Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 17:30
The Mbombe 6x6 armored vehicle to be assembled in Jordan for its military. Photo: Paramount Group

The Mbombe 6x6 armored vehicle to be assembled in Jordan for its military. Photo: Paramount Group


ABU DHABI, United Arab Emirates, Feb. 26 (UPI)

 

Jordan has become the first customer for the Mbombe 6x6 armored infantry combat vehicle from South Africa's Paramount Group.

The initial 50 vehicles for the Jordanian armed forces will be assembled in Jordan by KADDB, or the King Abdullah II Design and Development Bureau, which will also produce some components for it.

Additional details of the deal, including its monetary value, were not disclosed.


Read more

Repost 0
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 17:30
The Z:NightOwl M surveillance system from Airbus Defense and Space. Photo: Airbus DS

The Z:NightOwl M surveillance system from Airbus Defense and Space. Photo: Airbus DS

 

Feb. 26, 2015 By Richard Tomkins (UPI)

 

MUNICH, Germany, Feb. 26 -- An unidentified Middle Eastern country has contracted Airbus Defense and Space for long-range opto-electric/infrared imaging system for use on its borders. The system to be supplied by Airbus DS' Optronics business is the Z:NightOwl M, a surveillance system specifically developed for extremely long-range observation purposes. Airbus DS said the system provides a very large field of view for wide-area observation and detection, coupled with an extremely small field of view for identification.

 

Read more

Repost 0
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 17:30
Tordre le cou au mythe de l'invincibilité de Daesh

 

2 mars 2015 par

 

Parmi l'ensemble des documentaires ou reportages que j'ai choisi de regarder sur Arte depuis qu'existe la chaîne, j'ai très rarement été déçu. Malheureusement, pour la première fois, un documentaire m'a laissé dubitatif : « Daech, naissance d'un état terroriste ». La réalisation a beau être globalement encensée, même en admettant le format très limité d'à peine une heure, je ne vois qu'un travail bâclé. Quand je lis l'Express évoquant une « (…) enquête précise bourrée d'intervenants éclairés et d'images tétanisantes » je suis conforté dans mon regard critique. Car il y a un problème de taille : les images tétanisantes ne font pas la qualité d'un « doc » si le commentaire qui les accompagne est truffé d'erreurs, d'approximations, d'omissions, de simplifications outrancières. Au bout du compte, la qualité dudit documentaire est très hétérogène : contestable au cours des deux premiers tiers, un peu meilleur dans le dernier tiers notamment grâce aux propos de Romain Caillet, Jean-Charles Brisard1, d'Hubert Védrine ou encore d'Athil al-Nujaifi, gouverneur de Mossoul. Au bilan, l'ensemble est médiocre. Évidemment, il ne s'agit pas de tirer gratuitement à boulets rouges sur cette réalisation de Jérôme Fritel. J'étaie ma critique dans le long développement qui suit en apportant les éléments qui manquent fâcheusement pour véritablement comprendre la naissance de l’État Islamique2 (EI ; Dawlat al-Khilifa).

 

NB : pour une lecture plus fluide (en particulier en ce qui concerne la multitude de notes), je recommande le téléchargement en pdf du document, via ce lien.

 

Suite de l'article

Repost 0
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 17:30
Aselsan, Honeywell Sign MoU on Collaboration

 

Feb 27 2015 trdefence.com (DefenseNews)

 

ANKARA — Turkish defense electronics specialist Aselsan and US Honeywell have signed a memorandum of understanding to generate a framework for future collaboration, Aselsan said in a statement Friday.

 

The statement from Turkey’s biggest company said: “[Aselsan and Honeywell] signed a memorandum of understanding on the third day of the IDEX 2015 Exhibition at Abu Dhabi.”

 

It said that the agreement sets forth a pathway for collaboration on avionics products for both civilian and military industries.

 

It also said: “To ensure that the cooperative work to be undertaken by the companies proceeds efficiently, the parties have agreed to establish a Steering Committee to ensure regular meetings as well as dedicated Working Groups to execute the collaborative efforts.”

 

Aselsan says its business focuses on in-house critical capabilities, state-of-the-art technologies and sustainable research and development.

 

The company, listed on the Istanbul Stock Exchange, primarily engages in design, development, production, system integration, modernization and after sales services in the fields of military communication systems, professional communication systems, radar and electronic warfare systems, electro-optical systems, avionic systems, defense and weapon systems, C4ISR systems, naval combat systems, transportation systems, security systems, and energy and power management systems.

Repost 0
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 15:30
Tikrit - credits BBC MidEast

Tikrit - credits BBC MidEast

 

3 March 2015 By Nafiseh Kohnavard BBC Persian, Beirut

 

As Iraqi and Shia militias try to recapture the city of Tikrit from Islamic State (IS), the key role of Iran in the campaign is becoming clearer.

 

Shia militia sources in Iraq have confirmed that Gen Qasem Soleimani, the commander of the Iran's Islamic Revolution Guards Corps (IRGC) Quds Force is personally taking part in leading the operation. Tikrit, 150km (95 miles) north of Baghdad, has been occupied by IS for more than eight months and an offensive to recapture it was declared by Iraqi Prime Minister Haider al-Abadi on Sunday. The Iraqi army and security forces along with Shia militia groups who call themselves Popular Mobilisation units are pushing into Tikrit from several directions. As sources on the ground have told BBC Persian, a number of IRGC officers were involved at a command level before the operation was officially launched. Iranian authorities are yet to comment officially but Iran's Fars news agency, considered to be very close to the Revolutionary Guards, has extensively reported on the role of Gen Soleimani in the operation.

 

Read more

Repost 0
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 13:30
L'Australie renforce son contingent en Irak pour lutter contre Daesh

Les Etats membres de la coalition contre Daesh – credits Jérémie Baruch Le Monde.fr

 

03.03.2015 Le Monde.fr (AFP, Reuters)

 

L'Australie a annoncé mardi 3 mars l'envoi de 300 soldats supplémentaires en Irak, où ils participeront avec les forces néo-zélandaises à une mission de formation des militaires irakiens qui luttent contre les djihadistes de l'Etat islamique (EI).

Le premier ministre Tony Abbott a précisé que son pays répondait à une demande officielle de Bagdad et Washington. « Je voudrais souligner que nous n'avons pas pris cette décision à la légère. Au bout du compte, c'est l'Irak qui doit mettre à genoux le culte de la mort [EI] mais nous ne voulons pas laisser les Irakiens tout seuls. »

 

Suite de l’article

Repost 0
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 12:30
Defence Secretary pledges to train Syrian Moderate Opposition

Defence Secretary Michael Fallon meets US Commander of the Combined Joint Task Force Lt General James Terry - photo UK Gov

 

2 March 2015 Ministry of Defence and The Rt Hon Michael Fallon MP

 

In Kuwait today, the Defence Secretary met the senior military figures overseeing the international coalition’s response to the ISIL threat.

 

Michael Fallon met with the US Commander of the Combined Joint Task Force Lt General James Terry and the UK Deputy Commander Major General Bob Bruce at Camp ‘Arifjan, the Headquarters for anti-ISIL operations.

During talks, Mr Fallon received an update on operational activity against ISIL. He emphasised the UK’s position that ISIL must be defeated in both Iraq and Syria and reaffirmed the UK’s intention to contribute to a US-led programme to train the Syrian Moderate Opposition at training sites across the Middle East.

Mr Fallon also discussed the UK’s significant contribution to the international coalition’s air campaign and the training and assistance provided to the Iraqi military.

Defence Secretary Michael Fallon said:

I came here to review progress in the campaign to defeat ISIL with Lt General Terry and Major General Bruce and to consider what more we can do counter its violent ideology.

This is a fight that ultimately can only be won on the ground and we are making a major contribution to assist Iraqi forces. Our aircraft have conducted around 160 strikes and provided vital refuelling capability; and the recently deployed E3-D aircraft will boost the coalition’s command and control and surveillance capabilities.

But ISIL must be defeated in both Iraq and Syria. Our actions and surveillance capabilities are freeing up other countries to strike in Syria. I reiterated today that Britain intends to contribute to the coalition’s training of moderate Syrian opposition.

Mr Fallon travelled to Kuwait as part of a wider Gulf visit as UK air activity over Iraq increased significantly recently, with RAF Tornados attacking a number of ISIL positions threatening Iraqi ground operations over the weekend. The trip will focus on how countries in the region can continue to tackle extremist groups. He met with the Kuwaiti Prime Minister His Highness Sheikh Jaber Al Mubarak Al Hamad Al Sabah and Defence Minister Sheikh Khaled al-Jarrah al-Sabah to welcome Kuwait’s contribution to anti-ISIL efforts and to reiterate the strength and importance of relations between the two countries.

En route to Kuwait, Michael Fallon also met with His Majesty King Abdullah II and the Chairman of the Joint Chiefs of Staff, General Mashal M. Al-Zaben in Jordan to reinforce the UK’s commitment to the Jordanian Armed Forces and to explore the country’s vision for countering the treat of ISIL to the region.

  • For regular RAF airstrike updates visit please click here

  • For further information on the UK Government’s response to the threat of ISIL, including updates on the Coalition airstrikes please click here

Repost 0
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 12:30
Defence Secretary thanks UK military personnel tackling ISIL

Michael Fallon speaks to UK military personnel during a trip to RAF Akrotiri [Picture: Corporal Lee Goddard RAF, Crown copyright]

 

1 March 2015 Ministry of Defence and The Rt Hon Michael Fallon MP

 

Defence Secretary Michael Fallon today thanked UK personnel directly involved in the fight against ISIL during a trip to RAF Akrotiri.

 

During his second visit to Cyprus, Mr Fallon met RAF personnel from 903 Expeditionary Air Wing who are providing the UK’s contribution to coalition air operations against ISIL.

He discussed the campaign and spoke to the pilots who are flying twice daily missions as the UK continues to make the second largest contribution to coalition airstrikes in support of Iraqi forces.

The Defence Secretary also met troops from 2nd Battalion, Princess of Wales’s Royal Regiment, and received a briefing on the key role they are playing in the training programme to build the capacity of the Iraqi Security Forces.

So far over 1000 Kurdish Peshmerga have completed training and the UK will lead the Coalition’s counter-IED training programme which is due to start this month.

Defence Secretary Michael Fallon said:

I am proud of the work the 400 personnel based here are doing to help the Iraqi Government to defend their country against the ISIL ‘cancer’.

While this fight will take time, the coalition’s airstrikes are having a direct effect in supporting Iraqi ground operations against ISIL.

In the North, areas around Mount Sinjar have been retaken, bringing relief to the local Yazidi population and applying pressure to ISIL forces in Mosul. In the South, Iraqi forces operations are beginning to push back ISIL.

Britain’s contribution is playing to our strengths. By leading the counter-IED training this month our troops will be using their expertise to give Iraqi forces a vital capability in taking the fight to ISIL.

The RAF base has been home to extensive air capabilities since coalition air operations began last year.

These include:

  • Tornado GR4s which have conducted 90 strikes (as of 2nd March 2015)
  • Reaper Remotely Piloted Aircraft which have conducted 70 strikes (as of 2nd March 2015)
  • Voyager which has played a crucial role in refuelling UK and coalition aircraft
  • C130 transport aircraft which have delivered both humanitarian aid and military support
  • and finally the recently deployed E3-D Sentry which has enhanced the coalition’s airborne control and surveillance capability.
Repost 0
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 08:55
Comment les services de renseignement classent les djihadistes

 

02.03.2014 Par V.A.
 

Terrorisme. De la Syrie et l’Irak à l’Europe, une nouvelle génération de combattants se prépare. Avec des profils inédits et des capacités décuplées. Nos services ont classé la menace en trois cercles.

 

Les nouvelles menaces djihadistes contre les grands centres commerciaux occidentaux obligent les services antiterroristes à renforcer leur vigilance. Ils savent que de nouvelles actions se préparent, au-delà de celles menées à Paris les 7, 8 et 9 janvier ou à Copenhague, le 14 février. Convaincus que les tueurs qui ont agi en France et au Danemark sont presque une avant-garde, ils discernent une relève plus redoutable, avec des capacités supérieures. Ils répartissent ces nouveaux djihadistes en trois cercles.

Les plus dangereux sont les infiltrés. C’est la génération Khorasan, du nom d’un groupe islamiste jeune (son chef a 33 ans), dont l’ambition est de réussir un attentat spectaculaire en Occident. Bénéficiant des savoir-faire de membres “historiques” d’Al-Qaïda, Khorasan regroupe des volontaires bien formés, parfois même des spécialistes “pointus” comme le Français David Drugeon. Artificier de Khorasan en Syrie, Drugeon a échappé aux salves de missiles américains Tomahawk tirés dans la nuit du 22 au 23 septembre 2014 dans la région d’Alep.

Khorasan recrute en priorité des Occidentaux, pour mieux les réinfiltrer dans leur pays d’origine. Sa technicité inquiète. Ce groupe mène des reconnaissances discrètes et précises, dans la durée, sur des objectifs à haute valeur (l’Élysée, la tour Eiffel, un grand magasin, un lieu très touristique). Il sait infiltrer des opérationnels en utilisant de faux documents d’identité. Il dispose de lieux sûrs et discrets pour préparer ses attentats, avec les informations de dernière minute, comme la présence d’une cible particulièrement visée ou l’heure de densité maximale d’une foule...Lire la suite...

Repost 0
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 08:30
Australia 'to send more troops to train Iraqi forces'

 

2 March 2015 BBC

 

Australia is poised to significantly increase its contingent of troops training local forces in Iraq, Australian media say.

 

They say 300 troops will join the 200 special forces soldiers already in the country training the Iraqi army. The new deployment will form part of a joint mission with New Zealand. Fighter jets from the Royal Australian Air Force joined the US-led coalition bombing Islamic State (IS) targets in Iraq in October. The cabinet approved the plan on Monday, Australia's ABC News reported. Prime Minister Tony Abbott is expected to make a formal announcement later on Tuesday. New Zealand Prime Minister John Key pre-empted the announcement last week when he revealed that New Zealand was sending 143 troops to Iraq in a joint operation with Australia.

 

Read more

Repost 0
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 08:30
Irak: l’armée déploie 30.000 soldats et lance un assaut sur Tikrit

 

2 mars 2015 45eNord.ca (AFP)

 

Les forces gouvernementales irakiennes bombardaient lundi des positions djihadistes dans et autour de Tikrit, un bastion du groupe armé État islamique au nord de Bagdad où une offensive d’envergure impliquant quelque 30 000 hommes était en cours, a indiqué l’armée.

 

«Les forces de sécurité avancent depuis trois directions vers Tikrit, Ad-Dawr (au sud) et Al-Alam (au nord)», a déclaré par téléphone à l’AFP un colonel de l’armée irakienne.

«Des chasseurs-bombardiers, des hélicoptères et l’artillerie visent Tikrit pour assurer la progression (des forces progouvernementales) et couper les voies de ravitaillement», a-t-il précisé.

Des sources militaires ont fait état d’avions irakiens participant à l’opération, mais il n’était pas clair dans l’immédiat si l’offensive pouvait aussi compter sur un soutien aérien étranger, iranien ou de la coalition internationale antidjihadistes conduite par les États-Unis.

Selon le colonel, les forces progouvernementales «progressent également sur les routes secondaires afin d’empêcher la fuite de Daech (un acronyme du groupe djihadiste en arabe)», qui contrôle Tikrit depuis neuf mois.

Le groupe armé État islamique (EI) s’était emparé de cette ville en juin à la faveur d’une percée fulgurante dans le nord et l’ouest de l’Irak, où ce groupe extrémiste sunnite impose sa loi et multiplie les atrocités, comme sur les territoires qu’il contrôle en Syrie voisine.

L’opération militaire en cours à Tikrit est l’une des plus ambitieuses entreprises par Bagdad à ce jour pour faire reculer les djihadistes.

Elle a débuté tôt lundi, après avoir été annoncée la veille par le premier ministre Haider al-Abadi.

D’après le colonel irakien interrogé par l’AFP, les forces impliquées dans la bataille de Tikrit appartiennent à l’armée, à la police, à des unités antiterroristes, à des groupes de volontaires progouvernementaux connus sous le nom d’Unités de mobilisation populaire et à des tribus locales sunnites hostiles à l’EI.

«Venger Speicher»

Depuis Samarra, l’autre grande ville de la province de Salaheddine, le premier ministre irakien a appelé dimanche les forces progouvernementales à épargner la population civile lors de cette offensive majeure.

«La priorité que nous avons fixée à l’armée et aux forces qui l’aideront est de préserver la sécurité des citoyens», a indiqué M.Abadi, semblant vouloir rassurer la population de Tikrit, principalement sunnite, qui craint des représailles de la part des forces de sécurité si les djihadistes sont chassés de la région.

Le premier ministre a martelé ce message sur les réseaux sociaux, appelant «à protéger les civils et les propriétés avec le plus grand soin».

L’armée irakienne resserre l’étau depuis plusieurs semaines sur Tikrit, une ville qu’elle a plusieurs fois échoué à reprendre même si elle a enregistré quelques succès dans d’autres secteurs de l’Irak depuis le début des frappes de la coalition internationale contre les djihadistes.

Hadi al-Ameri, commandant des Unités de mobilisation populaire et figure centrale de la lutte en Irak contre l’EI, avait appelé samedi la population de Tikrit à quitter la ville dans les «48 heures», «pour venger Speicher».

Speicher est une base militaire proche de Tikrit où plusieurs centaines de nouvelles recrues, essentiellement chiites, avaient été enlevées avant d’être exécutées lors des premiers jours de l’offensive de l’EI en Irak.

Les milices chiites en particulier ont toujours promis de venger les exécutions de Speicher, suscitant des craintes de massacres visant la population sunnite dans le cas d’une reprise de Tikrit, région d’origine de l’ancien président irakien Saddam Hussein.

D’autant que certaines tribus sunnites de la région ont été accusées d’être impliquées dans le massacre de Speicher.

Dimanche, M. Abadi s’est également adressé aux habitants de Tikrit pour leur demander de se retourner contre les djihadistes.

«J’appelle tous ceux qui ont été trompés et ont commis des erreurs à déposer les armes aujourd’hui. Celle-ci pourrait être leur dernière chance», a-t-il dit, suggérant la possibilité d’une amnistie pour certains habitants qui avaient choisi le camp de l’EI.

Repost 0
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 22:30
Iraq 'seizes districts from Daesh' in Tikrit advance

 

2 March 2015 BBC MidEast

 

Iraqi government forces say they have retaken some districts around Tikrit in their fight to recapture the city from Islamic State (IS).

 

A force of about 30,000 troops and militia are said to be attacking on different fronts, backed by air strikes from Iraqi jets. A commander of Iran's Revolutionary Guards is taking part in the operation, a Shia militia commander told the BBC. Tikrit, north of the capital Baghdad, fell to IS militants last June. Security sources told the BBC that pro-government troops had seized control of the two districts of al-Tin, near Tikrit university north-east of the city, and the district of al-Abeid, in the west. Earlier, fighting was also reported in al-Dour, south-east of Tikrit, as well as in al-Alam, north of the city, and nearby Qadisiya. There were few details of the operation but army and medical sources were quoted as saying that five soldiers and 11 militia fighters had been killed.

 

Read more

Repost 0
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 22:20
Daesh menace le co-fondateur de Twitter

 

2 mars 2015 par Bastien Duhamel - 45eNord.ca

 

«Votre guerre virtuelle contre nous va provoquer une guerre réelle contre vous» ; telle est la menace mise en ligne en Arabe par l’organisation de l’Etat Islamique à l’intention du co-fondateur de Twitter Jack Dorsey.  Cette menace fait suite à une campagne de suppression de plusieurs messages et comptes affiliés au groupe djihadiste sur Twitter.

 

Déclarant que «nous vous avons prévenu que ce n’était pas votre guerre. Mais vous n’avez pas compris et vous avez continuez à supprimer nos comptes Twitter, nous reviendrons toujours». L’EI a lancé un appel à ses sympathisants à travers le monde pour s’en prendre directement aux employés de Twitter.

Cette menace s’explique par l’importance qu’accorde l’organisation islamique aux média sociaux dont elle se sert comme vecteurs de diffusion de sa propagande ou encore à des fins de recrutement essentiellement à destination des jeunes occidentaux.

Après avoir rappelé que Twitter tout comme les autres médias sociaux interdisent formellement toute publication comportant des menaces à l’égard d’autrui ou à toutes autres fins ou activités illégales, La direction du réseau social par l’intermédiaire de Jim Prosser a réagi brièvement en affirmant que ses «équipes de sécurité enquêtaient sur la véracité de la menace en collaboration avec les autorités officielles compétentes».

Repost 0
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 18:30
Credits VOA

Credits VOA

 

02/03/2015 Par Georges Malbrunot – LeFigaro.fr

 

La population sunnite craint des représailles des milices chiites accompagnant l'armée dans ses opérations contre Daech, qui contrôle depuis juin ce bastion de l'ancien dictateur Saddam Hussein.

 

Après avoir essuyé plusieurs échecs au cours des six derniers mois, l'armée irakienne a lancé lundi une opération d'envergure pour reprendre Tikrit, mobilisant plus de 30 000 hommes pour la reconquête de la plus importante ville de la province de Salaheddine, à 160 km au nord de Bagdad.

«Les forces de sécurité avancent depuis trois directions», a déclaré à l'AFP un officier de l'armée irakienne. «Des chasseurs bombardiers, des hélicoptères et l'artillerie visent Tikrit pour assurer la progression (des forces gouvernementales) et couper les voies de ravitaillement». On ignore si des avions iraniens ou de la coalition internationale anti-Daech (acronyme de l'État islamique en arabe) participent à cette délicate opération.

 

Suite de l’article

Repost 0
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 17:30
RAF Strike on ISIL 27 February



2 mars 2015 defenceheadquarters

 

In the early hours of Friday 27 February, an RAF Tornado GR4 patrol conducted reconnaissance to the north-west of Haditha. An ISIL armoured personnel carrier was located, and destroyed with a Brimstone missile.

Repost 0
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 17:30
Le général de corps d'armée Gaid Salah en visite officielle au Qatar - photo APS

Le général de corps d'armée Gaid Salah en visite officielle au Qatar - photo APS

 

27.02.15 elwatan.com

 

Le vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’ANP, le général de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah, est arrivé hier à Doha, en visite officielle sur invitation du général-major Hamad Ben Ali Al Attia, ministre d’Etat aux Affaires de la Défense qatarie, a indiqué un communiqué du ministère de la Défense nationale (MDN).

 

Le vice-ministre de la Défense a eu des entretiens en tête à tête avec le ministre d’Etat aux Affaires de la Défense qatarie, «qui ont été axés sur les relations de coopération militaire et les voies et moyens de les consolider», a précisé la même source. Le général de corps d’armée Gaïd Salah a évoqué les différents secteurs d’intérêt commun, entre autres l’échange de visites, la formation avec toutes ses spécialités, la géographie et télédétection, les technologies spatiales et leurs applications dans le domaine de la défense, ainsi que le volet des fabrications militaires.

 

Ce dernier volet «a connu la signature d’un mémorandum d’entente pour la réalisation d’un projet de production de pneumatiques à Bouira, un projet de production de batteries à Sougueur (Tiaret) et d’autres projets qui sont en phase d’étude et que les deux parties ont l’intention de concrétiser dans les prochains délais», a rappelé le communiqué.

Repost 0
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 17:30
Photo Jürgen Braekevelt - MIL.be

Photo Jürgen Braekevelt - MIL.be

 

2/03/15 7sur7.be

 

Les 35 militaires que le gouvernement a décidé vendredi de dépêcher en Irak pour assurer durant six mois la formation de l'armée irakienne dans le cadre de la coalition contre le groupe terroriste Etat islamique (EI) dirigée par les Etats-Unis sont arrivés sans encombre dimanche à Bagdad, a-t-on appris lundi de source militaire.

 

"Oui (ils sont arrivés) dimanche en fin d'après-midi" en Irak, a laconiquement indiqué un porte-parole militaire à l'agence BELGA deux jours après le départ du détachement belge dans la plus grande discrétion.

Il s'est refusé à tout détail supplémentaire en raison du caractère délicat de la mission, qui se déroulera sur l'aéroport de Bagdad, un lieu fortement gardé depuis l'invasion de l'Irak par les Etats-Unis en 2003 - à laquelle la Belgique s'était opposée - et considéré comme vital par les Américains mais vulnérable aux actions des djihadistes.

En janvier dernier, un Boeing 737 de la compagnie Flydubai avait été touché par trois balles de petit calibre avant son atterrissage sur l'aéroport international de Bagdad.

Le vol entre Bruxelles et Bagdad n'a sans doute pas été direct puisqu'il a fallu deux jours aux militaires belges pour gagner l'Irak.

 

Offensive contre l'EI

L'arrivée du détachement belge intervient alors que les forces de sécurité irakiennes, soutenues par des milices et des combattants tribaux, ont lancé lundi une offensive d'envergure en vue de reprendre la ville de Tikrit et d'autres régions du nord de Bagdad aux djihadistes de l'EI.

L'envoi de ces militaires (vingt instructeurs et quinze hommes pour le support et la sécurité) se fait dans le cadre du second volet de l'engagement - et le premier au sol - après le déploiement de chasseurs-bombardiers F-16 en Jordanie en octobre dernier pour combattre depuis les airs les djihadistes de l'EI (alias Daesch en arabe) dans le cadre de l'opération américaine "Inherent Resolve".

Il n'est toutefois pas question d'une mission de combat, mais de participer au programme "Building Partner Capacity" développé par la coalition afin de permettre à terme aux forces militaires irakiennes d'assurer la souveraineté du pays. Les Etats-Unis avaient sollicité la Belgique dès septembre dernier.

 

Formation de l'armée irakienne

La mission de formation doit commencer dans les prochains jours. Il s'agira d'aider à la sélection du personnel militaire irakien, d'entraîner des soldats irakiens à des techniques commandos, au tir ainsi qu'aux soins médicaux, avec comme objectif également de former des instructeurs selon le principe "Train the Trainers". Son coût estimé est de 1,815 million d'euros pour six mois, selon la Défense.

Cet engagement terrestre - mais le gouvernement récuse l'expression de "troupes au sol" car les instructeurs ne participeront pas à la reconquête du territoire irakien aux mains de l'EI - vient compléter celui des six chasseurs F-16 opérant depuis la Jordanie et servis par quelque 110 personnes pour mener des raids aériens contre les positions des djihadistes, à raison de quelque 400 heures de vol mensuelles. Cette mission devrait toutefois se terminer fin juin, après neuf mois, selon des sources militaires, en l'absence de crédits pour la prolonger au-delà.

Repost 0
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 12:30
Gendarmerie officer arrested in MİT truck case (Feb. 26)

 

Feb 26 2015 trdefence.com (Daily Sabah)

 

On Thursday, Turkish Gendarmerie officer, who tipped off the National Intelligence Organization (MİT) trucks for allegedly carrying ammunition inside Syria, has been arrested.

 

According to the statement by the public prosecutor of Adana, the noncommissioned officer identified only by the initials H.A. faces charges of “obtaining and revealing information that was supposed to be kept secret for the safety of the state.”

 

The trucks were stopped by gendarmerie teams in Turkey’s southeastern province of Hatay on January 1, 2014 despite a national security law forbidding such acts.

 

The Turkish Interior Ministry had said the trucks were carrying humanitarian aid for the Turkmen community in Syria.

 

The prosecutor and security officers who ordered the stopping of the trucks were later removed from their posts.

Repost 0
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 12:30
Le porte-parole du Pentagone, le contre-amiral John Kirby, lors d'un point de presse. (DoDNews)

Le porte-parole du Pentagone, le contre-amiral John Kirby, lors d'un point de presse. (DoDNews)

 

28 février 2015 par Jacques N. Godbout - 45eNord.ca

 

Le Pentagone prévoit que l’entraînement des rebelles syriens modérés en Turquie devrait commencer d’ici « quatre à six semaines », a indiqué vendredi le porte-parole du ministère américain de la Défense, le contre-amiral John Kirby.

 

« Notre évaluation, c’est que nous devrions être prêts à commencer concrètement l’entraînement dans quatre à six semaines », a déclaré

Après plusieurs mois de négociations difficiles tractations, Washington et Ankara ont signé le 19 février un accord pour l’entraînement, sur une base turque, de groupes rebelles modérés hostiles au président Bachar el-Assad, ainsi que pour la fourniture de matériel militaire.

Ankara, qui a fait du président Assad sa bête noire, souhaite que ces rebelles soient entraînés pour combattre tant le régime de Damas que les insurgés du groupe djihadiste État islamique (EI) qui contrôlent de larges zones de l’Irak et de la Syrie à sa frontière.

Mais Washington, dont la force aérienne effectue des attaques ciblées contre les positions de l’EI, souhaite plutôt former les rebelles dans le cadre de sa lutte contre le groupe djihadiste.

Le gouvernement américain espère que les premiers combattants rebelles formés puissent être opérationnels d’ici la fin de l’année, selon le Pentagone.

Un porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères a indiqué pour sa part le même jour, vendredi, que le programme d’entraînement commencerait encore plus tôt.

Le porte-parole turc, Tanju Bilgiç, cité par l’agence de presse gouvernementale Anatolie,a déclaré lors de son point-presse hebdomadaire que le programme « va démarrer le 1er mars », sans toutefois donner d’autre détails.

Mais, selon le contre-amiral Kirby, pour l’instant seule une grosse centaine de candidats à la formation a franchi le processus de filtrage, destiné à éviter que des adversaires ne se glissent parmi les recrues.

Il faut à peu près 200 à 300 personnes pour faire une promotion, a-t-il indiqué.

Les États-Unis ont envoyé une centaine de personnes en Turquie pour préparer la mission d’entraînement, qui comptera, lorsqu’elle aura pris son envol environ un millier d’Américains, formateurs ou éléments de soutien.

Au total, 1.500 Syriens modérés sont considérés comme des recrues potentielles pour l’instant, a indiqué vendredi le contre-amiral Kirby, précisant que le but est de former de 5 à 5.500 personnes sur l’année, selon lui.

Mais « s’il y a de la demande », et si « le processus de filtrage » est efficace, l’objectif pourrait être revu à la hausse, a-t-il ajouté.

Repost 0
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 12:30
Export Armes : La France a émis 112 autorisations à destination d’Israël.

 

26.02.2015 IsraelValley

 

Entre 2003 et 2008, la France a exporté plus de 521 millions d’Euros d’armes vers Israël. La France a également exporté vers Israël des équipements spécialisés pour la reconnaissance, tels que les systèmes laser.

D’après le Ministère français de la Défense, la France reçoit chaque année entre 4 000 et 6 000 demandes internationales d’armement. La France a émis 6 605 autorisations d’exportation d’armement, dont 112 à destination d’Israël.

Ces autorisations d’exportation d’armement représentent, selon le Ministère français de la Défense, un montant de 126 millions d’euros, ce qui fait de la France le plus gros fournisseur européen d’armement en Israël.

La majorité des exportations françaises est constituée d’armes conventionnelles, comprenant 88 millions d’euros en équipement électronique à usage militaire, 29 millions en matériel d’imagerie et de contre-mesures également à usage militaire, 10 millions en équipement aéronautique et 1 million en véhicules terrestres et pièces détachées.

 

ISRAELVALLEY PLUS

Les exportations françaises d’armement devraient approcher les 8 milliards d’euros cette année après avoir déjà progressé de 40 % l’an dernier, a estimé le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian. Après 4,7 milliards d’euros en 2012 et 6,3 milliard en 2013, le ministre a dit avoir bon espoir de faire mieux et de “tangenter” les 8 milliards d’euros d’exportations d’armement en 2014.

L’Etat hébreu est bien l’un des cinq concurrents majeur de la France. Selon le Ministère de la Défense israélien, le pays avait dépassé le Royaume-Uni en 2007, en affichant un chiffre d’affaires de 4 milliards de dollars : ce qui le classait juste derrière le trio de tête des exportateurs dans le domaine de la défense composé par les Etats-Unis, la Russie et la France.

Les Echos : " Jean-Yves Le Drian s’exprimait à Rennes lors d’une rencontre avec des industriels consacrée aux menaces d’intrusion dans le secteur de la défense et organisée par la direction de la protection et de la sécurité de la Défense (DPSD) dont le patron le général Jean-Pierre Bosser, devrait devenir le futur chef d’état-major de l’armée de terre (CEMAT). Sans citer de pays, le ministre a appelé les industriels à la prudence dans leurs communications car ils doivent savoir que leurs concurrents les écoutent et s’en servent pour torpiller leurs appels d’offres.

 

Le Rafale en 2015 ?

La France devra vraisemblablement patienter encore un peu pour signer un contrat Rafale. L’Inde devrait finaliser les négociations en 2015 tandis que le Qatar, s’il annonce le choix du Rafale le 23 juin, devrait finir les négociations l’année prochaine. Les principaux contrats signés à l’exportation, ou très proche de l’être, sont : quatre corvettes Gowind en Egypte (1 milliard d’euros plus 300 à 500 millions d’armements), dont le contrat a déjà été signé (mais pas mis en vigueur), les deux satellites d’observations (autour de 700 millions d’euros) en discussions avancées avec les Emirats Arabes Unis, un contrat finalisé d’environ 200 millions de dollars au Pérou (satellite d’observation), les 3 milliards de dollars d’équipements militaires et leur maintenance pour le Liban.

Enfin, le Qatar devrait finaliser prochainement un certain nombre de contrats en cours de discussions : avions ravitailleurs, 22 hélicoptères NH90 (de 1,5 à 2 milliards d’euros), dont 10 en version marine (NFH) et frégates anti-aériennes (2,5 milliards d’euros). D’autant que le nouvel émir du Qatar, cheikh Tamim Ben Hamad Al Thani, a demandé à ses responsables militaires d’accélérer les processus de négociations afin d’équiper au plus vite les forces armées. Airbus Helicopters est également en compétition en Pologne pour la fourniture de 70 hélicoptères multirôles (versions tactique, navale et de sauvetage), un contrat estimé à 3 milliards d’euros. Une décision est attendue prochainement".

Repost 0
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 12:30
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

1 mars 2015 45eNord.ca (AFP)

 

Lorsqu’une embarcation suspecte s’approche d’un peu trop près, un destroyer américain vient s’interposer entre elle et le porte-avions français, au beau milieu du Golfe. Rapidement, la menace s’éloigne.

 

Au même titre que la frégate française Chevalier Paul, le USS Mitscher participe au « bouclier » déployé autour du Charles de Gaulle qui, depuis le 23 février, envoie ses Rafale et Super Etendard frapper le groupe Etat islamique (EI) en Irak.

Le USS Mitscher relève certes du porte-avions américain USS Carl Vinson, stationné juste à côté. Mais quand il vient prêter main forte au Charles de Gaulle, il reçoit ses ordres de l’amiral Eric Chaperon, à la tête du groupe aéronaval français.

« La coopération (entre porte-avions français et américain) a atteint un niveau inégalé », relève le capitaine de vaisseau Christophe, qui dirige l’état-major embarqué sur le Charles de Gaulle.

Après plusieurs semaines d’entraînement l’an dernier dans les mêmes eaux (opération Bois Belleau), les deux marines travaillent en « intégré », sous commandement opérationnel américain, et non plus « l’une à côté de l’autre », explique l’officier, qui n’en dira pas plus sur son identité, en raison des strictes consignes d’anonymat en opérations.

« On peut mutualiser les escortes, le soutien logistique. Notre pétrolier va ainsi ravitailler les bâtiments américains. Et nous on reçoit (de l’approvisionnement) grâce au Cod », précise-t-il.

Deux fois par semaine, un avion Cod (ou Greyhound) de l’US Navy fait le lien entre le porte-avions français et Bahreïn, ramenant courrier, fret et passagers, là où le pétrolier La Meuse ne va à quai que toutes les deux semaines environ pour le ravitaillement en vivres et carburant.

Pour la Marine française, qui ne peut que pâlir d’envie devant les moyens de son homologue américaine, cette mutualisation est tout bénéfice. En contrepartie, elle met à disposition douze Rafale et neuf Super Etendard pour les opérations de la coalition internationale en Irak.

 

La cuisine française, une arme

Concrètement, la campagne de frappes contre le groupe EI est planifiée au Centre des opérations aériennes (CAOC – Combined Air Operations Center) de l’armée américaine au Qatar, où sont présents des officiers de liaison français.

Sur mer, les porte-avions français et américain communiquent en direct par visioconférence. Un officier américain est aussi détaché auprès de l’amiral Eric Chaperon sur le Charles de Gaulle.

« J’ai été amené ici pour aider à comprendre comment ce porte-avions peut travailler mains dans la mains avec un porte-avions américain », explique Patrick, lui-même pilote de Growler, un avion de guerre électronique, dans l’US Navy.

Avec des porte-avions de même nature, à propulsion nucléaire, et des missions identiques de frappes en Irak, la coordination est, selon lui, « très facile ». La principale différence qu’il ait pu observer tient plutôt à la taille des porte-avions américains, deux fois plus grands et dix fois plus nombreux à la surface des mers.

Une autre différence notable se situerait plutôt du côté des… cuisines. « Ah la nourriture est bien meilleure ici! », lâche sans hésiter l’officier. « J’ai entendu un amiral américain dire, après avoir mangé à bord : +La cuisine française est une arme !+. Il a raison ».

Et la baguette française cuite à bord du Charles de Gaulle fait toujours son petit effet sur les équipages de Greyhound qui la ramènent tel un trophée à terre.

Bénéficiaire d’un échange d’officiers, Tiphany, 29 ans, a été intégrée à un équipage français de Hawkeye (Oeil de faucon), l’avion de surveillance stationné sur le Charles de Gaulle.

« La plus grande surprise pour moi, c’était de découvrir que les toilettes sont mixtes. Sur un porte-avions américain, elles ne le sont jamais », raconte-t-elle. « Et même si c’est très réglementé, ici vous pouvez boire deux bières par jour là où chez nous ce serait plutôt une fois tous les deux mois! », s’amuse-t-elle.

Repost 0
28 février 2015 6 28 /02 /février /2015 16:45
MQ-1 Predator armed with an AGM-114 Hellfire missile

MQ-1 Predator armed with an AGM-114 Hellfire missile

 

28 février 2015 45eNord.ca (AFP)

 

Une attaque menée par un drone vraisemblablement américaine a tué samedi au Yémen trois combattants présumés d’Al-Qaïda, alors que des heurts ont opposé soldats et séparatistes sudistes dans le sud du pays plongé dans le chaos.

 

Le Yémen, pays pauvre de la péninsule arabique, est en butte à de multiples conflits impliquant la puissante milice chiite des Houthis qui a pris le contrôle de la capitale Sanaa, le réseau Al-Qaïda implanté dans le Sud et le Sud-Est, et le mouvement séparatiste sudiste qui veut l’indépendance du Sud.

Le chef de l’Etat Abd Rabbo Mansour Hadi, soutenu par la communauté internationale et un temps assigné à résidence par les Houthis à Sanaa, a fui la capitale et s’est installé le 21 février à Aden, la grande ville du Sud et fief de ses partisans.

Samedi avant l’aube, un drone -type d’appareil que les Etats-Unis sont les seuls à utiliser dans la région- a pris pour cible un véhicule transportant trois membres d’Al-Qaïda dans le village de Bijane dans la province de Chabwa, tuant les passagers dont les corps ont été carbonisés, selon une source tribale.

Malgré la situation très instable au Yémen, les Etats-Unis ont affirmé leur détermination à continuer à combattre Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa) basée au Yémen et considérée par Washington comme la branche la plus dangereuse du réseau extrémiste.

Aqpa a admis début février la mort de l’un de ses chefs, Hareth al-Nadhari, dans un raid de drone américain le 31 janvier dans le sud du Yémen, pays allié des Etats-Unis dans la lutte contre Al-Qaïda.

Toujours dans le sud du pays, neuf soldats yéménites ont été blessés dans des heurts avec des hommes armés de la branche radicale du Mouvement sudiste dans la région de Hbayline dans la province de Lahej, selon des sources locales.

Les éléments séparatistes ont tiré sur trois véhicules militaires regagnant leur base et des échanges de tirs s’en sont suivis, a-t-on ajouté.

La situation est tendue dans cette localité depuis l’enlèvement de 12 soldats la semaine dernière par des séparatistes sudistes qui ont menacé de tuer leurs otages si l’armée ne leur remettait pas une base de la région.

La branche radicale du Mouvement sudiste estime que la prise du pouvoir des Houthis à Sanaa est une occasion pour tenter de faire de nouveau du Sud un Etat indépendant, mais l’arrivée de M. Hadi dans le Sud a brouillé les cartes, Aden étant devenue de facto la capitale politique et diplomatique du pays.

Plusieurs pays arabes ont d’ailleurs déplacé leurs services diplomatiques de Sanaa à Aden, le dernier étant le Koweït.

Entretemps à Sanaa, des dizaines d’hommes et de femmes ont manifesté contre le coup d’Etat des Houthis et appelé à la libération de la Française Isabelle Prime, enlevée mardi dans la capitale avec son interprète yéménite Chérine Makkaoui par des hommes déguisés en policiers.

Isabelle Prime travaillait pour une société sous-traitante d’un programme en partie financé par la Banque mondiale.

Des chefs tribaux et des miliciens chiites houthis ont été sollicités pour obtenir la libération des deux femmes, mais l’absence d’autorités légitimes à Sanaa et le départ des diplomates occidentaux compliquent les recherches.

D’autres manifestations anti-houthis ont eu lieu à Taëz et Ibb, au sud de Sanaa.

Enfin, les forces politiques restent en désaccord sur le lieu de la reprise du dialogue national après que M. Hadi a demandé son transfert hors de Sanaa. L’ex-président Ali Abdallah Saleh insiste pour sa tenue dans la capitale yéménite et les Sudistes veulent le transférer à l’étranger.

Repost 0
28 février 2015 6 28 /02 /février /2015 16:30
French planes on Gulf-based carrier make first strikes (25 Feb.)

 

Feb 25, 2015 Spacewar.com (AFP)

 

Aboard The Charles De Gaulle - French warplanes from an aircraft carrier in the Gulf carried out their first strikes Wednesday since the warship joined the fight against jihadists in Iraq this week.

 

"We hit a training base for Daesh in the west of Iraq," said Marc Gander, communications advisor to Vice-Admiral Eric Chaperon, commander of the warship's battle group.

 

He used an Arabic acronym to refer to the Islamic State jihadist group.

 

The target was "close to the borders with Syria, at Abu Qaim," said Gander.

 

One of the four Rafale fighter jets that took off on Wednesday morning returned having released all four of its guided missiles while another dropped two, an AFP photographer said.

 

The two pilots shook hands after stepping down from their planes.

 

French warplanes have formed part of the US-led coalition carrying out raids against IS jihadists in Iraq for several months.

 

But the Charles de Gaulle only began operations against the Islamic State group in Iraq on Monday, stepping up France's campaign seven weeks after deadly jihadist attacks in Paris.

 

The carrier's 12 Rafale jets and nine Super Etendard add to France's nine Rafales based in the United Arab Emirates and six Mirage 2000Ds flying out of Jordan.

 

The carrier will be operational in the Gulf for eight weeks.

Repost 0
28 février 2015 6 28 /02 /février /2015 16:30
Fighting IS not a priority for Turkey: US spy chief

 

Feb 26, 2015 Spacewar.com

 

Washington  - Turkey does not place a high priority on fighting Islamic State jihadists and as a result foreign fighters are able to travel through the country into Syria, US intelligence chief James Clapper said Thursday. Asked if he was optimistic that Turkey would take a more active role in the war against the IS group, Clapper told senators: "No, I'm not." "I think Turkey has other priorities and other interests," he told the Senate Armed Services Committee. The Turkish government was more concerned with Kurdish opposition and the country's economy, the director of national intelligence said. "Public opinion polls show in Turkey they don't see ISIL as a primary threat," said Clapper, using an alternative acronym for the extremists. The effect of Turkey's approach was to allow a "permissive" climate for foreign recruits heading to Syria to take arms for the IS group, he said. "And of course, the consequence of that is a permissive environment... because of their laws and the ability of people to travel through Turkey en route to Syria," Clapper said. "So somewhere in the neighborhood of 60 percent of those foreign fighters find their way to Syria through Turkey." The spy chief said some other governments in the Middle East have been reluctant to join the US-led coalition against the IS group because of Washington's reluctance to directly confront the Syrian President Bashar al-Assad's regime. But the "brutal savagery" of the IS militants, including the beheadings of hostages and the immolation of a captured Jordanian fighter pilot, "have had a galvanizing effect on opinion in the Mideast region," he said. There was more willingness to cooperate with the United States in the war effort, with some countries now sharing intelligence with Washington, he said.

Repost 0
28 février 2015 6 28 /02 /février /2015 16:30
Anti-IS mission puts hardened French pilot on new flight path (25 Feb.)

 

Feb 25, 2015 By Valérie Leroux Aboard The Charles De Gaulle (AFP)

 

After having flown missions over Afghanistan and Libya, French Rafale fighter pilot "Sharpy" now faces fresh challenges on his new assignment against the Islamic State jihadist group in Iraq.

 

"We are well-trained, we know all the procedures but you still need to get used to the territory," he said after landing his fighter on the carrier Charles de Gaulle following a nighttime sortie.

 

French warplanes have formed part of the US-led coalition carrying out raids against IS jihadists in Iraq for several months.

 

As in Afghanistan, the enemy is extremely mobile and often elusive.

 

IS fighters embed in towns among the general population, complicating air strikes and attempts by Iraqi forces to retake territory seized by the extremists.

 

But unlike in previous conflicts, where air power supported an extensive troop presence, "we have very few people on the ground" in Iraq, Sharpy said.

 

"The planes have a role to play in identifying how the enemy moves, changes position. It's really another way of waging war."

 

After takeoff from the Charles de Gaulle, stationed in the Gulf, the Rafale and Super Entendard attack planes fly northwest, conducting sorties over jihadist strongholds, including Tikrit and Mosul.

 

After refuelling from coalition supply planes, the jets spend several hours in and around their operation zone where they mainly conduct aerial reconnaissance.

 

The planes photograph potential future coalition targets and assist Iraqi and Kurdish peshmerga forces below with real-time intelligence on IS positions.

 

"With our means of reconnaissance, including models of infrared video cameras, we can see personnel and vehicle movements and give (allies) a better idea of what is happening on the ground," Sharpy said.

 

The pilot said the hardest part was when the jets engage the enemy. "You need to respond quickly and possibly drop a bomb or fire your guns. It is stressful," Sharpy said.

 

- 'Milliseconds from disaster' -

 

Concentration is paramount and even though each flight can last several hours, the pilots cannot afford to switch off for a second.

 

"The adrenaline is pretty concentrated, that keeps you going," according to Sharpy. "There are times during the flight when you can relax a little and that is when the fatigue creeps in."

 

Yet those on mission must keep their guard up, even after the enemy has withdrawn.

 

There is a long series of checklists to complete, and they must maintain regular radio contact in airspace that can grow congested with coalition planes.

 

After up to six hours of solid flying, the pilots need to be especially focused as they come in to land.

 

Although it is one of the biggest aircraft carriers on earth, landing a supersonic jet on the Charles de Gaulle can prove challenging.

 

"You're only milliseconds from disaster," Sharpy said.

 

Even with their wheels down, the coalition pilots also face danger on the ground.

 

The burning to death of captured Jordanian pilot Maaz al-Kassasbeh in a gruesome IS video released last month drove home for Sharpy and his colleagues how the airmen are always in the enemy's firing line.

 

He gave the interview with his face covered, part of the French military's strict policy of anonymity for its servicemen since January attacks by Islamist gunmen in Paris that killed 17 people.

 

Seeing "such abuses inevitably has a psychological effect," Sharpy admitted.

 

"Many pilots ask themselves: 'What happens if I fall into the hands of IS?'"

 

"But this has also increased our determination. Fighting an enemy that is capable of such terrible acts is obviously a great source of motivation for pilots."

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • News review for Industry - European Defence Agency
    source European Defence Agency If you want to subscribe to the News Review, or if you want to stop receiving the News review: News4Ind@eda.europa.eu News of the News EDA Study on the Impact of REACH & CLP European Chemical Regulations on the Defence Sector:...
  • Chronique culturelle - 13 Février 2017
    13 février 1960 explosion de la première bombe atomique française 13.02.2017 source JFP 13 février 1692 : massacre du clan Mac Donald dans la Glencoe (Ecosse).Le protestant Guillaume d’Orange ayant mis en fuite le catholique Jacques II, les chefs de clans...
  • Le PGHM et le GAM s’entraînent ensemble au secours en montagne
    Equipement de passage en neige - photo GAM Armée de Terre 07.02.2016 source 27e BIM Le lundi 13 février 2017 se déroulera un entraînement conjoint entre le peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) et le groupement d’aguerrissement montagne (GAM)...
  • ITW SDBR : général Vincent Desportes, Professeur des Universités associé à Sciences Po Paris, Ancien directeur de l’Ecole de Guerre
    23.01.2017 par Alain Establier - SECURITY DEFENSE Business Review N°164 SDBR : Quel regard portez-vous sur la Défense de la France ? Vincent Desportes* : A l'issue de cette mandature, nous voyons un empilement d'actions réactives, à vocations plus politiciennes...
  • Chronique culturelle 9 Janvier
    Hussards du régiment de Bercheny en 1776 09.01.2017 source JFP 9 janvier 1778 : mort du créateur des régiments de Hussards (Luzancy – près de Meaux). Emigré hongrois et excellent capitaine au service de la France, Ladislas Ignace de Bercheny , obtient...
  • Chronique culturelle 04 Jan.
    Insigne général des Troupes de Forteresse de la Ligne Maginot 04.01.2016 source JFP 4 janvier 1894 : signature de l’alliance franco-russe. Préparée par de nombreuses activités bilatérales dans les années précédentes, une convention militaire secrète est...
  • Chronique culturelle 03 Jan.
    Napoléon en Egypte par Jean-Léon Gérome 03.01.2017 source JFP 3 janvier : Sainte Geneviève, patronne de la gendarmerie. Issue de la noblesse gallo-romaine du IVe siècle, elle convainc les habitants de Lutèce de ne pas livrer leur ville à Attila, roi des...
  • Au Levant, contre Daech avec les Forces Spéciales
    photo Thomas Goisque www.thomasgoisque-photo.com Depuis plus de deux ans, les hommes du C.O.S (Commandement des Opérations Spéciales) sont déployés au Levant et mènent, en toute discrétion, des opérations contre l’Etat islamisque.Au nord de l’Irak, ils...
  • Les blessés en Opérations extérieures ne prennent pas de vacances !
    Source CTSA Pendant la période des fêtes de fin d'années, le nombre de donneurs diminue dangereusement. Le site de Clamart du Centre de transfusion sanguine des armées (CTSA) invite fortement les donneurs des communes proches à profiter des vacances de...
  • Interview SDBR de Gaël-Georges Moullec, Historien
    photo SDBR 20.12.2016 par Alain Establier - « SECURITY DEFENSE Business Review » n°162 SDBR: Comment va la Russie aujourd’hui? Gaël-Georges Moullec * : Il n’y a plus d’ascenseur social dans la Russie d’aujourd’hui, ce qui est un problème moins connu,...

Categories