Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 12:35
Airbus Helicopters Hands Over Indonesia's 1st EC725 for Combat Search and Rescue Missions

 

Nov 6, 2014 ASDNews Source : Airbus Helicopters

 

Airbus Helicopters has handed over the first of six EC725 rotorcraft acquired by Indonesia for combat search and rescue (CSAR) missions. Present at Airbus Helicopters’ Marignane, France facility to accept the aircraft included members of the Indonesian Ministry of Defence, the Indonesian Air Force, as well as PT Dirgantara Indonesia (PTDI). The 11-ton twin-engine helicopter will be delivered to the Air Force by mid-2015 after PTDI completes the mission equipment outfitting and customization at its Bandung, West Java facility.

 

“We are pleased to receive this first EC725 from Airbus Helicopters, which will allow us to complete it in the CSAR version to be handed over to the Indonesian Air Force,” said PTDI President Budi Santoso. “We will continue to work closely with Airbus Helicopters to ensure the on-time delivery of the remaining units, as we anticipate an additional order from the Air Force for 10 more EC725s to complete its squadron of 16 helicopters.”

 

Read more

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 08:55
Crédits SIRPA Terre CCH J-B Tabone

Crédits SIRPA Terre CCH J-B Tabone

 

31 octobre, 2014 Guillaume Belan (FOB)

 

Le nombre d’engagements militaires français se multipliant, les hélicoptères de l’armée de terre n’ont jamais été aussi incontournables. Plus une opération sans l’ALAT (Aviation Légère Légère de l’Armée de Terre). C’est pas loin de 40 hélicoptères de combat ou de manœuvre qui sont déployés en ce moment en opérations extérieures (OPEX). Et leur nombre va encore augmenter substantiellement dans les prochains mois. Alors que deux NH90 TTH Caïman sont en train d’arriver au Mali, où ils seront employés depuis Gao, remplaçant deux Puma; deux Tigre HAD (munis du missile Hellfire) vont dans les prochaines semaines rejoindre l’opération Sangaris en Centrafrique, comme l’a révélé Air & Cosmos (lire ici).

 

De Sangaris à Barkhane… à Chammal?

 

En parallèle, le nombre d’hélicoptères Tigre HAP (Appui Destruction) va augmenter significativement dans la Bande Sahélo-Saharienne (BSS). De trois aujourd’hui, le nombre va être progressivement augmenté pour arriver à neuf courant 2015. Il faut dire que l’opération Barkhane a pour théâtre d’opérations une zone grande comme dix fois la France… Et les opérations coups de poing aux frontières du Mali se multiplient afin d’empêcher le retour des djihadistes dans l’Adrar des Ifoghas. Même en Irak, le déploiement d’hélicoptères a été évoqué. L’opération Chammal, qui pour l’instant ne voit le déploiement que de moyens de l’armée de l’air (plus un ATL2 de la Marine), pourrait évoluer, à terme. Car Daesh s’est adapté et la menace devient fugace…. L’utilisation de bombes guidées auto-propulsées AASM est particulièrement précieuse contre des cibles mobiles, mais surdimensionnée contre quelques combattants munis de moyens militaires de faible importance (pick up…). L’hélicoptère est là dans son élément, grâce à ses capacités de permanence sur une zone, il peut débusquer ces cibles plus facilement et les traiter avec des armements bas coûts plus adaptés (roquette, canon de 30 mm, missile HOT, canon de 20 mm…). Il est particulièrement redoutable de nuit, comme l’a révélé l’opération Harmattan en Libye en 2011. Problème : il faudrait déployer un groupement hélico en territoire irakien, probablement dans la zone kurde. Les accès maritimes pour une mise en œuvre depuis un navire BPC sont trop éloignés… Toutes les options seraient aujourd’hui ouvertes.

 

Dernier changement opérationnel à venir pour l’ALAT : le détachement du Gabon va être dissout pour être reconstitué en Côte d’Ivoire, en appui de l’opération Barkhane.

 

Tensions

 

L’ALAT est en conséquence aujourd’hui particulièrement expérimentée et réactive. Mais revers de la médaille, l’accent étant porté sur la disponibilité en Opex des machines (90% en moyenne), les hélicoptères demeurant sur le territoire nationale affichent eux une très faible disponibilité. Pour un appareil projeté, il faut en mobiliser deux sur le territoire national en moyenne… Tandis qu’il faut continuer à former les équipages en France et régénérer les forces. Un casse tête ! Qui est aussi contraint par le coût de l’heure de vol des machines : 1500 euros l’heure de vol pour une Gazelle contre 10 000 pour un Tigre ! L’ALAT ambitionne de ramener ce chiffre à 7500 euros l’heure.

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2014 4 06 /11 /novembre /2014 17:35
NH90 TTH des forces aériennes neozélandaises – photo A. Pecchi NHIndustries

NH90 TTH des forces aériennes neozélandaises – photo A. Pecchi NHIndustries

 

31 octobre Aerobuzz.fr

 

NHIndustries annonce avoir livré à la Nouvelle Zélande son neuvième NH90 TTH. La Royal New Zealand Air Force qui opère désormais 8 NH90 TTH dans leur configuration opérationnelle définitive devient à l’occasion de cette livraison le premier client du consortium à disposer de l’intégralité des appareils commandés.

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2014 4 06 /11 /novembre /2014 12:35
Hélicoptères : joli coup d’Airbus à Jakarta

Les 11 Panther de lutte anti-sous-marine vendus à Jakarta complètent une flotte déjà bien garnie - photo Airbus HC

 

05/11 Alain Ruello - lesechos.fr

 

Airbus Helicopters a vendu 11 Panther de lutte anti-sous-marine à l’Indonésie. Une poire pour la soif car l’industriel européen a absolument besoin d’un gros contrat militaire dans les six mois.

 

C’est toujours ça de pris. Airbus Helicopters a annoncé ce mercredi la vente de 11 AS565 MBe Panther, la version anti-sous-marine du Panther, à l’Indonésie. Le montant du contrat n’a pas été communiqué mais il avoisinerait les 150 millions d’euros, selon nos informations.

Les appareils seront livrés à la marine de Jakarta dans les trois prochaines années, après être passés par les hangars de PT Dirgantara Indonesia, charge au partenaire local d’Airbus Helicopters d’installer un sonar et le système de lancement des torpilles. Une fois en service, les 11 Panther compléteront la flotte, déjà bien garnie, des hélicoptères de l’ex-Eurocopter au sein de l’armée indonésienne qui comprend des Colibris pour l’entraînement, des Fennec (attaque) ou encore des EC725 (pour les missions de sauvetage).

 

La Pologne dans le radar

Avec ce succès, les commerciaux d’Airbus Helicopters ne vont pas bouder leur plaisir. Mais l’essentiel est ailleurs. Le marché des hélicoptères militaires est déprimé dans les pays occidentaux à cause de la baisse des budgets de défense. L’industriel européen, comme tous ses grands concurrents, se bat férocement pour arracher les quelques grosses affaires dans les pays émergents. « Nous devons conclure une vente significative dans les six mois », confirme un de ses responsables.

Au Mexique, la conclusion de la vente de 10 Panther attend les autorisations budgétaires. Au Qatar, qui a choisi d’acheter 22 NH90 de gré à gré, les discussions avancent au rythme habituel des pays du Golfe. Comme cela sera le cas au Koweït qui vient de lancer un appel d’offres portant sur 24 hélicoptères de transport pour lequel Airbus propose son EC 725.

Mais « LA » grosse affaire sur le radar, c’est la Pologne , toujours sur le segment du transport. Airbus Helicopters, Agusta et Sikorsky remettront à la fin du mois leurs propositions finales pour l’appel d’offres portant sur 70 appareils. A ceci près que le troisième larron a menacé de retirer son Black Hawk si les termes de la compétition n’étaient pas modifiés. Varsovie a répliqué sèchement qu’il n’en était pas question, mais depuis chacun s’interroge sur les motivations de l’Américain.

 

L’ombre des Mistral russes...

L’autre incertitude en Pologne concerne le projet d’achat de 32 hélicoptères d’attaque. La consultation a été lancée avec retard sur le calendrier initial mais le ministère de la défense semble vouloir aller plus vite que prévu. Au point de rassembler dans un même appel d’offres hélicoptères de transport et d’attaque ? Si c’était le cas, ce serait un avantage pour Airbus qui alignerait son EC725 et son Tigre.

Appel d’offres globalisé ou non, Airbus Group jette toutes ses forces dans la bataille, bien décidé, pour emporter la mise, à faire de la Pologne un de ses pays de référence à grands renforts de transferts de technologie et de partenariat industriel. L’enjeu est stratégique car outre les hélicoptères, l’ex-EADS est en lice sur un important contrat de défense anti-missiles via sa filiale MBDA. Mais tout cela pourrait ne pas peser grand chose si Paris décide entre temps de livrer les Mistral russes à Moscou ...

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 14:55
Hélicoptères : quand la gendarmerie se tire une balle dans le pied

Fabriqués par Airbus Helicopters, 15 EC135 et 15 EC145 ont été livré à la gendarmerie nationale (Crédits : Airbus helicopters)

 

04/11/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Après avoir annulé une commande de EC 135, la gendarmerie nationale doit payer un dédit de 5,5 millions d'euros à Airbus Helicopters. Des hélicoptères qui devaient remplacer des vieux Écureuil monoturbines aujourd'hui interdits de voler au-dessus de secteurs urbanisés. Incroyable mais vrai...

 

5,5 millions d'euros... C'est le dédit que doit payer la gendarmerie à Airbus Helicopters pour avoir annulé une commande d'hélicoptères pourtant jugés indispensables à ses besoins opérationnels. Mais, selon le directeur général de la gendarmerie nationale, le général Denis Favier, "le format de la flotte d'hélicoptères a été ajusté, car nous n'avons plus les moyens d'entretenir une flotte importante. La remise en cause du marché lié au plan d'acquisition de nouvelles machines met à la charge de la gendarmerie un dédit de 5,5 millions d'euros, qu'elle doit payer à Airbus Helicopters". Des hélicoptères qui devaient pourtant remplacer 26 Écureuil (AS350 B), des appareils monoturbines interdits depuis le 28 octobre de voler au dessus des secteurs urbanisés...

Pour autant, a expliqué le patron de la gendarmerie aux députés, "nous travaillons toutefois avec le ministère (de l'Intérieur, ndlr) afin d'obtenir une minoration du dédit. La direction générale de la gendarmerie nationale suit la question de près avec la direction générale de l'armement, qui prévoit également l'option d'un étalement du remboursement". De quelle commande parte-t-on ? De douze appareils EC 135 achetés en 2006 pour un coût de 125 millions d'euros, une commande assortie d'une option de 25 appareils EC 135 (pour un coût évalué à 202 millions d'euros). Prévue initialement en 2009, elle a été dans un premier temps reportée faute de financements suffisants puis annulée. Seuls trois EC 135 supplémentaires ont été commandés par la gendarmerie.

 

Les Ecureuils  interdits de survol des zones urbanisées

Pour Airbus Helicopters le compte n'y est donc pas, le prix des hélicoptères ayant été calculé sur une série de 37 appareils. Et non sur quinze. Une méthode très classique pour diminuer le coût unitaire des appareils. Des appareils qui avaient été commandés afin de remplacer progressivement les vieux Ecureuil de la gendarmerie, dont la flotte a aujourd'hui un âge moyen de 30 ans. D'ailleurs, le vieillissement des Écureuil entraîne une croissance du coût du maintien en condition opérationnelle des moyens aériens de la gendarmerie. Par exemple, les crédits de ce poste sont passés de 11,51 millions d'euros en 2010 à 25,6 millions d'euros en 2011.

Le remplacement des hélicoptères Écureuil par de nouveaux modèles répond aux besoins liés, d'une part, à la vétusté des Écureuils, en service dans la gendarmerie depuis 1978 et, d'autre part, à l'évolution de la réglementation européenne, qui interdit le survol de certaines zones, notamment les secteurs urbanisés aux appareils monoturbines. Une situation pour le moins ubuesque. Par ailleurs, l'intérêt de ces nouveaux appareils tient au fait qu'ils sont équipés des technologies les plus modernes (jumelles de vision nocturne, caméras thermiques, phares de recherche, etc.).

 

Une flotte disparate de 56 appareils

La flotte d'hélicoptères de la gendarmerie se compose en 2014 de 56 appareils (15 EC 145, 15 EC 135 et 26 Ecureuils), qui sont utilisés à la fois par la gendarmerie nationale et par la police nationale, en métropole et outre-mer. La flotte des 15 EC 135 biturbines est âgée de quatre ans en moyenne. Ces appareils sont équipés d'un système de vidéo surveillance très performant et affectés aux missions de sécurité publique générale au profit des forces de police (police et gendarmerie). Ils sont déployés à proximité des principaux bassins de délinquance. En outre, la gendarmerie a encore 26 Écureuils, qui équipent essentiellement en métropole les unités de plaine et les unités littorales (12 unités) ainsi que les unités ultramarines (neuf unités). Bien que vieillissant, le parc a bénéficié d'un programme de revalorisation qui permettra le maintien des appareils jusqu'en 2025.

Enfin, les 15 EC 145 biturbines (âge moyen 10 ans) opèrent essentiellement dans les unités de montagne de métropole et d'outre-mer (huit unités), à Villacoublay au profit des unités des forces d'intervention GIGN et RAID (deux unités) et en Guyane (une unité). Un appareil est affecté au groupement instruction pour assurer les formations des équipages. Trois appareils sont affectés à la maintenance nationale et assurent le remplacement des appareils indisponibles. La constitution de cette flotte a été réalisée en deux temps : 8 appareils ont été commandés en 1999 et 7 appareils supplémentaires en 2006. Les 4 derniers appareils ont été livrés en 2008.

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 12:55
Entraînement de trois Fennec du 3/67 "Parisis"

Entraînement de trois Fennec du 3/67 "Parisis"

 

30/10/2014 Armée de l'air

 

Mardi 28 octobre 2014, trois Fennec de l’escadron 3/67 « Parisis » de la base aérienne 107 de Villacoublay ont mené un entraînement aux mesures actives de sûreté aérienne (MASA).

 

À 15 heures, les trois hélicoptères ont décollé de la base vélizienne. Leur mission : réaliser à tour de rôle une manœuvre MASA. Deux tireurs d’élite (TE) ont pris place à bord du Fennec leader pour mener, au plus près des conditions réelles, leur mission de police du ciel. Une fois le visuel entre les deux hélicoptères établi, l’un des TE présente, portes ouvertes, le panneau numérique pour établir la communication et donner ses instructions à l’aéronef jouant le plastron. Pour compléter leur entraînement, les équipages ont également simulé un tir de semonce.

 

Au-delà de ce perfectionnement, cet entraînement était l’occasion de réaliser des formations de manœuvre offensive ainsi que des interceptions, les trois hélicoptères ayant successivement tenu le rôle d’Aggressor. Un scénario qui nécessite des échanges radio coordonnés, « point clé de la mission », selon le commandant Nicolas Chalons, chef des opérations du « Parisis ».

 

Le « Parisis » participe quotidiennement à la posture permanente de sûreté aérienne. L’escadron est aussi engagé dans les opérations Licorne, en République de Côte d’Ivoire, et Sangaris, en République centrafricaine.

 

Les tireurs d'élite entrent en contact avec l'aéronef intercepté

Les tireurs d'élite entrent en contact avec l'aéronef intercepté

Les Fennec de l'EH 3/67 "Parisis" sont stationnés sur la base aérienne 107 de Villacoublay

Les Fennec de l'EH 3/67 "Parisis" sont stationnés sur la base aérienne 107 de Villacoublay

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2014 6 25 /10 /octobre /2014 11:55
Arrivée du 12ème Caïman Marine

L’hélicoptère a été convoyé par un équipage du Centre d’expérimentations pratiques de l'aéronautique (CEPA) jusqu'à la flottille 33F. photo Marine nationale

 

24 Octobre 2014 Source : Marine nationale

 

Le jeudi 23 octobre 2014, la Marine a reçu le 12ème Caïman Marine. L'hélicoptère est arrivé à la flottille 33F,  sur la base aéronautique navale de Lanvéoc-Poulmic.

 

Le Caïman Marine est un hélicoptère embarqué de combat aéromaritime multi-missions de dernière génération. Ses missions sont principalement concentrées dans la lutte anti-sous-marine, la lutte anti-navire et le contre-terrorisme maritime.

 

Arrivée du 12ème Caïman Marine

 

La flottille 33F effectue aussi des missions de service public dans la recherche et le sauvetage en mer, l'assistance technique pour navire en difficulté et l'évacuation sanitaire. Elle assure également des missions de contre-terrorisme maritime, notamment en collaboration avec les commandos marine.

 

Le programme prévoit la livraison de 24 Caïman marine d’ici 2019.

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2014 5 24 /10 /octobre /2014 17:55
NH90 Caïman : la polyvalence au service du combat aéromaritime


24 oct. 2014 Ministère de la Défense

 

Le NH90 Caïman de la Marine nationale est employé dans un large panel de missions : le combat aéromaritime embarqué, la lutte anti-sous-marine et antisurface, le contre-terrorisme et la piraterie, le transport de personnel et de matériel, les missions de secours maritime et d’évacuation sanitaire. Grâce à ses caractéristiques techniques (sa masse, ses dimensions, ses pales et son pylône de queue à repliage automatique), l’hélicoptère Caïman est embarqué sur frégates légères de type La Fayette, Horizon, Fremm... et porte-hélicoptères de type BPC.

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 07:45
Sangaris : dans la peau d’une pilote chef de détachement FENNEC

 

 

21/10/2014 Sources : État-major des Armées

 

Le commandant Gaëlle, 36 ans, a été déployée en République centrafricaine (RCA) depuis août 2014 pour une durée de 2 mois. Chef de détachement FENNEC sur le camp M'Poko de Bangui, elle a commandé une équipe d’une vingtaine de personnes. Affectée sur la base aérienne (BA) 107 de Vélizy-Villacoublay à l’escadron d’hélicoptères 3.67 PARISIS, elle exerce la fonction de chef d’escadrille depuis 2008.

 

Au camp M’Poko de Bangui, elle est à la tête du détachement FENNEC. « Mes missions sont assez similaires à celles conduites durant l’opération Licorne que j’ai faite deux fois en 2010 et 2011. Les missions que l’on peut être amené à réaliser avec ce type d’appareil sont diverses, cela comprend la collecte de renseignements, le soutien au profit de la force, voire l’évacuation de ressortissants (EVASAN). En RCA, c’est le sous-groupement de renseignement multi-capteurs qui ordonne les missions. En tant que chef de détachement, c’est à moi de m’adapter aux missions en étant force de propositions. »

 

Sur les théâtres d'opération plus qu'ailleurs, c’est l’opérationnel qui commande. La planification à chaud ne laisse que peu de temps pour se préparer, et le planning des vols n’excède généralement pas plus de 48 heures. Certaines semaines où le rythme est soutenu, il lui arrive de passer quatre jours sur le terrain, cumulant plus de 30 heures de vol. D’autres semaines, elle restera à Bangui et ne fera qu’une dizaine d’heures de vol. « Je me souviens d’un retour de mission de nuit très compliqué et éprouvant du fait des conditions météo orageuses, où nous avons été obligés de nous dérouter sur Bambari. Dans ma fonction, il faut savoir temporiser, être réactif et toujours partir avec son sac d’alerte ! »

 

En France, son travail est quelque peu différent. « Je suis chef d’escadrille, en charge de la conduite des opérations au sein d’un escadron d’une trentaine d’officiers pilotes. En RCA, le format est réduit, je suis à la tête du détachement. On organise et coordonne les missions quotidiennes des aviateurs. Je trouve particulièrement valorisant d’appuyer les troupes au sol. J’aime les deux métiers, car ce sont bien deux approches différentes. Maintenant, l’expérience est plus dure à vivre ici qu’en France. Ce n’est pas toujours simple de conjuguer vie personnelle et professionnelle. En outre, ce métier n’est pas sans risques. […] Ma mère aurait préféré que je devienne institutrice ! Nous ne sommes qu’une quinzaine de pilotes d’hélicoptère féminines en France dont trois sur le théâtre. »

 

A la question, si elle est bien acceptée en tant que femme commandant un détachement elle répond : « dans la mesure où je me montre professionnelle, les autres adhèrent. Nous sommes dans une armée de spécialistes, de compétences et de précisions. En OPEX, la mission gomme les différences. Nous sommes tous dans le même bateau. »

 

Quand elle était petite fille, le commandant Gaëlle admirait les avions de chasse passer au-dessus de sa maison et rêvait de devenir pilote. Dans le futur, elle souhaite naturellement devenir chef d’escadron de l’armée de l’Air.

 

Environ 2 000 militaires français sont actuellement déployés dans l’opération Sangaris, aux côtés des 6 700 hommes de la MINUSCA. Lancée le 5 décembre 2013 par le président de la République, l’opération Sangaris vise à rétablir un niveau de sécurité minimal en République centrafricaine et à accompagner la montée en puissance progressive de la mission onusienne.

Sangaris : dans la peau d’une pilote chef de détachement FENNECSangaris : dans la peau d’une pilote chef de détachement FENNEC
Partager cet article
Repost0
16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 12:20
L'ALAT fête ses 60 ans


15 oct. 2014 Armée de Terre

 

Le 8 octobre, le général d’armée Jean-Pierre Bosser, chef d’état-major de l’armée de Terre, a présidé une cérémonie solennelle sur la base école du Cannet des Maures (83), à l’occasion du soixantième anniversaire de l’aviation légère de l’armée de Terre (ALAT).

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 11:55
Une Valeur Militaire partagée au 5e RHC

 

15 oct. 2014 Armée de Terre

 

Le 8 octobre, à l’occasion de la cérémonie des 60 ans de l’aviation légère de l’armée de Terre, le général d’armée Jean-Pierre Bosser, chef d’état-major de l’armée de Terre, a décoré le 5e régiment d’hélicoptères de combat (5e RHC) de la Valeur militaire avec palme de bronze.

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 12:35
NH-90 at EX BLACKBIRD

 

14 oct. 2014 NZDefenceForce

 

Exercise Blackbird is the RNZAF's annual helicopter mountain flying exercise. This year saw the NH-90 participating in the exercise for the first time.

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 16:50
Au premier plan, un hélicoptère Fennec et au second, un Cougar. photo R. Senoussi DICoD

Au premier plan, un hélicoptère Fennec et au second, un Cougar. photo R. Senoussi DICoD

 

10/10/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Selon plusieurs sources concordantes, Berlin travaille sur un éventuel blocage de livraisons d'hélicoptères d'Airbus Helicopters vers l'Ouzbékistan. L'Allemagne a déjà bloqué deux contrats signés par le missilier MBDA et par Renault Trucks Défense.

 

Un nouveau contrat d'armement français est dans le collimateur de Berlin, selon plusieurs sources concordantes. L'Allemagne est actuellement en train de réfléchir pour savoir si elle bloque la livraison d'hélicoptères fabriqués par Airbus Helicopters à l'Ouzbékistan. Berlin "se tâte", explique un proche du dossier. "Les Allemands vont vraisemblablement le faire", explique une autre source. Le constructeur de Marignane avait conclu un contrat avec Tashkent portant sur l'acquisition de 10 Fennec et 6 Cougar pour un montant d'environ 180 millions d'euros. Contacté par "La Tribune", Airbus Helicopters n'a pas souhaité faire de commentaire.

Ce n'est pas la première fois que Berlin bloque des contrats en cours de livraison. Ce qui agace fortement Paris et les industriels, y compris Tom Enders. "Alors qu'on parle sans cesse de davantage de coopération et de consolidation du secteur de la défense en Europe, on s'attaque à des décennies de coopération franco-allemande", avait critiqué le président exécutif d'Airbus Group. L'Allemagne, qui pratique une politique de plus en plus restrictive en matière d'exportation sous l'impulsion du ministre de l'Economie allemand SPD Sigmar Gabriel, bloque déjà un contrat de MBDA en cours d'exécution et la finalisation d'une commande de Renault Trucks Defense (RTD).

 

Des livraisons bloquées au Qatar et au Liban

Le missilier est empêché par l'Allemagne de livrer depuis le début de l'année des missiles antichars Milan ER (un programme en coopération) vers un pays du Golfe. Berlin bloquerait les postes de tir fabriqués en Allemagne. Le groupe français Renault Trucks Défense, détenu par le suédois Volvo AB, est également bloqué dans la finalisation d'un contrat avec le Liban pour une commande de VAB Mark3.

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 16:50
SAR-Dienst der Bundeswehr – Marineflieger auf Helgoland


14 oct. 2014 Quelle: Redaktion der Bundeswehr 10/2014 14E17901

 

Search and Rescue, kurz SAR, bedeutet Suchen und Retten und ist die Kernaufgabe der Marineflieger im SAR-Dienst. Im Schichtsystem wechseln sich die Besatzungen des Sea King wöchentlich auf Helgoland ab. Für die vier Soldaten einer Hubschrauberbesatzung, sowie zwei Techniker, heißt es, sieben Tage für jeden möglichen Einsatz startklar zu sein. Dazu haben sie am Tag 15 Minuten und in der Nacht eine Stunde Zeit.
 

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2014 1 13 /10 /octobre /2014 07:57
Une Valeur partagée

 

10/10/2014 Armée de Terre

 

Le 8 octobre, à l’occasion de la cérémonie des 60 ans de l’aviation légère de l’armée de Terre, le général d’armée Jean-Pierre Bosser, chef d’état-major de l’armée de Terre, a décoré le 5e régiment d’hélicoptères de combat (5e RHC). de la Valeur militaire avec palme de bronze.

 

La citation qui justifie cette décoration a été attribuée au régiment pour son action dans le cadre de l’opération SERVAL, qui a permis la sauvegarde de nombreux combattants de la coalition et la neutralisation d’un nombre significatif de matériels ennemis et de groupes terroristes. L’attribution de cette quatrième palme, depuis 2011, fait du 5e RHC l’un des régiments les plus décorés de ce début de 21e siècle.

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2014 1 13 /10 /octobre /2014 07:55
Crédit Sébastien Raffin - Armée de Terre

Crédit Sébastien Raffin - Armée de Terre

 

10/10/2014 Armée de Terre 2014

 

Le 8 octobre, le général d’armée Jean-Pierre Bosser, chef d’état-major de l’armée de Terre, a présidé une cérémonie solennelle sur la base école du Cannet des Maures (83), à l’occasion du soixantième anniversaire de l’aviation légère de l’armée de Terre (ALAT).

 

Créée en 1954, au début de la guerre d’Algérie, l’ALAT est l’une des plus jeunes armes de l’armée de Terre. Ses hélicoptères sont aujourd’hui incontournables sur les théâtres d’opérations et effectuent un travail essentiel en appui des troupes au sol. Sur le territoire national, les formations de l’ALAT sont régulièrement sollicitées pour participer à des missions de service public. Servie par 5 000 personnes dont plus de 700 pilotes en unités opérationnelles et près de 2 000 maintenanciers, l’ALAT connaît depuis plusieurs années une modernisation d’envergure, notamment par le renouvellement et complet de ses matériels.

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2014 1 13 /10 /octobre /2014 07:35
AS565 Panther

AS565 Panther

 

13.10.2014 Ridzwan Rahmat - Pacific Sentinel

 

The Indonesian Navy (Tentera Nasional Indonesia - Angkatan Laut, or TNI-AL) will equip its three Bung Tomo-class corvettes with AS565 Panther anti-submarine warfare (ASW) helicopters from Airbus Helicopters, a navy source told IHS Jane's on 6 October in Surabaya, Indonesia.

 

The lead ship in class, KRI Bung Tomo (357), conducted trials with an AS365N Dauphin 2 on 29 September. The trials, which included touch-and-go operations and landings, were held in the seas of central Java ahead of the vessel's appearance at the Indonesian Armed Forces Day celebration on 7 October.

 

According to the source, the Dauphin 2 involved in the recent trials is on loan from Indonesia's search-and-rescue body (Badan SAR Nasional, or BASARNAS). However, the trials were conducted with the aircraft sporting TNI-AL livery to "keep the exercises realistic," the source said.

 

Read the full story at IHS Jane's 360

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 15:50
Daher-Socata renforce son partenariat avec Airbus Helicopters

 

10.09.2014 JPG - Supply Chain Magazine NL 1915

 

Daher-Socata, pôle Aéronautique & Défense de Daher, annonce la signature d'un contrat d'une durée de 5 ans avec Airbus Helicopters pour son usine de Donauwörth (Allemagne). Ces services logistiques seront effectués depuis le Logistics Center d'Airbus Helicopters, un entrepôt de 23.000 m², situé dans l'enceinte de l'usine. Daher opérera pour le compte d'Airbus Helicopters les services logistiques des lignes de productions, de maintenance et réparation (pièces détachées) et des opérations de retrofit (rénovation/ modernisation d'appareils). Le contrat comprend l'ensemble des opérations de  gestion des flux entrants (dont la douane import), le contrôle qualité des produits, l'entreposage (dont un magasin automatisé), la préparation de commandes et fournitures des matériels et des pièces, le transport sur site pour approvisionnement des chaines de production et la gestion des flux sortants (dont douane export).

 

« Déjà partenaire pour sa logistique en France et en Espagne et pour la conception et fabrication d'aérostructures (cellules complètes équipées, poutres, fenestron), Daher est heureux de renforcer son partenariat de long terme avec Airbus Helicopters », a déclaré Stéphane Mayer, President & CEO de Daher-Socata. JPG

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 07:30
photo USAF

photo USAF

 

8 octobre 2014 par Nicolas Laffont – 45e Nord.ca

 

Un hélicoptère de l’armée irakienne a été abattu mercredi près de Baïji, à 200 km au nord de Bagdad, et ses deux pilotes tués, cinq jours après un crash similaire dans la même région, selon des responsables.

 

L’hélicoptère, un Bell 407, revenait de la raffinerie de Baïji, 200 km au nord de Bagdad, où les forces fédérales irakiennes se battent contre le groupe jihadiste Etat islamique depuis juin, lorsqu’il a lancé une offensive fulgurante au nord de la capitale, s’emparant de larges pans de territoires de cinq provinces.

 

Un officier de l’aviation a indiqué à l’AFP que les deux pilotes avaient été tués dans l’attaque, au-dessus de Seiniye, à l’ouest de Baïji.

 

Ils revenaient de la raffinerie. Ils volaient au-dessus de la carcasse de l’autre hélicoptère, a-t-il dit sous couvert de l’anonymat en référence à un Mi-35 de l’armée, abattu vendredi dans le même secteur.

 

Ils ont repéré un groupe d’activistes et ont demandé l’autorisation d’engager le combat. On leur a d’abord dit non et ils ont insisté, arguant que c’était une cible facile, a-t-il poursuivi.

 

Ils ont finalement reçu le feu vert mais lorsqu’ils ont baissé leur altitude, on leur a tiré dessus. Leur hélicoptère s’est écrasé au même endroit où l’autre était tombé, selon lui.

 

Un haut responsable de l’armée a confirmé que les deux membres d’équipage avaient été tués.

 

Un habitant, selon qui l’incident s’est déroulé vers 09H00 (06H00 GMT), a affirmé que l’hélicoptère était complètement carbonisé.

 

L’Irak a reçu l’année dernière 30 hélicoptères Bell 407 des Etats-Unis. Ils sont conçus à des fins commerciales mais peuvent être armés de mitraillettes et missiles.

 

La coalition internationale menée par les Etats-Unis mène également des raids aériens contre les positions des jihadistes.

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 07:30
Irak: un hélicoptère de l’armée abattu, les 2 pilotes tués (8 oct.)

 

8 octobre 2014 par Nicolas Laffont – 45e Nord.ca

 

Un hélicoptère de l’armée irakienne a été abattu mercredi près de Baïji, à 200 km au nord de Bagdad, et ses deux pilotes tués, cinq jours après un crash similaire dans la même région, selon des responsables.

 

L’hélicoptère, un Bell 407, revenait de la raffinerie de Baïji, 200 km au nord de Bagdad, où les forces fédérales irakiennes se battent contre le groupe jihadiste Etat islamique depuis juin, lorsqu’il a lancé une offensive fulgurante au nord de la capitale, s’emparant de larges pans de territoires de cinq provinces.

 

Un officier de l’aviation a indiqué à l’AFP que les deux pilotes avaient été tués dans l’attaque, au-dessus de Seiniye, à l’ouest de Baïji.

 

Ils revenaient de la raffinerie. Ils volaient au-dessus de la carcasse de l’autre hélicoptère, a-t-il dit sous couvert de l’anonymat en référence à un Mi-35 de l’armée, abattu vendredi dans le même secteur.

 

Ils ont repéré un groupe d’activistes et ont demandé l’autorisation d’engager le combat. On leur a d’abord dit non et ils ont insisté, arguant que c’était une cible facile, a-t-il poursuivi.

 

Ils ont finalement reçu le feu vert mais lorsqu’ils ont baissé leur altitude, on leur a tiré dessus. Leur hélicoptère s’est écrasé au même endroit où l’autre était tombé, selon lui.

 

Un haut responsable de l’armée a confirmé que les deux membres d’équipage avaient été tués.

 

Un habitant, selon qui l’incident s’est déroulé vers 09H00 (06H00 GMT), a affirmé que l’hélicoptère était complètement carbonisé.

 

L’Irak a reçu l’année dernière 30 hélicoptères Bell 407 des Etats-Unis. Ils sont conçus à des fins commerciales mais peuvent être armés de mitraillettes et missiles.

 

La coalition internationale menée par les Etats-Unis mène également des raids aériens contre les positions des jihadistes.

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2014 4 09 /10 /octobre /2014 19:50
ThyssenKrupp: accord de partenariat avec Airbus Helicopters.ThyssenKrupp: accord de partenariat avec Airbus Helicopters.

 

09/10/2014 Cercle Finance

 

ThyssenKrupp Aerospace annonce avoir conclu un accord de services avec Airbus Helicopters, en vue d'une coopération étroite dans les années à venir.

 

Les experts aéronautiques du groupe allemand assureront pour la filiale d'Airbus la gestion complète de la chaine logistique pour les matières premières métalliques, approvisionnant notamment ses sites allemands et français.

 

'Ce nouvel accord est d'une importante signification stratégique et souligne que ThyssenKrupp Aerospace constitue un partenaire essentiel de l'industrie aéronautique', commente Joachim Limberg, responsable de l'activité de services matériaux.

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2014 4 09 /10 /octobre /2014 19:40
EC-145 - photo Eurocopter Kazakhstan Engineering Ltd

EC-145 - photo Eurocopter Kazakhstan Engineering Ltd

 

09/10/2014 Le Point.fr

 

"Le montant de deux milliards d'euros évoqué ces derniers jours ne correspond en rien à la réalité du contrat", a affirmé le porte-parole d'Airbus Helicopters.

 

Airbus Helicopters a détaillé jeudi les modalités du contrat d'achat d'hélicoptères par le Kazakhstan, au coeur d'une enquête en France sur des commissions présumées en marge de cette transaction, réaffirmant que le contrat était conduit dans la légalité et soulignant qu'il ne portait que sur quelques centaines de millions d'euros. Des juges financiers français enquêtent depuis mars 2013 sur des commissions présumées en marge de contrats avec le Kazakhstan, conclus en 2010 sous le quinquennat du président Nicolas Sarkozy (2007-2012). Une information judiciaire a été ouverte pour blanchiment en bande organisée, corruption active d'agents publics étrangers et complicité et recel de ces infractions.

 

"Le montant de deux milliards d'euros évoqué ces derniers jours dans les médias ne correspond en rien à la réalité du contrat (que nous avons passé) avec les autorités kazakhes", a affirmé le porte-parole d'Airbus Helicopters, filiale du groupe européen d'aéronautique et de défense Airbus Group. La presse a évoqué un contrat de deux milliards d'euros portant notamment sur la vente de 295 locomotives et l'acquisition de 45 hélicoptères fabriqués par Eurocopter, rebaptisé depuis Airbus Helicopters. "L'EC145 est un appareil conçu et développé en Allemagne dont le prix moyen au catalogue s'élève à 7 millions d'euros", a expliqué le porte-parole de l'hélicoptériste, ajoutant qu'à la fin de l'année 2014, 26 appareils auront finalement été acquis par le Kazakhstan, estimés au total à 182 millions d'euros au prix catalogue.

 

315 millions au prix catalogue

 

Il a rappelé qu'initialement Eurocopter avait signé des accords de principe en octobre 2010 sur une intention d'achat de 45 appareils. "Ces accords ont été concrétisés en juin 2011 en présence des deux Premiers ministres français et kazakh" lors du Salon du Bourget, près de Paris, a-t-il poursuivi. Mais la législation kazakhe précisant que la livraison doit être effective l'année de la commande ferme, le contrat porte finalement à ce jour sur 26 appareils, et non 45. Vingt machines ont déjà été livrées et quatre le seront d'ici fin décembre, a détaillé Airbus Helicopters. "Même si nous prenons la base initiale d'une commande de 45 hélicoptères, nous sommes très loin du montant évoqué", a conclu le porte-parole.

 

Sur cette base, le contrat s'élèverait à 315 millions au prix catalogue. La firme a également réaffirmé que ce contrat avait "été et reste conduit de façon parfaitement légale". Airbus Helicopters précise par ailleurs que le contrat de vente avait été assorti d'un accord pour la création d'une société commune au Kazakhstan, à 50/50 avec la société Kazakhstan Engineering pour l'assemblage des hélicoptères, condition sine qua non pour pouvoir vendre du matériel dans ce pays. Les accords prévoyaient en outre la vente de kits d'appareils depuis le site de Donauworth d'EC145.

 

"Dans le cadre d'une livraison en kit, le montant des hélicoptères est sans doute inférieur au prix catalogue. Et il est fort probable que les autorités kazakhes aient obtenu d'importants rabais", a commenté un spécialiste du secteur aéronautique, sous le couvert de l'anonymat. Interrogé sur les contrats d'assistance et de maintenance entourant habituellement la vente d'hélicoptères ou d'avions, il a commenté : "Si on y ajoute effectivement la maintenance, on ne doit pas être loin des 7 millions d'euros par appareil indiqué par Airbus."

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2014 4 09 /10 /octobre /2014 07:30
«Il faut maintenant employer les hélicos près du sol» (Général Vincent Desportes)

 

08/10/2014 LaDefepche.fr

 

Faut-il envisager un changement de stratégie militaire face à la progression de l'Etat islamique ?

 

Les frappes sur les cibles logistiques ou les puits de pétrole pour assécher les sources de financement de l'Etat islamique ne sont pas suffisantes. Il faut maintenant agir sur trois fronts : mettre un coup d'arrêt à l'avance de l'EI en intensifiant les frappes aériennes, frapper aussi leur soutien d'artillerie, et maintenant permettre aux hélicoptères d'aller discriminer les cibles au plus près sans toucher les populations.

 

Suite de l’entretien

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2014 3 08 /10 /octobre /2014 22:45
Hélicoptères: La France déploit ses derniers fleurons en opex

 

08/10/2014 par Guillaume Belan – Air & Cosmos

 

A peine entrés en service, aussitôt déployés ! Dans les prochaines semaines, l'armée française va déployer ses deux hélicoptères les plus récents : deux hélicoptères de transport Caïman vont évoluer dans la BSS (opération Barkhane) depuis le Mali tandis que deux Tigre HAD (Appui Destruction) rejoignent l'opération Sangaris en République Centrafricaine (RCA). Il s'agira de la première opération de guerre pour le Caiman qui devrait rejoindre Gao par ses propres moyens. Les deux Tigre HAD devraient, quant à eux, être rapidement envoyés par transporteur Antonov vers Bangui. Cette projection révèle à la fois la volonté de l'armée de terre française de déployer ses nouveaux matériels le plus rapidement possible ainsi que le durcissement des engagements français. Programme européen, l'hélicoptère NH90 (baptisé Caiman en France) bi-turbine de transport militaire de la classe des 11 tonnes, est déjà en service dans plusieures armées sous différentes configurations. Hélicoptère de transport tactique, il doit, pour l'ALAT, remplacer les vénérables Puma hors d'âge. Pour ce qui est du Tigre, ce biturbine franco-allemand-espagnol de la classe des 6 tonnes, est déjà en service au sein de l'armée de terre depuis 2009. Dans sa version HAP (Appui Protection), le Tigre a déjà connu de nombreux théâtres : Afghanistan, Libye ou encore Mali. Mais avec la RCA, ce sera la première fois que la version HAD sera déployé en opération. Il s'agit de la version la plus aboutie de l'hélicoptère de combat mettant en œuvre le missile antichar Hellfire, en plus de son canon de 30 mm et de ses roquettes. Il remplace les Gazelle Vivianne (missile Hot)...

 

Lire la suite de l'article dans Air & Cosmos du 9 octobre 2014

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2014 3 08 /10 /octobre /2014 16:30
 - photo US Army

- photo US Army

 

8 octobre, 2014 Frédéric Lert (FOB)

 

C’est un communiqué du Pentagone qui l’annonce : ce week-end, des hélicoptères de combat Apache ont été utilisés contre des objectifs de l’Etat Islamique en Irak. Six raids distincts ont été conduits, en coordination avec des avions de l’US Air force. Les raids ont continué semble-t-il en ce début de semaine. Les appareils de l’US Army étaient revenus en Irak au début du mois de juillet pour protéger les intérêts américains et notamment la zone verte et les accès à l’aéroport à Bagdad. Les Apache étaient notamment utilisés pour escorter les convois routiers et les déplacements en hélicoptères Blackhawk. Selon certaines sources, huit Apache seraient basés à Bagdad et ils proviendraient d’unités basées en temps normal au Koweit. Lors de leur retour au mois de juillet, ils étaient accompagnés de plusieurs centaines de soldats US et de drones RQ-7 Shadow destinés à renforcer la présence américaine face à une rébellion islamiste qui commençait à gagner du terrain. Ironie de l’histoire, les attaques américaines du week end semblent s’être concentrées sur la région de Falloujah, une ville dont la conquête avait déjà coûté tant d’effort aux Américains en 2004.

 

 

Iraq's first Mi-28 Havoc attack helicopter

Iraq's first Mi-28 Havoc attack helicopter

Le président Obama a déjà annoncé dans les semaines passées qu’aucun soldat américain ne prendrait part aux combats au sol. L’engagement des hélicoptères, optimisés pour un soutien direct des combattants et des combats en zone urbaine peut être diversement perçu : face aux armes automatiques et aux missiles portables, les risques de perte sont singulièrement plus élevés qu’avec des avions de combat.  A noter enfin que les Irakiens ont depuis longtemps demandé à acheter leurs propres Apache : le Pentagone avait annoncé en début d’année la vente possible de 24 appareils, sans que celle-ci ait pour l’instant abouti. Lassés d’attendre, les Irakiens se sont depuis tournés vers les Russes. Ils auraient reçu récemment trois hélicoptères de combat Mi28 « Havoc ». Environ 350 raids aériens ont été montés à ce jour contre les forces de l’Etat Islamique, dont les trois quarts en territoire irakien.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories