Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 novembre 2013 2 26 /11 /novembre /2013 13:50
Visite en Israël du directeur général de l'armement de la Suisse

 

 

Berne, 26.11.2013 – news.admin.ch

 

 Le 26 novembre 2013, le directeur général de l'armement Ulrich Appenzeller a été reçu à Tel-Aviv par son homologue israélien, le général de brigade Shmaya Avieli, pour des entretiens bilatéraux en matière d'armement.

 

Les entretiens ont porté sur les défis dans le domaine de l'armement, les processus de planification de l'armement et les projets d'acquisitions en cours entre la Suisse et Israël.

 

La délégation suisse a saisi l'occasion de cette visite de trois jours pour acquérir une vue d'ensemble sur les nouveaux produits et prestations de services offerts par des entreprises israéliennes. La prochaine rencontre devrait avoir lieu en Suisse, en 2015.

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2013 2 26 /11 /novembre /2013 12:55
French Army's NH90 TTH helicopter conducts initial naval trials

the French Army's NH90 TTH helicopter during its flight. Photo NH Industries.

 

26 November 2013 army-technology.com

 

The French Army Aviation's (ALAT) NH90 tactical transport helicopter (TTH) has successfully conducted its initial naval trials onboard the second Mistral Class amphibious warfare ship, BPC Tonnerre.

 

Carried out at an undisclosed location, the trials enabled the helicopter's maximum take-off weight to be uprated to 10.6t, while additional trials, which are planned for March 2014, will lead to the helicopter's clearance for shipboard missions.

 

The helicopter's initial operational capability (IOC) is planned for mid-2014, when four NH90s will be available for operations.

 

The French Army has to date taken delivery of three of the total 34 NH90 helicopters ordered by the French defence procurement agency from NH Industries in December 2008, along with an option for an additional 34 aircraft, to help replace the army's ageing SA 330 Puma helicopters fleet.

 

The helicopters are scheduled to be transferred along with their operational crews from the training and induction centre at Cannet des Maures to their new unit, the 1st Combat Helicopter Regiment based in Phalsbourg in eastern France, in December 2013.

 

Powered by two Rolls-Royce-Turbomeca RTM322 engines, the NH90 TTH is an advanced helicopter designed primarily to perform logistics and utility transport, combat search and rescue (RESCO), as well as heliborne operations.

 

Also known as Caiman, the next-generation helicopter can also be used to perform casualty and medical evacuation, electronic warfare, special operations and counter-terrorism missions, airborne command post and VIP transportation.

 

Around 27 NH90 Nato frigate helicopters (NFH) were also ordered by the French Navy to replace its Lynx and Super Frelon helicopters, which perform anti-submarine and anti-surface warfare missions.

 

The helicopters have been ordered by other NH90 members, including Australia, Belgium, Greece, Norway, Oman, Sweden, Spain, Finland and Italy.

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2013 2 26 /11 /novembre /2013 12:50
EADS chief warns jobs cuts coming in defence unit

 

November 26th, 2013 defencetalk.com (AFP)

 

A reduction in defence orders will have an impact on jobs in EADS’s defence unit, the head of the European aerospace giant said in an interview published Monday.

 

Tom Enders told vbw-Unternehmenmagazin, the magazine of the Bavarian economic federation, that “if defence orders are cancelled or reduced as has happened in Germany in recent years, an impact on production and employment cannot be avoided.”

 

Enders’s comments follow a report by the German news agency DPA last week that EADS is considering cutting the workforce by 20 percent, or 8,000 employees. The group will be renamed Airbus Defence and Space next year as it reorganises.

 

EADS said no numbers have been decided, but Enders has previously said drastic measures were needed to secure the future of the division.

 

The restructuring is seen as unavoidable after the failed plan to merge with Britain’s defence firm BAE Systems last year.

 

That was shelved after objections from government stakeholders, notably Germany, which worried it would cause considerable layoffs.

 

Enders said the outlook is not rosy for defence manufacturers due to the high value of the euro and the eurozone debt crisis pushing countries to cut back on acquisitions of new equipment.

 

Enders told the Bavarian magazine that EADS had lost over the past few years orders worth several billion euros just in Germany that the company had thought were certain.

 

He said EADS cannot absorb that without making changes at the affected sites. He did not go into details.

 

The German newspaper Suedeutsche Zeitung reported Monday that a defence factory of EADS’s Cassidian unit located north of Munich would be closed with activities shifted to another facility in Bavaria, where EADS employs some 16,000 people.

 

An EADS spokesman declined to comment on the report, telling AFP that it would not make detailed announcements on its plans before informing its European works council, which meets in Munich on December 9.

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 18:20
Hagel Visits First Zumwalt-Class Destroyer

 

 

Nov. 25, 2013 defense-aerospace.com

(Source: U.S Department of Defense; issued November 21, 2013)

 

BATH, Maine --- Defense Secretary Chuck Hagel said the not-yet-launched Zumwalt-class destroyer he toured here today “represents the cutting edge of our naval capabilities.”

 

The ship, now known as the Pre-Commissioning Unit, or PCU, Zumwalt, will become the USS Zumwalt, named for former Navy Adm. Elmo Zumwalt. Officials said the ship is about a year away from joining the fleet. (Emphasis added—Ed)

 

Now littered with large protective crates storing systems not yet installed, the ship is being fitted with new automated systems. The Zumwalt, Navy officials explained, has highly accurate long-range weapons, an impressive power generation capability and a design emphasizing “stealthy” radar-defeating materials and shapes.

 

The ship will be home ported in San Diego, Hagel noted, and it “represents an important shift … in America’s interests to the Asia-Pacific,” he told a mixed crowd of sailors, government civilians and General Dynamics employees assembled near where the ship is docked.

 

Hagel thanked General Dynamics and its workforce at Bath Iron Works, which will produce all three of the Zumwalt-class ships planned for production. The secretary called the facility “a magnificent institution that’s been part of the security of this country for 130 years.”

 

The secretary also spoke to a number of sailors and defense civilians present, who are working to get the ship ready for active duty. Hagel thanked them and their families for their service.

 

Sharon E. Burke, assistant secretary of defense for operational energy plans and programs, accompanied Hagel’s delegation on the ship tour. Later, she spoke to reporters while en route to Halifax, Nova Scotia, where Hagel landed later in the day for an international security forum that starts tomorrow.

 

Burke said that the ship’s power generation capacity -- 78 megawatts, impressed her. One megawatt of power can power about 1,000 American homes.

 

The massive amount of available power makes the ship expandable for future weapon systems such as rail guns, which “take a lot of pulse power,” Burke noted.

 

“Also, you’re running a lot of very sophisticated systems on that ship,” she said. “It gives them a lot of room to be able to run all those systems.”

 

The ship can generate 78 megawatts of power, and can channel it to propulsion, shipboard use and weapons systems. Officials said the guided missile destroyer is the first Navy ship to be fully electrical, and it was designed to use automated systems as much as possible to decrease the number of sailors needed as crew.

 

For example, officials said, automatic systems route, store and load the 300 rounds of 24-pound ammunition each of the ship’s two 155mm guns can fire. The guns have, in testing, successfully fired at a rate of 10 rounds a minute and with 20- to 40-inch accuracy at a range of more than 60 nautical miles, officials noted.

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 17:50
Italian Navy Receives First NH90 NFH in FOC

 

 

Nov. 22, 2013 defense-aerospace.com

(Source: AgustaWestland; issued Nov. 22, 2013)

 

AgustaWestland is pleased to announce that the Italian Navy has taken delivery of its first NH90 NFH helicopter in Full Operational Capability (or Step B) configuration. The helicopter will be assigned to the 5th Helicopter Squadron of the Italian Navy based at the Sarzana-Luni base.

 

The Italian Navy has ordered 56 NH90s, 46 of which in the NFH variant, part of its modernization plan in order to bring its capabilities to the latest technological standards.

 

The Step B configuration features a range of significant advancements in mission capability including weapon systems integration for both air-to-surface missiles and torpedoes, advanced satellite and encrypted communications, a further expanded envelop for ship-based operations and in demanding weather conditions, radar and avionics capability enhancements. Starting next year, the five previously delivered Step A (MOC, Meaningful Operation Capability) helicopters will begin to be retrofitted to bring them to the final configuration.

 

The NH90 NFH variant is primarily designed for autonomous and joint Anti-Submarine Warfare (ASW) and Anti Surface Warfare (ASuW) missions. The comprehensive mission equipment packages allow a wide range of additional missions to be performed including Search and Rescue (SAR), maritime patrol, vertical replenishment, troop transport, medical evacuation and amphibious support roles.

 

The helicopter is designed for day and night operations in adverse weather conditions from the decks of ships. Because of its optimal weight and dimensions, the deck-lock system, the deck traversing system and the automatic blade and tail folding system, it can operate from small frigates even in high sea states.

 

The Italian Navy will benefit from a Mission Planning & Analysis System (MPAS) for its fleet of NH90 NFH helicopters. The MPAS is a multi-mission and multi-platform mission planning based on the state of the art AgustaWestland-designed Skyflight™, a multi-helicopter flight and mission planning solution that all related AgustaWestland stations currently utilize.

 

The NH90 is the most successful European helicopter programme ever. The total number of NH90 on order is 529 – of which over 160 delivered – by 19 armed forces in 14 countries. Of these, the NH90 NFH variant has been ordered in 111 units by Italy, France, Belgium, Netherlands and Norway.

 

The NH90 programme is managed by NAHEMA (NATO Helicopter Management Agency) representing France, Germany, Italy, The Netherlands, Portugal and Belgium, and by the NH Industries industrial consortium comprising AgustaWestland (32%), Eurocopter (62.5%) and Fokker Aerostructures (5.5%). In the framework of the NH90 programme,

 

AgustaWestland is responsible for the production of the main transmission, tail drive shafts, hydraulic system, automatic flight control system, rear ramp, rear fuselage, the T700/T6E1 or CT7-8F5 engines solution installation and on-board computers. Furthermore, AgustaWestland is also responsible for the overall integration of the NH90 naval mission system for all NFH variants.

 

AgustaWestland's Venice Tessera plant is the new final assembly line for the NH90s ordered by Italy (Army and Navy, 60 and 56 helicopters respectively), the Netherlands (20), Norway (14) and Portugal (10) giving a total of 160 helicopters so far.

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 13:30
La France au Moyen-Orient (2/5) : Paris chasse en Arabie Saoudite le mégacontrat Sawari 3

L'Arabie Saoudite et la France ont récemment entamé des négociations sur le projet de vente de six frégates multimissions FREMM et de cinq à six sous-marins dans le cadre du programme Sawari 3

 

25/11/2013 Michel Cabirol à Dubaï – LaTribune.fr

 

Deuxième volet de la France au Moyen-Orient, l'Arabie Saoudite. Après avoir fait chou blanc depuis 1995, Paris tente de reconquérir Ryad. Deux contrats majeurs sont en jeu pour les groupes français : Sawari 3 (frégates et sous-marins) pour au moins 10 milliards d'euros et Mark 3 (Air Défense) pour 4 milliards.

 

 

Les Français sont de retour en Arabie Saoudite. Car entre Ryad et Paris, les relations sont aujourd'hui au beau fixe. "Il y a actuellement d'excellentes relations politiques entre l'Arabie Saoudite et la France", confirme un industriel français de l'armement. Le ministre de la Défense, Jean-Yves le Drian, n'y est pas étranger. Il a déjà effectué trois visites depuis mai 2012 dans le royaume, dont la dernière date de début octobre. Surtout les prises de positions de la diplomatie française dans la région (Syrie, Iran notamment) ont permis de réchauffer les relations très fraîches entre ces deux pays lors de la présidence de Nicolas Sarkozy.

Et selon des sources concordantes, les deux pays ont récemment entamé des négociations sur le projet de vente de six frégates multimissions FREMM et de cinq à six sous-marins dans le cadre du programme Sawari 3. Un mégacontrat estimé à 10 milliards d'euros minimum - certains évoquent même des montants faramineux entre 15 et 20 milliards d'euros. Il fait tourner les têtes des principaux groupes concernés par ce projet DCNS, Thales, le missilier MBDA et l'hélicoptériste Eurocopter (EADS). C'est ODAS, en tant que maître d'œuvre, qui négocie pour le compte de l'Etat et des industriels avec Ryad. Bref, du lourd, du très lourd pour la France.

 

Une visite de François Hollande début 2014

Après avoir été repoussée à plusieurs reprises, la visite de François Hollande en Arabie Saoudite, est maintenant prévue fin 2013, voire au début 2014 en janvier ou février - la décision est encore en attente, l'agenda est compliqué. Elle pourrait provoquer un peu après ce voyage, voire pendant - mais ce n'est pas la coutume à Ryad - la signature d'un protocole d'accord (MoU) liant les deux pays sur Sawari 3, explique-t-on à "La Tribune". Le Chef de l'Etat a déjà fait en novembre 2012 une brève escale en Arabie Saoudite à Jeddah où il s'est entretenu avec le roi Abdallah.

C'est principalement le programme Sawari 3 qui sera poussé lors de la visite présidentielle, selon nos informations. Les groupes concernés tablent sur une conclusion rapide une fois le MoU signé. "Dans les six mois", espère une source proche du dossier. Et cette fois, "les industriels concernés sont unis" pour ce projet, explique-t-elle. "Il n'y a pas de snipers pour le faire dérailler". Pas comme pour le programme Mark 3 (Air defence de très courte portée) où Thales et MBDA/EADS se sont déchirés.

 

Ryad veut des sous-marins

Pour la France, c'est le contrat qui compte le plus actuellement en Arabie Saoudite, et au-delà... même si une commande de Rafale au Qatar et aux Emirats Arabes Unis fait également partie des objectifs prioritaires de Paris. On évoque pour l'Arabie Saoudite six frégates multimissions FREMM - dont trois exemplaires  pourraient être prélevées sur la commande nationale de onze FREMM destinée à la marine - et cinq à six sous-marins. Les frégates serviront en grande partie à patrouiller dans les eaux de la Mer rouge.

L'armée saoudienne, qui n'a jamais été équipée en sous-marins en dépit de plusieurs projets avortés, souhaite aujourd'hui créer une force sous-marine installée sur plusieurs bases. D'où les montants faramineux évoqués en raison des très nombreux travaux d'infrastructures. Sans oublier la formation des sous-mariniers. Très proche actuellement de l'Egypte, Ryad pourrait également faire appel à l'armée égyptienne bien entraînée pour utiliser ses équipements (Air, Mer, Terre) en cas de conflit contre l'Iran.

L'Allemagne, qui est également en embuscade pour ce mégacontrat, pourrait devoir renoncer en raison de son refus de livrer des armes à un Etat susceptible de remettre en cause la sécurité d'Israël. Une vente de chars Leopard 2A7 a été annulée sous la pression politique en Allemagne.

 

Un signal fort de Ryad pour la France

Un tel contrat s'il était signé entre la France et l'Arabie Saoudite serait un signal fort vis-à-vis de Paris, dont la ligne diplomatique (Syrie, Iran) est très appréciée à Ryad, et structurant pour la plupart des groupes d'armement français. Le prince héritier saoudien Salmane ben Abdel Aziz, qui est également ministre de la Défense, avait évoqué début octobre à Jeddah avec Jean-Yves Le Drian "les moyens de renforcer les relations bilatérales" ainsi que "les développements sur les scènes régionale et internationale".

Le contrat Sawari 3 pourrait compenser la faiblesse du budget de la défense français. Surtout les industriels tricolores reprendraient enfin pied en Arabie Saoudite où il ont été évincés peu à peu des forces armées, notamment dans l'armée de l'air. Ryad, autrefois vache à lait de l'industrie de défense française, était ces dernières années devenue une terre de mirages pour les groupes tricolores, qui allaient de frustrations en déceptions.

 

LEX, premier grand contrat depuis 1995

"La France n'a signé aucun grand contrat depuis 1995 depuis LEX (Life extension Sawari I, ndlr)", déplore un industriel. Et encore, il considère ce contrat modeste par rapport aux commandes engrangées par les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et l'Allemagne. "Ils ont raflé tous les contrats", poursuit-il. L'Arabie est le premier pays demandeur de matériels allemands  (plus d'un milliard d'euros de demandes d'autorisations export pour 2012, selon le rapport fédéral sur les exportations d'armement). C'est notamment le contrat de sécurité des frontières qui explique en très large partie ce montant. Enfin, la Grande-Bretagne a vendu 72 Eurofighter Typhoon après avoir éjecté Dassault Aviation du royaume avec le Tornado.

La roue semble avoir tourné depuis la signature à la fin de l'été du contrat LEX, qui porte sur la modernisation de quatre frégates de classe Al Medinah et de deux pétroliers ravitailleurs de classe Boraida, mis en service en 1985-1986. Et l'Arabie Saoudite est plus considérée aujourd'hui comme une terre de reconquête. Ce que confirme un autre industriel tricolore. "Il faut reconquérir les parts de marché en Arabie Saoudite", explique-t-il.

 

Mark 3 toujours en attente

Un autre contrat est actuellement en attente de signature. Il s'agit du programme de défense aérienne (Mark 3), qui a été négocié avec Thales en vue de renouveler le système de défense aérienne Crotale (Air defence) du royaume. Au total, le contrat s'élèverait à 4 milliards d'euros, dont 2,5 milliards pour la première tranche. Le processus de signature par le ministre de la Défense saoudien (Moda), Salmane ben Abdelaziz Al Saoud, qui était imminent au début de l'automne, semble aujourd'hui au mieux un peu ralenti.

Pourquoi ? Selon des sources concordantes, le prince Bandar ben Sultan ben Abdelaziz Al Saoud, chef des services de renseignements, est en train d'effectuer un audit sur toutes les négociations en cours et les contrats à la signature. "Ils sont en train de revoir leur politique d'acquisition pour optimiser leurs achats", assure un industriel. Notamment en raison de leurs relations actuelles très fraîches avec les États-Unis, précise-t-il. 

 

Le baroud d'honneur de MBDA/EADS ?

D'autres raisons complémentaires sont aussi évoquées pour expliquer cette absence de signature. Ce contrat ferait toujours l'objet d'une guerre franco-française en coulisse entre MBDA/EADS et Thales, d'un côté, et saoudo-saoudiennes d'un autre côté, assurent plusieurs connaisseurs de ce pays. Le missilier européen a toutefois déjà obtenu un contrat de 150 millions d'euros portant sur la livraison de missiles surface-air VL-Mica, un système de défense aérienne terrestre de courte portée, pour équiper la Garde nationale.

Mais la rencontre entre Jean-Yves Le Drian et le vice-ministre de la Défense saoudien, le prince Salman Bin Sultan Bin Abdelaziz Al Saoud, dimanche dernier lors du salon aéronautique, semble avoir été rassurante sur ce projet, selon nos informations. Le président François Hollande aimerait remercier le roi Abdallah lors de sa prochaine visite en Arabie Saoudite de la signature de Mark 3. D'où l'optimisme de l'Elysée pour ce programme.

 

Des satellites d'observation ?

DCNS a déjà obtenu un autre contrat de 150 millions d'euros pour la modernisation des frégates Sawari 2 dans le cadre d'un accord-cadre global. Un trépied qui lui a permis d'entamer les négociations sur Sawari 3.

Enfin, Paris négocie également avec Ryad des hélicoptères et de deux satellites d'observation, proposés conjointement comme aux Emirats Arabes Unis par Astrium et Thales Alenia Space. La filiale spatiale de Thales pourrait être cette fois le maître d'oeuvre de ce programme, selon nos informations. Les deux industriels proposeraient un satellite de type Pléiades, à l'image de leur récent succès à Abu Dhabi.

 

Et les Etats-Unis ?

Le royaume wahhabite, principal allié arabe des Etats-Unis, accuse Washington d'inaction dans la crise syrienne et s'inquiète de la main tendue par Barack Obama à l'Iran. Ryad reproche aussi à Washington d'avoir, par faiblesse, laissé Israël poursuivre sa politique de colonies de peuplement en Cisjordanie occupée, au détriment des Palestiniens. D'où les relations fraiches entre les partenaires.

Pour autant, tout ceci est relativisé avec le pragmatisme de Ryad. L'Arabie Saoudite a récemment saisi le Congrès américain d'une demande d'exportation pour plusieurs milliers de missiles et munitions de précision de toutes sortes, destinées à équiper ses F-15SA. Montant total estimé : environ 6,8 milliards de dollars. En mars 2012, Ryad avait commandé 84 F-15SA supplémentaires et avait demandé à moderniser en décembre 2011 70 F-15S en F-15SA. Soit près de 30 milliards de dollars. Sans oublier tout le reste Patriot, 36 hélicoptères AH-6i et 70 autres AH-64D...

Relire le premier volet, La France au Moyen-Orient (1/5) : quand la diplomatie va, tout va... mieux

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 12:50
EADS fermerait le siège allemand de sa division Cassidian

 

25-11-2013 Challenges.fr (Reuters)

 

FRANCFORT - Le groupe européen d'aérospatiale et de défense EADS prévoit de fermer le siège de sa division Cassidian à Unterschleissheim, près de Munich, dans le cadre de sa réorganisation, rapporte lundi le journal Süddeutsche Zeitung en citant des sources proches du groupe.

 

En annonçant fin juillet sa réorganisation autour de trois divisions - Airbus pour les avions civils, et qui donnera son nom à l'ensemble du groupe, Airbus Defence & Space et Airbus Helicopters (Eurocopters) -, EADS avait fait savoir qu'il passerait en revue ses activités de défense et d'espace et n'avaient pas exclu des suppressions de postes dans ce pôle qui emploie quelque 40.000 personnes dans le monde.

 

Selon l'article du Süddeutsche Zeitung, les divisions d'espace et de défense seront regroupées au site d'Ottobrunn, également près de Munich.

 

Le site d'Unterschleissheim emploie 1.400 personnes et autant travaillent à Ottobrunn, soit pour EADS soit pour sa filiale Astrium, ajoute le journal sans être en mesure d'indiquer si et combien de postes seraient menacés.

 

L'agence de presse allemande DPA avait rapporté mercredi qu'EADS réduirait les effectifs de sa nouvelle division Airbus Defense & Space d'environ 20%, soit à peu près 8.000 suppressions de postes. Deux sources industrielles citées par Reuters ont de leur côté parlé de plusieurs milliers de départs mais moins que les 8.000 évoqués par DPA.

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 12:30
La France au Moyen-Orient (1/5) : quand la diplomatie va, tout va... mieux

 

22/11/2013 Michel Cabirol, à Dubaï – LaTribune.fr

 

Les commandes d'avions civils ont atteint des records au salon de Dubaï. Mais de gros contrats militaires sont aussi en ligne de mire pour les industriels français dans le Golfe. Premier volet de cette enquête au Moyen-Orient : les bénéfices d'un réchauffement diplomatique.


 

Quand la diplomatie va, tout va... Notamment le business dans les pays du Golfe où la France, depuis ses prises de position diplomatiques successives sur la Libye, Mali, Syrie et Iran, jouit d'une bonne image dans les principales capitales de la région, Ryad, Doha et Abu Dhabi. "La politique française est bien perçue, confirme le PDG du missilier MBDA, Antoine Bouvier, qui a vu se succéder sur son stand l'essentiel de ses clients de la région. On sent que les prises de positions de la France sur la Syrie, l'Iran ont généré dans la région un climat positif". Le missilier européen (BAE Systems, EADS et l'italien Finmeccanica) travaille actuellement sur plusieurs campagnes commerciales.

C'est donc un retour en grâce des groupes d'armement français après une longue parenthèse de près de cinq ans marquée par une certaine défiance vis-à-vis de la politique de Nicolas Sarkozy, notamment en Arabie Saoudite. Le Qatar, pourtant privilégié par l'ancien locataire de l'Elysée, n'avait toutefois pas sorti son chéquier pour s'offrir la technologie "made in France" en matière d'équipements militaires. Tout comme les Emirats Arabes Unis n'avaient pas non plus acheté le Rafale malgré la très (trop ?) forte insistance de Nicolas Sarkozy. Au point de se brouiller avec Abu Dhabi, qui a obtenu une base interarmes française sur son sol… sans aucune contrepartie pour Nicolas Sarkozy.

 

La qualité de la relation entre la France et le Golfe est excellente

"La qualité du climat politique entre la France et les pays de la région est excellente", assure également le PDG de Thales, Jean-Bernard Lévy, qui dans le cadre de la vision stratégique Ambition 10 compte chercher la croissance du groupe en très grande partie dans les pays émergents. Et de rappeler que "sans un soutien politique, il est difficile de conclure" dans les pays du Golfe.

"La France est capable de proposer des partenariats stratégiques dans la région, elle en a la volonté, observe Antoine Bouvier. Les clients y sont également très favorables".

Ce que confirme Pascale Sourisse, en charge du développement de l'activité dans les pays émergents au sein de Thales, qui sillonne régulièrement cette région où le groupe a des enjeux commerciaux importants. "Nous sentons qu'il y a une bonne entente dans le cadre des campagnes commerciales entre le ministre français et ses homologues de la région. Il a réussi à instaurer des relations de confiance", explique-t-elle. Elle rappelle que "l'action étatique et l'action industrielle vont de pair" pour réussir. "La politique va avec les affaires", renchérit un autre industriel très présent dans la région.

 

Le travail de Jean-Yves Le Drian salué

Tout comme Antoine Bouvier, Jean-Bernard Lévy salue le travail approfondi du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, sans qui deux contrats d'une valeur de 1 milliard d'euros (deux satellites espions et 17 radars GM 200) se seraient perdus dans les dunes des Emirats Arabes Unis. En janvier 2013 lors de la visite de François Hollande à Abu Dhabi, "on avait perdu la campagne Falcon Eye (deux satellites espions, ndlr)", se souvient-il.

"Le ministre est extrêmement présent sur les dossiers internationaux", constate également Antoine Bouvier. Le ministre était bien sûr présent dimanche au salon aéronautique de Dubaï. Son sixième voyage aux Emirats Arabes Unis ! "Il est aujourd'hui dans l'approfondissement de sa relation avec son homologue émirati et il est dans ce schéma-là avec ses homologues dans la région", explique-t-on au ministère.

 

L'armée française, une vitrine pour les industriels

Et puis les groupes de défense profitent également des succès opérationnels de l'armée française, qui est une excellente vitrine pour les matériels tricolores, notamment le Rafale. D'autant que le savoir-faire opérationnel des trois armées dans les conflits est de haut niveau. Ainsi, le chef d'état-major de l'armée de l'air, le général Denis Mercier, a passionné samedi dernier ses 32 homologues lors de la réunion traditionnelle des patrons des armées de l'air à la veille de l'ouverture du salon aéronautique de Dubaï.

La France au Moyen-Orient (1/5) : quand la diplomatie va, tout va... mieux

Son exposé portant sur les leçons des engagements récents de la France en Libye et au Mali, et en particulier de l'armée de l'air française, a été particulièrement écouté. Le général Mercier a montré que la France était capable de frapper extrêmement loin avec les Rafale dans un délai de préparation très court et dans des scénarios complexes. Ce que n'ont pu faire certains chefs d'états-majors concurrents, qui se sont limités à des présentations très générales.

 

Les Etats-Unis ne sont plus compris au Moyen Orient

Aujourd'hui étranglés par les budgets de défense de plus en plus contraints en Europe, les grands groupes français se pressent à nouveau avec beaucoup d'espoirs en Arabie Saoudite, au Qatar et aux Emirats Arabes Unis pour tenter de compenser à l'export le manque à gagner dans les pays matures, voire y trouver un peu de croissance. Et pourquoi pas le pactole. Car de grands contrats sont en jeu dans ces trois pays, notamment à court terme en Arabie Saoudite, au Qatar et aux Emirats arabes unis. Notamment pour le Rafale au Qatar, puis aux Emirats Arabes Unis.

D'autant que la France profite d'une certaine incompréhension entre les Etats-Unis et les pays du Golfe.

"On sent bien qu'il y a un malaise entre ces pays et les Etats-Unis, explique-t-on à La Tribune. Les prises de positions américaines ne sont pas totalement comprises et appréciées".

Aux industriels français d'en profiter. Mais comme le rappelle un industriel, qui connait très bien la région,

"les Américains ne sont peut-être pas bien vus par les familles régnantes mais ils continuent de signer des très gros contrats. Les Britanniques et les Allemands raflent beaucoup de marchés. Nous les Français, nous devons cesser d'être romantiques, car ce qui compte c'est de gagner des contrats et non pas de participer ou d'être bien vus".

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2013 6 23 /11 /novembre /2013 12:50
L’équipement du fantassin du futur ? - JJ.Chatard DiCoD

L’équipement du fantassin du futur ? - JJ.Chatard DiCoD

 

22/11/2013 JJ.Chatard/DiCoD

 

La 18e édition du salon Milipol vient d’ouvrir ses portes le 19 novembre à Paris-Nord Villepinte pour quatre jours. Ce rendez-vous mondial de la sécurité intérieure des États est un lieu privilégié de rencontre pour les acteurs de la sécurité et de la défense

 

Reportage photos

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 17:50
Fully armed MQ-9 takes off on a mission in Afghanistan. Photo US Air Force

Fully armed MQ-9 takes off on a mission in Afghanistan. Photo US Air Force

 

22.11.2013 Helen Chachaty journal-aviation.com

 

La ministre de la Défense néerlandaise Jeanine Hennis-Plasschaert a annoncé hier son choix de s’équiper de quatre drones MQ-9 Reaper pour assurer ses futures missions ISR. « Le Reaper est le seul drone qui répond aux exigences de la Défense, que ce soit l’autonomie en vol, la rapidité ou la précision de ciblage », selon le communiqué du ministère. L'acquisition de ces drones devrait se faire comme en France, par le biais des FMS (Foreign Military Sales) du Pentagone.

 

Une consultation pour s’équiper de drones MALE avait été lancée en 2011. La pleine capacité opérationnelle est attendue pour 2017.

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 17:20
Lockheed Martin’s GPS III satellite prototype passes backward-compatibility tests

GPS III Nonflight Satellite Testbed (GNST)at Cape Canaveral Air Force Station, US. Photo Lockheed Martin

 

22 November 2013 aerospace-technology.com

 

Lockheed Martin has announced its prototype of the next-generation global positioning system (GPS) satellite, the GPS III, has completed successful testing for backward-compatibility with the previous GPS satellite constellation in orbit.

 

The GPS III Nonflight Satellite Testbed (GNST), a full-sized, functional satellite prototype, is currently at Cape Canaveral Air Force Station in the US.

 

During the trials in October, GNST was successful in communicating through cross-links with air force flight-like hardware simulators for the GPS IIR, GPS IIR-M, and GPS IIF satellites in orbit.

 

This testing also showed the ability of an air force receiver to track navigation signals from the GNST.

 

Lockheed Martin GPS III development director Paul Miller said: "This provides early confidence in the GPS III's design to bring advanced capabilities to our nation, while also being backward-compatible."

 

A vital programme for the air force, GPS III is a cost-effective solution for ageing GPS satellites in orbit, and will improve ability to address the growing demands of military, commercial and civilian users.

 

According to Lockheed Martin, GPS III satellites will offer three times improved accuracy and up to eight times more powerful anti-jamming capabilities, and include enhancements to extend spacecraft life by 25%, compared with the existing GPS block.

 

In addition, it will be the first GPS satellite featuring a new L1C civil signal created to make it interoperable with other global navigation satellite systems.

 

Lockheed Martin is currently under contract to produce the first four GPS III satellites (SV 01-04), and has secured advanced procurement funding for long-lead components for the fifth, sixth, seventh, and eighth satellites (SV 05-08).

 

The first flight-ready GPS III satellite is expected to arrive at Cape Canaveral next year, with launch scheduled by the air force for 2015.

 

The GNST arrived at the air force station in July to test facilities and pre-launch processes.

 

On 30 August, the satellite prototype successfully established remote connectivity and communicated with the GPS next-generation operational control system (OCX) that is being developed by Raytheon.

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 13:55
Le forum innovation de la DGA comme si vous y étiez

 

22/11/2013 DGA Actualité

 

Le forum innovation de la DGA comme si vous y étiez grâce à une visite virtuelle. Cet événement majeur de la recherche et de l’innovation duale s'est déroulé le 21 novembre à l'école polytechnique de Palaiseau.

 

Cliquez pour accéder à la visite virtuelle

 

Robots terrestres

Miniaturisation, agilité, endurance des systèmes

Sûreté des plates formes

Détection et identification

Surveillence et détection du changement

Apport de la DGA à la sécurité globale

Systèmes collaboratifs

Respect de l'environnement et géosciences

Protection du combattant

Dispositif de soutien à l'innovation

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 12:40
L’armée russe modernise son missile S-400

S-400 Triumph photo Almaz-Anteï

 

22 novembre 2013 Info-Aviation

 

Le consortium russe Almaz-Anteï achève la conception d’un missile à plus longue portée pour le système sol-air S-400, a annoncé le 20 novembre à Moscou Vladislav Menchtchikov, directeur général du consortium.

 

« L’usine du groupe chargée de fabriquer les nouveaux missiles, en produit actuellement le premier lot », a indiqué M.Menchtchikov.

 

Le consortium se prépare à lancer la production en série des nouveaux missiles. En 2014, Almaz-Anteï effectuera « des tirs d’essai du nouveau missile avant de signer un contrat sur la production en série », a ajouté le responsable.

 

Le S-400 Triumph (code OTAN: SA-21 Growler) est un système de missiles sol-air de grande et moyenne portée destiné à abattre tout type de cible aérienne: avions, drones et missiles de croisière hypersoniques.

 

La Russie compte cinq régiments dotés de systèmes de missiles S-400 Triumph (deux pour la région de Moscou, deux pour les flottes de la Baltique et du Pacifique et un régiment pour le district militaire du Sud). Deux régiments de l’armée russe seront dotés de systèmes sol-air S-400 Triumph d’ici la fin de 2013, a précisé Mr Menchtchikov.

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 12:35
La Corée du Sud décide d'acheter 40 chasseurs F35 à partir de 2018

 

2013-11-22 xinhua

 

La Corée du Sud a décidé d'acheter 40 avions de chasse F-35A du groupe américain Lockheed Martin pour un déploiement de quatre ans à partir de 2018 pour mieux répondre à d'éventuelles attaques nucléaires de la République populaire démocratique de Corée (RPDC), a indiqué vendredi le Comité des chefs d'état-major (JCS).

 

Le président du JCS, Choi Yun-hee, s'est entretenu avec les hauts commandants de l'armée de terre, de la marine et de l'armée de l'air pour décider du nombre et des caractéristiques techniques requises pour les nouveaux chasseurs dans le cadre du programme d'acquisition de chasseurs nouvelle génération.

 

"Les capacités opérationnelles nécessaires (COR) pour des avions de chasse de la prochaine génération ont été révisées pour se préparer à l'éventuelle concrétisation des menaces nucléaires et balistiques émanant de la RPDC. Le système de frappe 'Kill Chain' requiert un avion pouvant s'infiltrer discrètement pour frapper la cible", a indiqué aux journalistes le porte-parole du JCS, le colonel Eom Hyo-sik, lors d'un point de presse.

 

Il a également déclaré que des avions de chasse avec des fonctions furtives de pointe et des capacités avioniques poussées pour les offensives aériennes seraient nécessaires pour dissuader de futures provocations de la RPDC.

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 12:35
Séoul teste avec succès un missile israélien (agence)

 

 

SEOUL, 22 novembre - RIA Novosti

 

L'armée sud-coréenne a testé avec succès un missile israélien de haute précision Spike, a annoncé vendredi l'agence Yonhap se référant au commandement de la Marine sud-coréenne.

 

"Le missile a frappé avec précision une cible maritime se trouvant à 20 kilomètres au sud-ouest de l'île  de Yeonpyeong", indique un porte-parole de la Marine, cité par l'agence.

 

Les missiles Spike téléguidés par satellite ont été déployés dans l'île de Yeonpyeong (mer Jaune) afin de parer d'éventuelles provocations de la part de la Corée du Nord. La portée de ces missiles destinés à détruire tant des cibles mobiles que stationnaires est de 20 kilomètres.

 

La situation dans la péninsule coréenne s'est nettement détériorée suite au bombardement nord-coréen de l'île de Yeonpyeong, qui avait fait trois morts et dix-sept blessés le 23 novembre 2010. Pyongyang avait alors justifié son attaque en évoquant une riposte aux manœuvres de Séoul

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 11:55
"L'ensemble de la loi de programmation militaire est blindé !" (Jean-Yves Le Drian)

 

21/11/2013 par Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Pour le ministre de la Défense, il est hors de question de réduire le budget de 750 millions d’euros alloué à la recherche amont car il est nécessaire au maintien des compétences dans tous les domaines: nucléaire, aéronautique, naval, spatial. Quant à la rallonge de 500 millions d’euros obtenue auprès de Bercy, elle permettra de lancer des programmes d’équipements, afin de conforter l’activité des industriels.


 

LA TRIBUNE - Quand vous avez lancé votre plan pour les PME de la défense, pas mal d'observateurs étaient dubitatifs. Quel est le bilan un an après ?
 

JEAN-YVES LE DRIAN - Je constate que le Pacte Défense PME fonctionne bien. Il existe une dynamique entre les grands groupes et les PME. Culturellement, nous sommes en train de changer à la fois au sein du ministère de la Défense et dans les grands groupes pour mieux prendre en compte les PME.

 

Par exemple ?
Les acheteurs du ministère de la Défense et des grands groupes ont par exemple l'obligation de faire une place aux PME pour les marchés de moins de 15.000 euros qu'ils lancent. Nous demandons chaque fois que cela est possible de découper certains marchés en plusieurs lots de façon à favoriser les PME. Le ministère a également mis en place les pôles régionaux d'économie de défense (Pred), destinés à être le point d'entrée unique au niveau régional pour les acteurs institutionnels et les PME sans connaissance de la défense. Et nous avons aussi beaucoup simplifié les procédures administratives.

 

Les grands groupes jouent-ils le jeu ?
Nous avons déjà signé avec les grands groupes six conventions bilatérales de soutien aux PME dans le cadre du Pacte Défense PME. En janvier, nous en signerons deux autres avec Dassault Aviation et Renault Trucks Défense. Ces accords permettent un changement dans les relations entre PME et les grands groupes.

 

Les PME de défense sont-elles moins isolées pour l'exportation ?
Il y a des séminaires de mobilisation au niveau des Pred. J'ai également aidé financièrement le Gifas à faire venir cette semaine 19 PME sur le salon aéronautique de Dubai. Nous allons poursuivre l'accompagnement des PME à l'export.

 

Justement, les exportations d'armements seront-elles en 2013 meilleures qu'en 2012 ?
Les chiffres 2013 vont être singulièrement supérieurs à ceux de 2012. La France a engrangé des commandes significatives cette année à l'image du contrat LEX avec l'Arabie saoudite. Ce succès repose sur la qualité des équipements et des technologies proposés par les industriels. C'est pour moi une grande source de satisfaction.

 

Mais sans accompagnement politique, les industriels ont souvent peu de chance de gagner…
L'accompagnement politique a effectivement du sens. Mais dès les premières rencontres, chacun doit bien jouer sa partition dans son domaine. Ce n'est pas au ministre de la Défense d'arriver dans un pays avec le catalogue de produits des industriels. En revanche, je m'attache à créer une relation politique de confiance entre la France et les pays intéressés par les équipements français à travers un partenariat stratégique. Enfin, je facilite si nécessaire la mise en place d'une coopération industrielle pour réunir le maximum de chances d'aboutir à une décision favorable pour la France.

 

C'est quoi la méthode Le Drian pour réussir à l'exportation ?
Je fais le job, en tant que ministre de la Défense. Je considère que ma première mission est d'assurer la sécurité de mon pays. Parmi les autres missions, je défends aussi l'autonomie stratégique de la France. Ce qui veut dire que je soutiens les capacités, le savoir-faire et les emplois des industries de défense. Mon action à l'étranger a pour objectif d'obtenir des prises de commandes suffisantes à l'exportation. Je suis quelqu'un de très déterminé, voire obstiné sans être têtu. Pour moi, c'est une qualité. Par exemple, j'ai réalisé dimanche dernier mon sixième voyage aux Émirats arabes unis depuis mon arrivée à la tête de ce ministère.

 

L'ensemble des industriels salue souvent votre capacité à « mouiller la chemise » à l'exportation. Quelle est votre influence ?
Pour réussir à obtenir des commandes, il faut créer une bonne complicité avec les industriels. Si je l'ai acquise, tant mieux pour la France et pour nous.

 

L'innovation est-elle également une priorité de votre action ?
Parallèlement à mon action en faveur de l'exportation, je fais en sorte de préserver de manière suffisante la préparation de l'avenir. Je le dis et je le répète : nous avons sanctuarisé le budget annuel de la recherche amont à 750 millions d'euros. Ce budget ne bougera pas. La cyberdéfense est l'une des inflexions nouvelles que j'ai souhaité privilégier dans le cadre de la loi de programmation militaire. Pas question de laisser sur la route certaines de nos compétences. Aussi, il est important d'en maintenir sur l'ensemble du spectre, que ce soit dans le nucléaire, l'aéronautique, le naval et le spatial.

 

Êtes-vous satisfait du dispositif Rapid ?
Nous allons renforcer le dispositif Rapid, qui soutient des projets de recherche industrielle ou de développement expérimental dual, civil et militaire, à fort potentiel technologique des PME de moins de 250 personnes. Il fonctionne bien. Nous allons augmenter son budget de 25%.

 

Pouvez-vous clarifier la fin de gestion du budget 2013 ?
Nous avons obtenu plusieurs éléments positifs dans la fin de gestion du budget 2013. Nous avons décidé que le budget de l'État prendrait à sa charge les 578 millions de surcoûts générés notamment par l'intervention au Mali. C'est acquis. Sur les 720 millions d'euros de gel, qui a touché le ministère de la Défense au titre de la rigueur budgétaire, ces crédits sont bien annulés. Mais à l'issue d'une discussion avec Bercy, nous avons obtenu 500 millions d'euros de ressources exceptionnelles, sécurisant notamment le financement des équipements en fin d'année. Dans ces conditions, je peux lancer plusieurs programmes, qui conforteront l'activité des industriels. La commande de défense est intégralement maintenue.

 

Quels sont les programmes que vous souhaitez lancer d'ici à la fin de l'année ?
Le standard F3R du Rafale (qui intègrera notamment une nacelle de désignation laser de nouvelle génération, ndlr) et le missile MMP notamment.

 

La loi de programmation militaire repose sur plusieurs paris, dont l'obtention des ressources exceptionnelles. Est-ce réaliste ?
La LPM repose sur certains paris. Ce qui veut dire que nous allons être extrêmement vigilants. Cette LPM est exigeante mais équilibrée à condition que tous les crédits affectés à cette programmation soient exécutés. Si une brique est absente, à ce moment-là, c'est l'ensemble de l'édifice qui tombe.

 

Y a-t-il un lien entre la cession d'une partie du capital de Safran et les ressources exceptionnelles ?
Il n'y a aucun lien. Ce sont deux opérations différentes. Bercy a opportunément décidé de la vente de cessions d'actifs du groupe Safran. Par ailleurs, nous devons financer les ressources exceptionnelles dans le cadre de la LPM. Nous avons déjà identifié l'origine des 1,8 milliard d'euros de ressources exceptionnelles pour 2014 (programme d'investissements d'avenir, cessions d'actifs, cessions immobilières…). Je n'ai aucune inquiétude sur ce dossier.

 

Donc les reports de charge vont augmenter ?
Oui, à 3,6 milliards d'euros, mais c'est transitoire. Nous limiterons leur croissance, en cas de besoin, avec 500 millions de ressources exceptionnelles supplémentaires.

 

La crédibilité et l'exécution de la LPM repose principalement sur votre personnalité. Allez-vous rester ?
La question ne se pose pas. Mais je ne crois pas que la LPM en cours d'examen repose sur ma personne. Avec ou sans moi, l'ensemble du dispositif est solide. Blindé !

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 11:55
Nexter Robotics, NBC-Sys et Euro-Shelter présents aux salons Milipol et MIDEST

source Nexter Goup

 

A l’occasion de la 18e édition du salon de la Sécurité Intérieure des Etats (Milipol Paris), Nexter Robotics et NBC-Sys présentent sur leur stand (R038) une possible association entre les mini-robots de reconnaissance NERVA et les détecteurs NRBC qui permettrait notamment de limiter l’exposition des personnels sur le terrain.

Présentée pour la première fois à Milipol, la gamme NERVA y est également mise en valeur de façon innovante au travers d’un parcours thématique et dynamique. DSC 0080Reprenant diverses situations opérationnelles auxquelles les NERVA peuvent être confrontés (Ascension de pentes raides, détection de menaces NRBC, chutes, évolutions dans un environnement à luminosité réduite, immersion dans l’eau), ce parcours vise à mettre en avant de manière ludique la résistance, la polyvalence mais aussi la simplicité d’utilisation des mini-robots de Nexter Robotics. La protection face aux menaces NRBC avec notamment la présence du masque à gaz SIRANO de NBC-Sys, est également à l’honneur sur ce stand commun.

 

 Juste en face du salon MDSC 0085ilipol, au hall 6 du Parc des Expositions, les visiteurs pourront également se rendre au salon MIDEST où Euro-Shelter présente sa nouvelle maquette de « concept-train » réalisée entièrement en panneaux sandwich. L’utilisation originale de ce matériau, alliant rigidité et légèreté, a d’ailleurs permis à Euro-Shelter de remporter le prix de l’innovation du salon dans la catégorie « Bureau d’Etude ».

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 08:55
Sécurité : la filière se met en ordre de marche

 

21/11 Alain Ruello, Les Echos

 

Le premier comité de pilotage installe ce matin trois groupes de travail.

Avec l'aide de l'Etat, les industriels veulent cibler cinq pays prioritaires à l'export.

 

Création du Conseil des industries de confiance et de sécurité (le CICS) début octobre, premier comité stratégique à Matignon le 23 du même mois et, ce matin, premier comité de pilotage Etat-Industrie, en marge du Salon Milipol : la toute nouvelle filière des fournisseurs d'équipements et de solutions de sécurité s'organise à marche forcée.

 

La séance présidée par Jean-Marc Ayrault il y a un mois et à laquelle ont participé sept ministres a arrêté les objectifs stratégiques. Dotés de cette feuille de route, les représentants de l'administration, du CICS et de quelques grands opérateurs d'infrastructures vont installer ce matin les trois groupes de travail chargés de les mettre en oeuvre : expression du besoin, politique industrielle et recherche.

 

Programme d'investissements d'avenir, Agence nationale de la recherche, ministères de la Défense ou du Redressement productif : « La première tâche de chaque groupe de travail sera de recenser où est l'argent », explique Hervé Guillou, le président du CICS. Il s'agit évidemment de mieux concentrer les moyens sur les technologies prioritaires, à même de faire la différence à l'international.

 

Chasser en meute

 

Dans son discours d'inauguration de Minipol, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a beaucoup insisté sur la nécessité pour l'Etat d'améliorer le dialogue entre tous les acteurs de la sécurité, notamment en période de baisse de budgets. Evoquant trois domaines - radio numérique, vidéo et protection des forces - dont il attend des avancées, il a par ailleurs promis le soutien de ses équipes auprès des industriels à l'export. Pour mieux conquérir les marchés internationaux, Hervé Guillou estime qu'il faut se concentrer dans un premier temps sur un nombre très restreint de pays. « J'en ai proposé cinq », indique-t-il. Sa deuxième préconisation a souvent été mise en avant en d'autres occasions : chasser en meute, comme savent très bien le faire les Allemands. Quand ils répondent à des appels d'offres de BTP ou de TGV, Vinci ou Alstom par exemple devraient embarquer avec eux des spécialistes français de la sécurité.

 

Les chiffres

10 milliards d'euros : C'est le chiffre d'affaires du secteur des industries de confiance et de sécurité.

50.000 emplois : Les effectifs estimés des entreprises membres du Conseil des industries de confiance et de sécurité (CICS).

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 08:55
Thales : Jean-Bernard Lévy détaille le plan Ambition 10

 

21/11/2013 Vincent Lamigeon, grand reporter à Challenges - Supersonique

 

Le patron de Thales n’avait jamais publiquement évoqué Ambition 10, « vision partagée » du groupe à dix ans dévoilée devant 650 cadres à Paris en septembre dernier. C’est désormais chose faite : dans une interview à Challenges (21 Nov 2013) et à latribune.fr accordée lors du salon de Dubaï, Jean-Bernard Lévy est revenu sur ce travail effectué depuis février dernier, peu après l’incroyable psychodrame qui avait abouti au remerciement de Luc Vigneron par l’Etat et Dassault fin 2012. « Le groupe avait les nerfs à fleur de peau, il était encalminé, en panne de croissance et de stratégie, raconte le PDG. Il a fallu faire retomber la fièvre ».

 

A l’inverse de la méthode Vigneron, marquée par le remerciement de la quasi-totalité de l’état-major et par une guerre sanglante avec les syndicats, le nouveau patron a tout de suite impliqué la base : « Nous avons lancé des groupes de travail partout dans le monde pour définir une vision partagée. Cela a abouti à Ambition 10, la vision du groupe à dix ans, qui sera déclinée en un plan stratégique mi-2014. » Les grands axes avaient été dévoilés par les Echos en septembre : une hausse de chiffre d’affaires de 10 milliards en 10 ans, ce qui porterait les ventes du groupe à près de 25 milliards d’euros, et une rentabilité opérationnelle de 10%, soit le même objectif qu’EADS s’est fixé… pour 2015. « Je n’ai pas démenti les chiffres parus dans la presse, sourit Jean-Bernard Lévy. Je sais bien qu’en parlant devant 650 cadres, ils n’ont pas forcément vocation à rester secrets. »

 

Mais Ambition 10, souligne le PDG de Thales, n’est pas un plan stratégique. Plutôt une « vision partagée » à 10 ans, qui n’a pas valeur d’engagement auprès des marchés. Cette « ambition » sera déclinée en un plan stratégique « à trois à cinq ans » début 2014, avec présentation aux investisseurs en avril, le premier plan directement rattaché à la nouvelle vision du groupe.

 

Au-delà des chiffres, Jean-Bernard Lévy fixe trois objectifs primordiaux : « retrouver la croissance, améliorer la compétitivité et développer les talents ». « On ne peut pas se satisfaire de voir Thales au même niveau de chiffre d’affaires en 2013 qu’en 2007, pointe le PDG de Thales. Il faut changer de braquet. Pas faire un peu mieux, faire beaucoup mieux. » La partie RH n’est pas un simple vœu pied, mais un objectif stratégique à part entière, notamment pour attirer les forts potentiels dans les pays émergents, où Thales n’est pas forcément connu.

 

L’objectif est clair : accélérer sur les pays émergents (au sens large), qui ne représentent que 22% du chiffre d’affaires : « L’objectif est que la croissance dans les pays émergents fasse plus que compenser la baisse des commandes dans les pays matures. J’essaie de faire partager ce sentiment d’urgence aux équipes. »

 

La grande nouveauté pour Thales sera la mise en place de « plans-pays » dans une dizaine de pays-clés : Arabie Saoudite, Emirats arabes unis, Qatar, Brésil, Inde, Russie, Turquie… Ces plans rassembleront les « opportunités de marchés, les partenariat et transferts de technologies envisagés ». « Ce travail n’avait jamais été fait chez Thales », assure le PDG, qui souligne que le groupe travaillait plutôt sur les plans produits sous l’ère Vigneron, ce qui sera maintenu mais complété.

 

Cette accélération dans les émergents devra faire de Thales un « groupe vraiment mondial, et plus seulement multidomestique », assure Jean-Bernard Lévy. La dynamique des marchés (croissance forts dans l’aéronautique civile, déprime dans la défense) devrait aussi aboutir à une baisse de la part du militaire dans le chiffre d’affaires. Elle pourrait passer de 53% aujourd’hui à 40% dans les prochaines années, même si Thales restera « un groupe dual, où les technologies développées irriguent à la fois les marchés civil et militaire ».

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 08:50
UK MoD orders Type 23 CESM system from Babcock

The UK Royal Navy's type 23 frigate HMS Richmond during an exercise. Photo Gaz Weatherston.

 

21 November 2013 naval-technology.com

 

The UK Ministry of Defence (MoD) has awarded a contract to Babcock for delivery of an off-the-shelf communications electronic support measures (CESM) system for installation on the Royal Navy's Type 23 Duke-class ships.

 

Working in collaboration with principal subcontractor Argon, the company will supply a high technology readiness level (TRL) system for rapid replacement of the ships' existing obsolete Lighthouse CESM system.

 

The system, delivered under the seven-year contract, will provide the vessels with an enhanced electronic surveillance capability.

 

Babcock Integrated System and Support Group director, Charles John, said the high-technology readiness, low-risk solution will provide MoD the maximum value for money.

 

''We will also be delivering through-life supportability and upgradeability through the planned project life to 2021 and beyond,'' John said.

 

''This programme will enable the MoD to drive coherency across the capability and derive significant benefit.''

 

Also called as Hammerhead, Babcock's Type 23 CESM system is designed to offer a low risk, mature solution tailored to Type 23 requirements and surveillance capability, which supports both tactical indicators and warnings, as well as other tasked requirements.

 

The system exhibits commonality with Lighthouse CESMs, which provide the opportunity for common spares, training and operator flexibility, enabling the MoD to address current requirements within the specified budget.

 

In addition, the system's modular design block approach provides potential for enhancement or life extension in future, if funding is available, to help the ministry also address changes in operational requirements.

 

Manufactured by Yarrow Shipbuilders and Swan Hunter, the Type 23 frigates were originally designed for anti-submarine warfare, but have proven their versatility in warfighting, peace-keeping and maritime security missions worldwide.

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 08:50
Spain’s revolutionary new frigate, the F-110

 

11/21/2013 Richard de Silva - defenceiq.com

 

The Spanish Navy’s F-110 Frigate, being manufactured by Navantia, aims to replace the country’s six Santa Maria-class ships as they approach the end of their operational life from 2020.

 

With a full service date of 2025, the fleet will seek to provide a multi-purpose capability for at least forty years and will deliver a platform for unmanned surface, subsurface and aerial vehicles. The ships will work as an intermediate solution between the BAM (Buque de Acción Marítima) ships and Álvaro de Bazán class frigates, providing maritime security, mine countermeasures, escort duties and many other possibilities.

 

While official information on the development of the programme is limited, Captain Juan Gonzalez-Aller Lacalle, the Navy’s F110 Frigate Programme project officer, will be addressing the delegation at Surface Warships 2014 to explain the strategy behind the incoming fleet and the process involved in the Navy’s partnership with the industry in seeing this capability take to the waves. Before his presentation, he enlightened Defence IQ about the programme’s current status.

 

“The F-110 will be integrated within the Spanish Fleet in a new frigate squadron, under the Admiral of the Fleet Chain of Command,” he says. “The Admiral of the Fleet will be in charge of the readiness, training and certification process of the new units, to make them ready to be integrated in any naval, combined or joint force to undertake real operations. The squadron will then replace the FFG class squadron and, being an oceanic escort as well, the F-110 is expected to have enhanced capabilities to operate the littoral.

 

“In Spain, for every programme, the capability development process has four phases: Conceptual; Definition and Decision; Execution; and Service. The ‘Conceptual’ phase has already finished as of January 2013. This phase includes the development of two documents – the ‘Mission Need Document’ and the ‘Staff Target Document’.

 

“Right now, we are in the middle of the first stage of the ‘Definition and Decision’ phase, which is, in other words, the development of the ‘Staff Requirements’, which should be completed by June 2014. This stage is headed by the Navy Staff. Once this stage is complete, the Ministry of Defence and the Navy Logistic Command will take the reins of the following stages regarding the capability development and procurement processes.”

 

The programme’s core value in being a multipurpose and modular solution will of course promote a cost-effective solution. However, some of the installations will presumably need to be permanent, so we are curious as to the extent to which physical space on the ship will be limited for specific missions, or whether there is a risk that capability shortfalls will be unavoidable on certain occasions.

 

“Most of the F-110 capabilities will be permanent, what we call the ‘basic capabilities’ of the ship,” explains Lacalle. “In addition, the F-110 will have a flexible multi-mission space dedicated to allocate modular capabilities, non- permanent, that will increase the basic capabilities of the ship only for specific mission profiles. Every modular capability is composed of a mission module, which is the mission systems and support equipment, plus the personnel that is required to operate them at sea.

 

“A number of modular capabilities have been identified, and will be outlined in that Staff Requirement Document. These include naval special warfare, unmanned vehicles operations (UAV, USV, et cetera), medical support, a prison module, and others. In accordance with the mission profile, a different combination of mission modules will be embarked. We are now fully involved in deep studies to identify all the requirements with regard to the frigate, not only those directly related to the ship but also those related to doctrine, organization, infrastructure, facilities ashore, and so on. We have already identified the additional capabilities that the F-110 is going to provide through its modular capabilities (both the Mission Modules and the personnel responsible for maintaining and operating them). Meanwhile, it is expected to provide some Mine Warfare modular capabilities based on Autonomous Underwater Vehicles, Support to Divers, Remote Controlled Mine Sweeping System (SIRAMICOR), and so on.”

 

With modernisation in today’s climate, there also comes the inevitable issue of cutting back on crew sizes, shifting the task of efficiency to improved systems data fusion and other emerging initiatives.

 

“Yes, the F-110 is also following this trend and, at this stage, we are analyzing different ways that may allow us to reduce the ship complement, compared with our FFG and F-100 frigates. The overall concept of a reduced crew that the Navy is adopting for all the new units has a direct impact in the procurement cost, decreasing the cost of the life cycle, and also in the displacement (less accommodation areas on board); minimizing as well the probability of casualties in combat or accidents at sea.

 

“Besides, new technologies allow ship designs with a higher degree of automation and unmanned systems on board, capable of conducting some of the tasks that traditionally the crew would have to perform, and there are other designs involved that will at least not require the permanent attention of crewmembers.”

 

Of course, such ambitious projects are rarely undertaken without installing partnerships with the right people. Having this support structure in place and in constant motion defines the Navy’s strategy to ensuring a lack of conflict and a smooth production road over the next twelve years.

 

“From the very beginning, we have been working shoulder to shoulder with NAVANTIA,” says Lacalle. “A team of their engineers are supporting us and sharing information with the Spanish Navy Staff and Logistic Command to identify most of the F-110 technical requirements. NAVANTIA´s feedback on our operational requirements is therefore allowing us to correctly assess the viability or difficulties to get what we need.

 

“We are also working with INDRA and other industry partners in key aspects like sensors, weapons and the integrated mast, as an example. All of this work and communication with NAVANTIA and the industry provides real added value to the project as we progress.”

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 08:50
AR4 Light Ray unmanned air system  - photo Tekever Group

AR4 Light Ray unmanned air system - photo Tekever Group

 

Nov. 21, 2013 by Craig Hoyle – FG

 

Dubai - Multinational collaboration was the key to Tekever’s pitch at the Dubai air show, with the Portuguese company’s new UK unit inviting discussion with Gulf-based industry.

 

“We’re looking for a local partner for production and support,” says business development director Robert Whitehouse, who showcased the firm’s AR4 Light Ray unmanned air system on the UK Trade & Investment stand.

 

Now used by the Portuguese police, the hand-launched design has a 2h flight endurance and an operating range of 10.8nm (20km). “It’s a very intuitive system, and can be controlled from an iPad, PC laptop or Android phone,” says Whitehouse. Applications range from traffic and infrastructure monitoring to supporting disaster relief activities, with its 5kg (11lb) maximum take-off weight including a payload of 2kg.

 

"Attendance at the Dubai air show is central to Tekever's strategy in developing its presence and partnerships in the United Arab Emirates and Middle East," the company says. "The engagement opportunity will allow new relationships to be formed between Tekever and local partners."

 

Whitehouse says this ambition has been met, with strong local interest having been shown in the Evolution-version AR4 Light Ray UAS positioned on the stand. “People have asked us to come back and fly,” he says, identifying one potential customer as being in the UAE.

 

Should it reach a local agreement, Whitehouse says Tekever would seek to maintain responsibility for the system's datalink and flight control software, with an in-country partner to produce the air vehicles and deliver in-service support.

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 08:50
A400M photo Airbus Military

A400M photo Airbus Military

 

21 novembre 2013 Par Olivier James - Usinenouvelle.com

 

En raison de la baisse des effectifs au sein de l’Agence européenne pour la sécurité aérienne (AESA), certains grands programmes pourraient voir leurs certifications retardées. C’est le patron de l’AESA lui-même qui tire la sonnette d’alarme.

 

Le risque est bien réel. Alors que le secteur européen de l’aéronautique engrange les commandes, il pourrait être freiné dans son élan par des problèmes de… certification. C’est Patrick Ky, le nouveau directeur exécutif de l’Agence européenne pour la sécurité aérienne (AESA), qui a pointé du doigt cette menace jeudi 28 novembre lors d’une conférence organisée par l’Association des Journalistes professionnels de l’Aéronautique (AJPAE). "L’année 2015 sera critique et si nous ne pouvons pas certifier dans les délais, les industriels risquent de livrer leurs appareils en retard et seront dans une situation difficile vis-à-vis de leurs clients", a-t-il prévenu.

Raison invoquée par le patron de l’AESA, dont l’un des rôles est de certifier les appareils : la baisse des effectifs imposée par la Commission européenne à toutes les agences européennes. A l’heure de l’austérité, la Commission souhaite en effet réduire de 5% les effectifs de l’ensemble des institutions et des agences d’ici 2018. "Aujourd’hui, cette consigne de réduction des effectifs inquiète les industriels, assure Patrick Ky. Si cet objectif est maintenu pour notre agence, ils auront du mal à faire face au pic de production que nous prévoyons en 2015".

 

Demande de 70 postes supplémentaires

Pour le patron de l’AESA, l’année 2015 sera particulièrement à risque en raison de nombreuses demandes de certification sur de nouveaux modèles d’appareils ou sur des programmes existants. Patrick Ky cite en particulier la certification du Falcon 5X de Dassault Aviation, celle de modifications de l’A400M, mais également de l’Airbus A380, dont une nouvelle version rallongée obligera à des modifications au niveau des issues de secours. Des industriels comme Eurocopter et l’italien Agusta Westland seraient aussi concernés.

"Nos experts sont communs à tous ces projets, précise Patrick Ky. Ils travaillent en panel sur chaque type de pièces, ce qui représentent autant de goulets d’étranglement en cas de manque de personnel". C’est le chevauchement des multiples programmes européens qui inquiète le patron de l’AESA, agence dont l’effectif est d’environ 700 personnes. Le directeur exécutif estime que l’agence pourrait effectuer correctement son travail de certification avec un effectif supérieur d’au moins 10%, soit environ 70 postes supplémentaires.

 

Un budget assuré par les industriels

Un autre programme, non européen celui-ci, vient encombrer un calendrier déjà bien chargé : le C919, l’avion de ligne du chinois Comac. Si sa date de certification reste incertaine, le patron de l’AESA réfléchit à un rapprochement avec la FAA (Federal Aviation Administration, l’équivalent américain de l’AESA) afin de simplifier le processus. "Un programme de ce type nécessite des ressources particulières, deux fois supérieures à un programme européen", admet Patrick Ky.

La Commission européenne argue de nécessaires économies en période d’austérité et ne prévoit pas d’exception. Réponse de Patrick Ky : le budget de l’AESA dévolu aux certifications est assuré à 100% par les industriels. Le budget total s’élève à environ 130 millions d’euros par an. "Le Parlement européen nous soutient mais pas les Etats membres en raison de la rigueur budgétaire", déplore Patrick Ky. Le nouveau directeur exécutif de l’AESA compte bien poursuivre les négociations dans les prochains mois et trouver une issue favorable.

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 08:50
Italian Air Force, Alenia to develop MC-27J Praetorian

The Praetorian is expected to provide 360° coverage for the Italian Forces against air-to-air and surface-to-air threats in the battlefield. Photo Alenia Aermacchi

 

21 November 2013 airforce-technology.com

 

Alenia Aermacchi will provide development, testing, certification, industrialisation and logistic support for the Italian Air Force's Praetorian fleet.

 

The Finmeccanica Company and the Italian Air Force signed the agreement at the ongoing Dubai Airshow 2013.

 

The Praetorian, which is a specialised version of the MC-27J, is expected to support the Italian Special Forces and Comando Operativo Forze Speciali (COFS) in their missions.

 

Designed to provide 360° coverage against air-to-air and surface-to-air threats in the battlefield, the Praetorian is an advanced electronic warfare (EW) suite, including computers, cameras and unspecified fire-support systems.

 

As part of the two-phased Praetorian project, Alenia Aermacchi will first develop and deliver the Praetorian prototype to the Italian Air Force in spring 2014, for immediate testing in the threatre.

 

The industrialisation of the Praetorian configuration and related logistic support will form part of the phase two.

 

The Italian Air Force plans to convert its current three C-27Js into the Praetorian configuration throughout 2016 and will include mission systems, C3ISR equipment and palletised support / fire systems.

 

An additional three aircraft will also have the same mission package capabilities, according to the company.

 

Alenia Aermacchi will partner with US-based ATK to develop the Praetorian mission and air-to-ground support systems while Selex, a Finmeccanica Company, will coordinate with Alenia Aermacchi for communication and data link solutions.

 

Jointly developed by Alenia Aermacchi and ATK, the MC-27J is an advanced defence system, which is based on the C-27J, a twin-engine turboprop tactical transport aircraft.

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 08:30
Boeing confirms launch deal for armed AH-6i

 

Nov. 20, 2013 by Craig Hoyle – FG

 

Dubai - Boeing has received the green light to start building AH-6i light attack helicopters for an undisclosed customer.

 

“Boeing has recently signed an FMS [Foreign Military Sales] agreement with the US Army that will lead to production of the AH-6i for a first international customer,” Leanne Caret, the company’s vice-president, vertical lift, revealed at the Dubai air show on 18 November.

 

Derived from the MD Helicopters AH-6 Little Bird platform, the i-model has been the subject of previous FMS requests from Jordan and Saudi Arabia. While Boeing declines to name its launch buyer, or to disclose how many aircraft will be supplied, Flightglobal’s Ascend Online Fleets database suggests that Riyadh will acquire 36 examples.

 

The aircraft will be produced at Boeing’s Mesa plant in Arizona, under the terms of an existing agreement with MD Helicopters.

 

Meanwhile, Caret says Boeing sees “a number of export opportunities” for its CH-47F Chinook, and cites the success of the type’s introduction by operators including the US Army, Canada and the UK. Potential additional buyers exist “in this region, and elsewhere around the world,” she adds.

 

The United Arab Emirates has now received seven F-model examples from a 16-unit order, says Ascend.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories