Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 08:20
VTOL X-Plane Program Takes Off

 

 

March 20th, 2014 By US Department of Defense  - defencetalk.com

 

For generations, new designs for vertical takeoff and landing aircraft have remained unable to increase top speed without sacrificing range, efficiency or the ability to do useful work. DARPA’s VTOL Experimental Plane (VTOL X-Plane) program seeks to overcome these challenges through innovative cross-pollination between the fixed-wing and rotary-wing worlds, to enable radical improvements in vertical and cruise flight capabilities.

 

In an important step toward that goal, DARPA has awarded prime contracts for Phase 1 of VTOL X-Plane to four companies: Aurora Flight Sciences Corporation; The Boeing Company; Karem Aircraft, Inc; Sikorsky Aircraft Corporation.

 

“We were looking for different approaches to solve this extremely challenging problem, and we got them,” said Ashish Bagai, DARPA program manager.

 

“The proposals we’ve chosen aim to create new technologies and incorporate existing ones that VTOL designs so far have not succeeded in developing. We’re eager to see if the performers can integrate their ideas into designs that could potentially achieve the performance goals we’ve set.”

 

VTOL X-Plane seeks to develop a technology demonstrator that could:

    Achieve a top sustained flight speed of 300 kt-400 kt

    Raise aircraft hover efficiency from 60 percent to at least 75 percent

    Present a more favorable cruise lift-to-drag ratio of at least 10, up from 5-6

    Carry a useful load of at least 40 percent of the vehicle’s projected gross weight of 10,000-12,000 pounds

 

All four winning companies proposed designs for unmanned vehicles, but the technologies that VTOL X-Plane intends to develop could apply equally well to manned aircraft. Another common element among the designs is that they all incorporate multipurpose technologies to varying degrees.

 

Multipurpose technologies decrease the number of systems in a vehicle and its overall mechanical complexity. Multipurpose technologies also use space and weight more efficiently to improve performance and enable new and improved capabilities.

 

The next major milestone for VTOL X-Plane is scheduled for late 2015, when the four performers are required to submit preliminary designs. At that point, DARPA plans to review the designs to decide which to build as a technology demonstrator, with the goal of performing flight tests in the 2017-18 timeframe.

Partager cet article
Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 19:50
Le bilan annuel de MBDA porté par l’export

L'Eurofighter débute ses essais en vol équipé du missile Taurus. © MBDA / J. Gietl

 

18.03.2014 Helen Chachaty journal-aviation.com

 

MBDA a présenté ce matin ses résultats annuels pour l’année 2013, une « très bonne », voire une « excellente » année au niveau des prises de commandes, selon le PDG Antoine Bouvier. Elles atteignent en effet 4 milliards d’euros - 1,8 sur le marché domestique et 2,2 à l’export - un chiffre en nette progression par rapport à l’année précédente, au cours de laquelle le missilier européen n’avait enregistré que 2,3 milliards d’euros de prises de commandes. Au 31 décembre 2013, le carnet de commandes de MBDA affiche un total de 10,8 milliards d’euros et le CA sur l’année est de l’ordre de 3 milliards d’euros.

 

Contrat de développement du programme MMP, contrat de production pour le Sea Ceptor et pour le Meteor, autant de succès qui ont permis de « renforcer la filière missile » de MBDA sur le moyen et le long terme, sur le marché domestique. A l’export, le Moyen-Orient et l’Asie-Pacifique caracolent en tête des régions les plus lucratives pour le missilier, avec respectivement 50% et 40% des commandes. Pour preuve, les contrats signés avec l’Arabie Saoudite (LEX, Storm Shadow, Brimstone, VL Mica…), Singapour (Aster 30) ou encore la Corée du Sud (missile Taurus). MBDA reste toutefois en attente de la signature d’un contrat important de co-développement et de co-production avec l’Inde, concernant le missile de nouvelle génération SRSAM (Short Range Surface to Air Missile), « une déception que je ne cacherai pas » a avoué le PDG, qui espère cependant une signature rapide.

 

Antoine Bouvier a toutefois eu le triomphe modeste, restant « modeste et prudent » pour la suite. Dans un contexte de restrictions budgétaires dans le domaine de la Défense dans la plupart des pays, il s’agit à présent de mettre l’accent sur la coopération et la consolidation, afin, entre autres, de faire face à une concurrence à l’export « de plus en plus agressive ». A cet égard, le PDG de MBDA a déclaré que la stratégie choisie était une stratégie « de persévérance, de patience, fondée sur des éléments solides, qui s’apprécie sur la durée ».

 

Il a également réitéré son attachement à la coopération européenne, avec l’exemple du sommer franco-britannique de Brize Norton de janvier dernier, qui, dans une logique de « rationalisation », « préfigure ce que devra être un jour l’industrie de Défense eu Europe ». Il mesure également l’importance de « consolider les perspectives d’avenir » et de continuer le développement des coopérations existantes.

 

Concernant la situation en France, Antoine Bouvier a déclaré que si le Livre Blanc avait confirmé la stratégie industrielle, la baisse d’activité liée aux programmes était de 40%, une réduction d’une annuité sur le budget missile, soit 15 à 20% sur la durée totale de la LPM. Une situation qui « préserve » les perspectives, avec le lancement des programmes MMP, ANL et MICA-NG, ainsi que la rénovation de l’ASMP-A, mais qui nécessite d’autant plus le renforcement des efforts à l’export.

 

Sur les perspectives d’avenir, Antoine Bouvier place les priorités de MBDA sur le gros contrat indien, ainsi que le renforcement sur les marchés européens, avec notamment la confirmation de l’Aster Block 1NT en France, le système de défense aérienne MEADS en Allemagne et le Spear III en Grande-Bretagne.

Partager cet article
Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 17:55
CS Communication et Systèmes prévoit de recruter 240 collaborateurs en 2014 dont 50% de jeunes diplômés

 

19 mars 2014 par  Jacques Marouani

 

A cette fin, CS Communication et Systèmes (CS) a conclu une convention de partenariat pour une durée de 3 ans avec l'école d'ingénieurs grenobloise Phelma.

 

En 2014, CS Communication et Systèmes envisage de recruter plus de 240 collaborateurs dont 50% de jeunes diplômés dans les domaines de l’énergie (sûreté nucléaire, simulation numérique), de l’aéronautique et du spatial, de la défense et de la sécurité.

 

Afin de mieux communiquer ses besoins en termes de ressources humaines, la société a initié un rapprochement avec l'école d'ingénieurs grenobloise Phelma. Elle vient de signer à cet effet une convention de partenariat avec l'école qui devra permettre de contribuer plus activement à l'intégration de stagiaires et de jeunes diplômés issus de Phelma.

 

Chaque année, CS propose des stages et des premiers emplois, en France et à l’international. L’entreprise souhaite ainsi communiquer sur les perspectives de carrières qu’elle peut offrir aux étudiants et de mieux préparer l’avenir. En 2013, CS a recruté 226 collaborateurs dont 50 jeunes diplômés pour intervenir sur des projets en France et à l’international.

 

Les filières Phelma concernées sont les suivantes : Génie énergétique et nucléaire (GEN), Signal, image, communication multimédia (SICOM, en commun avec Grenoble INP ‐ Ense3) et Systèmes et logiciels embarqués (SLE, en commun avec Grenoble INP – Ensimag).

 

Un tel partenariat, permet donc de renforcer non seulement l’attractivité de filières d’enseignement propres à Phelma et des filières communes avec l’Ense3 et l’Ensimag, mais aussi l’attractivité du groupe Grenoble INP.

Partager cet article
Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 17:45
More information on conventional arms sales to be part of NCACC reports

 

19 March 2014 by Kim Helfrich – defenceWeb

 

The quarterly and annual reports of the National Conventional Arms Control Committee (NCACC) will from now on carry more detailed information on South African arms sales to foreign countries.

 

This undertaking was given to DA shadow defence and military veterans minister David Maynier by Justice and Constitutional Development Minister, Jeff Radebe, who chairs the NCACC.

 

Until now reports have contained only information relating to the category and vale of all conventional arms sales. Maynier said the reports should have reflected information as to the country, type, description, quantity and value of arms sales.

 

He gave the example of a recent, what he termed “controversial”, sale of armoured combat vehicles to Equatorial Guinea.

 

“It would have been reported in the NCACC’s 2013 fourth quarterly report as a Category C sale with a ZAR value of 42 300 000 to Equatorial Guinea. That’s all.

 

“With the enhanced reporting requirements the transaction would have been reported as armoured combat vehicles, mine protected Reva lll (nine vehicles) and Reva lV (three vehicles) sold to Equatorial Guinea with the value of each also given.

 

“Previously, we would never have known the transaction between South Africa and Equatorial Guinean involved 12 Reva armoured combat vehicles,” Maynier said calling it “a major step forward for transparency on conventional arms sales from South Africa”.

 

As usual with Maynier he had a sting in the tail for the NCACC.

 

“Given the human rights standard in our legislation regulating conventional arms sales, I will request an investigation by the NCACC inspectorate into the sale of armoured combat vehicles to Equatorial Guinea.”

 

For the first time since the establishment of the NCACC in 1995 detailed information on conventional arms sales will be disclosed to Parliament.

 

“The new enhanced NCACC reports will boost Parliament’s capacity to conduct oversight on South African conventional arms sales,” Maynier said.

Partager cet article
Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 16:40
Les Mistrals arriveront-ils jusqu'en Russie ?

 

MOSCOU, 19 mars - RIA Novosti


 

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a menacé la Russie de rompre le contrat pour la construction de deux porte-hélicoptères Mistral. La France désapprouve la politique du Kremlin vis-à-vis de l'Ukraine et pourrait prendre ces mesures dans le cadre d’une troisième phase de sanctions contre la Russie, écrit mercredi le quotidien Rossiïskaïa gazeta.

Apparemment les politiciens français ont déjà séparé la pression sur la Russie en étapes. Il faut croire que la première était l'annulation de la visite à Moscou de Laurent Fabius et du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian. Ils devaient rencontrer hier leurs homologues russes Sergueï Lavrov et Sergueï Choïgou en format 2+2 - une bonne opportunité d'évoquer la situation en Ukraine et de réfléchir ensemble à ce que les diplomates et les militaires des deux pays peuvent faire pour la normaliser. Cependant, Paris en a décidé autrement. La visite en Russie a été annulée et Fabius a annoncé à la télévision sa menace concernant les Mistrals. Il n'a même pas caché l'impact douloureux de cette décision pour les constructeurs maritimes français.

Plus d’un milliard d'euros : telle est la perte que subirait le constructeur du Mistral en cas de rupture du contrat selon les experts. Cet argent devait être versé au moment où le contrat serait rempli. De plus, les Français devront rembourser à la Russie toutes les avances, voire payer une pénalité dont le montant sera fixé par la Cour internationale d'arbitrage à Genève - il est évident que cette pénalité s'élèverait à plusieurs centaines de millions d'euros. L'annulation de la transaction étant initiée par Paris, tout ce fardeau financier et le règlement des litiges avec des milliers d'ouvriers français mis sur la touche reposeraient sur le trésor français. On se demande si Paris est prêt à un tel scénario. Début mars le président François Hollande disait que la France poursuivrait le contrat sur les porte-hélicoptères et espérait éviter sa rupture.

 

Et quelles seraient les conséquences de cet abandon pour la Russie et sa marine ? Rappelons que le navire baptisé Vladivostok devrait arriver dans la flotte du Pacifique d'ici la fin de l'année.

Il procède actuellement aux essais à Saint-Nazaire. C'est également à Saint-Nazaire qu'on fabrique la proue du second porte-hélicoptère Sébastopol, attendu pour 2015. Le premier pilotis du futur emplacement de ces bâtiments a été posé mi-février dans la baie d'Ulysse de Vladivostok. Il serait facile d'arrêter ce chantier si besoin. Le ministère de la Défense n'a pas encore investi beaucoup d'argent. Toutefois, en cas de rupture de ce contrat il serait nécessaire de revoir les plans des constructeurs maritimes russes participant à la construction de l'arcasse du Sébastopol. Ce ne serait pas non plus un problème car les commandes militaires des constructeurs russes sont si nombreuses qu'ils pourraient facilement passer d'un projet à l'autre, très probablement sans accrocs.

Du point de vue de l'état opérationnel de la marine, aucun cas de force majeure n'est à prévoir. L'achat des Mistrals à la France a été initié par l'ex-ministre de la Défense Anatoli Serdioukov et le chef d'état-major général Nikolaï Makarov. Beaucoup de lances ont été rompues sur cette transaction. Le besoin de tels bâtiments pour la marine russe avait été contesté par plusieurs amiraux. La nouvelle direction du ministère de la Défense n'est pas non plus unanime concernant l'exploitation de ces porte-hélicoptères. Etant donné que cette transaction était déjà lancée, l'équipe de Choïgou a dû s'occuper de près de ce problème. Si la Russie recevait ces bâtiments, elle leur trouverait une place dans la flotte. Sinon, l'argent alloué pour les Mistrals pourrait être utilisé pour acheter un autre arsenal pour la marine – de nouveaux navires, sous-marins et bâtiments logistiques. Sachant que cette fois, ce sont les constructeurs russes qui s'en occuperaient pour un coût abordable.

Partager cet article
Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 13:55
Pour Nexter, il est urgent de gagner une commande à l'export

 

18/03/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Faute d’une commande rapide à l'export de véhicules blindés, le plan de charge du groupe d'armement terrestre, notamment du site de Roanne, va être prochainement à risques.

 

Nexter vit encore des jours heureux... mais jusqu'à quand ? Car à ce jour, rien ne présage une commande export qui fasse la soudure entre la fin des livraisons début 2015 du véhicule blindé de combat français tout-terrain à huit roues (VBCI), et l'arrivée en fabrication du VBMR, le véhicule blindé multi-rôles (VBMR ) destiné à remplacer le véhicule de l'avant blindé (VAB), dont les premières livraisons sont attendues en 2018.

 

Le plan de charge du site de Roanne (800 salariés) risque d'être compliqué sans une commande rapide de VBCI, surtout après l'arrêt de l'appel d'offre de VBCI au Canada. Peut-être au Danemark, qui pourrait se décider fin 2014 en vue d'acheter au moins 250 véhicules. Voire au Liban. En tout cas, le dossier inquiète la Direction générale de l'armement (DGA). "C'est une vraie question, cela va être chaud", explique-t-on au sein de la DGA.

 

Une marge opérationnelle à 14 %

 

En 2013, Nexter a réalisé une année solide. Le chiffre d'affaires s'est élevé à 787 millions d'euros, en hausse de 6 % par rapport à 2012 (742 millions). "La part du chiffre d'affaires générée par les contrats de Maintien en conditions opérationnelles (MCO) représente environ un tiers des revenus, la part munitionnaire représentant quant à elle, un quart des revenus", a précisé le groupe d'armement terrestre dans un communiqué publié mardi soir. Pour la huitième année consécutive, Nexter affiche un résultat positif.

 

Le groupe d'armement terrestre a présenté en 2013 une marge opérationnelle consolidée de 14 % de son chiffre d'affaires (contre 10 % en 2012), confirmant une croissance organique solide. Enfin, le résultat net consolidé de Nexter s'est élevé à 74 millions d'euros, en recul de 20 % par rapport à l'exercice précédent (93 millions). "Ce résultat tient compte d'un niveau élevé de dépenses consacrées à la recherche et au développement (près de 18 % du chiffre d'affaires consolidé), dont près de la moitié est financée sur fonds propres", a souligné le communiqué.

 

"Dans un environnement durablement concurrentiel sur les marchés de défense terrestre et stable ou en régression sur les marchés occidentaux, Nexter a atteint ses objectifs de chiffre d'affaires et de rentabilité opérationnelle sans renoncer à autofinancer les efforts de préparation de l'avenir", a expliqué le groupe d'armement.

 

Des commandes stables

 

Nexter a enregistré un niveau de prises de commandes "en ligne avec la moyenne des années précédentes". Le total des commandes s'est établi à 612 millions d'euros, en baisse de 29 % par rapport à 2012 (862 millions). Deux commandes significatives, le contrat de 37 Caesar pour l'Indonésie et la commande pluriannuelle gros calibre France ont représenté 43 % des commandes de l'exercice 2013.

 

En ajoutant les tranches conditionnelles des contrats commerciaux en cours d'exécution, le carnet de commandes de Nexter s'élevait à fin 2013 à 2,6 milliards d'euros (2,8 milliards fin 2012) et représentait près de trois ans d'activité.

Partager cet article
Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 13:55
2013: une année saine pour Nexter, en attente de l’export

Le dernier-né de la gamme Nexter, le Titus - crédits: Nexter

 

18 mars, 2014 Guillaume Belan (FOB)

 

Le groupe français du terrestre Nexter vient de communiquer ses résultats financiers pour l’année écoulée. Selon le communiqué « Nexter a atteint ses objectifs de chiffre d’affaires et de rentabilité opérationnelle sans renoncer à autofinancer les efforts de préparation de l’avenir ; le Groupe a enregistré un niveau de prises de commandes en ligne avec la moyenne des années précédentes. »

 

Tout va donc bien pour le constructeur de blindés qui enregistre une année saine

 

Pour les détails: « Le total des commandes pour Nexter s’établit à 612 M€ ». Ce chiffre est atteint grâce à deux commandes significatives: le contrat de 37 canons Caesar pour l’Indonésie et la commande pluriannuelle gros calibre France, ce qui représentent 43 % des prises de commandes 2013. « En ajoutant les tranches conditionnelles des contrats commerciaux en cours d’exécution, le carnet de commandes de Nexter s’élève à 2,6 milliards d’euros et représente près de trois ans d’activité » indique le communiqué.

Le chiffre d’affaires consolidé de Nexter pour 2013 s’élève à 787 M€, « conforme aux objectifs que s’est fixé le groupe pour l’exercice 2013″. La part du chiffre d’affaires générée par les contrats de Maintien en Conditions Opérationnelles (MCO) représente environ 1/3 des revenus, la part munitionnaire représentant quant à elle, 1/4 des revenus.

 

Nexter est donc en quelques années devenu une entreprise saine et a achevé sa mue, avec des résultats positifs, qui rapporte à l’État. Reste qu’il va falloir maintenant engranger des contrats export. Les chaînes de Nexter Systems, qui marchent aujourd’hui sur des contrats Aravis et VBCI, vont bientôt voir leur cadence diminuer voir s’arrêter à l’horizon 2015… Le groupe français a donc un à deux ans devant lui pour marquer à l’export. La gamme, elle est prête: l’Aravis, le VBCI ou le dernier-né Titus doivent dorénavant s’imposer.

Partager cet article
Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 13:55
Missiles : MBDA a battu son record de commandes à l'export en 2013

Le groupe européen a engrangé 2,2 milliards d'euros de commandes à l'export en 2013 sur un total de 4 milliards d'euros.

 

18/03/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le missilier a obtenu de nombreux contrats à l'international. L'Arabie Saoudite, Singapour et Corée du Sud figurent dans le top trois des clients de MBDA.

 

2013 a été indéniablement une très, très bonne année pour MBDA à l'export. Le missilier européen a annoncé ce mardi à l'occasion de l'annonce des résultats 2013 avoir battu son record de prises de commandes à l'international (hors les commandes des quatre pays domestiques : Allemagne, France, Grande-Bretagne et Italie). Le groupe européen a engrangé 2,2 milliards d'euros de commandes à l'export en 2013 sur un total de 4 milliards. L'Arabie Saoudite, Singapour et la Corée du Sud figurent dans le top trois des clients du missilier l'année dernière. Les produits de MBDA plaisent notamment à la région Moyen Orient (50 % des commandes) et à l'Asie-Pacifique (40 %).

Du coup, le carnet de commandes repasse au-dessus de la barre des 10 milliards, à 10,8 milliards d'euros. Un record que le groupe avait déjà battu en 2012 quand il avait engrangé 1,5 milliard d'euros de commandes cette année-là. Ce qui avait d'ailleurs été l'une des très rares satisfactions de MBDA et de son PDG, Antoine Bouvier. Car les commandes au total (2,3 milliards d'euros) avaient été encore bien en-dessous du chiffre d'affaires (3 milliards d'euros). Une mauvaise habitude qui avait été prise depuis 2009.

 

Avoir un book to bill supérieur à 1

Du coup, Antoine Bouvier avait fixé pour 2013 un objectif prioritaire à ses troupes, avoir un ratio chiffre d'affaires, prises de commandes (book to bill) supérieur à 1. C'est fait. MBDA, qui a annoncé un chiffre d'affaires en léger retrait par rapport à 2012 (2,8 milliards en 2013, dont 1,7 milliards dans les quatre pays domestiques de MBDA, contre 3 milliards), a cassé l'an dernier la spirale infernale de la baisse inexorable de son carnet de commandes. C'est ce qu'a annoncé le PDG de MBDA ce mardi. D'autant que les commandes nationales ont été bien meilleures (1,8 milliards) que celles de 2012 où elles avaient été au ras du plancher (800 millions).

En France, MBDA a enfin obtenu la signature tant attendue du contrat de développement et de production du missile tactique, le missile moyenne portée (MMP) pour un montant de 400 millions. En Grande-Bretagne, le missilier a obtenu un contrat de production de 250 millions de livres du système naval de défense aérienne Sea Ceptor armé par des missiles CAMM (Common Anti-air Modular Missile). Enfin, l'Allemagne est devenue la sixième et dernière nation partenaire du programme de missile air-air Meteor à notifier en mai une commande.

 

L'Arabie Saoudite, premier client export de MBDA en 2013

C'est en Arabie Saoudite que MBDA a cartonné en 2013. Selon nos informations, le missilier a gagné cinq contrats. Tout d'abord le groupe britannique a choisi MBDA pour fournir à l'armée de l'air saoudienne le missile air-sol britannique le Dual-Mode Brimstone. En outre, il équipera l'armée de l'air saoudienne un lot supplémentaire de missiles de croisière Storm Shadow. Soit environ une commande évaluée pour MBDA à 500 millions d'euros.

MBDA participera au contrat d'Etat à Etat (LEX ou Life Extension Sawari 1) de plus d'un milliard d'euros portant sur la modernisation de quatre frégates de classe Al Medinah et de deux pétroliers-ravitailleurs de la classe Boraida mis en service en 1985-1986 (contrat Sawari I). MBDA va équiper les pétroliers de son nouveau système surface-air à très courte portée de MBDA Simbad-RC (un peu plus de 40 millions d'euros), deuxième client de ce nouveau produit.

MBDA va équiper de missiles sol-air VL Mica la Garde nationale, l'armée privée du roi commandée par le prince Mitaeb bin Abdullah, selon des sources concordantes. Ce contrat, qui s'élève à un peu plus de 150 millions d'euros, va permettre de remplacer le parc de missiles Mistral (MBDA). A terme, le missilier table sur plus de 500 millions d'euros de commandes au total.

 

Malaisie, Singapour, Corée, Nouvelle-Zélande, Indonésie et Turkménistan

MBDA a gagné un contrat portant sur les installations de tir de missiles sur les six corvettes de type Gowind, dont le design a été vendu par DCNS en Malaisie. Le montant de cette commande est évalué à un peu moins de 100 millions d'euros. Mais qui dit installations de tir dit commandes futures de missiles. MBDA doit vendre cette année des missiles surface-air VL Mica, et l'antinavire, Exocet block 3. La future commande est estimée entre 300 et 400 millions d'euros.

MBDA a obtenu en 2013 une très jolie commande à Singapour, un client référent, qui a investi dans des missiles Aster 30. Par ailleurs, le missilier a placé le Mistral en Indonésie et le Simbad-RC au Turkménistan, selon nos informations. Enfin, la Corée du sud s'est offert 170 missiles de croisière Taurus d'une portée de 500 kilomètres pour une valeur totale de 300 millions d'euros. Il a également été sélectionné par la Nouvelle-Zélande pour son système Sea Ceptor.

 

Le miracle permanent de MBDA

Chaque année, MBDA réussit un petit miracle à l'exportation. Car le missilier n'est pas vraiment aidé par les plate-formistes français (Dassault, DCNS, Airbus Helicopters…) qui ne vendent pas ou quasiment pas. Il a développé une véritable résilience qui lui permet de continuer à vendre sans l'aide des plate-formistes français. Du coup, il a dû se réorienter vers des plateformes étrangères comme le chantier naval néerlandais Damen (corvettes modulaires Sigma), qui est très actif à l'export. Et ses succès à l'export, le missilier les doit le plus souvent à son portefeuille produits sol-air (VL-Mica, Sea Ceptor, Mistral…) et antinavire (Exocet block 3). Enfin, le ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian, donne le plus souvent possible un coup de pouce au missilier.

"MBDA cartonne dans des pays où on ne l'attend pas forcément grâce à un travail de fonds des équipes commerciales", constate un bon observateur. Un travail initié par le grand patron de l'export, Jean-Luc Lamothe qui a su nouer des partenariats avec des plate-formistes étrangers. Des succès qui sont également dus à la stabilité des équipes commerciales dans les pays. Un gage de réussite sur le moyen-long terme. Grâce à cette stratégie patiente, MBDA devrait concrétiser de beaux succès cette année ou en 2015 dans des pays inattendus.

Et bien sûr, chaque année qui passe, le rapproche d'un méga-contrat, notamment en Inde avec le Rafale ainsi que le SR-SAM (sol-air), au Qatar (Rafale)

Partager cet article
Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 12:55
Résultats 2013 du Groupe Nexter

 

Versailles, le 18 mars 2014 - Groupe Nexter

 

Le Conseil d'Administration de Nexter Systems s'est réuni à Versailles ce jour pour arrêter les comptes consolidés de l'exercice 2013.


Dans un environnement durablement concurrentiel sur les marchés de défense terrestre et stable ou en régression sur les marchés occidentaux, Nexter a atteint ses objectifs de chiffre d’affaires et de rentabilité opérationnelle sans renoncer à autofinancer les efforts de préparation de l’avenir ; le Groupe a enregistré un niveau de prises de commandes en ligne avec la moyenne des années précédentes.


Le total des commandes pour Nexter s'établit à 612 M€. Deux commandes significatives, le contrat de 37 CAESAR® pour l’Indonésie et la commande pluriannuelle gros calibre France représentent 43 % des prises de commandes de l’exercice. En ajoutant les tranches conditionnelles des contrats commerciaux en cours d’exécution, le carnet de commandes de Nexter s'élève à 2,6 milliards d’euros et représente près de trois ans d'activité.


Le chiffre d'affaires consolidé de Nexter s'élève à 787 M€, conforme aux objectifs que s’est fixé le groupe pour l’exercice 2013. La part du chiffre d’affaires générée par les contrats de Maintien en Condition Opérationnelle représente environ 1/3 des revenus, la part munitionnaire représentant quant à elle 1/4 des revenus.


Dégageant pour la huitième année consécutive un résultat positif, Nexter présente, en 2013, une marge opérationnelle consolidée de 14 % de son chiffre d'affaires, confirmant une croissance organique solide.
Le résultat net consolidé de Nexter s'élève à 74 M€. Ce résultat tient compte d'un niveau élevé de dépenses consacrées à la recherche et au développement (près de 18% du chiffre d'affaires consolidé), dont près de la moitié est financée sur fonds propres.

 

Téléchargez le pdf

Partager cet article
Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 08:40
Numéro deux mondial de l’armement, la Russie a augmenté ses parts de marché

 

17/03 Par Alain Ruello

 

L’ex-Union soviétique reste le deuxième exportateur mondial d’armements, même si la Chine a gagné en autonomie.

 

Malgré les coups terribles que la chute de l’Union soviétique a portés à son industrie, la Russie exporte toujours autant d’armements : selon le Sipri, le pays s’est maintenu à la deuxième place mondiale depuis 2004, bien qu’il peine à contrer les Occidentaux sur les grandes campagnes à l’export. « Ce n’était pas gagné il y a dix ans », commente Louis-Marie Clouet, responsable de recherche.

Mieux, Moscou s’est payé le luxe d’augmenter sa part de marché, passée de 24 % à 27 % entre les périodes 2004-2008 et 2009-2013. Au point, selon le Sipri, de talonner les Etats-Unis, ce qui en surprendra plus d’un.

Cette performance, la Russie la doit principalement à son aéronautique militaire, et au Soukhoï 30 en particulier. L’avion de combat s’est vendu à quelques grands pays, comme l’Inde ou la Chine, mais aussi à certains, qui n’auraient pas les moyens d'acheter occidental, comme l’Ouganda.

Les autres armements à succès portent sur les hélicoptères de combat, les véhicules terrestres ou encore la défense anti-aérienne. Seul bémol : le naval « made in Russia » est à la peine, comme en témoignent les retards de la livraison d’un porte-avions à New Delhi. « Cela s’explique aussi par le fait que Moscou n’a rien commandé à ses chantiers navals depuis vingt ans », selon Louis-marie Clouet. Les exportations militaires russes ont profité de la réorganisation industrielle drastique initiée par Vladimir Poutine et qui a mis fin aux situations de concurrence sauvage russo-russes. Moscou a aussi réussi à compenser la forte décrue des ventes à la Chine.

Jusqu’en 2005, et parce que ses industriels avaient un gros besoin d’argent, la Russie a beaucoup vendu à Pékin, des avions de combat notamment. Après avoir désossé tous ces matériels, les ingénieurs chinois peuvent désormais se passer de leur voisin, sauf pour certains équipements qu’ils ne maîtrisent pas (encore), comme les moteurs. Du coup, l’Inde fait plus que jamais figure de partenaire militaire clef pour le Kremlin.

Partager cet article
Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 08:20
USAF Declares Initial Operational Capability for LM's Sniper ATP-SE

 

 

Mar 17, 2014 ASDNews Source : Lockheed Martin Corporation

 

The U.S. Air Force declared initial operational capability (IOC) for Lockheed Martin’s [NYSE: LMT] Sniper® Advanced Targeting Pod - Sensor Enhancement (ATP-SE) and has now deployed the system to support combat operations in theater.

 

An enhanced configuration of Sniper ATP, Sniper ATP-SE provides U.S. Air Force strike fighter and bomber aircraft with advanced modes for non-traditional intelligence, surveillance and reconnaissance; improved combat identification; expanded air-to-air and maritime capability; and two-way data link communication. Lockheed Martin won the U.S. Air Force’s ATP-SE competition in 2010.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 08:20
US Navy Awards GD $129 M for Mobile Landing Platform 3 Afloat Forward Staging Base

 

 

Mar 17, 2014 ASDNews Source : General Dynamics Corporation

 

The U.S. Navy has awarded General Dynamics NASSCO a $128.5 million contract for the detail design and construction of the Mobile Landing Platform (MLP) 3 Afloat Forward Staging Base (AFSB).  NASSCO is a business unit of General Dynamics (NYSE: GD).

 

Under the terms of the contract, NASSCO will provide the detail design and construction efforts to convert the MLP 3 to an AFSB variant. The work will be performed at NASSCO's San Diego shipyard and scheduled to be completed by October 2015.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 08:20
LM Delivers 1st KC-130J Super Hercules Tanker To US Marine Corps Reserve

 

 

Mar 18, 2014 ASDNews Source : Lockheed Martin Corporation

 

The first KC-130J Super Hercules tanker assigned to a U.S. Marine Corps Reserve squadron was ferried today from the Lockheed Martin [NYSE: LMT] facility located here. This KC-130J is assigned to the Marine Aerial Refueler Transport Squadron 234 (VMGR-234) stationed at Naval Air Station Fort Worth Joint Reserve Base, Texas.

 

The aircraft will be welcomed with a formal ceremony on March 18, in Texas, where it is the first KC-130J tanker to be stationed in the state. NAS Fort Worth JRB shares a runway with Lockheed Martin’s Aeronautics headquarters location in Fort Worth.

 

“Since the early 1960s, U.S. Marine Corps teams have operated the KC-130 and showcased the Hercules’ unparalleled capabilities as both a flexible tactical airlifter and vital tanker resource. This new KC-130J provides VMGR-234 crews with added power, strength and flexibility to support the highly critical missions they are depended upon to perform,” said George Shultz, vice president and general manager, C-130 Programs. “The arrival of the KC-130J Super Hercules in Fort Worth represents the start of a new era of Hercules history and we are honored to extend this tradition of Hercules flight with the U.S. Marine Corps Reserve.”

 

VMGR-234 is a part of Marine Aircraft Group 41 (MAG-41), 4th Marine Aircraft Wing (4th MAW). Its crew and aircraft provide aerial refueling capabilities and air transport of personnel, equipment and supplies. The squadron, known as the “Rangers,” has operated KC-130s for more than 30 years, using the aircraft for missions during the Gulf War and Operation Enduring Freedom in addition to providing humanitarian support around the world. The squadron previously operated KC-130Fs and most recently, KC-130Ts.

 

The KC-130J is the global leader in aerial refueling for both tactical aircraft and helicopters, and it is also capable of conducting rapid ground refueling. The battle-tested KC-130J aerial refueling tanker is the latest in a long lineage of C-130 Hercules tanker technology. The new KC-130J builds on proven tanker designs while taking full advantage of tremendous technological and performance improvements inherent in the basic C-130J aircraft. KC-130Js operated by U.S. Marine Corps active duty crews contributed to the worldwide C-130 fleet’s initial 1 million flight hours.

 

Partager cet article
Repost0
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 19:50
Thales to supply mission suite for Polish Patrol Vessel ORP SLAZAK

 

Mar 18, 2014 ASDNews Source : Thales Group

 

The Polish Ministry of National Defence and Thales have signed a contract for the delivery of the integrated combat system and related acceptance activities on board the ORP ASLA"ZAK Patrol Vessel. The system will be fully operational in 2016. The vessel is the successor of the GAWRON multipurpose corvette programme.

 

In the scope of this contract, Thales will deliver main combat system components such as the TACTICOS Combat Management System, SMART-S Mk2 surveillance radar, STING-EO Mk2 (currently named the STIR 1.2 EO Mk2) fire control radar, MIRADOR electro-optical observation and fire control system and LINK 11/16 tactical data link system. Thales is also responsible for the combat system integration related to other systems to be installed on board the vessel, such as weapons, communication and navigation systems, as well as several third party-supplied sensors.

 

Gerben Edelijn, CEO of Thales Nederland: “We won this contract because of our state of the art technical solution which perfectly matched the customer’s requirements. Taking the fierce international competition into account, this contract proves our position as no. 1 worldwide in naval mission systems.”

 

Read more

Partager cet article
Repost0
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 12:40
Crimée: les sanctions US frapperont des entreprises d'armement russes

 

WASHINGTON, 17 mars - RIA Novosti

 

Les sanctions décrétées par les Etats-Unis contre la Russie en représailles au référendum sur le statut politique de la Crimée affecteront des entreprises et des représentants du complexe militaro-industriel russe, a annoncé la Maison Blanche.

Le décret ad hoc signé par le président Barack Obama prévoit un gel d'avoirs de personnes physiques et d'entreprises spécialisées dans la production et le commerce d'armes et d'équipements militaires.

La liste des intéressés sera établie par le secrétaire américain du Trésor.

Le président Obama a décrété lundi des sanctions contre un groupe de hauts responsables russes, dont le vice-premier ministre Dmitri Rogozine chargé du complexe militaro-industriel, la présidente du Conseil de la Fédération (sénat) Valentina Matvienko, les conseillers présidentiels Vladislav Sourkov et  Sergueï Glaziev, ainsi que certains députés de la Douma (chambre basse du parlement russe).

Partager cet article
Repost0
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 12:30
photo Israel Ministry of Economy

photo Israel Ministry of Economy

 

16/03/2014 Pascal Lacorie, à Jérusalem – LaTribune.fr

 

Tsahal, l'armée israélienne, va regrouper plusieurs de ses bases dans le Néguev. Parallèlement, un parc industriel sera créé à Beer-Sheva, chef-lieu de ce Sud déshérité et semi-désertique. Des dizaines d'entreprises, ainsi que des institutions publiques et universitaires, y seront réunies.


 

« Faire fleurir le désert du Néguev. »

Ce vieux rêve de David Ben Gourion, le père fondateur d'Israël, resté longtemps à l'état de mirage, va devenir réalité. L'armée israélienne s'est en effet lancée dans une des plus grandes opérations d'aménagement du territoire de l'histoire du pays. La moitié des bases installées dans la région de Tel Aviv, surpeuplée, vont déménager avec armes et bagages vers un Sud semi-désertique, qui s'étend sur la moitié du pays, mais qui abrite moins de 10% de la population.

Cet exode va concerner 30.000 soldats et officiers avec leurs familles. Une vingtaine de bases installées dans le centre du pays vont être évacuées. Dans un premier temps, l'aventure se matérialisera dès 2015 par l'ouverture d'une « mégabase » d'entraînement. Puis viendront deux autres bases réservées à des unités d'élite spécialisées dans les renseignements militaires, la cyberguerre, les écoutes et l'espionnage.

Bref, le nec plus ultra de la haute technologie militaire, dont une partie des installations seront souterraines, à titre de précaution.

Pour compléter le tableau de ce qui pourrait se transformer à terme en une nouvelle Silicon Valley, Beer-Sheva, la capitale du Néguev, va devenir la « cybercapitale » d'Israël, selon l'expression de Benjamin Netanyahu, le Premier ministre. Un parc industriel va être créé dans cette ville regroupant des dizaines d'entreprises privées israéliennes et étrangères, ainsi que des institutions publiques et universitaires.

Ce site abritera également une nouvelle École supérieure de la science et de la technologie, ainsi qu'un centre de développement spécialisé dans les « cyberétudes ». Plusieurs entreprises ont joué le rôle de pionniers en s'installant d'ores et déjà à Beer-Sheva, tels EMC, un groupe informatique américain, et l'allemand Deutsche Telekom.

D'autres devraient suivre. IBM et Lockheed Martin ont ainsi annoncé leur intention d'ouvrir des centres de R&D dans ce parc technologique, qui emploiera à terme 10.000 salariés. Pour financer cette opération qui comprend la construction de logements, d'infrastructures, de routes, Citicorp et Morgan Stanley, deux banques d'affaires américaines, se sont déjà mises sur les rangs. L'enjeu est de taille : 9 milliards de dollars d'investissements.

 

"Les multinationales font la queue"

Un pactole, qui a de quoi attiser bien des appétits locaux, mais aussi étrangers. Le gouvernement israélien veut d'ailleurs jouer la carte de l'ouverture.

« Nous sommes bien conscients des problèmes de sécurité liés à des contrats passés avec des firmes étrangères, mais nous souhaitons avant tout stimuler la concurrence et attirer le maximum d'expertises et de savoir-faire dans tous les domaines », souligne le lieutenant-colonel Zvi Peleg, qui supervise les appels d'offres du ministère de la Défense.

« Les multinationales ont compris qu'il y avait des occasions à saisir et elles commencent à faire la queue », observe Moshe Yaalon, le ministre de la Défense.

Sur le terrain, tout a été pensé pour attirer les officiers de carrière. La base d'entraînement aura des allures de « vraie » ville, avec un auditorium, trois synagogues, des terrains de sport et, bien entendu, toutes les installations militaires traditionnelles, tels des stands de tir et des sites de simulation de combats. Selon le lieutenant-colonel Shalom Alfassy, un des responsables du projet, les classes d'enseignement et les bibliothèques seront équipées du dernier cri en matière d'informatique.

 

35.000 logements, dont 9.000 habitations sociales

Écologie oblige, l'armée s'est engagée à construire le plus vert possible. Résultat : les installations, qui s'étendront sur 250.000 m2, ont été conçues de telle façon qu'elles seront pratiquement autosuffisantes, grâce à une énergie solaire disponible à profusion et à une isolation des bâtiments qui devrait permettre de «
réduire l'utilisation de l'air conditionné au minimum », précise le lieutenant-colonel Shalom Alfassy.

Le déménagement ne constituera toutefois pas seulement une manne pour le Néguev. Le gouvernement veut faire d'une pierre deux coups en tentant de casser la spéculation immobilière effrénée dans et autour de Tel Aviv. Les bases évacuées vont libérer des terrains à construire. Une aubaine dans un pays où les prix de logements ont grimpé de 72% en sept ans, devenant inabordables pour la majorité des classes moyennes, qui se sont révoltées durant l'été 2011.

Plusieurs centaines de milliers de manifestants étaient descendus dans les rues lors de la plus impressionnante vague de contestation sociale qui a déferlé dans le pays, pour dénoncer la forte spéculation provoquée par la pénurie d'habitations à prix abordables. Un appartement de taille modeste peut ainsi attendre le demi-million d'euros.

 

Le Néguev sera d'ailleurs financée en partie par la vente des terrains

Yaïr Lapid, le ministre des Finances, espère que 35.000 logements, dont 9.000 habitations sociales, pourront ainsi être érigés, ce qui devrait en principe se solder par une baisse des prix. Les experts restent toutefois sceptiques, tant la demande est forte. Quitter la région de Tel Aviv n'est toutefois pas du goût de tous les officiers de carrière.

Nombre d'entre eux veulent rester au coeur de la capitale économique et culturelle, de l'endroit le plus « branché » du pays. Selon un récent sondage réalisé auprès des officiers des renseignements militaires, 53% d'entre eux ne souhaitent pas émigrer vers le Sud. Certains ont prévenu qu'ils n'hésiteraient pas à abandonner l'uniforme pour pantoufler dans la myriade d'entreprises de high-tech, autour de Tel Aviv, qui ne demandent qu'à embaucher ces militaires d'élite.

Les critiques viennent aussi des organisations de défense des droits de l'homme à propos du sort réservé aux Bédouins du Néguev, qui représentent un tiers de la population.

Ceux-ci redoutent d'être une fois de plus les laissés-pour-compte de ce vaste plan d'aménagement.

« Nous habitons ici, mais personne ne daigne nous consulter », déplore Rawia Abourabia, une avocate bédouine installée à Beer-Sheva.

L'armée répond que les Bédouins vont eux aussi bénéficier de l'arrivée en masse des militaires. Selon le lieutenant-colonel Shalom Alfassy, les travaux de construction vont permettre de donner du travail à 20.000 ou 30.000 salariés, tandis que 2.000 à 2.500 autres emplois devraient être créés ensuite par les entreprises. Bref, l'aubaine est censée l'être pour tous...

Partager cet article
Repost0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 16:50
Thales delivers Belgian national warning system

 

Mon, 17/03/2014 Thales

 

On Monday 17 March, Joëlle Milquet, Belgium's Minister of the Interior, announced the pilot launch of an emergency population warning and information system. Thales was selected in November 2013 by the Crisis Centre of the Federal Public Service (FPS) Internal Affairs to provide Belgium with this new system called BE-ALERT.

In response to various incidents in Belgium in recent years, the ability to alert the population rapidly, selectively and effectively is a central component of the Crisis Centre's policy to upgrade and extend its channels of communication.

Thales and programme partner Unified Messaging Systems (UMS) Norway, specialists in early warning and mass notification solutions, designed and implemented the BE-ALERT national warning system, incorporating proprietary technology from UMS, for the Belgian authorities responsible for crisis management at local, provincial and national level.

With its exceptional footprint in Belgium, Thales provided the Crisis Centre with additional support for the rollout of this pilot project, including local assistance, training operators and adapting the system to the customer's exact requirements.

BE-ALERT takes the form of a secure platform that is accessed via the internet.

With BE-ALERT, Belgium is empowering citizens to play a greater role in their own safety and security, providing them with timely and relevant information and guidelines to follow in the event of an emergency.

From 17 March, every citizen is invited to register with the system online at http://www.be-alert.be so that they can receive alerts directly.

Since the launch of the initial test phase in January, the 11 provincial governors and 33 pilot communities involved have been able to access the platform and application using specific ID credentials and broadcast alerts in the event of a crisis via SMS, fixed and mobile voice, email, fax and/or social networks.

After this test and analysis period, the BE-ALERT system will be rolled out nationally and made available to all governors and local authorities across the country.

Key points

•    BE-ALERT: a new emergency population warning and information system in Belgium
•    With BE-ALERT, citizens play a greater role in their own safety and security 

"The Crisis Centre sees Thales as a solid and dependable partner to conduct this type of project to protect Belgium's citizens. Thales offered a tailored solution that met all of our requirements."
Jaak Raes, Director General of the Crisis Centre, Belgium

Partager cet article
Repost0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 16:35
 AUS: Triton Acquisition Announced


17 March 2014 Pacific Sentinel
 

The Prime Minister of Australia The Honourable Tony Abbott MP visited RAAF Base Edinburgh recently to announce the Government has committed to the acquisition of the Triton Unmanned Aircaft System (UAS), subject to the successful completion of the US Navy development programme currently under way.

 

The MQ-4C Triton UAS is an unarmed maritime variant of Northrop-Grumman’s Global Hawk. The aircraft will be based and piloted from RAAF Base Edinburgh and capable of supporting missions of greater than 24 hours while covering an area of over one million square nautical miles; an area larger than Western Australia Triton will patrol Australia’s vast ocean approaches, protecting offshore resources, supporting other Australian Defence Force assets and helping to secure our borders. Triton is purpose-built for the maritime environment, and includes a strengthened airframe, de-icing capability, hail and bird-strike protection, and has sealed avionics and sensor compartments and environmental countermeasures to enable all-weather operations. The Triton has been under development by the United States Navy (USN) since 2008 and is scheduled to achieve Initial Operational Capability with the USN in 2017. The total number of Triton aircraft to be acquired by Australia and their introduction into service date will be further considered by Government in 2016, based on the Defence White Paper.

 

RAAF

Partager cet article
Repost0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 15:30
Missiles : MBDA est-il revenu dans le match face à Thales en Arabie Saoudite ?

Thales propose le nouveau système Crotale, qui équipe l'Arabie Saoudite depuis plusieurs décennies

 

17/03/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le missilier européen a présenté à la demande du ministère de la Défense saoudien ses produits de défense aérienne (Air Defence). Thales n’avait pas été convié à cette réunion qualifiée de technique.

 

Mieux que la série TV "Plus belle la vie", la guerre MBDA versus Thales en Arabie Saoudite ne s'arrête décidément donc jamais. Dernier épisode en date, le missilier a été invité il y a un peu plus de dix jours par les autorités saoudiennes à présenter ses systèmes d'armes dans la défense aérienne, de la courte à la longue portée (du Mistral au système SAMP/T en passant par le VL Mica), selon des sources concordantes. Très certainement avec la bienveillance des autorités françaises en dépit d'un soutien jusqu'ici sans faille au groupe électronique en Arabie Saoudite pour le programme de renouvellement de la défense aérienne du royaume, Mark 3. Un projet estimé à 4 milliards d'euros en deux phases (2,5milliards puis 1,5 milliard d'euros).

Une réunion avec le numéro deux du ministère de la Défense saoudien (Moda) à laquelle n'était pas invité Thales. Une réunion qui a fait tousser au sein du groupe d'électronique une fois l'information parvenue à ses oreilles. Thales propose le nouveau système Crotale, qui équipe le royaume depuis plusieurs décennies. Cette réunion "technique", selon les termes d'une source proche du dossier, a embrasé les braises encore chaudes, qui couvaient sous la cendre depuis l'énorme déception provoquée par la visite ratée de François Hollande en Arabie Saoudite fin décembre. Un voyage où l'Elysée était persuadé de revenir avec le contrat Mark 3 en poche pour Thales, sinon l'engagement du roi Abdallah à le signer rapidement. En vain, le président est reparti sans aucune garantie. "La France s'est auto-intoxiquée sur ce dossier", constate une source proche du dossier.

 

Thales et MBDA se regardent en chiens de faïence

Selon certaines sources, Thales aurait tenté de "s'incruster" dans cette réunion. "Thales n'était pas invité. Nous avons fait une présentation à la demande du client et la discussion est restée sur le plan technique", explique-t-on à "La Tribune". Bref, les deux groupes se rendent coup pour coup en Arabie Saoudite, théâtre d'une guerre souterraine incroyable entre les deux groupes qui déborde d'ailleurs au-delà sur les services de l'Etat. "Le Crotale nourrit la caisse de Thales, cela ne nourrit pas la politique de l'Etat", soupirent certains au sein du ministère de la Défense.

Dans l'entourage du ministre, on estime que ce contrat pour Thales n'est "pas nécessairement terminée" après l'échec de la visite de François Hollande. Au sein du groupe d'électronique, après un petit coup de blues début janvier, on ne désespère toujours pas de convaincre les Saoudiens de prendre le Crotale NG avec… le soutien indéfectible de l'Etat français, notamment de l'Elysée qui rappelle à chaque visiteur saoudien l'offre de Thales.

 

Les Français se chamaillent, les Allemands engrangent

Pendant que les Français se chamaillent, se bagarrent et se neutralisent, les Allemands engrangent quant à eux des contrats en Arabie Saoudite. La filiale suisse du groupe Rheinmetall vient de signer un contrat de 83 millions d'euros… dans la défense aérienne en vendant un canon bitubes (Oerlikon Skyguard). Au total, le groupe allemand a obtenu depuis 2006 dans le domaine de la défense aérienne une série de contrats d'une valeur de 665 millions d'euros en Arabie Saoudite. Soit autant que Thales dans la courte portée sur la même période.

 

Et si Thales et MBDA devaient travailler ensemble

Comble de l'ironie, MBDA et Thales pourraient être amenés à travailler ensemble prochainement en Arabie saoudite. La direction générale de l'armement (DGA) réfléchit à proposer à moyen terme au royaume wahhabite le système SAMP/T proposé par le GIE Eurosam (MBDA et Thales). Il est vrai que les deux groupes coopèrent main dans la main dans plusieurs autres pays comme par exemple en Turquie (programme T-Loramids). Mais ce ne sera peut être pas facile de rabibocher les équipes, qui se sont durement affrontées sur le théâtre saoudien. Une saga qui n'est donc pas près de se terminer et qui est finalement bien mieux que la série "Plus belle la vie"

Partager cet article
Repost0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 14:50
F-35 : l'Italie envisage de réduire à nouveau sa commande

L'Italie prévoit de réduire son budget de la défense de trois milliards d'euros sur les trois prochaines années, un plan d'économies qui pourrait passer par la révision de programmes d'envergure comme l'acquisition de F-35

 

17/03/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Rome pourrait revoir à la baisse sa commande de 90 avions de chasse F-35. Elle avait déjà été réduite de 131 à 90 appareils.

 

L'Italie pourrait revoir à la baisse sa commande de 90 avions de chasse F-35, fabriqués par le groupe américain Lockheed Martin, dans le cadre d'un vaste programme de réduction de sa dépense publique, a déclaré le président du Conseil Matteo Renzi. L'Italie prévoit de réduire son budget de la défense de trois milliards d'euros sur les trois prochaines années, un plan d'économies qui se traduira par la fermeture de casernes mais aussi par la révision de programmes d'envergure comme l'acquisition de F-35, dont le coût du programme a explosé.

"Nous maintiendrons nos programmes internationaux et nous continuerons à avoir une force aérienne solide mais ce programme sera révisé", a annoncé dimanche le nouveau chef du gouvernement italien sur la chaîne de télévision Canale 5.

 

11,8 milliards d'euros sur 45 ans

La commande de F-35, d'un coût initialement estimée à 11,8 milliards d'euros sur 45 ans à partir de 2015, fait l'objet d'une incertitude prolongée, les gouvernements successifs étant tous confrontés à la nécessité de remettre de l'ordre dans les finances publiques. Pour exemple, ce programme coûtera au contribuable américain au moins 1.500 milliards de dollars (1.160 milliards d'euros) sur un cycle de vie d'un demi-siècle, a dû reconnaître en 2012 le Pentagone.

La commande a déjà été réduite de 131 à 90 appareils mais nombreux sont ceux, au sein du Parti démocrate de Matteo Renzi comme dans l'opposition, qui souhaitent aller plus loin, voire renoncer carrément au programme.

Partager cet article
Repost0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 13:50
Thales secures initial order for Cougar Team Radio at Security & Policing

 

Thu, 13/03/2014 Thales

 

Thales today secured a pre-launch order for the new Cougar Team Radio due for release on the 31 March 2014. Dextera Global has placed an initial order at UK Home Office’s Security and Policing exhibition in Farnborough.

The new radio, being previewed at Security & Policing, has been developed to address the specific needs of teams working in critical and demanding situations. With a rugged but lightweight design and a range of advanced features, it supports more effective teamwork.

“Cougar Team Radio is an integrated solution for the security market, providing advanced radio features such as GPS positioning and secure connectivity. It tackles the key challenges faced by radio users such as security, flexibility and simplicity.” said Winston Mahaffy, Director for Radio Communication Products at Thales UK.

Cougar Team Radio offers built-in GPS positioning. When integrated with an Android smartphone, the GPS function allows all team members to be tracked and displayed on a real-time map; connect with an operation centre, and this data can be shared across multiple teams.

To extend its range, the radio can connect securely via 3G and WIFI. For operations in areas without a suitable infrastructure – or where the networks are unavailable, saturated or blocked – Cougar Team Radio can extend the range through its unique relay capability, which can quickly create a ‘daisy chain’ of radios to connect team members.

The ability to connect radios seamlessly together also provides the assurance that all team members are connected and active on the network; each radio that connects to the network is visible to the other team members.

Cougar Team Radio integrates easily with smartphones. Not only does this enhance the capability of the radio network, but it also allows team members to operate more discreetly via standard consumer devices. The radios are also designed with a small form-factor for discreet operation and to minimise the equipment burden on team members.

All communications made through Cougar Team Radio, including those delivered through smartphones and across other networks, are secured with high-level encryption.

“We have been following the development of Cougar Team Radio since DSEI last year and look forward to receiving the production units. It provides cutting-edge radio technology at a very competitive price. For us, reliable communication is essential for team working, safety of the team, and being able to deploy quickly and flexibly. We are particularly impressed by the battery life, small size and weight.”
Martin Dubbey, Managing Director at Dextera Global

Thales, at the forefront of radio technology
With our long history in digital communication, central to mobile phone design as we know it today, Cougar Team Radio is the next step in radio communications.
Relay Mode: A standard radio will communicate to all radios only if they are in range; this means that a radio at the edge of signal coverage may not hear everything. Cougar Team Radio creates its own network that connects all radios even if they are at the edge of coverage. It achieves this by using up to two radios as a relay to silently pass voice/data to the whole network. This feature can also be used to extend radio coverage into challenging environments like underground or complex buildings using a ‘breadcrumb’ technique.
GPS Location: With its built-in GPS feature, the location of each radio can be monitored using a connected smartphone or integrated operation centre. This information can be used to coordinate a team’s movement in dynamic and live situations, allowing real-time decisions to be taken and tracked on the device’s screen.
Challenging Environments are defined as locations where radio coverage is difficult. Examples are complex buildings and underground.
Partager cet article
Repost0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 13:50
Czech Republic to sign new Gripen lease agreement next month

A pair of Czech Air Force's JAS 39 Gripen C/D multi-role combat in flight. Photo: courtesy of Milan Nykodym.

 

17 March 2014 airforce-technology.com

 

The Czech Republic Government has approved an agreement for the country's lease of 14 JAS 39 Gripen C/D multi-role combat aircraft.

 

Scheduled to be signed by the Swedish Defence and Security Export Agency (FXM) and the Czech Defence Ministry nexth month, following internal processes, the agreement will enable the country to continue to fly Gripen, at least until 2026.

 

FXM director general Ulf Hammarstrom said the agreement has been a long, tough process and often involved very intensive negotiations.

 

"It is an agreement that is to the advantage of both parties and helps promote cost-efficiency for the Air Forces of both Sweden and the Czech Republic," Hammarstrom said.

 

In addition to the lease of 14 Gripen C/D fighters for a period of 12 years, the agreement also covers training and upgrade of the aircraft, and the necessary logistical and operational support needed to deploy the aircraft.

 

FMV signed the first CZK19.6bn ($1bn) ten-year agreement with the Czech Republic on 14 JAS 39 Gripen C/D aircraft in 2004, making the country the first Nato member to fly the Gripen.

 

Powered by a single Volvo-Flygmotor RM12 engine, the JAS 39 Gripen is a lightweight, multirole fighter aircraft designed to conduct a wide range of air-to-air, air-to-surface and reconnaissance missions.

 

The aircraft first entered into operational service with the Swedish Air Force in 1997, and is also in use with the South African and Hungarian air forces.

Partager cet article
Repost0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 13:20
T-6C Texan II. (Beechcraft)

T-6C Texan II. (Beechcraft)

 

Mar 14, 2014 ASDNews Source : Textron Inc

 

    Integrates Cessna, Beechcraft and Hawker Aircraft Brands Into New ''Textron Aviation'' Business Segment

 

Textron Inc. (NYSE:TXT) today announced it has closed its acquisition of Beech Holdings, LLC, the parent of Beechcraft Corporation, and that it will bring together its Cessna business and Beechcraft to form a new segment called Textron Aviation. Cessna and Beechcraft together produced about $4.6 billion in revenues during 2013.

 

The acquisition brings together three iconic brands, each pioneering many of general aviation’s most notable advances in the past century. Cessna, Beechcraft and Hawker bring 200-plus years of combined aviation experience to the market and an installed customer base of more than 250,000 airplanes worldwide. Going forward, Textron Aviation intends to share and leverage best practices across all operations to further its position as an aviation authority. Scott Ernest, who has served as Cessna’s President and CEO since 2011, will lead the Textron Aviation segment as CEO.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 13:04
Importations d'armements de l'Inde et du Pakistan en forte hausse

 

17.03.2014 Romandie.com (ats)

 

Le marché mondial de l'armement est en nette expansion. Il a progressé de 14% ces cinq dernières années. L'Inde, le Pakistan et l'Arabie saoudite ont notamment fortement accru leurs importations d'armements durant cette période, selon l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI).

 

Les importations indiennes ont progressé de 111% entre les années 2004-2008 et la période 2009-2013, passant de 7% à 14% du total des importations mondiales, indique le rapport du SIPRI. Les importations pakistanaises de systèmes d'armes majeurs ont progressé dans le même temps de 119%, de 2% à 5% du marché mondial.

 

La Chine (5% des importations), les Emirats arabes unis (4%) et l'Arabie saoudite (4%), complètent le top 5 des pays importateurs. Avec 14% du marché mondial, le volume d'importation de l'Inde est ainsi près de trois fois plus élevé que celui du Pakistan et de la Chine, qui la suivent au classement des pays importateurs.

 

Etats-Unis et Russie

 

Durant la période 2009-2013, les Etats-Unis, avec 29% du marché mondial, les Etats-Unis et la Russie (27%) ont été les principaux pays exportateurs d'armements, loin devant l'Allemagne (7%), la Chine (6%), la France (5%) et le Royaume-uni (4%). Pékin s'impose désormais comme un pays exportateur du même rang que Paris et Berlin.

 

Selon l'institut, les flux d'armements ont fortement augmenté entre 2008 et 2013 en direction de l'Afrique, l'Amérique, l'Asie et l'Océanie, alors qu'ils diminuaient vers l'Europe.

 

Les importations d'armement des pays arabes du golfe Persique ont augmenté de 23% entre les années 2004-2008 et la période suivante, pour totaliser 52% des importations de l'ensemble des pays du Moyen-Orient. 18e pays importateur dans les années 2004-2008, l'Arabie saoudite s'est hissée au 5e rang mondial dans les cinq années suivantes.

 

Importantes commandes d'avions

 

Selon le SIPRI, plusieurs pays du Golfe ont investi lourdement dans les systèmes de défense aérienne et les missiles. Avec en particulier "d'importantes commandes d'avions de combat" au Royaume-Uni et aux Etats-Unis.

 

Autre évolution notable sur le marché, le Brésil a augmenté ses importations dans la période 2009-2013, avec l'acquisition de quatre sous-marins à la France, de véhicules blindés à l'Italie et de 36 avions de combat à la Suède.

Partager cet article
Repost0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 11:50
NSPA, OCCAR sign A400M service level agreement

 

17 March 2014 airforce-technology.com

 

The Nato Support Agency (NSPA) and the Organisation for Joint Armament Cooperation (OCCAR) have signed a service level agreement (SLA) for the A400M Atlas next-generation military transport aircraft.

 

Signed after several years of preparatory and negotiation work with OCCAR and the participating states, the SLA also represents an additional key milestone in the agency's expanded cooperation with OCCAR.

 

Specifically, the A400M and NH-90/TIGER Programme (LN) will provide electronic materiel support services, namely acquisition of A400M spares in electronic and automated manner over the next four years.

 

The services are expected to be the same as those currently provided to OCCAR for the Tiger and the NH-90 helicopters.

 

Designated as a tactical airlifter with strategic capabilities, the A400M can also be configured to perform long-range cargo and troop transport, medical evacuation (MEDEVAC), and aerial refuelling and electronic surveillance missions.

 

Capable of carrying more than 100 fully equipped troops or a 30t payload, the aircraft features a six-wheel, high-flotation main landing gear, and short soft-field landing and takeoff capability, enabling troop and equipment transportation to Mali or Afghanistan.

 

Currently operational with the French Air Force, the four-EuroProp TP400-D6 turboprop engines powered aircraft has also been ordered by Belgium, France, Luxembourg, Malaysia, Spain, Turkey and the UK.

 

The airlifter has recently completed the first phase of airdrop trials flying over the Fonsorbes drop zone near Toulouse, in south-western France, marking the completion of one of the most significant elements of its continuing military flight-test programme.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories