Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 13:55
Thales : les cinq nouveaux défis de Jean-Bernard Lévy

 

07/01/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Après le parcours sans faute réalisé par le PDG du groupe d'électronique un an après son arrivée, Thales doit continuer à se transformer.

 

Un peu plus d'un an maintenant que Jean-Bernard Lévy est à la tête de Thales et jusqu'ici tout lui réussit ou presque. Il fait l'unanimité aussi bien en interne qu'à l'extérieur du groupe. Et il plait aux marchés. Difficile de faire mieux. Il est vrai qu'il a rapidement apaisé les tensions dans un groupe, qui déprimait sérieusement. Il a également renouvelé son organisation sans heurts, ni opposition en nommant notamment de nouvelles têtes, comme Patrice Caine en tant que numéro deux, qui tiennent la route.

C'était là deux de ses grands objectifs à son arrivée. Des objectifs remportés haut la main, les salariés du groupe étant en attente d'un capitaine à la fois performant et accessible. "Il a su créer une équipe autour de lui qui le suit, il y a une vraie adhésion et un vrai collectif", explique-t-on à La Tribune. Et les ego des grands barons du groupe sont pour le moment bien rangés dans les placards.

 

Booster la croissance de Thales

Son troisième objectif était également de remettre le groupe au travail, notamment à l'export. Exception faite de la campagne Mark 3, Thales, avec une nouvelle organisation à l'international - les relations entre les pays et les global business unit ont été rééquilibrées -, a retrouvé du mordant à l'exportation. Et engrange à nouveau des contrats supérieurs à 100 millions d'euros.

En 2013, le groupe devrait en annoncer plus d'une quinzaine, contre moins de dix l'année précédente. Un joli succès à mettre au crédit de Pascale Sourisse en charge de l'international chez Thales même si Jean-Bernard Lévy a su libérer les énergies bridées sous son prédécesseur. Ce qui est de nature à relancer à moyen terme la croissance organique du groupe, qui stagnait… depuis sept ans.

Après un état de grâce bien géré par l'équipe de direction, les choses sérieuses commencent vraiment. Car Jean-Bernard Lévy a promis à ses actionnaires de booster la croissance mais aussi la rentabilité de Thales. Beaucoup même. Le bilan 2014, qui sera son premier vrai bilan, sera donc examiné à la loupe par les marchés. Celui de 2013, héritage de la précédente direction, devrait être plutôt bon même s'il manque dans le bilan le contrat Mark 3, la cerise sur le gâteau. Ce qui laissera à Jean-Bernard Lévy des marges de manœuvre pour mener Thales vers le cap qu'il souhaite. Pour rallier ce cap, il doit relever cinq nouveaux défis.

 

1/ Retrouver la croissance

Et le cap, c'est bien sûr les pays émergents. Jean-Bernard Lévy veut faire de Thales "un groupe mondial" c'est-à-dire implanté industriellement dans les fameux pays émergents. Et selon nos informations, le PDG de Thales est très ambitieux. Il vise une croissance de 10 % en moyenne par an dans ces pays. En revanche, les ambitions sont plus modestes dans les pays dits matures : 4 % de croissance en moyenne par an. Mais cet objectif est aussi difficile sinon plus que celui dans les émergents, estime-t-on en interne. En raison des budgets de défense en baisse.

 

2/ Réussir l'ascension d'Ambition Boost, la face nord d'Ambition 10

Derrière la vision stratégique Ambition 10, se cache en fait Ambition Boost. C'est le moteur d'Ambition 10. Sans ce plan de performances du groupe (économies et rationalisations ainsi que compétitivité de l'ingénierie…), cette vision serait probablement vouée à l'échec. C'est tout le job de Patrice Caine de le mettre en place et bien sûr d'atteindre les objectifs. Ce qui permettra au groupe de gagner le défi d'Ambition 10 en matière de croissance, de compétitivité et de gestion des compétences, les trois piliers de la vision stratégique de Thales. Le juge de paix d'Ambition Boost est le compte de résultat qui traduira ainsi l'amélioration de la performance.

 

3/ Accroître l'attractivité du groupe et recruter de nouveaux talents

Après une période compliquée où les cadres cherchaient un point de chute à l'extérieur de Thales, le groupe est redevenu attractif. Les CV affluent à nouveau. Et les candidatures de salariés de Cassidian, en pleine restructuration, circulent dans le groupe électronique, constate-t-on en interne. Pour se développer, le groupe devra attirer de nouveaux talents dans les pays émergents notamment, où Thales n'est pas forcément très connu.

 

4/ Réaliser une acquisition structurante

Jean-Bernard Lévy n'est pas venu chez Thales pour réaliser des acquisitions, encore moins une acquisition structurante. Il le dit haut et fort. Mais le groupe électronique a très longtemps souffert d'être une proie (EADS à plusieurs reprises, puis Safran). Une fois la solidité financière acquise, certains verraient bien Thales "endosser le costume de prédateur" pour réussir une opération stratégique d'ampleur. "Il faut se donner les moyens de faire bouger les lignes", explique-t-on à La Tribune. En outre, Jean-Bernard Lévy sait faire. Notamment quand il était à la tête de Vivendi avec l'acquisition notamment du Free brésilien, le groupe GVT (3 milliards d'euros).

 

5/ Faire évoluer la gouvernance et l'actionnariat

Enfin quid de la gouvernance et de la structure actionnariale du groupe avec une présence aussi forte de l'Etat et de Dassault à son capital. Une question fondamentale pour le groupe. Car à l'heure où EADS a su retrouver l'année dernière une gouvernance quasi-normale d'un groupe côté en Bourse et où Safran voit s'alléger jour après jour le poids de l'Etat à son capital, Thales peut-il continuer encore longtemps à rester une exception dans cette industrie… Mais cette fois-ci, c'est à l'Etat d'en décider.

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 13:20
Drones: le DoD diffuse un document stratégique pour les années 2013-2038

 

29.12.2013 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense

 

En 25 ans, il peut s'en passer des choses... Et la "feuille de route" (roadmap) diffusée en début de semaine par le DoD sur les "unmanned systems" pourrait s'avérer prématurément obsolète. Ce qui est sûr, c'est que les Etats-Unis, entre 2014 et 2018, vont investir près de 24 milliards de dollars dans les drones UAS (air), UGS (terre), UMS (mer)

Pour autant, elle établit un point de situation qui n'est pas sans intérêt. Exemple: il dresse l'inventaire des drones aériens mis en œuvre par le DoD (cliquer sur l'image ci-dessous pour l'agrandir):

 

drones us inventaire.jpg

Cette riche feuille de route dresse aussi l'inventaire des drones terrestres et navals, ce qui n'est pas sans intérêt aussi puisque l'attention est trop souvent focalisée sur le domaine aérien où l'action des drones armées continue d'alimenter le débat éthique ou politique. Enfin, elle aborde la question de la logistique et de la formation des personnels militaires.

Pour accéder à ce riche document en anglais, cliquer ici.

A noter: "Drones-tueurs et éliminations ciblées. Les Etats-Unis contre Al-Qaïda et ses affiliés" par Stéphane Taillat, Focus stratégique n° 47, octobre 2013 . Pour consulter ce texte, cliquer ici ou ici.

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 12:50
European aeronautics firm EADS rebranded as Airbus Group

 

 

3 January 2014 aerospace-technology.com

 

European aeronautics company EADS has been rebranded as Airbus Group, in a move that combines all the firm's activities in a single brand.

 

The group has also renamed two of its three divisions. It now comprises Airbus, engaged in commercial aircraft activities; Airbus Defence and Space, integrating the group's defence and space activities from Cassidian, Astrium, and Airbus Military; and Airbus Helicopters, comprising all commercial and military helicopter activities.

 

Airbus Group CEO Tom Enders said: "Joining forces under the strong Airbus brand gives all our operations and employees the thrust and lift to capture global markets."

 

Meanwhile, the group is launching procedures to convert the legal form of its holding by 2015.

 

Once renamed, Airbus Group NV shall turn into a European Company, while Airbus Group SE will continue to be registered in the Netherlands.

 

However, the legal conversion will not have any impact on the organisation or operations of the group.

 

"We are a pioneer for European industrial integration," Enders added. "It is a logical step and high time that our multinational culture is also mirrored in our legal structure."

 

Both the legal name change and conversion of legal form are subject to approval of the annual general meeting (AGM) of shareholders.

 

The adoption of the new name expected at the AGM in May, with the legal conversion targeted for approval in May 2015.

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 12:25
Le Gripen suédois : peut-être le bon compromis

 

23 décembre 2013 par Pierre Sparaco – Aerobuzz.fr

 

La décision du Brésil de commander trente-six Saab Gripen NG, peut-être beaucoup plus en un deuxième temps, constitue une grande déception pour Dassault Aviation et Boeing, en même temps, un choix lourd de conséquences. Et cela bien que les ultimes épisodes de la compétition aient été pollués par les écoutes de la NSA qui ont fortement écorné l’image des Etats-Unis, en Amérique latine … et ailleurs.

 

Bien entendu, les dirigeants de Dassault, dès le verdict connu, ont souligné que les capacités opérationnelles du Rafale étaient autrement importantes que celle du concurrent suédois. Ce qui est incontestable, un système d’armes polyvalent, biréacteur, très complet, faisant face à un appareil monoréacteur sensiblement plus léger et moins nettement « multirôle ». Les rivaux ne jouaient pas, de ce fait, dans la même catégorie, un constat tout à fait factuel interdisant de procéder à des comparaisons techniques complètes. Ce qui revient à dire que les Brésiliens, toutes considérations politiques et cybernétiques mises à part, ont donné la priorité à d’autres critères, tout comme, notamment les Suisses.

 

Le Gripen, finalement, serait le chasseur de la juste suffisance, capable d’assurer des missions de défense dans des conditions acceptables, mais sans prétendre s’élever au rang des appareils les plus sophistiqués et, de ce fait, les plus coûteux. Et cela malheureusement sans qu’il soit possible à procéder à des comparaisons budgétaires : les trois offres soumises au Brésil étaient foncièrement différentes, le prix « fly away » des avions n’étant qu’un élément parmi d’autres, par exemple en matière de compensations économiques. Dès lors, l’indication selon laquelle le contrat s’élèverait à 4,5 milliards de dollars est sans grande signification.

 

Un tout autre point de repère est instructif, la liste des pays acheteurs du Gripen. Outre la Suède, bien sûr, du Brésil qui prévoit de signer un contrat fin 2014, et de la Suisse qui va demander l’aval de ses électeurs à l’intervention d’une votation, il s’agit de l’Afrique du Sud, de la Hongrie, de la République tchèque et de la Thaïlande. S’y ajoute un acheteur atypique, l’Empire Test Pilot School britannique. De toute évidence, aucun de ces acheteurs ne remplissait les conditions requises pour accéder au très haut de gamme. Tous pourraient d’ailleurs adopter le leitmotiv du ministre suédois de la Défense, Celso Amorim : « nous sommes un pays pacifique mais qui ne veut pas rester sans Défense  ».

 

La manière de faire suédoise repose sur une grande économie de moyens. Longtemps, c’est une quasi autarcie militaire qui a été privilégiée, Saab affirmant au fil des années sa capacité à développer seul des appareils très performants. En revanche, le coût d’étude de moteurs adéquats s’étant avéré dissuasif, Volvo Flymotor a choisi de travailler étroitement avec General Electric, au départ d’une valeur sûre, le F404. Ainsi, la Suède a pu entretenir sa sacro-sainte neutralité et s’en est bien portée.

 

C’est dans les années soixante-dix que la manière de faire a été infléchie : avec l’aval de ses autorités de tutelle, Saab a commencé à chercher des clients à l’export, pour produire davantage d’avions et en diminuer le coût unitaire. Et, parallèlement, l’avionneur est entré sur le marché des avions régionaux, où il y avait pourtant pléthore de prétendants.

 

En 1975, Saab a proposé l’impressionnant Viggen aux quatre pays du « marché du siècle  », Pays-Bas, Belgique, Norvège et Danemark, face au YF-16 et au Mirage F1E. « Nous savions que nous n’avions aucune chance de l’emporter mais notre candidature nous a beaucoup appris, elle nous a permis de comprendre comment se déroulent de grandes compétitions de ce type », nous avait déclaré à l’époque le directeur du marketing de Saab.

 

Depuis, les équipes de Linköping ont fait du chemin, aidées par le Gripen, concurrentiel dans des limites suscitant un réel intérêt là où les contraintes budgétaires sont les plus sévères. Il n’est donc pas étonnant que la Colombie, par exemple, exprime un intérêt sérieux pour l’avion suédois. Lequel pourrait aussi intéresser les Canadiens, apparemment prêts à renoncer au F-35 au profit d’une solution plus « modeste » pour remplacer leurs CF-18. Commentaire de Hakan Buskhe, directeur général de Saab : le Gripen est « the most affordable fighter ». C’est visiblement l’avis des Brésiliens.

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 12:20
photo Lockheed-Martin

photo Lockheed-Martin

 

30 décembre 2013 Aerobuzz.fr

 

Paradoxalement, c’est un modèle à décollage et atterrissage conventionnel que Lockheed-Martin a choisi de mettre en avant pour donner un coup de projecteur sur le sinueux programme F-35 Lightning à 400 milliards de dollars.

 

C’est en présence de 2.000 employés du groupe et de représentants du Pentagone que Lockheed-Martin a célébré la mise production du 100ème exemplaire du F-35 Lightning II désigné AF-41. Rappelons pour mémoire que ce programme, d’un montant de près 400 milliards de dollars est l’un des plus importants jamais réalisés outre-Atlantique. Il regroupe non pas un avion mais trois types d’avions très différents destinés à équiper les forces aériennes, les Marines et les forces aéronavales.

 

Dans son communiqué, l’avionneur américain explique qu’il a déjà produit 44 F-35 A, la version d’attaque à décollage et atterrissage conventionnel, à cela s’ajoutent 42 F-35B à décollage court et atterrissage vertical ainsi que 14 F-35C optimisés pour l’utilisation sur porte-avions. Les 95 premiers avions sont destinés aux forces américaines, les autres étant répartis entre le Royaume-Uni et les Pays-Bas. Le programme qui était en plein naufrage technique et financier il y a deux ans encore, a entièrement été repensé, avec à la clé, l’arrivée d’une nouvelle équipe de conduite.

 

Aujourd’hui, sur 7.700 vols d’essais, plus de 3.600 tests ont été réalisés. Les performances de vol à basse vitesse et à incidence élevée ont été évaluées. Le système d’arme, qui est animé par une version intérimaire du logiciel doit maintenant faire ses preuves. Ce système complexe qui comporte des liaisons de données tactiques LINK 16 et MADL, un ensemble d’autoprotection multicapteurs, un radar APQ81 à antenne active et un capteur optronique IRST doit tenir ses promesses lors de missions air-air et air-sol.

 

Une première campagne d’essais, impliquant la destruction d’une cible aérienne et d’un blindé s’est révélée prometteuse, mais il faudra encore attendre plus d’une année avant qu’une première capacité opérationnelle, désignée standard IOC, soit prononcée. Il s’agira alors de la version F-35B destinée aux Marines américains. Les autres versions suivront ensuite au gré d’un programme de qualification mené tambour battant.

 

Il s’agit de faire vite, parce que les clients s’impatientent. A commencer par les USA dont les A-10, F-16 et AV-8B, malgré des programmes de remise à niveau réguliers, accusent le poids des ans. Mais il y a aussi les clients « export » tels que le Royaume-Uni, le Japon et la Corée du Sud qui estiment que l’arrivée dans leur arsenal d’un appareil d’attaque polyvalent et furtif est vitale pour la crédibilité de leurs forces armées. Ainsi, Londres qui se dote de deux porte-avions conventionnels n’a toujours pas d’avion à déployer, ni d’équipages formés. La Corée du Sud et le Japon veulent des avions capables de tenir, sur le papier au moins, la dragée haute face aux menaces nord coréennes et aux ambitions chinoises.

 

Un intérêt bien compris par Lockheed-Martin qui, malgré un prix unitaire compris entre 94 et 120 M$ suivant les modes de calcul croit toujours pouvoir vendre plus de 3.000 unités de son petit dernier. Un pari audacieux, qui si il réussit, serait un véritable coup dur pour les produits du vieux continent, à savoir le Rafale, l’Eurofighter et le Gripen, trois avions dont le développement a été lancé dans les années 80 et qui peinent à s’imposer sur les marchés export.

 

A l’heure ou les USA, la Chine, l’Inde, et la Russie étudient des avions de cinquième et de sixième génération capables de pénétrer les défenses les plus modernes pour accomplir leurs missions les plus complexes, il est plus que temps de fédérer les compétences européennes pour préparer la relève de la gamme actuelle, sous peine de se retrouver irrémédiablement déclassés à court terme. Car dans ce domaine plus que dans tout autre, l’histoire a prouvé que le retard pris par rapport aux concurrents ne se rattrape pas.

photos Lockheed-Martinphotos Lockheed-Martin
photos Lockheed-Martinphotos Lockheed-Martin
photos Lockheed-Martinphotos Lockheed-Martin

photos Lockheed-Martin

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 08:50
Final Type 45 destroyer enters service early

Type 45 destroyer HMS Duncan sails into Portsmouth for the first time [Picture: Leading Airman (Photographer) Ben Sutton, Crown copyright]

 

30 December 2013 Ministry of Defence

 

HMS Duncan, the Royal Navy's sixth Type 45 destroyer, has entered into service 4 months ahead of schedule.

 

The ship was scheduled to enter service in early 2014, but thanks to the hard work of both the ship’s company and industry since her arrival in Portsmouth, HMS Duncan is ready to take up duties now.

The 7,500-tonne vessel will now embark on a programme of trials to prepare the ship and her crew for operational deployment.

HMS Duncan is the final Type 45 to enter service with the Royal Navy. Her handover to the fleet marks the end of a 13-year build programme with BAE Systems to deliver the 6 ships – Daring, Dauntless, Diamond, Dragon, Defender and Duncan.

Armed with the world-leading Sea Viper missile defence system which can neutralise threats up to 70 miles away, the Type 45s are the most powerful air defence destroyers ever used by the Royal Navy.

HMS Duncan
Type 45 destroyer HMS Duncan pictured during trials off Scotland (library image) [Picture: Leading Airman (Photographer) Stu Hill, Crown copyright]

Measuring 152 metres in length, HMS Duncan and her sister ships are longer than 16 double-decker buses laid end-to-end and as tall as an electricity pylon. And her onboard power plant can supply enough electricity to light a town of 80,000 people.

Minister for Defence Equipment, Support and Technology Philip Dunne said:

Thanks to the skill and hard work of the commanding officer, the ship’s company and their MOD and industry partners, HMS Duncan has entered service 4 months early. It is testament to the improving control of projects across the armed forces and significant dedication across defence that all 6 ships of the Type 45 class are now in the hands of the Royal Navy.

The Type 45 programme has provided the Royal Navy with one of the most sophisticated and effective air defence ships available anywhere in the world. We expect these vessels to see decades of service protecting the UK’s interests around the world, including providing humanitarian aid as we saw recently with HMS Daring’s efforts in the Philippines.

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2013 1 23 /12 /décembre /2013 17:08
Best wishes from RP Defense - back in January '14.
Partager cet article
Repost0
23 décembre 2013 1 23 /12 /décembre /2013 12:55
Nouveau contrat de soutien pour le VBCI

crédits G Belan

 

20 décembre, 2013 Guillaume Belan

 

Le nouveau marché de soutien en service (MSS) du véhicule blindé de combat d’infanterie (VBCI) a été notifié le 2 décembre 2013 par la SIMMT à la société Nexter Systems. Le communiqué du Sirpa terre précise que ce marché de soutien est d’une durée de 10 ans et couvre à la fois des prestations de maintien en condition opérationnelle (confiées à la structure intégrée du maintien en condition opérationnelle des matériels terrestres – SIMMT) et de maîtrise technique (direction générale de l’armement – DGA). Ce contrat succèdera le 1er août 2014 au marché de soutien initial, notifié par la DGA en 2008.

 

Ayant pris en compte les enseignements de l’important retour d’expérience (technique et opérationnel) acquis en métropole et sur les théâtres d’opérations afghan, libanais et malien, le communiqué souligne que ce nouveau marché est innovant à plusieurs titres. Il engage Nexter et son principal coopérant RTD sur le maintien d’une disponibilité et sur l’optimisation du système de soutien dans une logique d’obligation de résultats. Le contrat est organisé en « marché à bons de commande pluriannuels » qui permet l’achat d’heures et de kilomètres à tout moment, utilisables sur une durée de 5 ans. Il permet par ailleurs, selon le communiqué « un partage équilibré des tâches entre l’industrie, les forces terrestres et le SMITer, qui pérennise le rôle de l’industriel dans la Supply Chain (livraison au point de monte, assistance technique et soutien direct du parc d’entraînement Champagne), tout en garantissant la capacité d’engagement et de réactivité des maintenanciers de l’armée de Terre ».

 

Un marché donc souple qui permet une adaptation aux contraintes budgétaires actuelles, tout en garantissant une couverture du besoin opérationnel et un paiement  au plus juste de la consommation.

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2013 1 23 /12 /décembre /2013 12:55
Douche froide au Canada

Un VBCI sur la piste d’essais de Nexter à Roanne

 

21 décembre, 2013 Frédéric Lert

 

Semaine pénible pour l’industrie militaire française : après l’échec du Rafale au Brésil, dont on nous explique maintenant qu’il était anticipé, l’annulation du programme CCV par le Canada porte un rude coup à Nexter. Ce programme de Close Combat Vehicle portant sur 108 véhicules pour un montant d’environ 2 milliards de dollars américains, avait été plusieurs fois repoussé et accumulait les retards. Il y a quelques mois, la rumeur d’une possible annulation circulait  déjà à Ottawa et faisait alors figure de pire scénario pour Nexter qui engageait le VBCI dans la compétition, en partenariat avec le canadien Bombardier et l’américain Raytheon. Nous y voilà donc.

 

Certes il ne s’agit pas d’une défaite pour l’industriel et le VBCI n’a pas démérité. Mais le ton employé par Nexter dans le communiqué de presse réagissant à cette annulation en dit long sur l’amertume qui règne à Satory. De toute évidence, la pilule a du mal à passer et la retenue traditionnellement d’usage dans ces circonstances a pour une fois été oubliée…

 

Nexter rappelle dans son communiqué que le VBCI aurait apporté aux canadiens la meilleure réponse au cahier des charges. Classique. Ce qui l’est moins, c’est de préciser que « des millions de dollars ont été dépensés parce que nous (Nexter) étions convaincus que la compétition serait juste et ouverte (…) ». Il est peu courant que les industriels évoquent aussi directement les coûts d’une campagne commerciale tout en mettant en doute, dans la même phrase, la sincérité d’une campagne d’évaluation.

 

« L’armée de Terre canadienne suggère ce jour que son véhicule LAV UP (i-e LAV III modernisé) offrait les capacités demandées au CCV » rappelle Patrick Lier, Vice-Président des Affaires Internationales, pour l’Amérique du Nord de Nexter Systems. « En tant que spécialiste de véhicules blindés ayant plusieurs décennies d’expériences, Nexter est stupéfait par ce propos, le LAV UP ne fournissant simplement pas les mêmes niveaux de protection et de mobilité. Cette situation soulève également la question du deuxième appel d’offres CCV, lancé par l’armée de Terre six mois après l’obtention par GDLS du contrat LAV UP en 2011. Cette dernière connaissait alors déjà les capacités des deux véhicules, mais a néanmoins décidé d’initier un autre appel d’offres et d’engager à nouveau les industriels dans une compétition coûteuse. »

 

Et voilà la deuxième couche sur les frais engagés, que Nexter a décidément bien du mal à digérer. Et la troisième couche arrive en fin de communiqué, toujours par la voix de Patrick Lier :

 

« De plus (…), nous souhaitons que le Gouvernement dédommage pour les coûts engendrés par les offres des différents compétiteurs. Aucune société ne peut se permettre d’engager des fonds aussi importants pour un résultat nul. »

 

Au-delà de cette revendication monétaire, Nexter demande également au gouvernement canadien de  révéler qui des trois compétiteurs à réellement remporté la compétition. Avec une pointe d’ironie bien sentie, l’industriel français explique qu’il « (…) est fondamental que les autres armées alliées qui souhaitent équiper leurs soldats du meilleur véhicule, puissent bénéficier des résultats générés par les rigoureuses procédures d’essais conduites par les forces canadiennes à Valcartier (Québec) et Aberdeen Test Center du Maryland »

 

Côté canadien, on explique l’annulation du programme par la fin de l’engagement en Afghanistan et le fait que le CCV ne correspondrait plus aux besoins de l’armée. Le général Tom Lawson, chef d’État-major, a confirmé que les forces armées canadiennes pouvaient assurer leurs missions sans l’achat de cette centaine de véhicules.

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2013 1 23 /12 /décembre /2013 08:40
Le Monténégro refuse d'accueillir une base navale russe

 

SARAJEVO/MOSCOU, 20 décembre - RIA Novosti

 

Podgorica a décliné la demande de Moscou d'accueillir un centre d'entretien et d'approvisionnement de la Marine russe sur le territoire du Monténégro, a annoncé le quotidien local Vijesti, citant des sources au sein du gouvernement monténégrin.

 

Selon le journal, la Russie voulait mettre en place une base navale dans la ville de Bar, sur le littoral adriatique, pour entretenir son escadre méditerranéenne. Il y a trois semaines, le gouvernement monténégrin a répondu par la négative.

 

"Quelques mois après avoir reçu la proposition russe, les plus hautes autorités du pays ont décidé de refuser cette demande de Moscou qui cherchait à s'implanter à Bar", rapporte le quotidien. Selon lui, le désir de la Marine russe d'installer un centre logistique dans cette ville monténégrine "s'explique par le fait que Moscou n'est pas sûr de pouvoir conserver sa base navale de Tartous, en Syrie".

 

D'après le journal, la conclusion d'un accord prévoyant l'implantation d'un tel centre à Bar aurait fermé au Monténégro les portes de l'Otan. Ce n'est pas sans raison que la ministre de la Défense Milica Pejanovic-Djurisic a été la première à s'opposer à la présence russe.

 

La Russie a entamé la formation de son escadre méditerranéenne en mars 2013. Cette dernière réunit actuellement des bâtiments de guerre des flottes russes du Pacifique, du Nord, de la Baltique et de la mer Noire.

 

Les navires faisant partie de l'escadre sont entretenus et approvisionnés dans la base russe installée à Tartous.

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2013 1 23 /12 /décembre /2013 08:25
Le Pérou signe un grand contrat d'hélicoptères avec la Russie

 

MOSCOU, 20 décembre - RIA Novosti

 

Les autorités péruviennes ont annoncé hier que les négociations avec la Russie sur l'achat d'hélicoptères de transport militaire Mi-171Ch étaient terminées. Ce contrat portant sur 24 appareils coûtera 500 millions de dollars à l'armée péruvienne, écrit vendredi le quotidien Kommersant.

 

C’est l'un des plus importants de l'histoire de la coopération militaro-technique entre les deux pays.  "Ces hélicoptères seront utilisés pour lutter contre le trafic de stupéfiants et le terrorisme dans la vallée de l'Apurimac, de l'Ene et du Mantaro", a précisé le ministère péruvien de la Défense.

 

Selon une source, ce contrat a été signé à Lima le 17 octobre par le directeur général adjoint de Rosoboronexport Sergueï Ladyguine. Conformément aux termes de l’accord les premiers appareils devraient être livrés à Lima avant le 9 décembre 2014, pour la célébration de la Journée de l'armée de terre péruvienne.

 

La livraison de tous les hélicoptères est prévue pour 2015. Les militaires péruviens n'ont pas divulgué le montant de la transaction mais selon une source proche du dossier il s’agirait d’environ 500 millions de dollars.

 

Le contrat implique également qu’en 2016 la Russie ouvre un centre de maintenance au Pérou pour l'entretien des hélicoptères, afin que les nouveaux appareils et ceux achetés par le passé restent opérationnels.

 

Au total, près de 100 hélicoptères russes et soviétiques ont été vendus au Pérou depuis la fin des années 1970, notamment les Mi-8/17 et les Mi-24. Une livraison de six hélicoptères de transport militaire Mi-171Ch et de deux hélicoptères d'attaque Mi-35P a eu lieu en octobre 2011 pour près de 108 millions de dollars. En 2011-2012 les entreprises russes ont également modernisé sept hélicoptères Mi-25 pour environ 20 millions de dollars.

 

En parallèle les spécialistes travaillaient également sur le contrat des Mi-171Ch, qui figure parmi les plus importants de l'histoire de la coopération militaro-technique entre Moscou et Lima. "Pérou fait partie des plus grands exploitants de notre matériel dans la région, et ce contrat est une nouvelle confirmation de la compétitivité des hélicoptères russes", a déclaré Sergueï Goreslavski, conseiller du président de Rosoboronexport et chef du département international du groupe public Rostekh.

 

Une délégation russe sous la direction du ministre de la Défense Sergueï Choïgou s'était rendue au Pérou en octobre pour s'entretenir avec le ministre de la Défense péruvien Cateriano Bellido en matière de coopération militaro-technique. Une source du ministère russe de la Défense a confirmé hier que les perspectives de la signature de ce contrat avaient été évoquées au cours de ces pourparlers.

 

Les hauts fonctionnaires du complexe militaro-techniques soulignent que l'intérêt de Lima ne se limite pas aux hélicoptères : le Pérou compte dépenser prochainement près de 2,3 milliards de dollars pour acheter du matériel technique et des armements, en priorité du matériel blindé et des systèmes de défense antimissile.

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2013 1 23 /12 /décembre /2013 08:25
Pérou: un centre russe de maintenance d'hélicoptères créé en 2016

 

MOSCOU, 20 décembre - RIA Novosti

 

La Russie créera un centre de maintenance et de réparation d'hélicoptères au Pérou en 2016 dans le cadre du contrat qui prévoit la livraison d'hélicoptères Mi-171Ch, a annoncé vendredi le holding russe de hautes technologies Rostec.

 

"En 2016, la Russie ouvrira un centre destiné à assurer la maintenance et la réparation des hélicoptères livrés dans le cadre du récent contrat et des contrats précédents au Pérou", a indiqué le holding dans un communiqué.

 

Le centre appartenant au ministère péruvien de la Défense "permettra de maintenir les hélicoptères en bon état et d'assurer leur participation efficace aux opérations antidrogues et antiterroristes", a ajouté Rostec.

 

L'Agence russe d'exportation d'armements (Rosoboronexport), qui fait partie de Rostec, et le ministère péruvien de la Défense ont conclu un contrat prévoyant la livraison de 24 hélicoptères Mi-171Ch en 2014-2015. Le premier lot d'hélicoptères arrivera au Pérou le 9 décembre 2014.

 

En juillet 2010, l'armée péruvienne a acheté huit hélicoptères russes (six hélicoptères de transport militaire Mi-171Ch et deux hélicoptères de frappe Mi-35P). La Russie a livré ces appareils au Pérou en octobre 2011.

 

Au total, le Pérou possède une centaine d'hélicoptères de fabrication soviétique et russe achetés depuis les années 1970. L'armée du pays utilise depuis longtemps les hélicoptères russes Mi-8/17 et Mi-24/35.

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2013 7 22 /12 /décembre /2013 21:45
L’Algérie veut plus d’investissements chinois dans l’industrie, la défense et les technologies

 

22 décembre 2013 maghrebemergent.com

 

L’Algérie et la Chine sont déterminées à élargir les domaines de leur coopération dans le cadre du partenariat stratégique global. Un partenariat qui devrait déboucher sur une plus grande présence chinoise en Algérie dans l’industrie et le transfert de savoir-faire.

 

Le partenariat stratégique global qui favorisera essentiellement les investissements directs chinois en Algérie dans le domaine industriel hors hydrocarbures, intervient en application des orientations des deux Chefs d’Etat en faveur du développement et de la promotion des relations bilatérales, a indiqué M. Lamamra lors d’une conférence de presse à l’issue de ses entretiens avec son homologue chinois, Wang Yi.

 

Ce même partenariat, ajoute M. Lamamra, englobera plusieurs domaines dont la défense, l’énergie et le transfert du savoir-faire dans les sciences et technologies, d’autant que la Chine "est une force économique et militaire, mais aussi politique".

 

De son coté, le chef de la diplomatie chinoise a affiché la volonté de son pays à « faire des efforts pour porter notre coopération à de nouveaux paliers pour le bénéfice de nos deux peuples". Les deux ministres ont évoqué un partenariat qui se veut "unique et incomparable" et un engagement à oeuvrer "d'arrache-pied" pour permettre à l’Algérie de disposer « d’une industrie indépendante et forte », selon M. Lamamra. M. Wang a aussi promis "d'investir directement" en Algérie, tout en exhortant les Algériens à "accorder davantage de facilités aux investisseurs chinois".

 

La Chine est devenue le premier fournisseur de l'Algérie en 2013, avec 4,95 milliards de dollars, soit 11,98% du montant global des importations algériennes pendant les trois premiers trimestres. Elle est suivie par la France (avec 4,70 milliards, 11,37%) qui a ainsi perdu sa première place historique. L’Italie arrive en troisième position (3,95 milliards, 9,57%).

 

55 ans de relations diplomatiques algéro-chinoises

 

L’occasion était pour M. Lamamra de passer en revue les relations unissant depuis 55 ans l’Algérie à la Chine rappelant que "la Chine était le premier pays non arabe à avoir reconnu le Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) quelques semaines seulement après sa proclamation (septembre 1958)". "Cet évènement historique traduisait une partie des acquis importants remportés par la Révolution algérienne", a-t-il ajouté.

 

"Pékin constituait, alors, une halte décisive dans l’histoire des relations algériennes", a poursuivi M. Lamamra ajoutant que le premier aéroport international étranger qui vit flotter le drapeau algérien fut celui de Pékin.

 

La célébration de l’anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques avec la Chine qui coïncide avec le 20 décembre de chaque année "n’est pas un évènement ordinaire ou protocolaire, mais plutôt une occasion de se remémorer un évènement historique exceptionnel dans l’histoire de l’Algérie contemporaine et l’histoire des relations de l’Algérie au plan international".

 

Auparavant, les deux ministres avaient planté un olivier au niveau du siège du ministère des Affaires étrangères, pour célébrer les relations unissant les deux pays notamment aux volets diplomatique et économique.

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2013 7 22 /12 /décembre /2013 12:55
L’innovation participative sous les projecteurs à Mont-de-Marsan

19/12/2013 Armée de l'Air

 

Le 17 décembre 2013, la base aérienne 118 de Mont-de-Marsan et le centre d’expériences aériennes militaires (CEAM) ont accueilli l’ingénieur général de l’armement (IGA) Pierre Schanne, chef de la mission pour le développement de l’innovation participative (MIP) depuis le 1er octobre 2013.

 

« L’innovation n’est pas forcément technologique. Elle couvre un périmètre extrêmement large », a déclaré l’IGA Schanne lors de sa visite. Ce dernier a souhaité valoriser les idées et les efforts des aviateurs, dont plusieurs projets ont été remarqués et validés cette année dans le cadre de la MIP. Une nouvelle fois, le savoir-faire et l’expertise du personnel du CEAM ont été mis à l’honneur. Le projet TITAAN (technologies intégrées au travail d’appui aérien numérisé) a été mené par l’adjudant-chef Fournier et l’adjudant Le Borgne, de la division aéro-tactique de l’escadron de survie opérationnelle et des parachutistes d’essai. Autres innovations présentées : la formation aux jumelles de vision nocturne, conçue par la capitaine El Khourge de l’escadron de chasse et d’expérimentation 5/330 et le projet SMILE (supervision des moyens informatiques logiciels et environnementaux) de l’adjudant Gomes-Carrola, affecté au centre de développement, d'expérimentation et de validation du SCCOA (système de commandement et de conduite des opérations aérospatiales).

L’IGA Schanne a insisté sur le rôle de la MIP qui vise « à stimuler et faciliter l’expression, la concrétisation et la diffusion d’idées par l’ensemble du personnel » et a invité  les futurs innovateurs à ne pas se censurer. Et de conclure qu’« il est fondamental d’établir une relation de confiance ».

Plus d’informations sur l’innovation participative ouverte à tous les aviateurs.

L’innovation participative sous les projecteurs à Mont-de-Marsan
Partager cet article
Repost0
21 décembre 2013 6 21 /12 /décembre /2013 19:50
Statement by Claude-France Arnould following the Council Conclusions on CSDP

 

Brussels - 20 December, 2013 by Claude-France Arnould - European Defence Agency

 

"Heads of State and Government yesterday highlighted the importance of an effective Common Security and Defence Policy (CSDP) for the security of European citizens, peace and stability in our neighbourhood as well as in the broader world. They have also underlined that Europe needs strong military capabilities and a healthy, innovative and competitive European Defence Technological and Industrial Base.

The taskings by Heads of State and Government stemming from the EU Summit for the European Defence Agency are substantive. In terms of capability development, we will push forward four key programmes: Remotely Piloted Aircraft Systems (RPAS), Air-to-Air Refuelling, Satellite Communications and Cyber.

The Council supports a more systematic and long-term approach to cooperation through increased transparency and information-sharing in defence planning. In this context, we will continue to assess progress on the implementation of the Agency’s Code of Conduct on Pooling & Sharing and propose an appropriate policy framework by the end of 2014, as mandated by the European Council. Within the same timeframe the Agency will also propose ways in which Member States can cooperate more effectively and efficiently in pooled procurement projects.

As regards the strengthening of Europe’s defence industry, EDA will closely work together with the European Commission to develop proposals to stimulate further dual use research, to develop defence industrial standards and a roadmap for a comprehensive EU-wide Security of Supply regime.

This year was marked by intensive preparations for this EU Summit, which gave a fresh boost to European defence matters. It is especially important that this new dynamic in defence and security is maintained and developed. EDA will strive to ensure that further concrete and substantive deliverables are achieved when the European Council next assesses progress in June 2015." 

 

More information:

 

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 17:20
Blindés : Nexter demande des comptes au Canada

 

20/12/13 Alain Ruello – LesEchos.fr

 

Ottawa a annulé l’appel d’offres portant sur l’acquisition de 108 blindés pour 2 milliards de dollars. Nexter a beaucoup investi dans cette campagne commerciale pour exporter son blindé VBCI.

 

Le Canada a fini par annuler son appel d’offres portant sur l’achat de 108 blindés et auquel Nexter concourrait face au Britannique BAE Systems et à l’Américain General Dynamics depuis quatre ans, mais dont l’issue était devenue incertaine. Le marché était estimé à environ 2 milliards de dollars américains. Fin de l’histoire ? Non, car la réaction de l’industriel français n’a pas tardé. Et elle détonne dans le milieu plutôt discret de l’armement.

Le Canada a justifié sa décision en indiquant que les blindés ne faisaient plus partie des priorités d’acquisitions. « Commandés en pleine guerre en Afghanistan, les véhicules ne répondent plus aux besoins de l’armée », a indiqué le lieutenant-général Marquis Hainse, commandant de l’Armée canadienne, cité par le site « 45eNord.ca ».

Face à Nexter qui proposait son VBCI (véhicule blindé de combat de l’infanterie), deux autres champions de l’armement terrestre étaient en lice dans cette compétition baptisée « CCV » pour « close combat vehicles » : le Britannique BAE Systems, avec le CV90 de sa filiale suédoise Hägglunds, et l’Américain General Dynamics avec son Piranha V.

« L’armée de Terre canadienne suggère ce jour que son véhicule LAV III modernisé offrait les capacités demandées au CCV, s’est étonné Patrick Lier, en charge de l’Amérique du Nord chez Nexter, dans un communiqué. En tant que spécialiste de véhicules blindés ayant plusieurs décennies d’expériences, Nexter est stupéfait par ce propos, le LAV UP ne fournissant simplement pas les mêmes niveaux de protection et de mobilité. Cette situation soulève également la question du deuxième appel d’offres CCV, lancé par l’armée de Terre six mois après l’obtention par General Dynamics du contrat LAV UP en 2011. Cette dernière connaissait alors déjà les capacités des deux véhicules, mais a néanmoins décidé d’initier un autre appel d’offres et d’engager à nouveau les industriels dans une compétition coûteuse. »

 

Dédommagement

 

Mettant en doute la sincérité de la procédure, Nexter demande à Ottawa de « révéler » qui l’a remporté : « Il est fondamental que les autres armées alliées qui souhaitent équiper leurs soldats du meilleur véhicule, puissent bénéficier des résultats générés par les rigoureuses procédures d’essais conduites par les forces canadiennes à Valcartier (Québec) et Aberdeen Test Center du Maryland », estime l’industriel. Et pour cause : ne pas connaître le résultat des courses, c’est laisser planer le doute sur les qualités du VBCI, qui attend encore sa première référence à l’export !

Mettant en avant les millions de dollars « dépensés » en quatre ans, Nexter « souhaite » en outre que le gouvernement canadien le dédommage. « Aucune société ne peut se permettre d’engager des fonds aussi importants pour un résultat nul », a ajouté son responsable Amérique du Nord. Là encore le ton surprend : s’il est d’usage de se faire rembourser une partie des frais quand un Etat annule un appel d’offres, en général on ne le réclame pas par voix de communiqué de presse...

La réaction de Nexter est à la mesure de sa déception : l’industriel français misait beaucoup sur le Canada pour décrocher le premier succès de son VBCI à l’international. D’autant que le blindé a visiblement fait ses preuves en Afghanistan et au Mali.

Les Emirats Arabes Unis ayant visiblement gelé leur appel d’offres, Nexter peut espérer se refaire au Danemark, mais ses meilleures chances se situent plus probablement au Qatar

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 13:45
SAAF receives Gripen support contract

 

20 December 2013 by Guy Martin - defenceWeb

 

South African armaments acquisition agency Armscor has finally awarded Saab a support contract for the South African Air Force’s 26 Gripens. The SEK 180 million (R285 million) contract will see Saab support the Gripen fleet to 2016.

 

Saab said that the operations of the Gripen fighter in South Africa have previously been supported by Saab through short-term interim support contracts. However, since April the SAAF had no Gripen support contracts at all. The Air Force did hands on maintenance work, but it is not good for the aircraft to fly for extended periods without proper maintenance and support.

 

“The steady state support contract that has now been signed between Saab and Armscor enables Saab to conduct support operations in a sustainable manner with a long-term horizon, with high efficiency and availability,” the Swedish company said.

 

Through the steady state support contract, typical support services like engineering support, maintenance, repair and overhaul and spares replenishment will be carried out. The contract also includes technical publications amendment services.

 

"Signing of the steady state support contract marks the start of a deeper and extended relationship between Saab, Armscor and the South African Air Force. The Gripen operation climbs out of testing and delivery phase with ad hoc, short-term support efforts into a real sustained South African fighting force, constantly ready and supported by Saab,” said Magnus Lewis-Olsson, head of Saab’s market area Sub-Saharan Africa.

 

South Africa ordered 28 Saab Gripen C & D advanced light fighter aircraft in 1999 as part of the Strategic Defence Procurement Package aka “arms deal”. The order was later trimmed to 26. By August 2011, the SAAF had spent R151 million on Gripen support.

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 12:35
KAI livrera 60 hélicoptères Surion à l'armée de terre d'ici 2017

 

 

SEOUL, 19 déc. (Yonhap)

 

Korea Aerospace Industries (KAI) a déclaré ce jeudi avoir signé un contrat de 1.700 milliards de wons (1,6 milliard de dollars) pour la livraison de 60 hélicoptères Surion à l’armée de terre d’ici 2017.

 

Ce contrat, le deuxième du genre, a été conclu avec l’Administration du programme d’acquisition de défense (DAPA) après le premier accord signé en 2010 pour la vente de 20 hélicoptères.

 

KAI a consacré 1.300 milliards de wons depuis 2006 au développement de cet hélicoptère bimoteur qui rivalisera avec l’UH-60 et l’AW-149. Les appareils ont subi des tests de vol pendant plus de 2.700 heures et passé 7.600 évaluations avant d’être certifiés pour leur mise en service.

 

L’entreprise a prévu que pas moins de 400 Surion, ou hélicoptère utilitaire coréen (KUH), pourraient être vendus dans le pays dans les années à venir et 300 unités à l'étranger.

 

La demande locale inclut les hélicoptères pour le corps des Marines, la police ainsi que pour d’autres agences gouvernementales.

 

KAI a par ailleurs annoncé que, outre ce dernier contrat, l’entreprise a décroché des nouvelles commandes d’une valeur globale de 6.100 milliards de wons en 2013. La société a précisé que le montant des contrats liés aux pièces détachées dépasserait largement la barre des 6,2 milliards de wons, l’objectif qui a été fixé pour cette année.

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 12:20
Le ministre Fast salue l’arrivée d’avions mexicains Hercules C-130K

 

19 décembre 2013. par Nicolas Laffont – 45eNord.ca

 

 

Le ministre du Commerce international, l’honorable Ed Fast, a salué aujourd’hui l’arrivée de deux aéronefs Hercules C-130K aux installations de Cascade Aerospace, à Abbotsford, en Colombie-Britannique. Dans le cadre d’un marché négocié entre le Secrétariat de la Défense nationale du Mexique et la Corporation commerciale canadienne, Cascade Aerospace modernisera, entretiendra, réparera et révisera les deux avions.

 

Ce marché représente 70 emplois à temps plein à l’entreprise Cascade pendant la prochaine année et il permettra en outre de financer 100 emplois de grande valeur toujours au sein de l’entreprise, mais aussi de soutenir les activités de fournisseurs locaux du secteur de la défense et de l’aérospatiale, et d’autres secteurs.

 

Les faits en bref

 

    Selon l’Association des industries canadiennes de défense et de sécurité, le secteur de la défense et de la sécurité du Canada emploie environ 109 000 personnes.

    Près des trois quarts de la production du secteur de l’aérospatiale sont exportés. Ces exportations étaient évaluées à plus de 15 milliards de dollars en 2012.

    Le secteur de l’aérospatiale est le plus grand exportateur de technologie de pointe du Canada — et il se trouve au troisième rang, à l’échelle mondiale, en ce qui concerne la fabrication d’avions civils.

    Depuis l’entrée en vigueur de l’ALENA, en 1994, le commerce des marchandises du Canada et du Mexique a plus que sextuplé, et il se chiffrait à plus de 30 milliards de dollars annuellement en 2011 et en 2012.

 

Citations

 

«La priorité de notre gouvernement demeure la création d’emplois et de débouchés. Les entreprises des secteurs de l’aérospatiale et de la technologie de la Colombie-Britannique injectent des milliards de dollars dans l’économie canadienne chaque année. Grâce à leur main-d’œuvre hautement qualifiée et très talentueuse, et à leur capacité d’offrir des produits et services hautement spécialisés, les entreprises canadiennes se mesurent à leurs concurrentes de calibre mondial et elles gagnent.»

Ed Fast, ministre du Commerce international

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 17:45
A Paramount Matador armoured vehicle

A Paramount Matador armoured vehicle

 

13 December 2013 by Guy Martin - defenceWeb

 

Paramount Group, South Africa’s largest private defence company, has teamed with Kazakhstan to produce armoured vehicles in that country.

 

Kazakh Defence Minister Adilbek Dzhaksybekov on Wednesday announced the launch of the project in the capital Astana, which will see the production of 120 to 360 military and non-military vehicles a year. Production is expected to commence by 2015.

 

According to the Kazakh ministry of defence, the project involves Paramount, Kazakhstan Engineering and Kazakhstan Engineering Distribution. The three companies signed an agreement last month over military vehicle production and maintenance.

 

Work at the facility will include cutting and welding armour plates, vehicle assembly and quality control. Wheeled armoured fighting vehicles as well as commercial vehicles such as buses will be manufactured for both local and export markets.

 

Dzhaksybekov on Wednesday noted that Kazakh President Nursultan Nazarbayev stipulated that by 2020, some 80% of Kazakhstan’s military hardware should be supplied through domestic production.

 

The Kazakh defence ministry said this is the first such high-revenue joint venture in Central Asia and will see significant local investment, skills and technology transfer. At least 150 jobs will be created and 50 engineers trained.

 

Apparently the armoured vehicles that will be manufactured at the plant were tested by Kazakhstan’s armed forces in May and June this year.

 

Paramount Group Chairman Ivor Ichikowitz said: “It is a great privilege for Paramount Group to have been selected as the strategic partner to Kazakhstan Engineering Distribution for the establishment of this landmark facility in Kazakhstan. This is a very important milestone in the strengthening of ties between Kazakhstan and South Africa. The defence and aerospace industry is one of the most strategic areas of cooperation between nation states.”

 

Ichikowitz added: “It is our intention to establish a fully fledged armoured vehicle and land forces manufacturing facility to engage not only in manufacturing but also in Research and Development, for the production of an indigenous range of products that are ideally suited to Kazakhstan and other markets in the region. We believe that this strategic collaboration and our investment will support the industrial development of the country and boost the high-tech defence and aerospace industry.”

 

Miles Chambers, Business Development Director at Paramount said, “We are pleased to participate in this large project under which not only manufacture and assembling of the machines but also research and design work will take place. We will participate in the development of Kazakhstan's defence capabilities through transfer of technology and investment of our own funds.”

 

Paramount has done business in the region before – for example, Paramount delivered 30 Matador and 30 Marauder vehicles to Azerbaijan’s armed forces.

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 12:20
Lockheed Martin-Led Team Launches Future USS Milwaukee

 

MARINETTE, Wis., Dec. 18, 2013 -- Lockheed Martin

 

The Lockheed Martin [NYSE: LMT]-led industry team launched the nation's fifth Littoral Combat Ship (LCS), Milwaukee, into the Menominee River at the Marinette Marine Corporation shipyard.

The ship's sponsor, Mrs. Sylvia M. Panetta, christened Milwaukee with the traditional smashing of a champagne bottle across the ship's bow just prior to the launch.

"It is a true privilege to serve as the sponsor for this ship as she begins her journey of service and commitment to our powerful Fleet," said Mrs. Panetta. "I am proud to support the ship's crew members over the course of her service to ensure she leads with strength and protects our freedom. My congratulations to the city of Milwaukee as this ship assumes its name."

Following christening and launch, Milwaukee will continue to undergo outfitting and testing before delivery to the Navy in 2015.

"We are honored to continue building these critical warships for the U.S. Navy," said Dale P. Bennett, executive vice president of Lockheed Martin's Mission Systems and Training business. "As the service prepares to retire three ship classes in this strenuous budget environment, the Lockheed Martin-team's LCS is helping to fill those gaps affordably with one flexible, technologically advanced ship suited for multiple missions."

The U.S. Navy awarded the contract to construct Milwaukee in December 2010. The ship is one of four LCS currently under construction at Marinette Marine. 

"Marinette Marine is proud to provide another finely crafted warship to our nation's warfighters, especially one that bears the name of the largest city in our home state," said Chuck Goddard, president and CEO of Marinette Marine Corporation. "With the Milwaukee, Marinette Marine Corporation is now in full serial LCS production, an exciting accomplishment made possible by our skilled and dedicated workforce and our parent company, Fincantieri's, investment of $100 million."

The Lockheed Martin-led team designed and built USS Freedom (LCS 1) and USS Fort Worth (LCS 3). USS Freedom recently departed from the U.S. 7th Fleet following successful multi-national maritime exercises during her deployment to Southeast Asia. USS Fort Worth has completed her scheduled maintenance period and is currently in her San Diego homeport. Detroit (LCS 7), Little Rock (LCS 9) and Sioux City (LCS 11) are in various stages of construction at MMC.

Wichita (LCS 13) and Billings (LCS 15) are in the early stages of material procurement.

 

About Lockheed Martin 
Headquartered in Bethesda, Md., Lockheed Martin is a global security and aerospace company that employs about 116,000 people worldwide and is principally engaged in the research, design, development, manufacture, integration and sustainment of advanced technology systems, products and services. The corporation's net sales for 2012 were $47.2 billion.

 

About Marinette Marine
Founded in 1942, Marinette Marine Corporation (MMC) is located on the Menominee River flowage into Green Bay. The largest shipyard in Wisconsin and the Midwest, MMC has delivered more than 1,300 vessels for the U.S. Navy, U.S. Coast Guard, and commercial customers, including the technologically advanced Littoral Combat Ship Freedom variant for the U.S. Navy. In 2008, MMC along with several sister shipyards also based in the Great Lakes region, became part of FINCANTIERI SpA, the largest shipbuilder in the western Hemisphere and the fourth largest in the world. FINCANTIERI operates in the United States through its subsidiary Fincantieri Marine Group, serving both civilian and government customers. Over the past five years, FINCANTIERI invested more than $100 million in both capital infrastructure and its resources to support MMC's transformation into what is now one of the best shipyards in the United States. Employing approximately 1,400 employees, today MMC is a state-of-the-art, full service new construction shipyard.

 

About Gibbs & Cox
Gibbs & Cox, the nation's leading independent maritime solutions firm specializing in naval architecture, marine engineering and design, is headquartered in Arlington, Va. The company, founded in 1929, has provided designs for nearly 80 percent of the current U.S. Navy surface combatant fleet; approaching 7,000 naval and commercial ships have been built to Gibbs & Cox designs. 

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 12:20
Lockheed Martin Delivers Landmark 300th C-130J Super Hercules

 

MARIETTA, Ga., Dec. 18, 2013 – Lockheed Martin

 

The C-130J Super Hercules program reached another significant milestone with the delivery of its 300th aircraft, which was ferried today by a U.S. Air Force crew from the Lockheed Martin [NYSE: LMT] facility here.

The 300th Super Herc is an MC-130J Commando II assigned to the U.S. Air Force Special Operations Command. The Commando II supports such missions as in-flight refueling, infiltration/exfiltration, and aerial delivery and resupply of special operations forces.

“The delivery of this 300th C-130J is a major achievement for the entire Super Hercules community. Together, we built an aircraft that it is ready for any mission, anywhere, anytime,” said George Shultz, vice president and general manager of the Lockheed Martin Aeronautics Company’s C-130 programs. “Partnerships and commitment are at the core of this Super Hercules, as was the case with the 299 C-130Js that came before it and with the many others that will follow.”  

Sixteen countries have chosen the C-130J Super Hercules to meet their air mobility needs. The “J” is the standard by which all other airlift is measured in terms of availability, flexibility and reliability.

With more than 1 million flight hours, the C-130J has been deployed in two combat theaters where they operated at a very high tempo efficiently and reliably. In non-combat — but equally harsh —environments,  C-130Js are often the first to support missions like search and rescue, aerial firefighting, and delivering relief supplies after earthquakes, hurricanes, typhoons and tsunamis around the world.

Headquartered in Bethesda, Md., Lockheed Martin is a global security and aerospace company that employs about 116,000 people worldwide and is principally engaged in the research, design, development, manufacture, integration, and sustainment of advanced technology systems, products, and services. The Corporation’s net sales for 2012 were $47.2 billion.

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 12:20
Navy Arms MH-60S Helicopter with Gatling Gun

 

December 18, 2013 by Kris Osborn - defensetech.org

 

Navy engineers are upgrading the MH-60R helicopters’ radar, improving its sonar technologies and adding laser-guided precision rockets, service officials said.

 

The torpedo-armed combat helicopter, in service since 2005, is configured with weapons and sensors designed for anti-surface and anti-submarine warfare, said Capt. James Glass, H-60 Multi-Mission Helicopters Program Manager.

 

The MH-60R is equipped with two torpedos, the Mk 50 and Mk 54 as well as rockets and small arms.

 

Glass said the MH-60S is slated to fire a M197 20mm gatling gun produced by General Dynamics Armament and Technical Products. The three-barrel, 132-pound gun can fire up to 1,500 rounds per minute.  The M197 is the same weapon which now arms the Marine Corps’ Cobra helicopter.

 

The MH-60R is also getting equipped with precision-guided 2.75in folding fin rockets by March of 2015, Glass said. The program, called Advanced Precision Kill Weapon System, or APKWS, uses semi-active laser guidance to create precision targeting technology for the Hydra 70, or 2.75in rockets fired from the MH-60R, he added.

 

APKWS has been in existence for several years and has been tested on fixed wing aircraft by the Air Force as well. The Navy’s MH-60S model helicopter is slated to receive APKWS by March of 2014.

 

The aircraft’s maritime-specific radar system is specifically geared toward detecting submarines and conducting anti-surface warfare missions with a 360-degree field of view, said Glass.

 

Glass said the Navy has a new multi-mode version of the radar system for the MH-60, called the APS-153, which will reach the fleet by January of next year. The new upgraded radar will have automatic radar periscope detection and discrimination, or ARPDD, he said.

 

“The upgraded multi-mode radar will allow the operator to detect smaller targets much more quickly,” Glass added.

 

The radar achieves this imaging capability, in part, through a technique Glass described as Inverse Synthetic Aperture Radar or ISAR mode, a technology which helps operators get a rendering, image or representation of a target or item of interest.

 

Inverse Synthetic Aperture Radar uses the motion of the contact to create a picture of the contact, said Capt. A.C. Lynch, H-60 International Programs Manager.

 

“The 360-degree radar is designed to identify surface contacts. There are several modes from long-range search to short range search, ISAR, and ARPDD – the radar periscope detect mode to detect submarines,” Glass said.

 

Made by a firm called Telephonics, the APS-153 is able to detect moving ship targets at night and under restricted visibility situations using the hi-resolution radar, according to statements from the company.

 

Engineers are also improving the reliability of the MH-60R’s Airborne Low-Frequency Sonar, or ALFS, a high tech sonar system attached to several thousand feet of cable able to lower it under the water to detect submarines.

 

The Raytheon-built AN/AQS-22 dipping sonar is nine times more effective than previous versions of similar technology. The system has been in service since 2009 and 2010. However, the Navy is now working on technical improvements.

 

“We’re going after smaller engineering and technical challenges. If we find a piece of hardware that we can improve that will keep the system more reliable, we are incorporating that in these sonars,” Glass said.

 

The helicopter is engineered with landing gear designed for ship landings. Also, the MH-60R is built with a folding pylon tail and folding rotorblades so as to minimize the amount of space taken up on the flight deck of an aircraft carrier, destroyer, frigate or amphibious assault ship, Glass said.

 

“The whole thing can be folded up and stuffed in a hangar,” he said.

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 08:50
Babcock to begin HMS Bangor maintenance, upgrade

 

LONDON, Dec. 18 (UPI)

 

British engineering company Babcock says it is beginning a maintenance and upgrade program on the Royal Navy's HMS Bangor mine hunter.

 

HMS Bangor is a Sandown class vessel and work on it will be conducted at the company's Rosyth dockyard in Scotland.

 

"The work package for HMS Bangor's support period has been defined to reflect the ship's needs and minimize the level of emergent work, based on knowledge of the ship's material state and our experience of previous Sandown class refits, to optimize efficiency and value for money," said Babcock Warships Managing Director Mike Whalley. "We look forward to delivering Bangor on-time and in-budget."

 

Babcock said upgrades include enhancements to the ship's galley and laundry, installation of modernized communication systems, and an updated fire detection system.

 

The ship's existing diesel generators will be replaced environmentally friendlier and supportable machines, it said.

 

Maintenance work to be undertaken on the vessel will include a large package of paint coating and deck covering renewal, a full structural survey, habitability improvements, slow speed drive alignment checks, renewal of all propulsion unit blade seals, shaft line overhaul, essential underwater work, and complete overhaul of the ship's boat crane.

 

Upgrade and maintenance work is expected to take six months.

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 08:50
Norway to Sign €732M Contract for AW101 Helicopters on Dec. 19

Dec. 18, 2013 defense-aerospace.com

(Source: Norwegian Ministry of Justice and Public Security; issued Dec. 4, 2013)

 

AgustaWestland Awarded Contract



AgustaWestland was on the 4th December awarded the contract for delivery of 16 new search and rescue helicopters to Norway. The contract will provide a significant strengthening of the public search and rescue service and ensure emergency readiness throughout the country.

“I am very pleased that we soon will be signing the contract with AgustaWestland. This will insure a significantly improved safety for people at sea, along the coast and in remote areas around the country,” says the Minister of Justice and Public Security, Anders Anundsen.

The new helicopters will be able to relieve significantly more people in distress, be noticeably faster and with longer range than today - under virtually all weather conditions. Additionally, search capability and the possibility for medical treatment are significantly improved.

AgustaWestland AW 101 is the candidate that in total, after intensive negotiations, best meets the demands for Norway's future SAR helicopter. On 7 November 2013 the Government gave the Ministry of Justice and Public Security the authorization to finalize the negotiation and sign the contract for the new rescue helicopter.

The acquisition process started on 21 October 2011 with the announcement of prequalification. Tender documents were released on12. July 2012 and the offers was received from four bidders on 18 December the same year. The intention is to sign the contract with AgustaWestland after the standstill period of fourteen days has expired.


Click here for the government’s mini-website on the SAR Helicopter project.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories