity electrical systems to future proof them for developments in communications and other electronic systems. They are all fitted with air conditioning to maximise crew efficiency in a wide range of temperatures..
  • Variants to be purchased include trucks fitted with winches and cranes to allow completely independent operations, dump trucks, trucks fitted with specialised pallet and container handling equipment, and tractor/semi-trailer combinations to carry heavy vehicles and equipment.
  • Specific components, including semi-trailers and dumper bodies, will be made in New Zealand.
  • Although the trucks meet military requirements, over 80% of their components are used by civilian MAN vehicles. This commonality will allow for readily available maintenance support to the vehicles.
  • Five training vehicles are arriving soon and will allow drivers and mechanics to train and qualify on the vehicles prior to the main fleet arriving.

 

 
Partager cet article
Repost0
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 07:50
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

14/05/2013 Sources : Marine nationale

 

La cérémonie d’activation de la Force navale franco-allemande (FNFA) a marqué le début de l’entraînement multinational de lutte anti-sous-marine Spontex, le 13 mai 2013 à Brest. Présidée par le contre-amiral Jean-Baptiste Dupuis qui conduit l’entraînement, la cérémonie a réuni près de deux cents marins français et allemands sur la plateforme arrière du transport de chalands de débarquement (TCD) Siroco.

 

Créée en 1991 par la volonté des deux pays d’associer leurs capacités navales, la FNFA est une force de réaction rapide non permanente, capable de combiner des moyens français et allemands. Cette capacité de mise en œuvre de forces « ad hoc », rapidement déployables, est un impératif que partagent les autorités politiques et militaires des deux pays. La FNFA peut être activée pour exécuter des missions d’intérêt commun, participer à des opérations de l’union européenne, de l’Otan, ou pour remplir un mandat de l’Onu. Elle peut également être activée à l’occasion d’entraînements opérationnels communs.

 

Dans le cadre de Spontex 13, la FNFA regroupe trois bâtiments allemands : le pétrolier-ravitailleur Frankfurt Am Main, deux frégates anti-sous-marines (FASM) Emden et Bremen  et trois bâtiments français, le TCD Siroco, la FASM Primauguet et l’aviso Commandant l’Herminier.

photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

Si l’édition 2013 de Spontex met à l’honneur la FNFA, c’est parce que la France et l’Allemagne célèbrent cette année les cinquante ans du Traité de l’Elysée. En 1963, cet accord signé par le général de Gaulle et le chancelier Adenauer, symbolisait la réconciliation des deux pays et le développement de leurs futurs liens de coopération.

 

« Le Traité de l’Elysée demeure la pierre angulaire de la construction du partenariat franco-allemand. Il constitue une base commune solide et concrète, à la fois dans les domaines politique, militaire et symbolique, a rappelé le contre-amiral Jean-Baptiste Dupuis lors de son allocution. Au niveau militaire, l’Allemagne et la France maintiennent et développent depuis ce jour des relations privilégiées, notamment dans le domaine maritime, au sein duquel la coopération est riche et dynamique. La FNFA illustre parfaitement le dynamisme de cette coopération. »

photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

Partager cet article
Repost0
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 10:55
Le Primauguet franchit les passes de Brest

Le Primauguet franchit les passes de Brest

14/05/2013 Sources  Marine nationale

 

Du 13 au 23 mai 2013, la France conduit auprès de six autres nations, l’entraînement tactique multinational bisannuel de lutte anti-sous-marine Spontex  sur la façade atlantique. Spontex 2013 est particulièrement consacré à la lutte anti-sous-marine en zone littorale et en eaux peu profondes.

Le Primauguet en grande rade de Brest. Le sous-marin portugais, Arpao, en rade de brest, s'apprète à  franchir les passes

Le Primauguet en grande rade de Brest. Le sous-marin portugais, Arpao, en rade de brest, s'apprète à franchir les passes

Ainsi, la France, l’Allemagne, la Belgique, le Canada, la Pologne, le Royaume-Uni et le Portugal réunissent dix bâtiments de surface, deux sous-marins, deux avions de patrouille maritime et des hélicoptères, pour un entraînement de haut niveau dont l’objectif est d’améliorer l’interopérabilité des alliés en les mettant dans les conditions de leur potentiel emploi au sein d’une task force multinationale

 

Spontex met également en œuvre toute la chaîne de commandement et de contrôle  tactique dans un contexte multinational, en déployant un état-major d’une trentaine de personnes à bord du TCD Siroco, majoritairement issues de la Force aéromaritime de réaction rapide, pour conduire les opérations

 

Les moyens français participant à Spontex 13

 

    Transport de chalands de débarquement Siroco

    Frégate anti-sous-marine Primauguet

    Aviso Commandant L’Herminier

    Sous-marin nucléaire d’attaque

    Deux avions de patrouille maritime Atlantique 2

    Un état-major embarqué de trente personnes, essentiellement armé par la force aéromaritime de réaction rapide (FRMARFOR).

Le Kosciusco devant les passes de Brest

Le Kosciusco devant les passes de Brest

Partager cet article
Repost0
9 mai 2013 4 09 /05 /mai /2013 11:35
photo KMW

photo KMW

May 08, 2013 By Matthias Gebauer and Otfried Nassauer – Spiegel.de

 

In recent years, Chancellor Angela Merkel's government has significantly expanded German arms exports abroad, often to countries with questionable human rights records. Now Berlin has approved a deal to export over 100 tanks to Indonesia.

 

The German government has once again approved a controversial deal to export arms to a country with questionable democratic credentials. The German Security Council, which meets in secret, has approved a deal by defense firm Rheinmetall to export 104 Leopard 2 battle tanks to Indonesia.

 

In addition, 50 Marder 1A2 infantry fighting vehicles are to be delivered as part of the deal, as are 10 other military vehicles, including armored recovery vehicles, mobile bridges and military engineering vehicles. While the broad outlines of the deal had been reported by Reuters previously, the exact numbers of tanks and armored vehicles involved come from a government response to a parliamentary inquiry made by Green Party lawmaker Katja Keul and seen by SPIEGEL ONLINE.

 

Indonesia's interest in German arms had long been apparent, but Berlin had remained silent on its intentions. Previously, Indonesia had approached the Netherlands regarding its interest in acquiring Leopard tanks, which are widely considered to be the most modern battle tanks available. But the Dutch parliament declined to approve the deal due to concerns about the human rights situation in Indonesia. Jakarta then turned to Germany. The German parliament has no veto right over arms deals.

 

Rheinmetall has further developed the Leopard tank, providing it with greater protection and systems allowing for street fighting in residential areas. It is this model, called MBT Revolution, in which Indonesia was interested.

 

Changing Approach to Weapons Deals

 

A possible arms deal with Indonesia was under discussion as far back as the summer of 2012, when Chancellor Angela Merkel visited the country. At the time, Jakarta was open about its interest in military vehicles made in Germany, saying the anticipated deal was merely an effort to update its weapons systems and insisted the tanks would not be used against its own people, during protests, for example. Still, human rights activists were concerned about the possible deal. Amnesty International accuses Jakarta of contravening human rights in some provinces and the country ranks 100th on Transparency International's corruption index.

 

The German Security Council, made up of the chancellor and select cabinet members, has approved several deals to export tanks in recent years, thereby significantly changing the country's erstwhile restrictive approach to arms exports. Previous governments had approved deals involving the export of warships and submarines to questionable countries because it is difficult to use such weapons against the civilian population. Tanks, however, remained taboo. "That which floats is okay. That which rolls is not." Such was the dictum followed during the long reign of former Foreign Minister Dietrich Genscher.

 

Regional Interests

 

More recently, however, billion-euro tank deals have been approved as a matter of course. In recent years, the security council has approved export deals to such autocratic countries as Saudi Arabia, justifying the decision by pointing to the importance of regional stability to Germany's own national interests. Saudi Arabia, for example, is seen as a strategic counterweight to Iran and also cooperates intensely with German secret services in the fight against international terrorism.

 

A similar argument was used to justify the approval of an arms deal involving the export of tanks to Qatar. Berlin granted Krauss-Maffei Wegmann permission in April to export 62 Leopard 2 tanks in addition to other military vehicles in a deal worth €1.89 billion. Rheinmetall is an important supplier in the deal, delivering the canons and weapons systems for the tanks in addition to machine guns, spare parts and munitions.

 

"Qatar is in many areas an important partner for Germany and the European Union in the region. In addition, it has legitimate security and defense interests," Berlin said in defending the deal. The justification would likely be similar for a deal with Qatar's neighbor, United Arab Emirates. According to the response to Keul's inquiry, the country received permission last year to purchase machine guns and other weaponry, including munitions, from German production.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 14:35
Germany To Sell Tanks to Indonesia

May. 8, 2013 Defense news (AFP)

 

BERLIN — Germany has agreed to sell 164 used tanks to Indonesia, the government confirmed Wednesday, after the Dutch parliament last year rejected a similar request over human rights concerns.

 

Chancellor Angela Merkel’s government has given the green light to Duesseldorf-based weapons maker Rheinmetall AG to sell the tanks to Jakarta, said an economics ministry spokeswoman.

 

She said the total price tag was about €3.3 million ($4.3 million), suggesting that the more than 100 Leopard 2 battle tanks and other tracked vehicles are second-hand military equipment.

 

Merkel’s national security council decides on arms export licenses in closed meetings and usually stays tight-lipped about them until details are released in annual defense export reports.

 

But the government was forced to release information about the Indonesia deal after a formal request by opposition Greens party lawmaker Katja Keul, who published the response on her website.

 

The shipment includes 104 Leopard 2 tanks and 50 Marder 1A2s infantry fighting vehicles, as well as ammunition. Among the 10 other tanks are vehicles used in mountain terrain, mobile bridge layers and armored earth movers.

 

Indonesia, Southeast Asia’s biggest economy and the world’s most populous Muslim majority country, had first requested the tanks in 2012 during a visit by Merkel, pledging not to use them against its own people.

 

Opposition parties in Indonesia’s former colonial power the Netherlands had stopped a proposed tank deal with the country, citing the risk Jakarta would use them to suppress ethnic and religious minorities.

 

Merkel spokesman Steffen Seibert on Wednesday defended the export and called Indonesia an “important partner country” that had received German defense goods before.

 

“Indonesia has, in the view of the German government, since about 1998 undergone a deep political change toward a democratic political system,” he said. “The reform efforts of the Indonesian government are continuing.”

 

He recalled that Merkel had, during a March visit to Berlin by Indonesian President Susilo Bambang Yudhoyono, praised his archipelago nation as a “role model” for religious diversity.

 

The Merkel government has promoted weapons sales to countries it considers strategic partners and also recently approved controversial arms shipments to Saudi Arabia, Qatar and the United Arab Emirates.

Partager cet article
Repost0
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 07:50
OCCAR: Tiger Programme Contract Notice
 
Brussels | Apr 30, 2013 European Defence Agency
 

OCCAR, EDA’s partner in developing European defence capabilities, manages the Tiger Helicopter programme on behalf of Germany, France and Spain.

 

In a common approach towards personnel training, the German-French Tiger Helicopter Technical School (Deutsch-Französisches Ausbildungseinrichtung TIGER - DFAT) opened in 2003 in Fassberg, Germany. The mission of the School is to provide training to French and German Tiger Helicopter Technicians for the maintenance of the Tiger Helicopter in HAP and UHT versions. In 2013, the School will have also to start training technicians on the HAD version.

OCCAR: Tiger Programme Contract Notice

To analyse additional training needs and define the necessary training means to cover requirements of the German-French Tiger Helicopter Technical School, OCCAR wants to place a contract with industry.

 

To attract industry’s attention to this business opportunity, a contract notice has been published as a first step in the tendering process. Details on this contract notice can be found under this link: www.occar.int/221.

 

More information:
Partager cet article
Repost0
25 avril 2013 4 25 /04 /avril /2013 07:50

25 April 2013 Defense Studies

 

Eight of the SAF's Leopard 2SG MBTs and four of the Bundeswehr's Leopard 2A6 MBTs were involved in the joint live-firing exercise at the NATO-Bergen Training Area, Germany  (all photos : Sing Mindef)

Minister for Defence Dr Ng Eng Hen visited the Singapore Armed Forces (SAF) troops participating in Exercise Panzer Strike at the NATO-Bergen Training Area, Germany, on 23 April 2013.

During his visit, Dr Ng was briefed on the conduct of the exercise and witnessed a successful bilateral live-firing involving the 2nd Company of the 48th Battalion of the Singapore Armoured Regiment and their German counterparts from the Bundeswehr's 33rd Panzer Battalion. Both armies had been engaged in rigorous training and exchange of pointers in the lead-up to the joint exercise, which involved the execution of tactical manoeuvres.
 


Speaking to the servicemen at the visit, Dr Ng emphasised the importance of overseas training in providing realistic and challenging training opportunities for the SAF to hone its operational readiness and extended his appreciation to them for their professionalism and dedication. Giving his thoughts on the exercise, Dr Ng said, "I think all servicemen recognise and realise that they have to optimise these very precious training resources. It makes a big difference for them, they know that that once they have done this, they are very confident that they can fire accurately on the move and they are confident as a crew. I think that is something they have achieved that cannot be taken away from them - that they feel very confident of themselves."

 


Exercise Panzer Strike is the fifth in the series and has included a bilateral live-firing component for the second consecutive year. It will involve more than 1300 armour personnel, 14 Leopard 2SG Main Battle Tanks and 11 Bionix I Infantry Fighting Vehicles. These training opportunities in Germany have helped build up the professionalism and capabilities of the SAF Armour. Due to a recent agreement, SAF Armour will now be able to double their training time in Germany.

(Sing Mindef)

Partager cet article
Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 12:30
German Firm Arms Qatar with Tanks

April 24th, 2013 By German Radio - defencetalk.com

 

German arms manufacturer Kraus-Maffei Wegmann (KMW) has just closed a billion dollar deal with Qatar that was five years in the making. On Thursday (18.04.2013), the Munich-based company announced that it signed a contract to deliver 62 Leopard 2 tanks and 24 self-propelled howitzers to the emirate. The price for the arms: roughly 1.9 billion euros ($2.48 billion).

 

Before the deal, Qatar owned old tanks and artillery from France and South Africa, according to KMW. Now the country wants to scrap the old weapons and modernize its 8,500-man army with the German manufacturer’s new weapon systems. As reported vaguely by news agencies, armament experts say Qatar wants to be prepared for a possible conflict with Iran. That sounds convincing to political scientist and Middle East expert Werner Ruf.

 

“One reason is definitely that Qatar is among the nations in the Gulf who consider Iran a real threat, and who want to arm themselves against that threat,” he told DW.

 

What is the armament for?

 

But one of the most important factors in such large weapons deals is money, Ruf said.

 

“Weapons are the goods that elicit the highest sums of bribery,” he said. “That makes for great earnings on the side for the person in charge of choosing the weapons.”

 

Qatar expert and political scientist Hamadi El-Aouni from the University of Berlin said he thinks the Gulf state wants the tanks to support friendly groups in other countries.

 

“It’s not impossible that that these weapons will be shipped off somewhere,” he told DW. “I assume toward Syria, via Turkey. Or possibly Lebanon.”

 

El-Aouni said he not believe Qatar is purchasing the weapons to protect itself from Iran. Home to a large US Air Force base, he said the United States would protect Qatar if it came to a confrontation with Iran.

 

Limited rights

 

The opposition parties in Germany heavily criticize the arms deal with Qatar. They point to the country’s autocratic government and lack of respect for human rights. Ruf and El-Aouni agreed with this assessment. The Arab news channel Al Jazeera in Qatar once stood for independent reporting and free access to news, but today its broadcasts are mostly filled with foreign propaganda, Ruf added.

 

There is also no opposition allowed in Qatar, El-Aouni said: “With very few exceptions, there is no freedom of expression. The emir and his family, as well as Qatar’s government, remain off-limits.” Qatar might not be a visible police state, but there are always secret observers watching you, El-Aouni added.

 

The fact that Qatar supported the rebels during many of the Arab Spring conflicts doesn’t mean that the country whole-heartedly supports democracy. They saw their own interests at stake, according to El-Aouni.

 

“Qatar hasn’t support the young people’s revolution so that democracies could rise in countries like Tunisia, Libya and Egypt. Qatar just assumed that the revolution would eventually lead to Islamist states and an Islamist community,” he said, adding that the country only held up a smoke screen of democracy.

 

That pseudo-democracy became visible in Qatar’s approach to foreign policy, Ruf said.

 

“The way they reacted to the uprising in Bahrain definitely gave them away,” he said. “While Al Jazeera praised the Arab Spring movement, the government sent tanks to Bahrain to support Saudi Arabia’s course of action: smothering the Bahrain uprising in blood.”

 

The West looks the other way

 

Ruf said political and strategic reasons were behind the West’s decision not to criticize the situation in Qatar more openly.

 

“I believe that there’s a trend toward a new international order behind all this,” he said. “The US can’t do everything they want anymore. They are moving their military power to the Pacific and are putting together a new security power in the Gulf region.”

 

Saudi Arabia and Qatar, members of the Gulf Cooperation Council, are the new powers, according to Ruf.These countries in turn work to secure their power by trying to make Arab nations, specifically those of the Arab Spring, more Islamist.

 

“You can see this in Egypt, and also in Tunisia, where huge amounts of money are spent to help the Islamists, and where this money is used to recruit thousands of fighters for the conflicts in Syria and Mali,” Ruf said, adding that human rights and democracy don’t have roles to play.

 

He added that Germany’s behavior is hypocritical, too: when Islamists march into Mali, everyone condemns it. “But at the root of all that, where human rights are abused systematically, every day, such as in Qatar and Saudi Arabia above all, the West just looks the other way.”

 

Ruf quoted German Foreign Minister Guido Westerwelle as proof for legitimization of authoritarian Gulf states. He said Westerwelle said that Saudi Arabia was an anchor of stability and that Qatar helped hold that anchor down.

Partager cet article
Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 07:35
Singapore Armor Trains in Germany

April 24th, 2013 By SingaporeMoD - defencetalk.com

 

BERGEN, Germany: One-up, two-up, echelon left, echelon right and bounding-over-watch. These are fighting formations that the 48th Battalion, Singapore Armored Regiment (48 SAR) has executed with Leopard 2SG Main Battle Tanks (MBTs) at Exercise Panzer Strike in Germany.

 

Held on the undulating plains of Bergen-NATO training area – whose live-firing ranges provide three times the maximum firing distance of ranges in Singapore – the armour troopers’ progressive training will conclude with a company live-firing exercise involving 13 Leopard 2SG MBTs operating together and providing fire support for one another.

 

The fifth in the series since it started in 2009, Exercise Panzer Strike is being held from 8 Apr to 21 May this year. “Panzer” is German for armour.

 

From this year, the Singapore Armed Forces (SAF) will be able to train in Germany twice a year as part of a recent agreement between Singapore and Germany.

 

During his introductory visit to Germany from 22 to 24 Apr, Minister for Defence Dr Ng Eng Hen met with his counterpart Dr Thomas de Maizière in Berlin. Both parties reaffirmed the warm and growing bilateral relations between Singapore and Germany, and expressed commitment to further strengthen and expand bilateral defence cooperation. Dr Ng also conveyed Singapore’s appreciation of the German government’s support for the SAF’s armour training in Germany.

 

Singapore and Germany signed a Defence Cooperation Agreement in September 2005 to formalise their defence interactions. Both countries interact regularly in a range of defence interactions, such as visits, military exchanges, professional courses, policy dialogues and technology collaboration. Dr de Maizière will also be participating in this year’s Shangri-La Dialogue, which will be held in June in Singapore.

 

As part of his visit to Germany, Dr Ng will visit the SAF troops at Exercise Panzer Strike later today.

 

For 48 SAR’s 2nd Company, this annual exercise is an important milestone in ensuring that they are ready to perform operational duties, said the battalion’s commanding officer Major (MAJ) Lim Han Yong. “In Singapore, 800m is the maximum range at which we can engage the targets. Over here, we can engage targets that are as far as 2,500m away.”

 

Another benefit of the large training area in Germany is being able to have moving tanks fire at moving targets, a configuration that is not possible in Singapore because of space limitations. “This enhances the realism (of the exercise) and the training competencies of our crewmen,” added MAJ Lim.

 

Another highlight of training there is the opportunity to fire the 120mm live round from the Leopard 2SG MBT. Lance Corporal (LCP) Chad Augustin, who is in charge of loading these rounds, described his experience as “fantastic”.

 

Speaking with a newfound confidence after having successfully completed several platoon-level live-firing exercises on the Leopard 2SG MBT as part of a four-man crew, the 19-year-old noted: “Training in Singapore is about honing your drills whereas here, it’s about experiencing the live-firing. If you’d asked me just two weeks ago, I’d probably tell you I’ll never make it (as a loader). But now, I feel like I can do anything.”

 

Master Warrant Officer (MWO) Lim Siang Yam, Wing Commander of the School of Armour’s Specialist Training Wing, was also at Exercise Panzer Strike with 158 Armour Infantry (AI) instructors and trainees, a large majority of whom had just graduated from the 05/12 Specialist Cadet Course.

 

This is the first time AI troopers are at Exercise Panzer Strike, and the three-week live-firing exercise in Germany will cap off their training as specialists in the armour formation.

 

Back home, AI troopers practise their skills on the Armour Gunnery Training Simulator. While the simulator helps the troopers sharpen their gunnery skills, MWO Lim pointed out that it required a lot more to accurately take down both stationary and moving targets during a live-firing exercise.

 

“The fatigue level and mental stress is very different as they have a lot more preparation prior to the live-firing,” said the 48-year-old.

 

AI trainee 3SG Jeevan S/O Mahendran said that after his live-firing exercise, he was more confident of the voice procedures when operating the BIONIX Infantry Fighting Vehicle (IFV) as well as of the different roles that being a vehicle commander, a gunner and a trooper entailed. “I feel more confident to take care of and lead my men in the future.”

Partager cet article
Repost0
22 avril 2013 1 22 /04 /avril /2013 21:30
Germany says will 'respect' move to lift Syria arms embargo

April 21, 2013 Spacewar.com (AFP)

 

Istanbul - German Foreign Minister Guido Westerwelle on Sunday said Berlin will have no choice but to accept the lifting of an EU arms embargo on Syria if other European countries push for it.

 

Germany up to now has opposed providing military support to Syria's rebels, but Britain and France are pushing for the embargo to be allowed to expire at the end of May.

 

Speaking to journalists in Istanbul after a "Friends of Syria" meeting on Saturday, Westerwelle said the embargo would be discussed when EU foreign ministers meet in Luxembourg on Monday.

 

"If there are one or two countries in the European Union who think that there is no risk that arms will fall into the wrong hands," then Germany "will have to respect that," Westerwelle said.

 

The decision on whether to continue the embargo and sanctions on President Bashar al-Assad's regime must be made unanimously by EU members. Monday's talks will also see EU ministers considering a case-by-case easing of an oil embargo against Syria to help the opposition.

 

Critics of supplying weapons to the rebels fear they will be acquired by radical Islamists. But supporters say arms supplies are needed to boost the standing of moderate groups and the opposition's chances against Assad's better-armed regime.

 

US Secretary of State John Kerry announced after Saturday's talks that Washington was doubling its financial assistance to Syria's opposition and would expand non-offensive military supplies to the rebels, but ignored calls for arms deliveries.

 

Westerwelle said the supply of body armour could be considered and welcomed a commitment from the opposition to protect minorities and distance itself from extremism.

 

"Therefore we are convinced that it makes sense to do more, to step up support for the opposition and that's what we will do," he said.

 

He also said Germany would boost its aid for Syria's humanitarian crisis by 15 million euros ($19.6 million) to reach a total of 145 million euros.

Partager cet article
Repost0
21 avril 2013 7 21 /04 /avril /2013 11:35
After ISAF: Germany Commits Troops for Post-2014 Mission

German soldiers in Afghanistan: Will other countries follow Germany's example after most Western troops withdraw?

 

April 19, 2013 – By Matthias Gebauer - spiegel.de

 

In a surprise move, Germany's government announced on Thursday plans to keep up to 800 military trainers in Afghanistan after NATO combat troops withdraw in 2014. Though perhaps bold and symbolic, the move is also tactical in terms of upcoming elections.

 

For some time now, the secrecy adopted by the German government on anything related to the country's deployment in Afghanistan has been so extreme that it sometimes borders on the conspiratorial. The government is stating very little publicly, and its decisions appear to be tightly choreographed.

 

Given these circumstances, an almost hour-long meeting around noon on Thursday between Chancellor Angela Merkel, Defense Minister Thomas de Maizière, Foreign Minister Guido Westerwelle and Development Minister Dirk Niebel at the Chancellery in Berlin seemed almost like a state secret. Not a single one of the ministers wanted to even confirm that the meeting had taken place. When pressed by journalists, they only revealed that they would make an important announcement about Afghanistan in the afternoon.

 

What Westerwelle and de Maiziére would later announce was, in fact, astounding. Although there have been several declarations of intent, on Thursday, Germany became the first NATO country to announce its firm intention to participate in a training mission for the Afghan army after the current ISAF mission ends in 2014.

 

Berlin also announced concrete figures for its commitment. For the first two years after the end of 2014, the ministers said Germany could imagine leaving 600 to 800 soldiers in northern Afghanistan -- although they stressed that these would be deployed as trainers and instructors rather than as combat troops. According to Berlin's vision, the contingent of Germans assisting the Afghans would then be reduced to around 300 starting in 2017. Germany currently has 4,135 soldiers stationed in the country.

 

A Bold and Perhaps Symbolic Move

 

With Thursday's announcement, two things are certain. One is that Germany's armed forces, the Bundeswehr, will continue to play an important role in the Hindu Kush region, even following the withdrawal of NATO combat units. After the Americans, it appears the Germans will be the second-largest supplier of troops for the post-ISAF mission, which NATO has been dubbed operation "Resolute Support."

 

And, second, the announcement indicates that the German government has accepted the request by the United States that Germany maintain its leadership role in northern Afghanistan even after 2014. It had been precisely this point that had led to months of arduous internal wrangling in Berlin, especially given the fact that such a role would require the presence of considerably more soldiers than Germany had initially intended to provide.

 

The surprising naming of numbers is tightly linked to these concerns. Berlin had actually wanted to wait for the US, as the largest military power present in Afghanistan, to set the tone. So far, Washington has only hinted that it might provide up to 5,000 soldiers for the training force. Washington would like to see the rest of the planned military-training units, which are to be collectively comprised of 8,000 to 12,000 personnel, to be staffed by troops from other countries.

 

With Washington unable to decide and postponing a detailed plan until the fall of 2013, Berlin has opted for another solution. The number of troops it is proposing to deploy is designed to encourage smaller nations -- such as Sweden, Norway and even Mongolia -- to support the German mission in northern Afghanistan. If that works out, one could soon muster the 1,500 soldiers presumably needed for the mission in the north.

 

Berlin's efforts to push ahead within NATO could be viewed as bold. In recent years, NATO countries have generally been slow to commit to the framework for a new, post-2014 Afghanistan mission that was endorsed by defence ministers from NATO Allies and ISAF partner nations in October 2012. Talks on troop deployment were more like games of poker, with participants playing their cards close to their chest, than discussions among allies. Given Germany's abstention in a 2011 UN vote on authorizing the use of force against Libya, which led many to accuse Germans of being shirkers, Berlin's decision to move forward on this issue alone might also be highly symbolic.

 

A Matter of Precise Timing

 

Germany is planning to launch its bid to drum up support for its Afghanistan mission as early as this week. Foreign Minister Guido Westerwelle will be in Brussels and Defense Minister Thomas de Maizière will be in Luxembourg broaching the issue with European partners and encouraging them to follow Berlin's lead by coming up with detailed pledges for "Resolute Support" -- and, ideally, for areas in which German troops are deployed.

 

But there are still many unanswered questions regarding the mission. The US has still failed to negotiate the size of its military presence after the ISAF combat mission ends in 2014. The sticking point continues to be the US demand that any American troops remaining there be granted immunity from prosecution in Afghan courts -- a demand that other countries will also make for their trainers.

 

For now, Washington is hoping that it can reach an agreement with Hamid Karzai, Afghanistan's intractable president, this summer. Only then will NATO countries be able to begin talks. The start of the mission in Afghanistan should be a "welcome" one, said de Maizière cautiously.

 

Berlin's somewhat hasty announcement of its new troop deployment can primarily be attributed to the current election campaign. Ahead of the vote in September, both Westerwelle, who put troop withdrawal from Afghanistan at the top of his agenda, and de Maizière are keen to keep heated debate over any future mission out of the public arena.

 

They are now hoping that the announcement of a major Bundeswehr mission after most troops return home in 2014 will be more or less forgotten by the time the campaign enters its critical phase.

Partager cet article
Repost0
19 avril 2013 5 19 /04 /avril /2013 06:55
photo EMA

photo EMA

 

19/04/2013 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le groupe allemand Krauss-Maffei a annoncé jeudi avoir signé un contrat avec le Qatar d'un montant de 1,89 milliard d'euros portant notamment sur la livraison de 86 chars Leopard-2

 

Et le Leopard remporta la bataille de chars de combat de Doha face au Leclerc. Ce qui n'est pas une surprise, la proposition française de vendre une quarantaine de Leclerc d'occasion fabriqués par Nexter n'était pas la solution privilégiée par le Qatar, qui préférait le Leopard-2 fabriqué par Krauss-Maffei. Le groupe allemand a annoncé jeudi avoir signé un contrat avec le Qatar d'un montant de 1,89 milliard d'euros portant notamment sur la livraison de 86 chars. Outre le Leopard-2, le groupe basé à Munich a indiqué qu'il allait également fournir des services et matériels annexes, qui permettront à l'armée qatarie de se moderniser. Soixante-deux des blindés qui vont être livrés sont des véhicules de type Léopard-2, principaux chars d'assaut allemands. Les 24 restants sont des obusiers blindés PzH 2000, a précisé l'entreprise dans son communiqué.

 

Nexter a d'autres prospects au Qatar

 

Ce contrat était dans les tuyaux depuis plusieurs mois. En juillet 2012, la presse allemande s'était fait l'écho de l'intérêt du Qatar pour 200 chars allemands. Mardi, la chancelière Angela Merkel avait reçu à Berlin le Premier ministre du Qatar, Hamad ben Jassem al-Thani. Les chars livrés par Krauss-Maffei doivent progressivement remplacer les blindés français AMX-30 et AMX-10P et sud-africains que possède actuellement le Qatar, a précisé le groupe allemand.

 

Pour aurtant, Nexter veut également une part du gâteau au Qatar. Le groupe public propose peu ou prou l'ensemble de sa gamme : le véhicule blindé hautement protégé, l'Aravis, le canon autotracté Caesar, le véhicule blindé de combat d'infanterie (VBCI). Le tout pour équiper une brigade qatarie.

Partager cet article
Repost0
18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 12:32
Partager cet article
Repost0
17 avril 2013 3 17 /04 /avril /2013 10:59
Partager cet article
Repost0
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 17:48
Partager cet article
Repost0
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 08:50

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/4/45/StKp_DEU-FRA_Brig.svg/456px-StKp_DEU-FRA_Brig.svg.png

 

25/03/2013 17:07  - ASP Margaux Thuriot

 

Du 6 au 22 mars 2013, les unités composant la Brigade franco-allemande se sont réunies sur le camp de manœuvre d'Oberlausitz, dans l'est de l'Allemagne. Exercice majeur de la BFA, Feldberg 13 portait une symbolique particulière en cette année anniversaire du traité de l’Élysée.

 

L'exercice FELDBERG 13 a réuni durant quinze jours 2100 hommes et 400 véhicules de toutes les unités de la Brigade franco-allemande (BFA), pour des manœuvres communes, dans l'est de l'Allemagne. Objectif : démontrer l'interopérabilité des unités françaises et allemandes de la BFA, et la capacité de la Brigade à être engagée comme "Initial entry force" (force d'entrée en premier), l'une de ses missions principales.

 

Cet exercice, dont la majeure partie s'est déroulée sur le camp de manœuvre d'Oberlausitz, dans la Saxe, revêtait un caractère particulier cette année, la France et l'Allemagne célébrant le cinquantenaire de leur traité de coopération.

 

La Brigade franco-allemande, créée en 1989, est l'un des symboles forts de la coopération franco-allemande. Elle répond à une volonté commune de la France et de l'Allemagne, en raison d'intérêts convergents, de mettre en commun leurs capacités opérationnelles. La BFA est unique en son genre : elle est la seule force binationale permanente au monde. Un atout majeur qui favorise les échanges et la coopération.

 

Cette brigade binationale dispose d'un état-major mixte franco-allemand, basé à Mülheim, en Allemagne. Ses unités sont basées de part et d'autre du Rhin. La BFA a été notamment déployée en Bosnie-Herzégovine dans le cadre de la SFOR de 1996 à 1998 mais aussi en Afghanistan en 2004-2005.

 

 

Partager cet article
Repost0
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 18:50

 

 
 
Du 6 au 22 mars 2013, les unités composant la Brigade franco-allemande se sont réunies sur le camp de manœuvre d'Oberlausitz, dans l'est de l'Allemagne. Exercice majeur de la BFA, Feldberg 13 portait une symbolique particulière en cette année anniversaire du traité de l'Elysée.
Partager cet article
Repost0
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 08:50

Germany Nato

 

07/03 Par Thibaut Madelin Correspondant à Berlin - lesechos.fr

 

Alors que le Bundestag vient d'approuver l'envoi de militaires au Mali, l'Allemagne demeure tiraillée entre sa sensibilité pacifiste et sa volonté d'assumer plus de responsabilités internationales.

 

Les dizaines de chars Léopard sont à l'arrêt. Dans le froid et la neige, les soldats en tenue camouflée profitent de ce temps mort pour inspecter leur matériel. D'ici peu, ils vont reprendre le combat, tâcher d'éviter les mines antipersonnel et les tirs d'artillerie. « Ils doivent faire toutes les erreurs possibles, jusqu'à ce que ça rentre, dit l'adjudant-chef Marco Weiss, qui surveille leurs moindres mouvements par GPS depuis son ordinateur. Ici, nous simulons, mais en intervention, les erreurs sont fatales », ajoute ce vétéran de l'Afghanistan… Bienvenue au centre d'entraînement au combat de l'Altmark, le terrain de manoeuvre de l'armée allemande, la Bundeswehr.

 

Situé en Saxe-Anhalt, dans l'est de l'Allemagne, ce champ de bataille de 30 kilomètres de long sur 12 de large est un héritage d'Hitler, qui l'a construit en 1934 pour remilitariser la Wehrmacht. Quatre-vingts ans plus tard, c'est un des centres d'entraînement les plus modernes d'Europe. L'armée allemande y a investi 1 milliard d'euros depuis 1993 et va dépenser plus de 100 millions d'euros supplémentaires pour y construire une ville fantôme. Tout est prévu : métro, fleuve, ministères, gratte-ciel… « On doit se préparer aux opérations de guérilla urbaine », explique le capitaine Thomas Herzog. Lesquelles ? C'est toute la question…

 

Soixante-dix ans après la Seconde Guerre mondiale, l'Allemagne reste tiraillée entre le sentiment de culpabilité qui lui interdit toute légèreté avec la chose militaire et le poids politique qu'elle revendique sur la scène internationale. « Elle souffre du syndrome de Peter Pan, juge un général français. C'est la nation qui ne voulait pas grandir. » Et pourtant, comme l'illustre le centre d'entraînement de l'Altmark, le pays ne manque pas de ressources. Certes, les dépenses militaires représentent 1,3 % du PIB, contre 2,2 % pour la France. Mais hors pensions et nucléaire, les budgets de la défense des deux pays sont égaux, à 28 milliards d'euros.

 

Alors que le Bundestag vient d'approuver l'envoi de 330 militaires pour une mission de formation et de logistique au Mali, le rôle de la Bundeswehr reste un sujet de tension latente entre la France et l'Allemagne. Officiellement, Paris se réjouit du soutien allemand à l'opération Serval. « L'Allemagne fait ce qu'elle peut », expliquait en janvier un conseiller de François Hollande. Mais les critiques ne manquent pas non plus. « Vu sa puissance économique, on pourrait attendre de l'Allemagne qu'elle prenne plus de responsabilités, estime par exemple Hubert Védrine. En 2012, le pays n'a plus de raison d'avoir peur de son passé. »

 

Ambiguïtés

 

Dans son rapport remis en novembre au président de la République, l'ancien ministre des Affaires étrangères n'a pas hésité à parler « d'ambiguïtés allemandes », suscitant des grincements de dents outre-Rhin. De son point de vue, l'Allemagne a reculé en termes militaires depuis son intervention historique au Kosovo, en 1999. A Berlin aussi, ce débat existe. « Notre premier réflexe pour le Mali a été d'exclure toute intervention, constate Christian Mölling, chercheur à l'Institut allemand pour les questions internationales et de sécurité (SWP). Finalement, nous avons apporté notre aide, mais plutôt par mauvaise conscience. Au fond, nous ne savons pas quoi faire de la Bundeswehr. »

 

Pour le gouvernement, ces critiques sont infondées. « L'Allemagne assume pleinement ses responsabilités », insiste-t-on dans l'entourage de la chancelière Angela Merkel. Témoin, l'aide apportée au Mali, mais, surtout, la mobilisation en Afghanistan de 4.300 soldats, dont le Bundestag vient de prolonger le mandat, alors que la France et les Etats-Unis préparent leur retrait. Ou encore la présence des soldats allemands au Kosovo, où ils représentent la plus grosse force internationale. Sans compter d'autres missions, au Liban ou dans la Corne de l'Afrique. Au total, 6.200 soldats allemands sont mobilisés à l'étranger.

 

« La Bundeswehr joue presque un rôle global sans que cela fasse de remous en Allemagne, insiste Eberhard Sandschneider, directeur de l'institut allemand de politique étrangère (DGAP). Cela aurait été impensable il y a vingt-trois ans ! » De fait, si l'on tient compte du profond antimilitarisme de la société allemande, le chemin parcouru est spectaculaire depuis la chute du mur. Avec la réunification, la Bundeswehr a perdu sa fonction originelle : protéger l'Allemagne de l'Ouest contre une invasion du pacte de Varsovie. Et jusqu'au milieu des années 1990, le chancelier Helmut Kohl martelait qu'elle ne pouvait pas intervenir là où la Wehrmacht l'avait fait.

 

Le basculement a eu lieu en 1999, avec la décision très controversée du chancelier Gerhard Schröder et de son ministre des Affaires étrangères Verts, Joschka Fischer, d'intervenir au Kosovo dans le cadre de la KFOR, la force de maintien de la paix de l'Otan. L'argument était devenu inverse : parce que l'Allemagne avait occupé cette région, elle avait un devoir, une vocation disent certains, à y oeuvrer en faveur de la paix. Quitte à briser un tabou en intervenant sans mandat des Nations unies. Depuis, « il y a un grand consensus en Allemagne à la fois pour les interventions à l'étranger et pour notre rôle pacifique », note un haut fonctionnaire sans masquer la contradiction.

 

Cette philosophie domine aussi dans les rangs militaires. « La Seconde Guerre mondiale est une partie de notre histoire, mais nous devons aussi nous projeter vers l'avenir, estime l'adjudant-chef Clemens Niebuhr, formateur au centre d'entraînement de l'Altmark. Nous sommes une armée pacifique dans un pays ouvert sur le monde et n'avons pas besoin de nous cacher. » Une confiance en soi qui n'est pas sans rappeler la flamboyance de l'ancien ministre de la Défense Karl-Theodor zu Guttenberg, qui a réformé la Bundeswehr en supprimant la conscription et en en faisant une armée de métier, en 2010.

 

L'évolution se voit aussi dans la définition du débat sur l'intérêt national, notion elle aussi très sensible depuis la guerre. En mai 2010, le président de la République Horst Köhler démissionnait après avoir suscité une polémique en estimant que la Bundeswehr était là, aussi, « pour protéger les intérêts économiques de l'Allemagne ». Un an plus tard, le gouvernement publiait ses principes directeurs en matière de politique de défense. Parmi les intérêts nationaux : la liberté des voies commerciales… « La prospérité contraint à la responsabilité et cela vaut aussi pour la politique de sécurité allemande », avait alors déclaré le ministre de la Défense Thomas de Maizière.

 

Malgré ces avancées, qui traduisent une forme de normalité nouvelle pour l'Allemagne, ses alliés attendent plus d'elle. « J'ai moins peur de la puissance allemande que de l'inaction allemande », avait déclaré le ministre des Affaires étrangères polonais Radek Sikorski fin 2011. Quelques mois plus tôt, l'Allemagne avait choqué ses partenaires en refusant l'intervention en Libye, aux côtés de la Russie et la Chine. « Depuis l'abstention allemande sur la résolution de l'ONU concernant l'intervention militaire en Libye, certains de nos partenaires de l'Otan et d'Europe doutent de pouvoir compter sur l'Allemagne en cas de conflits chauds », reconnaissent les députés chrétiens-démocrates (CDU) Andreas Schockenhoff et Roderich Kiesewetter.

 

Le traumatisme de l'Afghanistan explique en partie cette décision, qui a laissé des traces. L'Allemagne y a envoyé ses troupes en 2001 par solidarité vis-à-vis des Etats-Unis. Douze ans plus tard, elle a l'impression d'être enfermée dans un bourbier. « Cette guerre n'a pas de sens, juge l'adjudant-chef Marco Weiss, qui y a passé six mois en 2006. Nous sommes venus pour aider un Etat qui, de fait, n'existe pas. » Il dit tout haut ce que les politiques pensent tout bas. Par ailleurs, en 2011, il n'était pas question pour la chancelière de prêter le flanc à la critique à quelques jours d'élections dans le Bade-Wurtemberg, où le parti pacifiste des Verts s'apprêtait à faire une percée historique.

 

Une politique européenne de sécurité et de défense

 

La décision à propos de la Libye reflète aussi la prudence allemande vis-à-vis de l'action militaire, qui doit rester un « ultima ratio » et n'intervenir que lorsque toutes les solutions politiques ont été épuisées. Le tout dans le cadre d'une approche globale civilo-militaire. Cette réserve est particulièrement défendue par le ministre des Affaires étrangères allemand, Guido Westerwelle. Mais elle aurait sans doute été mise en avant par les députés allemands, sans lesquels une intervention militaire ne peut être conduite. Car c'est aussi la particularité de la Bundeswehr : contrairement à l'armée française, qui peut intervenir sur ordre du président de la République, elle dépend du Bundestag, le Parlement.

 

Au sein de la coalition au pouvoir, certains réfléchissent à l'assouplissement de ce dispositif pour faire de l'Allemagne un partenaire plus fiable. Mais la députée des Verts Katja Keul met en garde. « Jamais une opération militaire n'a échoué à cause du Bundestag, dit-elle. Au contraire, cela peut créer du soutien pour les interventions. » Alors que les Français attendent des signaux clairs de l'Allemagne en faveur d'une réelle politique européenne de sécurité et de défense, par exemple au travers d'une coopération industrielle, cette spécialiste des questions d'armement reste sceptique. « Lorsqu'il a été question de réarmer l'Allemagne, en 1954, c'est la France qui a le plus craint de voir notre pays redevenir une puissance militaire », rappelle-t-elle.

 


Le chiffre : 202.000 soldats
Le nombre de soldats au sein de l'armée allemande. 6.200 d'entre eux sont actuellement mobilisés à l'étranger.

 


Les points à retenir

Soixante-dix ans après la Seconde Guerre mondiale, l'Allemagne continue à s'interroger sur le rôle qui doit être dévolu à son armée.


En 1999, Berlin a brisé un tabou en acceptant d'intervenir au Kosovo. Depuis, des militaires allemands ont été dépêchés dans d'autres régions du monde, en particulier en Afghanistan, où 4.300 d'entre eux sont mobilisés.
Contrairement à l'armée française, qui intervient sur ordre du président de la République, la Bundeswehr ne peut entrer en action que si le Parlement l'y autorise.

Partager cet article
Repost0
26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 19:35

cyber warfare

 

February 25, 2013 by SPIEGEL Staff

 

Companies like defense giant EADS or steelmaker ThyssenKrupp have become the targets of hacker attacks from China. The digitial espionage is creating a problem for relations between Berlin and Beijing, but Chancellor Angela Merkel has shied away from taking firm action.

 

Very few companies in Europe are as strategically important as the European Aeronautic Defense and Space Company (EADS). It makes the Eurofighter jet, drones, spy satellites, and even the carrier rockets for French nuclear weapons.

 

Not surprisingly, the German government reacted with alarm last year when EADS managers reported that their company, which has its German administrative headquarters near Munich, was attacked by hackers. The EADS computer network contains secret design plans, aerodynamic calculations and cost estimates, as well as correspondence with the governments in Paris and Berlin. Gaining access to the documents would be like hitting the jackpot for a competitor or a foreign intelligence agency.

 

The company's digital firewalls have been exposed to attacks by hackers for years. But now company officials say there was "a more conspicuous" attack a few months ago, one that seemed so important to EADS managers that they chose to report it to the German government. Officially, EADS is only confirming there was a "standard attack," and insists that no harm was done.

 

The attack isn't just embarrassing for the company, which operates in an industry in which trust is very important. It also affects German foreign policy, because the attackers were apparently from a country that has reported spectacular growth rates for years: China.

 

During a visit to Guangzhou during February 2012, German Chancellor Angela Merkel praised China's success, saying it is something "that can be described as a classic win-win situation."

 

But the chancellor could be wrong.

 

For some time now, the relationship between China and the West seems to have been producing one winner and many losers. China is routinely the winner, while the losers are from Germany, France and the United States. They are global companies that are eviscerated by Chinese hackers and learn the painful lesson of how quickly sensitive information can end up in the Far East.

 

Berlin 's Dilemma

 

The relentless digital attack plunges the German government into a political dilemma. No government can stand back while another country unscrupulously tries to steal its national secrets. It has to protect the core of the government and the know-how of the national economy, sometimes with severe methods, if the diplomatic approach proves ineffective. Berlin should threaten Beijing with serious consequences, like the ones the US government announced last week.

 

On the other hand, the German government doesn't want to mar relations with one of its most important international partners. China has become Germany's third-largest trading partner and, from Merkel's perspective, is now much more than a large market for German goods and supplier of inexpensive products. Berlin now views the leadership in Beijing as its most important non-Western political partner.

 

That may explain why Merkel is addressing the Chinese problem abstractly rather than directly. During the high-level government meetings last August, she reminded the Chinese of the importance of "abiding by international rules." When she sent a representative to Beijing in November to tell senior government officials that Germany condemned the cyber espionage, it was done informally and off the record. In the end, Merkel will accept the ongoing espionage attempts as a troublesome plague that Germany simply has to put up with.

 

When SPIEGEL first exposed the scope of the Chinese attacks five-and-a-half years ago, then-Prime Minister Wen Jiabao asserted that his government would "take decisive steps to prevent hacker attacks."

 

But the problem has only gotten worse since then.

 

1,100 Attacks in 2012

 

Last year, Germany's domestic intelligence agency, the Federal Office for the Protection of the Constitution, reported close to 1,100 digital attacks on the German government by foreign intelligence agencies. Most were directed against the Chancellery, the Foreign Ministry and the Economics Ministry. In most cases, the attacks consist of emails with attachments containing a Trojan horse. Security officials noticed that the attacks were especially severe in the run-up to the G-20 summit, targeting members of the German delegation and focusing on fiscal and energy policy. The Green Party has also been targeted before.

 

In mid-2012, hackers attacked ThyssenKrupp with previously unheard of vehemence. The attempts to infiltrate the steel and defense group's corporate network were "massive" and of "a special quality," say company officials. Internally, the subject was treated as a top-secret issue. The hackers had apparently penetrated so deeply into the company's systems that executives felt it was necessary to notify authorities. ThyssenKrupp told SPIEGEL that the attack had occurred "locally in the United States," and that the company did not know whether and what the intruders may have copied. It did know, however, that the attacks were linked to Internet addresses in China.

 

Hackers have also apparently targeted pharmaceutical giant Bayer and IBM, although IBM isn't commenting on the alleged attacks. In late 2011, a German high-tech company, the global market leader in its industry, received a call from security officials, who said that they had received information from a friendly intelligence service indicating that large volumes of data had been transferred abroad.

 

The investigations showed that two packets of data were in fact transmitted in quick succession. The first was apparently a trial run, while the second one was a large packet containing a virtually complete set of company data: development and R&D files, as well as information about suppliers and customers. An external technology service provider had copied the data and apparently sold it to Chinese nationals.

 

Seventy Percent of German Companies Under Threat

 

"Seventy percent of all major German companies are threatened or affected" by cyber attacks, Stefan Kaller, the head of the department in charge of cyber security at the German Interior Ministry, said at the European Police Congress last week. The attacks have become so intense that the otherwise reserved German government is now openly discussing the culprits. "The overwhelming number of attacks on government agencies that are detected in Germany stem from Chinese sources," Kaller said at the meeting. But the Germans still lack definitive proof of who is behind the cyber attacks.

 

The hackers' tracks lead to three major Chinese cities: Beijing, Shanghai and Guangzhou. And from Germany's perspective, they point to a Unit 61398, which was identified in a report by the US cyber security company Mandiant last week.

 

In the dossier, which is apparently based on intelligence information, the Washington-based IT firm describes in detail how a unit of the Chinese People's Liberation Army has hacked into 141 companies worldwide since 2006. The trail, according to Mandiant, leads to an inconspicuous 12-story building in Beijing's Pudong district, home to the army's Unit 61398.

 

Mandiant claims that the elite unit operates at least 937 servers in 13 countries. One of the key Chinese nationals involved has worked under the code name "UglyGorilla" since 2004, while two other hackers use the names "SuperHard" and "Dota." According to Mandiant, the scope of the evidence leaves little doubt that soldiers with Unit 61398 are behind the hacker attacks. The White House, which was notified in advance, privately confirmed the report's conclusions, while the Chinese denied them. "The Chinese military has never supported any hacking activities," said spokesmen for China's Foreign and Defense Ministries, adding that China is in fact "one of the main victims of cyber attacks."

 

The dossier publicly emphasizes, for the first time, what has long been claimed in intelligence circles: that the power apparatus of the Chinese government is behind at least some of the attacks. Following the report's publication, European ambassadors in Beijing moved the accusations to the top of their agenda. The diplomats agreed that China has become too large and powerful for a single European Union country to tangle with it.

 

The US government has now defined the attacks as a key issue, and cyber security is now on the agenda of the Strategic Security Dialogue between Beijing and Washington. China's IT espionage is the biggest "transfer of wealth in history," says General Keith Alexander, head of the US military's Cyber Command. The companies that Mandiant claims were the targets of attacks include one with access to more than 60 percent of the oil and natural gas pipelines in North America. "A hacker in China can acquire source code from a software company in Virginia without leaving his or her desk," says US Attorney General Eric Holder.

 

Last summer, Holder launched a training program for 400 district attorneys to specifically investigate cyber attacks by foreign countries. And last week, Holder presented the government's plan to prevent the theft of intellectual property. Following the Mandiant report, there have been growing calls in the United States for tougher action, including such steps as entry bans for convicted hackers and laws to enhance the options available to companies to fight data theft under civil law. Referring to Beijing, James Lewis of the Center for Strategic and International Studies told the Wall Street Journal: "You've got to keep pushing on them."

 

Germany Like a Developing Country

 

Germany is a long way from increasing pressure on the Chinese. In fact, when it comes to cyberspace, Germany sometimes feels like a developing country. When companies like EADS are attacked, it is a question of coincidence as to whether the German government learns of the incidents. The draft of the country's new IT Security Law, which Interior Minister Hans-Peter Friedrich, a member of the conservative Christian Social Union (CSU) unveiled in early February, at least envisions a reporting requirement for companies that are attacked. But there is a strong chance that the ministries involved in the proposed legislation will destroy the draft before the German national election in September.

 

The government approved a national cyber security strategy two years ago, and Germany's new Cyber Defense Center has been staffed with a dozen officials since then, but it's little more than a government virus scanner. The center lacks authority and clear policies on how the government intends to handle threats originating from the Internet. The federal agencies are "not even capable of appreciably defending themselves against an attack," scoffs a senior executive in the defense industry.

 

The country's foreign intelligence agency, the BND, has the most experience with cyber attacks. The agency, based near Munich, is also involved in digital espionage and has used Trojans and so-called keyloggers in more than 3,000 cases. BND President Gerhard Schindler wants to combine previously scattered personnel into a single subsection, and the necessary new positions have already been approved. An official from the Chancellery will likely head the new group.

 

The BND wants its future capabilities to not only include infiltrating an outside computer system. It also intends to develop a sort of digital second-strike capability to shut down the server of a particularly aggressive attacker.

 

That would be the worst-case scenario.

 

REPORTED BY RALPH NEUKIRCH, JÖRG SCHMITT, GREGOR PETER SCHMITZ, HOLGER STARK, GERALD TRAUFETTER, BERNHARD ZAND.

 

Translated from the German by Christopher Sultan

Partager cet article
Repost0
26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 16:50

Sophie-XF.jpg

 

Feb 26, 2013 ASDNews Source : Thales Group

 

The Federal Office of Bundeswehr Equipment, Information Technology and In-Service Support (BAAINBw) has awarded Thales the contract for the manufacture and supply of ten sets of Sophie XF Type long-range cooled thermal imagers. The order also extends to logistical support, documentation and training. The agreed delivery date is for the autumn of 2013. Sophie XF is designed to complement around 100 previous systems used by the German Armed Forces.

 

Sophie XF is a hand-held, multi-functional thermal imaging device with laser range finder, daylight camera and position sensor (GPS receiver and digital compass). The continuous optical zoom makes the high optical performance capability very easy to utilise. The German Armed Forces will use this long-range imager for surveillance, target acquisition and identification and determining the coordinates of these targets at night and in adverse visibility conditions. What makes Sophie XF distinctive is its multitude of measurement and recording options, low-weight, longer-life batteries and reduced noise generation. "We are delighted with this follow-up procurement order, which will provide the user with an innovative, user-friendly device with a wide range of applications", said Holger Brandt, Vice President Defence & Security Systems Thales Deutschland, commenting on the contract.

Partager cet article
Repost0
8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 20:50
France-Allemagne : stimuler à la simulation

 

 

08/02/2013 DCSSA

 

La Direction  centrale du service de santé des armées (DCSSA) a mandaté deux personnes afin d’évaluer les adaptations potentiellement nécessaires pour envisager des partages de formation entre les services de santé des armées français et allemand.

 

Le médecin en chef David Lacassagne, conseiller santé de l’État-Major France de la Brigade franco-allemande (BFA), et l’infirmier de classe supérieure Jean-François Ringeval, référent pédagogique en simulation du Centre d’instruction aux techniques de réanimation de l’avant (CITeRA) de l’École du Val-de-Grâce ont été identifié pour cette mission.

 

Cette mission d’observation pédagogique d’un stage de préparation opérationnel pour médecin de role 1  dans le cadre  de la coopération Service  de santé des armées (SSA) franco-allemande a permis l’immersion durant une semaine fin janvier de nos personnels…en langue allemande ! Ce stage de formation complémentaire à la préparation aux opérations extérieures pour médecin de l’avant réalisé à l’hôpital militaire de Hambourg, est  unique dans l’armée allemande : il accepte pour cette session cinq stagiaires, soit le maximum envisageable par leur cahier des charges. En effet, moins de vingt médecins par an sont projetés en opérations extérieures.

 

Dispensée par l’équipe pédagogique pluridisciplinaire de l'hôpital de l’armée de Terre de Hambourg, dirigée par le médecin en chef (OBA) B-R Vorwek et supervisée par le médecin général J. Hoitz, médecin-chef de  cet hôpital militaire, cette formation en est la 16e  édition. L’articulation des cours s’appuie sur des thématiques identiques à la préparation opérationnelle française : la physiopathologie du blessé de guerre, la méthodologie d’évaluation du blessé de guerre, le triage, l’anesthésie en pré-hospitalier ou la prise en charge du polytraumatisé. Nos confrères allemands s’appuient énormément sur le retour d’expérience.

 

Il existe des points de convergence ou des différences dans la manière d’appréhender l’apprentissage tant dans les protocoles propres à chaque protagoniste et une approche différente de la simulation. Ce centre allemand de simulation, certifié ISO 9001, dispose de personnes diplômées en simulation. Lors de ce stage, l’accompagnement et l’accueil des stagiaires a été fortement appréciés par les deux émissaires français.

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2013 2 22 /01 /janvier /2013 20:09
La relation franco-allemande et la défense : un couple en instance de divorce ?

22/01/2013 Par Jean-Pierre Maulny, directeur adjoint de l'IRIS - LaTribune

 

Un peu plus de 20 ans après la signature du Traité de Maastricht, 50 ans après la signature du Traité de l'Elysée, la relation franco-allemande dans le domaine de la défense est au plus bas. Commencer un article par ce constat n'est ni un exercice de style, ni faire preuve d'un pessimisme exagéré, ni se complaire dans une morosité ambiante. C'est simplement décrire la situation actuelle sans fard, dire tout haut ce que nombre de personnes pensent tout bas, et surtout essayer de raviver la flamme : non, ce couple ne doit pas divorcer ! Une tribune de Jean-Pierre Maulny, directeur adjoint de l'IRIS.

 

Les stigmates de ce divorce sont nombreux : la divergence de position des deux pays sur l'opération en Libye, l'absence de programme d'armement commun depuis 10 ans, le sentiment qu'a eu l'Allemagne d'être écartée comme interlocuteur de la France pour la coopération en matière de défense du fait du Traité franco-britannique, les critiques allemandes sur la répartition du pouvoir au sein de EADS, le sentiment partagé des deux côtés du Rhin que les marchés d'armement des deux pays sont fermés, l'absence de proposition commune pour faire progresser la Politique de sécurité et de défense commune, le sentiment des Français que les Allemands les ont trahis lors du sommet de l'OTAN de Lisbonne sur les sujets de la dissuasion et de la défense anti-missiles, le sentiment des Allemands que les Français veulent dominer l'Allemagne dans la défense mais que l'industrie française n'est plus compétitive, le sentiment des Français qu'à l'inverse c'est la France qui a financé la recherche dans le domaine de l'armement et que l'Allemagne n'a pas de légitimité dans ce domaine et, pour tout dire, le sentiment de méfiance partagée entre les deux pays.

 

Il est difficile pour un Français d'exprimer ce que ressentent les Allemands. Il peut simplement décrire ce qu'il voit, essayer de comprendre la position de l'autre. Il peut aussi essayer d'expliquer la position française, si tant est qu'il y ait « une position française » car après tout, les avis peuvent diverger, même dans un pays comme la France, sur les problèmes de défense.

 

Les motivations de ce mariage n'étaient certainement pas exactement les mêmes en France et en Allemagne

 

A l'origine le couple franco-allemand s'est donc marié lors du traité de Maastricht. Il y avait longtemps que le flirt avait commencé mais il fallait passer à l'acte. Les motivations de ce mariage n'étaient certainement pas exactement les mêmes en France et en Allemagne, mais cela n'est-il pas la même chose dans tous les couples ?

 

La France a longtemps milité pour l'avènement d'une Europe de la défense. En 1956, elle a compris qu'elle n'avait plus les moyens de son indépendance et que ses intérêts de sécurité ne correspondraient pas toujours à ceux des Etats-Unis. Se doter d'une force de dissuasion nucléaire était un instrument de cette autonomie mais cela ne suffisait pas : il fallait convaincre les Européens qu'ils avaient un destin commun et que l'Europe politique était le prolongement nécessaire de l'Europe économique en train de naître. La fin de la Guerre Froide et de la menace soviétique ouvrent dès lors une fenêtre d'opportunité sans égal. La disparition de la menace majeure entraîne de facto une moindre dépendance de l'Europe vis-à-vis des Etats-Unis pour sa sécurité : elle doit permettre à une politique étrangère et de défense commune de prendre son envol. Pour la France, l'Allemagne est le partenaire rêvé pour construire cette Europe de la défense : son poids économique est important, son rôle politique ne peut que croître. Et puis il y a d'autres raisons moins avouables ou moins avouées : pour les Français, les Britanniques ne sont pas Européens, ils sont liés très étroitement aux Américains, ayant fait le chemin inverse de la France en 1956. Il y a également le sentiment diffus qu'il faut contrôler l'Allemagne même si la génération qui a vécu la Seconde Guerre mondiale est en voie d'extinction : la politique étrangère et de sécurité commune est la garantie qu'il n'y aura plus de politique nationale de défense en Allemagne.

 

Outre-Rhin, des séquelles toujours vives de la Seconde Guerre mondiale

 

Du côté allemand, il y a toujours une méfiance à afficher des objectifs en matière de politique étrangère, séquelle toujours vive de la Seconde Guerre mondiale. L'expression ultime de la prudence allemande s'est exprimée lors du vote de la résolution 1973 du Conseil de sécurité des Nations Unies qui devait permettre le recours à la force contre le Colonel Khadafi. Encore que dans ce cas l'abstention allemande fut en soi l'expression d'une volonté même si celle-ci ne fut pas conforme à ce que souhaitait la France. Les Allemands auraient pu voter cette résolution et ne pas participer aux opérations militaires : ils ont finalement préféré afficher leur différence.

 

Même la gestion de la crise économique est l'expression de la prudence de l'Allemagne sur la scène internationale. Entre une gestion de bon père de famille qui veut que l'on ne vive pas au-delà de ses moyens et l'expression d'une solidarité européenne face à la crise de la dette, qui est un acte d'engagement politique, les Allemands ont pour le moment choisi de donner la préférence à la gestion de bon père de famille. La difficulté à laquelle font face les dirigeants politiques européens aujourd'hui est qu'il leur faut tout à la fois tenir un langage de raison, il ne faut pas mentir à nos citoyens, mais il faut également leur donner une vraie perspective politique sur l'avenir de l'Europe. Face aux sentiments nationaux toujours vifs, il faut faire rêver les Européens d'une nouvelle frontière qui sera celle de l'Europe et non refermer ces frontières entre la remise en cause de Schengen et l'acceptation de taux d'intérêt différenciés sur les emprunts pour rembourser la dette.

 

Dans ce paysage, l'implication de l'Allemagne dans la construction de l'Europe politique et de l'Europe de la défense au début des années 90 doit aussi être réinterprétée comme la réassurance donnée par l'Allemagne réunifiée à ne pas agir en fonction de ses seuls intérêts nationaux sur la scène internationale.

 

La France s'est essoufflée face au peu d'appétence de ses partenaires pour l'Europe de la défense

 

Reste qu'aujourd'hui, cette Europe de la défense est en panne. L'Allemagne s'est arrêtée à la construction institutionnelle de l'Europe de la défense sans vouloir lui donner de dimension pratique et tangible tant les conditions qu'elle impose à l'emploi de la force sont restrictives. La France s'est quant à elle essoufflée face au peu d'appétence de ses partenaires pour l'Europe de la défense. Elle s'est surtout égarée en perdant les repères de sa politique étrangère. Le tropisme américain développé par l'ancien Président de la république Nicolas Sarkozy, alors même que notre pays avait refusé d'intervenir en Irak en 2003, l'illusion qu'une politique étrangère commune puisse se bâtir avec le Royaume-Uni sur la seule conception partagée de l'usage de la force ont dérouté notre partenaire outre-Rhin. Le fait qu'un nouveau Président, François Hollande, ait été élu en France doit permettre de mettre fin à cette spirale négative dans la relation franco-allemande en matière de défense. On objectera que les premières relations du couple Hollande/Merkel furent tendues sur la question de la crise de la dette. Mais on ne peut s'arrêter à ce constat comme prétexte pour ne pas agir. Que peuvent donc partager Français et Allemands pour rebâtir une relation saine dans le domaine de la défense ? Quelle méthode faut-il employer pour mettre fin aux incompréhensions qui sont nées ces dernières années ? Il faut en cette nouvelle année prendre de bonnes résolutions pour rétablir la relation franco-allemande et pour cela établir certaines règles :

 

Règle 1 : Respecter l'autre et lui faire confiance

 

Nous voulons une Europe unie. Mais nous sommes différents. Nier nos différences culturelles serait une erreur et de plus cette différence peut être une chance et non une tare comme certains peuvent le penser. Ainsi l'Allemagne répugne à utiliser la force armée. Comment pourrait-il en être autrement étant donné l'histoire de ce pays ? Les Français devraient cesser de se lamenter de cette situation et reconnaître que depuis 20 ans les choses ont déjà beaucoup évolué en Allemagne. Qui se souvient de l'arrêt de la cour de Karlsruhe du 12 juillet 1994 qui a permis à la Bundeswehr d'être déployée pour des opérations de maintien de la paix en dehors de la zone couverte par l'OTAN ? Certes le vote au Conseil de sécurité des Nations Unies a laissé des traces mais sur le strict plan militaire il a pu être trouvé une solution qui permettre à l'OTAN de ne pas être handicapé par la non présence d'équipages allemands sur les AWACS, ceux-ci étant basculés sur le théâtre afghan. L'abstention d'un pays de l'Union européenne sur un théâtre d'opération n'est pas nécessairement un handicap si celle-ci est anticipée et si on évite de souligner des divergences de point de vue somme toute naturelles : il faut que les sensibilités diverses puissent s'exprimer sans contradiction si nous voulons éviter les confrontations frontales entre nos deux pays.

 

 http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/5b/NATO_E-3_AWACS_25th_anniversary_paint_job,_NATO_Air_Base_Geilenkirchen.jpg

 

En contrepartie, il faut que les Allemands cessent de penser que la France est un pays va-t-en guerre qui cherche à défendre ses seuls intérêts de sécurité. La vraie question que nous devons nous poser est de savoir quels intérêts de sécurité nous avons en commun. Nous devons également nous interroger pour savoir jusqu'à quel point nous sommes prêts à prendre en compte les intérêts de sécurité de l'autre car ce n'est pas un drame de reconnaître que nous ne partageons pas totalement les mêmes intérêts de sécurité. C'est une question que nous devons nous poser avec l'Allemagne mais également avec tous les pays de l'Union européenne. Mais qui pourrait accuser les Français de chercher à faire partager ses craintes face aux menaces auxquelles nous faisons face ? Tous les pays agissent de même et les seules questions que nous devons nous poser sont de savoir si ces menaces sont avérées et de quelle manière nous pouvons y répondre : c'est aussi vrai au Sud avec la menace terroriste au Mali que dans le Caucase avec les risques de déstabilisation.

 

Dans le domaine de la défense, nous ne remettrons la relation franco-allemande sur les rails que si nous nous faisons confiance. La confiance cela ne veut pas dire que nous partageons le même point de vue, cela veut simplement dire que nous considérons qu'il n'y a pas d'agenda caché quand l'autre pays émet une proposition et que la justification qu'il avance n'est pas sujette à caution. Cela suppose également, quand l'un des deux a un doute sur les intentions de l'autre, de l'exprimer clairement afin de rechercher à établir le dialogue.

 

Règle 2 : Apurer le passé notamment dans le domaine de l'armement

 

Il y a du non-dit dans la relation franco-allemande, notamment dans le domaine de l'armement. L'objet de cet article n'est pas d'entrer dans les détails mais de constater la situation et chercher comment y remédier. Les Allemands ont parfois l'impression que la coopération en matière d'armement s'est faite au profit des Français. Ces derniers considèrent pour leur part qu'ils ont financé cette industrie notamment parce qu'ils recherchaient l'autonomie stratégique et qu'ils font donc profiter l'Europe de leur effort financier pour atteindre cet objectif. Les Français parlent de politique industrielle non pour des questions industrielles, mais parce que c'est cette recherche d'autonomie stratégique qui guide leur politique dans l'armement. La politique française n'est donc pas protectionniste comme le pense les Allemands, elle ne peut s'expliquer que par ce souci de sécurité d'approvisionnement. Pour les Allemands, l'industrie c'est une question... industrielle. Cela relève donc des entreprises et il ne peut donc y avoir de politique industrielle au sens où les Français l'entendent. Les deux pays ne parlent donc pas le même langage quand il s'agit de politique industrielle dans l'armement ce qui multiplie les sources d'incompréhension. Enfin, les Français veulent relancer l'Europe de la défense par le biais des capacités militaires non pas par adhésion subite et maligne au pragmatisme britannique mais simplement parce que c'est la crédibilité militaire de l'Union européenne qui est en jeu tout comme l'utilisation la plus rationnelle possible de nos moyens financiers. Ces incompréhensions s'ajoutent donc au non-dit ou rancœurs du passé.

 

Règle 3 : Utiliser la différence comme un atout et non un handicap

 

Et si l'Europe c'était utiliser à bon escient les spécificités de chacun ? La tendance naturelle c'est de faire une « Europe unique », une Europe qui serait pour les Français à l'image de la France et qui serait à l'image de l'Allemagne pour les Allemands. Il n'est pas sûr que nous puissions y arriver ainsi. Dans la défense, il y a pourtant un moyen de résoudre les contradictions et d'additionner les spécificités comme autant de facteurs qui loin d'être antagonistes nous permettraient d'être complémentaires. La France fait la guerre et l'Allemagne non : on peut très bien imaginer que dans la période actuelle la France se spécialise dans les capacités d'entrée en premier dans les conflits et l'Allemagne dans les forces de dissuasion. L'Allemagne est anti-nucléaire et la France dispose de forces nucléaires : est-ce totalement incompatible ? L'Allemagne peut très bien être un acteur européen actif dans le désarmement nucléaire alors que la sécurité de l'Alliance atlantique continuera à être renforcée par les forces nucléaires françaises, comme cela a été constamment réaffirmé depuis le sommet de l'OTAN d'Ottawa en 1974, et tant que nous ne serons pas dans une situation d'avoir un désarmement nucléaire négociée.

 

Règle 4 : Dialoguer

 

En recommandant le dialogue, on peut avoir le sentiment d'enfoncer des portes ouvertes. Pourtant ce n'est pas le cas. Dialoguer c'est utiliser tous les canaux de la relation franco-allemande pour essayer de rétablir la confiance entre les pays. A côté des autorités gouvernementales, et bien évidemment en plus haut lieu des chefs d'Etat, il y a les parlementaires, les think tanks. Il ne faut pas hésiter à utiliser tous les formats, restreints, élargis, mêlant les différentes catégories d'acteurs ou à l'inverse en restant en strict tête-à-tête. Il faut que l'information circule sur les résultats de ces discussions, il faut établir des constats partagés de ces discussions même si ce sont des constats de désaccord. Il faut enfin établir la coordination entre tous ces lieux de discussion. Il faut éviter que le 50e anniversaire du traité de l'Elysée ne soit un hymne à la coopération franco-allemande servant de cache misère à la réalité. Il faut que ce soit l'occasion d'un nouveau départ et non un point d'arrivée. L'IRIS contribuera à cet effort dans le cadre du cercle stratégique franco-allemand qu'il anime depuis près de 15 ans avec la Fondation Friedrich Ebert mais également dans le cadre de ses recherches sur les questions de politique de défense, avec toujours pour objectif que cette coopération franco-allemande se fasse au profit des deux pays et d'une Europe unifiée.

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2013 7 20 /01 /janvier /2013 08:50

yourfile

source FG

 

18 Jan 2013 by Arie Egozi - FG

 

Tel Aviv - Israel Aerospace Industries is awaiting decisions in two unmanned air system competitions in France and Germany, with the outcomes to be announced from as soon as early this year.

 

The turboprop-engined Heron TP is currently on offer to both nations, with sources suggesting that Berlin could make a decision by the end of the first quarter. IAI is offering the medium-altitude, long-endurance type in association with Rheinmetall Airborne Systems, against the General Atomics Aeronautical Systems Predator B.

 

 

IAI waits on European UAS decisions

Israeli sources suggest that France could make a choice in its UAS contest by mid-year, with the Heron TP and Predator B also in contention.

 

IAI has identified the future sale of missiles, UAS and special mission aircraft as being among its main growth engines in the coming years. Israeli defence analysts note that these areas are also receiving the largest share of the company's research and development budget.

 

Meanwhile, after a number of years in which there were doubts about IAI's ability to maintain its space activities due to receiving few contracts, there are signs of change.

 

The company has recently won deals to build the Amos-4 and Amos-6 communication satellites for Israel, and will also develop and manufacture an observation satellite for Italian company Telespazio for $182 million as part of an offest arrangement linked to the Israeli air force's selection of the Alenia Aermacchi M-346 advanced jet trainer. IAI will also supply the Italian air force with two Gulfstream G550-based conformal airborne early warning and control system aircraft under the relationship.

 

It is also believed that the backlog of IAI's space division includes new spy satellites in the Offeq series, as Israel will have to launch new examples.

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2012 6 17 /11 /novembre /2012 12:50

Europe Flag

 

nov 16, 2012 Nicolas Gros-Verheyde (BRUXELLES2 à Paris)

 

On pourrait dire « voici une déclaration de plus », « encore du blabla », « c’est de la gesticulation politique »… La déclaration de Paris adoptée, jeudi (15 novembre), par les ministres des Affaires étrangères et de la Défense français, allemands, italiens, espagnols et polonais… tient sans doute de cela effectivement.

 

Mais il faudrait se garder de tout amalgame, une réunion des ministres en tandem, des cinq pays les plus importants au plan européen en matière de défense (exceptée le Royaume-Uni qui ne souhaite pas le développement de cette politique européenne) n’est pas anodine en soi. Le fait qu’elle se déroule avant un conseil des ministres, et alors que la discussion budgétaire au plan européen comme au plan national s’avère très difficile.

 

Le message est donc un clair signal politique, à portée tout autant interne qu’européen. Il est aussi l’occasion pour les Cinq de faire des recommandations en matière de renforcement des structures, de développement d’opérations et de coordination des capacités. Voici une lecture commentée de cette déclaration que l’on peut télécharger ici.

 

Le message politique d’une ambition renouvelée

 

L’Europe veut être adulte

 

Cette déclaration est donc, avant tout, une marque de « volonté« . Le mot figure dans la déclaration. Et il a été répété à plusieurs reprises par les ministres du « club des Cinq » lors de la conférence de presse qui a suivi la réunion, et sur tous les tons. L’UE devrait être « apte et résolue à prendre ses responsabilités dans des régions où ses intérêts de sécurité et ses valeurs sont en jeu ». Elle doit « se donner les moyens de leurs ambitions dans le domaine de la sécurité et de la défense » précise ainsi le texte. Ce que le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, a résumé par une formule : « Nous, Européens, devons être davantage responsables de notre politique de sécurité et de politique étrangère».

 

Les circonstances ont changé, la crise est passée par là

 

C’est un constat fait partagé par tous les ministres comme l’a résumé Laurent Fabius, l’hôte de la réunion. « Le tournant américain vers le Pacifique, les menaces qui demeurent et la crise budgétaire » ont marqué les esprits. L’impératif de réalité a frappé. Il oblige à « avoir davantage d’Europe », comme le souligne Guido Westerwelle, non pas vraiment pour le plaisir mais par nécessité. « Nous avons moins de moyens à disposition et des moyens budgétaires plus limités. Dans l’intérêt du contribuable et de la politique étrangère, il est judicieux de pouvoir se concerter, de créer des synergies ».

 

L’heure est au pragmatisme

 

Les Cinq ne cachent pas qu’ils n’ont pas été parfaits dans le passé, entassant des déclarations plus ambitieuses que les autres non suivies d’effet et qui n’étaient plus en rapport avec les réelles capacités des Européens. Dans le passé, « la divergence entre objectifs fixés et réalisations concrètes était trop importante, aujourd’hui il faut être sans doute moins ambitieux mais plus pragmatique et faire des réalisations communes » a expliqué le ministre allemande des Affaires étrangères Guido Westerwelle.

 

Une politique industrielle

 

Il faut donner « travailler sur un marché commun de défense plus intégré avec des synergies et des économies budgétaires » à la clé a ainsi plaidé le ministre italien Giulio Terzi. Cette notion de politique industrielle était aussi très présente chez les ministres allemand et français de la Défense. De Maizière défendant « une politique industrielle de l’armement, le renforcement en commun de l’agence et la coordination des projets d’équipement » tandis que son homologue français Le Drian confirme. « Nous nous inscrivons totalement dans l’Agence de défense » allant faire jusqu’à s’interroger s’il ne fallait pas lui confier la réflexion sur « l‘acquisition nécessaire pour la défense anti-missiles ».

 

Agir à l’extérieur

 

Malgré tout les Européens veulent continuer à peser sur le monde.« Il y a un consensus sur la partie la plus difficile : l’engagement des forces armées, et la contribution de tous à la sécurité et à la stabilité du monde » a ajouté Pedro Morenes le ministre espagnol de la Défense. Notre dénominateur commun, a conclu Radek Sikorski, le ministre polonais des Affaires étrangères. « C’est de pouvoir agir à l’extérieur. Il ne faut pas avoir une Union européenne qui se referme mais réfléchit et s’ouvre sur l’extérieur. » Et a-t-il ajouté « nous devrons être capable de renforcer notre diplomatie par notre force militaire. De même qu’on intervient dans la Corne de l’Afrique, on devrait sécuriser notre voisinage ». Un propos qui rappelle aux intervenants que pour de nombreux pays de l’Est, la menace reste toujours à Moscou (les derniers chars russes n’ont quitté le territoire qui est celui de l’Union européenne qu’il y a 15 ans).

 

Les recommandations des Cinq à l’UE

 

La déclaration comprend une série de recommandations à la fois sur les structures, les opérations et les capacités, qui n’est pas tout à fait anodine

 

Le cap et les moyens

 

Les ministres placent également une ambition à cette politique européenne servie aujourd’hui par un Service européen d’action extérieure (SEAE).

 

Le cap. L’Union européenne doit agir « rapidement » et « efficacement » sur « tout le spectre » des mesures de gestion des crises , « en étroite coopération avec les organisations internationales et régionales ». Nb : il ne peut être question de faire uniquement des opérations « gentilles » mais être capable de faire du maintien de force. L’axiome d’intégration de l’action de l’Union européenne dans un cadre international et régional est répété et amplifier…

 

Les Structures politico-militaires. « Des structures véritablement civilo-militaires pour planifier et conduire des missions et opérations et créer une plus grande synergie entre le Service européen d’action extérieure et la Commission ». Nb : le dispositif du Traité de Lisbonne n’est pas vraiment efficace, du moins pas encore. La présence d’un haut représentant qui est aussi vice-président de la Commission européenne n’a pas produit l’effet escompté. Entre la Commission et le SEAE, il y a plus qu’une « différence de cultures », une différence d’approche, que masque mal le concept d’approche globale qui est souvent un peu la « tarte à la crème » du SEAE. Les incompréhensions et les « gaps » de financement existent encore. On peut remarquer également qu’il n’est plus question uniquement d’un centre de conduite des opérations militaires mais d’une structure civilo-militaire de conduite des opérations. Ce qui donnerait effectivement à l’Union européenne une structure originale, correspondant à son « logiciel de pensée » et qui ne pourrait se voir reprocher l’idée de doublon avec d’autres structures existantes (nationales ou OTAN). Intelligent.

 

Battlegroups.

 

563px-EU Battlegroup.svg

 

Il faut « être prêts à les tenir à disposition, les entraîner, les déployer et les maintenir sur le terrain ». Nb : les Cinq répètent leur « foi » dans ces groupements tactiques qui n’ont jamais servi, et surtout où on ne voit pas vraiment où ils peuvent servir. L’idée de les maintenir en réserve par exemple pour les Balkans pourrait être une idée à travailler. Au-delà du principe de « déploiement », on peut aussi remarquer que réapparait la notion de « maintien » sur le terrain. Autrement dit des Battlegroups qui ne sont pas uniquement une « force d’entrée en premier » mais une « force de présence ».

 

Commandement européen de transport aérien (EATC). Il doit « adapté et étendu à d’autres États membres, pourrait constituer un véritable pas en avant vers des capacités rapides et partagées de transport aérien et de ravitaillement en vol ». Nb : ce blog a été un des premiers à visiter le QG d’Eindhoven d’EATC. Et ce commandement est certainement la première capacité réellement partagée au plan européen, de façon concertée. les Cinq s’accordent ainsi sur son extension géographique (d’abord aux trois qui n’en sont pas membres : Espagne, Italie, Pologne) et matérielle (seul le transport aérien est concerné aujourd’hui, l’extension aux ravitailleurs en vol est donc attendue).

 

Conforter cinq terrains d’opérations

 

• Mali : Les Cinq encouragent tous les partenaires « à contribuer à une éventuelle mission de formation en soutien aux forces armées maliennes ». Nb : Mis à part la Pologne, les 4 autres pays présents ont affirmé leur disposition à envoyer des forces dans le cadre d’EUTM Mali. Ils invitent chacun à faire un geste identique.

 

• Libye : « se tenir prête » à « assister et soutenir les nouvelles autorités libyennes ». Nb : sur cette mission, il y a hésitation tant au sein des Etats membres que du service européenne d’action extérieure ou de la Commission. L’hésitation n’est plus permise disent les Cinq.

 

Balkans : « réfléchir à la façon dont l’Union européenne pourrait mieux agir sur le terrain et contribuer davantage à la normalisation de la région ». Nb : Concrètement, comme l’a rappelé le ministre italien, il faut réfléchir à ce que les Européens prennent en charge la KFOR, qui passerait ainsi du giron de l’OTAN à celui de l’UE. Avec un avantage essentiel, disposer sous une même autorité politique à la fois du renforcement de l’Etat de droit (EULEX) et des forces militaires.

 

Géorgie : « demeurer engagée et impliquée dans les efforts pour stabiliser et apporter une solution au conflit ».

 

Afghanistan : « maintenir l’engagement de l’Union européenne en faveur d’une police nationale afghane forte et efficace ».

 

La présence de cinq théâtres mentionnée dans la déclaration ne tient pas tout à fait au hasard : elle correspond à des zones où un ou deux Etats auteurs de la déclaration de Paris sont « pousseurs » : la France et l’Espagne pour le Mali, l’Italie pour la Libye, l’Italie (et la France) pour les Balkans, la Pologne pour la Géorgie, l’Allemagne pour l’Afghanistan.

 

Coordination des capacités

 

Les cinq plaident pour :

 

- une capacité de « déployer et de soutenir des opérations militaires sur des théâtres lointains et de longues périodes ». Nb : alors que le retrait d’Afghanistan s’amorce, ce qui va permettre une diminution de la charge financière et matérielle, on voit mal comment les Européens pourraient supporter un nouvel effort à court terme. Cet engagement se situe donc plutôt à moyen terme.

 

- mieux équilibrer le « partage du fardeau au sein de la communauté transatlantique ». Nb: on verra si cet engagement est tenu

 

- assurer une « meilleure coordination entre les processus nationaux de planification » des Etats membres. Nb : Ce qui représenterait une vraie valeur ajoutée par rapport aux systèmes actuels où chacun planifie, achète, et dépense sans concertation, et explique sans nul doute l’affaiblissement des armées européennes qui multiplient doublons et lacunes.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories