Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 17:55
Salon MILIPOL 2013 - by SITTA


13/12/2013 20:45 SITTA

 

Grenade d’entrainement HG 1 (Cyalume - États-Unis)

 

La firme américaine mondialement connue pour ses bâtons luminescents présentait la grenade d’entrainement réutilisable HG1,similaire en forme et en dimensions à la grenade américaine M-67.

Constituée de deux demi-coques ajourées vissables l’une à l’autre pour protéger une mini-charge de talc, la grenade ne possède pas de bouchon allumeur pyrotechnique, ce dernier étant remplacé par une pile qui assure le fonctionnement du système (une pile permet une cinquantaine de fonctionnements). La manipulation du bouchon allumeur reste cependant réaliste. La grenade peut être réglée avec un retard de 3 secondes, 5 secondes ou entre 3 et 5 secondes.

Cyalume HG 1 (Etats-Unis)

L’explosion génère une signature visuelle d’une surface de 9 m2 et une signature sonore de 120 dB.

A l’issue de son fonctionnement, la grenade génère des flashes lumineux (LED) et un son caractéristique pour une récupération plus facile.

Cette munition est compatible avec le système d’entrainement MILES.

.

Grenades DML et DMPL (SAPL –France)

 

La firme SAPL, reconnue pour la production d’équipements destinés aux forces de l’ordre, présentait les grenades à main à létalité réduite DML et DMPL. Ces grenades permettent aux forces de l’ordre en situation critique de déstabiliser et de repousser les agresseurs sans provoquer de blessures.

-            La grenade DML génère un signal sonore de 160 Db accompagné d’un nuage de micro gouttelettes de gaz CS. Elle peut être tirée à une plus grande distance au moyen d’une interface par un fusil en calibre 12.

SAPL DML (France)

-          La grenade multi-effets DMPL génère la projection de 9 billes en caoutchouc avec une énergie cinétique de 80 joules, un nuage de micro gouttelettes de gaz CS et un signal sonore de 160 Db.

SAPL DMPL (France)

.

Fusil en calibre 12  SensIED SF K1 (SENSIED-Suisse)

 

Le SensIED SF K1 est une arme polyvalente. Ce fusil à l’origine conçu pour la lutte contre les EEI (Engins Explosifs Improvisés) peut maintenant être employé dans d’autres utilisations spécifiques : ouverture de portes, combat urbain, convoyage de fonds, etc... A noter la précision exceptionnelle pour une arme de cette taille lors de tirs avec des munitions de bonne qualité.

Sensied S&F 1 (Suisse)

L’arme,basée sur une carcasse FABARM modifiée,fonctionne par réarmement manuel. Sa manipulation est aisée et fluide. Le fusil est pourvu d’une crosse squelette en matière synthétique repliable sur le côté droit. La boite de culasse dispose de rails Picatinny prévus pour recevoir un système de visée diurne ou un pointeur laser. L’arme est disponible en trois configurations :

-          La version standard, le Sensied K 1, d’une longueur totale de 745 mm. L’arme possède trois rails Picatinny et une capacité de 4 cartouches.

-          La version « ouverture de portes », le Sensied SF K 1 d’une longueur totale de 820 mm, intègre trois rails Picatinny et une capacité de 5 cartouches. Le canon est pourvu d’un cache flammes pour faciliter l’emploi de munitions spécifiques « ouverture de portes ».

-         La version sécurité, le Sensied K 1 Security, d’une longueur totale de 860 mm. Le fusil à une capacité de 5 cartouches. Le canon est pourvu d’un manchon spécifique antichoc.

Sensied S&F 1 (Suisse)

.

Drone de détection XAVER AID 400 (CAMERO-Israël)

 

La firme Camero présentait pour la première fois le Xaver AID (Airbone Imaging Drone). Cet UAV permet d’obtenir des renseignements sur la présence de personnes dans un bâtiment en survolant la zone. Une caméra optique diurne est montée en complément d’un détecteur de présence. Une caméra thermique peut être montée en option.

Camero XAVER AID 400 (Israel)

D’un diamètre de 170 cm pour une masse de 5 kilogrammes, sa vitesse est de 40 km/h et il peut voler pendant environ 20 minutes. Son altitude de vol maximale est de 500 mètres et il peut se poser dans un espace inférieur à 2 m².

L’utilisateur dispose d’un écran lui permettant de visualiser une présence humaine dans un bâtiment et de déterminer à quel étage se trouve la cible. Ce système est à ce jour unique au monde.

.

Lance- grenades Hydra (Rheinmetall – Allemagne)

 

Le lance-grenades HYDRA est une arme originale dans sa conception. Alors que pour ce type de système, l’utilisation de barillet (Exemple MGL sud africain) est la plus usitée, la firme  allemande a choisi un système d’alimentation par boitier chargeur.

Le lance-grenades peut tirer des munitions de 40 mm à basse et à moyenne Vélocité. Avec ces dernières, la portée pratique sera de 700 mètres. L’Hydra fonctionne en mode semi-automatique ou par rafales de trois. L’arme dispose de rails Picatinny au Stanag 2324 permettant le montage rapide d’accessoires tel le système de conduite de tir FCU Multi Ray.

HYDRA (Allemagne)

Il existe plusieurs versions de chargeurs avec une capacité de 3, 6 ou 10 grenades. Les dimensions de l’arme sont de 850 x 250 x 60 mm, pour une masse à vide de 4 Kg.

Une version « présérie » devrait être présentée lors du salon EUROSATORY 2014.

.

Pistolet TM-9 (TARA-Montenegro)

 

Pour la première fois lors du salon MILIPOL 2013, la firme Monténégrine TARA présentait deux armes dont le pistolet semi-automatique TM-9.

Cette arme de conception moderne (carcasse polymère) intègre un rail Picatinny pour le montage d’accessoires comme le module STREAMLIGHT TLR 2. Le dos de la poignée pistolet dispose de trois inserts de différentes tailles qui permettent une prise en main optimale quelque soit la dimension de la main. Un chasse goupille est intégré dans la poignée pistolet ; il aide au démontage de l’arme. Le TM-9 est livré avec deux chargeurs de 17 cartouches, un kit de nettoyage et une trousse de transport. Un poussoir de chargeur peut être monté à droite ou à gauche en fonction du tireur.

TARA TM 9 (Montenegro)

La société TARA garantie son arme pour 50.000 coups en mettant en avant les traitements de surface appliquées à l’arme et la qualité des matériaux utilisés.

L’arme mesure 187 mm de long pour 113 mm de canon et pèse 750 grammes à vide.

TARA TM 9 (Montenegro)

.

Mitrailleuse MINIMI Mk 3 (FN Herstal-Belgique)

 

La mitrailleuse MINIMI Mk 3 est une évolution de la MINIMI en 5,56 x 45 mm et en 7,62 x 51 mm. Elle existe avec canon standard ou en version « Para ». Cette version se base notamment sur des modifications relevant du retour d’expériences :

-          une crosse rétractable équipée d’un appui-joue réglable en longueur et en hauteur avec amortisseur intégré,

-          un nouveau levier d’armement avec une sécurité,

-          des cliquets de retenue de bande et un système de retenue de couvercle qui permet la fermeture du couvercle d’alimentation avec ou sans canon,

-          une nouvelle poignée garde-main qui permet d’avoir le bipied replié même lorsqu’un accessoire est monté sous le rail inférieur. L’arme est également équipée de rails picatinny latéraux

Minimi MK 3 (Belgique)

La MINIMI Mk 3 est équipée d’un rail Picatinny monté sur le couvercle d’alimentation qui permet le montage rapide d’un système de visée diurne ou nocturne.

Les MINIMI 5,56 et 7,62 en service peuvent être réévaluées(ou revalorisées) en version Mk 3 au moyen de kits de modernisation.

Minimi MK 3 (Belgique)

.

MTS 116 R  (KBP-Russie)

 

La firme russe KBP présentait une version plus puissante de son fusil de tireur d’élite MTS 116 R.  Les données techniques de l’arme ne sont pas encore disponibles. Cette arme est chambrée pour la puissante cartouche 338 LAPUA MAGNUM, ce qui permet de réaliser des tirs précis sur des cibles placées à plus de 1200 mètres.

MTS 116 R (Russie)

La crosse et le fût réalisé dans la même pièce de bois ont été remplacés par une pièce réalisé en fibre synthétique plus rigide et plus légère. Un appui-joue intégré dans la crosse est réglable en hauteur en fonction de la lunette de visée et de la morphologie du tireur. La crosse est pourvue d’une plaque de couche en caoutchouc pour un tir plus confortable.

Le fusil est équipé de deux rails Picatinny successifs pour le montage de la lunette diurne et devant pour le montage d’un système de visée de type clip-on. Le canon est pourvu d’un imposant cache flamme cylindrique à trois ouvertures. Un bipied repliable est fixé à l’extrémité du fût. Dans cette configuration, l’arme est plutôt destinée aux forces de police.

MTS 116 R (Russie)

.

MINI HECATE 2 (PGM-France)

 

La firme française PGM présentait pour la première fois le fusil de tireur d’élite MINI HECATE 2. PGM est déjà connue pour ses armes en service dans plusieurs armées et unités d’intervention dont le GIGN.

Cette arme performante est chambrée pour la cartouche 338 LAPUA MAGNUM, ce qui permet de réaliser des tirs précis sur des cibles placées à plus de 1200 mètres.

La silhouette de l’arme reste traditionnelle à la marque avec un châssis poutre. La crosse repliable sur le côté droit de l’arme dispose d’un appui joue réglable en hauteur et d’un mono-pod réglable en hauteur. La plaque de couche est réglable en longueur et en hauteur en fonction de la morphologie du tireur. La crosse intègre une clef permettant de démonter la tête de culasse de l’arme.

PGM Mini Hecate 2 (France)

 Le fusil est équipé d’un rail Picatinny sur la boite de culasse et sert au montage d’un système de visée optique. Le MINI HECATE 2 a la possibilité de modifier le positionnement de son bipied en fonction du terrain. Le canon fluté dispose d’un cache-flammes de grande taille qui permet de réduire de 50% le recul. Il est possible de monter un modérateur de son en fonction des missions.

L’arme est alimentée par un chargeur de 5 cartouches. Le fusil a une longueur de 1240 mm et 990 mm crosse repliée pour un canon de 690 mm de long. Le MINI HECATE 2 pèse 6,9 Kg.

PGM Mini Hecate 2 (France)

.

Conduite de tir FCU MULTI RAY (RHEINMETALL – Allemagne)

 

La conduite de tir pour lance-grenades OERLIKON CONTRAVES FCU-Multi-Ray a été présentée pour la première fois lors du salon Milipol 2013 à Villepinte (France).
Le module peut être monté sur lanceur de type UBGL ou Stand-alone, sur le dessus ou le coté en le fixant sur rail Picatinny.

Cette conduite de tir offre l'intérêt supplémentaire de pouvoir tirer des grenades de type Airburst par transmissions sans fil.

FCU Multi Ray (Allemagne)

Pour effectuer ses fonctions,la conduite de tir le module intègre une foultitude de modules : un télémètre laser,  un inclinomètre,  un thermomètre / baromètre,  un ordinateur balistique intégrant les données de plus de 1000 munitions,  un illuminateur laser IR,  un pointeur laser IR,  un pointeur laser visible, un système de programmation pour les munitions de type ABM,  un système d'identification Friend or Foe.

De même, le système dispose d’un module de visée mécanique rapide pour le tir tendu à une distance de 50/100 m pour une munition BV et 100/200 m pour une munition MV.
Après que le télémètre laser ait calculé la distance de la cible, l'ordinateur balistique calcule la correction et la transmet au servomoteur du vérin sur lequel est monté le système de visée optique et délivre l'inclinaison nécessaire pour le tir, le devers étant contrôlé par le module.

Il est aussi possible de monter ce système sur des armes antichars comme leCARL GUSTAV ou le SMAW.

FCU Multi Ray (Allemagne)

.

Lunette thermique Granit 12 (Scientific Production Center of Anti Terrorist and Forensic Equipment – Russie)

 

La firme russe Scientific Production Center of Anti Terrorist and Forensic Equipment présentait pour la première fois en France ses productions, parmi lesquelles la lunette thermique GRANIT 12. Cette lunette thermique se monte rapidement grâce au rail Picatinnydont elle est équipée. Son module thermique non refroidi lui confère légèreté (seulement 820 grammes) et dimension réduite (206 mm). Elle peut facilement être montée sur des armes de type M 4ou AK 103.

Granit 12 (Russie)

La GRANIT 12 détecte un homme à près de 1200 mètres. Ses 3 piles AA lui assurent, selon les conditions climatiques, une autonomie allant jusqu’à 3 heures. L’écran en noir et blanc fatigue moins l’utilisateur. Le réticule peut être modifié à la demande du client.

Stand SPEKTR-AT (Russie)

.

Fusil ARX-160 A3 (Beretta – Italie)

 

Le fusil BERETTA ARX-160 maintenant en service au sein de l’armée italienne et dans d’autres pays, a été présenté dans sa nouvelle version conçue à la suite des différents retours d’expérience. L’arme est disponible en quatre longueurs de canons (16, 14, 11 et 9,5 pouces)

Beretta ARX 160 A3 (Italie)

Plusieurs modifications intéressantes ont ainsi été apportées :

-           la crosse repliable sur le côté droit de l'arme est réglable en longueur et a été renforcée, 

-           le sélecteur de tir a été modifié avec une rotation de 90° au lieu des 20° sur les  versions précédentes. 

-           le levier de retour de la culasse est transféré de la partie basse de l'arcade de pontet, 

-          le fut est pourvu de nouvelles ouïes de refroidissement plus importantes permettant ainsi résister au tir de 8 chargeurs en continu, 

-          un tenon de baïonnette est placé sous le canon au lieu d’au dessus, 

-          l'arme dispose de nouveaux systèmes de visée mécanique rabattables,

-          Le rail Picatinny supérieur est réalisé en une seule pièce pour une meilleure rigidité,

-          la poignée pistolet est plus ergonomique pour une meilleure préhension.

Beretta ARX 160 A3 (Italie)

.

Robot AUNAV.NEXT (Proytecsa – Espagne)

 

La société espagnole Proytecsa présentait son nouveau robot EOD-IED-NRBC AUNAV.NEXT. Ce matériel répond parfaitement, selon les producteurs, aux demandes des forces spécialisées dans les opérations de lutte contre le terrorisme. Sa particularité est d'être dotée de deux bras articulés et synchronisés permettant ainsi une manœuvrabilité et une précision élevées. Les bras sont montés sur des tourelleaux pouvant tourner sur 360° et sont équipés d'une caméra.

AUNAV NEXT (Espagne)

Le robot est également équipé d'un système de navigation qui lui permet de se déplacer seul jusqu'au point d'intervention et d'en revenir dans le cas d'une rupture de connexion radio avec son contrôleur. Sa mobilité est augmentée par un train roulant à roues couplé à des chenilles. S'il devait évoluer sur un terrain meuble, des roues de type "Quad" peuvent être ajoutées. D'un poids total de 500kg, son autonomie est d'environ 5 heures. Grâce à ses bras,  (2,03 m et 1,37m dépliés) il peut tirer jusqu'à 500 kg et lever jusqu'à 200 kg bras replié. Il peut être équipé de disrupteurs à eau, de caméras thermiques, de rayon X, d’un fusil et d’outils divers, le rendant ainsi polyvalent. Son maniement s'effectue via un centre de contrôle portable et un gamepad  jusqu'à 700 m en zone urbaine par radio ou fibre optique et jusqu'à 3000 m en terrain ouvert dégagé.

AUNAV NEXT (Espagne)

Zibar Zcom (Bombardier Recreational Products  Inc-UK)

 

La société BRP Inc présentait le nouveau véhicule léger Zcom de la firme israélienne ZIBAR. Cet engin a été conçu pour être transporté dans les hélicoptères V22, Ch47 et Ch53. D'une longueur de 4 m, sa plage arrière peut être rentrée le réduisant ainsi à 3,40 m. idem pour sa hauteur de 1, 60 m qui passe à 1, 30 m grâce à un arceau repliable. Une seule personne suffit à effectuer ses opérations en moins de 30 secondes.

ZIBAR ZCOM (Israel)

Ce véhicule de 85 chevaux pour un poids de 800 kg peut emporter jusqu'à 6 hommes pour des missions de patrouilles, surveillances aux frontières, … Il peut aussi passer de 2x4 en 4x4 et inversement en fonction du terrain ou il évolue. Avec son réservoir de 45 litres, il présente une autonomie d'environ 360 km. Il peut être équipé d'armement fixé latéralement ainsi que de transmissions impliquant alors un ajout de batteries supplémentaires.

ZIBAR ZCOM (Israel)

.

Irobot 110 Firstlook et 510 Packbot (Irobot-Etats-Unis)

 

La société Irobot est réputée dans le domaine des véhicules terrestres sans pilote (Unmanned Ground Vehicules : UGV). Environ 5 000 de ses robots sont déployés dans de nombreux pays et sur les théâtres d'opération. Leurs missions variées (déminage, recherche, reconnaissance, …) ont ainsi permis de préserver de nombreuses vies grâce à leur fiabilité et leur niveau opérationnel. Sur le stand, deux robots en particulier attiraient l'attention :

L’Irobot 110Firstlook est un petit robot de reconnaissance tactique. Il a été conçu à des fins de missions de reconnaissance et de repérage en milieu très dangereux. Ce petit robot (25,4 cm de long, 22,9 cm de large 10,2 cm de haut), d'un poids faible (2,3 kg) présente une forte résistance aux chocs permettant ainsi de le lancer. Le constructeur annonce une résistance à une chute de 5 m. Il est équipé de 4 caméras et présente une autonomie d'environ 6 h à une distance maximum de 200 m du poste de contrôle.

Irobot 110 Firstlook (Etats-Unis)

Le Irobot510 Packbot est un robot très répandu, conçu pour des missions de détection et neutralisation d'engins explosifs, recherche, intervention en zone contaminée (Fukushima par exemple), …D'un poids modeste (11 kg environ), il est très mobile (jusqu'à 10 km/h) et peut  gravir une pente jusqu'à 60% de dénivelé. Son bras en 4 parties déployables est doté d'une pince et de 2 caméras. Il peut opérer en tout temps, est contrôlé par un PC et un gamepad et peut se redresser tout seul en cas de renversement. Son autonomie est d'environ 4 h.

Irobot Packbot 510 (Etats-Unis)

 

Trellchem EVO type VP1 (Ansell-Belgique) 

 

La société Ansell présentait la tenue Trellchem EVO type VP1. Cette tenue de décontamination est déjà en service. Elle est certifiée « normes européennes et américaines » et offre une protection contre les agents chimiques, sous forme de gaz ou liquides. Son étanchéité au niveau des coutures est assurée par 3 couches de constituants superposés. Au niveau des gants, la combinaison est dotée d'une sorte de verrou assurant ainsi la liaison avec la combinaison. Les membres inférieurs sont entièrement contenus jusqu'aux pieds. La capuche est dotée d'une très large visière panoramique donnant ainsi un large champ de vision. Dans le dos, il est possible de placer à l'intérieur de la combinaison un système autonome de respiration composé de bouteilles d'air. Cette combinaison est en caoutchouc encollé et la visière en PVC haute résistance. Avec le système autonome, elle se maintient en surpression et peut résister aux agents chimiques plus de 8 heures.

Trellchem EVO Type VP 1 (Belgique)

.

Le masque de protection NRBC GSRe (Scott Safety-UK)

 

La société Scott Safety présentait son masque à gaz GSRe, dernière génération de protection respiratoire NRBC. Cet appareil est doté d'un deuxième masque d'étanchéité à l'intérieur. De plus, il est aussi équipé d'un filtre situé dans le compartiment intérieur qui dispense le porteur de retenir son souffle lors du changement de cartouche en atmosphère contaminée.

SCOTT GSRe (Grande Bretagne)

Grâce à des adaptateurs interchangeables en quelques secondes, il peut être équipé de deux cartouches spécifiques à ce masque, mais également d’une cartouche NRBC Din 40 ou d’un système d'oxygène autonome. Enfin, en plus des traditionnels équipements adaptables (lunettes de vues, pipettes d'hydratation, …), ce masque peut recevoir un micro amplificateur qui vient se fixer sur le devant du masque afin de faciliter la communication entre les personnels.

SCOTT GSRe (Grande Bretagne)

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 17:50
Une société gantoise va démanteler six navires de guerre français

 

 

16 décembre 2013 RTBF.be (Belga)

 

    La Marine nationale française a confié le marché de "déconstruction" de six de ses anciens escorteurs d'escadre, avisos-escorteurs et avisos à la société belge Galloo Gent (anciennement Van Heyghen Recycling) et appartenant au groupe franco-belge Galloo, a indiqué le ministère français de la Défense.

 

    Le chantier de déconstruction de la société se situe à Gand, a précisé le ministère sur son site internet, sans fournir de précision sur le montant du contrat.

 

    Le marché a été notifié le 11 décembre et son entrée en vigueur est intervenue vendredi dernier.

 

    Il concerne le démantèlement des ex-escorteurs de type T47 "Duperré" et "La Galissonnière", des ex-avisos de type A69 "Détroyat" et "Jean Moulin" et des ex-avisos-escorteurs "EV Henry" et "Cdt Rivière". Ils ont tous été désarmés entre 1990 et 1999.

 

    Quatre des coques se trouvent actuellement à Landévennec, près de Brest, dans le département du Finistère (ouest de la France) "en mouillage d'attente" dans une sorte de "cimetière à bateaux", une est en attente dans le port de Toulon (sud) et la dernière sert de brise lames à l'école navale de Lanvéoc-Poulmic (Finistère).

 

 

  "Dans une approche de développement durable, la Marine a choisi une politique de démantèlement pour le traitement de ses bâtiments retirés du service actif. Ce marché s'inscrit dans ce cadre et dans le strict respect de la réglementation, de la protection des travailleurs et de l'environnement, sans pour autant renoncer à la performance économique", souligne le communiqué du ministère de la Défense.

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 17:25
Au Brésil, le Rafale ne serait plus dans la course selon la presse locale

 

15/12/2013 latribune.fr 

 

Selon la presse locale, le Brésil, qui compte acheter 36 avions de chasse pour un montant estimé à 35 milliards de dollars, aurait écarté le chasseur français de Dassault laissant en course les modèles américain et suédois. La raison : son coût jugé trop élevé.

 

La France n'emportera pas un contrat d'avions de chasse de plusieurs milliards de dollars avec le Brésil, car son offre est trop chère, a estimé samedi le quotidien brésilien Folha de São Paulo.

 

La Folha affirme que l'offre française de 36 Rafale pour quatre milliards de dollars (2,9 milliards d'euros) sera déclinée en raison du prix, trop élevé.

 

En compétition avec le F/A-18 Super Hornet de Boeing et le Gripen NG de Saab

 

Le quotidien ne prend pas de pari sur l'identité de celui qui remportera finalement ce contrat très convoité de plus de cinq milliards de dollars.

 

L'avion de combat français de Dassault-aviation est en compétition avec le F/A-18 Super Hornet de l'Américain Boeing et le Gripen NG du Suédois Saab pour un appel d'offres brésilien portant sur 36 avions de chasse pour le programme FX-2 de l'aéronautique brésilien.

Une vente potentielle qui dure depuis 2009

 

Au premier jour de sa visite d'Etat au Brésil, le président français François Hollande a rencontré jeudi son homologue Dilma Rousseff à Brasilia, affichant sa volonté de conforter le partage de savoir-faire technologiques et saluant l'augmentation du commerce bilatéral entre les deux pays.

 

Depuis que le Brésil a annoncé le retrait des avions Mirage 2000 à la fin de l'année, Paris n'a eu de cesse de venter les mérites de ses Rafale, espérant conclure une vente que Nicolas Sarkozy avait cru acquise en 2009.

 

Les hésitations de Dilma Rousseff

 

Une ébauche d'accord avait alors été trouvée entre M. Sarkozy et le président brésilien de l'époque, Luiz Inacio Lula da Silva, et Paris avait bien cru emporter la mise. Mais, à son arrivée au pouvoir, Dilma Rousseff a souhaité reconsidérer les options.

 

Si plusieurs contrats ont été signés à l'occasion de la visite de M. Hollande, le délicat dossier du Rafale n'a en revanche pas été évoqué publiquement, à l'approche de 2014, année des élections générales au Brésil.

 

La décision finale ne sera pas prise avant fin 2015

 

Mme Rousseff pourrait ne pas souhaiter conclure un contrat aussi coûteux à l'approche d'échéances électorales, et alors que le gouvernement fait déjà l'objet de vives critiques populaires en raison du coût du Mondial de football, estimé à huit milliards d'euros.

 

Selon la Folha, la décision finale ne sera pas prise avant 2015.

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 13:55
Notification du marché de déconstruction de 6 ex. escorteurs et avisos de la Marine Nationale

 

13/12/2013 Marine nationale

 

Le marché de déconstruction des ex. escorteurs type T47 Duperré et La Galissonnière,  des ex. avisos type A69 Détroyat et Jean Moulin et des ex. avisos escorteurs EV Henry et CDT Rivière a été notifié le 11 décembre 2013 à la société GALLOO GENT (anciennement Van Heyghen Recycling) qui fait partie du groupe franco-belge GALLOO. Le chantier de déconstruction de la société se situe à Gand.

 

Quatre des coques se trouvent actuellement à Landévennec en mouillage d’attente, une est en attente dans le port de Toulon et la dernière sert de brise lames à l’école navale.

 

Dans une approche de développement durable, la Marine a choisi une politique de démantèlement pour le traitement de ses bâtiments retirés du service actif. Ce marché s’inscrit dans ce cadre et dans le strict respect de la réglementation, de la protection des travailleurs et de l’environnement, sans pour autant renoncer à la performance économique.

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 12:55
Innov'Acteurs : Nexter Munitions raconte sa démarche

Décembre 2013 innovacteurs.asso.fr

 

A l’occasion de la dernière Matinale Innov’Acteurs de l’année le 7 novembre dernier, les membres de l’association ont pu découvrir la démarche innovation participative de la Nexter Munitions, démarche récompensée en 2012 par le Trophée de l’Innovation Participative catégorie « Amélioration continue / junior ».

 

Jean-Paul Martin, Responsable progrès continu chez Nexter Munitions (La Chapelle-Saint-Ursin) revient pour nous sur cette démarche portée par la direction et qui est devenue un véritable outil de management.

 

La démarche en quelques mots : Ouverte à tous, cette démarche jeune, structurée et simple que les salariés se sont rapidement appropriés, est parfaitement intégrée dans les autres dispositifs QSE (Qualité – Sécurité – Environnement) du site. L’implication managériale forte et l’animation régulière avec, entre autre, les pauses café NextID (véritables moment de partage et d’échange qui facilite la multiplication des idées), en font un véritable outil de management.

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 12:50
Douloureuse gestation pour Airbus Group

 

 

15 décembre 2013 par Pierre Sparaco – Aerobuzz.fr

 

Le couperet est tombé, EADS se prépare à supprimer 5.800 emplois à travers « ses » quatre pays, Allemagne, France, Royaume-Uni et Espagne. Le prix à payer, non pas pour éliminer des branches mortes – il n’y en a pas - mais pour mettre les capacités industrielles en adéquation avec la demande. Laquelle est plus vigoureuse que jamais en matière d’avions civils mais sérieusement fragilisée côté militaire, et un peu moins dans le spatial. Cassidian, Airbus Military et Astrium sont directement impactés.

 

Depuis que Thomas Enders, PDG du groupe, a confirmé ces mesures, chacun est tout simplement dans son rôle. Les dirigeants de l’entreprise montrent à quel point ils se veulent performants et proches des réalités, les syndicats expriment leur profond mécontentement face à un comportement « économiquement aberrant (…) et socialement inacceptable ». En revanche, de part et d’autre, on dit trop peu qu’il convient de relativiser l’impact de cet élagage, compte tenu de l’effectif total actuel d’EADS, 144.156 personnes. Dès lors, il est probable que les licenciements secs puissent être évités et les dégâts sociaux minimes.

 

En pratique, c’est le futur Airbus Group qui se façonne sous nos yeux, déséquilibré dans la mesure où il ne trouve pas les moyens de construire un bon équilibre entre activités civiles et militaires. Les avions commerciaux se portent bien, avec plus de 1.200 commandes enregistrées depuis janvier et 620 livraisons prévues pour l’ensemble de l’année 2013. Dans le même temps, les budgets militaires sont à la peine, les perspectives ne sont pas bonnes et la construction de l’Europe de la Défense demeure une illusion d’optique. En témoigne, notamment, le fiasco en matière de drones : la technologie est disponible mais les différents acteurs sont incapables de s’entendre, exception faite du démonstrateur Neuron.

 

Le cours de l’histoire serait-il différent, aujourd’hui, si EADS avait pu mettre la main sur BAE Systems ? On peut l’estimer et on imagine que Thomas Enders y pense chaque fois qu’il croise Angela Merkel. La chancelière, obsédée par le risque supposé de perte d’influence de l’Allemagne au sein de l’entreprise quadrinationale, et sans doute mal conseillée, a commis une erreur grave en opposant un « nein » retentissant au projet de fusion EADS/BAE. Lequel veto, ce jour-là, nous a rappelé que les ingérences politiques dans la gouvernance d’EADS sont toujours bien réelles. En ont témoigné, cette semaine, des déclarations de plusieurs ministres français, pourtant peu réputés pour leurs compétences aéronautiques et spatiales, notamment Michel Sapin et Arnaud Montebourg. Ils auraient mieux fait de se taire mais, de toute manière, personne ne les a écoutés.

 

Dans le même temps, les esprits critiques dénoncent, comme il se doit, une politique de rentabilité à outrance, ce qui ne correspond pourtant pas à la réalité. Certes, en prenant pour référence les trois premiers trimestres de l’année, le résultat net d’EADS a fait un bond en avant de 36 % mais il atteint ainsi un niveau à peine convenable. Un bénéfice sur 9 mois de 1,19 milliards d’euros n’est impressionnant que dans l’absolu et l’est beaucoup moins quand on le rapporte à un chiffre d’affaires, toujours pour trois trimestres, de 40 milliards. D’autant que d’autres sujets d’inquiétude apparaissent, par exemple les ventes d’Eurocopter moins brillantes que précédemment.

 

Cette préparation de l’Airbus Group conduit à tourner la page, à aborder une époque nouvelle, comme en témoigne symboliquement la construction du nouveau siège de Blagnac et la fermeture annoncée de l’immeuble du 37 boulevard de Montmorency, dans le seizième arrondissement parisien, murs chargés d’histoire depuis l’époque des premières sociétés nationales françaises, SNCASE, Sud-Aviation, Aerospatiale puis les regroupements contemporains, à commencer par la mise en place d’Aerospatiale Matra Hautes Technologies. Tout cela est maintenant terminé.

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 12:35
Boeing et Kaman remportent l'appel d'offres pour des bombes à guidage GPS

 

SEOUL, 16 déc. (Yonhap)

 

L’Administration du programme d’acquisition de défense (DAPA) a sélectionné deux compagnies américaines – Boeing et Kaman Aerospace Corp. – pour assurer la production conjointe de bombes air-sol, guidées par le système de positionnement mondial («Global Positioning Systems» ou GPS) pour ses avions de chasse F-15K et KF-16.

 

La DAPA avait lancé un appel d’offres en juillet dernier pour équiper sa flotte de F-15K et KF-16 de «bombes intelligentes», assez précises pour atteindre les bases d’artillerie et les cibles dissimulées nord-coréennes.

 

Les bombes à guidage GPS seront composées d’ailes fabriquées par Boeing ainsi que de détonateurs et explosifs fabriqués par Kaman, basé dans le Connecticut, selon la DAPA.

 

«Les bombes à guidage GPS permettront à l’armée de l’air de mener des attaques précises nuit et jour et améliorera ses capacités d’actions interarmées», a déclaré la DAPA dans un communiqué de presse, sans révéler la portée ni le nombre des bombes commandées.

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 12:20
photo EMA

photo EMA

 

13 décembre 2013 Murray Brewster - La Presse Canadienne

 

Le gouvernement Harper a accordé un contrat de 74 millions $ pour des abris de l'armée au toit rigide à une entreprise d'Ottawa, mais demeure silencieux sur l'avenir du programme longuement attendu de véhicules blindés de 2 milliards $.

 

L'entente originale pour ces abris avait été annoncée en 2009 dans le cadre d'un programme de logistique, mais la ministre fédérale des Travaux publics, Diane Finley, a affirmé que le gouvernement avait décidé d'en commander 99 de plus - à être utilisés comme postes de commande sur le terrain et aires de travail - que les 895 faisant partie du premier contrat.

 

Mme Finley n'a pas voulu s'avancer sur ce qui pourrait advenir du projet distinct et controversé d'achat de 108 véhicules de combat rapproché, destinés à accompagner sur les champs de bataille les chars d'assaut Leopard 2 A6 et A4.

 

Des soumissions de trois groupes - Nexter, BAE Systems et General Dynamics Land Systems - viennent à échéance le 23 décembre.

 

Le doute plane sur le sort du programme depuis des mois, après que l'armée a dit craindre de manquer de fonds pour la formation, l'exploitation et la maintenance de la nouvelle série de véhicules en ces temps de budgets serrés.

 

Mme Finley n'a pas non plus voulu dire si le gouvernement avait l'intention de laisser les soumissions venir à échéance, ce qui éliminerait de fait le programme pour la deuxième fois.

 

«Nous continuons de travailler avec le ministère de la Défense dans cette affaire», a-t-elle dit vendredi.

 

Un autre contrat d'approvisionnement militaire passé aux oubliettes représenterait une nouvelle tache politique pour les conservateurs, qui peinent à compléter une longue liste d'achats d'équipement militaire.

 

En plus de l'incertitude entourant les véhicules blindés, la Défense nationale et les Travaux publics ont annulé, puis relancé en 2012 un programme visant à acheter 1500 camions pour l'armée.

 

L'industrie de la défense serait en colère si le programme de véhicules de combat tombait à l'eau, d'autant plus que chaque fournisseur a déboursé plusieurs millions de dollars pour participer à l'appel d'offres. Les compagnies ont dû fournir des véhicules à des fins de tests.

 

Mais un budget de la Défense en baisse, et en particulier des coupes dans la formation et dans les services d'approvisionnement, a poussé l'armée à réévaluer la possibilité d'obtenir de nouveaux véhicules.

 

Entre autres choses, la Défense craint de devoir construire de nouveaux bâtiments pour abriter les véhicules spécialisés de 36 tonnes, qui ont été conçus pendant la guerre en Afghanistan comme un ajout nécessaire afin de protéger les troupes contre des bombes artisanales de plus en plus puissantes.

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 10:55
Défense : Nexter s'offre de la poudre et des explosifs

Cette opération permet de rassembler les activités des Giat Industries et de SNPE dans le domaine des munitions

 

14/12/2013 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

La holding du groupe public d'armements terrestres Giat Industries a acheté SNPE. Une opération qui permet de rationaliser la filière munitionnaire française.

 

La France a sécurisé l'approvisionnement des armées dans le domaine munitionnaire. Dans ce cadre, Giat Industries, la holding du groupe public d'armement terrestre Nexter Systems, a annoncé vendredi avoir acquis 100 % de la Société nationale des poudres et explosifs (SNPE). Cette opération permet de rassembler les activités des deux sociétés dans le domaine des munitions et de rationaliser leur gestion, a annoncé Giat industries dans un communiqué.

 

    "Cette opération permet de rassembler, au sein d'un même groupe et dans le respect de leurs stratégies, de leurs clients et de leurs marchés respectifs, leurs activités dans le domaine munitionnaire", a expliqué le groupe dans un communiqué

 

Fin de vie pour SNPE

 

Nexter, fabriquant de blindés et d'artillerie, a réalisé un chiffre d'affaires de 742 millions d'euros en 2012. La SNPE, qui produit des poudres et des explosifs, a réalisé un chiffre d'affaires de 250 millions d'euros la même année. Tous deux sont contrôlés à 100 % par l'Etat.

 

Leur rapprochement a été décidé au début de l'année. Ce qui actait la disparition de SNPE. Puis, le conseil d'administration de Giat Industries avait approuvé fin octobre l'acquisition de la totalité de la société des poudres et explosifs.

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2013 6 14 /12 /décembre /2013 12:50
EXPAL Develops a New, Safer Initiation System

 

December 11, 2013 by EXPAL

 

The new S-402, as this initiation system is called, incorporates an innovative technology that significantly increases security during its use.

 

The S-402 is a safe initiation system, developed to minimise involuntary initiation due to static, stray or induced currents. Its technology is innovative in the defence realm: the exploder and detonators have been upgraded with digital electronics in order to substantially increase operative use safety.

 

The new system has also reduced the long safety protocols required by conventional initiators, which increases the deployment and use speed. Other features worth mentioning are its use flexibility, prompt start by elimination of cable-connection times, and reduced weight and volume.

 

The S-402 consists of an ES-402 exploder, and DS-402 detonators. The ES-402 exploder has the capacity to check and initiate up to ten electric DS-402 detonators. This system can be used in a radio-environment / Electronic Counter Measures or static currents.

 

It presents a sturdy configuration and safe use features, while maintaining a light weight and volume. The system is incorporated to the operator's equipment, and is carried on a belt. It is ideal for the use of engineers, special operations units, EOD specialists, police or rescue teams in explosive disposal missions, or intervention and people rescue in catastrophes.

 

EXPAL has extended experience in the design, development and manufacturing of initiation systems, demolition charges and EOD. These products can be found among the equipment used by the Spanish Armed Forces, and the armies of other countries.

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2013 6 14 /12 /décembre /2013 12:20
Le Scorpion de Textron prend son envol

 

13.12.2013 Helen Chachaty journal-aviation.com

 

Le biréacteur léger Scorpion a effectué son vol inaugural hier, jeudi 12 décembre. Il a décollé depuis la base aérienne McConnell de l’US Air Force, dans le Kansas, et est resté un peu plus d’une heure dans les airs. Selon le CEO de Textron Scott Donnelly et les deux pilotes à bord, le vol s’est déroulé comme prévu et les performances de l’avion ont été satisfaisantes.

 

Développé et conçu par Textron AirLand, une co-entreprise entre Textron et AirLand, le Scorpion est présenté comme un avion capable d’effectuer toute une variété de missions, allant des missions ISR aux missions de surveillance maritime, de lutte contre le narcotrafic ou encore de sécurité intérieure. Selon le constructeur, sa capacité externe d’emport d’armement peut également en faire un avion d’attaque et sa conception biplace un avion d’entraînement.

 

Présenté en septembre dernier, le Scorpion se démarquerait par ses coûts d’acquisition et d’exploitation réduits et pourrait même concourir dans l’appel d’offres du programme T-X de l’US Air Force, sans qu’aucune annonce n’ait toutefois été faite en ce sens.

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2013 6 14 /12 /décembre /2013 12:20
Raytheon awarded $75 million for DDG 1000 program

 

 

TEWKSBURY, Mass., Dec. 12, 2013 /PRNewswire

 

Delivering critical capabilities, bringing the next-generation destroyers to life

 

Raytheon Company (NYSE: RTN) has been awarded $75 million to complete remaining hardware and electronics for DDG 1000 and 1001, the first two ships of the Zumwalt-class of multimission destroyers. The award reflects exercised options under a previously awarded U.S. Navy contract.

 

Raytheon's progress on the program continues, remaining on-cost and schedule, meeting all program milestones and shipyard need dates. Under this contract, Raytheon will complete outstanding hardware and electronics production and assembly for the first two ships of the class, including electronics for the multi-function towed array for the sonar suite; canister electronics and uptake kits for the MK 57 Vertical Launching System; and the advanced procurement of Electronic Modular Enclosure shelters for the third ship, DDG 1002.

 

"The collaboration of this government-industry team has been outstanding, a high-performing team of experts working together to bring the Navy's vision to reality," said Raytheon's Kevin Peppe, vice president of Integrated Defense Systems' Seapower Capability Systems business area. "As systems and deliveries complete, and integration and testing continue, we are advancing closer to demonstrating the capabilities of the most technologically advanced surface combatant in naval history."

 

As the prime mission systems integrator for DDG 1000, Raytheon provides all electronic and combat systems for the program.

 

To date, the company has:

 

    Delivered more than 3,500 hardware items, completing mission systems equipment production for DDG 1000. Production is more than 95 percent complete for DDG 1001.

    Delivered 35 fully populated, integrated and tested Electronic Modular Enclosures, completing the first two ship sets as well as an additional 3 EMEs for the Self-Defense Test Ship.

    Completed more than 6.7 million lines of code for the Total Ship Computing Environment, the integrated mission system for the ship class, achieving all testing and readiness milestones on schedule. Currently 96 percent complete, TSCE software is approaching next level certification, Technology Readiness Level 7.

    Completed advanced ship activation pilot for DDG 1000, demonstrating control of pumps and valves; first use of shipboard software connecting distributed control workstation, TSCE infrastructure network and engineering control system.

    Tested 5,000 hull, mechanical and engineering (HM&E) signals to engineering control system and validated 12,000 additional hardware signals, at the Land-based Test Site.

    Completed more than 1.3 million lines of code for SPY-3/Dual Band Radar for DDG 1000, DDG 1001, CVN 78 and the Self Defense Test Ship and delivered complete radar suite equipment for all ship sets.

    Dedicated a team of experts onsite at the shipyard, supporting installation, integration and test in-line with construction progress to meet HM&E milestones and prepare for ship activation.

    Remained on cost and schedule throughout execution of the program – a testament to the design and development approaches employed, mitigating risks and maturing technologies through phased and incremental testing.

 

Additionally, the first MK 57 Vertical Launch System and the first Integrated Undersea Warfare suite, with dual-frequency, hull-mounted sonars, have been installed on DDG 1000.

 

DDG 1000 entered the water Oct. 28, 2013, at Bath Iron Works, Bath, Maine. Construction will continue dockside, supported by Raytheon's Ship Integration and Test team onsite for ongoing system integration and testing.

 

About Raytheon

 

Raytheon Company, with 2012 sales of $24 billion and 68,000 employees worldwide, is a technology and innovation leader specializing in defense, security and civil markets throughout the world. With a history of innovation spanning 91 years, Raytheon provides state-of-the-art electronics, mission systems integration and other capabilities in the areas of sensing; effects; and command, control, communications and intelligence systems; as well as a broad range of mission support services. Raytheon is headquartered in Waltham, Mass. For more about Raytheon, visit us at www.raytheon.com and follow us on Twitter @Raytheon.

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 17:20
Northrop Grumman Reinvents Satellite Communications for Aircraft

 

MOJAVE, Calif. -- Dec. 12, 2013 – GLOBE NEWSWIRE

 

In one year, Northrop Grumman Corporation (NYSE:NOC) took a satellite communications system normally used in space and transformed it into a high-functioning, low-cost communications system that can be used on aircraft.

 

The satellite communications (SATCOM) system was successfully demonstrated on board the company's Firebird demonstrator aircraft. Until now, no small communications system has been able to send sensor data to a satellite and back to a ground station at such a high rate of transfer.

 

"It's a game changer for those that need high-quality, real-time data, but don't want to – or can't – have a large, heavy communications system onboard," said Brett Amidon, director of Technology Development at Northrop Grumman's Aerospace Systems. "Our system provides beyond line of sight capabilities in a compact, lightweight, low-profile package."

 

During the demonstration, the SATCOM system rapidly provided full-motion video to the ground. For demo purposes, the system and associated test equipment were housed within a pylon-mounted structure attached to the top of the Firebird fuselage.

 

The system's small size saves a great deal of space, allowing more sensor payloads and equipment to be carried by the aircraft.

 

Northrop Grumman developed the SATCOM system using Gallium Nitride (GaN) technology, which first gained attention as the source of brightly colored LED lights. GaN allows for high communications output while using very little physical space.

 

Northrop Grumman is a leading global security company providing innovative systems, products and solutions in unmanned systems, cyber, C4ISR, and logistics and modernization to government and commercial customers worldwide. Please visit www.northropgrumman.com for more information.

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 13:55
Drones : premier avis d'invasion dans le ciel

 

13.12.2013 Par Olivier Berger, grand reporter à La Voix du Nord. - Défense Globale
 

Pour la surveillance et les frappes, ce sont les militaires qui ont inventé les avions sans pilote. Du loisir aux services, l’utilisation civile du drone explose. Depuis la nuit des temps, l’homme a rêvé de voler comme l’oiseau, s’élever au-dessus des siens, approcher les dieux, d’Icare aux frères Wright en passant par Léonard de Vinci. Eh bien, ça ne l’amuse plus (ou presque). Désormais, il fait voler des robots et les contrôle avec un joystick de jeu vidéo. Ils seront bientôt autonomes, programmés. Nous entrons dans l’ère des drones.

Voici un extrait d'un dossier drones, paru aujourd'hui dans La Voix du Nord qui est à consulter ici.

 

ORIGINES

Rien de tel qu’une guerre, forcément sale mais diablement féconde pour le cerveau humain. Durant la Première Guerre mondiale, Georges Clemenceau lance une étude. Un prototype naît en 1923 ; les militaires nient son utilité… Les Allemands avancent avec les V1 et V2 durant la Seconde Guerre mondiale mais ces engins sont plus proches des missiles. Les Américains utilisent les premiers drones dans la guerre psychologique, larguant des tracts sur la Corée et le Vietnam.

ARMES MILITAIRES

Caméras (vidéo, infrarouge, thermique), systèmes d’interception (électromagnétique), bombes ou missiles embarqués, le drone (mâle de l’abeille en anglais) apporte du renseignement ou donne la mort. Sans risque ou presque, dans des environnements complexes pour l’homme.

Les États-Unis en font une utilisation intensive depuis 2004 et la guerre contre le terrorisme. La CIA est accusée de cibler de simples suspects et d’être peu regardante sur les dégâts collatéraux dans les zones tribales au Pakistan, en Afghanistan, au Yémen et en Somalie. The Bureau of Investigative Journalism, basé à Londres, tente de compiler les tirs et d’identifier les victimes : 380 frappes depuis 2004 au Pakistan pour un total estimé de 2 534 à 3 642 morts, dont 426 à 951 civils et 168 à 200 enfants…

DroneAirReaper2.jpgUn drone n’est pas mieux ou pire qu’une autre arme. On parle de déshumanisation, d'absence sur le terrain qui dérogerait aux règles de la guerre. Mais quid d'un missile ? A quelle distance et de quelle façon, juge-t-on humain et digne de tuer ? En revanche, une doctrine d’emploi (pour les drones armés) s’impose. 

Une étude d’un officier de l’armée de l’air française estime qu’il sera nécessaire d’introduire des « valeurs humaines » dans les drones de combat. Ceux-ci ne seront plus manœuvrés par des pilotes munis de joystick mais programmés pour décoller, voler (frapper ?) et atterrir seuls. Comme le démonstrateur de Dassault aviation, nEUROn qui vole depuis un an.

DroneAirReaper1.jpgLa France vient d’expédier les deux premiers des douze drones américains MQ-9 Reaper achetés à General Atomics (dans une version non armée) directement à Niamey au Niger en l’absence d’une réglementation autorisant le vol en France de tels engins. Les systèmes de combat aérien futur (SCAF) signeront un jour la fin des pilotes de chasse…

Sur ces deux clichés, on voit les six premiers pilotes français du MQ-9 Reaper, formés sur la base de Holloman au Nouveau-Mexique (photos armée de l'Air, en haut le cockpit). Ils appartiennent à l'escadron de drones 1/33 Belfort de la base aérienne 709 à Cognac.

USAGES CIVILS

Le potentiel civil, balbutiant, semble énorme. Une réglementation européenne est à l’étude, notamment pour les couloirs aériens et l’atteinte à la vie privée (les images mais aussi les données numériques happées au passage). Pour l’instant, la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) délivre au compte-gouttes les autorisations. Pour le loisir, les mini-drones s’apparentent à de l’aéromodélisme. Cadeau de Noël idéal.

DroneSNCF.jpgLes applications professionnelles vont exploser : agriculture pour la surveillance des cultures et l’épandage, sécurité publique pour la police et les pompiers (le SDIS des Bouches-du-Rhône fut le premier à s’équiper en 2008), couverture de l’actualité pour les médias, météorologie, circulation… ERDF étudie la surveillance des lignes à haute tension, la SNCF, les lignes TGV (photo AFP d'un drone vérifiant un viaduc de la SNCF à Roquemaure dans le Gard).

Comme DHL, leader mondial de la logistique, le PDG d’Amazon, Jeff Bezos, lance un projet de livraison de sa boutique en ligne par drones, Prime Air. Il ne dit pas comment il fournira le locataire du troisième d’un immeuble de six étages. Mais le ciel va s’ouvrir en grand aux drones. D’ailleurs, préparez-vous à monter un jour dans un avion de ligne sans pilote… Prêt ?

OL. B.

Lire la suite sur le site de La Voix du Nord (avec vidéos).

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 13:50
Thales EC635 helicopter simulator for Swiss Air Force achieves Level D certification


13/12/2013 thalesgroup.com
 

Thales is pleased to announce that the EC635 helicopter Full Flight Mission Simulator (FFMS) delivered to the Swiss Air Force has achieved JAR FSTD-H* Level D certification issued by Switzerland’s Federal Office of Civil Aviation (FOCA).

The Thales simulator, which is in service at Emmen Air Base, Switzerland, has therefore achieved the highest possible level of FSTD certification. Used to train EC635 helicopter aircrews, this latest-generation simulator meets the Swiss Air Force's specific pilot instruction and training requirements, improves operational effectiveness, raises levels of crew and operator safety and reduces environmental impacts.

The Thales simulator offers an extended range of capabilities, from ab-initio to tactical training, and allows pilots to train for emergency situations and more than 280 different types of equipment failures. It can be used to train aircrews for a broad array of missions including cargo and personnel transport, search and rescue and forest firefighting. Pilots train under highly realistic flight conditions in varied natural settings, including mountain regions. The simulator can reproduce whiteout and brownout situations, terrain-induced turbulence, very low-level flight and complex landing approach profiles.

Night flying conditions with or without night vision goggles can be realistically simulated. The simulator software also incorporates Thales's computer-generated forces application to simulate a broad range of tactical environments.

The projection system offers a field of view of 240 degrees horizontally and 90 degrees vertically. The ThalesView image generation software and associated database enable pilots to train with realistic views of any area in Europe. The whole of Switzerland can be reproduced extremely realistically from a high-resolution aerial imagery database containing details of buildings, roads, power lines and other structures for the entire country.

The EC635 simulator can be coupled to the AS532 Super Puma/Cougar simulator in service with the Swiss Air Force, also developed by Thales, providing pilots with unlimited scope for training exercises involving formation flying and tactical operations.

"This latest-generation simulator, which is now certified to the highest possible level, supports the training of Swiss Air Force EC635 helicopter pilots, offering them an extended array of state-of-the-art and highly realistic training capabilities."
Jean-Jacques Guittard, Vice President for Thales's Training & Simulation business

Thales has delivered more than 110 helicopter simulators to customers in 25 countries around the world.

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 12:55
J.M. Palagos nouveau PDG de Défense Conseil International (DCI)

 

 

12 décembre 2013 Aerobuzz.fr

 

Le conseil d’administration de Défense Conseil International (DCI) annonce la nomination unanime de Jean-Michel Palagos en tant que Président-Directeur général de DCI [1]. Il succède à l’amiral François Dupont, atteint par la limite d’âge statutaire, que le conseil a tenu à remercier pour son action à la tête de l’entreprise.

 

Jean-Michel Palagos est titulaire d’une maîtrise de droit de l’université de Paris II et diplômé de l’Institut d’Études Politiques de Paris. Il a effectué une première carrière militaire comme officier dans l’infanterie. il entre par concours au Contrôle Général des armées en 1992 et prend rapidement les fonctions de directeur adjoint et directeur des études du Centre des hautes études de l’armement (CHEAr) où il est notamment chargé des études technico-opérationnelles pour la DGA. Entre 1997 et 2000, il devient conseiller au cabinet du ministre de la défense, Alain Richard ; il est chargé de la professionnalisation des armées. Il est nommé Contrôleur Général en 2000 et prend la direction des ressources humaines du ministère de la Défense de 2000 à 2005. En 2007, il quitte le ministère de la défense et crée CODEAC, un cabinet de conseil en organisation, stratégie et conduite du changement, qu’il met en sommeil dès lors qu’en mai 2012, il rejoint le cabinet du ministre de la défense, Jean-Yves le Drian, comme directeur adjoint du cabinet civil et militaire. Il a été notamment l’un des principaux artisans de la refonte de la gouvernance du ministère de la défense, de la réorganisation des soutiens, de la fonction internationale, des finances, des RH et du MCO. Il a dirigé la mise en œuvre du plan de gestion de crise et de sortie du logiciel de paye des militaires Louvois.

 

Pour DCI, « la nomination de l’un des plus proches collaborateurs du ministre de la défense à la Présidence de DCI marque incontestablement l’intérêt porté à cette entreprise, qui fait partie de « l’équipe France » à l’export ».

 

[1] Créée en 1972, DCI est une entreprise de taille intermédiaire (ETI) de services, dont l’Etat est actionnaire de référence. Culturellement proche du ministère de la Défense, DCI propose désormais, au profit des pays étrangers, des prestations de services externalisés dans le conseil et l’assistance sur la totalité du cycle de vie des programmes d’armement, ainsi que dans l’ingénierie de formation, dans les domaines académique, opérationnel et technique,

DCI et ses filiales se positionnent enfin depuis dix ans comme des partenaires des forces armées françaises dans le cadre de contrats de prestations de service et cherchent à ouvrir leurs activités notamment aux pays de l’Union européenne.

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 12:50
photo Airbus Military

photo Airbus Military

 

Le 12/12/2013 BFM (Dow Jones)

 

NEW YORK -Le groupe européen d'aéronautique et de défense EADS (EAD.FR) va reporter la livraison de son avion de transport militaire A400M à l'armée allemande, indique jeudi le quotidien allemand Handelsblatt.

 

La livraison est maintenant prévue pour la mi-2015, au lieu de novembre 2014, précise le journal, citant la réponse du ministère allemand de la Défense à la question du député écologiste Tobias Lindner.

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 12:50
photo BAE Systems

photo BAE Systems

source airforce-technology.com dec 2013

BAE Systems announced this week that Typhoon Tranche 3 has taken to the air for the first time. Over one hundred modifications have been made over its Tranche 2 predecessor. Here we take a ride in the cockpit for its first flight (Video: BAE Systems)

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 12:35
Pyongyang critique l’achat d’avions de chasse nouvelle génération par Séoul

 

 

SEOUL, 12 déc. (Yonhap)

 

La Corée du Nord a critiqué ce jeudi l’achat prochain par Séoul d’avions de chasse de nouvelle génération et de drones de surveillance américains, avertissant que les relations transfrontalières en pâtiront et que cela provoquera une course à l’armement dans la région.

 

Séoul désire se doter de 40 chasseurs furtifs F-35A du constructeur américain Lockheed Martin et d’aéronefs de surveillance RQ-4 Global Hawk Block 30 du constructeur américain Northrop Grumman. Ces achats aideront Séoul à faire face aux menaces militaires grandissantes de la Corée du Nord.

 

Dans un communiqué émis par le Comité pour la réunification pacifique de la patrie et relayé par l’Agence centrale de presse nord-coréenne, Pyongyang a averti que le projet de Séoul aura un impact négatif sur les relations intercoréennes.

 

Les relations entre les deux pays sont en dents de scie depuis que le gouvernement Lee Myung-bak a coupé les aides au Nord et abandonné la plupart des projets intercoréens de coopération économique en mai 2009.

 

Ce communiqué est la première critique de la politique sud-coréenne depuis la destitution de Jang Song-thaek lundi.

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 12:35
IAF plans to induct light combat aircraft Tejas later this month

 

12 December 2013 airforce-technology.com

 

The Indian Air Force (IAF) is planning to induct the indigenously developed light combat aircraft (LCA) Tejas into its operational service in Bangalore, later this month.

 

Recently, the combat aircraft succeeded in launching an infrared seeking air-to-air missile, which hit the target in a direct hit with precision and destroyed the target.

 

On 20 December, the Initial Operational Clearance- II will be completed for the aircraft at its home base in Bangalore and later it will be inducted into the IAF by Defence Minister AK Antony, according to defence officials.

"The combat aircraft succeeded in launching an infrared seeking air-to-air missile, which hit the target in a direct hit with precision and destroyed the target."

 

The Tejas aircraft will be the LCA Mark 1 and 40 of them will be inducted by the IAF, while DRDO and HAL will continue to make improvements for the aircraft and capable version will be inducted later into the force, said sources.

 

The IAF will have a total of seven squadrons of LCA aircraft, which come to around 140 aircraft, if everything moves ahead to the current plans, reports Brahmand.

 

The aircraft project, which is completing exactly 30 years after it was launched at an approximate overall cost of about Rs25,000bn ($409bn), was sanctioned in 1983 at a cost of Rs560bn ($9.18bn).

 

The aircraft will undergo different tests, even after its induction into the IAF and to get ready for full operational deployment, the aircraft need to attain the Final Operational Clearance (FOC).

 

DRDO said the missile firing test, which was conducted off the coast of Goa in Arabian Sea, demonstrated the required parametres.

 

DRDO chief Avinash Chander was quoted by the Press Trust of India as saying that "through this missile launch from Tejas and successfully hitting the target in the first shot, we have demonstrated the total weapon system capability of LCA Tejas."

 

The LCA, which has been undergoing weapon release flight tests for its operational clearance, eliminated an aerial target towed by the pilotless target aircraft Lakshya using its infrared seeker air-to-air missile.

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 12:30
Rafale to Enter Indian Service in 2017: AF Chief

Dec. 12, 2013 defense-aerospace.com

(Source: Press Trust of India; issued Dec. 12, 2013)

 

Negotiations On with Dassault for Fighters Jets: IAF Chief

 

SHILLONG, India --- Browne said the 'Rafale' are expected to be inducted into the force by 2017, three years approximately after the contract is signed

 

The Indian Air Force is negotiating with French aviation major Dassault Aviation's Rafale for 126 medium fighter jets in a multi-billion dollar deal, Chief of Air Staff of IAF, Air Chief Marshall N A K Browne today said.

 

The deal suffered a "setback" due to the death of an official, who handled the negotiation, in September. Now a new Joint Secretary has joined last week to take the negotiations forward, Browne told reporters here.

 

"They have had meetings as of this time and I am hopeful that by early next year we should be able to wrap this case for the Air Force," Browne said after rounding up his two-day farewell visit to the headquarters of the Eastern Air Command where he also chaired a Commanders' conference.

 

Browne said the 'Rafale' are expected to be inducted into the force by 2017, three years approximately after the contract is signed.

 

'Rafale' outclassed the Eurofighter 'Typhoon' to bag the deal in India after officials found that its commercial bid was lower than 'Typhoon'.

 

According to the Request for Proposal (RFP) of the IAF, 18 aircraft will be brought in the next three years while the remaining aircraft is likely to be manufactured at HAL facilities at Bangalore, defence sources said.

 

Military aviation majors from across the globe - the Russia's MIG-35, USA's F-16 Falcon (Lockheed Martin), F-18 Hornet (Boeing), Swedish 'Saab Gripen', European EADS Euro-Fighter 'Typhoon' and 'Rafale'- competed in the bid to supply 126 Medium Multi-Role Combat Aircraft.

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 12:25
Artillery: Yet Another New MLRS System

 

December 11, 2013: Strategy Page

 

A Brazilian firm is upgrading its Astros MLRS (multiple launch rocket system) to include better electronics, more reliable mechanical systems, and GPS guided 180mm rockets. Astros already uses 180mm unguided rockets in a launching container, holding 16 of them and having a max range of 35 kilometers. Astros can also carry a container holding 32 127mm rockets with a range of 30 kilometers or one holding four 300mm rockets of three different types (ranges of 60, 90 or 150 kilometers). The 6x6 truck carrying these launchers weighs ten tons and also carries the three man crew and is armed with a 12.7mm machine-gun.

 

The new Astros 2020 system will work with all existing unguided rockets available, in addition to 180mm guided ones with a range of 40 kilometers. There will also be a container that can carry four of the new (still in development) 300mm GPS cruise missiles with a range of 300 kilometers. The Brazilian Army has ordered 30 of the new Astros 2020 vehicles. Export sales are more difficult because there is so much competition in this area and Astros 2020 does not bring much that is new or unique to the market. Actually, Astros 2020 is inferior to the competition. The existing, battle proven American MLRS is far more attractive to many buyers. The American GPS guided 227mm rocket is most frequently used from the HIMARS rocket launcher. Only costing about $3 million each, these smaller, truck mounted MLRS (HIMARS) rocket launcher systems carries only one, six rocket container (instead of two in the original MLRS vehicle). But the 12 ton truck can fit into a C-130 transport (unlike the 22 ton tracked MLRS) and is much cheaper to operate. The first HIMARS entered service in 2005, about a year after GPS guided rockets did.

 

The 309 kg (680 pound) GMLRS (guided multiple launch rocket system) missile is a GPS guided 227mm rocket. It was designed to have a range of 70 kilometers and the ability to land within meters of its intended target, at any range. This is possible because it uses GPS (plus a back-up inertial guidance system) to precisely find its preprogrammed target area. In 2008, the army tested GMLRS at max range (about 85 kilometers) and found that it worked fine. So the American MLRS has more than twice the range of the Astros 180mm rocket.

 

The U.S. Army is buying over 800 HIMARS vehicles along with 100,000 GMLRS rockets, most of them fitted with an 89 kg (196 pound) high explosive warhead. About half of that is actual explosives. These have been used with great success in Iraq and Afghanistan, where nearly two thousand have been fired so far. The guided rocket is much more effective than the older, unguided version and is replacing it in most cases. No more of the unguided rockets are being purchased by the U.S. The accuracy of GMLRS means that one rocket does the job that previously required a dozen or more of the unguided ones. That's why HIMARS is so popular. While it only carries six rockets, that's often enough to last for days, even when there's a lot of combat in places like Afghanistan.

 

The American MLRS also has an ATACMS long range version. This is a 610mm rocket that fits in the same size container that normally holds six 227mm MLRS rockets. The ATACMS has been around since the 1980s and current models have a range of 300 kilometers. The current version of ATACMS is equipped with a 227 kg (500 pound) high explosive warhead. The U.S. used over 700 ATACMS in Iraq and Afghanistan. These rockets use GPS guidance to precisely hit targets up to 300 kilometers away. The U.S. MLRS has been sold to seven foreign customers.

 

Over a billion dollars’ worth of Astros systems were bought in the 1980s. Typically an Astros battery consists of 3-6 Astros trucks, 3-6 resupply trucks, and one headquarters/fire control truck. The Brazilian Army only bought 20 Astros vehicles in the 1980s, with most of the sales going to Middle Eastern countries (66 to Iraq and 60 to Saudi Arabia). After the Cold War ended in 1991, sales collapsed and picked up by the late 1990s. But the cheap Cold War surplus systems dried up sales at the low end of the market and America, Israel, Russia, and China had plenty of new offerings for the medium and high end. Existing Astros customers will be able to upgrade their existing Astros vehicles to the Astros 2020 standards so they can use the new rockets. 

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 08:55
photo Alain Monot Marine Nationale

photo Alain Monot Marine Nationale

 

12/12/2013 Marine nationale

 

La Marine sera bientôt dotée des premières Embarcations Commando à Usage Multiples et Embarquable (ECUME).

 

La Direction Générale de l’Armement (DGA) a notifié début décembre 2013 à la société Zodiac Milpro International la commande, dans un premier temps, de 9 embarcations à destination de la Force des fusiliers marins et commandos. Il s’agit pour cette force d’un véritable bond capacitaire. Les commandos seront en mesure d’opérer avec plus de réactivité et un rayon d’action plus étendu. L’Ecume peut aller deux fois plus loin que les moyens actuels et par une mer plus agitée.

 

Actuellement, les commandos Marine utilisent les Embarcations de Transport Rapides Pour Commandos (ETRACO). Il ne s’agit pas d’une rupture technologique entre l’Etraco et l’Ecume mais plutôt d’une évolution sensible. Ce nouveau matériel bénéficie en effet d’une plateforme commune modulaire permettant de s’adapter aux besoins opérationnels. Ainsi, lors d’un assaut en pleine mer, l’Ecume peut transporter jusqu’à 12 commandos équipés, avec un armement lourd. L’une des capacités premières de l’Écume est, en effet, de rattraper tout type de navires en transit, et ce par mer formée.

 

L’embarcation peut être pré-positionnée à bord de bâtiments de la Marine nationale, et à terre dans des installations occasionnelles ou permanentes. Tout comme l’Etraco, l’Ecume peut être projetée sur les théâtres d’opération grâce à l’aérotransport, garantissant ainsi une forte réactivité des forces spéciales de la mer. Fruit d’un long travail de concertation entre l’utilisateur et le constructeur, ce nouveau vecteur allie l’endurance, la robustesse et la sécurité nécessaires pour mener à bien les différents types d’intervention en mer.

 

D’ici 2015 et la livraison des dix [1] premières Ecume, les commandos seront tous formés pour opérer sur ces embarcations. Finalement, ce programme illustre combien les commandos de la Marine, dernièrement engagés sur des théâtres d’opérations terrestres, restent avant tout des marins !

 

photo Alain Monot Marine Nationale

photo Alain Monot Marine Nationale

Qu’est-ce que l’Ecume ?

 

Le retour d’expérience de l’Etraco a permis de créer un produit qui s’accorde avec les exigences actuelles et futures.

 

Mesurant 9,3 mètres de long et 3 m de large, l’Ecume double la capacité de charge utile de l’Etraco. Tous les systèmes de communication actuellement utilisés par les forces spéciales sont intégrés à l’Ecume. L’intégration de ces technologies de pointe dans une embarcation de moins de 10 mètres de long est une prouesse technique qui permet aux commandos d’être plus réactifs et de gagner du temps en restant connectés tout au long de l’opération.

 

Grâce à ses deux moteurs diesel, elle bénéficie d’une autonomie accrue, en temps comme en distance. Elle peut ainsi parcourir jusqu’à 200 nautiques (370 km). Le plus impressionnant reste sa capacité d’emport puisque la charge utile maximale est de plus de 3 tonnes (1 tonne de plus que l’Etraco).

 

[1] Les 9 embarcations commandées, auxquelles s’ajoute le premier exemplaire déjà livré pour les évaluations. Les livraisons s’étaleront de l’été 2014 à l’été 2015.

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 08:35
China To Built Two More Aircraft Carriers Between 2014 To 2015

 

Dec 12, 2013 By Yasir Faheem - asian-defence.net

 

China will construct two conventionally powered aircraft carriers in Dalian and Shanghai between 2014 and 2015, a source from China's Central Military Commission has told.

 

Under the Commission's Project 048, China aims to establish three carrier battle groups by 2020 so that all three major fleets of the PLA Navy will be able to carry out missions with the full support of an aircraft carrier. The two new Type 001A indigenous carriers will be updated versions of China's first aircraft carrier, the Liaoning, which was originally a Soviet-era Admiral Kuznetsov-class aircraft carrier purchased from Ukraine in 1998. They will also likely be designed with a ski-jump ramp.

 

Sources said that the General Equipment Department of the PLA has already signed a contract with the Beijing-based China Shipbuilding Industry Corporation to build the two carriers. The price of the two vessels is estimated to be worth US$9 billion.

 

China has yet to decide whether its J-31 stealth fighter will replace the J-15 to become the country's next generation carrier-based fighter, according to sources. The J-31 fighter entered service after the J-15, and is able to land or take off from the flight deck of the Liaoning. Sources said that a decision will only be made after the construction of the nation's second and third aircraft carriers is completed. This will give the PLA more time to think about the type of carrier-based fighter it will need in the future, the sources added.

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 08:35
Taiwan Developing Weapons Capable UCAV

 

Dec 2013 by By Yasir Faheem

 

Taiwan's military is developing a weapons-capable unmanned aerial vehicle (UAV) with some stealth capabilities at the Chung-Shan Institute of Science and Technology, an official at the institute said.

 

This will be the first armed UAV from the military-run research center, which has developed various tactical drones for surveillance and reconnaissance that cannot carry weapons, according to the source familiar with the institute's project, who requested anonymity.

 

Unlike previous models, the drone under development boasts short wings, stealth features and a weapons cabin that can carry missiles and bombs, the official said.

 

"The new UAV would be able to evade radar detection as its body is made from radar-absorbent materials," the official added.

 

The revelation came on the sidelines of a defense technology exhibition at Taoyuan County Stadium.

 

A dazzling array of high-tech devices and equipment developed in civilian and military collaborative projects are on display.

 

Exhibits featured at the Dec. 6-7 event include a variety of UAVs, Hsiung Feng III anti-ship missiles — also known as Brave Wind III — and Tien Kung III air defense missiles —also known as Sky Bow III — as well as sophisticated devices in the fields of aerospace and green technology.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories