Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 11:55
A400M (photo Armée de l'Air) - FREMM (photo DCNS)

A400M (photo Armée de l'Air) - FREMM (photo DCNS)

 

19 mars 2015 l’Oeil du 20 heures

 

Et si notre armée partait bientôt en guerre avec des véhicules de location ? Si l’idée paraît étonnante, elle n’en est pas moins prévue par le ministère de la Défense. Dans le cadre de la loi Macron, le gouvernement a fait passer un amendement qui a attiré l’Oeil du 20h. Ce texte permet au ministère de la défense d'effectuer un drôle de passe-passe budgétaire en l'autorisant à vendre des frégates militaires et des avions de transports à des sociétés créées de toute pièce pour l'opération puis à louer ce même matériel à ces mêmes sociétés.

 

Lire l’article

Partager cet article
Repost0
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 11:30
Cheikh Tamim bin Hamad Al Thani, Emir de l’Etat du Qatar - photo PR Elysée

Cheikh Tamim bin Hamad Al Thani, Emir de l’Etat du Qatar - photo PR Elysée

Dans le domaine de l'armement, le jeune émir Tamim ben Hamad Al Thani fait lanterner la France.

 

23/03/2015 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Sait-on en France qui décide au Qatar à l'exception de l'émir ? Pas sûr car cela semble aujourd'hui éminemment plus complexe... C'est d'ailleurs peut-être pour cela que la France avance en aveugle sur le Rafale à Doha, qui n'a toujours pas répondu à un courrier envoyé par François Hollande il y a une vingtaine de jours environ.

 

Mais que veut finalement Doha? C'est la question qui trotte dans la tête de la plupart des dirigeants des grands groupes de l'armement français. Car, près de deux ans après son accession au trône, le jeune émir Tamim ben Hamad Al Thani n'a conclu ni dans un sens dans l'autre aucune des campagnes commerciales qui sont très prometteuses pour la France, y compris celles où un protocole d'accord a déjà été signé comme pour les (hélicoptères de transport NH90 (Airbus Helicopters) et les avions ravitailleurs MRTT (Airbus Defence).

Toutefois, ces campagnes prometteuses le sont depuis plus de trois ans maintenant alors que la Coupe du Monde, prévue en hiver 2022, approche à grand pas. "Nous avons deux interrogations, résume pour "La Tribune" un patron du secteur, nous ne connaissons pas clairement les objectifs de Qatar en matière d'achats d'armement et nous n'avons pas identifié quels sont les leviers à actionner pour faire avancer un dossier quand il arrive au Palais". Car, clairement une fois qu'un dossier est transmis par le ministère de la Défense au Palais de l'émir, il se perd dans les couloirs.

 

Le Palais, une boite noire?

"Le Palais est une véritable boite noire, nous ne savons pas ce qui s'y passe", confirment des sources concordantes, qui connaissent pourtant très bien le pays. "Au Qatar, c'est extrêmement compliqué, souligne un industriel qui négocie depuis plus de 20 ans avec les Qataris. Et si l'on regarde ce qu'a fait Hamad Ben Khalifa Al-Thani dans l'armement, il n'a pas fait une seule opération d'envergure entre 1995-2013, mais en revanche il a beaucoup pratiqué la diplomatie financière. Conclusion, le Qatar fait très peu d'acquisition dans la défense à l'exception du domaine défense anti-aérienne pour protéger les installations gazières".

Ce qui fait dire aujourd'hui à certains grands industriels que la garde rapprochée de l'ancien émir, et/ou ce dernier lui-même tire encore les ficelles. Toutefois, Tamim ben Hamad Al Thani s'appuierait beaucoup sur le chef d'état-major des forces armées qatariennes, le général Ghanim bin Shaheen al Ghanim qui aurait sa confiance.

 

Une lettre de François Hollande à Al Thani

Du coup, la France rame. Mais le fil des discussions n'est pas rompu. Loin de là. En piste pour la vente de 24 Rafale (+ 12 option), Dassault Aviation et ses partenaires (Safran et Thales) ont récemment envoyé une proposition engageante (Best and final offer) à Doha, qui aurait fait tiquer. Dans la foulée, François Hollande a envoyé il y a une vingtaine de jours un courrier à l'émir Al Thani. Pas de réponse à ce jour, selon nos informations, alors qu'en novembre l'émir souhaitait pourtant conclure les négociations sur le Rafale avant la fin de 2014. D'ailleurs, il aurait été très mécontent que l'Égypte lui souffle le premier contrat Rafale, et l'aurait fait savoir à son équipe de négociateurs.

L'autre dossier prioritaire concerne la vente des trois frégates ATBM (défense antimissile balistique) de 4.000 tonnes, armées de missiles Aster 30 (MBDA et Thales) et de missiles mer-mer Exocet (MBDA). Un dossier à 2,5 milliards environ (sans les armements) qui avance plutôt bien.

 

Et les États-Unis?

Ce qui vaut pour la France, vaut également pour les autres pays. Y compris les États-Unis, qui ont pourtant convoqué les Qataris à Washington pour les obliger à signer des contrats. Mais à ce jour, selon les sources interrogées par La Tribune, rien n'a été signé, y compris les accords d'une valeur de 11 milliards de dollars annoncés en juillet 2014 entre Doha et Washington (missiles Patriot et hélicoptères Apache).

Lors de IDEX à Abu Dhabi en février, de très nombreux hauts responsables qataris sont partis en plein cœur du salon pour Washington pour négocier d'autres accords d'une valeur de plus de 20 milliards de dollars. Notamment l'acquisition d'environ 70 avions de combat F-15 de Boeing avec un volet support très complet, comprenant la mise à disposition de pilotes américains. "Les F-15 pourraient passer avant le Rafale", craint-on même à Paris.

Partager cet article
Repost0
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 08:55
Mirage 2000H - photo Guillaume Carré

Mirage 2000H - photo Guillaume Carré

 

Defens'Aero

 

Au mois de Juillet 2011, Dassault Aviation et Thalès ont signé avec l'Inde un contrat portant sur la modernisation d'une cinquante de Mirage 2000H (monoplace) et Mirage 2000TH (biplace) appartenant à la Force Aérienne Indienne.

 

Ces appareils, acquis dans les années 80, commençaient sérieusement à vieillir, et à devenir obsolètes face à des avions construits ces dernières années. C'est pourquoi, l'Inde, qui veut s'assurer d'être un pays leader et puissant en Asie, tout en ayant les moyens de pouvoir contrer les menaces qui déstabiliseraient son état, en particulier avec les tensions très vives qui existent avec son voisin, le Pakistan.

Cette modernisation, d'un montant de 2,4 milliards de dollars, apporte donc à Delhi et à sa flotte de Mirage 2000H/TH un nouveau souffle avec l'implantation d'un nouveau radar plus puissant, d'un système de contre-mesures plus efficace, la possibilité d'emporter des missiles air-air MICA IR et MICA EM, dont 500 ont été commandés, un viseur de casque, une nouvelle avionique, ainsi que des calculateurs internes modernes.

 

Suite de l'article

 

Galerie Flickr du photographe, à visiter : Cliquez ici .

Partager cet article
Repost0
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 08:35
Korea Aerospace Industries FA-50 fighter (KAI photo)

Korea Aerospace Industries FA-50 fighter (KAI photo)

 

21 March 2015 By Jose Katigbak, STAR Washington bureau – Pacific Sentinel

 

WASHINGTON – The Philippines is planning to purchase 24 more combat aircraft, adding to the 12 FA-50 fighter jets it had ordered from South Korea in 2014, the Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI) said.

 

It did not specify when or from whom the aircraft would be ordered.

 

The FA-50s were the first order by the Philippines for advanced combat aircraft in decades amid the increasing tensions with China over disputed territories in the South China Sea.

 

The SIPRI report from Stockholm on Monday said the five biggest weapons exporters in 2010-14 were the United States, Russia, China, Germany and France, and the five biggest importers were India, Saudi Arabia, China, United Arab Emirates and Pakistan.

 

The top five exporters were responsible for almost 74 percent of all arms exports.

 

Read the full story at The Philippine Star

Partager cet article
Repost0
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 16:40
Mistral, Delayed Submarine Projects May Cause Euro 300 Million loss to DCNS - photo F. Dubray

Mistral, Delayed Submarine Projects May Cause Euro 300 Million loss to DCNS - photo F. Dubray

 

March 17, 2015 defenseworld.net

 

The French Mistral helicopter carrier Vladivostok could be relocated from Saint-Nazaire to Brest Naval base due to high maintenance costs, Local media reported.

 

DCNS and STX shipyard operators are subject to port and maintenance fees of about $2.7 million. It is rumored that the companies might think of relocating the aircraft carrier to join the naval base in Brest, Le Telegramme reported Monday.

 

Controversy erupted with non delivery of the Mistral ships to Russia after US and allied European countries imposed sanctions against Moscow in regard to Ukraine conflicts. France was to deliver the ship in November last year.

 

General Director of Russian state-run arms exporter Rosoboronexport Anatoly Isaykin had announced in January that Moscow will make a final decision on the non-delivery of Mistral ships by May.

 

If the Mistral ships are not delivered, Paris is obliged to return money Moscow paid, Isaykin had said.

 

Non delivery of the Mistral amphibious assault ship to Russia and delays in the Scorpene and Barracuda submarine projects to different customers has weighed down on the financials of DCNS.

 

In addition, a delay in the civil nuclear program of France has affected revenues of DNCS. The loss of DNCS is also expected to affect the financials of Thales which owns 35 percent of DCNS.

 

However, its performance may improve in 2015 due to a recent contract with Egypt to supply warships and another with Saudi Arabia for patrol vessels.

Partager cet article
Repost0
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 12:55
Saison des stages pour les élèves de l’École de l’air

Stages 2015 de l'École de l’air

 

20/03/2015 Armée de l'air

 

Le mois de mars signe le début de la période de stage pour les élèves de troisième année de l’École de l’air (EA), de Salon-de-Provence.

 

Le stage de fin d’études est la dernière étape de leurs trois années de formation d’ingénieur. Les élèves-officiers vont pouvoir mettre en application les connaissances qu’ils ont acquises, dans un contexte industriel ou de recherche. Pendant 15 semaines, ils se formeront en France ou à l'étranger au sein d’universités prestigieuses comme Berkeley, l’Embry Riddle aeronautical university, l’Universität der Bundeswehr, ou l’École royale militaire de Belgique. D’autres ont fait le choix d’entreprises majeures telles que Dassault, Thales, Airbus, la commission maritime d’expertise, le centre national d’études spatiales ou encore de centres de recherche de premier plan comme l’ONERA ou le Von Karman Institute...

 

Actuellement, deux élèves-officiers ont la chance de participer à la mission Solar Impulse 2 pour leur stage de fin d’études. Intégrés dans l’équipe technique, ils accompagnent ce tour du monde en avion solaire.

 

Ces stages ont pour but de permettre aux élèves de l’EA de développer leur autonomie, leur curiosité, et leur esprit d’initiative, par l'élaboration d'un raisonnement scientifique pour répondre à un problème donné.

 

Ils regagneront tous Salon-de-Provence à la fin du mois de  juin pour présenter les résultats de leurs travaux lors de soutenances orales qui concrétiseront trois années intenses de travail. Trois années au cours desquelles ils auront acquis le bagage indispensable pour débuter efficacement leur carrière d’officier au sein des unités opérationnelles de l’armée de l’air.

Partager cet article
Repost0
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 12:55
Renault Trucks Defense delivered several trucks to the French Armed Forces

 

 

03/19/2015 By VMSB – Defesa Global

 

Renault Trucks Defense (Volvo Group Governmental Sales) revealed it has delivered several trucks to the French Armed Forces including 25 C380 6×4 trucks to partially replace the G290 VTL truck with further 20 soon to be delivered. The company also supplied 9 K430P 6×6 water tank trucks and 4 K460P trucks. All the vehicles were purchased by the French public procurement grouping UGAP (Union des Groupements d’Achats Publics).

Partager cet article
Repost0
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 12:50
U.S. Black Hawks in Iraq. Photo:U.S. Department of Defense/Army Sgt. 1st Class Antony Joseph.

U.S. Black Hawks in Iraq. Photo:U.S. Department of Defense/Army Sgt. 1st Class Antony Joseph.

 

LODZ, Poland, March 20 By Richard Tomkins (UPI)

 

Sikorsky Aircraft and PZL Mielec promise to invest $200 million in Polish Military Aviation Works facilities if they win the contract.

 

Sikorsky Aircraft and its Polish subsidiary will invest in Polish Military Aviation Works facilities if awarded a government contract for new military helicopters.

 

PZL Mielec said the investment would be nearly $200 million and establish service and repair units for UH-60 Black Hawk helicopters in plants of Polish Military Aviation Works, or WZL-1, in the cities of Lodz and Deblin.

 

"For WZL-1 it will be a technological revolution," said PZL Mielec. "Above all, it is the acquisition of new technology and competence in the field of aircraft service and repairs, replacement of machines and devices, and most importantly a move away from the current 'Soviet' approach to the service of aviation equipment and replacing it with 'Western' methodology."

 

"The acquired competences are also the chance for WZL-1 to join to the global support and service network of Sikorsky Aircraft and achieve in the future opportunity for providing improvements and modernization to the worldwide fleet of Black Hawk helicopters."

 

The Polish military plans to acquire as many as 200 helicopters -- transport as well as combat -- in the coming years to modernize its aviation capabilities.

Partager cet article
Repost0
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 12:30
Défense: 3 microsatellites Samson ont été lancés à partir d’un avion

 

March 8, 2015 by israelmagazine

 

3 microsatellites Samson ont été lancés à partir d’un avion, sur une orbite basse de 300/600 km, en formation. Mis au point par le Technion de Haïfa, sous la direction du Pr Pini Gourfil, en coopération avec les sociétés Rafael et Israel Aerospace Industries, chaque satellite est construit à partir de six cubes dont le volume ne dépasse pas 10cm3 et pour un poids total de 8kg. Ces microsatellites ont pour but de localiser en un court délai un point sensible, afin de faciliter des sauvetages ou des interventions rapides suite à un désastre. D’autres applications sont également envisagées comme l’élaboration d’une plate-forme de communication rapide et de photographie à très haute résolution…

 

Suite dans Israël Magazine n°170.

Partager cet article
Repost0
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 12:20
Skystar 180. - photo RT LTA Systems Ltd

Skystar 180. - photo RT LTA Systems Ltd

 

19.03.2015 .i24news.tv

 

Skystar 180 est un système de surveillance unique au monde qui fonctionne depuis la terre

 

L'armée américaine vient d'approuver l'achat d'aérostats après les avoir listé comme produit de défense - un processus long et difficile aux USA - a annoncé la société israélienne fabricante RT, cette semaine.

 

Le ballon de surveillance Skystar 180 a passé avec succès les tests de l'armée US (connus sous le nom d'AEWE), qui sont effectués une fois par an, pour agréé de nouvelles technologies de défense.

 

Ce système a été fréquemment utilisé par l'armée israélienne sur Gaza pendant l'opération Bordure protectrice l'été dernier. Il comprend notamment une charge de multi-capteurs miniatures fabriqués pas une autre société israélienne, CONTROP.

 

Le programme AEWE, qui se tient annuellement à Fort Benning, en Géorgie, est utilisé par l'armée américaine pour encourager les sociétés du monde entier à soumettre des dispositifs et des produits prêts à la production pour approbation.

 

"La sélection et l'approbation de SkyStar 180 par l'armée américaine est une preuve de qualité du système et de ses capacités technologiques de haut niveau", a déclaré le PDG de RT, Rami Shmueli.

 

"Nos systèmes d'aérostats - uniques au monde - sont les seuls à pouvoir fournir une surveillance aérienne à longue distance qui peut fonctionner jusqu'à 1.000 mètres d'altitude".

 

SkyStar 180 est un petit ballon mobile conçu pour la "surveillance tactique" pouvant aller de la sécurité publique, policière ou militaire. Il peut transporter des charges électro-optiques allant jusqu'à 20 KG et un relais de communication tout en restant attaché à terre.

 

L'aérostat offre, par ailleurs, une couverture de surveillance pouvant aller jusqu’à 72 heures et n'a besoin que de deux personnes pour entretenir et exploiter le système.

 

L'année dernière, RT a commencé à fournir en aérostats la police israélienne, qui les utilise pour aider à contrer les émeutes palestiniennes à Jérusalem-est.

Partager cet article
Repost0
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 12:20
GBU-53B SDB-II - photo Raytheon

GBU-53B SDB-II - photo Raytheon


21.03.2015 par Info-Aviation
 

Lockheed Martin est en train de développer un pod de cyber-attaque pour le F-35 Lightning II dans le cadre d’une intégration d’armes cinétiques, a déclaré le responsable exécutif du programme le 17 mars.

 

« L’industrie développe un pod qui n’altèrera pas la signature radar de l’avion », a déclaré le contre-amiral Randy Mahr à la conférence de l’association Precision Strike à Springfield (Virginie). Il a ajouté que ce système offensif était dans la « phase de prototypage » et qu’il n’était pas conçu par Lockheed Martin (tout en refusant de nommer le développeur).

Parallèlement, le contre-amiral Mahr a déclaré que le F-35B à décollage court et atterrissage vertical (STOVL) serait compatible avec la nouvelle bombe Raytheon GBU-53/B SDB II (Small Diameter Bomb Increment).

La soute du F-35B est toutefois limitée et l’emport d’une GBU-53 nécessitera quelques adaptations.

« La SDB II s’adaptera au F-35B », a précisé le contre-amiral Mahr. « Nous devons simplement passer une ligne hydraulique et un faisceau de fils d’un demi-pouce de chaque pour la faire rentrer ».

Il a précisé que la SDB II était encore en développement et ne serait pas prête pour l’intégration avant l’achèvement du F-35 Bloc 4.

Partager cet article
Repost0
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 08:55
Leclerc-VBCI (Nexter- photo G. Belan) - LEOPARD 2 A5 (KMW)

Leclerc-VBCI (Nexter- photo G. Belan) - LEOPARD 2 A5 (KMW)

 

March 21, 2015 By Pierre Tran – Defense News

 

PARIS — Nexter and German family-controlled Krauss Maffei-Wegmann are on track to forge a cross-border link up in the land weapons sector this year, the French state-owned company said.

 

"On July 1, 2014, the shareholders of the two French and German companies signed a memorandum of understanding for an equally owned alliance. This project is progressing and should produce concrete results in 2015," Nexter said in a March 17 statement with financial results for 2014.

 

On the business front, the Direction Générale de l'Armement has awarded a contract worth some €330 million (US $349.4 million) to Nexter Systems to upgrade 200 Leclerc tanks and 18 tank recovery vehicles with delivery from 2020, the procurement office said in a statement March 12.

 

Defense Minister Jean-Yves Le Drian has written into his 2015 agenda an agreement for the joint venture deal in July or August, an announcement which caught some in industry by surprise.

 

The proposed joint holding company is named KMW and Nexter Together, or KANT. The Bode family controls KMW through the Wegmann firm.

 

An accord in the summer, however, seems unlikely as there is a political drag effect due to Nexter's privatization being caught up in an attempt to liberalize the ailing French economy.

 

There is no problem on the industrial front as Nexter and KMW opened up their books for due diligence and that detailed examination of their businesses will lead to a valuation of the two companies. That scrutiny is going ahead smoothly even if the conclusion might miss the April 1 deadline, an industry source said.

 

The due diligence allows the two shareholders to negotiate the valuation and whether amounts must be paid to bring each side to the 50:50 share in the holding company.

 

On the political front, France must privatize Nexter to allow the company to form the planned joint holding company with KMW. However, that will likely take longer than expected as the privatization has been written into a wide-ranging draft legislation proposed by Economy Minister Emmanuel Macron, a former investment banker who seeks to inject more competition into the domestic economy.

 

The proposed Macron law has run into strong political resistance from both the Union pour un Mouvement Populaire conservative party and left wing of the Socialist Party. That will likely delay the joint venture agreement to the autumn, the source said.

 

There was lively debate on Feb. 9 in the lower house National Assembly amid concern Germany would restrict exports of the alliance, particularly to Saudi Arabia, as the Economics Minister Sigmar Gabriel has spoken against foreign arms sales.

 

Macron acknowledged there is a German "political sensitivity" on weapon exports "but the option taken is to develop strategic and commercial synergies with our German partner so that it is not a barrier to continue to define a common policy and to deal with this sensitivity, which is a reality, but to be frank poses more problems for Airbus than for this joint project."

 

KMW Chairman Frank Haun on Jan. 14 told the French National Assembly defense committee the alliance would work over the next five years developing a tank — whether it be called Leopard 3, Leleo or Leoclerc — and the new heavy armored vehicle could be delivered 2025-2030 to replace the Leclerc and Leopard 2.

 

The Russians are working hard on tank development, and Nexter and KMW could exchange their "very interesting" technology to build replacements for the Leclerc and Leopard, he said.

 

Fully automated artillery, smart munitions and laser weapons are among the new weapons on which the KANT alliance would work, he said.

 

Nexter Chairman Philippe Burtin told the committee the Scorpion Army modernization program will generate an average annual €200 million of work.

 

The companies will have five years to see if the alliance works and if not, they can back out, Macron said.

 

Macron told the French lower house Feb. 9 that under the bilateral agreement there would be five years of stability, which would allow each side to see whether the alliance worked. The joint holding company will take charge of commercial and product launch strategy, while industrial production will stay with the operating companies and under domestic management.

 

"It would be possible, after five years and before a decision which would aim to bring the operating companies to the level of the joint holding company, to go into reverse," Macron said.

 

The contract to upgrade the Leclerc tank was signed March 5, a DGA spokesman said.

 

The modernization will fit the tank into the Contact tactical radio and the Scorpion information and command system, the DGA said. There will also be new armor kits to protect against threats such as improved explosive devices.

 

The upgrades are intended to maintain the Leclerc's "first entry" capability in an international coalition beyond 2040, the DGA said.

 

Nexter reported 2014 sales of €1.1 billion, compared with €787 million a year ago. That 2014 figure includes the sales of Mecar and Simmel Difesa, two munitions firms bought from Chemring last year. Detailed figures were not immediately available.

 

The acquisitions boosted the ammunition activity to €883 million.

 

Exports accounted for 53 percent of sales.

 

Net profit rose to €118 million from €74 million, with the former boosted by the acquisitions. Orders rose to €1.2 billion from €612 million, with foreign orders making up 53.2 percent.

 

The order book stood at €5 billion, of which €2.8 billion are conditional tranches of contracts.

 

On March 18, 2014, Nexter said on the 2013 results that the order book stood at €2.6 billion or nearly three years of business.

 

Operating profit was 13 percent of sales, down from 14 percent a year ago.

 

In the Scorpion program, Nexter will work on development and building the chassis for the Véhicule Blindé Multirole, a six-wheel troop carrier named Griffon, and Engin Blindé de Reconnaissance et de Combat, a six-wheel combat vehicle named Jaguar. Renault Trucks Defense will work respectively on the engine and driveline, and Thales on electronics and communications systems.

Partager cet article
Repost0
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 08:40
Mi-28NM helicopter

Mi-28NM helicopter

 

March 19, 2015 asian-defence.net

 

It could take Russia about three years to complete the development of a fifth-generation attack helicopter and start testing its prototype, a defense industry official said Wednesday. The Mi-28NM, a modernized version of the Mi-28N Night Hunter attack helicopter that is being upgraded to standards of a fifth-generation aircraft, has been in development since 2008. “I think we will need no more than three years to develop a new modernized version of the Mi-28N helicopter,” said Andrei Shibitov, chief executive officer of the Russian Helicopters company.

 

Shibitov did not specify the characteristics of the future combat helicopter, but he was quoted earlier by the Russian media as saying that the criteria for a fifth-generation attack helicopter must include low radar signature, an extended flying range, an advanced weapons control system, the capability to combat fighter jets and have a speed of up to 600 kilometers (370 miles) per hour.

Partager cet article
Repost0
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 08:35
JF-17 Block 2 makes first flight ahead of Block 3 improvements

 

March 19, 2015 by asian-defence.net

 

The first Block 2 JF-17 Thunder combat aircraft made its maiden flight from the Pakistan Aeronautical Company (PAC) facility at Kamra on 9 February.

 

The aircraft (serial number 2P01) made three more successful flights before being taken to the paint shop in mid-February. The test flights came as a boost as PAC continues to look for a first export customer for its platform.

 

Air Commodore Ahsan Rafiq, Deputy Chief Project Director (Operations) JF-17 and a former commanding officer of the JF-17 Test and Evaluation Unit, described the Block 2 version as "an upgraded Block 1 with an air-to-air refuelling (AAR) probe, enhanced oxygen system [to allow the pilot to stay in the air longer], and improved electronic countermeasures system (ECS)".

 

The Pakistan Air Force (PAF) has a contract for 50 Block 2 JF-17s but as Air Cdre Ahsan pointed out, "the full AAR system will not appear until the 29th jet, which should fly later this year [at Chengdu Aircraft Corporation (CAC) in China]."

 

In a further development that sends a clear signal that PAC and Chinese marketing partner CATIC intend business in the international arena, the Block 2 JF-17 will also have a two-seater version, which is now being developed at Chengdu according to the PAF's requirements.

 

"We know potential customers would like to see a two-seater, although it is not such a big deal for the PAF, which started flying several types, [A-5, F-6, F-7P and F-7PG] without a training version," Air Cdre Ahsan said. "This will give us the chance to show potential suitors how the jet can perform in the air."

Partager cet article
Repost0
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 08:35
First Upgraded IAF Mirage 2000 Photo Dassault Aviation

First Upgraded IAF Mirage 2000 Photo Dassault Aviation

 

March 20, 2015 by asian-defence.net

 

India will get its first upgraded Mirage 2000 later this month from France under a Rs 10,000 crore deal.

 

French defence major Dassault Aviation, the original manufacturer of the fighter jet, will hand over two upgraded aircraft to India on March 25 at the Istres Dassault Aviation Flight Test Center.

 

India had in 2011 signed an upgrade programme worth over Rs 10,000 crore with Dassault Aviation for upgrading the fleet of its Mirage 2000 aircraft totalling 51.

 

However, at least three aircraft have been lost in crashes since then.

 

The firm, which is negotiating a multi-billion dollar deal for supplying 126 Rafale combat aircraft to India, has said that after the successful completion of this phase, the rest of the fleet will be upgraded in India by state-run HAL with help from Dassault and Thales, another French firm.

 

The IAF had started procuring the Mirage 2000 in the early 80s and the upgrade is likely to expand its life span by around 10-15 years.

 

The upgrades on the aircraft include a night vision goggle-compatible glass cockpit, advanced navigational systems, advanced Identification Friend or Foe (IFF) system, advanced multi-mode multi-layered radar, fully integrated electronic warfare suite besides others.

Partager cet article
Repost0
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 08:30
'No Turning Back' for IMI Sale

 

March 21, 2015 By Barbara Opall-Rome – Defense News

 

TEL AVIV — Israel has passed the point of no return in its plans to sell Israel Military Industries (IMI) to the highest qualified bidder by the end of this year, according to the man charged with overseeing privatization of the nation's oldest defense firm.

"There's no turning back … We're now in a process that won't be stopped," said Ori Yogev, head of the Government Companies Authority (GCA).

After decades of discussion and short-lived privatization plans, the government formally published its request for bids this month.

By autumn, the government aims to announce the winning bidder or consortium of investors in IMI Systems, a restructured, debt-free, advanced technology-oriented spinoff of IMI, an 82-year-old firm that predates Israeli independence.

Up to 90 percent equity in the new firm is being offered to eligible foreign investors, with transaction closing slated by the end of December.

In an interview shortly before last Tuesday's election, Yogev said neither the current lame duck government nor the one to be formed under fourth-term leadership of Prime Minister Benjamin Netanyahu are interested or even capable of halting the process.

"We have the force of a formal government decision driving this and there is consensus among all the political players," he said.

"There won't be a new defense minister who can do anything differently. We would need a new prime minister, finance minister and defense minister to jump in and battle the consensus, and that simply won't happen."

In April, the GCA, IMI management and advisers from Stifel, Nicolaus & Co. — a US-based brokerage and investment banking firm hired by the government to assist in the sale — will embark on a road show aimed at cultivating interest among prospective buyers in the US and possibly Europe.

Candidates have until May 15 to notify the government of their interest, after which they will be screened by the Israeli Defense Ministry to access GCA's data of IMI financials, technology development programs and backlog of orders. Access to GCA's data room will require a $1.5 million bank guarantee.

"At this stage, the [bank guarantee] allows preliminarily certified candidates into the data room where they'll see the entire agreement, closing schedules and all they need to conduct due diligence. Then, if they decide they really want to bid, candidates will undergo a final screening by MoD to determine eligibility," Yogev said.

Under the closure of sale process, MoD-cleared candidates have until mid-September to submit bids, along with a prerequisite $8.5 million bank guarantee. The government plans to sell IMI to the highest bidder, with transaction closing slated by the end of the year.

"In the meantime, it could be that some of the international and local parties may want to join forces, since the government is requiring an Israeli partner with at least 10 percent equity," Yogev said.

He noted that the government retains the option to negotiate a best and final offer, should offers fall short of IMI's assessed value of some $600 million.

He confirmed locally published accounts that the government has subsidized IMI to the tune of 2.5 billion shekels (US $620 million) over the past decade, primarily to cover pension expenses of employees long absent from company rosters.

"We are taking all the problems of the past and leaving them in the government's hands," Yogev said.

"All the agreements are signed. More than 1 billion shekels have been budgeted to prepare for this privatization… Already 800 workers have left IMI and there is a plan for a few hundred more during the course of the year," Yogev said.

"The company we're offering is debt-free and cleansed of all legal claims. It's a company with a rich heritage that boasts a record backlog of more than $2 billion based on fully transparent and internationally accepted accounting procedures," Yogev said.

 

Vital Strategic Asset

Designated by the government a vital strategic asset, the new firm will remain an Israeli company, managed by Israeli nations and subject to Israeli laws and Defense Ministry security procedures.

According to data posted on the GCA's website, candidate investors will be disqualified if they are: "a hostile state; a citizen or resident of a hostile state; a corporation that was signed or whose center of business is in a hostile state; a corporation controlled by a hostile state or citizen and/or resident of a hostile state; or a foreign state."

The company will be sold as a single entity apart from heavy rocket propulsion systems and other classified programs that will remain in government hands under a new company, called Tomer, to be managed by MoD.

Yogev estimates that all but "a few hundred million shekels" of IMI's $2.125 billion backlog and 380 of its 2,700-strong workforce will be transferred to state-owned Tomer.

"There's a small, but very important part of IMI that we will not transfer to private ownership. But Tomer will not compete with the privatized IMI. On the contrary, Tomer has a strong agreement with IMI to cooperate in future. The new IMI will produce for Tomer and will be a market for some of its technologies," he said.

IMI Managing Director Avi Felder noted that the new company up for sale has undergone a significant restructuring and efficiency streamlining, with hundreds of millions of shekels invested in upgraded infrastructure and new product lines.

"At the beginning of 2015, IMI realigned its corporate operating structure to better serve a shift in customer demand from individual products to comprehensive defense solutions. In the process, we've reduced redundancies across divisions," he said.

"We enjoy a global customer base that spans Europe, Asia and the Americas, along with decades of close cooperation with the Israel Defense Forces, the US military and NATO forces," Felder said.

He noted that sale of the firm includes 85 percent of Ashot Ashkelon, a provider of jet engine shafts, drive and suspension systems; as well as 100 percent of IMI's Anti-Terror Academy.

"We're well positioned across a very focused and value-added spectrum of the defense and homeland security market," Felder said.

According to the GCA's website, IMI streamlined its operations from five divisions with 11 units into three divisions — firepower, maneuverability and small caliber ammunition — with five customer-oriented business units.

GCA noted that the firm routinely invests some $110 million in Israeli government- or customer-funded research and development and is now operating under high environmental, health and safety standards as required by Israeli law.

Recent awards include a $660 million, five-year contract to Israel's MoD for advanced tank rounds and munitions and another $150 million in Israeli MoD replenishment of weaponry expended in last summer's Protective Edge war in Gaza. Additionally, GCA listed another $700 million in unspecified export contracts as part of IMI's backlog.

"At the beginning of 2016, IMI is set to operate as a leading international defense company under private ownership," said retired Israeli Maj. Gen. Udi Adam, IMI's chairman.

"As a private company, IMI will have more managerial flexibility to maximize existing capabilities and fortify future competitiveness on the global market," he added

Partager cet article
Repost0
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 15:55
Création d'un incubateur de l'aéronautique à Paris avec 25 start-up

 

20 mars 2015 par  Jacques Marouani - electroniques.biz

 

Tous les domaines de pointe sont représentés parmi les grandes problématiques des secteurs de l’industrie aéronautique et du transport aérien : drones, nouveaux aéronefs, dirigeable, tourisme spatial, réalité augmentée, optoélectronique, divertissement à bord, logiciels, sécurité, interfaces homme-machine, mais aussi matériaux, procédés, etc...

 

L'incubateur dédié aux start-up de l'aéronautique, Starburst Accelerator, créé en 2014 par le cabinet Impulse Partners, et soutenu par Airbus Group, Thales, Hutchinson et Zodiac Aerospace, va inaugurer son site parisien dans le 15e arrondissement le 23 mars 2015. De prochaines ouvertures sont aussi prévues à Toulouse, Los Angeles et Montréal.

Starburst Accelerator fournit aux start-up un ensemble de services leur permettant d’atteindre au plus vite la phase de croissance : constitution du dossier de financement, interface avec les investisseurs et grands groupes industriels aérospatiaux, hébergement au cœur d’un quartier d’affaires parisien, organisation d’ateliers thématiques réguliers.

 « Les start-up sont essentielles à la chaîne de valeurs de l'innovation : elles offrent au marché de nouvelles idées nées en laboratoire. Dans le contexte concurrentiel et de défi permanent que constitue l’aéronautique, Starburst Accelerator leur apporte le meilleur soutien, augmentant considérablement leurs chances de succès », promet François Chopard, fondateur de Starburst.

 

25 start-up incubées

Tous les domaines de pointe sont représentés parmi les grandes problématiques des secteurs de l’industrie aéronautique et du transport aérien : drones, nouveaux aéronefs, dirigeable, tourisme spatial, réalité augmentée, optoélectronique, divertissement à bord, logiciels, sécurité, interfaces homme-machine, mais aussi matériaux, procédés, etc...

25 startups sont incubées chez Starburst Accelerator dont Akoustic Arts, Amplisens, AriadNext, Blue Industry & Science, Cosmica Spacelines, Defacto, Diota Soft, Display Interactive, Eazy Group, Elwing, Erneo, Luna Technology, Mach 7, Nethis, Redbird, RepairManager.Aero, Safety Line, Suricog, Trust In Soft, Vaylon, Voox, WiNMS, Workfly.

Partager cet article
Repost0
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 13:55
H225M (previously named EC725 Super Puma -Cougar) – photo Airbus HC

H225M (previously named EC725 Super Puma -Cougar) – photo Airbus HC

 

20 mars 2015 Usinenouvelle.com (Reuters)


Les discussions sont dans l'impasse entre Airbus Group et l'Etat français sur le financement de l'hélicoptère qui doit remplacer le Super Puma, ce qui suscite des interrogations sur la localisation des centaines d'emplois induits par le projet, selon deux sources au fait du dossier.

 

Le remplaçant du Super Puma sera-t-il produit en France ? Airbus et l'Etat ne sont pas d'accord sur le mode de financement de ce futur programme d'hélicoptère militaire. Les discussions achoppent sur le mécanisme du financement dans le contexte d'austérité budgétaire, selon des sources proches du dossier.

 

Transfert du projet en allemagne ?

Le projet de renouvellement dénommé X6, confié à Airbus Helicopters, fait depuis des mois l'objet de négociations avec le gouvernement sur la mise en place d'un prêt similaire à ceux qu'Airbus Group utilise pour sa division d'avions Airbus, et qui pourrait atteindre plusieurs centaines de millions d'euros. Un tel système a été mis en place pour des projets précédents d'hélicoptères, comme le X4 désormais appelé H160. "Les choses sont dans une impasse et Airbus a commencé à évoquer un transfert du projet en Allemagne", a dit l'une des sources.

Airbus Helicopters s'est refusé à tout commentaire. Le ministère français de Finances n'a pas répondu dans l'immédiat à une demande de commentaire.

Partager cet article
Repost0
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 12:55
EGIDE déploie sa présence commerciale à l’international

 

Trappes, Bollène et Cambridge, le 20 mars 2015 – EGIDE

 

Egide confirme le nouvel élan de sa politique commerciale avec le déploiement de son réseau à l’international et annonce la signature de 3 nouveaux partenariats en Italie, Israël et Amérique du Nord.

 

Aujourd’hui, le Groupe déploie activement son offre de produits en Europe et aux Etats-Unis via son site français de Bollène et le site de Cambridge (MD) aux Etats-Unis, en s’appuyant sur l’excellence reconnue de ses produits et sur la fiabilité des solutions innovantes qu’il propose. Egide s’adosse également sur un réseau de représentants commerciaux aux Etats-Unis, en Chine et en Inde.

Dans le cadre de son plan stratégique 2018, le Groupe Egide complète aujourd’hui sa présence commerciale dans le monde par la signature de trois nouveaux contrats de représentation couvrant :

• l’Italie, avec Consystem,

• Israël, avec Marlin Systems,

• les Etats-Unis (Alabama, Floride et Géorgie), avec Robert Duke Inc.

Ces trois nouveaux partenaires ont été choisis pour la qualité de leur réseau, leur compréhension des marchés et des besoins des clients existants d’Egide mais également de ceux des clients potentiels dans leur zone géographique respective.

 

James F. Collins, Directeur général du groupe, commente :

« Aujourd’hui, Egide ne cesse d’innover et investit une part significative de son chiffre d’affaires dans la R&D pour concevoir, fabriquer et vendre des boitiers hermétiques innovants à de grands donneurs d’ordres français et internationaux des filières de l’industrie aéronautique et spatiale, de la défense, du transport et des télécommunications. En matière commerciale, nous diversifions et déployons progressivement notre réseau de façon ciblée en misant sur l’élargissement de nos champs de compétence en France et à l’étranger. »

Il ajoute :

« Par le biais de ces nouveaux partenariats commerciaux, le groupe Egide adapte sa stratégie aux spécificités de chaque pays où il est présent ou représenté, pour répondre au mieux aux besoins locaux. Nous devons être capables de répondre aux demandes de nos clients existants partout dans le monde. L’internationalisation de notre présence est incontournable. »

 

Retrouvez toute l’information sur Egide : www.egide.fr

 

A propos d’Egide

Egide est un groupe d'envergure internationale, spécialisé dans la fabrication de boîtiers hermétiques pour composants électroniques sensibles. Il intervient sur des marchés de pointe à fortes barrières technologiques dans tous les univers critiques (Spatial, Défense, Sécurité, Aéronautique, Télécommunications, Energies...). Seul acteur global dédié, Egide est présent industriellement en France et aux Etats-Unis

Partager cet article
Repost0
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 12:50
source : edrs-spacedatahighway-com

source : edrs-spacedatahighway-com

 

Evry, le 19 mars 2015 - Arianespace - CP 15/10

 

Le deuxième satellite géostationnaire de « l’autoroute spatiale de l’information » EDRS –C sera lancé par Ariane 5

 

Arianespace et Airbus Defence and Space ont signé un accord portant sur le lancement d’EDRS-C, deuxième satellite géostationnaire du système d’autoroute spatiale de l’information « SpaceDataHighway ». Le lancement est prévu au premier trimestre de 2017. EDRS-C viendra renforcer la capacité du système et lui fournira une redondance. Il sera positionné à 31° Est.

 

Tout comme la fibre optique sur Terre, le système EDRS, également appelé « SpaceDataHighway », (l’autoroute spatiale de l’information), fournira des communications laser dans l’espace, avec un débit pouvant atteindre 1,8 Gigabits/s. Ce système de satellite-relais assurera un transfert de données en quasi temps réel vers la Terre depuis les satellites d’observation, des drones ou des avions grâce à des satellites de communication en orbite géostationnaire. Il permettra donc de télécharger plus rapidement d’importants volumes de données, avec une période de latence plus courte et en toute sécurité, ce qui contribuera à améliorer la veille environnementale et la sécurité ainsi que la réactivité face aux catastrophes naturelles et la gestion des crises.

 

EDRS-C est un satellite dédié, alors que EDRS-A est une charge utile hébergée à bord du satellite EUTELSAT 9B. EDRS-C emportera notamment la charge utile EDRS, dont l’élément principal est le terminal de communication laser LCT (Laser Communication Terminal) qui offre des débits de transfert de données atteignant 1,8 Gigabits/s. Ce terminal laser est fabriqué par TESAT, filiale d’Airbus Defence and Space.

 

« Le système « SpaceDataHighway » est une révolution pour les communications par satellite », a déclaré Evert Dudok, Directeur général de la business line Communications, Intelligence & Security (CIS) d’Airbus Defence and Space. « Et lancer EDRS-C à bord d’Ariane 5, le lanceur le plus fiable au monde est une grande satisfaction pour nous ».

 

« Arianespace est très fière d’avoir été sélectionnée par Airbus Defence and Space pour lancer EDRS-C », a ajouté Stéphane Israël, Président-Directeur général d’Arianespace. « Nous saluons la décision d’Airbus Defence and Space qui permettra à Arianespace de prendre part à cet innovant partenariat public-privé européen ».

 

La récente campagne d’essais réussie entre les satellites Alphasat et Sentinel-1 a prouvé que la technologie laser mise au point par Airbus Defence and Space est aujourd’hui parfaitement opérationnelle. Le système « SpaceDataHighway » sera mis en service début 2016 après le lancement du premier nœud, EDRS-A, prévu à l’été 2015.

 

Le programme « SpaceDataHighway » ou EDRS est développé et mis en œuvre dans le cadre d’un partenariat public-privé (PPP) entre l’Agence spatiale européenne (ESA) et Airbus Defence and Space. En sa qualité de maître d’ œuvre, Airbus Defence and Space fabrique, détient, exploite et cofinance l’infrastructure du système. Le Centre allemand pour l’aéronautique et l’aérospatiale (DLR) joue un rôle essentiel dans le financement du système EDRS, et dans le développement et l’exploitation du segment sol. Une cinquantaine d’entreprises dans 13 pays européens sont engagées dans le consortium EDRS, permettant ainsi à l’industrie spatiale européenne de se maintenir à la pointe de la technologie.

 

A propos d’Arianespace

Arianespace est le leader mondial de lancement de satellites. Créée en 1980, Arianespace met au service de ses clients, institutionnels et commerciaux, 3 lanceurs (Ariane, Soyuz et Vega) et comptabilise aujourd’hui plus de 250 lancements. Fort du soutien de ses 20 actionnaires et de l’Agence Spatiale Européenne, Arianespace est le seul opérateur au monde à pouvoir lancer, depuis le Centre Spatial Guyanais, tous types de charges utiles vers tous types d’orbites. Au 19 mars 2015, 221 lancements d’Ariane, 36 lancements de Soyuz (10 au centre Spatial Guyanais et 26 à Baikonur avec Starsem) et 4 lancements de Vega ont été réalisés. La société, dont le siège social se situe à Evry, est également implantée à Kourou (avec l’Etablissement de Guyane au Centre Spatial Guyanais), à Washington, Tokyo et Singapour.

 

http://www.arianespace.com

http://www.arianespace.tv

http://twitter.com/arianespace

http://twitter.com/arianespaceceo

http://youtube.com/arianespace

Partager cet article
Repost0
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 12:50
RUAG Defense's Cobra 120mm mortar features a semi-automatic loading system. Photo courtesy RUAG Defense

RUAG Defense's Cobra 120mm mortar features a semi-automatic loading system. Photo courtesy RUAG Defense

 

BERN, Switzerland, March 19 By Richard Tomkins (UPI

 

-- RUAG Defense of Switzerland has introduced a modular 120mm mortar system that comes equipped with a semi-automatic loader system.

 

The Cobra features electronic drives and shoot–and-scoot capabilities, multi-round capabilities and ballistic computing. It can be integrated into any lightweight vehicle, RUAG said.

"The RUAG Cobra mortar system incorporates RUAG's ballistic computing, allowing automatic gun laying and multi-round single impact capabilities," the company said. "The system is designed to fire any standard 120mm ammunition, including latest generation smart ammunition."

The Cobra system has a range of about 5.6 miles.

RUAG said the system was first unveiled last month at the International Defense Exhibition and Conference in Abu Dhabi, United Arab Emirates.

Additional details on the system's specifications were not immediately available.

Partager cet article
Repost0
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 11:55
Crédits: Armée de Terre

Crédits: Armée de Terre

 

20 Mars 2015 enderi.fr

 

Héritage des nouvelles conflictualités post-guerre froide, le Véhicule blindé de combat d’infanterie (VBCI) de Nexter Systems est emblématique des changements stratégiques opérés depuis le début des années 1990, date des débuts de sa conception. Véritable rupture technologique et tactique pour une armée de terre initialement attachée à ses chenilles, le VBCI s’est imposé auprès des opérationnels comme le cheval de bataille par excellence des conflits modernes.

 

Lire l'article

Partager cet article
Repost0
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 09:40
BPC Sebastopol photo Grigory Sysoev - Sputnik

BPC Sebastopol photo Grigory Sysoev - Sputnik

 

Saint-Nazaire, 20 mars 2015 Marine & Océans (AFP)

 

Le "Sébastopol", second bâtiment de projection et de commandement (BPC) Mistral commandé par la Russie à la France, dont la livraison est suspendue du fait de la crise ukrainienne, est rentré vendredi à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) après ses premiers essais en mer, a constaté une correspondante de l'AFP.

 

Le bâtiment militaire, sans marin russe à bord, avait quitté son quai lundi matin pour rejoindre la forme-écluse Joubert, d'où il est parti en début d'aprés midi, après la montée des eaux, aidé par trois remorqueurs.

 

Le navire était de retour à l'entrée du port de Saint-Nazaire vendredi, peu avant 16h30. Il devrait ressortir pour de nouveaux essais en mer d'ici un mois.

 

Le "Sébastopol", dont la construction est quasiment achevée aux chantiers STX de Saint-Nazaire, doit théoriquement être livré à la Russie à l'automne 2015.

 

Mais la livraison du premier des deux navires de guerre, le "Vladivostok", qui devait être initialement remis à Moscou à la mi-novembre 2014, est suspendue et il est toujours stationné à Saint-Nazaire.

 

Paris a annoncé fin novembre le report "jusqu'à nouvel ordre" de la livraison du "Vladivostok", compte tenu du rôle de la Russie dans le conflit en Ukraine.

 

La France a depuis répété à plusieurs reprises que les conditions de la livraison n'étaient "toujours pas réunies".

 

La vente à la Russie de deux Mistral, conclue en juin 2011 sous la présidence de Nicolas Sarkozy, avait été évaluée à environ 1,2 milliard d'euros.

 

Ces BPC sont des navires de guerre polyvalents pouvant transporter des hélicoptères, des chars ou accueillir un état-major embarqué.

Partager cet article
Repost0
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 08:56
En mars, CERES, SCORPION et Caïman au programme

 

20/03/2015 Sources : État-major des armées

 

En 2015, les armées et la DGA poursuivent leurs efforts pour optimiser les capacités opérationnelles des forces, comme en témoigne l’activité programmes de ce mois de mars.

 

En mars, CERES, SCORPION et Caïman au programme

Le 5 mars, dans le cadre du programme SCORPION, la direction générale de l’armement (DGA) a notifié à la société Nexter Systems le marché de rénovation du char Leclerc. Le contrat prévoit la livraison de 200 chars « Leclerc Rénové » sur un premier standard, et de 18 dépanneurs de char « DCL Rénové » à partir de 2020, au profit de l’armée de Terre.

 

Cette rénovation permettra de garantir la pérennité de ces matériels au-delà de 2040. Elle permettra aussi au char Leclerc de disposer de nouvelles interfaces qui faciliteront son intégration au sein des futurs groupements tactiques interarmes (GTIA) de type « SCORPION », en particulier le système d’information, et de préparer la mise à niveau de sa protection qui interviendra en étape 2 de SCORPION.

 

En mars, CERES, SCORPION et Caïman au programme

Par ailleurs, la première phase de réalisation du système CERES (CapacitE RoEm Spatiale) a été notifiée aux sociétés Airbus Defence and Space et Thales. Cett

 

La nouvelle étape du programme permet de lancer la réalisation de trois satellites et du segment sol utilisateur. Ce système spatial permettra à la France de collecter, à l’horizon 2020, du renseignement d’origine électromagnétique (ROEM) sur des zones inaccessibles par les capteurs de surface.

 

En mars, CERES, SCORPION et Caïman au programme

Enfin, depuis le 13 mars une étape majeure a été franchie par le programme Caïman qui dote la Marine d’une capacité de premier ordre pour le couple frégate FREMM / Hélicoptère Caïman. Ce dernier devient un hélicoptère de combat de lutte anti sous-marine (ASM) complet suite à la déclaration par l’Etat-major de la Marine d’une première capacité opérationnelle (PCO) de tir de la torpille MU90. Cette capacité permet à la frégate porteuse (FREMM ou FDA) de s’affranchir de la menace en délocalisant la scène de combat, et de renforcer ainsi son invulnérabilité. Cela vient compléter la capacité de détection sonar mise en œuvre jusqu’à présent par cet hélicoptère. C’est notamment le cas actuellement avec le Caïman embarqué sur le Chevalier Paul dans le cadre de la mission Arromanches.

 

Le lancement de la rénovation des chars Leclerc, celui du développement de moyens spatiaux ROEM et la mise en service opérationnelle de la torpille MU90 sur Caïman représentent des engagements importants pour l’optimisation des capacités opérationnelles de nos forces armées.

.

Partager cet article
Repost0
20 mars 2015 5 20 /03 /mars /2015 18:55
Credits NATO

Credits NATO

 

20/03/2015 DGA.Comm

 

À l’initiative de la représentation permanente de la France auprès de l’OTAN (REPAN), de l’état-major des armées (EMA) et de la direction générale de l’armement (DGA), la France a accueilli jeudi 19 et vendredi 20 mars à Rennes et à Bruz (à DGA Maîtrise de l’information) une réunion du comité de cyberdéfense (CDC) de l’OTAN. Le CDC est l’instance chargée de la politique renforcée de cyberdéfense de l’Alliance, approuvée en 2014 par les ministres de la Défense et entérinée lors du sommet du pays de Galles.

 

Cette délégation internationale était constituée d’une quarantaine de militaires et diplomates représentant 22 pays de l’OTAN. Elle était accompagnée par une dizaine de représentants du ministère de la Défense, du ministère des Affaires étrangères et du Développement international ainsi que de la Région Bretagne.

 

En résonance avec la priorité nationale donnée par la France à la cyberdéfense (Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale ; Pacte défense cyber), les échanges ont permis au ministère de la Défense de présenter :

-         sa politique de cyberdéfense et la prise en compte de celle-ci dans les opérations militaires,

-         ses dispositifs de soutien à l’innovation et à l’industrie en cyberdéfense,

-         ses modules de formation, d’entraînement et ses exercices opérationnels en cyberdéfense,

-         les capacités et la montée en puissance de DGA Maîtrise de l’information, l’expert technique référent du ministère de la Défense en matière de cybersécurité.

 

Par ailleurs, le Pôle d’excellence cyber, porté par le ministère de la Défense avec le soutien de la Région Bretagne au titre du Pacte défense cyber et du Pacte d’avenir pour la Bretagne, a fait l’objet de présentations spécifiques sur ses trois dimensions : la formation initiale, continue et supérieure ; la recherche ; le développement de produits et services de confiance. Ces dimensions répondent prioritairement aux besoins du ministère de la Défense, mais aussi à ceux de l’ensemble de la communauté nationale cyber et potentiellement d’institutions européennes et internationales.

 

Représentatifs de la base industrielle et technologique de cybersécurité (BITC), deux PME régionales (Diateam et Secure-IC) ainsi qu’un maître d’œuvre bien implanté sur le bassin rennais (Sopra-Stéria) ont pu présenter leurs offres techniques à cette importante délégation de l’OTAN.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories