Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 juin 2015 5 19 /06 /juin /2015 16:20
Canada accepts first six Sikorsky CH-148 Cyclones

 

19 Jun 2015 By: James Drew - FG

 

Washington DC - The Royal Canadian Air Force has accepted delivery of its first six Sikorsky CH-148 Cyclone maritime patrol helicopters, marking a major step forward for the Sea King replacement programme that has a “torturous history”.

 

Two more helicopters are due to arrive at the Shearwater operating base in Nova Scotia this December, and the full tranche of 28 Cyclones will be in place by 2021, Canadian defence minister Jason Kenney said at a ceremony 19 June.

 

The first six choppers arrive amid a hurricane of displeasure in Canada over the handling of the various Sea King replacement efforts, the latest of which – the Cyclone programme – started in 2004 but was beset by technical issues, delays, cost growth and contract revisions.

 

In fact, an earlier Sea King replacement was aborted in 1993, at a cost to Canada of about $500 million. The total value of the Cyclone acquisition is $7.6 billion, including $1.9 billion for development and production of 28 helicopters and $5.7 over 20 years for in-service contractor support.

 

The twin-engine, medium-lift Cyclone is derived from Sikorsky’s civil S-92 and is designed for shipboard maritime surveillance and rescue operations on Canada's east and west coasts.

 

It will replace 27 long-serving Sikorsky CH-124 Sea Kings that have been in constant operation since 1963 and are the oldest aircraft in the RCAF inventory.

 

Public works and government services minister Diane Finley says it gives her great pleasure to finally put the Sea King “workhorse” out to pasture.

 

“I’m not one to mince words. The Cyclone has been a complex procurement – one that has seen its share of challenges,” she explains. “In fact, this procurement has had a torturous history.”

 

The Block I Cyclones were delivered in time to meet a revised schedule that was put in pace in January 2014. The fleet will be fully operational by 2018.

 

The ministers have confidence that the six aircraft are ready to deploy from a Halifax-class frigate at the next opportunity. Enough pilots, aircrews and maintainers have been trained to meet early operational objectives.

 

Over the past few months, the fleet has conducted 60 test missions consisting of about 300 takeoffs and landings from HMCS Halifax.

 

Despite reports to the contrary, the defence minister says the helicopters do meet the operational requirements of an amended contract with Sikorsky and are ready for operational use. “They’re ready for full utilization now,” he says.

 

The Sikorsky-led cyclone team includes General Dynamics Canada and L-3. The helicopters are checked out at Sikorsky’s facility in West Palm Beach, Florida.

Repost 0
19 juin 2015 5 19 /06 /juin /2015 11:50
Paris Airshow 2015: Innovation


19 juin 2015 by Airbus HC

 

Since joining Airbus Helicopters as Head of Research and Innovation in 2014, Tomasz Krysinski has been at the head of many innovations poised to transform the future of helicopter flight by increasing efficiency and bringing greater value to customers.

Here he talks from the 51st Paris Air Show about some of the projects currently underway – Blue Edge blades, the high compression engine, the next phase of the high speed demonstrator program – and what he’s got his eyes on for the future.

Repost 0
19 juin 2015 5 19 /06 /juin /2015 07:45
photo D. Geffroy - FFDj

photo D. Geffroy - FFDj

 

18/06/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le 15 juin 2015, le directeur de la direction d’infrastructure de la Défense de Djibouti (DID), l’ingénieur en chef de 1e classe Brissaud, a remis officiellement au commandant du détachement de l’aviation légère de l’armée de Terre (DETALAT), le lieutenant-colonel Moreau de Bellaing, la zone de stationnement d’hélicoptères rénovée, en présence du commandant de la base aérienne 188, du chef de corps du 5e régiment interarmes d’outre-mer et du directeur de la société COLAS.

 

A l’occasion d’une étude technique à Djibouti, le 25e régiment du génie de l’air (RGA) avait recommandé la mise aux normes des plots de l’ALAT. La DID a conçu le projet pour livrer une zone de stationnement aux normes hélicoptères de manœuvre NH90. Après six mois de chantier, cinq plots ont ainsi été réalisés incluant des coffrets de mise à la terre et des anneaux d’ancrage afin d’assurer la sécurité des hélicoptères.

 

Cette opération peut sembler simple d’exécution mais elle est en réalité complexe. Le chantier combine une double compétence route enrobée et béton hydraulique. Il a nécessité 4 phases de travaux : démolition des dalles de béton existantes, travaux de terrassement et fondation, réalisation de dalles en béton aux normes NH90 et confection des parties revêtues en béton bitumeux à chaud.

 

En définitive, le véritable défi a été de concilier réalisation d’un chantier et activités opérationnelles aéronautiques. L’opération a été un succès.

photo D. Geffroy - FFDj

photo D. Geffroy - FFDj

En conformité avec le traité de coopération de défense signé en 2011 avec la République de Djibouti, les FFDj constituent une base opérationnelle avancée en Afrique de l’Est. A ce titre, elles participent au dispositif militaire français prépositionné permettant de disposer d’un réservoir de forces pouvant être projetées rapidement en cas de crise. Par ailleurs, dans le cadre de leurs activités de coopération opérationnelle, les Forces françaises stationnées à Djibouti soutiennent leurs partenaires africains dans le renforcement de leurs capacités militaires et dans le maintien de leur aptitude à participer aux opérations de maintien de la paix. Plusieurs fois par an, les FFDj participent ainsi à la formation de militaires africains dont les pays ont des accords bilatéraux avec la France.

photo D. Geffroy - FFDj

photo D. Geffroy - FFDj

Repost 0
19 juin 2015 5 19 /06 /juin /2015 06:20
photo Airbus HC

photo Airbus HC

 

Par - Le Monde.fr |

 

Pour une fois, au Salon du Bourget, c’est le bruit des hélices des hélicoptères qui couvre celui des moteurs d’avions. L’américain Sikorsky a lancé un mouvement de restructuration du secteur. Le numéro un des hélicoptères militaires est à vendre. Son propriétaire, le groupe United Technologies Corporation (UTC), qui contrôle également le motoriste Pratt & Whitney, en demande environ 8 milliards de dollars (7 milliards d'euros). Plusieurs candidats seraient sur les rangs pour le racheter, dont les deux américains, Bell et Lockheed Martin, et le français Airbus Helicopters. Guillaume Faury, PDG de la filiale hélicoptères d’Airbus, a admis « regarder attentivement le dossier ».

Toutefois, chez Airbus on admet ne se fait guère d’illusion : « Il paraît très peu vraisemblable que les autorités américaines laissent passer sous contrôle européen l’un des premiers fournisseurs du Pentagone. » En outre, les 8 milliards de dollars demandés pour Sikorsky pourraient représenter une trop grosse somme pour l’entreprise.

 

Suite de l'article

Repost 0
18 juin 2015 4 18 /06 /juin /2015 16:50
One week to go until Italian Blade 2015

 

Viterbo - 15 June, 2015 European Defence Agency

 

Italian Blade 2015, the 8th training event organised under the framework of the European Defence Agency’s Helicopter Exercise Programme (HEP), will start on 22 June in Viterbo, Italy. Gathering about 40 helicopters from seven different countries, it will be one of the largest exercises organised since the establishment of the HEP.

 

Aircraft from Austria, Belgium, Czech Republic, Germany, Hungary, Italy and Slovenia will attend this year’s exercise. The event will be hosted by the Italian Army Aviation (Aviazione dell'Esercito) in Viterbo airbase, about 80 km north of Rome. In total, more than 1000 military personnel are expected to take part in the event which will run from 22 June to 3 July.

As with previous HEP live-flying exercises, Italian Blade’s main objectives will be to train European helicopter crews in conditions likely to be faced in possible future operations, while promoting cooperation in helicopters training and developing joint interoperability between multinational elements, both in the air and on the ground. A particular focus will be given to the integration of ground forces into the exercise’s scenarios so as to develop common procedures and build trust between flying crews and ground personnel from different nations.

The HEP exercises are only one of multiple projects undertaken by the European Defence Agency to increase the overall availability of European military helicopters, with other initiatives such as the Helicopter Tactics Course (HTC) or the Helicopter Tactics Instructor Course (HTIC) now ongoing. These efforts demonstrate that at very low-cost, quick operational benefits can be yielded to ensure success on tomorrow’s battlefields.

 

More information

Repost 0
18 juin 2015 4 18 /06 /juin /2015 11:55
Exposition statique sur l’aéroclub de Dinan

 

17/06/2015 Armée de l'air

 

Le 10 juin 2015, le CIRFA de Rennes a organisé une exposition statique au profit d’une dizaine d’élèves de la ville de Dinan.

 

Les élèves de l’aéroclub faisaient ce mercredi leur baptême de l’air, après avoir suivi une formation théorique. Rassemblés autour d’un Fennec, ils ont pu poser des questions au pilote présent. Cette exposition statique était organisée dans le cadre d’un partenariat avec l’Armée de l’air, qui cofinance les formations à l’aéroclub de Dinan.

Repost 0
18 juin 2015 4 18 /06 /juin /2015 11:20
H160 - photo Airbus HC

H160 - photo Airbus HC

 

16 juin 2015 Par Olivier James - Usinenouvelle.com


Les rumeurs de rapprochement entre Airbus Helicopters et Sikorsky vont bon train au salon aéronautique du Bourget. Un scénario qui reste très hypothétique.

Le marché des hélicoptères s'agite ! Lundi 15 juin, le conglomérat industriel américain United Technologies (UTC) a fait connaître son désir de se séparer de sa filiale de fabrication d'hélicoptères Sikorsky aux profits en fortes baisses. De quoi faire dire le lendemain même à Guillaume Faury, le pdg d’Airbus Helicopters qu’il "surveillait de près" cette opération. En moins de 24 heures, le salon du Bourget donne à voir un marché des hélicoptères en pleine reconfiguration.

C’est que ce marché est à la peine depuis quelques années. Entre la diminution des budgets militaires dans nombre de pays et la baisse de régime du secteur gazier et pétrolier, grand client d’hélicoptères civils, la filière fait grise mine. Quant au prometteur marché chinois, il reste bien trop encadré pour vraiment offrir des débouchés commerciaux massifs.

 

Un rapprochement d’égal à égal
Dans ce contexte, le rapprochement entre deux acteurs importants aurait du sens sur le papier et participerait à la consolidation de la filière. Mais Airbus Helicopters (filiale d’Airbus Group) compte-t-il vraiment racheter Sikorsky, dont le prix s’élèverait à environ 8 milliards de dollars ? Impossible avec les propos sibyllins de Guillaume Faury d’en conclure quoi que ce soit. "C’est une importante évolution, nous  regardons ce que fait UTC" , a affirmé le pdg d’Airbus Helicopters. Et de rajouter : "we keep an eye" (on regarde de près, en Français).

Sur le papier, le rapprochement aurait belle allure. Les chiffres d’affaires des deux groupes sont très proches : Sikorsky affiche 6,7 milliards d’euros de vente, contre 6,5 milliards pour Airbus Helicopters. Quant aux complémentarités industrielles, elles pourraient être au rendez-vous : la majeure partie des ventes de Sikorsky proviennent du militaire (70%), alors qu’Airbus Helicopters est le numéro un mondial des hélicoptères civils (même si son chiffre d’affaires est réparti à 50/50 sur les deux segments).

 

Un rapprochement impossible ?
"Ils auraient tout intérêt à racheter Sikorsky pour empêcher un autre concurrent de le faire", estime une source anonyme dans le secteur des hélicoptères. Parmi les concurrents les plus sérieux, Textron et Lockheed Martin. Mais ce scénario a ses limites. Sikorsky produit en effet le Black Hawk (best-seller de l’armée américaine) et le Marine One, l’hélicoptère utilisé par le président des Etats-Unis. Laisserait-on un européen produire ces appareils ?

"Il me semble peu probable qu’une société américaine dont de nombreux contrats sont liés au Département de la Défense des Etats-Unis passe sous contrôle européen", souligne une source proche du dossier. Impossible, alors, ce rapprochement ? Le système de base de données du FBI est bien fourni par une société française. Son nom : Safran.

Repost 0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 16:56
Florian, pilote Tigre


17 juin 2015 par Armée de Terre

 

Le 51e salon international de l’aéronautique et de l’espace se tient en ce moment au Bourget. Près de 320 000 visiteurs y sont attendus pour admirer les dernières innovations technologiques. L’aviation légère de l’armée de Terre (ALAT) est partie prenante de cet évènement et offre l’opportunité aux spectateurs d’approcher les tout derniers équipements de l’armée de Terre. L’occasion d’aller à la rencontre des utilisateurs, impatients de partager leurs expériences au public passionné. Pilotes, mécaniciens et logisticiens témoigneront. Parmi les militaires présents, Florian, pilote de Tigre, donne un avant-goût de ce qui attend le visiteur.

Repost 0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 16:20
CH-53K Super Stallion photo Sikorsky Aircraft

CH-53K Super Stallion photo Sikorsky Aircraft

Aéronautique Cette séparation va permettre aussi bien à UTC qu'à Sikorsky "de mieux se concentrer sur leur cœur de métier", a commenté le nouveau PDG du groupe Gregory Hayes, cité dans le communiqué.

 

15/06/2015 latribune.fr

 

La filiale d'UTC est considérée comme un des grands rivaux d'Airbus Helicopters dans le domaine militaire. Selon le Wall Street Journal, plusieurs entreprises ont été contactées, dont Boeing, Airbus et Lockheed Martin pour reprendre cette activité. Airbus surveille également de près une possible mise en vente.

 

Le conglomérat industriel américain United Technologies (UTC) a annoncé lundi 15 juin que, sous réserve de l'approbation finale de son conseil d'administration, il allait se séparer de sa filiale de fabrication d'hélicoptères Sikorsky. L'entreprise fabrique aussi les ascenseurs Otis et les moteurs d'avions Pratt and Whitney.

Le groupe industriel américain a précisé avoir décidé de se séparer de cette activité de 8 milliards de dollars (environ 7,13 milliards d'euros) après avoir passé en revue les différentes options qui se présentaient (vente ou création d'une filiale indépendante).

Cette séparation va permettre aussi bien à UTC qu'à Sikorsky "de mieux se concentrer sur leur cœur de métier", a commenté le nouveau PDG du groupe, Gregory Hayes, cité dans le communiqué.

 

Boeing, Airbus et Lockheed Martin contactés

Cette nouvelle n'est pas une surprise: après le départ abrupt de son PDG en novembre 2014, UTC avait lancé un examen stratégique de ses activités. Greg Hayes avait laissé entendre, mi-mars, que le groupe s'orienterait davantage vers une scission de la filiale, considérée comme un des grands rivaux d'Airbus Helicopters dans le domaine militaire.

Selon le Wall Street Journal, plusieurs entreprises ont été contactées dont Boeing, Airbus et Lockheed Martin pour reprendre cette activité. Airbus surveille également de près une possible mise en vente, a déclaré la semaine dernière Allan McArtor, président exécutif d'Airbus Group Inc., la branche américaine de l'avionneur européen.

 

Suppression de 1.400 postes et recul des ventes

Le président de Sikorsky, Bob Leduc, a déclaré, lors d'une journée investisseurs, que l'entreprise comptait gonfler son chiffre d'affaires à 10 milliards de dollars au moins d'ici à 2025, en prenant en compte les 49 milliards de dollars que doit lui rapporter son carnet de commandes.

L'entreprise a par ailleurs annoncé, début juin, la suppression de 1.400 emplois sur 12 mois et la réorganisation de certains sites en raison d'une forte baisse de la demande dans les secteurs du pétrole et du gaz et d'un recul des ventes à l'international.

Repost 0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 12:35
Corée du Sud : un premier contrat imminent pour Airbus Helicopters

La version sud-coréenne du LCH sera développée à partir du Dauphin H155 (Crédits : Airbus Helicopters)

 

14/06/2015 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le constructeur de Marignane est tout proche de signer son premier gros contrat à l'export en 2015. il devrait signer en fin de semaine prochaine avec l'industriel sud-coréen Korean Aerospace Industries (KAI), le contrat de développement et de production de la version civile d'un appareil de la classe de 5 tonnes, le "Light Civil Helicopter (LCH)".

 

Airbus Helicopters va enfin engranger son premier gros contrat de l'année 2015. Ce sera en Corée du Sud où il devrait signer, selon des sources concordantes, en fin de semaine prochaine avec l'industriel sud-coréen Korean Aerospace Industries (KAI), le contrat de développement et de production de la version civile d'un appareil de la classe de 5 tonnes, le "Light Civil Helicopter (LCH)", développé sur la base de version H155 B1, la toute dernière version du Dauphin.

KAI a lui récemment signé avec le ministère de la Défense coréen (DAPA) le contrat de maître d'oeuvre de ce programme pour une mise en service en 2022 au plus tard. Soit un contrat estimé à 1,4 milliard de dollars pour KAI. Le contrat n'est pas entré en vigueur encore mais il devrait l'être avant la fin du premier semestre 2015.

 

Un contrat estimé à 2,8 milliards d'euros

Puis, dans un second temps, viendra le contrat de développement et de production de la version milliaire qui sera modifiée par rapport au LCH, le LAH (Light Armed Helicopter). Cet hélicoptère remplacer les appareils américains MD500 (MD Helicopters) et AH-1S (Bell).  "Ce contrat exceptionnel par son ampleur porte sur le développement et la fabrication de 214 hélicoptères militaires d'attaques et une centaine d'appareils civils destinés au marché civil et parapublic coréen", avait expliqué en mars à l'AFP le vice-président d'Airbus Helicopters pour l'Asie du Nord (Chine, Corée du Sud et Japon) Norbert Ducrot à l'occasion de la signature du partenariat entre les deux industriels.

Ce contrat est évalué, selon Reuters, à 3 milliards de dollars (2,8 milliards d'euros), dont 1,4 milliard d'euros pour Airbus Helicopters. Les deux industriels s'attendent au total en vendre 1.000 exemplaires, dont 300 à l'export. Des hélicoptères qui devraient être motorisés par Turbomeca (Arriel). Les premières livraisons du LCH (15 millions de dollars par appareils) et du LAH (20 millions) sont prévues respectivement en 2020 et 2022.

 

Des contrats en attente de signature

Que ce soit en Pologne, au Koweït, au Qatar et même au Mexique, le constructeur de Marignane est pour le moment en pole-position. Ces appareils en compétition ont été sélectionnés par ces quatre pays. En Pologne, Airbus Helicopters vise, selon des sources concordantes, une signature du contrat des 50 hélicoptères de transport Caracal (H225M) en septembre avant les élections législatives prévues à l'automne. Des élections à risques puisque Andrzej Duda qui vient d'être élu chef de l'Etat et qui a toutes les chances de remporter les élections législatives a sévèrement critiqué le choix de Caracal au détriment de l'Américain Sikorsky et du groupe italo-britannique AgustaWestland, qui ont tous les deux d'importantes usines en Pologne.

Au Qatar (22 NH90) comme au Koweït (Caracal), Airbus Helicopters attend toujours d'être convoqué par Doha et Koweït City pour négocier le contrat. Enfin au Mexique, en proie à certaines difficultés budgétaires en raison d'une moindre rentrée des pétrodollars, les discussions pourraient être plus longues que prévues (une signature était attendu pour le 14 juillet).

Repost 0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 11:55
From X to H: A look at the future of the H generation


17 juin 2015 by Airbus HC

 

The X program story continues! In a press conference held on June 16 during the second day of the Paris Air Show, Airbus Helicopters President & CEO Guillaume Faury shared the next chapter of the X story, announcing the launch of the X6 concept phase.
The X6 will become the company’s next-generation heavy-lift rotorcraft and will be tailored for the civil market. It will define the heavy helicopter sector for the next decade and beyond. Jean-Brice Dumont, Executive Vice President of Engineering and Chief Technical Officer, gave us a deeper look at what’s next in this interview conducted after the press conference.

And just three months after its unveiling at the Heli-Expo air show in Orlando, Florida, the H160 completed its first flight on June 13, with test pilot Olivier Gensse describing the helicopter’s handling as “extremely stable and extremely easy.”
Bernard Fujarski, head of the H160 program, describes the experience in greater detail from his perch inside the H160 cockpit at Airbus Group’s static display at the Paris Air Show.

Repost 0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 11:55
H135 in operation with the French Gendarmerie


16 juin 2015 by Airbus HC

 

On the occasion of the 51st Paris Air Show, Airbus Helicopters spoke with the French Gendarmerie about its involvement in the Charlie Hebdo operation that put the world on high alert last January.

Lcl Eric Espinal, head of aerial operations in Paris and H135 pilot during the operation, shares his experience and talks about why the H135 was an indispensible partner during the mission.

Repost 0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 11:55
 Paris Air Show Day 2 highlights - Airbus HC


17 juin 2015 by Airbus HC

 

The second day of the Paris Air Show saw many official visits, including the French Chief of Defence, and signings with Vietnam and Argentina. Watch the highlights.

Repost 0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 11:55
H160 completes first flight


16 juin 2015 by Airbus HC

 

13 June 2015 - Three months after its introduction to the public at the Heli-Expo air show in Orlando, Florida, and following its first ground run on May 28, the H160 has now successfully performed its first flight.

The news of the flight, which took place on June 13, was announced during a press conference held on June 16 at the 51st Paris Air Show.

Repost 0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 16:55
Salon du Bourget 2015, Les marins du ciel au rendez-vous

 

15 Juin 2015 source Marine nationale

 

Du 15 au 21 juin, le salon international de l’aéronautique et de l’espace 2015 se déroulera au Bourget. Plus de 100 nations réparties en 290 délégations officielles, 3 000 journalistes ainsi que 140 000 visiteurs professionnels sont attendus.

 

Les marins du ciel vous donnent rendez-vous sur le stand du ministère de la Défense où ils présenteront leurs métiers et leurs missions. Un hélicoptère Caïman Marine sera à l’honneur dans sa version anti-sous-marine. Un Rafale Marine sera également présenté sur le stand de Dassault aviation, son constructeur.

 

Retrouverez sur le lien suivant le teaser de présentation des équipements du Ministère de la Défense : https://www.youtube.com/watch?v=BQYIV3kpudI

 

Informations pratiques

Le salon ouvre ses porte de 08h30 à 18h00

Du lundi au jeudi pour les professionnels ; Du vendredi au dimanche pour le grand public

Tarif : de 11 à 18€ pour le grand public / gratuit pour les enfants de moins de 7 ans

Entrée gratuite pour les militaires français d'active en uniforme ou en civil sur présentation de la carte professionnelle avec photo.

 

Accès :

Station « Le Bourget » sur le RER B

Station « Fort d’Aubervilliers » sur la ligne 7, puis bus 152 jusqu’à « Michelet – Parc des expositions »

Station « Porte de la Chapelle » sur la ligne 12, puis bus 350 jusqu’à « Michelet – Parc des expositions »

En voiture : sortie Le Bourget / Parc des Expositions

Repost 0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 12:57
Final countdown to the 2015 Paris Air Show - Airbus HC

 

15 juin 2015 by Airbus HC

 

The world's largest aeronautical event is about to take off. Airbus Helicopters' air show team previews some of the action to come on the rotorcraft side of this biannual event.

On the static display visit the H225M and the H135, plus full-scale mockups of our newest aircraft: the H145M and the H160, whose innovative Blue Edge blades are also on display at the CORAC (Civil Aviation Research Council) tent nearby.

Learn more about how blades in general are constructed at the Avion des Métiers exhibit, and then check out the X3 high-speed helicopter demonstrator next door at France's National Air and Space Museum. Finally stop by Clean Sky to see a mock-up of a High Compression Engine.

Repost 0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 12:45
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

12/06/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 25 mai au 8 juin 2015, dans le cadre de l’opération Sangaris, le détachement des hélicoptères Fennec (DETFENNEC) a réalisé des missions d'appui, de reconnaissance et de renseignement au profit des troupes au sol. À cette occasion, il a passé le cap des 600 heures de vol cumulées depuis la mise en place des appareils sur le théâtre centrafricain.

 

Rattachés au sous groupement de renseignement multicapteurs (SGRM), ces hélicoptères de combat de l'armée de l'Air sont engagés sur l’ensemble du théâtre pour effectuer des missions d’appui-renseignement et d’appui-feu au profit des troupes au sol, mais également des missions de reconnaissance et d'évacuation sanitaire. Pour la première fois, ces appareils multifonctionnels ont été déployés en autonomie sur le terrain avec les capteurs au sol. "Habituellement nous dépendons d'une base avancée pour effectuer nos missions. Cette fois nous avons testé le concept de la nomadisation, c'est-à-dire de bivouaquer avec la troupe au sol. Cela présente le double avantage de pouvoir rayonner sur une distance de 200 km autour de notre installation et de traiter directement les informations prises en vol", explique le commandant Cédric, chef du DETFENNEC.

 

photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Présent en RCA depuis le 7 décembre 2013 et stationné sur le camp de M’Poko, ce détachement est constitué d’une vingtaine de personnels incluant les pilotes, les mécaniciens et les spécialistes chargés d'exploiter le renseignement. Il a atteint dernièrement le nombre de 600 heures de vol et plus de 1 000 comptes rendus d'informations prises sur le terrain. Grâce à sa rapidité, sa mobilité et la précision des informations qu’il récolte, le Fennec apporte une plus-value à l’action de la force Sangaris.

 

Lancée le 5 décembre 2013 par le Président de la République, l’opération Sangaris vise à rétablir un niveau de sécurité minimale en République centrafricaine et à appuyer la mission de l’ONU, désormais pleinement opérationnelle.

photo EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terre
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Repost 0
13 juin 2015 6 13 /06 /juin /2015 11:30
photo  Airbus HC  Anthony Pecchi

photo Airbus HC Anthony Pecchi


11.06.2015 par Aerobuzz.fr
 

Le Président de la République française s’est entretenu le 10 juin avec l’Emir du Koweït qui « a exprimé le souhait du gouvernement koweïtien d’équiper les forces aériennes de son pays de 24 hélicoptères lourds de type Caracal  » produits par Airbus Helicopters. « Le contrat sera signé dans les meilleurs délais en présence du ministre de la Défense français, M. Jean-Yves le Drian, et de son homologue Cheikh Khaled Al Jarrah Al Sabah », a précisé l’Elysée. Cette annonce de la présidence de la République fait suite au voyage à Koweit City du ministre français de la Défense, le week-end dernier.

Après la Pologne en début d’année (70 H225M Caracal), c’est un nouveau contrat important pour Airbus Helicopters pour qui 2015 s’annonce comme une année record. D’autant que le constructeur européen est toujours dans l’attente de la concrétisation de l’intention d’achat de 22 NH90 par le Qatar.

Repost 0
12 juin 2015 5 12 /06 /juin /2015 18:55
Tigre HAD (Hélicoptère d’Appui et de Destruction)

Tigre HAD (Hélicoptère d’Appui et de Destruction)

 

9 juin, 2015 Nathan Gain (FOB)

 

Dans moins d’une semaine s’ouvrira le salon du Bourget. Vitrine du savoir-faire de l’industrie aéronautique française, « le Bourget » fait également la part belle au matériel aérien en usage dans l’armée de terre. Parfait symbole de la symbiose entre air et sol au sein des forces françaises, l’ALAT sera particulièrement mise en vedette durant cette 51e édition du salon du Bourget.

 

Parmi de nombreux autres systèmes, le stand du Ministère de la Défense (Extérieur – C3A) hébergera un hélicoptère de combat Tigre dans sa version HAD (Hélicoptère d’Appui et de Destruction). Il sera pour l’occasion présenté en tandem avec une roquette à précision submétrique (RPSM), fabriquée par une filiale de Thales, TDA Armements SAS. Selon les rumeurs, une demi-douzaine de nouveaux Tigre devrait rejoindre les rangs de l’ALAT au travers la révision de Loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019. Le Tigre HAD est le second standard de l’hélicoptère de l’armée de Terre après le désormais bien connu Tigre HAP (appui protection). En plus du canon de 30 mm et des roquettes de 68 mm du Tigre HAP, la version appui-destruction dispose également de missiles air-sol AGM-114 HELLFIRE.

 

NH90 TTH (Tactical Transport Helicopter) Caïman

NH90 TTH (Tactical Transport Helicopter) Caïman

Un NH90 TTH (Tactical Transport Helicopter) Caïman sera également de la partie, à la fois en statique sur le pavillon du constructeur NHIndustries (Extérieur – C2) et, surtout, en démonstration aérienne. Livré le 22 décembre 2011 au GAMSTAT, ce Caïman n’est autre que le premier appareil livré à l’armée française. Basé à Valence, le GAMSTAT (Groupement Aéromobilité de la Section Technique de l’Armée de Terre) est le centre d’évaluation technique et tactique des matériels et des aéronefs de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre (ALAT). Comme stipulé au sein de la Loi de Programmation Militaire 2014-2019, les hélicoptères « Puma seront progressivement remplacés par 68 hélicoptères NH 90 TTH, dont 38 seront livrés avant 2019 ».  L’Aviation légère de l’armée de Terre (ALAT) devrait néanmoins activer une tranche supplémentaire de 6 NH90 TTH Caïman, officialisée dans le cadre de la révision de la LPM, présentée par Jean-Yves le Drian en Conseil des ministres le 20 mai 2015, et qui devrait porter le nombre de Caïman prévus à 74.

Repost 0
11 juin 2015 4 11 /06 /juin /2015 17:56
[Paris Air Show] Air-ground integrated combat


11 juin 2015 MINDEF Fr


Air-ground integrated combat : main focus of Army aviation

Repost 0
11 juin 2015 4 11 /06 /juin /2015 07:45
photo EMA

photo EMA

 

10/06/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 21 avril 2015, le Service des Essences des Armées (SEA) de Libreville a ouvert au cœur du Gabon un plot d’avitaillement hélicoptère. A cette occasion, la procédure d’avitaillement en campagne mise en place par le SEA et les EA 470 des Éléments français au Gabon (EFG) a été validée.

 

Le plot d’avitaillement est implanté au cœur du centre d’entraînement et de contrôle de la préparation opérationnelle (CECPO) du complexe d’entraînement des Monts Mokékou, lequel bénéficie de travaux importants réalisés conjointement par les Forces Armées Gabonaises et les EFG. La construction de ce complexe, situé à 150 km à l’Est de Libreville, est supervisée par la Direction de l’Infrastructure de la Défense (DID) des EFG qui en assure la maitrise d’œuvre. Il vise principalement à donner plus d’autonomie aux équipages du détachement (DET) Fennec en assurant l’avitaillement de leur machine directement sur les plots d’avitaillement en campagne.

 

Armé depuis le 1er avril 2015 par des personnels navigants de l’EH 05.067 Alpilles ou de l’EH 03.67 Parisis, et des personnels mécaniciens de l’escadron 2E005 Barronies, le DET Fennec a désormais qualifié ce nouveau point avancé de refuelling,augmentant ainsi les capacités d’entraînement dans le complexe de tir et de manœuvre de Mokékou.

 

Ce 21 avril 2015, la mission conjointe entre la DID, le SEA et les EA470 a ainsi permis de s’assurer du bon fonctionnement du plot carburant et de briefer l’équipage du DET Fennec aux procédures d’avitaillement de campagne. Une attention particulière a été portée sur les consignes de sécurité à observer lors de l’avitaillement.

 

Du point de vue technique, le plot SEA est constitué de plusieurs fûts de kérosène conditionnés pour un usage aéronautique, d’un local protégé et aéré sur dalle béton qui garantit la conservation des fûts et du matériel d’exploitation. Le tout est entreposé dans une zone sécurisée.

 

Avec ce nouveau plot de campagne installé à Mokékou, les EFG disposent désormais de deux point d’appui avitaillement, le premier étant basé plus au Sud, à Mouila. En plus d’augmenter l’autonomie des EFG, ce second plot carburant constitue une capacité supplémentaire pour soutenir, le cas échéant et dans un contexte opérationnel dense, les forces engagées dans la région.

 

Depuis le 1er septembre les EFG sont devenus un pôle de coopération opérationnelle à vocation régionale. Tout en restant un point d’appui opérationnel et logistique, les EFG portent désormais leur effort sur les actions de coopération régionale. Elles visent plus particulièrement à accompagner les États africains dans le renforcement de leur sécurité collective et, ainsi, à contribuer à la stabilité régionale.

photo EMAphoto EMA

photo EMA

Repost 0
10 juin 2015 3 10 /06 /juin /2015 15:55
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

09/06/2015 Sources : Marine nationale

 

Le dimanche 21 juin 2015, de 10h à 17h, à l'occasion des 70 ans du réarmement de la base, la base d’aéronautique (BAN) de Lanvéoc-Poulmic ouvre ses portes pour la journée.

 

Au programme :

    Simulateurs de vol Dauphin et Caïman Marine et visite du centre d’entraînement à la survie et au sauvetage de l’aéronautique navale (CESSAN). Avec ses deux plates formes modulables immersibles et son bassin de 1500 m3, le CESSAN entraîne le personnel navigant à la survie en mer lors d’un accident aérien

    Forum des métiers de l'aéronautique civile et militaire

    Démonstrations en vol des Rafale Marine, Super Etendard Modernisé, Hawkeye, Atlantique 2, Falcon 50, Caïman Marine, Lynx, Alouette III, Cap 10, Zero, Alizé, Morane Paris, Fouga Magister, Pitts Stearman, Stamp, EC 120 et T6.

    Présentations au sol des Super Frelon, HSS, Alouette II, Rallye, Gazelle, Epsilon, Spittfire, Dauphin, Cabri, Piper J3, R22 Robinson, R44 Robinson, DHC1 Chipmunk, CP 320, EC 120, EC 135 et les aéronefs basés à Lanvéoc (Caïman Marine, EC225, Lynx, Alouette III, Cap 10, SR20).

    Aubade du Bagad de Lann-Bihoué

 

Baptêmes de l'air possible : 45€. Renseignements au 02.97.44.68.21 ou ops@helibreizh.com

photo Marine Nationalephoto Marine Nationale

photo Marine Nationale

Repost 0
9 juin 2015 2 09 /06 /juin /2015 12:55
«Royal Blackhawk» : entraînement à l’appui feu pour les Fennec

 

08/06/2015 Armée de l'air

 

L’armée de l’air a participé à un exercice d’appui feu interarmées et interallié, « Royal Blackhawk », organisé fin mai 2015, dans la périphérie de Belfort. A cette occasion, deux Fennec ont renforcé leur maîtrise de la capacité d’appui feu au profit des troupes au sol.

 

Baptisé « Royal Blackhawk », l’exercice a rassemblé cinq nations différentes (France, Belgique, Angleterre, Pays-Bas et Etats-Unis) simulant une insurrection. Objectif : entraîner les FAC (Forward Air Controller – contrôleurs aériens avancés) et les équipages aux procédures CAS (Close Air Support – appui aérien rapproché) et CCA (Close Combat Attack – appui feux rapproché).

 

Le scénario impliquait la mise en place d’une base opérationnelle avancée (FOB pour Forward Operational Base) avec le soutien de deux CH-47 Chinook et de deux UH-60 Blackhawk américains. L’exercice comptait également des Mirage 2000, Rafale, Alphajet et deux hélicoptères Fennec des escadrons 5/67 «Alpilles» et 3/67 « Parisis » côté armée de l'air, ainsi qu'une Gazelle de l’aviation légère de l’armée de terre (ALAT).

 

Le Fennec à l’appui feu

 

Seul hélicoptère sur place à pouvoir réaliser des missions d’appui aérien rapproché et d’appui feu, le Fennec simulait l’emport de son canon de 20 mm, embarquant 240 obus pour plus d’1h30 d’autonomie.

 

Le volet renseignement de l’exercice a permis de mettre en valeur la discrétion du Fennec, informant en permanence des actions des insurgés sur le terrain : mise en place d’engins explosifs improvisés, embuscade sur un convoi allié, ou encore mise en place de système sol-air portable à proximité de la FOB avant l’arrivée des hélicoptères américains.

 

«Cette configuration, que nous avons déjà largement éprouvée dès les débuts de l’opération Sangaris (Centrafrique) en décembre 2013, offre une polyvalence adaptée aux théâtres d’opérations extérieures, où le renseignement en temps réel et l’appui feu sont indispensables au succès des missions des troupes au sol», souligne un pilote de Fennec, avant d’ajouter : «L’appui feu est au cœur des préoccupations des deux escadrons Fennec que sont l’«Alpilles» et le « Parisis ». Ce type d’exercice réaliste permet à nos équipages d’acquérir une expertise reconnue, renforçant leur efficacité lors des opérations extérieures».

«Royal Blackhawk» : entraînement à l’appui feu pour les Fennec
Repost 0
8 juin 2015 1 08 /06 /juin /2015 11:55
Paris Airshow 2015 - Teaser


8 juin 2015 by Airbus HC

 

Check out our helicopters at the 2015 Paris Air Show. The H135, H160, H175, H145M, H225M and more…coming soon.


Meet us at the Airbus Group Pavilion from June 15-21.

Repost 0
7 juin 2015 7 07 /06 /juin /2015 11:55
L’EH 5/67 « Alpilles » fête ses 40 ans


05/06/2015 Alexandra Milhat / stagiaire au Sirpa Air

 

Cette année célèbre le quarantenaire de l’escadron d’hélicoptères (EH) 5/67 « Alpilles ». Une cérémonie s’est tenue sur le site de la base aérienne 115 d’Orange, le 27 mai 2015.

 

Un escadron aux origines historiques

Présidée par le général Serge Soulet, commandant les forces aériennes, la cérémonie a débuté dans la matinée en présence de nombreuses autorités. Au programme : allocutions du général Soulet et du général Hervé Bertrand, commandant la brigade aérienne d’appui et de projection (BAAP), honneurs au drapeau et remise de médailles. Dans son ordre du jour, le général Soulet est revenu sur l’origine du « Drakkar », l’insigne de l'« Alpilles », directement hérité des traditions de l’escadron d’hélicoptères 1/67, dissous en 1966 à Brem Garten. « Le « Drakkar », choisi poursa symbolique du sauvetage et de l’évacuation sanitaire, représente l’esprit offensif et aventureux, a-t-il souligné. Il constitue également l’un des « plus anciens transports de commandos connus ». 

 

L’EH 5/67 « Alpilles » fête ses 40 ans

Des missions variées pour un bilan imposant

Plus de 83 000 heures de vol depuis sa création, dont 38 000 en mission, 1 300 personnes évacuées (inondations ou sauvetages en mer), ou encore 130 blessés secourus. Ces quelques chiffres constituent le bilan de 40 années de missions de l’EH 5/67. Parmi ses missions principales, l’« Alpilles », participe à la posture permanente de sûreté aérienne. 24h/24, 7 jours/7, l’escadron se tient prêt à mettre en œuvre des mesures actives de sûreté aérienne (MASA). « Nous réalisons la surveillance et la protection des points sensibles tels que les centrales nucléaires, les raffineries, les usines de fabrication de missiles », explique le capitaine B., pilote de Fennec. « Des tireurs d’élite complètent alors l’équipage », ajoute-il. En effet, en cas d’intrusion dans l’espace aérien, ces derniers peuvent être amenés à réaliser menaces coercitives. «Nous réalisons également des missions de recherche et sauvetage (SAR - Search & Rescue), qui consistent à porter assistance à un aéronef perdu ou en difficulté, en collaboration avec la gendarmerie ou la sécurité civile », poursuit le capitaine. Dans ce cas de figure, pilotes, médecin et treuilliste se trouvent à bord.
L’une des missions les plus marquantes fut le sauvetage d’un avion de tourisme, le 30 mars 2006. Le crash au-dessus de Barcelonnette avait fait un mort et un blessé, secouru par l’escadron. « Ce fut un moment incroyable pour l’équipage, précise le pilote, car il est très rare de retrouver des survivants. » (Retrouvez le témoignage du survivant dans la plaquette de l’escadron).

 

Une unité engagée en opérations extérieures

Depuis 2009, l’EH 5/67 assure le détachement hélicoptère de Libreville, mettant ses capacités au service des éléments français au Gabon. L’escadron est également intervenu lors de l’opération Sangaris, en République centrafricaine. Les Fennec assurent de l’appui feu et de l’appui renseignement au profit des troupes au sol. « En Centrafrique, nos actions ont permis de constater si certains groupes étaient armés. On pouvait également observer si des convois, repérés à des endroits précis, avaient du matériel, ou encore si l’itinéraire emprunté par les forces alliées était libre », détaille le capitaine. Le décollage d’un Fennec sous le feu de l’ennemi, à Bangui, capitale de la République centrafricaine, a été vécu comme un grand moment de tension. 

 

Livret EH 40 ans (format pdf, 5 MB).

L’EH 5/67 « Alpilles » fête ses 40 ans
Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories