Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 12:55
[Teaser] Numéro spécial « Valérie André, un destin exceptionnel » (JDef)

 

26 févr. 2015 JDEF

 

#JournéeDeLaFemme - Pour ce numéro spécial « 8 mars, journée internationale de la femme », le Journal de la Défense (#JDef) a recueilli le témoignage exceptionnel de Madame le général Valérie André, au Musée de l’Air et de l’Espace. « Tout a commencé par un rêve de petite fille de 10 ans, volant tel un astre… »

Partager cet article
Repost0
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 12:35
Discover Iwo Jima


24 févr. 2015 US Air Force

 

Airmen from the 18th Wing at Kadena Air Base recently toured Iwo Jima. The expedition was lead by 18th Wing Historian Steven Ove and the 18th Operations Group Deputy Commander Col. Paul Johnson. Follow along as they tour the historic island.

Partager cet article
Repost0
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 17:35
Ghosts of Iwo Jima

 

20 févr. 2015 US Navy

 

Deafening silence.

Snow lightly dusts the branches of the Christmas trees on this cold, gray Galloway, New Jersey morning.

The rows are neatly lined - this is a farm, after all. Its principle crop is Christmas trees. However, its true purpose seems to be the sale of home and family, of comfort, of peace and safety ... of silence.

A sharp, shrill metallic buzz slices the early morning tranquility. It sounds like a chainsaw at first, but soon reveals itself as a four-wheeled, all-terrain vehicle.

Wally Kaenzig sits at the helm, gleefully carving a path through the fresh-fallen snow.

He laughs - zipping around with the wild abandon of youth. Wally is 94 years old.

If anyone has earned the right to laugh, it's Wally. He spent 26 days in hell.

Wally is a survivor of Iwo Jima.

Partager cet article
Repost0
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 12:55
Le 94e RI à la rencontre des élèves de Sissonne

 

20/02/2015 Camille Pégol - Armée de Terre

 

Depuis le 26 janvier, l’adjudant-chef Philippe du centre d’entraînement aux actions en zone urbaine - 94e régiment d’infanterie (CENZUB-94e RI), véritable passionné de la Grande Guerre depuis l’âge de 12 ans, se rend dans différentes classes de l’école primaire de Sissonne afin de raconter la vie des poilus dans les tranchées.

 

Pour réussir à captiver ce jeune auditoire, il utilise des anecdotes historiques avec des termes simples et s’appuie sur des objets d’époque qui font partie de sa grande collection privée (bidon, quart, casque lourd…).

 

Il rappelle également aux élèves que nous sommes entrés dans un cycle de commémoration du Centenaire de la Grande Guerre et que l’Aisne est un des départements ayant été le plus touché. C’est l’occasion pour l’adjudant-chef Philippe et le CENZUB-94e RI,  de rendre hommage aux soldats de la première Guerre mondiale, de cultiver le lien Armée–Nation mais aussi de transmettre à cette jeune génération le sens de ces commémorations du Centenaire.

Partager cet article
Repost0
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 12:55
Exposition itinérante "Cinquantenaire de la base aéronautique navale de Landivisiau"

 

Source Marine Nationale

 

A l'occasion du cinquantenaire de la base aéronautique navale de Landivisiau, une exposition itinérante aura lieu de février à juillet 2015 sur la façade Atlantique. De nombreux films, photographies, planches explicatives et objets divers seront à la disposition du public.

 

Elle sera présente de 10h à 17h à :

 

- Landivisiau du 25 février au 9 mars

- Plouzévédé du 8 au 15 avril

- Crozon (école navale) du 13 au 18 mai

- Landivisiau le 20 mai pour la journée du marin

- Saint-Servais du 26 mai eu 1er juin

- Bodilis du 4 au 14 juin

- Roscoff du 16 au 23 juin

- Morlaix du 25 juin au 6 juillet

Partager cet article
Repost0
23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 12:55
"Entre 2013 et 2014, la fréquentation du musée de l’Air a augmenté de 25 %"


19/02/2015 Céline Limousin  - DICoD

 

Le musée de l’Air et de l’Espace du Bourget poursuit son envolée grâce à un vaste projet de rénovation. Ces travaux visent à redonner à l’établissement tout son charme des années 30, pour le plus grand plaisir des visiteurs. L’occasion d’interviewer Catherine Le Berre, directrice marketing, ventes et communication.

 

Quels sont les principaux travaux menés au musée de l’Air et de l’Espace ?

Depuis 2011, le musée a entrepris de vastes travaux de rénovation de ses infrastructures. L’ancienne aérogare du Bourget, chef d’œuvre Art Déco, retrouvera son visage de 1937. Ce lieu mythique a accueilli un trafic commercial régulier jusqu'en mars 1981. La construction d’un nouveau hangar de réserves constitue également un chantier majeur en 2015 : il abritera les avions fragiles, construits en bois et en toile, ainsi que les nacelles d’aérostation. La tour de contrôle, à la structure unique et également en travaux, deviendra par ailleurs un lieu de visite.

Enfin, cette année, nous projetons d’ouvrir trois halls rénovés : la collection permanente Normandie Niemen, consacrée à une unité des Forces Aériennes Françaises Libres ; le hall de la Cocarde, où l’on trouve des avions qui ont équipé l’armée française après la Seconde Guerre mondiale jusqu’aux années 1970 ; et le hall dédié à la guerre 39-45.

 

Pour rénover le musée, de quel budget disposez-vous ?

Grâce à une subvention exceptionnelle du ministère de la Défense, qui est son ministère de tutelle, le musée a reçu 21,5 millions d’euros en 2011 pour la rénovation de l’aérogare historique. Les industriels du GIFAS (Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales) ont complété cette subvention via un mécénat de 5 millions d’euros destiné aux réserves. En parallèle, le musée dispose de budgets d’investissement annuels. Nous avons aussi des mécènes qui s’engagent aux côtés du musée pour rénover d’autres espaces. L’année 2014 a été particulièrement favorable, avec une hausse de 50 % des soutiens extérieurs et mécénats.

 

Quel a été le bilan de l’année 2014 ?

Cette année a été exceptionnelle. C’était l’aboutissement des efforts de toute l’équipe du musée, face à une baisse de fréquentation. Il fallait absolument réagir pour freiner cette érosion. Toutes nos actions de développement de la notoriété du musée ont porté leurs fruits. En 2014, la fréquentation a augmenté de 25 % par rapport à 2013, avec 268 000 visiteurs accueillis. Nous nous sommes appuyés sur des partenaires, dont les principaux revendeurs de billetterie présents sur le marché européen. Le musée a entamé cette ouverture numérique et je pense que c’est l’une des principales raisons de l’augmentation de fréquentation. Le musée gagne en attractivité parce qu’il maintient sa créativité en éveil et parce qu’il veille à sa notoriété.

 

Quels sont les enjeux à venir ?

Le musée de l’Air et de l’Espace s’inscrit dans le cadre du projet du Grand Paris, qui est un projet d’aménagement à l’échelle de la grande métropole. Le musée sera au cœur de l’un des points forts de ce projet qui s’aligne sur l’axe Roissy-Le Bourget. Ici, le musée est situé sur un site vivant, le premier aéroport d’affaires d’Europe. Il apporte une offre culturelle majeure dans cette zone aéronautique. Le Grand Paris Express desservira le musée et l’aéroport. Dans les années à venir, le musée va jouer un rôle très important d’articulation dans ce développement économique francilien en lien avec le tissu local, mais également avec toute la population qui va circuler sur le territoire et qui viendra, entre autre, se détendre ou s’instruire au musée.

 

Musée de l’Air de l’Espace, «côté coulisse ».

 

La tour de contrôle de l’aéroport du Bourget - photo ADP

La tour de contrôle de l’aéroport du Bourget - photo ADP

  • La rénovation de la tour de contrôle, un lieu mythique,

Le bâtiment de l’aérogare épouse une forme plutôt originale, puisqu’elle ressemble à un paquebot. Au centre de l’ancienne aérogare se trouve la tour de contrôle. Elle forme une avancée sur la façade et était comparée à la vigie d’un navire. Les travaux de rénovation s’achèveront en 2017 et à l’horizon 2020, la tour de contrôle deviendra un musée de la navigation aérienne.

  • Une pépite du musée : le Goliath

Le musée de l’Air et de l’Espace possède l’unique exemplaire du Farman Goliath. « Au musée, nous n’avons conservé que le fuselage (la nacelle) alors que c’était un superbe biplan. Le Goliath est un bombardier de la guerre 14-18 qui a été reconverti pour le transport de passagers. Les premières liaisons ont débuté en 1919, Paris-Londres et Paris-Bruxelles. A l’intérieur, on trouve une particularité de cet avion l’avion possède une petite particularité : les sièges sont en osier et la tête du pilote n’est pas abritée. Il pouvait sentir le vent et le froid quand il pilotait. C’était une véritable aventure pour le pilote et pour les passagers », détaille un membre du musée de l’Air et de l’Espace. Et d’ajouter : « Pour monter dans cet avion, il fallait avoir un certain goût du risque. Le transport aérien était à ses balbutiements ».

  • La maquette à l’échelle 1 de Philae

En novembre 2014, après 10 ans de croisière interplanétaire, la sonde Rosetta a largué l’atterrisseur Philae sur la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko, à plus de 400 millions de kilomètres de la Terre. La mission Rosetta est une grande première mondiale qui place l’Europe et la France aux avant-postes de l’exploration du système solaire. A cette occasion, une maquette à échelle 1:1 de Philae, baptisée Philea, est présentée dans le hall de l’Espace. Cette maquette grandeur nature a été réalisée par des élèves en BTS et leurs professeurs dans le cadre d’un projet collaboratif inter-académique entre le Centre national d’études spatiales (CNES) et les académies de Créteil, Versailles, Paris et Limoges. Cette maquette est opérationnelle : elle peut, entre autres, déployer son train d’atterrissage, sonder le sol ou prendre des photos de son environnement. Elle sera visible au musée jusqu'en décembre 2015.

Partager cet article
Repost0
16 février 2015 1 16 /02 /février /2015 17:55
Appel aux anciens des unités GE (Armée de l'Air)

 

13/02/2015 Armée de l'Air

 

À l’occasion de ses 10 ans de création à l’été 2016, l’escadron électronique sol (EES) 21.054 souhaite éditer une histoire « des unités sol de guerre électronique dans l’armée de l’air ».

 

Cette étude envisage de couvrir la période des premières missions en Indochine jusqu’à nos jours. Aussi, l’unité fait appel à tous les anciens aviateurs de la guerre électronique afin de recueillir leurs témoignages et bénéficier de leurs fonds iconographiques.

 

Pour tout renseignement, contacter l’officier traditions de l’unité  à l’adresse suivante :

EES 21.054

Base aérienne 123 - BP 30130

45143 ST JEAN DE LA RUELLE CEDEX

Téléphone : 02 38 42 67 54 ou 02 38 42 67 79

Mail :  ees21054.10ans@laposte.net

Partager cet article
Repost0
15 février 2015 7 15 /02 /février /2015 08:55
Il y a 50 ans, le Général de Gaulle inaugurait l’École navale le 15 Février 1965

 

source Ecole Navale

 

Lorsque le général de Gaulle revient au pouvoir en 1958, le contexte mondial est difficile. La fin des années 1950 voit un regain de tension dans le processus de « guerre froide » : en 1961, les Soviétiques font construire un mur pour séparer Berlin-Est et Berlin-Ouest et en 1962 surgit la crise de Cuba qui laisse planer la peur d’un affrontement direct entre les États-Unis et l’URSS.

C’est pourquoi, dès le début de sa présidence, de Gaulle inaugure une politique dite « d’indépendance nationale ». L’objectif est de permettre à la France, tout en soutenant le bloc occidental, de rejeter la domination des États-Unis en jouant son rôle de puissance à part entière. Pour cela, la France doit assurer elle-même sa défense, qui passe par la possession de l’arme nucléaire, et c’est ce qu’annonce le Général lorsqu‘il s’adresse, à l’École militaire de Paris, aux auditeurs de l’Institut des Hautes Études de la Défense Nationale et aux stagiaires de l’Enseignement militaire supérieur, le 3 novembre 1959 :

« il faut que cette défense de la France soit française.[…] La conception d’une défense nationale de la France et de la communauté, d’une défense qui soit française, cette conception-là doit être à la base de la philosophie de vos centres et de vos écoles. Il y a une conséquence. C’est qu’évidemment, il faut que nous sachions nous pourvoir d’une force capable d’agir pour notre compte. Il faut que nous sachions nous pourvoir, dans les années qui commencent, de ce qu’on est convenu d’appeler une force de frappe susceptible d’agir pour notre compte, à tout moment et n’importe où. Il va de soi qu’à la base de cette force doit être l’armement atomique, que nous le fabriquions ou que nous l’achetions, mais qui doit nous appartenir. Et puisqu’on peut détruire la France, éventuellement, à partir de n’importe quel point du monde, il faut que notre force, à nous, soit faite pour pouvoir agir en n’importe quel point du monde. […] ». [1]

Tout cela répond à la conception gaullienne de l’État-nation, concept aux contours et à la définition flous (« une certaine idée de la France »), qui possède des intérêts qui lui sont dictés par la géopolitique. Cet impératif domine tous les autres et implique que tout soit subordonné à la nécessité de défendre l’intérêt national. [2]

La politique militaire est alors mise au service de cette conception, où le souvenir des années 1930 et celui de l’effondrement militaire de 1940 se conjuguent pour renforcer l’idée que l’intérêt national exige la possession d’une force capable d’intimider l’adversaire. [3]

Ainsi les visites inaugurales des écoles militaires de l’École navale et de Saint-Cyr Coëtquidan les 15 et 16 février 1965 sont l’occasion de démontrer l’attachement du général à l’importance de la formation accordée aux futurs dirigeants de la Marine et de l’Armée de Terre, ainsi que leurs rôles dans la politique d’indépendance nationale.

 

Suite de l'article

 

[1Allocution du Général de Gaulle devant les auditeurs de l’Institut des Hautes Études de la Défense Nationale et les stagiaires de l’Enseignement militaire supérieur, à l’École Militaire (Paris), le 3 novembre 1959.

[2Serge BERSTEIN, La France de l’expansion, T.1 La République gaullienne, 1958-1969, Nouvelle Histoire de la France contemporaine, T. 17, Editions du Seuil, Paris, 1989, p. 221.

[3Serge BERSTEIN, Idib.

Partager cet article
Repost0
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 13:55
Photos Y.Jonqueres - Marine nationale

Photos Y.Jonqueres - Marine nationale

 

9 Février 2015 Source : Marine nationale

 

Le 8 février 2015 à 15h, le sous-marin nucléaire d’attaque (SNA) Casabianca a procédé à l’immersion des cendres de M. Pierre Favreau depuis sa plage arrière à l’issue d’une dernière plongée à 300 mètres conformément à la volonté de ce dernier.

 

Décédé le 23 août 2014 à l’âge de 89 ans, M. Favreau était le dernier survivant de l’héroïque équipage du sous-marin Casabianca de classe 1500T à bord duquel il servit de 1942 à 1945 comme opérateur radio, sous les ordres des commandants l’Herminier puis Bellet. Il a ainsi participé à 6 des 7 citations obtenues par ce bâtiment.

 

Il est resté un témoin extrêmement passionné et présent de cette époque, en ayant participé à toutes les cérémonies et commémorations ayant trait au Casabianca.

 

M. Favreau était chevalier de la légion d’honneur, décoré de la  médaille militaire, de la croix de guerre, de la médaille des évadés, de la croix du combattant volontaire, de la croix du combattant volontaire de la résistance extra métropolitaine, de la médaille commémorative 39/45, de la médaille coloniale, de la médaille du mérite de l’Afrique noire, de la médaille de reconnaissance de la nation et du droit au port individuel de la fourragère aux couleurs de la médaille militaire.

Immersion des cendres de M. Favreau
Partager cet article
Repost0
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 07:20
70ème anniversaire de la Bataille des Ardennes à Washington

 

06/02/2015 Texte et photos: Attadef USA

 

Le jeudi 27 janvier dernier, une commémoration a eu lieu à Washington DC, aux Etats-Unis, à l’occasion du 70ème anniversaire de la fin de « la Bataille des Ardennes » le 25 janvier 1945. L'événement était organisé par l'attaché militaire belge aux Etats-Unis, en collaboration avec l'ambassade de Belgique et l'association desVeterans of the Battle of the Bulge.

 

Au cours de l'après-midi, des couronnes ont été déposées au mémorial de la Seconde Guerre mondiale, au monument de « la Bataille des Ardennes », au Cimetière National d'Arlington et sur la Tombe du Soldat Inconnu.

 

Plus tard dans la journée, à la résidence de l'ambassadeur belge, le documentaire « L'Ange oublié de Bastogne » a été diffusé pour la première fois sur le sol américain. Enfin, l'attaché militaire belge a délivré un honneur belge Fourragère 1940  à d'honorables vétérans américains.

 

70ème anniversaire de la Bataille des Ardennes à Washington

Parmi plus de 100 participants se trouvaient les représentants de la diplomatie américaine, le ministère de la Défense américaine, le réalisateur Mike Edwards et plus de 20 braves vétérans et leurs familles.

 

L'événement, très estimé, est un succès qui s'est clôturé par un « verre belge de l'amitié et de la liberté ».

Partager cet article
Repost0
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 12:55
Exposition "Napoléon et l’Europe" au musée de l’Armée


source Musée de l'Armée


Du mercredi 27 mars au dimanche 14 juillet 2013, le musée de l’Armée présente l’exposition Napoléon et l’Europe.



À quelques pas du tombeau de Napoléon sous le Dôme des Invalides et des riches collections du musée de l’Armée dédiées à l'Empire, l’exposition Napoléon et l’Europe est la plus importante mise en œuvre dans un espace renouvelé, en France, sur Napoléon depuis celle de 1969 au Grand-Palais.

Napoléon Bonaparte a profondément et durablement marqué l’histoire de l’Europe. L'exposition témoigne de son ambition européenne entre 1793 et 1815, en croisant les regards de ses contemporains sur la guerre, la politique, l’administration, la monnaie, la propagande, les arts…

Plus de 250 œuvres, objets et documents issus d’une cinquantaine de musées et institutions prestigieuses permettent de retracer cette épopée exceptionnelle.

Exposition organisée par le musée de l’Armée, élaborée avec le Centre National d’Art et d’Expositions de la République Fédérale d’Allemagne. Avec le concours et le soutien de la Fondation Napoléon.

 

Plus d'informations

Partager cet article
Repost0
7 février 2015 6 07 /02 /février /2015 12:55
 Les oreilles d’or

 

04/02/2015  Ministère de la Défense

 

Le saviez-vous ? Derrière beaucoup de coutumes, usages, traditions et expressions militaires se cachent bien souvent des anecdotes insolites, amusantes ou historiques. Alors pour étoffer votre culture générale et briller le matin devant vos collègues à la machine à café, plongez-vous dans notre rubrique du mercredi. Aujourd'hui, la rédaction vous explique ce que sont les méconnues mais très utiles « oreilles d’or ».

 

Avez-vous déjà entendu parler des oreilles d’or ? Non ? Et bien, vous n’êtes certainement pas le seul. Car on n’entend pas souvent parler d’elles alors qu’elles, elles entendent beaucoup de choses…

 

Explication : sous la mer, il n’y a pas de lumière mais quantité de bruits et c’est grâce à eux que les sous-mariniers appréhendent leur environnement. Or justement, à bord des sous-marins,  ils existent des spécialistes de l’analyse acoustique. Recrutés pour leur excellente mémoire auditive et leur sens musical développé, ils sont formés à la reconnaissance auditive des bruits sous-marins, naturels et artificiels. Ils sont ainsi capables d’identifier un bâtiment de guerre, d’en déterminer l’allure, de déceler des bruits précis comme ceux provoqués par les ouvertures ou fermetures de portes des tubes lance-arme. Ils s’appuient pour cela à la fois sur leur faculté auditive très développée et très entraînée mais aussi sur les enregistrements effectués par les sonars.

Une tâche difficile, compliquée encore par la pollution sonore sous-marine, puisqu’ils doivent pouvoir isoler les sons qui se superposent et faire le tri entre ceux d’intérêt et les superflus comme ceux émis par les mammifères marins, les chalutiers ou encore les installations off-shore. On comprend mieux pourquoi ces personnes, dotées d’une ouïe extraordinaire, ont été surnommées les « oreilles d’or ».

 

Source : Abécédaire des forces sous-marines, éd. Decoopman

Partager cet article
Repost0
5 février 2015 4 05 /02 /février /2015 13:55
Cérémonie des 70 ans de la libération de Colmar

 

5 févr. 2015  Ministère de la Défense

 

Dimanche 1er février 2014, Jean-Marc Todeschini, secrétaire d'État chargé des anciens combattants et de la mémoire, auprès du ministre de la Défense, a assisté aux cérémonies commémorant le 70e anniversaire de la Libération de Colmar.

Partager cet article
Repost0
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 18:55
Libération et commémoration à Jebsheim


4 févr. 2015 Armée de Terre

 

Le 31 janvier, les habitants de Jebsheim ont commémoré les 70 ans de la libération de leur ville par le 1er régiment de chasseurs parachutistes (1er RCP). Toutes générations confondues, autour du monument aux morts, ils ont rendu hommage à leurs libérateurs au côté de leurs héritiers venus de Pamiers pour l’occasion. Cette date historique est aussi celle choisie pour officialiser le parrainage du régiment par la petite ville alsacienne. Découvrez la cérémonie en images.

Partager cet article
Repost0
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 12:55
Parution du guide des Invalides


 03/02/2015 Sources : SGA/DMPA

 

Indispensable pour aller à la découverte des collections du musée de l'Armée et du tombeau de Napoléon, ce guide est également traduit en anglais, en espagnol et en russe.

 

Chef-d’œuvre architectural dont le Dôme surplombe avec majesté le ciel de Paris, l'Hôtel des Invalides est un fascinant lieu de mémoire. Le destin de cet édifice est profondément lié à celui de trois grands personnages de l'histoire de France : Louis XIV, Napoléon Ier et Charles de Gaulle. En 1670, le Roi-Soleil ordonne sa construction pour accueillir ses anciens soldats. C'est ce lieu grandiose qui est choisi en 1840 par Louis-Philippe, roi des Français, pour abriter le tombeau de Napoléon, lorsque la décision est prise de faire revenir les cendres de l'Empereur depuis l'île britannique de Sainte-Hélène. L'Hôtel des Invalides abrite aujourd'hui le musée de l'Armée qui retrace l'histoire militaire de la France, resituée dans le contexte européen et mondial, depuis les guerres du Moyen Âge jusqu'aux conflits du XXe siècle, en passant par l'épopée napoléonienne. Ce guide, conçu et écrit par les équipes du musée de l'Armée, donne toutes les clés pour comprendre ce monument hors du commun. ( www.artlys.fr)

 

Ouvrage : "Les Invalides : le Musée de l'armée, le tombeau de Napoléon"

Disponible à la boutique du musée de l'Armée

Musée de l'Armée
Hôtel national des Invalides
129 rue de Grenelle
75007 Paris

Métro / RER : station Invalides

________

Pour en savoir plus :

Musée de l'Armée : www.musee-armee.fr

 

Partager cet article
Repost0
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 06:55
photos ECPAD

photos ECPAD

 

02.02.2014 par Olivier Berger, grand reporter à La Voix du Nord.

 

A l'occasion du centenaire de la création de la Section photographique des armées, son héritier, l'Etablissement de communication et de production audiovisuelle de la défense (ECPAD) et le musée de l'Armée proposent une exposition exceptionnelle, visible à partir du 10 février et jusqu'au 6 avril à l'hôtel des Invalides à Paris (entrée libre de 10 h à 18 h).

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 18:55
Appel à témoignages : Un album illustré racontant l’histoire du 2ème REI

 

26-01-2015 2e REI - Réf : 358 -382

 

Le 2ème régiment étranger d’infanterie s’associe avec les Editions Pierre de Taillac afin de réaliser un album richement illustré racontant l’histoire glorieuse du régiment.

 

Initié par le Colonel OZANNE, Chef de Corps du 2ème REI de 2012 à 2014, ce projet d’écriture sera sous la direction du Colonel PUTZ qui a pris le commandement du régiment le 2 juillet dernier. Le livre devrait paraitre fin décembre 2015 et sera destiné au grand public.

 

Afin que ce projet soit un succès, nous sommes à la recherche de témoignages de vétérans ayant servis sous le drapeau du 2ème Etranger pendant la guerre d’Indochine, la guerre d’Algérie, la 1ère guerre du Golfe et tous les autres théâtres opérationnels où le régiment a été engagé. Nous sommes également intéressés par toutes photos ou dessins qui pourraient mettre en image l’illustre passé du 2ème REI.

 

Tout témoignage et élément iconographique sont à adresser au :

Lieutenant FERRERE

Officier communication

2ème REI/BOI

57 rue Vincent Faïta

BP 99099

30972 Nîmes cedex 9.

 

Tel: 04 66 02 34 34

adrien.ferrere [at] intradef.gouv.fr

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 17:50
La cavalerie en manoeuvres

Cavalerie belge - sourrce RTBF.be

 

27.01.2015 MIL.be

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 12:55
Exposition itinérante - La Mer en Guerre

 

16.01.2015 source premar-manche.gouv.fr

A l’occasion du centenaire de la 1ère Guerre mondiale, la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord et le Service historique de la défense de Cherbourg ont souhaité s’associer pour présenter une exposition consacrée aux aspects maritimes souvent méconnus de la Grande Guerre en Manche – mer du Nord.

Lorsqu’on évoque la 1ère Guerre mondiale, le grand public retient généralement les mots clés que sont tranchées, chemin des Dames, Verdun… Beaucoup ignorent en revanche le rôle important joué par les marins civils et militaires en Manche et en particulier dans le détroit du Pas-de Calais.

Composée d’une douzaine de panneaux, l’exposition a vocation à être installée dans de nombreuses villes de la façade maritime. Elle aborde divers sujets comme la guerre des mines, les moyens navals en présence, les populations littorales, le monde de la pêche, le rôle de bases arrières des ports, la guerre sous-marines et dans les airs, et enfin la coopération internationale, tout particulièrement avec le Royaume-Uni. Elle sera complétée localement par des collections privées (accessoires, documents, uniformes…) en lien avec des institutions, associations et collectionneurs.

La première étape de La mer en guerre aura lieu à l’hôtel de ville de Dunkerque du 28 janvier au 6 février 2015.

Le vernissage de l’exposition se tiendra le 27 janvier à 17h, en présence du vice-amiral d’escadre Emmanuel Carlier, préfet maritime de la Manche et de la mer du Nord, et de M. Patrice Vergriete, maire de Dunkerque.

 

Mme Magali Lachèvre, conservateur du Service historique de la défense à Cherbourg, a rédigé l’exposition et la présentera à l’occasion de l’inauguration. Ses propos seront complétés par un exposé sur Dunkerque de M. Patrick Oddonne, président la société dunkerquoise d’histoire et d’archéologie (SDHA), docteur en histoire et membre de la commission historique du Nord.

D’autres étapes sont d’ores et déjà prévues en février et mars à Arras et Boulogne-sur-Mer (dates précises à confirmer prochainement), et bien d’autres encore dans les mois et années à venir.

 

Voir le diaporama

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 08:56
 Prolongation de l'exposition "La Grande Guerre des aviateurs" au musée de l'Air et de l'Espace

 

25/01/2015 Sources : SGA/DMPA

 

Le musée de l'Air et de l'Espace présente cette exposition inédite jusqu'au 22 février 2015.

 

Par une approche renouvelée de la guerre aérienne, traditionnellement abordée sous l’angle technique, cette exposition présente de nombreux témoignages écrits et visuels, afin de rendre compte de la réalité des missions et des combats, mais aussi des expériences de guerre, en tentant de saisir au plus près ce que les aviateurs ont vécu. Suivant l’approche visant à privilégier le regard des aviateurs sur la Grande Guerre, une large place est faite à la photographie, notamment aux vues prises en vol. Au total, plus de 150 objets issus des collections du musée de l’Air et de l’Espace, dont un grand nombre de tirages d’époque, sont présentés pour la première fois au public.

A l'occasion de cette exposition, le ministère de la Défense (SGA/DMPA) présente, en coédition avec le musée de l'Air et de l'Espace et les éditions Livres EMCC, l'ouvrage " La Grande Guerre des aviateurs" , publié sous la direction de Gilles Aubagnac et Clémence Raynaud, commissaires de l'exposition.

 

Exposition : "La Grande Guerre des aviateurs"

PROLONGATION DE L'EXPOSITION JUSQU'AU 22 FÉVRIER 2015

Musée de l'Air et de l'Espace
Aéroport de Paris - Le Bourget
93352 Le Bourget

 

Métro : ligne 7 (station La Courneuve) - puis ligne de bus 152 (station Musée de l'Air et de l'Espace)

RER : ligne B (station Le Bourget) - puis ligne de bus 152 (station Musée de l'Air et de l'Espace)

________

Pour en savoir plus :

Musée de l'Air et de l'Espace :   www.museeairespace.fr

Éditions Livres EMCC : www.livresemcc.com

Trois pilotes - Une guerre :   http://blog.museeairespace.fr

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2015 7 25 /01 /janvier /2015 12:55
La BA 709 rend hommage à son parrain, le commandant Raoul Ménard

La base de Cognac rend hommage à son parrain lors d'une cérémonie

 

22/01/2015 Armée de l'air

 

Il y a 70 ans, le 22 janvier 1945, le commandant Raoul Ménard disparaissait en service aérien commandé, lors d’une mission de bombardement au-dessus de l’Allemagne. Les aviateurs de la base aérienne (BA) 709 de Cognac lui ont rendu hommage, le 16 janvier 2015.

 

Le personnel s’est en effet rassemblé lors d’une cérémonie afin d’honorer la mémoire de son parrain, le commandant Ménard. Ancien sous-officier pilote et ancien élève de l'école militaire et d'application de l'armée de l'air, cet aviateur hors pair, tombé au champ d’honneur, a donné son nom à la base cognaçaise le 20 juin 1992.

 

Cette cérémonie, présidée par le général Alain Rouceau, sous-directeur emploi formation de la direction des ressources humaines de l’armée de l’air, a été marquée par la présence de la famille du commandant Ménard et en particulier de ses enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants. Un défilé à pieds et une démonstration aérienne ont clôturé cet événement empli d’émotion.

 

La famille du commandant Menard a fait le déplacement pour l'occasion

La famille du commandant Menard a fait le déplacement pour l'occasion

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2015 3 21 /01 /janvier /2015 18:45
photos SGC Kevin Congini

photos SGC Kevin Congini

 

21/01/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 18 janvier 2015, le général Philippe Montocchio, commandant les Forces Françaises stationnées à Djibouti (FFDj) a commémoré le 80e anniversaire du sacrifice suprême de l’administrateur Bernard à Morahtou dans la région de Dikhil.

 

C’est sur le mont Morahtou que l’administrateur Albert Julien Bernard et 17 gardes Somalis sont tombés après avoir tenu le siège face à 2 000 fantassins et cavaliers éthiopiens le 18 janvier 1935.. L’administrateur Bernard n’avait que 25 ans lorsqu’il est mort en héros avec les gardes Somalis épuisant jusqu’à leur dernière cartouche face à des adversaires une centaine de fois plus nombreux. Tous ont été ensevelis à la place même où ils sont tombés. 80 ans après, c’est donc en ce lieu symbolisant les valeurs de courage, de cohésion et de sens du sacrifice, ciment de nos armées, que les FFDj se sont joint à l’hommage qui leur étaient rendu.

 

La cérémonie rassemblait de M. Guerquin, premier conseiller de l’Ambassade de France, M. Mohamed Cheiko Hassan, Préfet de la région de Dikhil et M. Abdourahman Yonis Arreh, Président du conseil régional de Dikhil.

 

Les autorités ont gravi le mont Morahtou, endroit précis où l’administrateur Bernard est mort en 1935. Militaires et civils djiboutiens et français se sont recueillis en ce lieu de mémoire et d’histoire commune. M. Guerquin et le général Montocchio ont chacun déposé une gerbe en mémoire de cet illustre ancêtre.

 

Cette cérémonie a également marqué la fin des travaux de rénovation de la nécropole. Pour réhabiliter les lieux, les sapeurs de la section génie travaux de la 6e compagnie du 5e Régiment Interarmes d’Outre-Mer (5e RIAOM) ont effectués trois types de missions. La première consistait à rouvrir l’ancienne piste qui courre au pied de la falaise éthiopienne. La deuxième mission visait à aménager une plateforme à son sommet afin que l’association pour le développement social et la protection de l’environnement de Gobaad puisse participer à la rénovation du site historique. Enfin, les sapeurs ont créé un parking à la base du « Mont Bernard » sur le site de Morahtou.

 

L’association pour le développement social et la protection de l’environnement de Gobaad, composée de jeunes issus de cette même région, a initié ces travaux de réfections pour contribuer au développement du tourisme régional et concourir ainsi à relancer l’économie locale en mettant en valeur leur histoire et leur jeunesse.

 

La réhabilitation effectuée fait partie des actions-civilo militaires menées par les FFDj au profit des Djiboutiens. Ce soutien s’inscrit dans le cadre du traité de coopération en matière de défense signé en décembre 2011 entre la France et la république de Djibouti.

FFDj : 80e anniversaire du sacrifice suprême de l’administrateur Bernard
FFDj : 80e anniversaire du sacrifice suprême de l’administrateur BernardFFDj : 80e anniversaire du sacrifice suprême de l’administrateur BernardFFDj : 80e anniversaire du sacrifice suprême de l’administrateur Bernard
Partager cet article
Repost0
21 janvier 2015 3 21 /01 /janvier /2015 17:55
La frégate Latouche-Tréville rencontre l’équipage de l’Hermione

 

19 Janvier 2015 Source : Marine nationale

 

Le 14 janvier 2015 a eu lieu la journée de la frégate Latouche-Tréville. Destinée à fédérer l’équipage autour de son histoire commune,  cette journée s’est tenue, quasiment jour pour jour, 236 ans après la prise de commandement de la frégate L’Hermione par le comte de Latouche-Tréville, le 16 janvier 1779. Cette dernière conduisit en 1781, le marquis de La Fayette à Yorktown où il combattit aux côtés des Insurgents américains.

 

C’est donc tout naturellement que cette année l’association « Hermione-La Fayette » a été sollicitée pour présenter à l’équipage l’extraordinaire aventure de reconstruction de la frégate du XVIIIe siècle et de traversée de l’Atlantique.

 

La frégate, dont les deux tiers du financement proviennent des visites du public pendant les 17 ans de chantier, peut s’enorgueillir de performances impressionnantes : jusqu’à 14 nœuds par vent de travers ! Et ce pour un déplacement de plus de 1200 tonnes.

 

Le défi est donc de taille pour l’équipage de 78 personnes de tous horizons (contre plus du double au XVIIIe). D’autant que les marins, pour la plupart bénévoles, ont tout à apprendre de la manœuvre et de la vie en mer. La formation est ainsi essentielle et repose sur quelques spécialistes, dont 4 marins de la Marine nationale, qui transmettent leur savoir et leur passion. L’ardeur au travail, le dépassement de soi, la discipline, la cohésion, l’endurance et l’humilité sont indispensables pour faire naviguer ce vif trois-mâts dans la brise.

 

Ces valeurs, communes à celles de la Marine nationale, ont permis à L’Hermione de réussir ses essais à la mer. Pendant les 2600 nautiques parcourus de Rochefort à Brest dans des conditions parfois difficiles l’équipage a pu éprouver sa maitrise de la navigation côtière et des manœuvres, notamment d’homme à la mer : le zodiac doit ici être mis à l’eau en 2 minutes 30 !

 

Prochaine étape : appareillage mi-avril de l’île d’Aix pour la traversée de l’Atlantique dans le sillage de Latouche-Tréville et de La Fayette. Arrivée prévue à Yorktown, 8 semaines plus tard,  le 4 juin 2015.

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 17:55
Petite histoire du service militaire en France

 

19/01/2015 par Eugénie Bastié – LeFigaro.fr

 

Instaurée par la loi Jourdan de 1798, la conscription a été officiellement suspendue en 1997 par Jacques Chirac. Retour sur 200 ans de «service national» en France en quelques dates clés.

 

De la loi Jourdan de 1798 établissant la conscription à la suppression du service militaire par Jacques Chirac en 1997, la France a connu deux siècles de service militaire obligatoire. Le temps du soldat-citoyen n'a été qu'une parenthèse entre deux armées de métier, destinée à forger l'unité nationale ou à répondre à la menace extérieure.

 

Lire l’article

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2015 6 17 /01 /janvier /2015 12:55
Les tranchées de première ligne en Argonne

 

janvier 13, 2015 - ECPAD

 

Film d’actualité réalisé par la section cinématographique de l’armée et diffusé aux soldats et au public de l’arrière.

Dans la forêt d’Argonne, durant l’été 1915, une relève composée de soldats du 168e régiment d’infanterie se prépare à monter en première ligne. Ces derniers reçoivent une instruction sur le port du masque à gaz récemment distribué dans les armées. Plus loin, des hommes du 7e régiment d’infanterie tiennent les tranchées, se reposant entre deux surveillances du no man’s land. Un groupe de soldats échange plusieurs coups de feu avec les lignes allemandes, situées seulement à quelques mètres de distance.

 

Voir la video

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories