Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 18:55
Le Vladivostok et le Smolniy à Saint-Nazaire  photo Franck Dubray

Le Vladivostok et le Smolniy à Saint-Nazaire photo Franck Dubray

 

01/07/2014 - JDD

 

Les problèmes des banques françaises avec les Etats-Unis ? Du "chantage" pour que Paris renonce à vendre deux navires de guerre Mistral à la Russie, a affirmé Vladimir Poutine mardi. Le président russe a ainsi établi un lien entre l'amende record infligée par la justice américaine à BNP Paribas et la prochaine livraison de ces navires.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 17:00
Nexter-KMW : une fusion franco-allemande dans l'armement terrestre

 

 

01/07/2014 à 18:00 Par Emmanuel Berretta LePoint.fr

 

INFO LE POINT.FR. Jean-Yves Le Drian marie le groupe public Nexter avec l'allemand KMW pour bâtir le numéro un européen de l'armement terrestre.

 

Les groupes Nexter et KMW se marient pour bâtir le numéro un européen de l'armement terrestre (blindés et munitions). Sous l'égide de Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, le groupe public Nexter (ex-GIATT) se rapproche de KMW, l'un des acteurs privés du marché allemand, à l'issue de 18 mois de négociations secrètes.

 

Nexter est un groupe à 100 % détenu par l'État qui emploie 2 700 personnes et réalise environ 800 millions d'euros de chiffre d'affaires. KMW, de taille équivalente, est détenu par la famille Bole. Dans la nouvelle entité qui pèsera environ 1,6 milliard d'euros, l'État français conserve 50 % et une "golden share" spécifique s'agissant de la filière "munitions". La famille Bole reste propriétaire de la moitié des actions.

 

KMW mettra ainsi sa forte capacité d'exportation au service des blindés français de Nexter, qui, en contrepartie, apportera à KMW sa capacité d'innovation, notamment portée par le programme Scorpion.

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 16:50
Airbus Defence and Space launches new wideband datalink family Lygarion

 

25 June 2014 Airbus Defence and Space

 

Exchange of real time data supports terrestrial and maritime operations

 

Airbus Defence and Space has launched a new wideband data link family. Branded “Lygarion”, the new generation of reliable solutions enables secure exchange of real time data between moving airborne as well as maritime platforms and deployable control stations. Main purposes cover Intelligence, Surveillance and Reconnaissance as well as secure command and control of platforms and weapons in order to support terrestrial and maritime operations.

The core of the product family is based on a modulation- and demodulation-device which incorporates the latest digital and radio frequency technological advantages, enabling higher data throughputs, robust and discrete programmable radio waveforms. This new line-of-sight as well as beyond-line-of-sight modem is a high-end software radio module enabling simplified management of directional-antenna-based long range digital communications. Together with smart antennas and power amplifiers, it constitutes a unique datalink family. The particular solution can be adapted to the mission and integrated to the respective platform and thus be further enhanced.

With Lygarion, Airbus Defence and Space fosters its know–how on platform agnostic interoperable datalinks and consolidates its technological breakthrough in the domain of wideband data communications. It offers a high level of protection against electromagnetic interferences and jamming on operational sites.

Lygarion is the ideal wideband radio communication ITAR (International Traffic in Arms Regulations)-free product for the newer platforms as well as for upgrade of existing ones such as Unmanned Aerial Systems (UAS) missiles, helicopters, aircrafts and ships. Its modular innovative structure allows to achieve the most adapted level of performances (range, data rate, security level). Depending on platform and customer requirement level, it covers either top performance (class A) or cost-efficient intermediate (class B) data communications solutions.

 

About Airbus Defence and Space

Airbus Defence and Space is a division of Airbus Group formed by combining the business activities of Cassidian, Astrium and Airbus Military. The new division is Europe’s number one defence and space enterprise, the second largest space business worldwide and among the top ten global defence enterprises. It employs some 40,000 employees generating revenues of approximately €14 billion per year.

 

About Airbus Group

Airbus Group is a global leader in aeronautics, space and related services. In 2013, the Group – comprising Airbus, Airbus Defence and Space and Airbus Helicopters – generated revenues of € 57.6 billion (restated) and employed a workforce of around 139,000 (restated).

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 16:45
The new Armscor board

 

01 July 2014 by Kim Helfrich – defenceWeb

 

New Armscor chairman Vice Admiral (ret) Johannes Mudimu can call on expertise ranging from legal through to foreign investment as well as procurement and acquisition when he and his board members take decisions on acquisitions for the South African defence and security sector.

 

Former South African ambassador to France and UNESCO, Thuthukile Skweyiya, is Mudimu’s deputy on the new 10-strong Armscor board announced by Defence and Military Veterans Minister, Nosiviwe Mapisa-Nqakula, in May.

 

According to Armscor her tenure as ambassador to France saw “an unprecedented amount of foreign direct investment, including but not limited to, the SAA/Airbus contract, Pechiney, Alcatel and various empowerment projects in the South African wine industry”.

 

Bethuel Mobu brings to the Armscor board “depth and breadth in the procurement/acquisition environment”. He is currently General Manager: Tactical Procurement at Eskom and was previously group procurement specialist at the Airports Company of SA (ACSA) and Group Executive: Supply Chain Management at the SA Post Office. He currently chairs the State-owned Enterprise Forum and is a member of the Chartered Institute of Purchasing and Supply.

 

Legal expertise on the new Armscor board comes from advocates Virginia Lee Anne De la Hunt and Sesi Baloyi. De la Hunt is a practising advocate and member of the Cape Town bar while Baloyi is a member of the Victoria Mxenge Group of Advocates and a member of the Johannesburg Bar.

 

Raymond Vokwana was deputy director general of the Defence Service Commission and is now a businessman with interests in mining, manufacturing, ICT and financial services. According to Armscor he was also a senior manager at the National Intelligence Agency and the SA Secret Service.

 

Dr Moses Khanyile is currently General Manager: Strategy and Business Sustainment at ABSA. He was previously Chief Director: Strategic Planning at the Department of Defence and at the University of Stellenbosch’s Centre for Military Studies.

 

Ndumiso Tyibilika is a registered professional engineer who holds a Government Certificate of Competence (factories) and is a member of the SA Institute of Mechanical Engineers. He has previously worked at one of the Denel divisions in addition to holding positions at Eskom, Amcoal and Caltex.

 

The two remaining Armscor board positions are filled by Sipho Mkwanazi, who has been acting chief executive since November 2009, and chief financial officer, Gerhard Grobler.

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 11:50
Le Centauro Explorer (crédits G Belan)

Le Centauro Explorer (crédits G Belan)

 

27 juin, 2014 Guillaume Belan (FOB)

 

FOB continue son tour d’horizon des nouveautés du salon Eurosatory, qui regorgeaient de découvertes pour son édition 2014 et qui a fermé ses portes la semaine dernière. Intéressants développements sur le stand des italiens Oto Melara et Iveco que ce véhicule blindé Centauro Explorer. Le Centauro est bien connu et en service depuis de nombreuses années dans l’armée italienne. Les industriels dévoilaient durant le salon un condensé exploratoire de ce que pourrait bien devenir les blindés dans le futur : bardés de drones et robots pour mener des missions de reconnaissance.

 

Iveco développe sa gamme de robots

 

Le TRP2 destiné à être mis en œuvre depuis le Centauro (crédits: G belan)

Le TRP2 destiné à être mis en œuvre depuis le Centauro (crédits: G belan)

 

A l’instar du français Nexter, Iveco a investi le secteur des drones depuis quelques années déjà. Le robot TRP2 FOB de 100 kg a été développé à la demande de l’armée italienne engagée en Afghanistan pour la surveillance et la protection de ses FOB. Bardés de capteurs, senseurs, caméras et d’armements (Beretta ARX160 ou lance grenade de 40 mm GLX), l’industriel achève les livraison cette année de ce robot qui entre officiellement en service ce mois dans l’Esercito, bien qu’une dizaine officient déjà en Afghanistan. Sorte de petit Nerva, le TRP3 de 3kg a été livré à l’armée de terre italienne pour des évaluations. Jetable, dotés de caméras video et IR, ce petit robot doit faire de la reconnaissance dans un rayon de 400 mètres. Pour être complet, le TRP2HD (heavy duty), est le dernier né de la gamme. Engin destiné au génie pour la lutte contre les mines et IED, d’un poids de 300 kg, le TRP2HD est doté d’un bras d’une centaine de kg pour la manipulation d’explosifs.

 

La tourelle de l'Explorer avec son drone Horus (crédits: G Belan)

La tourelle de l'Explorer avec son drone Horus (crédits: G Belan)

 

Le Centauro Explorer

 

Une version étonnante du Freccia Centauro était présentée sur le stand extérieur. Véhicule de combat d’infanterie, l’intérieur a été spécialement aménagé pour recevoir le robot TRP2, destiné à des missions de reconnaissance avec une charge éléctro-optique, contrôlable depuis l’intérieur du blindé. La tourelle met en œuvre un canon de 25 mm, avec un système de vision panoramique Janus, un radar Lyra et… un lanceur de drone Horus. Lancé depuis la tourelle, ce petit drone se déploie lors de son lancement. Pesant 2kg, le Horus peut atteindre une vitesse de 70 km/h pour une heure d’autonomie et 10 km de portée maximale. Destiné à s’insérer dans une manœuvre de cavalerie blindée, le système sera testé en octobre par les italiens Une vraie originalité qui explore ce que pourraient bien faire les blindés de demain…

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 11:50
Airbus Defence and Space lance la nouvelle famille de liaison de données haut débit Lygarion

 

25 juin 2014 Airbus Defence and Space

 

Echange de données en temps réel en soutien des opérations terrestres et maritimes

 

Airbus Defence and Space a lancé une nouvelle famille de liaison de données haut débit. Baptisée « Lygarion », cette nouvelle génération de solutions fiables permet l’échange sécurisé de données en temps réel entre des plates-formes aériennes et maritimes en mouvement et des stations de contrôle mobiles. Outre les missions de renseignement, de surveillance et de reconnaissance, ce système vise à garantir le commandement et le contrôle des plates-formes et armements, en appui des opérations terrestres et maritimes.

Le coeur de la produit famille repose sur un dispositif de modulation-démodulation (modem), qui inclut les avantages des technologies numérique et radiofréquence les plus avancées pour fournir un débit de données plus élevé et des formes d’onde radio robustes et discrètes. Ce nouveau modem en visibilité directe et au-delà de la vue directe est un module logiciel haut de gamme offrant une gestion simplifiée des communications numériques longue distance par antenne directionnelle. Associé à des antennes intelligentes et à des amplificateurs de puissance, il forme une famille unique de liaison de données. Adaptable aux missions, cette solution peut être intégrée à la plate-forme et ainsi perfectionnée en permanence.

Avec Lygarion, Airbus Defence and Space développe son savoir-faire en matière de liaisons de données universelles et interopérables, et consolide son avance technologique dans le domaine de la transmission de données à haut débit, avec un niveau élevé de protection contre les interférences électromagnétiques et le brouillage sur les sites opérationnels.

Lygarion est la solution idéale de radiocommunication à large bande non soumise à la réglementation ITAR (International Traffic in Arms Regulations) pour les plates-formes de nouvelle génération ainsi que pour la modernisation des plates-formes existantes, tels les drones, missiles, hélicoptères, avions et navires. Sa structure modulaire innovante permet d’atteindre un niveau de performance optimal (portée, débit, niveau de sécurité). Selon le niveau d’exigence de la plate-forme et du client, il offre des solutions de transmission de données très haute performance (classe A) ou intermédiaires et économiques (classe B).

 

A propos d’Airbus Defence and Space

Airbus Defence and Space est une division du groupe Airbus, née du regroupement des activités de Cassidian, Astrium et Airbus Military. Cette nouvelle division est le numéro un européen de l’industrie spatiale et de la défense, le numéro deux mondial de l’industrie spatiale et fait partie des dix premières entreprises mondiales du secteur de la défense. Elle réalise un chiffre d’affaires annuel d’environ 14 milliards d’euros avec un effectif de quelque 40 000 employés.

 

A propos d’Airbus Group

Airbus Group est un leader mondial de l’aéronautique, de l’espace et des services associés. En 2013, le Groupe – qui comprend Airbus, Airbus Defence and Space et Airbus Helicopters – a dégagé un chiffre d’affaires de 57,6 milliards d’euros (retraité) avec un effectif d’environ 139 000 personnes (retraité).

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 07:56
Le Vladivostok et le Smolniy à Saint-Nazaire  photo Franck Dubray

Le Vladivostok et le Smolniy à Saint-Nazaire photo Franck Dubray

 

MOSCOU, 30 juin - RIA Novosti

 

Les 400 marins russes qui formeront les équipages des bâtiments de projection et de commandement (BPC) de type Mistral construits par la France pour la Russie sont arrivés lundi dans le port français de Saint-Nazaire, rapportent les médias européens.

 

Les marins, qui constituent deux équipages de 200 hommes, doivent se former au maniement des Mistral d'ici l'automne prochain. Ils seront logés à bord du navire militaire Smolny de la Flotte russe de la mer Baltique.

 

La Russie et la France ont signé en 2011 un contrat de 1,2 milliard d'euros pour la construction de deux bâtiments de type Mistral pour la Marine russe. Ces navires sont en cours de construction aux chantiers STX de Saint-Nazaire. Le premier bâtiment - le Vladivostok - a été mis à l'eau et sera remis à la Russie à l'automne 2014, et le second - baptisé Sébastopol - à l'automne 2015.

 

La Marine russe entend construire quatre BPC de classe Mistral

 

Sur fond de crise ukrainienne, la livraison des BPC français à la Russie a provoqué des tensions entre Paris et ses alliés. Les Etats-Unis se montrent particulièrement hostiles à la vente des navires à Moscou. Or, les autorités françaises promettent de remplir leurs engagements malgré les pressions de Washington.

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 07:55
Smart Armoured Glass  Crédits Optsys Nexter

Smart Armoured Glass Crédits Optsys Nexter

 

30 juin, 2014 Guillaume Belan

 

Voici une autre petite découverte du salon Eurosatory.

 

À l’instar des technologies civiles qui permettent la réalité augmentée sur véhicules, les blindés eux aussi pourront bénéficier de cette technologie qui surimpose des images et informations sur le pare-brise du véhicule. Sauf que pour les blindés, cela prend un plus de temps, contraintes militaires obligent…

 

La société Optsys (groupe Nexter), spécialisée dans les équipements d’optique et de vision protégée pour les blindés, présentait durant Eurosatory un démonstrateur de réalité augmentée, le Smart Armoured Glass. Financé sur fonds propres, avec le soutien du CEA, le système offre deux fonctions : la réalité augmentée et les informations tactiques importantes sous forme de symboles (vitesse, carburant, position GPS, distance de la cible…). Des projecteurs situés sur le casque projette ces informations sur le pare-brise blindé, tandis que des caméras permettent à la vision de s’adapter à son utilisateur et changer de modes, par un simple mouvement de tête. En soi, c’est déjà une avancée importante mais le fait que cette technologie soit militarisée implique des contraintes fortes en terme de sécurité et discrétion. Ainsi, le système est-il complètement furtif : les éléments affichés ne peuvent-être vus que par le porteur du casque. Rien n’apparaît à l’extérieur du véhicule ni même par une autre personne dans le blindé. Discrétion assurée ! Optsys assure que ce système sera disponible dès 2015

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 07:50
EDA helps establish an independent European supply chain for advanced Gallium Nitride technologies

 

Brussels - 30 June, 2014 European Defence Agency

 

New developments for the production of electronic components based on the efficient semiconductor gallium nitride help to move the European defence industry towards independence. A multinational research and development project under the leadership of the European Defence Agency (EDA) has succeeded in implementing the entire supply chain for the realization of power electronics components based on gallium nitride within Europe.

 

With the optimization of development and manufacturing techniques for power electronics based on gallium nitride (GaN), researchers and industry partners from five European countries pursue the aim of producing high quality GaN-based electronic devices in Europe, without relying on international suppliers. Due to the high efficiency and robustness of the semiconductor, GaN-based power electronic components already replace established technologies, mainly in the fields of radar and broadband amplifiers.

 

 With respect to the increasing application of the efficient components in electronic defense and combat systems, the European defence industry is facing an increasing demand for the reliable supply of power electronic components. The technology is critical and will provide key enabling capabilities to a broad spectrum of Defence applications, reaching from advanced radar and communication  antennas to electronic warfare.

 

An independent supply chain in Europe

 

Guided by the European Defence Agency (EDA), leading research institutions, universities, as well as defence related companies from Germany, France, Italy, Sweden and the United Kingdom worked together during the past four years in the project MANGA (Manufacturable GaN-SiC-substrates and GaN epitaxial  wafers supply chain) in order to optimize gallium nitride technologies in Europe.

 

To facilitate an independent production of GaN-based electronic devices for military applications, it is necessary to implement the entire supply chain within Europe – reaching from the availability of Silicon Carbide (SiC) substrates for the epitaxial growth of gallium nitride, to the industrial manufacturing of High Electron Mobility Transistors (HEMT). In the scope of the project, GaN-based transistor layers were grown epitaxially on newly developed, high quality SiC-substrates. Applying established foundry processing, these transistor layers were finally used to produce fully European state-of-the-art High Electron Mobility Transistors. Both the quality of the SiC-substrates and the performance of the HEMT are comparable to equivalent benchmark-setting components produced in the United States.

 

 

Systems with increased reliability

 

Also in future projects, it will remain the goal of the EDA to further reduce the European defense industry’s dependence on international trade regulations. After having successfully realized the independent development and production of state-of-the-art transistors suitable for military applications, the project partners want to focus on the improvement of the reliability and material quality of the transistors. Results from universities participating in the project MANGA, where scientists studied the impact of variations in layer structures on the devices’ performance, will help to further optimize the HEMT-technology. In a follow-on project, the project partners want to achieve the qualification of an industrial European wafer supplier for state-of-the-art HEMT structures.

Partager cet article

Repost0
29 juin 2014 7 29 /06 /juin /2014 11:40
Quatre cents marins russes attendus lundi à Saint-Nazaire pour les "Mistral"

 

26 juin 2014 marine-oceans.com (AFP)

 

Saint-Nazaire - Quatre cents marins russes sont attendus à partir de lundi à Saint-Nazaire pour être formés au maniement des Bâtiments de projection et de commandement (BPC) de type Mistral dont le premier doit être livré à la mi-octobre à la Russie, a-t-on confirmé jeudi chez STX France.

 

"En principe, les équipages russes arrivent lundi et nous sommes prêts à les accueillir", a déclaré Laurent Castaing, directeur général des chantiers navals STX France à Saint-Nazaire, qui réalisent les BPC pour le compte de la DCNS. Le navire de guerre russe à bord duquel ont pris place les marins, le Smolniy, est annoncé pour lundi à partir de 5h par le site internet du port de Nantes-Saint-Nazaire.

 

L'arrivée des marins russes intervient alors que cette commande, signée en 2011 mais dont la livraison tombe en pleine crise ukrainienne, provoque des tensions entre Paris et ses alliés, notamment Américains.

 

L'installation des marins russes à Saint-Nazaire "va être relativement discrète, mis à part la présence d'un bâtiment de guerre russe qui va leur servir de base, mais bien évidemment ces marins auront des permissions, nous pourrons les voir dans la ville de Saint-Nazaire", a expliqué M. Castaing devant plusieurs journalistes.

 

"Il s'agit (pour eux, ndlr) d'apprendre à faire fonctionner les navires en temps normal et puis aussi, ce qu'on appelle en mode dégradé, quand quelque chose tombe en panne, comment remettre en état de fonctionner cette installation, (...) c'est ce qui va se dérouler pour ces deux équipages (de chacun 200 hommes, ndlr) pendant les quatre mois qui viennent", a ajouté M. Castaing.

 

Les Russes ne devraient quitter la France qu'à la mi-octobre, au moment de la livraison du premier BPC, baptisé Vladivostok. La moitié d'entre eux reviendront un an plus tard, pour prendre livraison du deuxième BPC, qui doit s'appeler le "Sébastopol".

 

"La livraison est prévue à la mi-octobre, il n'y a pas aujourd'hui de raison de penser que ce calendrier ne sera pas respecté", a souligné M. Castaing.

Partager cet article

Repost0
28 juin 2014 6 28 /06 /juin /2014 11:40
Défense: la Russie renoncera aux importations d'ici 3 à 5 ans (ministre)

 

MOSCOU, 26 juin - RIA Novosti

 

L'industrie militaire russe sera en mesure de renoncer aux importations dans un délai de trois à cinq ans, a déclaré jeudi aux journalistes le ministre de l'Industrie et du Commerce Denis Mantourov.

 

"Nous avons fait des propositions pour organiser sur le territoire russe la fabrication des appareils que nous importons actuellement, notamment d'Ukraine", a fait savoir M.Mantouvrov.

 

"Nous nous sommes retrouvés dans une situation imprévue, et nous sommes à 100% dépendants des livraisons de turbines à gaz pour nos corvettes et navires de patrouille. A l'avenir, ces turbines seront construites dans l'usine Zvezda à Saint-Pétersbourg", a expliqué le ministre.

 

"Dans un délai allant de trois à cinq ans, nous serons en mesure de renoncer aux importations", a-t-il promis.

 

Et d'ajouter que le programme de substitution des importations devrait apporter à l'industrie russe des commandes supplémentaires pour environ 30 milliards de roubles (650 M EUR) par an.

Partager cet article

Repost0
27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 16:40
Marine russe: quatre dragueurs de mines livrés d'ici 2018

 

MOSCOU, 26 juin - RIA Novosti

 

La Marine russe recevra d'ici 2018 quatre dragueurs de mines dernier cri (projet 12700), le premier navire devant entrer en service en 2015, a annoncé jeudi le ministère russe de la Défense dans un communiqué.

 

Le dragueur de mines de nouvelle génération Alexandre Oboukhov, construit par  les chantiers navals Sredné-Nevski de Saint-Pétersbourg, sera mis à l'eau vendredi, selon le communiqué.

 

"Le dragueur de mines Alexandre Oboukhov est le navire amiral de la série. En avril 2014, le ministère de la Défense a signé un contrat de construction de trois navires de ce projet qui devraient être livrés d'ici 2016-2018", indique le communiqué.

 

Le dragueur de mines Alexandre Oboukhov est destiné à la Flotte russe du Nord et pourrait entrer en dotation fin 2015.

 

Long de 61 mères et large de 10 mètres, le navire a un déplacement de 890 tonnes. Sa vitesse est de 16,5 nœuds et l'équipage se compose de 44 personnes.

 

Pour lutter contre les mines, le navire est doté de divers types de dragues ainsi que d'appareils sous-marins téléguidés.

Partager cet article

Repost0
27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 11:50
Thales Alenia Space opens new plant in Leuven, Belgium
 

Charleroi, June 26, 2014Thales Alenia Space

 

Thales Alenia Space Belgium announced today the opening of its second plant in Belgium, at Leuven, following the original announcement of its plans last October. This strategic new facility reflects Thales Alenia Space's growing role in Belgium, a country that is fully committed to government-funded space R&D programs at the national and European levels.

The new plant will initially have a team of about 20 engineers, tasked with developing new avionics products and technologies for satellites and launch vehicles. The facility works closely with the company's microelectronics center of expertise in Leuven, as well as with Thales Alenia Space's Charleroi plant in Belgium.

According to Roger Dernoncourt, CEO of Thales Alenia Space Belgium, "By opening this new facility in Leuven, we will boost our position within the Belgian space industry. In particular, this facility includes equipment design services for new European launchers. Our goal is to develop innovative solutions that will place us in a strong position to be chosen as a supplier of avionics and electronics on Ariane 6."

Jean Loïc Galle, President and CEO of Thales Alenia Space, added: "The opening of this new facility in Belgium is a natural fit with Thales Alenia Space's strategic plan, based on expanding our presence in countries that are investing heavily in space. The creation of both this new facility in Leuven and our German subsidiary near Stuttgart, plus the recent opening of Thales Alenia Space UK, are all an integral part of our approach, which aims to ensure the ongoing growth of our company in the coming years."

 

About Thales Alenia Space:

Thales Alenia Space, a joint venture between Thales (67%) and Finmeccanica (33%), is a key European player in space telecommunications, navigation, Earth observation, exploration and orbital infrastructures. Thales Alenia Space and Telespazio form the two parent companies’ “Space Alliance”, which offers a complete range of services and solutions. Because of its unrivaled expertise in dual (civil/military) missions, constellations, flexible payloads, altimetry, meteorology and high-resolution optical and radar instruments, Thales Alenia Space is the natural partner to countries that want to expand their space program. The company posted consolidated revenues in excess of 2 billion euros in 2013, and has 7,500 employees in six countries. www.thalesaleniaspace.com

Partager cet article

Repost0
27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 11:20
SDB II photo Raytheon

SDB II photo Raytheon

 

TUCSON, Ariz., June 26, 2014 /PRNewswire

 

Latest flight tests move program closer to production

 

Raytheon Company (NYSE: RTN) and the U.S. Air Force concluded a series of flight tests for the Small Diameter Bomb II culminating in direct hits on stationary land targets. The successful tests further position the SDB II program to move from engineering, manufacturing, development phase to low rate initial production.

Using upgraded hardware and electronics during extended periods of flight, SDB II successfully acquired and engaged several stationary targets.

"Detecting stationary targets amidst the clutter of battlefield environments without using latitude and longitude presents a difficult challenge for most weapons today, but not SDB II," said Dr. Taylor W. Lawrence, Raytheon Missile Systems president. "Acquiring stationary targets with the same seeker that can identify and track moving targets demonstrates the dynamic capability this new weapon brings to the warfighter."

SDB II can hit targets from a range of more than 40 nautical miles. Its powerful warhead can destroy armored targets, while keeping collateral damage to a minimum through a small explosive footprint. The highly accurate SDB II offers warfighters the flexibility to change targets through a datalink that passes inflight updates to the weapon.

"These latest tests showcase our tri-mode seeker's game-changing capability to acquire, track, engage and destroy both stationary and moving targets in adverse weather," said John O'Brien, Raytheon Small Diameter Bomb II program director. "Upcoming live fire tests will prove the end-to-end capability of SDB II and will demonstrate the program's readiness to progress to System Verification Review and Milestone C, clearing the way for low rate initial production."

 

About SDB II
SDB II employs Raytheon's uncooled tri-mode seeker. The new seeker operates in three modes: millimeter-wave radar, uncooled imaging infrared and semi-active laser. These three modes enable the weapon to seek and destroy targets, even in adverse weather conditions from standoff ranges. 

The DOD has validated SDB II as a weapon that meets a critical warfighter need and has invested more than $700 million in the SDB II program.

 

About Raytheon
Raytheon Company, with 2013 sales of $24 billion and 63,000 employees worldwide, is a technology and innovation leader specializing in defense, security and civil markets throughout the world. With a history of innovation spanning 92 years, Raytheon provides state-of-the-art electronics, mission systems integration and other capabilities in the areas of sensing; effects; and command, control, communications and intelligence systems, as well as cyber security and a broad range of mission support services. Raytheon is headquartered in Waltham, Mass. For more about Raytheon, visit us at www.raytheon.com and follow us on Twitter @Raytheon.

Partager cet article

Repost0
27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 10:55
photo Dassault

photo Dassault

 

26/06 Les Echos

 

L’assemblée générale de Groupe industriel Marcel Dassault a décidé de créer un poste de président statutaire successif, confié à Charles Edelstenne, l’actuel directeur général.

 

La question de la succession de Serge Dassault à la tête de l’empire Dassault , célèbre pour ses avions, « Le Figaro », l’éditeur du logiciel Catia ou encore le château bordelais, est en passe d’être réglé. A l’unanimité, les actionnaires réunis en assemblée générale ont décidé de créer un poste de président statutaire successif, confié à Charles Edelstenne, actuel directeur général du groupe.

 

Suite de l'article

Partager cet article

Repost0
27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 07:55
Airbus Helicopter rationalise la filière aéronautique provençale

 

26/06 Paul Molga / Correspondant à Marseille - lesechos.fr

 

Le numéro un mondial des hélicoptères a concentré le nombre de ses sous-traitants et investit pour garantir leur croissance.

 

En empruntant son nom à l’inventeur marseillais de l’hydravion, le techno campus Henri-Fabre espère donner au réseau de sous-traitance d’Airbus Helicopter à Marignane autant de pouvoir qu’en a l’aéroplane amphibie de décoller de n’importe quelles eaux. « Nous voulons faire de ce site une référence dans les domaines de la mécanique, des matériaux et des services à l’industrie pour construire un écosystème leader de l’aéronautique et de l’énergie », explique Stéphane Magana, directeur du projet.

 

Suite de l'article

Partager cet article

Repost0
27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 07:45
L’Algérie fait commande de deux sous-marins russes « Varchavianka » de 3ème génération

 

26 juin 2014 Yazid Ferhat - maghrebemergent.com


Deux sous-marins à propulsion diesel-électrique du projet 636 « Varchavianka », seront construits par les chantiers navals russes de l'Amirauté pour l'Algérie, a rapporté ce jeudi l'agence RIA Novosti, citant une source au sein du complexe militaro-industriel russe.

 

« Le contrat portant sur la construction de deux sous-marins a été approuvé », a précisé la même source de l'agence sans préciser le montant du contrat et les délais de sa réalisation. Les Chantiers navals russes de l'Amirauté font partie du Groupe unifié de construction navale russe (OSK). La société avait déjà livré des sous-marins de classe Varchavianka à l'Algérie, a indiqué RIA Novosti, qui rappelle qu’en 2009, les Chantiers avaient ont signé avec le Vietnam un contrat prévoyant la livraison de six sous-marins du projet 636.1 pour un montant total de deux milliards de dollars.
Baptisés « trou noir » par les experts de l'Otan pour sa discrétion, les sous-marins diesel-électriques polyvalents du projet 636 "Varchavianka" (Improved Kilo, selon le code de l'Otan) appartiennent à la 3ème génération de sous-marins russes. Ils peuvent être dotés notamment de systèmes de missiles multirôles 3M-54 Club.

 

90 pour cent de l'armement algérien d'origine russe

La Russie est le premier fournisseur d’armements de l’Algérie avec 93 % des fournitures en 2013, selon le dernier rapport de l’Institut de Stockholm pour la recherche sur la paix (SIPRI). Ces cinq dernières années, l’Algérie a acquis auprès de ce pays 44 avions de combat Su-30MKA, 2 sous-marins Project-636, 3 systèmes de défense S-300 PMU-2 (SA-20B) à longue portée sol-air missiles (SAM) et 185 chars T-90S.
L’Algérie commence toutefois à diversifier ses commandes militaires. Elle a était en 2013, le premier client de l’industrie allemande de l’armement. En 2014, l’Algérie devrait signer avec l’Allemagne un contrat de 2,7 milliards d'euros portant sur la production de 980 blindés destinés à son armée et la construction d'une usine d'assemblage d'armement sur son sol.

Partager cet article

Repost0
27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 07:45
Growing African armoured vehicles market worth $1.2 billion by 2024

 

 

26 June 2014 by defenceWeb

 

The demand for armoured and counter-IED vehicles in Africa is expected to reach $1.2 billion by 2024 as the market shifts to North Africa, the Middle East and Asia, according to a new report.

 

The Global Armoured and Counter IED Vehicles Market 2014-2024 report said that budget cuts in Europe and the United States and the withdrawal of the US and its allies from Iraq and Afghanistan have shifted the market to the Middle East and Asia. The report predicted that the global armoured and counter IED vehicles market is expected to experience a compound annual growth rate (CAGR) of 3.33% during 2014-2024.

 

The Asia Pacific followed by North America are expected to be the largest armoured and counter IED vehicle markets with cumulative market share of more than 55%. Demand for mine-resistant, ambush protected (MRAP) vehicles from the Middle East is expected to be robust due to security concerns in the region. Saudi Arabia and Israel are expected to lead the armoured and counter IED vehicles market in the Middle East.

 

The establishment of production facilities in the United Arab Emirates, Jordan and Algeria will further boost the armoured vehicles market in the region, especially as these countries export to their neighbours.

 

In Africa, security threats are increasing the defence budgets of African countries, especially the growing threat of Islamist militants. Despite limited budgets, a number of modernisation programmes and procurement initiatives are valued continent-wide at up to $20 billion over the next decade for armoured and tactical vehicles alone, according to forecasts at the Armoured Vehicles Africa conference in July 2013.

 

The conference predicted that of the $20 billion to be spent in Africa by 2023, Algeria will account for most spending. The country is buying around 1 200 Fuchs APCs from Germany, which will assemble them in the North African nation. Algeria is also jointly producing the NIMR vehicle in conjunction with the United Arab Emirates and recently ordered more than 300 T-90 tanks from Russia.

 

Algeria’s neighbour Morocco is also upgrading its armour, having recently received 88 BearCat APCs. Libya, slowly rebuilding its armed forces, recently ordered 350 BRDM wheeled reconnaissance vehicles and BVP-1 infantry fighting vehicles.

 

Nigeria is a large market for armoured vehicles and is procuring many diverse types, from China and the West and has unveiled its own indigenously produced APC as well.

 

Some of the big spenders identified by the conference include Nigeria, Kenya and South Africa, although North Africa is the biggest market. An indication of the state of the market came earlier this month when Streit Group signed a deal for 480 armoured vehicles with a North African country.

 

Due to the Badger infantry fighting vehicle (IFV) programme in South Africa, which will see the delivery of 238 vehicles over ten years, the market for MRAPS is expected to grow at a CAGR of 14.1% over the forecast period there. Projects Sapula and Vistula are also expected to contribute to market growth in South Africa (these projects will replace Pumas and Casspirs and acquire new trucks).

 

According to South African vehicle manufacturer BAE Systems Land Systems South Africa, the company is seeing new vehicle projects emerging with an uptick in business expected in 2016 in both police and military markets. Demand is expected to come mainly from Africa, the Middle East, South America and Eastern Europe.

 

“A lot of African and European countries will, within the next few years, need to start replacing old and now obsolete armoured vehicles that are now 30 to 40 years old,” Land Systems South Africa business development and communications director Natasha Pheiffer told Engineering News recently.

 

South Africa, long regarded as a leader in armoured vehicle development, sold 452 new and refurbished armoured vehicles to 20 different countries in 2013 alone, in deals worth R2.421 billion.

 

Certain African countries face notable threats, including Mali, the Central African Republic, the Democratic Republic of Congo, Somalia and Sudan. Conflict in these countries has driven the armoured vehicles market and alkso resulted in international peacekeeping forces becoming involved and even supplying vehicles – for instance, the United States has arranged the supply of Puma vehicles to Mali.

 

Due to the growing demand in Africa, many foreign countries are offering their armoured vehicles to the continent, such as Russia, China, Italy, the UAE, Serbia and the Ukraine.

 

According to the Global Armoured and Counter IED Vehicles Market 2014-2024 report, infantry fighting vehicles are expected to dominate the wold armoured vehicles market with a share of 28.1% while the market for MRAPs will decline. The demand for Main Battle Tanks is projected to increase, with the market size of MBTs expected to grow at a CAGR of 4.18% during forecast period. Armoured Personnel Carriers are expected to record a marginal increase.

 

Peacekeeping missions, security threats, the rise in asymmetric warfare, international peacekeeping missions and modernization initiatives are expected to channel more funds towards the armoured vehicles market. However, challenges to the market include global budget cuts, the withdrawal from Iraq and Afghanistan by the United States and its allies and the high cost of high tech armour solutions. In addition, the increase in demand for refurbished vehicles poses a threat to new projects and unmanned systems are increasingly taking the place of manned armoured and counter-IED vehicles.

 

On the technology front, the report noted that hybrid engines are becoming increasingly popular while vehicle-mounted directed energy weapons, using laser beams, will be the new weapons for armoured vehicles, the report said. Other technological developments include E-Camouflage technology and active protection systems.

Partager cet article

Repost0
27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 07:35
La Royal Australian Navy en formation sur MRH-90!

 

25/06/2014 avia news

 

La Royal Australian Navy (RAN) a débuté la formation de ses équipages d’hélicoptère MRH-90 en vue de l’utilisation sur navire amphibie (LHD). Ce début de formation en vue d’une utilisation du nouvel hélicoptère depuis des bâtiments de surface s’effectue depuis un simulateur de pont d’envol.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 07:20
Photo by George Csukly for Canadian Forces Maritime Warfare Centre

Photo by George Csukly for Canadian Forces Maritime Warfare Centre

 

June 26, 2014 By David Pugliese Defence Watch

 

The Canadian government is looking at joining an international effort to upgrade naval missiles to deal with future threats.

 

The Canadian navy started using the Sea Sparrow missile in the 1970s on its ships, before purchasing the upgraded Evolved Sea Sparrow in 2005. That purchase cost around $500 million, according to figures provided by the Department of National Defence.

The new effort, led by the U.S., will focus on improving the Evolved Sea Sparrow so it can operate until 2030.

The weapon is now designed to protect ships from incoming missiles as well as attacks by aircraft. The U.S., Canada, Australia, Denmark, Germany, Greece, Japan, the Netherlands, Norway, Spain, Thailand and Turkey all use the Evolved Sea Sparrow.

 

Read more

Partager cet article

Repost0
26 juin 2014 4 26 /06 /juin /2014 16:55
Le nouveau pacha de DCNS Hervé Guillou bientôt à bord

Armement -  Pressenti pour succéder à Patrick Boissier, Hervé Guillou pourrait arriver à la tête de DCNS dès cet été - photo ensta-bretagne

 

26/06/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Pressenti pour remplacer Patrick Boissier à la tête de DCNS, Hervé Guillou pourrait prendre ses quartiers dès cet été.

 

L'ancien patron des activités de cyberdéfense d'Airbus Group, Hervé Guillou, pressenti pour remplacer le PDG de DCNS Patrick Boissier, serait sur le point d'embarquer finalement plus tôt que prévu à la tête du groupe naval. Vraisemblablement cet été. Pourquoi ? Selon nos informations, le ministère de la Défense souhaiterait que le nouveau PDG porte la responsabilité du budget 2015 du groupe naval, qui a réalisé 3,3 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2013 pour 13.648 emplois (équivalents temps plein). Un budget très compliqué qui sera préparé dès la rentrée prochaine.

D'où la volonté de l'Hôtel de Brienne d'accélérer le remplacement de Patrick Boissier, qui devrait initialement quitter le groupe qu'à la fin de l'année. Pour autant, le PDG de DCNS a trouvé une sortie honorable en étant élu mercredi président du conseil d'administration du Groupement des Industries de Construction et Activités Navales (GICAN). Il a succédé à Jean-Marie Poimbœuf.

 

L'Etat veut des relations apaisées entre DCNS et Thales

Au regard du passé, le ministère a aussi demandé à Hervé Guillou de travailler en bonne intelligence avec Thales, actionnaire à 35 % du groupe naval. Car le futur patron de DCNS quand il était président d'EADS Defence and Security France a par le passé beaucoup ferraillé contre le groupe électronique. notamment Hervé Guillou

En 2009, Hervé Guillou avait remporté un appel d'offres important de la Marine nationale face à son rival Thales en situation de quasi-monopole sur le secteur en France. Le ministère de la Défense avait préféré EADS Defense and Security au groupe d'électronique pour passer une commande de 240 millions d'euros pour renforcer le réseau intranet des bâtiments et avions de sa marine, programme « Rifan » (réseau IP de la force aéronavale) étape 2. Hervé Guillou avait également beaucoup œuvré au succès d'EADS Allemagne pour remporter également en 2009 le célèbre appel d'offre de surveillance des frontières saoudien Miksa... contre Thales.

 

Et Thales ?

Thales a pris la décision, selon nos informations, de ne pas proposer de candidats à la succession de Patrick Boissier, qui se serait bien vu continuer un demi-mandat supplémentaire. Ce qui a bloqué les éventuelles candidatures de Pascale Sourisse, directeur général en charge du développement internationale, et de Pierre-Eric Pommellet, directeur général adjoint en charge des systèmes de mission de défense. Avant la décision de Thales de ne pas proposer de candidats, Pascale Sourisse aurait été approchée par la DGA pour le job. Mais vu le salaire proposé, pas sûr qu'elle se serait lancée....

Pourquoi une telle décision de la part de l'électronicien ? Parce que le PDG Jean-Bernard Lévy aurait trouvé maladroit, dans le cadre de la réflexion du ministère de la Défense sur une éventuelle montée de Thales au capital de DCNS, de présenter un candidat à la tête du groupe naval. Par ailleurs, certains observateurs du milieu industriel de la défense estiment que le renoncement de Thales serait la conséquence d'un veto de l'Hôtel de Brienne à sa montée au capital de DCNS avant la fin du quinquennat de François Hollande. A suivre.

 

Chasse aux sorcières ?

La succession de Patrick Boissier arrive au plus mauvais moment pour DCNS, qui aborde une année cruciale à l'export. La deuxième partie de l'année pourrait être complètement parasitée, voire paralysée, par la course à la présidence. Et beaucoup craignent enfin que l'arrivée d'un nouveau président soit une occasion pour déclencher une chasse aux sorcières néfaste à l'obtention de contrats proches d'être signés ou nuisible à des campagnes très importantes pour l'avenir du groupe, voire de la loi de programmation militaire (LPM), notamment celles concernant les frégates multimissions FREMM.

Le groupe naval a signé un contrat avec l'Egypte (4 corvettes Gowind), et en Uruguay (trois patrouilleurs Gowind dont l'Adroit). Il n'est pour le moment pas mis en vigueur. Surtout le groupe naval lorgne un contrat en Arabie Saoudite de plus de 15 milliards d'euros (Sawari 3). L'Arabie Saoudite et la France négocient un projet de vente de six frégates multimissions FREMM et de cinq à six sous-marins dans le cadre du programme Sawari 3. Un mégacontrat estimé à plus de 15 milliards d'euros. Il fait tourner les têtes des principaux groupes concernés : DCNS, Thales, le missilier MBDA et l'hélicoptériste Eurocopter (EADS). La France a signé une LoI (Letter of intent), elle attend maintenant la signature de Ryad où des changements au plus haut niveau au sein du ministère de la Défense ont perturbé le processus de ratification.

Partager cet article

Repost0
26 juin 2014 4 26 /06 /juin /2014 16:30
Aura to Deliver Approximately $500,000 of Its VIPER Mobile Power Systems to Israeli Defense Contractors

 

Jun 25, 2014 ASDNews Source : Aura Systems, Inc

 

Aura Systems, Inc. (OTCBB: AUSI) announced today that it received orders from two Israeli defense contractors to deliver numerous VIPER systems over the next few months totaling approximately $500,000.00. Some of the systems are designated for the IDF (Israeli Defense Force).

 

Read more

Partager cet article

Repost0
26 juin 2014 4 26 /06 /juin /2014 14:55
FREMM Normandie - photo DCNS

FREMM Normandie - photo DCNS

 

Lorient, le 25 juin 2014 DCNS Group

 

La frégate multimissions FREMM Normandie, deuxième de la série commandée par l’OCCAr au profit de la Direction générale de l’armement (DGA) et de la Marine nationale, vient d’achever cinq semaines d’une intense activité au large des côtes toulonnaises. Ces essais ont permis de valider les performances du système de combat de cette frégate avant sa livraison à la Marine nationale fin 2014.

 

La série d’essais de la FREMM Normandie, qui vient de s’achever en mer Méditerranée, a été dédiée principalement à la vérification du système de combat du navire. Pour les réaliser, la frégate a été intégrée à de nombreux scenarii, qui ont permis d’avancer dans la mise au point de ses capacités dans tous les domaines de lutte (lutte antiaérienne, lutte anti-sous-marine, …).

 

Ces essais de qualification ont été réalisés grâce à de multiples concours mis à disposition par la Direction générale de l’armement (DGA) et la Marine nationale (balises radar, avions de chasse, avions de patrouille maritime, hélicoptères, bâtiments de surface, sous-marins…). Ces concours ont, par exemple, permis la mise en oeuvre du système de guerre électronique du navire ( interception, leurrage et brouillage) ou encore l’établissement des liaisons de données tactiques.

 

« Nous avons réalisé au total plus d’une cinquantaine d’essais sur la FREMM Normandie, grâce à une très forte implication de l’ensemble des équipes de DCNS, de la Marine nationale, de la DGA et de l’OCCAr. Ces essais contribuent à la bonne intégration des différents senseurs et armements de la frégate au système de management de combat de dernière génération SETIS® développé par DCNS » déclare Anne Bianchi, Directrice du programme FREMM.

 

La présence de la frégate à Toulon a également permis d’achever certains essais relatifs à la plateforme du navire avec, en point d’orgue, le premier appontage de l’hélicoptère Caïman NH90.

 

Après un dernier essai, réalisé avec le concours de la FREMM Aquitaine le mardi 24 juin et permettant de vérifier l’interopérabilité entre les deux frégates, la frégate Normandie a désormais rejoint le site DCNS de Lorient. De derniers travaux de finition seront réalisés sur le navire, pendant l’été, avant sa livraison à la Marine nationale attendue au cours du dernier trimestre 2014.

 

Le programme FREMM : un programme majeur pour DCNS et ses partenaires

 

Pour DCNS, le programme FREMM représente douze unités, soit onze pour la Marine nationale et une pour la Marine Royale du Maroc.

Pour rappel, en novembre 2012, DCNS a livré avec succès la FREMM Aquitaine, première unité de la série des frégates multimissions FREMM. La deuxième unité du programme, la FREMM Mohammed VI a été livrée à la Marine Royale du Maroc le 30 janvier 2014 conformément aux accords contractuels.

DCNS mène actuellement à Lorient la construction de cinq autres frégates multimissions, à différents stades d’avancement :

- la FREMM Normandie, troisième unité de la série, a débuté ses essais en mer en octobre 2013 et sera livrée à la Marine nationale fin 2014 ;

- la FREMM Provence a été mise à flot au mois de septembre 2013 et effectuera sa première sortie en mer au troisième trimestre 2014;

- les cinquième et sixième frégates de la série sont en cours d’assemblage ;

- la découpe de la première tôle de la septième a été effectuée fin 2013.

 

Caractéristiques techniques des FREMM

Fortement armées, les frégates FREMM mettent en oeuvre, sous maîtrise d’oeuvre DCNS, les systèmes d’armes et équipements les plus performants, tels que le radar multifonction Héraclès, le Missile de Croisière Naval, les missiles Aster et Exocet MM 40 ou encore les torpilles MU 90.

• Longueur hors tout : 142 mètres

• Largeur : 20 mètres

• Déplacement : 6 000 tonnes

• Vitesse maximale : 27 noeuds

• Mise en oeuvre : 108 personnes (détachement hélicoptère inclus)

• Capacité de logement : 145 hommes et femmes

• Autonomie : 6 000 nautiques à 15 noeuds

 

DCNS : Sea the Future

 

DCNS est convaincu que la mer est l’avenir de la planète. Le Groupe invente des solutions de haute technologie pour la sécuriser et la valoriser durablement. DCNS est un leader mondial du naval de défense et un innovateur dans l’énergie. Entreprise de haute technologie et d’envergure internationale, DCNS répond aux besoins de ses clients grâce à ses savoir-faire exceptionnels et ses moyens industriels uniques. Le Groupe conçoit, réalise et maintient en service des sous-marins et des navires de surface. Il fournit également des services pour les chantiers et bases navals. Enfin, DCNS propose un large panel de solutions dans l'énergie nucléaire civile et les énergies marines renouvelables. Attentif aux enjeux de responsabilité sociale d’entreprise, le groupe DCNS est l’un des premiers acteurs de son secteur à avoir été certifié ISO 14001. Le Groupe réalise un chiffre d’affaires de 3,4 milliards d’euros et compte 13 600 collaborateurs (données 2013). www.dcnsgroup.com

 

L’OCCAR, Organisation Conjointe de Coopération en matière d’ARmement, est une organisation internationale qui a pour coeur de métier la gestion des programmes d'équipements de défense en coopération qui lui sont confiés par les Etats membres. L’OCCAR assure, entre autres, la maitrise

Partager cet article

Repost0
26 juin 2014 4 26 /06 /juin /2014 13:55
Rafale d’innovations

 

26.06.2014 par CNE Yohan Droit - CESA

 

Le Ministre de la Défense a récemment signé avec les industriels concernés le contrat de développement et d’intégration du standard F3R du Rafale, pour une valeur d’environ 1 Md€. Derrière ce terme plus ou moins barbare de standard F3R se profile l’évolution planifiée des équipements et des performances de cet avion de combat. Cette évolution réalisée par paliers successifs renvoie au concept même de polyvalence du Rafale et à son caractère réellement innovant pour les Armées. Encore faut-il rappeler ce qu’est la polyvalence et indiquer en quoi elle est une innovation majeure.

 

Suite de l'article

Partager cet article

Repost0
26 juin 2014 4 26 /06 /juin /2014 11:50
Ariane 5 - photo CNES

Ariane 5 - photo CNES

 

25 juin 2014 par Pierre Sparaco  - Aerobuzz.fr

 

Face à la montée en puissance de l’américain Space X, Airbus Group et Safran ont décidé de regrouper leurs forces dans le domaine des lanceurs spatiaux. La co-entreprise française se retrouve face à un entrepreneur d’un autre genre, Elon Musk, qui a fait fortune en créant Paypal. La NASA lui a "acheté" une douzaine de tirs à destination de la station spatiale internationale.

 

L’Airbus Group et Safran ont choisi de brûler les étapes et, sans attendre d’éventuelles propositions de leurs autorités de tutelle spatiales, ont amorcé un ambitieux programme de regroupements (« consolidation » en franglais). Les deux industriels vont créer une co-entreprise (« joint venture ») unifiant leurs activités en matière de lanceurs. C’est un événement majeur dans l’évolution de la filière Ariane dont les perspectives sont beaucoup plus sombres que ne veut bien l’affirmer le discours officiel.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories