Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 17:50
Swedish Air Force Gripen fighter aircraft - photo Saab

Swedish Air Force Gripen fighter aircraft - photo Saab

 

Nov 6, 2015 ASDNews Source : Saab AB

 

Defence and security company Saab has received an order from the Swedish Defence Materiel Administration (FMV) to provide support and maintenance for Gripen during 2016 on behalf of the Swedish Armed Forces. The contract value is SEK154 million.In 2012 Saab signed a contract with FMV for performance-based support and maintenance of the Gripen fighter.

This latest order for services in 2016 is confirmation of an option held under that 2012 contract. The order includes support and maintenance operations with a focus on technical support, publications and component maintenance to support the continued operation of Gripen.

Read more

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2015 3 28 /10 /octobre /2015 17:50
Sweden Submits Gripen Bid to Croatia

 

October 28, 2015 By Swedish Defence - defencetalk.com

 

FXM, the Swedish Defence and Security Export Agency, responded today, Friday 23 October, to a request for information from Croatia concerning the procurement of Gripen aircraft.

 

The request concerns 8 to 12 newly built aircraft of the C/D model. The request for information that FXM responded to was sent from the Croatian Ministry of Defence in June this year. Sweden has had a positive dialogue with Croatia regarding the Gripen since the year 2007. With today’s answer FXM wishes to emphasize that Croatia is seen as a possible valuable future Gripen partner in an important region where other countries already are flying the Gripen. JAS Gripen is operational in the Czech Republic, Hungary, Sweden, South Africa and Thailand. Brazil has procured the next generation Gripen, Gripen NG.

Read more

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2015 4 10 /09 /septembre /2015 16:35
Brazilian air force pilots gathered in front of the Gripen full scale replica

Brazilian air force pilots gathered in front of the Gripen full scale replica

 

10 September 2015 by Saab

 

Today the Gripen NG programme reached a historical milestone. With all contracts signed, the biggest export deal in the history of Saab has now been finalised which means that the Brazilian Gripen NG programme moves in to the next phase.

 

When Brazil and Saab signed the contract for Gripen NG in October 2014 it was stated that it would come into effect once certain conditions had been fulfilled. Today, we are happy to announce that all required conditions are in place, marking the formal start of the Brazilian Gripen NG programme.

“Our partnership with the Brazilian industry strengthens Saab's position in Latin America and also supports our strategy of growth through industrial partnerships”, says Ulf Nilsson, Head of Business Area Aeronautics, Saab.

Together with our Brazilian partners we are now taking the next steps and moving full speed ahead to construct and deliver the thirty six Gripen aircraft to the Brazilian Air Force.

 

More than aircraft

The co-operation between Brazil and Sweden encompasses much more than  the aircraft. It includes comprehensive industrial co-operation between the countries in areas such as research and development and transfer of technology which will be performed over approximately ten years.

“The acquisition of Gripen NG will provide benefits beyond the enlargement of the Brazilian Air Force operational capacity. In addition to equipping FAB with one of the world's most modern fighters, the participation in the development of Gripen NG’s project means a technological breakthrough for Brazilian industry", says Lieutenant-Brigadier Nivaldo Luiz Rossato, Commander of the Brazilian Air Force.

Through an extensive technology transfer programme, involving Brazil’s leading defence and aerospace companies, some 350 Brazilian engineers and technicians and their families will travel to Sweden for education and on-the-job-training. Through this programme they will gain experience and develop the competence for developing, producing and maintaining the Gripen fighter. Saab’s own staff will also go to Brazil to assist in setting up the operations in country. The technology transfer programme will contribute to the development of an independent, advanced defence industrial base in Brazil.

The Gripen NG will be delivered to the Brazilian Air Force between 2019 and 2024.

 

Link to Press release

Link to Gripen pages

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2015 4 10 /09 /septembre /2015 11:25
Gripen NG Contract With Brazil Becomes Effective

 

 

On 27 October 2014 Saab announced the conclusion of a contract with the Brazilian Federal Government for the development and production of 36 Gripen NG aircraft. The contract has now come into effect as all required conditions have been fulfilled. Today, the order value of approximately SEK39.3 billion is booked by Saab as order intake. Gripen NG deliveries to the Brazilian Air Force will be undertaken from 2019 to 2024

The associated industrial co-operation contract (including technology transfer to Brazilian industries), which was signed in October 2014, also comes into effect today.

“Through the Gripen NG programme, we continue to build on the industrial relations between Brazil and Sweden. I am confident that this important programme will serve as a platform for new business and contribute to the growth of both the Brazilian and Swedish industry,” says Marcus Wallenberg, Chairman of Saab’s Board of Directors.

“This important milestone marks the formal start to the Brazilian Gripen NG programme. We will now work full speed ahead to ensure timely deliveries of Gripen NG to Brazil. Our partnership with Brazilian industry strengthens Saab’s position in Latin America and supports our strategy for growth through industrial co-operation,” says Håkan Buskhe, President and CEO of Saab.

The technology transfer programme will further contribute to the development of an independent, advanced defence industrial base in Brazil. Brazilian engineers and technicians will come to Saab for education and on-the job-training in Sweden starting in October 2015.

“The acquisition of Gripen NG will provide benefits beyond the enlargement of the Brazilian Air Force’s operational capacity. In addition to equipping FAB with one of the world's most modern fighters, the participation in the development of Gripen NG means a technological breakthrough for Brazilian industry,” says Lieutenant-Brigadier Nivaldo Luiz Rossato, Commander of the Brazilian Air Force.

Saab’s Gripen is a multi-role combat aircraft capable of undertaking the full range of air-to-air and air-to-ground missions, including specialist roles such as intelligence, surveillance, target acquisition and reconnaissance (ISTAR) and electronic warfare. Gripen is equipped with the most modern sensors and mission systems, including an active electronically scanned array (AESA) radar and infra-red search and track (IRST) system. It can be armed with any air-launched weapon that a customer requires, and integration of new capabilities is speedy and affordable. Gripen is easily deployable, with a very low maintenance and support footprint coupled with high reliability.

Partager cet article
Repost0
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 08:50
Armée suisse : là où le bas blesse

 

25.02.2015 par Sandro Arcioni - Gouvernance et Sécurité

 

«Nous ne savons pas ce que l’avenir nous réserve, personne ne sait ce qui se passera demain. Une chose est sûre toutefois: la tâche principale de notre armée de milice est de protéger le pays et sa population.»

Commandant de corps André Blattmann, chef de l’Armée

 

Quel visionnaire cet André Blattmann ! Franchement, personne n’aurait pu avoir une meilleure vision sur l’avenir…

Mais que peut-on faire alors d’André Blattmann à la tête de l’Armée suisse ?

DEVA, le « nouveau » plan de développement de l’Armée, est malheureusement une nouvelle catastrophe pour cette dernière, après la chute du Gripen et trop d’erreurs commises à ce jour ! DEVA, n’est pas un plan de développement pour notre Armée, mais un correctif, très en retard, de toutes les erreurs stratégiques et opérationnelles produites durant ces 20 dernières années.

Depuis la fin septembre, j’ai quitté la grande institution et donc, en ce début d’année, libéré de toute obligation et/ou réserve de parole. Je vais donc me permettre de revoir la copie de notre Armée. Fervent défenseur d’une défense nationale crédible, je vais en plusieurs étapes (diverses interventions sur mon blog durant ces prochaines semaines), porter une critique sévère sur l’institution, afin qu’elle puisse rapidement évoluer, changer et s’adapter aux nouvelles menaces sans pour autant toucher aux devoirs qui lui sont dévolus dans notre constitution.

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
22 février 2015 7 22 /02 /février /2015 17:25
Two J-10 fighters at the Zhuhai Airshow on Nov. 5, 2008. (Photo Xinhua)

Two J-10 fighters at the Zhuhai Airshow on Nov. 5, 2008. (Photo Xinhua)

 

February 22, 2015 By Wendell Minnick – Defense News

 

TAIPEI — London's successful blocking of the Gripen fighter sale to Argentina appears to have done little to stop Buenos Aires' determination to replace its aging attack and fighter fleet. Nor has it halted its threats to use force to "liberate" the Malvinas (Falkland) Islands from British control.

 

In October, Argentina's Defense Minister Agustin Rossi announced plans to procure 14 Saab Gripen fighters to replace its single-engine Dassault Mirage III/5, which saw combat during the 1982 Falklands War.

 

However, London quickly killed the deal. When that was nixed, Argentine's President Cristina Kirchner traveled to Beijing, Feb. 2-5, and announced Argentina and China were creating a working group to facilitate the transfer of a variety of military equipment, including fighters. To further sweeten the pot, China takes Argentina's position on the Falkland Islands and has compared the dispute to China's sovereignty claims over disputed islands in the East and South China Seas.

 

Two types of Chinese fighters are candidates: The FC-1/JF-17 and the J-10, both built by Chengdu Aircraft Corporation (CAC).

 

The JF-17 is the Pakistan-built variant of the FC-1. Both fighters have their advantages and disadvantages, said Doug Barrie, the senior air analyst at the International Institute for Strategic Studies in London. The Chengdu FC-1 represents the cheaper and less-capable combat aircraft, he said. Argentina could purchase significantly more FC-1s, "although in capability terms this would not represent as great an increment in overall performance compared to the J-10," he said.

 

The Argentinean Air Force could face difficulties acclimating to non-Western equipment, but "we should understand that such a sale will have a special political importance for the Chinese. It brings prestige and opens doors to new combat aircraft sales to the region," said Vasily Kashin, a China military specialist at Moscow's Centre for Analysis of Strategies and Technologies. "They will likely provide good financing conditions and will probably pay special attention to subsequent maintenance and training work."

 

Logistics and follow-on support is still a question, and China's reputation with past fighter exports is dubious, said Roger Cliff, nonresident senior fellow, Asia Security Initiative, Atlantic Council. He said Argentina might have no choice in the matter since London will no doubt block any Western fighter sale. Russia could also be a contender, but also has a poor history in fighter support, Cliff said.

 

However, China's JF-17 fighter program in Pakistan has proven a reasonably successful test bed for joint fighter production programs. The Pakistan Aeronautical Complex (PAC) and CAC developed the JF-17 and CAC's FC-1 in a joint program begun in 1995. Like Argentina, the Pakistan JF-17 replaced its Mirage III/5 fighters.

 

Richard Fisher, a senior fellow with the US-based International Assessment and Strategy Center, said that in 2013 CAC was in discussions with the Argentine aerospace company Fabrica Argentina de Aviones to co-build the FC-1 in a similar fashion as the CAC/PAC deal. Fabrica did not respond to requests for information on the issue.

 

China has been working hard to placate Buenos Aires. In 2011, Fabrica and the Aviation Industry Corp. of China (AVIC) signed a co-production deal for the CZ-11 single-engine light multi-purpose helicopter.

 

Future cooperation could cover co-production with China's Norinco for 100 eight-wheeled VN1 eight-wheeled armored personnel carriers, and joint development with China's Shipbuilding Corp. for five corvettes modeled after the P18 (to be dubbed the Malvinas-class after the Falklands dispute).

 

These agreements could complicate London's ability to protect the Falklands from another invasion.

 

Fisher said that with aerial refueling, which will be available from Argentina's new Embraer KC390s, "the FC-1 is able to carry two CM400AKG-derived hypersonic anti-ship missiles out to a reasonable strike range." With the element of surprise and a minimum of 20 fighters, "there is the potential they could launch up to 40 of these missiles at the likely single aircraft carrier that Britain would send to defend the Falklands from a second attack."

 

London does not have an aircraft carrier that can operate fixed-wing aircraft. The famed AV-8 Harrier jump jetss that made their name during the Falklands War were retired in 2010. However, two 70,000-ton Queen Elizabeth-class aircraft carriers are under construction, with the first to be completed in 2017 with an air wing operational in 2020, Cliff said. The carriers will be equipped with short take-off and vertical landing F-35B joint strike fighters. "So the UK might be especially vulnerable at the moment, but that situation will not last long."

 

Fisher said the issue is more complicated today than it was during the war.

 

The other new element is that Argentina and China are now partners in space cooperation. China is building a strategic Southern Hemisphere tracking and control facility, and Argentina could get access to China's growing surveillance satellite network.

 

The scenarios Fisher paints are dark. "What if Venezuela gave Argentine aircraft base access to mount an early strike against a British task force? This could become a realistic option with Chinese ISR. This Chinese-Argentine military relationship is just beginning to blossom. Anti-ship ballistic missiles, over-the-horizon radar, and submarines could quickly join the list of possible Chinese exports.

 

"Look, there does not have to be a second war," Fisher continued. "If China sells Argentina enough weapons, a future British government could opt for a lengthy face-saving Hong Kong-like transfer. But in Latin America, such a 'surrender' would be viewed as much a Chinese as an Argentine victory."

 

The political and economic consequences for Argentina of making another grab for the Falklands would be severe, and even threatening to do so would not be in the country's interest. But that does not mean it could not happen, "as people in the country are still passionate about the issue", Cliff said.

 

"Argentina made things pretty dicey for the UK back in 1982 and probably could do so again, especially if they prepared carefully for it."

Partager cet article
Repost0
17 février 2015 2 17 /02 /février /2015 08:50
En décrochant le contrat égyptien, Dassault réaffirme son statut face à la concurrence européenne - photo Dassault

En décrochant le contrat égyptien, Dassault réaffirme son statut face à la concurrence européenne - photo Dassault

 

16/02 Alain Ruello / Chef de service adjoint – LesEchos.fr

 

L'Eurofighter est en retard sur le plan technologique et le Gripen ne boxe pas dans la même catégorie que le Rafale.

 

A Saint-Cloud, au siège de Dassault en proche banlieue parisienne, l'heure est évidemment à la fête. Depuis le temps… Mais le contrat égyptien n'est pas la seule raison de crier victoire. D'abord parce qu'il en appellera probablement d'autres. Le prochain sur la liste a de grandes chances d'être signé en Inde ou au Qatar. Et les Emirats arabes unis savent déjà tout ou presque de l'appareil. Les deux pays arabes ont pour point commun de devoir remplacer un jour où l'autre leurs Mirage 2000.

Si Dassault a de quoi se réjouir, c'est aussi parce que le contrat en Egypte fait de l'avionneur (et donc de la France), la puissance dominante en matière d'aéronautique de combat en Europe. S'il a déjà été exporté, et même bien avant le Rafale, l'Eurofighter traîne de fâcheux soupçons de corruption en Arabie saoudite et en Autriche, même si ce n'est pas le cas d'Oman.

 

Un succès tourné vers l'avenir

L'appareil fabriqué par le trio BAE-Airbus-Finmeccanica souffre d'un double handicap. D'abord, parce que ses quatre pays domestiques - Royaume-Uni, Allemagne, Italie et Espagne - ne veulent pas commander la totalité des exemplaires prévus au contrat. Les chaînes d'assemblage risquent donc de fermer dès 2017, à moins que des contrats à l'exportation ne prennent le relais.

Mais, et c'est là le second handicap, l'Eurofighter, est non seulement plus cher que le Rafale mais il est surtout en retard d'un point de vue technologique, au point d'avoir systématiquement perdu dans toutes les compétitions ouvertes dans lesquelles il a été engagé (le meilleur exemple étant l'Inde). Londres, Berlin, Madrid et Rome ont fini par lâcher de quoi le doter d'un radar moderne, mais ses grands concurrents en sont déjà dotés.

L'autre rival européen du Rafale, le Gripen du suédois Saab, est incontestablement un très bon appareil, qui se vend d'ailleurs relativement bien, mais qui ne joue pas dans la même division. Stockholm ne pouvant pas tout financer, l'industrie suédoise ne maîtrise pas l'ensemble des technologies liées aux avions de combat.

Dans ce contexte, Dassault sort renforcé vis-à-vis de BAE Systems dans leur partenariat pour préparer le système de combat aérien futur (piloté ou non), c'est-à-dire celui qui prendra le relais du Rafale et de l'Eurofighter.

Dans le cadre du traité franco-britannique de défense de Lancaster House, Paris et Londres financent à parité des études préliminaires aux deux industriels. Nous n'en sommes qu'au début d'un projet qui ne verra pas le jour avant 2025 au mieux. Et rien ne dit que l'alliance n'explosera pas en vol d'ici là. Mais au moins, Dassault a l'assurance que l'histoire du Rafale, elle, est loin d'être finie.

 

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2014 4 11 /12 /décembre /2014 18:25
Interview with the first Brazilian Gripen instructors

11 déc. 2014 by Saab

The first Brazilian Gripen instructors talk about their first Gripen flight experience. The pilots participate in a six month long instructor course for Gripen at Swedish Air Force wing F7, Såtenäs.

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 11:40
Ukraine returns to the idea of Swedish JAS-39 licence production

 

20.10.2014 by Denys Kolesnyk

 

The Armed Forces of Ukraine are currently in a very difficult situation and need a radical update. It is obvious, that in the nearest future Ukraine has to update its aircraft fleet. It is clear, that the military jets procurement should be carried out through the international tender system, however, it is also obvious, that the aircraft should be as multi-functional and inexpensive as possible in order to reduce the maintenance costs. Having several types of military jets is a luxury for Ukraine.

 

That’s why the leadership and the Ministry of Defense of Ukraine have returned to the idea of Swedish jet JAS-39 “Gripen” adoption.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2014 3 03 /09 /septembre /2014 11:50
Les Forces aériennes continuent leur ascension (Suisse)

 

Berne, 02.09.2014 - admin.ch

 

Le Commandant de corps Aldo C. Schellenberg, Commandant des Forces aériennes prépare ses troupes aux développements des années à venir. Il veut renforcer le management de projets d’achat d’avions et de systèmes de défense contre avions.

 

La décision démocratique contre l’acquisition du Saab Gripen du 18 mai est naturellement respectée par l’Armée suisse, dit Schellenberg durant son rapport d’information à Payerne VD, qui a eu lieu dans le cadre de l’air show AIR14 et du 100ème anniversaire des Forces aériennes. Les 54 F-5 Tiger des Forces aériennes seront mis hors service d’ici 2016, tel que communiqué lors de la votation sur le Gripen par le Conseil fédéral.
« S’en écarter pourrait compromettre une future acquisition d’avion de combat », dit Schellenberg. Une revalorisation de la flotte de Tiger ou de parties de celle-ci n’est pas possible pour des raisons opérationnelles et financières. Les F-5 ne se laisseraient pas adapter aux nécessités modernes que ce soit pour le radar ou l’armement.
Le chef du DDPS, le Conseiller fédéral Ueli Maurer, planifie avec le budget actuel une armée de 100'000 hommes, comme il l’a annoncé durant son message d’accueil au rapport d’information. Il veut une armée qui corresponde aux idéaux d’un «équilibre politique». Maurer renonce à une armée trop grande, orientée à des besoins antérieurs. Il lutte de même contre un rétrécissement additionnel considérable des troupes.

 

Service prolongé du F/A-18 examiné

Les Forces aériennes examinent suite au «non» du peuple au Gripen une prolongation de vie modérée pour les 32 F/A-18 jusqu’à 2025, explique le Commandant de corps Schellenberg. Il faut tout de même prévoir une relève à temps : l’argument principal reste la capacité à durer en temps de crise. Le service de police aérienne ne doit pas être la seule raison pour un nouvel avion de combat multi-rôle.
Schellenberg a également insisté sur un concept pour une prompte acquisition de nouveaux systèmes de défense contre avions. Il y a un besoin pour une défense aérienne intégrée, avec des avions de combats et des systèmes de défense contre avions basés au sol.
En situation normale, les Forces aériennes sécuriseront, dès 2020, l’espace aérien sur un cycle de 24 heures par jour et ce durant toute l’année, avec des moyens d’intervention. Les Forces aériennes seront engagées dans le cadre de situations exceptionnelles, comme en cas de crise ou dans le cadre d’un soutien aux autorités civiles. De plus, les Forces aériennes devraient acquérir la possibilité de créer une souveraineté aérienne réduite, de manière à pouvoir protéger nos propres troupes. Le transport aérien et l’acquisition de renseignements pour la conduite politique et militaire continueront à faire partie des missions des Forces aériennes.

 

AIR14 comme signal de départ

Il sera néanmoins nécessaire de renforcer le management de projet, ce qui inclut également la communication : « Si la population comprend précisément ce que nous faisons, alors elle nous soutiendra. Nous avons raté cela le 18 mai. Cela ne doit pas nous arriver une seconde fois ».
Le succès d’AIR14 à Payerne comme évènement de toute l’Armée doit être compris comme un signal de départ pour les prochaines votations. Schellenberg se montre optimiste: « Les Forces aériennes continuent leur ascension».

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 16:50
Sweden to go ahead with Gripen acquisition after Swiss No vote

 

09/01/2014 Defence IQ Press

 

When Switzerland voted No in the referendum to sanction the acquisition of Saab’s Gripen as its next generation fighter jet, it posed a problem for Sweden.

 

The two countries had agreed a co-financing deal to buy the JAS 39 Gripen E to share development costs but when the Swiss public voted against the proposed spending of public money, Sweden needed to decide if it would go ahead.

 

According to defence minister Karin Enström, Sweden will continue with its plan to procure the latest version of the Gripen as a result of heightened regional tension and political instability.

 

"Global developments and Russian action in Ukraine, with troops in the country, underline the importance of us pursuing the acquisition of the next generation fighter aircraft," Enström told public broadcaster SVT.

 

"This is also about our security and defence capability in the future," she added.

 

The 60 Gripen jets – of which Switzerland were meant to buy 22 – are due for delivery in 2018 according to reports.

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 12:50
La République tchèque et la Slovaquie créeront un système commun de défense aérienne

 

01.09.2014 Par La Voix de la Russie

 

La République tchèque et la Slovaquie se sont entendues de créer un système commun de défense de l'espace aérien des deux républiques. Une déclaration appropriée a été signé à Bratislava par les secrétaires d'Etat des ministères de la Défense Daniel Kostoval et Milos Koterec.

 

Le troisième signataire de la déclaration est le secrétaire d'Etat du ministère suédois de la Défense Carl von der Esch. Sa participation tient au fait que le document prévoit les négociations avec le gouvernement de Suède sur la location éventuelle par les forces aériennes de Slovaquie, à l'exemple de leurs collègues tchèques, des chasseurs supersoniques Jas 39 Gripen, ainsi que la participation des spécialistes suédois à l'adaptation pour ces avions de l'infrastructure des forces aériennes slovaques.

Partager cet article
Repost0
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 07:35
Gripen Makes Its Debut In Australia


05.08.2014 Saab Group
 

Gripen entered a new continent when the Royal Thai Air Force, RTAF, dispatched six of its twelve JAS 39 Gripen to the exercise Pitch Black 2014 in Australia, beginning 1 August and ending 22 August.

The Pitch Black exercise is held in a vast area in Northern Australia with Royal Australia Air Force (RAAF) Base Tindal as the main base, together with RAAF Base Darwin. 

All six RTAF Gripen left its base Wing 7 at Surat Thani in Thailand on July 29, with scheduled stops at Singapore and Bali before its arrival at RAAF Base Darwin on July 30. 

Seven countries take part in the exercise – the host RAAF, Royal New Zealand Air Force, the Republic of Singapore Air Force (RSAF), the United States Air Force (USAF), RTAF, United Arab Emirates Air Force and the French Armed Forces in New Caledonia. 

Over 110 aircraft and 2,300 personnel from Australia, the US, New Zealand, Singapore, Thailand, the United Arab Emirates and France are due to take part in the exercise, among them a range of fighter aircraft. The RTAF Gripen are joined by F-18 A Hornet and F-18 F Super Hornet from RAAF, F/A 16 from USAF, F-16 Falcon and F-15 SG Eagle from RSAF and Mirage 2000-9 from the United Arab Air Force. 

Besides a fighter fleet, several support aircraft play important roles during the exercise, for example tankers like the KC-135 Stratotanker and KC-30 Multirole Tanker. Two AEW aircraft join as well, one Gulfstream 550 Conformal Airborne Early Warning aircraft from RSAF and one Wedgetail Airborne Early Warning and Control (AEW&C) aircraft from RAAF.  

During Pitch Black 2014 participants will conduct Offensive Counter Air and Defensive Counter Air missions, launched from RAAF Bases Darwin and Tindal. Exercise participants will utilise the Delamere Range Facility and Bradshaw Field Training Area.

Mission scenarios will progressively become larger and more complicated through the course of the exercise, requiring mission commanders to factor in a variety of air combat roles.

You can read more on the official website of Exercise Pitch Black 2014 here
 

 

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2014 3 16 /07 /juillet /2014 16:50
Rafale

Rafale

 

15 juillet 2014 RTBF.be (Belga)

 

    L'industrie aéronautique belge fonde de grands espoirs dans un important - mais coûteux - contrat militaire que pourrait passer le prochain gouvernement, l'achat d'un nouvel avion de combat pour remplacer à partir de 2023 les F-16 vieillissants, tout en regrettant à demi-mots que le ministère de la Défense ne se montre pas plus exigeant sur le volet des retombées économiques.

 

    Ils se sont ainsi réjouis de la visite que leur a rendue le ministre sortant de la Défense, Pieter De Crem, au deuxième jour du salon aéronautique de Farnborough (sud-ouest de Londres), l'un des plus importants au monde, avec celui du Bourget qui se tient pour sa part les années impaires près de Paris.

 

    Pieter De Crem est allé à la rencontre de la vingtaine d'exposants belges présents à Farnborough, dont les "grands" du secteur, comme Sabca, Sonaca, Techspace Aéro, Asco et Barco. Mais il s'est refusé à toute déclaration à la presse.

 

    La Défense a adressé début juin à cinq agences étatiques, deux américaines et trois européennes, une demande d'information (en anglais "Request for Information", RFI) concernant cinq avions de combat susceptibles de succéder aux F-16.

 

    Il s'agit de la première étape, non contraignante, d'un - long - processus - qui devrait déboucher vers 2018 sur l'acquisition d'un nouveau chasseur avant la fin de vie prévue des F-16 à partir de 2023, pour autant que le prochain gouvernement s'accorde sur le maintien d'une capacité d'avions de combat.

 

    Relance

 

    L'industrie estime en effet qu'elle pourrait raisonnablement obtenir des retombées économiques équivalentes à la valeur du contrat - de l'ordre de quatre milliards d'euros.

 

    "Un vrai plan de relance", a souligné un responsable d'une entreprise sous le couvert de l'anonymat. "Dans un secteur de haute technologie et en croissance", a renchéri un de ses collègues en rappelant que l'achat des F-16, qualifié en 1975 de "contrat du siècle", avait généré de retombées économiques de trois à quatre fois supérieures à la valeur du marché initial.

 

    Les industriels regrettent ainsi que la Défense n'ait, dans la version finale du RFI (ou "survey") adressé début juin aux Etats-Unis, à la France, au Royaume-unie et à la Suède, plus fait mention de compensations économiques.

 

    "Mais nous ne pouvons plus le faire" en vertu de la législation européenne, ont répondu en choeur l'entourage de Pieter De Crem et l'état-major de la Défense.

 

    Eurofighter

 

    Les cinq agences étatiques auxquelles le RFI a été adressé sont le Joint Program Office (JPO), qui pilote le programme de chasseur F-35 Lightning II construit par le groupe Lockheed Martin, le Navy Integrated Program Office (Nipo) pour le F/A-18E/F Super Hornet de Boeing, la Direction générale de l'Armement (DGA) du ministère français de la Défense pour le Rafale du consortium Rafale International (regroupant l'avionneur français Dassault Aviation et ses partenaires Safran et Thales), la Swedish Defence and Security Export Agency (FXM) pour le JAS-39 de Saab et le ministère britannique de la Défense pour l'Eurofighter du consortium éponyme.

 

    Le ministère souhaite en effet conclure un achat "d'Etat à Etat" - et non directement auprès d'un constructeur, selon plusieurs sources.

 

    Mais tous les contructeurs savent qu'ils doivent envisager l'octroi de retours à l'industrie belge, estime la Défense en se défendant de se montrer "plus catholique que le pape" face à la législation européenne qui interdit désormais explicitement de réclamer des compensations économiques lors des marchés publics.

 

    Pieter De Crem s'était déclaré en décembre dernier clairement partisan de l'achat d'une quarantaine de nouveaux avions de combat lors de la législature à venir si la Belgique souhaitait rester un "partenaire fiable" au sein de l'Otan et de l'Union européenne.

 

    Idéalement, selon la composante Air de l'armée, la décision d'achat devrait intervenir en 2016 au plus tard pour lui donner le temps de préparer son entrée en service avant le retrait des F-16, irrévocablement programmé entre 2023 et 2025. L'avion de Lockheed Martin (anciennement General Dynamics) est en service en Belgique depuis 1979, même si les appareils les plus récents datent de 1991. Les 54 avions survivants, sur les 160 achetés, ont tous subi une modernisation à mi-vie ("Mid-Life Update", MLU) qui se poursuit par des évolutions logicielles et structurelles.

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2014 1 07 /07 /juillet /2014 07:50
METEOR firing from Gripen photo Saab

METEOR firing from Gripen photo Saab

 

7 July 2014 Saab

 

Defence and security company Saab and FMV have concluded missile integration firings with Gripen and the MBDA Meteor BVRAAM (Beyond Visual-Range Air-to-Air Missile). These latest firings, conducted earlier this year, further verified missile integration with Gripen and validated seeker performance and missile range. This was the last major trials task required to clear the new missile for operational service on the Gripen C/D multi-role fighter. Full Meteor capability will be delivered as part of Gripen’s latest MS20 (Materiel System 20) combat systems update for the Swedish Air Force. Once MS20 has been cleared for service Sweden, and Gripen, will have the world’s first and only functional Meteor BVRAAM capability.

 

In March 2014 Gripen conducted two airborne launches with MBDA’s ramjet-powered, Meteor very long-range air-to-air missile. These were the final Meteor launches before the missile is cleared for operational service with Gripen. The shots were carried out over consecutive days, on 12 and 13 March, at FMV’s Vidsel Test Range in northern Sweden. Saab performed the trials in cooperation with its customer, the Swedish Defence Materiel Administration (FMV), along with the Meteor supplier team which includes the missile prime contractor MBDA (and Saab).

 

Two Meteors were fired at remotely-controlled targets. The tests demonstrated missile safe separation from the aircraft and datalink functions between the aircraft and missile. The tests also validated missile performance for the customer, FMV.

 

Saab’s previous successful Meteor trials in Sweden had already provided software verification of the Meteor system integration. The March 2014 trials completed the full integration programme for Gripen C/D and MS20. The March firings added significant additional data to Saab’s experience in using the missile with an operational combat aircraft, experience that is unrivalled after years of development and integration trials with the Meteor.

 

The March 2014 trials parameters included firings at both low and high altitude and at speed while the launch aircraft was manoeuvring, as well as demonstrating a long engagement range, engagement of manoeuvring targets, aircraft/missile datalink functionality and missile seeker performance.

 

Since March Saab has supported further Gripen/Meteor trials work in support of the final MS20 standard, including flight qualities testing and carefree handling validation. Delivery of the final MS20 to FMV, and subsequent operational test and evaluation, will be completed by the end of this year.

 

“For Saab Aeronautics it has been a privilege to work together with the Meteor team during the development programme. The integration of this capability for the Swedish Air Force is a first for this kind of BVR missile. Sweden now has a head start in developing strategies to use this capability in air combat”, says Tobias Andersson, Project Manager for the Meteor integration, Saab.

 

Sweden is working with France, Germany, Italy, Spain and the UK to develop and field the Meteor BVRAAM, with MBDA acting as the programme’s prime contractor. The Meteor is a highly advanced, long-range and agile air-to-air weapon that is uniquely designed to counter the most sophisticated airborne threats of the 21st century. Full Meteor integration will be delivered to the Swedish Air Force as part of the MS20 systems update. When MS20 enters service in 2015 Gripen will be the first platform with an operationally effective Meteor capability. At that point Meteor capability also becomes available for other Gripen users. Sweden has signed a contract for delivery of serially-produced Meteor missiles in addition to the integration missiles that were used during trials.

Partager cet article
Repost0
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 16:50
Suisse : Le sort des vieux Tiger encore en suspens

 

24.06.2014 Romandie.com ( ats )

 

Le sort des vieux avions de combat Tiger que devaient remplacer les Gripen reste encore ouvert. Le ministre de la défense Ueli Maurer va encore attendre avant de s'en débarrasser, a-t-il fait savoir devant la commission de la politique de sécurité du National.

 

Avant de trancher, le conseiller fédéral va présenter son projet réforme de l'armée, qu'il va revoir après le rejet des Gripen par le peuple le 18 mai. Il devrait aussi éclaircir la question d'une adaptation technique des Tiger, comme l'a fait le Brésil.

 

Certains ont évoqué cette piste pour assurer assez d'avions à l'armée après la votation sur le Gripen. La question n'a pas été abordée en commission, a précisé son président Thomas Hurter (UDC/SH) devant la presse. Mais elle pourrait revenir sur le tapis à la fin de l'année.

 

La commission veut aussi connaÎtre la stratégie d'Ueli Maurer en matière d'aviation militaire. En attendant, elle propose au plénum, par 20 voix contre 3, de ne pas donner son blanc seing à la mise hors service des 54 Tiger et 258 chars ainsi de 96 chars Léopard et 162 obusiers blindés M109.

 

Elle avance aussi, à l'instar du Conseil des Etats, des raisons formelles. Selon la loi actuelle, il n'appartient en effet pas au Parlement mais au Département fédéral de la défense de prendre de telles décisions.

 

Programme d'armement accepté

 

Le programme d'armement 2014, devisé à 771 millions, n'a quant à lui pas donné de souci à la commission, qui l'a avalisé par 18 voix contre 1. Une proposition de non-entrée en matière, visant un moratoire après le refus du Gripen, a été rejetée par 22 voix contre 1.

 

Le poste le plus important du programme (440 millions) est destiné à l'achat de 3200 voitures combi 4x4 Mercedes à 5 portes. Une minorité (15 voix contre 6) souhaite un montant moins élevé pour ce poste. Par 16 voix contre 3, la commission soutient l'acquisition de douze véhicules porteurs et de pose de ponts pour 179 millions.

 

Un crédit de 120 millions servira à l'achat de matériel informatique pour un centre de calcul qui sera intégrée dans le Réseau national de conduite. Enfin, le Conseil fédéral a demandé 32 millions pour 106 simulateurs de tir au laser.

Partager cet article
Repost0
5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 11:50
Rafale - photo S. Fort

Rafale - photo S. Fort

 

04 juin 2014 leVif.be (Belga)

 

Le ministère de la Défense vient d'adresser à cinq agences étatiques, deux américaines et trois européennes, une demande d'informations concernant cinq avions de combat susceptibles de succéder aux F-16 vieillisants, a-t-on appris mercredi des sources concordantes.

 

La publication de ce RFI, qui n'engage en rien à un achat futur ni au choix d'un appareil déterminé, "vise à rassembler des informations" allant au-delà des sources ouvertes jusqu'ici disponibles pour la prospection, ont expliqué plusieurs sources au sein du ministère. Elle n'en représente pas moins la première étape d'un - long - processus qui devrait déboucher sur l'acquisition d'un nouveau chasseur avant la fin de vie prévue des F-16 à partir de 2023, pour peu que le prochain gouvernement fédéral s'accorde sur ce remplacement. Les cinq agences étatiques auxquelles le RFI (ou "survey") a été adressé sont le Joint Program Office (JPO), responsable du programme de chasseur F-35 Lightning II construit par le groupe Lockheed Martin, le Navy Integrated Program Office (Nipo) pour le F/A-18F Super Hornet de Boeing, la Direction générale de l'Armement (DGA) du ministère français de la Défense pour le Rafale de Dassault, la Swedish Defence and Security Export Agency (FXM) pour le JAS-39 de Saab et le ministère britannique de la Défense pour l'Eurofighter du consortium éponyme, a précisé un porte-parole de la Défense à l'agence BELGA.

Partager cet article
Repost0
2 juin 2014 1 02 /06 /juin /2014 11:50
La Suède pacifiste, grande exportatrice d'armement

 

29.05.2014 Tom Scanoe.caullivan - canoe.ca

 

LINKÖPING - Pays pacifiste s'il en est, la Suède ne craint pas pour ses exportations d'armements après le refus exprimé récemment par les électeurs suisses au projet d'achat d'avions de combats Saab pour l'armée de la Confédération helvétique.

Dans l'usine Saab de Linköping, sous le regard attentif du chef opérateur Lars Ydreskog, les techniciens peaufinent la nouvelle chaîne d'assemblage de la prochaine génération des avions de chasse Gripen.

La Suède a déjà commandé 60 exemplaires de cette pièce maîtresse de l'industrie militaire suédoise.

Cet avion est conçu pour faire concurrence aux meilleurs appareils russes, explique M. Ydreskog à l'AFP. L'appareil est doté d'un système d'interconnexion unique permettant aux avions de communiquer et de se répartir les tâches de détection, brouillage électronique ou de tirs.

«C'est ce travail stratégique que le Brésil et la Suisse ont remarqué», note-t-il. Brasilia a choisi le Gripen face au Rafale du français Dassault-aviation et au F/A-18 Super Hornet de l'américain Boeing. Le gouvernement suisse qui avait opté pour le suédois a dû renoncer après le non de ses électeurs.

La Suède est le troisième plus gros exportateur d'armes au monde par habitant, derrière Israël et la Russie.

Avec la fin de la guerre froide, les budgets militaires ont reculé mais la Suède a vu ses exportations d'armes tripler dans les années 2000. En 2013, Saab et 60 autres entreprises d'armement, y compris Bofors et BAE Sytems, ont vendu des armes suédoises à 55 pays pour 11,9 milliards de couronnes (1,9 milliard $).

Parmi ces clients des régimes sont pointés du doigt pour leurs violations des droits de l'homme, comme l'Arabie Saoudite, les Émirats Arabes Unis ou le Pakistan.

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
19 mai 2014 1 19 /05 /mai /2014 16:50
La presse romande souligne l'échec d'Ueli Maurer

 

19.05.2014 Romandie.com (ats)

 

Le ministre de la défense Ueli Maurer reçoit une avalanche de critiques dans la presse romande au lendemain du "non" à l'acquisition du Gripen. Les journaux, qui pointent son attitude maladroite lors de la campagne, dévoilent aussi certains mécanismes ayant influencé le vote des Suisses.

 

L'échec du Gripen est d'abord celui du conseiller fédéral Ueli Maurer, qui "a multiplié les couacs" dans le dossier d'acquisition des nouveaux avions de combat, soulignent "L'Express", "L'Impartial" et le "Journal du Jura". Le ministre pourrait d'ailleurs en tirer les conséquences l’an prochain après les élections fédérales, ajoutent ces quotidiens.

 

Même constat du côté de "24 heures", qui juge une remise en question d'ordre général nécessaire pour le ministre de la Défense. Ueli Maurer a été "inconséquent" durant toute la campagne, changeant de stratégie "comme de paire de chaussettes" et "traitant un sujet sérieux avec la désinvolture d'un clown triste".

 

Les journaux lémaniques s'interrogent aussi sur l'impact du détournement d'avion sur Genève en février dans le rejet de dimanche. Selon "La Tribune de Genève", l'armée, incapable de réagir, s'est ridiculisée dans cet épisode et Ueli Maurer ne s'est pas montré très convaincant par la suite en dénonçant maladroitement les coupes dans le budget militaire.

 

De l'avis de "La Liberté" également, la campagne en faveur du nouvel avion joue un rôle important dans le rejet de dimanche. Elle "a volé bas, avec des arguments d’un autre temps" susceptibles de ne séduire que dans la Suisse profonde.

 

L'échec du Gripen s'explique aussi en partie par le climat politique: les cantons qui ont refusé l’initiative de l’UDC "contre l’immigration de masse" ont rejeté le financement de l’avion, ce qui n'est pas forcément une coïncidence. "Des citoyens n’ont pas résisté au petit plaisir jouissif de jeter un obus dans le jardin de l’UDC", souligne le quotidien fribourgeois.

 

Pour "Le Temps", dire que la campagne a été mauvaise ne va tout simplement "pas assez loin": il s'agit d'un vote du peuple contre Ueli Maurer, personnellement, "une manière, après le 9 février (et l'acceptation de l'initiative de l'UDC contre l'immigration de masse), de se venger de ses conceptions simplistes".

 

Mais le "non" de dimanche, c'est aussi "le vote d'une Suisse confortable, qui se sent en sécurité, abritée - paradoxalement - derrière le parapluie militaire des pays voisins et de l'Otan", relève le quotidien. L'achat du Gripen n'aurait eu de sens qu'en l'insérant dans une défense européenne plus large, une dimension jamais évoquée par Ueli Maurer, car elle "lui fait horreur".

 

"Il n’est pas certain" que les maladresses de campagne d'Ueli Maurer expliquent à elles seules ce vote populaire, retient également "L'Agefi". Bien des adeptes d’une défense nationale forte et dissuasive ont toujours plus de doutes sur l’affectation des investissements à consentir, poursuit le quotidien économique. Car "les Suisses ne raisonnent plus en termes de guerre totale".

Partager cet article
Repost0
18 mai 2014 7 18 /05 /mai /2014 19:50
Gripen : la claque des citoyens helvétiques au suédois Saab

 

18/05 Par Alain Ruello

 

Par 53,4 % des voix, les Suisses ont rejeté le projet d’achat de 22 exemplaires de l’avion de combat Gripen du suédois Saab pour 3,1 milliards de francs suisses.

 

La vente d’un avion de combat n’est jamais un long fleuve tranquille. Le suédois Saab vient d’en faire l’amère expérience : par 53,4 % des voix, les citoyens helvétiques ont dit non à l’achat, pour 3,1 milliards de francs suisses, de 22 exemplaires de son Gripen-E de nouvelle génération. Ueli Maurer, le très contesté ministre de la défense, a eu beau assurer qu’il n’y avait pas de plan B au remplacement des 54 vieux F-5 Tiger, rien n’y a fait.

Le verdict n’est qu’une demi surprise, tant ce projet était contesté, et pas uniquement par la Gauche et les Verts. Les opposants au projet n’ont eu de cesse d’affirmer que la Suisse a bien d’autres priorités, sociales notamment, et que les Gripen coûteraient bien plus qu’annoncé. Les 32 F-18 de Boeing encore en service pour de nombreuses années suffiront bien pour la défense aérienne du pays, ont-ils martelé.

La votation de dimanche marque le nième épisode d’un feuilleton qui a démarré en 2007. Cette année là, le conseil fédéral a décidé de remplacer la flotte de Tiger, menacée d’obsolescence car en service depuis 1976. Deux ans plus tard, et à peine élu, Ueli Maurer a fait part de ses doutes sur la capacité pour son pays de financer un tel investissement. A telle enseigne que le projet a été repoussé en 2010. Engageant un bras de fer avec le gouvernement, le Parlement a alors imposé un achat rapide.

 

Pas de nouvel appel d’offres

Bien que n’existant que sur le papier, le Gripen-E de nouvelle génération s’est imposé fin 2011 face au Rafale de Dassault et à l’Eurofighter du trio Bae Systems-Airbus Group-Finmeccanica. A peine la décision connue, une polémique est née sur les performances de l’appareil suédois, non seulement inférieures à celles de ses concurrents, mais surtout insuffisantes pour répondre au cahier des charge de l’armée de l’air suisse (police de l’air essentiellement).

Malgré cette polémique, le gouvernement a poursuivi ses négociations avec Saab. Le financement devait être assuré par une ponction sur des crédits régulier de l’armée, selon l’AFP. C’était sans compter une initiative populaire qui a remporté assez de soutiens pour imposer la votation. Mi-février, l’épisode tragi-comique du détournement d’un avion de ligne d’Ethiopian Airlines, qui a révélé que l’armée de l’air Suisse ne décollait que pendant les heures de bureaux, n’a pas permis aux défenseurs du projet d’imposer leur point de vue.

Avec le non des citoyens, la Suisse ne devrait pas relancer d’appel d’offres avant plusieurs années. Dassault n’a donc aucune chance de revenir dans la course. Pour que son futur Gripen voit le jour, Saab peut encore compter sur le Brésil qui finalise l’acquisition de 36 exemplaires pour 4,5 milliards de dollars. L’achat par Stockholm de 60 exemplaires de l’appareil en dépend.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 06:50
Swiss voters set to sink Swedish jet fighter deal: poll

 

 

Geneva April 11, 2014 Spacewar.com (AFP)

 

Swiss voters are set to sink a massive defence deal with Swedish firm Saab to buy 22 fighter planes, an opinion poll showed Friday ahead of a referendum next month.

The survey by the gfs.bern polling institute showed that 52 percent of voters opposed the plan, while 42 percent were in favour.

With just six percent of voters still to make up their minds, a turnaround by supporters of the fighter purchase appeared unlikely, the polling institute said.

Approved by the government in 2011 and backed by parliament last September, the fighter deal cannot be blocked as such in the May 18 referendum.

But opponents have been able to contest legislation that allowed the purchase to be funded by tapping an annual 300 million Swiss francs (246 million euros, $342 million) from the neutral country's military budget over 10 years.

The Swiss defence ministry has said that in the event the people reject the financing legislation, the decision will be respected, and that there is no back-up funding plan.

Switzerland opted for Saab's Gripen jets over the Rafale made by French company Dassault and the Eurofighter of pan-European firm EADS.

Supporters underline that in exchange for the sale, Saab and its engine supplier are contractually bound to sign business deals with Swiss firms worth 2.5 billion francs over the next decade.

Opponents dismiss that, and say that the 3.1-billion-franc price tag for the jets could end up tripling because of operating and maintenance costs as well as future upgrades.

The anti-deal coalition is steered by the left-leaning Socialists and Greens, plus anti-militarists who last year lost in a referendum in which voters bucked a European trend and kept their conscript army.

The Gripen's adversaries also include economic liberals opposed to the price.

Referendums form the cornerstone of Switzerland's system of direct democracy, and the campaigners forced a plebiscite by mustering more than 65,000 signatures from voters.

The Gripens are meant to replace Switzerland's three-decade-old fleet of 54 F-5 Tigers, built by US group Northrop.

The Swiss air force also has 32 F/A 18 Super Hornets built by US company McDonnell Douglas, purchased in 1996.

The military notes that with a combined fleet of 54 Gripens and Super Hornets, Switzerland's fleet would lag far behind the 300 jets in service in the early 1990s.

Partager cet article
Repost0
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 11:25
Joint Statement by the Defence Ministers of Sweden and Brazil

 

 

April 7th, 2014 By Swedish Radio - defencetalk.com

 

The Defence Minister of Sweden, Karin Enström, Sweden, and the Defence Minister of Brazil, Celso Amorim, held an official meeting in Stockholm, upon the kind invitation of the Swedish side, on April 3rd, 2014.

 

The Ministers recalled the 2009 Plan of Action of the Sweden-Brazil Strategic Partnership, which early identified the potential of bilateral cooperation in the defense area, including joint projects, industrial partnerships, technology transfer, education and training, particularly in the aeronautical field.

 

The Defence Ministers of Brazil and Sweden welcomed the decision by the Brazilian government – taken on December 18, 2013, and based on technical criteria, in particular the ones related to technological and industrial offsets – to select the proposal presented by Swedish company SAAB in the bidding process called FX-2, related to the provision of fighters to equip the Brazilian Air Force.

 

The Ministers announced the opportunities for a fruitful long term association between Brazil and Sweden in the field of military aircraft, its technologies and its market.

 

The Ministers expressed that this association is not only limited to the equipping of the Brazilian Air Force but rather a long-term, strategic cooperation.

 

The Ministers of Defense of Brazil and Sweden thus decided to launch the Brazilian-Swedish Strategic Partnership in Military Aeronautics.

 

In that regard, the Defence Ministers of Sweden and Brazil took note of the agreements that are already in force and that offer solid base to the conformation of the Strategic Partnership in Military Aeronautics:

    the Memorandum of Understanding Brazil – Sweden on Cooperation in Defence Matters, signed in São Paulo in July 7, 2000;

    its Amendment, signed in Rio de Janeiro on 24 April 2001;

    Agreement between the Administration for Swedish Defence Material – Forsvarets Materielverk – and the Brazilian Air Force on the Protection of Military Classified Information on the JAS 39 Gripen program, adopted in September 1997 and its Supplement No. 1, adopted in 1998.

 

With a view to providing continuous strength to the Strategic Partnership, the Defence Ministers agreed to sign today a new Framework Agreement for Defense Cooperation between Brazil and Sweden, which shall replace, when it enters into force, the 2000 Memorandum of Understanding on Defense Cooperation.

 

The Ministers also saluted the signature, on the same date, of the Agreement on the Exchange and Protection of Classified Information by the Chief Minister of the Cabinet of Institutional Security of the Presidency of the Republic and the Head of Military Intelligence and Security Service of the Armed Forces of Sweden.

 

The Defence Ministers agreed that the next steps include:

    a deepened political dialogue on defence issues, as well as global topics of mutual interest;

    adoption of a Protocol on Cooperation in Military Aeronautics, which shall define specific terms for, among others, the bilateral cooperation between Air Forces;

    a process forward on export control to third countries; and

    creation of the Office of the Brazilian Defense and Air Force Attaché in Stockholm, in reciprocity to the creation of the Office of the Swedish Defence Attaché in Brasilia.

 

In reiterating their high expectations regarding the Strategic Partnership between Brazil and Sweden in Military Aeronautics, the Ministers saluted the broader bilateral cooperation in defense and military issues.

 

The ministers reaffirmed the intentions of their Governments to jointly explore synergies regarding the testing, training, logistics, operations and future upgrades of the Gripen system. They looked forward to the inaugural meeting of a Joint Working Group on Military Cooperation within the Framework Agreement, scheduled to meet in Brasilia in August, 2014.

 

With a view to following up on the bilateral cooperation agenda, the Minister of Defense of Brazil invited the Minister of Defence of Sweden to undertake a visit to Brazil in 2014.

Partager cet article
Repost0
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 10:50
Le DDPS se distancie d’un « plan B » pour l’acquisition d’avions de combat
 

Berne, 06.04.2014 - news.admin.ch

 

Ce weekend, divers médias ont parlé d’un « plan B » en cas de refus de l’acquisition de 22 avions Gripen lors du référendum le 18 mai 2014. Le DDPS se distancie de ces allégations et s’en tiendra en tous les cas aux décisions prises démocratiquement.

 

Ce weekend, divers médias ont parlé d'un « plan B » en cas de refus de l'acquisition de 22 avions Gripen lors du référendum le 18 mai 2014. Selon ces médias, il s'agirait d'acquérir tous les 15 ans une escadrille de 12 avions de combat qui pourraient être financés par la voie ordinaire et ne devraient alors pas être soumis à un référendum. La flotte actuelle de 86 avions de combat (32 F/A-18, 54 F-5 Tiger) pourrait ainsi être remplacée sur le long terme par 50 à 70 nouveaux avions.

Le DDPS tient à se distancer de ces déclarations.

Il ne serait en effet pas acceptable d'acquérir des avions de combat peu de temps après une décision négative du peuple. Dans le message au sujet de la votation, il est clairement dit que les avions ne seront pas achetés si la loi sur le fonds Gripen est refusée.

Selon les gens qui ont fait ces allégations, on aboutirait à une flotte de 50 à70 avions, mais leur raisonnement n'est pas clair. Les avions de combat ont une durée de vie d'environ 30 ans. Si l'on achetait 12 avions de combat tous les 15 ans, la taille de la flotte serait alors de 24 avions. C'est beaucoup trop peu pour garantir la sécurité de la Suisse, car c'est encore moins que la flotte actuelle des F/A-18 sans le Gripen.

Par ailleurs, l'acquisition de seulement 12 avions de combat pourrait, selon le modèle choisi, coûter 2 à 3 milliards de francs. En outre, une réduction du nombre d'avions accroîtrait les incohérences d'ordre économique, car une partie de l'infrastructure est quasi indépendante du nombre d'appareils achetés.

Enfin, il faut relever qu'un motif important pour le choix du financement de l'acquisition du Gripen au moyen d'un fonds était de donner la possibilité d'un référendum. Du point de vue purement financier, des acquisitions de cet ordre de grandeur pourraient aussi se faire par la voie normale, sans passer par un fonds.

Le DDPS est convaincu que l'acquisition de 22 Gripen est nécessaire pour la sécurité de la Suisse et de sa population. A elle seule, la flotte de 32 F/A-18 ne suffit pas, et l'acquisition proposée constitue une solution réaliste. Le DDPS s'en tiendra dans tous les cas strictement à la décision prise démocratiquement.

Partager cet article
Repost0
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 07:50
Swedish Minister Wants More Gripens

Sweden should buy 10 additional Gripen E fighters, and budget more training to improve its defenses, Swedish defense minister Karin Enstrom said in the wake of the Crimea crisis. Swiss MoD photo)

 

April 04, 2014 defense-aerospace.com

(Source: Radio Sweden; published April 4, 2014)

 

Defense Minister Calls for More JAS Gripen to Counter Russian Threat

 

Sweden's Defense Mininster Karin Enstrom says the military should get a total of 70 new JAS Gripen combat aircraft, ten more than Parliament had earlier decided.

 

Enstrom’s comments came in the wake of the crisis in Ukraine and also of widely publicized Russian military flight incidents last year, when Moscow attack aircraft flew practice missions over Sweden.

 

Those flights and the ongoing insecurity in Ukraine has alarmed Swedish officials.

 

"Russia's actions in and around Ukraine has led to uncertainty in Europe. What happened in the past has made it really necessary to strengthen Sweden's defense," Enstrom told the Swedish daily newspaper, Dagens Nyheter.

 

Parliament had already agreed to purchase 60 Jas Gripen's, which are made and designed by Saab AB, but Enstrom believes that 10 more should be bought.

 

Any purchase would be preceded by proper procurement and pricing protocols to ensure fairness and transparency, she said.

Partager cet article
Repost0
6 avril 2014 7 06 /04 /avril /2014 14:30
Les partisans du Gripen concoctent un plan B en cas de refus

 

 

06.04.2014 Romandie.com (ats)

 

Des partisans du Gripen ont déjà un plan B sous la main, au cas où le peuple refuserait l'achat des avions de combat. Le président de la commission de politique de sécurité du Conseil national, Thomas Hurter (UDC/SH), souhaiterait alors acheter les avions dans le cadre du budget ordinaire des forces armées.

 

Le conseiller national Thomas Hurter a confirmé une information parue dans plusieurs journaux dominicaux alémaniques. "En cas de rejet par le peuple de la loi sur le fonds d'acquisition du Gripen, on pourrait payer les avions par tranches via le programme d'armement de l'armée", a-t-il déclaré.

 

Après décision du Parlement, le Département de la défense pourrait ainsi financer tous les quinze ans une escadrille de 12 jets. De cette façon, les vieux F5-Tiger puis les F/A-18 pourraient être remplacés par 50 ou même 70 nouveaux avions de combat, sans passer par une votation populaire. Les forces aériennes suisses disposent actuellement de 86 avions.

 

Un achat par tranches aurait plusieurs avantages, selon M. Hurter. L'acquisition, aujourd'hui prévue dans un délai d'environ 15 ans, pourrait être raccourcie à 5 ou 7 ans. Ce qui permettrait de s'adapter plus rapidement aux innovations technologiques.

 

Volonté du peuple?

 

Un paiement par tranches via le budget de l'armée permettrait cependant avant tout d'éviter un financement particulier, tels les 3,126 milliards du fonds Gripen, et ainsi d'esquiver une votation populaire.

 

Le Parlement avait soumis la loi sur le fonds d'acquisition du Gripen au référendum facultatif, afin que le souverain puisse s'exprimer. Le référendum lancé par la gauche et les Verts a abouti, et les citoyens voteront sur l'achat des 22 avions suédois le 18 mai prochain.

 

L'UDC, parti de Thomas Hurter, insiste toujours sur le respect strict de la volonté du peuple. Selon M. Hurter, sa proposition respecte toutefois la volonté du peuple, car ce dernier s'est maintes fois prononcé en votation pour une armée et des forces aériennes fortes.

 

"Ce n'est en outre pas au peuple de se prononcer sur l'équipement de l'armée", a déclaré M. Hurter.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories