Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 12:35
Thailand Commissions Gripen-based Air Defense

Sept. 13, 2013 defense-aerospace.com

(Source: Saab Gripen blog; posted Sept. 13, 2013)

 

Thailand Declares Its Gripen Integrated Air Defense System Commissioned

 

Just five and a half years after the signing ceremony in Stockholm February 2008, the undertaking by Sweden to provide the Royal Thai Air Force with 12 Gripen C/D aircraft, two SAAB 340 AEWs, radar and other systems, training and on-site support in a project called Peace Suvarnabhumi nears completion.

 

Despite the technological and logistic complexity, geographical distance and time difference, this project has run on time thanks to dedicated stakeholders and skilled staff in both countries. It is the first large defense project by Sweden in Asia.

 

The latest stamp of approval of this bilateral success came 11 September as the Royal Thai Air Force declared the Gripen Integrated Air Defense System commissioned as a fully operational part of the air force at its home base, Wing 7 in Surat Thani.

 

General Thanasak Patimaprakorn, Supreme Commander of the Royal Thai Armed Forces, officiated over the ceremony along with RTAF Commander ACM Prajin Juntong and high ranking representatives from the Royal Thai Army and the Royal Thai Navy, watched by Thai and Swedish guests.

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 11:50
Suisse-Le Conseil national avalise l'achat de chasseurs Gripen

11/09 LesEchos.fr (Reuters)

 

Le Conseil national, soit la chambre basse de l'Assemblée fédérale suisse, a validé mercredi le projet d'achat de 22 chasseurs Gripen au groupe suédois Saab pour l'équivalent de 2,6 milliards dd'euros.

 

Le marché, qui sera débattu le 18 septembre par le Conseil des Etats, la chambre haute du parlement, peut encore capoter par le biais d'un référendum même si le législateur l'approuve.

 

Ce référendum peut s'organiser si 50.000 électeurs d'au moins de huit cantons le réclament dans un temps limité.

 

La Suisse a choisi le Gripen car cet avion de combat est moins cher que le Typhoon, conçu par le consortium Eurofighter (BAE, Finmeccanica et EADS ), et le Rafale de Dassault Aviation.

 

Les Gripen doivent remplacer des F-5 Tiger fort âgés, une décision que certains désapprouvent car elle nécessitera des coupes budgétaires ailleurs, comme l'éducation.

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 07:35
La Thaïlande réceptionne ses derniers Gripen

09.09.2013 Helen Chachaty - journal-aviation.com

 

La Royal Thaï Air Force a réceptionné ses trois derniers Gripen C le 4 septembre sur la base de Surat Thani, au sud de la Thaïlande. Les trois appareils font partie d’une seconde tranche d’avions commandée en 2010, la première ayant été passée en 2008.

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2013 4 05 /09 /septembre /2013 11:50
Czech gripen source Saab group

Czech gripen source Saab group

 September 4th, 2013 defencetalk.com

 

On the occasion of finalising talks between Czech and Swedish parties on prolongation of a lease agreement of SAAB 39 Gripen supersonic aircraft, Czech PM Jiri Rusnok visited 21st Tactical Air Force Base at Caslav to get more information on operation of these aircraft and conditions of their pilots who guard Czech air space daily for eight years.

 

A squadron of SAAB 39 Gripen (also known as JAS-39 Gripen) aircraft serves not only for the Czech Republic but also within NATO Integrated Air and Missile Defence System. “I am glad that pilots are very satisfied with the equipment they use. I think that this aircraft seems to be optimal choice for our military at all, that is in tactical, combat and operational economic respects,” said Jiri Rusnok, Prime Minister of the Czech Republic at the Caslav Base.

 

PM Rusnok was accompanied by Minister of Defence Vlastimil Picek and Chief of the General Staff of ACR Lieutenant General Petr Pavel. They toured the whole base including infrastructure and support facilities where pilots of SAAB had passed their experience with service. In discussion, Minister Picek, General Pavel and commander of the 21TAFB Colonel Petr Hromek informed PM Rusnok about risky factors that would possibly occure in transition to another type of supersonics.

 

Talks with the Swedish party resulted in mutually advantageous draft agreement on prolongation of the lease of 14 Gripen aircraft for more than ten years. Minister of Defence Vlastimil Picek said that the decision over the prolongation would probably take the next government and added that the present one had created the best for really simple decision in future.

Partager cet article
Repost0
29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 07:50
Czechs, Swiss Boost Hopes for Sweden’s Gripen

Aug 28, 2013 defense-aerospace.com

(Source: The Local; published Aug 28, 2013)

 

Czechs and Swiss Boost Hope for Swedish Gripen

 

The interim Czech government said it plans to renew its lease of JAS Gripen fighter jets, while a parliamentary committee in Switzerland said yes to a proposed 23 billion kronor ($3.5 billion) purchase of the Swedish-made warplanes.

 

Following two days of discussions of the deal that would see the Swiss military purchase 22 JAS Gripen jets, the security and defence committee of the Swiss parliament voted 14-9 in favour of the deal. The deal now moves for a vote in front of the full parliament on September 11th.

 

The committee had previously given the deal a thumbs up in the spring, but some politicians expressed concerns, prompting the government to review and clarify the deal.

 

As the new Gripen E is still in development, there remains uncertainty as to whether Saab and Sweden can deliver what they've promised and that Switzerland may end up with what some called an "Ikea-plane" instead of a "Super-JAS".

 

Meanwhile, outgoing Czech prime minister Jiri Rusnok said this week that the government expects to renew its lease on 14 Swedish fighter jets beyond 2015.

 

"The negotiations are at an advanced stage. The ball is actually in our court. The Swedes are awaiting our final answer to their recent offer," he told reporters on Monday.

 

The new contract with Stockholm over the supersonic JAS-39 Gripen combat jets could be inked at the end of the year or in early 2014 by the new government, he added. Snap elections are scheduled for late October.

 

The Czech military paid nearly $1 billion to lease the Gripens for a decade starting 2005. The aircraft include 12 one-seater JAS-39 Cs and two two-seater training JAS-39 Ds.

 

In July of last year, former Czech Prime Minister Petr Necas said Stockholm was being "uncooperative" regarding the renewal. According to press reports, the Swedes had been refusing to lower the lease price.

 

Necas stepped down in June amid a spy and bribery scandal. The president appointed a new technocratic government led by Rusnok, but that cabinet lost a confidence vote this month.

 

"The next government will make the final decision on the Gripens, but this (Rusnok) cabinet will do its utmost to facilitate it," Defence Minister Vlastimil Picek said Monday. He added that the new contract will be a better deal for the Czech Republic and valid for "a period longer than ten years".

Partager cet article
Repost0
27 août 2013 2 27 /08 /août /2013 17:50
L’achat de Gripen approuvé par la commission de la politique de sécurité du Parlement suisse

27.08.2013 Helen Chachaty - journal-aviation.com

 

La commission de la politique de sécurité du Parlement suisse a approuvé cet après-midi l’achat des Gripen pour le compte de l’armée de l’air helvète, à 14 voix contre 9, avec 2 abstentions. La décision de se doter des 22 chasseurs de Saab est assortie d’un accord pour le versement d’un acompte d’un milliard de francs suisses (environ 800 millions d’euros), soit près d’un tiers du prix total du futur contrat, estimé à 3,1 milliards de francs suisses (2,6 milliards d’euros).

 

Fait étonnant, la commission semble être revenue sur une décision prise en avril dernier, alors qu’elle avait suspendu ses travaux, arguant d’un manque d’informations et de garanties concernant cet achat : Elle avait alors préconisé de ne pas verser d’acompte de plus de 15% du montant total du contrat, et se retrouve donc aujourd’hui à entériner un versement de près de 40%. La nouvelle a d'ailleurs créé quelques tensions parmi les parlementaires suisses.

 

La décision finale, qui devait être prise en juin, a finalement été reportée à cet automne, le projet devant à présent passer au Parlement lors de la session de rentrée, le 11 septembre prochain. Le projet de soumettre l’achat des Gripen à un referendum est toujours d’actualité, laissant ainsi potentiellement la décision finale aux citoyens helvètes.

 

Le choix de la Suisse de s’équiper de 22 Gripen afin de remplacer sa flotte de F-5 Tiger remonte à novembre 2011. Depuis, le processus d’acquisition a connu maints retards, du fait de blocages au niveau politique. Lors de la dernière réunion de la commission de la politique de sécurité du Parlement en avril 2013, sa présidente Chantal Galladé avait exprimé ses inquiétudes en qualifiant l’achat de « trop risqué », en l’état actuel des choses.

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 16:45
SAAF “crisis” caused by underfunding

25 July 2013 by Kim Helfrich - defenceWeb

 

With the country’s military watchers united in their view the SA Air Force (SAAF) is fast approaching crisis point in terms of operational ability, the finger is - again - being pointed at underfunding.

 

Some, including respected defence analyst Helmoed-Romer Heitman, have gone as far as suggesting the sale of certain air assets, including the Hawk Lead-In Fighter Trainers and Agusta light utility helicopters.

 

Such comments follow the news that 14 out of 26 of the Air Force’s Gripens have been placed in storage and that most of the A109 light utility helicopters have been grounded.

 

Heitman is on record as saying government must decide what it wants its military to do and fund it accordingly.

 

On the aircraft maintenance side, the United Association of South Africa (UASA), a trade union representing workers in, among others, the transport, manufacturing and engineering sectors, has added its voice to the list of those seeing the SAAF in crisis.

 

 

Some its of members were among those retrenched when a SAAF maintenance contract with Denel Aviation was not renewed earlier this year. The contract was not renewed because it was apparently in contravention of the Public Finance Management Act and left a large gap in maintenance operations of the air force. More than 500 specialist aircraft technicians were affected by the termination.

 

In February, SAAF Deputy Chief Major General Jerry Malinga said termination of the Aero Manpower Group contract was a “serious knock” for the airborne arm of the SA National Defence Force (SANDF).

 

Speaking at the annual Air Force Day parade in February, he pointed out the SAAF was “in good shape considering the restrictions it has to live with”.

 

UASA spokesman Andre Venter points out some consequences of the lapsed contract are already starting to show.

 

“Most notably only 10 out of the 26 Gripen fighter jets, bought as part of the Arms Deal at the princely sum of R40 billion, are serviced to fly while the rest were either mothballed for long term storage or are being cannibalised to keep the others flying. The same is most probably experienced regarding aircraft serviceability at most other squadrons. No transfer of skills is taking place or will take place until such time the proposed agreement (to end March 2014) with Denel is signed for aircraft maintenance.

 

“It has become a sad day in the proud history of the SAAF, that not only aircraft, worth billions, are being mothballed due to technical incapacity but also as to what the future holds for the SAAF capabilities in the near and long term future,” he said.

 

His statement follows the revelation earlier this week that at least half of the SAAF’s fleet of Agusta light utility helicopters cannot fly due to a lack of funds. This could see at least 18 current Agusta pilots lose currency on the aircraft type. SANDF Communications Head Siphiwe Dlamini would not comment other than to say: “We do not discuss operational matters and the SANDF’s state of readiness”.

 

Keen military watcher and author Darren Olivier said the latest developments are what happens when an air force is allocated a minuscule peacetime flying budget that gets drastically cut from last year and then is forced to carry out two rapid, large scale and expensive deployments to countries thousands of kilometres away.

 

“Once the operational budget has been totally emptied, emergency ad hoc funds are not allocated from the National Treasury’s contingency fund as expected. The Minister of Defence and Military Veterans didn’t even know what reporters were talking about when they asked her about ad hoc funding,” he wrote on a local aviation chatroom.

 

He also points out the SAAF definitely needs more equipment.

 

“The need for new transports to replace the 50-year-old C-130BZs, maritime patrol aircraft and unmanned aerial vehicles won’t go away just because the operational budget has been squeezed.”

 

Opposition Democratic Alliance (DA) party shadow minister of defence and military veterans David Maynier is another who feels the SAAF “cannot go on like this. We have to get to the bottom of what is really happening in the air force”.

 

He plans to request a meeting of Parliament’s joint standing committee on defence to discuss the crisis in the SAAF.

 

Maynier points out that while a large portion of the Agusta fleet is grounded, VIPs, including the President and the Defence Minister, continue to use SAAF Oryxes.

 

“Between 2009/10 and 2012/13 the SAAF undertook 590 helicopter flights for VIPS at a cost of R50.9 million. The SAAF is in danger of being reduced to an airborne taxi service for VIPS.”

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 14:50
Gripen equipped with the Meteor missile taking off from Vidsel for a test firing. Photo Kristofer Sjöström, FMV Vidsel Test Range

Gripen equipped with the Meteor missile taking off from Vidsel for a test firing. Photo Kristofer Sjöström, FMV Vidsel Test Range

3 juillet 2013 par DSI

 

La question de la survie des industriels européens actifs dans le domaine des avions de combat se pose depuis plus d’une vingtaine d’années maintenant et nombre d’analystes estiment que les réductions budgétaires couplées à l’accroissement du coût des matériels va condamner nombre d’entre-eux. Reste que l’avenir de l’aviation de combat n’est sans doute pas aussi clair qu’il n’y paraît.

 

Pour preuve, Saab considère toujours qu’il sera en mesure de produire des avions de combat après 2040. Au-delà du développement des Gripen E et F, à présent sanctuarisés par la Suède, il est question de développer une nouvelle évolution de l’appareil. Il serait cette fois optionnellement piloté, ce qui permettrait de réduire les coûts humains et politiques face à la densification des défenses aériennes.

 

D’un point de vue industriel, l’investissement serait relativement réduit, la plateforme en tant que telle étant considérée comme viable. Reste que ce qui n’est pour l’heure qu’un ballon d’essai lancé afin de voir les réactions du marché n’est pas sans intérêt, dès lors qu’il permettrait à l’avionneur de conserver des compétences dans le domaine des appareils pilotés, y compris la « transition au piloté à distance » effectuée.

 

 

Le premier vol du demonstrateur nEuron - photo Dassault Aviation

Le premier vol du demonstrateur nEuron - photo Dassault Aviation

Boeing, dans ses travaux pour le FA-XX, raisonne d’une manière proche, cette fois en travaillant sur des versions pilotées et pilotées à distance de son futur appareil de sixième génération : la plateforme est identique mais est déclinée en deux versions. A n’en pas douter, il y a là un réel enjeu, notamment pour Dassault : si le domaine des UCAV est convoité en tant que voie d’avenir, est-il nécessaire – et prudent – d’abandonner le secteur des appareils de combat pilotés ?

Partager cet article
Repost0
2 juin 2013 7 02 /06 /juin /2013 07:50
Chief Test Pilot VBS armasuisse flies Gripen EF test aircraft Photo Stefan Kalm - saabgroup.com

Chief Test Pilot VBS armasuisse flies Gripen EF test aircraft Photo Stefan Kalm - saabgroup.com

LINKOPING, Sweden, May 30 (UPI)

 

Swedish defense company Saab is conducting meetings with Swiss firms to discuss potential business opportunities.

 

The talks are part of the company's effort to obtain a deal with the Swiss government for the procurement of 22 Gripen-E fighters.

 

The marketing/business opportunities tour involves industrialists in 10 regions of the country.

 

The decision to procure Gripen has not yet been taken by the Swiss government," Peter Kuratli, director of the St. Gallen Office for Economy and Labor said. "However, for any industrial cooperation to be long-term, work has to start early.

 

"I ... welcome the industry in the regions of St. Gallen, Thurgau and the Appenzell region to evaluate the subject and take the decisions that they feel appropriate."

 

Added Beat F. Brunner, member of the board of the industry association Swissmem: "To generate business for the Swiss industrial and technological base must happen in an effective way and as a long-term strategy. This is even more important when it comes to doing business with the defense and security industry."

 

If Switzerland decides to acquire the Swedish fighters, Saab would be required provide Swiss industry with business equal to the value of the Gripen contract.

Partager cet article
Repost0
22 mai 2013 3 22 /05 /mai /2013 12:25
Gripen EF Photo Stefan Kalm - saabgroup.com

Gripen EF Photo Stefan Kalm - saabgroup.com

RIO DE JANEIRO, May 20 (UPI)

 

Swedish manufacturer Saab is upgrading its bid for Brazil's long-delayed FX-2 jet fighter purchase plan, even as it weighs challenges from formidable rivals Boeing and France's Dassault.

 

Saab is one of the three leading contenders for Brazil's jet fighter replacement program, said to be worth $6 billion-8 billion but wants to make sure its jet will compete successfully for roles in both the Brazilian air force and navy.

 

Boeing's F/A-18 Super Hornet and Dassault's Rafale-M have already demonstrated their multirole fighter capabilities extend from air force to naval operations. Saab ran tests on a naval version of its Gripen NG with the aim to show that its jet, if successful in the FX-2 competition, will be equal to the tasks demanded of an all-rounder combat aircraft.

 

The three companies have invested millions in positioning themselves for a Brazilian decision on the FX-2 acquisition program, which is no nearer the crunch time than it was at when Brazilian President Dilma Rousseff put off consideration of the project last year.

 

Brazil's FX-2 jet fighter acquisition program coincides with a vigorous campaign by the government and local defense industry to develop indigenous aviation industry.

 

The long delay in the FX-2 program has fed speculation that Brazil may push off again a decision on buying new jet fighters to replace its aging MiG planes. There are also signs the government in backing Brazilian industry initiatives to develop manufacturing capability related to the jet fighter program as much as possible.

 

Brazil's Embraer has advanced aviation manufacturing capacity that moved over a few years from executive jet making to light attack aircraft and tactical transport and airborne jet refueling systems. But Embraer is many years from developing a jet fighter all on its own.

 

Saab remains serious about its "Sea Gripen NG" and has been working on the idea since their May 2011 announcement, Defense Industry Daily said on its website.

 

The Brazilian navy is expected to buy its own fighters to equip a new aircraft carrier and will expect its aircraft to be the same type as those to be chosen by the air force at the end of the FX-2 competition.

 

That prospect has pitted Saab against proven naval fighters Boeing's F/A-18 Super Hornet and Dassault's Rafale-M. The plane maker recently organized a test flight for its JAS-39D "to verify the design's basic suitability for naval conversion," Defense Industry Daily said.

 

Besides Brazil, Saab identified future demand for naval fighters in countries like India, Italy and the United Kingdom which, in the coming years will be commissioning new aircraft carriers in their navies, Saab's Gripen blog said.

 

"According to Saab, there is a real and viable market for this type of aircraft," former Brazilian naval aviator Romulo Sobral said in the blog post.

 

Aiming this market, the company is developing a naval version of JAS-39 Gripen, called "Sea Gripen," which aims to be a variant of its Gripen NG contender in Brazil's FX-2 program.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 21:23
Partager cet article
Repost0
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 16:50

http://www.actudefense.com/wp-content/uploads/2013/04/gripen-red-flag.jpg

Le Gripen suédois n’a été autorisé à participer qu’à des opérations de renseignement en

Libye. ©Forces armées suédoises / Lasse Jansson

 

03 avril 2013 par: Romain Mielcarek - ActuDéfense

 

La Libye a été la première opération aérienne de l’armée de l’air suédoise depuis le Congo en 1961. Cette mission a aussi été le baptême du feu du Gripen. Retour sur l’engagement du chasseur polyvalent de Saab.

 

Chauvinisme oblige, nous nous sommes beaucoup, en France, intéressés aux résultats du Rafale ou du Mirage en Libye. Ce théâtre d’opération a pourtant été le lieu d’une étrange rencontre entre trois chasseurs de dernière génération, concurrents sur quelques uns des principaux marchés des années à venir : le Rafale, l’Eurofighter et le Gripen. C’est sur le cas de ce dernier que nous allons nous pencher.

 

Le JAS 39 Gripen, en Libye, ce sont quelques 2000 heures de vol réalisées par huit appareils. Les Suédois ont participé en tout à 650 sorties au cours desquelles les pilotes se sont concentrés sur un effort de renseignement, réalisant près de 150 000 clichés. 140 militaires ont été mobilisés sur la base de Sigonella, en Sicile, directement aux côtés des Américains. L’engagement suédois a commencé le 8 avril et s’est terminé le 24 octobre 2011.

 

L’armée de l’air suédoise déployait pour la première fois depuis près de 50 ans des avions de combat sur un théâtre opérationnel. Elle ne l’avait pas fait depuis son intervention au Congo belge en 1961. La réactivité a été d’autant plus remarquable que les premiers équipages ont commencé à travailler moins d’une semaine après le vote favorable du Parlement, début avril 2011.

 

Pour le lieutenant-colonel Stefan Wilson, qui commande les forces aériennes, le bilan opérationnel est positif. Il insiste notamment sur la capacité des suédois à travailler au sein d’une coalition internationale, sous commandement de l’OTAN. En effet, si la Suède n’est pas membre de l’Alliance, elle est régulièrement amenée à travailler avec les armées de l’air de celle-ci. En Libye, c’est plus directement avec les Américains et les Danois qu’elle a collaboré. L’officier s’estime ainsi satisfait de l’usage fait des liaisons OTAN L16, sur lesquelles les Français ont eu quelques soucis, ainsi que de l’intégration dans la chaîne de commandement.

Panne d’essence

http://www.actudefense.com/wp-content/uploads/2013/04/gripen-suisse.jpg

Le Gripen suédois vole avec une catégorie de carburant civil qui demande quelques ajustements par rapport

au carburant militaire utilisé par les Américains. ©Saab Group

 

Tout n’a cependant pas été parfait. Les Suédois ont notamment souffert de leur incapacité à assurer leur propre soutien essence. Ils ont du pour cela compter sur les capacités de l’US Air Force … qui n’utilise pas le même combustible. Le temps d’ajouter les additifs nécessaires au gazole américain, les Suédois ont perdu quelques jours.

 

On pourrait aussi regretter de ne pas en avoir découvert plus sur les capacités du Gripen dans des missions de combat. L’avion suédois, dont le mandat parlementaire ne permettait que de faire de la reconnaissance, participait ici à sa première opération. Alors qu’il est sensé concurrencer, comme appareil multirôles, des engins comme le Rafale ou l’Eurofighter, il n’aura pas pu démontrer toutes ses possibilités.

 

Reste à observer les nombreux exercices aériens multinationaux auxquels participe l’avion de Saab. Les amateurs pourront regarder du côté du colossal Red Flag, organisé aux Etats-Unis, ou des plus modestes Loyal Arrow en Suède et Joint Warrior en Grande-Bretagne. Le tout en attendant l’intégration de la bombe à guidage laser GBU 39 et du missile Meteor … d’ici quelques années !

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2012 1 09 /07 /juillet /2012 11:30

Selex-Galileo-Raven-ES-05-active-electronically-scanned-arr.jpg

 

7 Jul 2012 by Stephen Trimble – FG

 

Farnborough - The Saab Gripen on display at the Farnborough air show features a new radar installed in Sweden less than a month ago.

 

The Selex Galileo Raven ES-05 active electronically scanned array (AESA) fire control radar was installed on 16 June in Linkoping, the radar supplier says.

 

AESA radar is one of the key features being introduced with the Gripen NG fighter, which also includes higher-thrust engines.

 

The ES-05 began integration testing immediately after being installed.

 

"These developments are not without risk and this result demonstrates Selex Galileo's commitment to deliver, on time and on promise, the best radar and sensors," says Alastair Morrison, senior vice president of Selex Galileo radar and advanced targeting.

Partager cet article
Repost0
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 07:55
Le Gripen, un avion où tout reste à faire

En août 2008, sur les vingt-six vols d’essai effectués par l’armée suisse, le Gripen a atterri quatre fois avec la réserve de fuel en dessous du minimum de sécurité.

 

12.05.2012 Par Titus Plattner (Le Matin)

 

Sur les 98 améliorations exigées par la Suisse, seules 7 ont pu être installées sur le prototype du futur Gripen testé la semaine passée. L’avion pourrait ne pas être livré avant 2023 et ses faiblesses resteront telles qu’elles remettent en question les procédures pour protéger l’espace aérien.

 

La mission du mercredi 13 août 2008 promettait pourtant d’être simple. Un avion au nord des Alpes vole en direction du Tessin et il s’agit de l’intercepter. Pour ce faire, l’équipe d’évaluation a placé le Gripen D immatriculé 39-822 en alerte sur la base militaire de Sion. Le tarmac est sec, il fait grand beau. Aux commandes de l’avion de chasse, le pilote d’essai suisse Peter Merz, alias «Pablo»; derrière lui, celui de Saab, le fabricant du Gripen, pour veiller à ce que tout se déroule bien. Après avoir décollé comme prévu à 15 h 32, l’avion suédois passe en vitesse supersonique pour se stabiliser à Mach 1,42. Mais tout à coup, en pleine phase d’approche: «Bingo Fuel»! Le voyant de l’alarme carburant placé sur la gauche du cockpit montre qu’il faut interrompre la mission et rentrer à la base.

 

Le Gripen est arrivé de justesse au contact du F/A-18 à intercepter, mais n’a pas pu intervenir et a dû se poser à Emmen (LU). Au sol, le chef des Forces aériennes suisses Markus Gygax est stupéfait: exclu d’acheter une telle casserole volante. En comparaison, le Rafale français, testé dans les mêmes conditions deux mois plus tard, a réalisé l’interception, est rentré à Sion, et a encore pu réaliser avec succès un autre exercice. Sur les vingt-six vols d’essai effectués à l’époque par le Gripen, l’avion a atterri quatre fois avec la réserve de fuel en dessous du minimum de sécurité.

 

Heureusement, le ministre de la Défense Ueli Maurer jure qu’il n’achètera pas ce Gripen-là, mais une version améliorée: le Gripen E/F. Son moteur est 33% plus puissant, il dispose d’une électronique de bord entièrement revue, peut emporter davantage d’armes et surtout… 46% de fuel en plus. Pour le conseiller fédéral, il n’y a aucun problème: c’est un peu «comme si on faisait du tuning sur une voiture», aime-t-il à répéter.

 

Des tests pour la galerie Malheureusement, tout n’est pas si simple. «Le Matin Dimanche» a obtenu la liste des 98 améliorations à apporter. Elle nous a été fournie par un whistleblower, employé de la Confédération, et nous l’avons fait valider par trois sources dignes de foi. Contacté, le Département de la défense n’a pour sa part pas souhaité prendre position sur cette liste confidentielle.

 

A ce stade, comme le montre notre infographie, seuls six de ces upgrades ont été testés en vol (vert). Le reste est soit à l’état de prototype (orange), soit encore sur plans (rouge). Le Gripen NG Demonstrator – l’avion censé prouver la faisabilité des améliorations du futur appareil – est certes équipé du nouveau réacteur F414G de General Electric, mais il ne dispose pas des nouvelles ailes. Redessinées à l’ordinateur, plus épaisses de quelques centimètres, elles permettront d’accueillir quelques pour-cent de kérosène supplémentaires, en plus des trois gros réservoirs largables de 450 gallons (1700 litres). Lors des essais en vol réalisés du 2 au 4 mai à Linköping en Suède, la délégation suisse aurait justement voulu tester au moins ces fameux réservoirs. Car ils sont essentiels pour atteindre l’autonomie suffisante à la surveillance d’une zone, tâche que l’armée assume par exemple lors du Forum de Davos. Mais, au final, «les gens de Saab ont refusé», rapporte une de nos sources. Avec les trois réservoirs externes, l’avion aurait été trop freiné. «Il n’était pas nécessaire d’avoir des réservoirs de 450 Gallons pour les missions effectuées», rétorque le porte-parole d’Armasuisse Kaj-Gunnar Sievert.

 

Malgré ce poids en moins, le pilote d’essai d’Armasuisse Bernhard Berset n’a pas réussi à dépasser Mach 1.34, selon notre informateur. Il faut dire que le réacteur, qui doit permettre à l’avion d’atteindre Mach 2.0, n’a pu être poussé qu’aux trois quarts de ses possibilités, les arrivées d’air du Gripen NG n’ayant pas encore pu être agrandies. Les contraintes auxquelles les pilotes suisses ont pu soumettre l’avion étaient limitées sur de nombreux autres points. Et les nouveaux missiles AMRAAM et IRST montés sur l’avion n’étaient en réalité que des attrapes. Les vrais missiles, eux, sont loin d’être opérationnels.

 

«C’est comme si on essayait une nouvelle voiture, mais que le garagiste vous disait que vous n’avez pas le droit de dépasser 80 km/h, ni de prendre des virages trop serrés… et que pour la nouvelle radio avec GPS, il vous faudra repasser dans six ans», se désole l’une de nos sources. Seulement, l’essentiel à Linköping n’était pas de tester l’avion. Il s’agissait plutôt de faire bonne figure face aux médias: une partie des tests qui devaient être menés lors du quatrième vol a même été sacrifiée pour un nouveau shooting photo. Les images prises lors du vol précédent, souffle notre informateur, n’étaient pas assez belles.

 

Des témoignages accablants Le Gripen NG ne dispose pas non plus du nouveau radar, qui alourdirait de 200 kilos l’avant de l’appareil et le ferait piquer du nez. «Pour l’accueillir, il faudra allonger le futur Gripen E/F de 37 centimètres», explique Björn Danielsson, ancien pilote militaire suédois, aujourd’hui consultant chez Saab. En clair, il faut construire un nouvel avion. Du coup, l’exercice n’a plus rien à voir avec le tuning annoncé par Ueli Maurer. «Plutôt que de modifier de vieux Gripen C/D, il est beaucoup plus rationnel de construire de tout nouveaux appareils», a ainsi admis Jürg Weber, chef du projet de remplacement des Tigers (TTE) chez Armasuisse. C’était le 21 février, devant la sous-commission de la politique de la sécurité chargée d’enquêter sur le sujet. Une quinzaine de cadres du Département de la défense (DDPS) s’y sont déjà exprimés. Des procès-verbaux de ces auditions ont circulé au sein de l’administration et «Le Matin Dimanche» a pu les consulter.

 

Ils mettent en évidence les imprécisions du ministre de la Défense, depuis la publication par notre journal des deux rapports confidentiels des Forces aériennes le 12 février dernier, qui dévoilaient les performances insuffisantes du Gripen, même avec ses 98 upgrades. En conférence de presse du 14 février, Ueli Maurer, avait par exemple prétendu que ces documents étaient «complètement datés». Depuis, plusieurs responsables ont contredit cette affirmation pour assurer devant la sous-commission parlementaire que «ces rapports restent les seuls valables». Et que les qualités du futur Gripen sont toujours à démontrer. «On ne trouvera rien dans ces rapports qui pourra soutenir la décision», a par exemple déclaré lors de son audition du 3 avril Gérald Levrat, ingénieur en chef de l’équipe d’évaluation opérationnelle des Forces aériennes. Des Forces aériennes qui, on le sait, ont recommandé le Rafale, avec comme alternative l’Eurofighter. Les auditions devant la sous-commission ont permis d’établir que l’état-major de planification de l’armée, tout comme la direction du projet TTE chez Armasuisse, ont également proposé le Rafale, puis l’Eurofighter. En fait, ce n’est visiblement qu’après d’intenses discussions avec ses subordonnés que Jürg Weber a finalement «décidé d’accepter le Gripen», selon ses propres mots. Prétendre, comme l’a fait Ueli Maurer, que l’ensemble de l’armée fait bloc derrière ce troisième choix ne correspond tout simplement pas à la réalité.

 

Moins bon que le F/A-18 Les performances du Gripen, «y compris dans sa future version E/F», resteront en effet très «moyennes», selon les déclarations de Gérald Levrat devant les parlementaires: «Un peu comme un couteau qui ne coupe pas bien. On peut couper une ficelle, mais si c’est plus dur, on y arrivera plus difficilement.» Lors de son quatrième passage devant la sous-commission, le 24 avril 2012, le chef de projet TTE Jürg Weber, de son côté, a fini par concéder que les faiblesses du Gripen nécessiteraient «peut-être un changement de doctrine d’engagement».

 

Quand, aujourd’hui, un F/A-18 décolle de Payerne et vole à pleine puissance jusqu’à Davos, il lui reste encore assez de fuel pour intervenir sur place. «Avec le Gripen, ça peut devenir serré, a admis Jürg Weber […] Et il faudra peut-être patrouiller en permanence au-dessus de Davos pour pouvoir y intervenir.» Mais, selon lui, on trouvera certainement des solutions pour pouvoir remplir raisonnablement cette mission de police aérienne, «même si ce ne sera pas aussi efficacement qu’avec les autres avions ou le F/A-18».

 

Risques importants Outre des performances en dessous du F/A-18 – vieux de quinze ans –, le Gripen E/F présente un risque industriel très important. L’ingénieur en chef Gérald Levrat, trente ans d’expérience dans le test de matériel aéronautique, l’a expliqué de façon limpide: «En général, le vendeur assure qu’il livrera le meilleur matériel possible. Mais il y a toujours un écart entre ce qu’on voulait et ce qu’on reçoit.»

 

Sur le Gripen E/F, a-t-il confirmé, 70% des composants sont nouveaux. Pendant le développement, des problèmes peuvent survenir. Les exigences peuvent avoir été mal comprises, un bug peut être accidentellement introduit par un programmeur, le fabricant peut refuser certaines modifications pour éviter des dépassements de coûts.

 

«Saab a offert un prix fixe», rétorquent en chœur les responsables du DDPS, affirmant ainsi que le risque financier n’existe pas. Malheureusement, cette garantie n’est pas une assurance tous risques. Pour mémoire, l’avion de transport militaire européen A400M avait, lui aussi, été vendu à un tarif fixe. Mais rapidement, des problèmes de développement sont apparus. Après la renégociation des contrats, le surcoût atteint aujourd’hui 38% et le retard sur le calendrier initial est de quatre ans.

 

Les retards, justement, sont pratiquement assurés avec le Gripen. Selon la planification actuelle, qui vient d’être reportée de deux ans, les vingt-deux jets devraient être livrés dès 2018. Mais au rythme où vont les choses, Saab risque de repousser la livraison du premier Gripen E/F «conforme à ce qui a été demandé, à 2020 ou 2023», a déclaré Gérald Levrat devant la sous-commission parlementaire.

 

Recommencer de zéro Selon Frieder Fallscheer, en charge des systèmes des Forces aériennes à l’état-major de planification, si les engagements devaient ne pas être tenus, «tout le processus de sélection d’un avion de combat pourrait redémarrer de zéro», a-t-il lâché devant la sous-commission.

 

Mais on n’en arrivera certainement pas là. Sur les huit membres de la sous-commission, il n’y a plus que Hans Fehr – un ami d’Ueli Maurer – qui soit toujours convaincu par le choix du Gripen. Lors de la reddition de leur rapport, fin juin, les autres devraient proposer qu’une nouvelle offre soit demandée aux trois avionneurs, pour un montant fixe. Quitte à descendre en dessous du nombre de vingt-deux avions. L’évaluation devrait ensuite tenir compte de l’efficacité opérationnelle de chacun des trois types d’avions. La différence est en effet telle entre les appareils qu’il faut nettement moins de Rafale ou d’Eurofighter pour assurer le même travail qu’avec des Gripen E/F. Environ quinze pour vingt-deux selon des calculs faits en 2009 par l’armée. En mission de police aérienne, par exemple, les deux premiers appareils sont capables de rester 180 minutes en vol, contre 120 minutes pour le futur Gripen. Pour autant que les Suédois parviennent à tenir leurs promesses.

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 13:50
Pour Dassault et l'Etat, l'avenir du Rafale se joue à Abu Dhabi

 

06/12/2011 Alain Ruello, journaliste chargé des questions de défense aux « Echos »

 

Après les déclarations assassines des Emirats arabes unis lors du Salon aéronautique de Dubaï, puis la fin de non-recevoir de la Suisse, qui lui a préféré le Gripen suédois, le Rafale court toujours après son premier succès à l'export. Avec, en filigrane, une question clef, rarement évoquée : le maintien des compétences françaises en matière d'avion de combat. Intervenant il y a quelques jours lors d'un colloque sur la guerre en Libye et en Afghanistan, Laurent Collet-Billon, le délégué général pour l'armement, n'a pas esquivé le sujet. Le maintien des compétences ? « C'est plus facile avec un contrat export », a-t-il lâché devant un parterre de militaires et d'attachés de défense étrangers. Le nom des Emirats arabes unis, qui négocient depuis trois ans l'achat de 60 exemplaires de l'avion de combat français, n'a pas été cité. Mais l'auditoire a compris le message. En jugeant récemment le prix de Dassault « inacceptable », Abu Dhabi a douché les espoirs de signer rapidement. Pour l'Etat, qui compte désespérément ses sous, la perspective de financer à deux les évolutions du bijou de l'armement national a pris du plomb dans l'aile.

 

Les médias ont beau en avoir fait une cible facile, le Rafale concentre une vingtaine de technologies stratégiques que très peu de pays maîtrisent. Il s'agit du radar, des équipements de guerre électroniques ou encore de l'optronique ou du guidage inertiel. Contrairement, là encore, à ce que certains estiment, l'avion tricolore n'est pas dépassé, quand bien même son premier vol remonte au milieu des années 1980. Ses concurrents américains, F16 de Lockheed Martin par exemple, affichent bien plus d'ancienneté au compteur. Autrement dit, et c'est un point largement oublié, un avion de combat vit longtemps, très longtemps, parfois jusqu'à cinquante ans.

 

Le Rafale, qui est entré en service opérationnel dans l'aéronavale en 2004 et dans l'armée de l'air deux ans plus tard, n'échappe pas à la règle. Il devrait voler dans l'armée française jusqu'en 2040 au moins. A condition bien sûr de rester au goût du jour de la technologie. La DGA finance pour cela des évolutions périodiques de l'appareil, qu'on appelle « standard » dans le jargon militaire et qui correspondent à une configuration donnée pour une période donnée. Actuellement, la version en service, la plus moderne donc, est le standard dit « F3 », qui autorise l'emport du missile nucléaire ASMP-A, de l'Exocet dernier cri ou encore de l'armement par guidage laser.

 

La suite est déjà dans les cartons des ingénieurs de la DGA. Pour rester au top le plus longtemps possible, une autre grosse modification du Rafale sera nécessaire. Quand ? Les plans actuels tablent sur une mise en service entre 2020 et 2025, à condition de démarrer les travaux vers 2013. Certaines évolutions sont déjà connues. Cela concerne par exemple la nacelle de désignation de cibles Damoclès, qui guide les missiles. Conçu et produit par Thales, cet équipement date de la génération Mirage 2000. D'autres restent à préciser, dans le domaine de la furtivité par exemple. La feuille de route n'est pas complètement arrêtée, mais la facture pour le contribuable, elle, ne fait pas de doute : elle se chiffrera en centaines de millions d'euros. C'est le prix à payer si la France veut rester une nation militaire majeure. Et c'est là que l'export, et plus particulièrement aux Emirats, prend toute son importance.

 

Quand ils ont accepté en 2008 de négocier l'achat de 60 Rafale, Paris et Abu Dhabi se sont entendus sur un point crucial : en cas d'accord, le contrat portera sur une version améliorée « et » commune de l'avion. En d'autres termes, les deux pays sont prêts à harmoniser leurs besoins et donc à partager le financement de ce futur standard. Dans les autres pays où Dassault espère décrocher la timbale, ce n'est pas le cas. S'ils se prononcent pour l'avion de Dassault, le Brésil et l'Inde ne souhaitent que peu d'évolutions par rapport à la configuration en service dans l'armée française. Les Suisses n'en demandaient aucune.

 

Pour la DGA, qui sait que l'après-2013 va être dur, c'est du pain bénit. Que les Emirats signent, et ce sera autant d'économisé pour les finances publiques. Il en va de centaines d'emplois hautement qualifiés dans les bureaux d'études de Dassault, Thales ou Safran, pour ne reprendre que les trois principaux partenaires du Rafale. S'ils ne signent pas, il sera dur de maintenir cette compétence. Au mieux, compte tenu des coupes budgétaires à venir, cela se fera au détriment d'autres programmes d'armement. Au pis, il faudra que les politiques assument des choix difficiles. Le théorème ne souffre pas d'exception : s'il faut des décennies pour se forger une expertise de pointe, il ne faut que quelques mois pour la laisser filer. Les Anglais en ont fait l'amère expérience, obligés de faire appel à des ingénieurs américains pour concevoir la prochaine génération de leurs sous-marins nucléaires lanceurs d'engins.

 

Boeing est dans la même situation avec son F15 et son F18. S'il veut maintenir les bureaux d'études, l'américain doit accrocher un client export prêt à payer la modernisation des deux avions de combat puisque le Pentagone ne mise que sur le F35 de Lockheed Martin. Ses clients nationaux le lâchant en partie faute d'argent, l'Eurofighter a le même souci. En Suisse, l'appel d'offres spécifiait que l'avion choisi serait l'avion testé. Saab va pourtant essayer de se servir de Berne pour donner un coup de jeune à son Gripen, qui date de 1996.

 

Sans sombrer dans le chauvinisme industriel, il faut donc souhaiter que le gouvernement, durant les quelques mois qu'il lui reste, ou le suivant, sans trop tarder, trouve un accord avec les Emirats. Pour violente qu'elle ait été, la rebuffade d'Abu Dhabi vis-à-vis de Dassault ne signifie pas que les jeux sont faits, même si les concurrents du Rafale ont été invités au bal. Désigné pilote en chef des négociations par Nicolas Sarkozy, Alain Juppé maintient le contact. Le problème, c'est que cheikh Mohammed ben Zayed al Nahyane, le numéro deux du royaume, celui sans qui rien ne peut se faire, est en position de force. Avec 80 F16 et 60 Mirage 2000 qui lui donnent entière satisfaction, il a tout son temps...

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2011 6 03 /12 /décembre /2011 17:40

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/b/b0/Swedish_JAS-39_Gripen_landing.jpg/800px-Swedish_JAS-39_Gripen_landing.jpg

photo USAF

 

3 décembre 2011 – Opex360.com

 

Une enquête a été ouverte par la justice suisse dans le cadre du choix fait par la Confédération hélvétique d’acquérir 22 avions de combat Gripen NG, conçu par Saab, afin de remplacer les F-5 Tiger actuellement en service au sein de ses forces aériennes, au détriment du Rafale de Dassault Aviation et de l’Eurofighter.

 

Selon le Tages-Anzeiger, cette enquête porte sur la divulgation de deux rapports confidentiels peu élogieux concernant l’avion suédois par le quotiden Basel Zeitung, à quelques jours seulement de l’annonce officiel du choix du Conseil Fédéral suisse.

 

Pour le ministère public suisse, il s’agit d’une « violation du secret de fonction ». Selon ces deux rapports, le Gripen ne remplirait pas toutes les spécifications requises par les forces aériennes suisse. Et dans l’un des documents, le chef de ces dernières, le commandant Markus Gygax concluait que « le Rafale produit par Dassault sera proposé comme nouvel avion de combat par l’aviation suisse ».

 

Le choix du Gripen étant contesté par beaucoup de monde, dont les premiers intéressés, à savoir les aviateurs suisses, mais aussi des responsables politiques, qui ont fait par de leur préférence pour le Rafale, le nombre des « suspects » est large.

 

En attendant, le porte-parole des forces aériennes suisses a nié que ces derinères soient à l’origine de la fuite. Alors qui en est le responsable? Aux enquêteurs de le dire.

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 17:40
Le Rafale recalé en Suisse

 

30/11/2011 latribune.fr

 

Le gouvernement suisse vient d'annoncer qu'il a décidé d'acheter vingt-deux avions de combat Gripen au groupe suédois Saab, préférant cet avion au Rafale du français Dassault et à l'Eurofighter du groupe EADS.

 

Nouvel échec pour le Rafale français ! Le gouvernement suisse a décidé d'acheter vingt-deux avions de combat Gripen au groupe suédois Saab, pour remplacer ses F5 Tiger obsolètes, a-t-il annoncé ce mercredi.

 

Berne a préféré cet avion au Rafale du français Dassault et à l'Eurofighter du groupe EADS, également en lice pour ce contrat de plusieurs milliards de francs suisses.

 

Mi-novembre, le Rafale, qui n'a jamais encore pu être exporté, avait connu un échec similaire aux Emirats arabes unis, après une autre déconvenue au Brésil.

 

Le Rafale est encore en compétition pour un marché en Inde.

Partager cet article
Repost0
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 19:00
Saab keeps watch on Indian fighter contest

 

09/06/11 By Craig Hoyle SOURCE:Flight International

 

Saab has not given up hope of winning the Indian air force's medium multi-role combat aircraft (MMRCA) contest, despite having failed to make the service's shortlist when it narrowed the field to two European models early last month.

 

"We were not selected - at least not yet," said Saab chief executive Håkan Buskhe. Attributing New Delhi's "rather surprising decision" to concerns over the developmental status of his company's Gripen NG, he said "what we can do is give them our explanation if we feel they have misjudged something".

 

Speaking in London in late May, Buskhe said: "We have a list of things that they have some questions about, and we have been looking at those."

 

India narrowed its MMRCA contest to the Dassault Rafale and Eurofighter Typhoon, effectively eliminating the Gripen NG, Boeing F/A-18E/F Super Hornet, Lockheed Martin F-16 and RSK MiG-35 from the $10 billion-plus, 126-aircraft deal.

 

But with extended bids from the remaining contenders valid only until late December, Saab has decided to maintain a presence in support of the campaign in India. "We will wait and see," said Buskhe.

 

The Saab official also was part of a business delegation that accompanied Swedish prime minister Fredrik Reinfeldt to Brazil last month. "We have a fair chance to make it," Buskhe said, referring to Saab's campaign to offer the Gripen NG to meet the nation's F-X2 fighter requirement.

 

"We believe we have an extremely strong offer, with the transfer of technology and co-operation with Brazilian industry." The company again faces competition from the Rafale and Super Hornet, with a decision now expected during 2012.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories