Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 octobre 2014 4 09 /10 /octobre /2014 22:40
BPC Vladivostok photo RP Defense

BPC Vladivostok photo RP Defense

 

MOSCOU, 9 octobre - RIA Novosti

 

La France doit livrer les navires Mistral à la Russie ou rendre l'argent, a déclaré jeudi à Moscou le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Alexandre Loukachevitch.

"Il est temps pour la partie française de se décider. Nous avons entendu des déclarations selon lesquelles le contrat sera honoré malgré la situation actuelle, mais les dirigeants français ont depuis changé d'avis. Il est temps de prendre une décision ou rendre l'argent en cas de réponse négative", a indiqué M.Loukachevitch.

"Ces derniers temps, le ministre de la Défense et le ministre des Affaires étrangères ont fait beaucoup de déclarations... Vous savez, la situation est simple, il y a un contrat qu'il faut honorer, nous avons versé des sommes importantes dans le cadre de ce contrat", a-t-il rappelé.

"Si la partie française a de nouvelles variantes, il faut en parler et ne pas utiliser la méthode du mégaphone diplomatique, surtout par le biais des médias", a conclu le porte-parole.

Le groupe français de construction navale DCNS et l'Agence russe d'exportation d'armements (Rosoboronexport) ont signé un contrat de 1,2 milliard d'euros prévoyant la construction de deux bâtiments de projection et de commandement de classe Mistral pour la Marine russe en juin 2011. Le premier navire, le Vladivostok, doit être remis à la Russie en 2014 et le second navire, le Sébastopol, en 2015.

L'administration du président français François Hollande a annoncé le 3 septembre que les conditions pour la livraison du premier BPC de classe Mistral à la Russie n'étaient pas réunies compte tenu de la situation en Ukraine. Plus tard, un porte-parole de l'Elysée a expliqué que la livraison du navire n'était pas suspendue et que la déclaration de M.Hollande n'entraînait aucune conséquence juridique.

Le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian a annoncé début octobre que la décision concernant la livraison des BPC Mistral à la Russie dépendrait de l’accord de cessez-le-feu en Ukraine et pourrait être prise en novembre.

Partager cet article

Repost0
9 octobre 2014 4 09 /10 /octobre /2014 19:50
ThyssenKrupp: accord de partenariat avec Airbus Helicopters.ThyssenKrupp: accord de partenariat avec Airbus Helicopters.

 

09/10/2014 Cercle Finance

 

ThyssenKrupp Aerospace annonce avoir conclu un accord de services avec Airbus Helicopters, en vue d'une coopération étroite dans les années à venir.

 

Les experts aéronautiques du groupe allemand assureront pour la filiale d'Airbus la gestion complète de la chaine logistique pour les matières premières métalliques, approvisionnant notamment ses sites allemands et français.

 

'Ce nouvel accord est d'une importante signification stratégique et souligne que ThyssenKrupp Aerospace constitue un partenaire essentiel de l'industrie aéronautique', commente Joachim Limberg, responsable de l'activité de services matériaux.

Partager cet article

Repost0
9 octobre 2014 4 09 /10 /octobre /2014 19:20
Office of Naval Research Develops Autonomous Swarmboats


8 oct. 2014 US navy

 

All Hands Update October 8, 2014 #2
Office of Naval Research develops autonomous swarmboats to protect people, ports and commerce.

Partager cet article

Repost0
9 octobre 2014 4 09 /10 /octobre /2014 18:50
EDA DTEB Database


8 oct. 2014 European Defence Agency

 

The DTEB Database is a web-based, access protected software tool for governmental Test and Evaluation centres.

Partager cet article

Repost0
9 octobre 2014 4 09 /10 /octobre /2014 16:55
Lancement du réseau « Composite Bretagne » à l'IUT de Saint-Brieuc

 

9 octobre 2014 letelegramme.fr

 

Le réseau « Composite Bretagne », lancé mardi, à l'IUT, devant les principaux acteurs du secteur recherche et développement de la filière, entend structurer le secteur par la mutualisation des compétences.

 

Lire l’article

Partager cet article

Repost0
9 octobre 2014 4 09 /10 /octobre /2014 16:50
Global Armoured Vehicles Market Report 2015 - DefenceIQ

 

Defence IQ is delighted to announce the release of the 4th annual Global Armoured Vehicle Market Report 2015.

 

The flashpoints of the latter half of 2014 – the Ukraine crisis, a hot conflict in Gaza, the brutal rise of ISIL in Iraq and Syria, and the territorial clashes between China and its neighbours – make it one of the more eventful years in recent memory for global security. The economic pressures choking military budgets in Western countries these last few years remain, but governments and defence ministries are finding the funds to bolster military capabilities where necessary. The outlook for the armoured vehicle market is more compelling than it has been since the 2008 economic downturn triggered widespread anxiety and the post-Iraq hangover that resulted in sluggish demand and supply.

Based on a survey of 205 senior executives and professionals within the armoured vehicle domain, including both commercial and military respondents, this report explores how the future of the global armoured vehicle market is likely to evolve over the next decade.

Topics examined in the report include; regional market opportunities; government and military R&D investment priorities; the key challenges facing armoured vehicle manufacturers over the next decade and armoured vehicle design requirements.

 

Global Armoured Vehicles Market Report 2015. Download whitepaper

Partager cet article

Repost0
9 octobre 2014 4 09 /10 /octobre /2014 13:55
Landivisiau : Arrivée du premier Rafale F1 modernisé au Standard F3

 

09/10/2014 Marine nationale

 

Après près de trois ans de travaux, le premier des dix Rafale Marine rétrofités du standard F1 vers le standard F3 a atterri  sur la base aéronautique navale (BAN) de Landivisiau.

 

La transformation effectuée sur ces appareils a pour objectif de doter la Marine nationale d’une flotte homogène au standard F3. Après un passage dans les services de soutiens opérationnels, le Rafale Marine n° 10 renforcera les rangs de la flottille 12F.

 

L’opération concerne les dix premiers Rafale Marine(M1 à M10) livrés au standard F1, avec des capacités limitées aux missions de défense aérienne. Le standard F3 confère au Rafale Marine une polyvalence totale qui lui permet d’accomplir des missions :

    d’interception et de combat air-air avec un canon de 30 mm et des missiles Mica IR/AM,

    d’appui au sol avec un canon de 30 m, des bombes guidées laser GBU-12/24, des bombes guidées Hammer,

    de frappes dans la profondeur avec les missiles de croisière Scalp,

    d’attaque en mer avec les missiles Exocet AM39 Block 2 et autres armements air-surface,

    de reconnaissance tactique et stratégique en temps réel avec une nacelle Aréos,

    de ravitaillement en vol d’un Rafale à un autre,

    de dissuasion nucléaire avec le missile ASMP-A

 

Landivisiau : Arrivée du premier Rafale F1 modernisé au Standard F3

Le Rafale M10 rejoint les 27 Rafale déjà au standard F3. Les livraisons des avions rétrofités devraient prendre fin en 2017. La Marine disposera alors d’un parc de 42 Rafale.

Partager cet article

Repost0
9 octobre 2014 4 09 /10 /octobre /2014 12:55
L'industrie de la défense craint pour son avenir

 

09/10/2014 Par Véronique Guillermard – LeFigaro.fr

 

Malgré l'effort budgétaire de la France en faveur de la défense, les industriels de l'armement sont pénalisés par le coût du travail, les trop nombreuses taxes et un euro globalement fort.

 

Certes, Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense, ne baisse jamais sa garde. Il a bataillé pour obtenir une certaine stabilité de son budget, à 31,4 milliards d'euros en 2015, dans le cadre de la Loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019. Pour pallier à l'absence des recettes exceptionnelles prévues en 2015 (2,1 milliards), le ministre de la Défense veut mettre en place d'ici à cet été, une ou des sociétés de projet pour sécuriser des ressources et louer des équipements aux armées. Certes, pour la première fois, Bercy par la voix du secrétaire d'état aux Finances, Christian Eckert, a fait de la défense une priorité.

Mais cela ne suffit pas à rassurer les industriels de l'armement. «Aucune LPM n'a jamais été respectée quel que soit le gouvernement», a rappelé Gwendal Rouillard, député PS du Morbihan et secrétaire de la Commission défense et Forces armées de l'Assemblée nationale, lors de la 20e édition des rencontres parlementaires de la défense organisées à Paris, ce mercredi. Et, «la baisse des budgets de défense en Europe atteint un stade critique. Les Européens consacrent entre 1 et 1,3% de leur PIB à la défense alors que l'OTAN juge qu'il faudrait au minimum y consacrer 2%. Pendant ce temps, le reste du monde augmente ses dépenses militaires», a souligné de son côté Éric Trappier, PDG de Dassault Aviation (*).

 

Disparaître ou délocaliser?

 

Aggravation des tensions internationales, menaces terroristes… Le monde est de plus en plus dangereux: «Le réarmement est réel», insiste le député du Morbihan. Et de citer la Chine qui, entre 2010 et 2013, a construit une frégate par trimestre et un sous-marin tous les quatre mois.

 

Mais sur le Vieux Continent, à l'attrition des budgets, s'ajoute l'absence de «préférence européenne» en matière d'acquisition d'armement. «Ce qui met en danger les industries de défense, en particulier dans l'aéronautique de combat», a jouté Éric Trappier. «L'outil de défense est à risque», a renchéri Laurent Collet-Billon, délégué général à l'armement qui notifie les commandes aux industriels, à raison de plus de 10 milliards par an ainsi que des contrats d'études (776 millions en 2013). «La LPM est tendue (..) Elle traîne un report de charge (les impayés, NDLR) excessif de plus de 3 milliards d'euros. Et il n'est pas question de le reconduire indéfiniment», a-t-il ajouté.

 

Pour les industriels, la menace est double. «C'est soit la disparition pure et simple pour ceux qui sont des “pure players” défense; soit la tentation du large pour ceux qui se sont tournés vers des activités civiles afin de rester compétitifs», résume le PDG du constructeur du Rafale, le chasseur français. Les industriels de l'armement sont en effet pénalisés par les coûts du travail en France, de trop lourdes taxes ainsi qu'un euro globalement trop fort face au dollar.

 

Pour assurer la pérennité de l'outil de défense tricolore, il faut actionner quatre leviers, selon le PDG de Dassault Aviation: le maintien de la LPM puis quand cela sera possible, de remonter le budget de la défense à 2% du PIB en France et en Europe, rester à la pointe de l'innovation technologique, réussir à gagner des contrats export et promouvoir des programmes en coopération, de préférence entre Européens avec les Britanniques et les Allemands, après avoir défini des besoins opérationnels communs.

 

Gagner la bataille de l'opinion publique

 

Les industriels estiment aussi important de gagner la bataille de l'opinion publique qui n'a pas toujours conscience des retombées de la défense dans l'économie française. Or l'industrie de l'armement regroupe une dizaine de grands groupes et 4000 PME. Elle représente 165.000 emplois à haute valeur ajoutée et non délocalisables. Cette industrie réalise entre 30 et 40% de son chiffre d'affaires (15 milliards d'euros) hors de France. Surtout, ces technologies irriguent de nombreuses filières civiles et y créent de la richesse. «Nous n'aurions pas eu la réussite d'Airbus ou de Falcon sans une base industrielle de défense», conclut Éric Trappier.

 

* Le Groupe Dassault est propriétaire du Figaro

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2014 3 08 /10 /octobre /2014 16:55
VBCI Crédits DGA  Ministère de la Défense

VBCI Crédits DGA Ministère de la Défense

 

7 octobre, 2014 Guillaume Belan

 

Le 24 septembre, la DGA (Direction Générale de l’Armement) a qualifié une version plus lourde du Véhicule Blindé de Combat d’Infanterie (VBCI) de l’armée de terre. Bien que peu, voire pas visible de l’extérieur, le VBCI passe de 29 à 32 tonnes. La partie mobilité du véhicule a donc été revue, à savoir train de roulement et transmission ainsi que les roues et la pneumatique. La partie GMP (Groupe Motopropulseur) est identique et avec 10% de masse supplémentaire, les performances sont à peine dégradées. Cette évolution fait suite à la demande de l’armée de terre. La DGA, pour qualifier ce VBCI de 32 tonnes, a réalisé ses essais sur divers pistes d’essais (Biscarosse, Coëtquidan, Canjuers et Fontevraud), malmenant le blindé sur pas moins de 25 000 km dont 15 000 d’endurance pour 13 000 heures de travail et d’essais.

 

L’enjeu pour l’armée de terre

 

Il est opérationnel : disposer d’un VBCI mieux protégé, sur-blindé, avec des kits de protection additionnels contre des menaces balistiques, anti-RPG (lance roquettes antichar), mines et IED (pièges explosifs improvisés). Le besoin est donc d’avoir un véhicule qui affiche une réserve de charge utile pour pouvoir être « chargé » et adapté aux besoins du théâtre avec des kits de mission. Cette nécessité est apparue suite aux différents engagements du blindé français: Liban, Mali, Afghanistan et aujourd’hui RCA (relire l’article de FOB ici). Il s’agit également pour l’armée de terre de pouvoir se garder une marge d’évolution pour intégrer de futurs systèmes (senseurs, capteurs, armements…).

95 VBCI sont concernés et seront portés à 32 tonnes, le premier sera livré aux forces dans quelques mois, début 2015. Ces 95 véhicules en version 32 tonnes ne sont pas une commande supplémentaire mais un retrofit d’une partie de la flotte existante. Pour mémoire, l’armée de terre disposera à terme de 630 VBCI, dont le dernier sera livré début de l’année prochaine. Ce parc de  32 tonnes sera le parc opex, celui mobilisable et projetable pour les opérations extérieures. Et même à 32 tonnes, le VBCI demeure aéro-transportable par A400M, son encombrement n’étant pas modifié.

 

L’enjeu export

 

Pour l’industriel, l’enjeu de cette version lourde n’est pas anodin, le VBCI sera mieux adapté aux potentiels clients export. Grâce à cette réserve de charge, le VBCI pourra aisément recevoir un armement différent et plus lourd. Avec 10% de masse supplémentaire, le VBCI pourra beaucoup plus facilement recevoir une tourelle de 100mm, comme celle du BMP, un besoin exprimé par les Émirats Arabes Unis, ou même une surprotection ainsi qu’une tourelle de 40 mm ce que pourraient souhaiter les britanniques…

 

Un enjeu industriel

 

Pour l’industriel Nexter, le contrat, même s’il apparaît mineur, permettra à la chaine VBCI de tourner a minima, ce, pendant 2 années. Car le dernier VBCI français sortira de la chaine de Roannes début 2015. Et, tandis qu’une commande export tarde à venir, Nexter, grâce à ce contrat de retrofit, gagne un temps précieux. Les pièces concernées par ce programme de retrofit sont fabriquées à Limoges chez Renault Trucks Defense (RTD), en charge de la partie mobilité du véhicule, mais sont assemblées chez Nexter, à Roannes. Les compétences pourront donc être sauvegardées a minima, dans l’attente d’une commande export.

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2014 3 08 /10 /octobre /2014 16:50
Thales: the expert in Critical Information Systems and Cybersecurity


8 oct. 2014 Thales Group

 

Discover Thales's solutions dedicated to your critical information systems.
Learn more here: https://www.thalesgroup.com/en/worldw...

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2014 3 08 /10 /octobre /2014 15:50
EU Enlargement Commissioner Štefan Füle visits EDA

 

Brussels - 06 October, 2014 European Defence Agency

 

On 2 October 2014, EU Commissioner for Enlargement and European Neighbourhood Policy Štefan Füle visited the European Defence Agency. He exchanged views with EDA Chief Executive Claude-France Arnould on Remotely Piloted Air Systems (RPAS) as well as EDA support to the defence industry in Central and Eastern Europe.

 

Particular attention has been paid to EDA activities in the field of SMEs, such as facilitated access to EU funds and information about cross-border opportunities. In this respect, Commissioner Füle appreciated the important share of EDA in consolidation of Central and Eastern Europe, namely with regard to the integration into the European Defence and Security System, including the full opening of the Single Market potential to the Central and Eastern European defence industry. As a good example, Commissioner Füle particularly welcomed EDA participation in the International Fair of Defence and Security Technology (IDET) in May 2015 as an important contribution to the dialogue with Central and Eastern Europe.

 

Speaking about the future, Commissioner Füle and Claude-France Arnould both emphasized the need to maintain a close dialogue between EDA and the new European Commission as well as the importance for EDA to play its part in the future EU external policy.

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2014 3 08 /10 /octobre /2014 14:55
photo Dassault

photo Dassault

 

08 octobre 2014 usinenouvelle.com

 

Airbus Group réfléchit à la vente aux institutions financières de 10% de Dassault Aviation, a déclaré le 7 octobre un porte-parole du constructeur aéronautique européen.

 

Airbus envisage de se désengager progressivement de Dassault Aviation. Dans un premier temps, il pourrait chercher à céder 10% de ses parts, selon un porte-parole de l'avionneur européen. Cette transaction serait la première étape vers une cession de la totalité des 46% détenus par Airbus dans Dassault Aviation.

 

La vente des 10%, si elle avait lieu, serait combinée à une réduction supplémentaire de la participation d'Airbus Group au moyen d'une participation à un rachat d'actions prévu par Dassault Aviation, a ajouté le porte-parole.

 

Le président d'Airbus Group, Tom Enders, avait déclaré en juillet que le désengagement d'Airbus n'était qu'une question de temps, refusant toutefois d'évoquer un calendrier précis. Le groupe Dassault a fait savoir pour sa part début septembre qu'il était prêt à racheter 10% des actions Dassault Aviation à Airbus Group dans le cadre du désengagement du groupe européen.

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2014 3 08 /10 /octobre /2014 07:56
Rafale Marine F3 - photo Dassault Aviation - P. Dhaud

Rafale Marine F3 - photo Dassault Aviation - P. Dhaud

 

Saint-Cloud, le 7/10/2014 : Dassault Aviation

 

Vendredi 3 octobre, l’usine Dassault Aviation de Mérignac a livré à la Direction générale de l’armement (DGA) le Rafale M10, premier exemplaire d’une tranche de dix Rafale Marine rétrofités.

 

Ces dix Rafale (M1 à M10) ont été produits à partir de la fin des années 90 pour remplacer les F-8 Crusader qui assuraient la protection aérienne du groupe aéronaval depuis 1964. Ce remplacement ne pouvant attendre la mise en service des standards polyvalents F2 et F3, les dix Rafale Marine furent dotés d’un standard basique, dit F1, limité aux seules missions de supériorité et de défense aérienne.

 

Tous les autres Rafale de la Marine (et de l’armée de l’Air) sont actuellement au standard F3. Ceux qui avaient été produits au standard F2 ont été transformés facilement en F3. Le passage de F1 à F3 est plus complexe et nécessite un programme spécifique. Un marché de rétrofit a donc été conclu en 2009 qui associe Dassault Aviation, Thales, MBDA, Sagem, le Service Industriel de l’Aéronautique (SIAé) et la Marine nationale.

 

Le passage du standard F1 au standard F3 suppose les modifications suivantes :

  • Nouveaux calculateurs électroniques modulaires,
  • Nouveaux écrans cockpit,
  • Changement des câblages électriques de l’avion,
  • Mise à hauteur du système de contre-mesure Spectra,
  • Evolution du radar RBE2 PESA (interchangeable avec la nouvelle antenne AESA),
  • Evolution des pylônes d’emport d’armement.

La livraison des Rafale Marine rétrofités s’étalera jusqu’en 2017.

Le standard F3 confère au Rafale (Marine et Air) une polyvalence totale qui lui permet d’accomplir les missions suivantes :

  • interception et combat air-air avec canon de 30 mm et missiles Mica IR/EM (+ missiles Meteor à partir de 2018).
  • appui au sol avec canon de 30 mm, bombes guidées laser GBU-12/24, bombes guidées Hammer.
  • frappes dans la profondeur avec missiles de croisière Scalp.
  • attaque à la mer avec missile Exocet AM39 Block 2 et autres armements air-surface.
  • reconnaissance tactique et stratégique en temps réel avec nacelle Areos.
  • ravitaillement en vol d’un Rafale à un autre (« buddy-buddy »).
  • dissuasion nucléaire avec missile ASMP-A.

 

Sur les 180 Rafale commandés par la France à ce jour, 133 ont été livrés. Facteur d’optimisation et de rationalisation des forces françaises, le Rafale a été conçu pour remplacer peu à peu sept types d’avions de combat de générations précédentes. Selon le Livre Blanc sur la Défense et la Sécurité Nationale (2013), il y aura à terme 225 avions de combat dans l’armée de l’Air et dans la Marine, contre près de 700 dans les années 90.

 

La flotte Rafale totalise actuellement 120 000 heures de vol, dont 16 000 en opérations. Depuis mi-2013, les Rafale de série sont dotés du radar à antenne active RBE2 AESA de Thales. Depuis son entrée en service, le Rafale a été utilisé sur tous les théâtres d’opération : Afghanistan, Libye, Mali, Centre-Afrique et Irak.

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2014 3 08 /10 /octobre /2014 07:45
Paramount to develop mid-size UAV as it grows unmanned product range

 

07 October 2014 by Guy Martin - defenceWeb

 

Paramount Advanced Technologies will start development work on a light medium-altitude long-endurance unmanned aerial vehicle (MALE UAV) next year, after expanding its unmanned aircraft range with the recently launched Mwari and Roadrunner platforms.

 

The new UAV will weigh between 500 and 600 kilogrammes and will have an endurance of up to 24 hours, Paramount officials said after unveiling the Mwari and Roadrunner small UAVs at the Africa Aerospace and Defence (AAD) 2014 exhibition at Air Force Base Waterkloof.

 

The 25 kg Mwari is based on a scaled down model of the Advanced High Performance Reconnaissance Light Aircraft (AHRLAC). Paramount used experience gained with its quarter scale unmanned flying AHRLAC model to produce the Mwari.

 

Jan Vermeulen, Business Development at Paramount Advanced Technologies, said that the company finished producing two Mwari prototypes a couple of months ago ahead of the type’s launch at AAD. He added that several potential customers have expressed interest in the type, which features a sensor turret in the nose. Endurance is four hours and line of sight range is 40 km.

 

The new Roadrunner UAV was designed with a rhomboid wing for high strength and compact dimensions – wingspan of the 15 kg aircraft is 1.5 metres. Vermeulen said the configuration gives a high speed range, making it less susceptible to bad weather. The UAV will be available in a variety of different engine configurations for speeds ranging from 70 to 300 km/h depending on whether petrol, electric or jet engines are used. An electric engine will give an endurance of 45 minutes while a fuel engine will provide a range of around two hours. Vermeulen said the aircraft has flown with turbine, propeller and ducted fan engines and that the next stage is to fly with a petrol propeller engine.

 

The Roadrunner is launched by catapult and either stalled and landed on its belly or caught via a net. Sensors include an infrared camera and electro-optical sight. The aircraft will be ready for production around January 2015, according to Paramount.

 

Also showcased at AAD 2014 were some of Paramount Advanced Technologies’ other UAVs, which were developed from experience gained by the acquisition of Advanced Technologies and Engineering (ATE). The 5 kg Civet tactical UAV is powered by an electric motor giving an endurance of one hour and a line of sight range of 15 km. The aircraft is already in service in Namibia’s national parks and with surveying companies. The Civet, Roadrunner and Mwari all share the same payload.

 

Vermeulen said that that Paramount Advanced Technologies acquired 30 years of UAV experience from ATE and is aggressively expanding its unmanned aircraft systems portfolio. An important part of the company’s strategy is to develop unique software and payloads that enhance platform effectiveness, such as software that can automatically detect and track targets and notify the operator, so he does not have to look at his screen all the time.

 

Paramount aims to integrate its unmanned vehicles with its various air, land and sea products for a better combined solution. Its recently launched Robotics division is exploring unmanned ground, sea and subsurface vehicles using common hardware and software. On the ground vehicle side, Paramount is exploring the use of unmanned vehicles for threat detection with the possibility of having a robotic sensor/prodder to deal with improvised explosive devices.

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2014 3 08 /10 /octobre /2014 07:40
La Russie a-t-elle toujours les moyens de financer la modernisation de son armée ?

Le président Vladimir Poutine devra trancher entre le ministère de l'Economie et celui de la Défense sur l'enveloppe budgétaire consacrée à la modernisation de l'armée russe.

 

07/10/2014 latribune.fr

 

Le ministre russe des Finances, Anton Silouanov, veut faire des économies sur le montant budgétaire consacré à la défense.

 

C'est un classique dans tous les pays, les bisbilles budgétaires entre le ministère de l'Economie et celui de la Défense. C'est aussi le cas en Russie... "Moscou n'a pas les moyens de financer son programme de modernisation des forces armées", a déclaré ce mardi le ministre russe des Finances, Anton Silouanov. "Un nouveau programme de défense va être élaboré, et nous voulons reconsidérer le montant des ressources budgétaires qui y seront consacrées afin de le rendre plus réaliste", a-t-il expliqué.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2014 3 08 /10 /octobre /2014 06:55
Bull se voit en fer de lance de la cybersécurité

 

6 Octobre 2014 enderi.fr

 

Des objets connectés aux réseaux d’entreprises, les acteurs de la cybersécurité fourbissent leurs armes pour toujours conserver un coup d’avance. Récemment intégré par Atos, Bull constitue l’un des champions européens de la catégorie. Revue des troupes chez cet opérateur historique des systèmes d’informations, spécialiste du traitement de données devenu leader de la cybersécurité en Europe.

 

Lire l’article

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 20:55
photo Dassault Aviation - P. Dhaudphoto Dassault Aviation - P. Dhaud

photo Dassault Aviation - P. Dhaud

 

SAINT-CLOUD, France, Oct. 7 By Richard Tomkins   (UPI)

 

The French government has received the first of 10 Rafale F1 naval jets upgraded by Dassault Aviation for expanded mission capabilities.

 

Dassault said the remaining aircraft will be delivered to DGA, the French armaments procurement agency, by 2017.

 

Upgrading of the aircraft involved full disassembly and outfitting with new modular electronic computers, new cockpit screens, a change to electrical wiring, installation of an enhanced Spectra counter-measures system, changes to weapon store stations and changes to the RBE2 PESA radar.

 

"The operational advantage provided by the F3 standard results in a variety of new missions achievable after the upgrade," DGA said. "In addition to air defense, ground attack and in-flight refueling, F3 standard Rafale Marines are capable of anti-ship attack, reconnaissance, laser designation and autonomous illumination, and nuclear strike."

 

The contract for upgrade is worth about $301 million. Working on the program with Dassault Aviation are Service Industriel de l'Aéronautique, the Ministry of Defense's aircraft workshops, Thales, MBDA and Sagem.

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 19:55
Rafale Marine standard F3 (Crédits Dassault Aviation)

Rafale Marine standard F3 (Crédits Dassault Aviation)

La modernisation de 10 Rafale a pour objectif de doter la marine nationale d'une flotte homogène au standard F3 (Crédits : Dassault Aviation)

 

07/10/2014, Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Dassault Aviation a livré à la direction générale de l'armement (DGA) le premier exemplaire d'une tranche de dix Rafale Marine modernisés au dernier standard (F3).
 

Dassault Aviation a livré à la direction générale de l'armement (DGA) le Rafale M10, premier exemplaire d'une tranche de dix Rafale Marine retrofités au standard F3 (dernière version du Rafale Marine et Air). D'un montant de 240 millions d'euros, cette modernisation a pour objectif de doter la marine nationale d'une flotte homogène au standard F3. Cette opération participe à la montée en puissance du Rafale dans les flottilles de l'aéronautique navale, en remplacement du Super Etendard Modernisé dont les derniers exemplaires seront retirés du service en 2016. Les livraisons d'avions modernisés prendront fin en 2017.

Livrés au standard F1 avec des capacités limitées aux missions de défense aérienne, ces dix Rafale (M1 à M10) ont été produits à partir de la fin des années 90 pour remplacer les F-8 Crusader qui assuraient la protection aérienne du groupe aéronaval depuis 1964. Ce remplacement ne pouvant attendre la mise en service des standards polyvalents F2 et F3, les dix Rafale Marine ont donc été dotés d'un standard basique, dit F1. En revanche, tous les autres Rafale de la Marine et de l'armée de l'Air sont actuellement au standard F3. Ceux qui avaient été produits "au standard F2 ont été transformés facilement en F3. Le passage de F1 à F3 est plus complexe et nécessite un programme spécifique", souligne Dassault Aviation dans un communiqué publié ce mardi.

 

Une modernisation en profondeur

Un marché de retrofit a été conclu en 2009 qui associe Dassault Aviation, Thales, MBDA, Sagem, le Service Industriel de l'Aéronautique (SIAé) et la Marine nationale. Cette opération consiste à modifier les Rafale en profondeur (avion entièrement démonté et mis à nu) pour leur donner les mêmes capacités que les avions F3 actuellement produits. "Le gain opérationnel apporté par le standard F3 se traduit par un panel de nouvelles missions réalisables par ces avions", explique la DGA dans un communiqué publié ce mardi. Outre la défense aérienne, les capacités d'attaque au sol, de ravitaillement en vol, les Rafale Marine standard 3 disposent de capacités de lutte antinavires, de reconnaissance, de désignation laser et d'illumination autonome, et de frappe nucléaire.

Plus précisément, le passage du standard F1 au standard F3 suppose de nombreuses modifications, selon Dassault Aviation : nouveaux calculateurs électroniques modulaires, nouveaux écrans cockpit, changement des câblages électriques de l'avion, mise à hauteur du système de contre-mesure Spectra, évolution du radar RBE2 PESA (interchangeable avec la nouvelle antenne AESA), évolution des pylônes d'emport d'armement.

 

133 Rafale livrés sur 180 commandés

Le standard F3 confère au Rafale (Marine et Air) une polyvalence totale qui lui permet d'accomplir les missions suivantes, explique l'avionneur : interception et combat air-air avec canon de 30 mm et missiles Mica IR/EM (+ missiles Meteor à partir de 2018), appui au sol avec canon de 30 mm ; bombes guidées laser GBU-12/24 et bombes guidées Hammer ; frappes dans la profondeur avec missiles de croisière Scalp, attaque à la mer avec missile Exocet AM39 Block 2 et autres armements air-surface, reconnaissance tactique et stratégique en temps réel avec nacelle Areos ; ravitaillement en vol d'un Rafale à un autre (« buddy-buddy ») ; dissuasion nucléaire avec missile ASMP-A.

Sur les 180 Rafale commandés par la France, 133 ont été livrés à ce jour. "Facteur d'optimisation et de rationalisation des forces françaises, le Rafale a été conçu pour remplacer peu à peu sept types d'avions de combat de générations précédentes", rappelle Dassault Aviation. Selon le Livre Blanc sur la Défense et la Sécurité Nationale (2013), il y aura à terme 225 avions de combat dans l'armée de l'Air et dans la Marine, contre près de 700 dans les années 90.

 

120.000 heures de vol, dont 16.000 en opérations

La flotte Rafale totalise actuellement 120.000 heures de vol, dont 16.000 en opérations. Depuis mi-2013, les Rafale de série sont dotés du radar à antenne active RBE2 AESA de Thales. Depuis son entrée en service, le Rafale a été utilisé sur tous les théâtres d'opération (Afghanistan, Libye, Mali, Centrafrique et Irak).

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 18:30
Xaver 100 on Wall

Xaver 100 on Wall

 

1/10/2014 IsraelDefense

 

Strategic weapon systems were not the only ones that made their debut in the summer of 2014. A few tactical systems also saw combat for the first time

 

SK Group equips the IDF with solutions and technologies for the urban battlefields, some of which were operational for the first time during the recent Operation Protective Edge. Presented here is a review of the systems that were employed in the fighting.

 

Israel Weapon Industries (IWI) Newest Light Machine Gun (LMG) – the NEGEV NG7 became operational during Operation Protective Edge by selected Special Forces units. The NEGEV NG7 is the only 7.62mm caliber LMG in service today with semi-automatic mode, capable of pinpoint, single bullet shooting for enhanced firing accuracy. Its semi-automatic capability enables accurate fire in combat situations, including ambush, Close Quarter Battle (CQB), and when shooting via telescope.

 

Proving its huge advantage in CQB scenarios, the ultra-compact IWI X95 Assault Rifle exhibited flawless appearance in Operation Protection Edge. Developed in close cooperation with the IDF and now its standard rifle, the X95 can be used as an Assault Rifle, Carbine, or Submachine Gun (SMG). The Versatile X95 is exceptionally reliable in even the harshest weather conditions.

 

Camero-Tech's through-wall radar systems contributed tremendously to the soldiers' survivability during Operation Protective Edge. Playing a crucial role in urban warfare, the company's through-wall imaging solutions provided real-time situational awareness by enabling the observation of multiple stationary and moving objects behind walls. Camero-tech's XAVER™100 is an ultra-portable, handheld presence-of-life detector providing infantry and Special Forces with critical information in real time about the presence of life and its distance behind a wall - enabling better tactical decision-making in various urban operational scenarios.

 

The XAVER™400 is a compact, lightweight and durable personal device optimized for the speed of tactical urban operations. It delivers information on the number of people and their location behind walls, as well as room dimensions and major infrastructure elements. The XAVER™800's rich 3D imaging capability allows for quick through-wall location and tracking of people movement patterns and orientation.

 

The IDF Special Forces deployed Meprolight's MEPRO MESLAS – Fire-Control Riflescope 10x40 with integral LRF and the MEPRO NOA NYX, its Un-cooled Thermal Sights, to maximize first hit probability in harsh CQB conditions.

 

During Operation Protective Edge, SK Group's solutions have also played a dominant role in the maritime arena. The SHALDAG Fast Patrol Boat was first on scene when necessity arose, due to its high speed and excellent sea-keeping capabilities.

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 16:50
Airbus Helicopters met le cap à l'est

Airbus Helicopters a signé début septembre un protocole d'accord (MoU) avec la Roumanie pour créer une chaîne d'assemblage AS332 C1e (Crédits : Airbus Helicopters)

 

07/10/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le constructeur franco-allemand a signé un protocole d'accord avec Bucarest pour installer une chaîne d'assemblage de Super Puma en Roumanie. Il a également en projet d'en créer une autre en Pologne s'il gagne un contrat de 70 appareils.

 

Cap vers les pays low cost pour Airbus Helicopters. Après les États-Unis et le Mexique afin de produire en zone dollar, le constructeur d'hélicoptères tourne résolument le manche vers les pays de l'est. Airbus HC a d'ailleurs signé début septembre un protocole d'accord (MoU) avec la Roumanie pour créer une chaîne d'assemblage AS332 C1e, la toute nouvelle version de l'hélicoptère Super Puma lancée en 2012. Une cérémonie a été organisée à Bucarest à cette occasion en présence notamment du Premier ministre roumain, Victor Viorel Ponta, et de son ministre de la Défense, Mircea Dusa ainsi que du PDG d'Airbus HC, Guillaume Faury. Les négociations devraient durer jusqu'en 2015.

Airbus HC est également prêt à produire des Caracal en Pologne avec le polonais WZL 1. Cette entreprise basée à Lodz et spécialisée dans la maintenance aéronautique assemblera le Caracal si le constructeur franco-allemand gagne une compétition portant sur l'acquisition par Varsovie de 70 hélicoptères de transport pour un montant estimé entre 2,5 et 3 milliards d'euros. De son côté, le motoriste et partenaire d'Airbus Helicopters dans cet appel d'offre, Turbomeca (groupe Safran), installera une chaîne d'assemblage pour les turbines de l'EC725.

 

Pénétrer le marché militaire low cost

Cet accord permettrait à Airbus Helicopters de pénétrer le marché low dans le domaine militaire et des missions gouvernementales de type ONU, évalué à 2,7 milliards d'euros par an, sur lequel Airbus HC veut être désormais plus présent. Si le constructeur de Marignane a gagné récemment en Bolivie un joli contrat fin 2013 (six Super Puma AS332 C1e), il a toutefois perdu au Pérou une commande de 24 appareils en décembre 2013. Ce sont les Russes beaucoup moins chers (MI-17) qui avaient raflé ce contrat.

Ce partenariat avec IAR Brasov s'il était conclu devrait entraîner une baisse du prix de vente de cet appareil grâce à une baisse des coûts de production. Et donc de s'aligner sur les capacités financières des clients, qui cherchent des appareils à la fois rustiques et sûrs. Il permettrait en outre de prolonger la vie du Super Puma MK1, qui se vend à cinq exemplaires environ par an. Pas assez pour rentabiliser les équipements industriels.

 

Un partenariat de longue date

Industria Aeronautica Romana, fondée en 1925 et devenue IAR Brasov, a produit plus de 300 Puma et Alouette sous licence en Roumanie depuis le début des années 1970 pour des besoins nationaux et à l'exportation. En 2002, Airbus helicopters a créé une société commune (JV) avec IAR Brasov (170 salariés) pour réparer et entretenir des Puma et des SuperPuma. cette JV propose des contrats de maintenance à l'export. En 2012, la Grande-Bretagne a ainsi pris possession du premier Puma MK1 modernisé en Puma MK2 par l'usine roumaine.

Ce partenariat devrait également permettre de maintenir des emplois en France dans le domaine de l'avionique, des fabrications de composites et des transmissions.

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 16:20
Capturing Aerial Photos of the World’s Most Advanced Jets


7 oct. 2014 Lockheed Martin

 

Liz Kaszynski is one of 10 aerial photographers at Lockheed Martin who are trained and certified to take pictures while flying in the backseat of fighter jets. Liz is also our sole female aerial photographer for the F-35. Get an inside look at what it takes to capture photos of the world’s most advanced jets.

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 12:55
Première sortie à la mer de la FREMM Provence

 

6 Octobre 2014 Marine nationale

 

Le 1er octobre 2014, la frégate multi-missions (FREMM) Provence a appareillé de l’enceinte de DCNS à Lorient qui assure sa réalisation afin d’effectuer sa première sortie à la mer (PSM).

 

Troisième unité du programme national FREMM, le bâtiment avait été mis à l’eau en septembre 2013. Cette première phase d’essais au large des côtes bretonnes porte essentiellement sur les performances de la propulsion, ainsi que sur les systèmes de navigation de la Provence. Les premiers essais relatifs à la mise en œuvre des deux moteurs électriques (MEP) et de la turbine à gaz (TAG) ont été réalisés. Ils ont été complétés par des tests d’endurance sur ces installations, de jour comme de nuit.

 

Parallèlement aux essais de la plateforme, l’entraînement des marins de la Provence s’est poursuivi avec le déroulement de plusieurs entraînements dans le domaine de la sécurité permettant d’apprécier leur réactivité et leur professionnalisme.

 

A l’issue de cette phase, essentielle, de montée en puissance d’un bâtiment en armement, l’ensemble de l’équipage sera en mesure de prendre le large. Cette première sortie à la mer restera assurément un moment fort pour les marins de la Provence et  pose les premiers jalons de l’esprit d’équipage de ce nouveau bâtiment de combat.

Première sortie à la mer de la FREMM Provence

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 12:50
Thales at AUSA 2014


7 oct. 2014 Thales Group

 

Held every October in Washington D.C., the AUSA Annual Meeting & Exposition is one of the largest land warfare expositions and professional development forums in the world. The Annual Meeting consists of informative presentations, panel discussions on pertinent military and national security subjects, workshops and important AUSA business meetings. The three day event also includes over 500 industry and military exhibits occupying over 250,000 net square feet of exhibit space. Presentations on the state of the Army and related defense subjects are given by the Secretary of the Army, the Army Chief of Staff and other senior Army and Department of Defense representatives.

Each year over 30,000 attendees, including senior leaders from the Army, DoD and congress, as well as foreign dignitaries participate in the Annual Meeting. The event provides a unique opportunity to showcase defense industry products and services to key Army and DoD decision-makers, discover new developments in defense technology and meet with colleagues from the world-wide defense community.

More information: https://www.thalesgroup.com/en/united...

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 12:40
L’avion russo-chinois à large fuselage renforcera la sécurité des deux pays

 

06/10/2014 Par Vassili Kachine, la Voix de la Russie-RIA Novosti

 

La conception du futur avion à large fuselage a une importance stratégique militaire. Elle sera utile pour l’économie russe et chinoise mais aussi pour les forces aériennes des deux pays.

 

Alexandre Touliakov, vice-président de la Compagnie aéronautique unifiée russe (OAK), a déclaré que la fabrication en série et les ventes du futur avion russo-chinois à large fuselage pourraient commencer dès 2025. La situation internationale actuelle a considérablement raffermi la volonté politique des deux pays de réaliser ce projet, note Vassili Kachine, expert du Centre d’analyse des stratégies et des technologies.

 

D’ici dix ans, nos pays disposeront de programmes autonomes de fabrication d’avions régionaux de transport commercial (Superjet-100 et ARJ-21) et d’avions de ligne à fuselage étroit (le MS-21 russe et le S-919 chinois). Un avion à large fuselage permettra quant à lui de passer à une intégration étroite des industries aéronautiques civiles de nos pays et à une lutte commune ultérieure pour les nouveaux débouchés.

 

La coopération avec la Russie pourrait être utile à la Chine car l’OAK possède une riche expérience de conception d’avions de types différents. La Russie est par ailleurs le premier producteur mondial de titane et la société russe VSNPO Avisma a déjà signé un contrat pour livrer des pièces en titane pour l’avion chinois S-919. La fabrication d’un avion à large fuselage sans aucune dépendance vis-à-vis de l’Occident ouvrira des perspectives d’exportation de ce genre d’appareils dans les pays frappés de sanctions occidentales comme par exemple l’Iran. L’utilisation d’un tel avion à des fins militaires est prometteuse elle aussi.

 

La Russie et la Chine emploient aujourd’hui les deux les avions-radars à long rayon d'action et d’autres appareils spécialisés qui ont été conçus principalement à partir d’avions de transport militaire. Cependant, ce sont souvent les avions civils et non pas ceux de transport militaire qui servent de base aux avions-radars à long rayon d'action, aux avions-ravitailleurs et aux avions de reconnaissance dans les pays occidentaux. Les avions civils sont plus économiques et commodes, ils ont une plus grande autonomie et vitesse et ils sont souvent rééquipés en avions ravitailleurs et en avions de reconnaissance. La conception du futur avion à large fuselage a donc une importance stratégique militaire. Elle sera utile pour l’économie russe et chinoise mais aussi pour les forces aériennes des deux pays.

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 12:20
BAE System's HERCULES recovery vehicle. (BAE photo)

BAE System's HERCULES recovery vehicle. (BAE photo)

 

Oct. 6, 2014 By Richard Tomkins (UPI)

 

BAE Systems is to convert more Army M88A1 recovery vehicles to an improved configuration.

 

YORK, Pa., Oct. 6 -- Dozens of U.S. Army M88A1 recovery vehicles are to be converted to a new configuration by BAE Systems under a $153.6 million contract.

 

A total of 53 M88A1 recovery vehicles will be converted to the M88A2 Heavy Equipment Recovery Combat Utility Lift Evacuation System -- or HERCULES -- configuration, which is able to recover the M1 Abrams tank and the heaviest mine-resistant ambush protected variants on the battlefield.

 

"This contract provides enhanced capabilities for America's soldiers and will help preserve the defense industrial base by retaining critical employees and unique skill sets," said Adam Zarfoss, director of Artillery and Recovery Systems at BAE Systems. "The HERCULES is a significant upgrade over its predecessor and is essential to fulfill successful recovery missions."

 

Work on the vehicles will be primarily conducted at company facilities in York, Pa., extending the M88 production line within the Combat Vehicle Industrial Base through 2016.

 

BAE Systems said additional work under the contract would be performed at Anniston Army Depot and BAE Systems' Aiken, S.C., facility.

 

The company has so far converted nearly 650 U.S. Army M88 vehicles to the HERCULES configuration.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories