Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 11:35
India to Have Three Lines of Light Military Choppers Under ‘Make in India' (excerpt)

 

Oct 13, 2015 defense-aerospace.com

(Source: Economic Times; published Oct 13, 2015)

 

NEW DELHI --- To meet the massive, urgent requirements of the armed forces, India is set to have three different lines of light military choppers, all of which will be manufactured under the 'Make in India' initiative.

Senior officials have told ET that despite a deal with the Russian government for Ka 226 helicopters, two other lines, including a western chopper that it still to be selected will be required to keep pace with the demand of the three forces.

Indicating that a major 'Make in India' project for the private sector to produce close to 200 helicopters in partnership with a foreign vendor is still alive despite the Kamov deal, a senior air force functionary said that tenders for the program would be out soon.

Indian requirement for light choppers is in excess of 800 with the older Cheetah/Chetak fleet moving towards the end of its service life. (end of excerpt)


Click here for the full story, on the Economic Times website.

Partager cet article

Repost0
12 octobre 2015 1 12 /10 /octobre /2015 16:35
Indian Air Force to allow women fighter pilots

 

GHAZIABAD, India, Oct. 9 (UPI)

 

Indian Air Force Air Chief Marshal Arup Raha told reporters women will soon fly fighter jets, as the force marks its 83rd anniversary on Thursday. Raha said women already fly transport aircraft and helicopters, and that the Indian Air Force has plans to induct them into fighter positions, according to Indian news network NDTV. "I have no doubt that women will be able to overcome any physical limitations to become fighter pilots," he said. Currently, there are about 1,500 women serving in the Indian Air Force, making up about 8.5 percent of total personnel. This includes 94 pilots and 14 navigators. Historically, women were excluded from fighter pilot positions, like other combat positions, out of fear they would be subject to rape or torture in the event they were captured by an enemy. Women also hold administrative, medical and education positions within the Air Force, and are sometimes taken on aircraft as observers.

Read more

Partager cet article

Repost0
11 octobre 2015 7 11 /10 /octobre /2015 11:35
India to Make South Korean K-9 Artillery Guns In $750M Deal

 

October 9, 2015 defencetalk.com

 

Indian engineering major Larsen & Toubro (L&T), in partnership with Korea’s Samsung Techwin (STW), has bagged a Rs 4,875-crore ($750 million) order for supplying the Indian Army with 100 self-propelled (SP), tracked howitzers.

Business Standard has learnt the defence ministry has written to L&T and STW informing them that their gun – called the K-9 Vajra – has cleared army trials conducted in 2013 and 2014. Simultaneously, the ministry has written to the other vendor in contention, Russia’s arms export agency, Rosoboronexport (RoE), rejecting the gun it offered, the 2S19 MSTA howitzer.

The K-9 Vajra consist of a 155-mm, 52-calibre howitzer, mounted on a tracked vehicle. It is highly mobile and can keep up with tank columns in the open desert. The Indian army wants this gun for its mechanized strike corps, which launches rapid thrusts deep into enemy territory. The strike corps’ T-90S tanks currently outpace their artillery guns, which are towed by wheeled vehicles. This constrains the tank spearheads to fight without artillery support at key moments in the advance. With the K-9 Vajra mounted on a tracked vehicle that keeps up with tanks, the armour spearheads would be assured of heavy fire support.

Read more

Partager cet article

Repost0
11 octobre 2015 7 11 /10 /octobre /2015 11:35
INS Astradharini will be sued to carry out the technical trials of underwater weapons and systems. Photo Indian Navy.

INS Astradharini will be sued to carry out the technical trials of underwater weapons and systems. Photo Indian Navy.

 

9 October 2015 naval-technology.com

 

The Indian Navy has commissioned its first indigenously built torpedo launch and recovery vessel, INS Astradharini, at the Naval Base in Visakhapatnam, India.

 

Designed by NSTL, M/s Shoft Shipyard and IIT Kharagpur, the new vessel features a catamaran hull form that minimises power consumption.

 

The 50m-long vessel will be capable of operating at high-sea states, cruising at a maximum speed of up to 15k.

 

In addition, the vessel features a large deck area with torpedo launchers for deploying and recovering several of torpedoes during the trials.

 

During the ceremony, vice-admiral Satish Soni said the new vessel offers additional thrust to the nation's ongoing endeavours at indigenisation and achieving the nation's goal of self-reliance in underwater weapons development.

 

INS Astradharini also features modern power generation and distribution, navigation and communication systems.

 

The vessel will be deployed to carry out the technical trials of underwater weapons and systems developed by NSTL, a naval systems laboratory of DRDO.

 

In addition, the vessel replaces Astravahini, which was decommissioned in July this year.

 

Recently, the Indian Navy commissioned its indigenously-designed new warship, INS Kochi, at the Naval Dockyard in Mumbai.

 

Claimed to be the largest-ever warship to be built in the country, INS Kochi is the second ship of the Kolkata-class (Project 15A) guided missile destroyers.

Partager cet article

Repost0
9 octobre 2015 5 09 /10 /octobre /2015 16:35
photo DGA

photo DGA

 

08 octobre 2015 Par Pierre Monnier –Usine Nouvelle

 

Le gouvernement indien a refusé la demande de l’Air Force India. L’armée de l’air indienne souhaitait rajouter 44 Rafale à la commande initiale, qui comptait 36 avions de combat fabriqués par Dassault.

 

La commande s’arrête à 36. D’après The Indian Express, il n’y aura pas de rallonge du gouvernement indien pour acheter plus de Rafale. L’armée de l’air indienne, l’Air Force India, avait pourtant demandé 44 avions supplémentaire. Selon un responsable, le ministre de la Défense indien, Manohar Parrikar, a affirmé qu’il n’y avait pas assez de fonds.

 

L’Air Force estime qu’il faudrait 45 escadrons d’avions de chasse afin de contrer la menace sur les deux fronts du Pakistan et de la Chine. Les pilotes indiens devront se contenter d’une version améliorée des avions légers de combat maison, le Tejas-Mark 1A. Cette solution convient d’ailleurs parfaitement au premier ministre indien Narendra Modi dont la politique est de favoriser les fabrications "made in India".

Partager cet article

Repost0
6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 18:35
Scorpene photo DCNS

Scorpene photo DCNS

 

6 octobre 2015. Portail des Sous-Marins

 

L’Inde pourrait commander « quelques » sous-marins classiques supplémentaires à DCNS, afin de répondre aux besoins urgents de la marine indienne. Selon des sources gouvernementales indiennes, DCNS qui construit déjà 6 sous-marins Scorpène en partenariat avec le chantier Mazagaon Dock Limited de Mumbai, va probablement recevoir une commande de sous-marins supplémentaires du même type. La marine indienne met tous ses efforts pour conserver sa flotte sous-marine, en particulier après une série d’accidents l’an dernier.

 

La flotte sous-marine indienne est officiellement réduite à 15 sous-marins : 9 Kilo, 4 U-209, un SNA de type Akula loué depuis 2012 à la Russie et l’INS Arihant, le premier SNLE qui effectue actuellement ses essais à la mer.

 

Le premier sous-marin Scorpène construit en Inde, le Kalvari, mis à l’eau en avril dernier, a commencé ses essais à la mer. Il devrait être admis au service actif en septembre 2016. Les 5 autres sous-marins devraient être livrés au rythme d’un tous les 9 mois. Ces sous-marins devraient constituer la pierre angulaire de la force sous-marine indienne pour les 20 prochaines années.

 

Les 4 premiers Scorpène sont à propulsion classique et les 2 derniers devraient être équipés d’un système AIP de propulsion anaérobie, lui permettant de rester plus longtemps en plongée.

 

Les sources précisent que le chantier MDL construira probablement les nouveaux sous-marins parce que le gouvernement ne veut pas gaspiller les compétences et les infrastructures développées par le chantier.

 

Elles ajoutent que les nouveaux sous-marins seront probablement équipés d’une propulsion AIP.

 

Référence : New Indian Express

Partager cet article

Repost0
1 octobre 2015 4 01 /10 /octobre /2015 07:35
Frégate indienne INS Trikand - photo Marine Nationale

Frégate indienne INS Trikand - photo Marine Nationale

 

29.09.2015 Marine nationale


Le 29 septembre 2015, la frégate type La Fayette Surcouf et le patrouilleur de haute mer Enseigne de vaisseau Jacoubet se sont entraînés avec la frégate indienne INS Trikand. Les entraînements conduits (évolution tactique de groupe, tir contre but flottant et exercice de défense aérienne) ont confirmé le haut niveau d’interopérabilité des unités. La Marine nationale travaille régulièrement avec la marine indienne. La coopération militaire avec l’Inde est fondée sur une vision partagée des grands enjeux stratégiques en océan Indien. Cette année, les marines française et indienne avaient conduit Varuna, un exercice majeur impliquant les groupes aéronavals.


Reportage photos

Partager cet article

Repost0
30 septembre 2015 3 30 /09 /septembre /2015 16:35
Indian Navy's New Destroyer 'Kochi' Revealed (Part I)

 

September 24, 2015 by Livefist

 

The Indian Navy's second Kolkata-class destroyer Kochi enters service on September 30 in Mumbai. Ahead of that day, here's the first official literature on the ship, made available exclusively to Livefist.

 

Read more

Partager cet article

Repost0
30 septembre 2015 3 30 /09 /septembre /2015 11:35
Procurement: How The Indian Army Got Its Apaches

 

September 29, 2015: Strategy Page

 

India, after three years of deliberation by the procurement bureaucrats and politicians, approved the purchase of 22 American AH-64 Apache helicopter gunships and 15 CH-47F transport helicopters. Such delays are not unusual for India where decades of corrupt foreign arms purchases have been exposed in the last decade and the made those still involved in those decisions extremely cautious. It usually takes external events to move decisions forward. In the case of the American helicopters the primary motivators were Russian sales to Pakistan and a feud between the Indian Army and Air Force. The Russian aspect has to do with the growing hostility of India to Russian weapons. For half a century Russia has been the major supplier of imported weapons. But since the 1990s, as India freed up the economy (from fifty years of crippling state controls) and finally reached the limit of tolerance for poor quality and support that characterized Russian weapons, India began to buy weapons from the West. Although more expensive the Western stuff was more effective, reliable and often cheaper to operate than Russian systems. Now Russia has made the situation worse by selling helicopters to Pakistan, the arch enemy of India. India seems content to let the Pakistanis have the Russian dreck while India proceeds to upgrade with Western equipment. Since 2001 India has bought over $12 billion worth of American weapons and military equipment. The U.S. is the largest source but Israel and several European defense companies are also major suppliers. The Russian arms salesmen are not amused.

 

Another factor in helicopter procurement is an ongoing feud between the Indian Army and Air Force about who controls AH-64s. The air force has long operated the helicopter gunships, arguing that these helicopters are crucial for certain air combat missions like attacking air defense radars and other helicopters. The army generals were furious over that and demanded that the government set the air force straight. The army was particularly anxious to get the 22 Indian AH-64s as soon as possible, as these are generally recognized as the best gunships currently in service anywhere. Now those helicopters are on the way and apparently the army will have them.

 

Back in late 2012 the Indian Army thought it had won a major victory over the Indian Air Force when the government agreed to transfer most attack helicopters from the air force to the army. That was supposed to mean the army gets control of over 270 armed helicopters (22 AH-64s, 179 light combat models, and 76 armed Indian made transports). The air force would continue to operate a dozen or so elderly Mi-25 and Mi-35 helicopter gunships, until they retire by the end of the decade. These are export versions of the Russian Mi-24. Even then it was clear that Russia was not the preferred helicopter supplier anymore.

 

The army had long complained that air force control of the armed helicopters, which were designed to support army operations, were sometimes difficult to get from the air force in a timely manner. Another aspect of this deal was a new agreement by the air force to station some transport helicopters at army bases in Kashmir, so that there will not be a delay when transport is needed for an emergency.

 

This sort of problem between the army and air force is not unique to India and is actually quite common. It all started back in the 1920s, a decade after aircraft became a major military asset. For example, at the start of World War I (1914-18), the British Royal Navy had more aircraft than the Royal Flying Corps (which belonged to the army). But at the end of World War I, it was decided to put all aircraft under the control of the new Royal Air Force (the former Royal Flying Corps). The navy was not happy with this and just before World War II broke out, the admirals got back control of their aircraft, at least the ones that operated from ships (especially aircraft carriers).

 

The British army expanded its Army Air Corps during World War II, to gain control over artillery spotter aircraft, gliders (for parachute divisions), and a few other transports for supporting commando operations. After World War II the Army Air Corps mainly controlled the growing fleet of transport and attack helicopters. The Indian Air Force has always refused to allow the Indian Army to do the same thing after modern India was created in 1947. The Indian armed forces was long led by men who started out as members of the British Indian Army and continued to note, and often copy, British practices.

 

Thus the Indian Air force, like its British counterpart tended to keep trying to control everything that flies. British Royal Air Force generals recently demanded control of everything that flies, believing that this is more efficient. The army and navy, not to mention the experience of many other nations, said otherwise. At the very least the army needs to control its helicopters and some small transports. In Russia the army always controlled ground attack aircraft, as well as some fighters. In the United States the Marine Corps controlled its own fighters, light bombers, and helicopters. It made a difference, especially to the marines on the ground, that the marine aircraft were being flown by marines.

 

Another problem with a unified air force is that it becomes, quite naturally, air force centric. This is understandable and the air force proceeds to develop strategies, and tactics, that emphasize looking at military matters from an air force viewpoint. Before World War II this led to the doctrine of strategic bombardment. This was supposed to be a decisive weapon but it wasn't. When nuclear weapons came along the air force believed that it finally had a way to make strategic bombardment decisive. But it didn't, as ballistic missiles (another form of artillery) became the key delivery system for nukes. Nuclear weapons were so destructive that they became more of a threat than a weapon that you could use. In fact the very existence of nukes resulted in them not being used again since the first two atomic bombs were dropped on Japan in 1945. The fact of the matter is that wars are still ultimately won by the ground forces. As the army likes to point out, the ultimate air superiority weapon is your infantry occupying the enemy air bases. Everyone else (the navy and air force) is there to support the infantry in actually winning the war.

Partager cet article

Repost0
30 septembre 2015 3 30 /09 /septembre /2015 11:35
Indo-Israeli LRSAM Range Extended By A Third

 

25.09.2015 by Livefist

The Indo-Israeli LRSAM/Barak-8 began its first hot trials with the Israeli Navy in May this year. In what could be the single most significant development in the weapon system's long-drawn journey, the Indian Navy has confirmed to Livefist that the LRSAM will sport an operational range a third higher than initially agreed upon. In effect, the LRSAM's range now moves from 70-km to in excess of 90-km or higher. Range upgrade discussions took place in November last year following a land test in Israel.

 

IAI and India's DRDO missile cluster (led by the DRDL) that have jointly developed the missile system, designated the Barak 8 for Israel and yet to be officially named in India, have begun work on boosting weapon range.

 

With preliminary integration activity already on, Livefist can also confirm that the LRSAM is all set to undergo its first test firing from Indian Navy destroyer INS Kolkata in November-December this year in the Arabian Sea. The weapon system is intended for a host of frontline surface combatants, including all future fighting ships of the Indian Navy.

 

Top Navy tell Livefist that while the 2nd Kolkata-class destroyer Kochi set to enter service on September 30, like the first ship of its class, sports a BEL-built HUMSA NG bow mounted sonar, the contracted active towed array sonar will be integrated within the next 16-18 months.

Partager cet article

Repost0
30 septembre 2015 3 30 /09 /septembre /2015 07:35
photo Dassault Aviation

photo Dassault Aviation

 

29-09-2015 Par Challenges.fr

 

Nouvelle étape dans les négociations sur la vente de 36 avions Rafale à l'Inde. Des responsables indiens et français se réunissent aujourd'hui [29 sept.] à New Delhi dans l'espoir d'arriver à un accord.

 

Des responsables des ministères indiens et français de la Défense se retrouvent mardi 29 septembre pour discuter de la vente de 36 avions Rafale à l'Inde, avec l'espoir d'arriver prochainement à un accord, a indiqué un responsable gouvernemental indien. Ces négociations, qui se déroulent à New Delhi, interviennent après que la France a accepté le principe d'investir 50% du montant total du contrat en Inde, affirme le quotidien Economic Times.

Ces discussions "vont conduire l'accord dans sa phase finale", a dit un responsable gouvernemental indien à l'AFP tout en refusant de commenter les engagements sur les investissements. "Si tout se passe bien, un accord de gouvernement à gouvernement sera bientôt signé. Il faudra encore probablement un mois avant la signature de l'accord final", a-t-il dit.

 

Commande de 36 Rafale

Le Premier ministre indien Narendra Modi avait annoncé en avril, lors de sa visite en France, une commande de 36 avions de chasse de Dassault "sur étagère", soit prêts à voler. Le montant estimé est d'environ 5 milliards d'euros. Un point d'achoppement des négociations a été la demande de New Delhi, fréquente dans ses grands contrats d'armement, d'investir une partie du montant du contrat en Inde, selon Economic Times qui ne cite pas de source.

Selon le quotidien, la délégation française est conduite par un haut responsable de la Direction générale de l'armement (DGA), Stéphane Reb. New Delhi avait initialement lancé en 2012 des discussions avec Dassault pour l'achat de 126 Rafale, dont 108 fabriqués en Inde à travers une opération complexe de transfert de technologie.

 

L'Inde, premier importateur mondial de matériel militaire

Devant l'échec de ces discussions, le gouvernement Modi a décidé de revoir ses besoins à la baisse et de négocier avec le gouvernement français et non Dassault.

L'Inde tente d'accélérer la modernisation de ses équipements militaires dans le cadre d'un programme évalué à environ 100 milliards de dollars, afin de répondre aux défis militaires posés par le Pakistan et la Chine. Modi veut en outre que l'Inde abandonne la place de premier importateur mondial de matériel militaire et soit capable de produire 70% de ses équipements d'ici la fin de la décennie.

Partager cet article

Repost0
30 septembre 2015 3 30 /09 /septembre /2015 07:35
CH-47F Chinook helicopter

CH-47F Chinook helicopter


28.09.2015 by Livefist
 

It's a phrase thrown about often in this business, but in the compulsively bumpy world of Indian aviation procurement, there are few occasions when an item chosen for the armed forces is a certain, unequivocal game-changer. The Indian government's decision to clear a deal for 15 Boeing Ch-47F Chinook heavy lift helicopters steps far from the slapdash, frequently fallible procurement paths the armed forces have taken all too often. For one thing, the Chinook won a competition. Two, the government's decision to close the deal comes nearly three years of negotiations later -- an indication, perhaps and hopefully, that India has closed the best deal it could for the product. But now that the decks are truly cleared for a direct commercial sale contract between the Indian MoD and Boeing Defense, it's useful to examine sentiments within the Indian Air Force, which will operate the Chinooks possibly from its Chandigarh base, but possible closer to the country's capital too. Here are five reasons why the CH-47F Chinook in IAF colours (as detailed for the first time by artist Saurav Chordia above) could be a true game-changer in Indian service:

 

1. The IAF has had a troubled run with its spare heavylift rotory wing capability. Of the four Mi-26 Halos it bought in the eighties, three remain (one was written off after a severe crash-landing five years ago). But even before the accident, the platform has had typically severe serviceability issues that have mostly seen only one in the air at any given time -- not the worst of scenarios for such a small fleet, but grossly less than what the IAF wanted from these machines. Replaced with a full-sized fleet of new generation helicopters will give IAF planners the kind of heavylift rotory wing flexibility they've never had before. Squadron-sized numbers (and, of course, newer circumstances) will shore up serviceability and put more numbers in pilots' hands. The last few years have demonstrated that the ability to have more than one of these helicopters in the air at any given time is the difference, quite literally, between life and death. More numbers of heavylift copters in aero-bridge operations during humanitarian relief or disaster reconstruction work will be crucial.

 

2. Trials in 2010-11 convinced the IAF in no small measure that the tandem rotor capability would enormously boost what they were already doing with the conventionally framed Mi-26, especially in high-altitude operations. A comparison of what the tandem rotored Chinook could do in terms of landing approach capability, centre of gravity envelope etc., as opposed to the aerodynamic, performance and safety constraints on the CH-53 Super Stallion/Mi-26 proved to be too substantive to ignore. In simple terms, the IAF was convinced the Chinook could get more done, cleaner and safer.

 

3. The Chinook is substantially smaller and with a lower payload capacity than the Mi-26, but a higher degree of loading/unloading flexibility (especially rear loading) coupled with  a significantly greater number of cargo/troops/equipment configurations convinced the IAF that switching to the tandem rotor machine made more sense than explore the very capable Mi-26T2, that sports better engines, avionics and safety features than the variant the IAF currently operates. The Chinook's performance with under-slung cargo also won the IAF over.

 

4. The Chinook's flying qualities, agility in the air, significantly lower rotor diameter and landing flexibility will allow the IAF to fly it where it couldn't have even thought of taking the Mi-26. High altitude border areas, along narrow ridges and valleys, to deliver equipment, humans or materials for construction, road-building/repair, communications infrastructure building, disaster relief, casualty evacuation or any of the several other mission profiles the Chinook is built for. Why is that a game-changer? Because the IAF cannot satisfactorily deliver heavy payloads to precise sites even now. If not fully in some areas, tandem rotor operations will close the gap significantly, allowing the IAF to deliver closer to sites of requirement than ever before.

 

5. The Chinook is only the second heavylift helicopter the IAF will have ever operated. Unlike the Mi-26  that has performed strictly a troop/cargo transport role, the Chinook will obviously have a special missions profile as well. While the IAF has been looking at the MH-47 special operations configuration, the CH-47F variant it has chosen will definitely be used for special operations training and exercises, and will necessarily integrated with the larger joint special forces orbat. The IAF, a master at finding innovative new uses for its kit, could throw up several surprises behind the stick of a Chinook.

Partager cet article

Repost0
16 septembre 2015 3 16 /09 /septembre /2015 07:40
India Plans Joint Su-30 Aircraft Modernization with Russia

MOUNTAIN HOME AIR FORCE BASE, Idaho -- An Indian Air Force SU-30K jet touches down at Mountain Home Air Force Base, along with seven others, to train with Airmen here July 17. This is the first time in history the Indian Air Force has been on American soil to train with US fighters. They will be taking advantage of Mountain Home's vast air space and multiple ranges to better prepare their aircrews for future flying missions. (U.S. Air Force photo/ Airman 1st Class Ryan Crane) (Released by Staff Sgt. Brian Stives, 366th Fighter Wing Public Affairs Office)

 

September 14, 2015 By Sputnik

 

MOSCOW: India has expressed interest in carrying out a joint project to extensively modernize its SU-30MKI aircraft in collaboration with Russian companies, the Russian state technology corporation Rostec said in a statement Friday.

 

“In the long term, as recommended by the Russian Ministry of Defense, we plan a major upgrade of the SU-30SM [model] to increase its combat effectiveness. The Indian government has expressed interest in collaborating to modernize the SU-30MKI, which is an evolution of the SU-30SM,” the statement reads.

 

According to the statement, both aircraft models will be given upgraded avionics and radars, as well as an improved engine. The SU-30SM and the SU-30MKI will also be equipped with additional weapons.

 

The SU-30 MKI, NATO reporting name Flanker-H, is the Indian Air Force’s elite fighter-bomber. It was developed by Russia’s Sukhoi Aviation Corporation and built under license by India’s Hindustan Aeronautics.

 

Russia and India have been close partners in military and technical cooperation for decades. In 2014, the total value of weapons and military hardware delivered by Russia to India reached $4.7 billion, according to Russian Federal Service for Military-Technical Cooperation estimates.

Partager cet article

Repost0
16 septembre 2015 3 16 /09 /septembre /2015 07:35
Australia and India in first maritime exercise


14.09.2015 Pacific Sentinel
 

The inaugural bilateral maritime exercise between India and Australia, AUSINDEX15, has commenced, with an opening ceremony held in Visakhapatnam, India, over the weekend.

 

Building on the personal relationship of Prime Minister Modi and Prime Minister Abbott, the Minister for Defence, the Honourable Kevin Andrews MP, recently visited India to further develop, with his counterpart Minster Manohar Parrikar, the Framework for Security Cooperation.

 

“India is the emerging democratic super power of Asia. It is therefore sensible that the relationship between India and Australia be developed and strengthened,” Mr Andrews said.

 

The maritime exercise is a tangible sign that will strengthen defence co-operation between the two countries as envisaged in the Framework for Security Co-operation announced by the Australian and Indian Prime Ministers in 2014.

 

Head Navy Capability, Rear Admiral Jonathan Mead, AM, RAN, joined India’s Flag Officer Commanding Eastern Fleet, Rear Admiral Ajendra Bahadur Singh,VSM, to mark the occasion.

 

“India is a key security partner in the Indian Ocean and Asia-Pacific,” RADM Mead said.

 

“Both our navies have a mutual interest in promoting peace and prosperity in the Indian Ocean and this is a natural progression of our Navy-to-Navy relationship, given our shared maritime security interests.”

 

Three Royal Australian Navy ships and a Royal Australian Air Force AP-3C have made the passage to India for the inaugural biennial exercise.  HMA Ships Sirius, Arunta and Sheehan will train with Indian Navy Ships Shivalik, Ranvijayi and Shakti, along with P-8I Maritime Patrol Aircraft during the week-long activity.

 

The exercise will start with briefings and practical demonstrations ashore, before progressing to sea. 

 

“At sea, surface and anti-submarine warfare exercises will be conducted and there will also be the opportunity for aviation cross deck operations,” RADM Mead said.

 

“The Royal Australian Navy values the deepening engagement with the Indian Navy.

 

“This will strengthen our relationship and further our ability to undertake regional joint and/or combined operations such as humanitarian assistance and disaster relief,” he said.

 

AUSINDEX15 is being held in waters off Visakhapatnam, India until late September.

 

AUS DoD

Partager cet article

Repost0
12 septembre 2015 6 12 /09 /septembre /2015 16:35
Bientôt le début des essais à la mer du premier des 6 sous-marins Scorpène de la marine indienne

Des ingénieurs et ouvriers du chantier naval Mazagon Dock Ltd. de Mumbai lors de la sortie du hall de construction du premier sous-marin Scorpene indien

 

12 septembre 2015. Portail des Sous-Marins

 

Le Kalvari, le premier des sous-marins classiques de type Scorpène construits pour la marine indienne, devrait quitter le chantier de construction de Mumbai à partir du 30 septembre pour des essais à la mer rigoureux.

Le Kalvari a été mis à l’eau le 6 avril dernier. Depuis, certains systèmes et équipements ont été validés lors d’essais à quai.

« L’équipage du sous-marin et les équipes du constructeur vont au cours des prochains mois mener les essais des différents équipements et du sous-marin dans son ensemble dans différentes situations, avant de déclarer le Kalvari apte à la mise en service en septembre 2016, » explique un responsable. Un essai de lancement d’armes est prévu en juin.

 

Référence : Hindustan Times (Inde)

Partager cet article

Repost0
12 septembre 2015 6 12 /09 /septembre /2015 16:35
New Delhi Nods +$400 Million Israeli Mega Drone Procurement

 

Sep 12, 2015 defense-update.com

 

The IAF has been seeking an unmanned, precision attack capability as a matter of high priority. These new drones will be operated by the Indian Air Force (IAF), which already has a large fleet of Searcher and Heron I reconnaissance drones. Both are produced by Israel Aircraft Industries (IAI).

 

The Indian government recently approved a plan to procure ten new missile-armed drones from Israel. “The $400-million proposal for buying armed Heron TP drones from Israel was cleared last week,” The Economic Times reported.

These new drones will be operated by the Indian Air Force (IAF), which already has a large fleet of Searcher and Heron I reconnaissance drones. Both are produced by Israel Aircraft Industries (IAI). The IAF also has a fleet of Harpy UAVs from Israel – designed as loitering radar-supression weapons. In addition,India operates the HAROP, a spin-off variant of the loitering weapon, designed to attack other surface targets. (Both Harpy and Harop are also made by IAI).

The proposed sale of the Heron TP to India had been on the table since 2012, but, only after the election of the new Modi government, did it receive the necessary political backing.

 

Read more

Partager cet article

Repost0
11 septembre 2015 5 11 /09 /septembre /2015 15:55
BPC Vladivostok photo Marine Nationale

BPC Vladivostok photo Marine Nationale

 

11 septembre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Paris - Le Canada, l'Inde, Singapour mais surtout l'Egypte ont exprimé un intérêt sérieux pour acheter les navires de guerre Mistral, dont la vente par la France à la Russie a été annulée, selon le compte-rendu d'une audition parlementaire à huis clos d'un haut responsable français obtenu par l'AFP.

 

En attendant cette éventuelle revente, la facture totale des indemnisations à verser par l'Etat français à la suite de l'annulation de la transaction avec Moscou devrait grimper à 1,1 milliard d'euros, a également indiqué mardi Louis Gautier, secrétaire général de la Défense et de la Sécurité nationale, un poste rattaché aux services du Premier ministre. M. Gautier avait été chargé de négocier ce délicat dossier avec Moscou.

 

Cette estimation inclut notamment des frais de gardiennage et de maintien en état opérationnel des navires, qui s'élèvent à 2 millions d'euros par jour, mais pas encore les frais de remplacement des matériels russes en vue d'une revente à un autre pays, dont le montant n'est pas encore connu, a expliqué M. Gautier, lors d'une double audition à l'Assemblée nationale puis au Sénat.

 

En vertu d'un accord conclu le 5 août entre Paris et Moscou, le gouvernement français avait annoncé le versement aux autorités russes d'une somme légèrement inférieure à un milliard d'euros, correspondant aux avances versées par la Russie pour l'acquisition des deux navires, dont le prix d'achat s'élevait à 1,2 milliard d'euros. Quelque 949,7 millions ont déjà été versés par la Banque de France à la Banque centrale russe.

 

Cet accord indique que Paris récupérera la pleine propriété des navires après avoir intégralement remboursé Moscou des sommes avancées au titre du contrat et d'elles seules.

 

Le projet de loi entérinant l'accord franco-russe après la décision de Paris de renoncer à livrer deux Mistral, du fait de l'implication de Moscou dans la crise ukrainienne, doit être débattu jeudi à l'Assemblée nationale française.

 

Selon ce projet de loi, la partie française disposera des deux bâtiments librement, y compris en vue de leur exportation à un Etat tiers, sous réserve d'en informer préalablement par écrit la partie russe.

 

Ce qui signifie que la France s'engage à ne pas revendre les Mistral à un pays qui contreviendrait aux intérêts de la Russie, a expliqué à l'AFP une source diplomatique qui a requis l'anonymat : en clair, il n'est pas question de les vendre à la Pologne ou aux pays baltes.

 

Des équipes d'ingénieurs et techniciens russes, assistées d'équipes techniques françaises, effectuent depuis août des opérations de démontage des matériels russes sur les deux navires. Ces travaux sont prévus pour durer six mois.

Partager cet article

Repost0
11 septembre 2015 5 11 /09 /septembre /2015 14:55
BPC : le démontage de matériels russes devrait dépasser un milliard d'euros

Le navire "Vladivostok" à quai à Saint-Nazaire pourrait avoir trouvé un repreneur après l'annulation de sa vente à la Russie. photo RP Defense

 

11/09/2015 Le Point.fr (AFP)

 

Le Canada, l'Inde, Singapour, et surtout l'Égypte ont exprimé leur intérêt "sérieux" pour le rachat des navires qui étaient destinés à la Russie.

 

Le démontage de matériels militaires russes intégrés aux deux navires de guerre de type Mistral, dont la vente par la France à la Russie a été annulée, devrait durer jusqu'en janvier, selon des informations transmises par le secrétaire général de la Défense et de la Sécurité nationale (SGDSN), Louis Gautier, à des parlementaires et obtenues vendredi par l'Agence France-Presse.

 

 

Suite de l'article

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 16:35
GSAT geostationary communication satellite - photo ISRO

GSAT geostationary communication satellite - photo ISRO

 

Sep 07, 2015 (IANS)

 

Chennai, India - The Indian space agency on Sunday said it had successfully positioned the country's military communication satellite GSAT-6 in its orbital slot.

 

According to Indian Space Research Organisation (ISRO), GSAT 6 has been successfully positioned in its orbital slot of 83 degrees East and co-located with INSAT 4A, GSAT 12, GAAT 10 and IRNSS1C on Sunday morning, after carrying out four drift arresting manoeuvres.

 

The satellite was launched by India's heavy rocket geosynchronous satellite launch vehicle-Mark II (GSLV) and put into geo transfer orbit (GTO) on August 27.

 

One of the advanced features of GSAT-6 satellite is its antenna - the largest satellite antenna realised by ISRO and utilised for five spot beams over the Indian mainland, which exploit the frequency reuse scheme to increase frequency spectrum utilisation efficiency.

 

The satellite provides communication through five spot beams in S-band and a national beam in C-band for strategic users.

 

The satellite's life expectancy is nine years.

 

ISRO is planning to launch 2,200 kg INSAT-3DR meteorological satellite next July with its GSLV rocket.

 

According to ISRO, with two back-to-back successful missions carrying indigenous cryogenic stage, the GSLV has matured into a reliable launch vehicle and has paved the way for its future operational missions, providing India self-sufficiency in launching higher capacity satellites into geosynchronous transfer orbit (GTO).

 

The 2016 July launch would be followed by the GSAT-9 satellite launch in May 2017.

 

The prestigious Chandrayaan-2 Mission is designated to be launched by GSLV in 2017-18 time frame.

 

According to ISRO, the GSLV is well on its way towards international and commercial operations.

 

Work is already in progress on the joint effort with NASA for the launch of NISAR satellite into a polar orbit by 2020-21. This mission will demonstrate the versatility of the GSLV for launch into various orbits.

 

While technical criticalities of the complex GSLV system have been overcome, challenges are being taken up for improving the payload capability from the present 2,117 kg to the design target of 2500 kg, ISRO said.

 

Detailed studies are in progress, addressing the various ways of achieving this target, said the Indian space agency.

Partager cet article

Repost0
3 septembre 2015 4 03 /09 /septembre /2015 07:55
Rafale, BPC : les raisons d'un voyage raté de Le Drian en Malaisie et en Inde

La signature du contrat Rafale attendra encore quelques semaines en Inde - photo Dassault Aviation

 

01/09/2015 Par Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le déplacement en Malaisie et en Inde du ministre de la Défense n'a pas été à la hauteur des espérances initiales de la France. Le crochet express vers New Delhi a même été annulé.


 

D'habitude si discret, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a-t-il pour une fois été imprudent lors de son déplacement en Malaisie, puis en Inde? Si personne ne lui en voudra en raison de ses nombreux succès diplomatico-commerciaux durant ces deux dernières années, il est probable qu'on ne l'y reprendra pas à deux fois avant de partir avec une imposante délégation parlementaire et industrielle dans le but d'assister à une incertaine signature d'un contrat Rafale en Inde...

D'ailleurs, le crochet vers New Delhi a été annulé, selon des sources concordantes, les négociations n'étant pas encore achevées pour organiser une telle cérémonie. Toute la délégation rentre donc à Paris mardi soir. "Il a espéré jusqu'au dernier moment que les négociations s'achèvent mais cela n'a pas été possible", explique-t-on à Paris. D'autant que la légendaire administration indienne, qui a été très (trop?) surprise par l'initiative du Premier ministre Narendra Modi, d'acheter 36 Rafale sur étagère en avril dernier à Paris, a tout fait pour ralentir le processus, semble-t-il.

 

Kuala Lumpur a fait le minimum syndical

En Malaisie, les résultats escomptés n'ont pas été également à la hauteur des espoirs du ministre. Mais, là aussi, "il n'y avait pas l'alignement parfait des planètes", selon un très bon observateur de la Malaisie, pour aller beaucoup loin que ce que Kuala Lumpur a pu dire sur le Rafale. "Il est trop tôt pour annoncer quoi que ce soit à ce sujet" a d'ailleurs estimé mardi Hishamuddin Hussein lors d'une conférence de presse commune avec Jean-Yves Le Drian à Kuala Lumpur.

Pourquoi une telle frilosité? Parce que les manifestations de ces derniers jours, qui ont encore rassemblé dimanche à Kuala Lumpur plusieurs milliers de personnes, fragilisent le pouvoir actuel. Cet environnement favorise "le report d'une telle décision", souligne-t-on à La Tribune. Du coup, le ministre de la Défense malaisien s'en est tenu au strict minimum. La Malaisie est en train d'étudier la proposition de fourniture de 18 Rafale de Dassault Aviation mais la décision dépendra du prix de l'avion, a notamment déclaré Hishamuddin Hussein, qui a assuré qu'il n'avait pas discuté avec Jean-Yves Le Drian des navires porte-hélicoptères de type Mistral.

 

Le Rafale favori de la compétition malaisienne

Le Rafale a les faveurs de l'armée de l'air malaisienne, qui souhaite renouveler sa flotte d'avions de combat composée de MiG-29 de fabrication russe, selon plusieurs observateurs. Trois autres appareils sont en compétition : outre le Rafale, le F/A-18 de l'américain Boeing, le Gripen du suédois Saab et l'Eurofighter Typhoon, produit par un consortium associant Airbus Group, l'italien Finmeccanica et BAE Systems.

Jean-Yves Le Drian a confirmé la remise d'une proposition française dans le cadre de l'appel d'offres portant sur l'acquisition de 18 avions de combat. Une proposition technique et technologique jugée excellente tout comme l'accompagnement politique, par les observateurs. "Tout cela fait partie d'un tout, c'est une proposition que nous étudions et j'ai été très clair avec les Malaisiens sur le fait que c'était une question de budget", a précisé le ministre français. Et donc le ministre a estimé que les autorités malaisiennes devraient déterminer notamment si une telle acquisition était "abordable".

"Nous avons remis une offre complète sur l'interrogation posée par les autorités malaisiennes sur leur aviation de chasse, et c'est cette offre-là qui va être étudiée maintenant de manière attentive par les autorités", a expliqué Jean-Yves Le Drian

 

La Malaisie, un partenaire stratégique important

Une décision malaisienne est attendue avant la fin de l'année. Mais des experts du secteur aéronautique ont prévenu que les difficultés budgétaires liées à la chute des prix du pétrole et des matières premières pourraient retarder le processus. Hishamuddin Hussein a d'ailleurs confirmé les actuelles difficultés économique de la Malaisie. Il a estimé qu'avant d'acheter de nouveaux avions de combat comme le Rafale, la Malaisie devrait prendre en compte les "contraintes économiques" à un moment où le pays est confronté à un ralentissement de son économie et à la forte dépréciation de sa devise par rapport au dollar.

Au cours d'entretiens avec la délégation malaisienne, Jean-Yves Le Drian a également indiqué que le Rafale avait été l'un des sujets de discussion parmi d'autres, dans le cadre de la "large coopération" avec ce pays, un partenaire stratégique de la France en Asie du Sud-Est. Les relations entre les deux pays portent sur "beaucoup d'autres sujets", a-t-il souligné, citant "les sous-marins, les corvettes, les avions".

Un voyage finalement raté... D'où son irritation face aux médias qui ont évoqué la possible signature du Rafale avant son départ pour la Malaisie."J'ai en ce moment une grosse difficulté personnelle. Dès que je me déplace, il y a quelqu'un qui dit "il va signer un Rafale". Il m'arrive de me déplacer pour autre chose", a-t-il maugréé au cours d'une conférence de presse à Kuala Lumpur.

Partager cet article

Repost0
25 août 2015 2 25 /08 /août /2015 16:35
Et si le Rafale atterrissait en Malaisie et en Inde? - photo Dassault Aviation

Et si le Rafale atterrissait en Malaisie et en Inde? - photo Dassault Aviation

 

25/08/2015 Par Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le ministre de la Défense s'envole dimanche en Malaisie et au retour il s'arrêtera en Inde, selon plusieurs sources concordantes. Il pourrait participer à la cérémonie de signature du contrat des 36 Rafale à New Delhi.


 

Après les signatures des contrats Rafale au premier semestre en Egypte et au Qatar, le constructeur de l'avion de combat tricolore Dassault Aviation pourrait très vite avoir deux autres bonnes nouvelles en Malaisie et en Inde. Dans le cadre d'une visite du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, à Kuala Lumpur, où il atterrira ce dimanche, l'armée de l'air malaisienne pourrait annoncer en privé au ministre sa préférence pour le Rafale dans le cadre d'un appel d'offre de 18 appareils.

En tout cas, la visite ne sera pas l'occasion d'une signature d'un contrat, sauf coup de théâtre. Car la Malaisie, qui est un pays très francophile en matière de vente d'armes, est actuellement secouée par une série de scandales. Le ministre de la Défense sera accompagné d'une délégation parlementaire de haut niveau, notamment Patricia Adam et Jean-Pierre Raffarin, respectivement président de la commission de la défense de l'Assemblée nationale et du Sénat, qui vont voyager dans l'avion présidentiel de François Hollande.

 

Mistral en Malaisie?

Ce qui est sûr, c'est que les aviateurs malaisiens ne jurent que par l'avion de combat français, selon plusieurs sources interrogées. Et cela tombe bien, Kuala Lumpur dispose d'un budget ad hoc, selon nos informations, et ont un vrai besoin opérationnel dans le cadre d'un renouvellement de sa flotte de combat, notamment de ses MiG 29, qui ont beaucoup déçu les Malaisiens par le manque de fiabilité de la maintenance. Les Français ont jusqu'ici effectué une très bonne négociation avec Kuala Lumpur, notamment pour les offset.

Le ministre devrait évoquer un autre sujet brûlant, selon des sources concordantes : la possible revente d'un Bâtiment de projection et de commandement (BPC) de type Mistral, initialement destiné à la Russie, à la marine malaisienne, qui s'est déjà offert des corvettes Gowind et des sous-marins Scorpène fabriqués par DCNS. La Malaisie évoque déjà depuis une dizaine d'année l'achat d'un tel bâtiment pour sa marine. Enfin, DCNS pousse aussi la vente de deux sous-marins Scorpène supplémentaires à la Malaisie, qui en possède déjà deux. Les marins malaisien en sont d'ailleurs très satisfaits. Ce qui ne serait pas superflu compte tenu des tensions en Mer de Chine. D'une façon générale, la France souhaite une coopération bilatérale très poussée entre les deux pays dans le domaine naval.

 

Signature du Rafale en Inde?

A son retour de Malaisie, le ministre fera un crochet en Inde, où il pourrait assister à la signature du contrat des 36 Rafale, selon des sources concordantes, même si certains observateurs restent encore très prudents compte tenu de la légendaire inertie indienne. La délégation française sera de retour mardi soir prochain en France. En avril, la France et l'Inde ont conclu un accord visant à acheter au plus vite 36 Rafale. Cette annonce a été faite à l'Élysée par le Premier ministre indien, Narendra Modi, en présence du président de la République François Hollande. L'appel d'offre concernant la vente de 126 Rafale prévue dans le cadre du contrat MMRCA a été par ailleurs abandonné.

"J'ai demandé au président (François Hollande) la fourniture de 36 Rafale prêts à voler à l'Inde", avait annoncé en avril à l'Elysée Narendra Modi lors d'une conférence de presse commune avec le chef de l'Etat français. Le Premier ministre, qui s'exprimait en hindi, avait précisé que les termes et conditions du contrat n'étaient pas finalisés. "Nos fonctionnaires vont discuter de ces aspects plus en détail et poursuivre les négociations", a-t-il précisé, selon la traduction de son intervention.

L'Inde est également intéressée par le Mistral. Et ce d'autant que l'Inde et la Russie sont très proches. L'achat de deux BPC russifié pourrait être une très bonne porte de sortie pour Paris et Moscou... à condition que les Russes ne mettent pas des bâtons dans les roues des Français

Partager cet article

Repost0
12 août 2015 3 12 /08 /août /2015 16:55
Rafale photo S. Fort - Dassault Aviation

Rafale photo S. Fort - Dassault Aviation

Après le "contrat du siècle" annulé par l'Inde, l'autre projet de livraison de 36 Rafale par Dassault semble à son tour compromis.

 

12/08/2015 Par latribune.fr

 

Le contrat portant sur la vente de 36 Rafale entre Dassault Aviation et l'Inde achoppe sur des divergences liées au prix unitaire de l'appareil et sur la volonté de Delhi d'obtenir pour ce contrat des "offsets" (investissements sur place de la valeur d'une partie du contrat).

 

La vente de Rafale en Inde a de nouveau du plomb dans l'aile. Après l'annonce du gouvernement indien de casser l'appel d'offres qui devait offrir à Dassault le "contrat du siècle" (126 Rafale dont 108 construits en Inde), le pays est désormais en désaccord avec l'industriel français sur le projet de vente de 36 avions de combat de Dassault Aviation. Pourtant, en avril dernier, le Premier ministre indien, Narendra Modi, avait annoncé que ce contrat devait être réalisé "sur étagère", c'est-à-dire que les avions seraient construits en France, pour être livrés le plus rapidement possible.

 

Des négociations qui devaient être bouclées en "un mois ou deux"...

Mais, selon deux sources (des responsables du secteur indien de la défense) citées par Reuters, les deux parties sont désormais en désaccord sur le prix unitaire des avions et sur la volonté de l'Inde d'obtenir pour ce contrat-là aussi (cf. celui des 126 Rafale, aujourd'hui caduc), des "offsets" (une partie de la valeur du contrat devra être transformée en investissements et emplois sur place, en Inde).

Le 16 mai, le ministre indien de la Défense, Manohar Parrikar, avait déclaré que les négociations sur le prix du contrat seraient bouclées en "un mois ou deux". Mais les discussions ont achoppé sur l'insistance de l'Inde à obtenir ses Rafale à un prix inférieur aux quelque 200 millions de dollars (180 millions d'euros) l'unité, prix qui avait servi de base aux négociations antérieures avec Dassault Aviation, ont déclaré les deux responsables militaires.

"Puisqu'il n'y a pas de transferts de technologies, le prix qui était sur la table pendant les négociations commerciales n'a plus lieu d'être", a déclaré l'un des responsables, tenu au courant des nouvelles négociations.

En effet, contrairement au précédent contrat, celui des 126 Rafale, issu d'un appel d'offres très disputé et remporté par Dassault Aviation -avant qu'il ne soit cassé-, cette commande de 36 aéronefs ne prévoit pas de production en Inde, pour ne pas retarder la livraison.

 

Débat sur les "offsets"

Les deux responsables indiens ont également indiqué que les discussions achoppaient aussi sur la condition posée par New Delhi en vertu de laquelle les fabricants d'armes doivent investir sur place une partie de la valeur de tout contrat supérieur à 50 millions de dollars (45 millions d'euros), une forme de transfert compensatoire désigné couramment par le terme "offset".

Ces pratiques d'offsets sont monnaie courante dans les contrats d'armement avec les pays émergents, où, pour décrocher des commandes, les groupes de défense occidentaux doivent investir en technologies et en emplois.

Dans ce cas précis, ont précisé les deux responsables, l'Inde veut que Dassault Aviation investisse au moins 30% de la valeur du contrat par le biais notamment de l'achat de composants pour sa production en France, mais aussi par l'installation d'usines en Inde et par de la formation aux emplois de haute technologie.

   | A lire : Défense, le quitte ou double des transferts de technologies

La France s'est dite prête à satisfaire les demandes d'offsets mais a souligné qu'il lui faudrait du temps pour mettre en place un réseau de distribution en Inde pour ses composants, par exemple, renchérissant le coût du contrat, a déclaré l'un des responsables.

L'Inde, confrontée à la montée en puissance militaire de la Chine et du Pakistan, accuse 19 années de retard dans son programme national de construction d'avions de combat légers, la certification finale du premier avion n'étant prévue que pour mars 2016.

Car, en dépit de sa volonté de fabriquer localement, l'Inde peine à développer ses propres programmes.

   | Lire : "Make in India" : quand New Delhi ne joue pas vraiment le jeu (fév. 2015)

Partager cet article

Repost0
4 août 2015 2 04 /08 /août /2015 16:35
L'appel d'offre MMRCA (Medium Multi Role Combat Aircraft) a été officiellement cassé par New Delhi

L'appel d'offre MMRCA (Medium Multi Role Combat Aircraft) a été officiellement cassé par New Delhi

 

04/08/2015 Par Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Dans un communiqué publié en fin de semaine dernière, le ministère de la Défense indien a annoncé que l'appel d'offre portant sur la vente de 126 avions de combat "a été annulé".

 

L'appel d'offre MMRCA (Medium Multi Role Combat Aircraft) a été officiellement cassé par New Delhi. Dans un communiqué publié en fin de semaine dernière, le ministère de la Défense indien a annoncé que l'appel d'offre (Request for proposal-RFP) portant sur la vente de 126 avions de combat "a été annulé". Ce qui n'est pas réellement une surprise. Cet appel d'offre était en discussions depuis trois ans avec Dassault Aviation pour la vente de 126 Rafale, dont 106 devaient être fabriqués localement par Hindustan Aeronautics Limitel (HAL), était en sursis depuis l'annonce surprise faite à Paris par le Premier ministre indien, Narendra Modi, de l'achat de 36 Rafale "prêts à voler". Une décision qui a été justifiée par l'urgence des besoins opérationnels de l'armée de l'air indienne (IAF).

Le ministère de la Défense indien a également précisé que dans le cadre de cet appel d'offre le Rafale avait "respecté toutes les caractéristiques de performance stipulées par le RFP pendant l'évaluation conduite par l'armée de l'air indienne".

Sur l'achat des 36 Rafale, le ministère a confirmé que les réunions entre les équipes de négociations indienne et française avaient commencé. Sans préciser quand. Les Indiens veulent que le Rafale, équipé de ses systèmes et de son armement, soit "livré dans la même configuration qui avait été testée et approuvée par l'armée de l'air indienne et avec une responsabilité de la maintenance de l'appareil plus longue assurée par la France", selon le communiqué du ministère de la Défense indien. Et de rappeler que New Delhi veut acquérir ces appareils "aussi vite que possible" dans le cadre d'un accord de gré à gré avec le gouvernement français (Inter-Governmental Agreement-IGA).

 

L'accord surprise annoncé en avril par Modi

En visite à Paris en avril, le Premier ministre indien annonçait que La France et l'Inde avaient conclu un accord visant à acheter au plus vite 36 Rafale, soit deux escadrons."J'ai demandé au président (François Hollande) la fourniture de 36 Rafale prêts à voler à l'Inde", avait indiqué Narendra Modi lors d'une conférence de presse commune avec le chef de l'Etat français. Le Premier ministre, qui s'exprimait en hindi, avait souligné que les termes et conditions du contrat n'étaient pas finalisés. "Nos fonctionnaires vont discuter de ces aspects plus en détail et poursuivre les négociations", avait-t-il précisé, selon la traduction de son intervention.

Déjà il subsistait un doute sur la poursuite de l'appel d'offre MMRCA à l'issue de la visite de Narendra Modi. Mais fin mai, le ministre de la Défense, Manohar Parrikar, avait levé une partie des doutes en expliquant que l'Inde n'achèterait "pas d'autres" (Rafale, ndlr), et se contenterait de "seulement 36" avions de combat tricolore car il est "beaucoup trop cher". Les précédents projets gouvernementaux indiens d'acquérir 126 Rafale de Dassault Aviation se sont révélés "économiquement non viables, et pas nécessaires" pour ce pays, avait-il ajouté.

L'acquisition de 36 appareils ne suffira cependant pas à satisfaire les besoins de l'Inde, qui doit faire face à des tensions frontalières avec la Chine et le Pakistan, avait estimé les analystes. Et ce d'autant que l'Inde a perdu 20 appareils en trois ans, selon les chiffres fournis par le ministère de la Défense indien : 12  MiG, 3 Sukhoi et 5 Jaguar.

Partager cet article

Repost0
29 juillet 2015 3 29 /07 /juillet /2015 12:56
photo Dassault Aviation

photo Dassault Aviation

 

28/07/15 bourse.lesechos.fr (Reuters)

 

La France compte engranger deux autres contrats à l'export pour le Rafale d'ici le début de l'année prochaine, en plus de la commande en cours de négociation avec l'Inde, a-t-on appris mardi de source proche du dossier.

 

La commande annoncée début avril par l'Inde, qui porte sur 36 unités de l'avion de combat de Dassault Aviation, devrait être assortie d'une option, a-t-on également déclaré de même source.

 

"Il devrait y avoir deux autres contrats à l'export pour le Rafale d'ici le début de l'année prochaine, en plus de l'Inde", a dit cette source. "Les discussions les plus avancées sont avec la Malaisie et les Emirats arabes unis".

 

Dassault Aviation n'a pas souhaité faire de commentaire.

 

La France discute de la vente de 16 Rafale avec la Malaisie, qui s'intéresse aussi au F18 de Boeing, au Gripen du suédois Saab et à l'Eurofighter, produit en coentreprise entre Airbus, Finmeccanica et BAE Systems.

 

Les discussions se poursuivent avec les Emirats arabes unis pour une transaction qui pourrait concerner jusqu'à 60 avions pour remplacer autant de Mirage 2000 de l'avionneur français.

 

Dassault Aviation a signé deux premiers contrats de 24 Rafale chacun cette année, le premier avec l'Egypte en février et le second avec le Qatar en mai.

 

L'Inde a annoncé de son côté début avril son intention d'acquérir 36 Rafale, en lieu et place d'un précédent contrat de 126 avions, dont 108 construits en Inde, issu d'un appel d'offres remporté par Dassault en janvier 2012.

 

Le PDG de l'avionneur Eric Trappier a réaffirmé en juillet qu'il attendait dans les prochains mois la signature du contrat de 36 Rafale avec l'Inde, qu'il considère comme une "première" tranche.

 

Dassault Aviation, qui a livré le 20 juillet à l'Egypte ses trois premiers Rafale jamais exportés, a décidé d'augmenter sa cadence de production, qui pourrait tripler à partir de 2018, afin de faire face à de nouvelles commandes hors de France.

 

L'avionneur tricolore a présenté le Rafale à l'Indonésie, qui aurait aussi examiné l'Eurofighter et le Gripen, ainsi que le Sukhoi Su-35 russe et le F-16 de Lockheed Martin.

 

Le Rafale a également été présenté au Koweït, mais ce dernier devrait annoncer prochainement une commande de 28 F-18 à Boeing pour plus de trois milliards de dollars, avait déclaré en mai à Reuters une autre source. (Cyril Altmeyer, avec Tim Hepher, édité par Marc Joanny)

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 08:35
photo RAF

photo RAF


27 juil. 2015 by Royal Air Force

 

Royal Air Force and Indian Air Force (IAF) aircraft are ‘dogfighting’ in a major airpower training exercise in the skies above Britain.

For Exercise Indradanush the IAF has flown their Russian built Flanker jet fighters, along with transport and tanker aircraft, across three continents to train with their RAF counterparts. Designed to reinforce the strategic relationship and enhance the mutual operational understanding between the two air forces, pilots and ground forces from both nations are participating in a series of increasingly complex training scenarios

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories