Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 12:55
Exposition "Napoléon et l’Europe" au musée de l’Armée


source Musée de l'Armée


Du mercredi 27 mars au dimanche 14 juillet 2013, le musée de l’Armée présente l’exposition Napoléon et l’Europe.



À quelques pas du tombeau de Napoléon sous le Dôme des Invalides et des riches collections du musée de l’Armée dédiées à l'Empire, l’exposition Napoléon et l’Europe est la plus importante mise en œuvre dans un espace renouvelé, en France, sur Napoléon depuis celle de 1969 au Grand-Palais.

Napoléon Bonaparte a profondément et durablement marqué l’histoire de l’Europe. L'exposition témoigne de son ambition européenne entre 1793 et 1815, en croisant les regards de ses contemporains sur la guerre, la politique, l’administration, la monnaie, la propagande, les arts…

Plus de 250 œuvres, objets et documents issus d’une cinquantaine de musées et institutions prestigieuses permettent de retracer cette épopée exceptionnelle.

Exposition organisée par le musée de l’Armée, élaborée avec le Centre National d’Art et d’Expositions de la République Fédérale d’Allemagne. Avec le concours et le soutien de la Fondation Napoléon.

 

Plus d'informations

Repost 0
7 février 2015 6 07 /02 /février /2015 08:35
Ankunft letztes RoRo-Schiff in Emden

 

6 févr. 2015 Quelle: Redaktion der Bundeswehr 02/2015 15E11002

 

Das letzte von insgesamt fünf Transportschiffen aus dem Umschlagspunkt in Trabzon ist am Dienstag, den 03.Februar, im Hafen von Emden angekommen. An Bord des 160m langen Schiffes sind rund 200 Fahrzeuge und diverses Material aus Afghanistan. Die Entladung des Schiffes bildet den Abschluss der ISAF-Rückverlegung.

Repost 0
5 février 2015 4 05 /02 /février /2015 17:50
Super Cargo: Der Ladungsexperte auf hoher See

 

5 févr. 2015 Quelle: Redaktion der Bundeswehr 02/2015 15E11005

 

In Belgien, der letzten Station vor Deutschland, steigen wir an Bord der Britannia Seaways und begleiten den Super Cargo Andreas Hasenknopf in den letzten 24 Stunden seiner Reise auf Schritt und Tritt. Als sogenannter Super Cargo ist der Fregattenkapitän verantwortlich für den sicheren Transport der letzten Fracht aus Trabzon im Rahmen der ISAF-Rückführung.


Musik:
Side Light von Brian Beshears & Scott Meath (Universal Music)
Dark Story von Adam Routh (Universal Music)

 

Repost 0
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 12:30
Submarines: Another Dolphin For Israel

 

January 13, 2015: Strategy Page

 

In September 2014 Israel received the fourth of six Dolphin class submarines from Germany. This the first of three new Dolphins that have a fuel cell based AIP (Air Independent Propulsion) system which enables them to stay under water for over a week at a time. The Dolphins in general are also very quiet, and very difficult to hunt down and destroy. The first three Dolphins didn't have the AIP system.

 

Germany continues to build Dolphin class boats for Israel, with the next one due to arrive in 2015 and the last one in 2019. The first three arrived in 1998-2000. The second three Dolphins cost about $650 million each, with Germany picking up a third of the cost on two of them. The first two Dolphins were paid for by Germany, as was most of the cost of the third one. This is more of German reparations for World War II atrocities against Jews.

 

The three older boats have since been upgraded to include larger fuel capacity, converting more torpedo tubes to the larger 650mm size, and installing new electronics. The fuel and torpedo tube mods appear to have something to do with stationing the subs off the coast of Iran. Larger torpedo tubes allow the subs to carry longer range missiles. The larger fuel capacity makes it easier to move Dolphins from the Mediterranean to the Indian Ocean. Although Israel has a naval base on the Red Sea, Egypt, until 2012, did not allowed Israeli subs to use the Suez Canal. So the Dolphins were modified to go around Africa, if they had to.

 

As built the Dolphins could stay at sea for about 40 days (moving at about 14 kilometers an hour, on the surface, for up to 8,000 kilometers). Larger fuel capacity extended range to over 10,000 kilometers and endurance to about 50 days. The 1,625 ton Dolphins can carry 16 torpedoes or missiles and have ten forward torpedo tubes (four of them the larger 650mm/26 inch size). The Dolphins are considered the most modern non-nuclear subs in the world. The first three cost $320 million each. All have a crew of 35 and can dive to a depth of more than 200 meters (660 feet). The Dolphin design is based on the German 209 class subs but has been so heavily modified that it is considered a different class and only Israel has them.

 

In early 2014 Israel revealed that in 2013 its submarines spent 58 percent of their time at sea on combat missions while the rest of the time was spent for training. Israel currently has four Dolphin class subs in service. The Israelis also admitted that their subs sometimes go far (to Iran and the Red Sea) from their bases on missions. Give that Israel is not at war with anyone with a navy, these missions are probably related to collecting information on the ships and ports of potential enemies. That would include Syria, Lebanon, Iran, Sudan and so on. The navy revealed that the subs undertook 54 “special operations” in 2013 and that was a big increase from previous years.

 

No details were given on what the special operations were but based on what kind of surveillance operations Israel has conducted in the past and what U.S. subs did in that area during the Cold War. The Israeli subs have probably been using their passive (listen only) sonar to collect information about ports and warships as well as deploying and retrieving larger electronic sensors placed underwater near where enemy ships operate. Israel may also be tapping underwater communications cables. For some of these operations the Israelis would use divers carried on the subs as passengers. Israel has a small force of naval special operations troops similar to the American SEALS and the British SBS.

 

All of the Israeli subs are built in Germany, where the local media periodically pretends to be appalled at what the Israelis actually do with these subs. Thus back in 2012 revelations in German media that the Dolphin class boats were equipped in Germany with a special hydraulic ejection (from torpedo tubes) systems for launching missiles with nuclear warheads caused a stir. This was actually misleading, as well as being old news. The Dolphin class subs have long had the ability to launch Harpoon anti-ship missiles and longer range cruise missiles from the torpedo tubes. It makes no difference if the warhead has high-explosives or a nuclear bomb in it. For over a decade Israel and Germany played down this capability. For example shortly after September 11, 2001 Israel denied that it had submarines capable of firing cruise missiles equipped with nuclear warheads. But the U.S. navy had reported spotting such missiles being tested by an Israeli sub in the Indian Ocean before 2001.

 

In 2000 it was widely reported that Dolphin class subs were being equipped with nuclear weapons. The 135 kilometer range Harpoon missiles were alleged to have been modified to carry a nuclear warhead and Israel. It was also asserted that Israel was developing a submarine launched 350 kilometer range cruise missile. Both of these weapons were launched from the subs torpedo tubes. Since then Israel has developed a new cruise missile, with a range of 1,500 kilometers and carrying a 200 kiloton nuclear warhead. These nuclear equipped subs were to provide an extra degree of security as all other Israeli nuclear weapons were in land bases and, in theory, could be wiped out by a surprise missile attack. A nuclear missile equipped submarine at sea would be much more difficult to find.

Repost 0
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 12:30
Surface Forces: Saar 6 From Germany

 

January 20, 2015: Strategy Page

 

Germany has agreed to build four offshore patrol vessels (OPVs) for Israel. Exact specifications were not released but apparently the design is based on the Meko 100, a 1,600 ton warship that has been built in many different versions. Israel wants the Germans to build what amounts to a larger version of their successful Saar family of warships for about $146 million each. This includes a large “genocide guilt” discount. Right now the largest Saar ships are the three 1,075 ton Saar 5s.

 

In 2013 Israel announced another largest model of its four decade old Saar family of small surface warships. This new one, Saar 72, was aimed at the export market. The Saar 72 is an 800 ton ship with a crew of fifty (and accommodations for 20 more commandos or other specialists). It is 72 meters (223 feet) long, stealthy, and designed to accommodate electronics built into the blended, radar evading, superstructure. The Saar 72 carries a helicopter, an automated 76mm gun, eight anti-ship (or land target) missiles, and over a dozen anti-aircraft missiles. Top speed is 55 kilometers an hour. This “corvette” variant can stay out for 21 days at a time (cruising at 32 kilometers an hour). The Saar 72 design can accommodate many different configurations. That would include fewer weapons and longer range for an OPV (offshore patrol vessel) to more accommodations and storage space for commando operations. The four new German ships will apparently be the corvette sized (under 2,000 tons) Saar model that the Israeli navy has long wanted but has not been able to get the money to build.

 

Since the early 1970s Israel has built 36 Saar type ships. These evolved from the Saar 1, 2, and 3 classes of fast missile boats (all under 250 tons). These boats were variants on older German designs. The Saar 4 was a unique Israeli design for a 450 ton warship armed with eight anti-ship missiles, a Phalanx anti-missile 20mm autocannon and a 76mm gun, plus a rather complete set of electronics for a ship of that size. These could stay out for about ten days at a time, had a top speed of 60 kilometers an hour, a crew of 45, and entered service in 1972. In 1980 the first of ten Saar 4.5 class vessels arrived. These were 490 ton ships that were similar to the Saar 4 but a bit larger and improved in many ways. They were 61.7 meters (203 feet) long. Armament varied but for the eight used by the Israeli navy it was eight anti-ship missiles, 32 anti-aircraft missiles, a Phalanx anti-missile 20mm autocannon, a 25mm autocannon or a 76mm gun, two 20mm autocannon, two 12.7mm machine-guns, a helicopter, and an extensive set of electronics (for a ship of that size).

 

Despite intense lobbying from the navy and some politicians in 2005 Israel dropped plans for some much larger ships, including a 13,000-ton helicopter assault ship, a 4,000-ton frigate comparable to the American LCS, and a 2,750-ton corvette that would have been equipped with the Aegis combat system. Instead more Dolphin-class submarines and three Saar 5 class corvettes were bought.

 

The Israeli Navy is the smallest of the combat arms, with a peacetime strength of some 9,000 sailors. The Israeli Air Force has over 32,500 active-duty personnel and 54,000 reservists; the Israeli Army boasts 125,000 active-duty personnel and 600,000 reserves. The navy always loses the battle over defense budgets and has to make do with not very much.

 

The three Saar 5 class corvettes (also referred to as the Eliat class) were, because of their size, built in the United States. The 1,075-ton vessels are 85.6 meters (281 feet) long and carry an impressive amount of firepower: 64 Barak surface-to-air missiles, eight Harpoon (or Gabriel) anti-ship missiles, two triple 12.75-inch torpedo tubes firing Mk 46 torpedoes, two 25mm Sea Vulcans, a 20mm Phalanx CIWS (for destroying incoming missiles), and a helicopter. Top speed is 61 kilometers per hour and there are only 74 crew members. These vessels entered service in 1993 and 1994. They are still perhaps the best surface combatants in the region. The new German “Saar 6” ships will probably be larger and more power versions of the Saar 5.

 

Currently the Israelis have 15 Saar type ships in service (three Saar 5, ten Saar 4.5, and two Saar 4). Most of the Saar 4s were retired, sold off, or converted to Saar 4.5.

Repost 0
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 07:45
Visite du Général de Corps d’Armée Jörg Vollmer à l'EUTM Mali


03.02.2015 EUTM Mali
 

Le Général de Corps d’Armée Jörg Vollmer,  adjoint au Chef d’Etat-Major de l’Armée de Terre en Allemagne, chargé des opérations et de l’emploi accompagné par : Lieutenant-colonel  Nils Kruth, Lieutenant-colonel  Withold Pieta, Commandant  Sven Jahn, Lieutenant-colonel Ralf Peter Hammerstein, Lieutenant-colonel Roland Stein, Lieutenant-colonel Matthias Boehnke, est arrivé mardi 03 février 2015 à BAMAKO pour une visite à la Mission Européenne d’Entraînement au Mali.

Le Général de Corps d’Armée Jörg Vollmer a été accueilli au MHQ par le Général de Brigade Alfonso GARCIA-VAQUERO PRADAL, le commandant de l’EUTM Mali.

Le Chef d’Etat-major de l’EUTM Mali a présenté les différents aspects de la mission avant de se rendre au centre de formation de KOULIKOURO, ou le Chef du TTF a présenté un mémoire au sujet de la mission de formation suivie d’une visite du camp d’entraînement.

Repost 0
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 06:20
Defence Minister Nicholson in Europe for security discussions

 

February 3, 2015 by David Pugliese

 

Defence Minister Rob Nicholson left today for a three-city tour to meet European colleagues and partners and discuss current international security issues.

 

During the tour, Minister Nicholson will visit Paris, France; Brussels, Belgium; and Munich, Germany, where he will reaffirm Canada’s defence relations with key allies and partners, and Canada’s commitment to promoting security and stability within Europe, the Department of National Defence noted in a news release.

 

On Wednesday, Nicholson and French Minister of Defence, Jean-Yves Le Drian, will sign two bi-lateral arrangements

Repost 0
3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 18:50
Bundesministeriums der Justiz

Bundesministeriums der Justiz

 

03/02/2015 Par Frédéric Thérin, à Munich - Le Point.fr

 

Le ministère de la Justice a préparé une loi pénalisant les personnes qui voudraient "voyager pour commettre, planifier ou préparer des actes terroristes".

 

Berlin continue de resserrer son étau législatif contre les Allemands qui seraient tentés de participer au djihad. Un projet de loi préparé par le ministère fédéral de la Justice prévoit de pénaliser les personnes qui "voyagent ou souhaitent voyager pour commettre, planifier ou préparer des actes terroristes". Des sources gouvernementales interrogées par le magazine Spiegel ont expliqué que ce texte pourrait être adopté dès demain par le gouvernement afin d'être présenté au Bundestag sans attendre.

La République fédérale souhaite ainsi se conformer à la "résolution sur les combattants étrangers" adoptée par les Nations unies le 24 septembre 2014. Le Conseil de sécurité rappelait à tous ses États membres qu'ils devaient "veiller à ce que toute personne qui participe au financement, à l'organisation, à la préparation ou à la perpétration d'actes de terrorisme ou qui y apporte un appui soit traduite en justice". La résolution exige également que tous les États "veillent à ce que la qualification des infractions pénales dans leur législation et leur réglementation internes permette, proportionnellement à la gravité de l'infraction, d'engager des poursuites et de réprimer (...) leurs nationaux qui se rendent ou tentent de se rendre dans un État autre que leur État de résidence ou de nationalité". On ne saurait être plus clair...

 

Confisquer la carte d'identité

 

Jusqu'à maintenant, la loi allemande permettait uniquement de traduire devant les juges les personnes qui partaient à l'étranger pour combattre auprès d'une organisation terroriste reconnue comme telle. Plus de 600 djihadistes allemands sont ainsi parvenus à échapper à la justice en se rendant de manière indépendante dans des zones de conflit. Ce vide juridique sera bientôt comblé par le projet de loi du ministère de la Justice.

Berlin confirme son désir de lutter plus efficacement contre le départ de ses concitoyens vers la "guerre sainte". Peu après les attentats contre Charlie Hebdo et le supermarché casher de la porte de Vincennes, le gouvernement fédéral avait annoncé sa volonté de confisquer la carte d'identité des personnes qui souhaitaient partir à l'étranger pour combattre auprès d'organisations terroristes afin de la remplacer par un "Personalausweis" qui leur interdirait de quitter l'Allemagne. La loi permettait déjà à la justice de saisir les passeports de potentiels djihadistes, mais ces derniers pouvaient encore utiliser leur carte d'identité pour aller en Turquie et se rendre ensuite en Syrie ou en Irak. Une vingtaine d'extrémistes aux passeports confisqués auraient ainsi rejoint l'État islamique ces derniers mois. Berlin a aujourd'hui visiblement choisi de fermer les "chemins de traverse" qui permettaient aux djihadistes de retrouver les combattants de Daesh ou d'al-Qaida.

Repost 0
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 18:50
Nexter et KMW croient à NewCo et " une véritable Europe de la Défense "


26.01.2015 Par Olivier Berger, grand reporter à La Voix du Nord.  - Défense Globale

Le rapprochement entre le Français d'Etat, Nexter, et l'Allemand familial, Krauss-Maffei Wegmann, doit aboutir cette année à un leader européen de l'industrie de défense européenne. La nouvelle société, NewCo (nom pas encore définitif) sera détenue à 50 % exactement entre les deux partenaires qui s'imaginent capables d'aller concurrencer les deux géants mondiaux du terrestre, General Dynamics et BAE Systems. Les deux PdG, le Français Philippe Burtin, et l'Allemand Frank Haun, étaient en audition devant la commission de la Défense et des Forces armées de l'Assemblée nationale le 14 janvier.

" L’élan qui anime nos deux actionnaires et nos deux groupes est celui de la construction de l’Europe de la Défense ", n'hésite pas à lancer Philippe Burtin.

 

Suite de l'article

Repost 1
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 18:30
Did German Companies Aid Syrian Chemical Weapons Program?

Chemical weapons were used in the Syrian civil war in 2013. German companies may have helped build up the country's production facilities. (photo source LdDef)

 

January 23, 2015 By Gunther Latsch, Fidelius Schmid and Klaus Wiegrefe – Spiegel.de

 

Government documents and information from the Assad regime indicate that German companies may have helped Syria produce chemical weapons over the course of decades. So far, the Merkel administration has shown no willingness to investigate.

 

Read full article

Repost 0
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 12:50
Übung "Grantiger Löwe" - Panzertransport mit der Bahn


26 janv. 2015 Quelle: Redaktion der Bundeswehr 01/2015 15E10901

 

Kampfpanzer Leopard, Schützenpanzer Marder, Transportpanzer Fuchs: die Brigadegefechtsübung „Grantiger Löwe“ ist ein Tummelplatz für Gefechtsfahrzeuge, die von der Deutschen Bahn zügeweise ins Übungsgebiet nach Bergen transportiert werden. Alles beginnt mit der Verladung am Bahnhof - Millimeterarbeit in der Nacht!

Musik: Radical Chunk von Alec Williams & Chieli Minucci (Universal Music)

 

Repost 0
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 12:50
DAHER devient Lead Logistics Provider d’Airbus Helicopters

 

 

Paris, le 19 janvier 2015 – Daher

 

Un contrat 2014 – 2019 pour piloter et opérer la logistique des quatre usines européennes d’Airbus Helicopters

 

Après avoir commencé à opérer la logistique d’Airbus Helicopters pour son site de Donauwörth en Allemagne en septembre 2014, DAHER poursuit son développement avec Airbus Helicopters et devient le prestataire logistique unique sur les quatre usines européennes d’Airbus Helicopters. En complément, il devient le « Lead Logistics Provider » du premier hélicoptériste mondial.

 

Un partenariat global de long terme marqué par l’excellence opérationnelle
Avec la signature de nouveaux contrats et la reconduction de contrats existants, DAHER pilote et opère la logistique des quatre usines européennes d’Airbus Helicopters (Donauwörth en Allemagne, La Courneuve et Marignane en France et Albacete en Espagne) jusqu’en 2019.
DAHER devient ainsi le Lead Logistics Provider pour l’ensemble de ce périmètre.

 

En tant que Lead Logistics Provider, DAHER est en charge de la gestion de la supply chain de son client Airbus Helicopters.

 

DAHER peut ainsi :
- avoir une approche globale des coûts de la supply-chain et des plans d’amélioration associés,
- déployer une approche opérationnelle commune à l’ensemble des sites et permettre ainsi l’accélération des flux et l’optimisation des structures et des moyens,
- généraliser et partager les bonnes pratiques sur l’ensemble des sites concernés.
Cette démarche est parfaitement adaptée aux exigences de diminution des coûts et de performance opérationnelle d’Airbus Helicopters.

« Ce contrat de long terme signé avec Airbus Helicopters marque une nouvelle étape dans notre
stratégie de développement, visant à proposer une prestation globale, clés en main, à nos clients.
Notre ambition est d’étendre ce niveau de prestations à d’autres clients dans un avenir proche »
précise Stéphane Mayer, Président & CEO du pôle Aéronautique & Défense de DAHER.


DAHER, Lead Logistics Provider, opère la logistique des 4 usines européennes d’Airbus Helicopters:

 

Donauwörth, Allemagne
Depuis le 1er septembre 2014, DAHER gère la totalité de la plateforme logistique de l’usine
allemande d’Airbus Helicopters basée à Donauwörth (Bavière). Dans la continuité des prestations
réalisées pour les autres usines, DAHER est en charge de l’ensemble des flux de composants
destinés à la production et aux rechanges :
- La logistique
- Le contrôle qualité
- Le stockage et la préparation des colis (picking, kitting)
- La gestion de la cellule peinture
- La distribution sur site (transport, gestion des douanes,..)

 

Marignane, France
Les équipes de DAHER y centralisent les flux entrants et la logistique industrielle autour de deux magasins entièrement automatisés.
Le premier magasin, sur le site d’assemblage des hélicoptères et d'une capacité de 55 000 emplacements, est dédié à la réception des pièces. Le second d'une capacité de 110 000 emplacements, à proximité de l’usine, gère les flux sortants des
pièces de rechange et le service clients. Le succès du premier contrat et les chantiers d’amélioration continue mis en place ont amené Airbus Helicopters à renouveler sa confiance à DAHER jusqu'en 2019.

 

La Courneuve, France
Sur ce site, DAHER est au coeur de l’usine de fabrication et de réparation des pales d’hélicoptères.
DAHER gère la logistique du magasin central où sont stockés l’ensemble des produits standards, du magasin des pales principales, pales arrières, rotors et fenestrons et du magasin froid pour les tissus et résines.

 

Albacete, Espagne
Depuis septembre 2012, DAHER gère la logistique de l’usine d’Albacete en Espagne, de la réception des pièces, à la préparation des commandes et l’envoi sur la ligne d’assemblage final.

Repost 0
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 11:55
Leclerc-VBCI (Nexter- photo G. Belan) - LEOPARD 2 A5 (KMW)

Leclerc-VBCI (Nexter- photo G. Belan) - LEOPARD 2 A5 (KMW)


14 janvier 2015 Commission de la défense nationale et des forces armées  - Compte rendu n° 30

 

Mme la présidente Patricia Adam. Notre assemblée examinera bientôt en séance publique le projet de loi pour la croissance et l’activité, dit projet de loi « Macron », qui comporte un article tendant à autoriser la privatisation de GIAT Industries et de ses filiales, dont Nexter. Je remercie M. Philippe Burtin, président-directeur-général de Nexter et tout particulièrement M. Frank Haun, président-directeur-général de Krauss-Maffei Wegmann qui nous fait l’honneur d’être auditionné pour la première fois par la commission de la Défense nationale et des forces armées de l’Assemblée nationale. Rappelons que plusieurs de nos collègues, MM. Jean-Jacques Bridey, Yves Fromion, Christophe Guilloteau et Gwendal Rouillard se sont rendus récemment au siège de Krauss-Maffei Wegmann à Munich.

 

M. Philippe Burtin, président-directeur-général de Nexter. Nous sommes très honorés de cette opportunité de pouvoir vous exposer le projet de rapprochement entre nos deux groupes, que nous avons dénommé « KANT » (KMW And Nexter Together). Je commencerai par exposer les fondements stratégiques, les objectifs et les présupposés qui font figurer l’inscription de l’entreprise GIAT sur la liste des entreprises privatisables dans le projet de loi pour la croissance et l’activité, sachant que nos deux entreprises sont leaders dans les métiers de l’armement terrestre.

 

M. Frank Haun, président-directeur-général de Krauss-Maffei Wegmann. Je souhaiterais tout d’abord vous exprimer toute ma sympathie et ma compassion à la suite des événements tragiques qui ont touché la France la semaine dernière. Je me suis recueilli mercredi dernier devant l’ambassade de France à Berlin avec de nombreux Allemands et je voudrais vous dire aujourd’hui : « je suis Charlie ». (Applaudissements).

Nous sommes réunis pour aborder un aspect structurant du renforcement de la relation franco-allemande. Je m’abstiendrai de parler en français ; il en va en effet de votre langue comme de mon épouse : je l’aime, mais je ne la comprends pas !

L’origine de l’entreprise Krauss-Maffei Wegmann remonte à plus de 175 ans ; elle fabriquait à l’époque des locomotives. Elle existe depuis 1999 sous sa forme actuelle et est devenue un acteur incontournable du secteur de l’armement. Plusieurs raisons expliquent sa réussite. En premier lieu, il s’agit d’une entreprise familiale. Nos actionnaires et propriétaires ont un grand respect de la tradition, planifient leurs actions de façon cohérente et ne tiennent pas compte de l’humeur des marchés. Ils auraient pu déjà vendre KMW à plusieurs reprises, mais ce sont des entrepreneurs et ils ont un sentiment de responsabilité envers leurs héritiers et leurs collaborateurs.

Pour nous, l’important est le temps long, qui se compte en décennies et non en trimestres. En 2014, avec nos 3 200 collaborateurs, nous avons enregistré plus d’un milliard d’euros de prises de commandes et réalisé un chiffre d’affaires d’environ sept cent cinquante millions d’euros. Notre carnet de commandes est florissant, comme il ne l’avait jamais été. Nous nous concentrons sur ce que nous savons faire et sur ce que nous entendons de nos clients. En particulier, je me rends personnellement sur les théâtres d’opérations – je suis allé par exemple en Afghanistan -, où j’ai parlé avec nos soldats et d’où je suis revenu avec des propositions d’amélioration. Nous aidons nos forces dans leurs missions, à définir leurs besoins et nous veillons à apporter des réponses rapides avec des circuits décisionnels courts. Nous parlons peu et agissons rapidement, nous sommes adaptables et faisons des produits sur mesure.

Dans le monde occidental, nous sommes ainsi les seuls producteurs de chars lourds de combat modernes : 18 États ont ainsi acheté notre char Léopard 2. Nous développons et fabriquons actuellement avec un partenaire allemand son petit frère, le Puma, que nous sommes en train de livrer à l’armée allemande. Cet engin est à la pointe de la technologie, en matière de protection, de mobilité et de résistance au feu. Notre véhicule à roues, le Dingo, produit à plus de 1 000 exemplaires, est désormais utilisé par six pays dont aucun n’a eu à déplorer jusqu’ici de mort en opération parmi ses utilisateurs. Enfin, le véhicule Boxer à huit roues, qui était à l’origine une initiative franco-germano-anglaise et qui n’a pas pu être menée à son terme, est aujourd’hui un véhicule très performant. Je suis convaincu, si nous réalisons le projet KANT, qu’à l’avenir nous aurons des véhicules communs, ce qui renforcera l’efficacité de nos forces armées, lorsqu’elles interviendront ensembles sur des théâtres d’opérations, et cela permettra d’économiser l’argent du contribuable. Nous sommes aussi présents sur d’autres segments terrestres, puisque nous fabriquons également des systèmes d’artillerie, comme notre obusier, le PZH 2000, dont la performance dépasse largement celle de la concurrence, y compris américaine, ainsi que des ponts tactiques et logistiques. Par ailleurs, nous sommes leaders sur le secteur de la formation et de la simulation, et nous assurons le service et l’entretien sur le terrain en Afghanistan, au Soudan du Sud et en ex-Yougoslavie. Nous sommes par ailleurs le partenaire exclusif de Daimler pour les véhicules lourds dans le cadre de l’OTAN, avec une présence dans plus de 40 pays, des filiales au Brésil, au Mexique, en Grèce, aux Pays-Bas, à Singapour et aux États-Unis. Notre part d’exportation se situe depuis 15 ans entre 40 et 80 % de notre activité.

 

M. Philippe Burtin. Nexter vous est certainement connu. Je rappelle que nous l’avons créé en 2006 en tant que filiale à 100 % de GIAT Industries. Cette dernière société, depuis cette année-là, est notre société holding, elle-même détenue à 100 % par l’État ; elle agit aussi en tant que défaisance puisque nous y avons laissé les sites que notre redimensionnement des années 2000 nous avait conduit à désactiver.

Leader sur le marché français du matériel d’armement terrestre, Nexter a réalisé 1,04 milliard d’euros de chiffre d’affaires dont 53 % à l’exportation et 1,237 milliard d’euros de prises de commandes avec 56 % à l’exportation. Nexter est organisé en trois pôles : le pôle Systèmes qui produit l’artillerie, les armements embarqués, les chars de combat lourds et légers, les engins blindés, les robots, mais aussi la numérisation des matériels. Le pôle Munitions n’inclut depuis 1998 que les munitions de moyen calibre pour les tourelles et tourelleaux, pods ou canons terrestres, navals ou aériens et de gros calibre pour les armes des chars et l’artillerie. Enfin le pôle Équipements rassemble cinq PME qui sont, chacune, centrées sur un couple produit / marché spécifique : l’optique, la protection et la détection NBC, l’électronique, la mécanique et les shelters.

Au 31 décembre 2014, Nexter comptait 3 300 employés répartis sur 10 sites en France, deux sites en Europe issus du rachat l’an dernier de deux sociétés munitionnaires (l’une en Belgique et l’autre en Italie), des succursales à Ryad et Abou Dhabi, ainsi que trois filiales de commercialisation, en Inde, en Espagne et au Canada. Depuis 2006, Nexter est continûment profitable et a versé un milliard de dividendes à l’État tout en continuant à investir environ 25 millions d’euros par an et à consentir un effort très significatif en recherche et développement (R & D), à hauteur de 18 % environ du chiffre d’affaires. Il est à noter que le sous-groupe SNPE/EURENCO, racheté à l’État par GIAT Industries en décembre 2013, n’est pas concerné par le projet KANT. Dans l’immédiat, les équipes y développent le projet de refondation, essentiel pour assurer dès que possible un équilibre pérenne aux plans commercial, économique et social.

Après cette présentation rapide des deux entreprises, il convient de préciser les raisons de ce projet stratégique qu’est KANT. Je voudrais décrire rapidement le marché de la défense terrestre pour vous permettre de partager ce qui en est le trait essentiel, c’est-à-dire celui d’une compétition intense. Les marchés du terrestre ont beaucoup changé depuis une vingtaine d’années. Les marchés occidentaux sont stables ou en baisse marquée, sous la contrainte budgétaire et, petit à petit, le mouvement d’ouverture de ces marchés s’installe, par exemple avec les deux directives du « Paquet Défense », transposées en 2011 en France.

Les marchés à l’exportation sont actifs, dans un contexte où les menaces n’ont pas faibli. Ces marchés sont très compétitifs et exigent des compensations, dans des proportions allant jusqu’à 100 % de la valeur du contrat et, comme pour tous les marchés de défense, les décisions y restent aléatoires et les processus de choix sont longs. Dans ce cadre, l’industrie de défense terrestre européenne reste fragmentée avec plus d’une dizaine d’acteurs pour les systèmes, tout comme une autre dizaine pour les munitions. Dans ce marché, deux leaders transatlantiques sont dominants : General Dynamics et BAE Systems qui développent une activité de quatre à six milliards d’euros, tandis qu’aucun leader européen n’a émergé. Seuls les Français et les Allemands dépassent le milliard d’euros.

Sur les marchés export, mais maintenant aussi en Europe, les industriels émergents sont agressifs. Ils sont portés par la croissance de leurs propres marchés, comme en Turquie, en Israël, en Afrique du Sud, en Corée, et maintenant en Inde. Ces industriels progressent au plan technologique et, en ce sens, les offsets les y ont aidés, sans nul doute.

Dans un tel contexte de compétition, vous pouvez facilement comprendre que les prix sont tirés vers le bas, puisque l’offre est abondante. Les industriels doivent donc être présents sur tous les marchés, avec un investissement commercial très important pour chaque affaire, et développer en parallèle des produits innovants et différenciants, tout en restant compétitifs. C’est donc une problématique d’assise financière élargie, de taille, qui se pose d’ores et déjà aux acteurs du terrestre européens, pour faire face à cette compétition très agressive.

La taille est indispensable pour dégager les ressources financières nécessaires à la R&D et à l’action commerciale. Elle permet aussi de mutualiser les compétences et les capacités industrielles et d’achat, tout en disposant d’une palette d’activité qui compense les cycles ou les aléas commerciaux d’un segment à l’autre.

La croissance externe est donc un impératif. Les acquisitions de sociétés tierces sont affaires d’opportunités : ainsi en a-t-il été en 2014 pour Nexter avec Mecar et Simmel, et en 2012 pour KMW avec WFEL. Quand il s’agit de mouvements stratégiques, la logique est autre : elle ne peut être que fondée sur le partenariat. En effet, il ne peut être question de domination transfrontière dans nos industries de souveraineté. Les États y veillent puisque chaque législation européenne dispose de mécanismes de contrôle et de limitation des investissements étrangers dans les industries de défense.

Une question a été posée sur le timing de notre rapprochement : pourquoi maintenant, nous a-t-on demandé ? La réponse est simple : les deux groupes, Nexter et KMW sont en bonne santé et prêts industriellement pour un tel rapprochement, qui peut donc être construit sans pression. De plus, et ceci est important, au plan stratégique, alors que la consolidation du marché est à peine commencée, il est certain que les premiers qui font mouvement, vont construire le paysage concurrentiel autour d’eux : les premiers ont une prime stratégique.

Dans ce contexte, les deux groupes KMW et Nexter ont recherché, chacun de leur côté, une alliance dans leur métier. Nos deux groupes se définissent en tant que « systémier de défense terrestre ». Ce métier est fondé sur la bonne connaissance des besoins des utilisateurs et sur la capacité d’architecte système. Il est aussi celui de concepteur, tout autant que de sélecteur, de briques technologiques essentielles, afin de concevoir un matériel qui sera en parfaite adéquation avec le besoin des forces.

Ceci permet de comprendre que, pour un systémier, une alliance verticale avec un fournisseur de composants ou de sous-systèmes n’est pas l’objectif principal ! Si, par exemple, l’offre de mobilité est abondante – et c’est le cas – une alliance avec un fournisseur conduirait en effet à restreindre le choix du systémier dans ce domaine, celui-ci devenant de facto distributeur de la « solution maison », dans certains cas au détriment de la performance demandée par l’utilisateur final qui souhaite l’adéquation à son besoin.

L’appartenance à un groupe de défense multimétiers a été présentée aussi comme une solution pour nos sociétés. Certes, une telle appartenance est porteuse de bénéfices pour les membres d’un tel groupe : moyens financiers, réseau commercial parfois planétaire… mais en même temps, la seule appartenance à un tel groupe n’élargit pas en soi le portefeuille de compétences métiers dans le terrestre ou le portefeuille produits. En clair, en tant que telle, elle n’apporte pas ou peu d’économie d’échelle dans le métier du terrestre.

Dans ce cadre, et chacun dans sa propre démarche, Nexter, tout comme KMW, a donc recherché une alliance avec un partenaire exerçant le même métier de systémier de défense terrestre.

Ces démarches se sont inscrites dans le cadre des politiques générales des deux pays puisque, en France, le Livre Blanc de 2013 énonce : « L’État veillera à préserver les pôles d’excellence qui existent en France tout en facilitant des consolidations européennes, dès lors que la logique économique et la logique stratégique se conjuguent. Dans ce contexte, l’État utilisera tous les moyens dont il dispose, comme actionnaire, comme client et comme prescripteur pour faciliter les évolutions nécessaires ». (Page 129)

Pour ce qui est de l’Allemagne, l’accord sur la grande coalition du 27 novembre 2013 écrit : « Nous misons sur une coopération européenne et euroatlantique renforcée en matière d’armement, coopération mettant en œuvre des projets d’équipement et d’approvisionnement communs concrets répondant aux mêmes standards pour toutes les nations ». (Page 124)

 

M. Frank Haun. Vous venez de citer l’accord de coalition, qui montre bien que le Gouvernement allemand nous appuie.

J’en reviens au projet KANT, pourquoi maintenant ? J’ai envie d’ajouter si pas maintenant, quand ? En Europe, notre situation en matière de politique étrangère et de sécurité intérieure s’est, en très peu de temps, radicalement modifiée, et nous ne pouvons pas continuer comme cela. L’Europe et l’OTAN n’ont pas seulement un nombre important de menaces militaires à leurs frontières ; défense de nos territoires et de ceux de nos alliés, protection des routes maritimes mondiales, opérations extérieures –toutes ces tâches mettent déjà fortement à contribution les capacités de nos forces armées. Cela nous oblige notamment à continuer à travailler sur des scénarios de combats dans des conflits asymétriques, mais aussi de lutte symétrique, dans un cadre multinational – la crise ukrainienne nous a récemment montré qu’une situation peut dégénérer rapidement. Quelle est notre capacité de dissuader des agresseurs potentiels ? Disposons-nous d’assez de véhicules blindés, ne serait-ce par exemple que pour défendre Berlin ?

Il est attendu de l’Europe plus que d’être simplement une communauté de valeurs, mais les moyens avec lesquels nous pouvons faire face aux menaces sont des moyens nationaux et le résultat de processus nationaux.

J’en veux pour preuve l’exemple de l’Afghanistan, où la logistique était multipliée par le nombre de contingents nationaux participant à l’opération. On pouvait ainsi retrouver sur ce théâtre quatre ou cinq véhicules logistiques identiques – par exemple belges, allemands ou canadiens. Les moyens dont nous disposons la multiplicité des systèmes d’armes en Europe, nuisent à nos intérêts communs, menacent nos soldats sur les théâtres d’opération et coûtent très cher aux contribuables européens. Si nous sommes là ce matin, c’est parce que nous devons nous décider maintenant pour plus d’Europe aussi dans le secteur de la défense. Il y a des décisions importantes à prendre en matière d’armement car il s’agit de l’avenir de nos enfants. Ne repoussons donc pas les responsabilités qui sont les nôtres.

Le projet KANT a déclenché en Allemagne un débat public sur les technologies de souveraineté en matière de défense. Certains échanges entre députés allemands ont d’ailleurs été très vifs sur ce sujet. En Allemagne, nous avons une volonté de consolidation industrielle dans le secteur de l’armement terrestre. Mais pour autant, nous ne voulons pas d’une consolidation entre sociétés qui n’ont pas le même métier : c’est un peu comme si KMW envisageait une consolidation avec Valeo, équipementier automobile : ce serait une erreur. Compte tenu de la structure du marché, elle serait coûteuse en termes d’emplois et n’apporterait pas à KMW de nouvelles technologies ou de nouveaux marchés. En tout état de cause, ce ne serait pas une réponse du défi de l’interopérabilité auquel l’Europe est confrontée aujourd’hui ; KMW ne s’engagera donc pas dans cette voie-là. Nous ne voulons nous engager que dans une voie qui nous conduise à une véritable Europe de la défense.

KANT est une union d’égaux. La France et l’Allemagne pourront alors adresser à leur systémier national commun des demandes coordonnées pour des produits et solutions. C’est ainsi que nous parviendrons à des systèmes communs moins chers et à plus d’interopérabilité entre nos forces armées. Nous deviendrons en même temps plus attrayants pour les autres clients dans le marché européen et formerons ainsi le noyau pour une consolidation européenne élargie, à plus long terme. C’est une décision qu’il faut prendre aujourd’hui, pas dans cinq ou dix ans.

 

M. Philippe Burtin. Le mot qui convient en effet pour notre projet, est celui de rapprochement et non de fusion. Le vecteur de ce rapprochement sera une nouvelle société que nous appelons NewCo pour le moment ; elle sera la société de tête, la holding du nouveau groupe. Le jour du « closing », 100 % des actions de la société Nexter Systems, société de tête du groupe Nexter, et 100 % des actions de KMW, société de tête du groupe allemand, seront apportés par leurs actionnaires respectifs à cette NewCo. Les actionnaires recevront en contrepartie 50 % exactement du capital de NewCo. L’État français détiendra donc via GIAT Industries, tout comme la famille Wegmann, 50 % du nouveau groupe, en stricte parité, cette société NewCo elle-même détenant tout le groupe Nexter et tout le groupe KMW.

Le schéma de rapprochement permet à chacun de Nexter et de KMW, de conserver son autonomie juridique et son propre siège social. Les organisations, les équipes de management ne seront donc pas changées le jour du rapprochement. De même, les deux marques sont conservées. Ceci démontre aisément que le schéma permet à la fois de construire le futur d’un groupe intégré, tout en maintenant dans chaque pays un potentiel industriel ayant une certaine autonomie, apte en tout cas à assurer la nécessaire indépendance d’approvisionnement des forces des deux pays. Au plan industriel, les accords noués par chaque groupe avec une ou des entreprises pour un programme national, par exemple Scorpion avec RTD et Thales en France ou le Puma avec Rheinmetall en Allemagne, resteront inchangés. De même, les bases de fournisseurs seront préservées. Ce schéma de rapprochement est aussi ouvert à l’entrée, soit d’une nouvelle entité opérationnelle, soit d’un nouvel actionnaire.

Concernant la gouvernance du nouveau groupe, les actionnaires, c’est-à-dire la famille Wegmann et l’État français/GIAT Industries, seront liés par un pacte d’actionnaires. Celui-ci organisera le groupe en deux niveaux de pilotage :

– un conseil de surveillance, qui aura un rôle d’orientation et de contrôle, sans pouvoir exécutif ; il sera composé de sept membres, dont trois indépendants. Certaines décisions, dont la liste est déjà établie, devront être prises à l’unanimité par le conseil de surveillance ;

– un directoire, qui sera l’organe de direction opérationnelle du nouveau groupe, composé en première étape des présidents de Nexter et de KMW.

Les gouvernances du groupe Nexter et du groupe KMW ne seront pas modifiées ; cependant, des administrateurs du groupe KMW entreront au conseil de Nexter Systems et vice versa.

La société commune sera donc en charge de conduire le groupe et sa transformation vers un groupe intégré. Plus précisément, NewCo sera en charge :

– des missions habituelles d’une société de tête : stratégie, fixation des objectifs, reporting, financement, communication ;

– mais aussi du marketing et des ventes à l’international ;

– et de coordonner la R&D, la production, les achats à des fins d’optimisation.

Au sujet de l’État actionnaire, je veux commencer en soulignant que la présence de l’État français au capital de NewCo n’a jamais été contestée par notre partenaire allemand. Au contraire, et Frank Haun le confirmera, la présence de l’État est conçue comme le gage d’une vision industrielle de long terme. L’État français détient aujourd’hui 100 % du Groupe Nexter au travers de GIAT Industries. Le rapprochement conduira l’État français à détenir 50 % exactement du nouveau groupe, et donc au niveau inférieur à NewCo, à détenir 50 % de Nexter Systems, tout autant que 50 % de KMW. Ce passage à 50 % de détention indirecte est analysé, en droit, comme une « perte de contrôle » de Nexter, même si, dans les faits, l’État reste en situation de co-contrôle.

Il est donc clair que le rapprochement de Nexter et de KMW, fondé sur la règle du 50/50, conduit de facto à initier un processus de privatisation du groupe, sans lequel le schéma n’est en effet lui-même pas possible. C’est en ce sens que la représentation nationale est aujourd’hui consultée, au titre de l’article 47 du projet de loi pour la croissance et l’activité. Cette inscription concerne GIAT Industries, maison mère de Nexter Systems, selon la pratique usuelle dans de telles situations. J’insiste sur le fait que ceci ne signifie pas que NewCo ou ses deux entités opérationnelles seraient mises en bourse ! Tel n’est pas le cas et, d’ailleurs, les actionnaires se sont engagés à garder leurs actions, toutes leurs actions, pendant une période de cinq années après le « closing ». L’État français reste donc actionnaire du nouveau groupe, dont il est en situation de co-contrôle ; comme cela a été dit, les décisions majeures seront prises, par exemple, à l’unanimité.

D’autre part, le futur actionnaire et partenaire allemand a accepté le principe d’une action spécifique (Golden Share) qui donne à l’État français certaines prérogatives au niveau de Nexter Systems. En ce sens, l’article 44 du projet de loi pour la croissance et l’activité est important aussi pour le projet KANT. À ce titre, une action de Nexter Systems sera cédée par GIAT Industries à l’État et transformée en « action spécifique ». Le périmètre de celle-ci recouvrira les activités armes et munitions, en France. Cette action spécifique permet à l’État d’avoir un droit de veto, tel que défini par la loi, en cas de projet de cession ou en cas de changement de contrôle desdites activités. De plus, une revue des actifs stratégiques sera menée une fois par an et un processus spécifique particulier s’appliquera en cas de difficulté majeure rencontrée par ces dites activités.

Enfin, je voudrais vous confirmer que ce schéma d’organisation choisi pour notre rapprochement, qui s’opère « par le haut » et qui ne change pas, dans cette phase, l’organisation des deux groupes, n’entraîne en parallèle aucune modification au plan social. Les contrats de travail, les accords collectifs, les « avantages sociaux » sont inchangés. En France, le droit social applicable reste bien sûr le droit français qui continue de régir les contrats de travail et les relations sociales. Et ceci s’applique à l’identique en Allemagne, avec le droit social allemand. Concernant les conditions d’emploi des anciens ouvriers de l’État qui ont opté pour rejoindre GIAT Industries en 1990, celles-ci seront maintenues à l’identique de l’existant actuel, et les fonctionnaires en détachement dans le groupe Nexter continueront de l’être ; c’est ce que prévoit aussi l’article 47 du projet de loi qui est soumis à votre approbation.

 

M. Frank Haun. Pour ce qui est du siège social de notre société commune franco-allemande, ce ne serait pas très raisonnable de le localiser dans l’un de nos deux États.

La question de savoir où implanter le siège de la société servant de holding à notre alliance – société que, pour l’heure, nous appelons NewCo – a été longuement débattue. Nous nous sommes accordés pour dire que son siège devait être situé dans un pays membre de l’Union européenne, de la zone euro, de l’OTAN, de l’Agence européenne de défense, de l’Organisation conjointe de coopération en matière d’armement (OCCAr), etc. La question du régime de contrôle des exportations s’est également posée. Après avoir pesé tous les critères, notre choix s’est porté sur les Pays-Bas. Il s’agit d’un choix « neutre » qui place les deux partenaires sur un pied d’égalité.

L’Allemagne et la France disposent de régimes distincts en matière d’exportations d’armement, le droit allemand s’appliquant aujourd’hui aux produits de KMW et le droit français s’appliquant aux produits de Nexter. Que se passera-t-il demain avec le développement de produits communs ? Nos deux gouvernements réfléchissent actuellement à cette question. Ils souhaitent aboutir à un accord conjoint avant la date de finalisation du projet KANT. Une telle situation s’est déjà produite par le passé avec la société MBDA et les accords Schmidt-Debré. Ces derniers temps, j’ai eu le sentiment que nous étions, à cette époque, plus européens qu’à l’heure actuelle... Mais l’Allemagne reste en quelque sorte en apprentissage pour ce qui concerne sa politique industrielle en matière d’armement ; de la sorte, elle se familiarise peu à peu avec le projet KANT. Cela demande du temps, mais l’Allemagne comprend que KANT est la bonne solution et la voie de l’avenir.

Nous sommes confrontés à un défi commun auquel nous devons répondre par des projets industriels communs. Nous devons mener une harmonisation européenne. KANT est un point de départ et peut-être le noyau d’une « Europe de la défense » en matière industrielle. Les marchés sur lesquels KMW et Nexter sont présents ne se recoupent absolument pas. De même, leurs gammes de produits et leurs technologies respectives se complètent et sont à la pointe au niveau international, comme le sont les salariés qui développent et fabriquent ces produits. Une chance s’offre à nous : entamer l’histoire d’un succès. Voilà près de neuf ans que j’évoque ce projet et je pense que c’est dans cette voie qu’il faut s’engager, également pour maintenir l’emploi en France et en Allemagne.

 

M. Philippe Burtin. En conclusion, nous voudrions souligner que l’élan qui anime nos deux actionnaires et nos deux groupes est celui de la construction de l’Europe de la Défense. Aujourd’hui dans le secteur de la défense terrestre, c’est l’industrie qui propose un projet, structurant pour tout le secteur en Europe. Créer ce champion européen dans la défense terrestre, c’est donner la chance à notre industrie de se développer d’une façon durable, de pérenniser toutes les grandes compétences qu’elle rassemble, aujourd’hui en France et en Allemagne, demain peut-être avec d’autres en Europe et donc de garder un outil autonome, un groupe européen sous contrôle des Européens, au service des forces du continent.

 

M. Yves Fromion. À titre personnel, je ne suis absolument pas opposé à la privatisation de GIAT, je défends même cette idée depuis longtemps. Le fait que l’on mette sur le marché une majorité du capital de cette société ne me gêne pas. Ce qui me gêne, c’est que j’aurais préféré que l’on commence par opérer une consolidation au niveau français incluant Thales et Renault Trucks Defense (RTD), par exemple. Je considère en effet que les contribuables français, qui ont dépensé plus de 4,5 milliards d’euros dans le cadre de la restructuration de GIAT qui a conduit à la création de Nexter, une société compétitive aux plans national et international, en prenant en charge toutes les augmentations de capital, pouvaient espérer une meilleure utilisation de cet argent. J’estime donc que, en l’espèce, les autorités politiques françaises commettent une erreur d’appréciation et je ne suis par conséquent pas totalement satisfait par la solution proposée. Vous l’avez d’ailleurs rappelé vous-même, M. Burtin : pour concevoir le VBCI, un accord avait été passé avec Thales et RTD, ce qui constitue la meilleure preuve du besoin de consolidation au niveau français.

En outre, vous avez évoqué les logiques de souveraineté des pays émergents qui souhaitent se doter de leurs propres industries d’armement. On ne peut dès lors nous reprocher de vouloir maintenir une telle souveraineté chez nous ! Ceci étant, je suis tout à fait d’accord pour que des opérations s’effectuent au niveau européen, puisque l’échelon national est trop modeste. Mais j’aurais préféré une opération qui à la fois prenne en compte, dans un premier temps, nos intérêts nationaux et qui ne les inscrive que par la suite dans une dynamique européenne.

J’en viens à mes questions. Pourquoi autoriser la privatisation de GIAT et de l’ensemble ses filiales, et pas uniquement de Nexter ? Quel est en fait le périmètre exact de l’opération envisagée ?

Quelles sont les caractéristiques et le périmètre de l’action spécifique – la Golden Share – qui sera attribuée à l’État français et quelles seront ses modalités de mise en œuvre ? L’article 44 du projet de loi pour la croissance et l’activité est à cet égard très abscons.

Quelques questions de plus long terme. Nous avons compris que, à ce stade, vous prévoyez la création d’une co-entreprise, NewCo, mais que vous tendiez vers une intégration dans une seule entreprise à l’issue des cinq années suivant la conclusion de l’opération. Quel est l’objectif précis que vous recherchez ? Que sera cette entreprise intégrée, étant entendu que, si je ne m’abuse, il n’y aura plus qu’un seul président du conseil d’administration d’ici cinq ans ?

Un dernier point : quid des exportations ? Vous avez rapidement évoqué ce sujet et je demeure pour ma part extrêmement inquiet quant aux blocages qui pourraient se faire jour en la matière.

 

M. Gwendal Rouillard. Avec mes collègues Yves Fromion, Christophe Guilloteau et Jean-Jacques Bridey, nous nous sommes récemment rendus en Allemagne afin de discuter du rapprochement entre Nexter et KMW. Nous avons particulièrement apprécié l’accueil chaleureux qui nous a été réservé, la qualité des échanges et nous avons trouvé ainsi que celle des réponses à toutes nos interrogations. Je souhaiterais toutefois poser deux questions et formuler une appréciation.

Vous avez parlé de votre projet stratégique, de la société NewCo, de vos perspectives à l’horizon 2020, ainsi que des nouveaux produits à développer ensemble, ce dernier point étant d’un intérêt tout particulier pour les membres de notre commission. À cet égard, lorsque nous nous sommes rencontrés, nous avons évoqué, je vous cite, « les nouvelles générations de chars », « les munitions intelligentes » et « les nouvelles armes au laser ». Nous sommes censés réfléchir en termes de contenu, non seulement maintenant mais également dans la perspective de « l’étape d’après », qui donne du sens au projet de rapprochement. Aussi me semble-t-il important que vous puissiez nous fournir quelques éléments d’information à ce sujet.

Messieurs les présidents, vous discutez depuis plusieurs mois d’un point que nous savons délicat, celui de la valorisation de vos sociétés respectives. Il s’agit en quelque sorte de la dernière étape cruciale avant de sceller l’accord, le compromis, l’équilibre. Pouvez-vous évoquer, si ce n’est des chiffres précis, du moins la méthode qui commande les discussions en la matière, ainsi que les critères de valorisation ?

Une remarque, enfin. Je suis très favorable à ce projet de rapprochement. Au-delà de la complémentarité d’aujourd’hui, c’est la complémentarité de demain qui importe, dans un contexte de concurrence à l’international que vous avez bien rappelé. Je souhaiterais porter témoignage personnel qui, me semble-t-il, pourra convaincre mon collègue Yves Fromion : au cours de nos déplacements en Afrique en 2014, nous avons pu apprécier l’intensité de cette concurrence, en particulier sur les marchés africains. Je rappelle que les dépenses miliaires sur ce continent ont « bondi » de 55 % en dix ans et atteignent environ 50 milliards de dollars aujourd’hui.

Un dernier mot. Au sein de cette commission, nous parlons souvent d’Europe de la défense et de la relation entre la France et l’Allemagne. Nous avons l’opportunité de dépasser les mots pour poser collectivement un acte. Étant donné le contexte politique, sécuritaire, économique et social dans nos deux pays et dans l’ensemble de l’Europe, si nous pouvons donner ce signe fort à nos populations au-delà du droit et de l’aspect technique, j’estime que nous aurons fait notre travail. Je suis très confiant et je souhaite que ce rapprochement s’effectue.

 

M. Philippe Burtin. Je répondrai d’abord à M. Fromion, qui a exprimé sa préférence pour une consolidation nationale préalable à une consolidation européenne dans l’industrie d’armement terrestre. Comme je l’ai déjà dit, Nexter s’était fixé pour objectif de trouver un partenaire exerçant le même métier qu’elle, c’est-à-dire celui de systémier – plus que celui d’équipementier.

D’ailleurs, nous avons recherché les voies et moyens d’une consolidation industrielle franco-française avant d’engager des discussions avec KMW. Nous avons ainsi approché Renault Trucks Défense – RTD. Il faut toutefois rappeler que RTD n’est plus tout à fait une entreprise française : si ses emplois sont majoritairement situés en France et si les forces françaises utilisent ses matériels, il n’en demeure pas moins que son capital appartient à 100 % au Suédois Volvo. Mais même au-delà de cette réserve, nos discussions n’ont pas abouti du fait des conditions posées par RTD à tout rapprochement. En effet, les Suédois ne voulaient coopérer avec Nexter ni dans le secteur des matériels à chenilles ni dans celui des armements ou des munitions : dès lors, tout rapprochement avec RTD aurait conduit à une partition de Nexter, ce qui n’était pas le but recherché. Surtout, RTD exigeait en réalité que toutes les grandes fonctions opérationnelles de Nexter passent sous le contrôle direct des Suédois. Ces conditions n’étaient acceptables ni pour notre actionnaire, à savoir l’État, ni pour l’entreprise.

Nous avons également envisagé un rapprochement avec Thales – piste souvent évoquée. Certes, des synergies pourraient être trouvées entre Nexter et TDA Armements, filiale de Thales, et une entrée de Thales au capital de Nexter pourrait faciliter l’accès de cette dernière à quelques marchés ou à de nouveaux capitaux – encore que ce dernier point n’est pas notre principale préoccupation. Mais en tout état de cause, Thales est un groupe multi-métiers, et non un partenaire du même profil de systémier terrestre que Nexter. Un rapprochement de Nexter avec TDA Armements sera toujours possible, mais il n’est pas pour l’heure prioritaire pour Nexter.

En revanche, KMW et Nexter, tout en présentant le même profil d’entreprise, sont complémentaires. Les seuls segments de recoupement dans nos gammes de produits concernent les véhicules « 8 x 8 » – le VBCI pour Nexter et le Boxer pour KMW – et « 4 x 4 » – l’Aravis pour Nexter et le Dingo pour KMW. Encore que le VCBI ait peut-être un avantage sur le Boxer, comme, à l’inverse, le Dingo en a peut-être un sur l’Aravis. KMW et Nexter, ensemble, veilleront en tout état de cause à différencier ces produits.

Vous avez évoqué, monsieur Fromion, les 4,6 milliards d’euros apportés par l’État à Nexter. C’est exact, et Nexter est fière d’honorer la dette qu’elle a envers l’État. En effet, tout en menant une restructuration profonde – passant de 14 000 à 2 600 salariés en 2007 –, Nexter est profitable : elle a déjà versé un milliard d’euros de dividendes à l’État depuis sa création fin 2006.

Vous avez également évoqué la possibilité d’une vente d’actions de Nexter ou d’autres filiales de GIAT Industries par l’État sur les marchés boursiers : je peux vous assurer que cela n’est nullement envisagé dans le cadre du projet KANT.

S’agissant de la logique de souveraineté, dont vous relevez que les pays émergents la feraient valoir davantage que nous, force est de constater que des États, comme la Corée, Israël, la Turquie… se sont engagés dans une véritable guerre industrielle, mais aussi qu’ils s’en donnent les moyens financiers ! Ces États n’hésitent pas à passer des commandes importantes, parfois par milliers de véhicules, et à soutenir le développement de nouveaux modèles : c’est là un effort financier plus conséquent que celui que nos pays européens peuvent réaliser, où les marchés d’armement terrestres sont au mieux stables, et souvent en décroissance. Certes, un projet comme Scorpion constitue un formidable marché pour Nexter… Il faut noter qu’il représentera 200 millions d’euros d’activité par an en moyenne, alors que nous visons pour le groupe un chiffre d’affaires dépassant le milliard d’euros.

Quant à la formulation de l’article 47 du projet de loi pour la croissance et l’activité, il propose, comme vous l’avez souligné, d’autoriser la privatisation de GIAT et de toutes ses filiales sans mentionner Nexter. Ceci appelle deux observations. D’une part, certaines des filiales de GIAT, comme la SNPE et EURENCO, ont d’ores et déjà vu leur privatisation autorisée par la loi de programmation militaire pour les années 2009 à 2014 : il s’agissait alors de permettre la vente de la propulsion de SME, filiale de la SNPE, à Safran. D’autre part, c’est une pratique législative habituelle que de citer, dans le dispositif législatif de privatisation, la société de tête du groupe et non l’une ou l’autre de ses filiales en particulier.

Vous nous avez également interrogés sur l’action spécifique (Golden Share) que l’État détiendra dans l’alliance Nexter–KMW. Celle-ci portera sur les armes et les munitions. Les produits, les personnels, les actifs et les passifs, ainsi que les sites de production concernés sont d’ores et déjà définis avec précision. Cette Golden Share permettra à l’État de siéger au conseil d’administration de Nexter Systems et de contrôler tout projet de cession ou tout changement de contrôle des activités concernées, le cas échéant. En outre, deux processus de surveillance sont prévus : une revue annuelle de la stratégie et de la situation des activités, et une analyse approfondie des risques et des perspectives qui sera entreprise tous les dix-huit mois.

 

M. Frank Haun. Vous vous demandez peut-être pourquoi KMW n’achète pas d’ores et déjà des armes et des munitions à Nexter. La réponse est simple : parce que pour l’heure, nous sommes concurrents ; or on ne se fournit pas auprès d’un concurrent. Mais dès lors que nous ne serons plus concurrents mais partenaires, KMW se fournira auprès de Nexter.

On nous interroge souvent sur nos projets de développement en commun de nouveaux matériels. Le plus important, c’est la prochaine génération de chars lourds. Dans cinq ans, nous aurons avancé dans le processus de développement d’un nouveau char lourd – qu’il s’appelle Léopard 3, Leléo ou Léoclerc, peu importe : il sera développé en commun, et pourra commencer à équiper nos forces à l’horizon 2025-2030 pour remplacer les chars Leclerc et Léopard 2 dont la base technologique commence à dater. Renouveler ces matériels est indispensable : d’ailleurs, les Russes ne s’y trompent pas, et leurs travaux de développement en la matière avancent à plein régime. Pour ce faire, Nexter possède des technologies très intéressantes pour KMW, et vice-versa.

Vous évoquez, monsieur Fromion, la perspective de voir nos deux entreprises n’en former plus qu’une à l’issue du délai de cinq ans pendant lequel nous nous engageons à ne pas modifier la structure capitalistique de nos groupes. C’est exactement ce que nous voulons. Cela permettra de réduire les coûts unitaires de nos produits, tout en améliorant leur qualité, du fait de la mise en commun de nos technologies. Mais notez que cela n’implique pas de fermer des sites de production. Il y a d’ailleurs une forte chance que les implantations françaises de notre futur groupe commun se développent. Les décisions seront prises au cas par cas.

Pour ce qui est des contraintes que le contexte politique allemand pourrait faire peser sur l’activité de nos entreprises, je tiens à souligner que les choses commencent à bouger en Allemagne. Ainsi, lorsque KMW a entamé des discussions avec le nouveau Gouvernement allemand, il apparaissait qu’il y avait des réserves sur le projet KANT et sur les exportations. Mais aujourd’hui, le carnet de commandes de KMW est plus rempli que jamais et il semble qu’il y a eu une évolution sur la question des exportations… En ce qui concerne la réglementation applicable aux exportations d’armements, je suis confiant dans nos chances d’aboutir à un accord, même si le compromis qui sera trouvé ne sera pas nécessairement à la hauteur de nos espérances de départ. Mais si, dans le futur, l’on arrive à une solution aux termes de laquelle le contrôle de l’exportation d’un matériel conçu en commun relèvera du Gouvernement français dès lors que la part allemande dans leur développement n’excédera pas 20 %, cela signifie que la probabilité est forte que nous développions nos produits à 80 % en France, alors que je souhaite rester à parité. Si je suis confiant, c’est parce qu’en Allemagne, le débat sur les exportations d’armement fait beaucoup de bruit, mais qu’in fine et concrètement, il n’en demeure pas moins que par exemple le Qatar et Singapour sont aujourd’hui mes principaux clients export.

Parmi les nouveaux armements que nous développerons, trois secteurs me semblent particulièrement prometteurs : l’artillerie entièrement automatisée, les munitions intelligentes et les armements lasers – autant de domaines dans lesquels les Américains ont du souci à se faire !

 

M. Philippe Burtin. Monsieur Rouillard nous a interrogés sur la valorisation de nos deux entreprises : elle fait pour l’heure l’objet de discussions entre actionnaires, discussions qui sont par nature confidentielles. La méthode retenue est classique : on valorise une entreprise en fonction de son potentiel de profits à venir, c’est-à-dire de son rendement anticipé – concept plus connu sous le nom de discounted cash flow. Cette estimation est faite sur la base de la vision que nous avons du développement de l’activité et des résultats de nos entreprises dans les quatre ans à venir. Si les méthodes retenues par chaque société pour ce travail de prospective ont pu différer un temps, nous travaillons à leur rapprochement, et un échange de lettres datant du début du mois de décembre 2014 a marqué une convergence en ce sens. La presse relaie des rumeurs selon lesquelles les actionnaires de KMW devraient verser à l’actionnaire de Nexter une soulte de 500 millions d’euros : je tiens à souligner que cette rumeur ne se fonde sur rien de concret.

 

M. Frank Haun. Dans les semaines et les mois qui viennent, il y aura probablement de nouvelles rumeurs du même type. En effet, le projet KANT est critiqué par certains acteurs du secteur, qui s’attachent à créer des inquiétudes au sein de la partie française en vue de bloquer notre projet.

 

M. Daniel Boisserie. Vous avez évoqué rapidement certains problèmes, comme ceux qui résultent de la politique allemande de contrôle des exportations d’armements, aujourd’hui très restrictive. Il faut rappeler que le ministre français de l’Économie, M. Emmanuel Macron, a expressément menacé de ne pas donner de suite au projet KANT si cette difficulté n’est pas levée. Par ailleurs, les actionnaires de KMW sont-ils unanimes dans leur soutien au projet de rapprochement avec Nexter ?

 

Mme la présidente Patricia Adam. Je rappelle que nous rencontrons régulièrement des parlementaires allemands et que nous comptons bien poursuivre à l’avenir.

 

M. Christophe Guilloteau. Je remercie M. Frank Haun pour la visite qu’il a bien voulu organiser en Allemagne et pour ses mots de compassion. Certains en France ont des inquiétudes, car l’histoire de GIAT et Nexter est prégnante dans leur région ; c’est d’ailleurs le cas dans la mienne, dans le département de la Loire. On ne peut certes pas toujours garder un œil dans le rétroviseur, et il convient de construire l’avenir de la défense. Il faut donner un signal fort face aux pays émergents. Je me rappelle encore des discussions à l’époque de la création d’EADS qui avait été jugée audacieuse... Quelle serait pourtant la situation de ces entreprises si celle-ci n’avait pas eu lieu ? Merci aux visionnaires ! Tout ne se réglera bien évidemment pas en quelques jours, notamment sur la question de l’export, mais je forme des vœux pour que ce rapprochement puisse se faire.

Concrètement, quels bénéfices industriels attendez-vous de ce rapprochement pour chacune de vos entreprises ?

 

M. Philippe Folliot. Cette audition est très importante car elle nous permet d’obtenir des informations au-delà de ce qu’on a pu lire dans la presse. Je regrette au passage que le groupe UDI n’ait pas été convié au déplacement organisé par notre commission en Allemagne. Sur le principe, nous sommes favorables à la construction d’un champion de la défense dans l’armement terrestre, comme l’ont toujours été les centristes. Comme élu de la région toulousaine, je sais combien l’amitié franco-allemande est bénéfique pour la construction d’un champion mondial – elle l’a été en matière d’aéronautique. Toutefois, la réussite de tels rapprochements doit s’appuyer sur un double principe de parité et de pérennité. Il est probable qu’au gré des évolutions capitalistiques, l’État français va céder certaines parts de ses participations dans le secteur de la défense. Il reste essentiel, comme cela a été le cas pour EADS, que le principe de parité demeure pérenne. Quelles sont donc les garanties, au-delà des cinq premières années, pour maintenir cette pérennité à moyen terme ?

 

M. Frank Haun. Je témoigne de l’unité qui existe au sein de la famille Bode-Wegmann. J’ai été en effet mandaté par les 27 actionnaires. Il y avait effectivement une voix qui s’était élevée à un moment contre ce projet de rapprochement, mais cette personne ne fait plus partie des actionnaires et tous soutiennent désormais le projet KANT à 100 %. La question des exportations me préoccupe. Cela fait au moins dix ans que le problème se pose de façon récurrente mais les autorités ont commencé à modifier leur position sur le sujet. Nous ne serons certes jamais unanimes sur ce sujet en France et en Allemagne, sauf si des décisions d’exportation étaient transférées à Bruxelles, ce qui ne me semble d’ailleurs pas être une bonne solution ! Je sais que ce débat est très sensible en France et que la position de l’Allemagne est parfois jugée curieuse, mais les esprits évoluent en Allemagne et le Gouvernement allemand a compris que les exportations étaient un levier d’influence. Évidemment, les lobbyistes de tous bords font leur travail, mais je pense que la majorité du Gouvernement et du Parlement allemands partage mon avis et m’a apporté son appui. Comme je l’ai déjà indiqué, nos actionnaires raisonnent en termes de décennies. J’ai noté les 4,6 milliards investis dans Nexter par l’État français : les résultats en sont visibles sur chacun des sites de production et, croyez-moi, mon intérêt pour un rapprochement ne s’en est trouvé que confirmé !

 

M. Philippe Burtin. S’agissant des bénéfices attendus par les deux nations, ils sont de plusieurs ordres. Ils concernent en premier lieu la pérennité de la base industrielle et technologique de défense. Par ailleurs, le rapprochement favorisera une meilleure interopérabilité qui permettra de proposer aux forces des matériels et des produits communs. En outre, le rapprochement sera un facteur d’optimisation et d’économies pour les contribuables, avec notamment des économies d’échelle dans les achats qui permettront de mieux négocier les approvisionnements et de faire baisser le coût des achats pour des matériaux, tels que l’acier ou l’aluminium par exemple. De plus, le rapprochement évitera des redondances en matière d’études et de développement. Enfin, la mutualisation des compétences sera un facteur positif. Petit à petit, la route sera tracée en commun avec une vision partagée ; c’est ensemble que nous fixerons les étapes et les objectifs pour la construction d’un groupe unifié. S’agissant des exportations, je tiens à souligner que notre portefeuille de clients et nos implantations sont complémentaires, ce qui permettra des économies et une démultiplication de nos ventes. C’est donc une vision d’un groupe élargi qui développera ses ventes dans le monde de façon plus soutenue qui est proposée.

 

M. Frank Haun. S’agissant de la pérennité de l’équilibre franco-allemand, nous avons conclu un accord qui stipule que pendant cinq ans, la structure capitalistique des entreprises participant à notre alliance ne changera pas, notre souhait étant que le partenaire français soit l’État. Nous avons en effet besoin de cinq années de stabilité. Par la suite, les deux parties pourront certes vendre leurs actions mais l’autre partie pourra imposer son veto à la mise sur le marché des actions de l’autre partenaire. Nous avons déjà connu cette situation en 1999 lors de la fusion Krauss-Maffei avec Wegmann. Wegmann disposait de 51 %. La famille propriétaire de KMW a ensuite repris les 49 % dans un souci de durabilité. Je ne crois pas personnellement que la France revendra les 50 % de notre groupe à la famille Bode-Wegmann dans cinq ans. Pendant dix ans, celle-ci a très bien vécu avec 51 % des actions, c’est une famille raisonnable dans la gestion de son patrimoine – ce qui signifie aussi qu’elle sait aussi se défendre si elle est traitée injustement. Vous ne pouvez donc pas trouver un meilleur partenaire. Nous réfléchissons sur le long terme et je ne m’inquiète pas sur ce qui se passera au-delà des cinq ans. Ce que je peux vous assurer, c’est que la famille Bode-Wegmann veut rester à bord du navire.

 

*

* *

Membres présents ou excusés

Présents. - Mme Patricia Adam, M. Nicolas Bays, M. Sylvain Berrios, M. Daniel Boisserie, M. Malek Boutih, M. Jean-Jacques Bridey, M. Jean-Jacques Candelier, Mme Fanélie Carrey-Conte, M. Laurent Cathala, M. Guy Chambefort, M. Sergio Coronado, Mme Catherine Coutelle, M. Bernard Deflesselles, M. Lucien Degauchy, M. Guy Delcourt, Mme Marianne Dubois, M. Philippe Folliot, M. Yves Foulon, M. Yves Fromion, M. Sauveur Gandolfi-Scheit, M. Christophe Guilloteau, M. Laurent Kalinowski, M. Patrick Labaune, M. Jacques Lamblin, M. Charles de La Verpillière, M. Gilbert Le Bris, M. Jean-Yves Le Déaut, M. Alain Marleix, M. Alain Marty, M. Damien Meslot, M. Philippe Meunier, M. Alain Moyne-Bressand, Mme Nathalie Nieson, M. Joaquim Pueyo, Mme Marie Récalde, M. Eduardo Rihan Cypel, M. Gwendal Rouillard, M. Stéphane Saint-André, M. Jean-Michel Villaumé, M. Philippe Vitel

Excusés. - M. Claude Bartolone, M. Philippe Briand, M. Alain Chrétien, M. Jean-David Ciot, Mme Geneviève Gosselin-Fleury, M. Éric Jalton, M. Frédéric Lefebvre, M. Bruno Le Roux, M. Maurice Leroy, M. Philippe Nauche, M. Alain Rousset, M. François de Rugy, M. Michel Voisin

Assistaient également à la réunion. - M. Jean-François Lamour, M. Daniel Reiner, sénateur

 

Commission de la défense nationale et des forces armées  - Compte rendu n° 30 (PDF)

Repost 1
21 janvier 2015 3 21 /01 /janvier /2015 08:50
Le nouveau planning de livraisons de l'A400M sera connu fin février

 

20 janvier 2015 Usinenouvelle.com (Reuters)

 

Airbus Defence and Space revoit actuellement son programme de livraisons d'avions de transport militaire A400M pour 2015 avec les différents pays clients, a déclaré mardi Jean-Marc Nasr, son responsable pour l'Europe, du Moyen-Orient et de l'Afrique.

 

Airbus Defence ans Space confirmera le nouveau programme de livraison d'A400M fin février, précise Jean-Marc Nasr, son responsable pour l'Europe, du Moyen-Orient et de l'Afrique.lors d'une conférence de presse. Le responsable de la division d'Airbus Group refuse de fournir de précisions sur le montant d'appareils qui seront finalement livrés. Il a évoqué des problèmes liés à la chaîne de fournisseurs pour expliquer les retards de livraisons révélés par des clients comme l'Allemagne, dont le ministère de la Défense a fait part jeudi dernier de ses inquiétudes sur un possible retard concernant les livraisons de l'avion de transport militaire du constructeur européen.

 

Suite de l’article

Repost 0
20 janvier 2015 2 20 /01 /janvier /2015 18:30
Liban : l’Escadron d’Eclairage et d’Investigation s’entraîne avec le bataillon espagnol

 

20/01/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 17 janvier 2015, l’Escadron d’Eclairage et d’Investigation (EEI) de la Force Commander Reserve (FCR) a mené, conjointement avec le bataillon espagnol, un exercice suite à l’explosion simulé d’un engin explosif improvisé.

 

Sur le camp de 7.2, situé dans le secteur Est de la zone d’action de la Force intérimaire des nations Unies au Liban (FINUL), le scénario mettait en scène une patrouille espagnole ayant été touchée par une attaque IED. Après la mise en place d’un cordon de sécurité par une section serbe afin de favoriser l’évacuation sanitaire des blessés, un peloton du 1er Régiment de hussards parachutistes est intervenu afin de sécuriser l’ensemble de la zone et de mettre en place une zone de poser hélicoptère. Durant 4 heures, la réactivité des unités et leur interopérabilité ont ainsi été évaluées afin favoriser la coopération entre les différents contingents.

 

 De façon permanente, la FCR déploie tous les quinze jours un peloton ou une section dans les deux secteurs de la FINUL. La programmation permet aux unités élémentaires de mener des activités opérationnelles conjointes dont des patrouilles, des exercices ou entrainement au tir et des démonstrations de matériels. La qualité des échanges permet de développer la connaissance des procédures et la cohésion entre les armées étrangères.

 

Avec environ 800 hommes, la France est l’un des principaux pays contributeurs à la FINUL. Les militaires français au Liban sont déployés dans le cadre de l’opération DAMAN, nom de la participation française à la FINUL : ils arment principalement la FCR de la FINUL, qui constitue une réserve d’intervention opérationnelle.

Liban : l’Escadron d’Eclairage et d’Investigation s’entraîne avec le bataillon espagnolLiban : l’Escadron d’Eclairage et d’Investigation s’entraîne avec le bataillon espagnol
Repost 0
19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 12:50
Premiere: Seebataillon übt die schnelle Seeabholung


19 janv. 2015 Quelle: Redaktion der Bundeswehr 01/2015 14E30701

 

Seit April 2014 gibt es in der Marine wieder ein Seebataillon. Der in der Bundeswehr einzigartige Verband umfasst rund 800 Soldaten. Zum ersten Mal haben in Eckernförde alle Einheiten des Bataillons zusammen geübt. Das Szenario: Die Evakuierung aus einem Krisengebiet durch eine schnelle Seeabholung. 90 Soldaten – u.a. von der Küsteneinsatzkompanie, den Minentauchern und der Bordeinsatzkompanie - sind bei dieser Übung im Einsatz.

Musik: My Immortal Hero von Boris Nonte (Universal Music)

 

Repost 0
19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 11:56
FIC 2015 -  Le programme complet du forum cybersécurité



19/01/2015 Ministère de la Défense

 

Événement devenu incontournable en matière de cybersécurité au niveau européen, le 7eForum international de cybersécurité se tiendra le 20 et 21 janvier 2015 à Lille Grand Palais. A cette occasion, tous les acteurs de la cyberdéfense présenteront leur rôle et leurs actions pour une plus grande confiance numérique au niveau européen.  Parmi eux le ministère de la Défense, au cœur de la cybersécurité, présentera son dispositif. 

 

Placé sous le haut patronage du président de la République, François Hollande, et organisé conjointement par la direction générale de gendarmerie nationale, le conseil régional du Nord-Pas-de-Calais et CEIS, société de conseil en stratégie, le FIC 2015 sera consacré, les 20 et 21 janvier, à la cybersécurité et à la transformation numérique avec comme invité d’honneur, l’Allemagne.

 

Présentation des  stands et des conférences :

 

Les stands défense

La sensibilisation et la formation aux enjeux de la cyberdéfense seront présentées par le réseau de la réserve citoyenne cyberdéfense (RCC), le mastère spécialisé de la conduite des opérations et de la gestion des crises en cyberdéfense des écoles de Saint-Cyr Coëtquidan et la société Défense Conseil International (DCI).

Une démonstration menée en temps réel par la Direction générale de l’armement (DGA) illustrera ses travaux en matière d’anticipation de la menace sur les systèmes du ministère.

Le Centre d’analyse en lutte informatique défensive (CALID), expert technico-opérationnel des systèmes d’information du ministère de la Défense, sera également présent pour évoquer ses missions de défense du cyberespace des armées

Enfin, le Commandement des forces terrestres (CFT) vous fera découvrir ses capacités dans un contexte de déploiement opérationnel.

 

Les ateliers défense

 

> La cybersécurité dans le domaine maritime

Mardi 20 janvier de 14h à 15h | A09 – Avec la participation de Patrick Hébrard (DCNS)

L’informatique est désormais omniprésente dans le domaine maritime. Pourtant, le secteur souffre d’un retard important en matière de cybersécurité, comme le constate l’ENISA dans un rapport de 2011. Parmi les points sensibles : les systèmes temps réel et SCADA présents à bord des navires, les infrastructures portuaires, les systèmes liés à la navigation, à son contrôle et à la sécurité nautique, les systèmes d’information des réseaux et systèmes de surveillance et de gestion du trafic. Quels sont les risques ? Comment favoriser une meilleure prise en compte de la cybersécurité dans le milieu maritime ? Quelle approche normative mettre en œuvre ?

 

> Accompagner et financer l’innovation

Mardi 20 janvier de 15h à 16h | A13  - En présence de l’ingénieur en chef de l’armement Frédéric Valette, responsable du Pôle sécurité des systèmes d’information, DGA

L’innovation est un facteur clé de compétitivité. Il faut donc la financer, l’accompagner et mettre en place un cercle vertueux associant centres de recherche, entreprises et marché. Nombreux sont les dispositifs mis en place en France et en Europe pour soutenir l’innovation. Quels sont ces dispositifs ? Comment fonctionnent-ils ? Quelles sont leurs contraintes ? Comment accompagner les acteurs innovants dans leur accès au marché ? Comment passer de la bonne idée au prototype, puis du prototype au produit ? L’atelier fera le point sur les dispositifs français (PIA, Rapid, appels à projets régionaux…) et européens (H2020) et réunira à la fois des financeurs et des offreurs.

 

> Prévenir et détecter les fuites d’information, une illusion ?

Mardi 20 janvier de 16h15 à 17h15 | A18 - Avec Philippe Le Bouil, chef du Bureau protection environnement physique et virtuel - DPSD

Alors que le travail collaboratif, le Cloud et la mobilité modifient le mode de fonctionnement des organisations et des utilisateurs, comment prévenir les fuites de données ? Le DLP (Data Loss Prevention), qui regroupe l’ensemble des technologies permettant de localiser, de classer et de surveiller le cheminement des informations sensibles pour une organisation, n’est pas nouveau et réduit considérablement les risques pour une organisation de voir fuiter ses données. Mais ces technologies sont-elles encore adaptées aux évolutions engendrées par la transformation numérique, et notamment l’avènement du cloud computing ? Est-il possible de tracer une donnée une fois celle-ci sortie du périmètre que l’on maîtrise ?

 

> Le rôle du cyber dans les conflits

Mercredi 21 janvier de 11h15 à 12h15 | B06

Affrontements se déroulant intégralement dans le cyberespace ou conflit traditionnel donnant lieu à des attaques informatiques, tous les conflits comportent désormais une dimension cyber, qu’il s’agisse de brouillage des communications, d’espionnage, de guerre psychologique ou de dénis de service distribué (DDOS) massifs. Les conflits estoniens ou géorgiens avaient ainsi donné lieu à des nombreux DDOS, tandis qu’en Ukraine les opérations cyber se sont davantage concentrées sur du renseignement et de la guerre psychologique, par exemple via l’envoi de SMS ciblés.  Quel est le rôle joué par le cyber dans les conflits actuels ? L’effet recherché est-il toujours le « soft power » ? Peut-on obtenir du « hard power »  à travers des moyens cyber ? Quelle articulation entre moyens cyber et moyens conventionnels ?

 

> Threat intelligence : quels outils et méthodes ?

Mercredi 21 janvier |  B07 – en présence de  William Dupuy, CALID

Pour compléter les systèmes de protection, les dispositifs de « cyber threat intelligence » sont désormais incontournables. Grâce à une veille à large spectre et à une analyse permanente de l’environnement de l’organisation, ils permettent en théorie de capter des signaux faibles et d’anticiper les menaces. Quelle est la réalité de ces dispositifs ? Ont-ils fait leurs preuves ? Quels sont les technologies, outils et services disponibles sur le marché ?

 

> Quel rôle pour le cyber dans les opérations militaires ?

Mercredi 21 janvier de 15h15 à 16h15 | B15 – Animé par le CA Arnaud Coustilliere, Officier général à la cyberdéfense - EMA cyber - Ministère de la défense et Olivier Kempf, chercheur associé - IRIS

Les opérations militaires dans le cyberespace englobent la sécurité des systèmes d’information, la lutte informatique active et la guerre électronique mais recouvrent également de façon partielle les opérations d’information et le renseignement. Quels sont les doctrines et concepts d’emploi mis en place ? Comment ces opérations s’intègrent-elles dans la conception, la planification et la conduite des opérations militaires ? Quelles sont les organisations mises en place aux plans stratégique, opératif et tactique ?

 

Les séances de dédicace

Cette année, le stand Défense accueillera des séances de dédicace :

  • Bertrand Boyet pour son ouvrage,  Cybertactique : conduire la guerre numérique.
  • Stéphane Dosse  et Aymeric Bonnemaison pour  Attention : cyber ! Vers le combat cyber-électronique.

Durant toute la durée du salon, retrouvez toutes les informations et l’actualité du ministère de la Défense (brèves, vidéos, photographies et webtv) sur le site Internet  du ministère de la Défense et sur les réseaux sociaux,  Twitter ( @Defense_gouv #FIC2015) et Facebook ( Defense.gouv).

Repost 1
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 12:50
Swiss Army Opts for Leguan Bridge Layers

 

January 16th, 2015 By Krauss-Maffei Wegmann - defencetalk.com

 

The Swiss Defence Procurement Agency and Krauss-Maffei Wegmann (KMW) signed a contract for the purchase of twelve Leguan bridge layers on a Leopard 2 chassis together with the associated peripherals and training equipment in Berne.

 

This brings to 16 the number of countries now using the Leguan system. As a major initiator of the Leopard 2 chassis variant, the Swiss Army is now one of four to be using these bridge layers.

 

The system is capable of laying one 26 – metre bridge or two separate bridges, each 14 metres in length. With a carrying capacity of around 70t (MLC 80), the bridge allows very heavy equipment to be used. The widespread use of the system results in very good interoperability.

 

This versatility, coupled with the unique protection and mobility characteristics of the Leopard 2 chassis, enables the Leguan to also be used for civilian purposes, for example, to quickly restore supply routes after natural catastrophes.

 

Krauss Maffei Wegmann GmbH & Co. KG leads the European market for highly protected wheeled and tracked vehicles. At locations in Germany, Brazil, Greece, Mexico, the Netherlands, Singapore, the United Kingdom, the USA and Turkey some 3,200 employees develop, manufacture and support its products.

Repost 0
17 janvier 2015 6 17 /01 /janvier /2015 17:50
"Go Green": EDA brings solar energy to airbase in Cyprus

 

Brussels - 09 January, 2015 European Defence Agency

 

The European Defence Agency has signed a contract with a European energy consortium to install and operate a solar facility at Paphos Airbase, in Cyprus. It will provide clean energy to this military site for the next 20 years.

 

With as many as 11,5 hours of sunlight per day during the summer, the island of Cyprus is a paradise for European tourists in need of their annual dose of sunshine. But, for the next 20 years, the energy of the sun will also be harnessed for an entirely different purpose: the National Guard airbase of Paphos will now be powered by a state-of-the-art solar facility, designed to generate peak power of about 5 MW for the next two decades.

 

Industry consortium

The European Defence Agency (EDA) finalised a contract with a European energy consortium composed of Gamma Solutions (Spain), Schneider Electric (France) and Hanwha Q Cells (Germany) in order to supply, install, operate and maintain this solar facility until 2034. “This initiative is part of “Go Green”, the first collaborative defence energy project to go live in Europe”, Tom Bennington, co-chair of the Project’s Management Group at EDA, stresses. “It marks the beginning of a journey that will see increased use of renewable energy by the military, with a long-term objective of reducing fossil fuels dependency by as much as 80% by 2050”. Four countries are currently involved in this project: Cyprus, Czech Republic, Greece and Luxembourg.

This contract effectively brings to an end the pilot phase of an EDA “Category B” project launched in March 2012. The concept sought to capitalize on the spare capacity of defence estates, including land and buildings, for solar power generation. The basic concept was then brought to market through the Competitive Dialogue procurement model, which allowed various solutions to be tested and refined by MoD and industry experts working in close cooperation. 

Repost 0
16 janvier 2015 5 16 /01 /janvier /2015 12:20
DADS (Discovery Air Defence Services) va travailler au profit des forces armées allemandes


11.01.2015 par Philippe Chapleau  - Lignes de Défense
 

C'est au cours de ce mois de janvier 2015 que la firme canadienne DADS (Discovery Air Defence Services) va démarrer ses opérations en Allemagne aux profit des forces armées. Au menu: simulation, formation de JTAC, tractage, plastronnage au profit de la marine...

DADS va déployer des A4-N dans le cadre d'un contrat de 5 ans (la firme dispose de dix de ces avions et de 16 Alpha Jets). Sept appareils seront basés à Wittmund et ils voleront 1200 heures par an au profit des forces allemandes.

DADS appartient au groupe Discovery Air qui possède aussi la société Top Aces USA qui a repris ATSI en 2013.

Repost 0
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 12:50
L'Otan presse Berlin d'investir dans la défense

 

14/01/2015 Par LeFigaro.fr avec AFP

 

Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, a appelé aujourd'hui l'Allemagne à investir davantage dans la défense "afin de maintenir la sécurité et la stabilité" en Europe.

 

"L'Allemagne assure un rôle dirigeant dans de si nombreux domaines en Europe, mais nous cherchons aussi le rôle dirigeant allemand quand il s'agit d'investir dans la défense", a expliqué le Norvégien au cours d'une conférence de presse avec la chancelière Angela Merkel à Berlin.

 

"Nous avons besoin d'investir dans notre défense pour être en mesure de protéger tous nos alliés et pour maintenir la sécurité et la stabilité" en Europe, a ajouté le secrétaire général, qui effectuait sa première visite à Berlin depuis sa prise de fonction à l'automne.

Repost 0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 15:55
Nexter/Krauss-Maffei : les quatre points durs qui pourraient entrainer l'échec de l'opération

Le char allemand Leopard sera-t-il la tête de gondole de la future société formée par Nexter et Krauss-Maffei Wegmann? - Leclerc-VBCI (Nexter- photo G. Belan) - LEOPARD 2 A5 (KMW)

 

14/01/2015 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le rapprochement entre les deux groupes d'armements terrestres français et allemand, Nexter et Krauss-Maffei Wegmann, traverse des turbulences. Notamment, l'Etat français pourrait demander à KMW de payer une soulte de 500 millions d'euros pour garder le co-contrôle.

 

Ça passe ou ça casse. On va savoir dans les prochains mois si le rapprochement dans le domaine de l'armement terrestre entre Nexter et l'allemand Krauss-Maffei Wegmann va être un échec... ou si l'un des deux groupes aura finalement cédé en rase campagne à l'autre pour réussir coûte que coûte cette opération. Un rapprochement qui est actuellement dans un moment critique. Nexter, en passe d'être privatisé, et l'allemand KMW donneraient naissance au leader européen de l'armement terrestre.

La venue à Paris du PDG de KMW va peut-être permettre d'éclaircir toute ou partie des points durs recensés de cette opération, notamment sur l'éventuelle soulte que devraient verser les actionnaires de KMW à l'Etat français. Frank Haun va rencontrer les ministres de l'Economie et de la Défense, Emmanuel Macron et Jean-Yves Le Drian, et sera auditionné mercredi matin à l'Assemblé nationale devant les députés de la commission de la défense, dont certains seraient sceptiques sur la réussite de cette opération. Bref, l'opération Kant n'est pas un long fleuve tranquille pour les deux PDG, Philippe Burtin et Frank Haun.

 

1) KMW contraint de payer une soulte de 500 millions?

C'est LE point bloquant de l'opération. Si la valorisation des deux entreprises est toujours en cours et est attendue le 30 janvier, l'Agence des participations de l'Etat (APE) serait pourtant d'ores et déjà très tentée de demander aux 27 actionnaires familiaux de KMW (100 %) de verser une soulte de 500 millions afin de respecter le principe intangible de co-contrôle entre l'Etat français et de la famille Bode de la future holding, selon nos informations. Car Nexter, remis au carré par Luc Vigneron puis Philippe Burtin, vaudrait aujourd'hui 2 milliards d'euros, selon des critères d'évaluation très classiques (résultats des trois derniers exercices et prévisions pour les quatre prochains) tandis que la valorisation de Krauss-Maffei s'élèverait à 1,5 milliard d'euros.

Or, selon des sources concordantes, pour Frank Haun, il n'en est pas question. Le PDG de KMW se laisserait jusqu'au printemps pour trouver une issue à ce point bloquant, faute de quoi il changerait son fusil d'épaule. De son côté, Nexter aurait recruté à la hâte un spécialiste des fusions-acquisitions pour résoudre de tels problèmes. A suivre mais la précédente fusion franco-allemande entre Aerospatiale/Matra et DASA incite aussi à la plus grande prudence, les intérêts français ayant été largement galvaudés pour des raisons politiques. A l'APE, qui a d'autres dossiers plus importants à traiter (elle doit gérer notamment la cession de 5 à 10 milliards d'euros d'actifs en 2015), de trouver ou pas un compromis équitable.

 

2) Des produits qui restent concurrents

Juré, craché : les deux industriels choisiront le meilleur produit qui répond le mieux aux besoins du client à l'exportation, avait expliqué à plusieurs reprises Philippe Burtin. Or si ce dernier est prêt à jouer le jeu, notamment dans les chars lourds en laissant le champ libre au Leopard, Frank Haun n'est pas prêt à renoncer à proposer sur les marchés export le Boxer, concurrent du VBCI, dans les blindés à huit roues (30 tonnes), pourtant plus cher.

Le concept du Boxer qui est révolutionnaire - plusieurs types de cabine blindée interchangeable peuvent être montés très rapidement sur une plateforme unique -, n'a pourtant pas convaincu, y compris jusqu'à l'armée allemande, qui a commandé le même nombre de cabines et de plateformes.

 

3) Y a-t-il un pilote dans l'avion?

"Il existe une volonté importante au niveau politique de réussir cette opération mais la France ne met pas les moyens et/ou ne fait pas l'effort pour atteindre cet objectif", assure-t-on à La Tribune. Avec toute la volonté du monde, Philippe Burtin n'a pas toutes les marges de manœuvre pour négocier avec KMW, notamment pour résoudre les problèmes liés aux opérations de valorisation. Frank Haun s'est plaint d'avoir perdu la relation privilégiée qu'il avait avec David Azéma, le prédécesseur de Régis Turrini, explique-t-on à La Tribune. Faut-il toutefois rappeler que ce dernier reste le garant des intérêts de l'État à travers la gestion du portefeuille des participations de l'APE.

 

4) Les syndicats dans le brouillard

Des deux côtés du Rhin, il existe une volonté de cacher la copie aux syndicats. Du coup, les organisations syndicales sont aujourd'hui à cran. Philippe Burtin a pourtant accepté une expertise indépendante cofinancé par Nexter. Or pour l'heure comme le souligne la CFDT Nexter, "rien n'arrive au cabinet d'expertise Syndex et encore moins aux élus". "La direction use de multiples raisons pour retarder le lancement" de cette expertise, regrette la CFDT. Côté allemand, des syndicats ont créé un site internet, qui fait l'inventaire des craintes des salariés... Et tout y passe.

Repost 1
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 08:20
MEADS Ready For Transition to European Follow-On Programs
 

ORLANDO, Fla., Jan. 7, 2015 – Lockheed Martin

 

The tri-national Medium Extended Air Defense System (MEADS) program enters 2015 as a candidate for next-generation air and missile defense requirements in both Germany and Poland.

MEADS is a primary candidate for the German Taktisches Luftverteidigungssystem (TLVS), a new generation of air and missile defense that requires a flexible architecture based on strong networking capabilities. MEADS is also expected to become the basis of a national defense system in Italy. Formal decisions are expected from Germany and Italy early this year, and a follow‐on plan is being developed for transition.

In December, the Polish Armament Inspectorate also announced that MEADS International will participate in technical discussions for the Narew short-range air defense system. The Narew system will be capable of destroying aircraft, helicopters, unmanned aerial vehicles and cruise missiles.

“We have built and tested a new generation of networked air and missile defense radars, launchers and battle managers,” said MEADS International executive vice president Volker Weidemann. “MEADS is now ready for continuation programs in Germany and Italy, and for Poland’s Narew program.”

In December 2014, the MEADS program completed a formal contract review with evaluators from Germany, Italy and the United States. The review completed a recent series of achievements that began with a successful first-ever dual-intercept test at White Sands Missile Range in 2013.

  •  In March 2014, the MEADS Mode 5 Identification Friend or Foe subsystem gained final certification for including Mode 5 (L2) capability.
  • In July 2014, at Pratica di Mare Air Force Base in Italy, MEADS demonstrated unique capabilities to network with other systems and radars, share a common integrated air picture, dynamically match interceptors to targets, and to move workload among battle managers.
  • In August 2014, a MEADS Multifunction Fire Control Radar also demonstrated capabilities related to tracking and canceling of jammer signals; searching, cueing and tracking in ground clutter; and successful target classification.

The U.S. Army Aviation and Missile Research, Development and Engineering Command has also held a separate review to respond to interest within the Department of Defense in leveraging MEADS technology. MEADS represents a $4 billion effort to develop, implement and prove next-generation air and missile defense system technology.

“The nations recognize the need for a more versatile capability in air and missile defense,” said NAMEADSMA general manager Gregory Kee. “MEADS is designed to be flexible, agile and lethal against the evolving threats our adversaries are developing.”

MEADS is designed to defend up to eight times the coverage area with far fewer system assets with significantly reduced demand for deployed personnel and equipment and for airlift. MEADS is also designed for high reliability and needs fewer personnel to operate.

MEADS International, a multinational joint venture headquartered in Orlando, Florida, is the prime contractor for the MEADS system. Major subcontractors and joint venture partners are MBDA in Italy and Germany, and Lockheed Martin in the United States.

The MEADS program management agency NAMEADSMA is located in Huntsville, Alabama.

Repost 0
13 janvier 2015 2 13 /01 /janvier /2015 08:50
Nachtflugausbildung mit dem Hubschrauber CH53 GA

 

12 janv. 2015 Quelle: Redaktion der Bundeswehr 01/2015 14E32601

 

Der bewährte Transporthubschrauber der Bundeswehr, der CH 53 hat ein Update bekommen. Die Erweiterung um neue Systemkomponenten und ein überarbeitetes Cockpit-Design erfordert eine Umschulung der Piloten auf das modernisierte Modell. Wir begleiten Soldaten der Lufttransportgruppe des Hubschraubergeschwader 64 am Standort Holzdorf bei der Nachtflugausbildung im Luftraum zwischen Berlin, Leipzig und Dresden. Riskiert einen Blick durch eine Nachtsichtbrille und über die Schulter eines Bordtechnikers beim Anlassen der Triebwerke.

 

Musik:
Dark Forces von Boris Nonte & Gregg Lehrman (Universal Music)
They won't die von Boris Nonte & Gregg Lehrman (Universal Music)
 

Repost 0
9 janvier 2015 5 09 /01 /janvier /2015 12:50
Le Pentagone annonce une diminution de la présence américaine en Europe

 

8 janvier 2015 par Nicolas Laffont – 45eNord.ca

 

Le Pentagone a annoncé jeudi des plans pour consolider l’infrastructure militaire américaine en Europe et ainsi sauver plus de 500 millions $ par an «tout en maintenant la capacité et les engagements».

 

Toute activité devrait notamment cesser sur la base aérienne de Mildenhall au Royaume-Uni, tandis que le pays accueillera en revanche le premier déploiement du chasseur F-35 en Europe, sur la base voisine de Lakenheath.

«La réorganisation du réseau d’infrastructures militaires se traduira par une diminution légère du niveau de nos forces en Europe», a indiqué le département de la Défense dans un communiqué.

Selon John Conger, secrétaire adjoint intérimaire à la défense pour l’énergie, les installations et l’environnement, «approximativement 1.200 positions de soutien civiles et militaires américaines seront éliminées, et 6.000 personnels américains de plus seront relocalisés en Europe.»

Les responsables américains ont souligné qu’en aucun cas ces mouvements n’affaiblissaient le dispositif américain face à la Russie.

Les orientations budgétaires votées par le Congrès américain prévoient un renforcement de la présence des Américains et de leurs alliés en Europe de l’Est, et d’aider l’Ukraine, la Géorgie et la Moldavie à renforcer leurs capacités, rappelle le communiqué du département de la Défense.

Au total, 15 sites militaires américains vont être rendus aux pays hôtes.

Selon des responsables militaires, la plupart des forces retirées du Royaume-Uni, du Portugal et d’autres sites en Europe seront redéployées en Allemagne et en Italie.

La présence militaire américaine au Royaume-Uni diminuera d’environ 2.000 personnes à l’issue de ces mouvements.

Les mesures annoncées jeudi prévoient également le départ de 500 militaires américains de la base de Lajes, sur l’archipel portugais des Açores.

Des sites seront aussi fermés en Belgique, aux Pays-Bas et en Allemagne.

Sur les 67.000 soldats américains stationnés en Europe, 40.800 sont actuellement en Allemagne, 10.700 en Italie et 8.700 au Royaume-Uni.

 

Note RP Defense: lire Statement from EUCOM Commander on European Infrastructure Consolidation Announcement

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories