Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 12:30
Russie et Emirats signeront un accord sur la production conjointe de munitions

 

DUBAI, 19 novembre - RIA Novosti

 

Le consortium russe Techmash et le groupe émirati Tawazon signeront en 2014 un accord prévoyant la mise en place d'une production de munitions aux Emirats arabes unis, a annoncé mardi aux journalistes Sergueï Tchemezov, PDG du conglomérat public russe Rostech.

 

"Nous avons conclu une entente de principe selon laquelle nous créerons une production conjointe de munitions aux Emirats. A l'heure actuelle, nos spécialistes étudient les capacités de Tawazon", a déclaré M. Tchemezov lors du salon aérospatial Dubai Airshow 2013.

 

Selon le PDG de Rostech, le groupe émirati fournit des munitions pour des armes à feu, des pièces d'artillerie, des avions, des hélicoptères et des drones.

 

"Nous sommes prêts à coopérer avec lui dans tous ces domaines", a conclu M. Tchemezov.

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 08:50
The P.1HH Hammerhead UAV is based on Piaggio Aero's manned P.180 business aircraft. (Piaggio Aero)

The P.1HH Hammerhead UAV is based on Piaggio Aero's manned P.180 business aircraft. (Piaggio Aero)

 

Nov. 18, 2013 - By AWAD MUSTAFA and TOM KINGTON – Defense News

 

DUBAI AND ROME — The successful test flight of the Piaggio Aero P.1HH Hammerhead UAV has been welcomed by the Italian Air Force as it looks to intensify its maritime surveillance operations. Lt. Gen. Pasquale Preziosa, chief of staff of the Italian Air Force, said at the Dubai Air Chief Conference this week that the Hammerhead will increase the intelligence, surveillance and reconnaissance (ISR) capabilities in its fight against illegal immigration.

 

“It will give us the possibility to increase our capability in ISR, especially when we are facing in the Mediterranean illegal immigration from North Africa approaching Lampedusa,” he said.

 

The test flight took place at Sicily’s Trapani air base on Nov. 14, according to Piaggio Aero.

 

The Hammerhead features two pusher propellers and canards on the nose. It offers a 15.5-meter wing span, maximum takeoff weight of 6,146 kilograms and will fly to 45,000 feet with 16 hours endurance, with the company claiming it can get to a target faster and stay on target longer than rivals.

 

Pasquale said that he hoped the UAV would be operational soon.

 

Last week, United Arab Emirates (UAE) investment fund Mubadala beefed up its stake in Piaggio Aero from 33 to 41 percent, as part of an equity increase of €190 million (US $255 million).

 

Tata Limited, a UK offshoot of India’s Tata Group, also increased its stake from 33 to 44.5 percent.

 

“The [Hammerhead] is an example of very good cooperation between Italy and the UAE,” Pasquale said.

 

During Monday’s announcement, Mubadala CEO Khaldoon al-Mubarak was present alongside Alberto Galassi, CEO of Piaggio Aero, Pasquale and Fabrizio Giulianini, CEO of Selex ES.

 

Despite the equity increase, Galassi said the product remains a 100 percent Italian product that will be used exclusively by the Italian Air Force and its NATO partners.

 

“At this stage, Mubadala is a fundamental shareholder to develop this program,” he said. “It is an Italian program classified by the Italian government and is certified by the Italian Air Force.”

 

Galassi said he hopes the program will achieve certification by the end of 2014.

 

“First of all, before looking for customers, you need to achieve certification, so this is the mission of 2014. Plenty of NATO countries are interested in having this program and we will see if there will be export versions of it. But of course, there are some limitations and classifications,” he said.

 

“I’m expecting NATO countries to be our first and most important customers.”

 

Italian procurement chief Gen. Claudio Debertolis said at this summer’s Paris Air Show that Italy could buy 10 of the aircraft, adding that he was also tipping the UAV as a candidate for a common European medium-altitude, long-endurance drone program and would assist in promoting it to other countries.

 

Italy’s Selex ES will supply an electro-optical turret, forward-looking infrared, its e-scan Seaspray 7300 radar and mission management system.

 

“We partnered with Piaggio less than two years ago to develop it under a crash program and we achieved the maiden flight in an incredibly short time,” Giulianini said.

 

Giulianini said he is confident that they can achieve certification by the end of 2014.

 

“At the end of 2014, we will have full operational capability and of course then we will have further development by adding a full payload because this is a multiple mission aircraft,” he said.

 

Selex has provided the vehicle control and management systems, aviation systems and avionics on board, Giulianini said. Furthermore, the data link system, ground control station and the management system with the sensors has also been developed by Selex.

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 08:35
INS Vikramaditya Commissioned in Indian Navy

 

Nov. 18, 2013 defense-aerospace.com

(Source: Indian Ministry of Defence; issued Nov. 16, 2013)

 

Marking a new high in India-Russia strategic cooperation, the Defence Minister Shri AK Antony today commissioned the completely refurbished 44,500 tonne carrier Admiral Gorshkov into the Indian Navy as INS Vikramaditya at an impressive ceremony at sub zero temperature in the wind-swept Sevmash Shipyard in the beautiful city of Severodvinsk in Russia. Snowflakes kept falling as the ceremony was held.

 

Speaking at the event, Shri Antony said INS Vikramaditya would significantly enhance the reach and capability of the Indian Navy. He said, the country has a rich maritime history and the Indian Ocean has guided our fate over the centuries.

 

“India’s economic development is dependent on the seas and safeguarding the nation’s maritime interests is central to our national policy. Aircraft carriers have been part of the Indian Navy’s force structure since our independence and have effectively served the country over the past five decades or so. The induction of ‘Vikramaditya’ with its integral MiG29K fighters and Kamov-31 helicopters, not only reinforces this central policy, but also adds a new dimension to our Navy’s operational capabilities. The meaning of ‘Vikramaditya’, which literally translates into “Strong as the Sun” is complemented by the Ship’s motto –“Strike Far, Strike Sure”,he said.

 

Reflecting the mood at the ceremony, Shri Antony said, ‘the event realizes the vision of capability-based transformation of the Indian Navy that was conceived more than a decade ago’. Calling it a Red Letter Day in the history of India- Russia cooperation, Shri Antony said this relationship remains a matter of the highest priority for both nations for our mutual benefit and as a factor of global peace and stability.

 

“The successful culmination of Project 11430 truly symbolizes the time-tested Special and Privileged Strategic Partnership between our two great nations. The Project has propelled the strategic partnership between our nations to a new level. The relationship between our two countries based on mutual trust and belief has withstood the test of time and the result is for the entire world to see in the form of ‘Vikramaditya’. As the ship sails into its home waters in the Indian Ocean Region, INS ‘Vikramaditya’ will be a befitting tribute to our long-standing relationship”, he said.

 

Describing the Project 11430 as a unique one, Shri Antony said, it was a challenging task for both the Russian and the Indian sides and congratulated the entire team for converting the ‘Dream Project’ into a reality. “The transformation of INS ‘Vikramaditya’ is an engineering marvel, which has tested the professionalism, capability and perseverance of the Indian Navy and the Russian industry, especially the Sevmash Shipyard”, he said and expressed confidence that all possible support would be extended by Russia to ensure that the ship serves India effectively and efficiently for the duration of its expected operational life cycle.

 

Speaking on the occasion, the Chief of Naval Staff Admiral DK Joshi said the INS Vikramaditya will bridge the time-gap that may come up between the INS Viraat and the Indigenously built aircraft carrier Vikrant.It will also help achieving our medium term goal of operating two aircraft carriers.

 

A large number of dignitaries including the Deputy Prime Minister of Russia Mr Dmitry Rogozin and Defence Minister Mr Shoigu, the Chief of Naval Staff Admiral DK Joshi, the Indian Ambassador to Russia Shri Ajay Malhotra, the Defence Secretary Shri RK Mathur, the DG Acquisition Shri SB Agnihotri were present on the occasion.

 

Mr Rogozin said INS Vikramaditya symbolises the close friendship between India and Russia and expressed confidence that it will grow in the coming years.

 

About INS Vikramaditya

 

INS Vikramaditya, the floating airfield has an overall length of about 284 meters and a maximum beam of about 60 meters, stretching as much as three football fields put together. Standing about 20 storeys tall from keel to the highest point, the sheer sight of this 44,500 tonne mega structure of steel is awe inspiring. The ship has a total of 22 decks.

 

With over 1,600 personnel on board, INS Vikramaditya is literally a ‘Floating City’. With a capacity of over 8,000 tonnes of LSHSD, she is capable of operations up to a range of over 7,000 nautical miles or 13000 kms.

 

To enable this 44,500 tonnes floating steel city to cut through the choppy seas with speeds of up to 30 knots, she is powered by 08 new generation steam boilers generating a total output power of 180,000 SHP. These boilers power four enormous propellers, each greater in diameter than twice the height of an average male. Such a four propeller - four shaft configuration is another first in the Indian Navy.

 

The power generation capacity onboard is about 18 megawatts enough to cater to the lighting requirement of a mini city. An extensive revamp of sensors including fitment of Long range Air Surveillance Radars, Advanced Electronic Warfare Suite makes the ship capable of maintaining a surveillance bubble of over 500 kms around the ship.

 

The ship has the ability to carry over 30 aircraft comprising an assortment of MiG 29K/Sea Harrier, Kamov 31, Kamov 28, Sea King, ALH-Dhruv and Chetak helicopters. The MiG 29K swing role fighter is the main offensive platform and provides a quantum jump for the Indian Navy’s maritime strike capability. These fourth generation air superiority fighters provide a significant fillip for the Indian Navy with a range of over 700 nm and an array of weapons including anti-ship missiles, Beyond Visual Range air-to-air missiles, guided bombs and rockets.

 

The ship is equipped with state of the art launch and recovery systems along with aids to enable smooth and efficient operation of ship borne aircraft. Major systems include the LUNA Landing system for MiGs, DAPS Landing system for Sea Harriers and Flight deck lighting systems.

 

The heart of the operational network that infuses life into the combat systems onboard the ship is the Computer aided Action Information Organisation (CAIO) system, LESORUB-E, with the capability to gather data from ship’s sensors and data links and to process, collate and assemble comprehensive tactical pictures. This state of the art system has been specifically designed keeping in mind the essential requirement on the carrier for fighter control and direction.

 

One of the most prominent equipment fitted on the super structure is the Resistor-E radar complex. Resistor-E is the automated system designed for providing air traffic control, approach/landing and short range navigation for ship borne aircraft. This complex along with its various sub-systems provides navigation and flight data to ship borne aircraft operating at extended ranges from the mother ship. The precision approach guidance system aids the fighters on approach to be directed down to a distance of 30 meters short of flight deck.

 

INS Vikramaditya also boasts of a very modern communication complex, CCS MK II, to meet her external communication requirement. Installation of Link II tactical data system allows her to be fully integrated with the Indian Navy’s network centric operations.

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 08:30
Défense : l'Iran dévoile un drone d'attaque pouvant atteindre israël

 

 

18/11 par Claude FOUQUET - lesechos.fr

 

VIDEO - L'Iran a dévoilé ce lundi officiellement un drone pouvant être équipé de missiles, annonçant que son rayon d'action atteint 2.000 kilomètres. Ce qui lui permet d'atteindre Israël.

 

Présenté comme le drone disposant du plus grand rayon d'action construit jusqu'ici par l'Iran, Fotros a été officiellement présenté ce lundi en Iran. "Le drone Fotros a un rayon d'action de 2.000 kilomètres et peut voler à une altitude de 25.000 pieds (soit un peu plus de 7600 mètres) avec une durée de vol de 16 à 30 heures", a en effet affirmé lors d'une cérémonie le ministre de la Défense, Mohammad Dehgan.

 

"Il peut mener des opérations de reconnaissance ou emporter des missiles air-sol pour des opérations militaires", a-t-il ajouté, dans les locaux d'Iran Aircraft, société qui dépend de l'Organisation de l’industrie de l'aviation du ministère de la Défense. Avec une telle portée, Fotros peut donc théoriquement atteindre Israël.

 

L'appareil a été testé "avec succès" et "montre que les sanctions imposées par les ennemis ne sont pas un obstacle au progrès dans l'industrie de défense", a assuré le ministre.

 

Iran s'est lancé ces dernières années dans un important programme de production de drones, provoquant l'inquiétude des Etats-Unis et des pays occidentaux. Mais Fotros serait le plus grand drone jamais fabriqué par l'Iran. Il s'agirait en fait d'une réplique quasi-conforme du drone "Eitan" mis au point en 2010 par Israël.et qui était justement capable de voler jusqu'en Iran.

 

Plusieurs modèles en développement

 

Fin septembre, les Gardiens de la révolution, l'armée d'élite du régime, avaient annoncé la production en masse du drone baptisé "Shahed 123" (témoin, ndlr), avec un rayon d'action de 1.700 km, capable de transporter huit missiles et de voler pendant 24 heures sans interruption. Shahed 123 avait été dévoilé en septembre 2012.

 

A la même époque, l'Iran avait également dévoilé le drone de reconnaissance nommé "Yassir" (facilitateur) avec un rayon d'action de 200 km capable de voler à une altitude de 4.500 mètres, selon les médias iraniens. Il est calqué sur le ScanEagle américain, dont l'Iran avait affirmé avoir capturé un exemplaire en décembre 2012 et commencé à le reproduire.

 

L'armée iranienne avait également annoncé la production en série du drone d'attaque Rad-85 (foudre).

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 08:30
UK Considers Adapting FMS Framework for its Exports

 

Nov. 18, 2013 - By ANDREW CHUTER – Defense news

 

Dunne: Eurofighter Program Would Not Apply

 

DUBAI — Britain is investigating whether to adopt an American-style foreign military sales (FMS) program, but defense procurement minister Philip Dunne said the approach wouldn’t be used to sell Typhoon fighter jets in the Arabian Gulf or elsewhere.

 

Dunne, appearing at the Dubai Airshow Monday to promote Britain’s defense export effort, said the Defence Ministry is in the early stages of investigating whether elements of the highly successful FMS framework could be adapted for use by the British.

 

But while talking to reporters at the show, the procurement chief said that even if Britain goes ahead with its own scheme, it wouldn’t include international collaborative ventures.

 

“We are exploring whether we should establish some kind of British equivalent to FMS for defense sales. It’s early days and I can’t give any indications where we will come out on that,” Dunne said. “But it won’t apply to collaborative ventures, so it’s most unlikely to apply to the four nation Eurofighter Typhoon.”

 

The procurement minister said internal work is underway at the MoD, with a report on findings expected in the second half of next year.

 

British government ministers have been in the United Arab Emirates (UAE) in force this week in support of an export effort to sell the Typhoon in a number of countries in the region, including Bahrain, Qatar and the UAE itself.

 

Dunne, who announced a small contract with missile-maker MBDA for upgrade and sustainment of Dual Mode Brimstone stocks at the show, confirmed that if Typhoon customers wouldn’t benefit from any potential FMS plan, they still might gain from governance changes being considered for the Typhoon program.

 

The procurement minister said that with the emphasis on the Typhoon set to eventually shift away from production to capability enhancements for existing and future customers, the way the program is run might change to be able to move faster to accommodate export customers requirements.

 

“Instead of focusing on individual nation’s requirements, we become more focused on the requirements of export customers. We think that should lead to some changes in the way the Eurofighter construct is organized,” he said. “It’s something we wish to do in order to be able react to the speed of the customer and the customer is rather a different entity once it is no longer an air force of one of the partner nations that owns the business. ... It’s a change of emphasis rather than a criticism of the way it’s been organized in the past.”

 

The NATO Eurofighter and Tornado Management Agency runs the program on behalf of the British, German, Italian and Spanish governments; the Eurofighter consortium oversees the industrial aspects of the program.

 

Eurofighter consortium members BAE Systems, EADS and Finmeccanica have been discussing possible improvements to the way the organization is run since the Typhoon was beaten into place second place for the Indian fighter contract by the French government and Dassault Aviation with the Rafale fighter.

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 20:40
Vikramaditya Done, Russia Wants To Help With New Vikrant

 

November 17, 2013 by Shiv Aroor - Livefist

 

SEVERODVINSK: The INS Vikramaditya will sail to India later this month with a 183-member Russian 'guarantee team' on board, that will remain in Karwar for a period of one year to smoothen the induction process and help the ship and crew settle into operating from home base.

 

"The guarantee specialists will be in India for one year. We are currently negotiating contract obligations for the post-guarantee period," Igor Ponomarev, vice president of Russia's United Shipbuilding Corporation said yesterday at a press conference here in Severodvinsk. Ponomarev is the balding man whose hand appears to be touching the green microphone.

 

"Russia is committed to being involved through the 40 year life of the Vikramaditya. We will provide design support as well," says Sergey Vlasov, DG Nevskoye Design Bureau, and personally one of the original designers of the Admiral Gorshkov. He's the man looking down with a smile.

 

Vlasov is a genial sort of guy: smiling and gracious. I had a chance to chat with him about the entire experience. While Sevmash refurbished the ship, it was Vlasov's Nevskoye Bureau that inputted on how the entire refurbishment process was to be carried out. Without Nevskoye (Russia's oldest design bureau for surface ships), Sevmash was dead in the water.

 

"This has been the most complicated and unusual project ever for us. Vikramaditya isn't a repaired ship. Everything except her hull is new," he told me, repeating the one thing everyone in the city tells you about the ship.

 

Asked about challenges working with the Indian government and navy, Vlasov smiles. "When we were preparing documentation, the Indians would approach us every six months with queries. We were not contractually bound to share a lot of data demanded, but we did so because of the open and friendly relations between us."

 

He also points out he hopes the Russian Navy will take cues on crew comfort on what the Indian Navy asked for in the Vikramaditya. "The Indian Navy asked for modifications that paid great attention to crew comfort. I hope the Russian Navy will learn some lessons from this!"

 

I asked Vlasov about the Vikramaditya's conspicuous lack of air defence weapons. He shook his head and said, "The Indian Navy hasn't gotten back to us with a decision on this. It is not standard for a ship of this size and class to have no air defence weapons. But such ships don't travel alone. We have been verbally asked about integration of Israeli weapons with the systems on the Vikramaditya, but we've received no formal request. I anticipate some problems in the integration of Israeli weapons, but nothing we cannot resolve." Vlasov indicates that the integration of Kashtan and AKA 630 missile/gun systems can be integrated quickly if the Indian Navy takes a call.

 

Ponomarev of USC was candid on the Vikramaditya programme: "We underestimated the initial scope of work. There were difficult and serious discussions, in one case, six rounds in a single year. We should have been more careful and specific in identifying the scope of work. But it happens all over the world. It's a normal occurance in shipbuilding."

 

Chief commissioning officer for Sevmash on the Vikramaditya, Igor Leonov, the guy who knows perhaps more about what the ship can do now than anyone else, fends off blame. "After 2004, a huge number of systems were asked for by the Indian side, which had to be accommodated. Many more modifications were demanded over what was contracted."

 

The USC is rendering assistance on the Project 71 indigenous aircraft carrier Vikrant, being built at the Cochin Shipyard. "We are providing some help, and are ready to render any further assistance or technical help necessary, but a decision will need to be taken by India. I doubt the US or EU would share as much technology as we have and would."

 

Ponomarev reveals that Russia has offered India three more improved Talwar-class frigates, an offer currently under study by the Indian Navy. A 10-year life extension of the Kilo-class submarines is also on the table by the Zvezdochka Shipyard here in Severodvinsk.

 

Also had a brief chat with Igor Vilnit, DG of Rubin Design Bureau, the prestigious design house that has created Russia's formidable submarines. A man of few words, he said, "The Amur 1650 is on offer to India (for the Project 75I competition). I hope India will choose it."

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 20:35
Russia Passes Refitted Aircraft Carrier to India After 5-Year Delay

 

Nov. 18, 2013 defense-aerospace.com

(Source: RIA Novosti; published Nov. 16, 2013)

 

SEVERODVINSK, Russia --- Russia handed over to India its aircraft carrier renamed INS Vikramaditya on Saturday after a much-delayed refit and cost escalations that led to disagreements between Moscow and New Delhi.

 

The Indian Navy finally received its modified carrier – formerly known in Russian as Admiral Gorshkov − at the Sevmash shipyard in the northern town of Severodvinsk.

 

The ship was first scheduled to be delivered in 2008, but the deadline was repeatedly postponed over the period.

 

The official ceremony was attended Saturday by Russian Deputy Prime Minister Dmitry Rogozin and Indian Defense Minister AK Antony, who arrived in Russia on Friday for a four-day visit.

 

The commissioning papers were signed by deputy director of Russia’s arms exporter Rosoboronexport Igor Sevastyanov and the ship’s Indian captain Suraj Berry.

 

The Vikramaditya will be escorted to India by a group of warships to secure its safe sail to its base in base in the Arabian Sea through a classified route because it does not have any air defense systems on board, according to Indian website Zee News.

 

The warship is expected to reach India by February 2014, Russian officials said earlier.

 

Renamed after a legendary Indian king, the warship was originally as a Project 1143.4 or modified Kiev class aircraft carrier commissioned by the Soviet Navy in 1987. It was decommissioned in 1996 after cuts to the Russian Navy fleet.

 

The refurbishments of the vessel lurched from one crisis to another since the $947 million deal was signed with Russia in 2004 for its purchase and refit.

 

The delays pushed up the cost of its refurbishing to $2.3 billion, sparking acrimony between Russia and India over the contract.

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 19:50
photo UK MoD

photo UK MoD

 

18 November 2013 Ministry of Defence and Defence Science and Technology Laboratory

 

Defence scientists are investigating how to protect helicopter engines from a common problem that occurs in Afghanistan.

 

Materials experts from the Defence Science and Technology Laboratory (Dstl) are working to protect helicopter engines from sand erosion.

Gas turbine engines in helicopters suck in air from the surrounding environment. In desert conditions, particularly during take-off and landing, the air contains sand particles that damage the engine’s components.

When components are damaged by sand erosion, the engine is forced to work harder, burning more fuel and struggling to produce the required power. Sand-eroded components need to be replaced more often, resulting in costly repair bills and loss of capability as helicopters are taken out of service for maintenance.

To investigate whether erosion-resistant coatings could be the answer, an international project was set up by The Technical Cooperation Program (TTCP).

TTCP enables technical collaboration on specific issues between defence organisations in the UK, United States, Canada, Australia and New Zealand.

An RAF Merlin helicopter takes off with an underslung load in Afghanistan (library image) [Picture: Sergeant Andy Reddy, Crown copyright]

An RAF Merlin helicopter takes off with an underslung load in Afghanistan (library image) [Picture: Sergeant Andy Reddy, Crown copyright]

The UK contribution was to design and conduct effective and reliable tests that would indicate the relative strengths and limitations of a number of commercially available coatings.

Dstl identified that the University of Birmingham had suitable facilities within its metallurgy and materials department to support this work.

The tests that have been conducted include measuring bending stress on small specimens. Since the specimen is rotating at 3,000 revolutions per minute, a test of 1 million cycles can be conducted in around 11 hours.

Tests undertaken in Australia, Canada and New Zealand looked at hardness, adhesion and erosion, enhancing the international defence community’s understanding of commercially available products.

Industry suppliers in the UK and Canada applied their coatings to the test specimens without charge. In exchange, they will find out how their coatings performed in 5 tests and have ongoing support from the international defence organisations, helping them to improve their technology for defence applications.

Dstl’s involvement in this project was funded by the Ministry of Defence (MOD) via the Materials and Structures Science and Technology Centre.

The results of the tests are already being used by MOD as it assesses technologies to protect its helicopter engines

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 18:55
Mistral fired from a prototype MPCV platform based on Renault Sherpa. Photo: MBDA

Mistral fired from a prototype MPCV platform based on Renault Sherpa. Photo: MBDA

 

November 17, 2013 defense-update.com

 

MBDA has completed the integration and factory acceptance test of the first Multi-Purpose Combat Vehicle (MPCV) vehicles designed to operate the Mistral surface to air missile. Built for export, these vehicles represent the first production batch. In the next few days, they will be shipped for delivery to the customer country before the end of the year, as announced at the contract signing in February 2011. The customer is believed to be the Saudi-Arabian National Guard (SANG), which ordered 68 MPCV air defense vehicles from French company Lohr in 2011.

 

The MPCV, developed by MBDA in cooperation with Rheinmetall Defence Electronics (RDE) of Germany, has been designed to meet emerging requirements for a highly mobile weapon system which can be adapted for different missions, either air defence or land combat, depending on the type of missiles it operates. The first development, which is now being delivered, is aimed at air defence and comprises a motorized and stabilized turret that includes electro-optical sensors, a small caliber gun and four, ready-to-fire Mistral missiles with four more missiles stored in the vehicle for re-loading. Additional versions dedicated to land combat are planned for development. The MPCV (Multi-Purpose Combat Vehicle) is based on the German-produced Mercedes Unimog 5000 chassis, a high-mobility 4×4 armored vehicle offered by SOFRAME (of the French Lohr group). The deal also includes 264 Aravis armored vehicles, produced by Nexter and 15 ambulances, all to be provided by Lohr.

 

This automatic system in its air defence configuration was validated by several Mistral missile firings, including the engagement in only a few seconds, of two targets approaching simultaneously from two different directions. The success of this test demonstrated MPCV’s ability to counter a saturating attack. With this first version in full production, MBDA is now ready to move ahead with a land combat version of the MPCV. This will deploy the totally new MMP surface attack missile which is currently being developed by MBDA.

 

According to Antoine Bouvier, CEO of MBDA the development of the MPCV took four years and was fully funded by the company. “It then took less than three years after the signing of the first contract to integrate the systems on a vehicle chosen by the end customer, deliver at the agreed date and implement a technology transfer under which the customer will be able, in complete autonomy, to keep its equipment in operational condition.” Parallel to the delivery of factory-finished systems MBDA is completing the installation of a final assembly line in the customer country where the remaining vehicles will undergo final integration, using MBDA provided MPCV kits.

 

Mistral is a short-range (6 km class) surface-to-air missile capable of intercepting a wide variety of aerial targets including those with even a low infrared signature. It is characterised by an outstanding success rate (96% from more than 4,500 live firings), a high effectiveness against manoeuvring targets, and has demonstrated its capabilities against fixed-wing aircraft, nap-of- the-earth helicopters, unmanned aerial vehicles, cruise missiles as well as moving land vehicles and Fast Inshore Attack Craft at sea. Mistral, in its land, naval and airborne applications, has been selected by 40 armed forces of 28 countries. More than 17,000 missiles have been produced. Saudi-Arabia is believed to have acquired 600 missiles prior to the MPCV acquisition.

 

MBDA has completed the integration and factory acceptance of the first MPCV vehicles in surface-to-air configuration. Photo: MBDA

MBDA has completed the integration and factory acceptance of the first MPCV vehicles in surface-to-air configuration. Photo: MBDA

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 13:30
Dubai Airshow : Bombardier se tourne vers la surveillance maritime

 

18.11.2013 Helen Chachaty - journal-aviation.com

 

Boeing a annoncé lors du salon aéronautique de Dubai avoir sélectionné le jet d’affaires Challenger 605 de Bombardier comme plateforme pour effectuer des missions de surveillance maritime, dans le cadre de son programme MSA (Maritime Surveillance Aircraft).

 

La plateforme est basée sur les systèmes de mission et les technologies utilisés à bord du P-8A Poseidon (737 modifié). La structure et les systèmes seront modifiés par Field Aviation, qui travaille actuellement sur un Challenger 604 qui devrait servir de démonstrateur dès 2014.

 

Le programme MSA de Boeing devrait permettre aux avions d’effectuer des missions de lutte anti-piraterie, de surveillance côtière et frontalière ainsi que des missions de recherche et de sauvetage.

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 08:55
Déconstruire les navires les plus anciens, dans le strict respect de la réglementation- photo Marine Nationale Alain Monot

Déconstruire les navires les plus anciens, dans le strict respect de la réglementation- photo Marine Nationale Alain Monot

 

14/11/2013 Marine nationale

 

Parce qu'elle est écologiquement vertueuse et se conforme aux normes environnementales et de développement durable en vigueur dans notre pays, la Marine Nationale élimine proprement, depuis plusieurs années, ses vieilles coques. Environ 100 000 tonnes de navires correspondant à trente-cinq grandes coques et une centaine de petites coques et engins nautiques, sont en attente ou en cours de déconstruction. Chargé de mission des « navires en fin de vie » auprès du chef d’état-major de la Marine (CEMM), le vice-amiral  Hubert Jouot s’explique.

 

«Amiral, quelle est la politique de la Marine en matière de démantèlement de ses navires?

 

Jusqu’au début des années 2000, les bâtiments condamnés de la Marine, devenus sans emploi, servaient de cibles de tirs pour l’entraînement des forces et la mise au point des systèmes d’armes. Depuis, la Marine a intégré l’évolution de la réglementation internationale sur les immersions, percevant surtout l’intérêt de valoriser les coques dans une approche de développement durable.

 

À l’exception de quelques cas possibles de cession à l’export, l’objectif principal est désormais de déconstruire les navires, dans le strict respect de la réglementation, de la protection des personnels et de l’environnement, sans pour autant renoncer à la performance économique. Par ailleurs, la Marine a lancé les études de remplacement des navires utilisés en brise-lames par des ouvrages maritimes. Quant aux opérations de déconstruction, la priorité est logiquement donnée aux coques les plus anciennes.

 

Démantèlement de la frégate Lucifer à Querqueville

Démantèlement de la frégate Lucifer à Querqueville

Quelles sont les principales étapes de la déconstruction de navires militaires?

 

On peut distinguer 3 phases. La première est celle du désarmement, avec la mise en sécurité et en état de conservation des bâtiments concernés. La deuxième, celle de l’inventaire - ou de sa mise à jour - des matériaux potentiellement dangereux. La dernière phase, la déconstruction elle-même, intégrant la dépollution et le recyclage.

 

L’établissement de l’inventaire des matières potentiellement dangereuses présentes à bord est l’une des dispositions de la Convention de Hong-Kong de l’Organisation maritime internationale (OMI). Cet inventaire est réalisé ou mis à jour par un expert indépendant.  Les navires les plus récents de la Marine sont, désormais livrés avec cet inventaire et les bâtiments en service en sont progressivement dotés. Il est ensuite fourni aux industriels candidats à la déconstruction afin de leur permettre de bâtir une offre technique et financière appropriée et robuste. Il est essentiel aussi pour organiser la protection des personnels travaillant sur les chantiers.

 

Les travaux de dépollution et de déconstruction, puis le traitement des matières polluées et la valorisation des matières  recyclables achèvent ce processus, étroitement contrôlé par le Service du soutien de la flotte. Compte tenu des contraintes techniques, juridiques et administratives, ce processus est généralement assez long, mais à la rapidité, est préférée la qualité du travail effectué par le chantier. À ce jour, tous les bâtiments condamnés de la Marine, sont intégrés à des degrés d’avancement divers dans un processus d’inventaire  des matières potentiellement dangereuses qu’ils contiennent, en vue de leur prochain démantèlement.

 

Comment sont choisis les industriels pour ces marchés?

 

Les industriels sont sélectionnés conformément aux dispositions du code des marchés publics de l’État. Il s’agit de marchés négociés avec publicité et mise en concurrence. Les industriels doivent d’abord apporter les garanties qu’ils disposent des capacités techniques et professionnelles permettant de réaliser les prestations nécessaires pour assurer en sécurité les opérations de déconstruction dans le respect des différentes règlementations.

 

Au terme de la négociation, la meilleure offre industrielle est retenue sur la base de critères techniques et financiers. Sur le plan technique, l’offre doit être fiable et les processus de dépollution, de déconstruction, de gestion des déchets, de valorisation des matériaux recyclables, de management et de suivi environnemental et SST (santé et sécurité au travail), parfaitement maîtrisés.

 

Ces garanties obtenues, le critère financier est alors pris en compte afin d’obtenir le meilleur ratio coût-efficacité. Si le candidat retenu opère sur le territoire national, les installations qu’il va utiliser doivent disposer d’une autorisation «installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE)». Cette autorisation, accordée par le préfet du département d’implantation du chantier, constitue un préalable pour que le marché lui soit notifié.

 

Dans les processus de dépollution, comment procédez-vous précisément pour la gestion de matières potentiellement dangereuses comme l'amiante?

 

Comme tous les bâtiments d’ancienne génération, les polluants qu’ils  contiennent sont principalement des matériaux amiantés, des PCB (Poly-Chloro-Biphényls), des métaux lourds et des composants actifs des peintures de carène.

 

Le but de l’inventaire des matières potentiellement dangereuses réalisé en amont des travaux de déconstruction consiste à les identifier et à les localiser. Tout navire comprend ainsi une part de déchets «valorisables», dangereux ou non, ainsi qu’une part mineure de déchets à «éliminer», non valorisables et non recyclables. Cette partie non recyclable représente généralement de 2 à 10% du tonnage total.

 

La réglementation prend en compte cette distinction, et la classification de ces déchets induit des restrictions sur leurs exportations possibles.

 

Aussi, il a été décidé d’adopter une posture de précaution, et de déconstruire les bâtiments de la Marine condamnés, au sein de l’Union Européenne. Toutes les filières de traitement des déchets sont contrôlées et l’autorisation de les exploiter, vérifiée avant d’y recourir. Les matières non polluées sont vendues et recyclées.

 

Amiral, en quoi cette ultime phase de la vie des navires est-elle devenue importante?

 

La déconstruction des navires désarmés est un sujet que la Marine inscrit dans une perspective de développement durable. Aussi, elle s’attache tout au long du processus, et dans le respect de la réglementation, à préserver la santé des personnels et l’environnement, à éliminer en assurant leur traçabilité les matières polluantes et à recycler aussi complètement que possible tous les autres matériaux, comme l’acier ou le cuivre principalement.

 

En prenant la décision de déconstruire ses bâtiments condamnés et sans emploi, la Marine a eu une démarche de pionnière. Elle a ainsi mis sur pied, avec le soutien des services de l’Etat, un processus respectant l’ensemble des règlementations, et qui aujourd’hui, fait référence.

 

Prenant en compte la vie de ses bâtiments «du berceau à la tombe» dans une approche totalement intégrée, elle accorde tout autant d’importance à leur déconstruction qu’à leur conception et à leur mise en œuvre».

Navires desarmes de la Marine nationale, en attente de demantelement

Navires desarmes de la Marine nationale, en attente de demantelement

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 08:40
Interpolitex 17ème édition - by SITTA


16/11/2013 SITTA

 

La17ème édition du  salon Interpolitex 2013 était bien étoffée cette année encore. Deux halls constituaient ce salon, intégrant aussi le salon drone UVS-Tech qui se déroulait en même temps. Les stands exposants présentaient une multitude de matériels et de programmes dans les domaines de la défense (armement, véhicules, transmission, NBC, …), de la sécurité intérieure et de la garde aux frontières. L'équipe SITTA a pu couvrir l’ensemble des aspects du salon.

 
ADS  -Fusil d’assaut multi milieu (KBP-Russie)

KBP présentait pour la deuxième fois (la 1ère a eu lieu à IMDSSt Petersbourg) son fusil d’assaut multi-milieu ADS.  Destiné aux plongeurs de combat russes, ce fusil ambidextre tire des munitions de calibre 5.45 x 39 mm avec éjection des étuis par l’avant. La particularité de cette arme est de permettre de tirer dans et hors de l’eau avec des munitions dédiées à chaque milieu. Elle peut tirer au coup par coup ou en automatique à une cadence théorique de 700 coups/minute hors de l’eau avec la munition "terrestre". A l’air libre, son fonctionnement est identique à l’AK 74. La portée de cette arme est de 500 m environ et permet un tir "à vue " sous l’eau avec la munition adéquate. L’utilisateur doit avoir des chargeurs pouvant contenir 30 munitions spécifiques au milieu dans lequel il devra faire feu. Cependant, en cas de nécessité (combat de rencontre en sortant de l’eau par exemple) le plongeur peut faire feu à l’air libre avec des munitions subaquatiques. La portée et la précision dans ce cas sont très faibles. Ce fusil d’assaut multi-milieu est aussi équipé d’un lance-grenades de 40 mm pouvant tirer des grenades de type VOG 25 (portée d’environ 400m). Il est également équipé de rails Picatinny lui permettant de recevoir des matériels annexes (optiques, lampes, …).

ADS (Russie)

.

Véhicule TIGRE de commandement R145 DMA (NIMR-Russie) 

Le ministère de l’intérieur russe (MVD) présentait différents véhicules en service dont le Tigre en version transmission/commandement modèle R145 DMA. Ce véhicule est principalement utilisé au sein des forces spéciales de ce ministère. Il offre la possibilité de communiquer avec les réseaux haut et bas de la chaine de commandement. Il est équipé de matériel HF avec antenne fouet de 4 m et de matériel VHF en clair ou en crypté avec antenne fouet de 3 m ou mât de 20 m qui ne peut être utilisé qu’à l’arrêt. Il comprend aussi une liaison ICOM(courte portée) et le réseau de service spécifique du MVD, Erika. Le chef radio se voit proposer deux postes de travail : à  l’avant du véhicule lorsque celui-ci est en mouvement et à l’arrière, à l’arrêt. Cet engin de 250 chevaux, d’un équipage de 3 hommes (pilote-mécano, chef-radio et opérateur-radio), est doté d’un blindage de 5 mm d’épaisseur et de vitres blindées offrant une bonne protection contre les munitions de calibre 5.45 mm et 7.62 mm.

R 145 DMA (Russie)

.

Véhicule de transmission P144 MSN (KAMAZ-Russie)

Le MVD présentait aussi plusieurs véhicules KAMAZ de transmission dont la station P144 MSN sur KAMAZ 43114. Ce véhicule est en service depuis peu de temps au sein du MVD. Il a participé à l’exercice « Barier » cet été où il a donné pleinement satisfaction. Sa particularité est d’être équipé d’une antenne satellite et d’un faisceau hertzien en plus des réseaux HF/VHF et Erika habituels. Il offre ainsi la possibilité de communiquer à longues distances ainsi que des connexions à l’internet militaire russe et civil. L’antenne s’oriente automatiquement vers les satellites mais ne permet pas de se connecter lorsque le véhicule est en mouvement. L’étude d’une nouvelle antenne satellite permettant une connexion en déplacement jusqu’à une vitesse de 160km/h est en cours. L’équipage nécessaire pour mettre ce véhicule en œuvre ainsi que tous les systèmes dont il est doté est de 5 personnes.

P144 MSN (Russie)

.

Protections NBC (Tambov-Mash-Russie) 

La société Tambov-Mash est spécialisée dans le domaine des protections NBC individuelles et collectives (masques, abris, …). Elle est le principal fournisseur de protection du ministère de la défense, du ministère des situations d’urgence et de la police russe. Cette société présentait, sur ce salon, une gamme complète de masques de protection NBC, civils et militaires. Ces masques sont de taille unique et s’ajustent par un système de serrage qui l’adapte à la morphologie du porteur. Ils sont équipés de cartouches à large spectre qui permettent de filtrer un large éventail de produit. Une telle cartouche est donnée pour résister 1h30 à un produit dont la concentration est de 10 mg/l. Ces masques permettent à leur utilisateur de conserver 95% de leur fonction visuelle et auditive.

Masque de protection NBC (Russie)

.

Le SITGC (Sozvezdie-Russie)

Le Système Informatisé Tactique de Gestion de Combat est un programme d’équipement des forces terrestres en moyens de communication et en système d’information entre le niveau bataillons et les plus bas échelons tactiques. Il s’agit donc d’un programme majeur de numérisation des forces terrestres. Dans ce cadre, la société Sozvezdie présentait le kit militaire universel UNKV-E. Ce kit est destiné au niveau groupe de combat (combattants et chef de groupe). Il est composé notamment d’un système de transmission à haut débit (1 Mbit/s) dans la gamme VHF permettant les communications au sein du groupe et avec les échelons section et compagnie jusqu’à 3 km. Le système d’information associé permet de suivre la situation tactique (positions amies et ennemies), de designer des objectifs, de recevoir et d’envoyer des ordres ou des comptes-rendus. Il dispose également d’une fonction  de navigation.

 

SITGC (Russie)

.

Drone FlyEye (WB Electronics-Pologne)

La société polonaise WB Electronicsa présenté le système de mini drone tactique FlyEye. Déjà en service au sein des forces de police polonaise, ce drone léger peut être mis en œuvre par deux opérateurs en moins de 10 minutes. D'une envergure de 3, 6 m pour un poids n'excédant pas les 12 kilos, il est lancé à la main. Grâce à son moteur électrique alimenté par une batterie lithium-polymer , son autonomie est de trois heures. Le plan de vol, préparé au sol depuis une station légère de type PC portable, est modifiable en vol.

La principale particularité de ce système réside dans sa récupération. En effet, la charge utile et la batterie sont récupérées par parachute tandis que le reste de l'aéronef se pose en glissant sur le sol.

Un système de drone FlyEyese compose d'une station de contrôle, de son système antennaire associé, de trois vecteurs aériens et d'un terminal de réception des images en vol.

Flyeye (Pologne)

.

Blaskor, l’émergence d’une nouvelle société dynamique sur le marché russe.

La jeune société russe Blaskor présentait plusieurs drones électriques destinés pour le moment au marché russe. Parmi ces matériels, un drone électrique à décollage verticale doté de six moteurs électriques de type"brushless". Mis en œuvre par un seul opérateur, il est destiné à la reconnaissance. Les capteurs vidéo ou photographiques peuvent être montés sur un châssis deux ou trois axes en fonction du choix et des besoins du client. Ce drone a une portée de 5 km pour une autonomie de 30 minutes. Il convient de noter enfin, que Blaskor développe actuellement un mini drone tactique à voilure fixe, ce qui permettra bientôt à cette société de disposer d’une gamme complète de mini drone électrique.

Drone de la firme Blaskor (Russie)

.

Drone Q8 (Roboair-Russie)

La société Roboair présentait quant à elle, un système de drone captif. Équipé de huit moteurs électriques, le Q8 est alimenté par sa station sol et peut rester en vol durant 24 heures. Il peut résister à des rafales de vent pouvant atteindre les 15m/s et emporter une charge utile de 25 kilos. Ce système qui décolle et atterri verticalement peut atteindre une hauteur maximale de 50 m sol.

Q8 (Russie)

.

L’Aerob 4D (Aerob D-Russie)

Le système de drone "Aerob 4D", de la société Aerob, est un mini drone tactique d'une portée de 80 km. Décollant à partir d'une catapulte, le drone dispose d'une autonomie de plus de 12 heures pour une capacité d'emport en carburant de 11 litres. Extrêmement maniable, il effectue une vrille avant d'ouvrir son parachute afin de préserver sa charge utile. Destiné à la reconnaissance de jour comme de nuit, le vecteur aérien est équipé de deux capteurs ; un en position ventrale pour les prises de vues verticales et l’autre situé dans le nez. La capacité d’emport maximale est de 5 kg.

Aerob 4D (Russie)

.

Tral Patrol 4.0 (SMP Robotics-Russie)

La société SMP Robotics présentait le système de drone terrestre Tral patrol 4.0. Destiné à la surveillance de large zone, le robot est conçu pour effectuer des missions de jour comme de nuit à des températures allant de -20 à +45°C. Grâce à des capteurs stéréoscopiques situés à l’avant, l’engin est capable de contourner des obstacles et surtout de les intégrer à son parcours, ce qui lui offre une grande manœuvrabilité. Le véhicule est également doté de caméras jour et thermiques capables de traquer les véhicules ou les personnes en mouvement et de transmettre une alerte à son opérateur.

Tral Patrol (Russie)

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2013 7 17 /11 /novembre /2013 12:55
Michel Lombard, directeur de l'usine d'assemblage MBDA et président du Groupement des entreprises de l'arrondissement de Romorantin.

Michel Lombard, directeur de l'usine d'assemblage MBDA et président du Groupement des entreprises de l'arrondissement de Romorantin.

 

16/11/2013 Julien Coquet - lanouvellerepublique.fr

 

Le pôle aéro-défense du Sud-Sologne devrait voir le jour début 2014. D’ici là, il reste des détails à régler pour les entreprises engagées dans le projet.

 

Capter les 40 % d'augmentation de l'activité aéronautique prévus dans les 18 mois à venir, « c'est tout à fait envisageable. »

A écouter Michel Lombard, directeur de l'usine de missiles MBDA de Selles-Saint-Denis et président du Groupement des entreprises de l'arrondissement de Romorantin (GEAR), le calendrier du projet aéro-défense du Sud-Sologne va devoir s'accélérer.

 

L'enjeu pour ces entreprises pour la plupart déjà en contrat avec la Défense ? « Profiter du boom de l'aéronautique civile » pour répondre aux besoins de sous-traitance d'Airbus notamment. L'avionneur affiche l'équivalent de huit années de commandes ferme. Et, comme « la fenêtre de tir sera très étroite », il y a urgence à s'organiser. Lancement programmé pour janvier.

Les diagnostics de besoins en formation et de certification de la vingtaine d'entreprises adhérentes au projet (lire ci-dessous) doivent être effectués d'ici à la fin de l'année. Compter sur du personnel formé, « c'est ce qui nous permettra de répondre aux appels d'offres », précise Michel Lombard. L'une des clés de la réussite pour la Sologne, si elle ne veut pas laisser passer sa chance. Les premiers contacts doivent être pris mardi.

 

Un planning serré

 

Un planning serré dont dépend un pan de l'économie solognote. « Le sud du département a besoin d'une véritable vague de réindustrialisation pour panser le départ de l'automobile il y a dix ans », rappelle Michel Lombard.

Bonne nouvelle : l'industrie aéronautique utilise « les mêmes connaissances techniques nécessaires à la Défense. » Un savoir-faire présent en partie sur le territoire du GEAR, au sein de fleurons comme MBDA.

Un constat à relativiser toutefois. « Les compétences attendues pour l'aéronautique sont déjà en tension sur le territoire national. D'où notre volonté d'identifier précisément les métiers en besoin de formation pour être les plus performants possibles », explique Gaëlle Corfec, animatrice du GEAR. La preuve que la bataille s'annonce disputée.

 

Priorité à la formation des techniciens

 

> Pour être compétitif, le pôle aéro-défense du Sud-Sologne a esquissé, jeudi, quatre axes sur lesquels travailler d'ici à son lancement, prévu en janvier.

> C'est l'une des actions qui va être lancée dès mardi : l'étude des besoins en formation pour l'ensemble des entreprises qui adhèrent au projet. Un élément clé pour pouvoir mettre en avant un savoir-faire et remporter des appels d'offres.

> La formation va de paire avec la certification. « Si nous voulons pouvoir aborder ce marché, il faut valoriser nos compétences techniques à travers des certifications », insiste Michel Lombard.

> Faire de la création du pôle un événement : des contacts ont été pris auprès du ministère de la Défense et d'EADS pour s'assurer de la présence de ces partenaires lors du lancement officiel.

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2013 7 17 /11 /novembre /2013 12:55
photo  SCH P. Hilaire SIRPA Terre

photo SCH P. Hilaire SIRPA Terre

 

15/11/2013 Par le Général (2S) Robert Creuzé – LaTribune.fr

 

La loi de programmation militaire pourra être difficilement respectée. Un effort d'innovation, de réflexion sur l'équipement des armées, est plus que jamais nécessaire.

 

Aujourd'hui, dans le prolongement du Livre Blanc, de la LPM et du budget, chacun dans son rôle joue sa partition : le Ministre de la défense en assurant que tout va pour le mieux dans un contexte économique et budgétaire certes difficile, le Chef d'Etat major des armées en assurant que les capacités sont maintenues à un niveau conforme aux ambitions de la France et aux orientations du Livre Blanc, le Délégué général de l'armement en déclarant que la LPM « préserve globalement » les neufs grands secteurs industriels »…Tout ceci dans une symphonie bien organisée pour …ne pas faire de bruit ! Attention au premier industriel qui se livrera sans autorisation !

 

Un exercice de communication

 

Mais tous sont bien conscients que tout ceci relève d'un exercice de communication et que, comme les gouvernements et administrations précédentes depuis les années 80, le but est de cadrer avec les échéances électorales et de repousser au-delà les décisions qui s'imposent ! Mais la situation se dégrade avec le temps et une conjoncture économique et financière particulièrement difficile.

 

Le Livre Blanc ne répond pas aux vrais problèmes de demain. Il est empreint de l'actualité et est le reflet des différentes thèses qui se sont opposées pendant les travaux et qui ont été arbitrées autour d'un consensus « mou ». En quoi, par exemple, le Livre Blanc va faire progresser la réflexion sur le développement d'une Europe de la défense, en quoi le Livre Blanc propose des solutions pour une consolidation de l'industrie européenne d'aéronautique et de défense, condition « sine qua non » de la pérennité d'une Europe de la défense indépendante et souveraine ?

 

Les bases fragiles de la loi de programmation militaire

 

La Loi de programmation militaire repose sur des bases très fragiles qui mettent sa crédibilité en cause. Le financement est assuré par le recours à des « artifices » comme les ressources exceptionnelles, qui, comme leur nom l'indique et comme l'expérience l'a montré dans le passé, sont exceptionnelles et n'ont jamais été respectées : six milliards d'euros sur la période 2014-2019, dont la moitié dans la première partie d'exécution (niveau jamais atteint !), avec une hypothèse de ressources dégagées grâce à l'export du Rafale (les dernières informations en provenance de l'Inde ne poussent pas à un optimisme sur le calendrier !).

 

Des reports de charges insupportables

 

Sans parler du report de charges qui devient « insupportable » et représente plus de 30% des crédits d'équipement annuels du chapitre 146 ! La révision des engagements sur les contrats en cours (cible et calendrier de livraisons) va peser sur les ressources disponibles avec les pénalités qui vont se généraliser pour rupture de contrats vis à vis des industriels. Enfin, la LPM est bâtie sur des prévisions de ressources qui n'ont pas de crédibilité sur la durée : elle s'inscrit dans des prévisions de budget de l'Etat « glissantes »  sur trois ans, alors qu'elle est basée sur une période de cinq ans !

 

Alors, au-delà de ce constat plutôt pessimiste, à défaut d'être sans doute réaliste, quelques orientations pour l'avenir : respect de l'institution militaire, crédibilité et transparence, innovation et perspective, maintien de l'outil industriel.

 

Le respect de l'institution militaire

 

Elle repose sur un climat de confiance entre le « politique » et le « militaire ». Or cette confiance ne s'impose pas mais elle s'acquière. Lesrécentes réunions du conseil supérieur de la fonction militaire (CSFM), organisme de concertation dans les armées, ont confirmé le malaise existant. Comment motiver les personnels quand, d'un côté on leur demande de faire preuve de disponibilité pour représenter la France dans les opérations extérieures, parfois au risque de leur vie, souvent au détriment de leur vie familiale, et que, dans le même temps, ils voient les conditions de leur vie quotidienne se dégrader par manque de crédits ou du fait de restructurations qui répondent souvent davantage à des décisions « technocratiques » de recherches d'économies qu'à des besoins opérationnels ?

 

Comment justifier auprès de ces mêmes personnels que les primes pourraient être remises en cause, alors même qu'ils ne se sentent pas spécialement privilégiés, que les tableaux d'avancement vont être réduits…tout cela pour réduire la masse salariale, alors même que tout un chacun sait que les restructurations et déflations successives entraînent des surcoûts initiaux avant stabilisation ! Il est donc temps de redonner cette confiance indispensable en reconnaissant la spécificité de la fonction militaire et une priorité accordée aux exigences d'efficacité opérationnelle par rapport aux seuls aspects de rentabilité.

 

La crédibilité et la transparence

 

Ou deux ingrédients nécessaires au développement d'un climat de confiance.

 

D'un côté, les responsables militaires doivent être responsabilisés sur leurs gestions financières avec des outils de décision mis en place, et être aptes à rendre des comptes. Pour cela, revenons aux comptes analytiques, largement développés en particulier dans l'armée de l'air dans les années 85, seuls outils permettant de vraies bases de comparaison et de décision. Il sera alors possible de mettre en perspective les options entre maintien en service de matériels anciens et acquisition de nouveaux matériels et d'éviter des « non-décisions » qui se payent très cher quelques années plus tard.

 

D'un autre côté, les décideurs politiques doivent assumer leurs responsabilités en respectant les engagements financiers pris lors du vote de la loi. Comment comprendre qu'aujourd'hui que les crédits soient votés par le Parlement alors que les annulations (successives) ne font l'objet ni de débat ni de vote? Ce système est très pénalisant pour les opérationnels qui recherchent une cohérence opérationnelle et très pénalisant pour les industriels qui ont besoin d'une visibilité pour adapter leur outil de production, …sans parler des surcoûts occasionnés par les étalements de programmes ou réductions de cibles.

 

L'Innovation et la perspective

 

Dans un contexte financier plus contraint et face à des menaces plus diversifiées et souvent asymétriques, la pire des solutions serait de recopier le modèle existant et de ne pas faire preuve d'imagination pour préparer l'avenir. Les programmes de défense demandent du temps entre la définition des spécifications opérationnelles, les négociations de contrats, l'industrialisation et la livraison aux forces (souvent au compte-goutte pour des raisons financières).

 

Nous restons prisonniers des schémas présents

 

Or ces délais ne sont pas compatibles avec les échéances électorales ou les temps de commandement et les décideurs ne sont plus en fonction au moment de la mise en service des matériels. Cela n'incite pas à des efforts d'innovation, même si certains travaux sont menés dans ce sens. Culturellement, nous restons prisonniers des schémas présents : on remplace un char par un char, un avion par un avion, une frégate par une frégate…toujours avec des matériels plus coûteux à l'achat et en fonctionnement…avec des budgets en décroissance !

 

Réfléchir à notre force de dissuasion

 

Une réflexion a-t-elle été menée pour analyser les fonctions opérationnelles (indiscutables) apportées par les drones et les capacités actuelles auxquelles ils pourraient se substituer (à budget constant) ? Sur un sujet encore malheureusement tabou, a-t-on réfléchi et tiré les conséquences de l'existence de missiles de croisière et de l'arrivée prochaine d'un bouclier anti missile sur notre force de dissuasion (sans en préjuger des conclusions) ?

 

L'arrivée des BPC (bateau de projection et de commandement) a-t-elle généré une réflexion sur l'utilité du maintien d'un porte-avion dans la perspective des menaces développées dans le Livre Blanc ? De même, il est utile d'amorcer une réflexion complète en configuration pluridisciplinaire associant, EMA, DGA, DAS, industriels sur le combat du futur : guerre en réseau, combat urbain, armes non létales (qui auraient été bien utiles à Abidjan novembre 2004), …

 

Le maintien d'un outil industriel performant

 

Dépassons les réflexes purement nationalistes, en vogue malheureusement en période de crise et réfléchissons à une dimension européenne de l'industrie de défense pour pouvoir exister dans un monde industriel en pleine évolution avec l'arrivée des pays émergents. Pour cela il faut développer l'idée, auprès de nos partenaires, que faute d'une solide Industrie européenne de l'aéronautique, de l'espace et de la défense, il n'y aura pas ou plus, à terme, de Défense européenne.

 

 Créer une industrie européenne de la Défense

 

La mise en œuvre de cette Industrie européenne nécessite une approche mixte, à double gestion, entre les dirigeants de groupes industriels à centre de gravité européen et les responsables publics (civils et militaires, professionnels et politiques) de ces domaines (en notant combien leur nature et leur organisation sont diverses selon les pays).

 

Si les industriels peuvent et doivent être des moteurs de la coopération européenne, des initiatives politiques et administratives sont indispensables pour rendre possible ce projet. A l'heure actuelle, la logique budgétaire et comptable guide trop les choix industriels et administratifs et ne favorise guère les objectifs politiques et opérationnels définis, souhaitables et agréés, pour l'exemple français ceux du Livre Blanc sur la Défense et la Sécurité nationale

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2013 7 17 /11 /novembre /2013 12:40
Mil Mi-28NE Havoc (Night Hunter)

Mil Mi-28NE Havoc (Night Hunter)

 

MOSCOU, 15 novembre - RIA Novosti

 

Les exportations russes d'hélicoptères militaires et de transport militaire ont décuplé en dix ans, a annoncé vendredi à Moscou Mikhaïl Zavaliy, responsable de l'Agence russe d'exportation d'armements (Rosoboronexport), à la veille du 13e Salon Dubai Airshow.

 

"Rien qu'en 2013, les exportations d'hélicoptères augmenteront de plus de 20% par rapport à 2012. Il s'agit d'une tendance stable. En 2001, nous avions exporté 12 hélicoptères seulement, cette année, nous en exporterons plus de 130", a indiqué M.Zavaliy dans une interview à RIA Novosti.

 

Les hélicoptères représentent le secteur le plus dynamique de l'industrie de défense russe. "Cela s'explique par la demande croissante du marché pour les hélicoptères et par la politique de l'Agence russe d'exportation d'armements (Rosoboronexport) visant à promouvoir les hélicoptères russes. Nous avons élargi nos exportations, accédant notamment au marché du Proche-Orient", a indiqué M.Zavaliy.

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2013 7 17 /11 /novembre /2013 12:35
La Russie remet à l'Inde le porte-avions Vikramaditya

 

SEVERODVINSK, 16 novembre - RIA Novosti

 

La Russie a remis samedi à l'Inde le porte-avions modernisé INS Vikramaditya (ex-croiseur lourd soviétique Admiral Gorchkov) lors d'une cérémonie organisée aux chantiers navals russes Sevmach de Severodvinsk (nord).

 

Le directeur général adjoint de l'Agence russe d'exportation d'armements (Rosoboronexport) Igor Sevastianov et le commandant du porte-avions INS Vikramaditya Suraj Berry ont signé l'acte de réception du navire en présence du vice-premier ministre russe Dmitri Rogozine et du ministre indien de la Défense Arackaparambil Kurian Antony.

 

Le Vikramaditya est doté d'un pont d'envol adapté aux chasseurs MiG-29K/KUB, de nouveaux radars, systèmes de navigation et autres équipements. Le navire quittera les eaux territoriales russes fin novembre pour arriver en Inde fin janvier ou début février 2014.

 

En 2004, la Russie et l'Inde ont signé un contrat prévoyant la modernisation du porte-avions soviétique Admiral Gorchkov, rebaptisé par la partie indienne Vikramaditya ("fort comme le Soleil"). Au terme de ce contrat, la Russie s'est engagée à effectuer des travaux de modernisation pour 750 millions de dollars et à fournir de l'aviation embarquée pour le même montant. Le navire devait être livré en 2008, mais sa remise à l'Inde a été ajournée à plusieurs reprises en raison de différends financiers. Le coût final du contrat atteint 2,3 milliards de dollars.

 

Aux termes de l'avenant au contrat signé en 2010, la livraison du bâtiment de guerre devait avoir lieu le 4 décembre 2012. Or, lors d'un essai en mer en septembre 2012, des défaillances ont été constatées, y compris dans le groupe propulseur du navire, amenant les chantiers navals russes à reporter la livraison à 2013.

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2013 6 16 /11 /novembre /2013 17:20
Système de chenilles militaires - photo Soucy

Système de chenilles militaires - photo Soucy

L'entreprise BAE, qui convoite un contrat de 2 milliards portant sur l'achat de 108 chars d'assaut, a annoncé dans le passé qu'elle retenait la société Soucy, de Drummondville, pour la fabrication des chenilles en caoutchouc.

 

15 novembre André Dubuc - La Presse

 

Des multinationales de l'industrie militaire multiplient les rencontres avec des fournisseurs québécois en vue d'étoffer le contenu canadien de leur soumission aux appels d'offres de la Défense nationale.

 

Des entreprises comme BAE Systems Hägglunds AB, Oshkosh Defense et la division défense de Mercedes-Benz Canada ont toutes participé en octobre à la 7e journée Donneurs d'ordres/Fournisseurs organisée par Sous-Traitance Industrielle Québec (STIQ), une association d'entreprises manufacturières.

 

STIQ recevait hier le ministre fédéral responsable de l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec, Denis Lebel, qui lui a confirmé hier l'octroi d'une subvention de fonctionnement de 1,6 million de dollars en trois ans.

 

Le ministre Lebel a profité de son passage dans la région de Montréal pour consentir une aide remboursable de 1,2 million au Groupe Meloche, de Salaberry-de-Valleyfield. Meloche est un fournisseur intégré de composants pour les secteurs de l'aéronautique et de la défense.

 

D'ailleurs, le Groupe Meloche est l'un de ces fournisseurs qui ont rencontré l'anglo-suédoise BAE Systems, a confirmé Hughe Meloche, président et chef de la direction de la PME ayant un chiffre d'affaires de 29 millions de dollars et employant 130 personnes.

 

Des chars et des camions

 

BAE est sur les rangs pour décrocher le contrat de 2 milliards portant sur l'achat de 108 chars d'assaut, appelés véhicules de combat rapproché (VCR). BAE a annoncé dans le passé qu'elle retenait la société Soucy, de Drummondville, en ce qui a trait à la fabrication des chenilles en caoutchouc de ses chars.

 

Retardée depuis deux ans, l'attribution des contrats d'acquisition et de soutien en service est prévue pour l'automne 2013, selon le site de Travaux publics et Services gouvernementaux Canada.

 

Oshkosh Defense a pour sa part dévoilé au milieu de l'été son intention de répondre à un autre contrat des Forces armées canadiennes, soit celui concernant 1500 camions de modèle militaire normalisé pour les unités opérationnelles et le soutien logistique. La valeur de celui-ci s'élève autour de 1,1 milliard.

 

Quant à Mercedes-Benz, elle fait équipe avec Armatec, de London, en Ontario, contre Oshkosh pour ce même contrat de 1500 véhicules de soutien.

 

Le gouvernement du Canada impose le critère des retombées industrielles et régionales dans le processus d'approvisionnement de la Défense nationale, ce qui explique le jeu des alliances entre donneurs d'ordres internationaux et sous-traitants locaux.

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2013 6 16 /11 /novembre /2013 13:56
Le Caire achètera des armes en Russie

 

MOSCOU, 15 novembre - RIA Novosti

 

Des négociations russo-égyptiennes ont eu lieu au Caire entre les ministres des Affaires étrangères et de la Défense des deux pays. Ce format était une première dans les relations bilatérales, écrit le vendredi 15 novembre le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

 

Il s'agit de la première visite du ministre russe de la Défense au Caire depuis 40 ans. Une attention particulière a été accordée aux exportations d'armes russes à l'Egypte. En effet, la Russie passe à l'offensive, profitant du retrait temporaire des Etats-Unis du marché de l'armement égyptien.

 

L'ensemble des contrats potentiels pourrait atteindre 4 milliards de dollars, selon certains experts. Toutefois Rouslan Poukhov, directeur du Centre d'analyse stratégique et technologique et membre de la délégation du ministère de la Défense qui a participé aux négociations en Egypte, a mentionné un montant plus modeste : "Il s'agira de plusieurs centaines de millions de dollars, voire d'un milliard".

 

Selon lui, l'Egypte est avant tout intéressée par l'achat de systèmes antiaériens et d'avions militaires : "Je pense qu'ils n'auront pas suffisamment d'argent pour les S-300, et nous en avons nous-mêmes besoin. Les Egyptiens ont déjà reçu les systèmes de courte et moyenne portée Tor-M2 et Buk-M2. Par le passé ils en achetaient à doses homéopathiques par manque de moyens, aujourd'hui ils peuvent en acheter un plus grand nombre. Bien sûr, nous voudrions vendre aux Egyptiens des chasseurs MiG-29. Ils seront également promus sur le marché égyptien".

 

Actuellement, 60% de la défense antiaérienne égyptienne est d'origine soviétique. Le parc aérien de la république arabe comporte notamment des MiG-21 mais ils sont obsolètes. D'après les experts, le Caire est également intéressé par les chasseurs Su-30, les avions d'entraînement et de combat Iak-130, les hélicoptères de transport militaires Mi-17 et les vedettes lance-missiles.

 

Les dépenses pour la défense pourraient, par ailleurs, être prises en charge par l'Arabie saoudite qui avait soutenu le renversement des Frères musulmans représentés par l'ex-président Mohamed Morsi. Selon certains analystes, Riyad pourrait régler la facture du Caire à la société russe Rosoboronexport. Et même si Riyad refusait de le faire, la Russie étudierait la possibilité d'accorder un crédit à l'Egypte.

 

La présence, au sein de la délégation du ministère de la Défense, de personnalités comme Andreï Boïtsov, directeur général adjoint du Service fédéral pour la coopération militaro-technique, et Ivan Gontcharenko, directeur général adjoint de Rosoboronexport, n’est pas anodine. Cela signifie qu'on parle actuellement de choses concrètes.

 

L'aspiration de l'Egypte à diversifier ses achats d'armements s'explique par les récents problèmes dans la coopération militaro-technique avec les USA. Washington a décidé de sanctionner les autorités militaires égyptiennes pour leur "antidémocratie" en renonçant à la livraison de pièces détachées et d'armements pour l'armée égyptienne, ainsi qu'en suspendant son aide annuelle de 1,5 milliard de dollars. Après cette annonce le ministre égyptien de la Défense al-Sissi avait dévoilé ses projets de trouver une alternative en Russie.

 

Le Caire ne souhaite certainement pas renoncer complètement aux armements américains mais voudrait montrer à Washington qu’il est capable de diversifier ses sources de livraisons. De plus, ces contrats permettraient de renforcer la légitimité des autorités militaires égyptiennes grâce à cette confiance accordée par la Russie.

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2013 6 16 /11 /novembre /2013 12:20
Salon AUSA 2013 - by SITTA

15/11/2013 SITTA

 

Le salon AUSA 2013 s’est tenu au Convention Center situé au cœur de Washington. La réduction des budgets alloués à l’industrie de défense s’est à nouveau fait sentir, notamment au travers de la diminution du nombre de matériels nouveaux exposés. Ce phénomène semble avoir touché plus particulièrement les engins blindés. Ce salon demeure malgré tout un évènement majeur en raison des innovations technologiques qui y sont présentées. Les drones terrestres (Unnammed Ground Vehicle) étaient notamment nombreux. La participation d’Israël, du Royaume-Uni, de la Norvège, de l’Allemagne, de la France, de l’Italie, de la Turquie, du Canada, de l’Australie, de la Corée du sud,  de la Pologne, de la république tchèque, etc. …. illustre la vitalité de ce salon d’armement et témoigne de sa notoriété.

 

Phantom Badger  (Boeing – Etats-Unis)

La firme Boeing présentait le Phantom Badger, véhicule 4x4 conçu pour les forces spéciales américaines pour un transport en soute dans le convertible V 22 Osprey.

 

Phantom Badger (Etats-Unis)

Cet engin est équipé d’un moteur turbo-diesel et d’un châssis tubulaire. Sa vitesse est de 125 km/h sur route et de 95 km/h en tout terrain et sa capacité d’emport est de 1587 kg. Il mesure 4,57 mètres de long, 1,52 mètre de large et 1,52 mètre de haut. Le Phantom Badger peut être aérotransporté par V 22 Osprey, Hercules C 130 ou CH 47.

 L’arrière du véhicule est modulable. L’engin peut être utilisé pour le transport de matériel ou équipé d’une arme collective. Dans cette dernière configuration, la superstructure tubulaire est surélevée et dotée d’une circulaire sur laquelle vient s’adapter une mitrailleuse de type M 2 HB ou lance grenades de type MK 19 Mod 3.

.

MADSS (Northtrop Grumman – Etats-Unis)

Le MADSS (Mobile Armed Dismount Support System) est également un UGV. Basé sur le CaMEL (Carry_all Mechanized Equipment Landrover), il est produit par Northrop Grumman.  Ce drone terrestre est équipé d’un moteur hybride diesel/électrique et d’un train de roulement à trois essieux. Sa vitesse est de 8 km/h et son autonomie d’une vingtaine d’heures. Il peut gravir une pente de 40 % et franchir un dévers de 30 %.

Il est particulièrement bien adapté aux missions répétitives de surveillance. Il peut aussi être utilisé pour des opérations aéromobiles (possibilité de le transporter sous élingue avec un UH 60 et en soute dans un CH 47 par exemple). Le MADSS était présenté armé du canon LW 30 mm M 230, de la firme américaine ATK.

MADSS (Etats-Unis)

.

 MUTT drone terrestre (General Dynamics-Etats-Unis)

L’Américain General Dynamics présentait le MUTT, nouvel UGV (Unmaned Ground Vehicle), de type « mule ».

Malgré un encombrement réduit, ce drone terrestre transporte 150 Kg d’équipement. Sa vitesse maximale est de 12 km/h et son autonomie de 16 heures. C’est un engin discret : sa signature acoustique est faible (60 dB à 7 mètres). Le MUTT peut être piloté à distance ou programmé pour suivre, de façon autonome, le groupe de combattants auquel il est attaché. Il peut également être dirigé par guidage GPS sur demande de l’utilisateur.

Quoi-qu’initialement conçu pour soulager le combattant du port de son équipement, le MUTT peut également être équipé d’un bloc de surveillance pour opérer des missions de contrôle de zones.

MUTT (États-Unis)

Specter TR Tri FOV (Elcan-Canada) 

Le canadien Elcan, qui développe régulièrement des optiques innovantes comme l’Elcan DR,présentait la lunette Specter TR Tri FOV. La particularité de cette optique réside dans la présence d’une molette, placée sur l’un des côtés de l’appareil, qui permet de sélectionner le grossissement de la lunette de visée : X 1 (très courte portée), X 3 (courte portée) et X 9 (moyenne portée).

Specter TR Tri FOV (Canada)

Le module optique mesure 264 mm de long pour un poids total de seulement 829 grammes. La lunette comprend un réticule et un point rouge pour une prise de visée plus rapide. Cette lunette peut être montée sur une large gamme d’armes comme le M16, le SA 80, le Steyr AUG, le HK 416, la M 249, la M240 ou le HK 417.

Specter TR Tri FOV (Canada)

.

DD M4 ISR 300 AAC (Daniel Defence-Etats-Unis) 

La firme américaine Daniel Défense présentait le fusil d’assaut DD M 4 ISR 300 AAC chambré pour la munition 300 AAC. Cette munition est développée par AAC. Ses performances, notamment en version subsonique, semblent faire l’unanimité autour d’elle et lui promettre un bel avenir commercial. Son niveau sonore (avec modérateur de son adapté)  correspond à celui d’un HK MP5 SD en 9 x 19 mm ! Avec une létalité et une portée toutefois très supérieure.

DD M4 ISR 300 AAC (Etats-Unis)

L’arme est équipée d’une crosse rétractable de type Magpul MOE ; la partie basse (Lower) est une version standard d’AR 15. L’emploi de la munition 300 AAC ne nécessite pas un puits de chargeur spécifique. Le système de visée est composé d’une lunette Aimpoint ML 3 montée sur rail picatinny et d’organes de visée mécanique de secours. Le fut de l’arme, MFR (Modular Floating Rail) est de type flottant avec de petits rails fixés à son extrémité pour le montage d’accessoires : lampe tactique, pointeur laser, dazzler, etc…

Le canon de 262 mm intègre un modérateur de son, l’ensemble mesurant alors 410 mm. L’arme pèse 3,44 Kg et mesure (crosse rétractée) 794 mm.

DD M4 ISR 300 AAC (Etats-Unis)

.

KMW IWS 35 (KMW-Allemagne) 

La KMW IWS 35 est une tourelle téléopérée compacte, armée de lance-grenades Wegmann de 40 mm et d’un canon BUSH III de calibre 35 mm, produit par ATK. Ce canon de 313 Kg tire des munitions Oerlinkon en semi-automatique, en automatique ou par rafales. Sa cadence de tir est de 200 coups par minute.

KMW IWS 35 (Allemagne)

La KMW IWS 35 est également armée de la mitrailleuse Bushmaster 0.50 de calibre 12,7 x 99 mm de la firme ATK. Cette mitrailleuse de 34,4 Kg, équipée  d’un limiteur de rafale, tire à une cadence de 400/500 coups par minute toute la gamme de munitions 12,7 x 99 mm, y compris les munitions SLAP (Saboted Light Armor Penetrator).

La mitrailleuse Bushmaster dispose d’un débattement en site qui lui permet de traiter des cibles élevées (notamment pour le combat urbain).

KMW IWS 35 (Allemagne)

.

Troy M7 A1 (Troy - États-Unis)

Le Troy m 7 A1  Personnal Defense Weapon   (PDW) est une arme produite par la firme Troy specialisé dans la production d'armes, mais aussi de pièces détachés ou de kit pour modernisé une arme. Le Troy M 7 A1 est une arme destinée a être utilisé pour les personnels ne nécessitant pas de fusil d'assaut standard comme les équipages de blindés ou d’hélicoptères, les personnels qui se trouvent en deuxième ligne ou l'encombrement réduit de l'arme offre un avantage indéniable.

Troy M 7 A1 (Etats-Unis)

Le Troy M 7 A1  dispose d’un canon court (7,5 "), terminé par un cache flamme permettant le montage rapide d'un modérateur de son. La crosse rétractable limite au maximum la longueur de l'arme. Le dessus de la boite de culasse est pourvu d’un rail de fixation de type picatinny pour le montage de systèmes de visée (Sur l'image l'arme est pourvu d'un système de visée mécanique rabattable). Le fut dispose d'un système de fixation pour rails picatinny. La version présenté est chambré pour la munition 5,56 x 45 mm, mais l'arme est aussi disponible en 6,8 Remington.Les organes de commandes sont de type ambidextre.

En raison de sa faible longueur l’arme et de sa puissance de feu, elle peut être utilisée par les gardes du corps.  

Troy M 7 A1 (Etats-Unis)

.

PROBOT drone terrestre (Roboteam-Israel)

Comme le MUTT, le PROBOT est un drone terrestre de type « mule ». Il est produit par l’Israélien Roboteam qui présentait, par ailleurs, de nombreux autres matériels. Sa vitesse est de 12 km/h et son autonomie varie entre 6 et 12 heures.  

Ses capacités d’emport sont importantes (275 Kg d’équipements) quoique ses dimensions soient relativement réduites (1066 mm x 762 mm x 432 mm). Le PROBOT est doté d’un équipement optronique permettant une vision de jour comme de nuit, sur 360°.

Ce drone peut transporter des blessés ou embarquer des capteurs de surveillance.

Probot (Israël)

.

TrackingPoint  XactSystem (Trackingpoint-Etats-Unis)

Le système TrackingPoint XactSystem a été développé par la firme américaine Trackingpoint.Il s’agit d’une conduite de tir pour fusil de tireur d’élite, à la fois simple et  précise.

TrackingPoint XactSystem (États-Unis)

Le TrackingPoint XactSystem comporte :

-       une optique à grossissement variable x 6 à x 35,

-       un télémètre laser,

-       un ordinateur balistique,

-       un enregistreur audio/vidéo,

-       un compas,

-       une liaison WI-FI,

-       une batterie,

-       capteurs vent et pression.

Cette conduite de tir permet d’atteindre une cible mobile à 10 km/h. Elle est montée sur le fusil Remington M 2010 adopté par l’armée américaine (voir photographie).

TrackingPoint XactSystem (États-Unis)

.

NG FCS (General Dynamics-Etats-Unis)

La NG FCS est une conduite de tir pour lance-grenades (de type Mk 19 Mod 3ou MK 47 Mod 0) auxquels elle accroit le niveau de précision et recuit la consommation en munitions. Elle permet également de tirer des munitions « airburst », conçues pour toucher des cibles protégées par un mur ou une tranchée.

NG FCS (États-Unis)

Elle est constituée :

-       d’un écran couleur,

-       d’un calculateur balistique,

-       d’un optique jour,

-       d’une caméra thermique,

-       d’un télémètre laser,

-       d’une batterie.

La NG FCS est équipée d’un calculateur balistique qui, prenant en compte la courbe balistique des grenades, les paramètres extérieurs (température de l’air, pression atmosphérique etc…), permet d’optimiser la visée.

NG FCS (États-Unis)

.

IMI M 339 (IMI-Israël)

La munition IMI M 339 est un obus pour char de combat de 120 mm, de type HE-MP-T (High Explosive-Multi Purpose-Tracer). Elle est compatible avec les canons OTAN, L 44 et L 55.

Cette munition est optimisée pour le combat urbain : elle permet de percer 200 mm de béton renforcé.Son emploi ne nécessite pas de modification en tourelle.

Elle dispose de 3 modes de fonctionnement :

-       - Super Quick.

-       - Delayed Impact.

-       - Airburst.

IMI M 339 (Israël)

MX-RSTA (L3 Electronics- Etats-Unis)

Le MX-RSTA est un bloc optronique monté sur véhicule de combat  ou sur mat hydraulique. Il est utilisé pour la surveillance de zones, l’acquisition de cibles, les missions de reconnaissance etc.… Il est conçu pour résister aux vibrations et aux chocs. Il est, par ailleurs, étanche. Il peut être couplé avec un GPS (Global Position System), un radar, un compas digital, un ordinateur de bord, un enregistreur de données, un système de cartographie.

MX-RSTA (États-Unis)

Le MX-RSTA comprend :

-       une caméra thermique fonctionnant sur la gamme de fréquence 3-5 µm ;

-       une caméra couleur bas niveau de lumière CMOS ;

-       une caméra couleur bas niveau de lumière EMCCD ;

-       une caméra couleur CMOS ;

-       un spotter couleur CMOS ;

-       un télémètre laser « eyesafe », classe 1 ;

-       un pointeur laser « eyesafe », classe 1 ;

-       un pointeur laser longue distance, classe 3b.

Le module optronique opère une rotation sur 360° avec un débattement en site de +85° et -35°.

MX-RSTA (États-Unis)

.

Polaris MRZR 4 (Polaris-Etats-Unis)

L’Américain Polaris, spécialisé dans les ATV (All Terrain Vehicle), présentait le MRZR 4. Ce véhicule a été récemment adopté par l’USSOCOM car l’ensemble est facilement aérotransportable dans la soute d’un V 22 Osprey.

Doté d’un moteur de 88 CV et d’un châssis tubulaire, le MRZR 4 se déplace à une vitesse de 60 km/h. Sa capacité d’emport, de 680 kg, est portée à 1180 kg grâce à sa remorque à un essieu. Le MRZR 4 peut transporter 4 personnes (6 personnes avec des sièges arrière additionnels) dont le pilote et le chef de bord. Ses dimensions sont de 3,59 mètres de longueur, 1,52 mètre de largeur et 1,87 mètre de hauteur. 

Polaris MZRZ 4 (États-Unis)

L’engin peut être doté de supports latéraux sur les quels viennent se fixer des armes collectives de type M 240 ou M 249.

La firme Polaris présentait un pneu de nouvelle génération, le TerrainArmor, reconnaissable à ses alvéoles en matière synthétique couvrant la partie située entre la bande roulante et la jante. Ce type de pneus peut être percé sans pour autant immobiliser le véhicule.

TerrainArmor (États-Unis)

.

RPS 10 radar de détection pour protection active (RADA-Israel)

L’Israélien RADA présentait plusieurs systèmes de détection radar, parmi lesquels figurait le RPS 10, qui été conçu pour détecter et neutraliser la menace antichars.

Son intégration sur les engins blindés, s’opère sans difficulté particulière (notamment sur les engins équipés de « black box »). Selon la configuration de la tourelle, l’engin est équipé de 3 ou 4 RPS 10 couplés avec deux systèmes « Iron Fist ». Ces derniers détruisent les munitions en vol (roquette RPG ou missile). Le RPS 10 fonctionne sur la bande C, dans des conditions climatiques extrêmes (de -20°C à +65°C). Son encombrement est relativement faible (474x270x163 mm) et son poids de seulement 18 Kg.

RPS 10 (Israël)

.

JTAC LTD (Elbit System-Israel)

La firme Elbit Systems présentait le JTAC LTD, module optronique destiné à assurer la surveillance et la désignation d’objectifs. Ce système équipe l’armée américaine sous l’appellation AN/PEQ 19.

Ce module est léger (1,77 Kg) et peu encombrement (165 x 178 x 76 mm). Il dispose d’une voie jour X 5,5, d’un laser qui permet le marquage de cible (1064 nm) et d’un pointeur laser IR d’une puissance d’un watt. Il est doté d’une batterie autonome (B 5590 ou BB 2590), mais peut également se raccorder à une alimentation extérieure. Le système peut être utilisé à la main ou sur trépied pour des opérations de longues durées. Le rail picatinny monté sur le dessus de la carcasse permet le montage d’une lunette de vision nocturne à intensification de lumière ou thermique.

JTAC-LTD (Israël)

.

Detect (IEC- Etats-Unis)

La firme américaine IEC proposait un système complet de détection d’optique pointée (paire de jumelle, lunette de visée, etc...). Ce système détecte, sur 360°, la présence d’un tireur d’élite ou d’un observateur avancé dont il détermine instantanément la position exacte. Son bloc optronique permet d’identifier la nature de la menace afin de fournir une réponse adapté. Ce système peut être couplé avec une tourelle téléopérée. Du fait de son poids limité, il est possible de l’installer facilement sur un mat hydraulique sur un véhicule 4x4.

Detect (États-Unis)

Le système Detect peut être utilisé pour surveiller des zones civiles « sensibles » (centrales nucléaires, usines pétrochimiques, bâtiments officiels, etc.…) mais également des camps militaires, des bases maritimes, des zones frontalières, etc…

Detect (États-Unis)

.

ROSS (Seraphim Optronics Ltd - Israël)

La firme Seraphim  Optronics Ltd qui nous avait présenté le MUGI l'année dernière, présentait le capteur de surveillance ROSS.

Compact (10.2 x 6.5) et léger (4,53 Kg), ce système fonctionne de jour comme de nuit et balaye un champ de vision de 90°x 27°.

Ross (Israël)

La camera CCD, avec un grossissement X 12, permet d’identifier une présence humaine à 2200 mètres. Cette distance est ramenée à 1600 mètres avec une caméra thermique.

Le système ROSS est un système durci fonctionnant quelles que soient les conditions climatiques. Il est étanche et discret. Une alarme se déclenche dès qu’une cible potentielle est détectée dans son secteur de surveillance. Le ROSS peut être couplé avec d’autres capteurs (radar, sismique, acoustique). L’autonomie du système est de 58 heures.

Ross (Israël)

.

Skystar 300 (RT Aérostat – Israël)

RT Aérostat est spécialisée dans la production d’aérostats. Utilisés comme moyens de surveillance, leur coût de fonctionnement est inférieur à celui des drones bien que leurs missions soient globalement comparables. Ces aérostats ont été employés par l’armée israélienne en Afghanistan pour assurer la surveillance des camps. Ils sont également utilisés au Mexique, au Canada, en Afrique et en Russie.

Parmi les modèles présentés, figurait le Skystar 300 qui peut être utilisé :

-       à la reconnaissance et à l’acquisition de cibles ;

-       à la surveillance de zones ;

-       à la protection d’autorités ;

-       aux opérations de sauvetage ;

-       à la surveillance de manifestations ;

-       à la surveillance d’axes de circulation.

Le Skystar 300, permet la surveillance de jour comme de nuit à une altitude d’environ 330 mètres. La charge utile est de 35 kilogrammes. Il peut être équipé de systèmes de visée optique, de GPS, de senseurs, etc… Sa mise en œuvre et son utilisation ne présentent pas de difficultés particulières.

D’autres modèles plus légers peuvent être montés sur remorque ou sur véhicule.

Skystar 300 (Israël)

.

Module Laser Devices DBAL PL

Le module DBAL PLdont nous avions pu voir le prototype au salon Shotshow 2013. Il nous a était possible de voir la version de serie. Ce module est impressionnant par sa compacité et son faible poids, tout en étant capable d'avoir de nombreuses fonctions.

DBAL PL (Etats-Unis)

Il est destiné à être monté sous arme de poing ou sur pistolet mitrailleur à l’aide d’un rail Picatinny. Le module dispose d’un pointeur laser en mode IR, d’un pointeur laser en mode visible, d’un illuminateur en mode IR et d’une lampe tactique pouvant fonctionner en même temps.

DBAL PL (Etats-Unis)

.

Shrike VTOL (AV aerovironment-USA)

Le Shrike VTOL est un drone volant (Unmanned Aircraft Systems) de type quadri-rotor, doté d’équipements optiques, pesant environ 2,7 Kg. Son alimentation est assurée par une batterie cylindrique placée dans la carcasse centrale de l’UAS, ce qui lui confère une autonomie de 40 minutes. Sa portée est d’au maximum 5 kilomètres et son altitude de travail d’environ 150 mètres. C’est un engin discret et peu bruyant, dont le principal intérêt réside dans son décollage et atterrissage vertical.

Shrike VTOL (Etats-Unis)

.

Kit de modification UTM pour M 249 (UTM-Etats-Unis)

La firme UTMest le gagnant du contrat CCMCK (Close Combat Mission Capacité Kit) de l’armée américaine pour la formation aux M16 et M 4 ainsi que la mitrailleuse M 249.

La firme UTM propose différents kit de modification pour permettre à des armes de pouvoir tirer des munitions de type marquante. Sur le stand UTM était présenté le kit pour modifier la mitrailleuse M 249 (version américaine de la Minimi).

Le kit comprend une culasse spécifique, un transporteur spécifique, des munitions marquantes MMR (Man Marking Round) sur bandes emmaillonées. La composition marquante est non toxique et une durée de vie de 5 à 7 ans. La portée pratique est de 50mètres, l’arme fonctionne en automatique comme avec des munitions standard.

Kit et munitions UTM (Etats-Unis)

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2013 6 16 /11 /novembre /2013 08:20
Scott Webster nommé CEO de MBDA Incorporated

 

15.11.2013 Mariama Diallo - journal-aviation.com

 

Scott Webster a été nommé CEO (chief executive officer) de MBDA Incorporated, la filiale américaine du missilier européen MBDA. Succédant à Jerry Agee, il prend également les rênes du conseil d’administration de la société.

 

Scott Webster siégeait au conseil d’administration de MBDA Incorporated depuis 2009.

 

Il est le cofondateur d’Orbital Sciences Corporation, un des principaux fabricants américains de systèmes spatiaux.

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 17:40
TOR M2E firing a 9M331 interceptor. The missile is capable of defeating aerodynamically maneuvering targets at ranges of seven to 10 km.

TOR M2E firing a 9M331 interceptor. The missile is capable of defeating aerodynamically maneuvering targets at ranges of seven to 10 km.

 

November 14, 2013 by Tamir Eshel - defense-update.com

 

Russia’s Almaz-Antey defense corporation has developed an advanced version of the Tor-M2 air defense system (NATO reporting name SA-15 Gauntlet), utilizing a new interceptor missile that has improved performance, doubled the ammunition capacity and enabled firing on the move capability. According to Sergei Druzin, head of research and development at Almaz-Antey, the enhanced version represents a “unique air defense system in its class with an astounding precision and range.”

 

The Tor system is a low- to medium-altitude, short-range surface-to-air missile system designed for intercepting aircraft, cruise missiles, precision-guided munitions, unmanned aerial vehicles and ballistic targets.

 

Tor-M1K and Tor-M2U variants, armed with 9M331 missiles, are currently in service with the Russian army. The new system, equipped with new 9M338 missiles, was successfully tested at the end of October 2013. “We carried out five launches targeting highly maneuverable drones. Three of the targets were hit head-on, while the other two were destroyed by shrapnel from exploding warheads. It is an excellent result, astounding precision,” Druzin said.

 

In addition, the smaller size of the 9M338 compared with its predecessor has allowed the carrying capacity of the launcher to be doubled, from eight to 16 missiles. The official said the improved Tor-M2 systems and 9M338 missiles have been approved by a state commission for mass production. “We can now start producing these missiles in quantities that would meet the demand of the Russian army,” Druzin said. The Tor M2E missile system has also been exported to Azerbaijan, Belarus, Ukraine, China, Venezuela and Iran. Earlier versions (M1) were also exported to Greece, Cyprus and Egypt.

 

According to Druzin, the next step in the improvement of the system would be for launching missiles at acquired targets while on the move. “The [mobile] launcher currently stops for two or three seconds to launch a missile, but it could be done on a move, without stopping,” Druzin said.

 

The export version known as TOR M2E is also armed with the 9M331 interceptor, is designed as a short range air defense system, capable of intercepting air breathing and maneuvering targets at ranges of 1-12 km and altitudes from ground level (10 meters) to 10 km. Cruise missiles and drones could be killed at ranges of 1.5 km to 7 km maximum with precision guided weapons intercepted at a minimum distance of 50 meters and maximum range of six kilometers. Maximum target speed is 700 m/sec (2,520 km/h). A Tor M2E can engage four targets simultaneously, having up to eight missiles airborne. (four actively guided).

 

The export variants are also expected to be offered with the new interceptor.

The improved TOR M2 is claimed to offer ‘firing on the move’, enabling the unit to launch its missiles instantly upon stopping. Existing TOR M2K systems require about three minute set-up time.

The improved TOR M2 is claimed to offer ‘firing on the move’, enabling the unit to launch its missiles instantly upon stopping. Existing TOR M2K systems require about three minute set-up time.

9M331 missiles are loaded in two stacks of four missiles each.

9M331 missiles are loaded in two stacks of four missiles each.

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 12:40
Su-27 photo RIA Novosti. Pavel Lisicin

Su-27 photo RIA Novosti. Pavel Lisicin

 

MINSK, 14 novembre - RIA Novosti

 

Les Forces armées biélorusses ont renoncé à l'exploitation des chasseurs Sukhoi Su-27, a annoncé jeudi à Minsk le commandant de l'Armée de l'air et des Troupes de défense antiaérienne de Biélorussie Oleg Dvigalev.

 

"L'exploitation de l'avion Su-27 est trop onéreuse, il consomme beaucoup de combustible. Son utilisation est peu pratique pour la Biélorusse dont le territoire n'est pas trop grand. Quand nos chasseurs Su-27 déployés à base de Baranovitchi réalisaient une mission d'entraînement, ils étaient obligés de rester en l'air pendant 90 minutes après la fin de leur mission pour brûler le combustible. Cela signifiait brûler de 2 à 3 tonnes de kérosène d'avion en vain. C'est du gaspillage. Nous avons renoncé à l'exploitation de cet avion", a indiqué le général Dvigalev lors d'une conférence de presse.

 

Pour l'armée russe, le Su-27 est son chasseur principal, parce que le territoire de la Russie est beaucoup plus vaste, selon lui. "Ils parcourent des milliers de kilomètres pendant leurs vols", a expliqué le général.

 

La Biélorussie compte équiper son aviation de combat en chasseurs MiG-35 ou Su-30. En 2015, l'armée biélorusse achètera en outre des avions-écoles Iak-130 pour former le personnel volant et terrestre.

La Biélorussie renonce aux chasseurs Su-27
Partager cet article
Repost0
15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 12:30
Le salon Dubai Airshow 2013 réunira 23 sociétés russes

MiG-29 photo RIA Novosti. Michail Sirica

 

MOSCOU, 13 novembre - RIA Novosti

 

Vingt-trois sociétés russes, dont les groupes aéronautiques Oboronprom, Sukhoï et MiG prendront part au salon aérospatial Dubai Airshow 2013 qui se déroulera du 17 au 23 novembre dans cette ville émiratie, a annoncé mercredi le Service fédéral russe de coopération militaro-technique dans un communiqué.

 

"Le salon réunira 23 entreprises russes dont six acteurs de la coopération technico-militaire: le groupe public Rostekhologuii, l'exportateur d'armes Rosoboronexport, les holdings aéronautiques Oboronprom, Sukhoï et RSK MiG, ainsi que le constructeur de turbines à gaz Saliout", lit-on dans le communiqué.

 

Une des plus grandes expositions aérospatiales du monde, Dubai Airshow se déroule tous les deux ans depuis 1989 sous le patronage du gouvernement dubaïote et du ministère émirati de la défense.

 

La délégation russe sera conduite par le directeur adjoint du Service russe de coopération militaro-technique Viatcheslav Dzirkaln.

 

"La surface d'exposition atteindra 325.000 mètres carrés. 883 compagnies de 47 pays ont déjà confirmé leur intention de participer au salon. Les stands les plus importants seront présentés par les Etats-Unis, les Emirats arabes unis, la France, l'Allemagne, la Grande-Bretagne et la Russie", a précisé le communiqué du Service de coopération militaro-technique.

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 12:30
Au forum OTAN-industrie à Istanbul, l'industrie de défense et les Alliés vivement incités à coopérer plus étroitement

14 Nov. 2013 NATO

 

Au forum-OTAN industrie tenu cette année à Istanbul (Turquie), le secrétaire général délégué de l'OTAN, l'ambassadeur Alexander Vershbow, a appelé ce jeudi (14 novembre 2013), des hauts représentants de l'industrie de défense et des pays de l'Alliance à resserrer leurs liens. « Nous sommes confrontés à des défis de sécurité mondiaux de plus en plus complexes et à une compression des budgets de défense dans nombre de nos pays. La combinaison de ces deux facteurs signifie que, de nos jours, une sécurité efficace passe par une intensification de la coopération multinationale », a déclaré l'ambassadeur Vershbow.

 

Cette année, le forum est axé sur la nécessité d'un dialogue plus étroit entre l'OTAN et l'industrie pour qu'en ces temps de contraintes budgétaires, l'Alliance rentabilise au mieux l'argent investi.  Le secrétaire général délégué a indiqué que l'OTAN souhaitait vivement « promouvoir un nouveau niveau de coopération » entre les Alliés et l'industrie. « Ce forum va nous aider à voir comment fournir au mieux les capacités dont nous avons besoin afin que l'Alliance puisse continuer à assurer notre sécurité pour longtemps encore, » a-t-il ajouté.

 

M. Vershbow et M. Murad Bayar, sous-secrétaire au ministère turc de la Défense, ont ouvert la séance plénière du forum, à laquelle a également été diffusé un message vidéo du secrétaire général de l'OTAN, Anders Fogh Rasmussen. Le secrétaire général a insisté sur le fait qu'une défense efficace exige des capacités efficaces. « Pour disposer de capacités efficaces, il est aussi très important d'avoir une industrie de défense efficace » a-t-il dit. Il a appelé les participants au forum à faire des propositions concrètes pour contribuer à la préparation du sommet que l'OTAN tiendra l'an prochain au Royaume-Uni et qui visera principalement à s'assurer que l'Alliance dispose de la gamme de capacités voulue pour faire face aux défis de sécurité du futur.

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 11:55
Programmation militaire : les industriels nerveux

 

15/11 Alain Ruello, Les Echos

 

Le report en 2014 de 500 millions de crédits sous forme de recettes exceptionnelles ne rassure pas.

 

Déjà très dubitatifs sur la bonne exécution de la loi de programmation militaire 2014-2019, les industriels de l'armement n'ont pas trouvé de quoi se rassurer avec les derniers arbitrages budgétaires du gouvernement. A l'issue d'un bras de fer avec Bercy tranché par François Hollande, la Défense a obtenu de pouvoir compenser, l'année prochaine, une grande partie des crédits d'équipements annulés cette année. Précisément, sur les 650 millions perdus, 500 pourront être récupérés.

 

En apparence, le compromis est acceptable. Seul problème, ces 500 millions sont censés provenir de ressources exceptionnelles, les fameuses Rex, c'est-à-dire de ventes de bijoux de famille, par nature incertaines. Or, le budget 2014 a déjà prévu pour 1,7 milliard de Rex ce qui porte le total à trouver l'année prochaine à 2,2 milliards !

 

Pour Christian Mons, le président du Conseil des industries de défense françaises (Cidef), la question est toujours la même : cet argent sera-t-il au rendez-vous ? « La LPM repose sur quatre paris : recettes exceptionnelles, exportation du Rafale, opérations extérieures et inflation », rappelle-t-il. En rajoutant 500 millions de Rex supplémentaires, on ne fait qu'augmenter le pari. Un responsable de grand groupe déplore la situation : « Il aurait mieux fallu annuler 500 millions il y a six mois. Cela aurait été un bain de sang, mais au moins on se serait préparé. Là, on risque d'avoir le bain de sang, mais en catimini. » La LPM est mort-née, estime-t-il.

 

Clause de sauvegarde

 

Une clause de sauvegarde a bien été incluse dans la LPM qui prévoit que des crédits budgétaires prendront le relais des Rex si celles-ci manquent à l'appel. Mais là encore, où trouver ces crédits ? Et puis, le scénario de 2013 risque fort de se rejouer en 2014 : le coût des Opex (opérations extérieures comme le Mali) peut très bien dépasser les 450 millions prévus, et le gouvernement devra forcément faire face à des dépenses inattendues. Il faudra alors trouver autant d'économies ailleurs. Nul doute que les militaires seront en première ligne...

 

On n'en est pas encore là. Misant sur ces 500 millions, la Défense peut espérer contenir son report de charges - c'est-à-dire le trou de trésorerie pour régler les factures d'équipements - à hauteur de 2 milliards (3 milliards pour l'ensemble du ministère). Un seuil très élevé, mais gérable. Au-delà, ce serait la spirale infernale : sauf à ne plus rien dépenser, la dette de la grande muette vis-à-vis de ses fournisseurs irait en s'emballant.

 

A ce stade, aucun programme d'armement en cours n'est donc remis en cause, et la DGA n'a pas décalé ceux qu'elles a prévu de lancer l'année prochaine - drones, avions ravitailleurs ou encore satellites de renseignement.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories