Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 juin 2013 6 15 /06 /juin /2013 16:20
Stryker photo US Army

Stryker photo US Army

Jun 14, 2013 ASDNews Source : Raytheon Corporation

 

    US Army could use existing vehicular radios to fill need for tactical wireless Internet

 

Raytheon Company's (NYSE: RTN) jam-resistant, battlefield radio recently transmitted data securely over the air to more than 30 Stryker combat vehicles, proving that it could meet the U.S. Army's need for a tactical wireless Internet via a vehicle-mounted mobile radio system.

 

The EXF1915, an upgraded version of Enhanced Position Location Reporting System (EPLRS) radios, completed several months of continual, sustained secure data transmissions for the combat vehicles of the 4th Brigade 2nd Infantry Division Stryker Brigade Combat Team, or 4/2 SBCT. Soldiers were able to send and receive e-mail and chat messages and access the brigade's intranet-like Web portal, marking the first time 4/2 SBCT was able to tap into a secure wireless network.

 

EPLRS joined combat operations in Afghanistan following tests at Fort Irwin, Calif.

 

"The EPLRS Enhanced Services extended secure voice, data, and e-mail services to the Stryker vehicles of platoon through brigade-level leaders during combat operations forward of tactical bases," said Col. Michael Getchell, commander of 4/2 SBCT. "Prior to the installation of the EPLRS ES network, this level of upper TI (Tactical Internet) communications were limited to fixed tactical operations centers using the pre-existing infrastructure on FOBs (Forward Operating Bases) and COPs (Combat Outposts) in the Panjwa'I District of Kandahar, Afghanistan."

 

Over 28,000 EPLRS radios have been purchased to provide "on the move" networking capabilities. These radios, already deployed in significant numbers aboard U.S. Army vehicles, can be upgraded at a fraction of the cost of a new radio system to support the lower-tier network requirements.

 

When connected to the Army's middle- and upper-tier networks, the EXF1915, also known as the RT-1915, provides high-speed IP network services for an entire brigade of Stryker and other combat vehicles. These capabilities provide more choices and greater purchasing flexibility as the service seeks a lower-tier networking radio system.

 

"EPLRS has served the Army well over the years, and now it can be converted to the new EXF1915 to help the service quickly and inexpensively network a fleet of combat vehicles," said Scott Whatmough, vice president of Integrated Communication Systems for Raytheon's Space and Airborne Systems business. "We've continually improved our radio technology and matured it to the point where we can offer a lower cost alternative for the thousands of already-equipped Army vehicles."

 

Building upon the EXF1915 serving the lower tier, the MR-150, using the higher-bandwidth Next Generation Mobile Ad Hoc Network Waveform (NMW), could provide the Army with additional flexibility for its mid-tier networking requirements. The NMW network has undergone stringent testing at two Network Integration Evaluation exercises, has been deployed in theater, and has proven to be the highest-performing mid-tier technology.

 

The combination of the EXF-1915 and the MR-150 fills the data networking void with a low-cost, ready today, proven solution.

Partager cet article
Repost0
15 juin 2013 6 15 /06 /juin /2013 16:20
photo navair.navy.mil

photo navair.navy.mil

Jun 14, 2013 ASDNews Source : Raytheon

 

    New capabilities reduce radio emissions and improve performance

 

Raytheon Company (NYSE: RTN), under a contract modification from the U.S. Army, is adding new capabilities to the Identification Friend or Foe interrogator to reduce Radio Frequency (RF) emissions and enhance target identification for the warfighter.

 

"We understood that the warfighter needed an improved identification capability, so Raytheon is both increasing the capability of the interrogator system and reducing RF emissions," said Glen Bassett, director of Advanced Communication and Countermeasures for Raytheon's Space and Airborne Systems business.

 

The addition of Mode S, awarded to Raytheon in September 2012, will allow the warfighter to query targets individually and has the ability to track and identify targets passively rather than filling the airspace with RF.

 

The U.S. Army requires the use of Mode S interrogations to maintain the ability to distinguish the intent and identify civil targets that operate in the airspace to avoid fratricide. This modification will reduce the impact of military operations on civil air traffic control in the National Airspace.

 

The new Mode S and passive receive capability will be initially integrated on the Air Traffic, Navigation, Integration, and Coordination System's (ATNAVICS) host platform, and has applications for other air defense systems.

Partager cet article
Repost0
15 juin 2013 6 15 /06 /juin /2013 10:39
photo Nexter

photo Nexter

June 15, 2013: Strategy Page

 

Nexter Systems that builds the French Caesar truck mounted 155mm artillery system is developing, at its own expense, a more heavily armored cab for the vehicle. Although a Caesar vehicle has not get come under fire (in Afghanistan and Mali) troops have reported some close calls and that means there might be an urgent demand for such a heavily protected cab if some troops are wounded by enemy fire while riding in the current cab. The new cab increases the weight of Caesar 400 kg (880 pounds) and ups the price 4-5 percent. The additional armor also protects against many roadside bombs, anti-vehicle mines and 155mm shells landing as close as five meters (16 feet) away. The new armor can be added to current Caesars.  Caesar is getting quite a workout in Mali, supplying most of the artillery support for French forces and African peacekeepers. Four Caesar vehicles were flown to Mali last January.

 

Last year France placed a multi-year contract for Caesar ammunition. At that time Caesar was only serving in Afghanistan. The new ammo contract ensured that reserve stocks of 155mm ammo will be quickly replenished if there is a sudden surge in ammo consumption in the future, as it is currently in Mali. This recognizes that Caesar has become a key 155mm artillery system in the French army. Not bad for a weapon the army generals were not interested in at first.

 

Thirteen years ago the French Army agreed to buy a single battery of the novel new Caesar vehicles. Developed by GIAT (now Nexter) as a private venture in the 1990s, Caesar is a 155mm howitzer mounted on the back of a heavy truck. Before being fired the gun is backed off the rear of the truck onto the ground. This takes less than a minute. It was a marvelous system but Caesar was having a difficult time attracting export customers. It was believed that having even one battery in service with the French Army would help attract export sales. Once they got to use it the French army liked Caesar so much that they eventually bought 72 of them and plan to eventually have 141 of them. Caesar has become the primary artillery weapon for the French army. This led to export sales to Thailand, Saudi Arabia, and Indonesia. Caesar vehicles cost about $5.5 million each.

 

Caesar uses a 52 caliber 155mm howitzer mounted on the back of a 6x6 ten ton truck. While it is self-propelled it currently only has light armor in the driver/crew cab up front. Caesar (gun and truck) only weighs 18 tons and will fit into a C-130 transport, something that traditional tracked self-propelled artillery cannot do. Caesar's long barrel enables it to fire shells up to 42 kilometers. With on-board GPS it can be ready to fire in minutes. The truck carries the crew of six in an air-conditioned compartment. A 12.7mm machine-gun can be mounted, in a ring turret, on top of the cab.

 

Four years ago France sent eight of its Caesar howitzers to Afghanistan. The roads in Afghanistan are pretty bad and wheeled combat vehicles have a hard time of it. But Caesar was built to handle cross country operations. Afghanistan was the first time Caesar has served in combat. Two years ago Thailand used its Caesars against Cambodian rocket launchers and claimed to have destroyed two of them.

photo US Army

photo US Army

Caesar is no longer unique, it now has competition. Sweden and Norway have each bought 24 Archer truck mounted artillery systems. Both nations funded a $150 million, 14 year, development effort to create Archer. Archer is an FH77 155mm/L52 howitzer mounted on a modified Volvo 6x6 dump truck. The vehicle, with the howitzer on board, weighs 30 tons. L52 means the barrel is 52 times the caliber (8 meters/25 feet). The crew compartment is armored and has chemical warfare protection. The truck is articulated, making it easier for such a heavy vehicle to move cross country. The gun has an auto-loader, which is why it has such a small crew (four men). Archer also has a remote controlled gun turret (for a machine-gun) on the top of the cab.

 

When the vehicle halts the four man crew can extend the metal braces in the rear, raise the barrel, and begin firing within minutes. After firing the vehicle can be moving in less than a minute. Archer uses the Excalibur GPS guided round, which means Archer and an ammo vehicle can supply lots of effective firepower without the need for constant resupply.

Partager cet article
Repost0
14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 16:55
"Thales est en ordre de marche" (Jean-Bernard Lévy, PDG de Thales)

14/06/2013 Propos recueillis par Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

A la tête de Thales depuis près de six mois, Jean-Bernard Lévy a rapidement refermé la parenthèse du malaise, qui affectait la vie du groupe. Tout en poursuivant l'optimisation de l'entreprise, le PDG fixe également un ambitieux objectif de croissance, qui passe notamment par la conquête de contrats dans les pays émergents et la multiplication des implantations et des partenariats locaux. Quand Thales redevient multidomestique...

 

Vous êtes à la tête de Thales depuis maintenant près de six mois. Avez-vous terminé votre première phase de reconstruction avec la constitution de votre équipe et la mise en place de votre organisation ?

A mon arrivée, je me suis attaché à la réalisation de deux objectifs immédiats : rétablir le dialogue social et mettre en place une nouvelle organisation une équipe. Ces objectifs ont été atteints. Sur le plan social, le contact avec les organisations syndicales a été très rapidement renoué dans la confiance et le respect mutuel. Nous avons d'ailleurs signé fin avril deux accords - un sur le télétravail, l'autre sur la gestion anticipée de l'emploi - avec les quatre organisations syndicales représentatives de Thales. Il y a eu unanimité.

 

Mission accomplie également en matière d'organisation ?

J'ai annoncé dès le début du mois de février la constitution d'un nouveau comité exécutif, qui est maintenant au complet. Il rassemble douze personnes, dont dix étaient déjà chez Thales à mon arrivée. Il y a deux nouveaux venus : le secrétaire général Philippe Logak, et le directeur général des ressources humaines, David Tournadre. En matière d'organisation, j'ai modifié assez profondément la précédente. Pourquoi ? La situation n'était pas satisfaisant avec une fracture génératrice de divisions entre les responsables des produits et les responsables des clients. La nouvelle organisation rétablit une solidarité dans la responsabilité du produit vers le client.. Deuxième changement : structurer notre organisation à l'international en fonction des enjeux commerciaux de Thales dans les différents pays. Cette spécialisation de l'organisation en fonction des potentiels de croissance a été annoncée en février et mise en place le 1er avril.

 

Peut-on aujourd'hui dire que Thales est un groupe apaisé ?

La parenthèse du malaise est désormais refermée. Thales est en ordre de marche et nous nous concentrons sur notre développement.

 

Vous avez annoncé en début d'année un plan stratégique pour cet été. Comment allez-vous procéder pour trouver l'équilibre entre une amélioration de la rentabilité du groupe et son développement, qui impose des investissements ?

Je crois qu'il ne faut pas opposer mais concilier croissance et rentabilité. La croissance est l'un des deux grands moteurs de la rentabilité, l'autre étant la productivité. Thales s'est jusqu'ici beaucoup concentré sur sa productivité et a donc réalisé des progrès, qui se sont traduits par une amélioration des résultats en 2011, puis en 2012. Ils devraient encore s'améliorer en 2013. Une amélioration réalisée par des économies mais avec un chiffre d'affaires qui stagne. Il y a des limites à la rentabilité lorsqu'il n'y a pas de croissance. Ce qui est notre cas. De plus, nous devons rendre une partie de ces gains de productivité à nos clients parce que Thales est dans un monde très concurrentiel. C'est pour cela qu'il faut un relais pour les profits à venir : la croissance. Tout comme pour les efforts de productivité, Thales doit avoir la même énergie pour retrouver le chemin de la croissance. C'est le nouveau souffle dont nous avons besoin.

 

Quand comptez-vous tirer les fruits de cette nouvelle organisation ?

Ces efforts peuvent prendre un peu de temps avant de porter leurs fruits. Thales est dans une industrie de projets à cycle long. Dès à présent, nous recherchons toutes les opportunités de croissance. Notre effort pour aller chercher la croissance - je ne parle que de croissance organique - devra s'orienter vers les pays émergents. Il n'y a pas d'avenir pour Thales si nous n'arrivons pas à faire croître d'abord nos prises de commandes, et notre chiffre d'affaires dans les pays dont les économies sont elles-mêmes en croissance.

 

Les pays émergents sont-ils la nouvelle martingale de Thales ?

Ces dernières années, le chiffre d'affaires réalisé dans les pays émergents tourne autour de20 % à 22 %. Nous pouvons faire mieux. Comment? En allant au-delà du modèle traditionnel de l'exportation. Thales devra investir dans des implantations et nouer des partenariats, pour travailler, s'implanter dans et tisser des liens de confiance avec les clients, dans la durée. C'est l'un des objectifs de l'organisation qu'anime Pascale Sourisse, la directrice générale en charge de l'international.

 

Le Moyen Orient était une région où Thales détenait de positions fortes. Ce qui n'est plus le cas aujourd'hui alors que le groupe a actuellement des campagnes cruciales. Qu'est-ce qui s'est passé ?

Thales a eu, par le passé, des positions commerciales fortes au Moyen-Orient qui se sont érodées. Notamment par manque d'implantation durable. De toute évidence, le Moyen-Orient est aujourd'hui une région à reconquérir pour Thales. Il faut effectuer un travail de fond à tous les niveaux : politique, commercial, partenarial et technique. Et quand je vois les succès d'Airbus au Moyen-Orient, je suis optimiste.

 

Quels sont les objectifs chiffrés de votre stratégie dans les pays émergents ?

Nous allons travailler sur des perspectives ambitieuses. Notamment parce que nous souhaitons aussi miser sur les activités civiles, qui est le second moteur de la croissance du Groupe. Assez vite, nous devrions voir nos activités civiles équilibrer, voire dépasser les activités militaires.

 

C'est une révolution chez Thales... Ce renversement est-il dû à la baisse des budgets militaires dans les pays occidentaux ?

Nous allons subir dans le domaine de la défense la baisse des budgets militaires dans les pays occidentaux. Mais nous avons des atouts pour résister. Nous sommes un systémier, un intégrateur de technologies dans les domaines électroniques, des systèmes d'armes, des systèmes de commandement, où il y a un renouvellement plus rapide des produits que dans les plateformes. Quoi qu'il en soit, nous nous devons d'être plus présents sur les marchés de défense en croissance. Nous avons identifié une quinzaine de pays dans le monde, qui ont à la fois une croissance économique et la volonté d'avoir une armée bien équipée.

 

Avec la publication du Livre blanc, êtes-vous rassuré sur le maintien de toutes les filières industrielles existantes en France ?

Nous nous interrogeons sur la compatibilité entre les engagements qui seront inscrit dans la Loi de programmation militaire (LPM) et le maintien de toutes les filières au sein de l'industrie de défense et de sécurité française. Nous cherchons à obtenir toutes les garanties sur un maintien des capacités technologiques existantes. Nous avons été rassurés par la volonté exprimée par le président de la République et les chiffres qu'il a annoncés. Mais bien sûr, nous restons dans l'attente de la programmation détaillée.

 

On évoque beaucoup une nouvelle phase de consolidation en Europe. Préparez-vous Thales à ce mouvement ?

Les restructurations de périmètre ne sont pas au cœur de la démarche stratégique de Thales. Le groupe a les moyens de son développement sans croissance externe. Mais si un jour, une initiative remplissait les conditions suffisantes en matières de cohérence stratégique, de prix, de compétitivité des filières concernées, elle serait bien entendu mise à l'ordre du jour.

 

Mais une opération du type EADS/BAE Systems pourrait-il mettre Thales en danger ?

Il faut être prêt à tous les scénarios possibles. Dans le cas que vous citez, EADS comme BAE Systems sont pour nous de grands partenaires et de grands clients dans plusieurs domaines d'activités. Je crois qu'en toutes circonstances, c'est la qualité et la compétitivité de nos produits, qui nous permettra de maintenir ces partenariats.

 

Donc Thales n'est en rien concerné par un mouvement de consolidation.

Dans de très nombreux domaines, Thales agit déjà dans une filière qui a été largement concentrée, et souvent à notre initiative. Nous serons des spectateurs attentifs s'il y a des consolidations qui voient le jour, et peut-être des acteurs si cela fait sens.

 

Pourtant on vous prête des envies. Voulez-vous monter dans le capital de DCNS ?

Rappelons juste deux vérités indiscutables : Thales possède 35 % de DCNS et une opération de concentration n'a de sens que si elle améliore la compétitivité des filières industrielles concernées et les perspectives d'exportation.

 

Mais j'imagine que vous avez déjà réfléchi à cet élément du dossier...

En tout cas, il faudrait que le conseil d'administration de Thales soit persuadé de la création de valeur. Pour cela, il faudrait que plusieurs éléments soient rassemblés : un acheteur, un vendeur, un prix, un régulateur qui soit d'accord.

 

Mais Thales est-il intéressé ou pas ?

Si l'Etat le moment venu déclare ses intentions, il est évident que le conseil d'administration de Thales regardera quelles sont les intentions de l'Etat.

 

Et sur Nexter, Safran et Finmeccanica ?

Sur le dossier Nexter, Thales n'a pas 35 % du capital. Et je n'ai pas en tête qu'il y ait des synergies technologiques et industrielles entre les deux groupes. Avec Safran, Thales a eu de longues discussions, désormais closes. J'en conclus que les différentes opérations évoquées entre les deux groupes ne présentaient pas de sens industriel. Enfin, sur Finmecanicca, nous sommes partenaires dans le spatial, avec un grand degré de confiance réciproque.

 

Quels sont les moteurs de croissance de Thales dans le civil ?

Thales a plusieurs moteurs de croissance dans le civil : sécurité, spatial, transport ferroviaire, transport aérien. Dans quelques années les activités civiles, de façon assez naturelle, représenteront plus de 50 % du chiffre d'affaires de Thales.

 

Et le transport ferroviaire ?

Le transport ferroviaire marche bien en ce moment avec une réelle présence mondiale. Au cours des six derniers mois, Thales a gagné de nombreuses affaires de métros. C'est le cas en Chine, au Brésil et au Canada. Le groupe a également gagné des contrats pour fournir des systèmes ferroviaires modernes en Egypte et en Afrique du Sud.

 

Quelles sont vos relations avec Dassault Aviation ?

Thales a deux grands actionnaires qui s'inscrivent dans la durée, l'Etat et Dassault Aviation. Ils sont liés par un pacte. Thales travaille avec ces deux grands actionnaires selon les dispositions contenues dans le pacte. Et nous sommes bien sûr le partenaire industriel fidèle de Dassault dans plusieurs programmes très importants, en particulier le Rafale.

Partager cet article
Repost0
14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 16:35

14.06.2013 Defense Studies

 
A computer-generated animation has been released today which highlights the multi-mission capability of the three naval destroyers being built as part of the Air Warfare Destroyer Project.


AWD Alliance CEO Rod Equid said the animation will increase understanding of the exceptional capabilities available in the Hobart Class and provide an insight into how the ships can be used in-service.

“The destroyers will provide the Royal Australian Navy with the most capable warships they have ever operated, with a sophisticated range of both offensive and defensive weapons,” Mr Equid said. 

“They will be able to assume a leading Command and Control role with Australian and Coalition forces.”

“The animation will be shown to defence personnel and is also expected to be used for recruiting purposes to help attract people interested in joining the forces and serving on the ships in the future.”

Each AWD will be crewed by 180 men and women from the Royal Australian Navy, with initial training scheduled to start in early 2014.

The AWD Project is progressing well with the first destroyer, Hobart, now almost 50 per cent consolidated at Techport in Adelaide.  Since September last year, 15 of 31 blocks have been joined or are in the process of being joined to form the rapidly growing structure. 

It is expected that the consolidation of the entire hull will be complete early in 2014 with the launch planned for the second half of 2014.

The AWD project is the most complex naval ship construction program ever undertaken in Australia and is currently Australia’s largest defence procurement project.  It is building Australia’s industry capability and skills in the naval shipbuilding sector for future naval shipbuilding projects.

The Alliance is made up of the Defence Materiel Organisation (DMO) representing the Australian Government, ASC as the lead shipbuilder and Raytheon Australia as the mission systems integrator.

(AWD Alliance)

Partager cet article
Repost0
14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 15:50
e-Quip the On-Line Defence Market

e-Quip the On-Line Defence Market

Jun. 14, 2013 - By JULIAN HALE  - Defense News

 

BRUSSELS — The European Defence Agency (EDA) on June 14 launched e-Quip, an online government-to-government surplus equipment information exchange tool. Through e-Quip, national governments from 13 of the EDA’s participating member states are able to post information about equipment they are buying or selling.

 

The tool is open for the other 13 EDA member states to join, as well as countries with an administrative agreement with the EDA.

 

For now, the marketplace is dominated by bilateral point-to-point contacts between governments.

 

“This is an unclear marketplace in terms of who is selling and who wants to buy,” said EDA e-Quip project manager Daniel Klein. “It is cost free and brings together buyers and sellers,” said Klein, who stressed that “you can’t order anything on e-Quip.”

 

The equipment could be land, air, space or naval equipment and may cover areas such as logistics and maintenance, too. Examples are helicopters, combat aircraft, small arms, assault rifles and ammunition.

 

Users can run detailed searches and find information about the unit price of the item (or it may say “to be negotiated”), the number of items available, a description and pictures of the item. They can then send a message to the government that is selling the equipment either publicly or anonymously. National procedures then kick in as regards the buying process.

 

“We’re open to looking at the [searchable] categories. The tool can be adapted to member states’ needs,” said Klein. The portal is protected with encryption and security codes.

 

“I am sure that e-Quip will be a helpful tool for both pooling and sharing and for a better functioning market. We welcome and support EDA’s initiative and will certainly make use of e-Quip from a national perspective,” said Ulf Hammarström, director general of Sweden’s Defence and Security Export Agency.

 

“With national armed forces across Europe undergoing changes, a surplus of in-service or new military equipment is expected. This trend might increase as European nations gradually withdraw from operations around the globe over the coming years. In the current financial climate, European nations need to make best use of military surplus equipment,” said an EDA press release.

 

In a separate but related development, the EDA will open a new section on its website on June 28, which will be dedicated to procurement for the defense community. The new section will serve as a one-shop gateway for users looking for procurement-related information (at EU, EDA and national level) and business opportunities. Besides access to a wide variety of information, industry will be able to register in the new and unique European Defence Directory, a Yellow Page-like section of the gateway.

 

To appear in the directory, European companies need to send in a completed “Yellow page registration request form” to yellowpage.gateway(a)eda.europa.eu.

Partager cet article
Repost0
14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 11:50
European Defence Agency Launches e-Quip, the On-Line Defence Market
Brussels | Jun 14, 2013 European Defence Agency.
 

The European Defence Agency (EDA) today officially launched e-Quip, its government to government electronic market place for surplus defence equipment. Through e-Quip national governments can exchange information on available assets ranging from Defence Systems and equipment, ammunition, or even space systems to services such as logistics and maintenance.

 

With national armed forces across Europe undergoing changes, a surplus of in-service or new military equipment is expected. This trend might increase as European nations gradually withdraw from operations around the globe over the coming years. In the current financial climate European nations need to make best use of military surplus equipment.

In March 2012 the European Defence Agency proposed and Defence Ministers supported the set-up of a government to government (G2G) electronic on-line market place to sell or transfer this equipment. Consequently, EDA developed, with the support of Member States’ experts, EDA’s new G2G online defence market tool, called e-QUIP. “E-Quip is a concrete and practical tool to foster cooperation among Member States. By exchanging information on available surplus equipment and services, it will help Member States not only to get best value for money but also to maintain and develop military capabilities in an environment of shrinking defence budgets”, says Giampaolo Lillo, Armaments Director of the European Defence Agency.

 

“We see the launch of e-Quip both as a follow-up to the Ghent-initiative on enhancing national capabilities with decreasing defence budgets and as another element in the efforts towards a better functioning European defence equipment market, ensuring cost efficiency and value for money for the tax payers. EDA’s work on both dimensions is crucial. I am sure that e-Quip will be a helpful tool for both Pooling & Sharing and for a better functioning market. We welcome and support EDA’s initiative and will certainly make use of e-Quip from a national perspective”, confirms Ulf Hammarström, Director General of the Swedish Defence and Security Export Agency.

 

Features

E-Quip allows contributing Member States to exchange information on available assets. Currently, thirteen Member States have access to the platform which is open for all EDA participating Member States as well as states with which the Agency has an administrative agreement. E-Quip is designed as a cost-free, non-commercial market platform that brings together potential buyers and sellers.

 

E-Quip allows Member States to exchange information on land, air and space as well as  naval equipment but also on cross-cutting issues such as, logistics, maintenance or other services (CBRN, training, etc.). Items under the land systems category for example can cover ammunition, protected vehicles or radar; air and space contains e.g. transport aircraft or space systems; while naval equipment can include for example sub-surface vessels.

 

Development Process

It was developed in close cooperation with the Member States to ensure meeting their exact needs. EDA does not form part of any transaction process between sellers and buyers; the Agency puts the tool at the disposal of Member States who then bilaterally finalise the transaction process. E-Quip will not be open to the public for reason of sensitivity of the offered equipment.

 

More information

Partager cet article
Repost0
14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 11:50
Exercice de mise en situation opérationnelle du Tigre - Crédits SIRPA Terre ADC J-C Thorel

Exercice de mise en situation opérationnelle du Tigre - Crédits SIRPA Terre ADC J-C Thorel

13.06.2013 Par: Frédéric Lert

 

C’est officiel : la commission interministérielle de contrôle, qui regroupe tous les intervenants de la sécurité aérienne du salon du Bourget, vient de valider la présentation en vol quotidienne de deux Tigre pendant le salon qui débutera lundi prochain. On verra donc simultanément en vol dans le ciel du Bourget un appareil français et un allemand, les deux en provenance de l’école franco-allemande (EFA) du Cannet des Maures. Les deux appareils se livreront à une présentation combinée simulant un combat aérien.

Deux Tigre pour le prix d’un…

C’est une belle satisfaction pour l’Alat et l’EFA, cette dernière fêtant cette année son dixième anniversaire. S’il fallait un symbole de plus, on pourrait également rappeler que 2013 est l’année du cinquantenaire du traité d’amitié franco-allemand, dit « traité de l’Elysée »…

Partager cet article
Repost0
14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 11:50
Armour Plate Experts Unveil SMARTbend at DVD 2013

13.06.2013 MTL Group - army-guide.com

 

MTL Group today announced the launch of a new technology called SMARTbend. This technology developed by Europe’s leading specialist in cold forming ultra-high-hard armoured materials allows intricate shapes to be formed without the need for expensive tooling.

 

Following on from the success of its IMPAS Armour solution for add-on protection up to STANAG 4569 Level IV, MTL Group has invested significantly in SMARTbend giving armoured vehicle manufacturers a lower cost cold formed solution as an alternative to hot formed armour.

 

Due to the nature of SMARTbend, no heat is introduced into the material so the original mechanical properties of the steel are maintained unlike other processes that rely on heat and expensive, bespoke tooling to bend this type of material.

 

Simon Hurst, Sales Manager for Defence at MTL Group said

 

“Our customers are always challenging us to offer new options for their current vehicle protection systems. We work with them to manufacture an armoured structure in fewer pieces giving a stronger, lighter and more cost effective product together with increased protection levels to the end user”.

 

With all processing under one roof at its 30,000 sq. m. facility in Rotherham, UK, MTL Group has already demonstrated its capability in the design, development and manufacture of fully fabricated armoured structures to its global customer based. MTL Group is recognised as one of the leading manufacturers in the world to offer this complete service.

 

This SMARTbend technology, together with MTL Group’s already successful DFM (Design for Manufacture) service is giving global vehicle manufacturers new opportunities and they are already seeing the benefits of SMARTbend to reduce cost and weight and to seriously think “outside the box” at the design stage.

 

Simon Hurst said "It is an exciting and busy time for MTL Group at the moment with more customers bringing their challenges to the table ranging from hull optimisation projects to weight and cost reduction programmes and they are seeing excellent results.”

 

MTL Group will exhibit its SMARTbend and DFM in Concept 3 at DVD 2013, Millbrook Proving Ground in June.

Partager cet article
Repost0
14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 11:20
A LRAD system installed on to a US Navy ship. Photo Lradcorporation.

A LRAD system installed on to a US Navy ship. Photo Lradcorporation.

13 June 2013 naval-technology.com

 

The US Navy has awarded a contract to LRAD to develop and deliver small, medium and large long-range acoustic devices (LRAD) and acoustic hailing devices (AHDs).

 

Under the multi-year $12.2m firm-fixed-price, indefinite-delivery indefinite-quantity contract, the company will provide LRAD and AHDs mounts, test teardown and evaluation, provision item order spares, and data.

 

The small, medium and large AHDs will be used by the Anti-Terrorism/Force Protection Afloat Program Office as well as other departments of defence.

 

LRAD CEO Tom Brown said: "LRAD systems and support equipment will be used to support large and small deck naval surface ships, submarines, security boats and shore security operations in anti-terrorism/force protection missions."

"LRAD systems and support equipment will be used to support large and small deck naval surface ships, submarines, security boats and shore security operations in anti-terrorism/force protection missions."

 

Operated by a simple, familiar, and standardised interface, the devices have been designed to broadcast authoritative and highly intelligible communication to warn and shape the behaviour of potential threats.

 

The LRAD systems can broadcast powerful deterrent tones, commands and instructions with unprecedented clarity and range at distances up to 3,500m while reducing the risk of exposing nearby personnel or peripheral bystanders to harmful audio levels.

 

Scheduled to be complete by June 2018, work under the contract will be carried out in San Diego, California, US, while the US Naval Surface Warfare Center will serve as the contracting activity.

Partager cet article
Repost0
14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 07:40
Russie: près de 10 milliards d'euros pour les chantiers navals d'ici à 2020

MOSCOU, 13 juin 2013 marine-oceans.com (AFP)

 

Le Premier ministre russe, Dmitri Medvedev, a annoncé jeudi que les pouvoirs publics comptaient injecter près de dix milliards d'euros d'ici 2020 dans l'industrie de la construction navale pour l'aider à se moderniser.

 

"Il faut à la fois moderniser les capacités de production et garantir le renouvellement et le développement de la flotte, aussi bien militaire que civile", a déclaré le chef du gouvernement lors d'une réunion consacrée à l'industrie navale.

 

"Il est prévu de consacrer 416 milliards de roubles (9,7 milliards d'euros) au soutien des chantiers navals", a-t-il ajouté.

 

Dmitri Medvedev a estimé que le secteur ne devait pas se développer "uniquement grâce aux commandes publiques".

 

"Nous ne vivons pas à l'époque soviétique, il faut que tous les acteurs de ce secteur renforcent leur efficacité, la démontrent et se battent pour obtenir des commandes civiles", a-t-il expliqué.

 

La décision du gouvernement russe en 2011 de commander à la France deux navires de guerre de type Mistral a été vivement critiquée par l'industrie navale russe ainsi que par certains responsables militaires.

 

Dmitri Medvedev a souligné jeudi que l'industrie navale pourrait profiter de l'extraction des hydrocarbures dans l'Arctique pour se développer.

 

L'exploitation des gisements pétroliers et gaziers, encore au stade de projet, exige des ressources considérables pour l'exploration et la construction de plateformes offshore ainsi que pour le transport maritime des hydrocarbures après leur extraction.

Partager cet article
Repost0
14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 07:35
SeaHake mod4 ER (Extended Range) heavyweight torpedo Photo ATLAS ELEKTRONIK

SeaHake mod4 ER (Extended Range) heavyweight torpedo Photo ATLAS ELEKTRONIK

Atlas Elektronik Sea Hake heavyweight torpedo

 

June 10, 2013 By SP's Special Correspondent

 

The Indian Navy is in the market for new heavyweight torpedoes with "state-of-the-art technology, of calibre 534.4mm and length not exceeding 7,800mm, to be fired from existing torpedo tubes of ships". The Navy has been looking to acquire new torpedoes for years, and the current acquisition will be in line with that.

 

The Navy is already on the verge of signing a deal for 98 Finmeccanica WASS Blackshark heavyweight torpedoes for its Scorpene submarines, a deal that appears now to be delayed by the entire Finmeccanica controversy that's already taken a toll on the AgustaWestland VVIP copter contract progress. The Indian Navy needs the new heavyweight torpedoes for its P28 class of anti-submarine warfare corvettes, the first of which is to be delivered to the Navy by the end of this year. The DRDO's own heavyweight torpedo Varunastra is undergoing trials at this time and is likely to be ready for integration on platforms only by 2016.

Partager cet article
Repost0
14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 07:20
Next-Generation Transponder Successfully Flies On Board Triton

Jun 13, 2013 ASDNews Source : BAE Systems PLC

 

    System helps sense and avoid other aircraft

 

There’s a first time for everything, and our next-generation Identification Friend or Foe system reached a first – flying on board the MQ-4C Triton, a high altitude unmanned aircraft.

 

At half the size and weight of currently fielded transponders, our system, known as the AN/DPX-7 Reduced Size Transponder (RST), is designed to make flights safer. How? By providing both manned and unmanned systems with enhanced air traffic control information that improves situational awareness and allows for successful navigation.

ANDPX-7 Reduced Size Transponder (RST)

ANDPX-7 Reduced Size Transponder (RST)

“BAE Systems’ reduced size transponder advances the safety of the Triton – and other aircraft –because it helps sense and avoid other planes, enabling successful navigation through congested airspace,” said Sal Costa, product line director at BAE Systems in Greenlawn, N.Y. where the RST system is manufactured.

 

The MQ-4C Triton, built by Northrop Grumman, is set to monitor vast ocean areas and coastal regions, and is designed to fly surveillance missions for up to 24-hours at altitudes over 10 miles, covering a span of 2,000 nautical miles.

Partager cet article
Repost0
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 22:55
la tourelle T40 sur un châssis d’AMX10RC (photo Frédéric Lert)

la tourelle T40 sur un châssis d’AMX10RC (photo Frédéric Lert)

13.06.2013 Par Frédéric Lert (FOB)

 

Après un peu plus de deux ans de gestation, Nexter a présenté récemment à quelques officiels réunis à Satory la tourelle T40 abritant le canon de 40mm à munition télescopée. Canon qui est, rappelons le, un développement franco-anglais au sein de la co-entreprise CTAI réunissant Nexter et BAE. Si ce canon de 40mm est destiné à équiper Outre-Manche le FRES et le Warrior modernisé, la tourelle T40 est elle plus particulièrement tournée vers le futur EBRC. Un sujet sur lequel FOB reviendra prochainement.

 

Nexter ne dispose pour l’heure que d’une seule tourelle complète, aujourd’hui montée sur un chassis d’AMX10RC. Mais l’industriel compare volontiers cette tourelle à la partie émergée d’un iceberg dont la partie cachée serait constituée de nombreuses briques technologiques testées dans les établissements du groupe. Le rôle de la T40 est de valider l’intégration du canon, de la vétronique et d’aider in fine les opérationnels à spécificier les missions et les caracatéristiques du futur EBRC avec les fonctions qu’ils voudront, ou pas, voir embarquées sur la tourelle. La T40 montée sur le chassis d’AMX10RC apparaît étonnemment spacieuse. Une douzaine de caméras montées sur ses flancs offre aux deux hommes présents en tourelle une vision panoramique sur 360°, présentée sur de larges écrans couleurs. Une étude poussée d’ergonomie devra préciser les limites à ne pas franchir en matière de présentation de l’information. Si la T40 offre une ouverture exceptionnelle sur l’environnement extérieur, gare à l’effet inverse qui consisterait à submerger d’informations les opérateurs, jusqu’à obtenir un effet inverse à celui recherché.

 

La largeur du futur EBRC passée de 2m25 en début de programme à 2m80 aujourd’hui est une des raisons expliquant le volume intérieur généreux. Une impresssion d’espace renforcée par le positionnement de l’armement principal très en avant (rendu possible par la rotation de la chambre) et qui ne vient pas encombrer l’espace intérieur. Le choix d’une chambre tournante ajoute également beaucoup de simplicité à l’arme de 40mm dont le fonctionnement reste entièrement mécanique. Avec à la clef pour le tireur la possibilité, en mode dégradé, d’alimenter l’arme manuellement et de tirer « à la ficelle » au coup par coup, sans aucun apport d’énergie. La chambre tournante rejette l’étui de la munition sur le côté et évite toute éjection de gaz dans la tourelle. Nexter compte beaucoup sur l’efficacité de l’arme de 40mm dont l’architecture particulière, avec un axe d’introduction des munitions identiques à celui de la rotation de l’arme, facilite aussi le chargement quel que soit le site de l’arme. Résultat, un pointage possible à +75° ce qui en fait une arme redoutable en combat urbain ou contre les hélicoptères et autres drones. La T40 a déjà à son actif un drone cible abattu à une distance de 1100m avec une munition d’exercice. La munition télescopée apporte un autre avantage essentiel : l’absence de maillon entre les obus, des maillons responsables sur les autres armes de 50% des incidents de tir.

 

La tourelle montée sur l’AMX10RC a jusqu’à présent tiré au coup par coup. Elle va maitenant recevoir un chargeur de 60 coups et participera à des essais constructeur de tirs en rafale. A la mi-décembre, la T40 dotée de sa conduite de tir complète sera remise à la DGA qui l’utilisera pour la qualification des munitions de 40mm et en particulier de la version Airburst qui reste la plus complexe. Le calendrier actuel prévoit la qualifiation de l’airburst en 2015 et celle de la munition explosive en 2014. La munition d’entrainement et la munition flèche devraient quant à elle être qualifées dans les jours à venir.

Partager cet article
Repost0
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 19:35
Coopération dans la défense entre le Vietnam et l'Espagne

13/06/2013 vietnamplus.vn

 

Le vice-ministre vietnamien de la Défense, le général de corps d'armée Nguyên Huu Duc, a reçu jeudi à Hanoi M. Alfonso Tena, ambassadeur d'Espagne au Vietnam, et les représentants du groupe espagnol Navantia.

 

Le diplomate espagnol a annoncé les résultats des négociations entre ce dernier groupe et le Département général de l'industrie de défense et plusieurs organismes relevant du ministre vietnamien de la Défense.

 

Les deux parties ont estimé que la coopération dans la défense entre les deux pays s'est approfondie dans divers domaines. Le groupe Navantia possède une riche expérience dans la construction navale et coopère avec plusieurs pays partenaires, dont le Vietnam.

Partager cet article
Repost0
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 18:55
Pierre Gattaz sera le prochain président du Medef

13/6/2013 Jacques Marouani, ElectroniqueS,

 

Geoffroy Roux de Bézieux et Patrick Bernasconi, les deux seuls candidats qui étaient en mesure de l'inquiéter, viennent de se rallier à sa candidature.

 

C'est désormais une certitude. Pierre Gattaz, bien connu de l'industrie électronique, puisqu'il est président de la Fieec depuis octobre 2007, sera le prochain président du Medef. Geoffroy Roux de Bézieux et Patrick Bernasconi, les deux seuls candidats qui étaient en mesure de l'inquiéter, viennent en effet de se rallier à sa candidature. Le seul candidat restant en lice est Hervé Lambel, co-fondateur du CERF (Créateurs d'emplois et de richesse en France), qui s'est lui même autobaptisé "l'inconnu" et "le petit patron".

 

Le patron du groupe Radiall succédera donc le 3 juillet prochain, à 53 ans, à Laurence Parisot. "L'urgence de la situation et la nécessité d'une union du patronat nous ont convaincus de nous rassembler afin de relever ensemble les défis qui se posent aujourd'hui à notre pays et à ses entreprises", ont expliqué dans un communiqué les trois hommes qui ont tenu ce jour une conférence de presse.

 

Un triumvirat sera constitué à la tête du Medef. Avec, au sommet, Pierre Gattaz, fils d'Yvon Gattaz, qui fût président du CNPF entre 1981 et 1986 (lors du premier septennat de François Mitterrand).

 

Il sera secondé par deux vice-présidents délégués : Geoffroy Roux de Bézieux en charge de l'économie, de la fiscalité, de l'innovation et du numérique (il sera aussi trésorier), et Patrick Bernasconi, en charge des mandats, ainsi que des branches et des territoires.

 

"L'équipe que nous constituerons tous les trois s'appuiera sur un conseil exécutif représentatif, notre instance de gouvernance, et sur la mobilisation des branches et des territoires, qui sont les composantes essentielles de notre mouvement", ont indiqué les trois dirigeants dans un communiqué commun, appelant à une "union pour les entreprises de France".

 

Créateur du Club Rodin, think-tank de la filière des industries électroniques, Pierre Gattaz a initié les Assises de l'Electronique et les Assises franco-allemandes des industries électriques, électroniques et de communication.

 

Le groupe Agir pour l'Industrie Electronique, qui regroupe six syndicats de l'électronique, a soutenu, lui aussi, naturellement, la candidature de Pierre Gattaz à la présidence du Medef.

Partager cet article
Repost0
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 16:20
Le 19 octobre dernier, un F-35A a réalisé le premier largage en vol d’un missile AIM-120 AMRAAM (Photo: Lockheed Martin)

Le 19 octobre dernier, un F-35A a réalisé le premier largage en vol d’un missile AIM-120 AMRAAM (Photo: Lockheed Martin)

12/06/2013 par Nicolas Laffont – 45eNord.ca

 

Si par le passé le gouvernement de Pauline Marois ne voulait pas entendre parler du programme d’achat de l’avion de chasse F-35 de Lockheed Martin, il semblerait que le vent ait tourné.

Le gouvernement péquiste espère désormais qu’Ottawa choisira la bonne entreprise afin de pouvoir bénéficier des retombées industrielles pour le remplacement de sa flotte de CF-18.

Mardi, Québec a accordé une subvention de quatre millions $ à Lockheed Martin, afin de lui permettre de reprendre les installation d’Aveos à Montréal. La nouvelle compagnie, qui s’appellera Kelly Aviation Center Montreal, devrait œuvrer dans le secteur de la maintenance et de la réparation aéronautique civile et militaire. Il s’agit d’un projet de 31 millions $, qui devrait créer 220 emplois d’ici à 2016.

Selon la ministre déléguée à la Politique industrielle du Québec, Élaine Zakaïb, si Lockheed Martin obtient son contrat avec Ottawa pour les F-35, «on aimerait qu’une partie des contrats qui seront donnés le soient à des entreprises du Québec. On invite le gouvernement fédéral à ce que ça ne se passe pas comme ça s’est fait pour les traversiers, où on n’a rien eu au Québec. Alors c’est certain qu’on va faire des représentations pour qu’il y ait une partie de ces travaux-là qui se fasse chez nous.»

Si le fédéral choisit d’acheter des avions de combat, «j’espère que le contenu canadien sera un critère et que ce sera possible que le gouvernement fédéral favorise une entreprise qui est installée chez nous», a-t-elle ajouté un peu plus tard, se défendant toutefois de vouloir influencer Ottawa.

La ministre de Québec a également rappelé que le contrat signé avec Lockheed Martin n’est pas conditionnel à ce que le fédéral achète son F-35. «Leur engagement de créer des emplois est clair, c’est écrit dans le contrat, et il y a des pénalités s’ils ne le font pas».

Le vent tourne

En mars 2012, quelques mois avant d’être élue première ministre, Pauline Marois tenait un autre discours et se disait contre l’achat des avions de combat.

Elle affirmait notamment qu’«une partie de nos salaires, des profits de nos entreprises, de nos achats prend la direction d’Ottawa. Et là, ce n’est pas nous qui choisissons. C’est Stephen Harper. Il a choisi de subventionner les pétrolières, d’acheter des avions, des bateaux, des prisons. Ce n’est pas notre choix. Pour nous, c’est l’éducation avant les prisons, les familles avant les escadrilles !»

Rappelons que le gouvernement conservateur de Stephen Harper avait annoncé en juillet 2010 son intention d’acheter 65 appareils F-35 pour remplacer ses vieux CF-18.Toutefois, un rapport de la firme KPMG, a révélé des dépassements de coûts importants et que la facture totale serait de 45 milliards $ et non 9 milliards comme la Défense l’a affirmé pendant très longtemps. Le processus de sélection est reparti de zéro et est toujours en cours.

Cinq appareils sont maintenant considérés: le F-18 Super Hornet de Boeing, le Rafale de Dassault, l’Eurofighter Typhoon d’EADS, le Gripen de Saab et le F-35 de Lockheed Martin.

Partager cet article
Repost0
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 16:20
Achat des F-35 - Québec veut avoir sa part du gâteau

12/06/2013  Louis Gagné - canoe.ca (QMI)

 

QUÉBEC - Même si Pauline Marois a par le passé critiqué le programme d'achat d'avions de chasse F-35 des conservateurs, son gouvernement espère bénéficier des retombées si Ottawa décide d'aller de l'avant avec son projet.

 

«Si Lockheed Martin obtient le contrat des F-35, on espère qu'une partie des travaux va se faire chez nous, a affirmé mercredi la ministre déléguée à la Politique industrielle, Élaine Zakaïb. On invite le gouvernement fédéral à ce que ça ne se passe pas comme ça s'est fait pour les traversiers [sic], où on n'a rien eu au Québec. Alors c'est certain qu'on va faire des représentations pour qu'il y ait une partie de ces travaux-là qui se fasse chez nous.»

 

En mars 2012, alors qu'elle était dans l'opposition, Pauline Marois avait dénoncé une série de décisions du gouvernement de Stephen Harper qui allaient selon elle à l'encontre des intérêts du Québec. Elle avait notamment fait allusion au montant de 30 milliards $ prévu par Ottawa pour l'achat d'avions de chasse.

 

La chef du Parti québécois était revenue à la charge durant la dernière campagne électorale.

«Stephen Harper a choisi d'acheter des bateaux, des avions de guerre, de dépenser pour la royauté, de nous obliger à construire des prisons, avait-elle lancé devant des militants réunis à Terrebonne. Ce ne sont pas nos choix à nous. Nous autres, c'est l'éducation avant les prisons. C'est les familles avant les escadrilles.»

 

Le gouvernement conservateur avait annoncé en 2010 son intention d'acquérir 65 appareils F-35 pour remplacer sa flotte vieillissante de F-18. Des dépassements de coûts importants l'ont toutefois amené à reconsidérer cet achat.

 

Deux dossiers distincts

 

Élaine Zakaïb a par ailleurs tenu à préciser que la subvention de près de 4 millions $ accordée à Lockheed Martin pour relancer les installations d'Aveos à Montréal n'était aucunement liée à l'obtention du contrat des F-35.

 

«Ça n'a rien à voir, a dit la ministre. Ça ne fait pas du tout partie de l'entente qu'on a avec eux. C'est simplement quelque chose qu'on espère obtenir en plus et qu'on demande au gouvernement fédéral.»

Partager cet article
Repost0
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 12:55
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

13/06/2013 Michel Cabirol,- LaTribune.fr

 

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian conteste à demi-mots la rente que constituerait le programme Rafale pour l'avionneur. Mais ses marges de maoeuvre restent très limitées compte tenu du poids de ce programme pour l'ensemble de la filière aéronautique tricolore.
 

Le dossier n'est pas simple pour le ministère de la Défense. Il demande de la finesse... et surtout un coup de pouce - un premier contrat export - pour régler en douceur et sans casse le dossier Rafale,  certes un des bijoux technologiques de l'industrie française, mais qui pèse toutefois lourdement sur le budget de la Défense dans un contexte financier tendu. Et surtout il doit être géré sans dogmatisme. Car le Rafale fait vivre toute une filière de hautes technologies avec des savoir-faire uniques. Soit plus de 7.000 emplois répartis parmi les grands sous-traitants de Dassault Aviation, Thales et Safran en tête, ainsi que 500 PME. Faut-il rappeler également que la France, même si c'est un choix risqué, demeure l'un des rares pays à pouvoir fabriquer seul un avion de combat...

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, doit prochainement entrer dans une période d'arbitrages pour construire la prochaine loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019. Selon l'hypothèse de travail privilégiée, il devrait continuer à prendre livraison de 11 Rafale par an jusqu'en 2016 inclus (2014, 2015 et 2016), a-t-il expliqué lors d'un déjeuner avec quelques journalistes. "Je ne peux pas vous le confirmer définitivement. On n'a pas fini la discussion avec eux", précise-t-il cependant. "C'est l'hypothèse sur laquelle nous travaillons, mais après on espère que l'exportation prendra le relais". L'avion de combat, qui fait l'objet d'une commande ferme de 180 exemplaires devant courir au rythme actuel jusqu'en 2019, échapperait ainsi aux étalements de livraisons qui risquent de frapper d'autres grands programmes dans le cadre de la LPM, prévue pour être votée au Parlement cet automne.

 

Le Rafale bloque des marges de manoeuvre

Mais le ministre aimerait s'émanciper de cet échéancier très contraignant. Il regrette que "Dassault soit installé sur un concept de rente  qui assure un nombre d'avions à livrer pendant un certain temps", mais parallèlement, il juge "étayé" le niveau de 11 livraisons par an, en deçà duquel Dassault Aviation estime que la production du programme relèverait de la mission impossible. "C'est la cadence minimale fixée au regard de la continuité industrielle et de la capacité des fournisseurs de Dassault à produire les équipements nécessaires", avait expliqué à l'automne 2012 le Délégué général pour l'armement, Laurent Collet-Billon. Les cadences de la production de Rafale ont déjà été beaucoup ralenties. Ainsi, le 137e Rafale qui devait être livré fin 2000 à l'origine, ne le sera que fin 2014.

Mais le Rafale pèse sur les marges de manoeuvre financières du ministère, qui aimerait dégager des crédits pour des programmes jugés urgents par la nouvelle équipe, notamment les drones et les avions multi-rôles MRTT. Pour l'heure, le Rafale pèse sur les programmes à effet majeur (PEM), autrement dit les grands programmes. Pour l'heure, le ministère a ainsi prévu 1,11 milliard d'euros de crédits de paiements en 2013 pour les 11 Rafale livrés, 1,01 milliard en 2014 et, enfin, 762,4 millions en 2015. A cela, il faut ajouter l'opération de rétrofit des 10 Rafale F1 livrés à la Marine avant 2003  en vue de les mettre au standard F3. Soit un investissement d'environ 113 millions d'euros répartis sur 2013-2015.

En outre, le ministère poursuit les travaux d'intégration du futur missile air-air Meteor sous le Rafale pour un montant de 146 millions d'euros sur la même période. Au total, l'avion de combat monopolise en crédits de paiements 1,31 milliard d'euros en 2013, 1,2 milliard en 2014 et, enfin, 891 millions en 2015. Bref, des montants importants sur une enveloppe de 5,7 à 5,9 milliards d'euros par an destinée aux grands programmes des armées.

 

L'export, le miroir aux alouettes ?

Seul espoir de Jean-Yves Le Drian, l'export. Cela permettrait de réduire la cadence de production des Rafale France. Comment ? En remplaçant un Rafale France par un Rafale exporté. Encore faut-il conclure un premier contrat à l'export. Ce qui est dans le domaine du possible en Inde. Mais quand ? L'idée de remplacer un pour un n'est pas nouvelle - le gouvernement Fillon l'envisageait déjà - mais elle permettrait cette fois-ci de faire des économies... à moyen terme. Et pour ceux qui pensaient qu'un contrat export du Rafale pouvait desserrer à court terme la contrainte budgétaire pesant sur le ministère de la Défense, c'est raté. Ce ne sera pas avant 2017. Les déclarations à l'automne 2012 de Laurent Collet-Billon avait jeté un froid. "Si elle se produit, l'exportation du Rafale permettra d'alléger la charge à partir de 2017", avait-il expliqué. Il faut en moyenne trois ans pour fabriquer un exemplaire. Soit à la fin du quinquennat de François Hollande.

Jean-Yves Le Drian, qui multiplie les déplacements dans les pays à la recherche d'avions de combat, comme la Malaisie, le Qatar ou les Emirats arabes unis, dit ne pas pouvoir imaginer que le Rafale échoue à s'exporter. "On me parle du Rafale partout", souligne-t-il. Paris, qui essaie depuis des années de vendre l'avion militaire à l'étranger pour soulager ses finances, espère décrocher un méga-contrat de 126 unités auprès de l'Inde pour un total évalué à environ 18 milliards d'euros. Mais c'est loin d'être conclu. Certains observateurs, sans remettre en cause le travail effectué, estiment que la finalisation du contrat interviendra après les élections législatives du printemps 2014

Concernant le Brésil, à qui la France espère vendre au moins 36 Rafale, Jean-Yves Le Drian n'a pas souhaité faire de commentaires sur la préférence supposée du pays sud-américain pour le F-18 de l'américain Boeing, évoquée par des responsables brésiliens début juin. Le gouvernement brésilien, qui semble avoir d'autres priorités que le renouvellement de sa flotte d'avions de combat, a cependant fait savoir lundi que le Rafale faisait toujours partie de ses choix potentiels. A Paris, on estime que Brasilia préfère investir dans des bâtiments pour sa marine en vue de protéger ses réserves de pétrole.

 

Le Drian a un moyen de pression sur Dassault

L'Etat dispose néanmoins d''un moyen de pression sur Dassault car des discussions vont s'engager sur la commande de la cinquième tranche de Rafale. L'armée de l'air espère qu'elle sera conclue à l'horizon 2016-2017. Jusqu'à présent, 180 Rafale ont fait l'objet d'une commande ferme par l'État français, sur un besoin exprimé avant la publication du Livre blanc de la Défense par les forces armées françaises de 286 unités (228 pour l'armée de l'air et 58 pour la marine). Quelque 118 appareils ont été livrés à fin décembre 2012. A raison d'une livraison de 11 Rafale par an entre 2013-2016, Dassault Aviation aura livré 162 appareils fin 2016. Il sera alors temps de passer la commande de la cinquième tranche. Reste à savoir combien car le nouveau Livre blanc s'appuie sur un modèle d'armée comprenant 225 avions de combat (air et marine) sans préciser s'il s'agit d'une configuration tout Rafale ou d'un mix Rafale-Mirage 2000.

Partager cet article
Repost0
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 11:50
BAE Systems has appointed Centrica boss Sir Roger Carr to replace Dick Olver as its chairman.

BAE Systems has appointed Centrica boss Sir Roger Carr to replace Dick Olver as its chairman.

 

 

Jun. 12, 2013 By ANDREW CHUTER – Defense News

 

LONDON — BAE Systems has appointed Centrica boss Roger Carr to replace Dick Olver as its chairman, Europe’s top defense contractor announced today.

 

Carr, 66, will take over during the first quarter of next year. He

 

has been chairman at Centrica, a leading British energy group, for nine years. Until recently, he was also president of the CBI, Britain’s chief business lobby group.

 

Carr’s extensive business credentials include being chairman of confectionary maker Cadbury during the controversial takeover of the company by US foods giant Kraft. He has no defense industry experience.

 

One of Britain’s most senior businessmen, Carr will become a nonexecutive director in October and will succeed Olver by the end of March 2014.

 

Nick Rose, senior independent director at BAE and the man who led the search for a new chairman, said in a statement that Carr was the “outstanding candidate with two decades of board-level experience at the top of British industry. His skills, reputation and relationship with investors and government ministers will be of considerable value both at home and abroad.”

 

Carr takes up the BAE post at a difficult time, with defense spending in the US and the UK in decline and competition for export work becoming increasingly cutthroat.

 

Olver, appointed as chairman in July 2004, came under pressure to quit last year after the company’s failed attempt to merge with EADS. He also played a significant role in helping BAE through a series of corruption allegations in Saudi Arabia and elsewhere.

 

Rose said the outgoing chairman has been “excellent” and has led BAE through wide-ranging cultural and governance changes.

Partager cet article
Repost0
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 11:35
India To Speed BMP-2 Upgrades; FICV Stalls

 

 

Jun. 12, 2013 - By VIVEK RAGHUVANSHI  - Defense news

 

NEW DELHI — Keeping its US $10 billion Futuristic Infantry Combat Vehicle (FICV) program on the shelf, the Indian Ministry of Defense instead will accelerate the upgrade of its Russian-made BMP-2 infantry combat vehicles and will issue tenders to buy 2,000 engines for the program, Defense Ministry sources said.

 

The Indian Army’s more than 1,500 BMP-2s will be upgraded at a cost of more than $1.2 billion in the next three to five years, and the program last month received formal MoD clearance, the sources said. Though this move doesn’t necessarily shut down the homegrown FICV project, it is less likely to see the light of day because the decision has already been delayed, said an Army official.

 

The tender for the purchase of 2,000 engines to power the upgraded BMP-2 has been sent to domestic auto majors Mahindra & Mahindra, Tata Motors, Force Motors, Ashok Leyland, Maruti Udyog and Crompton Greaves, and to MTU of Germany, Thales of France and Rosoboronexport of Russia.

 

The Army requires engines able to generate 350 to 380 horsepower and are easy to maintain and operate in extreme weather conditions. The existing engine of the BMP-2 has 285 horsepower and is not suited for cross-country mobility.

 

The upgrade will improve observation and surveillance, night-fighting capability and fire control, and will provide an improved anti-tank guided missile system and 30mm automatic grenade launcher.

 

The Russians last year offered their BMP-3 vehicles to replace the FICV, but no decision was made.

 

The proposed FICV project would be the first built in the “Make India” category, which means only Indian companies would be allowed to participate.

 

The project would involve participation by the Indian government and Indian companies. Two short-listed companies would be asked to make an FICV prototype, and after field trials of the prototype, the winning company would produce up to 2,600 FICVs.

 

After nearly two years of discussions, no final decision has been made about which companies will participate.

 

The Defense Ministry had selected state-owned Bharat Earth Movers and a consortium of Larsen & Toubro, Mahindra Defense and Tata Power, but former Indian Army chief general, V.K. Singh, questioned the ability of the Indian companies to take on such a big project, MoD sources said.

Partager cet article
Repost0
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 11:30
Iranian Navy re-launches upgraded Bayandor ship

12 June 2013 naval-technology.com

 

The Iranian Navy has re-launched its newly modernised ship, Bayandor, in the Southern port of Bandar Abbas, aimed at boosting the nation's ability to protect and maintain security in regional and international waters.

 

Fars News Agency cited Iranian Army commander major general Ataollah Salehi as a saying that the upgraded vessel would be deployed in the high seas and free waters to leverage the Iranian Navy's capabilities.

 

Upgrades to the vessel include optimising the monitoring control systems and overhauling the main engines, heat exchangers and fuel and oil systems.

 

Named to honour martyred commander Bayandor, the ship has been armed with 76mm and 40mm canons, a surface-to-surface Nour (Light) missile, Qader (Mighty) missile and long-range Qadr (Magnitude) missile systems as part of its modernisation programme.

 

The ultra-advanced and self-relying systems, Nour and Qader anti-ship cruise missiles have been designed to provide improved radar, satellite, precision, range and navigation capabilities.

 

"The 40-mm cannon mounted on the destroyer is also among advanced artilleries in air defence," Salehi added.

 

Fitted with missile, torpedo, artillery, sonar and other information and communication systems, the vessel is expected to be deployed in the next few days or months off the Pacific, Southern Indian or Atlantic Oceans.

 

The Iranian Navy has deployed its first Mowdge-class vessel, Jamaran, in October 2011, while Jamaran 2 was launched in March 2013 and Jamran 3 is scheduled to be commissioned by the end of the current Iranian year.

 

The 14,000t Mowdge-class vessels are fitted with modern radars and electronic warfare capabilities, as well as a variety of anti-ship, surface-to-surface and surface-to-air missiles.

Partager cet article
Repost0
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 11:30
Elbit offers cockpit upgrade for aged Hercules

10 Jun 2013 By Arie Egozi - FG

 

Tel Aviv - Elbit Systems has developed a cockpit upgrade package for the Lockheed Martin C-130H, describing its C-Suite Tactical design as enabling customers to meet demanding conditions in low-altitude operating environments.

 

By integrating aircraft sensors and systems, pilots are able to see real-time flight information projected on a head-up, head-down or helmet-mounted display, resulting in greater situational awareness and enhanced safety, Elbit says.

 

Key elements of the full upgrade package include a Northrop Grumman APN-241 terrain following/terrain avoidance system; a terrain awareness and warning system; and enhanced and synthetic vision systems (SVS). This combination, along with real-time reference to a digital terrain elevation database, enables accurate low-level flight in any condition and regardless of terrain or the presence of man-made obstacles, says Gil Russo, a senior director at Elbit's aerospace division.

 

The SVS, meanwhile, shows a 3-D synthetic image of the external environment on a flight display.

 

Elbit was recently awarded a contract by the Israeli defence ministry to upgrade the Israeli air force's C-130H transports. The modernisation project will extend the operational life of the aircraft and significantly improve their operational capability, particularly during precision flying, low-level night flight and operations in adverse weather conditions.

 

The effort will replace obsolete analogue cockpit systems, which have become unreliable and costly to maintain after four decades of intensive service.

Partager cet article
Repost0
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 11:20
Northrop Grumman to Support U.S. Navy on Minehunting Integration

ANNAPOLIS, Md. – June 10, 2013 – Northrop Grumman

 

Northrop Grumman Corporation has been awarded a contract to support the U.S. Navy's integration onto an unmanned surface vehicle (USV) of the Northrop Grumman-built AQS-24A Side Look Sonar System to look for bottom and volume mines remotely.

 

The repackaging of the sonar for USV use will build upon the proven capabilities of the AQS-24A. The AQS-24A and its predecessors, the AQS-24 and the AQS-14, all built by Northrop Grumman, are airborne minehunting search systems used by the Navy for the past 28 years. The AQS-24A is a high-speed minehunting system that is primarily towed from the MH-53E helicopter, but has been tested from USVs since 2002 by Northrop Grumman. With a track record of reliability and performance across the globe, the system's high-resolution side-scan sonar detects, localizes and classifies both bottom and moored mines in real time at high area coverage rates.

 

"This is a great step forward for those who have been involved in USVs and minehunting for as many years as the Naval Undersea Warfare Center and Northrop Grumman," said Tom Jones, vice president of Northrop Grumman's Undersea Systems business unit. "The results of this effort could apply to future USV programs, both in the U.S. Navy as well as the navies of potential coalition partners such as Australia."

 

In cooperation with the Navy and industry partners, Northrop Grumman has operated USVs in various tests and fleet exercises that range from remote control to autonomous operations. The Naval Undersea Warfare Center in Newport, R.I., Naval Surface Warfare Center (NSWC) in Panama City, Fla., NSWC Carderock Division in West Bethesda, Md., NSWC Combatant Craft Division in Norfolk, Va., and Northrop Grumman jointly developed an 11-meter USV that launched, recovered and towed the AQS-24A.

 

Northrop Grumman is a leading global security company providing innovative systems, products and solutions in unmanned systems, cyber, C4ISR, and logistics and modernization to government and commercial customers worldwide. Please visit www.northropgrumman.com for more information.

Partager cet article
Repost0
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 11:20
Raven Aerostar system deployed onboard HSV-2 Swift vessel. Photo Raven Industries, Inc.

Raven Aerostar system deployed onboard HSV-2 Swift vessel. Photo Raven Industries, Inc.

12 June 2013 naval-technology.com

 

Raven Aerostar has successfully deployed a turnkey maritime persistent surveillance solution to meet an urgent operational requirement needed to support US Southern Command's effort to boost surveillance in the Carribean Sea, following completion of trials.

 

Deployed aboard the US Navy's HSV-2 Swift (HSV-2) chartered high-speed vessel, the surveillance solution comprised Raven Aerostar Tethered aerostat system integrated with Vista smart sensing radar system, General Dynamics electro-optic/infrared (EO/IR) camera, and data link.

 

During the month-long testing, the Aerostar aerostat system flew at 2,000ft above ground level (AGL) without any changes to the sea frame from the HSV-2, while providing increased detection, recognition and identification capabilities.

 

Raven Aerostar programme manager Craig Laws said that the aerostat has validated its ability to support critical operations even in rough seas and strong winds during flight operation trials.

 

The Joint Interagency Task Force South has shared the intelligence, surveillance and reconnaissance (ISR) data gathered by the Raven Aerostar solution and the Puma unmanned aerial vehicle (UAV) onboard the ship.

 

"The HSV-2 pulled the aerostat over 3,000nm during the course of downrange operations, topping out at a ship speed of 28k," Laws said.

 

Raven Aerostar president Lon Stroschein added: "Our team was excited to prove the aerostat, a perceived 'old' technology, can provide cost-effective, mission enhancing, maritime capabilities when integrated with high-performance sensors like the Vista radar and General Dynamics camera."

 

US Naval Forces CN programme manager/unmanned aircraft systems commander Ted J Venable said: "By incorporating this system on a moving vessel, it provided a broad picture of the surface and air traffic around the HSV SWIFT.

 

"The entire team of participants in this effort gained valuable experience and developed procedures to apply to future deployments."

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories