Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 16:50
Oto Melara's Vulcano Munitions Ready for Sale

 

Apr. 1, 2014 - By TOM KINGTON Defense News

 

LA SPEZIA, ITALY — After years of putting its faith in the development of guided munitions — for both naval and land use — Italy’s Oto Melara now claims it has working technology and a range of products ready for sale.

“We have had the breakthrough and we are on the downhill slope now,” said CEO Roberto Cortesi, adding, “We know now we have a system that works.”

Oto Melara, a unit of Italy’s Finmeccanica, has spent €200 million (US $278 million) on developing a range of munitions with small moveable fins that steer a projectile toward its target using a variety of guidance systems.

A key characteristic of the munitions is that when fired from the cannon, they are clad in a sabot, or jacket, which protects the fins in the barrel before falling away in flight. Since the shells are therefore smaller than the caliber of the gun, they have less destructive potential but fly farther while costing far less than a missile.

Under a development and industrialization contract, Italy’s Defense Ministry is testing munitions developed for Oto Melara’s 127mm naval cannon and 155mm howitzer that are guided by GPS and an inertial measurement unit, as well as variants adding infrared targeting for naval use and semi-active laser targeting.

The so-called Vulcano range also contains an unguided shell — now being qualified — that does not have fins but comes in a sabot and reaches 60 kilometers in the 127mm configuration thanks to its sub-caliber size.

“We aim to have all variants in initial production by 2016 with delivery the following year,” one company official said.

All the 127mm Vulcano munition types are under contract from Italy for use on its multimission frigates. Holland, which has four naval 127mm compact cannons fit for Vulcano munitions, and Germany, which has ordered five 127mm cannons from Oto Melara for its F125 frigates, are potential users and are yet to decide which types of guided munition they want.

Oto Melara officials said Japan and South Korea, which operate 127mm naval cannons, were also watching development, while Algeria, which has ordered the cannon from Oto Melara for its German Meko frigates, is also interested.

Cortesi said Oto Melara had tried without success to place its cannons on US littoral combat ships, and has since reduced the head count at its US operation Oto Inc.

Meanwhile, Oto Melara’s Strales program for its 76mm cannon has seen sales so far to Italy, for use on its multimission and Horizon frigates and Cavour carrier, and to Colombia. The cannon fires a munition that is guided to its target — an aircraft or incoming missiles — by a beam directed at the target by the ship’s radar.

The program is undergoing a qualifying program this year on the Italian naval vessel Foscari, and Italy has purchased about 500 shells for testing and stocks. The Colombian Navy has taken about 100 shells to equip its four 76mm cannons, two of which require conversion kits to upgrade them to fire the munition.

The Strales system is in competition to equip the Singapore Navy, and one Oto Melara official said Singapore has said that instead of using the offered beam emitter that sits on the cannon, it could be used with the Thales Pharos radar, which can both track targets and emit beams to steer munitions.

“It is a cost-effective solution, and we could offer that type of setup to future customers,” the Oto Melara official said.

Officials said they are still developing — with limited Italian funding — the Vulcano 76 program, launched in 2011, which envisions the use of a GPS-guided 76mm munition.

Armor-piercing variants for the 127mm and 155mm guns are also being developed in collaboration with the Italian MoD.

Also in the works is the Scout, an unarmed munition that uses GPS to relay its position during flight in real time, indicating the strength of wind and other atmospheric conditions, allowing operators to adjust their aim when they choose to fire the unguided 127mm munition.

Finmeccanica managers have dropped hints over the years that Oto Melara is ripe for merging with one of Europe’s other land systems firms, given that the sector is overcrowded in Europe, even as defense budgets shrink.

Cortesi said the firm has gotten “very close” to forging ties with another firm, which he did not name, but had broken off talks because of the lack of guarantees of sovereignty. “We believe we are strategic for Italy and Italy would have lost know-how,” he said. The door remains open on program level partnerships, he added.

Partager cet article

Repost0
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 16:35
Japan Lifts Own Blanket Arms Export Ban

 

Apr. 1, 2014 Defense News (AFP)

 

TOKYO — Japan on Tuesday lifted a self-imposed ban on weapons exports, introducing new rules covering the arms trade in a move supporters say will boost Tokyo's global role, but which unnerved China.

The cabinet of Prime Minister Shinzo Abe approved a new plan that replaces the 1967 blanket ban, Chief Cabinet Secretary Yoshihide Suga told reporters.

Under the policy, arms sales are banned to conflict-plagued countries or nations that could undermine international peace and security, the sales must contribute to international peace and boost officially pacifist Japan's security.

"Under the new principles, we have made the procedure for transfer of defense equipment more transparent. That will contribute to peace and international cooperation from the standpoint of proactive pacifism," Suga said.

"And we will participate in joint development and production of defense equipment," he said.

Japan's post-World War II constitution, imposed by the US-led occupiers, banned the country from waging war.

That pacifism was embraced by the population at large and two decades later a weapons export ban was introduced.

Supporters hope the relaxation in the policy will boost home-grown arms manufacturers at a time of simmering regional tensions including a territorial row with China and fears over an unpredictable North Korea.

The new rules could allow Tokyo to supply weaponry to nations that sit along important sea lanes to help them fight piracy — an important strategic consideration for resource-poor Japan.

Japanese arms could potentially be shipped to Indonesia as well as nations around the South China Sea — through which fossil fuels pass — such as the Philippines, which has a territorial dispute with Beijing.

Japan already supplies equipment to the Philippines' coastguard, an organization that is increasingly on the front line in the row with Beijing.

Any move to bolster that support with more outright weapon supplies could irk China, which regularly accuses Abe of trying to re-militarize his country.

On Tuesday, Chinese foreign ministry spokesman Hong Lei said Beijing was paying close attention to the relaxation of Tokyo's arms ban.

"The policy changes of Japan in military and security areas concern the security environment and strategic stability of the whole region," he said at a regular press briefing in Beijing.

"Due to historical reasons, Japan's security policies are always closely followed by regional countries and the international community."

China and Japan are at loggerheads over the ownership of a string of islands in the East China Sea, while Beijing is also in dispute with several nations over territory in the South China Sea, which it claims almost in its entirety.

The Tokyo-Beijing diplomatic relationship has long been marred by Japan's expansionist romp across Asia in the first half of the 20th century.

Partager cet article

Repost0
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 16:25
Cougar AS532 ALe Chilean Army photo Jose Higuera DN

Cougar AS532 ALe Chilean Army photo Jose Higuera DN

Airbus Helicopters a engrangé six nouvelles commandes ou intentions de commande pour un montant de 54 millions de dollars au salon aéronautique et défense de FIDAE au Chili

 

01/04/2014 Michel Cabirol, de Santiago (Chili) – LaTribune.fr

 

Airbus Helicopters détient 50 % de parts de marché sur les livraisons lors des cinq dernières années et 35 % sur la flotte totale en service en Amérique Latine.

 

Tous les fabricants d'hélicoptères se donnent actuellement rendez-vous en Amérique Latine pour profiter de la très belle croissance de son marché aéronautique. Avec le marché des satellites d'observation très dynamique, celui des hélicoptères est également en plein essor en Amérique Latine où 36 % des opérateurs prévoient dans les cinq ans à venir d'augmenter leur flotte (contre 4 % l'inverse), selon la dernière étude d'Honeywell Aerospace. Du coup, l'Amérique Latine concurrence l'Europe pour devenir le deuxième marché mondial derrière l'Amérique du Nord, la terre d'accueil des hélicoptères. 

 

Airbus Helicopters cartonne 

Dans ce contexte extrêmement dynamique, Airbus Helicopters estime détenir "50 % de parts de marché sur les livraisons des cinq dernières années et 35 % sur la flotte totale", souligne le vice-président exécutif en charge des ventes et des services au niveau mondial, Dominique Maudet, très à l'aise au salon de l'aéronautique et de la défense FIDAE au Chili avec ses clients sud-américains. Il faut dire qu'il parle couramment l'espagnol et connaît bien l'Amérique Latine où il a vécu deux ans au Venezuela au début des années 80 où il travaillait pour le compte du ministère des Affaires étrangères. 

Au total, le constructeur dispose d'une flotte de plus de 1.200 hélicoptères en opération dans cette zone géographique, dont 290 dans la zone la plus australe de la région (Chili, Argentine, Bolivie, Pérou et Uruguay). Ce qui en fait européen le leader en Amérique Latine où il vend bon an, mal an entre 50 et 80 appareils, selon le patron des ventes et des services au niveau mondial. Soit environ 15 % de ses ventes totales (422 en 2013). 

A FIDAE, qui se tenait la semaine dernière, le constructeur a engrangé six nouvelles commandes ou intentions de commande pour un montant de 54 millions de dollars : deux EC145 pour l'armée de l'air bolivienne, un A350 B3 pour le ministère de la Sécurité de la province de Buenos Aires, deux EC145 et un EC155 B1 pour un opérateur péruvien resté anonyme). 

 

Une filiale opérationnelle au Chili 

Pourquoi une telle part de marché en Amérique Latine ? Selon Dominique Maudet, il y a une prime à la performance pour des missions en très haute montagne (Cordillère des Andes) et par temps chaud. D'où la réussite du Fennec, du Super Puma AS332 C1e et de l'A350 B3 (Ecureuil). Enfin, l'EC145 perce bien en Argentine, au Pérou, en Bolivie, au Brésil et au Mexique, constate Dominique Maudet. 

C'est d'ailleurs le cas au Chili où Airbus Helicopters a choisi d'implanter en 2001 une filiale (Airbus Helicopters Chile), qui emploie une centaine de personnes pour des opérations de support commercial, de maintenance et réparation, et enfin de formation pour les cinq pays de la zone la plus australe de l'Amérique Latine. Elle génère autour de 100 millions de dollars de ventes par an. Airbus Helicopters a livré à l'armée de terre chilienne neuf Cougar. Le dernier modernisé (avionique) a été remis au client pendant FIDAE. L'armée de terre dispose également de AS350 B3. Quant à la marine, elle a en service huit Dauphin et des Cougar navals, équipés de lance-torpille et d'Exocet AM 39. 

 

Une déception au Pérou 

Dans les autres pays de la région, le constructeur est également bien présent. Il a vendu en décembre six Super Puma AS332 C1e à la Bolivie. Un très joli coup pour Airbus Helicopters, qui a également vendu quatre EC145, dont deux en version VIP. Au Pérou, le constructeur a poussé dans ses derniers retranchements le russe Mil, qui a toutefois réussi fin décembre à arracher au bout de deux ans de négociations un contrat de 24 Mi-171CH face au Cougar. Petite compensation toutefois, le ministère de l'Intérieur a acheté un cinquième EC145 destinés à renouveler la flotte de la Police nationale. Le quatre premiers appareils EC145 a été livré en novembre et décembre.

L'Equateur dispose d'une flotte de 10 Fennec et de plusieurs Cougar. En Colombie, Airbus Helicopters propose l'EC145 et l'Ecureuil pour la lutte anti-drogue face à des appareils américains. Enfin, en Argentine, des exemplaires EC 135 et EC145 sont en cours de livraison respectivement pour la gendarmerie et la police. Enfin, le EC225 est proposé pour les missions off-shore. 

 

Vers de nouvelles commandes au Mexique ? 

Avec la visite de François Hollande au Mexique le 10 et 11 avril, Airbus Helicopters espère la commande de la deuxième tranche d'EC725, soit entre six et douze appareils. Mexico en a déjà acheté 15 exemplaires. Le Mexique, qui a également une flotte de cinq Panther pour sa marine, pourrait la compléter avec 10 nouveaux appareils de ce type. Il a enfin un projet d'hélicoptères multi-usages et interarmées pour lequel le constructeur de Marignane propose le Fennec/Ecureuil qui devraient équiper essentiellement l'armée de l'air.

Au Brésil, Airbus Helicopters et sa filiale Helibras continuent à produire les 50 EC725 dont le contrat a été signé fin 2008. La force aérienne recevra 18 exemplaires, la marine 16 et l'armée de terre 16 également. La Marine et l'armée de Terre disposent de deux exemplaires en service tandis que l'armée de l'air en a déjà quatre. Le premier exemplaire intégralement fabriqué au Brésil par Helibras a effectué son premier vol le 21 novembre dernier à Itajuba, le site de fabrication d'Helibras. 

 

Et la concurrence ? 

Bell, qui présentait à FIDAE son nouvel appareil très rustique Bell 505 Jet Ranger X, un hélicoptère léger motorisé par Turbomeca (Arrius 2R), destiné à concurrencer le Robinson R66, revendique une flotte de 1.670 appareils en Amérique Latine. Ces deux dernières années, la filiale du groupe Textron a réussi à vendre plus d'hélicoptères dans cette région que dans aucun autre région dans le monde à l'exception bien sûr des Etats-Unis.

Pour sa part, AgustaWestland, qui a dans son carnet de commandes 180 appareils destinés à des clients latino-américains, présentait l'AW139M, la version militarisée de l'AW139, un hélicoptère bimoteur moyen polyvalent, qui débutait à FIDAE un tour de l'Amérique Latine en quatre semaines.

Enfin, l'Amérique Latine reste toujours une terre d'accueil pour les hélicoptères russes, notamment pour la famille MI-8/17 avec plus de 300 appareils livrés en Argentine, Colombie, Equateur, Mexique, Chili… Et du coup, Russian Helicopters, une filiale d'Oboronprom, voit ses ventes s'accélérer. "La flotte d'hélicoptères russes est en croissance en Amérique latine de 6 % sur les trois dernières années, passant de 385 appareils en 2011 à 409 au début de 2014", a expliqué le patron de Russian Helicopters, Alexander Mikheev.

Partager cet article

Repost0
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 16:25
Armor: MRAP Lite For Colombia

 

March 24, 2014 Strategy Page
 

The Colombian Army recently began receiving the 28 Commando wheeled armored vehicles ordered from the United States (for $1.13 million each) in 2013. The Commando is a larger version of the older American M1117 ASVs (Armored Security Vehicles). All of the armored vehicles in the Colombian Army are on wheels, to better control the roads in areas where FARC or drug gangs are active. The army has about 300 armored vehicles, a growing number of them armored hummers. Colombian troops have found the Commando handles most of the bombs and weapons used by the local drug gangs and leftist rebels.

Back in 2009 Colombia bought its first 39 American Commando vehicles, which is officially known as the ICV (Infantry Carrier Variant) of the M1117. The ICV is 61 cm (24 inches) longer than the original ASV, weighs 18 tons, and carries a crew of 3 and 8 passengers. Instead of the turret it has a cupola mounting a 12.7mm machine-gun or 40mm automatic grenade launcher.

The original ASV was, in effect, one of the first MRAPs (Mine Resistant Ambush Protected) to get to Iraq. Originally developed in the 1990s for use by MPs (Military Police) in combat zones, only a few were bought initially. It was found that for 1990s era Balkan peacekeeping, existing armored vehicles were adequate and that in the narrow streets of Balkan towns the ASV was too wide to be very maneuverable. Then came Iraq, and suddenly the ASV was very popular. The army got a lot more because military police like these vehicles a lot. The MPs originally wanted 2,000 ASVs but before Iraq were told they would be lucky to get a hundred. After 2003, the MPs got all they wanted. Colombia noted the ASV success in Iraq and got some of their own.

The basic ASV is a 15 ton 4x4 armored car that is built to handle the kind of combat damage encountered in Iraq. The ASVs are, unlike armored hummers, built from the ground up as armored trucks. Basic ASVs are 6.1 meters (20 feet) long and 2.6 meters (8.5 feet) wide, making them a bit larger than hummers. The ASV is heavy enough to survive most roadside bombs and keep going. The ASV is bullet and RPG proof. The turret is the same one used on the U.S. Marine Corps LAV. When the marines went shopping for armored trucks, however, they passed on the ASV. This is believed to be mainly because most armored trucks have more room inside. The ASV carries a crew of 3, with plenty of room for additional gear but not a lot of people. That's why the stretched ICV version was developed. Iraq has also bought the ICV version.

Partager cet article

Repost0
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 16:20
Lockheed Martin Adds CyberPoint to Cyber Security Alliance

 

GAITHERSBURG, Md., Apr. 1, 2014 – Lockheed Martin

 

Lockheed Martin [NYSE: LMT] today welcomed CyberPoint International into its Alliance, adding their deep technical expertise, innovative solutions, and easy-to-use products to address the advanced persistent threats faced by every global government and commercial organization. 

“Like CyberPoint, we are focused on meeting the increasing demands of our global customers with sophisticated cyber security solutions in places like the Middle East, where cyber security activity is intense,” said Roger Mann, managing director, Middle East, Lockheed Martin Information Systems & Global Solutions. “We are excited that they are bringing their experience and capabilities to further strengthen our Alliance.”

The Lockheed Martin Cyber Security Alliance brings together the cyber security capabilities and technologies from market leading companies into a collaborative environment that integrates best practices, hardware, software, and tools within its research and development facilities, the NexGen Cyber Innovation and Technology Centers. The Centers located around the globe foster agile environments where alliance companies and customers work together to innovate, integrate and pilot solutions to address complex cyber security challenges.

Other members of the Lockheed Martin Cyber Security Alliance are: APC, ArcSight, CA Technologies, Cisco, Citrix, Dell, EMC Corporation, FireEye, HP, Intel, Juniper Networks, McAfee, Microsoft, Net App, RedHat, RSA Security, Splunk, Symantec, Trustwave, Verizon and Vmware.

CyberPoint helps organizations defend themselves from increasingly advanced malware and offers products that empower users at all levels of an organization to better understand the threat and protect what’s invaluable to them.

“We know that one company or solution alone can’t solve the global cyber security challenges we face and it will take collaboration, cooperation and the collective strengths of a diverse array of leading technology companies to innovate and deliver seamless solutions. Becoming a partner in the Lockheed Martin Cyber Security Alliance provides those opportunities to work as a global community and solve today’s most difficult challenges together,” said Dr. Mark Raugas, director of CyberPoint Labs.

Headquartered in Bethesda, Md., Lockheed Martin is a global security and aerospace company that employs approximately 115,000 people worldwide and is principally engaged in the research, design, development, manufacture, integration and sustainment of advanced technology systems, products and services. The Corporation’s net sales for 2013 were $45.4 billion.

 

Partager cet article

Repost0
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 11:30
photo NHI

photo NHI

 

 

28/03 Par Alain Ruello - LesEchos.fr

 

Signe du dynamisme des pays du Golfe en matière militaire, le Qatar vient de passer des commandes d'armements historiques. L'annonce a été faite en marge du salon Dimdex de Doha. Selon Reuters, il y en aurait pour 23 milliards de dollars auprès d'une vingtaine d'entreprises du monde entier. La France y a sa part avec une lettre d'intention portant sur l'achat de 22 hélicoptères de transport NH90 pour près de 2 milliards d'euros : 12 en version terrestre et 10 en version navale.

 

« Cette offre doit comprendre des prestations d'accompagnement, du type soutien ou formation », a précisé le ministère de la Défense, dans la foulée du déplacement sur place de Jean-Yves Le Drian. Le NH90 a été conçu pour la France, l'Allemagne, l'Italie, les Pays-Bas, le Portugal et la Belgique. Il est produit par NHIndustries, une coentreprise détenue par Airbus Helicopters (ex-Eurocopter) à hauteur de 62,5 %, l'italien Agusta (32 %) et le hollandais Stork Fokker (5,5 %). Décliné en 23 versions différentes, l'appareil a souffert d'importants dépassements de calendrier, ce qui ne l'empêche pas de bien s'exporter. L'Australie, la Nouvelle-Zélande et Oman notamment en ont achetés.

 

L'autre bonne nouvelle en provenance de Doha concerne toujours Airbus Goup, et plus précisément sa branche avions militaires, puisque le Qatar va acquérir deux avions ravitailleurs A330 MRTT. Malgré la défaite homérique face à Boeing aux Etats-Unis, cet appareil, un dérivé de l'A330 civil, s'exporte lui aussi très bien. Singapour en a acheté six récemment, qui s'ajoutent à ceux commandés par l'Arabie saoudite ou encore l'Australie.

 

Et le Rafale ? Rien pour l'instant, même si l'avion de Dassault est en lice pour la modernisation de la flotte d'avions de combat qatarie, en concurrence avec l'Eurofighter du trio Airbus Group-BAE Systems-Finmeccanica et le JSF de Lockheed Martin. Le magazine spécialisé « Air & Cosmos » note d'ailleurs que l'achat des A330 MRTT est « une preuve tangible de la volonté du pays de rénover son aviation de combat à court terme » puisque ses 12 Mirage 2000-5 sont dépourvus de perche de ravitaillement.

 

De passage la semaine dernière à Paris, le général Al Atiya, ministre de la Défense du Qatar, a certainement évoqué le sujet avec Jean-Yves Le Drian. Un point notamment reste à clarifier, celui de la quantité d'avions de combat en jeu, les chiffres évoquées allant de 12 à 36 exemplaires. A Paris, on reste confiant, même si l'expérience brésilienne incite à la prudence...

 

En attendant, les Etats-Unis ont aussi été servis puisque Boeing a vendu 24 hélicoptères d'attaque Apache pour 8,9 milliards de dollars. La Turquie aussi, avec une commande de 17 patrouilleurs pour 220 millions de dollars, selon Jane's. Les navires, destinés aux gardes-côtes, seront livrés entre 2016 et 2018, largement à temps pour participer à la sécurisation de la Coupe du monde de foot de 2022.

Partager cet article

Repost0
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 07:54
Impression 3D et marché de l’armement : un mariage à risques ?

 

28/03/14 Johan CORNIOU-VERNET - Portail de l'IE

 

Une Troisième révolution industrielle… Au cœur des technologies de demain que sont les drones et la robotique, l’Impression 3D serait un bouleversement qui réinitialiserait notre économie, voire notre société. S’ouvrant aux particuliers, vous et moi pourrons bientôt imprimer dans notre salon à peu près tout et n’importe quoi, y compris des armes.

Point de terminologie : on « n’imprime » pas à proprement parler aujourd’hui en 3D. Il n’est pas encore venu le temps du Replicator à la Star Trek - nom par ailleurs donné par la société Makerbot à son imprimante 3D, ce qui ne manquera pas de doper les ventes auprès du lobby des Trekkies encore très puissant Outre-Atlantique -. Scientifiquement parlant, le principe est l’« additive manufacturing », qui consiste, via un schéma 3D transmis par ordinateur à l’imprimante, à superposer des couches de matières successives (plastique, métaux, bois, céramique ou même matières bio-organiques).

Si l’impression 3D soulève de nombreuses questions, l’essentiel des commentaires se concentre sur le danger de la production chez soi, en toute discrétion et illégalité, d’une arme fonctionnelle. 

 

Des armes en plastique non détectables par les détecteurs conventionnels

Après le buzz du Liberator, première arme fabriquée en 3D presque entièrement avec du plastique, la présentation par la Société Solid Concepts d’une réplique, en métal cette fois, du célèbre Colt 45 a ravivé les débats.

La psychose est née d’un étudiant américain, Cody Wilson, militant crypto-anarchiste à l’origine du Liberator et fervent défenseur du 2ème Amendement, en pleine polémique sur les armes après la tuerie de Sandy Hook. Il est fondateur de la société pro-armes Defense Distributed, dont le but est de fournir gratuitement en ligne des modèles 3D d’armes à fabriquer, via son catalogue DefCad.

La fabrication d’une arme 3D de base, c’est à dire en plastique, est très simple, surtout aux Etats-Unis. Il suffit de posséder une imprimante relativement standard, dont le prix varie entre 2500 $ et 3300 $, de filaments de plastique PLA ou ABS achetables en ligne, et de diverses pièces métalliques comme le percuteur (un clou suffisant). Quant à la partie purement opérationnelle métallique de l’appareil - canon, chargeur ou culasse - elle peut être achetée librement sur Internet, sans aucune restriction d’âge ou contrôle quelconque.

 

La question du terrorisme plane sur les débats

Sera-t-il plus facile pour un terroriste, au lieu d’obtenir son matériel via les filières classiques de marché noir, de l’imprimer lui-même chez lui en toute discrétion ? Nombre d’experts minimisent cette éventualité. Les réseaux de trafic d’armes et leurs intérêts économiques, alliant corruption, menaces, collusions politiques, industrielles et religieuses, rendent peu probable une stratégie d’équipement de masse en imprimantes 3D. En revanche, même si le phénomène est encore trop récent pour être palpable, peut-être que l’industrie de l’armement de poing, surtout à destination des particuliers, pourrait connaître une petite révolution, aux conséquences économiques lourdes débouchant sur une redistribution des cartes parmi les acteurs.

 

Des tentatives de règlementation qui peinent à émerger

Aux Etats-Unis, où le droit de posséder une arme est profondément ancré dans la culture américaine, les réponses institutionnelles sont floues. La défense du 2ème Amendement est farouchement revendiquée, notamment par les milieux conservateurs, mais certains politiques se sont engagés pour réglementer voire interdire l’utilisation de la technologie d’impression 3D pour créer des armes anonymes et intraçables. Ainsi, le sénateur Steve Israel, représentant démocrate, a présenté un projet de loi Undetectable Firearms Modernization Act. Une législation anti-arme en plastique a depuis été adoptée en 2013. Plus encore, tous les modèles d’armes à télécharger depuis la plateforme DefCad ont été censurés et supprimés. Toutefois, au regard du nombre de téléchargements avant cette interdiction et à leur rediffusion par peer-to-peer, l’endiguement de la fuite de ces schémas est illusoire.

D’autres pistes sont donc envisagées : empêcher matériellement, par un sous-logiciel de blocage, l’impression de tout matériel de type militaire, ou encore insérer une sérigraphie propre à chaque imprimante pour que tous les objets imprimés puissent être tracés via un numéro de série, ou bien aussi la nécessité pour l’utilisateur d’obtenir une licence de l’Etat. 

 

Une psychose disproportionnée ?

Il convient d’être vigilant et d’étudier l’évolution de la situation, mais peut-être que la psychose autour des « armes téléchargeables » dépasse les vrais enjeux de sécurité en présence. Pour l’heure, les armes fabriquées en plastique sont de mauvaise qualité, obsolètes après quelques coups, et manquent souvent leur cible. Plus encore, les armes imprimées en métal, demandent un savoir-faire technique très élevé, un coût faramineux tant dans l’imprimante requise que dans les matériaux, et dépassent de très loin les capacités d’un individu lambda et même d’une organisation criminelle classique.

Ces polémiques, fortement émotionnelles dans l’opinion publique, étouffent les aspects positifs qu’offre l’impression 3D dans l’industrie, notamment militaire. Filière d’avenir pressentie par de nombreux acteurs, le Président américain Barack Obama a milité pour une ré-industrialisation de son pays grâce aux Imprimantes 3D, et le Pentagone a lancé des programmes de recherche et de développement de ses propres imprimantes destinées au front, pour augmenter l’efficacité de ses armées et régler les problèmes de pénuries de matériels ou de délai pour les obtenir.

Les opportunités sont alléchantes, y compris pour les intérêts français, Sculpteo étant un des plus gros acteurs sur le marché des modèles d’impression. Une étude publiée par le Crédit Suisse présage des bénéfices avoisinant une quinzaine de millions de dollars aux alentours des années 2020. Plus encore, en réduisant les chaînes de production et la logistique, en termes de durée et de coûts, l’impression 3D permettrait de constituer des pôles industriels centralisés, idéaux pour le développement des armements de demain.

Aérospatiale, munitions, matériaux de pointe, systèmes informatiques de cyberguerre ou encore aéronautique. Bref le panel est large.

Enfin, la double réussite récente de l’impression d’une trachée artificielle qui a permis de sauver la vie d’un bébé, et d’un foie jugé viable, ouvrent le champ de l’impression 3D au domaine de la santé, et vient s’inscrire dans les grandes révolutions de la médecine actuelle, à l’instar du nouveau Cœur artificiel autonome Carmat.

 

Pour aller plus loin :

- Marché de l’armement et distorsion de concurrence

- Do it yourself, FabLab et Hackerspace

- Carmat : l’innovation médicale française n’est pas morte !

Partager cet article

Repost0
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 07:50
Thales Alenia Space-built Sentinel-1A, the first satellite in Europe's Copernicus program, ready for launch

 

March 31, 2014 Thales Group
 

Cannes, March 31st, 2014 – The European Space Agency's Sentinel-1A satellite, designed and built by Thales Alenia Space, is ready to be launched from the Guiana Space Center in French Guiana, using a Soyuz-Fregat A launcher.

Sentinel-1A is the first satellite in Europe's vast Earth Observation program Copernicus (formerly known as GMES), coordinated by the European Commission, with the European Space Agency (ESA) in charge of the space component. It is designed to give Europe complete independence in the acquisition and management of environmental data concerning our planet, to support Europe's public policies.

Thales Alenia Space was named prime contractor for the Sentinel-1, with responsibility for the design, development, integration and testing of the satellites comprising these systems.

The Sentinel-1A satellite was built and integrated at the Thales Alenia Space plant in Rome, while the basic technologies, like the T/R modules and the Front End Electronics for the C-Band Synthetic Aperture Radar antenna, as well as the advanced data management and transmission subsystems and the on-board computer, were developed at the Italian sites in L’Aquila and Milan. The T/R modules and the Front End Electronics are the “heart” of the C-Band Synthetic Aperture Radar antenna developed by AIRBUS Defence & Space on Thales Alenia Space Italia specifications.

The satellite also completed its final verification tests at Thales Alenia Space's clean rooms in Rome and Cannes.

Italy plays a key role in the Copernicus program, with backing from the Italian space agency, ASI, which has supported the country's broad commitment to Earth observation programs. Copernicus also benefits from the excellent results of the Cosmo-SkyMed program, which demonstrated the Italian space agency’s vision and the country's cutting-edge technical expertise.

Based on the Prima platform, developed by Thales Alenia Space on behalf of the Italian Space Agency, Sentinel-1A will weigh approximately 2,200 kg at launch. It will observe the Earth from an altitude of 700 km, with a resolution between 5 and 25 meters, depending on the operating mode. The satellite will continuously provide users with images, taken day and night, under all weather conditions.

Data from the Sentinel-1A satellite will be collected by various European centers, and in Italy by the ground station at the e-GEOS space center in Matera (e-GEOS is an 80/20 joint venture of Telespazio and the Italian space agency).

The main goals of the Sentinel-1 mission are: mapping of urban areas, observing environmental impact, monitoring risks due to movements in the Earth’s surface, surveillance of the marine environment, maritime security, sea ice monitoring, monitoring of forests and climate change.

ESA is developing five Sentinel satellite families for the Copernicus program: Sentinel-1 is designed to ensure the continuity of ERS and Envisat radar data.

The second satellite in this mission, Sentinel-1B, is scheduled for delivery to ESA during the last quarter of 2015. It is now being integrated at Thales Alenia Space’s Integration Center in Rome, while the Sentinel-3A satellite, for which Thales Alenia Space is prime contractor, is about to complete its initial integration and test phase.

 

NICE TO KNOW: Thales Alenia Space successful references in Radar Earth observation

The company’s expertise is largely recognized in international markets, and has led to collaborative missions outside Europe, including with South Korea (Kompsat 5), India (Saral), Canada (Radarsat 2) and the United States (Topex, Jason, Calipso, GFO-RA), Russia (Sadko).

Thales Alenia Space is making a major contribution to Copernicus as prime contractor for the Sentinel 1 and Sentinel 3 satellites. At the same time, Thales Alenia Space continues to explore the vast possibilities offered by its advanced technologies to develop new applications: for instance, taking a closer look at the carbon cycle, another key factor in climate change.

Regarding defense or dual-use missions, Thales Alenia Space is the prime contractor for the Italian dual radar observation system, Cosmo SkyMed. A four-satellite constellation, the Cosmo-SkyMed system delivers data to government, military and private users. The system is now totally operational and has reached its optimum image acquisition capacity of about 1,800 images/day, day or night and in all weather conditions. These capabilities make the Italian observation system one of the most advanced and reliable systems of this type in the world. Thales Alenia Space is also developing COSMO New Generation.

Thales Alenia Space is the acknowledged European expert in high-resolution radar imaging. The company supplied the electronics for the radar instruments on the SAR-Lupe constellation of five satellites, which delivers high-resolution images of the Earth to the German Ministry of Defense.

 

About Thales Alenia Space:

Thales Alenia Space, a joint venture between Thales (67%) and Finmeccanica (33%), is a key European player in space telecommunications, navigation, Earth observation, exploration and orbital infrastructures. Thales Alenia Space and Telespazio form the two parent companies' “Space Alliance”, which offers a complete range of services and solutions. Because of its unrivaled expertise in dual (civil/military) missions, constellations, flexible payloads, altimetry, meteorology and high-resolution optical and radar instruments, Thales Alenia Space is the natural partner to countries that want to expand their space program. The company posted consolidated revenues in excess of 2 billion euros in 2013, and has 7,500 employees in six countries. www.thalesaleniaspace.com

Partager cet article

Repost0
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 07:35
A330 MRTT photo Airbus DS

A330 MRTT photo Airbus DS

 

31.03.2014 Helen Chachaty - journal-aviation.com

 

L’agence d’acquisition d’équipements militaires de la Corée du Sud (DAPA) a officiellement lancé ce 31 mars son programme d’acquisition pour l’achat d’avions ravitailleurs. Baptisé « KC-X », l’appel d’offres vise à équiper l’armée de l’air, qui ne dispose pas à l’heure actuelle d’avions ravitailleurs pour sa flotte de chasseurs.

 

La DAPA annonce également qu’une réunion d’information se tiendra le 8 avril prochain, afin de détailler les exigences techniques liées à ce futur contrat. Les industriels intéressés ont jusqu’au 30 juin 2014 pour faire parvenir leurs offres.

 

Boeing et Airbus devraient sans surprise s’affronter sur ce nouveau marché : L’avionneur américain pourrait en effet proposer son KC-46A Pegasus, tandis que le constructeur européen cherchera à placer son A330 MRTT (Airbus Defence & Space), qui a par ailleurs déjà remporté quelques beaux succès à l’étranger, le dernier en date au Qatar il y a quelques jours à peine.

Partager cet article

Repost0
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 07:30
Saudi Deal Boosts Precision Bomb Production for Raytheon UK

Until now, Raytheon's Paveway IV precision-guided bomb was flown only on the UK's Tornado and Typhoon jets.

 

Mar. 30, 2014 - By ANDREW CHUTER – Defense News


 

GLENROTHES, SCOTLAND — Raytheon UK’s precision-guided bomb business got the shot in the arm it had been hoping for when the US Congress finally approved the sale of the Paveway IV to Saudi Arabia in February.

Company executives revealed they had signed up their first export customer for the weapon during a briefing with reporters at their manufacturing and design facility here on March 25.

The company was showcasing Glenrothes’ expanding capabilities, including a new silicon carbide wafer foundry and the near completion of a 12-month program to move work previously done at its Harlow site in southern England north to Scotland.

The Paveway IV deal came at the right time for Raytheon UK, allowing work on the new order to ramp up just as production of a British Royal Air Force (RAF) order replenishing precision-guided bombs used in Libya comes to a close.

No value has been put on the Saudi deal, but sources said it was likely about £150 million (US $247 million).

With that deal under their belts, company executives are hoping for a further boost to the weapon’s sales prospects, with the British Defence Ministry poised to decide whether to proceed with a string of spiral developments aimed at significantly expanding Paveway IV’s capabilities.

The name of the new Paveway IV export customer was omitted from the announcement, but the Saudis have been widely touted as being in on the deal.

The contract was signed by the customer in December and approved by lawmakers on Capitol Hill two months later, said John Michel, the weapons business director at Raytheon UK.

The signing came after the US State Department relented in its three-year opposition to approving Saudi Arabia’s use of the predominantly British-designed weapon for the RAF.

Michel said first deliveries to the Saudis are due in about 18 months, with the order completed in around two years.

The Raytheon executive said the US export approval should help open the way for further Paveway IV orders and mentioned Oman as one potential customer.

Oman has ordered a squadron’s worth of Typhoon jets but deliveries are yet to get underway.

The munition is integrated on RAF Typhoon and Tornado jets. Both aircraft are flown by the Saudis.

The weapon is also destined for British F-35s, opening a potentially large market among joint strike fighter operators.

The Paveway IV has a 500-pound Mark 83 warhead and features dual-mode guidance involving INS/GPS and laser guidance.

T.J. Marsden, the Paveway IV’s chief engineer, said the British MoD had also expressed an interest in fitting the weapon to RAF Reaper drones.

Completion of the latest of two top-up orders for the RAF brings Paveway IV deliveries for the British to 4,000, executives said during the briefing.

Some of the items originally built for the long-anticipated Saudi order were diverted for use on the British deliveries, significantly shortening the time the RAF had to wait to replenish depleted stocks.

Raytheon executives are now awaiting news of whether the cash-strapped British are interested in enhancing Paveway IV capabilities as part of the Selective Precision Effects at Range Capability program, known as SPEAR Cap 1.

The Defence Board, the high-level committee responsible for strategic management at the MoD, is due to decide “imminently” on the fate of the Spear Cap 1 upgrades, Raytheon executives said.

The upgrades are believed to be near the top of the list of program investments being considered by the Defence Board, Marsden said.

Included in that potential upgrade is a new low collateral damage warhead, an enhanced hard target penetrator warhead and a digital seeker.

The company has also been using its own money to develop a GPS anti-jam capability, which can be retrofitted into existing weapons.

Marsden said the company had investigated the potential for scaling up the new penetrator warhead for larger members of the precision-guided munition family but would not proceed until the Spear Cap 1 work was further down the line.

Partager cet article

Repost0
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 07:20
X-37B U.S. Air Force

X-37B U.S. Air Force

 

31/03/2014 Par Julien Bergounhoux

 

Malgré l'arrêt de la navette spatiale il y a quelques années, son design survit au travers du prototype X-37B, un avion spatial autonome militaire qui effectue de très longues missions en orbite, dont la nature exacte n'est pas connue. Ce drone spatial est actuellement en orbite depuis 475 jours.

 

Le X-37B, un avion spatial sans pilote de l'US Air Force, vient de battre son propre record de longévité orbitale. Le précédent record était de 469 jours en orbite, et le X-37B l'a dépassé mercredi 26 mars. Il est en orbite depuis le 11 décembre 2012. C'est le troisième vol qu'entreprend ce petit appareil qui ressemble à une version miniature de la navette spatiale, à travers la mission OTV-3 (Orbital Test Vehicle 3). Le précédent record avait été établi lors de la mission OTV-2 qui avait été lancée en 2011.

 

La mission du X-37B n'est pas connue, car le projet, originellement développé par la Nasa en 1999 (en collaboration avec Boeing Phantom Works), s'est retrouvé classé confidentiel lorsqu'il est passé sous la responsabilité de la Darpa en 2004. Il s'agissait à l'époque du prototype X-37A, et ce n'est qu'en 2006 que l'U.S. Air Force décida de développer sa propre variante, le X-37B Orbital Test Vehicle. La nature de ce qu'il transporte lors de ses missions n'est ainsi pas connue. Le projet est sous la responsabilité du bureau RCO (Rapid Capabilities Office) de l'Air Force.

 

Il existe deux prototypes du X-37B, et celui en orbite à l'heure actuelle avait déjà été utilisé en 2010 pour la mission OTV-1. Car comme la navette dont il s'inspire, cet avion spatial est réutilisable. Il est placé en orbite depuis Cap Canaveral, à l'aide d'un lanceur Atlas 5, et se trouve dans une capsule protectrice lors du lancement. Au cours des deux précédentes missions, le X-37B est retourné sur Terre par lui-même, en auto-pilote, atterrissant sur la base aérienne de Vandenberg en Californie.

 

Boeing Space & Intelligence Systems, le constructeur du X-37B, avaient annoncé en début d'année la possibilité d'un atterrissage au centre spatial Kennedy de la Nasa lors de futures missions. Un ancien hangar utilisé pour la navette spatiale, le OPF-1 (Orbiter Processing Facility) serait converti en une structure d'accueil du X-37B qui permettrait un cycle rapide d'atterrissage, réparations et lancement. Ces travaux devraient être terminés courant 2015 d'après Boeing.

Le X-37B reprend le design de la navette spatiale mais ne fait qu'un quart de sa taille, avec 8,8 mètres de long pour 4,5 mètres de large. Il pèse près de 5 tonnes et possède une soute de 2,1 m par 1,2 m. Il s'alimente en énergie à l'aide de panneaux solaires, et peut opérer à des altitudes allant de 177 km à 805 km au-dessus de la Terre. A l'heure actuelle, le X-37B se trouve à environ 400 km d'altitude, une orbite qu'il maintient depuis plus d'un an.

 

Partager cet article

Repost0
31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 20:30
Syrie: Washington opposé à la livraison de missiles à l'opposition (Lavrov)

 

PARIS, 31 mars - RIA Novosti

 

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a assuré à la partie russe que les Etats-Unis s'opposaient à la livraison de lance-missiles sol-air portables en Syrie, a déclaré dimanche soir le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

 

"Nous avons posé une question sur les informations parues dans les médias, selon lesquelles le président Barack Obama, lors de sa visite en Arabie saoudite, aurait évoqué la livraison de lance-missiles sol-air portables à l'opposition syrienne. John Kerry a clairement confirmé que Washington y était opposé", a indiqué le chef de la diplomatie russe à l'issue d'entretiens avec son homologue américain John Kerry à Paris.

 

Selon le ministre russe, ceci était tout à fait conforme aux ententes russo-américaines selon lesquelles les lance-missiles sol-air portables ne devaient pas être livrés dans les régions en proie aux conflits.

 

Se référant à des sources au sein du gouvernement US, l'agence AP a annoncé vendredi que l'administration du président Obama examinait la possibilité de lever l'interdiction de livrer des missiles antiaériens à l'opposition syrienne. Hostile initialement à cette idée, le président Obama pourrait changer d'avis suite aux récentes victoires enregistrées par les troupes gouvernementales syriennes dans leur lutte contre la rébellion.

 

Samedi, Barack Obama a confirmé son inquiétude face à l'intention de l'Arabie saoudite de fournir des missiles antiaériens et antichars aux rebelles anti-Assad.

Partager cet article

Repost0
31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 18:55
 100% innovation dans les armées (Teaser – Jdef)

 

31/03/2014 JDEF

 

Pour ce numéro « 100% innovation dans les armées », le  Journal de la Défense  a posé ses caméras dans le Var, à l’école de l’aviation légère de l’armée de Terre qui possède l’hélicoptère  NH90, baptisé Caïman. Cet appareil est l’un des plus modernes du XXI siècle.

 

Au programme de ce numéro 90 d’avril 2014 :

  • Viseur de casque Topowl : cet  élément majeur de l’hélicoptère Tigre offre au pilote une meilleure capacité de vision de son environnement tactique.
  • Exosquelette, une innovation robotique : ce robot existe en version civile et militaire. Il vise à  assister son opérateur au port et à la manipulation de charges lourdes.
  • Les nouvelles technologies et l'appui aérien: aujourd’hui, les technologies de l’information et de la communication ont radicalement changé la façon de combattre.
  • Les drones Reaper : livrés fin 2013 à l’armée de l’Air, les drones américains MQ Reaper sont entrés en action mi-janvier dans le Sahel, en renfort des drones Harfang déjà déployés.

Partager cet article

Repost0
31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 18:20
BPC Vladivostok photo T. Bregaris Ouest-France

BPC Vladivostok photo T. Bregaris Ouest-France

 

Mar. 30, 2014 - By JEFF LIGHTFOOT – Defense News

 

Move Would Boost Allies at Critical Juncture

 

NATO should buy the two Mistral warships France is building for export to the Russian Federation this year and make them a commonly shared asset. This bold action would prevent a powerful military capability from falling into the hands of an assertive Russia, bolster NATO’s capabilities, demonstrate political solidarity among NATO allies and offer the alliance a flagship symbol of multinational defense cooperation.

Russia’s invasion of Crimea has put many European countries in an awkward position due to the continent’s close trade linkages with Moscow. No one has been more challenged than France. Under former President Nicolas Sarkozy, Paris agreed to manufacture and sell to Russia two of its most sophisticated amphibious warships.

The sale provoked noisy objections in the US Congress and among allies in Central and Eastern Europe who saw the contract as undermining NATO solidarity. But for France, the sale was all about jobs. The nearly $2 billion contract has preserved 1,000 jobs at the St. Nazaire shipyards.

Paris has come under renewed pressure to cancel the contract in light of Russia’s actions over the past few weeks. As of this writing Paris will decide whether to go forward with the sale in October, when the first of the two ships is scheduled for delivery to Russia. Facing enough economic challenges as it is, Paris is loath to eat the nearly $2 billion cost of the ships and see 1,000 shipbuilders lose their jobs.

The United States should propose that NATO allies collectively buy the Mistrals and make them a common asset dedicated to the NATO Response Force. This move would have powerful, positive effects on NATO at a time when many within Europe are feeling a renewed sense of appreciation for the alliance.

First, and perhaps most important, this would prevent the ships from falling into the hands of Russia.

Second, the sale would keep the ship and its capabilities within the alliance. NATO has been in a defense depression over the past five years, with many European allies cutting core capabilities. By buying this multidimensional ship and dedicating it to the NATO Response Force, allies would show they are serious about defense in an era of renewed geopolitical competition.

Third, a NATO purchase of the ships would demonstrate powerful solidarity among allies. The Central and East European allies, as well as partners like Georgia and Ukraine, would be relieved to see the ships not become part of the Russian Navy.

Moreover, the purchase would also be an important gesture of alliance solidarity with France, which finds itself in an embarrassing predicament.

Finally, the warships would become the flagship symbol of NATO’s Smart Defense initiative to foster cooperation among allies on defense projects. Until now, Smart Defense has been criticized as a means of enabling allies to cut capabilities together to minimize loss. A common NATO purchase of the two Mistral ships would show that Smart Defense isn’t just a policy of addition by subtraction.

Of course, alliance politics would make a NATO purchase of the ships extremely complex. Who would pay for the ships and who would command them?

The United States should agree to pick up 50 percent of the costs of the $2 billion contract and ask Canada and the rest of the Europeans to pick up the other half. By assuming half the cost, Washington would demonstrate a powerful signal of leadership that the rest of Europe would find hard to ignore.

France should take the next highest burden, 25 percent, given that it has the most at stake. Central and Eastern Europe would be expected — and would likely be willing — to take on their share of the burden as well.

Command and control of the ships would not be an insurmountable challenge. The United States should take command of oneship and France of the other. The ships should be staffed by a multinational crew, much like the airborne warning and control system fleet that NATO operates for surveillance purposes.

Operating a sophisticated ship with a multinational crew would be a daunting undertaking but would offer huge benefits to NATO naval interoperability in the long run.

Russian President Vladimir Putin has breathed new life into NATO through his dismemberment of Ukraine. The United States and its NATO allies should seize this unique opportunity to undertake a joint purchase of the Mistral warships and make them part of NATO’s renewed commitment to European security. ■

Jeff Lightfoot, a senior associate with the Jones Group International and former deputy director of the Atlantic Council’s Brent Scowcroft Center on International Security. He writes in a personal capacity.

 

 

Partager cet article

Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 18:50
Le Gripen [suisse] pourrait comporter un équipement radio américain

 

30.03.2014 Romandie.com (ats)

 

L'avion de combat Gripen E, que la Suisse prévoit d'acheter, pourrait être équipé d'un module de communication américain, selon plusieurs médias dominicaux. Cet équipement radio devait initialement être fourni par un fabricant bernois, mais Saab aurait changé d'avis il y a quelques mois.

 

Le constructeur suédois a décidé de confier le module radio des nouveaux avions suisses à l'entreprise américaine Rockell Collins, selon une enquête publiée dans les hebdomadaires "Le Matin Dimanche", "Schweiz am Sonntag" et "SonntagsZeitung". Les journaux ajoutent que le volte-face de Saab a eu lieu peu après que le Parlement suisse a accepté l'achat de 22 avions de combat.

 

Contacté par l'ats, le département de la Défense (DDPS) ne confirme, ni ne dément toutes ces allégations. Mais les services d'Ueli Maurer précisent, dans une prise de position écrite, que "l'utilisation de composantes non européennes dans le Gripen E n'a jamais été exclue".

 

"Vérifiés par les Etats-Unis"

 

Le cahier des charges de l'appareil qui allait remplacer le Tiger exigeait "de façon explicite" qu'il soit équipé de technologies et de systèmes de communication "vérifiés par les Etats-Unis", ajoute le DDPS.

 

Le département explique que ces mêmes systèmes "sont déjà utilisés sur les avions de combat F/A-18" (de fabrication américaine, ndlr), "dans nos systèmes de communication" et dans le système suisse de surveillance radar FLORAKO.

 

Les clés d'encryptage utilisées sur le Gripen seront fabriquées en Suisse, assure le DDPS. Interrogé sur les risques d'intervention par des tiers sur l'échange d'informations pendant une mission, le département affirme qu'il s'agit là de "pure hypothèse".

Seulement des entreprises suisses

 

Pourtant, face aux risques relevés dans des affaires comme celle de l'espionnage américain, le Conseil fédéral avait décidé le 5 février de serrer la vis. L'administration fédérale ne devrait plus recourir à des entreprises étrangères pour ses prestations informatiques et de communication importantes. Sont concernées aussi bien des prestations fournies dans le cadre de l'armée que via des téléphones portables ou des ordinateurs.

Partager cet article

Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 17:50
 Defence should be global 'priority': EDA

 

27 Mar 14 cnbc.com

 

Claude-France Arnould, chief executive at EDA, discusses the defence industry and the need for strengthened cooperation within the EU and Nato, as well as for innovation in the sector.
 

Partager cet article

Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 11:40
Voronezh-M early warning radar in Lekhtusi

Voronezh-M early warning radar in Lekhtusi

Radars d'alerte précoce

 

MOSCOU, 28 mars - RIA Novosti

 

Les Troupes de défense aérospatiale russes ont procédé à la création de quatre nouveaux radars d'alerte précoce, a annoncé vendredi à Moscou le commandant des troupes, Alexandre Golovko.

 

"Deux nouveaux radars sont entrés en service près d'Armavir et de Saint-Pétersbourg. Les radars de Kaliningrad et d'Irkoutsk se préparent à des essais d'homologation. Nous avons également procédé à la création de quatre autres radars", a indiqué le général Golovko lors d'une rencontre du président russe Vladimir Poutine avec des officiers de haut rang des Troupes de défense aérospatiale.

 

Selon le général, le lancement de ces radars permettra de couvrir l'ensemble du territoire russe.

 

Le général Golovko a annoncé en septembre 2013 que des radars d'alerte précoce de type Voronej en chantier à Kaliningrad et à Irkoutsk seraient mis en service opérationnel en 2014.

 

Les radars de type Voronej, qui utilisent entre autres les ondes décimétriques, surpassent largement leurs prédécesseurs, les stations "Dniepr" et "Darial" créées à l'époque soviétique. Ils ont une portée de 6.000 kilomètres et peuvent détecter une attaque contre les postes de commandement et les sites civils importants. Le ministère russe de la Défense envisage de remplacer d'ici 2020 tous les radars datant de l'époque soviétique par ces nouvelles stations.

Partager cet article

Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 07:55
La DGA commande 60 systèmes Slate supplémentaires

 

 

28 mars, 2014 Guillaume Belan (FOB)

 

Alors qu’en 2012, la DGA avait commandé en urgence opérationnelle à la société française Metravib 80 systèmes SLATE (Système de Localisation Acoustique de Tireur Embusqué) pour équiper les VAB TOP (Véhicules de l’Avant Blindé avec une tourelle télé opérée Kongsberg de 12.7 mm) de l’armée de terre engagés en Afghanistan, la DGA a début d’année, passé une nouvelle commande pour 60 systèmes.

 

Metravib explique cette nouvelle notification par « l’excellent retour d’expérience, la collaboration efficace avec RTD et l’engagement du Pacte Défense PME ».

 

Vendu à près de 30 armées (principalement des armées OTAN), le SLATE n’a plus à faire ses preuves. Couplé au tourelleau TOP, le  système de détection de tir permet de réagir très rapidement grâce à une détection et une localisation des départs de coups de feu, qui positionne immédiatement le 12.7 mm vers l’origine du tir. Contrat notifié début d’année, les livraisons vont intervenir très rapidement. Cette nouvelle commande permettra d’armer à la fois les flottes de VAB Ultima (relire l’article de FOB) et VAB TOP, en fonction des besoins opérationnels.

Partager cet article

Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 07:55
Le Fokker 100 modifié par Sabena Technics pour le programme ABE NG photo DGA

Le Fokker 100 modifié par Sabena Technics pour le programme ABE NG photo DGA

 

 

28/03/2014 par Guillaume Steuer, à Bordeaux – Air & Cosmos

 

Il sera prêt à l'emploi en début d'année prochaine : le Fokker 100 modifié par Sabena Technics au titre du programme ABE NG (avion banc d'essais nouvelle génération), notifié en décembre 2009 pour environ 35 millions d'euros, est actuellement en phase d'essais en vol entre les mains d'un équipage mixte de la Direction générale de l'armement (DGA), utilisateur final de l'avion, et de l'avionneur néerlandais Fokker.

 

A l'issue de ces travaux,  et si tout se passe comme prévu, des opérations de vérification devraient être menées pendant environ deux mois à partir de novembre 2014, pour aboutir à une mise en service opérationnelle en janvier 2015.

 

Outil à vocation modulaire, le Fokker 100 permettra d'emporter une grande variété de charges utiles pour les besoins de la DGA en matière d'essais en vol. L'appareil dispose d'une pointe avant modifiée pour l'accueil d'un radar de combat, et de trois points d'emport (un sous fuselage et deux sous voilure). Au total, l'appareil permet d'emmener trois tonnes de charges d'essais (interne et externe) pour une mission de trois heures, précise-t-on à la DGA, où l'on estime qu'il devrait réaliser "environ 150 vols d'essais" chaque année.

 

Son entrée en service devrait permettre de retirer une partie des Mystère XX de la DGA (sept exemplaires encore en service) dont la maintenance devient de plus en plus problématique, en particulier du point de vue des moteurs. Au moins trois de ces avions devraient ainsi être réformés entre début 2015 et début 2016.

 

Deux campagnes d'essais devraient mobiliser l'ABE NG dès son entrée en service : la mise au point de l'IFF nouvelle génération commandé au titre du programme Rafale F3-R, ainsi que le développement du nouvel autodirecteur du missile Aster Block 1NT.

Partager cet article

Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 07:45
Rheinmetall to modernize South Africa’s air defence capabilities


March 27, 2014 Rheinmetall AG

 

Rheinmetall AG of Düsseldorf has just booked another important order in the field of military air defence. The Republic of South Africa has decided to embark on a thoroughgoing modernization of its existing air defence systems. The contract was signed several days ago. Including logistics and training services, the complete package is scheduled for completion by 2017.

Among other items, the contract encompasses the supply of Oerlikon Skyshield fire control units, which will substantially improve the performance and accuracy of South Africa’s current twin-gun systems as well as significantly expanding the operational spectrum of its air defence capabilities. In this context, a number of guns will also be retrofitted with upgrade kits to accommodate Rheinmetall’s state-of-the-art Ahead airburst ammunition.

The new Skyshield technology will enable the South African armed forces to protect sensitive installations such as the House of Parliament, power plants, stadiums and other critical military and civilian assets from a wide array of aerial threats, including asymmetric terrorist-type attacks. Because Skyshield air defence systems can be transported without much effort, they can basically be deployed anywhere depending on the evolving threat situation. Ever since the 1980s, South Africa has fielded air defence technology from the former Oerlikon Contraves, which Rheinmetall took over in 1999.

Rheinmetall is one of the world’s leading makers of sophisticated short-range air defence systems. In the field of gun-supported air defence it is the market leader as in fire control technology, anti-aircraft guns, integrated guided missile launchers and Ahead airburst ammunition.

Partager cet article

Repost0
29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 22:35
La Russie livrera des missiles S-400 à la Chine (journal)

 

MOSCOU, 28 mars - RIA Novosti

 

La Chine deviendra le premier pays étranger à acheter les nouveaux systèmes de défense antiaérienne russes S-400 Triumph, rapporte vendredi le journal Kommersant citant des sources proches du dossier.

 

Selon le quotidien, les parties sont en train de négocier le nombre de systèmes à livrer ainsi que le montant final du contrat, dont la conclusion a été approuvée par le président Vladimir Poutine début 2014.

 

Le consortium Almaz-Anteï, qui produit les S-400, a déjà livré les premiers systèmes à l'armée russe, qui devra en compter 28 à l'horizon 2020. Dans le même temps, le ministère de la Défense poursuit la conception d'un système de missiles de cinquième génération S-500.

 

D'après Kommersant, l'achat des S-400 permettra à la Chine de contrôler non seulement son propre espace aérien, mais également celui de Taiwan ainsi que le ciel au-dessus des îles Senkaku/Diaoyu, qui constituent l'objet d'un litige territorial entre Pékin et Tokyo.

 

Depuis plusieurs années la Chine figure dans le top 5 des importateurs mondiaux de matériel militaire russe. Ainsi, en 2013, Pékin a acheté des armes et des équipements russes pour plus de 1,8 milliard de dollars.

 

Le S-400 Triumph (code Otan: SA-21 Growler) est un système de missiles sol-air de grande et moyenne portée destiné à abattre tout type de cible aérienne: avions, drones et missiles de croisière hypersoniques. Le système est capable de tirer simultanément 72 missiles sur 36 cibles éloignées à une distance de 400 km.

La Russie livrera des missiles S-400 à la Chine (journal)

Partager cet article

Repost0
29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 21:40
Chute d'une fusée: le Kazakhstan suspend les essais de missiles russes

 

ASTANA, 28 mars - RIA Novosti

 

Le Kazakhstan a suspendu les tirs d'essai de missiles russes sur son territoire jusqu'à la fin de l'enquête sur les causes de la chute d'une fusée météorologique russe MR-30 jeudi dans l'ouest du pays, a annoncé vendredi le ministère kazakh de la Défense.

 

"Le ministère kazakh de la Défense a suspendu les essais sur les polygones kazakhs loués à la Russie jusqu'à la fin de l'enquête", a indiqué le ministère dans un communiqué.

 

Selon le service de presse, une fusée météorologique russe MR-30 tirée depuis le polygone russe de Kapoustine Iar est tombée dans la nuit du 26 au 27 mars à un kilomètre au sud-est du village kazakh de Choungaï, dans la région du Kazakhstan Ouest. Le tir avait été effectué conformément à un plan de coopération pour 2014 adopté par la Russie et le Kazakhstan le 28 novembre dernier.

 

D'après le ministère russe de la Défense, la fusée est tombée en raison d'une panne de moteur, sans faire de victimes et de destructions et sans porter de préjudice écologique.

Partager cet article

Repost0
29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 20:45
Maroc : Marrakech Airshow du 23 au 26 avril 2014

Un événement au service de l’Afrique et des industries aéronautiques et spatiales, civiles et militaires ! En trois éditions, Marrakech Airshow a su s’imposer comme le lieu de rencontre de l’industrie aéronautique civile et militaire de la planète avec le continent africain.

 

En effet, c’est lors de la dernière édition, réalisée dans un contexte économique et politique particulièrement délicat, que le salon a acquis ses lettres de noblesse. Le concept de la Plateforme Aéronautique de l’Afrique (P.A.A.) sous-tendu par le salon a été plébiscité par l’ensemble de la communauté internationale et de nombreuses délégations officielles de très haut niveau ont fait le déplacement, notamment Russe, Chinoise, Nord Américaine et Européenne.

Partager cet article

Repost0
29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 17:50
Gripen: accord entre Pilatus et Saab sur des achats compensatoires

 

 

28.03.2014 Romandie.com (ats)

 

En cas d'achat du Gripen par la Suisse, l'avionneur helvétique Pilatus vendra à l'armée suédoise une vingtaine d'avions d'entraÎnement PC-21. L'entreprise nidwaldienne et le constructeur suédois Saab ont du moins signé un accord de principe en ce sens, conditionné à un "oui" du peuple suisse à l'achat des 22 Gripen.

 

A Pilatus PC-21 trainer demonstrator Photo Arpingstone.

A Pilatus PC-21 trainer demonstrator Photo Arpingstone.

L'accord entre Pilatus et Saab prévoit en outre que l'assemblage d'avions Pilatus et Saab soit réalisé en Suisse sur un site encore non défini, indique vendredi le constructeur nidwaldien basé à Stans. Cette étape de construction correspondrait à une centaine de places de travail.

 

L'installation d'un centre de développement informatique est également prévue en Suisse en cas de feu vert du peuple au Gripen. Les deux constructeurs pourraient y développer des programmes informatiques touchant à la sécurité aérienne, ainsi que des systèmes guidés au sol.

 

Une telle collaboration pourrait générer des entrées de commandes pour un total d'un demi-milliard de francs en faveur de Pilatus sur les cinq à huit prochaines années. L'ensemble des achats compensatoires liés à l'acquisition du Gripen atteint 2,5 milliards de francs.

Partager cet article

Repost0
29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 17:20
'A' for Angela Merkel: GCHQ and NSA Targeted Private German Companies

 

March 29, 2014 By Laura Poitras, Marcel Rosenbach and Holger Stark - Spiegel.de

 

Documents show that Britain's GCHQ intelligence service infiltrated German Internet firms and America's NSA obtained a court order to spy on Germany and collected information about the chancellor in a special database. Is it time for the country to open a formal espionage investigation?

 

The headquarters of Stellar, a company based in the town of Hürth near Cologne, are visible from a distance. Seventy-five white antennas dominate the landscape. The biggest are 16 meters (52 feet) tall and kept in place by steel anchors. It is an impressive sight and serves as a popular backdrop for scenes in TV shows, including the German action series "Cobra 11."

Stellar operates a satellite ground station in Hürth, a so-called "teleport." Its services are used by companies and institutions; Stellar's customers include Internet providers, telecommunications companies and even a few governments. "The world is our market," is the high-tech company's slogan.

Using their ground stations and leased capacities from satellites, firms like Stellar -- or competitors like Cetel in the nearby village of Ruppichteroth or IABG, which is headquartered in Ottobrunn near Munich -- can provide Internet and telephone services in even the most remote areas. They provide communications links to places like oil drilling platforms, diamond mines, refugee camps and foreign outposts of multinational corporations and international organizations.

Super high-speed Internet connections are required at the ground stations in Germany in order to ensure the highest levels of service possible. Most are connected to major European Internet backbones that offer particularly high bandwidth.

 

Read the full story at Spiegel

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories