Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 mars 2014 5 21 /03 /mars /2014 12:30
Minimization, Improved Accuracy & C3

 

18/3/2014 Avigdor Klein - israeldefense.com

 

Brig. Gen. (Res.) Avigdor Klein, formerly the IDF Chief Armored Corps Officer, wishes to point out a few facts before the IDF proceed along the path leading to the purchase of a new self-propelled gun system
 

Almost no military organization intends to purchase a new self-propelled gun system. That is a fact. There are many reasons for it – from the costly maintenance of the arsenal (compared to the rocket launching systems adapted to providing accurate combat fire support) to the fire support needs that have changed. Accuracy and collateral damage restrict the use of tube artillery offering statistical performance, and a warhead adapted to the target and improved accuracy are required.

Modern armed forces are switching to tactical combat fire support within closer ranges, based on accurate mortars and rockets, and gradually minimize their self-propelled gun arsenals while upgrading the remaining ones. The trend is to provide more support to urban warfare operations.

Another fact – almost no military organization has purchased a new tracked self-propelled gun system. In recent years, the need for maneuvering in difficult traffic ability terrain has decreased (range will compensates for such needs, if they arise). The vehicle is problematic as far as civil infrastructure (roads, bridges and water conduits) is concerned. Its spare parts and maintenance are costly; it is restricted with regard to long journeys (e.g. between fronts) owing to the increased wear sustained by the track and suspension system in such journeys; it is costly owing to the high fuel consumption of the platform (owing to weight). Additionally, this vehicle requires specialized training for operation, servicing and driving (it is not similar to civilian vehicles), thereby necessitating a large crew per platform (for overcoming emergency malfunctions). Moreover, self-propelled guns do not enable rapid mobilization between fronts and theaters and necessitate a supporting arsenal of dedicated transporters.

A third fact – no military organization has purchased or upgraded an existing self-propelled gun system into a fully automatic system, as reducing the number of crewmen can be achieved through other improvements. Additionally, the required operational rate of fire can also be achieved through other improvements. For example, the modular propellant arsenal is not yet sufficiently mature to support, with the required degree of reliability, a responsible operational layout. Experience has shown that frequent cleaning of the breechblock, as well as clearing of malfunctions during actual firing are required, which necessitate that the turret remain manned. Primarily, however, a fully-automatic system will be costly relative to the expected operational benefit, and military authorities prefer to invest the budgets required for such upgrading in more suitable fire layouts.

So, what do the armed forces of friendly countries do? First of all, they reduce their arsenals. The armed forces of NATO have reduced their self-propelled gun arsenals to a minimum, and now rely on other fire layouts. At the same time, they have been addressing the aspects of range and accuracy. These armed forces are making serious efforts to improve the combat fire performance by making it more accurate (the M982 Excalibur extended range artillery shell already exists, other systems are still under development) and increasing its range (45, 47 and 52 caliber barrels).

At the same time, ammunition manufacturers are hard at work developing reliable modular propellants and shells offering extended range and improved accuracy. Gun manufacturers are improving the ability of their guns’ breechblocks/chambers to fire shells using more “aggressive” propellants.

In the context of this upgrading trend, manufacturers are also hard at work developing longer barrels. The efforts of developing, manufacturing and purchasing modern artillery systems by most armed forces focus on wheeled systems with long-barreled guns – 47 or 52 caliber barrels.

Most armed forces also place the emphasis on incorporating the combat support elements into a fast, reliable combat network, and then basing their fire processes on maximum automation, all the way to the actual trigger pull. Additionally, they address the entire fire cycle chain – from the Ammunition Supply Point (ASP) to the individual gun. Most armed forces also invest – having reduced their self-propelled gun arsenals – in extending the service life of the remaining arsenals, while introducing ammunition management systems that handle the ammunition from the logistic echelons to the chamber. When purchasing does take place, however scantily, it usually involves wheeled guns (Czech Republic, Sweden and Slovakia). The towed gun market is still attractive and still used by the “Western Club”, notably the USA.

But above all – nobody is purchasing any new tracked self-propelled gun system of any kind!

The fire support needs of armed forces generally and ground combat teams in particular in recent times have indicated drastic changes with regard to everything we knew in the past. There is a growing demand for immediate availability, for accuracy rates that are often uncompromising (selective and accurate engagement of pinpoint targets with minimum collateral damage), for extended ranges (in order to minimize relocating maneuvers and movement through threatened areas) and for diversified structure destruction and kill capabilities. These needs stem from the blurred nature of the enemy, the short exposure intervals of the enemy targets and mainly from the fact that the enemy often chooses to operate in a civilian environment.

Budget constraints alone necessitate that the remaining funds be invested in the most vital needs. Additionally, we should also address such considerations as the incomplete maturity and technological reliability of the aforementioned fully-automatic self-propelled gun system with no crewmen in the turret. We should ask ourselves whether we alone think differently when we opt for a new tracked and fully-automatic self-propelled gun system.

It is this writer’s opinion that the IDF units need organic close fire support, so the self-propelled gun system has a right to exist, not “at sufferance” but owing to an actual need. I urge the reader to bear in mind that in most western armed forces, the self-propelled gun system is associated, almost organically, with the brigade level – and this fact determines the system’s tactical designation. I expect that in the IDF, too, the designation and role of the brigade will intensify and change as it gradually evolves into an autonomous formation that may be mobilized between theaters, more intensively than today. Anyone who shares my view will agree that the examination of the type of self-propelled gun system and the type of chassis assigned to carry it should be based on a forward-looking, system analysis and the needs of the brigade: mobility between theaters and fronts and flexibility in particular.

I would recommend to the IDF Artillery Corps and the builders of the IDF ground force to invest in a new and modern weapon system from the category of the divisional, theater/regional fire layouts (including accurate rocket systems). I would mark the most essential things that need to be done in order to keep the existing or new self-propelled gun arsenal, so that in determining its contents and quality, the elements I have outlined are taken into consideration, including the integration of the self-propelled gun system with the introduction of mortars on the one hand and rockets on the other hand, so as to provide the much-desired operational flexibility.

In any case, a relevant and effective system should be selected, based on the criteria of range, accuracy, ammunition, auxiliary systems for ammunition management and operation and autonomy – “network self-propelled gun”.

A fully-automatic, tracked self-propelled gun system without crewmen in the turret? Absolutely not!

***
The
Third International Fire Conference on the topic "Network-Based Employment of Fire in a Dynamic Environment", which will take place on May 19th-22th. The conference is produced by IsraelDefense and the Israel Artillery Association in cooperation with the IDF Land Army HQ and IDF Artillery Corps.
For the conference website and registration Click Here

Brig
. Gen. (res.) Avigdor Klein is the owner of Avigdor K. Engineering Systems Ltd. Among the many positions he served in during his military career was that of the IDF Chief Armored Corps Officer.

Partager cet article

Repost0
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 17:55
 Tir d'un missile Aster 30 depuis une batterie SAMP/T photo DGA

Tir d'un missile Aster 30 depuis une batterie SAMP/T photo DGA

 

20/03/2014 par Guillaume Steuer – Air & Cosmos

 

C'est une question à plusieurs centaines de millions d'euros : comment MBDA va-t-il faire évoluer son offre dans la défense sol-air moyenne portée au cours des années à venir ? La réponse est à chercher, en premier lieu, du côté des partenaires européens du programme que sont la France et l'Italie. "En France, l'objectif est de lancer le programme Aster 30 Block 1 NT en 2014", rappelait le 18 mars Antoine Bouvier, pdg de MBDA, lors de la présentation des résultats 2013 de sa société.

Qu'est-ce que l'Aster Block 1NT ? Une évolution de l'Aster 30 Block 1 actuel, c'est à dire le missile mis en oeuvre par les batteries de défense sol-air terrestres SAMP/T, en service en France et en Italie. Le Block 1 NT (pour nouvelles technologies) sera ainsi doté, entre autres, d'un nouvel autodirecteur fonctionnant en bande Ka, alors que l'actuel émet en bande Ku.

Concrètement, cela doit permettre au missile de détecter et de poursuivre des cibles plus rapides ; en matière de défense contre les missiles balistiques, cette amélioration permettra d'intercepter des engins de plus longue portée, soit environ 1.500 km. Plus généralement, le programme Aster Block 1NT vise également à traiter toutes les obsolescences dont pourraient être frappés les différents composants de l'Aster 30 actuel.

 
 

Environ 300 millions d'euros cette année.

Dès la fin 2008, la DGA avait attribué à MBDA et Thales un plan d'études amont d'environ 30 M€ pour travailler sur ce sujet. Le lancement du programme à proprement parler avait en revanche été retardé à plusieurs reprises. Mais cette fois-ci, c'est la bonne, explique-t-on chez MBDA. "La loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019 prévoit bien la notification d'un contrat dès cette année", affirme ainsi Antoine Bouvier.

La documentation budgétaire associée au projet de loi de finances 2014 révèle en effet que 270 M€ devraient être engagés cette année dans ce programme, afin de couvrir "le traitement des obsolescences des munitions" et "une amélioration de performances face aux missiles balistiques de théâtre".

Mais le contexte budgétaire contraint invite à trouver d'autres partenaires pour financer ce chantier. "Il n'y pas aujourd'hui de conditions liées à un client export sur le programme Block 1NT", tempère toutefois Antoine Bouvier. Est-ce à dire que l'Aster Block 1NT sera financé uniquement en franco-français ? "Nous tâcherons de nous inscrire dans la perspective du programme Aster, c'est à dire celle d'une coopération franco-italienne pour le missile", nuance le pdg de MBDA. "Nous nous efforcerons de placer ce développement dans un cadre franco-italien, mais ce sera évidemment conditionné par les budgets italiens", ajoute le dirigeant.

 
 

La piste britannique.

D'autres pistes de coopération existent, à plus ou moins long terme, pour faire évoluer la famille Aster. "Dans la feuille de route d'évolution de l'Aster, il y a plusieurs grands domaines", souligne Antoine Bouvier. "L'un est lié au missile lui-même avec le nouvel autodirecteur de l'Aster 30, mais nous avons également des perspectives de feuille de route navale", précise le pdg du missilier européen.

Lors du récent sommet franco-britannique de Brize Norton, Londres s'est en effet dit favorable à "un dialogue bilatéral dans le domaine de la défense antimissile balistique", étudiant la possibilité d'utiliser ses destroyers Type 45 (déjà équipés d'Aster 30) pour mener cette mission, avec un missile et des capteurs améliorés.

Dernier client en date du missile Aster 30, Singapour pourrait également jouer un rôle dans de futures évolutions du missile. "L'acquisition par Singapour de l'Aster 30 terrestre va nous permettre de renforcer notre coopération sur le long terme avec la société locale ST Engineering", expliquait MBDA à "Air&Cosmos" lors du salon de Singapour le mois dernier.

 
 

Coupes claires.

En France, la LPM 2014-2019 a entériné des coupes importantes dans le programme Aster : alors qu'il était initialement prévu de commander 575 Aster 30 à MBDA, cette cible a été abaissée à 200 missiles seulement, tandis que celle des Aster 15 a été réduite de 200 à 140 exemplaires. Sept missiles Aster 30 seront livrés au client français en 2014, et 25 en 2015, date à laquelle est prévue la dernière livraison d'Aster 30.

Partager cet article

Repost0
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 13:55
BPC Vladivostok photo T. Bregaris Ouest-France

BPC Vladivostok photo T. Bregaris Ouest-France

 

MOSCOU, 20 mars 2014 marine-oceans.com (AFP)

 

La Russie "fera valoir ses droits jusqu'au bout" en cas de rupture par la France du contrat de livraison de deux navires militaires de type Mistral en raison de la crise ukrainienne, a déclaré jeudi le vice-ministre russe de la Défense Iouri Borissov.

 

"En cas de rupture du contrat sur les Mistral, la partie russe fera valoir ses droits jusqu'au bout en vertu des accords passés, et exigera notamment la compensation de tous les préjudices qu'elle pourrait subir", a déclaré le vice-ministre, cité par les agences russes.

 

M. Borissov a rappelé que des pénalités étaient prévues dans le contrat passé en 2011 en cas de rupture du contrat. Il n'en a cependant pas cité le montant.

 

"Je pense qu'il est prématuré de les rendre publiques. Nous n'en sommes pas arrivés là. J'espère que la partie française va tout de même peser le pour et le contre, et prendre la bonne décision", a-t-il poursuivi.

 

Il a estimé que la rupture du contrat porterait atteinte à la réputation de la France "face à la communauté internationale".

 

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a déclaré jeudi que l'éventuelle suspension de la vente par la France à la Russie de ces deux puissants navires porte-hélicoptères de commandement et de projection (BPC), serait décidée le cas échéant en octobre au moment de la livraison du premier exemplaire.

 

Lundi, le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius avait affirmé que la France pourrait "annuler ces ventes" si la Russie ne changeait pas de politique à l'égard de l'Ukraine et de la Crimée, la péninsule dont elle a soutenu le rattachement à son territoire malgré les protestations de la communauté internationale.

 

Cette annonce a suscité l'inquiétude des salariés des chantiers navals français de Saint-Nazaire (ouest).

 

Le contrat, conclu en juin 2011 sous la présidence de Nicolas Sarkozy, porte sur un montant de 1,2 milliard d'euros pour deux navires construit en France. La construction de deux exemplaires supplémentaires en Russie avait été envisagée.

Partager cet article

Repost0
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 13:40
Croatian defence ministry

Croatian defence ministry

 

18 Mar 2014 By Igor Salinger - FG

 

Croatia's defence ministry says the current turmoil in Ukraine “has nothing to do” with a roughly five-month delay in returning its Mikoyan MiG-21bisD fighters and UMD-model trainers that are being overhauled in Odessa, instead citing “technical problems”.

 

These include issues with integrating new navigation and communication equipment from Czech supplier CLS, along with “digital to analogue signal conversion”.

 

Being performed under a €13.9 million ($19.3 million) deal forged through Ukraine's Ukrspecexport organisation, the project includes the overhaul of the seven aircraft and the provision of five additional single-seat examples, which are being refurbished and equipped to Croatian air force specifications.

 

Assistant defence minister and former air force commander-in-chief Viktor Koprivnjak says the service's original five aircraft are “finished, except for a problematic navcomm device”, while its two UMDs are “about 95%” complete. A solution to the issue is believed to have been found, a military source says, meaning the first fighters could be returned in the coming weeks.

 

The air force on 21 February took delivery of its first two Mil Mi-8MTV/-17 transport helicopters to have been overhauled under a co-operation agreement between repair facilities in Sevastopol, Motor Sich in Ukraine and a technical facility in Velika Gorica, Croatia.

 

A second batch of four helicopters scheduled to undergo the same process this year are unlikely to be sent to the same facility in Crimea, due to tensions in the region, although a final decision will not be made for around two months.

 

Meanwhile, the Croatian defence ministry has signed a deal to train 16 student pilots from Oman for 150h each, using its Pilatus PC-9s. Also involving two Omani flight instructors, the activity will be performed at the air force flight academy in Zadar.

Partager cet article

Repost0
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 13:35
photo Israel Aerospace Industries

photo Israel Aerospace Industries

 

18 Mar 2014 By: Arie Egozi– FG

 

The Indian air force is evaluating the purchase of additional Israel Aerospace Industries Harop loitering munitions, as deliveries continue under a previous order placed in 2012.

The ground-launched Harop has some of the same capabilities as a tactical unmanned air vehicle, and features a high performance electro-optical/infrared camera. Once airborne, the system searches for, detects and attacks time-critical land- or sea-based static or moving targets, with claimed "pinpoint accuracy". IAI says the weapon can be employed across a variety of scenarios, including low and high intensity conflicts, urban warfare and counter-terrorist operations.

Such activities are monitored by an operator in a mission control shelter, who can approve or abort an engagement in real time to avoid collateral damage. Strike activities can also be conducted using a second Harop simultaneously, with this unit providing a video-based battle damage assessment, before being used to perform a follow-on attack or returning to loitering mode.

"After launch the Harop knows to stay in the air for several hours at a time, and to do so at different altitudes, up to 10,000ft [3,050m]," Boaz Levy, general manager of IAI's Missile and Space Systems division says in an article about the Harop posted on the Israeli air force website. "The ability to change altitudes opens up the possibility of synchronising the time and direction to the target," he adds.

The Indian armed forces have used a previous version of the system, Harpy, for some years.

Partager cet article

Repost0
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 13:30
Elbit Systems: Net Income Increased

19/3/2014 IsraelDefense

 

The company released its annual reports. Despite a decline in revenues in the last quarter of 2013, the annual net income rose compared to 2012. Machlis: "The results show growth in revenues and backlog”

 

Elbit Systems reported its consolidated results for the fourth quarter and full year ended December 31, 2013. According a press release, the net income in the fourth quarter of 2013 was $42.9 million (5.3% of revenues), as compared to $57.2 million (6.8% of revenues) in the fourth quarter of 2012. The non-GAAP net income in the fourth quarter of 2013 was $53.5 million (6.6% of revenues), as compared to $67.9 million (8.0% of revenues) in the fourth quarter of 2012.

 

However, the net income attributable to the company's shareholders for the year ended December 31, 2013 was $183.4 million (6.3% of revenues), as compared to $167.9 million (5.8% of revenues) in the year ended December 31, 2012. The non-GAAP net income in the year ended December 31, 2013 was $210.8 million (7.2% of revenues), as compared to $206.3 million (7.1% of revenues) in the year ended December 31, 2012.

 

Revenues for the year ended December 31, 2013 were $2,925.2 million, as compared to $2,888.6 million in the year ended December 31, 2012.

 

The leading contributors to the Company's revenues in 2013 were the airborne systems and C4ISR systems areas of operations. The increases in the airborne systems and C4ISR systems areas of operation were primarily due to increased revenues in Israel for avionic systems, command and control systems and maintenance services sold to the Israel Ministry of Defense ("IMOD"). The decrease in the land systems area of operations was mainly due to a decline in revenues for fire control and life support systems in Israel and North America.

 

The operating income for the year ended December 31, 2013 was $239.4 million (8.2% of revenues), as compared to operating income of $203.1 million (7.0% of revenues), in the year ended December 31, 2012. The non-GAAP operating income in 2013 was $278.6 million (9.5% of revenues) compared with $252.3 million (8.7% of revenues) in 2012.

 

Bezhalel (Butzi) Machlis, President and CEO of Elbit Systems, commented: “I am pleased with our 2013 full year results that show growth in revenues and backlog, as well as a continued trend of controlling operational costs. The record backlog provides us good visibility into 2014 and beyond. Our continued focus on maintaining an efficient operation, while taking advantage of synergies across the various parts of our organization, resulted in solid year over year improvements in our margins.

 

Recently, we implemented some organizational changes to enhance our market position in the areas of cyber and intelligence systems as well as commercial avionics systems. We consider both of these areas as growth engines for the Company and complementary to our traditional defense-based business lines. Looking back on last year, I believe Elbit Systems is well positioned financially, with diversification across our range of markets and business lines. We look forward to the opportunities ahead in 2014”.

Partager cet article

Repost0
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 12:50
MBDA rebondit grâce à ses exportations

 

19/03 Par Alain Ruello - LesEchos.fr

 

Le missilier a signé pour 4 milliards de contrats en 2013.

 

Tirant hier le bilan de l'année 2013, MBDA s'est félicité d'avoir atteint tous ses objectifs. Le missilier européen, filiale d'Airbus Group, MBDA et Finmeccanica, peut ainsi effacer la mauvaise passe de 2012 et s'assurer d'un plan de charges suffisant sur le moyen terme.

 

Le chiffre d'affaires est ressorti à 2,8 milliards d'euros, en léger retrait par rapport aux 3 milliards de 2012. La faute au décalage de commandes des mois précédents, le vote en France de la loi de programmation militaire (« Les Echos » du 20 mars 2013). Ce décalage a été en grande partie compensé depuis puisque les prises de commandes ont atteint les 4 milliards - l'objectif étant de dépasser 3 milliards.

 

MBDA a finalement accroché l'année dernière les grands contrats espérés plus tôt, comme le missile moyenne portée en France, le « Sea Ceptor » au Royaume-Uni, ou encore le Meteor en Allemagne. Mais c'est à l'export que les affaires ont été particulièrement heureuses, avec 2,2 milliards de commandes. Au passage, le record de 1,4 milliard est pulvérisé.

 

La bonne surprise est venue de Singapour, qui a retenu les missiles Aster 30 pour moderniser sa défense anti-aérienne. « La décision a été relativement rapide », indique-t-on au sein du missilier. MBDA a aussi fait mouche à Séoul en plaçant ses Taurus sous les ailes des F15 sud-coréens. « Pour la deuxième année d'affilée, les prises de commandes à l'export ont été supérieures à celles de nos clients nationaux », a résumé son PDG, Antoine Bouvier. Et encore, MBDA espérait que New Delhi mette enfin en oeuvre le très gros contrat SR-SAM de défense sol-air (il a été signé depuis des mois). Avec l'élection législative à venir, l'industriel veut croire que ce n'est que partie remise.

Partager cet article

Repost0
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 12:50
Indra Will Provide the Army With Seven New Victrix Simulators

 

 

Mar 19, 2014 ASDNews Source : Indra

 

With this new order, the Armed Forces will have 22 simulators for preparing international missions. The system developed at the Centre of Excellence in LeA3n has proven to be an effective training tool

 

The Ministry of Defence has awarded Indra a contract to provide seven new Victrix shooting simulators that will be installed at various Army barracks and bases. The systems, which will be delivered throughout the year, will be combined with actual training to help improve soldier preparedness.

 

The systems have been developed at Indra's Centre of Excellence in León and will join 15 other simulators that Indra delivered to the Army in previous years. These systems have proven to be effective training tools. Indra is one of the leading simulator manufacturers in the world and it has delivered 200 simulators in 23 countries for more than 50 customers.

 

Read more

Partager cet article

Repost0
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 12:40
KRET to double its income


March 19, 2014, Rostec
 

KRET has embraced a program of action for 2014-2016. The concern plans to increase sales proceeds up to 146 billion in two years and to move on from the production of separate components to the supply of integrated electronic complexes for  military and civil purposes.

 

The 2020 development strategy was embraced by the KRET last year. The concern has set an ambitious goal – to become the leader in the Russian and CIS market of airborne electronic avionics.

“The three-year action program is a sort of a «road map», which makes more specific the tasks and describes the actions of all divisions and services of the concern. Its realization is to allow us to increase the sale proceeds in 2016 by almost two times compared to 2013 and ensure the growth of KRET’s profitability from 6.3 to 11.7 billion rubles during the same time period”, said Nikolay Kolesov, CEO of the KRET.

One of the key KRET’s development areas is to become a transfer from supplying of separate components and systems to sales of the integrated airborne avionics complexes (AA). According to the concern’s plans a share of the complex decisions up to 2016 must exceed 30% of all AA supplies.

KRET plans to continue its cooperations with the leading Russian civil and military aerotechnics manufacturers - United Aircraft and Russian Helicopters. In August 2013, at the International Aviation and Space Show in Zhukovski, the concern has signed new agreements for partnerships with these companies. According to these agreements, KRET has taken responsibility for the whole life cycle of the available United Aircraft equipment, starting from the development of the visual and up to the post-sales service of the end products. Furthermore, KRET is conducting a development of new AA prototypes for the perspective helicopters in terms of agreement with Russian Helicopters.

As a result of the program’s implementation, the sale proceeds of KRET are to grow from 99.7 to 146 billion rubles with a net income of 11.7 billion rubles for the same period.

The  Radioelectronic Technologies group (KRET), a largest Russian holding of the radioelectronic sector, was founded in 2009. It specializes in production of the radioelectronic warfare and complexes, struggle, aircraft equipment for the air vessels, and metering instruments. The group’s enterprises produce also household and medical equipment, control systems and equipment for the FEC, transportation, and machine industry. KRET is a division of the Rostec  state corporations.

Source: Press Release

Partager cet article

Repost0
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 12:40
La France renvoie à octobre la décision d'une éventuelle suspension de la vente de Mistral à la Russie

 

20 mars 2014 Romandie.com (AFP)

 

PARIS - L'éventuelle suspension de la vente par la France à la Russie de deux navires de guerre Mistral, une menace brandie cette semaine par Paris sur fond de crise ukrainienne, sera décidée en octobre au moment de la livraison, a affirmé jeudi le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian.

 

La livraison du premier bâtiment a lieu au mois d'octobre, donc la question de la suspension se posera au mois d'octobre, a souligné M. Le Drian sur RMC et BFMTV. A condition que ce soit dans un ensemble de mesures qui pourraient être prises notamment au niveau européen, a ajouté le ministre.

 

Lundi, le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius avait affirmé que la France pourrait envisager d'annuler ces ventes si Poutine continue ce qu'il fait en Ukraine. Une annonce qui avait suscité l'inquiétude des salariés des chantiers navals français de Saint-Nazaire (ouest) qui avaient mis en garde contre les conséquences pour l'emploi d'une annulation de contrat.

 

Laurent Fabius a bien fait d'agiter cette menace, a néanmoins assuré le ministre de la Défense.

 

Mercredi, l'Allemagne a de son côté suspendu un vaste projet d'équipements conclu entre le groupe de défense Rheinmetall et la Russie, jugeant indéfendable le commerce d'armes avec Moscou dans la situation actuelle.

 

M. Le Drian a précisé que les deux navires Mistral commandés sont des bateaux qui ne sont pas armés, qui seront des bateaux militaires quand ils arriveront en Russie, ajoutant qu'une partie de leurs coques a été fabriquée en Russie.

 

Les bâtiments de type Mistral sont des navires de guerre polyvalents pouvant transporter des hélicoptères et des chars. La vente à la Russie de deux de ces bâtiments de projection et de commandement (BPC) a été conclue en juin 2011 pour un montant évalué à environ 1,2 milliard d'euros.

 

Qualifiant la situation en Crimée d'inacceptable, M. Le Drian a estimé que l'heure est aujourd'hui à la diplomatie ferme pour éviter toute escalade. L'hypothèse d'une intervention militaire me paraît exclue à ce jour parce que je fais confiance à la diplomatie qui est en oeuvre, a-t-il ajouté.

 

M. Le Drian a par ailleurs indiqué qu'il rencontrera vendredi à la demande du président de la République les ministres de la Défense de Pologne et des Etats baltes pour leur dire notre solidarité active et voir avec eux comment on peut accompagner leurs efforts de sécurité.

 

Il a enfin jugé vraisemblable l'annulation du sommet Russie-Union européenne qui doit se tenir en juin à Sotchi, en Russie.

Partager cet article

Repost0
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 12:35
 photo US Army

photo US Army

 

20.03.2014 journal-aviation.com (Reuters)

 

Cinq élus américains de la Chambre des représentants ont adressé mercredi une lettre au secrétaire à la Défense Chuck Hagel pour le prier d'annuler des contrats d'armement conclus avec la Russie.

 

"Etant donnés les actes récents de la Russie qui violent la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Ukraine, notamment son soutien au référendum illégal sur la sécession de la Crimée, nous vous invitons vivement à renoncer à ces contrats", y disent les députés des deux bords, qui représentent pour la plupart des circonscriptions où les principaux fournisseurs de l'armée américaine sont implantés.

 

Le Pentagone a commandé en juin 30 hélicoptères russes Mi-17 pour équiper les forces afghanes, ce qui représente un investissement de 572 millions de dollars. Sous la pression du Congrès, il a renoncé en novembre à en acheter d'autres, sans remettre en cause les commandes antérieures. (Warren Strobel, Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Partager cet article

Repost0
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 08:54
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

Brest - 18 Mars Ouest-France

 

Sous la maîtrise du Service de soutien de la flotte (SSF), pris en charge par CNN-MCO, filiale brestoise de la Compagnie Nationale de Navigation, l'aviso PM L'Her, en arrêt technique en forme n° 1, bénéficie de gros travaux. Notamment au niveau de la propulsion, dont les deux moteurs Piesltick 12 cylindres de 12 000 ch, affichent chacun 48 000 heures de fonctionnement.

 

Sous-traitant, la société Sud Moteur effectuera les visites en atelier. Pour ce faire, une brèche a été faite dans la coque bâbord de l'aviso pour sortir toutes les pièces des moteurs. SPRD qui assure la manutention a sorti les culasses d'un poids de 510 kg, pistons et bielles de 352 kg, turbo-compresseurs, chemises et accouplements de 2,5 tonnes...

Partager cet article

Repost0
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 08:50
Finmeccanica veut accélérer son recentrage sur la défense

 

 

20/03 par Pierre de GASQUET Correspondant à Rome Les Echos

 

Après deux exercices lourdement déficitaires, le groupe de défense italien a renoué avec les bénéfices en 2013.

 

L'heure du recentrage a sonné pour le groupe de défense italien. Un an après la chute de son ex-numéro un, Giuseppe Orsi, mis en examen dans une affaire de corruption internationale en Inde, le groupe italien a annoncé hier un retour modeste aux bénéfices avec un résultat positif de 74 millions d'euros pour 2013 (contre une perte de 792 millions d'euros un an plus tôt). Mais il reste encore fortement pénalisé par les pertes de sa filiale de transport ferroviaire AnsaldoBreda (environ 570 millions d'euros en 2013). A la veille de la décision du gouvernement sur le renouvellement de son mandat, l'administrateur délégué de Finmeccanica, Alessandro Pansa, cinquante et un ans - ex-directeur financier promu en février 2013 en pleine « tourmente » -, a lancé un plan de réorganisation inspiré du modèle d'Airbus.

 

« Avant de raisonner sur les noms, nous devons réfléchir sur la stratégie des grandes entreprises publiques », a lancé récemment le nouveau chef du gouvernement, Matteo Renzi. Pour le groupe de défense (détenu à 30 % par le Trésor), dont le cours a rebondi de 74 % en un an depuis la nomination du « superpréfet » Gianni De Gennaro (ex-chef de la police) à sa présidence, c'est un signal d'encouragement. Malgré la restructuration de la branche d'électronique de défense (Selex) et la vente partielle d'Ansaldo Energia à la Caisse des dépôts italienne, le développement du groupe reste encore largement freiné par le poids de sa branche transports.

 

Pôle ferroviaire en vente

 

Au centre des interrogations : l'avenir du pôle ferroviaire déficitaire AnsaldoBreda (450 millions d'euros de chiffre d'affaires et 2.400 salariés), spécialisé dans la construction de trains à grande vitesse et de matériel roulant urbain. «  Avec 450 millions de chiffre d'affaires, AnsaldoBreda doit faire face à des concurrents qui font dix fois ses revenus en moyenne [Siemens, Alstom, Bombardier]  », a souligné récemment Alessandro Pansa. Parmi les acquéreurs potentiels figurent les deux groupes chinois China CNR Corp. et Insigma, qui se sont déclarés fin février. Mais le groupe italien souhaite aussi valoriser sa participation de 40 % dans Ansaldo STS (signalisation ferroviaire) en cédant les deux activités à un seul et même repreneur. Le groupe est aussi confronté à la menace de coupes significatives dans le programme d'achat des F35 à Lockheed Martin, dont il est le sous-traitant. Une nouvelle réduction de moitié de la commande (de 90 à 45 avions) pourrait se traduire par un impact négatif de 200 à 300 millions d'euros sur son chiffre d'affaires.

 

Parallèlement, Finmeccanica discute avec Airbus, Safran et Thales en vue de la restructuration du capital de la société aérospatiale Avio Spazio, dont il détient déjà 15 %. Sans cacher sa préférence pour Airbus ou Safran, qui développent déjà les lanceurs d'Arianespace, le groupe italien se donne jusqu'à l'été pour faire une offre conjointe au fonds britannique Cinven, qui détient 80 % d'Avio Spazio. Compte tenu de ses capacités d'investissement limitées, le renfort d'un partenaire industriel de poids sera crucial.

Partager cet article

Repost0
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 08:50
Airbus Defence and Space is double prime contractor for the upcoming launch of ASTRA 5B by Ariane

 

 

Mar 19, 2014 ASDNews Source : Airbus Defence and Space

 

    ASTRA 5B will be the first of six telecommunications satellites scheduled for launch in 2014

 

Airbus Defence and Space, number two worldwide in space technologies, is preparing the launch of ASTRA 5B, which is due to be put into geostationary orbit (36,000 kilometres) aboard an Ariane 5 launcher on 21 March. ASTRA 5B is the first of six telecommunications satellites that will be launched in 2014. Airbus Defence and Space is also the industrial prime contractor for Ariane 5.

 

Astra 5B will be deployed at the orbital location of 31.5° East. It will provide extended transponder capacity in Ku and Ka bands with geographical reach over Eastern European and neighbouring markets for DTH (Direct to Home) direct-to-cable and feeding to digital terrestrial television networks. It will also carry a hosted L-band payload for the European Commission’s European Geostationary Navigation Overlay Service (EGNOS).

 

Read more

Partager cet article

Repost0
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 08:40
Rheinmetall_Defence

Rheinmetall_Defence

 

BERLIN, 20 mars - RIA Novosti

 

Le gouvernement allemand a suspendu la coopération du groupe d'armement Rheinmetall AG avec la Russie en raison de la situation autour de la Crimée, a rapporté dans la nuit de mercredi à jeudi la chaîne de télévision n24, se référant au ministère allemand de l'économie. 

Le groupe allemand en question et le ministère russe de la Défense construisent conjointement un centre d'entraînement au combat des troupes terrestres à Moulino, près de Nijni-Novgorod. Le chantier doit battre son plein cette année. Il est prévu que le centre forme annuellement 30.000 soldats. Le contrat est évalué à 100 millions d'euros. 
Le ministère allemand de l'Economie souligne que dans les circonstances actuelles, la poursuite d'une telle coopération s'avère impossible. 

La veille de cette annonce, un représentant de la société Rheinmetall avait déclaré au journal Neue Osnabruecker Zeitung que le groupe honorerait les accords avec la Russie en dépit de la réaction de l'Occident sur le rattachement de la Crimée à la Russie. 

Le groupe Rheinmetall AG est un des plus importants producteurs d'armes et de matériel militaire en Europe. 

Un changement de pouvoir s'est opéré le 22 février à Kiev. La Rada suprême (parlement ukrainien) a démis le président Viktor Ianoukovitch de ses fonctions et réformé la Constitution. Se proclamant toujours président légitime, M.Ianoukovitch a qualifié ces événements de "coup d'Etat". Moscou a aussi mis en doute la légitimité des récentes décisions de la Rada suprême ukrainienne.   

Plusieurs régions de l'Est et du Sud de l'Ukraine et la république autonome ukrainienne de Crimée ne reconnaissent pas les nouvelles autorités de Kiev. La Crimée a décidé de tenir un référendum sur son statut politique le 16 mars. Selon le bilan définitif, 96,77 % des personnes ayant pris part au vote se sont prononcées en faveur du rattachement de la région à la Russie en tant que sujet fédéral.     

Le président russe Vladimir Poutine a reconnu lundi l'indépendance de la république de Crimée et l'accord de l'entrée de cette presqu'île au sein de la Fédération de Russie a été signé mardi, provoquant une vive réaction des Occidentaux.

Partager cet article

Repost0
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 08:35
Vietnamese Army Upgraded BTR-152

BTR-152 of the Vietnamese People's Army (all photos : BaoDatViet)

 

20 March 2014 - Defense Studies

Council technical acceptance Military Region 2 recently conducted test improved , upgraded armored vehicles BTR - 152.

BTR - 152 armored cars produced by the Soviet Army and Vietnam are now widely used, however, because the BTR - 152 has gone through many years of use, this does not fit the requirements, training duties and maneuverability, the Military Zone 2 command has directed a series of improvements focused on vehicle equipment.


 


Vehicle BTR - 152 engine was fitted to diesel instead of gasoline engines before, clutch assembly, new gearbox, steering system to convert hydraulic power assist; mounting system signals, lights, horn priority, rearview mirror, upgraded drivetrain, brakes, suspension runs, roof, upgraded bodywork repair, brushed rain, fire, ventilation, communication, padded seat, tire pump, maintenance contracts set, change oil, grease clusters .

 


After improvements, upgrade the car has been running tests on different types of roads, has been tested specifically in sports coaching in schools and perform mobility tasks. Through activities, vehicles have good technical condition, the cluster system on the car stable synchronous operation ...

Through direct and organize test for driving in different terrain, the council accepted technical improvements Military Zone 2 rated outcomes and quality of content upgrades, improvements of vehicles BTR - 152 and agreed to vehicles in operation serving coaching duties, SSCD .

 


Soviet BTR - 152 was designed in 1946 and mass production started in 1950-1962 with 15,000 units shipped, serving in 25 countries around the world as of this moment .

BTR - 152 chassis designed on the basis of ZiS - 151 truck, the engine is mounted in front, the cabin was located shortly thereafter and troop transport compartment located in the rear. Several variations later used ZIL - 157 chassis.

 


Body structure is steel welding type, armor thickness from 15 - 9mm, located at the thinnest part of the floor, 4mm. Cabin has two doors, the windshield is protected by two iron plates have slots look, have private open bar.

Rear passenger compartment troops capable of carrying 1.9 tons of cargo or 18 troops. Soldiers in vehicles with guns can fight through personal loophole on both sides of the car, on/off via car by climbing through the roof because the car does not smell.

 


BTR - 152 armored vehicles were also armed with a machine gun and a 12.7mm air defense machine gun 7.62 mm. Originally BTR - 152 is mounted petrol engine cooled 11.1 horsepower ZIS - 123 allows speed 75km/h (300 liter fuel tank). 

(BaoDatViet)

Partager cet article

Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 19:50
Le bilan annuel de MBDA porté par l’export

L'Eurofighter débute ses essais en vol équipé du missile Taurus. © MBDA / J. Gietl

 

18.03.2014 Helen Chachaty journal-aviation.com

 

MBDA a présenté ce matin ses résultats annuels pour l’année 2013, une « très bonne », voire une « excellente » année au niveau des prises de commandes, selon le PDG Antoine Bouvier. Elles atteignent en effet 4 milliards d’euros - 1,8 sur le marché domestique et 2,2 à l’export - un chiffre en nette progression par rapport à l’année précédente, au cours de laquelle le missilier européen n’avait enregistré que 2,3 milliards d’euros de prises de commandes. Au 31 décembre 2013, le carnet de commandes de MBDA affiche un total de 10,8 milliards d’euros et le CA sur l’année est de l’ordre de 3 milliards d’euros.

 

Contrat de développement du programme MMP, contrat de production pour le Sea Ceptor et pour le Meteor, autant de succès qui ont permis de « renforcer la filière missile » de MBDA sur le moyen et le long terme, sur le marché domestique. A l’export, le Moyen-Orient et l’Asie-Pacifique caracolent en tête des régions les plus lucratives pour le missilier, avec respectivement 50% et 40% des commandes. Pour preuve, les contrats signés avec l’Arabie Saoudite (LEX, Storm Shadow, Brimstone, VL Mica…), Singapour (Aster 30) ou encore la Corée du Sud (missile Taurus). MBDA reste toutefois en attente de la signature d’un contrat important de co-développement et de co-production avec l’Inde, concernant le missile de nouvelle génération SRSAM (Short Range Surface to Air Missile), « une déception que je ne cacherai pas » a avoué le PDG, qui espère cependant une signature rapide.

 

Antoine Bouvier a toutefois eu le triomphe modeste, restant « modeste et prudent » pour la suite. Dans un contexte de restrictions budgétaires dans le domaine de la Défense dans la plupart des pays, il s’agit à présent de mettre l’accent sur la coopération et la consolidation, afin, entre autres, de faire face à une concurrence à l’export « de plus en plus agressive ». A cet égard, le PDG de MBDA a déclaré que la stratégie choisie était une stratégie « de persévérance, de patience, fondée sur des éléments solides, qui s’apprécie sur la durée ».

 

Il a également réitéré son attachement à la coopération européenne, avec l’exemple du sommer franco-britannique de Brize Norton de janvier dernier, qui, dans une logique de « rationalisation », « préfigure ce que devra être un jour l’industrie de Défense eu Europe ». Il mesure également l’importance de « consolider les perspectives d’avenir » et de continuer le développement des coopérations existantes.

 

Concernant la situation en France, Antoine Bouvier a déclaré que si le Livre Blanc avait confirmé la stratégie industrielle, la baisse d’activité liée aux programmes était de 40%, une réduction d’une annuité sur le budget missile, soit 15 à 20% sur la durée totale de la LPM. Une situation qui « préserve » les perspectives, avec le lancement des programmes MMP, ANL et MICA-NG, ainsi que la rénovation de l’ASMP-A, mais qui nécessite d’autant plus le renforcement des efforts à l’export.

 

Sur les perspectives d’avenir, Antoine Bouvier place les priorités de MBDA sur le gros contrat indien, ainsi que le renforcement sur les marchés européens, avec notamment la confirmation de l’Aster Block 1NT en France, le système de défense aérienne MEADS en Allemagne et le Spear III en Grande-Bretagne.

Partager cet article

Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 17:55
CS Communication et Systèmes prévoit de recruter 240 collaborateurs en 2014 dont 50% de jeunes diplômés

 

19 mars 2014 par  Jacques Marouani

 

A cette fin, CS Communication et Systèmes (CS) a conclu une convention de partenariat pour une durée de 3 ans avec l'école d'ingénieurs grenobloise Phelma.

 

En 2014, CS Communication et Systèmes envisage de recruter plus de 240 collaborateurs dont 50% de jeunes diplômés dans les domaines de l’énergie (sûreté nucléaire, simulation numérique), de l’aéronautique et du spatial, de la défense et de la sécurité.

 

Afin de mieux communiquer ses besoins en termes de ressources humaines, la société a initié un rapprochement avec l'école d'ingénieurs grenobloise Phelma. Elle vient de signer à cet effet une convention de partenariat avec l'école qui devra permettre de contribuer plus activement à l'intégration de stagiaires et de jeunes diplômés issus de Phelma.

 

Chaque année, CS propose des stages et des premiers emplois, en France et à l’international. L’entreprise souhaite ainsi communiquer sur les perspectives de carrières qu’elle peut offrir aux étudiants et de mieux préparer l’avenir. En 2013, CS a recruté 226 collaborateurs dont 50 jeunes diplômés pour intervenir sur des projets en France et à l’international.

 

Les filières Phelma concernées sont les suivantes : Génie énergétique et nucléaire (GEN), Signal, image, communication multimédia (SICOM, en commun avec Grenoble INP ‐ Ense3) et Systèmes et logiciels embarqués (SLE, en commun avec Grenoble INP – Ensimag).

 

Un tel partenariat, permet donc de renforcer non seulement l’attractivité de filières d’enseignement propres à Phelma et des filières communes avec l’Ense3 et l’Ensimag, mais aussi l’attractivité du groupe Grenoble INP.

Partager cet article

Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 17:55
Arrivée du premier Falcon 50 MS

 

 

Mise à jour : 21/02/2014 Marine nationale

 

Le CEPA/10S vient de recevoir sur la base de l’aéronautique navale de Hyères le premier F50 version SURMAR. Cet aéronef, ex-avion à usage gouvernemental, a été modifié par Dassault Aviation à Bordeaux Mérignac pour la partie avionique et structure, puis par Jet Aviation à Bâle pour l’intégration d’un système de transmission par satellite.

 

Depuis le 18 février, cet aéronef est sous la responsabilité du CEPA/10S pour achever de l’équiper de certains systèmes embarqués  et débuter son évaluation opérationnelle. Sa mise en service au sein de la flottille 24F est prévue fin mars 2014. La livraison des trois autres aéronefs s’échelonnera jusqu’en juillet 2015.

Partager cet article

Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 17:45
More information on conventional arms sales to be part of NCACC reports

 

19 March 2014 by Kim Helfrich – defenceWeb

 

The quarterly and annual reports of the National Conventional Arms Control Committee (NCACC) will from now on carry more detailed information on South African arms sales to foreign countries.

 

This undertaking was given to DA shadow defence and military veterans minister David Maynier by Justice and Constitutional Development Minister, Jeff Radebe, who chairs the NCACC.

 

Until now reports have contained only information relating to the category and vale of all conventional arms sales. Maynier said the reports should have reflected information as to the country, type, description, quantity and value of arms sales.

 

He gave the example of a recent, what he termed “controversial”, sale of armoured combat vehicles to Equatorial Guinea.

 

“It would have been reported in the NCACC’s 2013 fourth quarterly report as a Category C sale with a ZAR value of 42 300 000 to Equatorial Guinea. That’s all.

 

“With the enhanced reporting requirements the transaction would have been reported as armoured combat vehicles, mine protected Reva lll (nine vehicles) and Reva lV (three vehicles) sold to Equatorial Guinea with the value of each also given.

 

“Previously, we would never have known the transaction between South Africa and Equatorial Guinean involved 12 Reva armoured combat vehicles,” Maynier said calling it “a major step forward for transparency on conventional arms sales from South Africa”.

 

As usual with Maynier he had a sting in the tail for the NCACC.

 

“Given the human rights standard in our legislation regulating conventional arms sales, I will request an investigation by the NCACC inspectorate into the sale of armoured combat vehicles to Equatorial Guinea.”

 

For the first time since the establishment of the NCACC in 1995 detailed information on conventional arms sales will be disclosed to Parliament.

 

“The new enhanced NCACC reports will boost Parliament’s capacity to conduct oversight on South African conventional arms sales,” Maynier said.

Partager cet article

Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 16:40
Les Mistrals arriveront-ils jusqu'en Russie ?

 

MOSCOU, 19 mars - RIA Novosti


 

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a menacé la Russie de rompre le contrat pour la construction de deux porte-hélicoptères Mistral. La France désapprouve la politique du Kremlin vis-à-vis de l'Ukraine et pourrait prendre ces mesures dans le cadre d’une troisième phase de sanctions contre la Russie, écrit mercredi le quotidien Rossiïskaïa gazeta.

Apparemment les politiciens français ont déjà séparé la pression sur la Russie en étapes. Il faut croire que la première était l'annulation de la visite à Moscou de Laurent Fabius et du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian. Ils devaient rencontrer hier leurs homologues russes Sergueï Lavrov et Sergueï Choïgou en format 2+2 - une bonne opportunité d'évoquer la situation en Ukraine et de réfléchir ensemble à ce que les diplomates et les militaires des deux pays peuvent faire pour la normaliser. Cependant, Paris en a décidé autrement. La visite en Russie a été annulée et Fabius a annoncé à la télévision sa menace concernant les Mistrals. Il n'a même pas caché l'impact douloureux de cette décision pour les constructeurs maritimes français.

Plus d’un milliard d'euros : telle est la perte que subirait le constructeur du Mistral en cas de rupture du contrat selon les experts. Cet argent devait être versé au moment où le contrat serait rempli. De plus, les Français devront rembourser à la Russie toutes les avances, voire payer une pénalité dont le montant sera fixé par la Cour internationale d'arbitrage à Genève - il est évident que cette pénalité s'élèverait à plusieurs centaines de millions d'euros. L'annulation de la transaction étant initiée par Paris, tout ce fardeau financier et le règlement des litiges avec des milliers d'ouvriers français mis sur la touche reposeraient sur le trésor français. On se demande si Paris est prêt à un tel scénario. Début mars le président François Hollande disait que la France poursuivrait le contrat sur les porte-hélicoptères et espérait éviter sa rupture.

 

Et quelles seraient les conséquences de cet abandon pour la Russie et sa marine ? Rappelons que le navire baptisé Vladivostok devrait arriver dans la flotte du Pacifique d'ici la fin de l'année.

Il procède actuellement aux essais à Saint-Nazaire. C'est également à Saint-Nazaire qu'on fabrique la proue du second porte-hélicoptère Sébastopol, attendu pour 2015. Le premier pilotis du futur emplacement de ces bâtiments a été posé mi-février dans la baie d'Ulysse de Vladivostok. Il serait facile d'arrêter ce chantier si besoin. Le ministère de la Défense n'a pas encore investi beaucoup d'argent. Toutefois, en cas de rupture de ce contrat il serait nécessaire de revoir les plans des constructeurs maritimes russes participant à la construction de l'arcasse du Sébastopol. Ce ne serait pas non plus un problème car les commandes militaires des constructeurs russes sont si nombreuses qu'ils pourraient facilement passer d'un projet à l'autre, très probablement sans accrocs.

Du point de vue de l'état opérationnel de la marine, aucun cas de force majeure n'est à prévoir. L'achat des Mistrals à la France a été initié par l'ex-ministre de la Défense Anatoli Serdioukov et le chef d'état-major général Nikolaï Makarov. Beaucoup de lances ont été rompues sur cette transaction. Le besoin de tels bâtiments pour la marine russe avait été contesté par plusieurs amiraux. La nouvelle direction du ministère de la Défense n'est pas non plus unanime concernant l'exploitation de ces porte-hélicoptères. Etant donné que cette transaction était déjà lancée, l'équipe de Choïgou a dû s'occuper de près de ce problème. Si la Russie recevait ces bâtiments, elle leur trouverait une place dans la flotte. Sinon, l'argent alloué pour les Mistrals pourrait être utilisé pour acheter un autre arsenal pour la marine – de nouveaux navires, sous-marins et bâtiments logistiques. Sachant que cette fois, ce sont les constructeurs russes qui s'en occuperaient pour un coût abordable.

Partager cet article

Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 13:55
Pour Nexter, il est urgent de gagner une commande à l'export

 

18/03/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Faute d’une commande rapide à l'export de véhicules blindés, le plan de charge du groupe d'armement terrestre, notamment du site de Roanne, va être prochainement à risques.

 

Nexter vit encore des jours heureux... mais jusqu'à quand ? Car à ce jour, rien ne présage une commande export qui fasse la soudure entre la fin des livraisons début 2015 du véhicule blindé de combat français tout-terrain à huit roues (VBCI), et l'arrivée en fabrication du VBMR, le véhicule blindé multi-rôles (VBMR ) destiné à remplacer le véhicule de l'avant blindé (VAB), dont les premières livraisons sont attendues en 2018.

 

Le plan de charge du site de Roanne (800 salariés) risque d'être compliqué sans une commande rapide de VBCI, surtout après l'arrêt de l'appel d'offre de VBCI au Canada. Peut-être au Danemark, qui pourrait se décider fin 2014 en vue d'acheter au moins 250 véhicules. Voire au Liban. En tout cas, le dossier inquiète la Direction générale de l'armement (DGA). "C'est une vraie question, cela va être chaud", explique-t-on au sein de la DGA.

 

Une marge opérationnelle à 14 %

 

En 2013, Nexter a réalisé une année solide. Le chiffre d'affaires s'est élevé à 787 millions d'euros, en hausse de 6 % par rapport à 2012 (742 millions). "La part du chiffre d'affaires générée par les contrats de Maintien en conditions opérationnelles (MCO) représente environ un tiers des revenus, la part munitionnaire représentant quant à elle, un quart des revenus", a précisé le groupe d'armement terrestre dans un communiqué publié mardi soir. Pour la huitième année consécutive, Nexter affiche un résultat positif.

 

Le groupe d'armement terrestre a présenté en 2013 une marge opérationnelle consolidée de 14 % de son chiffre d'affaires (contre 10 % en 2012), confirmant une croissance organique solide. Enfin, le résultat net consolidé de Nexter s'est élevé à 74 millions d'euros, en recul de 20 % par rapport à l'exercice précédent (93 millions). "Ce résultat tient compte d'un niveau élevé de dépenses consacrées à la recherche et au développement (près de 18 % du chiffre d'affaires consolidé), dont près de la moitié est financée sur fonds propres", a souligné le communiqué.

 

"Dans un environnement durablement concurrentiel sur les marchés de défense terrestre et stable ou en régression sur les marchés occidentaux, Nexter a atteint ses objectifs de chiffre d'affaires et de rentabilité opérationnelle sans renoncer à autofinancer les efforts de préparation de l'avenir", a expliqué le groupe d'armement.

 

Des commandes stables

 

Nexter a enregistré un niveau de prises de commandes "en ligne avec la moyenne des années précédentes". Le total des commandes s'est établi à 612 millions d'euros, en baisse de 29 % par rapport à 2012 (862 millions). Deux commandes significatives, le contrat de 37 Caesar pour l'Indonésie et la commande pluriannuelle gros calibre France ont représenté 43 % des commandes de l'exercice 2013.

 

En ajoutant les tranches conditionnelles des contrats commerciaux en cours d'exécution, le carnet de commandes de Nexter s'élevait à fin 2013 à 2,6 milliards d'euros (2,8 milliards fin 2012) et représentait près de trois ans d'activité.

Partager cet article

Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 13:55
2013: une année saine pour Nexter, en attente de l’export

Le dernier-né de la gamme Nexter, le Titus - crédits: Nexter

 

18 mars, 2014 Guillaume Belan (FOB)

 

Le groupe français du terrestre Nexter vient de communiquer ses résultats financiers pour l’année écoulée. Selon le communiqué « Nexter a atteint ses objectifs de chiffre d’affaires et de rentabilité opérationnelle sans renoncer à autofinancer les efforts de préparation de l’avenir ; le Groupe a enregistré un niveau de prises de commandes en ligne avec la moyenne des années précédentes. »

 

Tout va donc bien pour le constructeur de blindés qui enregistre une année saine

 

Pour les détails: « Le total des commandes pour Nexter s’établit à 612 M€ ». Ce chiffre est atteint grâce à deux commandes significatives: le contrat de 37 canons Caesar pour l’Indonésie et la commande pluriannuelle gros calibre France, ce qui représentent 43 % des prises de commandes 2013. « En ajoutant les tranches conditionnelles des contrats commerciaux en cours d’exécution, le carnet de commandes de Nexter s’élève à 2,6 milliards d’euros et représente près de trois ans d’activité » indique le communiqué.

Le chiffre d’affaires consolidé de Nexter pour 2013 s’élève à 787 M€, « conforme aux objectifs que s’est fixé le groupe pour l’exercice 2013″. La part du chiffre d’affaires générée par les contrats de Maintien en Conditions Opérationnelles (MCO) représente environ 1/3 des revenus, la part munitionnaire représentant quant à elle, 1/4 des revenus.

 

Nexter est donc en quelques années devenu une entreprise saine et a achevé sa mue, avec des résultats positifs, qui rapporte à l’État. Reste qu’il va falloir maintenant engranger des contrats export. Les chaînes de Nexter Systems, qui marchent aujourd’hui sur des contrats Aravis et VBCI, vont bientôt voir leur cadence diminuer voir s’arrêter à l’horizon 2015… Le groupe français a donc un à deux ans devant lui pour marquer à l’export. La gamme, elle est prête: l’Aravis, le VBCI ou le dernier-né Titus doivent dorénavant s’imposer.

Partager cet article

Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 13:55
Missiles : MBDA a battu son record de commandes à l'export en 2013

Le groupe européen a engrangé 2,2 milliards d'euros de commandes à l'export en 2013 sur un total de 4 milliards d'euros.

 

18/03/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le missilier a obtenu de nombreux contrats à l'international. L'Arabie Saoudite, Singapour et Corée du Sud figurent dans le top trois des clients de MBDA.

 

2013 a été indéniablement une très, très bonne année pour MBDA à l'export. Le missilier européen a annoncé ce mardi à l'occasion de l'annonce des résultats 2013 avoir battu son record de prises de commandes à l'international (hors les commandes des quatre pays domestiques : Allemagne, France, Grande-Bretagne et Italie). Le groupe européen a engrangé 2,2 milliards d'euros de commandes à l'export en 2013 sur un total de 4 milliards. L'Arabie Saoudite, Singapour et la Corée du Sud figurent dans le top trois des clients du missilier l'année dernière. Les produits de MBDA plaisent notamment à la région Moyen Orient (50 % des commandes) et à l'Asie-Pacifique (40 %).

Du coup, le carnet de commandes repasse au-dessus de la barre des 10 milliards, à 10,8 milliards d'euros. Un record que le groupe avait déjà battu en 2012 quand il avait engrangé 1,5 milliard d'euros de commandes cette année-là. Ce qui avait d'ailleurs été l'une des très rares satisfactions de MBDA et de son PDG, Antoine Bouvier. Car les commandes au total (2,3 milliards d'euros) avaient été encore bien en-dessous du chiffre d'affaires (3 milliards d'euros). Une mauvaise habitude qui avait été prise depuis 2009.

 

Avoir un book to bill supérieur à 1

Du coup, Antoine Bouvier avait fixé pour 2013 un objectif prioritaire à ses troupes, avoir un ratio chiffre d'affaires, prises de commandes (book to bill) supérieur à 1. C'est fait. MBDA, qui a annoncé un chiffre d'affaires en léger retrait par rapport à 2012 (2,8 milliards en 2013, dont 1,7 milliards dans les quatre pays domestiques de MBDA, contre 3 milliards), a cassé l'an dernier la spirale infernale de la baisse inexorable de son carnet de commandes. C'est ce qu'a annoncé le PDG de MBDA ce mardi. D'autant que les commandes nationales ont été bien meilleures (1,8 milliards) que celles de 2012 où elles avaient été au ras du plancher (800 millions).

En France, MBDA a enfin obtenu la signature tant attendue du contrat de développement et de production du missile tactique, le missile moyenne portée (MMP) pour un montant de 400 millions. En Grande-Bretagne, le missilier a obtenu un contrat de production de 250 millions de livres du système naval de défense aérienne Sea Ceptor armé par des missiles CAMM (Common Anti-air Modular Missile). Enfin, l'Allemagne est devenue la sixième et dernière nation partenaire du programme de missile air-air Meteor à notifier en mai une commande.

 

L'Arabie Saoudite, premier client export de MBDA en 2013

C'est en Arabie Saoudite que MBDA a cartonné en 2013. Selon nos informations, le missilier a gagné cinq contrats. Tout d'abord le groupe britannique a choisi MBDA pour fournir à l'armée de l'air saoudienne le missile air-sol britannique le Dual-Mode Brimstone. En outre, il équipera l'armée de l'air saoudienne un lot supplémentaire de missiles de croisière Storm Shadow. Soit environ une commande évaluée pour MBDA à 500 millions d'euros.

MBDA participera au contrat d'Etat à Etat (LEX ou Life Extension Sawari 1) de plus d'un milliard d'euros portant sur la modernisation de quatre frégates de classe Al Medinah et de deux pétroliers-ravitailleurs de la classe Boraida mis en service en 1985-1986 (contrat Sawari I). MBDA va équiper les pétroliers de son nouveau système surface-air à très courte portée de MBDA Simbad-RC (un peu plus de 40 millions d'euros), deuxième client de ce nouveau produit.

MBDA va équiper de missiles sol-air VL Mica la Garde nationale, l'armée privée du roi commandée par le prince Mitaeb bin Abdullah, selon des sources concordantes. Ce contrat, qui s'élève à un peu plus de 150 millions d'euros, va permettre de remplacer le parc de missiles Mistral (MBDA). A terme, le missilier table sur plus de 500 millions d'euros de commandes au total.

 

Malaisie, Singapour, Corée, Nouvelle-Zélande, Indonésie et Turkménistan

MBDA a gagné un contrat portant sur les installations de tir de missiles sur les six corvettes de type Gowind, dont le design a été vendu par DCNS en Malaisie. Le montant de cette commande est évalué à un peu moins de 100 millions d'euros. Mais qui dit installations de tir dit commandes futures de missiles. MBDA doit vendre cette année des missiles surface-air VL Mica, et l'antinavire, Exocet block 3. La future commande est estimée entre 300 et 400 millions d'euros.

MBDA a obtenu en 2013 une très jolie commande à Singapour, un client référent, qui a investi dans des missiles Aster 30. Par ailleurs, le missilier a placé le Mistral en Indonésie et le Simbad-RC au Turkménistan, selon nos informations. Enfin, la Corée du sud s'est offert 170 missiles de croisière Taurus d'une portée de 500 kilomètres pour une valeur totale de 300 millions d'euros. Il a également été sélectionné par la Nouvelle-Zélande pour son système Sea Ceptor.

 

Le miracle permanent de MBDA

Chaque année, MBDA réussit un petit miracle à l'exportation. Car le missilier n'est pas vraiment aidé par les plate-formistes français (Dassault, DCNS, Airbus Helicopters…) qui ne vendent pas ou quasiment pas. Il a développé une véritable résilience qui lui permet de continuer à vendre sans l'aide des plate-formistes français. Du coup, il a dû se réorienter vers des plateformes étrangères comme le chantier naval néerlandais Damen (corvettes modulaires Sigma), qui est très actif à l'export. Et ses succès à l'export, le missilier les doit le plus souvent à son portefeuille produits sol-air (VL-Mica, Sea Ceptor, Mistral…) et antinavire (Exocet block 3). Enfin, le ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian, donne le plus souvent possible un coup de pouce au missilier.

"MBDA cartonne dans des pays où on ne l'attend pas forcément grâce à un travail de fonds des équipes commerciales", constate un bon observateur. Un travail initié par le grand patron de l'export, Jean-Luc Lamothe qui a su nouer des partenariats avec des plate-formistes étrangers. Des succès qui sont également dus à la stabilité des équipes commerciales dans les pays. Un gage de réussite sur le moyen-long terme. Grâce à cette stratégie patiente, MBDA devrait concrétiser de beaux succès cette année ou en 2015 dans des pays inattendus.

Et bien sûr, chaque année qui passe, le rapproche d'un méga-contrat, notamment en Inde avec le Rafale ainsi que le SR-SAM (sol-air), au Qatar (Rafale)

Partager cet article

Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 13:40
BPC Vladivostok photo T. Bregaris Ouest-France

BPC Vladivostok photo T. Bregaris Ouest-France

le Vladivostok, le premier des deux BPC commandés en novembre 2011 par la marine russe pour 950 millions d'euros

 

18/03/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr (avec AFP)

 

Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius envisage d'annuler la vente de navires militaires - deux Bâtiments de projection et de commandement - à la Russie.

 

La France "pourra envisager" d'annuler la vente de navires militaires français Mistral à la Russie "si Poutine continue ce qu'il fait" en Ukraine, a déclaré lundi soir le chef de la diplomatie Laurent Fabius, tout en soulignant que les autres pays européens devraient aussi prendre des sanctions. "Ca fait partie du troisième niveau des sanctions. Pour l'instant nous sommes au deuxième niveau", a précisé Laurent Fabius sur TF1.

"Si Poutine continue ce qu'il fait, nous pouvons envisager d'annuler ces ventes mais nous demanderons à d'autres, je pense notamment aux Britanniques, de faire l'équivalent avec les avoirs russes des oligarques à Londres. Les sanctions doivent toucher tout le monde", a-t-il déclaré, soulignant que l'annulation du contrat Mistral serait aussi "négatif pour les Français". En 2011, la France a signé avec Moscou la vente de deux Bâtiments de projection et de commandement (BPC) de type Mistral.

Les ministres de la Défense, Jean-Yves Le Drian, et des Affaires étrangères ont d'ailleurs reporté leur déplacement à Moscou initialement prévu ce mardi au lendemain d'un référendum en Crimée qui a attisé les tensions entre la Russie et l'Occident. Le Kremlin avait annoncé la semaine dernière que Jean-Yves Le Drian et Laurent Fabius se rendraient le 18 mars dans la capitale russe pour prolonger la discussion téléphonique sur l'Ukraine entamée le 12 mars entre François Hollande et son homologue russe Vladimir Poutine.

 

Vers un isolement de la Russie

L'Union européenne et les Etats-Unis ont sanctionné lundi de hauts responsables russes ou pro-russes ukrainiens pour riposter à Moscou après la décision sans précédent de la Crimée de se jeter dans les bras de la Russie. A Bruxelles, les ministres européens des Affaires étrangères ont décidé des sanctions - restrictions de visas et gels d'avoirs - contre 21 responsables ukrainiens et russes, tandis que Washington a sanctionné onze personnes, responsables russes ou pro-russes. De telles sanctions sont inédites dans l'histoire des relations UE-Russie depuis l'effondrement de l'Union soviétique en 1991.

L'option militaire exclue, les Occidentaux comptent sur l'impact d'un isolement international croissant de la Russie. Ils se réservent la possibilité d'imposer des sanctions économiques et commerciales (le niveau 3 évoqué par M. Fabius) susceptibles d'avoir des conséquences bien supérieures car les Etats-Unis et l'UE comptent parmi les trois principaux partenaires de Moscou.

 

Mise à l'eau du Vladivostok en octobre dernier

En octobre dernier déjà, c'était presque en catimini que les industriels (DCNS - maître d'œuvre - et STX France) ont mis à flot à Saint-Nazaire, le Vladivostok, le premier des deux BPC commandés en novembre 2011 par la marine russe pour 950 millions d'euros, l'un des très rares gros contrats signés lors de la présidence de Nicolas Sarkozy. Les BPC sont des bâtiments longs de près de 200 mètres environ. Le Vladivostok dont la construction a débuté en février 2012, devrait être remis fin 2014 à la marine russe à l'issue des essais en mer.

Le chantier russe de Saint-Pétersbourg OSK a participé à la construction du Vladivostok en tant que sous-traitant de STX France. Il a notamment assemblé la partie arrière du BPC avant qu'elle ne soit acheminée vers Saint-Nazaire. Lancé en 2000, le programme BPC est un peu aujourd'hui le "couteau suisse" de la marine française, qui en a reçu trois exemplaires (Mistral, Tonnerre et Dixmude). Il peut aussi bien servir de porte-hélicoptères (6.400 mètres carrés de pont d'envol), de transport de matériels (jusqu'à 59 blindés, dont 13 chars Leclerc), de bateau de commandement grâce à son système de communication (Thales), de navire hôpital ainsi que d'évacuation de personnes. Lors de l'opération Baliste lors du conflit entre le Liban et Israël en 2006, 4.753 personnes avaient pu être ainsi évacuées.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories