Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 janvier 2016 4 21 /01 /janvier /2016 21:30
A French Dassault Rafale flies above the Charles de Gaulle aircraft carrier. photo Marine nationale.jpg

A French Dassault Rafale flies above the Charles de Gaulle aircraft carrier. photo Marine nationale.jpg

 

21.01.2016 by

 

On Thursday, French President Francois Holland declared that the US-led coalition against ISIS would intensify air strikes on ISIS targets.

"The pace of the interventions will be accelerated and France will play its role in this," Hollande said in a speech to ambassadors, the AFP reports.

On Wednesday, France's Defense Minister, Jean-Yves Le Drian, co-hosted a meeting with US Secretary of Defense Ash Carter where seven nations renewed their pledge to continue fighting ISIS and explore new ways to "degrade and destroy" the terror group.

Specifically, Le Drian mentioned that the coalition would be targeting ISIS' de facto capitals of Raqqa in Syria, and Mosul in Iraq, eventually planning to reclaim the territory.

Read more

Repost 0
21 janvier 2016 4 21 /01 /janvier /2016 11:50
credits Parlement Européen

credits Parlement Européen

 

21.01.2016 Sécurité et défense REF. : 20160119STO10518

 

 

À la suite des attaques terroristes qui se sont déroulées à Paris en novembre 2015, la France a demandé l'aide des autres États membres en activant pour la première fois la clause « d'aide et d'assistance » prévue par les traités européens. Cette procédure soulève de nombreuses questions concernant la marche à suivre ainsi que le rôle de l'Union européenne. Mercredi 20 janvier, les députés réunis en plénière débattront d'une résolution à ce sujet. Celle-ci sera soumise à un vote le lendemain.

 

L'article 42 paragraphe 7 du traité sur l'Union européenne

La clause de défense mutuelle, ou article 42 paragraphe 7 du Traité sur l'Union européenne, a été introduite en 2009 avec le traité de Lisbonne. Elle stipule que les pays de l'Union européenne sont obligés d'aider un État membre si celui-ci est l'objet « d'une agression armée sur son territoire ». Ce soutien doit demeurer conforme aux possibles engagements souscrits au sein de l'OTAN (l'Organisation du traité de l'Atlantique nord).
Pourtant, aucune procédure formelle n'a été prévue. L'article ne requiert pas expressément une assistance de nature militaire. Les pays qui mènent une politique de neutralité, comme l'Australie, la Finlande, l'Irlande et la Suède, peuvent donc également coopérer s'ils le souhaitent.

 

Quel type d'assistance cet article prévoit-il ?

Depuis sa demande d'assistance invoquée le 17 novembre 2015, la France organise des pourparlers bilatéraux avec les autres États membres afin de savoir quel type d'assistance est possible. Certains pays ont exprimé leur volonté de rejoindre les opérations menées en Syrie et en Irak. D'autres sont prêts à renforcer leur présence dans le cadre de missions internationales, ce qui permettrait aux troupes françaises d'être transférées ailleurs.

 

Le rôle de l'Union européenne

Le type d'assistance requis étant convenu entre les États à un niveau bilatéral, le rôle de l'Union européenne est plutôt limité. Pourtant, l'Union pourrait faciliter et coordonner le processus.

Dans une résolution datant de novembre 2012, les députés ont invité la Haute Représentante de l'Union pour les Affaires étrangères, à cette époque Catherine Ashton, à proposer des modalités pratiques ainsi que des lignes directrices au sujet de la clause de défense mutuelle.

 

Débat et vote en plénière 

Les députés réunis en session plénière à Strasbourg débattront aujourd'hui de la clause de défense mutuelle. Ils se demanderont notamment si un plus fort engagement de l'Union européenne pourrait être utile.

Le débat aura lieu mercredi 20 janvier au soir. La résolution sera votée jeudi 21 janvier un peu après 12 heures (heure de Paris).

 

Pour suivre la session plénière en direct, cliquez ici.

 

 

credits Parlement Européen

credits Parlement Européen

credits Parlement Européen

credits Parlement Européen

Repost 0
21 janvier 2016 4 21 /01 /janvier /2016 11:30
photo US Navy

photo US Navy


20.01.2016 Ministère de la Défense
 

The text of the following statement was released by the defense ministers of Australia, France, Germany, Italy, the Netherlands, the United Kingdom and the United States following a meeting co-hosted by France and the United States in Paris on counter-ISIL cooperation.

Australian Minister of Defence Marise Payne, French Minister of Defense Jean-Yves Le Drian, German Minister of Defense Ursula vonder Leyen, Italian Minister of Defense Roberta Pinotti, Dutch Minister of Defense Jeanine Hennis-Plasschaert, British Secretary of State for Defence Michael Fallon, and American Secretary of Defense Ash Carterled their respective delegations.

 

Today in Paris – at the invitation of French Minister of Defense Jean-Yves Le Drian and U.S. Secretary of Defense Ash Carter– we discussed opportunities to intensify and accelerate the counter-ISIL/Daesh military campaign in Iraq and Syria, our shared approach to defend against its global ambitions, and to ensure the protection of our citizens. ISIL/Daeshare on the back foot.But there is more we need to do.

We reaffirmed our governments’ continuing substantial commitment to work together with the entire C-ISIL/Daesh Coalition to accelerate and intensify the campaign against ISIL/Daesh, in order to deliver a lasting defeat to this barbaric organization. We expressed our broad support for the campaign plan objectives, and the need to continue gathering momentum in our campaign, as it moves into its next phase targeting ISIL/Daesh's vulnerabilities. We discussed military campaign requirements to expand efforts against ISIL/Daesh and committed to work together with other military and non-military contributors to fill these requirements.  We agreed to review regularly the coalition’s campaign plan and the progress in its implementation.

The military campaign is an essential part of our overall effort to defeat and destroy ISIL/Daesh, but it is not sufficient. We are committed to ensuring the coherence of our military actions with the comprehensive efforts to set the conditions for sustainable political stability in the region.

We thank all of our partners are helping us advance the military campaign against ISIL/Daesh and its infrastructure. We recognize in particular the dedication and stead fastness of local partner forces.

We endorsed Secretary Carter’s proposal for defense ministers ofthe C-ISIL/Daesh Coalition force contributing nations to convene their first Defense Ministerial, in February.

 

Repost 0
21 janvier 2016 4 21 /01 /janvier /2016 10:30
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

20/01/2016 Ministère de la Défense

 

Le texte de ce communiqué conjoint a été diffusé par les ministres de la Défense d’Allemagne, d’Australie, des Etats-Unis, de France, d’Italie, des Pays Bas et du Royaume Uni suite à la rencontre coprésidée par la France et les États-Unis, à Paris, sur la lutte contre Daech.

La ministre allemande de la Défense Ursula von der Leyen, la ministre  australienne de la Défense Marise Payne, le Secrétaire américain à la Défense Ash Carter, le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian, la ministre italienne de la Défense Roberta Pinotti, la ministre néerlandaise de la Défense Jeanine Hennis-Plasschaert et le secrétaire d’État britannique à la Défense Michael Fallon conduisaient leurs délégations respectives.

 

Aujourd’hui, à Paris, à l’invitation du ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian et du Secrétaire américain à la Défense Ash Carter, nous avons discuté des modalités pour intensifier et accélérer les opérations militaires contre Daech en Irak et en Syrie ainsi que de notre approche commune pour lutter contre ses ambitions mondiales et pour garantir la sécurité de nos propres ressortissants. Daech est mis en difficulté, mais nous devons faire plus.

Nous avons réaffirmé l’engagement substantiel de nos gouvernements à agir en commun, avec l’ensemblede la coalition anti-Daech, pour accélérer et intensifier les opérations militaires menées contre Daech, dans le but d’infliger une défaite durable à cette organisation barbare. Nous avons exprimé un large soutien aux objectifs du plan de campagne, et au besoin de continuer à renforcer la dynamique de la campagne, au moment où elle entre dans sa prochaine phase visant les vulnérabilités de Daech. Nous avons discuté les besoins de la campagne militaire pour accroître nos actions contre Daech et nous sous sommes engagés à travailler en coopération avec les autres contributeurs militaires et non-militaires pour pouvoir y répondre. Nous nous sommes accordés pour réévaluer régulièrement le plan de campagne de la coalition et mesurer les avancées accomplies dans sa mise en œuvre.

Les opérations militaires constituent une part essentielle de notre effort pour vaincre et détruire Daech, mais elles ne sont pas suffisantes. Nous nous sommes engagés à assurer la cohérence de notre action militaire avec les efforts plus larges pour créer les conditions nécessaires au retour d’une stabilité politique durable dans la région.

Nous remercions tous nos partenaires qui nous permettent de progresser dans le cadre de nos opérations militaires contre Daech et ses infrastructures. Nous soulignons, en particulier, le dévouement et la détermination des forces partenaires locales.

Nous avons endossé la proposition du Secrétaire américain à la Défense de réunir les ministres de ladéfense des nations contribuant à la coalition anti Daech, pour leur première réunion au mois de février

 

Repost 0
21 janvier 2016 4 21 /01 /janvier /2016 08:30
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

20/01/2016 Sources : État-major des armées

 

Du 15 au 26 janvier 2016, l’équipe EOD (Explosive Ordnance Disposal) de la Force Commander Reserve (FCR) a conduit deux entraînements conjoints avec une vingtaine de sapeurs spécialistes génie et EOD des forces armées libanaises.

 

L’équipe EOD – en français « Neutralisation, enlèvement et destruction des explosifs » (NEDEX) – a partagé avec les militaires libanais ses connaissances techniques en matière d’investigation, de sécurisation de munitions et de dépollution de zone, ainsi que les techniques de neutralisation d’engins explosifs improvisés (IED).

 

Les spécialistes français ont axé leurs échanges sur les méthodes d’intervention sur les IED et leur neutralisation. Ils ont ainsi été conduits des exercices de destruction de colis piégés dans le cas fictif d’une alerte à la bombe, de neutralisation d’une munition non-explosée et de dépollution d’une zone.

 

En parallèle, d’autres situations ont été étudiées par les stagiaires libanais comme l’investigation, la prise de vue et leur analyse sur une zone de départ de roquettes. Les protocoles de déshabillage sur les tenues imposantes et spécifiques des EOD en cas d’incident grave ont également été présentés et mis en pratique, en coordination avec les équipes médicales de la FCR.

 

En alerte permanente, l’équipe EOD de la FCR a pour mission d’intervenir au profit des forces françaises, aussi bien sur les emprises militaires françaises qu’au cours de missions particulières. En outre, elle peut être amenée à intervenir à l’ambassade de France au Liban ou sur les navires français accostant en territoire libanais.

 

Présente depuis 1978 au Liban, la France est l’un des principaux pays contributeurs de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL), avec près de 900 soldats déployés en permanence. La grande majorité d’entre eux arme la FCR qui est directement placée sous les ordres du général commandant la FINUL et est en mesure d’agir au profit de tous les contingents déployés sur l’ensemble de la zone d’action, dans le cadre de la résolution 1701. Le volet naval de cette mission comporte en permanence plusieurs frégates déployées en force constituée (la Task Force 448). Leur mission : surveiller les approches maritimes du Liban et empêcher l’introduction d’armes par la mer.

photo EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terre
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Repost 0
21 janvier 2016 4 21 /01 /janvier /2016 08:30
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

20/01/2016 Sources : État-major des armées

 

Du 15 au 26 janvier 2016, les équipes cynotechniques de la Force Commander Reserve (FCR) se sont entraînées avec leurs homologues des Forces armées libanaises (FAL) sur le camp de Dayr Kifa.

 

Par équipe de trois maîtres-chiens, les soldats libanais ont partagé leur expérience et leurs savoir-faire avec les équipes cynotechniques de la FCR. Les entraînements à la recherche d’explosifs se sont enchaînés et des stages conjoints ont été menés à Dayr Kifa avec les FAL par la section génie combat et les EOD (Explosive Ordnance Disposal) de la FCR.

 

Venus avec des chiens spécialisés dans la recherche d’explosifs, mais également avec des chiens de recherche de mines, les maîtres-chiens libanais ont partagé avec leurs homologues français leur compétence spécifique pour les interventions en zone minée. Leurs chiens spécialisés sont capables de détecter des munitions en matière plastique, ce qui ne peut être réalisé avec un détecteur de métaux.

 

Les maîtres-chiens de la FCR, issus du 132e bataillon cynophile de l’armée de Terre de Suippes, possèdent des chiens spécialisés dans la recherche d’explosifs mais également des chiens d’intervention. Ils contribuent à la sécurité du personnel et des infrastructures en assurant le contrôle des véhicules entrant dans le camp, la détection d’objet suspect, la fouille de locaux ou encore l’intervention en soutien d’une opération en coordination avec les éléments du génie.

 

Présente depuis 1978 au Liban, la France est l’un des principaux pays contributeurs de la FINUL, avec près de 900 soldats déployés en permanence. La grande majorité d’entre eux arme la FCR qui est directement placée sous les ordres du général commandant la FINUL et est en mesure d’agir au profit de tous les contingents déployés sur l’ensemble de la zone d’action, dans le cadre de la résolution 1701. Le volet naval de cette mission comporte en permanence plusieurs frégates déployées en force constituée (la Task Force 448). Leur mission : surveiller les approches maritimes du Liban et empêcher l’introduction d’armes par la mer.

photo EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terre
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Repost 0
19 janvier 2016 2 19 /01 /janvier /2016 11:30
photo ADC G. Gesquière SIRPA Terre

photo ADC G. Gesquière SIRPA Terre

 

18.01.2016 Jean-Dominique Merchet

 

Le blog [Secret Defense] l’avait révélé en décembre : l’Arabie saoudite s’intéresse au char Leclerc. L’entourage du ministre de la défense l’a confirmé à la presse vendredi dernier, assurant même que, de sa part, il pourrait y avoir « matière à aider à un redémarrage » de la chaîne de fabrication du char de Nexter. Cette aide pourrait prendre la forme d’un prêt de Leclerc français à l’Arabie saoudite, dans l’attente de livraisons d’engins neufs par Nexter. L’armée de terre dispose d’un parc de 290 Leclerc, dont 200 en ligne - les autres servant pour l’essentiel de stock de pièces détachées. L’Arabie saoudite semble avoir un besoin urgent d’un char lourd dans sa guerre au Yémen - où les Emiratis ont engagé avec succès leurs Leclerc.

Repost 0
18 janvier 2016 1 18 /01 /janvier /2016 17:30
photo Marine nationale

photo Marine nationale

 

15 janvier 2016 par FREMM Aquitaine – Marine nationale

 

Après avoir passé dans le sens est-ouest le détroit d’Ormuz début janvier 2016, la FREMM “Aquitaine” a fait escale à Abu Dhabi aux Emirats Arabes Unis du 7 au 10 janvier afin d’effectuer la relève opérationnelle de  la FASM “Lamotte Picquet”, déployée depuis déjà plusieurs semaines dans le golfe arabo-persique.

 

Après cette escale à Abu Dhabi, ville incroyable où se côtoient les gratte-ciel les plus extravagants, la FREMM “Aquitaine” a immédiatement repris la mer, cap à l’est, en direction du détroit d’Ormuz afin de participer à GASWEX 2016.

 

GASWEX 2016 est l’acronyme de Gulf Anti Submarine Warfare Exercise, exercice international qui se déroule dans le Golfe d’Oman et qui rassemble des bâtiments de surface et des aéronefs français, britanniques et américains. L’objectif est de renforcer notre interopérabilité dans la détection et la lutte anti-sous-marine dans une zone où l’environnement est très particulier, bien différent de l’Atlantique, qui est notre zone d’entraînement habituelle.

 

Entraînement à la détection et à l’attaque de sous-marins, protection de convoi en transit face à une menace sous-marine … : tous les thèmes tactiques ont montré que les bâtiments et les aéronefs, quelle que soit leur nationalité, savent travailler ensemble et parviennent rapidement à constituer une force internationale de lutte anti-sous-marine.

 

Pour couvrir l’évènement, l'”Aquitaine” a embarqué deux journalistes de l’émission “Thalassa”.

 

L'”Aquitaine” quitte désormais le golfe d’Oman afin de rejoindre les bâtiments de la Task Force 50 déployés dans le golfe arabo-persique et de prendre part directement à l’opération “Arromanches 2″.

 

Sous le commandement du contre-amiral Français René-Jean Crignola, la Task Force 50 comprend le porte-avions “Charles de Gaulle” et ses avions “Rafale” et “Super Etendard Modernisés”, la frégate de défense aérienne “Chevalier Paul”, les FREMM “Aquitaine” et “Provence”, le bâtiment de commandement et de ravitaillement “Marne”, la frégate belge “Léopold Ier”, la frégate allemande “Augsburg”, les destroyers britanniques “HMS Defender” et “Saint Alban”. Tous sont en première ligne de la lutte contre l’organisation terroriste “Daesch” en Irak et en Syrie.

photo Marine nationale

photo Marine nationale

Repost 0
16 janvier 2016 6 16 /01 /janvier /2016 13:30
Lutte contre Daesh - Réunion des ministres de la Défense

 

15/01/2016 Ministère de la Défense

 

Le mercredi 20 janvier, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, co-présidera, aux côtés d'Ashton Carter, Secrétaire à la Défense américain, une réunion ministérielle restreinte réunissant 7 ministres de la Défense des principaux contributeurs militaires à la coalition ( Allemagne, Australie, France, Etats-Unis, Royaume-Uni, Italie, Pays-Bas), consacrée à la lutte contre Daech.

 

Au cours de cette réunion, les ministres dresseront un bilan des actions de la coalition et discuteront de l'intensification de la campagne contre l'organisation.

Repost 0
16 janvier 2016 6 16 /01 /janvier /2016 12:30
L'Arabie saoudite s'intéresse au char français Leclerc. Elle pourrait en acquérir des centaines. photo ADC G. Gesquière SIRPA Terre

L'Arabie saoudite s'intéresse au char français Leclerc. Elle pourrait en acquérir des centaines. photo ADC G. Gesquière SIRPA Terre

 

16/01/2016 Le Point.fr (AFP)

 

Le pays pourrait acquérir "plusieurs centaines de chars" français Leclerc. Le contrat représenterait plusieurs centaines de millions d'euros.

 

Après le Rafale, la France pourrait vendre ses chars Leclerc. L'Arabie saoudite serait intéressée par l'acquisition de « plusieurs centaines de chars », a-t-on indiqué vendredi de source française. Les Émirats arabes unis sont déjà équipés de chars Leclerc. « On a entendu parler de cela par (le constructeur français) Nexter, ce serait une très bonne nouvelle », a-t-on indiqué au ministère français de la Défense. « On parle de quantités astronomiques de véhicules (...), plusieurs centaines de chars », a-t-on ajouté de même source.

Le groupe de défense français Nexter, qui s'est allié en 2015 à l'allemand Krauss-Maffei Wegmann (KMW), constructeur du char Leopard, a fermé sa chaîne de fabrication de Leclerc dans les années 2000, mais se dit en mesure de la relancer, selon cette source. L'armée française, qui dispose de 290 chars Leclerc, pourrait offrir des blindés prélevés sur son propre parc en attendant la « remontée en puissance » de la production, a suggéré cette source. « Probablement qu'on réfléchira avec nos propres matériels à aider cette phase de démarrage », a-t-on indiqué.

 

Une armée très bien équipée

En mars 2015, le ministère français de la Défense a notifié à Nexter un contrat pour la rénovation de 200 chars Leclerc, soit un contrat de 330 millions d'euros pour une livraison à partir de 2020. L'Arabie saoudite dispose des forces armées les mieux équipées du Golfe. Elle est traditionnellement une cliente des industries d'armement américaine et britannique mais se fournit aussi ponctuellement en Europe. Son armée de terre possède 600 chars lourds américains (200 Abrams et 400 M60A3).

Elle a négocié avec la France un contrat pour l'acquisition de 30 patrouilleurs rapides qui devrait « déboucher assez rapidement », a-t-on également précisé dans l'entourage du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian. En 2015, la France a vendu des équipements militaires pour environ 100 millions d'euros à l'Arabie saoudite, soit moins de 1% des exportations françaises d'armements (16 milliards d'euros au total), a-t-on précisé de même source. L'Arabie, principale puissance sunnite face à l'Iran, n'en est pas moins un partenaire stratégique de premier plan de la France dans la région.

Repost 0
15 janvier 2016 5 15 /01 /janvier /2016 12:30
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

13/01/2016 Sources : État-major des armées

 

Le 6 janvier 2016, aux commandes d’un avion C-2A Greyhound, un équipage américain a réalisé une série d’appontages sur le porte-avions Charles de Gaulle.

 

Les neuf appontages et les séries de touch-and-go (ou manœuvres de poser-décoller) effectuées ont permis à trois pilotes américains de s’entraîner à se poser sur le porte-avions français.

 

Les porte-avions américain Harry S. Truman et français Charles de Gaulle présentent de légères différences : la disposition du pont, l’emplacement du miroir, les brins d’arrêt ne sont pas les mêmes. Pour être parfaitement à l’aise en mission opérationnelle, les pilotes doivent connaître l’environnement de travail du pont d’envol. En effet, lorsqu’un pilote qualifié à l'appontage change de type de porte-avions, il doit effectuer une carrier qualification ou adaptation. Elle consiste en une passe avec remise de gaz, des touch-and-go sur le pont et un appontage. Le pilote est ainsi parfaitement à l’aise pour effectuer des missions opérationnelles.

 

La présence de marins américains à bord du porte-avions français a également participé à la réussite de cette requalification, notamment celle d’un Landing Signal Officer (officier d’appontage) du porte-avions Harry S. Truman. L’officier d’appontage américain a livré son expertise aux officiers d’appontage français sur le guidage final du type d’appareil. Les équipes « pont d’envol hélicoptère » françaises se sont ainsi  re-familiarisées aux mouvements et aux caractéristiques particulières d’emploi du C-2 sur le pont d’envol dans un environnement dédié à l’entraînement.

 

Les C-2A Greyhound sont des avions de transport « cousin » de l’avion de guet aérien E-2C Hawkeye. Aéronefs à vocation maritime, ils assurent des missions de soutien logistique entre la terre et les porte-avions. Equipés de deux turbopropulseurs de 5 000 chevaux chacun et d’un porte-cargo à l’arrière, ils peuvent embarquer jusqu’à 15 passagers et quatre tonnes de fret.

 

Lancée le 19 septembre 2014, l’opération Chammal mobilise actuellement 3 500 militaires. Aux côtés de la coalition, elle combat le groupe terroriste Daech en Irak et en Syrie, en frappant l’organisation terroriste avec ses moyens aériens. Le dispositif de la force Chammal comprend également des militaires projetés à Bagdad et Erbil pour assurer la formation et le conseil des militaires irakiens. Les moyens aériens sont composés de 38 chasseurs (armée de l’Air et Marine nationale), ainsi que de capacités de renseignement, de commandement, de contrôle (C2) et de ravitaillement. Depuis le 23 novembre 2015, le groupe aéronaval (GAN) est intégré à la force Chammal. Il est composé du porte-avions Charles de Gaulle, de la frégate de défense aérienne (FDA) Chevalier Paul, de la frégate multi-mission (FREMM) Provence, de la FREMM Aquitaine, du bâtiment de commandement et de ravitaillement (BCR) Marne, de la frégate allemande Augsburg. Le 26 novembre 2015, la frégate légère furtive (FLF) Courbet a également rejoint le dispositif Chammal en Méditerranée orientale. Si nécessaire, le dispositif peut être soutenu par des moyens complémentaires de ravitaillement (C135-FR) et de contrôle aérien (E3F).

photo Marine Nationalephoto Marine Nationale
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

Repost 0
15 janvier 2016 5 15 /01 /janvier /2016 12:30
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

12/01/2016 Sources : Etat-major des armées

 

Le 11 janvier 2016, le commandant de laTask-Force 53 a assisté aux ravitaillements à la mer par le Bâtiment de commandement et de ravitaillement (BCR) Marne du porte-avions Charles de Gaulle, de la frégate de défense anti-aérienne Chevalier Paul, puis de la frégate allemande Augsburg.

 

Les 10 et 11 janvier 2016, la Marne a reçu le Commodore Kaiser, officier supérieur de l’US Navy. Bâtiment logistique du déploiement Arromanches 2, le BCR Marne est placé, depuis le franchissement du canal de Suez, sous le commandement tactique du Commodore Kaiser, commandant des moyens logistiques de la 5e flotte des États-Unis et responsable du soutien des forces navales alliées dans l’océan Indien. Son état-major est situé dans la base américaine Mina Salman de Manama au Bahrein.

 

Le 11 janvier, pendant cinq heures, la Marne a délivré plus de 1 500 m3 de carburant et les marins du bâtiment ont échangé 200 palettes. Munitions, vivres, matériel et courrier ont ainsi transités depuis la Marne vers les ravitaillés, le ravitailleur récupérant en retour les déchets et les dépêches au départ.

 

Pendant que le Groupe aéronaval (GAN) reprenait ses opérations au-dessus de la Syrie et de l’Irak, la Marneest repartie faire son plein pour effectuer les prochains ravitaillements à la mer prévus la semaine suivante.

 

Depuis son entrée dans la zone le 7 décembre 2015, la Marne est intégrée à la Task force 53, force logistique essentiellement américaine composée de 11 bâtiments de soutien et de ravitaillement. Répondant d’abord aux besoins de son principal client, le porte-avions Charles de Gaulle, et par conséquent à ceux des escorteurs du GAN, le BCR répond également aux besoin des alliés de la France déployés dans la zone.

 

C’est ainsi que le 28 décembre 2015, la Marne a bénéficié d’un ravitaillement en carburant aéronautique de la part de l’USNS John Lenthall. Le 11 janvier 2016, c’était au tour de la frégate britannique HMS Defender, intégrée à la Task Force 58, de bénéficier du soutien du ravitailleur français.

 

Au cours des prochaines semaines, de nombreuses manœuvres logistiques sont programmées dans le golfe Arabo-persique au départ d’Abu Dhabi, Djebel Ali ou de Bahrein. Avec déjà 40 ravitaillements à son actif depuis le début de la mission Arromanches 2, le BCR Marne poursuivra les rotations et les ravitaillements à la mer au service de l’opération Chammal ou des besoins alliés.

 

Lancée le 19 septembre 2014, l’opération Chammal mobilise actuellement 3 500 militaires. Aux côtés de la coalition, elle combat le groupe terroriste Daech en Irak et en Syrie, en frappant l’organisation terroriste avec ses moyens aériens. Le dispositif de la force Chammal comprend également des militaires projetés à Bagdad et Erbil pour assurer la formation et le conseil des militaires irakiens. Les moyens aériens sont composés de 38 chasseurs (armée de l’Air et Marine nationale), ainsi que de capacités de renseignement, de commandement, de contrôle (C2) et de ravitaillement. Depuis le 23 novembre 2015, le groupe aéronaval (GAN) est intégré à la force Chammal. Il est composé du porte-avions Charles de Gaulle, de la frégate de défense aérienne (FDA) Chevalier Paul, de la frégate multi-mission (FREMM) Provence, de la FREMM Aquitaine, du bâtiment de commandement et de ravitaillement (BCR) Marne, de la frégate allemande Augsburg. Le 26 novembre 2015, la frégate légère furtive (FLF) Courbet a également rejoint le dispositif Chammal en Méditerranée orientale. Si nécessaire, le dispositif peut être soutenu par des moyens complémentaires de ravitaillement (C135-FR) et de contrôle aérien (E3F).

photo Marine Nationalephoto Marine Nationale
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

Repost 0
14 janvier 2016 4 14 /01 /janvier /2016 20:30
Chammal : Point de situation au 14 janvier 2016

 

14/01/2016 Sources : Etat-major des armées

 

 

Au Levant, les opérations combinées et coordonnées de la coalition et des forces locales ont permis de stopper la progression de Daech- en Irak comme en Syrie et de reprendre l’initiative sur l’organisation terroriste.

 

Faire reculer Daech : 2 villes irakiennes libérées en 6 mois

Au cours des six derniers mois, les lignes de front ont beaucoup évolué et le rapport de force s’est aujourd’hui rétabli en faveur des forces locales. La libération de Tikrit et de Sinjar, la reprise progressive de Baiji et de Ramadi témoignent de ce net recul de Daech en Irak.

 

Une reconquête progressive du terrain : reprendre Ramadi

Mis en difficulté par les opérations en cours, Daecha recours à des opérations de harcèlement le long des lignes de front. La posture défensive des combattants djihadistes ralentit la progression des forces au sol qui sont engagées dans les combats contre les éléments terroristes. Dans ce contexte, l’appui aérien de la coalition demeure indispensable.

 

Chammal : 2 500 militaires irakiens formés par les forces armées françaises.

A Bagdad, les forces françaises poursuivent leurs actions de formation au profit de la 6edivision d’infanterie et des militaires irakiens de l’ICTS (Iraqi Counter Terrorism Service).

Les formations portent sur les savoir-faire spécifiques du combat d’infanterie en zone urbaine, le sauvetage au combat, la lutte contre les engins explosifs improvisés et, dans le cas de la 6e division, le conseil sur les techniques de travail au sein d’un état-major.

 

Chammal : 98 sorties aériennes

Depuis le 06 janvier 2016, les équipages français ont réalisé 98 sorties aériennes au-dessus des zones contrôlées par Daechen Irak et en Syrie, dont 72 de bombardement, et 13 de recueil de renseignement. 17 frappes ont détruit 32 objectifs de Daech.

 

16  frappes en appui des troupes irakiennes au contact contre Daech

En Irak, la force Chammala concentré ses efforts sur les missions d’appui au sol dans la région de Ramadi, où les forces irakiennes poursuivent leurs opérations de contrôle de la ville. Elle a également appuyé les forces irakiennes dans le secteur de Mossoul. Au total, 16 frappes d’appui au sol ont été réalisées.

 

Chammal : Point de situation au 14 janvier 2016

Raid aérien sur Mossoul

Cette semaine, des Mirage 2000 ont détruit un centre de commandement et de télécommunications de Daechdans la ville de Mossoul.

Les forces françaises ont mené un raid en coalition sur les positions de Daechà Mossoul en Irak. Ce raid a permis de détruire un centre de commandement et de télécommunications de l’organisation terroriste. Il a été conduit par des Mirage 2000de la force Chammal qui ont décollé depuis la base aérienne projetée (BAP) déployée en Jordanie.

Repost 0
8 janvier 2016 5 08 /01 /janvier /2016 13:30
photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

 

08/01/2016 Sources : Etat-major des armées

 

Mis sous pression par les opérations coordonnées de la Coalition, Daech a perdu l’initiative sur le terrain et recule – en Irak comme en Syrie.  Bien qu’il faille conserver à l’esprit que le succès de ces opérations s’inscrira dans le temps long, la situation tactique témoigne d’une amélioration. Militairement, Daech est ainsi depuis quelques semaines sur la défensive et ne peut revendiquer de gains territoriaux d’importance.

 

Situation tactique en Syrie

 

Daech est mis en difficulté par les forces locales ainsi que par les frappes de la Coalition. Ces dernières visent en priorité les capacités de commandement , de financement et la logistique de ce groupe terroriste.

 

Focus : situation tactique en Irak

 

Appuyées par les raids aériens de la Coalition, les troupes irakiennes maintiennent leurs efforts et obtiennent des gains territoriaux. L’intensification des appuis aériens fournis par la Coalition depuis le mois de novembre ont ainsi rendu possible les offensives sur Baiji, Sinjar et Ramadi.

Depuis novembre 2015 à Baiji, les forces irakiennes consolident les positions reconquises à Daech et luttent contre des poches de résistances.

La Coalition maintient un effort sur les zones clés du terrain dans le nord du pays – plus particulièrement entre Sinjar et Mossoul. Il s’agit de contrôler l’axe reliant Mossoul à Raqqah, afin d’asphyxier les flux logistiques de l’organisation terroriste.

 

Opérations en cours : reprise progressive de Ramadi

A Ramadi, les forces irakiennes sont en train de reprendre progressivement le contrôle de la ville qui était tenue par Daech depuis le 18 mai 2015 . Après avoir pénétré dans les faubourgs , elles sont aujourd’hui en train de s’emparer du centre-ville. Cette opération prendra du temps, car Daech tient la ville depuis 6 mois.

De mai à décembre 2015, la force Chammal a réalisé 49 frappes au profit des troupes au sol engagées dans la conquête de Ramadi.

En complément de ces opérations aériennes, la Coalition et les forces françaises sont engagées dans la formation des forces irakiennes – en particulier celles de l’ICTS qui prennent part au combat en cours dans Ramadi.

 

2 500 militaires irakiens formés par les soldats français en 2015

En 2015, 2 500 militaires irakiens ont été formés par les forces françaises.

Cette formation est assurée à Bagdad et Erbil. Elle porte sur des instructions spécialisées et repose sur 2 piliers complémentaires.

- A Bagdad, pour l’ICTS, l’objectif visé est de former aux savoir-faire tactiques et techniques sur des domaines indispensables aux combats menés contre Daech : combat en zone urbaine, lutte contre les engins explosifs improvisés (IED), sauvetage au combat, combat d’infanterie.

- Pour l’état-major de la 6e division d’infanterie de l’armée irakienne, les forces françaises conseillent l’état-major sur la planification et la conduite des opérations et assurent la formation de formateurs irakiens.

 

Irak-Syrie : bilan des opérations aériennes de Chammal

Du 16 décembre 2015 au mardi 05 janvier 2016,  les équipages français ont réalisé 209 sorties aériennes au-dessus des zones contrôlées par Daech en Irak et en Syrie, dont  :

- 159 de bombardement en appui des troupes irakiennes au sol ou sur objectif planifié ;

- 25 de recueil de renseignement ;

- 18 opérations de ravitaillement en vol.

 

Au total, 52 frappes ont permis de détruire 96 objectifs de Daech. En 3 semaines, 48 frappes d’appui au sol ont été réalisées au profit des troupes irakiennes et 4 raids  ont été menés sur des objectifs planifiés en Irak et en Syrie :

    le 19 décembre 2015 en Syrie, les Mirage 2000 et les Rafale de l’armée de l’air ont frappé un site de production pétrolière dans la région de Raqqah ;

    le 22 décembre 2015, les Super-Etendard du GAN ont frappé en Irak un centre logistique situé entre Ramadi et Fallujah ;

    le 1er janvier, des Mirage 2000 ont frappé deux installations pétrolières dans le Sud de Raqqah en Syrie ;

    le 02 janvier, des Rafale ont détruit un centre de production et de stockage d’armement au Nord-Est d’Alep en Syrie avec des missiles SCALP.

 

Bilan depuis le début de l’engagement au Levant

Depuis le 19 septembre 2014 : 2839 sorties, 399 frappes, 730 objectifs neutralisés par les forces armées françaises de l’opération Chammal.

Repost 0
4 janvier 2016 1 04 /01 /janvier /2016 20:30
photo Composante Marine / Belgian Navy

photo Composante Marine / Belgian Navy

 

04/01/2016 Sources : État-major des armées

 

Le 03 janvier 2016, la frégate belge Leopold 1er a quitté le Groupe aéronaval (GAN) constitué autour du porte-protection aérienne et anti-sous-marine du GAN.avions Charles de Gaulle. Le Léopold 1er contribuait depuis le départ de Toulon le 18 novembre 2015 à la protection aérienne et anti-sous-marine du GAN.

 

Le 03 janvier 2016, la frégate belge Léopold 1er a appareillé du Royaume de Bahreïn pour poursuivre une mission nationale. Elle accompagnait le porte-avions Charles de Gaulle depuis le 18 novembre 2015, date à laquelle il avait quitté son port base de Toulon.

 

La frégate belge Léopold Ier a participé avec les frégates françaises La Motte-Picquet,  Chevalier Paul et Provence, la frégate allemande Augsburg et la frégate britannique HMS Defender, à l’escorte du porte-avions Charles de Gaulle. Les capacités multi-missions du Léopold Ier ont contribué à la protection aérienne et anti-sous-marine du GAN. La frégate Belge a démontré sa parfaite interopérabillité avec le GAN. L’Alouette III embarquée à bord du Léopold Ier a d’ailleurs été employée, pour la première fois puis à de nombreuses reprises, pour assurer la fonction de Pedro - hélicoptère qui est en vol lors des manœuvres aviation pour être en mesure de porter secours aux pilotes qui devraient s’éjecter.

 

Le Léopold Ier a été déployé en Méditerranée orientale entre le 23 novembre et le 06 décembre  2015 puis dans le Golfe Arabo Persique depuis le 20 décembre 2015 pour participer aux opérations de lutte contre le groupe terroriste Daech en Irak et en Syrie.

Le 30 novembre 2015, le contre-amiral René-Jean Crignola s’est rendu à bord de la frégate Léopold Ier.  Il s’est alors entretenu des aspects opérationnels de la mission en cours avec le capitaine de frégate breveté d’état-major Luc J.J. De Maesschalck, commandant la frégate belge. Il avait aussi félicité l’équipage pour la qualité remarquable de la contribution du Léopold 1er à l’action du Groupe Aéronaval au cours de ces premières frappes.

 

Un mois plus tard, le 30 décembre 2015 et plus de 13000 nautiques parcourus depuis le départ de Toulon, lors de l’escale de Bahreïn, le contre-amiral Crignola a présidé une cérémonie de remise de décorations au profit de l’équipage du Léopold 1er. Les marins belges se sont vus remettre la Médaille Outre-Mer avec agrafe Moyen-Orient pour leur participation au déploiement Arromanches 2 et l’excellence de leur performance. A cette occasion, le CTF a rappelé que le Léopold 1er avait été un élément incontournable de cette mission, contribuant à chaque instant à la protection du porte-avions Charles de Gaulle, et suscitant l’admiration de ses pairs par le professionnalisme et les compétences de très haut niveau de l’équipage.

 

La coopération militaire bilatérale avec la Belgique se traduit par un dialogue régulier entre états-majors et une convergence de vue sur les enjeux sécuritaires en Afrique et au Levant. En opération, les forces françaises et belges sont essentiellement déployées dans le cadre d’engagements multilatéraux au sein de l’Union européenne, de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord, de l’Organisation des Nations Unies, ou au titre de coalitions, comme c’est le cas pour les opérations menées en Méditerranée orientale et dans le Golfe Arabo Persique. La France et la Belgique se trouvaient ici, en première ligne de la lutte contre Daech.

Repost 0
4 janvier 2016 1 04 /01 /janvier /2016 12:30
photo Philippe Chapleau

photo Philippe Chapleau


04.01.2016 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense
 

Le prochain départ de la 13e DBLE des E.A.U va mettre fin à la présence du DIO 13 à Bagdad. Depuis un an, les légionnaires, par groupe d’une trentaine d’hommes, forment les membres de l’ICTS (Iraqi Counter Terrorism Service) ; leur dernier mandat prendra fin en février de cette année.

Les formateurs français, majoritairement fournies par la 13e DBLE, auront au moins eu la satisfaction de voir leurs élèves au combat, lors de la bataille de Ramadi. Leur prestation, bien supérieure en qualité à celle des unités de l’armée régulière irakienne, aura permis la reprise du centre-ville et du quartier des administrations sans casse majeure. Etrillé en 2014, l’ICTS avait été repris en main, réorganisé et reformé. Avec succès.

Ce succès a vite été récupéré par tous les pays qui contribuent à la formation de cette unité forte d’environ 7000 hommes et qui dépend directement du Premier ministre irakien. La presse australienne a ainsi claironné que des commandos de la Task Group Taji ont conseillé l’ICTS sur le front même et qu’ils ont guidé "un millier" de frappes de la coalition. Un porte-parole australien a démenti, précisant seulement que "a Special Operations Task Group of about 80 personnel has deployed to Iraq and is providing military advice and assistance to the Counter-Terrorism Service of the ISF" (voir ici).

Aux E.A.U, là où est installée la 13e DBLE, on n’en est pas à tresser des couronnes de lauriers pour tous ceux qui, au cours des trois mandats du DIO, ont contribué à redynamiser, renforcer et conseiller l’ICTS. Mais la satisfaction est de mise.

Ainsi, les cours de déminage/neutralisation d’engins explosifs (C-IED) ont payé. "Lors du début de la reprise de Ramadi, sur les trois premiers jours, ils (les Irakiens) ont rencontré 62 IED et ils n'ont eu que quatre blessés, ce qui est remarquable par rapport aux tristes bilans qu'ils avaient pu avoir sur d'autres opérations", souligne le commandant Enguerrand, chef du DIO 13 lors de l’avant-dernier mandat. "Il y a six mois, on aurait eu 60 morts" dans cette situation, renchérit l'adjudant-chef Mikhaïl qui a présenté le cours C-IED à Jean-Yves Le Drian lors de son passage de samedi soir aux Emirats (voir la photo ci-dessous).

La formation concernait aussi l’instruction sur l’armement et le tir, l’entraînement physique et le combat. Avec des petits plus : "Une partie des cours est donnée en arabe par des légionnaires arabophones", explique le lieutenant-colonel Philippe, premier patron du DIO. "En plus, le cursus et les méthodes pédagogiques de la Légion sont vraiment adaptés à la formation des étrangers."

Fin février, le DIO 13 quittera Bagdad. Retour aux Emirats pour préparer le transfert vers le Larzac et le passage de témoin au futur "5e Cuir".

A Bagdad, le DIO Légion sera remplacé par un DIO armé par le 3e RPIMa. Autre style certainement, "mais ça restera léger, fin et manœuvrier", conclut en souriant le colonel L-G.

photo Philippe Chapleauphoto Philippe Chapleau
photo Philippe Chapleau

photo Philippe Chapleau

Repost 0
4 janvier 2016 1 04 /01 /janvier /2016 12:30
photo Marine nationale

photo Marine nationale


31.12.2015 par
 

Il y a deux façons de s’y prendre, bombarder à tout va, avec ce que cela entraîne de morts chez les civils, ou frapper à la tête de l’EI: la coalition menée par les États-Unis, qui dit préférer « frapper le serpent à la tête », a communiqué la liste de 10 cadres dirigeants de l’EI tués en décembre.

Parlant mardi aux journalistes au Pentagone via satellite en direct de Bagdad, le colonel Warren, porte-parole de l’opération Inherent Resolve, a souligné que le Français Charaffe El Mouadan, membre du groupe État islamique lié directement à l’instigateur des attentats de Paris et qui a été a été tué cette semaine en Syrie, était loin d’être la seule cible importante touchée par les Américains en décembre.

Selon Warren, au moins dix cadres dirigeants du groupe armé État islamique, dont plusieurs avaient été impliqués dans la planification des attentats de paris, a été éliminée lors de frappes du 7 au 27 décembre.

Suite de l'article

Repost 0
4 janvier 2016 1 04 /01 /janvier /2016 08:30
Credits Rayzone

Credits Rayzone

 

24 décembre 2015 David Feugey - silicon.fr

 

Avec InterApp, la start-up israélienne Rayzone livre un outil clé en main permettant de collecter les données personnelles de centaines de smartphones. De l’espionnage en boite.

 

La start-up israélienne Rayzone propose une offre peu banale, InterApp. « InterApp est un système d’intelligence tactique, développé pour les agences de renseignement et les instances judiciaires et leur permettant de recueillir furtivement des informations dans le Cloud en utilisant les vulnérabilités des applications des smartphones. »

Traduction : une box permettant de voler des informations sur les téléphones, pour peu que ces derniers disposent d’une connexion WiFi active. Tous les smartphones peuvent être hackés par ce système, qui ne laisse aucune trace de son passage, assure la société.

Suite de l’article

Repost 0
4 janvier 2016 1 04 /01 /janvier /2016 08:30
Inherent Resolve – Chammal sit rep 03 Jan. – CJTF-OIR

 

January 3, 2016 by CJTF-OIR - Release # 20160103-01

 

Military Strikes Continue Against ISIL Terrorists in Syria and Iraq

 

SOUTHWEST ASIA- On Jan. 2, coalition military forces continued to attack ISIL terrorists in Syria and Iraq. In Syria, coalition military forces conducted six strikes using fighter and attack aircraft. Separately in Iraq, coalition military forces conducted 20 strikes coordinated with and in support of the Government of Iraq using attack, bomber, fighter, and remotely piloted aircraft against ISIL targets.

 

The following is a summary of the strikes conducted against ISIL since the last press release:

 

Syria

• Near Dayr Az Zawr, three strikes struck an ISIL gas and oil separation plant and destroyed an ISIL technical vehicle, an ISIL excavator, two ISIL front end loaders, and damaged a separate ISIL front end loader.

• Near Manbij, one strike struck an ISIL tactical unit and destroyed four ISIL buildings and an ISIL vehicle.

• Near Ayn Isa, one strike struck an ISIL tactical unit and destroyed two ISIL fighting positions.

• Near Washiyah, one strike struck an ISIL weapons manufacturing and storage facility.

 

Iraq

• Near Fallujah, one strike struck an ISIL tactical unit and suppressed an ISIL mortar position.

• Near Kirkuk, one strike struck an ISIL tactical unit and destroyed an ISIL heavy machine gun and an ISIL fighting position.

• Near Kisik, one strike destroyed an ISIL assembly area.

• Near Mosul, five strikes struck two separate ISIL tactical units and destroyed 18 ISIL fighting positions, three ISIL command and control nodes, two ISIL weapons caches, two ISIL tunnels, and an ISIL vehicle.

• Near Qayyarah, one strike struck an ISIL tactical unit and destroyed two ISIL fighting positons.

• Near Ramadi, seven strikes struck an ISIL tactical unit and destroyed three ISIL tactical vehicles, two ISIL vehicles, an ISIL vehicle borne improvised explosive device (VBIED), three ISIL buildings, two ISIL heavy machine gun positions, an ISIL fighting position, an ISIL staging location, suppressed an ISIL VBIED, damaged an ISIL staging location, and denied ISIL access to terrain.

• Near Sinjar, two strikes destroyed two ISIL fighting positions and two ISIL light machine guns and denied ISIL access to terrain.

• Near Sultan Abdallah, one strike struck an ISIL tactical unit and destroyed an ISIL fighting positon.

• Near Tal Afar, one strike struck an ISIL-used bridge.

 

Additionally, in yesterday's strike release, one strike in Iraq was erroneously listed separately in support of Coalition operations. This was incorrect, all strikes in Iraq were conducted in support of and coordination with the Government of Iraq against ISIL targets.

 

Strike assessments are based on initial reports. All aircraft returned to base safely.

 

A strike, as defined in the CJTF releases, means one or more kinetic events that occur in roughly the same geographic location to produce a single, sometimes cumulative effect for that location. So having a single aircraft deliver a single weapon against a lone ISIL vehicle is one strike, but so is multiple aircraft delivering dozens of weapons against a group of buildings and vehicles and weapon systems in a compound, for example, having the cumulative effect of making that facility (or facilities) harder or impossible to use. Accordingly, CJTF-OIR does not report the number or type of aircraft employed in a strike, the number of munitions dropped in each strike, or the number of individual munition impact points against a target.

 

The strikes were conducted as part of Operation Inherent Resolve, the operation to eliminate the ISIL terrorist group and the threat they pose to Iraq, Syria, and the wider international community.

 

The destruction of ISIL targets in Syria and Iraq further limits the group's ability to project terror and conduct operations. Coalition nations which have conducted strikes in Iraq include Australia, Belgium, Canada, Denmark, France, Jordan, Netherlands, the United Kingdom, and the United States. Coalition nations which have conducted strikes in Syria include Australia, Bahrain, Canada, France, Jordan, Saudi Arabia, Turkey, United Arab Emirates, the United Kingdom, and the United States.

Repost 0
4 janvier 2016 1 04 /01 /janvier /2016 07:30
photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

 

03/01/2016 Sources : Etat-major des armées

 

Dans la nuit du samedi 02 au dimanche 03 janvier 2016, les forces françaises ont conduit un raid aérien contre un site industriel contrôlé par Daech situé à plusieurs dizaines de kilomètres à l’Est de la ville d’Alep en Syrie. L’objectif visé a été détruit.

 

Engagé depuis le Golfe arabo-persique le raid était constitué de 4 avions Rafale équipés de missiles SCALP (système de croisière autonome à longue portée). Les aéronefs de l’opération Chammal ont agi conjointement avec des avions de la coalition.

 

Le site, constitué de bâtiments durcis, servait d’usine de fabrication de roquettes artisanales et de stockage d’armement à l’organisation terroriste. Ce raid contribue à affaiblir les capacités logistiques et militaires de Daech à proximité des zones de combat.

Repost 0
2 janvier 2016 6 02 /01 /janvier /2016 08:30
Inherent Resolve – Chammal sit rep 02 Jan. – CJTF-OIR

 

January 2, 2016 by CJTF-OIR - Release # 20160102-01

 

Military Strikes Continue Against ISIL Terrorists in Syria and Iraq

 

SOUTHWEST ASIA- On Jan. 1, coalition military forces continued to attack ISIL terrorists in Syria and Iraq. In Syria, coalition military forces conducted six strikes using fighter, fighter-attack, and remotely piloted aircraft. Separately in Iraq, coalition military forces conducted 25 strikes coordinated with and in support of the Government of Iraq using rocket artillery and attack, bomber, fighter, and remotely piloted aircraft against ISIL targets. Coalition military forces conducted one strike in Iraq in support of Coalition operations using fighter aircraft.

 

The following is a summary of the strikes conducted against ISIL since the last press release:

 

Syria

• Near Abu Kamal, one strike struck an ISIL-used bridge.

• Near Ar Raqqah, three strikes struck three ISIL gas and oil separation plants.

• Near Ayn Isa, two strikes destroyed five ISIL buildings.

 

Iraq

• Near Al Baghdadi, one strike destroyed three ISIL weapons caches.

• Near Albu Hayat, one strike struck an ISIL tactical unit and destroyed an ISIL vehicle borne improvised explosive device (VBIED) and an ISIL vehicle.

• Near Kisik, nine strikes suppressed an ISIL fighting position and denied ISIL access to terrain.

• Near Mosul, three strikes destroyed 17 ISIL fighting positions and an ISIL VBIED facility.

• Near Ramadi, five strikes struck two separate ISIL tactical units and destroyed seven ISIL fighting positions, six ISIL heavy machine gun positions, three ISIL buildings, an ISIL vehicle, cratered two ISIL-used roads, and denied ISIL access to terrain.

• Near Sinjar, two strikes destroyed seven ISIL assembly areas, three ISIL weapons caches, and an ISIL command and control node.

• Near Tal Afar, four strikes struck destroyed six ISIL bunkers and denied ISIL access to terrain.

 

Strike assessments are based on initial reports. All aircraft returned to base safely.

 

A strike, as defined in the CJTF releases, means one or more kinetic events that occur in roughly the same geographic location to produce a single, sometimes cumulative effect for that location. So having a single aircraft deliver a single weapon against a lone ISIL vehicle is one strike, but so is multiple aircraft delivering dozens of weapons against a group of buildings and vehicles and weapon systems in a compound, for example, having the cumulative effect of making that facility (or facilities) harder or impossible to use. Accordingly, CJTF-OIR does not report the number or type of aircraft employed in a strike, the number of munitions dropped in each strike, or the number of individual munition impact points against a target.

 

The strikes were conducted as part of Operation Inherent Resolve, the operation to eliminate the ISIL terrorist group and the threat they pose to Iraq, Syria, and the wider international community.

 

The destruction of ISIL targets in Syria and Iraq further limits the group's ability to project terror and conduct operations. Coalition nations which have conducted strikes in Iraq include Australia, Belgium, Canada, Denmark, France, Jordan, Netherlands, the United Kingdom, and the United States. Coalition nations which have conducted strikes in Syria include Australia, Bahrain, Canada, France, Jordan, Saudi Arabia, Turkey, United Arab Emirates, the United Kingdom, and the United States

Repost 0
1 janvier 2016 5 01 /01 /janvier /2016 17:30
photo EMA / Marine nationale

photo EMA / Marine nationale

 

01/01/2016 CNE Limousin  - DICOD

 

Le ministre de la Défense a passé son réveillon du Nouvel An à bord du porte-avions Charles de Gaulle, engagé dans les opérations contre Daech. L'occasion pour lui de revenir sur les actions de la France contre le groupe terroriste.

 

A l'aube de 2016, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, s'est rendu sur le porte-avions Charles de Gaulle, en escale à Manama, la capitale du Bahreïn. C'est la 3e fois que le ministre visite le porte-avions, actuellement engagé dans le golfe Persique contre Daech.

 

A cette occasion, le ministre a souligné que le groupe aéronaval constituait "le fer de lance de la plus importante de nos opérations dans le cadre de la lutte de la France contre Daech". Et d'ajouter que "c'est bien une guerre que nous menons contre Daech. C'est donc ici, et partout où la France lutte contre ce groupe terroriste qui la menace, qu'il convient que je sois à vos côtés".

 

Devant un parterre de militaires armant le groupe aéronaval, le ministre de la Défense a rappelé que "notre objectif, c'est la destruction pure et simple de cette organisation terroriste qui tente de s'approprier des territoires au Levant, qui soumet les populations, qui efface le patrimoine de l'humanité, qui menace notre liberté". Le ministre a précisé que la France, mais également l'ensemble de la coalition, a intensifié ses frappes depuis le 13 novembre 2015. Les forces engagées ciblent des centres de commandement, des camps d'entraînement, des bases logistiques, des dépôts de munitions, des sites pétroliers et d'innombrables positions de combat en Syrie et en Irak.

 

"Mais cet engagement a aussi un prix" a souligné Jean-Yves Le Drian. "Ce prix, c'est la sollicitation très forte dont les armées sont l'objet. Je connais votre rythme d'activité particulièrement intense". En effet, plus de 20 000 militaires ont passé les fêtes loin de chez eux, en mer, à l'étranger ou en métropole.

 

Le ministre de la Défense a par ailleurs révélé que la président de la République avait décidé, dès le printemps, de revoir à la hausse les budgets de défense prévus par la loi de programmation militaire. Pour mener la guerre contre Daech, les armées bénéficieront au total de plus de 3,8 milliards d'euros supplémentaires d'ici à 2019. Et dès cette année, le budget de la défense sera ainsi augmenté de plus de 700 millions d'euros.

 

Le 1er janvier, Jean-Yves Le Drian rendra visite aux militaires français stationnés en Jordanie et le lendemain à ceux déployés aux Emirats Arabes Unis.

photo EMA / Marine nationale

photo EMA / Marine nationale

Repost 0
31 décembre 2015 4 31 /12 /décembre /2015 15:30
Inherent Resolve – Chammal SITREP 31 Dec – CJTF-OIR

 

December 31, 2015 by CJTF-OIR - Release # 20151231-01

 

Military Strikes Continue Against ISIL Terrorists in Syria and Iraq

 

SOUTHWEST ASIA- On Dec. 30, coalition military forces continued to attack ISIL terrorists in Syria and Iraq. In Syria, coalition military forces conducted seven strikes using attack and remotely piloted aircraft. In Iraq, coalition military forces conducted 17 strikes coordinated with and in support of the Government of Iraq using fighter, attack, and bomber aircraft against ISIL targets.

 

The following is a summary of the strikes conducted against ISIL since the last press release:

 

Syria

• Near Ayn Isa, two strikes destroyed an ISIL fighting position and an ISIL building.

• Near Mar’a, four strikes struck four separate ISIL tactical units and destroyed an ISIL vehicle, an ISIL fighting position, and wounded four ISIL fighters.

• Near Manbij, one strike struck an ISIL tactical unit.

 

Iraq

• Near Kisik, one strike destroyed an ISIL bunker.

• Near Mosul, nine strikes struck an ISIL tactical unit, two ISIL staging locations, three ISIL headquarters, and destroyed 21 ISIL fighting positions.

• Near Ramadi, five strikes struck two separate ISIL tactical units and destroyed an ISIL staging area, 10 ISIL fighting positions, seven ISIL heavy machine guns, an ISIL sniper position, an ISIL rocket propelled grenade position, and denied ISIL access to terrain.

• Near Sinjar, two strikes struck an ISIL tactical unit and destroyed an ISIL vehicle and an ISIL fighting position and suppressed an ISIL mortar position and a light machine gun position.

 

Strike assessments are based on initial reports. All aircraft returned to base safely.

 

A strike, as defined in the CJTF releases, means one or more kinetic events that occur in roughly the same geographic location to produce a single, sometimes cumulative effect for that location. So having a single aircraft deliver a single weapon against a lone ISIL vehicle is one strike, but so is multiple aircraft delivering dozens of weapons against a group of buildings and vehicles and weapon systems in a compound, for example, having the cumulative effect of making that facility (or facilities) harder or impossible to use. Accordingly, CJTF-OIR does not report the number or type of aircraft employed in a strike, the number of munitions dropped in each strike, or the number of individual munition impact points against a target.

 

The strikes were conducted as part of Operation Inherent Resolve, the operation to eliminate the ISIL terrorist group and the threat they pose to Iraq, Syria, and the wider international community.

 

The destruction of ISIL targets in Syria and Iraq further limits the group's ability to project terror and conduct operations. Coalition nations which have conducted strikes in Iraq include Australia, Belgium, Canada, Denmark, France, Jordan, Netherlands, the United Kingdom, and the United States. Coalition nations which have conducted strikes in Syria include Australia, Bahrain, Canada, France, Jordan, Saudi Arabia, Turkey, United Arab Emirates, the United Kingdom, and the United States.

Repost 0
31 décembre 2015 4 31 /12 /décembre /2015 12:30
photo EMA / Marine nationale

photo EMA / Marine nationale

 

30 Décembre 2015 par Jean-Dominique Merchet

 

Selon l’état-major des armées, l’aviation française (Air et Marine) a procédé à un total de 49 frappes en appui des forces irakiennes qui participaient à la reprise de la ville de Ramadi, tenue par l’Etat Islamique. Par ailleurs, les conseillers militaires français ont participé à la formation d’une partie des forces engagées dans la bataille, les 1700 hommes de l’Iraqi Counter Terrorism Service (ICTS).

Pour une analyse sur les enjeux stratégiques autour de Ramadi, voir mon article de l’Opion (abonnés) dont voici les premières lignes :  La prise de la ville de Ramadi est une « victoire symbolique, mais pas forcément stratégique » assure Myriam Benraad, spécialiste de l’Irak . « La vraie réussite, ce serait Mossoul », ajoute-t-elle, faisant référence à la grande cité du Nord, tombée entre les mains de l’État islamique en juin 2014.

Repost 0
31 décembre 2015 4 31 /12 /décembre /2015 12:30
photo US Navy

photo US Navy


30 déc. 2015 US Navy

 

ARABIAN GULF (Dec. 29, 2015) Aircraft return to the flight deck aboard the aircraft carrier USS Harry S. Truman (CVN 75) upon completion of the ship’s first mission in support of Operation Inherent Resolve. The Harry S. Truman carrier strike group is deployed in support of Operation Inherent Resolve, maritime security operations and theater security cooperation efforts in the U.S. 5th Fleet area of Operations. (U.S. Navy video by Mass Communication Specialist 3rd Class J. Richardson/Released)

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories