Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 18:50
L’Europe de la défense, éternelle pomme de la discorde entre la France et le Royaume-Uni

 

31.01.2014 by Hajnalka Vincze

 

Au sommet franco-britannique de vendredi, en plein milieu des annonces concernant la coopération militaire bilatérale, le président Hollande a frôlé le crime de lèse-majesté, en osant prétendre que « Le drone de combat préfigure ce que pourrait être une Europe de la défense ». Pour les Britanniques, coopérer, pourquoi pas, mais n'évoquons surtout pas l'Europe, et en particulier pas en l'associant aux questions de défense.

 

Crédit: UK Ministry of Defence

Ils ne voient que deux usages possibles, de préférence simultanément, à cette prétendue Europe de la défense. D’une part comme agence civilo-humanitaire de l’OTAN. De l’autre, en tant que courroie de transmission des injonctions US en vue d’améliorer les capacités militaires des supplétifs européens de l’Amérique. Le reste sont des chimères dangereuses, à éliminer au plus vite.

 

Afin de bien illustrer l’incompatibilité persistante des deux visions, française et britannique, rappelons juste le compte rendu fait par les deux ministres délégués aux affaires européennes sur le déroulement du sommet « défense » de décembre dernier.

 

Pour le Français Thierry Repentin, « le premier ministre britannique a abordé le sommet en cherchant à introduire différents amendements visant à affirmer une priorité à l’OTAN, à subordonner la politique de défense et de sécurité commune à l’action de celle-ci », mais « nous avons quant à nous refusé le langage inféodant la PSDC à l’OTAN ».  

 

Dans le même temps, son homologue britannique rassure les parlementaires de Sa Majesté que, dans les conclusions du sommet, « nous avons un langage qui marque clairement la primauté de l’OTAN dans la défense européenne ». C’est là tout le charme de l’entente cordiale entre les deux rives de La Manche.

 

NB : Les références à l’OTAN sont en effet omniprésentes dans les conclusions du dernier Conseil européen. Si, pour la plupart, elles reprennent les expressions alambiquées qui avaient déjà été employées ici ou là dans les textes officiels depuis un bon moment, il n’en reste pas moins que leur nombre et leur visibilité ont remarquablement augmenté par rapport au projet de texte mis au point trois jours auparavant.

 

Ainsi, dans la version définitive :

« La PSDC continuera à se développer en pleine complémentarité avec l'OTAN dans le cadre agréé du partenariat stratégique entre l'UE et l'OTAN et dans le respect de leur autonomie de décision et de leurs procédures respectives. » (absent du projet de texte)

« Pour que l'UE et ses États membres puissent faire face [aux nouveaux défis en matière de sécurité], en concordance avec les efforts de l'OTAN ». (absent du projet de texte)

« utiliser plus efficacement les ressources disponibles et de garantir l'interopérabilité, y compris avec les principales organisations partenaires telles que l'OTAN ».

« … présenter d'ici la fin de 2014 un cadre d'action approprié, en parfaite cohérence avec les processus de planification existants de l'OTAN » (au sujet de la planification de la défense)

« l'élaboration de normes industrielles dans le domaine de la défense, sans double emploi avec les normes existantes, en particulier les normes de l'OTAN ». (absent du projet de texte…)

 

 

(Une analyse détaillée suivra prochainement, dans un papier sur la PSDC post-sommet “Défense”)

Partager cet article
Repost0
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 18:50
Was Watchkeeper UAV Grounded During 4th Quarter of 2013?

 

Jan 31, 2014 By Giovanni de Briganti - Defense-Aerospace.com


PARIS --- The service introduction of Watchkeeper, the tactical UAV that has been in development for the British Army since 2005, may be further delayed due to unidentified technical issues that appear to have grounded the aircraft for three months in late 2013.

The Watchkeeper program apparently logged no flight activity between mid-September and mid-January, according to data provided by Thales, the program’s main contractor, which showed that the number of total flight hours and total sorties barely changed between Sept. 16, 2013 and Jan 12, 2014.

As of Sept. 16, Watchkeeper had flown “almost 600 sorties, for a total of about 1,000 flight hours,” a Thales spokesperson told Defense-Aerospace.com in an e-mail follow-up to an interview at the DSEi show in London.

On Jan. 20, responding to a follow-up query, the Thales spokesperson said that “Tests are progressing nominally, as planned. We have now passed 600 sorties and are nearing 1,000 flight hours.”

These figures show no flight activity between mid-September and mid-January. Asked to explain this apparent discrepancy, the Thales spokesperson had not responded by our deadline, three days later.

“The delivery of Watchkeeper equipment is on track and trials are continuing with over 550 hours flying having been completed,” the UK Ministry of Defence in a Jan 31 e-mail statement. Note this is about half the flight hour figure provided by Thales.

“…the Release to Service process is taking longer than expected,” the MoD statement continued, adding that “The last flight was last week, so it’s incorrect to say that the assets are still grounded.”

This unannounced grounding may be one reason why the French Ministry of Defense is back-pedaling on earlier promises to consider buying the Watchkeeper, after an inconclusive evaluation between April and July 2013 by the French army. The evaluation included “several dozen flight hours” from Istres, the French air force’s flight test center in south-eastern France, a French MoD spokesman said Jan. 31. The evaluation report has not been completed, and no date has been set, he added.

The final communiqué of today’s Anglo-French summit meeting, for the first time since November 2010, makes no mention of the Watchkeeper, although it was mentioned in passing by French President François Hollande during the summit press conference.

Thales’ figures on Watchkeeper flight activities have also been provided to other news outlets.

A Jan. 16 article by FlightGlobal quotes Nick Miller, Thales UK’s business director for ISTAR and UAV systems, as saying that “Watchkeeper aircraft have now completed more than 600 flights, exceeding a combined 950 flight hours.”

Aviation Week had posted an article the previous day, Jan. 15, in which it reported that “Thales U.K….is continuing flight trials and supports army training(Emphasis added—Ed.). However, it is difficult to understand how training can take place without an increase in the number of sorties and flight hours.

The above article says “Watchkeeper may début in spring,” echoing a similar story published Sept. 12, 2013 in which Aviation Week said Thales UK “is hopeful that …Watchkeeper…will be certified by the end of the year.” This did not happen.

This same Aviation Week Sept. 12 story said that the Watchkeeper “fleet has flown more than 1,000 hr. over 600 flights” – a higher figure than FlightGlobal reported on Jan. 16, four months later.

The discrepancies in the figures provided to at least three trade publications clearly contradict company statements that Watchkeeper flight operations are “nominal” and “are continuing,” as they show no flight activity has been logged since September.

The obvious conclusion is that flight activities have been curtailed, either by a technical grounding or because of administrative blockages. In either case, Watchkeeper – which is already over three years late -- has clearly hit new obstacles that will further delay its operational clearance by the UK Ministry of Defence’s new Military Aviation Authority (MAA).

Watchkeeper is being developed by UAV Tactical Systems (U-TacS), a joint venture between Israel’s Elbit Systems (51% share) and Thales UK, the British unit of France’s Thales, under a contract awarded in 2005. UAV Engines Ltd, which builds Watchkeeper’s engine in the UK, is a wholly-owned subsidiary of Elbit Systems.

Originally valued at £700 million, the cost has escalated to over £850 million, and service introduction has been delayed by at least three years.

The British Army is due to receive a total of 54 Watchkeeper unmanned aircraft and 15 ground stations. By late 2013, 26 aircraft and 14 ground stations had been delivered, according to published reports.

Partager cet article
Repost0
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 18:45
Kenya Air Force acquires Grob G120 trainers

 

 

05 February 2014 by Guy Martin - defenceWeb

 

The Kenya Air Force recently acquired six Grob G120A basic trainers, becoming the first African air force to operate the type.

 

The Kenyan G120s were observed practicing for the Jamhuri Day flypast on December 12, 2013. According to Grob, six aircraft have been delivered. The aircraft were handed over to the Kenyan military in November in Germany and subsequently flown to the African country after four Kenyan pilots were trained in Mattsies, Germany.

 

The G120A is powered by a six-cylinder Lycoming piston engine providing 260 hp. The largely all-composite airframe has a service life of 15 000 hours and is certified for +6/-4 gs, allowing for aerobatic training. The modern glass cockpit features three Elbit 205 x 150 mm multi-function displays, a digital standby flight display and a digital engine display. Grob says the G120 has one of the lowest maintenance costs in the industry.

 

The G120 is also flown by the Canadian, German, French and Israeli air forces while the turboprop G120TP has been bought by the Argentine and Indonesian air forces.

 

The Kenya Air Force flies around ten Scottish Aviation Bulldogs, 12 Embraer Tucanos and eight BAE Systems Hawks in the training role. It is likely that the Bulldogs will be replaced by the new German aircraft. According to Kenyan sources, the Kenya Air Force has another six G120s on option.

Partager cet article
Repost0
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 18:45
Seven national pavilions so far for AAD

 

 

05 February 2014 defenceWeb

 

Switzerland is the latest addition to the list of countries that will be using national pavilions to showcase defence and security equipment at this year’s Africa Aerospace and Defence (AAD) exhibition.

 

The landlocked European country joins the defence industries of Argentina, China, Germany, Italy, Russia and the United States as national exhibitors for AAD which returns to its 2012 venue of AFB Waterkloof from September 17 to 21.

 

Of the national pavilions confirmed to date only Italy has indicated which companies will be exhibiting. Ficantieri, Finmeccanica and ICE are listed as being part of the Italian pavilion.

 

As of today the exhibition website shows a total of 67 exhibitors, including the seven national pavilions. Twelve chalets on the flight line have also been reserved by, among others, the Department of Defence and Military Veterans, Armscor, the Civil Aviation Association of SA, Rheinmetall Denel Munition, Aerosud, Exeujet, National Airways Corporation (NAC) and the SA Aerospace, Maritime and Defence Industries Association (AMD), which is the AAD 2014 host.

 

Six hangars at Waterkloof, the SA Air Force’s (SAAF) Transport Centre of Excellence, have been set aside for exhibitors with space both in and outside the hangars.

 

State-owned Denel and Ivor Ichikowitz’ Paramount Group, the two major players in the South African defence industry, have reserved the bulk of space in Hangar Four. The CSIR and Airbus Defence and Space group company Cassidian are also taking sizeable sections of exhibition space in this hangar.

 

Other confirmed exhibitors include DCD Protected Mobility, Reutec, Turbomeca, Tellumat, MTU South Africa, Wagtail Military, Imperial Armour, Osprey Logistics, BAE Systems, OTT and Rippel Effect.

Partager cet article
Repost0
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 18:45
Exports essential for Rheinmetall Denel Munition

 

 

04 February 2014 by Kim Helfrich - defenceWeb

 

More proof, if ever it was needed, that the South African defence industry cannot be viable without a strong export market comes from Rheinmetall Denel Munition (RDM).

 

Chief executive Norbert Schulze told defenceWeb the company, working from four locations in South Africa, last year exported 70% by value of its products.

 

“Our current order book shows 90% of production will be exported this year. This is in addition to us being the sole supplier to the SA National Defence Force (SANDF) of 105 and 155 [mm] artillery munitions, aircraft bombs, naval ammunition as well as armour and various mortars.”

 

Rheinmetall Waffe Munition GmbH of Germany is the 51% majority shareholder in the South African company with State-owned defence industry conglomerate Denel the other shareholder.

 

Schulze is actively exploring further export opportunities and this saw RDM recently open an office in Russia and work with the United Kingdom Ministry of Defence, the Dutch defence authorities and NATO.

 

The decision to establish a presence in Russia follows South Africa becoming one of the four BRICS member countries and he is confident there is a place for South African made munitions in the Russian defence sector.

 

With the need to keep exports strong, both from the point of view of keeping production facilities going as well as profitability, RDM has been working with the British and Dutch military authorities to obtain approval for a number of its products.

 

“We are confident of gaining the stamp of approval from the MoD by mid-year and this will open the door to another market,” Schulze said.

 

These will be in addition to the 30 countries where RDM is already doing business and Schulze also has plans to make the company a player in the central Asian and South American markets.

 

“We have targeted South America as a priority for 2014,” he said, adding RDM would continue to offer both its products and services to Africa.

 

“Africa is our continent and we want to keep it that way as well as keeping the SANDF as our number one customer.”

 

Apart from keeping up its supply to the South African military machine, Schulze plans to add the SA Police Service to RDM’s client list. He is confident this will see locally produced rubber bullets, flash-bangs and teargas being used by police.

 

Apart from steel forgings cast at its Boksburg facility that are used by Rheinmetall subsidiaries worldwide, RDM also supplies fellow Denel Group company PMP with military grade powder for its range of small calibre ammunition.

 

“Explosives and propellants are another area RDM is looking to grow and we currently have a staff complement of 80 working in our rocket section.”

 

As with other defence industry companies in South Africa, RDM has had to invest in people.

 

“We start identifying the right people while they are still at high school as our scientists and engineers of the future. The RDM Academy has been set up specifically with this in mind and part of its brief is to ‘search for bright youngsters’.”

 

Schulze is aiming at having 10 of the right young people in the Academy a year because it’s “the only way to go. The type of people we need one doesn’t find on the market”.

 

In the last financial year RDM employed 1 630 people. Schulze sees this growing and then settling at around the 1 700 mark with the RDM Academy bringing the right people to the company to keep it on the right side of future financial statements.

Partager cet article
Repost0
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 18:35
Signature de l’accord d’acquisition des chasseurs F-35 au T3

 

SEOUL, 27 jan. (Yonhap)

 

Le gouvernement signera l’accord d’acquisition de 40 chasseurs F-35 du constructeur américain Lockheed Martin au troisième trimestre, a fait savoir ce lundi l’Administration du programme d’acquisition de défense (DAPA).

 

La DAPA a approuvé l’acquisition de 40 F-35 à partir de 2018, se réservant la possibilité d’acquérir 20 autres chasseurs par la suite selon le budget et la situation sécuritaire. «Une fois que la DAPA aura approuvé la révision du plan d’acquisition entre février et mars, nous nous efforcerons à conclure un accord au troisième trimestre après les négociations et les tests aériens», a déclaré le brigadier-général de l’armée de l’air et directeur du département aéronautique de la DAPA Jung Kwang-sun lors d’un point de presse.

 

La DAPA a estimé à 7.400 milliards de wons le budget nécessaire pour acquérir les 40 F-35, qui comprend armes et équipements. L’Institut coréen pour les analyses de défense va mener de son côté sa propre évaluation budgétaire. Le budget sera confirmé en coopération avec le ministère des Finances, chargé des allocations budgétaires.

 

La DAPA devrait acquérir les avions via une transaction de gouvernement à gouvernement, sans appel d’offres, car le F-35 est vendu uniquement à travers le programme américain de ventes militaires à l’étranger (FMS). Le FMS dicte qu’un gouvernement étranger paie le montant voulu par le gouvernement américain pour les F-35 au moment de l'achat effectif des avions.

 

Lockheed Martin a indiqué le mois dernier qu’il offrira son soutien au projet de développement du chasseur sud-coréen de nouvelle génération et au lancement d’un satellite de communication militaire malgré l’achat réduit de 40 avions, contre 60 prévus initialement.

Partager cet article
Repost0
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 18:20
Lockheed Martin prépare des convois robotisés pour l'armée

 

 

03 Février 2014 par Mathieu M.  - generation-nt.com

 

Si les véhicules sans chauffeurs ne devaient pas être autorisés dans la circulation avant quelques années, il est un domaine dans lequel cette technologie pourrait rapidement s'inviter : l'armée.

 

L'armée américaine et son sous traitant Lockheed Martin viennent ainsi d'annoncer avoir testé avec succès un convoi entièrement constitué de véhicules robotisés qui agit comme un convoi conduit par des humains tant au niveau de la sécurité que de la rapidité.

 

Lockheed a mené ses tests a Fort Hood dans le Texas au début du mois dernier et indique que son convoi automatisé aura navigué avec succès dans " toute sorte de dangers et obstacles" dont des piétons, d'autres véhicules et des changements dans la topographie de la route.

Le test fait partie du programme AMAS ( Autonomous Mobility Appliqué System), un projet qui vise à la conception de véhicules autonomes. Les véhicules misent sur un ensemble de capteurs et un système de braquage, d'accélération et de freins assisté par ordinateur.

Globalement, les technologies déployées sont les mêmes que celles actuellement étudiées pour proposer des véhicules sans chauffeurs au grand public. Et l'armée vise des objectifs relativement similaires : proposer des déplacements plus surs, et plus rapides. Mais à cela, l'armée ajoute un équipement supplémentaire permettant de mieux détecter les dangers et menaces, comme la proximité d'engins explosifs improvisés ou d'éventuels barrages.

Lockheed Martin a précisé que son système de robotisation de la conduite était actuellement monté sur des camions de l'armée de type M915, mais que la technologie était théoriquement transposable à n'importe quel autre véhicule militaire.

De nombreuses sociétés comme Google, Tesla, Audi, BMW, Toyota, Volvo ou encore Lexus travaillent actuellement à développer leur propre véhicule autonome. Des véhicules qui pourraient limiter le nombre d'accidents et réduire de 15 % la consommation d'essence.

Pour Lockheed Martin, l'objectif principal reste toutefois la possibilité de se dédouaner de tout besoin d'un conducteur humain, et l'optimisation des déplacements permettant la réduction des temps de trajet à l'aide d'ordinateurs et de données satellites. Ces convois pourraient ainsi se spécialiser non pas dans le transport de VIP, mais dans l'acheminement logistique ou l'appui de la progression de troupes au sol.

Partager cet article
Repost0
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 17:50
European Defence Matters - The Role of the European Defence Agency


18 déc. 2013 European Defence Agency



European Defence Agency is the place for defence cooperation enabling EU Member States to strengthen their defence capabilities. Find out more about the work of the Agency in this video.

The EDA was formed in 2004 to build and enhance cooperation between European Member States around a common goal of mutual security. The EU and member states need to be able to protect their citizens and interests locally and globally. The only EU member that does not participate is Denmark, meaning that there are 27 other member nations. It's mission is to improve the effectiveness of defence expenditure.

The European Defence Agency is bringing greater harmonisation into the operations of the European defence industry. Currently each member has rules about the operating standards of equipment and training, but each set of rules is slightly different creating a significant amount of administration. By developing a standard framework for these rules and procedures, EDA is helping to streamline the work of the European defence technological and industrial base and make defence cooperation smoother.

As this harmonisation gathers pace, defense cooperation can become more integrated and able to respond more swiftly to both military and humanitarian situations. There are also great benefits still to be unlocked by working more closely together as defense research projects can be combined with multiple members contributing to different parts of development and innovation. This work also includes the testing of munitions and missiles. In time this will bring Europe much closer to its goal of smart defence.

Greater defence cooperation, regulations, standardisation and certification also requires and enables an increase in defence capabilities and armament cooperation. These matters can help reduce costs for national budgets while simultaneously generating operational improvements. It has also been possible to benefit from access to the European Union's budget by providing funds for greater research and development.

The European Defence Agency also has an Action Plan that will bring about harmonisation in safety features. As with deployment and operating standards, there are also differences between the ways that weapons are stored, stockpiled and transported between EU Member States and eliminating these differences will lead to both safety and cost improvements. It is also believed that these changes will help the European ammunition industry to increase it's competitiveness as it will have less administration to deal with from different member clients.

EDA is also bringing members together to work much more closely towards maritime awareness and having the very best maritime picture. This enables different navies to share the same maritime picture when cooperating on joint missions, such as against piracy or anti drug trafficking operations. This network is called MARSUR and has 15 member states. It is a project for European navies that is built by European navies which enables it to provide the solutions that they want and need.

European Defence Matters - The Role of the European Defence Agency

The current Chief Executive of the European Defence Agency is Claude-France Arnould. By overseeing the organisation and representing it at a political level, she has enabled the Ministries of Defence to come together and share best practices and ideas with their partners and help to develop the institution in the ways that they will benefit the most from. In her words, "Cooperation is no longer a luxury, it is a necessity".

Partager cet article
Repost0
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 17:40
La Russie troisième au monde en termes de dépenses militaires

 

04.02.2014 Par La Voix de la Russie

 

En 2013, le budget militaire de Russie a été de 66,8 milliards de dollars pour devenir le troisième budget mondial, indique l'aperçu annuel des dépenses militaires (IHS Jane's Annual Defence Budgets Review) établi par la société d'analyse IHS Inc.

 

Selon les spécialistes de IHS Jane's Aerospace, Defence & Security d'ici 2015 les dépenses militaires de la Chine et de la Russie prises ensemble dépasseront celles des 28 pays de l'UE.

 

En 2021, les Etats non membres de l'OTAN dépenseront pour leur défense plus que les pays de l'alliance

Partager cet article
Repost0
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 17:30
Israël dévoile un nouveau système de combat naval sans pilote

 

05-02-2014 Source: Xinhua

 

L'entreprise publique Israel Aerospace Industries (IAI) a dévoilé mardi le dernier venu de ses véhicules marins de surface sans pilote (USV) -- un système de combat naval appelé KATANA, pour la sécurité du territoire.

 

Le système KATANA inclut la navigation autonome ainsi qu'un système pour éviter les collisions. Il dispose de plusieurs é quipements embarqués dont des systèmes de caméras électro-optiques et infrarouges, de communications avec ou sans visibilité, de radars, ainsi que d'armements, a indiqué IAI dans un communiqué.

 

IAI précise que le véhicule, développé par Malam, permet une large variété de missions, dont la protection des zones é conomiques exclusives (ZEE), des frontières maritimes et des plateformes gazières ou des gazoducs offshore, ainsi que la sé curité portuaire, les patrouilles en eaux peu profondes et la guerre électronique.

 

Il peut également fournir une imagerie de renseignement en temps réel en identifiant, suivant et classifiant les cibles à proximité et à distance, et peut faire feu si nécessaire, selon le communiqué.

 

Il est capable d'opérations totalement autonomes ou peut être contrôlé à distance par un opérateur humain, ajoute le communiqué.

 

"Nous sommes fiers de présenter le dernier né de notre gamme d'USV. Il est le fruit d'un processus de développement qui a duré plusieurs années," a expliqué à Xinhua un cadre d'IAI.

 

Un autre responsable de l'entreprise, s'exprimant sous couvert d'anonymat, a refusé de commenter si des contrats pour vendre le vaisseau étaient en négociation.

 

Les USV sont de plus en plus prisés par les armées du monde entier depuis l'attaque suicide contre l'USS Cole en octobre 2000 dans le port d'Aden, au Yémen, qui avait coûté la vie à 17 marins et en avait blessé des dizaines d'autres.

 

Le groupe Rafael Advanced Defense Systems, basé à Haifa, a commencé à développer le Protector, équipé de missiles, qui fut le premier USV de combat opérationnel au monde, suite à cette attaque et face aux nouvelles menaces navales. Fin

Partager cet article
Repost0
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 13:55
photo Nexter Systems

photo Nexter Systems

 

 

04 février 2014 Ouest-France  

 

Cet EBG 'Engin Blindé du Génie) est le dernier d’une série qui a profité d’un programme de valorisation mené par le groupe Nexter.

 

8,29 mètres de long et 3,35 mètres de large. Dans les rues d’Angers, cet EBG (engin blindé du génie) n’est pas passé inaperçu. Convoyé depuis la caserne Berthezène jusqu’à l’Ecole d’application du génie, celui-ci sera officiellement remis à l’armée ce mercredi. Et ce, après être passé entre les mains de l’industriel Nexter qui achève là un programme de valorisation de ce char d’appui au combat.

 

Avec un équipage de deux personnes, l’EBG a pour mission l’ouverture d’itinéraires, le dégagement d’obstacles tels que des barricades ou encore la construction de gués. Ce char est ainsi équipé d’une pelle droite particulièrement robuste pouvant être utilisée pour des travaux de terrassement, d’un treuil hydraulique capable de tirer une masse de 15 à 20 tonnes, d’un lanceur de mines…

 

Équipant le Génie depuis les années 1980, ce char a bénéficié d’un programme de revalorisation. « L’objectif était qu’il réponde à la dureté des engagements actuels », précise le capitaine Sébastien Leduc. La protection directe de l’engin a ainsi été renforcée. Des caméras périmétriques ont été installées pour sécuriser le char, notamment en zone urbaine, et pour permettre des combats de jour comme de nuit.

 

L’exemplaire reçu par l’Ecole d’application du génie est le dernier à être valorisé de la sorte. À l’avenir, ce char est en effet appelé à être remplacé par un tout nouvel équipement.

Partager cet article
Repost0
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 13:20
Simthetiq delivers high performance virtual terrain for Raydon gunnery trainer

MONTREAL, Canada (January, 2014) - Simthetiq

 

Simthetiq is pleased to announce the completion of a contract awarded from Raydon Inc. to develop a high fidelity, geo-specific 3D environment for use in Raydon’s mission critical gunnery training solutions.

 

The terrain was developed in Presagis TerraVista and delivered in Openflight format. For this project, Simthetiq created a custom texture atlasing toolset to optimize performance while ensuring a high pixel ratio display. The final synthetic environment displays high resolution ground multi-textures, dynamic shadows and volumetric trees using Speedtree middleware technology.

 

As Simthetiq CEO, Vincent Cloutier stated: “We collaborated with Raydon to find the best response to technical requirements whilst ensuring a high degree of realism in the final product.” He added: “We look forward to seeing this terrain in Raydon’s training system.”

 

About Simthetiq

Founded in 2005 to meet the needs of modern training and simulation applications, Simthetiq develops advanced 3D solutions for customers in defence, security, aerospace, research and gaming. With a vast library of high-resolution, cross-platform models and geo-specific environments, and a range of services fine-tuned to mission-critical operational demands, Simthetiq creates some of the most immersive simulation solutions available. Discover the various cost-effective 3D solutions offered at http://www.simthetiq.com

Partager cet article
Repost0
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 12:20
Crédits Boeing

Crédits Boeing

 

04/02/2014 par François Julian – Air & Cosmos

 

Le Pentagone vient de rendre ses conclusions concernant la mise au point des nouveaux matériels militaires américains. Dans un rapport publié le 27 janvier dernier, le DOT&E (la direction des évaluations de matériels et des essais opérationnels) maintient que l'avion ravitailleur Boeing KC-46A est un programme à « hauts risques », qui devrait connaître un retard de « six à douze mois ». C'est tout particulièrement la phase d'évaluation opérationnelle initiale (IOT&E), jusqu'ici programmée pour le printemps 2016, qui pourrait ainsi être retardée.

 

Le Pentagone note également des retards dans la mise au point du système d'autoprotection ALR-69A de Raytheon, qui ferait pour le moment preuve de performances insuffisantes.

 

Pour autant, jusqu'à maintenant Boeing s'en tient toujours à son calendrier initial. L'assemblage des quatre premiers avions, destinés à ces essais opérationnels, a bien démarré. Et le premier exemplaire devrait ainsi faire son premier vol en milieu d'année, sous la forme d'un 767-2C (une version cargo du 767), avant de recevoir ses équipements militaires. Il doit voler dans sa configuration définitive début 2015.

 

Il est normalement prévu que le KC-46A soit opérationnel dans l'US Air Force en 2017.

Partager cet article
Repost0
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 08:55
Pic of the day: nEUROn drone in flight

photo by  - source Twitter

 

Partager cet article
Repost0
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 08:50
Helisota will support the Mi-17 fleet of the Latvian Armed Forces

 

 

Feb 4, 2014 ASDNews Source : Helisota

 

Helisota, an international provider of integrated maintenance, repair and overhaul services for rotorcraft aviation, is further expanding its cooperation with European governmental operators by signing a Mi-17 technical support agreement with the Latvian National Armed Forces. The three years long agreement follows a successful conclusion of a tender announced by the Government of the Republic of Latvia in 2012.

 

Currently, Latvian Air Forces operate four Mil Mi-17 (Mi-8MTV-1) helicopters in transport, evacuation, support, as well as search and rescue missions. Under the latest contract, Helisota will support the Mi-17 fleet with comprehensive base maintenance services, including 100, 200, 500 flight hours checks, defect rectification, spare parts support and logistics, etc. All scheduled maintenance works will be completed at Helisota’s main technical base in Kaunas, Lithuania.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 21:30
Turkish PM Seeks More Control Over Military Procurement

 

Feb. 4, 2014 - by BURAK EGE BEKDIL – Defense News

 

ANKARA — Though embattled by recent corruption scandals, the Turkish government continues to reshape the civilian-military balance in procurement decisions, proposing to extend the terms of commanders it deems “government-friendly.”

 

A draft bill proposed to Parliament Jan. 21 empowers Prime Minister Recep Tayyip Erdogan to extend the terms of top brass. It states that the terms of the commanders of the Land Forces, Navy and Air Force may be extended “upon recommendation by the chief of General Staff and endorsement by the prime minister.”

 

If passed, the bill could keep the incumbents in office until 2016-’17 (depending on the commander’s retirement age), including Army Gen. Necdet Ozel, chief of the General Staff.

 

Experts and industry sources agreed that an annual reshuffle in August underscored a visible shift in power from the generals to civilians in controlling defense procurement.

 

They said the new command structure featured generals who would fully respect the government’s authority in procurement and politics, agreeing to retreat to a minimal role in specifying requirements and choosing bidders.

 

The Supreme Military Council, which is led by Erdogan and decides on promotions and retirements of top military officers, announced in August the unexpected retirement of the country’s paramilitary gendarmarie force commander, Gen. Bekir Kalyoncu, who had been the leading candidate to take over Land Forces. Kalyoncu was viewed as a government critic.

 

Instead, Gen. Hulusi Akar was given the job and, according to custom, would be expected to replace Ozel as armed forces chief in 2015. But under the new law, he could remain longer.

 

In the same reshuffle, Vice Adm. Bulent Bostanoglu was appointed commander of the Navy, Lt. Gen. Akin Ozturk as head of the Air Force, and Gen. Servet Yoruk as commander of the gendarmarie.

 

“The government and military wings of the procurement mechanism have been working in perfect harmony and coordination,” a senior procurement official said Jan. 27. The official would not comment on the draft bill.

 

In the 1990s, the generals had the upper hand in procurement decisions. Since Erdogan rose to power in 2002 and subsequently won three landslide election victories, the military’s role in politics and procurement has diminished.

 

“The draft bill clearly indicates Erdogan’s intentions to maintain the favorable procurement [and political] equilibrium in which he feels safe and can run his one-man show,” one London-based Turkey specialist said.

 

A senior Turkish military officer declined to comment.

 

In October 2012, Erdogan’s government introduced new rules to regulate procurement and broaden the jurisdiction and administrative powers of the civilian procurement agency, the Undersecretariat for Defense Industries (SSM). Under the new rules, a program takes off when a military request for a weapon system has been approved by the SSM and the defense minister.

 

The SSM is solely responsible for determining the ideal modality for every procurement program. It also can buy from a single source when it deems necessary due to “national interest, confidentiality, monopoly of technological capabilities and meeting urgent requirements.”

 

Analysts said the new rules, coupled with the profile of the incumbent top brass, means the “one-man show in procurement in the powerful personality of the prime minister would be bolstered.”

 

“That’s precisely why Erdogan wants to have the current commanders in office longer than they could stay under the present regulations,” said one defense expert here.

 

Several programs and contracts spanning the next few years and amounting to billions of dollars await critical decisions.

 

Turkey will decide in about a year whether to stick by a September award of a $3.44 billion contract to China Precision Machinery Import-Export Corp. to build Turkey’s first long-range air and anti-missile defense architecture.

 

Turkey has come under increasing pressure from its NATO allies, especially the US, to change course. The Chinese contractor is on a US sanctions list as part of the Iran, Syria and North Korea Non-Proliferation Act. Turkey has said it would turn to European and US bidders if talks with the Chinese contender fail.

 

Under Erdogan, the procurement bureaucracy also will decide whether to sign an $800 million contract with Sedef, an Istanbul shipyard partnered with Spain’s Navantia to build Turkey’s first landing platform dock ship; select another shipyard to construct four Milgem corvettes; decide whether to sign a multibillion-dollar deal with Sikorsky to buy utility helicopters; pick up a serial production contractor for the locally developed Altay new-generation main battle tank; and decide on Turkey’s future in the US-led F-35 program.

Partager cet article
Repost0
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 21:20
Défense : le virage à l’export des géants américains

Lockheed espère vendre son F35 - l’avion le plus cher de l’histoire qui a subi de nombreux déboires techniques récemment - pour moitié à l’étranger. La Corée du Sud compte lui en acheter une quarantaine l’an prochain

 

04/02 Par Lucie Robequain – lesEchos.fr

 

Les fournisseurs du Pentagone ont tous vu leurs ventes chuter l’an dernier. Ils rebondissent en démarchant les pays étrangers et les clients civils.

 

Les groupes de défense américains sont les principales victimes de la rigueur budgétaire qui s’est abattue sur les Etats-Unis l’an dernier. Pratiquement tous ont vu leurs ventes baisser au cours du dernier trimestre 2013. Raytheon, le principal fabricant de missiles au monde, a vu son chiffre d’affaires chuter de près de 9% par rapport à la même période de l’année précédente.

 

Même tendance pour Northrop Grumman (-5%), Lockheed Martin (-4%) et Boeing Défense (-1%). Le pire est a priori derrière eux : le budget du Pentagone a été raboté de 45 milliards de dollars l’an dernier. Il devait l’être d’encore 20 milliards de dollars cette année, mais le Congrès a annulé ces nouvelles coupes, estimant que le redressement spectaculaire du budget américain ne justifiait plus un tel effort.

 

La rigueur a beau n’avoir été que passagère, elle a montré aux groupes de défense qu’ils avaient tout intérêt à diversifier leurs marchés. « Il y a du soulagement pour 18 à 24 mois. Mais nous restons très inquiets de l’incertitude budgétaire à long terme », a indiqué la semaine dernière le PDG de Boeing, Jim McNerney. Le groupe est d’autant plus vulnérable à ces coupes que le Pentagone représente 80% des revenus de sa branche défense.

 

Deux relais de croissance essentiels

 

Les géants du secteur misent donc sur deux relais de croissance essentiels : les commandes commerciales et les marchés à l’exportation. C’est évidemment le cas de Boeing, qui n’a jamais enregistré autant de commandes d’avions commerciaux. United Technologies, qui produit les avions Pratt & Whitney, a lui aussi augmenté de 14% ses ventes d’engins commerciaux sur un an et réduit de 8% celles d’engins militaires. A titre d’exemple, le groupe vend moins d’hélicoptères Sikorsky à l’armée mais davantage aux compagnies pétrolières. « La croissance du marché commercial a plus que compensé la faiblesse de celui de la défense », se félicite Greg Hayes, le directeur financier du groupe.

 

Lockheed, le premier sous-traitant du Pentagone, diversifie lui aussi son offre. Il est en train de transformer l’un de ses avions militaires, le Super Hercule, en avion commercial. Il espère en vendre une petite centaine aux compagnies pétrolières et minières, qui ont besoin de transporter des générateurs et des installations lourdes dans les endroits les plus reculés du monde. « Cela ouvre un marché complètement nouveau pour nous », explique Jack Crisler, vice-président du groupe.

 

Plus important encore est le développement des marchés à l’exportation. La Maison-Blanche fait tout pour accompagner le mouvement : rompant avec 50 ans de contrôle strict, elle s’apprête à lever les barrières à l’exportation pour tous les équipements jugés non stratégiques - gouvernails, roues, cockpits, etc. La réforme, qui demandera encore plusieurs mois de concertation, est attendue depuis des années par les sous-traitants. En attendant, c’est Raytheon, le fabricant des fameux missiles Patriot, qui se montre le plus agressif. Les ventes à l’étranger représentent 27% de son chiffre d’affaires et leur part devrait encore grimper de 10% l’an prochain.

 

La demande des pays du Moyen-Orient est particulièrement forte : le groupe vient de vendre un système de défense terrestre de 1,3 milliard de dollars à Oman. Il devrait encore signer un contrat de 600 millions de dollars avec le Koweït dans les prochaines semaines. Lockheed joue son va-tout avec le fameux F35, l’avion le plus cher de l’histoire et qui a subi de nombreux déboires techniques récemment. Il espère en vendre la moitié à l’étranger. La Corée du Sud compte déjà en acheter une quarantaine l’an prochain.

 

Pour aller plus loin, lire aussi : Les dépenses militaires mondiales rebondissent

Partager cet article
Repost0
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 20:50
Les ventes d’armes poursuivent leur baisse en 2012

 

03.02.2014 Helen Chachaty - journal-aviation.com

 

L’Institut international de recherche pour la paix (SIPRI - Stockholm International Peace Research Institute) a publié le 31 janvier dernier son classement annuel des 100 plus grosses entreprises d’armement. La tendance pour l’année 2012 est la même qu’en 2011, une baisse des ventes d’armes, due notamment à la baisse des budgets militaires. Ainsi, le total des ventes d’armement se monte à 395 milliards de dollars pour 2012, un recul de 4,2% en termes réels par rapport à 2011 (410 milliards).

 

Les Etats-Unis restent au premier rang mondial, avec 42 entreprises totalisant 58% des ventes, suivis de l’Europe occidentale avec 30 entreprises représentant 28% du total.

Le Top 10 reste le même qu’en 2011, avec Lockheed Martin en tête, suivi de Boeing, BAE Systems, Raytheon (+1), General Dynamics (-1), Northrop Grumman, EADS/Airbus Group, UTC (+2), Finmeccanica (-1) et L-3 Communications.

 

Thales pointe à la 11ème place, Safran à la 15ème, DCNS gagne une place en 23ème position et Dassault Aviation passe de la 65ème à la 57ème place.

 

Fait notable, les entreprises russes profitent d’un bond en avant de leurs ventes, principalement dû à l’accroissement de l’équipement sur le marché intérieur. Almaz-Anteï se hisse à la 14ème place du classement, « la plus haute position tenue par une entreprise russe depuis que les données ont été rendues disponibles en 2002 », selon le SIPRI.

Partager cet article
Repost0
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 20:20
Vision Systems International développe le casque pour les pilotes des F-35 (Photo: VSI)

Vision Systems International développe le casque pour les pilotes des F-35 (Photo: VSI)

 

4 février 2014 par Nicolas Laffont – 45eNord.ca

 

Après bien des problèmes, c’est cette année que les pilotes de F-35 vont débuter les essais d’intégration du viseur de casque modifié sur l’avion de Lockheed Martin. Le modèle qui va être essayé, intègre les modifications au système d’affichage de la génération précédente.

 

«J’ai vraiment confiance que nous sommes sur la bonne voie, nous avons le bon plan pour ces correctifs mis en place», a déclaré le lieutenant-colonel Matthew Kelly, responsable gouvernemenal des vols d’essais au centre intégré de formation du F-35 à la Naval Air Station de Patuxent River, Maryland.

Comme rien n’est simple dans le programme F-35, la version du viseur de casque testée jusqu’à maintenant, avait démontré de nombreux problèmes de mise au point. En effet, l’acuité de vision nocturne du viseur de casque (HMDS) avec imagerie au silicium avait montré des signes de faiblesse, lorsque la lumière était faible et rendait presque impossible un usage de nuit.

Notre journaliste Nicolas Laffont avec un casque de F-35, à l’usine de production de Lockheed Martin, à Fort-Worth, en juin 2012. (Archives/Lockheed Martin)

L’autre problème décelé concernait une instabilité latente (informations qui vibrent) additionné d’une lenteur d’affichage des paramètres sur la visière.

Lockheed Martin avait ainsi mandaté BAE Systems en septembre 2011 pour développer un autre casque et minimiser ainsi les risques d’échec. Mais en octobre 2013, l’entreprise de défense américaine faisait machine arrière et décidait de tout miser sur le casque de Rockwell Collins et Elbit Systems of America, en réalisant au passage une économie de 45 millions $.

Il fallait cependant que les problèmes soit corrigés, et le nouveau système développé par Rockwell Collins et Elbit Systems of America dispose désormais de nouveaux algorithmes de filtrage qui permettent de supprimer les vibrations. De plus, de nouveaux capteurs de pixel actif (EBAPS) doivent apporter une qualité visuelle de nuit cette fois-ci équivalente à des jumelles nocturnes traditionnelles.

Partager cet article
Repost0
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 18:55
Les défis de la défense en 2014 (4/5) : un grand chambardement au mauvais moment ?

 

29/01/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

La Tribune vous propose une série sur les défis de la défense en 2014 en cinq volets. Quatrième volet, les grands changements des hommes au sein du ministère de la défense et à la tête de l'industrie au moment où tout le secteur pourrait être fragilisé par un contexte budgétaire, opérationnel et industriel très difficile.

 

En deux ans, la plupart des têtes du secteur de la défense, aussi bien dans l'industrie que chez les opérationnels, ont ou vont changer. Ce qui pourrait poser un problème de continuité au moment où la difficile loi de programmation militaire (LPM) entre en "service opérationnel" en 2014. C'est Jean-Bernard Lévy nommé PDG de Thales qui avait ouvert le bal fin 2012, suivi très vite en janvier 2013 par Eric Trappier, qui a pris la suite de l'indestructible Charles Edelstenne aux commandes de Dassault Aviation. Puis, le 1er avril, Guillaume Faury a pris le manche d'Eurocopter, renommé aujourd'hui Airbus Helicopters.

 

Beaucoup de changements en vue en 2014

L'année 2014 va accélérer le mouvement de changements. C'est d'abord l'amiral Guillaud, atteint par la limite d'âge, qui va céder sa place en février de chef d'état-major des armées (CEMA) au profit du général Pierre de Villiers, un terrien de 57 ans. Quant à l'amiral Guillaud, il est prévu qu'il atterrisse en Arabie Saoudite à la tête d'ODAS, une société controversée ces derniers temps dans les milieux de la défense. Elle fait l'interface entre l'Arabie Saoudite et la France pour la signature de contrats d'Etat à Etat. De même le général Ract-Madoux, lui aussi atteint par la limite d'âge, devrait laisser sa place de chef d'état-major de l'armée de terre (CEMAT) cet été. Enfin, le Délégué général pour l'armement (DGA), Laurent Collet-Billon, devrait également partir cette année ... à moins qu'il ne soit prolongé, comme cela est envisagé mais pas assuré.

Après Thales, Dassault Aviation et Airbus Helicopter, ce sera au tour de DCNS de changer de pacha. Le mandat de Patrick Boissier au conseil d'administration s'achève le 21 décembre 2014. Aussi le groupe naval, qui aborde une année cruciale à l'export, pourrait avoir une deuxième partie d'année complètement parasitée, voire paralysée, par la course à la présidence. Ce sera également le cas mais un peu plus tard pour Safran. En avril 2015, Jean-Paul Herteman achève son mandat à la tête de la success-story de Safran. Enfin, le directeur adjoint du cabinet de Jean-Yves Le Drian, Jean-Michel Palagos, qui a été nommé début décembre à la tête de Défense Conseil International (DCI), a succédé à l'amiral François Dupont, atteint par la limite d'âge statutaire.

 

Des changements nécessaires ?

Dans un contexte très difficile - une LPM compliquée à exécuter, des campagnes exportations cruciales pour les groupes d'armement, des opérations extérieures complexes, une situation financière de la France désastreuse -, ces très nombreux (trop ?) changements ne vont-ils pas paralyser, voire affaiblir, le secteur de la défense dans sa capacité à apporter des réponses rapides dans des situations de crise ou d'extrême urgence. Qui mieux que l'actuel DGA maîtrise le mieux le programme 146 du budget de la défense (Equipements des forces), qui mieux que l'actuel CEMAT comprend le mieux ses hommes sur le terrain  en Centrafrique, au Mali et en Afghanistan.

"Les clients aiment la continuité", rappelle-t-on à La Tribune. C'est certainement le cas chez DCNS, qui est aujourd'hui engagé dans de très nombreuses campagnes commerciales et qui a été l'un des groupes les plus performants à l'exportation (Brésil, Malaisie...) en dépit du dernier échec à Singapour. D'une façon générale, alors que les exportations se sont redressées en 2013 (6,3 milliards d'euros), pourquoi faudrait-il encore tout changer ?

Partager cet article
Repost0
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 17:50
New surveillance system for Royal Navy aircraft carriers

Computer-generated image of flight deck operations on the aircraft carrier HMS Queen Elizabeth [Picture Aircraft Carrier Alliance]

 

3 February 2014 Ministry of Defence and Defence Equipment and Support

 

Queen Elizabeth Class aircraft carriers will get helicopter-borne early warning systems 18 months earlier than planned, saving £22 million.

 

Following renegotiation of the aircraft carrier contract to deliver savings to the taxpayer, the Defence Secretary has accelerated the Crowsnest airborne surveillance and control programme to ensure it is operational by 2019.

Using high-power radar to provide long-range air, maritime and land tracking capabilities, Crowsnest will be an integral part of future carrier operations. It will be fitted to the Royal Navy’s fleet of upgraded Merlin Mk2 helicopters, including those to be embarked on the Queen Elizabeth Class carriers.

The decision to bring forward the Crowsnest programme has been made as part of the annual review of MOD’s 10-year equipment plan. The plan, worth £160 billion, includes unallocated funding to support equipment requirements that may arise as threats emerge or priorities change.

New surveillance system for Royal Navy aircraft carriers
Computer-generated image of Merlin helicopters operating from a Queen Elizabeth Class aircraft carrier [Picture: Copyright Aircraft Carrier Alliance]

The shorter delivery time for Crowsnest will lead to a significant reduction in costs, as specialist industry personnel will be required for a shorter period of time.

Defence Secretary Philip Hammond said:

Crowsnest will provide vital surveillance and intelligence to protect the Queen Elizabeth Class aircraft carriers.

The introduction of Crowsnest 18 months early will ensure HMS Queen Elizabeth has the full range of capabilities when it enters service.

Lockheed Martin UK, which designs the Merlin helicopters, has been awarded a £24 million contract to run a competition to design, develop and demonstrate Crowsnest.

Partager cet article
Repost0
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 17:50
Defence Secretary Philip Hammond shakes hands with the French Defence Minister, Jean-Yves Le Drian, at RAF Brize Norton [Picture Paul Crouch, UK MoD]

Defence Secretary Philip Hammond shakes hands with the French Defence Minister, Jean-Yves Le Drian, at RAF Brize Norton [Picture Paul Crouch, UK MoD]

 

03/02/2014 International

 

Dans le cadre du sommet franco-britannique du 31 janvier 2014 qui s'est tenu sur la base militaire aérienne de Brize-Norton, au Royaume-Uni, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian et son homologue britannique ont conclu différents accords permettant l’engagement immédiat d’importants programmes de défense conduits en coopération franco-britannique. Ce sommet fait suite aux accords de Lancaster House de 2010.

 

La relation de défense franco-britannique s'est considérablement renforcée au cours des 15 dernières années. En novembre 2010, la France et le Royaume-Uni ont signé le Traité de Lancaster House, point essentiel du renforcement de la coopération bilatérale en matière de défense. Le sommet franco-britannique qui s'est déroulé le 31 janvier 2014 a confirmé la volonté des deux pays de mutualiser des projets militaires.

 

Lors de ce sommet, Jean-Yves Le Drian et son homologue britannique, Philip Hammond ont conclu différents accords. Ils ont ainsi signé :

 

    Une lettre d’intention pour le lancement d’une nouvelle phase de travaux dans le domaine des drones de combat. Ces travaux porteront sur les architectures des systèmes, sur certaines technologies-clés et sur la définition des moyens de simulation.

    Un arrangement cadre permettant le lancement de la phase de développement et de production du missile Anti navire léger (ANL).

    Un arrangement cadre permettant de lancer le développement d’un prototype de drones de surface et sous-marins destinés à détecter et neutraliser les mines navales sur les fonds marins.

Partager cet article
Repost0
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 20:20
Après les avions et les bateaux, au tour des «drones» sur roues et sur route

Le «Système autonome mobile» (AMAS) développé par Lockheed Martin et les Forces armées américaines permettent aux convois de se passer de conducteur, évitant ainsi des pertes de vie humaine (Lockheed Martin)

 

1 février 2014 par Jacques N. Godbout – 45eNord.ca

 

Pour éviter les pertes de vie à l'avenir, des camions sans conducteurs en zones de combat

 

La meilleure façon d’éviter des pertes de vie chez les conducteurs de convois militaires en zones hostiles est simplement de ne plus en avoir, de conducteur. la solution, c’est le «drone» de la route.

 

L’armée américaine a longtemps cherché des options pour protéger les convois militaires américains de kamikazes, des engins explosifs artisanaux ( IED) et d’autres attaques depuis les guerres en Irak et en Afghanistan.

 

Les convois de l’armée américaine seront maintenant bientôt en mesure de rouler dans les pires zones de combat sans qu’il y ait à se soucier d’éventuelles pertes de vie grâce une la nouvelle technologie qui rendra les véhicules du convoi entièrement autonomes.

 

Après les avions et les bateaux sans pilotes, les camions sans conducteurs!

 

Ce mois-ci à Fort Hood, au Texas, la société américaine Lockheed Martin et le Centre de développement et d’ingénierie des camions et blindés de l’Armée américaine (TARDEC) ont fait la démonstration des capacités la capacité du «Autonomous Mobility Appliqué System», le «Système autonome mobile» (AMAS)

 

Le AMAS donne une pleine autonomie aux convois qui peuvent même naviguer dans les milieux urbains.

 

Lors des tests, les véhicules tactiques sans conducteur ont pu naviguer à travers dangers et obstacles, y compris les piétons, la circulation venant en sens inverse, les carrefours, les ronds-points, les véhicules immobilisés sur la voie et les autres véhicules qui circulent sur la route.

 

En vertu d’un contrat initial de 11 millions $ en2012, Lockheed Martin a développé en partenariat avec l’Armée et la Marine américaines un ensemble («kit») multiplateforme qui intègre des capteurs à faible coût et des systèmes de contrôle avec des véhicules tactiques afin de permettre un fonctionnement autonome en convois .

 

Selon Lockheed, AMAS donne également aux conducteurs, quand conducteurs il y a, le choix entre «pilotage automatique» ou «manuel».

 

«Les logiciels du système AMASAMAS ont fonctionné exactement comme prévu , et traité avec succès tous les obstacles du ‘réel’ qu’un convoi serait appelé à rencontrer dans le ‘monde réel’ » a déclaré David Simon , responsable du programme AMAS pour Lockheed Martin.

 

Non seulement les convois sans conducteur ajoutent un degré de sécurité dans des conditions dangereuses, mais ils sont un pas de plus vers le «rêve» Pentagone dMune guerre sans pertes humaines.

 

«[ AMAS ] ajoute un poids considérable à la détermination de l’armée d’obtenir des systèmes robotisés pour les combattants», a déclaré pour sa part le directeur technique TARDEC Bernard Theisen .

Partager cet article
Repost0
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 17:50
Airbus entrevoit un marché export de 400 unités pour son A400M

 

2 février 2014 par Pierre Sparaco – Aerobuzz.fr


 

L’entrée en service remarquée de l’A400 sous les cocardes françaises suscite un regain d’intérêt pour l’avion de transport militaire européen. Airbus Defence and Space estime qu’il pourrait en vendre 400 exemplaires en plus des 174 commandés par les partenaires du programme. Reste maintenant à calculer le prix de vente de l’appareil.

 

Cette année, l’unité Military Aircraft d’Airbus Defence and Space, ex-Airbus Military d’EADS, livrera onze A400M qui, bientôt, porteront les couleurs de nouveaux utilisateurs. Pour l’instant, deux exemplaires seulement sont livrés, tous les deux à l’armée de l’Air française. Laquelle a permis une entrée en scène très remarquée de l’avion européen en l’envoyant en mission au Mali, avec succès. Du coup, l’Atlas, Grizzly à ses débuts, est passé de la théorie à la pratique, ralliant Bamako en 6 h 30 de vol, une mission qui aurait exigé la mise en œuvre de trois C-130H et un total de 72 heures de vol.

JPEG - 35.9 ko

La polyvalence de l’A400M est un de ses atouts

© Airbus Defence and Space

Il n’en fallait pas davantage pour conférer à l’A400M ses premières lettres de noblesse et retenir l’attention des spécialistes, au point de conduire à la soudaine multiplication des demandes officielles d’information adressées à Madrid. Neuf demandes, au total, précise Didier Vernet, directeur du marketing, qui y trouve évidemment un solide encouragement pour la suite du programme. Il s’avance à une première prévision, estimant que 400 A400M environ pourraient être vendus à l’exportation en une trentaine d’années, au-delà des 174 exemplaires commandés par les huit pays partenaires et les quatre avions retenus par la Malaisie.

C’est là une vision prudente. Très exactement 1.850 transports militaires actuellement en service à travers le monde ont plus de 30 ans d’âge et la concurrence, telle qu’elle se présente actuellement, est «  particulièrement faible ». D’autant que l’A400M peut se prévaloir de doubles capacités opérationnelles, tactiques et stratégiques, affichant de ce fait « des possibilités extraordinaires  », n’hésite pas à affirmer Cédric Gautier, directeur du programme.

JPEG - 19.8 ko

A400M aux couleurs des forces aériennes turques

© Airbus Defence and Space

Domingo Urena, directeur d’Airbus Defence and Space, témoigne lui aussi d’un bel optimisme, d’autant, souligne-t-il, que la montée en cadence de la production devrait se faire sans difficultés particulières, en route vers deux exemplaires et demi par mois. Les fournisseurs sont prêts à soutenir ce rythme et tous les indicateurs sont au vert. D’autant que la manière de faire de l’armée de l’Air française avec l’A400M, au cours de ces dernières semaines, a largement conforté la crédibilité opérationnelle de l’appareil.

Reste à effacer une zone d’ombre, déterminer et rendre public le prix de l’appareil. Il n’est évidemment pas question de s’en référer au contrat qui couvre les exemplaires des pays partenaires, qui fut au cœur d’une violente polémique financière, et qui a conduit les Etats, d’une part, le maître d’œuvre industriel (à l’époque, EADS) à partager un surcoût très élevé. « Ne me demandez pas le prix de l’A400M, je ne le connais pas ! » C’est la réponse que nous fait Domingo Urena et qui, malgré les apparences, ne relève pas de l’humour. En effet, il s’agit à présent de repartir à zéro et d’échanger des informations avec des acheteurs potentiels pour déterminer un juste prix.

Ce n’est pas chose facile, à défaut de points de comparaison : l’avion européen est unique dans sa catégorie, les autres transports militaires sont plus petits, sauf le gros C-17 dont la production se termine. Et le KC 390 brésilien, biréacteur, s’inscrit dans une tout autre catégorie. Dès lors, Airbus Defence doit prendre le pouls du marché, innover, inventer, sans plus tarder dans la mesure où des clients s’annoncent.

Un A400M sera livré chaque mois, cette année, le programme, sorti de l’ornière, est devenu une solide réalité industrielle. Reste à le transformer en succès.

Partager cet article
Repost0
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 17:50
Black Shark Torpedo model at Euronaval 2010 Photo Navy Recognition

Black Shark Torpedo model at Euronaval 2010 Photo Navy Recognition

 

01 February 2014 Navy Recognition

 

On January 28th the new Black Shark Advanced (BSA), produced by WASS was launched for the first time ever from the submarine SCIRE’. The torpedo launched in “Push Out” mode (water ram expulsion system, which ejects the torpedo by means high water-pressure), was equipped in a totally innovative way, thanks to the new Lithium-Polymer Battery.

 

The launch, called “Short-Fire”, took place in the La Spezia gulf and was aimed at testing the WASS progresses in the frame of the project “New Heavyweight Torpedo”, developed in cooperation with the Italian Navy. The successful launch represents another step ahead, toward the acquisition by the Italian Navy.

 

“The Black Shark is the result of Italian research and cutting-edge technology– said Alessandro Franzoni, Chief Executive Officer of WASS – example of the national excellence in the field of underwater defence equipment through the use of innovative technical solutions for the propulsion systems, power generation and electro-acoustics. Thanks to its high quality standards it will succeed in all main international markets.”

 

Over the next few years, the Black Shark Advanced is expected to replace the old A-184 Heavyweight Torpedo, now supplied to submarines of the Italian Navy, increasing significantly the ability to defend the waters and the Italian homeland.

Finmeccanica Whitehead Underwater Systems (WASS) crew onboard the submarine during the test - Picture WASS

Finmeccanica Whitehead Underwater Systems (WASS) crew onboard the submarine during the test - Picture WASS

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories