Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 septembre 2014 2 16 /09 /septembre /2014 11:50
Thales Alenia Space signs new EGNOS framework contract with ESA
 
September 12, 2014 Thales Group
 

Cannes, September 12th, 2014 – Thales Alenia Space announced today that it has signed a new framework contract with the European Space Agency (ESA) concerning the EGNOS navigation system. The contract will enable ESA, delegated by the European Commission, to order work packages from Thales Alenia Space France for the period 2014-2017, to develop new versions of EGNOS V2. Designed to ensure the continuous improvement of EGNOS performance, these new versions will guarantee optimum service quality for users, while also addressing the need to manage obsolescence.

Thales Alenia Space is the prime contractor for EGNOS, the European Geostationary Navigation Overlay System, which is designed to improve the positioning signals delivered by the GPS satellite navigation system. EGNOS was deployed starting in 2005, and has been operational since 2009, for open service. The system's "Safety of Life" service was officially declared operational in March 2011, and allows it to be used for aircraft landing, enabling precision approaches to European airports without ground guidance aids.

"The signature of this framework contract with ESA, in the presence of GSA*, marks a decisive new step for Europe's EGNOS navigation system," noted Philippe Blatt, head of the Navigation business line at Thales Alenia Space France. "We are already prime contractor for the Galileo Mission Segment (GMS), the Galileo Security Facility (GSF) and the Galileo system. This latest contract confirms Thales Alenia Space's position as the European leader in satellite navigation, a position we have held for over 20 years."


* GSA: European GNSS Agency


About Thales Alenia Space

Thales Alenia Space, a joint venture between Thales (67%) and Finmeccanica (33%), is a key European player in space telecommunications, navigation, Earth observation, exploration and orbital infrastructures. Thales Alenia Space and Telespazio form the two parent companies' “Space Alliance”, which offers a complete range of services and solutions. Because of its unrivaled expertise in dual (civil/military) missions, constellations, flexible payloads, altimetry, meteorology and high-resolution optical and radar instruments, Thales Alenia Space is the natural partner to countries that want to expand their space program. The company posted consolidated revenues in excess of 2 billion euros in 2013, and has 7,500 employees in six countries. www.thalesaleniaspace.com

Partager cet article

Repost0
16 septembre 2014 2 16 /09 /septembre /2014 11:30
La Turquie est prête à partager avec l’Azerbaïdjan les technologies les plus importantes dans l'industrie de défense

 

15 Septembre 2014 Rachad Suleymanov – APA

 

Bakou.. La Turquie est prête à partager avec l’Azerbaïdjan les technologies les plus importantes dans l'industrie de défense, a confié Ismail Demir, secrétaire d'Etat aux industries de défense (SSM),  à l’APA.

 

Selon Demir, l’Azerbaïdjan a été en mesure de réaliser des projets importants dans l'industrie de défense, au sein d'une courte période de temps : « Les entreprises turques de l'industrie de défense apportent également leur soutien dans ce domaine.

 

ASELSAN, ROKETSAN, MKE et d'autres entreprises turques sont impliquées dans les projets qui sont y réalisés. Dans les réunions tenues au sein de l’ADEX 2014, nous avons discuté de divers aspects de la coopération » dit-il.

 

« Il existe deux domaines de coopération dans l'industrie de défense entre deux pays. Premier – la vente directe des compagnies turques, deuxième - la mise en œuvre de projets conjoints. Nous croyons que notre activité sera élargie dans la seconde direction. Les entreprises turques seront en mesure de contribuer au développement de l'industrie de la défense de l’Azerbaïdjan fraternel » a-t-il conclu.

Partager cet article

Repost0
16 septembre 2014 2 16 /09 /septembre /2014 07:50
Airbus DS continues transformation with portfolio optimization

 

16 September 2014 Airbus Gtoup

 

    Activities in Space (Launchers and satellites), Military Aircraft, Missiles and related Systems and Services are core and to be strengthened

    Businesses in non-core segments will be divested

    Reinforce Airbus Defence and Space as a sustainable and successful pillar of Airbus Group

 

After a detailed and comprehensive portfolio assessment, Airbus Defence and Space has defined Space (Launchers & Satellites), Military Aircraft, Missiles and related Systems and Services as its future core businesses. These are the areas in which the Division will further invest to strengthen its leading position.

 

Some business areas are identified as divestment candidates as they do not fit the strategic goals and for which the company sees possibilities to increase their development potential in different set-ups.

 

This concerns, first of all, our commercial and para-public communication business (including Professional Mobile Radio and commercial satellite communications services activities), which will have better chances for growth and market success in different ownership structures.

 

Airbus Defence and Space further intends to sell some of its subsidiaries and participations, including Fairchild Controls, Rostock System-Technik, AvDef, ESG and Atlas Elektronik.

 

For the Division’s Security and Defence Electronics businesses further industrial alternatives will be explored in order to best develop and position these businesses for future growth and value creation.

 

"The portfolio decisions for Airbus Defence and Space are the logical follow-up to our Group‎ Strategy Review in 2013. They will foster the strengths of the division and, hence, will result in an even stronger focus on our Group's core activities, aeronautics and space," said Tom Enders, CEO of Airbus Group.

 

“Given the tight budgetary situation in our home countries and increasing competition on global markets, the portfolio review is an essential element to further develop our defence and space business and to ensure its competitiveness”, said Bernhard Gerwert, CEO of Airbus Defence and Space. “We have identified those segments where this is an achievable target and those where we should explore alternative options. In short, the portfolio review is a logical next step in the overall transformation process. It will strengthen Airbus Defence and Space’s business core, unlocking its full potential to drive the defence and space industry forwards, particularly on critically important international growth markets.

 

All these decisions will of course respect our national security agreements and will be discussed with employee representatives in a fair and open way”, added Bernhard Gerwert.

 

The first milestone of the Division’s transformation, as announced last year, was the reorganisation of the three former business entities – Astrium, Airbus Military and Cassidian – into one single organisation. This target was achieved on 1 July 2014, according to plan. A next significant milestone was to secure the future of the Division’s space launcher business, which received a major boost through the planned joint venture with Safran, as announced in June 2014, and which is currently being further developed.

 

About Airbus Group

 

Airbus Group is a global leader in aeronautics, space and related services. In 2013, the Group – comprising Airbus, Airbus Defence and Space and Airbus Helicopters – generated revenues of € 57.6 billion (restated) and employed a workforce of around 139,000 (restated).

About Airbus Defence and Space

 

Airbus Defence and Space is a division of the Airbus group, formed by a merger between the businesses of Cassidian, Astrium and Airbus Military. This new division is Europe' number one in the space and defence industry, the world's number two in the space industry and is one of the world's top ten defence industry companies. It has annual revenues of around €14 billion with a workforce of some 40,000 employees.

Partager cet article

Repost0
16 septembre 2014 2 16 /09 /septembre /2014 07:50
Dual Mode Brimstone- Afghanistan & Libya Combat Footage


15 sept. 2014 MBDAInc

 

Authentic combat footage of MBDA's Dual Mode Brimstone striking targets in Afghanistan and Libya

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 15:50
photo Airbus

photo Airbus

 

12 septembre 2014, Usinenouvelle.com (Reuters)

 

Le président exécutif d'Airbus, Thomas Enders, critique les restrictions qu'impose le gouvernement allemand sur les exportations de biens de défense et juge que cette position est susceptible de dissuader les sociétés internationales de coopérer sur de futurs projets.

 

"Quand il s'agit de défense et de politique de sécurité, ce que le gouvernement allemand dit et ce qu'il fait sont deux choses très différentes", affirme Thomas Enders dans une déclaration envoyée à Reuters.

 

Le ministre allemand de l'Economie, Sigmar Gabriel, qui veut durcir les règles pour l'exportation d'armement vers les zones sensibles, a déclaré en août aux industriels du secteur que leur avenir dépendait d'une consolidation avec leurs pairs européens. Pourtant, selon un article de Die Zeit publié la semaine dernière, il préférerait voir le groupe de défense Krauss-Maffei Wegmann (KMW) se rapprocher de son compatriote Rheinmetall plutôt que de fusionner avec le français Nexter.

 

En outre, Berlin bloquerait actuellement un contrat de missiles de MBDA au Qatar en n'autorisant pas le transfert de pièces détachées de l'Allemagne vers la France, apprend-on de sources du secteur de la défense. Le quotidien Les Echos a fait état de ce blocage le 10 septembre. Airbus détient 37,5% de MBDA, le missilier dont BAE Systems et Finmeccanica sont également actionnaires.

 

Conséquences sur l'emploi

 

Thomas Enders, qui a supervisé la restructuration du capital d'Airbus Group pour limiter l'influence des Etats français et allemand, dit que les restrictions à l'exportation pèseront sur l'emploi en Allemagne. Il ajoute que la politique de Berlin pourrait freiner le développement secteur en Europe. "Alors qu'on parle sans cesse de davantage de coopération et de consolidation du secteur de la défense en Europe, on s'attaque à des décennies de coopération franco-allemande."

 

L'industrie de la défense en Allemagne emploie environ 80 000 personnes, avec des exportations en hausse de 24% à 5,85 milliards d'euros en 2013. Cette envolée des ventes à l'étranger a décidé le ministre allemand de l'Economie à freiner les exportations d'armes vers des pays comme le Qatar et l'Arabie Saoudite, dont les achats contribuaient à faire du pays le troisième exportateur d'armement au monde.

 

L'Allemagne va plus loin que Bruxelles

 

Les entreprises allemandes ont déjà reproché à la politique de Sigmar Gabriel d'avoir entrainé le rejet de milliers de licences d'exportation d'armes et Rheinmetall a lancé un avertissement sur ses résultats après le blocage par Berlin d'un accord pour la vente d'équipements de simulation de combat à la Russie.

 

Le gouvernement allemand est ainsi allé plus loin que les sanctions décidées par l'Union européenne à l'encontre de la Russie pour son rôle dans le crise ukrainienne. D'après le texte de ces sanctions, l'embargo sur les exportations d'armes vers la Russie n'est pas rétroactif et ne concerne donc pas des contrats déjà signés.

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 11:55
Des drones autonomes en passe de révolutionner la sécurité des sites privés
 
Septembre 12, 2014 electronique-eci.com

 

 A la tête d'une équipe d'ingénieurs de toutes nationalités, Cédric Cocaud, un jeune ingénieur nord-américain, titulaire d'un doctorat en Génie électrique et systèmes d'information au Japon a conçu et développé son projet aux Etats-Unis pendant deux ans avant de choisir de s'installer en Europe et plus précisément en France. Sky Défense, sa petite entreprise basée en région parisienne, s'apprête à lancer un système de surveillance par drones autonomes qui va révolutionner la sécurité des sites professionnels privés (chantiers, sites industriels de grande surface, sites d'exploitation exposés aux intrusions...).


Le principe :

Des drones équipés de caméras décollent seuls de leur base et se déplacent, de nuit comme de jour sur un site, de façon autonome et aléatoire en modifiant leurs trajets ou leurs horaires. Ils peuvent identifier une intrusion, s'approcher des intrus, les enregistrer et reconnaître (par comparaison) des visages ou des plaques d'immatriculation et transmettre des données (images et vidéos) en temps réel vers des sites distants où un opérateur peut décider de prévenir une équipe d'intervention ou de prendre le contrôle du drone pour entrer en contact avec les intrus. Leur ronde terminée, les drones effectuent seul leur retour vers la station de rechargement.

Amélioration de la protection du site, baisse des coûts de sécurité, diminution des risques pour le personnel de sécurité, sont quelques uns des nombreux avantages de ces drones, dont les premiers exemplaires pourront être livrés dès le mois de juin 2015.

En attendant, le fondateur de Sky Défense cherche des partenaires ; mais au regard d'un taux de croissance qui s'annonce à trois chiffres pour les cinq premières années et de l'étendue des marchés potentiels, on peut imaginer qu'il n'aura pas trop de difficultés à boucler son tour de table.

www.skydefense.com

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 11:30
TALON LGR - photo Raytheon

TALON LGR - photo Raytheon

 

TUCSON, Ariz., Sept. 15, 2014 /PRNewswire

 

TALON will provide increased precision in the battlespace

 

Under a $117 million contract awarded to Raytheon Company (NYSE: RTN), Raytheon Missile Systems has begun production of the TALON Laser Guided Rocket. In 2013, the Armed Forces General Headquarters of the United Arab Emirates awarded Tawazun a contract to procure the TALON Laser Guided Rocket.

 

"Full rate production of the TALON LGR is a significant milestone for Raytheon and the program," said Darryl Kreitman, Raytheon TALON program director. "UAE defense manufacturing industry participated in development of this revolutionary system and the end user can now benefit from this laser guided precision capability." 

 

Under the contract, Raytheon will maintain full integration of the TALON system into the UAE Armed Forces to include logistics, training and warranty support. Raytheon is also exploring options to integrate TALON onto NIMR armored vehicles which are now serving in different units of the UAE Armed Forces.

 

Earlier this year, the U.S. Army awarded TALON Air Worthiness Certification on the Apache attack helicopter.  During TALON's development and test program, Raytheon completed more than 35 TALON firings from the AH-64D Apache, resulting in a solution that is ready for international direct commercial sales customers today.

 

About TALON

The TALON LGR is a low-cost, digital semi-active laser guidance and control kit co-developed with the United Arab Emirates. The TALON guidance section fits directly to the front of the legacy 2.75-inch Hydra-70 unguided rocket.  TALON's architecture and ease of employment make it a low-cost, highly-precise weapon for missions in urban environments, as well as counter insurgency and swarming boat defense missions.  TALON is fully compatible with existing airborne and ground laser designators.

 

About Tawazun

Borne out of the long-established Tawazun Economic Council, Tawazun was created in 2007 to develop ventures through industrial partnerships and strategic investments that add value to the UAE's industrial manufacturing sector across a number of areas: defense & aerospace, automotive, munitions, metals and technology. Tawazun has established itself as an active industrial investor both locally and internationally by partnering with a hand-picked selection of world-class market leaders to build skills, expertise, products and systems in the UAE. Its investment strategy is designed to drive change within the marketplace, while its aim is to inspire emerging companies by providing strong and consistent support to aid their future expansion.

 

About Raytheon

Raytheon Company, with 2013 sales of $24 billion and 63,000 employees worldwide, is a technology and innovation leader specializing in defense, security and civil markets throughout the world. With a history of innovation spanning 92 years, Raytheon provides state-of-the-art electronics, mission systems integration and other capabilities in the areas of sensing; effects; and command, control, communications and intelligence systems, as well as cyber security and a broad range of mission support services. Raytheon is headquartered in Waltham, Mass. For more about Raytheon, visit us at www.raytheon.com and follow us on Twitter @Raytheon.

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 10:50
Leclerc-VBCI (Nexter- photo G. Belan) - LEOPARD 2 A5 (KMW)

Leclerc-VBCI (Nexter- photo G. Belan) - LEOPARD 2 A5 (KMW)

 

14/09 Jean-Philippe Lacour / Correspondant à Francfort et Thibaut Madelin / Correspondant à Berlin  - lesEchos.fr

 

L’allemand Rheinmetall ­étudie des rapprochements alors que le français Nexter et l’allemand KMW veulent s’unir.

 

Le ministre allemand de l’Economie, Sigmar Gabriel, sème la pagaille dans la coopération entre les industries de défense française et allemande. En cherchant à restreindre les autorisations d’exportation d’armes aux pays non membres de l’UE et de l’Otan, il met à mal plusieurs projets en cours. Au grand dam de Tom Enders, patron d’Airbus et victime collatérale de cette politique. Mais le ministre souhaite aussi qu’une « discussion intensive [soit menée] sur la consolidation nationale » de l’industrie allemande de la défense alors même que le français Nexter et l’allemand Krauss-Maffei Wegmann (KMW) mènent un projet de fusion visant à créer un Airbus de l’armement terrestre.

 

Profitant de ces réticences, un troisième acteur s’est mis en embuscade, l’allemand Rheinmetall. Selon le « Handelsblatt », le groupe de Düsseldorf étudie plusieurs opérations de rapprochement. Des discussions préliminaires auraient lieu entre Rheinmetall et la division marine du sidérurgiste ThyssenKrupp. Une activité de 1,3 milliard d’euros de chiffre d’affaires. ThyssenKrupp aurait contacté plusieurs acheteurs potentiels pour sa filiale de sous-marins, dont le français DCNS, selon Reuters. Autre cible étudiée par Rheinmetall, Atlas Elektronik, une coentreprise de ThyssenKrupp et de la branche défense d’Airbus, fournisseur dans la marine, et Optronics, une filiale d’Airbus produisant des systèmes de laser. Tom Enders songe à se débarrasser de ces activités. Une annonce pourrait même intervenir d’ici à la fin du mois selon Reuters. Interrogées, les sociétés n’ont pas souhaité faire de commentaire.

 

Embarras

 

Si les pourparlers entre Nexter et KMW progressent, les oukases du ministre allemand pourraient amputer la valorisation du groupe de Munich, en bloquant des contrats à l’export. Cela gênerait la mise en œuvre d’une fusion entre égaux, indique la FAZ, qui cite l’entourage du ministère de la Défense à Paris. Frank Haun, le patron de KMW, a rencontré Sigmar Gabriel vendredi. Rien n’a filtré de l’entretien et on affirme à Berlin que les entreprises sont libres de leurs décisions.

 

D’un point de vue juridique, Berlin devrait donner son feu vert à une fusion entre KMW et Nexter. Mais, sur un plan purement politique, un rapprochement entre KMW et Rheinmetall, déjà partenaires sur le char Leopard, aurait les faveurs de la classe politique allemande.

Partager cet article

Repost0
14 septembre 2014 7 14 /09 /septembre /2014 17:40
7ème édition du salon international « MILEX 2014 » - Article by SITTA



11/09/2014 SITTA
 

Une des principales attractions du salon Milex 2014 était la première présentation publique du système sol-air S-125 modernisé sur le stand de la société d’import-export et de services Belspetsvneshtechnika (BSVT). La société biélorusse Alevkurp, membre de la nouvelle « holding Radar Systems » assure la maitrise d’œuvre de cette modernisation identifiée S-125 Pechora 2BM. L’évolution concerne la mobilité et les performances du système avec une distance maximale d’interception qui passe de 27 km à 30 km.

En configuration opérationnelle, les quatre lanceurs et le radar de conduite de tir sont positionnés sur des plateaux de semi-remorques équipés de vérins de soutènement et de mise à niveau. Le poste de commandement et d’opération est intégré dans un shelter amovible porté par un camion MAZ. Les modernisations électroniques portent principalement sur la partie réception du poste antenne du radar de conduite de tir et sur le remplacement de l’ensemble des servomécanismes du système. On note également le remplacement de la partie optronique et l’adjonction de circuits spécialisés dédiés à la fonction antibrouillage. Les équipements du poste d’opération intègrent des écrans modernes à menus déroulants. Avec le Pechora 2BM de BSVT, la Biélorussie, qui propose déjà le Pechora 2TM de l’industriel Tetraedr et le Pechora 2M du groupe russo-biélorusse Defence System, se place comme un acteur majeur de la modernisation des S-125.

Système S-125 Pechora 2BM BSVT Biélorussie

Bien que de conception ancienne, le Strela-10 reste une référence parmi les systèmes sol-air de très courte portée équipés de missiles à guidage infrarouge. BSVTpropose d’en prolonger la durée de vie et d’améliorer ses performances grâce à sa modernisation Strela-10BM2. Cette réalisation, menée en partenariat avec l’usine biélorusse Gomel, porte principalement sur la partie électronique et sur la fonction détection, acquisition et poursuite de la cible.

Le télémètre radar est remplacé par un bloc optronique équipé d’une voie TV jour, d’une voie thermique et d’une télémétrie laser capable d’assurer la détection et la poursuite d’une cible en mode automatique. La capacité d’engager une cible de nuit est aussi fortement améliorée. La console du commandant de peloton est automatisée, les moyens radios sont de dernière génération et un groupe électrogène amovible est installé à l’arrière du véhicule. L’emploi des missiles 9M37 ou 9M333 d’origine ne permet pas d’accroître la distance maximale d’interception du système de base mais leur remplacement est à l’étude. Il permettrait d’utiliser la pleine capacité du nouveau système optronique.

Système Strela-10BM2 BSVT Biélorussie

BSVT exposait également sa dernière évolution du radar d’altimétrie russe PRV-13, équipement déjà ancien. Cette modernisation porte la dénomination de PRV-13BM. Elle conserve l’architecture à trois cabines montées sur trains roulants pour le radar, le poste opérateur et la génération électrique.

L’antenne, fiable et performante, est conservée mais la partie émission-réception est entièrement revue. Les éléments d’ancienne génération sont remplacés par des modules à état solide et le traitement est numérisé. Un dispositif de gestion des brouilleurs est intégré. Les équipements d’origine de la cabine opérateur sont remplacés par une console moderne. Le gain de place permet l’aménagement d’un compartiment repos susceptible d’être utilisé pour l’installation d’un second poste opérateur selon l’option du client. La cabine de génération électrique abrite deux nouveaux groupes électrogènes à moteur diésel Deutz. Cette remise à niveau majeure du radar PRV-13apporte un gain conséquent en termes de distance de détection. Elle limite le temps et le nombre des opérations de maintenance et fournit un confort d’utilisation qui égale celui des radars modernes. Les très nombreux utilisateurs de la version d’origine souhaitant moderniser leur parc radar à moindre coût seront certainement séduits par le PRV-13BM.

Radar PRV-13BM BSVT Biélorussie

Toujours dans le domaine de la modernisation des équipements radars russes d’ancienne génération, la société Tetraedr présentait son ultime évolution du P-18 sous la dénomination de TRS-2D. Initiée en 2007 et présentée une première fois au salon Maks 2011, la modernisation TRS-2D a atteint son stade final de développement.

La particularité de cette ultime évolution consiste en l’adjonction d’un système automatisé de déploiement/repliement de l’antenne dont le principal intérêt est de réduire considérablement le temps de changement de position. Le passage de la position route à la position opérationnelle est désormais effectif en 20 mn contre plus d’une heure sur les versions classiques.

Radar TRS-2D Tetraedr Biélorussie

La jeune société KB Radar, membre de la Holding  Radar Systems, est un acteur majeur dans le développement des systèmes de détection et de brouillage biélorusse. Elle présentait en extérieur son équipement emblématique, le radar 2D Vostok-E. Son stand intérieur a permis d’apprécier l’ensemble de sa production et les développements en cours. L’évolution de la famille Vostok était particulièrement mise en avant avec quatre nouvelles variantes.

La première est une évolution directe du radar en bande VHF 2D Vostok-E avec l’adjonction, au dos, d’une antenne supplémentaire qui permet d’obtenir l’altitude de la cible. La version est identifiée Vostok-3D.  La seconde variante est également une évolution du radar 2D de base vers la fonction 3D. Contrairement au Vostok-3D, la mesure de l’altitude de la cible n’est pas obtenue par l’ajout d’une antenne supplémentaire mais par la modification de l’antenne principale. Cette version est identifiée Vostok-3D VHF 360/600. Les deux dernières variantes sont des nouveaux équipements, un radar d’altimétrie équipé d’une antenne cylindrique pour le Vostok-Vet un radar 3D en bande S pour le Vostok-3S.

Avec ces évolutions, KB Radar propose maintenant un ensemble d’équipements radars susceptible de couvrir les différents besoins des clients en matière de surveillance. Il se pose comme un concurrent direct de la société russe NNIIRT.

Stand de la société KB Radar Biélorussie

L’usine de réparation biélorusse 2566 de Borisov présentait une modernisation des systèmes OSA-AK/AKM. Le véhicule de combat au standard 9A33BM2/BM3 est porté au standard 9A33-1B. Les évolutions concernent l’électronique et le système optronique.

Les circuits de réception des radars de veille et de conduite de tir bénéficient de l’avancée technologique dans le domaine des hautes fréquences ce qui permet d’accroître leur portée. La détection d’une cible est ainsi possible à 60 km contre 45 km sur la version standard. Un nouveau bloc optronique permet la détection et la poursuite automatique de la cible. L’ensemble des écrans de contrôle est remplacé par des équipements modernes et un poste spécifique dédié au commandant de peloton est intégré au véhicule. La modification des ordres de guidage du missile permet une distance d’interception de la cible à 12 km contre 10 km pour le système OSA-AKM. De nouvelles évolutions sont à l’étude pour le remplacement du missile et du radar de veille.

Bien que concurrente du OSA-1T modernisé par Tetraedr, la réalisation de l’usine2566 devrait trouver une place sur le marché de la revalorisation des très nombreux systèmes OSA en service.

Système OSA-AKM modernisé Usine 2566 Biélorussie

Dans le domaine de la guerre électronique, les sociétés KB Radar et Minotor Serviceprésentaient un nouveau brouilleur de communication, le KIWI.

L’équipement électronique fourni par KB Radar est intégré sur un châssis Mosquitoconstruit par Minotor Service. Le système est équipé d’une fonction recherche et détection sur une plage de fréquence de 30 à 3 000 MHz et d’une fonction brouillage de 30 à 512 MHz. Dans le cas d’une émission en saut de fréquence, la détection du signal est possible jusqu’à 1 000 sauts/seconde et le brouillage jusqu’à 300 sauts/seconde. En mode fréquence fixe le KIWIpeut brouiller simultanément 12 systèmes. La puissance de brouillage est de 3 KW répartie en 3 sous-gammes de fréquence de 1 KW chacune.

Système de guerre électronique KIWI KB Radar/Minotor Service Biélorussie

La société Agat Control Systems intégrée à la holding biélorusse Geoinformation Control Systems présentait sa station relais de transmission numérique mobile R-434 récemment mise en service dans les forces armées biélorusses.

La station est composée de trois ensembles. Un véhicule antenne R-434MT, sur un porteur MZKT 65273-040 muni d’un mât de 38 m confectionné par la société biélorusse Volatavto, est équipé de l’ensemble des antennes de communication. Un véhicule R-434A, sur un porteur MZKT 65273-11, comprend le shelter dédié aux postes opérateurs et aux équipements de transmission. Une remorque MAZ 892600-17 transporte l’ensemble des câbles de la station.

La station assure la liaison radio vers trois clients grâce à des commutateurs R-424. Chaque liaison dispose de 16 canaux.

Relais radio R-434 AGAT Biélorussie

Partager cet article

Repost0
12 septembre 2014 5 12 /09 /septembre /2014 16:55
Gruau mise sur les drones

 

12 septembre, 2014 Frédéric Lert (FOB)

 

Le salon des drones de Bordeaux-Mérignac (UAV Show) a donné l’occasion à Gruau de présenter un premier véhicule spécifiquement aménagé pour la mise en œuvre des drones légers. Sur une base de Citroën Berlingo, le véhicule emporte des armoires de rangement, un plateau pour l’emport du drone, une source d’énergie autonome (groupe électrogène et batterie) et une tablette permettant d’utiliser un PC portable. Gruau, qui est le spécialiste de la carrosserie sur véhicule utilitaire, n’en est pas à son coup d’essai puisque l’a société a déjà fourni cinq fourgons aménagés au groupe Intra, spécialiste des interventions robotiques sur accident. Mais il ne s’agissait encore que d’emporter des drones terrestres. La différence est à vrai dire assez mince, Gruau proposant des aménagements sur mesure à ses prospects. Qu’il s’agisse de drone à roulettes ou drone volant, les besoins restent similaires en matière de fourniture d’énergie, de rangement d’outillages et de station de pilotage. Avec cet aménagement, le carrossier mise sur le développement de l’usage des drones dans un très large éventail de missions, depuis la surveillance jusqu’à l’agriculture, en passant par l’industrie, l’énergie ou encore l’environnement.

Partager cet article

Repost0
12 septembre 2014 5 12 /09 /septembre /2014 14:55
Les opérateurs de la société Delair-Tech lors de la démonstration du DT-26 sur le camp de Souge.

Les opérateurs de la société Delair-Tech lors de la démonstration du DT-26 sur le camp de Souge.

 

12/09/2014 Paul Hessenbruch  -  DICOD Economie et technologie

 

La 3e édition de l’UAV Show s’est déroulée du 9 au 11 septembre 2014 sur la base aérienne 106 de Bordeaux - Mérignac. Le ministère de la Défense, représenté par la Direction générale de l’armement (DGA),  y présentait des projets innovants.

 

Lors de la 3e édition du salon du drone, l’UAV Show, qui s’est tenu à Bordeaux – Mérignac du 9 au 11 septembre, la Direction générale de l’armement (DGA) a présenté le drone DT-26 de la société Delair-Tech.  Conçu dans le cadre du dispositif RAPID (régime d'appui pour l'innovation duale) destiné aux PME et ETI (entreprises de taille intermédiaire), ce drone de 8Kg est capable d’effectuer des missions de reconnaissance et détecter automatiquement des anomalies comme la présence de personnes et de véhicules, des fuites d’huile ou de gaz, etc.

 

« Ce qui a séduit la DGA pour participer au financement de notre drone, c’est la dualité des missions qu’il sera capable d’effectuer à terme. On peut en effet imaginer qu’il soit utilisé dans le civil  mais aussi qu’il puisse avoir des applications militaires », explique Marion Baroux, la responsable commerciale de la société.

 

Lors du salon, la société a ainsi pu effectuer des vols de démonstrations sur le camp de Souge, pour montrer au public présent la mise en œuvre et les capacités du drone.

 

Durant les deux jours du salon, des conférences, ateliers, rendez-vous d’affaires et démonstrations dynamiques ont permis aux professionnels du marché d’échanger sur le développement des applications dans des domaines aussi variés que le bâtiment, l’agriculture, la sureté, la sécurité et la prise de vue.

Partager cet article

Repost0
12 septembre 2014 5 12 /09 /septembre /2014 11:55
Pilatus PC6 credits-sirpa-terre

Pilatus PC6 credits-sirpa-terre

 

11 septembre, 2014 Frédéric Lert (FOB)

 

Dans la foulée de l’université d’été de la défense, la base aérienne 106 a également accueilli le salon du drone et celui de la maintenance aéronautique. En bordeluche, le premier se dit UAV show et le second Air Defense Support Show.

 

L’ADS Show a été l’occasion pour la SIMMAD, qui jouait à domicile, de rappeler son action dans la promotion des PME-PMI françaises pour les activités de maintenance. Rappelons que la SIMMAD tient un rôle central dans le MCO (maintien en condition opérationnelle) des aéronefs de sept acteurs étatiques français : armée de l’Air, Marine, armée de Terre, Gendarmerie, douanes, Sécurité civile et DGA. Soit un total de 1288 appareils : 703 avions, 581 hélicoptères et… 4 drones.

 

Chaque année, la SIMMAD passe environ 2,2 Mds € de contrat vers les industriels étatique et l’industrie privée. Et dans ce dernier cas, la plus grande attention est désormais portée aux PME-PMI.

 

« Nous essayons de « déglobaliser » nos contrats pour les rendre accessibles aux PME-PMI qui ne peuvent pas gérer des volumes d’affaires trop importants » expliquait-on sur le stand de la SIMMAD. « Nous nous posons maintenant systématiquement la question de savoir si tel ou tel contrat leur est accessible, le cas échéant en détachant les prestations en différents lots ». L’an dernier, la SIMMAD a passé 150 petits marchés « adaptés » dont 75% sont allés à des PME. L’organisme dispose aujourd’hui d’un fichier de 200 entreprises de taille réduite dans lequel elle sait piocher pour une mise en concurrence, mais sans lancement d’appel d’offre, pour les montants inférieurs à 15.000 euros.

 

Sur une quarantaine de procédures à venir fin 2014/début 2015 pour l’attribution de contrats de maintenance,  la SIMMAD explique ainsi en avoir une dizaine directement accessible aux PME – PMI. Il s’agit la plupart du temps d’intervenir sur des matériels assez proche du monde civil, tels que les Pilatus PC6 de l’Alat, les Ecureuil de la Gendarmerie ou les Fennec de l’armée de l’Air.

 

Travailler avec les PME complique parfois le travail logistique, par exemple lorsqu’il s’agit de confier des outillages ou des équipements aux sociétés prestataires. Conséquence du pacte « Défense PME », des efforts sont également consentis en matière de délais de paiement ou d’avances forfaitaires. Bien évidemment, l’impact d’une telle politique est essentiel sur le tissu industriel local. « Mais, précise-t-on encore au niveau de la SIMMAD, on reste parfois sur notre faim : les PME n’ont pas toujours le réflexe de s’intéresser aux publications du bulletin officiel des marchés publics… »

Partager cet article

Repost0
12 septembre 2014 5 12 /09 /septembre /2014 11:35
Armement : MBDA pourrait perdre très gros en Inde

Le programme SRSAM développé en partie par le missilier MBDA pourrait être annulé en Inde (Crédits : MBDA)

 

12/09/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Un contrat de 1,8 milliard d'euros en Inde pourrait échapper au missilier européen et à son partenaire Thales. Faute de financement, New Delhi pourrait annuler le programme SRSAM, un missile sol-air. En revanche, MBDA revient en cour en Turquie.

 

 

Ce serait une grosse tuile pour MBDA et son partenaire Thales en Inde. Selon plusieurs sources concordantes industrielles et étatiques, le nouveau gouvernement indien pourrait annuler le programme SRSAM (Short Range Surface to Air Missile) faute de trouver un financement. Ce missile sol-air de nouvelle génération devait être co-développé avec la DRDO (Defence Research and Development Organisation) et coproduit en Inde avec Bharat Dynamics Limited. Le missilier européen était associé ainsi que son fournisseur, Thales, à ce programme.

"Nous sommes inquiets pour ce projet", explique-t-on aujourd'hui à Paris à La Tribune. Quant aux industriels, ils confirment à demi-mot qu'il règne une certaine confusion en Inde sur ce dossier. D'autant que les Israéliens tentent le tout pour le tout pour faire annuler ce contrat dans ce pays qui reste un de leur meilleur client export.

Pour autant, les autorités françaises poursuivent leurs actions en Inde. "Tant que le programme n'est pas annulé officiellement, nous nous battrons", indique-t-on à Paris. Deux réunions de haut niveau ont ainsi eu lieu lors des deux dernières semaines, selon nos informations. En parallèle, MBDA poursuit également ses actions auprès de la DRDO notamment. Le missilier rappelle que le besoin opérationnel reste évident et les autorités ont conscience des atouts majeurs que représente son offre, qui donne la part belle à l'industrie locale avec un transfert de technologies important.

Vers une annulation ?

Le projet est estimé à 4,5 milliards d'euros (6 milliards de dollars), dont 1,8 milliard d'euros devait revenir à MBDA, qui attend depuis des années ce très beau contrat. En tant que sous-traitant, Thales aurait gonflé son carnet de commandes d'environ 400 millions d'euros. Les deux groupes négocient ce contrat depuis près de dix ans. Depuis décembre 2011, les négociations sont même terminées. En février 2013 à l'issue de la visite de François Hollande, un communiqué de l'ancien Premier ministre indien, Dr Manmohan Singh's avait par ailleurs annoncé avoir conclu avec les industriels les négociations sur le missile SRSAM.

Pour quelles raisons l'Inde pourrait-elle annuler le SRSAM ? Initialement conçu par l'armée de Terre, de l'air et la Marine, ce système ne devait in fine équiper que la seule marine. L'armée de terre et de l'air ont quitté le programme et se sont dirigés vers d'autres programmes... et des budgets concurrents. Notamment le missile Akash développé par la DRDO pour le compte de l'armée de terre et de l'air. Un programme qui a été testé dix fois  par les deux armées depuis le début de l'année. "Les tests ont été conduits dans des configurations d'engagement et de cibles différentes", avait expliqué début août le ministère de la Défense indien.

Retour en grâce en Turquie

La Turquie, qui a fin août prolongé les négociations jusqu'à la fin 2014, mène des discussions avec la France pour l'achat d'un système antimissile (programme T-Loramids) après les difficultés rencontrées dans les négociations avec une société chinoise placée sur liste noire par les États-Unis, a annoncé le président turc cité par la presse dimanche. "Certains désaccords sont survenus avec la Chine sur la question de la fabrication conjointe et du savoir-faire pour le système antimissile", avait déclaré le président Recep Tayyip Erdogan en marge du sommet de l'Otan aux Pays de Galle, selon la télévision privée NTV.

"Malgré cela, les discussions se poursuivent, mais la France, deuxième sur la liste (ndlr: des fournisseurs éventuels) nous a fait une nouvelle offre" et "actuellement nous menons des discussions avec la France", a précisé le chef de l'Etat. Plus précisément avec le GI Eurosam composé de MBDA et Thales. Les deux industriels tricolores, qui étaient arrivés devant le Patriot américain, proposent le système SAMP/T, armé de missiles Aster 30 (MBDA) et équipé des radars Arabel et/ou GM400 (Thales). Pour ce contrat, "la production conjointe est importante pour nous", a expliqué le président turc.

Ankara discutait exclusivement avec Pékin

En septembre 2013, la Turquie avait retenu la compagnie chinoise China Precision Machinery Export-Import Corporation (CPMIEC) pour la livraison de missiles sol-air de longue portée, provoquant la préoccupation de Washington. CPMIEC, qui fabrique le système antimissile HQ-9, est la cible de sanctions américaines pour avoir vendu des armes et de la technologie liée aux missiles à l'Iran et à la Syrie. L'initiative turque avait également irrité les alliés d'Ankara au sein de l'Otan, pour qui les systèmes d'armes des membres de l'Alliance doivent être compatibles entre eux.

CPMIEC avait été retenue au détriment des américains Raytheon et Lockheed Martin, du russe Rosoboronexport et du consortium franco-italien Eurosam (MBDA et Thales) pour ce contrat estimé entre 3 et 4 milliards d'euros. Ankara aurait dû normalement confirmer sa décision à l'été 2014.

Partager cet article

Repost0
12 septembre 2014 5 12 /09 /septembre /2014 11:20
Agile And Deadly: Vision For The Future US Army Combat Vehicle

The GXV should be able to reach 95 percent of all terrain, according to goals set by the program.

 

Sep. 10, 2014 - By KEVIN LILLEY – Defense News

 

A new research program aims to get the next-generation ground combat vehicle off the drawing board.

And if the drawings of it by an Army civilian are any indication, future soldiers could be riding in a lightweight, agile, easy-to-deploy platform ripped straight from the pages of a graphic novel.

The Defense Advanced Research Projects Agency announced the launch of the Ground X-Vehicle Technology program last month, but in May, a report called “GXV Operational Vignettes” went out from the Army Tank Automotive Research, Development and Engineering Center. It includes more than two dozen pages of drawings from James Scott, with TARDEC’s advanced concepts team, offering views of a possible GXV design in a variety of scenarios:

■ Swiveling its turret after somehow “sensing” an enemy sniper, then dispatching most of the building that housed the sni­per.

■ Descending into the war zone via airdrop — eight stored in a single C-17 — and transporting up to 96 soldiers over uneven terrain and through urban environments thanks in part to four independent tracks that can maneuver like wheels.

■ Deflecting incoming ordnance with “movable armor” and stopping a rocket-propelled grenade in midair via an unnamed weapons system.

A TARDEC spokesman confirmed the drawings were part of the Army’s contribution to the DARPA effort and referred all questions to DARPA. A DARPA public affairs contact for the program, who did not wish to be named, said in an email that all available information about GXV-T is on the DARPA website.

Sept. 5 marked a Proposers Day event for the program in DARPA’s offices outside Washington, DC, which was attended by Paul Decker, TARDEC’s deputy program manager for GXV.

The event served to educate possible stakeholders in the project’s requirements, according to a DARPA news release. Those include producing a vehicle that’s 50 percent smaller and lighter than “today’s armored fighting vehicles” and requires half the crew; is twice as fast; can access 95 percent of terrain and has “reduced signatures that enable adversaries to detect and engage vehicles.”

That last part may have led to media reports touting the military’s new “stealth tank,” but beyond reducing detectability, DARPA officials hope to make the vehicle stronger by making sure it can identify and avoid enemy attacks.

“It’s about breaking the ‘more armor’ paradigm,” Kevin Massey, DARPA program manager, said in the release. “We plan to pursue groundbreaking fundamental research and development to help make future armored fighting vehicles significantly more mobile, effective, safe and affordable.”

It’s too early to say what vehicles the GXV might replace, if any, when it would reach even the earliest stages of production, or even whether the designs will resemble the final product — DARPA-generated concept art includes a vehicle with large wheels instead of tracks, for example.

TARDEC, which provides the technological backbone for all Army and Marine ground vehicles, would continue its involvement with the project long past the sketch stages, though DARPA will be in charge of the initial contract awards, which are planned for April 2015 or sooner, according to the news release

Partager cet article

Repost0
12 septembre 2014 5 12 /09 /septembre /2014 07:20
The X-47Bs proved engineering concepts for designing unmanned carrier-based jet aircraft, the objective of the new UCLASS program - photo US Navy

The X-47Bs proved engineering concepts for designing unmanned carrier-based jet aircraft, the objective of the new UCLASS program - photo US Navy

 

 

Sept 11, 2014 defense-unmanned.com

(Source: US Naval Air Systems Command; issued Sept 10, 2014)

 

Navy Integrates ‘Common’ Software Into Next-Generation Unmanned Carrier-Based System

 

PATUXENT RIVER, Md. --- NAVAIR engineers recently installed new software for the Navy’s Unmanned Carrier-Launched Airborne Surveillance and Strike (UCLASS) system’s control station at the program’s Naval Air Station Patuxent River lab.

 

In early September, the UCLASS team integrated the latest iteration of Common Control System (CCS) software into the next-generation unmanned effort, laying the groundwork for potential use across multiple domains –airborne, land and subsurface.

 

“One of the premises that started CCS was not rebuilding the software that we needed for every UAS every time,” said Jeff Davis, CCS team lead. “We focused on using existing products that we have within the Navy inventory to provide that first baseline going forward for the next UAS, in this case UCLASS. As a result, this allows development investment to focus on the future — the new capabilities that you can bring to the fleet.”

 

This new software version is the first to provide an unmanned command and control capability using the latest Navy Interoperability Profile (NIOP) standards. The NIOPs allow control systems to talk to and share data with multiple air vehicles, Davis said.

 

His team leveraged support from other unmanned programs, specifically Triton and Fire Scout, to build baseline software for UCLASS. They are currently testing this software with an air vehicle simulator based on Triton.

 

“This iteration forms the baseline for all future UCLASS control software,” said Cmdr. Wade Harris, Control System and Connectivity (CS&C) lead for UCLASS. “These early lab tests will help inform us as we move forward with development and eventually test with the air vehicle.”

 

As the lead systems integrator, the Navy is spearheading the CS&C and carrier segments, while working with industry to lead the design and development the air system segment.

 

“One of the unique aspects of the UCLASS program is that we have to pull all of the different segments together,” said Ron La France, UCLASS integration lead. “We have the control station and connectivity segment, carrier segment, along with the air system segment. All three of those have to be integrated and tested at the system level and that is what we will do here in this lab.”

 

These government-led segments require a high-level of coordination. The UCLASS program team is working with 72 programs of record, 22 program offices, six program executive offices and three systems commands, he said.

 

UCLASS will be the first-ever, forward-deployed, carrier-based unmanned air system designed to provide persistent intelligence, surveillance, reconnaissance and targeting with precision-strike capability. An early operational capability is anticipated in the 2020-2021 timeframe.

Partager cet article

Repost0
11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 18:50
UE : ces nouvelles sanctions contre la Russie

 

11.09.2014 JDD

 

L'Union européenne avait prévenu dès le début de la semaine : des nouvelles sanctions contre la Russie vont être appliquées. Elles seront être mises en oeuvre dès vendredi, si aucun geste fort n'est fait d'ici là, ce qui crispe Moscou. Le Kremlin a promis de nouvelles mesures de rétorsion contre les pays occidentaux s'ils appliquaient de nouvelles sanctions sur le dossier ukrainien.

Six grandes entreprises russes font partie des cibles européennes, dont les géants pétroliers Rosneft et Transneft, ainsi qu'une branche de Gazprom. Il sera interdit de participer au "financement de la dette de trois grandes entreprises russes du secteur de la défense et de trois autres du secteur de l'énergie", un secteur économique clé pour la Russie.

Par ailleurs, 24 nouvelles personnes se retrouvent interdites de voyager dans l'Union ainsi que de toucher à l'argent qu'elles possèdent dans des banques européennes. De "nouveaux dirigeants du Donbass, les membres du gouvernement de Crimée ainsi que des décideurs et oligarques russes" font désormais partie de la liste des 119 personnes visées par les Vingt-Huit. Par ailleurs, "23 entités demeurent soumises à un gel de leurs avoirs dans l'UE".

 

Moscou prêt à dégainer. Ces annonces ne sont pas pour plaire à la Russie, qui a prévu de contre-attaquer. Au mois d'août, Moscou avait interdit l'importation de produits européens, notamment des produits alimentaires. Cette fois, Moscou élargit son champ d'action et promet des restrictions aux importations de certaines voitures ou des produits de l'industrie légère mais aussi certains vêtements, selon Andreï Belooussov, un conseiller du Kremlin.

Le marché automobile fait partie des secteurs clés du partenariat économique entre la Russie et des pays européens. Les constructeurs ont massivement investi dans le marché russe, ces dernières années.

Partager cet article

Repost0
11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 17:55
Manurhin cherche 20 millions d'euros pour son développement

 

11 septembre 2014 Par Thomas Calinon (Alsace) - l’Usine Nouvelle

 

Ayant retrouvé un haut niveau d'activité, le fabricant de machines destinées à la production de munitions compte investir dans son outil industriel et confirme sa volonté de croissance externe.

 

Réunie mercredi 10 septembre à Mulhouse (Haut-Rhin), l’assemblée générale des actionnaires du groupe Manurhin a autorisé la direction de l’entreprise spécialisée dans la conception et la fabrication de machines destinées à l’industrie des munitions à réaliser un emprunt d'un montant de 20 millions d'euros pour accompagner son développement.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 17:40
7ème édition du salon international « MILEX 2014 »

 

 

11/09/2014 SITTA

 

Du 09 au 12 juillet 2014,  la 7ième édition du salon international « MILEX 2014 » s’est tenue dans le nouveau complexe sportif « Arena »  à Minsk (Biélorussie). Durant quatre jours, plus de 150 sociétés, en majorité biélorusses et russes, ont exposé leurs matériels dans les domaines de la défense terrestre et de la défense anti-aérienne. La Chine participait pour la première fois à ce salon avec la société ALIT qui proposait une gamme variée de matériels dans le domaine de la defense terrestre et de la défense anti-aérienne. Grâce à ses programmes de modernisation de systèmes d’armes d’ancienne génération et le développement de nouveaux radars, la Biélorussie conforte sa position dans les domaines de la défense terrestre et de la défense anti-aérienne.

 

Inauguré par le premier ministre de la république Biélorusse, Mihail Myasnikovich et en présence de Nikolaï Bordyuzha, secrétaire général de l’organisation du traité de sécurité collective (organisation politico-militaire regroupant la Russie, la Biélorussie, l’Armenie, le Kazakhstan, le Kirghistan, et le Tadjikistan), MILEX 2014 a ouvert officiellement ses portes aux professionnels de l’industrie de l’armement le mercredi 09 juillet 2014 à midi.Etaient également présents lors de cette inauguration, Oleg Bochkarev, vice président de la commission militaro-industrielle du gouvernement de la Fédération de Russie, Alexeï Kubrin, secrétaire adjoint de l’état de l’union de la Russie et de la Biélorussie, et Sergueï Gurulev, président du comité d’organisation du salon et du comité d’état militaro-industriel de Biélorussie.

 

Sur une surface de 13 000 m², plus de 200 modèles ou prototypes d’équipements militaires étaient présentés dont :

 

- le radar PRV-13BM de la société biélorusse BSVT ;

- le radar TRS-2D de la société biélorusse TETRAEDR ;

- la station de brouillage KIWI des sociétés biélorusses KB-RADAR et MINOTOR ;

- la station radio-relais R-134 de la société biélorusse AGAT CONTROL SYSTEMS ;

- le système sol-air OSA modernisé de la société biélorusse USINE 2566 ;

- le système sol-air PECHORA-2BM de la société biélorusse ALEVKURP ;

- le système sol-air STRELA-10BM2 de la société biélorusse BSVT.

 

L’académie militaire de Biélorussie était présente avec ses innovations en matière de systèmes de détection et de logiciels.

 

La prochaine édition est programmée pour 2016

Partager cet article

Repost0
11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 16:58
Le Bonus s’envole vers l’export

 

11 septembre, 2014 Guillaume Belan

 

Voici encore un petit bijou de technologie made in France. Armement anti-char performant, le Bonus avec ses 40 km de portée, tiré depuis un canon d’artillerie de 155mm, est bien plus qu’un simple obus, mais une munition antichar intelligente. Après sa phase de vol, Bonus effectue un balayage d’identification de cibles (guidage IR et discrimination au laser), puis déclenche deux charges à plusieurs centaines de mètres au dessus de leurs cibles qui, foncent à 2000 mètres par seconde pouvant percer jusqu’à 150 mm de blindage par le toit. Redoutable.

Développé entre le suédois Bofors et le français Nexter, le Bonus donne à l’artillerie une capacité de « fixer » des colonnes de chars ennemis dans la profondeur tout en évitant les dommages collatéraux, pour un coût réduit et quelques simples tirs de canons. Déjà plus de 7000 munitions ont été commandées entre la France et la Suède. La plupart des Bonus ont été livrés aux deux pays fabricants. « On est passé du stade de fournisseur de la France et de la Suède, à l’export, pour des ventes plus réduites » confie un responsable de Nexter, qui confirme que l’outil de production à été adapté en fonction. Déjà, un grand pays du Moyen Orient en aurait passé commande, ainsi que l’armée finlandaise en mars dernier.

La production export en cours concernerait plus d’un millier de munitions pour un plan de charge assuré de plusieurs années. De quoi voir venir se concrétiser un autre prospect, qui pourrait être la Pologne. Varsovie semble s’y intéresser pour ses canons Krab et Kyl, un moyen de dissuader toutes velléités russes… Déjà un tir de comptabilité a été réalisé en novembre 2012. Mais pour le Bonus, bien d’autres discussions sont en cours, comme en Europe, avec Italie et d’autres. En attendant Nexter planche sur les obsolescences des commandes française et suédoise et maintient ses compétences.

Partager cet article

Repost0
11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 16:56
Le général de Villiers à l’Université d’été de la Défense

 

10/09/2014 Sources : EMA

 

Les 8 et 9 septembre 2014, le général d’armée Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées, a participé à la 12e édition de l’Université d’été de la Défense (UED), organisée sur la base aérienne 106 de Bordeaux-Mérignac.

 

Ce forum annuel rassemble la communauté de défense - les parlementaires et élus locaux, militaires et personnels civils du ministère de la défense – autour d’un thème central particulier ; « Agir et réagir », tel était celui de cette 12e édition de l’UED.

 

Après plusieurs démonstrations dynamiques de matériels, les universitaires se sont répartis en 5 ateliers spécialisés : la cohérence géostratégique, les centres de commandement et de contrôle, le maintien en condition opérationnelle, les engagements extérieurs, la maîtrise de la 3ème dimension. Lors de ces ateliers, les sous-chefs opérations et performance de l’EMA ont alors pu faire part de leur analyse des enjeux concernant deux domaines essentiels : les opérations et le maintien en condition opérationnelle.

 

Le second jour a débuté par un débat sur les exportations d’armements, initié par une intervention du ministre de la Défense. Puis, lors de la séance plénière, le CEMA a présenté les conclusions militaires du sommet de l’OTAN auquel il a assisté. Il a ainsi pu aborder les thèmes de la « réassurance à l’Est » et de la défense du flanc sud de l’Union Européenne. Il a par ailleurs insisté sur le choix français de se doter d’un modèle d’armée complet, précisant que celui décrit par la Loi de programmation Militaire (LPM) permet de faire face aux risques et menaces, y compris dans leur évolution récente au Levant.

Le général de Villiers à l’Université d’été de la DéfenseLe général de Villiers à l’Université d’été de la Défense
Le général de Villiers à l’Université d’été de la DéfenseLe général de Villiers à l’Université d’été de la Défense

Partager cet article

Repost0
11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 16:45
The Paramount Roadrunner UAV

The Paramount Roadrunner UAV

 

08 September 2014 by Guy Martin - defenceWeb

 

Paramount Group is investing R100 million in unmanned vehicles with the launch of a new Robotics division, which encompasses unmanned ground, air and sea vehicles.

 

Discussing the launch of the new entity last week, Ivor Ichikowitz, Executive Chairman of Paramount Group, said that, “The next generation of innovation in the global defence and security sector will be in the Robotics sector. As warfare becomes more complex and the political risk associated with loss of life becomes more sensitive, both sophisticated and developing defence forces alike are investing in reducing the number of soldiers exposed to dangerous environments. In light of this we are pleased to announce the establishment of Paramount Robotic Systems – a consolidation of Paramount’s mission systems, unmanned and robotics capabilities across land, sea and air. This division will consolidate Paramount’s robotics research and development activities as well as the organisations’ current unmanned programmes.”

 

The Group will invest over R100 million in research and development funding in robotics, “bringing to market some of the most exciting innovations in the autonomous defence space.”

 

“There is no defence company locally that has a robotics division like ours. We are now focussed on developing unmanned robot systems that take the human element out of the equation. This is a first for Africa and the Southern hemisphere, and we are very excited to be forging the way to making South Africa world leaders in the robotics industry,” said Ichikowitz.

 

Paramount Group already has a number of unmanned products in its stable. It acquired unmanned aerial vehicle (UAV) capabilities through the acquisition of Advanced Technologies and Engineering (ATE), now Paramount Advanced Technologies. Its UAV range includes the Civet, Roadrunner rhomboid wing UAV and new Mwari UAV. Paramount has also proposed an AHRLAC 25 unmanned version of its Advanced High-performance Reconnaissance Light Aircraft. On the naval side, the company is offering a remotely operated Guardian vessel.

 

“We are seeing a huge growth in unmanned systems,” Ichikowitz said, adding that, “we have the capability and competence to lead the way.” He said the new Robotics division is a catalyst for a whole range of innovation and that Paramount is working with universities and other institutions in this regard.

 

Although the research and development investment in robotics comes from Paramount’s own funds, in future the Group will explore co-development with global partners. He said that having no government funding means the company in innovative and able to move fast with projects.

 

At the same time as the Robotics division was announced, Paramount also revealed it had bought Aerosud Aerospace Systems and Veecraft Marine, further adding to its already diverse capabilities. Ichikowitz said these investments and innovations “are a true testament to the skillset and entrepreneurial spirit of the continent. As we celebrate our 20th anniversary at the same time as South Africa celebrates its 20 years of democracy, we are proud to be recognised as global innovators with world-leading technologies and solutions. The development of the defence industry will go a long way towards creating an indigenous African capability that will deal with threats to the security of the continent.”

Partager cet article

Repost0
11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 16:45
AAD 2014 sold out; 40 companies on the waiting list

 

10 September 2014 by Guy Martin - defenceWeb

 

All the indoor and outdoor exhibition space at the Africa Aerospace and Defence (AAD) 2014 exhibition has been sold out and demand for space is so high that 40 companies had to be turned down and put on an exhibition waiting list, according to the show organisers.

 

Briefing the media this morning on the show, to be held at Air Force Base Waterkloof between September 17 and 21, the organisers said that one exhibitor cancelled but their space was instantly filled as there are forty companies that want to exhibit but can’t find space, even though AAD 2014 has an extra, seventh, hangar this year.

 

At the moment there are 70 foreign military delegations from 50 countries scheduled to visit AAD 2014, together with 13 national pavilions and 300 companies (there were 14 national pavilions but Argentina pulled out due to their current financial situation). A number of first time exhibitors include Uganda, Australia, Lithuania, Spain and the United Arab Emirates.

 

Simphiwe Hamilton, Show Director, said he expected AAD 2014 to be bigger than the previous edition, which saw 40 000 trade visitors and 90 000 tickets sold for the two air show days.

 

Dean Mogale, AAD 2014 Policy Committee Chairperson, said the organisers have signed an agreement with the city of Tshwane to host the show through to 2018. Tshwane Executive Mayor, Kgosientso Ramokgopa, said AAD will be kept in Tshwane for the next three editions including this one. He said it was one of the most auspicious events on the aerospace and defence calendar, not only on the continent but in the world.

 

He added it was a significant revenue contributor to the country and noted that the aerospace and defence industries contribute to the economy and technological innovation – he pointed out that the Internet was originally developed by the military, for example. Ramokgopa said he wanted AAD to expose the youth to career opportunities in the aerospace and defence industries. Several thousand learners are expected to come to the show as part of the Youth Development Programme (YDP).

 

Airshow

 

So far 10 000 tickets have been sold for the air show days on September 20 and 21. The South African Air Force will be flying and displaying the Gripen, Hawk, Rooivalk, A109 and C-130 while the Silver Falcons aerobatic team will wow audiences with precision flying displays. The Air Force Museum at Air Force Base Zwartkop will contribute a number of aircraft, such as the Vampire, Alouette II and III, Puma etc.

 

On the civil side, Bombardier, Gulfstream and other manufacturers will be displaying their jets such as the Global 6000, Gulfstream G450 and G650. Bombardier will have a Q400 on display and Airbus Helicopters will have several of its rotorcraft on show. The presence of many other aircraft is still being negotiated – for instance, Embraer is still deciding what to bring.

 

The Airplane Factory will try and set a world record at AAD 2014 by building one of their Sling light aircraft at the show, which is set to fly by the time the exhibition concludes.

 

Less than three months after it performed its maiden flight, the Paramount Group Advanced High-performance Reconnaissance Light Aircraft (AHRLAC) will fly in to Waterkloof at the beginning of the show and be exhibited as a static display. As the first military fixed wing manned aircraft to be designed and built in South Africa in decades, it is expected to attract considerable interest.

 

Unfortunately no unmanned aerial vehicles (UAVs) will be flying at Waterkloof. The organisers had hoped to have a UAV demonstration at Ditholo 50 km from Pretoria but this is not happening. However, the organisers noted that having UAVs flying is a priority for the next edition of AAD, by which time the South African Civil Aviation Authority (SACAA) should have finished drafting regulations on the operation of UAVs in South African airspace. Nevertheless, over a dozen companies will have their UAVs on static display.

 

Another disappointment to visitors will be the fact that the United States yesterday cancelled plans to bring out an eight-engined Boeing B-52 bomber. However, the US Air Force will fly out a Boeing C-17 Globemaster III and Lockheed Martin C-130H Hercules. The New Zealand and Pakistani Air Forces were contemplating bringing out aircraft to AAD but these plans have been shelved. Zimbabwe was scheduled to fly a K-8 jet trainer but after last week’s crash that killed two of their pilots, this is uncertain. However, a full air show schedule will be available just before the show starts.

 

Firefighting helicopters will perform a demonstration during the show while Paramount will have an anti-rhino poaching demonstration using a Gazelle helicopter. Other highlights include a vehicle mobility track, which will allow military vehicles to show off their capabilities, and a mini-war re-enactment.

Partager cet article

Repost0
11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 16:45
Sale of sniper rifles to Turkmenistan questioned

 

10 September 2014 by defenceWeb

 

South African arms sales, this time of 50 sniper rifles valued at more than R5 million, to “the repressive regime” in Turkmenistan has been questioned in Parliament.

 

The questioner is DA shadow defence and military veterans minister, David Maynier, who was responded to the second quarterly report of this year issued by the National Conventional Arms Control Committee (NCACC).

 

According to legislation the NCACC, chaired by Jeff Radebe, now Minister in the Presidency with responsibility for planning, performance, monitoring, evaluation and administration, and previously Minister of Justice and Constitutional Development, must “avoid transfers of conventional arms to governments that systemically violate or suppress human rights and fundamental freedoms”.

 

In support of the NCACC having transgressed in the Turkmenistan sale, Maynier quoted from Human Rights Watch’s 2014 World Report.

 

“Turkmenistan remains one of the world’s most repressive countries. The country is virtually closed to independent scrutiny, media and religious freedoms are subject to draconian restrictions and human rights defenders and other activists face constant threat of government reprisal. The government continues to use imprisonment as a tool for political retaliation,” the report states.

 

Maynier pointed out the latest known sniper rifle sale, which does not specify the rifle type or manufacturer, is not the first time the NCACC has transgressed in approving sales to “repressive” states.

 

“In 2010 the NCACC authorised the sales of about 100 sniper rifles and more than 50 000 rounds of ammunition to Libya,”

 

Other sales he finds questionable in the latest NCACC report include 13 armoured combat vehicles, valued at over R44 million, to Equatorial Guinea; and a pair of airborne observation systems, valued at more than R16,6 million, to the Russian Federation.

 

He will ask for a full-blown investigation of all three sales.

 

In total the South African defence industry sold R1,7 billion worth of product in the second quarter of this year. The revenue earned is markedly down from the R2,8 billion reported for the same period last year.

 

Biggest buyer of South African defence expertise was Sweden at R555 million, followed by Thailand on R501 million.

 

The trade in conventional arms and the rendering of foreign military assistance is regulated by the NCACC, which reports to Parliament, as well as the Directorate Conventional Arms Control (DCAC). South African arms traders are required to be registered with the DCAC. Permits are required for weapons development and manufacturing, marketing, contracting, exporting, importing or transferring of conventional arms. This includes; weapons, munitions, vessels designed for war, articles of war, and related systems, components, technologies, dual-use goods or services.

Partager cet article

Repost0
11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 16:20
Canadian DND orders iRobot 510 PackBot CBRN robots

iRobot 510 PackBot CBRN recce system is a modular expansion to 510 PackBot multi-mission robot. Photo Outisnn.

 

11 September 2014 army-technology.com

 

iRobot has secured multi-year contracts for the delivery of iRobot 510 PackBot reconnaissance, chemical, biological, radiological and nuclear (CBRN) recce systems to the Canadian Department of National Defence (DND).

 

Valued at a combined $9.6m, the competitively awarded contracts cover the delivery of a total of 20 iRobot 510 PackBot systems, along with training and future product lifecycle support.

 

iRobot defence and security business unit senior vice-president and general manager Frank Wilson said: "CBRN events occur globally and each present their own unique challenges.

 

"iRobot offers all of our customers rugged, reliable and expandable systems that are capable of addressing a wide range of specific mission needs."

 

A modular expansion to iRobot's 510 PackBot multi-mission robot, the 510 PackBot CBRN recce system is designed to address specific requirements set forth by the Canadian DND.

 

The easy-to-use, mobile robot includes a CBRN suite, comprising five primary sensors to reliably detect, alert and report on chemical warfare agents, toxic industrial chemicals, volatile gases, explosives and radiation.

 

The robot can access confined spaces and broad sensing capabilities, and features enhanced mobility through the addition of rear flippers.

 

Deliveries under the contract are expected to be completed by April 2015.

 

Weighing around 24lb, the 510 PackBot is a modular robot designed to assist soldiers and first responders in conducting bomb disposal and improvised explosives device neutralisation, as well as surveillance / reconnaissance missions from stand-off distances.

 

Equipped with a range of interchangeable payloads, the combat-proven robot can be configured to screen vehicles and is able to integrate additional sensors to aid in the identification and interrogation of CBRN threats.

 

To date, iRobot has delivered more than 5,000 robots to military and civil defence forces worldwide.

Partager cet article

Repost0
11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 14:55
Discours de clôture de l'UED 2014 par le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian

Discours de clôture de l'UED 2014 par le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian

 

11/09/2014 Armée de l'air

 

L’Université d’été de la Défense s’est achevée, mardi 9 septembre 2014, à Bordeaux par le discours de clôture du ministre de la Défense, M. Jean-Yves Le Drian.

 

Évoquant le contexte international particulièrement «grave», ainsi que les nombreux défis auxquels la communauté de la Défense devait faire face, M. Le Drian a également tenu à saluer l’armée de l’air, hôte de cette 12eédition de l’Université d’été.

 

«Puisque nous sommes en un sens sur les terres de l’armée de l’air, vous me permettrez d’adresser un salut particulier à nos forces aériennes. Elles ont été particulièrement mobilisées sur les récents théâtres d’opérations. La réactivité, qui est l’une des clés des engagements militaires contemporains, est en effet le cœur de métier des aviateurs».

 

Les forces aériennes stratégiques saluées

 

Le ministre de la Défense est également revenu sur le caractère essentiel de la composante aéroportée de la dissuasion nucléaire, au moment où les forces aériennes stratégiques célèbrent leurs 50 ans.

 

«La composante aérienne de la dissuasion nucléaire est parfois questionnée, voire remise en cause. Le Président de la République a tranché la question en maintenant les deux composantes. J’ai évoqué tout à l’heure la préservation essentielle de notre autonomie stratégique, dans le contexte grave qui est le nôtre. La crise ukrainienne montre que nous ne sommes pas à l’abri de surprises stratégiques, et que la fin de la guerre froide n’a pas fait disparaître les menaces de conflits interétatiques, y compris en Europe. Notre dissuasion nucléaire dans ses deux composantes représente, à cet égard, la garantie fondamentale de notre souveraineté et de notre liberté d’appréciation, de décision et d’action.»

 

Ce discours est venu clore deux journées de débats et d’échanges nourris. Militaires, industriels, hommes politiques français et étrangers: au total, plus de 400 membres éminents de la communauté de Défense ont échangé et débattu lors de nombreux ateliers et tables rondes autour du thème central choisi cette année: «Agir et Réagir».

 

La réactivité des forces aériennes et leurs structures C2 mises à l’honneur

 

L’ensemble des participants a également assisté, dans la matinée du lundi 8 septembre, à une démonstration dynamique des capacités de l’armée de l’air, articulée autour des thèmes de la réactivité et des systèmes de commandement et de conduite (C2).

 

Démonstration dynamique des capacités C2 par le général Borel, COMDAOA

Démonstration dynamique des capacités C2 par le général Borel, COMDAOA

 

«Nous avons choisi de vous présenter l’actualité des opérations aériennes à travers nos trois missions majeures : protection, dissuasion, intervention immédiate (…), a déclaré le général Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’air (CEMAA). Les récents engagements l’ont rappelé: en Libye, au Mali et plus récemment en Irak avec l’apport d’aide humanitaire. (…) Le cœur de compétence de l’armée de l’air réside dans cette réactivité et cette aptitude à être engagée ou désengagée au dernier moment. Cette réactivité que nous démontrons au quotidien est structurée par nos deux missions permanentes que sont la protection et la dissuasion. Conduites depuis les années 1960, ces deux missions d’excellence absolue ne souffrent pas l’échec.»

 

Durant cette matinée, plusieurs tableaux se sont succédé. L’ensemble étant orchestré par le général Jean-Jacques Borel, commandant la défense aérienne et les opérations aériennes (CDAOA) : mesures de police du ciel, mission de ciblage en OPEX par un drone Reaper, visioconférence en temps réel avec les commandants d’opérations au Sahel et en Afghanistan, démonstrations de recherche et de sauvetage au combat…

 

Plus de 400 participants étaient réunis pour cette Université de la Défense

Plus de 400 participants étaient réunis pour cette Université de la Défense

 

Le maintien en condition opérationnelle: enjeu stratégique

 

Au terme de cette Université d’Été de la Défense, la base aérienne 106 a également servi d’écrin à la deuxième édition du salon ADS-UAV Show, événement dédié au maintien en condition opérationnelle (MCO) aéronautique de Défense.

 

Partenaire de cet événement majeur, l’armée de l’air a, à cette occasion, exposé de nombreux moyens tels que les systèmes de maintenance aéronautique associés au Mirage 2000 et au Rafale… «En tant qu’intégrateur du MCO aéronautique pour le ministère de la Défense, notre présence à ce salon est totalement naturelle, explique le général Guy Girier, directeur central de la structure intégrée de maintien en condition opérationnelle des matériels aéronautiques de la défense (SIMMAD). (…) Ce salon permet de présenter notre rôle et nos missions, qui sont parfois méconnus. Cela nous permet également d’échanger avec nos partenaires, au sein des armées ou du monde industriel.»

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories