Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 07:56
Contre-offre de Rheinmetall au projet de Nexter Systems avec KMW

 

10/07 Thibaut Madelin, à Berlin et Denis Meynard à Saint-Etienne – LesEchos.fr

 

Rheinmetall veut racheter Krauss-Maffei Wegman avec qui Nexter Systems veut fusionner.

 

Nexter risque d’avoir de la concurrence pour son projet de rapprochement avec le fabricant allemand de blindés Krauss-Maffei Wegmann (KMW) . Selon « Handelsblatt », Rheinmetall, un autre groupe de défense allemand, prépare une offre sur KMW avec lequel il coopère sur plusieurs modèles dont le char Puma. « Des contacts ont eu lieu au plus haut niveau », rapporte le quotidien des affaires.

 

Le groupe de Düsseldorf envisage deux options pour la famille actionnaire de KMW. La première prévoit que celle-ci devienne le premier actionnaire de Rheinmetall, avec 25 % à 30% du capital, en échange de l’apport de leur société. La deuxième envisage une fusion entre l’activité de défense de Rheinmetall et celle de KMW, dont les tailles sont comparables. Un rapprochement germano-allemand pourrait entraîner des synergies de 60 à 70 millions, selon le « Handelsblatt ».

 

Rheinmetall a refusé de commenter, mais la société n’a jamais caché son intérêt pour son rival. Des discussions ont échoué à plusieurs reprises dans le passé, se heurtant notamment aux réserves de la famille Wegmann.

 

Le précédent Atlas Electronik

 

Attendu, ce rebondissement rappelle l’épisode Atlas Electronik. Fin 2005, Thales avait voulu acheter à BAE Systems cet équipementier allemand. Le britannique a finalement choisi l’offre de ThyssenKrupp et d’EADS, inférieure mais soutenue par Berlin. Le gouvernement allemand peut bloquer la cession de plus de 25% d’une société de défense à des étrangers.

 

Depuis son annonce, l’industrie allemande est prudente sur le projet Nexter-KMW. « Si cette opération réussit, je suis prêt à offrir une bouteille de champagne car ce serait un pas juste vers la consolidation de l’industrie de défense européenne », déclare aux « Echos » Georg Wilhelm Adamowitsch, directeur général de la fédération de l’industrie de sécurité et de défense (BDSV).

 

En France, parmi les syndicats de Nexter, seule la CGT s’y oppose. « Nous sommes pour des coopérations européennes, mais contre une alliance capitalistique qui conduirait à une spécialisation par pays, avec l’abandon de l’activité blindé en France », explique Jean-Pierre Brat, délégué syndical central. La CGT souligne que l’Etat français a obtenu dans les négociations avec KMW de protéger l’artillerie et les munitions, mais pas les blindés.

 

CGT contre, CFDT, FO et CFE-CGC ouverts

 

Premier syndicat maison, la CFDT refuse tout dogmatisme « On a posé des questions, demandé des garanties industrielles et sociales, ainsi que la création d’un comité de suivi avec le ministère », explique André Golliard, représentant des salariés au conseil d’administration. Hervé Duverger (FO,), estime que les salariés pourraient être rassurés par des commandes. En France, la notification du programme Scorpion est bloquée du fait du contexte budgétaire.

 

Enfin, le « oui mais » de la CFE-CGC reflète « l’espoir placé dans cette alliance européenne et le désir de plus de transparence sur la stratégie de notre direction et sur le type de portage que veut opérer notre actionnaire actuel », selon Pascal Poyade, délégué à Roanne (Loire).

Partager cet article

Repost0
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 07:50
Cassidian Tests & Services devient Spherea

 

10/07/2014 Par lefigaro.fr (AFP)

 

Cassidian Tests & Services, filiale d'Airbus Group spécialisée dans les bancs de tests pour les équipements aéronautiques, va être reprise par deux nouveaux investisseurs, gérant trois fonds, afin de devenir la société Spherea Tests & Services, a déclaré aujourd'hui à Reuters son PDG Christian Dabasse. Le PDG de Spherea assure travailler depuis neuf mois sur la nouvelle organisation et souhaite insuffler un esprit start-up dans la société.

 

Les nouveaux actionnaires sont ACE Management, à travers les fonds Aérofund 3 et Financière de Brienne, et l'Institut régional de développement industriel de Midi-Pyrénées (Irdi). Les deux fonds prennent la majorité du capital (43,04% pour ACE Management, 14,35% pour l'Irdi et 6,70% pour Financière de Brienne) et Airbus Group conserve 33,48% pour les trois ans à venir. Les dirigeants de la société conservent 2,44%.

 

La principale activité de Cassidian T&S, qui emploie 500 personnes, est de tester les équipements électroniques des avions civils et militaires et des hélicoptères.

Partager cet article

Repost0
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 07:40
Rostec experts presented the "rupad" and predict the full computerization of the army


10.07..2014 by Rostec
 

The computerization of armies, equipment for the detection and prevention of cyber attacks, tablets and operating systems - Deputy CEO at the Central Research Institute of Economics, Informatics and Management Systems (CRI EIMS) Dmitry Petrov told RIA Novosti in an interview about the impending total computerization of the army.

 

CRI EIMS, which is a subsidiary of the United Instrument Manufacturing Corporation of Rostec, released the first batch of tablets with a Russian operating system to meet the needs of military and security forces. The gadget works under water, and is protected against dust and impacts. Russians will find the dimensions of the device to be slightly thicker than the American iPad tablet, which is more familiar. The device is equipped with a two-core 1 GHz processor. It also comes equipped with 1 Gb of memory and two cameras that have 0.3 and 5 megapixels, respectively, navigation, as well as all modern communications modules for 3G, Bluetooth, Wi-Fi, GPRS, EDGE and GSM.

The tablet features a new operating system: RoMOS (Russian Mobile Operating System), which was developed on the basis of the Android platform. It was announced by CRI EIMS back in 2012, and now it is finished. It has a built-in secure network access, antivirus software, etc. RoMOS is now installed on a trial batch of Russian tablets.

The tablet is able to work under extreme conditions: under water and up to temperatures of +55 degrees. It can also survive impacts from falls of up to two meters. There are two models: standard and military. The second option has particularly robust housing. The tablet has a special button to turn off all the physical elements that transmit information. 

 

 

In addition, Dmitry Petrov told journalists that already by 2017 a single automated center for managing the armed forces will be launched. The system allows for managing all aspects of military life, both command and control as well as resource provision for the everyday functions of the Ministry of Defense.

A Rostec specialist notes that CRI EIMS has fruitful relations with the Ministry of Defense. For example, Dmitry Petrov introduced a software and hardware equipment system for detecting and warning against computer attacks, which has proven itself in the agency's work.

Besides tablets for security forces, CRI EIMS plans to implement interactive touch-sensitive tables for managing military actions. According to Dmitry Petrov, touch-sensitive tables will work with the Pozitsiya Geoinformation System. It will allow officers to issue commands using digital maps. The expert notes that CRI EIMS has the capacity to produce thousands of devices with the Russian OS and to create a web store to download additional applications.

CRI EIMS is a subsidiary of the United Instrument Manufacturing Corporation. The main objectives of the Institute are military and economic research, the development of information technologies for military and dual-use purposes, as well as the improvement, modernization and development of the technical groundwork for control and communication systems.

Partager cet article

Repost0
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 07:40
Mobile Robots to Guard Against Terrorist Attacks

Ultra-light class robotic systems are being produced at the KEMZ Kovrov plant

 

July 08, 2014 by Rostec

 

For more than 20 years, special services and police have relied on mobile robots to prevent terrorist attacks that use explosives. Such robotic systems of ultra-light and lightweight classes are produced at the Kovrov Electromechanical Plant (KEMZ), which is part of the state corporation Rostec. These serially produced systems are used for visual reconnaissance, search, and preliminary diagnostics of suspected explosive devices using television cameras and special attached devices. They are also used for the remote removal of explosive devices, or to place them in the special containers for evacuation.

 

Such robotic systems utilize automatic devices to perform all necessary functions, except for control and monitoring, which is done by people. Mobile robots are used in disaster management in conditions that are hazardous to human life. Typically, robotic systems consist of a chassis, a manipulator, a mobile remote control, a remote observation system, and a lighting system. Additionally, some robots may be equipped with chemical and radiation detection systems, as well as replacement technological equipment.


Robotics and the Portable Control Panel

Robotic systems are designed to replace people in cases in which the task is beyond human capabilities, or when there is an excessive threat to human health and life. One of these systems is a light-class mobile robot called Varan, produced at the Kovrov Electromechanical Plant. The robot was designed by the Scientific Research Institute of SM MSTU named for N. E. Bauman, along with employees at the Special Design Bureau of Instrument of Automation in the city of Kovrov.

The modular complex Varan was developed with the use of modern software products, such as Autodesk Inventor 10, aimed at creation of the 3D models.

The mobile robot Varan was created to detect, disrupt, or destroy explosive devices on-site, or transfer them to a safe place in a special container. In addition, the robot is able to conduct reconnaissance in urban or battlefield environments, as well as in conditions hazardous to human health and life. Varan can work even in the midst of radiation, chemical, or biological contamination.

The robotics system is managed by an operator or can work in autopilot mode according to a pre-assigned program. Varan crawler-transporter can also be outfitted with different working equipment, depending on the task, such as a two-finger manipulable claw, a CCTV, or a water jet that can destroy explosive devices.


Mobile Robot Varan

Additionally, the Kovrov plant produces the ATV-TM3 and ATV-TM5 multi-purpose robotic systems in the ultra-light class.

The mobile ATV-TM3 system is intended to address problems in remote and dangerous places. It is capable of conducting video surveillance of intelligence facilities and areas; inspecting hazardous and other suspicious objects and devices in buildings, on terrain and vehicles; and delivering, installing, and remotely activating explosive devices such as Vyrub-V and Vyrub-KM. This robot can be used in areas with a temperate climate.

Two people operate the ATV-TM3, which can be brought to military readiness in 15 minutes. The robot can be controlled by radio at a distance of up to 600 meters or by cable up to 75 meters.

The robotics system consists of a base module, arm, remote control panel system, cable management system, a remote control, and charger.


Ultra-light ATV-TM5 Robotics System

The system is characterized by a high degree of reliability and an operational life of up to 7 years. The manufacturer guarantees 12 months and 200 hours of uninterrupted work during that period.

The ATV-TM5 is just like its predecessor, a multifunctional mobile robot of the ultra-light class. It differs by having the capabilities to complete even more tasks dangerous to humans. It can conduct video surveillance, find and identify suspicious items in buildings, and inspect automobiles.

The robot can neutralize explosive devices using its destructive capabilities, carry loads weighing up to 30 kg using a system of pulleys, open doors with keys, and break through door locks with the use of destroyer.

KEMZ also produces Metallist robotic systems of the ultra-light class for use in reconnaissance and fire support. It is designed to protect personnel of the Russian Ministry of Internal Affairs during their efforts to combat public disorder and terrorist acts. It can provide fire support, conduct reconnaissance and surveillance missions, and also provide distractions.

Partager cet article

Repost0
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 07:20
Les lunettes Ousterhout testées par le Pentagone.

Les lunettes Ousterhout testées par le Pentagone.

 

8 juillet, 2014 Frédéric Lert (FOB)

 

La firme américaine Osterhout vient d’annoncer la livraison de 500 paires de lunettes à réalité augmentée de son modèle X6 au ministère américain de la défense. On sait que les Google Glass sont déjà expérimentées au sein de divers services de sécurité sur le sol américain. Les polices de New York et de San Fransisco les expérimentent depuis le début de l’année : il s’agit notamment de tester l’accès direct à des bases de données sans avoir à passer par les terminaux présents dans les véhicules ou les tablettes tactiles dont sont équipées certaines unités. On évoque aussi l’utilisation des fonctions photo et caméras et à terme, la fonction de reconnaissance faciale.

 

Les militaires ont eux opté pour les X6 d’Ousterhout au dessin sportif et avec des capacités qui seraient encore supérieures aux Google Glass. Ces lunettes sont aussi plus discrètes, aucune brillance particulière ne trahissant leur emploi. Les militaires américains évoquent également l’utilisation d’un logiciel de reconnaissance faciale dans des missions de surveillance. Mais ce n’est qu’un premier pas vers des emplois plus complexes, sur le modèle de ce que peuvent proposer les casques de pilotes : projection de l’image obtenue par les tubes à intensification de lumière, projection de données cartographiques, du positionnement des cibles etc.

 

Jusqu’au tournant du siècle, les budgets pharaoniques du Pentagone permettaient à l’industrie militaire de mener la course en tête en matière d’innovation. Cette époque est bien révolue, les investissements dans la recherche et le développement des firmes de la Silicon Valley dépassant aujourd’hui largement ceux de l’industrie militaire. L’expérimentation des lunettes à réalité augmentée en est une illustration parmi beaucoup d’autres

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2014 4 10 /07 /juillet /2014 20:50
Leclerc-VBCI (Nexter- photo G. Belan) - LEOPARD 2 A5 (KMW)

Leclerc-VBCI (Nexter- photo G. Belan) - LEOPARD 2 A5 (KMW)

 

6 juillet 2014 par Yves FROMION

 

Le Ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian vient d’annoncer l’ouverture d’une négociation entre Nexter et l’allemand Krauss Maffei pour « rapprocher » les activités des deux entreprises. Cette affaire concerne directement les sites Nexter de Bourges et de La Chapelle-Saint-Ursin.

 

Restructurer l’industrie de Défense européenne, qui est en surcapacité, est en soi une initiative utile à condition que la formule soit gagnante-gagnante pour les partenaires. Qu’en est-il donc de ce projet ?

  • Nexter et Krauss Maffei fabriquent les mêmes  produits : blindés, artillerie, etc… et sont concurrentes sur de très nombreux marchés.
  • Krauss Maffei  est une entreprise familiale, efficace à l’exportation, à la recherche d’une nouvelle dynamique.
  • Nexter bénéficie d’un plan de charge consolidé par le lancement du programme SCORPION d’équipement de l’armée de terre française (248 Engins blindés de reconnaissance – 92 VBMR avec une cible de 2080) et par les perspectives d’exportation du canon CAESAR. On ne peut pas en dire autant de Krauss Maffei….
  • Nexter est financièrement saine parce que l’Etat l’a déchargée de l’endettement considérable de GIAT Industries (à la charge du contribuable). Krauss Maffei a une gestion financière « familiale » et réaliste.

 

On ne connaît pas la nature de l’arrangement envisagé entre les deux entreprises mais l’affaire doit susciter une grande vigilance à Bourges et dans le Cher car :

  • il y aura inévitablement une restructuration de l’outil de production, mais aussi des bureaux d’études…
  • l’organisation du management et celle des organes de décision sera déterminante. On connaît la volonté des allemands de prendre la main sur les industries européennes de Défense. Ce n’est pas pour rien qu’ils ont fait capoter le projet d’alliance entre EADS et British Aerospace …
  • l’impact sur la sous-traitance ne peut être sous-estimé.

On sait le Gouvernement français dans une quête désespérée des ressources  indispensables pour financer la Loi de Programmation militaire. Il serait dangereux de vendre imprudemment les bijoux de famille.

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2014 4 10 /07 /juillet /2014 17:56
Airbus Group Sells Majority Stake In Test & Services (Spherea) to ACE Management and IRDI

 

10 July 2014 Airbus Group

 

Toulouse - Airbus Group (stock exchange symbol: AIR) today has sold a 66.5% stake in its Test & Services business to ACE Management and IRDI (Institut Régional de Développement Industriel de Midi-Pyrénées) after receiving the necessary regulatory approvals. Following a thorough auction process, Airbus Group entered into a preliminary agreement regarding the divestment in June 2014.

 

ACE Management, which manages the European Aerospace and Defence fund, Aerofund III and Financière de Brienne, and IRDI plan to further develop Test & Services and diversify into new markets. The agreement is part of Airbus Group’s ongoing portfolio rationalisation in line with its strategic focus on the core aeronautics business. Airbus Group is convinced that the consortium led by ACE Management and by IRDI will provide Test & Services with the appropriate financial resources under the continued leadership of its current CEO, Christian Dabasse.

 

Marwan Lahoud, Airbus Group Chief Strategy & Marketing Officer, said: “The divestment process has been conducted very carefully, with an aim to provide the best possible outcome for all parties involved. We are truly convinced that the independence of the company is a great opportunity for its experienced and motivated management team to grow the business further. I am proud that entrepreneurs have emerged from our Group.”

 

Thierry Letailleur, Managing Partner at ACE Management, said Test & Services had good prospects under the new ownership structure: “Through its worldwide client base, the company clearly stands as a leading player on the test equipment market. We are excited to support Test & Services in its development strategy, and we are convinced that the company is in a very good position to become a world-class SME, relying primarily on its current entities in France, Germany and United Kingdom.”

 

Test & Services, which will be renamed Spherea Test & Services specializes in the development, manufacturing and maintenance of test equipment. It is headquartered in Toulouse and employs around 500 people in France, Germany and the United Kingdom.

 

In 2013, it had revenues of € 103 million with a return on sales of 5 percent. The business employs world-class engineers and serves commercial and military customers worldwide.

 

About Airbus Group

 

Airbus Group is a global leader in aeronautics, space and related services. In 2013, the Group – comprising Airbus, Airbus Defence and Space and Airbus Helicopters – generated revenues of € 57.6 billion (restated) and employed a workforce of around 139,000 (restated).

 

About ACE Management

 

ACE Management is a private equity firm which for 20 years has focused on technology companies predominantly in the Aerospace, Maritime, Defense and Security sectors. ACE Management manages 7 different funds representing about €450M of capital, including Aerofund (I, II and III), Financière de Brienne, Sécurité and Atalaya.

 

The limited partners of these funds are European industrial groups (Airbus, Safran, Airbus Group, Airbus Helicopters, Thales, DNCS, CEA, Louis‐Dreyfus Armateurs, Areva), institutional investors (Bpifrance, Fonds de Solidarité des Travailleurs du Québec (FTQ), GICAN - Groupement des Industries de Construction et Activités Navales, Société Générale, Crédit Agricole, CIC, AXA, Crédit Coopératif) and 4 regions of France (Midi‐Pyrénées, Aquitaine, Pays de la Loire and Centre).

 

For further information: www.acemanagement.fr

 

About IRDI

 

Founded in 1981, IRDI has been providing support to companies in the Midi-Pyrénées and Aquitaine regions for the past thirty years. Its permanent shareholders include large French institutional investors (the Midi-Pyrénées and Aquitaine regional authorities, BPI France, Caisse d'Épargne, Banque Populaire,  LCL / Crédit Agricole, Total, Edf, BNPP, Société Générale, etc.). It is considered as one of France’s largest regional private equity investors. As a public limited company (société anonyme), investing its own equity, IRDI is able to provide long-term support for its affiliates and for projects having an impact on the regional industry. Examples of companies for which IRDI has provided funding: CLS, SOTIP, Composite Aquitaine, Groupe ARM, IGE XAO, etc.

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2014 4 10 /07 /juillet /2014 17:40
Défense: Minsk remplacera Kiev comme fournisseur de la Russie

Vice-président de la Commission militaro-industrielle auprès du gouvernement russe Oleg Botchkarev – photo Sergei Mamontov RN

 

MINSK, 9 juillet - RIA Novosti

 

Les composants militaires fournis par l'Ukraine pour l'industrie d'armement russe pourront être remplacés par des produits similaires biélorusses si Kiev gèle sa coopération avec Moscou, a indiqué mercredi Oleg Botchkarev, vice-président de la Commission militaro-industrielle gouvernementale.

 

"Nous pouvons aujourd'hui trouver en Biélorussie des produits finis susceptibles de remplacer ceux de fabrication ukrainienne. Il s'agit d'environ 1.500 types de composants militaires fournis jusqu'à présent par l'Ukraine", a déclaré M. Botchkarev aux journalistes à Minsk.

 

Selon lui, si l'Ukraine gèle sa coopération avec la Russie, "nous engagerons des échanges efficaces avec nos collègues biélorusses".

 

Le président ukrainien Piotr Porochenko a interdit en juin toute coopération technico-militaire avec la Russie. Le vice-premier ministre russe Dmitri Rogozine a fait savoir à cette occasion que Moscou possédait un programme permettant de remplacer les importations militaires ukrainiennes par des produits similaires provenant d'autres fournisseurs.

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2014 4 10 /07 /juillet /2014 17:20
IBM investit 3 milliards de dollars dans la R&D en nanoélectronique

 

10 juillet 2014 par Jacques Marouani - electroniques.biz

 

L’objectif est de repousser les limites de la technologie microélectronique actuelle de façon à faire face à la demande émanant des systèmes conçus pour le Cloud et le Big Data.

 

IBM vient d'annoncer un investissement de 3 milliards de dollars au cours des 5 prochaines années pour financer la recherche dans deux programmes de développement et exploratoires. L’objectif est de repousser les limites de la technologie microélectronique actuelle de façon à faire face à la demande émanant des systèmes conçus pour le Cloud et le Big Data.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2014 4 10 /07 /juillet /2014 16:40
Tablette Roupad – photo CUCAP

Tablette Roupad – photo CUCAP

 

09.07.2014 Par La Voix de la Russie

 

Les militaires russes vont recevoir une tablette munie d’un logiciel de fabrication russe. Elle pourra fonctionner sous l’eau, elle est protégée contre la poussière et endure les températures allant jusqu’à +50° C.

 

Baptisée Roupad, elle a été développée par l’Institut de recherche en économie, informatique et systèmes de gestion (EISU). La tablette est disponible en deux versions : ordinaire et spéciale, créée pour le ministère de la Défense. Le marché des appareils électroniques est à plus de 90 % occupé par des produits étrangers. Cela concerne aussi bien les composantes que les produits finis. Sur ce plan la tablette Roupad donne un exemple de la substitution aux importations, signale le porte-parole de la Compagnie unifiée de construction d’appareils de précision Léonide Khozine :

 

« Ce produit est entièrement russe. Cela concerne le design et le contenu intérieur. C’est-à-dire que le logiciel et tous les composants du boîtier ont été développés par l’Institut EISU faisant partie de la Compagnie unifiée. »

 

Il y a deux ans une tentative a été faite pour développer un logiciel russe. La tablette a été créée sur la base de ces recherches bien que le logiciel soit complété et perfectionné. La couverture a deux versions : civile et antichoc destinée aux forces armées et à d’autres structures de force. A part le logiciel russe, la tablette est dotée d’un bouton servant à débrancher à tout instant les modules transmettant l’information : les haut-parleurs, le micro, la caméra, GPS. Elle a un processeur double cœur, ainsi que 3G, Bluetooth, wi-fi, GSM. Selon Léonide Khozine elle intéresse toutes les structures de force ayant affaire à des informations confidentielles.

 

« Il s’agit des militaires, des hommes d’affaires, des fonctionnaires publics, bref de tous ceux qui ont affaire à l’information confidentielle dont ils ont besoin en dehors de leur bureau. Elle possède un système cryptographique, Internet et les canaux de transmission sont protégés. »

 

L’information venant depuis la tablette est cryptée pour être décodée par le récepteur. Dans une armée de nos jours, il est difficile d’imaginer un soldat moderne sans une tablette. D’autant plus s’il s’agit des données cartographiques car les moyens de transmission traditionnels ne permettent pas de résoudre le problème. Ainsi le produit des spécialistes de l’Institut EISU a une bonne perspective, surtout face à l’absence sur le marché d’équivalents russes. En attendant, environ 100 tablettes ont été fabriquées et subissent actuellement les essais au ministère de l’Intérieur, au Service fédéral de sécurité et au ministère de la Défense.

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2014 4 10 /07 /juillet /2014 16:35
Vietnam et Inde promeuvent la coopération dans l’industrie de la défense

 

10/07/2014 Vietnam+

 

Le premier séminaire Vietnam-Inde sur l’industrie de la défense s’est déroulé mercredi à Hanoi.

 

Une bonne occasion pour les entreprises, établissements de l’industrie de la défense des deux pays de se rencontrer et d'échanger des mesures de coopération pour créer plus d'emplois pour les travailleurs indiens et vietnamiens, développer les industries de la défense du Vietnam et de l’Inde, pour la paix, le développement de chaque pays, de la région et du monde.

 

Ce séminaire s’est déroulé dans le contexte où les relations de partenariat stratégique Vietnam-Inde, dont la coopération dans la défense, sont au beau fixe, selon le général Nguyen Chi Vinh, vice-ministre vietnamien de la Défense.

 

Cet événement a vu également la participation de Mme ambassadeur d’Inde au Vietnam Preeti Saran, de représentants des unités du ministère vietnamien de la Défense, d'établissements spécialisés dans l’industrie de la défense des deux pays

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2014 4 10 /07 /juillet /2014 16:20
Le F-35 pourrait manquer le salon de Farnborough

 

09 juillet 2014 Par Julien Bonnet – Usine Nouvelle

 

L'armée américaine a émis des doutes quant à la présence de son chasseur F-35 au salon aérien de Farnorough, qui se tient la semaine prochaine en Grande-Bretagne. Un contretemps qui vient compléter la longue liste des déboires rencontrés par ce programme déjà très coûteux.

 

Le F-35 trop juste pour briller dans le ciel de Farnborough ? L'armée américaine n'est pas certaine de pouvoir présenter son chasseur lors du salon aérien qui se tiendra la semaine prochaine en Grande-Bretagne. Un contremps fâcheux, les responsables américains avaient en effet vu ce grand rendez-vous de Farnborough comme une occasion en or pour dévoiler leur avion de combat multirôle.

 

Le programme le plus coûteux de l'histoire

 

Salué comme une merveille technologique, le programme "Joint Strike Fighter" s'impose comme le plus coûteux de l'histoire. Son budget a en effet explosé pour atteindre près de 400 milliards de dollars (290 milliards d'euros environ), pour 2 443 avions, et quelque sept ans de retard.

La totalité de la flotte des F-35 américains reste pourtant toujours clouée au sol, a annoncé ce mardi 8 juillet le Pentagone, afin qu'une enquête se poursuive sur les raisons d'un incendie survenu à bord d'un appareil fin juin, le dernier incident d'une longue série de problèmes techniques et de retards.

 

Priorité à la sécurité

 

"La décision n'a pas encore été prise", a déclaré le porte-parole du Pentagone, le contre-amiral John Kirby. "Nous serions déçus si (le F-35) ne pouvait pas participer à Farnborough mais la sécurité est notre priorité. (...) Personne ne veut précipiter cet engin dans les airs avant de savoir exactement ce qu'il s'est passé".

Quatre F-35B, une version à décollage court et à atterrissage vertical, devaient notamment se produire depuis un navire britannique, pays qui a beaucoup investi dans ce programme.  Des responsables militaires ont confié à l'AFP que trois avions sur quatre pourraient bien se produire vers la fin du salon (qui se tient jusqu'au 20 juillet) si les autorités aériennes concluaient à une absence de risque.

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2014 4 10 /07 /juillet /2014 12:30
La famille Gowind de DCNS remporte des succès à l'exportation

La famille Gowind de DCNS remporte des succès à l'exportation

 

10/07/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le contrat portant sur la vente de quatre corvettes à la marine égyptienne a été mis en vigueur. Cette commande est estimée à 1 milliard d’euros.

 

Pour DCNS, l'essai est définitivement transformé en Égypte. Le contrat d'environ un milliard d'euros (hors armement) que DCNS avait récemment signé avec Le Caire pour la vente de quatre corvettes de type Gowind, a été mis en vigueur, selon nos informations. Un très joli coup commercial pour DCNS en Égypte, qui avait beaucoup (trop ?) surpris le petit monde de la défense en France. Le groupe naval continue à négocier la vente de deux corvettes supplémentaires en option avec l'Égypte.

DCNS a vendu au Caire quatre corvettes Gowind de 2.400 tonnes, équipées de son système de combat, le Setis, et qui pourraient être armées de missiles surface-air VL Mica et mer-mer Exocet de MBDA. Le missilier européen négocie actuellement les installations de tir avec l'armée égyptienne (50 millions d'euros environ) et devrait proposer un lot de missiles évalué entre 300 et 400 millions d'euros.

 

Trois corvettes fabriquées localement

Trois des quatre corvettes Gowind seront fabriquées en Egypte dans un chantier naval étatique à Alexandrie. Pour DCNS, c'est un nouveau succès de la Gowind après celui remporté en Malaisie (6 corvettes) et peut-être avant celui en Uruguay où le groupe a été choisi en personne par le président José Mujica (trois patrouilleurs Gowind, dont l'Adroit). Pour autant, l'élection présidentielle prévue fin octobre 2014 pourrait ralentir, voire geler le processus d'acquisition des patrouilleurs de Montevideo.

Le contrat signé avec la marine égyptienne été rondement négocié, le groupe naval ayant été sélectionné au premier trimestre. Le maréchal Abdel Fattah al-Sissi, alors encore ministre de la Défense, devenu depuis président de l'Égypte, avait choisi DCNS. Une compétition remportée de haute lutte face aux chantiers navals allemand ThyssenKrupp Marine Systems (TKMS), qui proposait des Meko A200, et surtout face au néerlandais Damen (corvette Sigma).

Partager cet article

Repost0
9 juillet 2014 3 09 /07 /juillet /2014 16:59
L'aéronautique, une exception française menacée ?

 

09/07/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

À l'heure de la mondialisation, l'aéronautique française fait figure de modèle et tire vers le haut une filière d'excellence. Mais les menaces de coupes sur les dépenses militaires inquiètent les grands industriels qui rappellent la dualité entre la défense et le civil. Alors que l'emploi dans l'industrie et la compétitivité ont été décrétés grandes causes nationales, voici quatre pistes pour la faire rester en France, alors que certains sont tentés par l'appel du large.

 

"Retenez-moi ou je fais un malheur..." C'est en substance le message des industriels de l'aéronautique envoyé en mai dernier à François Hollande et au gouvernement de Manuel Valls. Faute d'un investissement public minimum dans la défense et dans l'espace de l'État, les grands industriels de l'aéronautique (Airbus Group, Safran, Thales, Dassault Aviation...), qui cumulent tous des activités civiles et militaires dans leur périmètre, agitent la menace d'installer de plus en plus de capacités de production à l'étranger, et surtout de quitter la France.

« Les entreprises duales seraient contraintes de tirer les conséquences et accéléreraient leur mutation en privilégiant les activités civiles. Elles seraient alors soumises aux seules contraintes concurrentielles mondiales qui placeront l'équation nationale au second plan », avaient écrit en mai dernier au président de la République les PDG des sept plus grands groupes de défense français (Airbus Group, Safran, Thales, Dassault Aviation, DCNS, Nexter et MBDA) lorsque Bercy et Matignon voulaient sévèrement rogner le budget de la défense.

Point de salut sans un ancrage national c'est-à-dire des espèces sonnantes et trébuchantes - pour cette industrie, qui pèse de tout son poids dans l'économie française.

« On ne peut pas faire des économies sur un secteur qui marche en France », estime le président du Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales (Gifas), Marwan Lahoud, dans une interview accordée à La Tribune.

En 2013, le chiffre d'affaires des entreprises du Gifas s'est élevé à 47,9 milliards d'euros, en augmentation de 9 %, à périmètre constant. La part à l'exportation (30,4 milliards), qui a connu une très forte progression (+ 11,4%), représente 79% du chiffre d'affaires consolidé. En termes de prises de commandes, 2013 a été une « année record » avec 73,1 milliards d'euros de prises de commandes, soit un bond de 49% par rapport à 2012, principalement grâce au secteur civil. Le carnet de commandes global représente entre cinq et six années de production. Cette industrie a donc "besoin de stabilité dans les programmations et d'une vision de long terme. Nous sommes une industrie de cycle long, vulnérable aux atermoiements budgétaires et qui ne peut être la variable d'ajustement de tous les gouvernements", avaient expliqué les sept PDG.

Pour autant, comme l'explique le président du Gifas, l'État peut "supprimer d'un trait de plume des crédits du budget de la défense avec des conséquences qui sont gérées" par... les industriels. Ces derniers s'adapteront mais ils pourraient finir par s'exiler à force d'être maltraités.

 

Garder les centres de décision et de recherche en France

Cela va de soi mais c'est mieux en le disant : l'industrie aéronautique française restera performante tant qu'elle gardera des centres de décision et de recherche en France. C'est l'une des clés de la très belle « success story » de cette industrie depuis les années 1970.

"Quand un centre de décision se déplace à l'étranger, cela peut avoir des conséquences même si elles ne sont pas immédiates. C'est important de conserver de vrais centres de décision en France", expliquait récemment à La Tribune le PDG de Vallourec, Philippe Crouzet.

Ce qui est vrai pour le patron du leader mondial des tubes sans soudure, l'est également pour tous les PDG à la tête d'un groupe industriel.

Car, à l'heure de la mondialisation, l'industrie aéronautique est déjà très tentée d'aller produire de plus en plus près de ses clients. En Asie bien sûr, mais aussi dans les pays de la zone dollar, y compris aux États-Unis pour se protéger d'un euro trop fort (voir plus loin, notre point 4). Airbus, Safran, Thales le font déjà avec une relative prudence. Ces groupes prennent toutefois garde à ne pas fâcher l'État, les salariés et l'opinion publique. Surtout en cette période inédite de patriotisme économique.

Mais l'exemple du président du directoire de Schneider Electric, Jean-Pascal Tricoire, parti s'installer avec une partie de son état-major à Hong Kong, n'est pas passé inaperçu. Un rêve qui n'est plus aussi inaccessible pour ces groupes français. D'autant qu'ils sont de plus en plus internationaux - à l'image d'Airbus Group, de Thales et de Safran -, ainsi que les principaux sous-traitants de maîtres d'oeuvre français comme les équipementiers Zodiac, Lisi, Latécoère... Encore faut-il aussi que les industriels fassent leur boulot... d'industriels. Car, à l'heure où le dogme des 10% de bénéfice avant intérêts et impôts (Ebit en anglais) est devenu une loi d'airain dans l'industrie aéronautique (Airbus Group, Thales), les groupes pourraient réduire leurs investissements pour privilégier le court terme. C'est-à-dire les actionnaires et les marchés qui ont souvent une vision de très court terme.

Est-ce aussi un objectif attractif pour les futurs ingénieurs d'Airbus, les héritiers des pionniers qui ont écrit l'histoire de ce géant de l'aéronautique (plus de 140.000 salariés) en lançant des produits qui, en dépit de toutes les crises de gouvernance et économiques, se vendent aujourd'hui comme des petits pains ? EADS continuera-t-il demain de faire rêver ? Tout comme Thales et les autres ? En 2012, la recherche & développement représentait 13,9% du chiffre d'affaires des entreprises du Gifas, dont 60% sont autofinancés. Une réussite en grande partie grâce au crédit impôt recherche (CIR).

 

construction aéronautique 

 

Un coût du travail moins cher, une fiscalité stable

Le patron d'Airbus Group Tom Enders avait été très clair début 2013. Il était nettement agacé par le coût du travail en France. "Pour ce qui est du coût du travail - je ne parle pas des salaires directs - mais des charges sociales, si celles-ci continuent à augmenter, cela va nous poser un problème dans nos embauches en France", avait-il expliqué début 2013 à l'Assemblée nationale.

Et Tom Enders sait de quoi il parle puisque c'est l'un des plus gros employeurs en France avec 54.000 salariés environ dans l'Hexagone.

« Le coût du travail en Europe conjugué au coût de l'énergie, comparé aux États-Unis, sont des données importantes. Nous sommes une grande entreprise parce que nous sommes sur le marché mondial et pour être sur ce marché, nous devons être compétitifs », avait-il mis en garde le gouvernement français.

Des propos qui rejoignent complètement l'esprit de la lettre des sept PDG français, envoyée à François Hollande en mai dernier. Faute d'environnement économique favorable, Tom Enders serait tenté de mettre les voiles loin de la France et de l'Europe.

Certaines mesures lancées par le gouvernement sont toutefois très encourageantes pour les industriels. Notamment le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) décidé fin 2012, "même si le plafonnement des aides à hauteur de 2,5 Smic en réduit l'impact, pour la filière aéronautique, à celui d'une variation d'un centime de la parité euro-dollar",
a regretté Marwan Lahoud. Et de pointer du doigt les techniciens de Bercy qui ont "châtré la mesure" et qui sont "les champions de la punition des vertueux", a-t-il lâché pendant une conférence de presse. Ce n'est pas le cas du dispositif du crédit impôt recherche (CIR) encensé par Airbus Group. Le groupe européen consacre 20 % de son chiffre d'affaires en R & D, dont 7% autofinancés.

Soit 3 milliards d'euros, auxquels il faut ajouter encore 3 milliards d'euros en investissements industriels sur les sites d'Airbus pour soutenir la recherche et la production. "Nous n'aurions pas pu parvenir à un tel niveau sans le dispositif du CIR. Le CIR constitue un atout indéniable pour la compétitivité du territoire français", avait expliqué en octobre 2013 aux députés Marwan Lahoud. Et de préciser que le CIR "constitue une des clés du succès des activités françaises de R & D d'EADS et justifie la priorité donnée à l'installation de ces dernières en France".

Le Gifas a accueilli positivement le pacte de responsabilité et de solidarité. "Il représentera en 2016 un allégement de 300 millions d'euros pour l'aéronautique. Cela représente un peu plus de 2 % des frais de personnel pour la profession", a souligné Marwan Lahoud. Une goutte d'eau face aux 8,8 milliards d'euros versés pour les salaires et aux 4,4 milliards de charges sociales.

Enfin, les groupes du secteur veulent pardessus tout la stabilité fiscale. Elle "est très importante pour nous afin de disposer d'une visibilité suffisante pour lancer des projets", a rappelé Marwan Lahoud.

 

Un euro plus faible face au dollar

L'euro trop fort coûte très cher à l'industrie aéronautique. Une antienne reprise par tous les PDG des groupes aéronautiques. "Quand le dollar perd 10 cents face à l'euro, Airbus perd 1 milliard", avait coutume d'expliquer Louis Gallois, alors président d'EADS. Quand les coûts de fabrication sont libellés en euro, le prix des avions d'Airbus l'est en dollar. L'ancien commissaire général à l'investissement (Louis Schweitzer vient de lui succéder), nouveau président du conseil de surveillance de PSA Peugeot Citroën, a récemment averti qu'un euro "situé autour de 1,35-1,40 dollar peut étouffer la petite reprise à laquelle nous assistons". Et d'estimer que l'euro fort constitue un "vrai problème pour nos industriels".

Le président du Gifas a enfoncé le clou.

"À chaque fois que l'euro s'apprécie de 10 centimes face au dollar, cela efface 2 % de marge. Et 2 % de marge, cela peut faire la différence dans une compétition", a-t-il lancé lors de la présentation des résultats d'Airbus Group.

Les industriels ont beau lancer des plans d'amélioration de leurs performances, les variations du dollar face à l'euro en effacent les gains. Pour les entreprises, les couvertures euro-dollar pour se protéger contre les fluctuations des monnaies coûtent également extrêmement cher.

« Produire en zone dollar est une voie, a également expliqué Marwan Lahoud. Nous avons essayé de le faire, pas autant que cela pourrait l'être. À ce stade, cela pèse lourdement sur le compte de résultat, sur le bilan, non pas seulement de l'entreprise EADS, mais de toutes les entreprises du secteur, qui sont obligées d'acheter des couvertures sur les marchés financiers, ce qui leur coûte horriblement cher. »

Bref, en dépit de sa bonne santé, l'industrie aéronautique pourrait s'envoler un jour vers d'autres ciels plus cléments...

Partager cet article

Repost0
9 juillet 2014 3 09 /07 /juillet /2014 16:55
L'aéronautique est une réponse à la désindustrialisation mais...

 

08/07/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Les investissements de l'État dans la filière de Défense ont toujours été une des clés du leadership français dans l'industrie aéronautique civile. Un modèle à long terme qui pourrait être mis à mal par des décisions court-termistes.

 

Les PDG des sept plus grands groupes de Défense français ont été clairs avec le gouvernement. Très clairs. Faute d'un investissement stable et minimum dans la Défense, ces entreprises (Airbus Group, Safran, Thales, Dassault Aviation, DCNS, Nexter et MBDA) pour la plupart duales (militaires et civils) mettront les voiles à l'étranger si les pouvoirs publics réduisent une nouvelle fois le budget de la Défense, la variable d'ajustement de tous les gouvernements - de droite comme de gauche depuis plus de vingt ans. Une menace qui plane en permanence sur ce budget, à l'image du blitzkrieg de Bercy déclenché en mai dernier pour le réduire à nouveau.

 

Menaces explicites

Les sept PDG avaient adressé un courrier à François Hollande pour l'avertir des conséquences « dramatiques » d'une telle initiative. Un courrier dans lequel on apprend notamment que l'enracinement de l'industrie aéronautique tricolore en France ne tient finalement que par l'exécution d'un budget de la Défense raisonnable. Les sept PDG le disent sans faux-semblants :

« Les entreprises duales seraient contraintes d'en tirer les conséquences [si le budget de la Défense baissait à nouveau, ndlr] et accéléreraient leur mutation en privilégiant les activités civiles. Elles seraient alors soumises aux seules contraintes concurrentielles mondiales (parité euros/dollar, coût du travail, fiscalité...) qui placeront l'équation nationale au second plan ».

C'est déjà plus ou moins le cas avec la réduction constante des budgets de Défense en Europe. Cette industrie devient de plus en plus civile a averti le président du Gifas (Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales), Marwan Lahoud, lors de la présentation fin avril du bilan de la fédération. Ainsi, les commandes civiles ont représenté 83% du total des commandes du secteur en 2013. C'était aussi le cas en 2012 et 2011 (respectivement 86% et 87%). En 2003, les commandes étaient nettement plus équilibrées : 58% pour le civil, 42% pour le militaire.

 

Intox ?

Quelles seraient les conséquences d'une nouvelle réduction du budget de la Défense ? Elle aurait, selon ces sept PDG, des conséquences en termes de « licenciements, de décrochage technologique, de perte de compétitivité et de souveraineté, de déclassement et de désindustrialisation ».

Et d'estimer que « de nombreux fournisseurs, ETI et PME, n'y survivraient pas. Les entreprises tournées vers les seuls marchés de Défense seraient, pour leur part, victimes d'une anémie, qui rapidement ne leur laissera d'autre alternative que de passer sous la coupe de sociétés étrangères ou de disparaître ».

Un grand patron du secteur évalue entre 12.000 et 18.000 suppressions d'effectifs dans la filière (emplois directs et indirects), dont 6.000 à 9.000 emplois directs, si le budget de la Défense était réduit de 1 milliard d'euros. Par exemple, Airbus Group est déjà en train de supprimer 1.300 postes en France en raison de l'actuelle loi de programmation militaire.

Intox ? Pas sûr, même si le tableau dessiné par les sept patrons semble trop sombre. La plupart de ces groupes ont déjà une belle empreinte internationale, renforcée ces dernières années par une accélération des investissements à l'étranger pour conquérir les nouveaux marchés. C'est le cas d'Airbus, qui aura bientôt deux chaînes d'assemblage hors d'Europe, une à Tianjin en Chine et l'autre bientôt aux États-Unis (à Mobile en Alabama), où l'avionneur entraîne la plupart de ses sous-traitants.

Et demain, pourquoi pas une chaîne de Falcon, les avions d'affaires de Dassault Aviation, aux États-Unis ? Enfin, que va-t-il se passer le jour où il y aura un retournement de cycle dans l'aéronautique civile ? Quels sites les directions générales fermeront-elles : ceux implantés en Europe ou les autres ? À suivre.

 

Un décrochage technologique

Une chose est sûre, sans un effort budgétaire de la part de l'État, les industriels n'investiront plus dans la Défense. Pour trois raisons : les volumes restent trop faibles, les coûts de production sont élevés et l'euro est une monnaie forte.

« Notre job d'industriel est de nous adapter aux situations, explique l'un d'entre eux. Sans l'État, nous n'investirons pas dans la Défense, donc nous réduirons nos capacités industrielles en France et nous basculerons complètement vers le civil, qui est une industrie mondialisée. »

Et de rappeler à ceux qui pensent que les emplois perdus dans le militaire pourront rester au chaud dans le civil, en attendant des jours meilleurs, se trompent lourdement. "Les capacités que l'on abandonne, on ne les récupère pas", affirme un autre grand industriel.

Ne pas investir dans la Défense, c'est décrocher inexorablement dans le civil, estime-t-il. Car l'industrie française, qui est un concurrent et un partenaire respecté dans le monde entier, reste encore compétitive grâce au développement de ses technologies souvent issues de la Défense et qui ont irrigué le civil.

Car l'enjeu est aussi, explique cet industriel, « notre capacité à rester parmi les leaders mondiaux dans le civil ».

Par exemple, Messier-Bugatti-Dowty, une filiale de Safran, est un des leaders mondiaux dans le domaine du freinage des avions commerciaux grâce à ses freins carbone, une technologie développée pour l'aéronautique.

 

L'Etat dans la filière industrielle

En 2013, c'est EADS (devenu Airbus Group) qui a touché le jackpot grâce aux commandes de la Direction générale de l'armement (DGA) avec 1,94 milliard d'euros engrangés dans ses comptes.

Un montant ventilé entre les différentes filiales du groupe européen : Astrium (780 millions d'euros), Airbus (576 millions), Eurocopter (409 millions), Cassidian (132 millions), EADS Casa (36 millions). Sur le podium, le groupe naval DCNS a pris la deuxième place (1,82 milliard) et Thales (1,47 milliard) la troisième.
L'équipementier Safran a quant à lui engrangé l'an dernier 1 milliard d'euros, suivi par l'avionneur Dassault (656 millions), le groupe d'armement terrestre Nexter (529 millions), le missilier MBDA (498 millions) et, enfin, le constructeur de blindés légers Renault Trucks (128 millions).

En outre, la DGA a distribué 1,2 milliard d'euros à l'ensemble des entreprises de la filière Défense, notamment les PME, qui ont également été irriguées par les grands maîtres d'oeuvre. Enfin, elle a contribué fortement au budget du Commissariat à l'énergie atomique (CEA), avec 1,4 milliard d'euros, et à celui du CNES (105 millions). Soit un total de 10,83 milliards d'euros de paiements effectués en 2013 (10,9 milliards en 2012) par la DGA.

 

Un secteur clé

Que pèse le secteur aéronautique et Défense, la troisième industrie tricolore ? En 2013, le chiffre d'affaires des entreprises du Gifas s'est élevé à 47,9 milliards d'euros, en augmentation de 9% à périmètre constant. La part à l'exportation (30,4 milliards), qui a connu une très forte progression (+ 11,4%), représente 79 % du chiffre d'affaires consolidé. En terme de commandes, 2013 a été une « année record » avec 73,1 milliards d'euros de prises de commandes, soit un bond de 49% par rapport à 2012, principalement grâce au secteur civil. Le carnet de commandes global représente entre cinq à six années de production.

Les équipementiers et les PME, qui forment la « supply chain », affichent quant à eux un chiffre d'affaires estimé de 15,1 milliards (+ 7% à périmètre constant) et 13,3 milliards de commandes (+ 12%). 2013 a également été une année record en matière d'emplois, avec 177.000 personnes travaillant dans le secteur (170.000 en 2012). Les entreprises ont recruté l'an dernier 13.000 personnes pour un solde positif de 6.000 emplois net créés.

Enfin, le chiffre d'affaires généré par les entreprises intervenant dans le domaine de la Défense s'élevait à 17,5 milliards d'euros en 2011 (dernier chiffre donné par le CIDEF, le Conseil des industries de Défense françaises), dont 35% à l'exportation pour des effectifs estimés à 80.000 emplois directs et 85.000 indirects. Un enjeu tel que même Bercy doit lever les yeux de sa calculette pour prendre en compte la capacité de la France à maintenir une recherche, une industrie, des emplois à un niveau élevé.

Partager cet article

Repost0
9 juillet 2014 3 09 /07 /juillet /2014 16:40
Le BPC Vladivostok et le Smolniy à Saint-Nazaire  photo Franck Dubray

Le BPC Vladivostok et le Smolniy à Saint-Nazaire photo Franck Dubray

 

9 Juillet 2014 rusnavyintelligence.com

 

Tandis que les essais du Vladivostok et la construction du Sébastopol se poursuivent, Moscou se prépare à recevoir son premier son premier BPC : le Vladivostok doit être remis à la Russie en novembre 2014.

 

Les 400 marins russes qui formeront les deux équipages des Mistrals que Moscou a commandés en 2011 (€1,2 milliard) sont arrivés le 30 juin dernier à Saint-Nazaire à bord du Smolny (flotte de la Baltique). Au cours des prochaines semaines, ils se familiariseront avec le Vladivostok afin de poursuivre leur formation débutée en Russie. Le Vladivostok et le Sébastopol seront armés à Saint-Pétersbourg d'où a été remorquée la section arrière du Sébastopol le 26 juin dernier. Mise à l'eau le 30 avril 2014 par l'usine de la Baltique, la poupe du bâtiment doit arriver à Saint-Nazaire le 14 juillet prochain pour y être assemblée avec la section avant directement construite par DCNS. Initialement, le remorquage devait avoir lieu le 16 juin dernier tout comme l'arrivée des marins était prévue pour le 1er juin... D'ici octobre, la filiale de Lorient de DCNS doit par ailleurs livrer 4 chalands de débarquement de nouvelle génération pour le Vladivostok.

 

Du côté de la baie d'Ulysse (base navale de Vladivostok, Extrême-Orient russe), le chantier de construction des infrastructures destinées à accueillir au moins un des deux Mistrals ont débuté en février 2014. La ligne de mouillage fait près 2,5 kilomètres de long, et c'est Spetzstroï, le service fédéral des constructions spéciales, qui se charge des travaux dont la fin est prévue pour 2017-2018.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
9 juillet 2014 3 09 /07 /juillet /2014 16:35
ASRAAM - photo MBDA

ASRAAM - photo MBDA

 

09/07/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le missilier européen a obtenu un contrat estimé à 428 millions de dollars pour équiper les vieux Jaguar de l'armée de l'air indienne de missiles britanniques air-air de courte portée Asraam

 

C'est une belle promesse pour l'avenir pour MBDA en particulier, et pour les industriels de la défense français en général en Inde. Selon le ministre des Finances britannique, George Osborne, actuellement en visite à Bombay en compagnie du secrétaire d'État des affaires étrangères William Hague, le missilier européen a obtenu un contrat estimé à 428 millions de dollars (315 millions d'euros) pour équiper les vieux Jaguar de l'armée de l'air indienne de missiles britanniques air-air de courte portée Asraam. Ce contrat va créer "des centaines d'emplois" en Grande-Bretagne, a précisé George Osborne.

MBDA attendait depuis le début de l'année la mise en vigueur du contrat Asraam. Le contrat avait été validé par l'ancienne majorité en Inde, notamment par le CCS (Cabinet Committee on Security), qui est présidé par le Premier Ministre. Mais il n'avait pas été mis en vigueur, puis les élections législatives avaient gelé le processus. Toutefois, le missilier n'avait pas encore reçu le premier versement officialisant la mise en vigueur du contrat, selon nos informations. Outre le SR-SAM (Short Range Surface to Air Missile), un missile sol-air de nouvelle génération co-développé et coproduit en Inde avec Bharat Dynamics Limited, le missilier a plus d'une trentaine de campagnes en cours actuellement en Inde dont celles concernant MMRCA (Scalp, Meteor...).

 

Une promesse pour l'avenir

Pourquoi la signature de ce contrat est-elle une belle promesse pour l'avenir pour les industriels de la défense de la planète à commencer par Dassault Aviation, qui négocie la vente de 126 Rafale avec New Delhi ? Parce que le nouveau gouvernement de Narendra Modi semble vouloir aller plus vite comme le démontre ce contrat signé avec MBDA que le précédent. Le ministère de la Défense est critiqué pour sa lenteur, la signature des contrats prenant souvent des années avant d'aboutir. Les très nombreuses affaires de corruption ces dernières années ont paralysé la plupart des processus d'acquisition du gouvernement de Manmohan Singh, notamment ceux dans le domaine de la défense. En janvier, l'Inde a annulé un contrat d'achat de 12 hélicoptères au groupe italien AgustaWestland sur fonds de soupçons de versement de pots-de-vin. Aussi, plus aucun responsable ne souhaitait prendre de décision.

D'autant qu'en décembre, le Parlement indien avait approuvé une loi anti-corruption prévoyant la création d'un médiateur ayant le pouvoir d'enquêter sur les politiques et les fonctionnaires soupçonnés de corruption. En mai, le Premier ministre s'était engagé à ce que les achats d'armements et d'équipements militaires soient "plus transparents, lisses, efficaces et moins vulnérables aux pratiques contraires à l'éthique".

 

Pour Modi, l'Inde doit devenir un producteur d'armes

Issu du parti nationaliste hindou Bharatiya Janata (BJP), Narendra Modi entend développer les capacités militaires de l'Inde et transformer progressivement le premier importateur mondial d'armes en pays producteur d'armes. Un des moyens d'y parvenir pourrait être d'assouplir les règles encadrant la participation d'investissements étrangers dans ce secteur.

Le nouveau ministre indien de la Défense, Arun Jaitley, a récemment promis d'accélérer le processus d'achat d'équipement militaire. "Plusieurs décisions sont dans les tuyaux et il y a de bonnes raisons pour conduire ces processus à leur terme", a dit le ministre lors d'une rencontre avec l'Etat-major de la marine à New Delhi. C'était le cas du contrat Asraam de MBDA. "Le gouvernement va tout faire pour travailler dans cette direction", avait-il précisé, reconnaissant que "la lenteur du rythme des acquisitions" constituait un motif de préoccupation.

L'Inde est le premier importateur de matériel militaire conventionnel mais plusieurs grands contrats attendent d'être conclus depuis des années, créant d'importants lacunes dans l'équipement de l'armée indienne. Cette dernière a laissé percer son mécontentement devant ces problèmes d'approvisionnement, alors que la situation est tendue à la frontière avec le Pakistan et que la Chine déploie ses ambitions militaires.

Partager cet article

Repost0
9 juillet 2014 3 09 /07 /juillet /2014 11:55
Campagne d’essais de drone sur le commandant Bouan

 

9 Juillet 2014 Marine nationale

 

Du 1er au 3 juillet 2014, la Marine nationale a mené en collaboration avec la DGA, une campagne d’essais drone sur le Cdt Bouan.

 

Le principal objectif de ces essais était d’évaluer la récupération par filet d’un mini drone à voilure fixe sur un bâtiment non doté d’une plateforme aviation. Il s’agissait également d’identifier les principales contraintes d’intégration et de mise en œuvre de ce type de système à la mer. Le système de drone utilisé était le DVF 2000 de la société Survey Copter. Les vols ont été réalisés par des opérateurs industriels, sous la direction des centres d’expertises de la DGA (Technique Terrestre et Technique Navale), du CEPA/10S et avec le soutien de l’équipage du Cdt Bouan.

 

Les objectifs ont été atteints, plusieurs récupérations dans le filet en mode automatique ont été réalisées et cela jusqu’à mer 3.

 

Les résultats des analyses de cette campagne d’essais contribueront à alimenter les réflexions menées actuellement par la marine sur le concept d’emploi des drones embarqués. Ils se poursuivront les prochaines années avec d’autres essais à la mer et avec d’autres systèmes de drones.

Campagne d’essais de drone sur le commandant Bouan

Partager cet article

Repost0
9 juillet 2014 3 09 /07 /juillet /2014 11:40
Air defence missile system S-400 being fired photo Dmitry Rogulin ITAR-TASS

Air defence missile system S-400 being fired photo Dmitry Rogulin ITAR-TASS

 

Jul 08, 2014 brahmand.com

 

MOSCOW (BNS): Russia has successfully carried out test launch of a long-range interceptor missile which will be part of a new fifth generation air defence system S-500, according to a news report.

 

Russian news agency Itar-Tass quoting a source in the Defence and Industrial Complex, said the test launches were conducted in late June.

 

"All goals and tasks set within this event were fulfilled completely," the source was quoted as saying.

 

As part of Russia's defence modernisation programme through 2020, Joint Stock Company Almaz-Antey is developing a new generation air defence missile system S-500.

 

The surface-to-air missile system is designed for intercepting intercontinental ballistic missiles and for defence against airborne early warning and control, airborne warning and control system, and jamming aircraft.

 

The S-500 is being developed to surpass air defence missile system S-400 Triumf currently in combat service and its US rival - a defence missile system RAS-3, reports said.

Partager cet article

Repost0
9 juillet 2014 3 09 /07 /juillet /2014 11:35
Singapore - Joint Direct Attack Munition (JDAM) Kits

 

Jul 7, 2014 ASDNews Source : Defense Security Cooperation Agency (DSCA)

 

The State Department has made a determination approving a possible Foreign Military Sale to Singapore for Joint Direct Attack Munition (JDAM) kits and associated equipment, parts, training and logistical support for an estimated cost of $63 million. The Defense Security Cooperation Agency delivered the required certification notifying Congress of this possible sale on July 3, 2014.

 

The Government of Singapore has requested a possible sale of 913 KMU-556B/B Joint Direct Attack Munition (JDAM) kits for Mk-84 2000 lb bombs, 100 FMU-152A/B fuzes, and 300 DSU-40 Precision Laser Guidance Sets. Also included are containers, munition trailers, support equipment, spare and repair parts, test equipment, publications and technical documentation, personnel training and training equipment, U.S. Government and contractor engineering and technical support, and other related elements of logistics support. The estimated cost is $63 million.

 

Read more

Partager cet article

Repost0
9 juillet 2014 3 09 /07 /juillet /2014 11:20
Anti-Submarine Warfare Continuous Trail Unmanned Vessel Under Construction, At-Sea Testing Expected by 2015

 

Jul 7, 2014 ASDNews Source : Leidos

 

An autonomous unmanned vessel designed to track quiet diesel-electric submarines spanning miles of ocean depths for months at a time with minimal human input is now under construction and is expected to set sail for testing in 2015. Leidos, a national security, health and engineering solutions company, has begun construction on ACTUV (Autonomous Continuous Trail Unmanned Vessel) under a Defense Advanced Research Project Agency (DARPA) program for the design, development, and construction of a vessel originally conceived for an anti-submarine warfare mission.

 

"ACTUV's advanced sensor technology should allow for continuous surveillance which, combined with the vessel architecture and design, is expected to provide autonomous safe navigation supporting Navy missions around the world," said Leidos Group President, John Fratamico. ACTUV carries other sensors and mission packages designed to allow it to conduct a variety of Intelligence, Surveillance and Reconnaissance and other alternate missions. With situational sensors that can ensure safe navigation, the ACTUV trimaran has electro optics, long range and short range radar.

 

Read more

Partager cet article

Repost0
9 juillet 2014 3 09 /07 /juillet /2014 07:50
Farnborough Airshow 2014 Capabilities

 

08.07.2014 BAE Systems

 

Check out our air capabilities which will be on show at Farnborough Airshow 2014

Partager cet article

Repost0
9 juillet 2014 3 09 /07 /juillet /2014 07:50
BAE Systems experts unveil four futuristic technologies

The four futuristic concepts could be incorporated in military and civil aircraft by 2040 or even earlier

 

8 July 2014 aerospace-technology.com

 

Scientists and engineers at BAE Systems have provided an insight into four futuristic technologies that could be incorporated in military and civil aircraft by 2040 or even earlier.

 

The new technologies include: advanced 3D printers that could print unmanned aerial vehicles (UAVs) during a mission, and aircraft parts that can heal themselves in minutes.

 

A new type of long-range aircraft divides into a number of smaller aircraft when it reaches its destination, as well as a directed energy weapon that could engage missiles at the speed of light, destroy them and protect the people below.

 

Experts at BAE Systems' research and development team at Warton have provided an overview the four futuristic concept aircraft technologies in short animations in YouTube.

 

The team partners with the UK's leading aviation thinkers from universities, government and a range of companies to predict and explore how aircraft engineering might evolve.

 

R&D team, Futurist and Engineering manager Nick Colosimo said: "We don't know exactly what sorts of aircraft technologies will be used in 2040 with any certainty, but it's great to be able to show the public some concepts that might be possible through projecting where today's technology could get to.

 

Research and development plays a key role in BAE Systems' defence, aerospace and security business, with the company investing £117m of its own capital in R&D in 2013.

Partager cet article

Repost0
9 juillet 2014 3 09 /07 /juillet /2014 07:40
Farnborough 2014: les exportateurs d'armements russes absents au Salon

 

MOSCOU, 8 juillet - RIA Novosti

 

Le Service fédéral de coopération technico-militaire, un des plus grands exportateurs russes d'armements, n'enverra pas sa délégation au Salon aéronautique de Farnborough qui s'ouvre le 14 juillet en banlieue de Londres, a annoncé mardi à RIA Novosti une source au courant de la situation.

"Pour des raisons indépendantes de sa volonté, le Service fédéral russe a décidé de ne pas envoyer de délégation en Grande-Bretagne", a déclaré la source.

Le Salon aéronautique de Farnborough se déroulera du 14 au 20 juillet. La délégation russe devait être conduite par le directeur général adjoint du Service de coopération technico-militaire Anatoli Pountchouk.

L'interlocuteur de l'agence a en outre fait savoir que la Russie serait néanmoins représentée au Salon par une délégation conduite par le vice-ministre de l'Industrie et du Commerce Iouri Slioussar.

Les Etats-Unis et l'UE ont décrété des sanctions contre des citoyens russes en représailles à l'adhésion de la Crimée à la Russie suite à un référendum. Les personnes visées par ces sanctions sont interdites de séjour aux Etats-Unis, au Canada et dans les pays de l'Union européenne, et leurs avoirs sont gelés. Moscou condamne ces mesures unilatérales et les qualifie de "contreproductives".

Partager cet article

Repost0
8 juillet 2014 2 08 /07 /juillet /2014 16:50
Farnborough International Airshow 2014

 

le 7 Juillet 2014 Enderi.fr

 

Du 14 au 20 juillet se tiendra en Angleterre le salon aéronautique international de Farnborough. Équivalent d'Outre-Manche du salon du Bourget, le Farnborough International Airshow 2014 réunira pour la 49ème fois industriels et acteurs du monde de la défense et de l'aérospatial. Accueillant visiteurs et professionnels du secteur venant du monde entier, ce salon de grande envergure a notamment construit sa réputation sur la qualité des démonstrations en vol.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories