Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 11:30
photo Sputnik/ Igor Russak

photo Sputnik/ Igor Russak

 

03.10.2015 sputniknews.com

 

Russian Su-34 fighters drop highly accurate bombs that acquire targets using the GLONASS satellite system, a Russian Air Force representative told RIA Novosti.

 

To combat ISIL terrorists in Syria, the Russian Air Force uses the latest high-precision bombs, guided by the GLONASS satellite system with a hitting accuracy of less than two meters.

 

"The missile acquires its target after separating from a plane using the GLONASS satellite. It [the missile] also receives the coordinates from the plane. Thus, its hitting accuracy is two meters, give or take, regardless of weather conditions and the time of a year," the source told RIA Novosti.

 

This will allow Russian planes to accurately hit ISIL targets, while protecting the civilian population, the Air Force representative said.

 

On Wednesday, Russia started carrying out pinpoint airstrikes on ISIL targets in Syria. The Russian military operation in Syria is being performed at the request of Syrian President Bashar Assad.

 

Syria has been in a state of civil war since 2011. The country's government is fighting a number of opposition forces, as well as radical Islamist militant organizations, including the Nusra Front and the Islamic State.

 

Russia has been engaged in international efforts to find a political solution to the ongoing conflict in Syria, as well as providing humanitarian aid to the people of the conflict-torn country.

Partager cet article

Repost0
30 juillet 2015 4 30 /07 /juillet /2015 11:40
Global Navigation Satellite System (GLONASS)

Global Navigation Satellite System (GLONASS)

 

Jul 29, 2015 by Sputnik

 

Moscow - According to a press release from Russian Space Systems, the company has embarked on a new project: the creation of the National High-Precision Satellite Positioning system.

 

Work is getting underway to create National High-Precision Satellite Positioning system (NSHP), according to the press release by the Russian Space Systems company,which is part of the Russian United Rocket and Space Corporation,the RIA Novosti news agency reported.The project's main goal is to form a high-precision navigation field within Russia.

 

The NSHP can unite more than 600 GLONASS reference stations, which were the basis for the construction of separate regional high-precision positioning networks, as well as navigation systems of major state and commercial owners. GLONASS is an acronym for the Global Navigation Satellite System, which is operated by the Russian Aerospace Defense Forces and provides an alternative to Global Positioning System, also known as GPS.

 

Referring to the NSHP, Russian Space Systems said in its press release that "the project will provide decimeter and centimeter accuracy when determining the coordinates of objects in real-time mode".

 

"The NSVP will provide users with a set of guaranteed positioning services that will be available twenty-four hours a day and seven days a week. The obtained results can be recalculated in line with various systems of coordinates. The NSHP's unique characteristics make it possible to resolve a spate of complex technical problems pertaining to construction, transport and maintenance of infrastructure, land and other fields," the press release said.

 

According to Russian Space Systems, an increase in the navigation coverage zone will be achieved via the construction of new and optimization of existing navigation networks.

 

Already signaling their interest in using the NSHP potential are Russia's Novosibirsk, Krasnoyarsk, Yaroslavl, Vologda, Kursk, Omsk and Tyumen Regions, as well as the Yamalo-Nenets Autonomous District and Russia's Republic of Tatarstan have already signaled their interest in using the NSHP network.

 

Officials from Russia's Siberian Federal District have in turn confirmed their readiness to coordinate and consolidate resources for the joint implementation of the NSHP segment in their district under the auspices of the Plenipotentiary Representative of the Russian President.

Partager cet article

Repost0
3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 16:40
The Curse Of GLONASS

 

May 28, 2015: Strategy Page

 

A recent cell phone photo from inside a Russian Su-24 fighter cockpit was meant to show the fighter refueling with a Russian Il-76 aerial tanker. But it also showed an American commercial (Garmin) handheld GPS device sitting in handmade cradle placed in front of the pilot. Such improvised GPS receivers were common in Western warplanes in the late 1990s, before they all got GPS built into their navigation systems. Russia has not been able to upgrade the navigation systems on all their older aircraft and improvisations like this are allowed, but not officially publicized.

 

The Russian Air Force is adapting as best it can to two decades of sharply reduced budgets. That means the elderly Su-24 (first introduced in the mid-1970s) has had to wait longer than expected for a replacement. So far Russia has only been able to buy 60 of the new Su-34 light bombers to replace the Su-24. The Su-34 had its first flight in 1990 and finally entered service in early 2014. While most nations using Su-24s have retired them by now mainly because it was so expensive to operate and maintain them. With all the budget shortages the Russians improvised, because even the refurbished Su-24s usually lacked built in satellite navigation devices. That’s because Russia wanted its air force to have its forces use a Russian built satellite navigation system. This is called GLONASS and without much publicity was Russia was quick to copy the American GPS system even before the Cold War ended and the Soviet Union collapsed in 1991.

 

GLONASS was at full strength (24 satellites) in 1995. But the end of the Cold War meant the end of the regular financing for GLONASS. Maintaining the system required launching replacement satellites every 5-7 years. With no money that was not possible and by the end of 2002 only seven GLONASS birds were still operational. However, the Russian economy recovered at about the same time. This made possible rebuilding the GLONASS network. By the end of 2007 there were 18 GLONASS satellites active. Russia had 24 GLONASS satellites in orbit by 2011, and the system was fully operational in 2012. It is widely used in Russia and most smart phones adapted for the Russian market have GLONASS.

 

The money for GLONASS is coming from a Russian government that does not want to be dependent on the American controlled GPS system. But the money is only there because of high oil prices. Most GLONASS receivers in use are actually combined GPS/GLONASS receivers. Russia has put billions of dollars into GLONASS since 2012 to keep the system fully operational. The problem now is money, because of the lower oil prices and growing economic sanctions there may not be enough money to maintain the satellite network. GLONASS will be probably be declared an essential system and the money found. But something will have to be sacrificed and new aircraft for the Russian Air Force is more vulnerable to cuts than GLONASS.

Partager cet article

Repost0
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 17:40
UIMC has developed equipment for the “soldier of the future” combat system

 

March 19, 2015 by Rostec

 

The new developments include communication, data transmission, and navigation equipment

 

United Instrument Manufacturing Corporation (UIMC), which is part of Rostec Corporation, will deliver a new modification of the universal portable kits for soldiers (UPKS) to the ground troops of the Russian Army this year. The kits include communication, data transmission, and navigation systems that enable each individual soldier to operate in a united and automatically managed combat system.

 

The universal kit for soldiers will help automatize the management of motorized infantry units at the platoon, company, and division levels while also integrating soldiers into a united and automatically managed combat control system. The kit’s components allow soldiers to communicate clearly in navigating terrain, as well as to generate, transmit, and receive data on tactical situations.

 

The UPKS includes an improved portable radio, subscriber communications device, and tactical terminal. The radio can receive and transmit both audio and data over a distance of up to 5 km through two radio networks (unit and commander). The tactical terminal and subscriber communications device facilitate automatized control, communications, and situational awareness.

 

The equipment enables soldiers to work in local management and data exchange networks, integrates with GLONASS/GPS navigation systems, provides access to the radio interface of fighting vehicles, and facilitates connectivity to various observation and intelligence resources, including reconnaissance drones. All communications channels in the updated modifications are protected by encryption.

 

“Today, high-tech components are mandatory elements of combat equipment, including radio communication, navigation devices, handheld computers, software that allows connectivity to databases, electronic cards, and the ability to solve applied problems on a tactical level. UPKS meet all of these requirements,” said Tatiana Ositskaya, chief designer of the kit.

 

According to her, using the kit will greatly simplify the decision-making process during combat conditions. For example, targeting takes only 30 seconds, the time it required between detecting a target and transferring its coordinates to the necessary weapon for firing.

 

The kit components are secured on a standard military vest. Downloading additional software modules can expand and supplement the functionality of the kid without changing its components.

Partager cet article

Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 17:40
photo Rostec

photo Rostec

 

19.03.2014 Boris Pavlichtchev - La Voix de la Russie

 

L’armée russe sera bientôt dotée d'une tenue individuelle de combat sous le nom de Ratnik.

 

Il s'agit d'une tenue à armements et liaisons intégrés, si bien que chaque combattant se transforme en « soldat du futur » dans toute l’acception du terme, et est capable d’exécuter seul des missions. Cette tenue accroît de façon spectaculaire l’efficacité des unités engagées dans les zones de conflits locaux ou les opérations anti-terroristes.

 

La tenue de combat Ratnik comporte une quarantaine d’éléments et pèse 20 kilos, mais on peut s’en débarrasser en quelques secondes. Selon Igor Korotchenko, rédacteur en chef de la revue Défense nationale, la nouvelle tenue est parfaitement adaptée aux besoins de l’armée russe :

 

« Elle n’équipera que les unités composés de soldats de métier qui sont les plus aptes au combat. Les liaisons et communications se font via le système russe de positionnement par satellite GLONASS et les postes émetteurs-récepteurs sont de fabrication russe. Il en va de même des armes, des appareils de vision nocturne et de l’uniforme. »

 

 

« Ratnik » ou le soldat russe du futur

Cinquante entreprises russes ont pris part à la conception de Ratnik, qui est en fait une combinaison en fibres synthétiques respirantes et qu’on peut porter sans l'enlever pendant deux jours d’affilée. Le tissu protège du feu et des petits éclats, et rend le soldat invisible aux rayons infrarouges captés par les appareils de vision nocturne.

 

Le gilet pare-balles n’est plus en titane mais en plaques céramiques armées de kevlar, que même un fusil à lunette ne peut pas percer. Sa version pour les marins tient lieu de gilet de sauvetage. Le combattant a également besoin d'un casque, mais le cas échéant, ce dernier, fait en matériaux composites, est équipé d’une caméra vidéo pour enregistrer le déroulement du combat ainsi que d’un petit écran jumelé avec le viseur, ce qui permet de viser dans n’importe quelle position. La décision concernant le type d’arme principale, un fusil d’assaut, n’a pas encore été prise.

 

C’est lors du prochain conseil d’experts de la Commission militaro-industriel, qui doit se réunir au mois de mai, que sera décidé le sort de Ratnik.  

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 08:40
Russia To Secure Glonass Against Electronic Warfare

Russia is seeking to protect its Glonass satellite navigation system from enemy signal disruption. (Pavel Kolotilov/Wikimedia)

 

Nov. 20, 2013 - By JAROSLAW ADAMOWSKI – Defense News

 

WARSAW — The Russian Ministry of Defense has launched a project aiming to secure Glonass, the country’s satellite navigation system, against enemy disruptions of signals, state-run news agency ITAR-TASS reported.

 

The ministry has handed a 350 million ruble (US $11 million) contract to two local entities, the Russian Scientific-Research Institute of Physical-technical and Radiotechnical Measurements (VNIIFTRI) and NAVIS navigation systems. The two contractors are to increase the system’s immunity to electronic warfare.

 

Under the plan, VNIIFTRI and NAVIS will set up a facility to test the system’s resistance by mimicking noise that can jam the satellite signal aimed at land- and air-based Glonass receivers. The aim is to teach the system to distinguish noise from signals and bypass it.

 

The system was developed by the then-Soviet Ministry of Defense beginning in 1976 as an alternative to the US-controlled Global Positioning System. The first Glonass satellite was launched on Oct. 12, 1982.

 

Currently, the system is operated by 23 fully operational satellites. Russia says that Glonass provides full global coverage.

 

Meanwhile, Moscow is aiming to involve other countries in joint strategic cooperation on the navigation system. In December 2012, India and Russia signed a memorandum of understanding to collaborate on the Glonass program.

Partager cet article

Repost0
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 08:40
Les USA refusent d'installer des stations terrestres GLONASS

 

MOSCOU, 18 novembre - RIA Novosti

 

Le Pentagone et la CIA tentent d’empêcher l’installation du système de navigation satellite russe GLONASS sur le territoire américain, écrit lundi 18 novembre le quotidien Novye Izvestia citant le New York Times.

 

L'armée et les renseignements craignent que le Kremlin puisse utiliser ces stations à des fins militaires, notamment pour accroître la précision du guidage des missiles par satellite. De plus, les renseignements américains pensent que les stations GLONASS permettraient à Moscou d'espionner plus facilement les USA.

 

Les experts estiment que cette initiative des "chevaliers de cap et d'épée" américains vise simplement à empêcher la Russie d’arriver sur le marché mondial de la navigation par satellite. Mais en comparaison avec la menace transatlantique, il existe des risques bien plus graves pour GLONASS en raison de la corruption en Russie et de l'opposition des automobilistes.

 

Selon les hauts fonctionnaires russes, la nécessité actuelle de mettre en place des stations terrestres dans le cadre du programme GLONASS est due au déploiement plus tardif du système russe par rapport à son concurrent américain GPS, qui est presque deux fois plus précis pour déterminer les coordonnées.

 

Ce n’est pas négligeable : il s'agit ici du partage du marché mondial de la navigation par satellite qui, selon les experts, doublera d'ici la fin de la décennie pour atteindre 165 milliards d'euros. L'agence spatiale russe Roskosmos a donc décidé d'améliorer la précision des données spatiales depuis le sol.

 

Dans ce sens la Russie a commencé d’installer des stations terrestres à l'étranger. La première a été mise en place et fonctionne correctement en Antarctique à la station Bellingshausen.

 

Une autre a été installée au Brésil. Deux autres stations devraient être construites prochainement dans ce pays. D'ici quelques années des stations supplémentaires seront déployées à Cuba, au Vietnam et en Australie. Cependant, la décision de mettre en place une station aux USA a rencontré une certaine résistance.

 

"Les accusations d'espionnage sont un élément de lutte non concurrentiel pour un marché de dizaines de milliards d'euros disputé par les USA et la Russie, déclare Igor Korotchenko, directeur du Centre d'analyse du commerce mondial des armements. Les deux pays ont l'intention de promouvoir des services de navigation par satellite aux consommateurs, sachant que GLONASS représente une concurrence montante pour les Américains. Evidemment, personne n'interdira le GPS en Russie car cela entraînerait une baisse de la sécurité des transports et de l'efficacité des compagnies de transport. Mais les USA pourraient réduire la précision des coordonnées ou même débrancher les utilisateurs de GPS en Russie en cas de besoin."

 

Par ailleurs, le lancement du système GLONASS dans le civil ne se fait pas sans accroc. Les conducteurs de taxis collectifs et de diverses compagnies de transport, qui installent des émetteurs GPS/GLONASS sous la pression des autorités et à la recherche du profit (le contrôle spatial de la circulation des moyens de transports permet de faire d'importantes économies sur le carburant, la logistique et permet à la direction d'une compagnie de suivre ses conducteurs en temps réel), sont opposés à cette innovation. Alexandre Smirnov, responsable du département des ventes d'une compagnie intégrant le GLONASS, explique que les conducteurs ont trouvé trois moyens pour lutter contre les navigateurs – les casser avec une masse, ouvrir le sceau ou acheter des brouilleurs chinois.

Partager cet article

Repost0
12 juillet 2013 5 12 /07 /juillet /2013 07:40
L'explosion de la fusée russe provoquée par des capteurs montés à l'envers

11/07/2013 Par Cyrille Vanlerberghe – LeFigaro.fr

 

Un lanceur russe Proton-M s'est écrasé au sol la semaine dernière à cause d'une erreur grossière d'assemblage dans une usine à Moscou.

 

Le 2 juillet dernier sur le cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan, le vol de la fusée Proton-M qui emportait trois satellites Glonass, le «GPS» des forces armées russes, a été de très courte durée. Quelques secondes après son décollage, le lanceur a commencé à dévier de sa trajectoire verticale, s'est élevé en s'inclinant sur le côté avant de plonger vers le sol et d'exploser en une immense boule de feu à un kilomètre du pas de tir. Le coût cumulé du lanceur et des trois satellites militaires est estimé à 200 millions de dollars, d'après l'agence Reuters.

 

L'enquête menée par les experts de l'agence spatiale russe Roskosmos a rapidement trouvé les causes de l'accident, révèle le site Russian Space Web. À partir de l'analyse de la télémétrie du vol, ils ont pu établir que la fusée avait décollé quatre dixièmes de seconde avant l'instant prévu, ce qui fait qu'elle avait quitté le pas de tir avec des moteurs qui ne fonctionnaient pas encore à pleine puissance. Cette anomalie a déclenché un programme de vol qui a poussé les moteurs à fond pour tenter d'éloigner le lanceur du pas de tir. L'augmentation brutale de la puissance a provoqué un début d'incendie sur l'un des six moteurs du premier étage, qui a été arrêté automatiquement au bout de quatre secondes. Le décollage prématuré a apparemment été provoqué par la rupture accidentelle des câbles reliant les équipements au sol au bas du lanceur.

 

L'arrêt d'un des moteurs a pu déséquilibrer le lanceur dans sa phase d'ascension, mais cela ne suffit pas à expliquer pourquoi il est parti violemment dans tous les sens avant de foncer vers le sol. Le 9 juillet, les enquêteurs ont finalement résolu le mystère en retrouvant près du cratère laissé par l'impact des capteurs d'accélération montés dans le mauvais sens.

 

Une erreur d'assemblage grossière

 

Des flèches sont inscrites sur les boîtiers pour indiquer le haut du véhicule, mais trois d'entre eux, contrôlant la direction de la trajectoire, étaient montés avec la flèche vers le bas. Le système de contrôle du Proton recevait donc des informations fausses lui indiquant qu'il fonçait vers le bas, et a donc tenté d'inverser brutalement sa trajectoire.

 

Cette erreur d'assemblage est d'autant plus incroyable qu'il faut fournir «une force physique considérable» pour réussir à installer les capteurs sens dessus dessous, explique Anatoly Zak, expert du spatial russe et auteur du site Russian Space Web. La faute n'a pas été détectée lors des tests à l'usine d'assemblage de Khrounitchev à Moscou, qui se vante pourtant d'un label de contrôle qualité ISO 9001, mais elle est également passée inaperçue dans le bâtiment d'assemblage de Baïkonour.

 

Les lancements de fusées Proton sont suspendus jusqu'à nouvel ordre, ce qui retardera inévitablement la mise en orbite de plusieurs satellites commerciaux de télécommunications, secteur sur lequel Proton est l'un des plus sérieux concurrents des Ariane 5 européennes.

Partager cet article

Repost0
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 16:40
Espace : que va faire Poutine après le nouvel échec de la fusée russe Proton

02/07/2013 Michel Cabirol, avec agences – LaTribune.fr

 

L'espace est l'une des priorités du président russe. Vladimir Poutine pourrait à nouveau réorganiser la filière spatiale russe... un an à peine après avoir déjà limogé des hauts responsables de l'Agence spatiale russe après une série d'échecs.

 

C'est un coup très dur pour la filière spatiale russe. D'autant que la fusée  Proton-M qui a explosé ce mardi juste après son lancement du cosmodrome russe de Baïkonour au Kazakhstan, devait mettre sur orbite trois satellites pour le système de navigation Glonass, l'une des fiertés russes mais également un système stratégique pour le pays. La fusée Proton, dont le lancement a été retransmis en direct par l'Agence spatiale russe (Roskosmos) et la chaîne de télévision publique Rossia 24, a changé de trajectoire 16 secondes après son décollage à 02H38 GMT, car "ses moteurs ont cessé de fonctionner", selon un communiqué de Roskosmos. La fusée a presque aussitôt explosé, retombant à environ 2,5 km du lieu du lancement, selon Roskosmos.

Pourtant avec quatre succès pour autant de lancements, Proton était à nouveau redevenu fiable et, surtout, le concurrent le plus dangereux pour Ariane 5. Les difficultés de ces dernières années - Proton a connu sept échecs en sept ans - semblaient derrière le lanceur russe. Car depuis la reprise des tirs le 27 mars (avec le lancement de SATMEX 8, puis le 16 avril d'ANIK G1 et enfin le 14 mai, Eutelsat 3D), il avait réussi son quatrième lancement d'affilée. Le lanceur est exploité par la société ILS (International Launch Services), une compagnie américaine, majoritairement détenue par la société russe, Khrunichev depuis mai 2008.

 

Pollution toxique

Selon une source à Baïkonour citée par l'agence Interfax, un cratère de 150 à 200 mètres de diamètre s'est formé à l'endroit où est retombée la fusée. "Il semble que ce lancement va se solder par une catastrophe", avait commenté le présentateur de Rossia 24, juste avant que la fusée n'explose. "Selon de premières informations, l'accident n'a pas fait ni victime, ni dégâts", a souligné Roskosmos. Mais l'accident a provoqué une "fuite de combustible" de la fusée, a indiqué l'Agence spatiale kazakhe (Kazkosmos). Le lanceur transportait environ 600 tonnes d'heptyle, d'amyle et de kérosène, selon le patron de Kazkosmos, Talgat Moussabaïev cité par l'agence Interfax. "Un nuage de fumée provoqué par la combustion de l'heptyle s'est formé au-dessus du territoire du cosmodrome", a-t-il précisé.

Des responsables kazakhs ont indiqué que les fumées pouvaient présenter un danger pour la population locale. Les habitants de plusieurs villes aux alentours du cosmodrome ont reçu pour instruction de rester chez eux et de ne pas ouvrir leurs fenêtres, a indiqué à l'AFP une porte-parole du ministère kazakh des Situations d'urgence, Kristina Mokhamed. Une partie du personnel de Baïkonour a été évacuée en raison de ce "nuage toxique", a affirmé pour sa part une source au sein du cosmodrome, citée par Interfax.

Le directeur du centre Khrounitchev, le concepteur des fusées Proton, a toutefois minimisé les risques de pollution toxique provoqués par cet accident. "Il pleuvait au moment de l'explosion. Cela va réduire considérablement la zone de pollution. Actuellement (...) le nuage s'est pratiquement dissipé", a déclaré Alexandre Seliverstov, qui a assisté au lancement à Baïkonour, selon l'agence publique russe Ria Novosti.

 

Une série d'échecs

Une commission spéciale dirgiée par le chef de Roskosmos, Alexandre Lopatine, a été créée pour enquêter sur la catastrophe. Le porte-parole du Kremlin a indiqué que le président Vladimir Poutine avait été informé de l'accident mais qu'il était trop tôt pour l'heure pour tirer des conclusions. Le ministre kazakh des Situations d'urgence Vladimir Bojko a déclaré lors d'un conseil des ministres que selon de premières informations, l'accident a été provoqué par la panne d'un moteur du premier étage de la fusée.

La Russie a connu ces dernières années une série d'échecs dans ses lancements de satellites ou de véhicules-cargo vers la Station spatiale internationale (ISS). En décembre 2010 déjà, trois satellites Glonass lancés à partir d'une fusée Proton étaient retombés dans l'océan Pacifique après l'échec de leur mise en orbite, provoqué par une surcharge de carburant dans le lanceur. Le système Glonass a été conçu par la Russie pour rivaliser avec le système de navigation américain GPS et le futur système européen Galileo. Cette perte ayant retardé d'au moins un an la mise en service du système Glonass. L'agence spatiale russe avait été très sévèrement critiquée après cet échec.

 

Un secteur stratégique pour Poutine

L'espace est l'une des priorités de Vladimir Poutine, qui avait annoncé mi-avril un investissement colossal de 1.600 milliards de roubles (39,6 milliards d'euros) dans les programmes spatiaux d'ici à 2020, lors d'une visite sur le site de construction du cosmodrome Vostotchny, à la frontière chinois, lequel doit être achevé en 2015 pour permettre à la Russie de disposer d'une alternative au cosmodrome de Baïkonour, qu'elle loue au Kazakhstan jusqu'en 2050, pour mener des missions d'exploration vers la Lune et l'espace intersidéral.

En 2012, après une nouvelle série d'échecs, il avait limogé le dirigeant d'un des principaux centres spatiaux du pays alors que le pouvoir russe avait entrepris de reprendre en mains ce secteur stratégique. Vladimir Poutine avait ordonné de "libérer de ses fonctions le directeur général du centre Khrounitchev de recherche et de construction spatiale, Vladimir Nesterov", qui dirigeait depuis 2005 le centre public Khrounitchev, selon le texte du Kremlin. Lors d'une réunion dans la foulée avec le chef de l'agence spatiale russe Roskosmos, Vladimir Popovkine, il avait également ordonné la restructuration du secteur. Khrounitchev produit notamment le lanceur lourd Proton, un des piliers du domaine spatial russe avec le célèbre lanceur Soyuz, chargé notamment des vols habités.

Partager cet article

Repost0
2 juillet 2013 2 02 /07 /juillet /2013 17:40
Une fusée explose en vol, nouvel échec pour les lanceurs russes

02/07 Par Les Echos

 

Une fusée russe Proton-M portant trois satellites pour le système de navigation Glonass a explosé mardi juste après son lancement à partir du cosmodrome russe de Baïkonour au Kazakhstan, a indiqué l'Agence spatiale russe.

 

Nouvel échec pour les lanceurs russes. Mardi, une fusée Proton-M qui portait trois satellites pour "Glonass" _ le rival russe du système de navigation américain GPS et de son futur équivalent européen Galileo _ a explosé mardi juste après son lancement à partir du cosmodrome russe de Baïkonour au Kazakhstan, a indiqué l'Agence spatiale russe (Roskosmos) dans un communiqué.

 

"Un accident est survenu lors du lancement de la fusée Proton-M depuis le cosmodrome de Baïkonour le 2 juillet. La fusée s'est écrasée sur le territoire du cosmodrome et a explosé", précise le communiqué. La fusée Proton dont le lancement a été retransmis en direct par Roskosmos et la chaîne de télévision publique Rossia 24 (voir la vidéo ci-dessous) a changé de trajectoire quelques secondes après le décollage à 02H38 GMT et a explosé environ une minute après. " Il semble que ce lancement va se solder par une catastrophe ", a commenté le présentateur de Rossia 24, juste avant que la fusée n'explose, en laissant de grandes flammes rouges monter vers le ciel.

 

Le ministre kazakh des Situations d'urgence, Vladimir Bojko, a déclaré que selon de premières informations, l'accident a été provoqué par la panne d'un moteur du premier étage de la fusée. L'accident "n'a fait ni victimes, ni de dégâts", mais a provoqué une "fuite de combustible" de la fusée, a indiqué pour sa part l'Agence spatiale kazakhe (Kazkosmos). Le lanceur transportait en effet 600 tonnes d'heptyle, d'amyle et de kérosène environ, selon le patron de Kazkosmos, Talgat Moussabaïev. "Un nuage de fumée provoqué par la combustion de l'heptyle s'est formé au-dessus du territoire du cosmodrome", a-t-il ajouté. Une partie du personnel de Baïkonour a été évacuée en raison de cette fuite, a déclaré à Intrefax une source au cosmodrome affirmant qu'un "nuage toxique" avait été formé au-dessus du lieu de la catastrophe.

 

Série d'échecs

 

La Russie a connu ces dernières années une série d'échecs à répétition dans ses lancements de satellites ou de véhicules-cargo vers la Station spatiale internationale (ISS). Le 7 août 2012, le lanceur Proton M avait échoué dans sa tentative de placer orbite de deux satellites de télécommunications depuis le cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan . Chute du satellite à double usage Meridian (décembre 2011), échec du lancement de la sonde Phobos Grun pour explorer Mars (novembre 2011), chute du vaisseau cargo Progress ravitaillant la Station spatiale internationale (août 2011). En décembre 2010, trois satellites Glonass lancés à partir d'une fusée Proton, fabriquée par le groupe industriel russe Krunichev., étaient retombés dans l'océan Pacifique après l'échec de leur mise en orbite, provoqué par une surcharge de carburant dans le lanceur...

Ironie de l'histoire : l'Inde a lancé mardi avec succès, depuis un pas de tir situé dans l'Etat du l'Andhra Pradesh (sud-est), le premier de ses sept satellites destinés à la création de son propre système de navigation. Le satellite a été placé en orbite une vingtaine de minutes plus tard. "Les six autres satellites seront lancés tous les six mois sur une période de 30 à 36 mois", a indiqué K. Radhakrishnan le président du Centre de recherche spatiale (Isro), basé à Bangalore. Le système indien de navigation par satellite, baptisé IRNSS (Système régional indien de navigation par satellite) devrait être complètement opérationnel à l'horizon 2015, a indiqué l'agence spatiale indienne.

POUR ALLER PLUS LOIN

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories