Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 08:20
Oshkosh Defense Canada Delivers MSVS SMP Bid with Next-Generation Capabilities for Canadian Armed Forces

 

09.01.2014 Oshkosh - .army-guide.com

 

OTTAWA, Ontario -- The Canadian Government is taking important steps in modernizing its logistics vehicle fleet by advancing the Standard Military Pattern (SMP) component of the Medium Support Vehicle System (MSVS) project. Oshkosh Defense Canada, Inc., a subsidiary of Oshkosh Corporation, responded to the Government of Canada’s MSVS SMP Request for Proposal (RFP), offering a high performance, low risk solution to meet the Canadian Department of National Defence’s (DND) mission requirements and protect Canadian Soldiers for decades to come.

 

“Working closely with our Canadian industry partners and a growing network of Canadian suppliers, our Oshkosh MSVS SMP offering provides superior vehicle performance, sustainment across six continents, and ultimately, the best overall value for Canada,” said John Urias, Oshkosh Corporation executive vice president and president of Oshkosh Defense. “The Oshkosh MSVS SMP family of vehicles is the next generation of the world’s most trusted, battle-proven military platform in the field today. We are proud to present the Government of Canada with our MSVS SMP bid that meets or exceeds all project requirements, and most importantly, provides Canadian Soldiers with the modern logistics vehicles they need to perform their missions.”

 

The Best Value for Canada

 

Oshkosh, in collaboration with its Canadian team members and suppliers, will return 100 percent or more of the MSVS SMP contract value to the Canadian economy. Oshkosh’s strategic team members for the project include DEW Engineering and Development, General Dynamics Land Systems – Canada, and Link Suspensions of Canada – Raydan Division.

 

“Our MSVS SMP team aligns core Oshkosh design, production and sustainment strengths with Canada’s finest technology, manufacturing and services capabilities,” said John Lazar, senior director of Global Strategic Initiatives for Oshkosh Defense. “We are committed to supporting MSVS SMP and future Canadian vehicle modernization programs by working with companies across Canada and creating new economic value in the process.”

 

Exceptional Performance, Without the Risk

 

Oshkosh designed, extensively tested and built its MSVS SMP solution to bring the latest ground vehicle technologies to the Canadian Armed Forces. The Oshkosh MSVS SMP vehicles and trailers are built to serve a full range of logistics missions from disaster recovery at home to major conflicts abroad. Key vehicle subsystems, including a high-performance drive train, advanced suspension and braking systems, and a state-of-the-art armour protection system, allow the Oshkosh MSVS SMP to achieve a 70 percent off-road mission profile and a 98 percent mission reliability rate – both of which will enable Canada’s ground forces to more safely operate in a vast array of threat levels, climates and terrains.

 

The Oshkosh MSVS SMP builds upon decades of in-theatre experience around the globe and more than one billion real-world operational kilometres accumulated on the Oshkosh Heavy Expanded Mobility Tactical Truck (HEMTT) platform. The acclaimed HEMTT platform is a purpose-built military vehicle that has been chosen by the United States Department of Defense and more than 20 allies worldwide – consistently outperforming commercial vehicle derivatives in competitive scenarios.

 

Canada’s MSVS SMP RFP also includes five years of In-Service Support (ISS). With Canadian troops more frequently mobilized around the world for defence and humanitarian missions, complete life cycle sustainment is increasingly important to ensure mission readiness.

 

The Oshkosh team’s ISS offering leverages decades of performance based contracting and major repair/overhaul programs experience to minimize MSVS SMP life cycle costs while maximizing reliability and readiness rates. “Our ISS plan is based on a robust global supply chain and a mature logistics system that spans six continents,” added Lazar. “By applying our logistics supportability analysis methodology to manage fleet health, Oshkosh has helped reduced military vehicle fleet life cycle costs as much as 70 percent.”

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 08:20
A7 Helmet Systems Validates Blunt-impact Performance of Ash-22 Biormr Suspension and Padding System

 

Jan 8, 2014 ASDNews Source : A7 Helmet Systems

 

A7 Helmet Systems, LLC, (“A7HS”), announced today that an independent laboratory has validated the extraordinary blunt-impact performance of the company’s ASH-22 BioRmr™ padding system for combat helmets.  A7HS contracted an accredited third party, Chesapeake Testing, to test the system in Advanced Combat Helmets (ACH) and tested it in accordance with AR/PD 10-02 Rev. A, Change 3, at all specified climate conditions (14oF, 70oF, and 130oF) at impact speeds of 10 ft/sec. and 14.1 ft/sec.  The results showed that the average head acceleration for multiple impacts across all temperatures was 80.5G at an impact speed of 10 ft/sec., and 135G at an impact speed of 14.1 ft/sec.  For context, the blunt-impact standard for padding systems currently used in the ACH is a maximum peak acceleration of 150G at 10 ft/sec., and the impact speed of 14.1 ft./sec. represents roughly a doubling of the impact energy.  Accordingly, the ASH-22 BioRmr™ system meets the urgent needs of defense and law-enforcement agencies around the world for a practical and cost-effective way to improve the blunt-impact performance of ACHs and thereby help prevent or reduce the severity of blunt-impact induced brain injuries suffered by warfighters.  The breakthrough was achieved as the result of an agreement between A7HS and U.K.-based D3O to share proprietary technologies related to impact-attenuation, including the exclusive use of D3O’s lightweight D3O® Aero material in A7HS’s one-piece, adjustable ASH-22 design.

 

“A7 Helmet Systems has always thrived on the challenge of developing the best possible suspension and padding systems for combat helmets and we are proud to be the first and only company to have developed a system that meets and exceeds the 10 and 14.1 ft/sec. design goals,” stated Kerry S. Harris, a former U.S. Marine who is a founder of the company and designs all of the company’s systems.  “Warfighters need and deserve the highest level of protection against blunt impact related concussions and other types of brain injuries and the validation of the ASH-22 BioRmr means we are on track to field the system in the first quarter of 2014.”

 

Read more

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 07:50
DCI wins naval training support study contract from EDA

 

8 January 2014 naval-technology.com

 

DCI, in consortium with SCS, has been awarded Naval Training Support Study (NTSS) contract by the European Defence Agency (EDA).

 

Under the contract, the company will conduct a study on the training fields regarding navigation, mine warfare and diving.

 

The NTSS projecthas been initiated by the European Union for sharing and pooling military capacities of the member states to reduce costs and optimise the efficiency of European Defence capabilities.

 

DCI will align military needs while working in close cooperation for research, training courses and exercises as well as share the same procedures and command structures.

 

DCI-NAVFCO executive vice-president admiral Bruno Nielly said the company will be part of the search for synergies, which are strengthening the European Security and Defence Policy.

 

"DCI is proud to work jointly with the EDA on this study," Nielly said. "Thanks to this project, we are able to prove once again that we are experts in the naval training field."

 

The one-year project aims to conduct a study for each concerned field and to provide landscape of existing capabilities; propose possible common requirements; derive shortfalls based on the gap analysis, as well as to propose recommendations to solve them.

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 17:35
photo DCNS

photo DCNS

La livraison à la Chine de grilles d’appontage par le français DCNS a provoqué des tensions entre Tokyo et Paris

 

07/01 Par Claude Fouquet - Les Echos.fr

 

Les ministres français et japonais des affaires étrangères se retrouvent à Paris jeudi. Ils vont tenter d’apaiser les tensions qui existent entre les deux pays depuis la livraison à la Chine de matériel sécuritaire français pouvant aussi être utilisé à des fins militaires.

 

C’était l’un des dossiers qui avait pesé lors de la visite de François Hollande au Japon en juin 2013 . Il devrait être l’un des principaux points abordés jeudi à Paris lors d’une rencontre « 2+2 »des ministres français et japonais des affaires étrangères et de la Défense : compte tenu de l’embargo européen sur la vente d’armes à la Chine, était-il légitime pour une entreprise française de vendre à Pékin du matériel sécuritaire destiné à une utilisation civile mais pouvant être aussi utilisé à des fins militaires ?

Selon plusieurs sources citées ce lundi par l’agence de presse Kyodo, Paris et Tokyo devraient s’entendre sur la création d’un cadre formel de consultations sur les questions d’exportation de ce type de matériel sécuritaire à potentiel militaire. Lors de cette réunion qui réunira côté français Laurent Fabius et Jean-Yves le Drian et côté japonais leurs homologues respectifs, Fumio Kishida et Itsunori Onodera.

Tokyo s’inquiète d’une utilisation militaire du matériel livré par Paris

A l’origine de cette polémique qui agite Tokyo depuis plusieurs mois la livraison au printemps dernier de grilles d’appontage pour hélicoptères à Pékin par le constructeur français DCNS. L’entreprise qui est l’un des leaders mondiaux de l’équipement naval de défense a en effet livré ce matériel à la Zhōngguó Hǎijiǎn (la Surveillance maritime chinoise), une agence civile, sous tutelle du ministère de la Sécurité publique.

Rien d’illégal donc puisqu’il s’agit de matériel civil vendu à une structure civile. Mais s’inquiète Tokyo, ce matériel qui permet aux hélicoptères de mieux s’arrimer aux navires, ont été installées sur les ponts d’atterrissage des patrouilleurs chinois qui multiplient les provocations contre la marine japonaise près des Senkaku, des îlots de la mer de Chine orientale contrôlés par Tokyo mais revendiqués par Pékin. Une question d’autant plus sensible que la situation est loin de s’arranger.

Les ministres japonais et français devraient également confirmer la mise en place d’un autre cadre de consultation au niveau opérationnel visant au développement commun de matériel de défense. Et discuteront également des catégories de matériels qui pourrait être développés conjointement et des règles d’exportation vers des pays tiers qui pourraient être appliquées.

 

Chine : un embargo décidé après Tian’anmen

 

L’embargo sur les livraisons d’armes à destination de la Chine visait à sanctionner le régime chinois après le drame de Tian’anmen, le 4 juin 1989. Il a été adopté suite à une déclaration du Conseil européen le 27 juin de la même année.
Depuis pékin tente de le faire lever. Si les pays européens ne sont toujours pas d’accord pour le faire par contre certains, dont la france, le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Italie ou encore l’Espagne, ne seraient pas contre une révision de celui-ci.

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 13:55
Défense : DCNS conserve le contrat des chasseurs de mines

 

07 janvier 2014 Ouest-France  

 

DCNS vient d'obtenir le marché d'entretien des onze chasseurs de mines de la Marine nationale. Huit sont basés à Brest.

 

C'est un soulagement pour DCNS Brest. La société mère vient de rafler le contrat d'entretien pour cinq ans des onze chasseurs de mines tripartites (CMT) de la Marine nationale. Le plan de charge n'est pas plus détaillé. Mais on sait que les milliers d'heures de travail seront réparties selon la présence de ces bateaux dans leurs ports bases : huit à Brest et trois à Toulon.

 

Une bonne nouvelle pour DCNS Brest qui, mis en concurrence, craignait de perdre ce marché. En décembre 2012, l'entretien de neuf avisos lui était ainsi passé sous le nez au profit de CNN-MCO.

 

DCNS Brest emploie 2 890 salariés.

 

Les chasseurs de mines (50 m) ont pour mission principale de vérifier qu'aucun explosif ne se trouve sur le passage des entrées et sorties de sous-marins nucléaires.

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 12:50
Exelis to provide Estonia with transportable ground control approach radar
 

VAN NUYS, Calif., Dec. 20, 2013 - Exelis

 

Exelis has received a contract valued at more than $8 million to provide transportable, precision ground control approach capabilities to the Estonian armed forces. The GCA-2020 radar system will enable Estonia Ämari Air base, one of NATO’s most modern bases, to support NATO exercises, contingencies and humanitarian efforts.

With this contract, Exelis continues to extend its leadership in the growing field of intelligence, surveillance, reconnaissance and analytics to serve the needs of customers in global markets. Most recently, Exelis received an award for a similar solution from the Swedish armed forces.

“This award expands our footprint of radars supporting critical transportation networks across Europe and strengthens our position as the premier supplier of ‘ready-now’ air traffic control solutions,” said Dave Prater, Exelis vice president and general manager of the radar, reconnaissance and undersea systems business. “Exelis is committed to providing our allies with this key component as they continue to modernize their air traffic management infrastructure and capabilities.”

The Exelis GCA-2020 provides the high-performance air navigation services required to meet demanding NATO flight safety standards. The solution provides Estonia with a transportable, solid-state, electronically scanning radar providing three functions — primary surveillance, secondary surveillance and precision approach— in a single integrated unit. The GCA-2020 also provides Estonia with global compatibility and standardization with NATO systems operating at 11 other sites across Europe.

More than 70 years ago, Exelis pioneered the development of air traffic control and 3-D air defense radars for tactical and naval applications and remains the world leader in supplying air traffic control radar systems designed for military use. The GCA-2020 operates daily in environments ranging from the Arctic Circle and the deserts of Northern Africa to the rainforests of Asia and South America.

About Exelis
Exelis is a diversified, top-tier global aerospace, defense, information and services company that leverages a 50-year legacy of deep customer knowledge and technical expertise to deliver affordable, mission-critical solutions for global customers.  We are a leader in timing and navigation, sensors, air traffic solutions, image processing and distribution, communications and information systems, logistics and technical services; and we are focused on strategic growth in the areas of critical networks, ISR and analytics, electronic warfare and composite aerostructures. Headquartered in McLean, Va., Exelis employs about 19,000 people and generated 2012 sales of $5.5 billion. For more information, visit our website at www.exelisinc.com or connect with us on Facebook, Twitter and YouTube.

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 12:35
Le porte-avion Vikramaditya arrivé en Inde

 

NEW DELHI, 8 janvier - RIA Novosti

 

Le porte-avions modernisé Vikramaditya, remis le 16 novembre dernier par la Russie à la Marine indienne, est arrivé mardi dans la base navale de Karvar, dans l'Etat de Karnataka (sud de l'Inde), rapporte la chaîne de télévision locale IBN, se référant à une source au sein des Forces navales du pays.

 

Le processus d'intégration du porte-avions dans les rangs de la Marine indienne prendra entre trois et quatre mois, précise la source. Le Vikramaditya a été livré à l'Inde sans avions, ni armements. 

 

Une équipe de spécialistes russes chargée d'assurer les travaux de maintenance prévus par garantie restera à Karvar pendant un an. 

 

La Russie a modernisé le porte-avions soviétique Admiral Gorchkov pour la Marine indienne conformément à un contrat de 2004. Le porte-avions modernisé a été rebaptisé Vikramaditya (fort comme le Soleil).

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 12:30
IMI’s new RAZOR CORE Cartridge. Image: IMI

IMI’s new RAZOR CORE Cartridge. Image: IMI

 

January 8, 2014 by Tamir Eshel - defense-update.com

 

Israel Military Industries (IMI) has announced the release of a new 5.56mm cartridge dubbed ‘Razor Core’, optimized for higher performance. According Israel to Shmilovitz, IMI Vice President and Managing Director of IMI’s Yitzhak small-caliber ammunition division, the new cartridge is designed to achieve higher accuracy, effective stopping power at extended range of up to 600 meters.

 

Shmilovitz said this performance level makes the Razor Core attractive for special operations. “The Razor Core provides outstanding performance, while remaining at a very competitive price” Shmilovitz commented the new cartridge is already in production, and has been combat proven with an undisclosed customer. According to IMI the Razor Core cartridge is designed for military and law enforcement applications but, its accuracy and affordability make it suitable for commercial and sport shooting as well.

 

IMI’s small caliber ammunition division is recognized by the Israel Ministry of Defense as the prime supplier of small-caliber ammunition to the Israel Defense Forces (IDF). The division manufactures a complete range of ammunition, from 5.56mm to 0.5″ (12.7mm), including a wide range of armor-piercing, sniping and training ammunition. IMI’s 5.56mm BALL NATO and 9mm BALL NATO cartridges are both NATO qualified.

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 08:55
Lancement de la filière industrielle de sécurité

 

7 janvier 2014 SGDSN

 

un dialogue public-privé rénové au service de la sécurité du citoyen et de la compétitivité de la France

 

S’inspirant des recommandations du Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale de 2013, le Premier ministre a installé, le 23 octobre dernier, le comité de la filière industrielle de sécurité (CoFIS). Rassemblant autour de lui, onze ministres, vingt et un grands patrons de sociétés développeuses ou utilisatrices de solutions de sécurité, plusieurs présidents de pôles de compétitivité, plusieurs membres éminents de la recherche académique française, ainsi qu’une dizaine de personnalités qualifiées et de parlementaires, le CoFIS poursuit un double objectif :

 

un objectif, classique, de compétitivité : renforcer notre industrie nationale qui, avec ses grands groupes, PME et centres de recherche (plus de la Mds€ de chiffre d’affaire annuel et 50 000 emplois hautement qualifiés) occupe sur ce marché très porteur (croissance mondiale annuelle de 7%) une place enviable (plusieurs leaders mondiaux), mais vulnérable ;

un objectif, spécifique, de sécurité, qui justifie que la gouvernance de cette nouvelle filière ait été confiée au Premier ministre : assurer aux garants de la sécurité des citoyens et de la Nation (grands opérateurs d’importance vitale, forces de sécurité, protection civile), l’accès au juste coût, à des technologies fiables, innovantes, adaptées à leur besoin, éthiques et socialement acceptables. Les besoins visent à répondre à des missions aussi diverses que la protection des grandes infrastructures publiques ou privées, la sécurité du transport, le secours aux personnes, la sécurité des frontières, la lutte contre le terrorisme et la grande criminalité, la gestion de crise, ou encore la cybersécurité.

La structuration de la filière industrielle de sécurité constitue ainsi un véritable défi pour notre industrie de la sécurité, extrêmement fragmentée, qui doit apprendre à parler d’une seule voix pour conquérir, unie, les marchés extérieurs. La création récente, en parallèle du CoFIS, du Conseil des industries de confiance et de sécurité (CICS) [1] constitue une première avancée.

 

Il s’agit surtout, à mon [secrétaire général de la défense et de la sécurité nationale] sens, d’un véritable défi pour les pouvoirs publics. En effet, nos citoyens attendent des prescripteurs de sécurité, Etat ou collectivités territoriales, non seulement plus d’efficacité, mais aussi plus de transparence et l’assurance du respect de nos valeurs fondamentales. Face à cette double exigence, la filière industrielle de sécurité doit nous permettre de :

Mieux protéger : en intégrant, sur la base d’une meilleure expression des besoins, la dimension technologique dès la conception des dispositifs de protection et en veillant au développement de technologies offrant un juste équilibre entre sécurité et protection de la vie privée.

La commission nationale informatique et libertés sera ainsi étroitement associée aux travaux de la filière.

Mieux réguler : grâce à une meilleure connaissance des solutions de sécurité disponibles ou en cours de développement, la filière permettra de mieux calibrer les directives nationales de sécurité, selon le principe de la juste réponse au juste besoin.

Mieux dépenser : à terme, l’objectif est de favoriser la mutualisation des achats non seulement au sein du monde civil mais également avec le monde militaire.

Dans l’immédiat, la filière doit permettre de mettre en cohérence les différentes aides publiques pour accompagner le développement des solutions de sécurité prioritaires, de la recherche amont jusqu’au déploiement chez l’opérateur.

Plusieurs projets concrets ont d’ores et déjà été identifiés (modernisation des réseaux de radiocommunication des forces de sécurité, sûreté du transport aérien, protection des bâtiments accueillant du public ou, vidéo-protection) et seront présentés conjointement par les acteurs publics et privés de la filière devant le Commissariat général à l’investissement et le Fonds unique interministériel.

Toutes les compétences publiques et privées sont ainsi mobilisées pour atteindre ces objectifs.

Cinq groupes de travail thématiques, ont été mis en place. Le cap est donné. Les premiers résultats sont attendus pour le premier trimestre 2014.

 

La feuille de route 2013-2014

 

Les travaux du CoFIS pour l’année à venir s’articulent sur une feuille de route ambitieuse, déclinée en sept axes :

1. Identifier les forces et faiblesses du marché français de la sécurité ;

2. identifier les technologies critiques et stratégiques à préserver ou à développer ;

3. élaborer un premier recensement des besoins prioritaires de l’Etat et des opérateurs ;

4. soutenir le lancement de projets de démonstrateurs structurants pour la filière ;

5. soutenir les entreprises françaises à l’export, en favorisant l’émergence d’un club France ;

6. utiliser le levier européen, en proposant une stratégie nationale publique-privée ;

7. mettre en réseau les acteurs.

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 08:50
Poland orders mobile ground approach radar

 

VAN NUYS, Calif., Jan. 7 (UPI)

 

U.S. electronics company Excelis says it is supplying Poland's armed forces with mobile ground control approach radar under a contract worth $76 million.

 

The GCA-2020 system is a solid state, electronically scanning radar system in a single unit that provides primary surveillance, secondary surveillance and precision approach air navigation services. Exelis said it meets International Civil Aviation Organization and NATO flight safety standards.

 

"The Exelis GCA combines advanced features with mobility to offer our Polish customers an agile, rapidly deployable air traffic management capability," said Dave Prater, Exelis vice president and general manager of the radar, reconnaissance and undersea systems business. "The integration of cutting-edge technology, compatibility and value that we offer our customers has reinforced our leadership and expanded our footprint in the critical network of global air transportation."

 

Sweden and Estonia recently ordered GCA-2020 systems. Systems for those countries and Poland -- 11 in all -- will be delivered this year.

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 08:50
BAE Systems producing 3D printed components for Tornado fighters

 

LONDON, Jan. 7 (UPI)

 

BAE Systems in Britain has announced 3D printed components made by its engineers have flown for the first time aboard Tornado fighter jets.

 

Details of the 3D printed components were not disclosed, but BAE said its combat engineering team is using 3D printing to engineer ready-made parts for supply to four squadrons of Tornado GR4 aircraft -- including protective covers for Tornado cockpit radios, support struts on the air intake door and protective guards for power take-off shafts.

 

The work is being conducted at a Royal Air Force base.

 

The designing and producing 3D printed functional components will cut the cost of repairs, maintenance and service for the Royal Air Force by more than $1.9 million in the next four years, it said.

 

BAE Systems also said it expects 3D printing to be applied to other military systems.

 

"You are suddenly not fixed in terms of where you have to manufacture these things [products]," said Mike Murray, head of Airframe Integration at BAE Systems. "You can manufacture the products at whatever base you want, providing you can get a machine there, which means you can also start to support other platforms, such as ships and aircraft carriers.

 

"And if it's feasible to get machines out on the front line, it also gives improved capability where we wouldn't traditionally have any manufacturing support."

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 08:45
Turkey Sees Promise in Libyan Market

 

Jan. 7, 2014 - By BURAK EGE BEKDIL – Defense News

 

ANKARA — Turkey’s procurement officials are hoping to penetrate into the emerging Libyan arms market, especially with aerial platforms Turkish Aerospace Industries (TAI) is developing.

 

“We are hopeful about a powerful entry,” one senior procurement official said. “The Libyans are keen to explore possibilities of cooperation.”

 

Libyan Prime Minister Ali Zeidan visited TAI production facilities on Jan. 3, the company announced. It said that he was briefed on the possible sale of the T-129 ATAK attack and tactical reconnaissance helicopter and the Hurkus basic trainer aircraft.

 

A TAI official said the company hoped to launch talks on potential sales of both platforms to Libya.

 

“Libya could be a promising market soon,” he said. “Especially in view of the fact that political relations are excellent.”

 

TAI has been developing the T-129 in partnership with the Italian-British AgustaWestland. Earlier, TAI launched talks on potential sales to Pakistan, Jordan and Azerbaijan.

 

The initial T-129A is being used for flight testing while the full specification T-129B is still under development. For any sales deal, however, Turkey must obtain US permission to export the LHTEC CTS800-4N engine powering the T-129.

 

The TAI official also said that Libya, which is still trying to improve its Air Force after a revolution toppled former leader Moammar Gadhafi, could be a potential buyer for the Hurkus trainer.

 

The Turkish government Dec. 26 signed a contract for the serial production of two versions of the Hurkus, an indigenous trainer aircraft developed by TAI. TAI has said the Hurkus-A, an analog cockpit-base model, made its maiden flight Aug. 23. It has flown a total of 800 hours in 15 sorties since then.

 

The contract involves the production of 15 Hurkus-Bs, an advanced version with improved avionics. Turkey’s military electronics specialist, Aselsan, will be tasked to produce military avionics for the aircraft.

 

TAI also said the contract involves conceptual design work for the Hurkus-C, an armed aircraft with aerial support, reconnaissance and surveillance roles.

 

The two-seat Hurkus will have a maximum lifespan of 10,500 flight hours, or about 35 years. The turboprop has a single 1,600-horsepower engine and can fly at a height of 10,577 meters at a maximum speed of 574 kilometers per hour.

 

The Hurkus will be equipped for day and night flying, as well as for basic pilot training, instrument flying, navigation training, and weapons and formation training. It will have good visibility from both cockpits, with a 50-degree down-view angle from the rear cockpit, ejection seats, an on-board oxygen generation system, an environmental control system, an anti-G system, and shock-absorbing landing gear for training missions.

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 08:35
Editorial: Blue Means Blue - China’s Naval Ambitions

 

08 January 2014 By Henry Holst – Pacific Sentinel

 

Numerous articles in Chinese state media suggest it has ambitious agenda for its navy.

 

In a 2012 article published in The Diplomat, Andrew Erickson and Gabe Collins claim “China seeks to develop a ‘blue water’ navy in the years to come—but one that is more ‘regional’ than ‘global’ in nature,” and that China does not intend to challenge U.S. naval hegemony. However, analyzing China’s maritime identity, a concept that will be explained below, and it becomes clear that two major long-term goals of the PLAN’s blue-water modernization are to frequently deploy outside East Asia and challenge U.S. naval dominance on the high seas.

Erickson and Collins cite Chinese naval technological inferiority in areas such as anti-submarine warfare and area-air defense vis-à-vis the U.S. navy as evidence that the PLAN does not intend to challenge U.S. naval hegemony, concluding that such a military imbalance would make any challenge futile. Additionally, Erickson and Collins use the small number of PLAN deployments outside of East Asia as proof that in the future Beijing does not aim to frequently outside its immediate environs.

Erickson and Collins represent a popular trend within the China watcher community; many researchers rely on current PLAN armament modernization areas and recent deployment trends as a basis to predict future PLAN strategic objectives. Yet this methodology ignores the possibility that current PLAN research and development patterns may not predict future PLAN capabilities. China has bypassed generations of military technology hurdles through unorthodox means such as theft and espionage. Moreover, military capabilities are not self-deterministic. Analyzing China’s naval modernization in a purely material perspective and overly relying on current PLAN deployment trends does not provide a useful methodology for predicting future PLAN strategic interests. 

 

Read the full 2 page story at The Diplomat

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 08:35
South Korea Finalizes Agreement for BAE Systems to Perform F-16 Upgrades

 

23 December 2013 BAE Systems

 

A flexible and affordable approach to F-16 Upgrades.

 

The Republic of Korea has finalized an agreement with the U.S. government for BAE Systems to perform upgrades and systems integration for its fleet of more than 130 F-16 aircraft. The company will now begin the first phase of the work under contract through the U.S. Department of Defense’s Foreign Military Sales program.

 

“This agreement marks a significant expansion of our F-16 modernization business, and we’re eager to get to work,” said Erin Moseley, president of BAE Systems’ Support Solutions sector. “When we were chosen by the Republic of Korea last year, it showed that we are a viable and experienced provider of fighter jet upgrades and systems integration. As demonstrated by today’s important milestone, we offer cost-effective modernization solutions, customized to meet any country’s requirements.”

 

Under terms negotiated by the U.S. Air Force and the U.S. Defense Security Cooperation Agency, BAE Systems will upgrade 130-plus KF-16C/D Block 52 aircraft, to include associated equipment, parts, training, and logistical support. Phase One of the work will begin immediately and will involve the initial design and development of the upgrade solution. Phase Two of the work, as proposed, would begin next year and would complete the production and installation of the upgrade kits in all of the aircraft over the next several years.

 

BAE Systems’ experience with the F-16 dates back to the original 1970s-era aircraft, and has included flight control computers, cockpit displays, electronic warfare systems, and support equipment. Today, the company is a major provider of mission electronics and flight systems for F-16 fleets around the world. The U.S. Air Force, for example, has approximately 270 F-16s in service that have been upgraded with the BAE Systems’ fire control system and advanced Ethernet interface.

 

The work to upgrade the KF-16 fleet will be performed primarily at BAE Systems’ facility in Fort Worth, Texas. Other company sites in Florida, New York, California, and Virginia will also be involved. BAE Systems expects to hire approximately 300 employees to help support the program.

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 08:20
L’un des quatre sous-marins canadiens, le NCSM Chicoutimi, bientôt de retour

Un Sea King et le sous-marin NCSM Windsor en exercice en mer au large d'Halifax en 2005 (Photo: MDN)

 

7 janvier 2014 par Jacques N. Godbout – 45eNord.ca

 

La Marine s'approche de l'objectif de trois sous-marins sur quatre

 

L’un des quatre sous-marins de la flotte canadienne sera enfin bientôt de retour. Dix ans après l’incendie qui avait coûté la vie à l’un de ses officiers, le sous-marin a été entièrement réparé et modernisé et doit commencer ses essais en mer dans quelques semaines, rapporte la Presse Canadienne.

Après toutes ces années de travaux au chantier de la Vancouver Shipyards, le Chicoutimi va être rendue à la Marine et l’équipage devrait commencer les essais en mer au large d’Esquimalt, en Colombie-Britannique, au cours des prochaines semaines , a déclaré le vice-amiral Mark Norman, commandant de la Marine, à l’agence de presse.

«Nous sommes sur le point de réaliser ce que nous avions établi », a déclaré le vice-amiral, se référant à l’objectif initial du programme des sous-marins qui prévoyait qu’il y ait trois des quatre sous-marins de la Marine royale opérationnels à tout moment.

On nous avait promis en décembre 2012 que les sous-marins NCSM Windsor et NCSM Chicoutimi seraient opérationnels en 2013 et s’ajouteraient au NCSM Victoria qui est déjà opérationnel.

Pendant ce temps, se poursuivraient au chantier naval de la Victoria Shipyards Co. Ltd., les réparations au NCSM Corner Brook, qui avait heurté le fond de l’océan au printemps 2011 alors qu’il faisait des manœuvres en plongée pour l’instruction d’officiers sous-mariniers dans la baie Nootka, sur la côte Ouest de l’île de Vancouver

Mais, si le NCSM Windsor avait bien été remis à l’eau en avril 2012, le sous-marin a subi «un défaut inattendu» en 2013 et a dû limiter son activité depuis.

Après cinq années de travaux pour le remettre à neuf, le sous-marin basé à Halifax doit en effet changer un générateur diesel défectueux et, d’ici là, la profondeur à laquelle le bâtiment peut plonger étant désormais limitée, il n’est plus pleinement opérationnel.

Si un second générateur fonctionne actuellement, le NCSM Windsor ne pourra reprendre la totalité de ses activités que lorsque cet énorme moteur de 16 cylindres sera retiré et remplacé, ce qui pourrait être fait à la fin de l’été 2014, avait alors déclaré le capitaine Luc Cassivi, de la Marine royale canadienne, à 45eNord.ca.le capitaine Cassivi ayant confié que cette opération de remplacement puisse prendre «quelques mois».

Toutefois, le Chicoutimi sera pour le moment limité lui aussi aux plongées en eau peu profonde plongée , rapporte l’agence de presse.

L’incendie du Chicoutimi, qui s’était produit au large des côtes d’Irlande en octobre 2004 au cours du voyage du navire à Halifax, avait causé la mort du lieutenant Chris Saunders, envoyé deux autres marins à l’hôpital et bien failli compromettre définitivement le programme canadien de sous-marins.

Un conseil militaire d’enquête, qui avait conclu qu’une écoutille ouverte avait permis à une vague scélérate d’ inonder des fils à haute tension mal isolés , déclenchant l’incendie, n’avait toutefois blâmé personne.

La première évaluation du coût des réparations en 2005 était 15 millions $, mais elle a rapidement grimpé à 20 millions de dollars en 2006.

Finalement, selon le journaliste de la Presse Canadienne spécialisé en questions de défense Murray Brewster, qui s’appuie , dit-il, sur des documents internes dont il a eu copie, le coût des réparations pourrait s’élever à plus de 125 millions de dollars, si on inclut le coût du le de tous les composants endommagés par le feu .

Toujours est-il que le moment où notre flotte de sous-marins sera vraiment opérationnelle approche et les hauts gradés peuvent commencer à penser sérieusement à l’usage qu’il en feront.

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 08:20
Le Pentagone invente le véhicule blindé jetable.

Le MRAP est conçu pour protéger ses occupants des explosions de mines, ce qui en fait un véhicule très lourd...

 

6 janvier, 2014 Frédéric Lert (FOB)

 

En 2004, le Pentagone lançait le développement et la fabrication d’une large famille de camions blindés résistant aux mines : les MRAP. En moins de dix ans, 27.000 ont été fabriqués, pour la modeste somme de cinquante MILLIARDS de dollars… Ces véhicules ont depuis été crédités de plusieurs dizaines de milliers de vies sauvées en Afghanistan et en Irak.

 

Maintenant que le retrait d’Irak est consommé et celui d’Afghanistan bien engagé, que faire de cette montagne d’acier (plus de 400.000 tonnes de ferraille si l’on compte une moyenne de 16 tonnes par MRAP…) ?

 

Le Pentagone a tranché : sans réelle utilité en dehors du champ de bataille pour lequel ils ont été conçus, la moitié des MRAP fabriqués, environ 13000 véhicules, sera tout bonnement ferraillée, après seulement cinq ou six ans de service. Les véhicules coûteraient trop chers à ramener aux Etats-Unis puis à réparer et à entretenir. C’est une exercice de comptabilité assez simple : le coût du démantèlement d’un MRAP en Afghanistan est estimé à 12.000 $. Il en faudrait vingt fois plus pour rapatrier ce même camion et le remettre à neuf pour lui faire commencer une deuxième vie.

 

Déjà plus de 2000 véhicules sévèrement endommagés ou usés ont connu la torche des ferrailleurs afghans.

 

Le plus délicieux dans cette affaire est que les MRAP encore en bon état ne peuvent pas être donnés aux Afghans car ils sont jugés trop complexes à entretenir, avec trop d’électronique à bord. Les Afghans s’en moquent un peu d’ailleurs, puisqu’ils vont mettre la main sur des montagnes de climatiseurs, de Hummer, de pick-up et autres scoubidous kakis… La vente ou la cession de MRAP à des pays amis un peu plus évolués n’a pas non plus attiré les foules, avec moins de 400 véhicules cédés à ce jour. Car le problème reste bien de faire sortir les camions d’Afghanistan, avec les aléas de la route pakistanaise ou le coût prohibitif du transport par air.

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 08:20
O'Keefe to Step Down from Airbus Group Inc.

Airbus Group Inc. CEO Sean O'Keefe, left, will step down effective March 1 and be replaced by Allan McArtor, the company announced on Tuesday. O'Keefe, who survived a plane crash in 2010, is leaving to deal with long-term medical issues related to the crash.

 

Jan. 7, 2014 - By PAUL McLEARY  - Defense News

 

McArtor to be New CEO of Airbus in the US

 

WASHINGTON — Sean O’Keefe, longtime CEO of the North American arm of Airbus Group, will step down March 1 to deal with medical issues. He will be succeeded by Allan McArtor, currently the chairman of Airbus Americas, the firm announced.

 

In a statement, O’Keefe said he decided to relinquish his position as CEO of Airbus Group Inc. in order to address ongoing medical issues that stemmed from injuries suffered in a 2010 plane crash, which also took the life of former Alaska Sen. Ted Stevens.

 

“I have been wrestling with continued medical challenges,” O’Keefe said. “Just recently I underwent another surgical procedure to correct ongoing, but new complications resulting from the aircraft accident in Alaska, which I was fortunate to survive. While the outcome of this latest surgery is positive, it’s evident that the new complications will preclude the devotion of my best efforts to the duties of CEO of Airbus Group, Inc. Following reliable medical advice, it is increasingly apparent that I need to focus on a more aggressive rehabilitation regime.”

 

O’Keefe won’t fully leave the company, however. In a statement, the company said he will continue “on special assignment to oversee and facilitate the compliant transition of the company’s ongoing security agreement with the Department of Defense to the new US Group structure.”

 

Over the past several years, O’Keefe had taken a prominent role in the fight to stop the congressionally-mandated budget cuts under sequestration, heading up to Capitol Hill on several occasions to testify forcefully against the cuts.

 

In the summer and fall of 2012, O’Keefe — who had served in the federal government under both Bush administrations — was also widely considered to be on the short list for another nomination if Mitt Romney won the White House. Last month, O’Keefe was No. 87 on Defense News’ list of the 100 Most Influential People in US Defense for 2013.

 

O’Keefe was appointed CEO of then-EADS North America in November 2009, and then assumed the additional responsibilities of chairman of the board in January 2011.

 

“Sean has made significant contributions to the Airbus Group during his tenure as CEO of EADS North America, now Airbus Group, Inc., for which I am extremely grateful” said Tom Enders, CEO of Airbus Group.

 

“These included leading the company during the tanker replacement competition, increasing our reputation with the US government and expanding our market presence in North America. I am pleased he stays with us for a while on special assignment and I wish him all the best for his medical recovery,” he added.

 

Enders also praised McArtor’s 13 years of service to the company, saying that “his previous government and private sector experience will be an invaluable asset to Airbus Group.”

 

McArtor’s current division, Airbus Americas, is Airbus Group’s commercial aircraft sector in North and South America.

 

Before coming aboard in 2001, McArtor — a 1964 Air Force Academy graduate and Thunderbirds pilot — led the Federal Aviation Administration, was founder and CEO of Legend Airlines and a senior member of the FedEx executive team.

 

“Allan’s extensive public and private sector experiences, particularly in his present capacity as a leader of the Airbus commercial enterprise in the Americas, make him ideally suited to assure a seamless transition,” O’Keefe said. “His insightful perspective on the commercial and government markets uniquely equip him to lead and support the Airbus Group’s enterprise in the US and Americas. I look forward to serving with him as we move forward to achieve this important organizational transformation.”

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 08:20
Northrop Grumman, Navy Complete Nine Flights of Triton Unmanned Aircraft System

 

SAN DIEGO – Jan. 6, 2014 – Northrop Grumman Corporation

 

Testing Validates Aircraft Performance Before Surveillance Sensors are Installed

 

Northrop Grumman Corporation (NYSE:NOC) and the U.S. Navy have completed nine initial flight tests of the Triton unmanned aircraft system (UAS), marking the half-way point in a process called envelope expansion. 

 

During envelope expansion, the test team validates the aircraft's ability to operate at a range of altitudes, speeds and weights. The flights are taking place at the company's manufacturing facility in Palmdale, Calif.

 

"Completion of envelope expansion will allow the test team to prepare for installation and further testing of Triton's surveillance sensors," said Mike Mackey, Northrop Grumman's Triton program director.

 

The Triton test team accomplished endurance flights up to 9.4-hours at altitudes up to 50,000 feet. The aircraft also performed doublets, a maneuver that tests the aircraft's ability to recover from small perturbations in its flight path caused by turbulence.

 

Triton carries a variety of intelligence, surveillance and reconnaissance sensor payloads that allow military commanders to gather high-resolution imagery, use radar to detect targets, and provide airborne communications and information-sharing capabilities to military units across long distances.

 

The Navy plans to field 68 Triton UAS and will be used with the manned P-8 Poseidon maritime patrol aircraft to conduct surveillance missions.

 

Triton completed its first flight May 22.

 

Northrop Grumman is a leading global security company providing innovative systems, products and solutions in unmanned systems, cyber, C4ISR, and logistics and modernization to government and commercial customers worldwide. Please visit www.northropgrumman.com for more information.

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 08:20
BAE's US Group Names New CEO

Jerry DeMuro, a longtime executive at General Dynamics, will become the new chief executive of BAE's US subsidiary beginning Feb. 1, the company announced Jan. 7.

 

Jan. 7, 2014 - By ZACHARY FRYER-BIGGS – Defense News

 

WASHINGTON — Jerry DeMuro, a longtime executive at General Dynamics (GD), will become the new chief executive of the US subsidiary of Britain’s BAE Systems beginning Feb. 1, the company announced Tuesday.

 

DeMuro, who had been running GD’s Information Systems and Technology (IS&T) Group before leaving in early 2013 after a rocky 2012, will succeed Linda Hudson, who announced her impending retirement in August.

 

Hudson, who had run BAE’s US business since 2009, was one of the only women in a senior leadership position at a defense company until the recent elevation of several executives now running top firms.

 

Her replacement is moving from a division at GD that had a rough start to 2013. The company announced last January that it ran a multibillion-dollar loss in 2012, though much of that figure was derived from an accounting technique that measures theoretical value, and GD’s executives placed much of the blame on poor performance at IS&T.

 

“IS&T has experienced continued top line pressure, resulting from slow defense spending in their markets and margin compression due to mix shift, and cost performance,” company Chief Financial Officer L. Hugh Redd said during a January earnings call.

 

DeMuro stepped down from his position at GD less than a month later.

 

IS&T had seen slightly better results in 2013, with a 1.8 percent increase in revenue through the third quarter, the most recent financial results announced by the company.

 

Before joining GD, DeMuro had been an acquisition official at the US Defense Department.

 

“Jerry is a proven global business leader who possesses the relationships and stature to ensure our customers’ challenges are understood and met,” said Ian King, CEO of BAE Systems’ UK parent. “His experience successfully running complex businesses known for developing cutting-edge technology for diverse international, commercial and government customers will greatly benefit BAE Systems Inc., as it evolves its strategic focus toward expanding international and commercial business opportunities.”

 

The company said that Hudson would remain an adviser to the company until the end of May.

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 19:20
photo EMA

photo EMA

 

OTTAWA, Jan. 7 (UPI)

 

Canada's recent decision to scrap its close combat vehicle procurement program has been strongly criticized by contract bidder Nexter Systems Canada.

 

The company, a subsidiary of France's Nexter Group, said it was astonished by the move and that it expected the government to reimburse competing companies for monies expended in the bidding process.

 

"Nexter has invested a great amount of time, energy and resources in the CCV program over the past four years," said Patrick Lier, senior vice president of Nexter System. "Millions of dollars have been spent because we believed the competition would be fair, open and provide a rigorous assessment of the candidate vehicles with a view to acquiring the best possible medium weight infantry fighting vehicle for Canada.

 

"Under the circumstances, we would certainly expect that the Canadian government will open discussions with the bidders to provide information on which vehicle won the competition. It is important that other allied militaries interested in providing the best vehicle for their soldiers have the benefit of information generated by the rigorous testing process conducted by the Canadian Armed Forces ...

 

"In addition, it would be our expectation that the government would compensate industry bidders for the cost of their bids."

 

The vehicle program, worth more than $2 billion, was for the procurement of 108 new close combat vehicles. Two request for proposals were issued.

 

As well as Nexter, BAE Systems Inc. and General Dynamics Land Systems were involved in the competition.

 

The Canadian government, just before Christmas, announced it was dropping the project and said it was doing so as a result of a recommendation from its military, which now believes upgrades to its LAV [light armored vehicle] III fleet will be sufficient for the country's military needs.

 

"These capability improvements combined with an assessment of the most likely employment scenarios for the Canadian Armed Forces in the future were the most important factors in our analysis," Gen. Tom Lawson, the chief of defense staff, was quoted in news reports. "Based on this assessment and the fundamental principle that the Canadian Armed Forces do not procure capabilities unless they're absolutely necessary to the attainment of our mandate, we've recommended to the government of Canada not to proceed with the procurement process for the close combat vehicle."

 

Nexter said General Dynamics Land Systems was awarded the LAV upgrade contract in 2011, yet the government decided to go ahead with a second request for proposals for the CCV program.

 

"It knew the capabilities of both vehicles at that time yet decided to proceed with another RFP and engaged industry in another costly competition," it said.

 

The decision by Canada comes amid budget constraints, which have seen baseline funding cut by 22 percent, and concerns by the military over the costs for maintaining and operating the new vehicles.

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 18:35
Inde: tir réussi d'un missile balistique Prithvi-II

 

NEW DELHI, 7 janvier - RIA Novosti

 

Les forces armées indiennes ont tiré mardi avec succès un missile balistique Prithvi-II d'une portée d'environ 350 km, rapporte la chaîne de télévision Zee News. 

 

Le missile a été tiré depuis le polygone de Chandipur situé dans l'Etat de l'Orissa (ouest). "Le tir a réussi à 100%. Toutes les cibles ont été atteintes", a déclaré M.V.K.V Prasad, directeur du site d'essais du polygone. 

 

Selon  l'Organisation militaire pour la recherche et le développement (DRDO),  de tels essais ont pour objectif de "démontrer clairement l'état de préparation opérationnelle de l'Inde" et sa capacité à "réagir à toute éventualité".

 

Elaborés depuis le début des années 1980, les Prithvi sont des missiles balistiques à courte portée capables de transporter une ogive nucléaire, dont la version sol-sol équipe l'armée de terre indienne depuis 2003. Le Prithvi-II est capable de transporter une charge allant de 500 à 1.000 kg.

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 17:55
Orange s'offre Atheos pour renforcer son offre de cyberdéfense

 

06 Janvier 2014 Guillaume Champeau - numerama.com

 

Orange a acquis la société de sécurité Atheos, pour renforcer son offre de gestion de la confidentialité des informations, sous une bannière "Orange CyberDefense"

 

Les révélations d'Edward Snowden sur les programmes de surveillance de la NSA auront au moins eu le mérite de remettre la sécurité des informations confidentielles au premier rang des préoccupations, et d'en faire un objet de luttes commerciales bien plus important qu'auparavant. Ainsi quelques jours après avoir annoncé sa volonté de se constituer partie civile contre la NSA pour le piratage du câble sous-marin SE-ME-WE-4, Orange annonce ce lundi l'acquisition de la société française Atheos, qui se définit lui-même comme "partenaire naturel des stratégies de cybersécurité" et "premier cabinet de conseil et d’intégration à dédier ses compétences à la gestion des risques et la sécurité des systèmes d’information des plus grands comptes français".

Selon son site internet, Atheos dispose de trois domaines d'expertise principaux : la gestion des identités et des autorisations d'accès aux documents ; la "protection du patrimoine informationnel" (classification des informations, stratégies juridiques de protection des données, contre-mesures physiques ou logicielles,...) ; et la "cybersurveillance et sécurité de l'information".

Sur ce dernier point, Atheos dit ne procéder qu'à des stratégies "défensives", en offrant des solutions de détection des invasions et de prévention des risques, ainsi que d'archivage à valeur probante pour pouvoir attaquer en justice en cas d'attaque.

"Par cette acquisition, Orange Business Services renforce significativement son offre, notamment autour de deux enjeux clés pour les entreprises aujourd’hui ; le contrôle d’accès et la lutte contre les fuites d’information ; et la cyberdéfense active (identification avancée des failles et des vulnérabilités, détection et interprétation des signaux faibles d‘attaque, gestion des crises et intervention sur site)", indique Orange. Les deux sociétés verront leurs solutions réunies sous une bannière Orange CyberDefense.

Fondée en 2002, Atheos réalise plus de 23,2 millions d'euros de chiffre d'affaires, et emploi 140 consultants.

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 17:55
3 millions d'euros : c'est le prix modeste payé par Nexter pour s'offrir SNPE

Nexter met la main sur Eurenco, une filiale de SNPE dont le chiffre d'affaires va s'élever à 270 millions d'euros en 2013

 

30/12/2013 Michel Cabirol – laTribune.fr

 

La maison mère de Nexter, GIAT Industries, s'est offert SNPE, dont Eurenco, qui va enregistrer un chiffre d'affaires de 270 millions d'euros environ en 2013. Une très jolie affaire pour le groupe public d'armements terrestres.

 

Au-delà de l'intérêt stratégique de ce rapprochement, le rachat de SNPE par Nexter est un super coup financier pour le grouper public spécialisé dans les armements terrestres. Le montant de la transaction n'avait jamais été donné officiellement. C'est aujourd'hui le cas. "L'acquisition par la société GIAT Industries de la totalité des actions composant le capital de la société SNPE, pour un prix de trois millions d'euros, est approuvée", selon un arrêté récemment publié dans le Journal officiel.

Un prix très modeste en raison notamment de potentiels passifs environnementaux pesant sur l'ancien groupe de chimie SNPE. Un prix d'ailleurs agréé par l'Etat, propriétaire à 100 % de Nexter et de SNPE, et plus précisément par les trois ministères de tutelle - Economie et Finances, Redressement productif et Défense. Nexter met la main sur Eurenco, une filiale de SNPE qui fabrique des poudres et des explosifs pour les industriels de la défense et du secteur de l'énergie en pleine forme. "Ce marché a actuellement une croissance de 7 % à 8 % par an. Il a doublé en huit ans", avait expliqué cet automne à "La Tribune" , le PDG d'Eurenco, Jacques Cardin

 

Eurenco va réaliser un chiffre d'affaires de 270 millions d'euros

Pour autant, Nexter ne manquera pas de valoriser cet achat le jour où l'Etat lui trouvera enfin un partenaire européen - un peu l'Arlésienne depuis plus plus de dix ans maintenant. Car Eurenco devrait réaliser en 2013 un chiffre d'affaires de 270 millions d'euros en hausse de 9 % par rapport à 2012 (248 millions). Il s'élevait seulement à 137 millions il y a encore six ans (en 2007). L'Ebitda d'Eurenco devrait passer de 6 millions d'euros en 2012 à 9 millions en 2013, en croissance de plus de 50 %.

En outre, Nexter va acquérir un groupe, qui est ne train de construire l'une des usines les plus modernes du monde en matière de fabrication de poudres. Si l'Etat a longtemps trouvé la facture de la modernisation du site de Sorgues trop élevée (120 millions d'euros), dont 100 millions d'euros pour la seule production d'hexogène, un composé chimique considéré comme l'un des explosifs militaires les plus puissants, il a fini par l'approuver. SNPE finance cet investissement sur fonds propres à hauteur de 85 % et l'Etat 15 % sous forme d'avances remboursables (soutien à l'export).

 

Une condition sine qua non du rachat de SNPE par GIAT Industries

La modernisation du site de Sorgues (projet Phénix) était la condition sine qua non du rachat d'Eurenco par Giat Industries. L'usine aujourd'hui à bout de souffle - elle avait été rénovée en… 1954 -, était vitale. Car c'était  "la solution permettant de produire des explosifs de façon rentable", estimait le PDG de SNPE, Antoine Gendry.

En 2013, le chiffre d'affaires de l'usine de Sorgues devrait s'élever à 32 millions d'euros, dont 95 % dédiés aux activités militaires (contre 24/25 millions entre 2006-2008). Eurenco dispose aujourd'hui de clients sûrs comme BAE Systems, Nexter, Rheinmetall (Allemagne), Otomelara (Italie) MBDA, Thales TDA… ainsi que de nombreux clients à l'export, notamment en Asie.

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 17:30
Chars Leclerc en manoeuvre au Liban pour le compte de la FINUL

Chars Leclerc en manoeuvre au Liban pour le compte de la FINUL

 

31/12/2013 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

L'Arabie saoudite a décidé de verser au Liban une aide de trois milliards de dollars pour renforcer son armée avec du matériel français. Une aubaine ou un cadeau empoisonné pour Paris qui devra trouver un subtil équilibre dans une région explosive ?

 

Un cadeau certes, mais un cadeau empoisonné. Car armer le Liban n'est pas chose aisée tant la région est une poudrière. Et ce d'autant que le Liban, un petit pays multiconfessionnel de 10.450 km², soit l'équivalent du plus grand département français métropolitain, la Gironde, est coincé entre deux Etats ennemis héréditaires, Israël et la Syrie, qui surveillent de très près ce qui se passe chez leur petit voisin.

Les Israéliens, qui violent régulièrement l'espace aérien libanais en violation flagrante de la résolution 1701 de l'ONU, s'opposent en général à la fourniture d'armes au Liban de peur que ces matériels ne tombent aux mains du Hezbollah, qui rassemblerait plus de dix mille miliciens. En outre, une armée libanaise mieux équipée compliquerait un peu plus une nouvelle intervention militaire des Israéliens au Liban si d'aventure c'était le cas.

L'Arabie saoudite a décidé de verser au Liban une aide de trois milliards de dollars (2,18 milliards d'euros) pour renforcer son armée, qui pourrait ainsi acquérir des équipements auprès de la France, a annoncé dimanche le président libanais Michel Sleimane. "(Le roi) a suggéré que ces armes soit acquise auprès de la France, et rapidement", a-t-il précisé. La France est prête à répondre à toutes les demandes de fourniture d'équipements militaires de l'armée libanaise.

 

Un précédent fâcheux

La France n'aura donc pas la partie facile même si François Hollande a promis de répondre à toutes les demandes libanaises. "J'ai des relations avec le président Sleimane (...) et s'il y a des demandes qui nous sont adressées, nous les satisferons", a affirmé François Hollande après son entretien dimanche avec le roi Abdallah d'Arabie saoudite lors de sa visite dans le Royaume.

Mais il y a encore un an la France rechignait à honorer une promesse de Nicolas Sarkozy faite en 2010 aux Libanais, qui avait demandé des missiles antichars HOT (MBDA) pour armer les huit hélicoptères d'attaque Gazelle (Eurocopter). Les autorités israéliennes avaient à plusieurs reprises demandé à la France d'annuler cette livraison, estimant que ces missiles pourraient tomber dans les mains du Hezbollah.

Tout comme Tel-Aviv avait fait pression avec réussite pour empêcher la fourniture de dix MiG-29 russes à Beyrouth, qui n'a pas de flotte d'avions de combat pour dissuader Israël de ses incursions dans l'espace aérien libanais. La Syrie s'opposait également à l'acquisition de missiles français prélevés sur les stocks de l'armée française, le missilier MBDA ne les fabriquant plus. Les missiles HOT avaient eu leurs heures de gloire dans l'armée française... durant la première guerre du Golfe en 1991.

 

Quels matériels tricolores pour l'armée libanaise ?

Clairement, les forces armées libanaises (FAL), qui comptent 75.000 hommes, dont 45.000 à 60.000 dans les forces terrestres, ont besoin de tout. Tout est à reconstruire. Leur budget annuel qui s'élève à 412 millions d'euros, dont 80 % consacrés aux dépenses de fonctionnement, ne leur permet pas de s'offrir les derniers équipements. Pour autant, "pas question de leur vendre des Rafale", explique-t-on à Paris à "La Tribune".

La France pourrait ainsi fournir des Leclerc d'occasion modernisés, des chars qui feraient ainsi leur retour au Liban après avoir servi au sein de la Force Intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL). En septembre 2006, la France avait envoyé des Leclerc mais aussi des canons, des véhicules blindés de combat d'infanterie (VBCI) de Nexter, d'un escadron d'éclairage et d'investigation, équipé de VBL, de missiles antiaériens de très courte portée Mistral (MBDA) et des radars Cobra (EADS, Thales, Lockheed Martin).

Tout cet équipement équipait la Force Commander Reserve (FCR), des troupes en majorité française capables d'agir en moins de trois heures au profit de tous les contingents déployés sur l'ensemble de la zone d'action de la FINUL. Des équipements qui pourraient constituer une bonne base de départ pour équiper l'armée libanaise. Pourquoi pas également des missiles tactiques MMP (Missile moyenne portée) de MBDA ? Enfin, Renault Trucks Défense, qui est en train de moderniser plus de 80 VAB pourrait renforcer le parc libanais. "Toute cette shopping list est cohérente", explique-t-on au ministère de la Défense.

 

Des patrouilleurs Adroit dans la marine libanaise

Le Liban a également besoin d'hélicoptères de transport et d'attaque. Eurocopter pourrait fournir des Caracal (EC225), voire des NH90, dont Paris cherche à réduire la cible. Tout comme pour le Tigre. La France accordera-t-elle une autorisation d'exportation (CIEEMG) pour ce type de matériel ou se contentera-t-elle de vendre des Fennec, un appareil militaire léger et polyvalent basé sur l'AS350 Écureuil et AS355 Ecureuil 2 (bimoteur) ?

Dans la marine libanaise, où les Allemands sont très présents, DCNS, qui a déjà présenté son patrouilleur l'Adroit, vise la vente de trois bâtiments de ce type pour défendre les installations pétrolières off-shore libanaises face à l'appétit d'Israël, de Chypre et de la Turquie. Voire plus grâce à l'aide de l'Arabie Saoudite. Pourquoi pas une corvette armée de type Gowind. Le Liban a également besoin de station de radars le long de sa côte pour communiquer avec ses plates-formes off-shore.

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 17:30
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

La signature du contrat Mark 3 est désormais une décision politique de l'Arabie Saoudite en faveur de la France

 

29/12/2013 Michel Cabirol – laTribune.fr

 

L'un des enjeux de la visite de François Hollande en Arabie Saoudite est l'obtention d'un contrat de 4 milliards d'euros pour Thales... à condition que le roi confirme son accord. Au-delà, les deux chefs d'Etat vont évoquer les dossiers chauds de la région : Iran, Liban, Syrie, Egypte...

 

Le suspense va donc durer jusqu'au bout... pour Thales, qui aurait bien voulu éviter cette attente insoutenable. Le groupe électronique va-t-il ou non obtenir lors des entretiens entre François Hollande, qui se rend en Arabie Saoudite ce dimanche et lundi, et le roi Abdallah, la promesse de ce dernier de signer un contrat estimé à 4 milliards d'euros en vue d'équiper le royaume d'un système de défense aérienne de courte portée ? C'est l'un des enjeux de la visite du Chef de l'Etat, qui évoquera, outre la situation politique de la région (Iran, Liban, Syrie, Egypte...), ce dossier commercial lors de ses entretiens avec le roi, selon nos informations. Mais le souverain saoudien n'a pas pour habitude de participer à des cérémonies de signature lors de ce type de visite. Bien que chez Thales, on garde encore un petit espoir...

Initialement, pourtant, il était plutôt question que François Hollande remercie le roi pour la signature de ce contrat baptisé Mark 3, découpé en deux tranches (2,5 milliards puis 1,5 milliard d'euros pour les missiles). Ce ne sera vraisemblablement pas le cas puisqu'il manque toujours au bas du contrat la signature du ministre de la Défense, Salmane ben Abdelaziz Al Saoud,qui est également depuis juin 2012, le prince héritier de la dynastie saoudienne. Le document est prêt - le prix et les spécifications techniques ont été arrêtés début septembre - et a même été paraphé par les deux parties, le ministère de la Défense (Moda) et la société ODAS, qui représente dans le royaume les intérêts des grand industriels de l'armement français, dont Thales.

 

Une décision politique

A la fin de l'été, le roi, interrogé par son cabinet, avait donc donné son accord à la signature de Mark 3. Mais peu de temps après, le prince Bandar ben Sultan ben Abdelaziz Al Saoud, chef des services de renseignements, avait lancé cet automne un audit sur toutes les négociations en cours et les contrats à la signature"Ils sont en train de revoir leur politique d'acquisition pour optimiser leurs achats", assurait alors un industriel à "La Tribune". Notamment en raison des relations actuelles très fraîches entre l'Arabie Saoudite et les États-Unis, précisait-il. C'est peut-être la raison de ce contre-temps. D'autres industriels rivaux (MBDA-EADS) estiment quant à eux que les Saoudiens ne veulent plus des systèmes Crotale NG proposés par Thales.

En tout cas, l'Elysée a une nouvelle fois tranché lors de la préparation de cette visite pour l'offre du groupe d'électronique. Et François Hollande, qui a adressé un courrier au roi Abdallah en ce sens, devrait évoquer ce dossier avec le monarque saoudien. D'autant que c'est le seul contrat dans le domaine de la défense qui peut être signé à tout moment. Aussi, la discussion entre les deux chef d'Etat va être disséquée par Thales et ses concurrents. "C'est le roi qui va trancher", résume une source proche du dossier. S'il promet à François Hollande une signature du contrat, ce ne sera plus question de temps. Ce geste en faveur de la France est désormais une décision politique, estime-t-on.

 

Liban, Syrie et Egypte au centre des discussions 

A la veille du Nouvel An, François Hollande sera surtout en Arabie saoudite pour évoquer les crises qui secouent le Moyen-Orient, à commencer par le Liban, la Syrie ou l'Egypte. Un an après s'être entretenu avec le roi Abdallah lors d'une brève escale entre Beyrouth et le Laos, le président français retrouvera le souverain saoudien dimanche lors de cette visite officielle, en plein désert, à Rawdat Khurayim, à 60 km au nord-est de Ryad.

François Hollande sera accompagné de quatre ministres, Laurent Fabius (Affaires étrangères), Arnaud Montebourg (Redressement productif), Nicole Bricq (Commerce extérieur) et Jean-Yves Le Drian (Défense) ainsi que d'une trentaine de dirigeants d'entreprises parmi lesquelles EDF, Areva, Alstom et Thales.

 

L'Arabie Saoudite partenaire de référence pour Paris

Au chapitre diplomatique, l'Arabie saoudite, souligne-t-on à Paris, "prend des responsabilités croissantes" au Moyen-Orient où elle fait désormais figure de "partenaire de référence" pour la France. Mais le royaume est devenu aussi le premier client de la France dans la région avec des échanges qui ont dépassé 8 milliards d'euros en 2013 dont 3 milliards d'exportations françaises, même si la balance reste structurellement déficitaire compte tenu des importations de pétrole saoudien.

Le Liban s'invitera sans nul doute dans les conversations, deux jours après l'attentat à la voiture piégée commis vendredi à Beyrouth et qui a coûté la vie à un proche conseiller de l'ex-Premier ministre Saad Hariri, hostile au régime syrien et à son allié le Hezbollah. Les dirigeants français et saoudien devraient discuter des moyens de conjuguer leurs efforts dans deux domaines jugés "cruciaux" par l'Elysée : le soutien à l'armée libanaise et la question des réfugiés syriens.

 

Convergence sur l'Iran

Ryad s'inquiète des interférences iraniennes dans les affaires arabes et notamment au Liban où son influence s'exerce également via le Hezbollah, tandis que la France s'oppose à un accord sur le nucléaire iranien aux conditions de Téhéran et qui conduirait à une normalisation des relations avec Téhéran. Paris soupçonne le programme nucléaire iranien de dissimuler des finalités militaires. François Hollande devrait ainsi réitérer sa volonté de présenter des "exigences fortes à l'égard de l'Iran sur le dossier nucléaire mais aussi, et de manière plus générale, sur son comportement dans la région", dit-on encore à l'Elysée.

Après leur rencontre à Rawdat Khurayim, les dirigeants français et saoudien se retrouveront pour un dîner de travail avant que le président français ne gagne l'ambassade de France à Ryad pour y tenir une conférence de presse et y recevoir la communauté française. Le lendemain, le chef de l'Etat français poursuivra ses entretiens avec les dirigeants saoudiens et participera à un déjeuner d'hommes d'affaires des deux pays.

Au-delà du Liban, François Hollande et les dirigeants saoudiens devraient balayer le champ complet des crises régionales. S'ils estiment de la même manière, selon Paris, qu'il "n'y a pas de solution politique autour de Bachar al-Assad", le numéro un syrien, ils divergent en revanche sur l'Egypte. Ryad apporte un soutien inconditionnel au nouveau pouvoir égyptien alors que Paris prône un large dialogue national.

 

Perspectives commerciales

Ce rapprochement diplomatique avec Ryad devrait aussi être l'occasion de marquer des points sur le plan économique. Les relations commerciales ont été marquées par "de beaux résultats en 2013" avec le métro de Ryad revenu à Alstom, l'équipement de la Garde nationale saoudienne par la France par le missilier MBDA ou la mise à niveau d'une partie de la flotte saoudienne par DCNS et Thales, souligne-t-on à l'Elysée où l'on s'attend encore à de "brillantes" perspectives l'an prochain.

Outre ses gigantesques besoins en infrastructures qui font rêver les géants du BTP comme Vinci ou Bouygues, le pays poursuit la modernisation de ses équipements militaires qui pourrait déboucher sur d'importants contrats pour Paris. Outre Mark 3, la France s'intéresse de près aux besoins de la marine du royaume. Avec l'aval de l'Arabie Saoudite, François Hollande abordera le contrat de Sawari 3, qui portent sur la vente de six frégates multimissions Fremm de DCNS et la création d'une force sous-marine. Soit entre 15 et 20 milliards d'euros. "Il existe une forte volonté de Ryad d'avancer rapidement sur ce dossier, assure-t-on à La Tribune. C'est en plus un projet fédérateur pour la France et les groupes DCNS, Thales, EADS et MBDA".

 

Paris vise des investissements saoudiens en France

Paris aimerait participer au programme nucléaire saoudien et livrer ses Airbus à la compagnie Saoudia, mais aussi attirer davantage d'investissements "productifs" saoudiens en France, comme ceux qui ont permis le sauvetage du volailler Doux.

"Les grands programmes d'équipement saoudiens correspondent aux domaines d'excellence des entreprises françaises. La France offre, quant à elle, des opportunités pour les investissements saoudiens qui peuvent y trouver le savoir-faire, les technologies et les services qu'ils recherchent", explique ce dimanche François Hollande dans une interview au quotidien saoudien Al Hayat.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories