Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 juin 2012 1 25 /06 /juin /2012 16:55
How Indian Navy is expanding and modernising

 

June 25, 2012 by Nitin Gokhale - ndtv.com

 

New Delhi: Last fortnight, Vikramaditya, formerly Adm. Gorshkov, a 45,000-tonne displacement aircraft carrier built in Russia began its sea trials, six months before it is handed over to the Indian Navy on December 4, the Navy Day.

 

Last week, four frontline warships finished a port call in Shanghai at the end of a sustained overseas deployment as part of India's 'Look East' Policy. The four Indian Navy ships, Rana, Shivalik, Karmukh and Shakti, under the command of Rear Admiral P Ajit Kumar, Flag Officer Commanding Eastern Fleet are on an operational deployment to the South China Sea and North West Pacific. Earlier in the deployment, the first bi-lateral maritime exercise between India and Japan 'JIMEX 12' (Japan India Maritime Exercise) was conducted, coinciding with the commemoration of 60 years of diplomatic relations between India and Japan.

 

According to the Indian Navy, even as the four ships of the Eastern Fleet are in the South China Sea, another ship, INS Savitri is currently in Port Victoria, Seychelles. INS Savitri will participate in the National Day celebrations of Seychelles and thereafter be deployed for about two months to undertake surveillance of the Exclusive Economic Zones (EEZ) of Seychelles and Mauritius.

 

The Indian Navy continues to maintain one Dornier aircraft in Seychelles to provide aerial surveillance for the Seychelles EEZ.  Another Dornier aircraft is actively flying from Maldives to meet Maldivian requirements of EEZ surveillance and anti-piracy patrols.

 

INS Tabar, is on a sustained deployment in the Gulf of Aden on convoy escort and anti-piracy patrol.

 

Four ships of the Western Fleet have just begun on an overseas deployment to Horn of Africa, Red Sea and the Western Mediterranean under the command of Rear Admiral AR Karve, Flag Officer Commanding, Western Fleet.

 

Suddenly, the Indian Navy is the service to watch out for.

 

Quietly, it has gathered pace in acquisition and modernisation together. Currently it is in the middle of a planned expansion designed to cater to emerging maritime security challenges in the Indian Ocean Region and beyond.

 

For instance, in April, India's latest naval base, INS Dweeprakshak(Island protector) was put into operation at Kavaratti in Lakshawadeep, the tiny island chain, southwest Kerala. Although the Indian navy has had a small presence on the strategically important islands for the past decade, its decision to open a permanent base emanated from recent incidents of piracy very close to these islands. At least 100 pirates were caught and several piracy attempts foiled in the vicinity by the Indian Navy in recent times.

 

In a statement, the Navy said: "Indian Navy has been operating a detachment at Kavaratti since early eighties. With the commissioning of INS Dweeprakshak, the island territories would see calibrated strengthening of assets in step with their growing relevance to the security calculus of the Nation. A firmer footing in the islands, which are spread outside some of the busiest shipping lanes of the world, would provide the necessary wherewithal to the Indian Navy to discharge its responsibilities suitably. Indian Naval Warships on patrol would now extend their reach farther with base support from INS Dweeprakshak." 

 

The establishment of this base is in keeping with the announcement made by the Chief of Naval Staff, Adm.Nirmal Verma.  "The Navy is also in the process offsetting up Operational Turn Around (OTR) bases, Forward Operating Bases and Naval Air Enclaves along the coast which would enhance the reach and sustainability of our surveillance effort. In 2011the Navy has provided a renewed impetus and focus towards creation of operational and administrative infrastructure in the Andaman and Nicobar Islands and the Lakshadweep and Minicoy Islands. These islands are the country's strategic outposts and augmentation of the facilities would enhance our reach and enable extended presence in the area," he had said in December2011.

 

The Navy's long-term Maritime Capabilities Perspective Plan in fact has identified a mix of two major roles for the force: One, the traditional blue water operational capability and two, a plan to effectively counter threats closer to the coast.

 

According to the report of the Standing Committee on Defence, tabled in Parliament in the last week of April, the Navy's short-term plan has the following objectives:

 

- Augment airborne maritime surveillance, strike, Anti Submarine Warfare and air defence capability through induction of shore-based aircraft, integral helos, carrier based aircraft, space based AIS and UAVs, along with suitable weapons and sensors.

 

- Develop ASW (anti-submarine warfare) capability through induction of suitable platforms, weapons and sensors.

 

- Build adequate standoff capability for sea lift and Expeditionary Operations to achieve desired power projection force levels, influence events ashore and undertake Military Operations Other Than War.

 

- Induct assets and develop suitable infrastructure to augment forces available for Low Intensity Maritime Operations (LIMO), protection of off- shore assets and Coastal Security framework.

 

- Induct force multipliers like satellite based global communications, reconnaissance and network enabled platforms to achieve Battle-Space dominance capability and perform network centric operations.

 

- Induct state-of-the-art equipment and specialised platforms for Special Forces to enhance niche capabilities to conduct Maritime Intervention Operations and other envisaged roles.

 

- Develop support infrastructure in island territories to support the planned force levels as well as support infrastructure for ships/submarines/aircrafts at ports and airbases.

 

Given the extensive plans presented to the Parliament, it is evident now that the Indian Navy is in the middle of its most ambitious expansion plan in the past three decades. Senior officers point out that the Indian Navy's perspective-planning in terms of 'force-levels' is now driven by a conceptual shift from 'numbers' of platforms -- that is, from the old 'bean-counting' philosophy -- to one that concentrates on 'capabilities'. 

 

Naval HQ says 50 modern ships are currently on order with majority being built Indian shipyards. The Parliament's Standing Committee on Defence was informed last month that while Indian shipyards have made remarkable progress in building hulls and associated equipment but still lags behind in building and manufacturing weapons and sensors.

 

Traditionally the Indian navy has sourced most of its ships from the former Soviet Union but over the past decade, defence planners have leaned hard on Indian shipbuilding yards to deliver a variety of warship for the Indian Navy.

 

Two stealth ships-INS Shivalik and INS Satpura-- commissioned recently have been designed and built by public sector Mazgaon Docks Limited. The order books of India's oldest government-owned shipbuilders are full with the Navy wanting four more such guided missile frigates over the next five years.

 

There are more acquisitions in the pipeline. They include: four anti-submarine corvettes, four guided missile destroyers, three stealth frigates, six Scorpene submarines (being built at Mazgaon Docks with French technology and help) and two nuclear-powered submarines.

 

India's conventional diesel-powered submarine fleet is down to single digits right now but with  the Russian-built Nerpa class nuclear submarine (leased for a decade) joining service earlier this year, the submarine arm has got a major boost. But the biggest force accretion in recent years has come in the form of Boeing Pi-8long range maritime reconnaissance (LRMR) plane that gives the Indian Navy a reach and capability to mount surveillance way beyond its traditional areas of influence.

 

According to its near-term plans, the Indian Navy has ambitions to become a three Battle Carrier Groups force by 2020.

 

While it's most prestigious acquisition-Russian Aircraft Carrier Admiral Gorshkov, to be renamed INS Vikramaditya-is likely to be inducted into the fleet latest by March 2013, one more carrier being built indigenously will most likely join the service by 2015.

 

Currently India operates a lone Aircraft Carrier, INS Viraat, a British-built 1960s vintage ship that is on an extended lease of life thanks to the Navy's innovative engineers and planners.

 

Vikramaditya, once inducted, will give India the much needed edge in its maritime capabilities since it will come with the latest MiG-29 K series of aircraft. Indian Naval Aviators are already hard at work training themselves on the planes but away from the ship.

 

Defence Minister AK Antony in fact told the Naval Commanders conference last month: "India's strategic location in the Indian Ocean and the professional capability of our Navy bestows upon us a natural ability to play a leading role in ensuring peace and stability in the Indian Ocean Region."

 

Little wonder than the US wants India and especially the Indian Navy to play a major role in its quest to form new and lasting regional alliances in Asia as articulated by visiting secretary of defence Leon Panetta.

 

(This article was originally written for a defence magazine 'Purple Beret')

Partager cet article
Repost0
25 juin 2012 1 25 /06 /juin /2012 16:45
South Korean Air Force could delay F-X Fighter programme

 

25 June 2012 airforce-technology.com

 

The selection of winner in the Republic of Korea Air Force's (ROKAF) multi-billion dollar F-X Fighter programme could be postponed at any time if in the national interest, the country's arms procurement agency's head has revealed.

 

Defense Acquisition Program Administration (DAPA) commissioner, Noh Dae-Rae, said: ''Our plan to make a decision by the end of October is not a deadline, but a target."

 

DAPA has already received proposals from three aircraft manufacturers, which included US companies such as Boeing, Lockheed Martin and European EADS Consortium, for the KRW8 tn ($6.9bn) fighter jet contract on 18 June.

 

Boeing had proposed F-15 Silent Eagle, while Lockheed and Eurofighter offered F-35 Lightning II Joint Strike Fighter (JSF) and the Typhoon, respectively, for the competition.

 

In accordance with the original plans, the test flights were scheduled for September, followed by announcement of the winner in October 2012; however, the bidding was cancelled by DAPA, citing errors in the relevant documents.

 

DAPA had set a new deadline of 5 July 2012 for the submission of bids.

 

The process ran into controversy after Lockheed refused real test flights by ROKAF's pilots, to assess the performance of aircraft and rather stressed for evaluation by using simulators, saying the fighter is still being developed.

 

The ROKAF is planning to acquire a total of 60 advanced fighter jets as part of the contract, with aim for deployment from 2016.

Partager cet article
Repost0
25 juin 2012 1 25 /06 /juin /2012 16:35

UK MOD

 

25 June 2012 army-technology.com

 

General Dynamics UK has received a contract from the UK Ministry of Defence (MoD) to supply the first systems information exploitation / health and usage monitoring system (SIE/HUMS) to the British Army.

 

Under the £4m deal, the company will install the systems in a total of 578 vehicles, including six protected patrol vehicle (PPV) variants in the operational training fleet to help enhance their availability and operations.

 

Armoured vehicles to be equipped with SIE/HUMS include the Mastiff, Ridgback, Husky, Jackal, Coyote and Wolfhound.

 

According to GD, the selection was based on the cost-effectiveness of the solution and also took into consideration the company's previous work, which included integration of more than 15,000 vehicles from the British Army's fleet.

 

The SIE/HUMS system is designed to enable operators and fleet managers to optimise vehicle use and minimise maintenance by providing accurate performance data, obtained through monitoring of onboard systems.

"The SIE/HUMS system is designed to enable operators and fleet managers to optimise vehicle use and minimise maintenance by providing accurate performance data, obtained through monitoring of onboard systems."

 

Data gathered will also help the personnel to enhance fleet availability, which will deliver an improved army vehicle fleet-management capability, in addition to allowing conditioned-based maintenance where lightly-used vehicles receive less work, which will eventually reduce maintenance costs.

 

The data collected and analysed by the system will range from engine management-system data, such as oil and water temperature, speed, distance travelled, and performance, to information about shocks and vibration, excessive vehicle speed or high fuel consumption.

 

Once the data is collected, operators conduct a statistical time-based analysis to identify potential problems; as more information is gathered, prognostics will also allow for better preventative maintenance practices, which contribute to increasing fleet availability.

 

The system is designed to be generic vehicle architecture (GVA) compliant and can plug-and-play with other GVA devices to improve onboard capabilities, as well as being modified through software configuration to record data as required.

Partager cet article
Repost0
25 juin 2012 1 25 /06 /juin /2012 12:43

Gladius source Rheinmetall

 

June 25, 2012 Strategy Page

 

The German Army has ordered the first production versions of its Gladius system for its infantry. Initially, 900 Gladius systems are being bought. It was six years ago that Germany began developing a high-tech ensemble of weapons and equipment for their infantry. This rapidly evolved into Infanterist der Zukunft (“Infantryman Of The Future”), or IdZ for short. The name was subsequently changed to Gladius.

 

Germany had noted the decades of American effort to develop the "Land Warrior" infantry equipment. In development since the 1980s, "Land Warrior" then consisted of 7.8 kg (17 pounds) of computers, displays (an eyepiece), radio, GPS, vidcam and battlefield wi-fi. The helmet mounted display is a vidcam that provides the soldier with 6 and 12 X magnification, plus the ability to transmit images or video back to headquarters. The net increase in weight for infantry was only about 5 kg (11 pounds), because the "Land Warrior" stuff replaced some gear already carried, like the GPS and personal radio.

 

France, Spain and Italy quickly joined the United States and most NATO nations in equipping its infantry with a more effective set of weapons and equipment, including a lot of electronic items (personal radio, GPS, gun sights, sensors, computer, and so on), new body armor and accessories in general. India and China are also working on similar projects.

 

These systems often run into problems when the troops get to try them out. Five years ago, the German army took its ensemble of high-tech Infantry gear and put it to the test. When the troops finally got a chance to try the stuff out, the equipment developers were dismayed to discover that the soldiers found IdZ more of a hindrance than a help. That's surprising, since the German program, like many similar ones in other NATO countries, were based on the two decade old American Land Warrior program, which was known to have some serious problems, things that had to be fixed before these "infantry systems" would work.

 

In the 1990s, the American Land Warrior concept was more than ambitious, it was revolutionary, so to speak. But that version had a science fiction air about it, and something useful was not expected to appear for two decades or more. But then two things happened. First, the troops began buying consumer grade gear to perform some Land Warrior functions. September 11, 2001 happened. All that, plus the unexpectedly rapid appearance of new computer and communications technologies, caused rapid reductions in the weight and complexity of the original Land Warrior design. At the same time, this made it possible for the first version of Land Warrior to undergo field testing much sooner and, even though that resulted in the cancellation of Land Warrior, many of the individual components continued to be developed. Eventually the troops will have wearable computers, wi-fi capability, and all manner of neat stuff. Eventually came sooner than expected.

 

Six years ago, a battalion of U.S. infantry tested the then-current Land Warrior gear. Many of the troops involved were combat veterans, and their opinions indicated that some of the stuff was worth carrying around the battlefield, and some wasn't. But once the gear got to Iraq, for testing by a few hundred troops, it was a different story. When people are trying to kill you, all help is appreciated, and evaluated differently.

 

And then there was the competition. German soldiers commented that they could do a lot better with some commercial gear. This made it clear that the German army brass were out of touch with what was really going on in the world. German soldiers knew more about what the Americans were doing in this department, than the army bureaucrats in charge of the IdZ program. Many of the young troops, as well as NCOs and officers, understood English, and were able to get into the message boards and email lists U.S. troops were using to discuss their experiences with Land Warrior. This led to a lot of tweaks to IdZ before it evolved into the production version called Gladius.

 

The other NATO nation programs were set up to learn from the experiences of similar projects. But that may not be enough, because there is always a temptation for developers to include new gadgets which seem neat, but do not pass muster in combat. Germany had troops in combat in Afghanistan providing feedback that molded IdZ into something that works. All these ensembles tend to end up with a personal radio, the latest, and lightest, protective armor, GPS, better weapons (rifles, pistols, grenade launchers and knives), night vision devices (especially those incorporated into gun sights) and accessories like remotely operated, lightweight ground and aerial vehicles.

 

One of the main goals of these ensembles, battlefield Internet, has proved to be more difficult to implement. Obviously, the ability to quickly transmit maps, videos and photos is valuable. But getting the gear light and reliable enough, as well as easy-to-use, has proved easier said than done. Progress has been made, but it's been slow. Some battlefield wi-fi systems are being sent to the combat zone.

 

The usefulness of the ensembles has been impressive enough for nations like Russia to buy the French version for their own troops. While Russia does not like to buy military equipment from other nations, they also picked up on the fact that these futuristic infantry ensembles are difficult to develop. So to get the troops something workable quickly, the Russians are buying from abroad.

Partager cet article
Repost0
25 juin 2012 1 25 /06 /juin /2012 12:20
DRDO's Strike Scenario For 3 Indian Fighter Efforts

 

June 25, 2012 by Shiv Aroor LIVEFIST

 

Wanted to write about this, but I just got back to Delhi from a weekend in Bangalore, and I'm rushing off to work, so I'm putting it up anyway. It's from a recent DRDO presentation and perhaps the first that depicts the LCA, AMCA and FGFA in an operational scenario. Comment and tell what you think this slide tells us.

Partager cet article
Repost0
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 12:20

INS Teg-Successfully-Finishes-Sea-Trials

 

INS Teg is the first of three modified Krivak III classguided missile frigates being built under a $1.6 billion deal signed in 2006.

 

NEW DELHI, June 22 (RIA Novosti)

 

A new stealth frigate built for the Indian navy by Russia arrived in the port of Mumbai on Friday, a diplomat said.

 

The ceremony for the arrival of INS Teg involved senior Indian navy officers as well as Russian officials and diplomats, said a spokesman for the Russian consulate in Mumbai.

 

INS Teg is the first of three modified Krivak III class (also known as Talwar class) guided missile frigates being built at the Yantar Shipyard under a $1.6 billion deal signed in 2006.

 

The other two vessels will follow in about a year, a Yantar spokesman said in April.

 

The 3,970-ton frigate incorporates stealth technologies and is armed with eight 290-km BrahMos supersonic cruise missiles.

 

The Indian navy already has three Russian-built Talwar class frigates.

Partager cet article
Repost0
20 juin 2012 3 20 /06 /juin /2012 07:55
Backpack Guided Missiles

 

 

June 19, 2012: Strategy Page

 

Israel is now exporting its 75mm Mini-Spike lightweight guided missiles. Three years ago an Israeli firm introduced this lighter, smaller guided missile system for Israeli forces. This is the smallest member of the Spike guided missile family, which all share many common components and technologies.

 

The Mini-Spike was designed for company and platoon size units in need of a lightweight precision attack weapon. Mini-Spike weighs 12 kilograms (26.4 pounds) and is designed for operation by one man. Max range is 1,200 meters. The missile uses a "fire and forget" guidance system. That is, once the operator gets the target in the CLU crosshairs and fires the missile the computer and seeker in the missile warhead memorizes the target and homes in on it. The infantry love this because it allows them to take cover once the missile is fired. The operator can also order the missile fly straight, high or low towards the target. The CLU has night vision and video recording capability and can be used just for surveillance.

 

Mini-Spike consists of two components. There is an 8 kg (11.6 pound) CLU (Command and Launch Unit), for indicating the target and sending radio signals to the missile. Individual missiles come in firing containers weighing 4 kg (8.8 pounds) loaded. A soldier typically will carry the CLU and two missiles. There is also an optional tripod available. The missile warhead is designed to kill or injure people and destroy structures, not penetrate armor. The operator can deactivate the warhead after launch, to minimize collateral damage.

 

Mini-Spike is meant to provide a cheaper and smaller (and more portable) alternative to missiles like the U.S. Javelin. Introduced in 2002, Javelin weighs 22.3 kg (49 pounds, with disposable launch tube and battery/seeker coolant unit) and is fired from a 6.4 kg (14 pound) CLU (command launch unit). The CLU contains a 4x day sight and a 9x heat sensing night sight. The missile has a tandem (two warheads to blast through reactive armor) that can hit a target straight on or from the top. This latter capability enables the Javelin to destroy any existing tank (including the U.S. M1) with its 8.2 kg (18 pound) warhead. Maximum range is 2,500 meters. Best of all, the seeker on the missile is "fire and forget." Mini-Spike costs about half what Javelin systems go for and are easier for infantry to carry around. Infantry rarely need a missile as powerful as Javelin. More frequently the demand is for something smaller like Mini-Spike.

Partager cet article
Repost0
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 11:32

Foxhound-light-protected-patrol-vehicle-in-Afghanistan.-Pho.jpg

 

19 June 2012 army-technology.com

 

The British Army's new Foxhound light protected patrol vehicles are currently undergoing final testing in Helmand desert, Afghanistan, prior to their operational deployment by end of the year.

 

UK defence secretary Philip Hammond said that £270 had been spent on 300 of the British-built vehicles to help keep troops protected.

 

"Foxhound's arrival in Afghanistan is great news for our soldiers," he said. "Our servicemen and women deserve the best protection we can get them."

 

Designed and built specifically for UK armed forces, the agile and versatile vehicle will become the mainstay in the British Army to protect troops from threats in Afghanistan.

 

The vehicle is lighter and smaller when compared to protected vehicles such as Mastiff and Ridgback.

 

Equipped with advanced protected patrol vehicle technology, the vehicle's size and weight offers significant levels of blast protection.

 

General Sir Peter Wall, chief of the general staff, added: "Foxhound gives the British Army the very latest level of protection on operations. This has been a well-run programme that will play a key role in equipping the army of 2020."

 

Incorporated with Formula One racing technology to provide speeds of up to 70mph, the v-shaped hull vehicle also safeguards crew against improvised explosive devices.

 

The UK Ministry of Defence (MoD) has awarded a £90m contract for an additional 100 Foxhounds to General Dynamics Land Systems: Force Protection Europe (GDLS:FPE), which brings the total number of vehicles to be delivered to British army to 300.

Partager cet article
Repost0
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 16:19
Foxhound arrives in Afghanistan

 

Jun 18, 2012 ASDNews Source : Ministry of Defence (United Kingdom)

 

The first of the British Army's new Foxhound vehicles have arrived in Afghanistan.

 

Foxhound is at the cutting edge of protected patrol vehicle technology and provides unprecedented levels of blast protection for its size and weight.

 

After being flown out from RAF Brize Norton in a C-17 aircraft, these patrol vehicles are currently undergoing final testing in the dusty and hot conditions of the Helmand desert before being deployed on operations later in the year.

 

Foxhound has been specifically designed and built in Britain to protect against the threats our troops face in Afghanistan. However, this is an agile and versatile vehicle that will be a mainstay in the Army for years to come.

 

Being lighter and smaller than other protected vehicles such as Mastiff and Ridgback, Foxhound brings a whole new capability to the Army and is ideal for soldiers operating in mentoring and partnering roles as it makes it easier for them to engage with Afghan National Security Forces and the local Afghan population.

 

General Dynamics Land Systems: Force Protection Europe (GDLS:FPE), who produce Foxhound, have worked with engineers from the World Rally Championship, McLaren F1, Ricardo and BMW to incorporate Formula One racing technology so it has a top speed of 70mph (113km/h), but can still protect against improvised explosive devices thanks to its v-shaped hull.

 

The MOD is also able to confirm today that a £90m contract for an additional 100 Foxhounds has been signed. It means a total of 300 vehicles will now be delivered to the Army as part of a deal with GDLS:FPE worth £270m that is sustaining around 750 highly-skilled jobs across the UK.

 

Other innovative design features mean that the Foxhound's engine can be removed and replaced in just 30 minutes and it can drive away from an ambush on only three wheels.

 

Defence Secretary Philip Hammond said:

 

"Foxhound's arrival in Afghanistan is great news for our soldiers. This Government has spent £270m on 300 of these hi-tech, British-built vehicles to help keep our troops properly protected. Our servicemen and women deserve the best protection we can get them."

 

Chief of the General Staff, General Sir Peter Wall, said:

 

"Foxhound gives the British Army the very latest level of protection on operations. This has been a well-run programme that will play a key role in equipping the Army of 2020."

Partager cet article
Repost0
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 08:39

Hargfang pic12 source FB Armee de l Air

photo Armée de l'Air

 

16.06.2012 Le Fauteuil de Colbert

 

L'actuel système de drones MALE (Moyenne Altitude Longue Endurance) de l'Armée de l'air -et de toute la France à vrai dire- est constitué par le système Harfang (quatre vecteurs et deux stations au sol). Il s'agit d'une version francisée, par EADS, du drone israélien Héron. Les drones sont de la classe des 1 tonnes, et auraient une autonomie de 24 heures. Le rayon d'action d'un drone MALE dépend de sa liaison avec sa station de contrôle :

  • s'il s'agit d'une liaison radio, alors il est, manifestement, dit que la portée du système ne dépasse pas celle de la liaison, soit 200 km, environ ;
  • s'il s'agit d'une liaison satellitaire (bien plus onéreuse) alors la portée du système dépend de l'autonomie intrinsèque du vecteur. 

Les drones MALE de l'Armée de l'Air ont été engagés en Afghanistan et en Libye pendant le conflit de 2011. Le rythme des opérations aurait été assez difficile à tenir avec seulement un système à quatre vecteurs.

 

Le système Harfang devait être remplacé en 2014. Pourquoi ? La raison n'a jamais été très clairement avancée. Mais, il semblerait que la première raison qui amène à s'intéresser à un "remplacement" de ce système c'est que... son contrat de maintien en condition opérationnelle (MCO) arrive à échéance en 2014. Forcément, dans ces conditions là, et tant que les état-majors jugeront utiles une telle capacité pour les opérations passées, présentes et à venir, il faut intervenir.

 

La suite des opérations était assez clair pendant un temps :

  • première phase, il s'agissait de donner une suite (toute neuve) au système Harfang par le développement d'un nouveau système intérimaire. Ce nouveau programme doit permettre de consolider les capacités industrielles françaises en matière de drones (MALE).
  • Seconde phase, il est question de développer un drone MALE "durable" à l'horizon 2020 et d'une ampleur bien plus importante.

Il y avait plusieurs solutions pour prendre la relève des Harfang. A priori, il n'y a pas eu un grand zèle pour renouveler de contrat de MCO. Il semblerait que l'Armée de l'Air tienne absolument à changer d'échelle en obtenant un nouveau système intérimaire, et surtout, un système où les vecteurs tendraient à être de la classe des 3 à 4 tonnes.

Cet renouvellement et cet accroissement des capacités nationales en terme de drones MALE au plan opérationnel doit s'accompagner d'une progression industrielle au second plan. C'est-à-dire que les savoir-faires acquis pendant l'opération Harfang doivent fructifier, et au moins perdurer.

Sur ce dernier point, il est assez difficile de savoir ce qui a été appris par l'industriel européen (EADS) pendant l'opération Harfang. La francisation du système a été l'occasion d'un très beau ratage financier, et de retards exceptionnels puisque le système devait entrer en service en 2003, et il ne vola dans l'escadron d'essais qu'en 2008. L'Armée de l'Air est-elle étrangère à cet état de faits ? La forcée aérienne française ne serait pas tout à fait étrangère à ces péripéties malheureuses car il semblerait que cela soit elle qui ait presque totalement transformée l'achat d'un produit sur étagère en développement d'un nouveau produit.
Est-ce que ce programme a été l'occasion d'enregistrer de nouvelles compétences dans l'hexagone ou dans l'Europe ? A priori, les compétences engrangées sont suffisamment faibles pour que le nouveau programme de drones MALE intérimaires se réalise une nouvelle fois avec un partenaire étranger.

En effet, le MALE durable qui doit apparaître en service à l'horizon 2020 doit être le fruit d'un programme à "plusieurs" entre européens. Le marché des drones MALE s'annonceraient juteux pour les prochaines années, et donc, forcémment, celui qui maîtrise le mieux son sujet a le plus de chances de profiter des retombées économiques d'un programme de drones MALE, même réalisé en coopération.

Ce tonnage accru pourrait s'expliquer par le besoin d'emporter plus d'équipements, tout en ayant une capacité à persister sur zone plus élevée. En outre, cela permet d'emporter des armes à bord du drone.

L'armement des drones (avec pilotes en l'occurence, le drone est téléguidé, il n'est pas en fonctionnement sur intelligence artificielle) semble avoir été admis par l'état-major des armées depuis les opérations en Afghanistan. C'est ce que font les américains depuis de nombreuses années avec les drones Predator (classe des 1 tonnes) et Reaper (classe des 4 tonnes) de General Dynamcis. Les drones MALE américians permettent de surveiller des localités dans les zones tribales du Pakistan dans l'optique de réaliser des frappes d'opportunité. C'est-à-dire que le renseignement collecté sur le terrain peut être directement transformé en action. C'est dans le même ordre d'idée que des drones MALE auraient pu servir en Libye : leur persistence sur zone leur aurait offert la possibilité de frapper les troupes loyalistes au moment le plus opportun. Entre un drone MALE persistant sur zone et une patrouille de Rafale, le coût financier pourrait être à l'avantage du drone.

Il y a d'autres aéronefs qui peuvent avoir une endurance assez comparable sur zone à celle d'un drone MALE armé. Mais ce dernier bénéficie de sa très faible taille, et donc de sa très faible surface équivalente radar, ce qui permet de s'affranchir de quelques frontières aériennes sans être repéré, ou bien d'agir dans une très forte discrétion.

Enfin, la vitesse de l'Harfang, environ 200 km/h, aurait été jugé beaucoup trop faible (contre près de 500 km/h pour le Reaper).

 

Ce premier état perceptible des faits permet de constater quels concurrents ont pu être plus ou moins écartés :

  • le premier d'entre eux est le MQ-1 Predator qui est donc de la classe des 1 tonnes : si le Harfang est jugé trop léger par rapport aux nouveaux besoins, alors il y avait peu de chances qu'il soit retenu.
  • Le second, et peut être le plus important, est le Patroller de SAGEM.

Le Patroller représente tout ce que l'on peut demander à nouveau drone MALE sur le plan industriel. L'industriel, Sagem, est le même qui avait, en son temps, réalisé les systèmes Sperwer qui avaient été vendu aux Pays-Bas, au Canada (mais il s'agissait d'un drone tactique) et accessoirement à l'Armée de Terre .
Pour réaliser le Patroller, Sagem délaisse la réalisation de la cellule du vecteur à un industriel allemand qui est spécialisé dans la réalisation de planeurs (l'entreprise STEIME). La firme française s'occuperait essentiellement de l'intégration des divers équipements et logiciels à bord de la cellule pour en faire un drone MALE à part entière. Mer et Marine, et d'autres, ont pu largement commenté que ce système fonctionne, et est en essais en vol.

C'est-à-dire, et il ne faut pas se lasser d'insister très, très lourdement qu'il y a un système de drones MALE, intérimaire, franco-allemand, qui poursuit ses essais en vol depuis presque deux ans.

Qui plus est, Mer et Marine relatait il y a très récemment que le drone Patroller essayait un équipement AIS dans l'optique de proposer une version de surveillance maritime de ce drone (programme AVISMAR ?).

Aussi, si l'industriel français ne reçoit pas de commandes pour son drone MALE d'ici à l'année prochaine, il devra abandonner la partie. La France entreterait dans la situation paradoxale où le seul industriel capable de réaliser les objectifs des gouvernants et des militaires en matière de drones MALE, et qui n'aurait pas été soutenu, devrait disparaître de la partie. Alors, certes le Patroller n'est pas dans le sacro-saint créneau des 4 tonnes de l'Armée de l'Air, mais est-ce que les forces armées et les administrations n'auraient pas à gagner à disposer de plusieurs systèmes de drones MALE ? Il convient de relever que depuis que le nouveau drone tactique de l'Armée de l'Air (le Watchkeeper de Thales qui devrait être prochainement commandé) nécessite une piste de décollage, la frontière est très mince entre ce drone "tactique" et un drone MALE de la classe des 1 tonnes.

 

Par contre, il y a l'autre drone MALE américain, le Reaper, qui rentre dans le cadre des besoins français. Vincent Lamigeon (magazine Challenge) avait eu vent de l'offre que General Dynamics aurait faite à la France : quatre vecteurs, plus deux autres pour l'attrition, un banc d'essais, deux stations au sol, et dix ans de MCO (2000 heures de vol par année) pour 209 millions d'euros (contre 700 millions d'euros pour la proposition de Dassault avec le même nombre de vecteurs et des capacités inférieures). Il faut dire que le système américain est produit à la chaîne.

 

Du côté de l'Europe, il y avait plusieurs propositions pour un nouveau système de drones MALE intérimaires :

  • EADS souhaiterait soit prolonger les Harfang actuels (ce qui heurte les besoins de l'Armée de l'Air) tout en poursuivant le développement du drone MALE maison, le Talarion,
  • Dassault Aviation souhaiterait, visiblement, se positionner sur le marché en francisant un nouveau système de drones MALE israélien (le Héron TP, qui semble être la succession du premier) avec, pour l'avenir, le projet de réaliser un drone MALE franco-britannique (le dénomé Télémos).

Il semblerait que pendant un temps il y ait eu un "deal" entre les firmes française et européenne :

  • l'une avait en charge la maîtrise d'oeuvre du démonstrateur d'UCAV européen (le nEURON dont les maitres d'ouvrage sont Dassault et la DGA) tandis que l'autre y est équipementier :
  • l'autre avait en charge la maîtrise d'oeuvre du programme de drones MALE durable européen (EADS avec le Talarion) alors que l'autre n'y était que équipementier. 

Cela aurait été le partage des tâches en Europe. En fait, il s'agirait avant toute chose (et comme souvent) de logiques industrielles : les deux entreprises veulent se positionner sur le marché des drones MALE qui semblent bien plus profitable puisque le "marché" des UCAV n'existent pas. Le programme nEURON ne prévoit que la réalisation d'une mission de démonstration avec un bombardement, il n'aboutira pas à la construction en série de drones.

 

Dassault Aviation se serait donc positionné finalement sur le marché des MALE en prétendant réaliser le nouveau système MALE intérimaire pour l'Armée de l'air. Pour ce faire, l'industriel français choisit l'israélien IAI pour franciser le Heron TP. L'arrivée en service de l'engin dépendra du degré de francisation de celui-ci : selon les exigences, il arrivera en service dans les deux à quatre ans après la décision prise.
Il va s'en dire que personne n'a vraiment fait remarquer ouvertement que si la décision était défintivement prise en 2012, alors le nouveau système arriverait en service en 2014 ou en 2016 pour durer jusqu'en 2020 où le drone MALE "européen" doit lui aussi entrer en service : entre 4 à 6 ans de service pour un investissement de 700 millions d'euros pour un système, c'est très coûteux.

 

Il y a de très nombreux obstacles au projet de Dassault :

  • à quoi bon franciser encore un drone israélien ? Est-ce que l'achat des drones Hunter et la francisation du drone Harfang ont été à la source d'enseignements ? Il faut croire que les industriels israéliens savent travailler sans vendre leurs secrets. 
  • Un programme pour pérenniser l'indépendance de l'industrie nationale ? "Un argument étrange, sachant que Dassault et Thales n'auront guère que quelques systèmes de communication (satellite, notamment) et peut-être un radar SAR à se mettre sous la dent".
  • L'investissement a-t-il été contrebalancé avec une prolongation des Harfang ?
  • Le plus beau, et c'est notamment l'argument qui aurait pu écarter le Patroller, la solution industrielle franco-allemande : le drone israélien ne peut pas emporter d'armes car il s'agit d'un drone conçu dans le cadre de missions de surveillance et de renseignement avant toute chose !
  • Enfin, et encore une très belle chose à relever : "Avec francisation, les sénateurs jugent que les chiffres de Dassault-IAI (370 millions d’euros) « appellent les plus expresses réserves, tant ils paraissent sous-estimés », rappelant qu'une même proposition de francisation du Heron TP émises par Dassault en 2010 était de 700 millions d’euros, soit presque le double".

C'est donc pourquoi les sénateurs ont fait barrage pendant un temps (puisque l'Assemblée a le dernier mot) au projet du gouvernement sortant, quand le Sénat a changé de majorité. Vincent Lamigeon relate très bien et très régulièrement les péripéties de ce programme.

 

Le journaliste relate une oppositon qui explique bien pourquoi les choix sont minces : la filiale Défense d'EADS, Cassidian, et notamment l'allemand Bernhard Gerwert, aurait bloqué autant que possible une autre solution : la construction de systèmes Reaper américains par l'industriel européen. En effet, il semberait que ce projet là ait inquiété l'industriel qui aurait craint pour le projet Talarion de drone MALE européen durable pour 2020.


Mais cela pourrait donner du grain à moudre au moulin de Dassault car l'industriel qui pointe la question de l'indépendance de l'industrie aérospatiale française a aussi pointé la question des inquiétudes à avoir vis-à-vis des industriels allemands qui auraient toutes les bonnes places à bord du programme Talarion. Dassault viserait donc, notamment, pour cette raison la coopération bilatérale sur le Télémos franco-anglais entérinait lors des accords du 2 novembre 2010. L'industriel  ne souhaiterait pas mettre un pied dans un programme qui pourrait l'amener dans une vague de rapprochement avec la multilatéralité et la recomposition de l'industrie européenne à son désaventage, et il voudrait se positionnier sur un marché porteur pour continuer à subsister seul. Ou bien en coopérartion avec un autre industriel qui ne semble pas vouloir de ce même mécanisme intégrateur européen : BAE Systems.

C'est pourquoi donc ni EADS, ni Dassault Aviation ne veulent entendre parler du Reaper puisque celui-ci obère leurs capacités à se positionner sur le drone MALE européen de 2020. En outre, s'ils ne participent pas à un programme de drones MALE à franciser (ou à "produire" sous licence, plutôt, où ils auront à leur charge l'intégration d'équipements français et européens), alors ils partiront dans de très, très mauvaises conditions pour tenir les délais pour parvenir à livrer les premiers systèmes dès 2020.

 

La situation en était restée au choix du gouvernement précédent en faveur de Dassault pour les drones MALE intérimaires et durables (le second va difficilement sans le premier).

 

Le problème, c'est que la fronde des sénateurs de gauche de 2011 prend un relief tout autre avec le changement de Président et de gouvernement.

Le nouveau ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a annoncé qu'il remettait à plat le dossier du nouveau système de drone MALE intérimaire. "Sur les drones, ma posture est très simple : je remets à plat, sans passion et avec pragmatisme", avait assuré le ministre, promettant une décision avant le 14 juillet".Comme cela a été dit à plusieurs reprises plus haut, le choix de l'industriel pour le nouveau MALE intérimaire implique de choisir le MALE durable de 2020. Faudrait-il penser que Dassault Aviation pourrait être écarté de l'un ou l'autre des projets ? En effet, les nouveaux gouvernants issus des élections présidentielles, et bientôt législatives, ont indiqué leur volonté de recomposer le secteur de la Défense avec une stratégie industrielle plus européenne et moins "patrimoniale". Il n'est un secret pour personne que l'avionneur de Saint-Cloud est dans la ligne de mire.

Cependant, il serait trop simple de revenir à EADS (et son Talarion) puisque le but de la manoeuvre, et quelque soit la couleur politique des gouvernants, est de positionner les industriels français sur un créneau porteur et crucial. Que Dassault soit bien vu ou non, peu importe, l'important est que un ou ou des industriels français maîtrisent tout ou partie des phases critiques du programme. En ce qui concerne les drones, ce n'est pas tant la cellule du vecteur qui est importante -la France sait encore concevoir et construire des planeurs ?- que l'intégration des équipements. Dans ce dernier domaine, les industriels français sont très bien positionnés dans la conception et la construction des liaisons radio, satellitaire, des boules optroniques, des radars, etc... Cette orientation est renforcé par le fait que si Sagem devait abandonner le Patroller alors l'entreprise se consacrerait à la "chaîne images" pour drone, c'est bien la preuve que la production de drones clefs en main n'est pas l'objectif primordial. En vérité, de très nombreux pays annoncent à tour de bras des programmes de drone aérien (même l'Arménie) : construire la cellule et la faire voler, c'est une chose, la remplir, c'est une autre.

 

Qu'est-ce que le nouveau gouvernement va bien pouvoir faire et décider ?

  • A priori, il semblerait que le programme Télémos soit maintenu et signé pour juillet. C'est en tout les cas ce qui peut être annoncé dans la presse.
  • Est-ce à dire que le nouveau MALE intérimaire sera donc le Héron TP, rebaptisé Voltigeur ? Dassault veut toujours croire en ses chances, et vanterait le fait que le Héron TP bénéficie dres retours d'expériences des israéliens. C'est un drôle d'argument pour un drone qui pourrait être opposé au choix du Reaper américain qui a été employé "à plusieurs reprises"...
  • Rien n'est moins sûr puisque Vincent Lamigeon évoque la dernière carte d'EADS : la francisation du Reaper !

Cette dernière solution qui semblait avoir été écarté au préalable reviendrait sur le devant de la scène (il vaut mieux le Reaper de chez EADS que rien du tout...) avec l'argument notable que, outre le fait que le drone MALE américain réponde à toutes les demandes de l'Armée de l'air (dont le fait d'être armé), les drones arriveraient en parc bien plus rapidement que les deux à quatre années avancaient par Dassault pour son projet. En effet, les compétences acquises (!) lors du développement de l'Harfang servirait pour ce projet.

 

Est-ce logique de donner le drone MALE durable à Dassault et le système intérimaire à EADS tout en ne s'engageant plus sur le Talarion (MALE durable) ?

 

A priori, et en lisant l'ouverture de l'article de monsieur Lamigeon du 12 juin 2012, oui : "Le ministère de la défense peut-il franchir le pas en acceptant une offre de Reaper francisé ? Il faudrait composer avec une inévitable réaction antiaméricaine d’une partie des parlementaires et de l’industrie. La pilule passerait mieux avec une forte participation de l’industrie française, et le lancement définitif du futur drone MALE européen, que le Vieux Continent ne peut plus de payer le luxe d’attendre. Avec, pourquoi pas, Dassault et EADS enfin sur le même bateau".

 

Le nouveau gouvernement doit donc résoudre une certaine quadrature du cercle :

  • d'une part, il semblerait que l'onéreux programme Voltigeur de Dassault soit retoqué pour de nombreuses raisons (financière, politique, industrielle et opérationnelle).
  • De l'autre côté, il n'est pas évident d'acheter des équipements américains en France à cause d'une vision gravement déformée de la politique gaullienne d'indépendance. Pourtant, le drone Reaper est la dernière solution (d'un drone MALE de 4 tonnes) pour ne pas attendre 2020 -bien que se passer d'un drone MALE intérimaire sur la période 2012-2020 présenterait l'avantage de donner le temps et l'ambition, forcée, aux bureaux d'études de parvenir à une solution satisfaisante.


Donc oui, le cheval de bataille du nouveau gouvernement pourrait être de rapprocher les équipes d'EADS et de Dassault Aviation. Ce beau projet, qui résoudrait bien des problèmes, se heurterait à deux grandes sources de difficultés interdépendantes :

  • comment créer une filière nationale au sein d'une entreprise multinationale ? Chacun des Etats de l'entreprise gardent un contrôle plus ou moins grand sur des compétences qu'ils jugent essentielles, et la tâche est ardue. La France garde la main sur les briques de sa dissuasion nucléaire, malgré MBDA et EADS : est-ce reproductible a minima dans les drones ?
  • Comment entamer un tel mouvement alors que d'autres européens veulent aussi les bénéficies du drone MALE européen durable -les allemands les premiers ?

Pour répondre à ces questions, il faut avoir une très bonne connaissance d'EADS et de la manière dont s'est déroulé le programme Harfang.

 

Malgré les retards, la situation est assez heureuse puisque la France possède des entreprises qui rayonnent dans les équipements pouvant être utilisés dans les drones : Zodiac, Thales, Sagem, etc...

 

Mais, il n'en demeure pas moins que la meilleure des solutions, vraiment la meilleure, et non pas la moins pire, réside dans le Patroller de Sagem. En tout cas, sur le plan industriel, c'est celle qui répond à l'ambition de la maîtrise nationale. L'Armée de l'Air bloquerait-t-elle cette solution car il faudrait "absolument" un drone MALE de la classe des 4 tonnes ? A tout hasard, il faut souligner que des drones MALE serviraient bien pour le programme AVISMAR de la Marine nationale et pour la Sécurité civile.

 

Il est étonnant que cette entreprise française, Sagem, soit autant ostracisé de ces manoeuvres industrielles alors qu'elle possède une très grande partie du savoir-faire recherché.

 

Si les drones MALE permettent bel et bien de faire progresser les capacités opérationnelles de toutes les Armées, voir d'autres administrations, alors il conviendrait, peut être, de choisir une solution qui ouvre des perspectives plus larges et permettent l'achat de plusieurs systèmes de drones.

 

Mais aussi, il est terriblement plus simple de rapprocher Sagem de Thales car une nouvelle répartition des compétences est déjà en cours entre les deux entreprises, bien que les discussions soient très, très difficiles. Cette nouvelle découpe des périmètres industriels de chacun pourrait englobe Dassault : la solution la plus confortable pour la France ne serait-elle pas de constituer une filière drone MALE franco-française ? Et pourquoi pas les équipes qui ont travaillé sur le drone Harfang ?
C'est bien ce qui qui a pu être fait la navale militaire (rapprochement DCN-Thales) et ce qui va être fait dans l'industrie militaire française terrestre (recomposition entre Thales, Nexter, RTD et Auverland (Panhard).

 

Ce que va faire le gouvernement entre Sagem, Dassault et EADS dépendra de ses ambitions pour la recomposition de l'industrie militaire française. Le nouveau gouvernement veut des rapprochements européens et doit composer avec Dassault Aviation (qui possède une bonne partie du capital de Thales (qui est également présent dans les drones... tactiques) qui souhaiter rester indépendant.

 

Il va s'en dire que la création d'une coentreprise drones MALE (voir aériens) en France serait une très belle manière d'aborder avec force le programme franco-anglais (Télémos de Dassault Aviation et BAE Systems) ou européen (Talarion d'EADS).

Il va s'en dire que les retards sont nombreux car si le gouvernement précédent avait fait fi des exigences de l'Armée de l'Air, alors le Patroller serait peut être en service à l'heure qu'il est.
Le dossier ne doit pas concerner la seule Armée de l'Air : les drones MALE peuvent servir dans la Marine nationale (AVISMAR, piraterie, AEM), dans la Sécurité civile (surveillance des forêts), voir dans l'Armée de Terre. Si cette dernière choisit un drone tactique opérant depuis des pistes en dur pour remplacer les Sperwer, alors aurait-elle était outrée de recevoir des Patroller, surdimensionnés par rapport à son besoin ?

A l'heure actuelle, nous devrions plutôt évoquer a mise en oeuvre de drones MALE depuis les ponts plats (BPC, porte-avions) de la Marine. Le Patroller se positionne en matière de drones de surveillance maritime, tout comme avait pu le faire le Reaper pour le programme Broad Aera Maritime Surveillance (c'est le RQ-4 Global Hawk qui a été choisi pour ce programme). Le Camcopter S-100 aurait alors constitué l'excellent partenaire de "Patroller-M" dans le cadre d'un système de surveillance maritime : le MALE serveille la zone, l'hélidrone tactique sert à la discrimination des échos.
Alors, le nouveau gouvernement, pour répondre aux exigences de l'Armée de l'Air, lancerait dès cet été un "Patroller 2" ou tout autre projet en vue de fournir un drone de 4 tonnes, en attendant le MALE franco-anglais ou européen de la classe des 7 tonnes.

 

Il faut peut être espérer qu'il s'agira d'un Reaper francisé pour le nouveau système de drones MALE intérimaire : le gain financier avec la proposition de Dassault pourrait être investit dans d'autres projets pour les drones MALE. La Marine pourrait profiter des bonnes relations franco-américaines pour développer les techniques d'appontage de drones à voilures fixes, après l'avoir fait avec des drones à voilures tournantes.

Partager cet article
Repost0
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 07:10

Hawkei-Source-Thales-Group.jpg

 

Jun 11, 2012 ASDNews Source : Thales Group

 

Thales Australia’s Hawkei vehicle is on display for the first time in Europe at the Eurosatory exhibition in Paris this week, drawing the interest of visitors from around the world.

 

The 7-tonne lightweight vehicle is built for rapid airmobile deployment, and is both modular and scalable, with command, reconnaissance, liaison and utility variants. A compelling choice for operations with limited point-of-entry options, the Hawkei offers operational flexibility across a wide range of mission profiles.

 

A mission-ready combination of survivability, mobility, payload and high levels of protection, the Hawkei features an innovative B-kit armour application that can be installed by troops on operations in less than 30 minutes, without the need for specialist tools. This straightforward and effective approach has been developed with Plasan, a recognised leader in specialized armour solutions, while Boeing Defence Australia is providing overall vehicle through life support services.

 

On board, visitors to the show will see an innovative Vehicle Electronic Architecture (VEA) that is the result of an extensive joint development program between Thales in France, the UK, Switzerland, the Netherlands and Australia. This allows the vehicle to be mission systems configurable, with surveillance, communications and Battle Management System able to be displayed on a single screen and out to meet rapid re-tasking at minimal cost and effort.

 

The vehicle will also be displaying Thales’s SOTAS vehicle communications system, Sophie thermal imager, MBITR radios, as well as Polaris GPS.

 

Hawkei crews will benefit from the vehicle’s Health and Usage Monitoring System (HUMS) which uses touch screens to display vehicle performance data on engine status, systems, power management, weapons and sensors.

 

Chris Jenkins, Thales Australia’s CEO, said: “The Hawkei is a versatile vehicle ideally suited to meet contemporary and future operational challenges. It incorporates high levels of protection in a compact and versatile platform, and builds on our experience with the Bushmaster program and its success on operations in Afghanistan and Iraq against IEDs and small arms ammunition.”

 

“We have also future-proofed the Hawkei in regard to the increased use of networked technologies on operations, and this has driven our development of a supplier-agnostic VEA that can be used to integrate an array of third-party equipment. This gives users genuine choice when deciding which technologies to deploy for any given task.”

 

Thales Australia recently signed a contract with the Australian Department of Defence to deliver six prototypes under the LAND 121 phase 4 programme, which will acquire 1,300 new light protected vehicles to replace the current Land Rover fleet.

Partager cet article
Repost0
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 16:55
Navantia prévoit que la crise espagnole affectera la livraison des sous-marins S-80

 

 

16 juin 2012 Par Rédacteur en chef. PORTAIL DES SOUS-MARINS

 

Le programme de sous-marins espagnols S-80 souffrira à nouveau des conséquences de la crise économique qui touche actuellement l’Espagne. Le directeur du chantier naval Navantia a confirmé que la conjoncture actuelle touchera de nouveau le développement de ce projet.

 

Le directeur du chantier, Manuel Filgueira, a reconnu que la construction des 4 sous-marins pour la marine espagnole souffrait à nouveau des conséquences de la crise économique.

 

« Je ne peux dire aujourd’hui quelles seront les conséquences concrètes de la crise économique sur le programme S-80, mais nous sommes conscients que, d’une manière ou d’une autre, nous les remarquerons, » a expliqué Filgueira.

 

Le programme S-80 a déjà connu plusieurs retards. Au départ, le 1er sous-marin devait être livré en 2012. Cette date a ensuite été repoussée à la fin 2013. Actuellement, Navantia prévoit que le 1er sous-marin ne sera livré qu’en mars 2015. La mise à l’eau et le début des essais sont programmés pour mai 2013.

 

Référence : Info Defensa (Espagne)

Partager cet article
Repost0
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 11:45
Navantia propose son sous-marin S-80 à la Norvège

 

16 juin 2012 Par Rédacteur en chef. PORTAIL DES SOUS-MARINS

 

Le royaume scandinave s’intéresse au sous-marin espagnol dans le cadre d’une étude préliminaire sur ses besoins futurs.

 

La Norvège rejoint la liste des pays qui s’intéressent au sous-marin espagnol S-80 de Navantia. Celle-ci remettra prochainement des informations techniques demandées par la marine norvégienne. Cette demande d’informations intervient dans le cadre d’une étude préliminaire destinée à définir ses besoins en sous-marins pour le futur.

 

Selon certaines sources, la Norvège pourrait prendre une décision en 2015 ou 2016. Plusieurs possibilités sont envisagées, entre la prolongation de la vie opérationnel de ses sous-marins actuels jusqu’à leur remplacement — complet ou partiel — par de nouveaux sous-marins. Outre les S-80 espagnols, les norvégiens sont aussi intéressés par des sous-marins suédois, allemands et français.

 

Référence : La Verdad (Espagne)

Partager cet article
Repost0
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 18:54

CRAB photo RP Defense

 

11.06.2012 Panhard- army-guide.com

 

Panhard General Defence, leader in the area of light armoured vehicles - under 15 tons, will display the whole range of products, combat vehicles, liaison vehicles and support vehicles, as well as its range of remote-controlled weapon systems.

 

A couple of new items in the area of combat - the Sphinx and the CRAB - will renew the selections of land forces, as much in the area of employment doctrine as in the area of technology.

 

Le CRAB, an applicant to the Scorpion VBAE (Commitment support armoured vehicle) program, includes a couple of technologies mastered by Panhard: the survival cell and the integration of a remote-controlled weapon system; it enables to achieve a low-profile and light-weight CRAB, while providing an outstanding protection level for this weight category. It will be possible to airlift a troop of three vehicles in combat configuration in an A400M; and this vehicle has a significant firepower provided by its weapon system.

 

The SPHINX, an applicant to the Scorpion EBRC (Combat Reconnaissance Armoured Buggy) program, links a concept of highly-mobile armoured platform - thanks to a weight/power ratio higher than 30 hp/t - to a turret fitted with a Lockheed Martin CTA 40 gun. It will dramatically reduce costs thanks to a very attractive LCC (Life Cycle Cost).

 

The HORNET remote-controlled cupola, developed with Sagem according to an industrial scheme that had been used to develop the WASP, can be fit either with a 12.7-mm machine-gun or a 40-mm grenade-launcher. Its design enables to have a reduced overall height, and it is possible to set numerous optional assets onto a frame which is independent from the mount. The choice of Sagem optronics, and VA (Value Analysis) carried out on the main mechanisms have enabled to decrease the price that is much lower than current prices on the market.

 

Moreover, Panhard will also display the families of vehicles - coming from the VBL and PVP - that are already well established in the French Army, and also widely disseminated at export.

 

The two thousand and three hundred VBLs manufactured to date, used in operations under all latitudes have been offered in twenty-five different versions, for a wide array of missions: combat, security, recce, surveillance, and intervention missions, for national defence and homeland security. Panhard keeps selling the VBL in the new Mk2 version, re-engined with a140-hp power train. The VBL Mk2 has already been manufactured for Kuwait.

 

The PVP, the PVP HD or Gavial Plus, and the PVP XL cover the five-to-twelve-ton vehicles to offer an appropriate price and targeted achievements. With its (Stanag 4569) protection level 2 and a one-ton payload weighs 5.5 tons only. The PVP HD and its seven tons, competes with nine-ton armoured vehicles. The PVP XL (STANAG-level 4 for mine and ballistic protection, and a three-ton payload) competes with fourteen-ton vehicles whereas it only weighs twelve tons.

Partager cet article
Repost0
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 09:21
Un millier de petits véhicules protégés en service

12/06/2012 DGA Actualité

 

La direction générale de l’armement (DGA) a livré début juin 2012 son 993e petit véhicule protégé (PVP) à l’armée de Terre. 1 133 PVP avaient été commandés à la société Panhard General Defense.

 

Le PVP est un véhicule 4x4 moderne, équipant les cellules de commandement des unités d’artillerie et de génie, ainsi que certaines unités spécifiques de l’infanterie parachutiste et alpine, de la circulation et du renseignement. Aérotransportable, blindé et très mobile, il peut transporter jusqu’à 4 passagers. Il dispose d’une mitrailleuse de 7,62mm qui, pour certains emplois, est installée sur un tourelleau téléopéré de l’intérieur du véhicule. Le PVP a été déployé en Géorgie, au Liban et en Afghanistan.

 

Les PVP sont produits sur les 2 sites industriels de Marolles-en-Hurepoix (Essonne) et Saint-Germain-Laval (Loire). Le programme PVP représente environ un million d’heures de travail pour Panhard et ses sous-traitants.

Partager cet article
Repost0
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 07:59

ar

http://www.meretmarine.com/objets/500/25748.jpg

Des VBCI à Toulon

crédits : MARINE NATIONALE - EMMANUEL RATHELOT

 

14/06/2012 MER et MARINE

 

Faisant partie des moyens terrestres projetables par les bâtiments amphibies de la Marine nationale, les Véhicule blindé de combat d'infanterie (VBCI) et les Petits véhicules protégés (PVP) continuent de remplacer les anciens matériels de l'armée de Terre. A l'occasion du salon Eurosatory, qui s'est déroulé cette semaine la Direction générale de l'armement a annoncé avoir livré, le 12 juin, le 400ème VBCI. Produit par un groupement d'entreprises constitué de Nexter Systems et Renault Trucks Defens, ce véhicule a été commandé à 630 exemplaires par la DGA. Alors que le premier VBCI est sorti de l'usine Nexter de Roanne (Loire) en 2008, le dernier exemplaire doit être livré en 2015.
Doté de 8 roues motrices, ce blindé de 30 tonnes en charge, capable d'atteindre 100 km/h, remplace les AMX-10. Il existe en version poste de commandement (VPC) et en version de combat d'infanterie (VCI). La version VCI, commandée à 520 exemplaires, est équipée d'une tourelle de 25 mm et peut embarquer 11 soldats. Aérotransportable dans le futur avion A400M, il peut également embarquer sur les bâtiments de projection et de commandement (BPC) de la Marine nationale, avec mise en oeuvre, pour les opérations amphibies, via des engins de débarquement de type EDAR ou CTM, déployés depuis le radier des BPC.


Engins de débarquement et BPC (© : MARINE NATIONALE)


PVP à bord du BPC Mistral (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Il en est de même pour le PVP, destiné à remplacer les P4, avec la particularité, par rapport à ses aînés, d'offrir une protection aux personnels transporté grâce sa cabine fermée et blindée. En tout, 1133 PVP ont été commandés à Panhard General Defense, la réalisation de ces véhicules 4x4 étant répartie sur les sites de Marolles-en-Hurepoix (Essonne) et Saint-Germain-Laval (Loire). Le 993ème exemplaire a été livré début juin à l'armée de Terre. Les PVP équipent les cellules de commandement des unités d'artillerie et de génie, ainsi que certaines unités spécifiques de l'infanterie parachutiste et alpine, de la circulation et du renseignement. Pouvant transporter jusqu'à 4 passagers, ils disposent d'une mitrailleuse de 7,62mm qui peut être installée sur un tourelleau télé-opéré de l'intérieur du véhicule.
Le PVP, comme le VBCI, ont déjà été déployés sur plusieurs théâtres d'opérations, comme le Liban et l'Afghanistan. Dans le domaine des nouveaux équipements terrestres amenés à embarquer sur les BPC de la marine, on notera que l'armée de Terre attend toujours le lancement du programme Scorpion, dont l'un des enjeux est le remplacement des Véhicules de l'avant blindés (VAB) par les futurs Véhicules blindés multi-rôles (VBMR).
___________________________________________

- Voir le webdocumentaire de la DGA sur le VBCI


VAB débarqué par un EDAR (© : ECPAD)

Partager cet article
Repost0
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 07:55
Sagem awarded new tactical drone contract for French army, continues to modernize fleet

Paris, Eurosatory exhibition, June 12, 2012 Sagem DS

 

French defense procurement agency DGA has awarded Sagem (Safran group) a contract for five Sperwer Mk II drones, which will join the fleet of SDTI tactical drones already in service with the French army. These new systems will be delivered between the second half of 2012 and mid-2013, and will enable the French army to maintain its tactical drone capability.

 

At the same time, the DGA announced another contract award for Sagem, this time to modernize the GPS code P(Y) module on all Sperwer drones in service. Developed by Sagem for the Rafale multirole fighter, this GPS module is coupled to the drone's navigation system, enabling very precise geo-location of ground targets by the Sagem Euroflir 350+ optronics pod.

 

The Sperwer tactical drone system has been deployed in Afghanistan since 2003 to support NATO troops. For France, the 61st Artillery Regiment has deployed this system since November 2008.

 

The drones themselves are produced by Sagem's Montluçon plant. Sagem has produced over 25 complete tactical drone systems to date, including 140 aircraft.

 

(1) Système de drones tactiques intérimaires.

* * * *

Sagem, a high-tech company in the Safran group, holds world or European leadership positions in optronics, avionics, electronics and safety-critical software for both civil and military markets. Sagem is the No. 1 company in Europe and No. 3 worldwide for inertial navigation systems (INS) used in air, land and naval applications. It is also the world leader in helicopter flight controls and the European leader in optronics and tactical UAV systems. Operating across the globe through the Safran group, Sagem and its subsidiaries employ 7,500 people in Europe, Southeast Asia and North America. Sagem is the commercial name of the company Sagem Défense Sécurité.

Partager cet article
Repost0
12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 07:30
Eurosatory 2012 : consolidation industrielle et baisse des budgets s’imposent

 

11 juin 2012 Par  Hassan Meddah USINE NOUVELLE

 

Du 11 au 15 juin, les industriels de l’armement et de la sécurité terrestres se donnent rendez-vous au salon Eurosatory, au parc des expositions de Villepinte. Le nouveau ministre de la Défense français, Jean-Yves le Drian, aura l’occasion de préciser les grandes lignes de sa politique industrielle et dire comment il compte favoriser une industrie de défense européenne.

 

Eurosatory, le salon de la défense et de la sécurité terrestres,  continue de faire le plein. Pendant 5 jours, 1400 exposants (grands groupes, PME, forces armées…), et 55 000 visiteurs sont attendus. Dans  les allées et entre les démonstrations dynamiques de mini-drones et de blindés, militaires et industriels devraient évoquer les baisses des budgets de défense en Europe, les  consolidations à venir ainsi que la relance d’une industrie de défense européenne.

 

"Les investissements dans la défense en France n’atteignent que 1,9% du PIB contre environ 10% pour la Chine ou l’Inde, et près de 5% pour les Etats-Unis. Ce niveau est notoirement insuffisant pour maintenir notre rôle de membre permanent du Conseil de Sécurité", indique Christian Mons, président du GICAT, le groupement des industries françaises de défense terrestre.

 

Or la situation ne risque pas de s’améliorer à court terme. Le nouveau ministre de la défense Jean-Yves Le Drian, qui sera présent lundi sur le salon, a déjà précisé que son ministère sera mis à contribution mais "ni plus ni moins" que les autres. Le ministre, lors d’une interview au journal Le Monde le 6 juin dernier, a déjà défini quelques priorités et certains types d’équipements seront privilégiés notamment les moyens de renseignement et d’ observation (satellites, et drones),  des moyens de protection et d’action des forces aéroterrestres, et les solutions de ravitaillement en vol.

 

Fin mai, il a également remis en cause certains choix de son prédécesseur Gérard Longuet. "Sur les drones, ma posture est très simple, je remets à plat, sans passion et avec pragmatisme", a-t-il  indiqué lors de sa première conférence de presse.

 

Consolidation et coopération

 

Ces coupes dans les budgets militaires français mais également européens pourraient donc favoriser la consolidation entre fabricants et une coopération européenne encore peu développée. Depuis qu’il est en poste , le ministre n’a cessé de militer pour le développement d’une industrie de défense européenne.  "La France prendra des initiatives dans ce sens", a-t-il déjà précisé. Au niveau français, le ministre a les moyens d’inciter les industriels à collaborer notamment à travers les financements de la direction générale de l’armement. En charge d’équiper les armées, elle a dépensé 10,7 milliards d’euros en crédit d’équipements et de recherche au profit des industriels.

 

Reste que tout n’est pas noir. La forte dimension internationale du salon avec près de 70% d’exposants internationaux et de nombreuses délégations étrangères, rappelle que les technologies d’armement made in France se vendent bien à l’export. En 2011, le pays a confirmé son rang de quatrième puissance exportatrice de matériel militaire en 2011 avec des ventes de 6,5 milliards d'euros aux armées étrangères.

 

Reste que tout n’est pas noir. La forte dimension internationale du salon avec près de 70% d’exposants internationaux et de nombreuses délégations étrangères, rappelle que les technologies d’armement made in France se vendent bien à l’export. En 2011, le pays a confirmé son rang de quatrième puissance exportatrice de matériel militaire en 2011 avec des ventes de 6,5 milliards d'euros aux armées étrangères.

Partager cet article
Repost0
7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 11:39

USS Fort Worth crédits LOCKHEED MARTIN

 

07.06.2012 By Galrhan - informationdissemination.net

 

Today's guest is Christopher Cavas, Journalist at Defense News and Navy Times.

"You have covered the Littoral Combat Ship program from inception to present, and know the history of the program as well as anyone. You have written a story on virtually every newsworthy event related to the Littoral Combat Ship from the beginning. You are one of a handful of people outside the Navy and Industry who has both a deep history and familiarity with the program. Some suggest the LCS program should be canceled. Others say the LCS program has merit. What is the Littoral Combat Ship in your words, and what should LCS be looking to the future?"

The Littoral Combat Ship is, in a word, a challenge. A challenge to understand, a challenge to develop, a challenge to build. The program is a challenge to manage, to defend, to get to sea. To train for and crew, to support, to maintain. To develop mission modules for, to perfect and operate dozens of new technologies in those modules, to control those technologies in an operational environment. A challenge to develop a concept of operations for, to convey to the fleet what it should be used for, to keep from being misused.

For a decade now, the program has struggled to explain its purpose. It remains an incomplete story, constantly threatened, continually under attack, and desperately anxious to prove itself. The challenge to validate the program is repeated with every annual budget cycle, inside the Pentagon and to Congress.

The political challenge is constantly repeated as lawmakers come and go. Recently, several politicians relatively new to the program or to Capitol Hill have called for stronger oversight and more government reports.

But LCS has never suffered from a lack of oversight. Questions about the program’s progress were a regular feature of every Navy posture hearing beginning in 2004. The House Armed Services Committee, particularly Seapower subcommittee Rep. Roscoe Bartlett (R-Md.) and his successor Rep. Gene Taylor (D-Miss.), routinely held LCS hearings featuring not only Navy and industry reps, but all the strongest LCS critics, including government oversight experts from the Congressional Budget Office, Congressional Research Service, and the Government Accountability Office, along with a host of think tank witnesses (including Bob Work, then a Washington analyst, now, as Navy under secretary, the ship’s cheerleader-in-chief). A series of Pentagon oversight entities constantly reviewed the program’s purpose and performance, usually with strong criticisms and guidance. For years, every budget bill report from the House and Senate appropriations and armed services committees has contained strong language expressing concerns about the program’s performance, even while continuing to support the LCS concept.
 

US Navy Photo

Most of this discussion centered on the two LCS ship designs. Yet the mission modules -- the key to the LCS concept of a platform able to change missions with a swap of equipment -- continue to be a problem area, often poorly articulated by presenters and misunderstood by listeners. LCS discussions still focus on the ships, something perhaps not hard to understand given that the makeup of the mine module has changed, the equipment and the very concept of the anti-submarine module has been fundamentally altered, and the surface module lost its surface-to-surface missile -- the most powerful element it had going. All of this compounded by the fact that none of the modules is in service, or even been operationally demonstrated.
With two ships in commission, another about to be delivered, and more on the way, the LCS is now moving into an entirely new phase, transitioning from a development, acquisition and shipbuilding program into an operational mode. The center of LCS discussion is moving outside Washington to Norfolk and San Diego. Next year it will jump across the world’s largest ocean and drop squarely in Singapore, where the western Pacific press, from a variety of viewpoints, will be taking great notice.

The fleet is only tentatively picking up the LCS drumbeat. Inside the beltway, Work is today the type’s primary champion, staunchly and often emotionally defending and explaining the ship to any and all comers. The Navy’s top leadership and the flags at NAVSEA continue to talk up the program and the Pentagon’s surface directorate is joining in. U.S. Fleet Forces commander Adm. John Harvey in Norfolk has been a key advocate, particularly in his admonitions last year to fleet commanders not to use the ship in roles for which it isn’t intended. Vice Adm. Richard Hunt, commander of naval surface forces in San Diego, now is speaking about the Freedom’s potential to be an effective fleet unit.

But years of over-reaching promises followed by long production delays have eroded confidence among mid-level officers and experienced sailors in the program’s future. O-4s and O-5s, E-7s and E-8s seem to be routinely advising their juniors to bypass LCS and aim for more established programs. O-6s who five years ago were enthusiastic LCS supporters have turned away.

Even the voice of industry has become somewhat muted. Lockheed Martin remains out in front in many LCS promotion efforts, joined now by the Italian firm Fincantieri, which purchased the Marinette Marine shipyard that builds LockMart’s ships. But General Dynamics has gone virtually silent, a consequence of a 2010 decision to split from its Austal USA shipbuilding partner to position itself for future LCS ships, only to see that possibility slip away with yet another Navy change-of-concept for the program’s construction. Austal USA, a small-time operation compared with the GD behemoth, has not come close to matching its former partner’s PR efforts.

Adding to a lack of cohesiveness, both LCS primes still convey a sense of competition, even though the Navy is committed -- for the moment -- to building equal numbers of each type. The “ours is better than theirs” attitude might be good for one or other of the designs, but it is not helping the overall LCS effort.
 

 
US Navy Photo

This is a frustrating time in the program’s development. The two prototype ships have yet to take effective mission modules into action. The adolescent concept is starting to look real -- both LCS ships finally joined together at the beginning of May in San Diego -- but it will still be some time before an LCS is doing something the Navy really needs it to do.

From the mid-2000s when the LCS construction schedule started to slide and zoom up in cost, the program acquired a widely-acknowledged reputation as a troubled (that’s a nice word for it) effort. Navy mismanagement, changing priorities, overzealous and unrealistic expectations, shipyard and contractor inexperience all piled on to give the program an aura of unrelenting chaos. People might not understand what it was, but lots of folks -- particularly on Capitol Hill -- knew it was a mess. It took years for the service to work its way through numerous issues. Many problems remain, but it seems now the worst has been overcome, at least from a programmatic standpoint. In fact, from many aspects -- steady schedule, fixed pricing, stable design, increasing shipbuilding experience -- the LCS program is entering into a new era of maturity.

But widespread negative perceptions remain, and everyone involved in the effort remains challenged to demonstrate it can do what it is supposed to do. Still without any concrete missions accomplished, the LCS continues to be the target of often withering criticisms. The past few months in particular have seen a dramatic rise in the number of negative media stories, followed by attention-craving Congressmen calling for more oversight and more hearings and more reviews.

Problem is, none of these recent negative reports has offered anything new. More information about old problems, in some cases, but no new issues. Eternal hand-wringing about old problems is fun for some, but is it productive? Who is questioning the questioners? Or is it just a familiar tune that everyone’s used to?

Junior lawmakers new to the game or those who never sat on the relevant committees calling for new hearings about things they missed is nothing new. But that they do so is not always related to good oversight -- sometimes it’s just good old-fashioned grandstanding. (Imagine, politicians trying to call attention to themselves!)

Reporters writing shallow or repetitive stories, and editors calling for similar stories because everyone else is doing them, is not good journalism, even when it comes from leading publications. Sometimes it’s an honestly elusive story, sometimes it’s just plain lazy.

Leakers who offer deeper information about situations already reported don’t always have great new stuff, sometimes they just have more stuff.

Think tanks who jump on these reports as indicators of true developments, rather than media and political frenzies, don’t help by granting an aura of learned pretentiousness to the discussions.

Critics who simply don’t like the LCS concept – and aren’t going to change their minds -- aren’t always describing real problems. Sometimes they’re just talking about their personal preferences. Sometimes they just don’t want to take the time to really find out what’s happening, repetitively recycling great rants from yesteryear.

On the other side of the argumentative aisle, Navy leaders describing the LCS as a mature, well-thought out and operationally proven system do the entire effort a disservice by getting ahead of the game. Talking about four ships in Singapore, eight ships in Bahrain, or meaningful contributions to the art of mine sweeping and anti-submarine warfare and surface actions and drug hunting isn’t very helpful when you try and make it sound like you’re out there right now doing that sort of thing.
 

US Navy Photo

With the primary acquisition challenges now dealt with, with the Navy beginning to focus on the effort to get these ships into service, here’s the crux of LCS from here on out: change.

To be sure, there are plans in place for everything the Navy’s planners can think of. But chances are exceptionally high that everything will change as the ships and their crews take them to sea.

LCS is not a done deal. It is not a mature, final design. It does not have a fully proven concept of operations. It is not clear how many sailors should crew the ship, or if a group of manned and unmanned off-board vehicles can be simultaneously and effectively operated, or if those systems will work, or what effect having an LCS with any particular module will truly have on an operation. It is not known whether either of the combat systems will be completely effective (probably not), what specific changes should be made, or how they can be made to both ships. It is not clear which module handling system work efficiently and not break down when you need it. It is not known if the networked communications, computer and control systems will work effectively. It is not known what the final costs will be to buy the modules and operate the ships on a forward-deployed basis. It is not known if the supply, maintenance and parts support systems will be effective. Heck, it is not known if they should begin painting the aluminum superstructures and hulls. It is not known -- well, you get the idea.

Anyone calling for a halt in the program while definitive answers are found to any of these questions is demonstrating a deep absence of understanding what the program is about. That is not the point, sir. Yes, there is a plan, there is a concept, there is a certain direction, but the end result in many cases may well not be what is currently envisioned.

The ships were designed with a main battery unlike anything ever carried by a combatant ship: empty space. Big, empty mission bays ready to accept large containers of equipment and systems, along with flight decks much larger in proportion to other surface fighting ships.

Will some of the mission equipment not work well? Probably. Have something better? No problem. Change it. Bring stuff in and install it, ship stuff out, bring in different stuff.

You can’t do that on other warships. Can’t do it on Arleigh Burke or Zumwalt destroyers, or new British or French or Italian or Chinese or Russian destroyers and frigates. Forget about other 3,200-ton frigates or corvettes, they’re already packed with gear. When those systems age or become obsolescent, the ships will age with them. But an LCS is designed to grow, change and morph over time, adapting to changing requirements and priorities in -- it is hoped -- an efficient and effective manner.

No navy has ever had a ship like this. The Danes tried the modular concept on a much lower level, but the LCS takes the idea significantly further. If it works, it will mean the Navy has gotten a new minesweeper, a new inshore ASW ship, a new brown water surface combatant, a new special operations platform, a new maritime interdiction ship, all in one platform. If it doesn’t work -- well, it won’t be the first time a type of ship entered service and then faded away after a few years. That’s not good, but it certainly happens.

A little history. In 1927, two of the biggest ships in the world were commissioned into the U.S. Navy. The huge aircraft carriers Lexington and Saratoga dwarfed the fleet’s battleships and represented an enormous investment, particularly in a peacetime Navy that faced no urgent threat. One might have presumed the Navy had really thought out this aircraft-carrier thing, knew how to design the ships, operate the systems and planes, fit them into fleet battle concepts and tactics. But that might be presumptuous.

Many people know that the Navy designation for an aircraft carrier is CV. What many people don’t know is what that originally stood for -- cruiser, heavier-than-air. Those enormous aircraft carriers were cruisers, or scouts. They had eight-inch guns to fight off the other guy’s scouts, and their aircraft were largely intended to scout the enemy so the big battlewagons could move into position.

It was another 16 years or so before the modern concept of an aircraft carrier matured. Years of experimentation, trial-and-error work, technological development, a huge tactical leap demonstrated by a skilled enemy, and the loss in five months of four of the fleet’s seven fleet carriers produced lessons learned that resulted in a combat system far removed from 1927. But many of those matured concepts of 1943, through many technical evolutions, are still at the core of today’s carrier strike group concepts.

Hopefully it won’t take that long, or cost that much in blood and bucks, to mature the LCS concept into an effective naval unit. But the challenge facing today’s Navy is to make the system work, to find its weak points and come up with changes, to find out what it can really do and stay away from what it won’t. To adapt what you’ve got to what you need.

And yes, government testers, oversight committee members, critics and reporters, there won’t be final answers to many of these questions for some time. Get used to it. Roll with it. That’s the idea.

NOTE: All views expressed herein are my own, and are not connected to, nor do they represent in any way, Defense News or Gannett Government Media.

Partager cet article
Repost0
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 11:46

nimr II

 

06.06.2012 france-moyenorient.com

 

Du 11 au 15 juin se tiendra Eurosatory le salon mondial de la Défense et de la Sécurité terrestres et aéroterrestres au Parc des Expositions de Paris. La société émiratie NIMR Automotive, joint venture entre Bin Jabr Group et Tawazun Holding spécialisé dans le secteur de la défense et de la sécurité présentera à Paris son véhicule militaire multi-missions, le NIMR(tigre en arabe) dans sa version 4X4 et 6X6. Les Émirats Arabes Unis prennent de plus en plus de parts de marché dans le secteur de l’armement et de l’aéronautique. Autrefois acheteur clé en main, le pays entend exporter le NIMR dans les pays du Maghreb et en Afrique et faire la concurrence aux acteurs traditionnels de l’armement terrestre comme Renaut Truks Defense, Nexter ou Panhard.
Le ministère émirien de l’Intérieur a signé un contrat pour 200 véhicules en Mars 2012. À ce jour, plus de 500 NIMR ont été livrés, avec des clients qui comprennent la Libye, la Jordanie et le Liban. D’une part Les révolutions arabes pourraient profiter à Tawazun notamment en Tunisie où le parti Ennahdha au pouvoir risque de faire payer le rôle de la France sous l’ère Ben Ali. D’autre part, le secteur de l’armement terrestre français est en pleine restructuration avec des discussions sur une fusion possible parmi les trois acteurs Renault Trucks Defense (RTD)( Volvo), Nexter( ex Giat industries, principal acteur de l’armement terrestre en France) et Panhard.

« Ils se concurrencent de plus en plus sur le créneau des véhicules blindés. Au fur et à mesure qu’elles élargissent leurs gammes, les trois sociétés se marchent sur les pieds. » selon Serge Perez, l’ancien vice-président de Renault Trucks. Plus vraisemblable, les discussions pour une fusion Panhard/RTD se poursuivent mais la décision devrait être prise par le conseil d’administration du groupe Volvo a déclaré Christian Mons, le président exécutif de Panhard au journal "Defense News".

 

L’acquisition de Panhard permettrait à RTD plutôt spécialisé dans les véhicules blindés lourds d’étoffer sa gamme dans le lèger et de porter ses ventes à un objectif 700 millions d’euros contre 250 millions d’euros en 2011. Panhard General Defense conçoit et produit des véhicules blindés depuis près d’un siècle, notamment le Véhicule Blindé Léger (VBL) dont 2300 exemplaires sont en service dans 16 pays et le PVP(Petit Véhicule Protégé), commandé à plus de 1200 exemplaires, par l’armée de terre française. En 2010, Panhard a réalisé un chiffre d’affaires supérieur à 100 millions d’euros.

 

L’arrivée de Tawazun risque de compliquer les choses pour les français d’autant plus que le Moyen-Orient et le Maghreb sont des relais de croissance important pour le secteur de l ’armement français. Sur la période 2006-2010, le Moyen Orient, notamment l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis (EAU) demeure, avec 27 % des prises de commandes, la première destination des exportations françaises d’armement. Fin mai, une conférence a été organisé à Abou Dhabi sur les véhicules blindés intitulée Armoured Vehicles UAE 2012. Un rapport de Defense IQ donne une vue d’ensemble de la future demande dans la région et passe en revue les postulants à l’appel d’offres des Émirats Arabes unis concernant des véhicules de combat 8x8, d’une valeur de deux milliards de dollars US. L’appel d’offres porte sur un programme de modernisation de 600 véhicules blindés de combat 8x8 des forces armées émiraties.

 

Dans le secteur civil, le groupe Streit Group basé au Canada a récemment ouvert la plus grande usine de fabrication de véhicules blindés au monde à Ras Al Khaimah.

 

Guerman Goutorov, Président de Streit Group, a expliqué qu’ils avaient choisi les émirats parce qu’ils jouent le rôle de plaque tournante pour les activités commerciales internationales de la société : « Les Émirats arabes Unis sont un pays très bien situé géographiquement […] vous avez accès à l’Asie, l’Afrique, l’Europe et les autres pays du Moyen-Orient […] vous êtes connecté au monde entier. »

 

Conçu pour des opérations tactiques dans des environnements urbains, désertiques ou humides, le NIMR est multirôle : reconnaissance pour la surveillance des frontières, logistique, ainsi que d’autres plus traditionnels, y compris véhicule de commandement, ambulance, transport de personnel, plate-forme d’armes. Ils peuvent aussi servir avec la police et les forces de sécurité internes et exécuter des fonctions de contrôle de sécurité et anti-émeute. Compter à peu près 150 000 dollars pour une version 4x4 de base.

 

Véhicule blindé de 9 à 13 tonnes, le NIMR peut transporter jusqu’à trois tonnes de fret et d’atteindre des vitesses de pointe d’environ 135 kmh. Pour l’électronique embarquée, NIMR Autotmotive s’est associé à l’américain DRS Technologies pour y intégrer des caméras tactiques 360°, des systèmes de communication, suivi des véhicules et des logiciels de gestion et de commandement et contrôle (C2).

 

Comme avec la plupart des véhicules de cette classe, le NIMR peut monter une grande variété de systèmes d’armes ou de stations d’armes télécommandés. Cela va des armes ordinaires type mitrailleuses 7,62 mm et 12,7 mm, lance-grenades de 40mm ou des systèmes plus lourds tels que les lanceurs de missiles antichars. Le Blindage de base est équivalent au niveau 1 STANAG 4569 et offre une défense tous azimuts contre les armes légères. Le blindage peut être optimiser jusqu’au niveau 3 ou 4 de la norme militaire STANAG de protection balistique et de niveau 3a/2b contre les mines.

 

Renault Truck Defense exposera parmi quarante véhicules la deuxième version du VLRA déjà achetée par les forces spéciales irlandaises. Le VLRA est en service depuis plusieurs années au sein des forces spéciales françaises du COS(Commandement des Opérations Spéciales).

 

Fondée en 2007 en tant que filiale à part entière du Bureau de Compensation d’Abou Dhabi, Tawazun vise à développer des entreprises rentables par le biais de partenariats industriels et des investissements stratégiques pour renforcer l’expertise d’Abou Dhabi en matière de fabrication dans le secteur de la défense et de la sécurité.

Partager cet article
Repost0
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 08:00
Les ambitions canadiennes de DCNS

La FREMM Aquitaine suivant le BPC Dixmude

photo DCNS

 

06/06/2012 MER et MARINE

 

Des partenariats industriels, des frégates multi-missions (FREMM) ainsi que des bâtiments de projection et de commandement (BPC) proposés à la marine... DCNS a de grandes ambitions au Canada. Le groupe français vient, d'ailleurs, d'ouvrir un bureau de représentation à Ottawa, la capitale fédérale, où il a pu présenter ses produits à l'occasion du salon CANSEC, qui s'est déroulé les 30 et 31 mai. DCNS estime que les FREMM et BPC, notamment, répondent parfaitement aux besoins de la marine canadienne, qui va bénéficier d'un vaste plan d'investissement de 35 milliards de dollars canadiens (près de 27 milliards d'euros) afin de remplacer sa flotte actuelle. Le groupe français cherche donc à s'implanter sur place, afin de vendre ses designs pour les futurs bâtiments canadiens, qui seront réalisés localement. Dans cette perspective, DCNS doit s'allier à des industriels nationaux.


La FREMM Aquitaine (© : DCNS)

Des frégates avec le chantier d'Halifax

Pour les frégates, des discussions ont débuté avec Halifax Shipyard, filiale du groupe Irving Shipbuilding. En effet, dans le cadre de la Stratégie Nationale d'Approvisionnement en matière de Construction Navale (SNACN), le gouvernement canadien a décidé de confier à ce chantier la réalisation d'une vingtaine de bâtiments de combat, dont une série de frégates (Canadian Surface Combatant - CSC) destinée à remplacer les 12 unités de la classe City et les 3 destroyers du type Iroquois. L'ensemble des contrats que doit signer Halifax Shipyard s'élève à 25 milliards de dollars canadiens (17.8 milliards d'euros). Dans cette perspective, DCNS cherche à placer son design de frégate multi-missions, déjà retenu par la France (11 exemplaires) et le Maroc (1 unité) et dont la tête de série, l'Aquitaine, sera livrée cette année à la Marine nationale. Longue de 142 mètres pour un déplacement de 6000 tonnes en charge, la FREMM a été conçue comme un bâtiment très automatisé (équipage d'une centaine d'hommes seulement), à la maintenance réduite (un grand carénage de six mois que tous les 10 ans) et aux capacités très polyvalentes. Le bâtiment peut, ainsi, mener à bien des missions de lutte anti-sous-marine grâce à un sonar de coque, un sonar remorqué, des torpilles MU90 et un hélicoptère. Dans le domaine de la lutte antinavire, il est doté du MM40 Block3, le dernier-né de la famille Exocet, alors que la FREMM sera le seul bâtiment de surface européen à mettre en oeuvre des missiles de croisière (Scalp Naval), d'une portée de plus de 1000 kilomètres (une capacité que la France devrait pouvoir proposer au canada). En matière de défense aérienne, la frégate française est également solidement pourvue, puisqu'elle peut embarquer des missiles Aster 30, Aster 15 et VL Mica. Enfin, les FREMM peuvent embarquer un hélicoptère de 10 tonnes, des drones à voilure tournante ainsi que des forces spéciales, avec leurs embarcations commando. Côté électronique, la FREMM dispose notamment du radar multifonctions Herakles de Thales, ce dernier étant déjà présent au Canada, où il participe à la modernisation des frégates du type City. Si un accord est conclu entre Français et Canadiens autour des FREMM, les frégates seraient construites à Halifax, en transfert de technologie.


Le BPC Dixmude (© : MARINE NATIONALE)

Les BPC et les besoins de soutien logistique

Dans le même temps, DCNS propose au Canada de se doter de BPC, dont trois exemplaires sont en service dans la marine française et deux autres ont été commandés par la Russie pour une livraison en 2014 et 2015 (deux autres pourraient être construits ultérieurement à Saint-Pétersbourg). Longs de 199 mètres et affichant un déplacement de 21.000 tonnes en charge, ces bâtiments, extrêmement polyvalents, sont à la fois des porte-hélicoptères d'assaut, des transports d'engins de débarquement, des hôpitaux flottants et des bases de commandement pouvant diriger une opération interarmées et interalliés d'envergure. Depuis 2006 et la première mission du Mistral au Liban, avec l'évacuation de milliers de ressortissants, jusqu'à l'intervention en Libye l'an dernier avec la mise en oeuvre d'hélicoptères de combat contre les forces pro-Kadhafi, en passant par des missions humanitaires, les BPC ont démontré leur énorme potentiel. De quoi séduire de nombreuses marines, notamment celle du Canada, qui ne dispose pas encore de ce genre d'outil. La commande de deux à trois BPC pourrait être décidée alors qu'un précédent projet de bâtiments de projection a avorté. Il s'agissait des Joint Support Ships (JSS) étudiés avec les Néerlandais de Damen, qui proposaient des navires hydrides, à la fois pétrolier-ravitailleurs et transporteurs de troupes (concept qui a finalement donné naissance au Karel Doorman, actuellement en construction aux Pays-Bas). Si les Canadiens choisissent finalement de se doter de BPC, il conviendra néanmoins, pour leur marine, de solutionner la problématique du soutien logistique des bâtiments de combat, une capacité indispensable à tout déploiement lointain d'une force navale. En effet, les deux pétroliers-ravitailleurs canadiens, les HMCS Protecteur et HMCS Preserver, qui ont été admis au service actif en 1969 et 1970, doivent être remplacés rapidement. Or, DCNS, pour répondre à ce besoin, peut proposer ses nouveaux bâtiments logistiques du type Brave, qu'elle présente à la Marine nationale pour le remplacement des Durance.


Le concept de bâtiment logistique Brave (© : DCNS)

Enjeux stratégiques et industriels

La SNACN a une double vocation. D'abord redonner au Canada une puissance navale cohérente avec ses ambitions maritimes, notamment protéger et faire respecter sa souveraineté dans les territoires arctiques, dont les richesses seront probablement de plus en plus disputées à l'avenir, mais aussi sa capacité à déployer partout dans le monde des moyens puissants, à même de participer à des opérations internationales. La marine canadienne est, en effet, souvent impliquée dans des déploiements outre-mer, notamment dans le cadre de l'OTAN. Elle a d'ailleurs participé à l'opération Unified Protector en Libye l'an dernier. En dehors de ces aspects stratégiques, il s'agit, également, de relancer la construction navale nationale, avec de grands programmes structurants permettant de moderniser les chantiers canadiens et de développer, autour d'eux, les capacités d'ingénierie et de production les plus modernes, sans oublier les milliers d'emplois générés par la construction de la nouvelle flotte. Dans cette perspective, trois chantiers doivent être impliqués dans le SNACN. Halifax, on l'a vu, a été retenu pour les bâtiments de combat. Vancouver Shipyards, qui appartient au groupe Seaspan Marine, a quant à lui été choisi pour réaliser 8 grands bâtiments destinés à la garde-côtière, ce qui représente un investissement de 8 milliards de dollars (5.7 milliards d'euros). Alors que le plan de renouvellement de la marine canadienne prévoit également la commande de 116 petits navires (pour 2 milliards de dollars, soit 1.5 milliard d'euros), il reste le cas du chantier Davie, situé à Lévis, au Québec.


Le chantier de Lévis (© : CHANTIER DAVIE)

Davie à la recherche d'un investisseur

En difficulté ces dernières années, le constructeur québécois avait été repris, en juillet 2011, par SNC-Lavalin et Upper Lakes. Mais, ces derniers jours, les choses se sont précipitées et les repreneurs, qui avaient pris la barre de Davie dans l'espoir de remporter l'un des deux gros contrats finalement attribués à Halifax et Vancouver, ont, d'après la presse canadienne, décidé de jeter l'éponge. Davie, qui a dans son carnet de commandes trois navires offshores inachevés pour la compagnie norvégienne Cecon et deux ferries pour la société des traversiers du Québec, est donc à la recherche d'un nouvel investisseur. Pourquoi pas DCNS, via la création d'une filiale canadienne ? L'an dernier, son concurrent Fincantieri, déjà implanté aux Etats-Unis où il possède plusieurs chantiers (dont Marinette Marine où sont réalisés les LCS du type Freedom), avait fait part de son intérêt pour Davie. Certes, le groupe italien visait alors, lui-aussi, les gros contrats de la SNACN. Mais le constructeur québécois, s'il n'a pas été retenu, a peut-être encore des cartes à jouer, notamment au niveau de ses infrastructures. Car il dispose de vastes cales sèches suffisamment grandes pour assembler des BPC et pétroliers-ravitailleurs. Par conséquent, il y a peut-être là une opportunité d'implantation pour DCNS, qui pourrait ainsi s'installer au Canada, tout en réalisant un beau coup politique, en solutionnant le « casse-tête » que constitue Davie pour le gouvernement québécois. Pour l'heure, rien n'a été annoncé en ce sens, mais la question peut logiquement se poser.


Le Brésil va construire des Scorpène (© : DCNS)

L'Amérique du sud au nord

Le groupe français joue, en tous cas, une partie très intéressante au Canada, un pays auquel l'industrie tricolore (DCNS mais aussi ses partenaires Thales et MBDA), et derrière elle la France, peut proposer un véritable partenariat stratégique, avec d'importants transferts de technologie, ainsi qu'une autonomie stratégique par rapport aux Américains, tout en conservant des matériels interopérables. C'est d'ailleurs cette aspect qui avait convaincu les Brésiliens, en 2009, de choisir l'offre de DCNS pour développer à Itaguai, en partenariat avec Odebrecht, un chantier de construction et une base navale pour quatre sous-marins conventionnels de type Scorpène et le premier sous-marin nucléaire d'attaque brésilien (conçu avec l'assistance des ingénieurs français sur les parties non nucléaires). Ayant déjà réalisé avec succès plusieurs programmes complexes en transfert de technologie, comme celui des frégates Formidable (classe La Fayette) à Singapour ou des sous-marins Agosta 90B au Pakistan, DCNS peut, clairement, apparaître comme un partenaire crédible aux yeux de l'industrie et du gouvernement canadiens. Après le contrat au Brésil, couronnant une série de succès en Amérique latine (Chili, Colombie, Venezuela...), le leader européen de la navale militaire se verrait bien poser un pied en Amérique du nord, où il pourrait s'installer durablement en proposant non seulement ses services pour la construction de futurs bâtiments, mais aussi pour d'autres prestations, comme le maintien en condition opérationnelle. Sans compter que la marine canadienne devra aussi, d'ici la fin de la décennie, commencer à penser au renouvellement de ses quatre sous-marins du type Upholder, construits en Grande-Bretagne entre 1990 et 1993. D'ailleurs, pour la petite histoire, si le Canada n'est pas jusqu'ici un client de DCNS, c'est avec lui que l'industriel français, du temps de la Direction des Constructions Navales, a failli remporter le plus gros contrat export de l'histoire occidentale. En effet, dans les années 80, avant l'effondrement du bloc soviétique, il avait été sérieusement question que le Canada fasse l'acquisition de 12 sous-marins nucléaires d'attaque du type Rubis... Trente ans plus tard, les Français semblent avoir une nouvelle chance de conclure une coopération historique avec les Canadiens.


La FREMM Aquitaine et le BPC Dixmude (© : DCNS)

Partager cet article
Repost0
5 juin 2012 2 05 /06 /juin /2012 11:30
photo Alenia Aermacchi

photo Alenia Aermacchi

 
 
04.06.2012 DEFENSE STUDIES
 
A contract has been signed with Alenia Aermacchi that will allow for the long tern operation, maintenance, modification and upgrade of the C-27J aircraft and support systems.
 
On 12 May, the Government announced the decision to purchase 10 Alenia C-27J Spartan Battlefield Airlift aircraft at a cost of $1.4 billion. The announcement also foreshadowed that Defence would seek a separate agreement with the C-27J manufacturer, Alenia, in order to ensure that the RAAF could operate, maintain and modify the aircraft throughout its planned life.
 
The contract, which is worth around $63 million, will also provide Defence with the ability to compete and sublicense third parties, including Australian industry, to provide the maintenance services, training services and the ability to modify the C-27J capability.
 
The C-27J will replace the Caribou aircraft which was retired from service in 2009 after a career spanning more than four decades. The C-27J complements the capabilities of the C-130 and C-17 aircraft and uses more common infrastructure and aircraft systems such as engines, avionics and the cargo handling systems.
 
The acquisition of the C-27J will significantly improve the ADF’s ability to move troops, equipment and supplies. The C-27J has the capacity to carry a significant load and still access small, sort, narrow runways that are too short for the C-130J or runways which are unable to sustain the repeated use of larger aircraft.
 
These aircraft will provide battlefield airlift but are also capable of conducting airlift in our region. They will be able to operate from rudimentary airstrips in Australia and overseas and will be able to support humanitarian missions in remote locations.
 
The flexibility of the C-27J allows it to undertake a wide range of missions from delivering ammunition to front line troops to undertaking aero-medical evacuation of casualties.
 
Partager cet article
Repost0
5 juin 2012 2 05 /06 /juin /2012 08:00

RTD-Panhard.jpg

 

Jun. 4, 2012 By PIERRE TRAN Defense News

 

PARIS — Talks for Renault Trucks Defense (RTD) to acquire Panhard are at an advanced stage, offering the prospect of a long-awaited consolidation in the French armored vehicle sector, the chief executives of the two companies said.

 

“We’re at the negotiating stage,” said Christian Mons, Panhard General Defense CEO. “We’re advancing, we’re progressing.”

 

Panhard specializes in making light military vehicles, including the Sagaie and AMX10 light tanks.

 

“The negotiations are complicated,” Mons said. “Volvo [owner of Renault Trucks] is an enormous and complicated company. Progress in the negotiations is complex.”

 

Many industry executives have said a merger in the vehicle sector is vital for French competitiveness.

 

News of the negotiations between Panhard and Renault Trucks Defense emerged in December, although at that time RTD declined to identify the merger partner, other than to say it was a European company.

 

“We’re on the last leg,” said Gérard Amiel, chief executive of RTD. “We don’t know if there’s a follow-on or a ravine.”

 

An acquisition of Panhard is a key step in RTD’s plan to reach 700 million euros ($876.8 million) in sales by 2015, compared with 250 million euros in 2011.

 

“It’s a real negotiation. All the conditions are in place for it to happen,” Amiel said. “These are the final negotiations of a seller who wants the best price for his product and a buyer who wants to buy as cheaply as possible. The road was longer than we expected.”

 

For Mons, there is no set timetable and RTD’s parent company, Volvo, will have to approve any agreement. The timing of the Volvo board meetings will decide the timing of any deal announcement.

 

“I can’t say it will be announced at a certain date. It’s not under my control,” Mons said. “Even when we agree a deal at our level, the Volvo board of directors needs to approve it.”

 

A detailed due diligence study of the Panhard business has been done.

 

The negotiations include the price of the company, guarantees, the sites, building leases and continuity of management. The sellers do not want the company to be dismantled.

 

“Panhard is a company with 120 years of history, indisputably a jewel in French industry. There’s no question it should disappear,” Mons said. “There’s no urgency. I see it as part of the restructuring of the sector.”

 

The companies are important actors but not fundamental to the industry, which is worth a total 4 billion euros, he said.

 

“It’s not a determining change, but a step in the right direction,” Mons said. “We’re in the last third of the journey.

 

“In any negotiation, the protagonists can leave the room empty-handed,” he said. “Failure is an option. That’s how fragile it is.”

 

RTD teamed with electronics company Thales to bid when the PSA Peugeot Citroen auto group put Panhard up for sale in 2005. The Auverland company, owned 76 percent by the Cohen family, won the tender and adopted the Panhard name.

 

RTD tried again to acquire Panhard in 2009, but the talks failed. This is the third attempt, Mons said.

 

“If the negotiations fail, it will be bad news for the sector because it means French companies cannot organize themselves, and Panhard will one day fall into the hands of a foreign buyer. It’s logical,” he said.

 

For RTD, the negotiations are taking place at a tricky time, Amiel said.

 

“The purchase is not an easy one, given the difficult defense markets in 2011 and 2012,” he said.

 

Panhard has not won many export contracts in recent years, he said. There are lots of deals under discussion, but nothing large has been signed. The French market, on which all sides depend, is in a state of suspended animation as the new administration decides on the budget, Amiel said.

 

The talks have been complicated by corporate reorganization at Volvo, with a new chairman appointed in September and a reworking of the organization chart.

 

Volvo is a thorough company and conducted a highly detailed due diligence examination of Panhard’s activities.

 

“We certainly went through with a fine-toothed comb,” Amiel said. “We’re sure there aren’t any bad surprises. We looked at everything.”

 

A Merger for Critical Mass

 

A merger of the two companies is needed to create a solid platform maker, an industry executive said.

 

“It’s imperative,” the executive said. “It’ll be catastrophic if it doesn’t go through. It would leave the French military armored vehicle industry very vulnerable.”

 

There is little overlap of activities between the two companies, simplifying a possible merger, the executive said.

 

Panhard specializes in light military vehicles, while RTD makes heavier units. There is a slight overlap in the 8-to-11-ton class with the RTD Sherpa and Panhard PVLP XL.

 

Panhard has two sites, RTD five, with the latter scattered around France.

 

The Panhard factories are manufacturing sites with steel plates being welded, but they do not build drivelines and gearboxes. RTD gets its drivelines, gearboxes and other “mobility” parts from Volvo.

 

Together, the two companies would have bigger purchasing power and larger commercial networks.

 

France needs to consolidate armored vehicle manufacturing to invest in development of new vehicles. For that, critical mass is needed, the executive said.

 

The companies need to size up to negotiate with German and Italian firms in future consolidation moves. Germany has Rheinmetall and KraussMaffei-Wegmann, while Italy has the commercial truck maker Iveco.

 

“The big problem is that there are many companies and too few programs” in Europe, the executive said.

 

Nexter also needs wins, as the domestic books are empty after the last véhicule blindé combat d’infantrie fighting vehicle and Caesar canon is delivered to the French Army.

 

Other consolidation questions include whether Thales will buy the systems business of the Nexter group to merge with its land activities, the executive said.

 

In an announced deal, Thales is swapping its TDA mortar systems subsidiary for a stake in land systems specialist Nexter.

 

Thales Chief Executive Luc Vigneron said March 7 that a “significant stake” in Nexter was needed to ensure confidence between the two companies, Reuters reported. Thales and Nexter are going through due diligence studies, Vigneron said May 4.

 

The companies have not yet reached a stage of setting a value on the respective businesses, he said. A deal was not expected to be concluded before the Eurosatory show.

 

Thales could get between 10 and 20 percent of Nexter in exchange for TDA Armaments and its Belgian FZ subsidiary, former Defense Minister Gérard Longuet said in January.

 

RTD had 250 million euros in sales in 2011, and Panhard 83 million euros. Nexter had 851 million euros in 2011 sales.

Partager cet article
Repost0
5 juin 2012 2 05 /06 /juin /2012 07:55
SPHINX Panhard photo RP Defense

SPHINX Panhard photo RP Defense

Jun. 4, 2012 By PIERRE TRAN Defense News

 

PARIS — Panhard will display at Eurosatory a mock-up of its Sphinx armored vehicle with a new 40mm gun turret from Lockheed Martin UK, aimed at the French Engin Blindé de Reconnaissance et Combat (EBRC) light tank program.

 

The turret was developed by Lockheed Martin UK for the upgrade of the British Army Warrior vehicle, integrating the Anglo-French CTAI 40mm gun.

 

The turret optronics are from Thales.

 

Panhard had mounted a turret from Belgian company CMI on a Sphinx vehicle at the last Eurosatory. The new turret is intended to cut costs by sharing a common product with the British Army.

 

“I think it would be a good choice for the Army General Staff because it would save around 30 percent of the EBRC program cost,” said Christian Mons, Panhard General Defense CEO. “What’s more, it’s an Anglo-French program.”

 

A common turret would save some 200 million to 250 million euros ($250.5 million to $313.1 million) of development money, offer cooperative support between the two countries’ militaries and halve the cost of life management and evolution of the product, Mons said.

 

The turret, weighing 4.5 tons, allows Panhard to meet a requirement for the 16-ton weight limit for the EBRC. That weight limit is intended to allow two EBRCs to be loaded onto an A400M transport aircraft and deliver high vehicle mobility.

 

The turret could be built under license in France if the Sphinx were picked for the EBRC. Under the Scorpion modernization program, 290 EBRC units are planned for the French Army.

 

Renault Trucks Defense (RTD) will display its VAB Ultima, a highly protected version of the troop carrier.

 

SLATE-ground-shot-detector-source-01db-metravib.com.jpg

 

The French government ordered 290 Ultima units last year, and 32 will be deployed to Afghanistan this year, despite the drawdown of combat operations.

 

The Ultima has a steel plate in the floor, remote Kongsberg gun turret and the Slate anti-sniper gear.

 

Among the 36 RTD vehicles on show will be the VAB Mk3, an upgraded model aimed at export markets.

 

Panhard will also display its Crab, a high mobility, protected vehicle based on a renewal of the light cavalry doctrine, with a small armored vehicle taking an active combat role

Partager cet article
Repost0
5 juin 2012 2 05 /06 /juin /2012 07:45

Canadian Forces Flag.svg

 

4 juin 2012 ADM PA BG 12.024 - forces.gc.ca

 

Le Canada et l’Australie entretiennent des relations exceptionnellement étroites et très productives. Ces relations se sont établies sur une longue période et elles sont fondées à la fois sur un passé commun et des valeurs semblables. Elles couvrent un grand nombre de domaines, allant du commerce et de la défense, à l’enseignement et aux échanges de stagiaires, en passant par la culture, les ententes consulaires, les relations parlementaires, la coopération multilatérale, et les affaires politiques et gouvernementales.

 

L’Australie est un pays qui a des vues similaires à celles du Canada et qui est un partenaire clé de notre pays. Comme le Canada et l’Australie possèdent des forces armées de taille comparable et ont à peu près les mêmes alliés, ils collaborent ensemble depuis longtemps en matière de défense et maintiennent des relations dans ce domaine par l’intermédiaire d’exercices, de cours, d’échanges entre établissements d’enseignement, de discussions stratégiques, de visites de hauts dirigeants, et d’opérations telles que la mission en Afghanistan, menée sous la direction de l’OTAN. Bien qu’elle ne soit pas membre de l’OTAN, l’Australie a contribué de façon considérable à la Force internationale d’assistance à la sécurité (FIAS) et aux opérations menées en Afghanistan au cours des dix dernières années, et elle poursuit cette contribution.

 

La relation bilatérale dynamique et croissante en matière de défense qui existe entre le Canada et l’Australie reflète les difficultés mondiales communes auxquelles nous devons faire face, que ce soit dans le contre-terrorisme ou dans de nouveaux domaines comme la cybersécurité ou la sécurité spatiale.

 

Le ministère de la Défense nationale cherche à renforcer la collaboration à l’aide de discussions bilatérales. Voici des exemples de coopération dans la défense entre le Canada et l’Australie :

  • Visites officielles — Il y a chaque année jusqu’à 500 visites de haut niveau et visites de travail, au Canada et en Australie, entre les deux pays, y compris une visite ministérielle, qui a eu lieu en 2011. 
  • Appui par des femmes militaires canadiennes de l’initiative prise par la Force de défense australienne (FDA) de lever les restrictions visant la participation des femmes aux métiers des armes de combat — à l’invitation du général David Hurley, chef de la FDA, les membres de la délégation canadienne ont fait part de leurs expériences.
  • Coopération bilatérale en Afghanistan — Le Canada et l’Australie continuent de travailler ensemble dans le cadre de la mission en Afghanistan dirigée par l’OTAN.
  • Coopération et échanges dans la Marine — La Marine royale canadienne et son homologue australienne ont collaboré à l’occasion de plusieurs exercices d’entraînement, opérations et échanges, et continuent de le faire. En outre, les deux marines se font part de leurs pratiques pour la gestion du matériel et la construction des navires.
  • Coopération et échanges dans l’Armée de terre — L’Armée de terre du Canada et celle de l’Australie collaborent à divers programmes, y compris le programme des armées des États‑Unis, du Royaume­Uni, du Canada, de l’Australie et de la Nouvelle­Zélande, ainsi que dans un certain nombre d’échanges.
  • Coopération et échanges dans la Force aérienne — L’Aviation royale du Canada et la force aérienne australienne collaborent dans plusieurs domaines militaires, y compris l’instruction, les opérations et les échanges.

Par ailleurs, les ministères de la Défense du Canada et de l’Australie se sont engagés à organiser des réunions ministérielles annuelles, des entretiens de politique stratégique, et des réunions entre le chef d’état-major de la Défense canadien et son homologue australien. De plus, le Canada a un attaché militaire en Australie.

Appui par des femmes militaires canadiennes de l’initiative prise par la Force de défense australienne (FDA) de lever les restrictions visant la participation des femmes aux métiers des armes de combat

Le chef de la Force de défense australienne, le général David Hurley, a invité une délégation de membres des Forces canadiennes (FC) exerçant des métiers des armes de combat à se rendre en Australie pour parler de leurs expériences de combat avec des membres de la Force de défense australienne. Cette invitation a été lancée dans le but de faciliter la mise en œuvre d’un projet visant à rendre accessibles aux femmes tous les postes liés au combat dans les forces armées australiennes.

 

Deux femmes et un homme membres des Forces canadiennes, ainsi qu’un civil expert en intégration des femmes de l’Académie canadienne de la Défense, se sont rendus en Australie du 7 au 18 mai 2012, en réponse à l’invitation du général Hurley. Les membres de la délégation canadienne ont pu, à cette occasion, discuter avec leurs homologues australiens de leur engagement à l’égard de l’égalité des sexes dans les forces armées. Le colonel Jennie Carignan, chef d’état-major au Secteur du Centre de la Force terrestre, l’adjudant-chef Stan Stapleford, adjudant-chef au Secteur du Centre de la Force terrestre, et le capitaine Geneviève Bertrand, capitaine-adjudant au 3e Bataillon du Royal 22e Régiment ont ainsi fait part de leurs expériences personnelles.

 

Dans les FC, les femmes peuvent exercer tous les métiers, y compris les métiers des armes de combat. Elles peuvent également être affectées à bord des sous-marins. Les FC donnent le ton au niveau mondial pour ce qui est des domaines dans lesquels les femmes peuvent servir. Dans les Forces canadiennes, les femmes peuvent remplir n’importe quelle fonction, y compris dans l’artillerie, et elles peuvent servir dans n’importe quel élément. Les FC sont fières de jouer un rôle de leader dans le domaine de l’égalité et des droits des femmes, et elles recrutent activement des femmes pour leur offrir des postes dynamiques et enrichissants.

Coopération bilatérale en Afghanistan

En raison de sa contribution considérable à la FIAS et aux opérations en Afghanistan au cours des dix dernières années, l’Australie est un partenaire clé pour le Canada et l’OTAN. L’Australie et le Canada ont servi ensemble dans le théâtre d’opérations le plus dur en Afghanistan, à savoir le Commandement régional (Sud-Ouest). Malgré le changement de la mission et du rôle du Canada, les deux pays continuent de collaborer pour échanger information et pratiques concernant leurs efforts pangouvernementaux respectifs en Afghanistan. Le Canada a prêté de l’équipement à l’Australie, lui permettant d’améliorer sa capacité de protection de la force, en plus de communiquer des renseignements au niveau opérationnel qui aident l’Australie à poursuivre la conduite des opérations en Afghanistan.

Le Canada et l’Australie sont en Afghanistan avec plus de 50 autres pays et organisations internationales, à la demande du gouvernement afghan démocratiquement élu, dans le cadre d’une mission autorisée par l’ONU et dirigée par l’OTAN.

Coopération et échanges dans la Marine

La Marine royale canadienne et la Marine royale australienne coopèrent depuis longtemps. Cette association trouve sa source dans notre appartenance au Commonwealth, et elle fournit une assise profonde à une culture et à des pratiques militaires communes, assise permettant de surmonter les difficultés présentes et futures en matière de sécurité. Le Canada et l’Australie participent ensemble à des manœuvres navales internationales, comme RIMPAC, exercice maritime multinational qui se déroule dans l’océan Pacifique sous la direction des États-Unis. De plus, le navire canadien de Sa Majesté OTTAWA a participé à TALISMAN SABRE 2011, grand exercice australo‑américain. Ces exercices servent à améliorer l’interopérabilité, les communications, et la coordination tactique en mer. Ce type de capacité représente le fer de lance de nos excellentes relations dans le domaine de la défense.

 

Depuis 2009, il y a eu plusieurs visites de navires : le NCSM WINNIPEG a visité Perth, Melbourne et Brisbane en 2009 en revenant du golfe d’Aden, les HMAS SYDNEY et BALLARAT ont fait escale à Halifax et à St. John’s en juillet 2009, le HMAS NEWCASTLE a participé aux célébrations du centenaire de la Marine royale canadienne à Esquimalt en juin 2010, et le NCSM OTTAWA était à Sydney du 6 au 10 juillet 2011.

 

Quatre marins canadiens ont été détachés dans la marine australienne de septembre à décembre 2011 et six autres y sont actuellement employés (de janvier à juin 2012), dans le cadre du programme REGULUS, qui permet la rotation systématique du personnel dans les marines alliées pendant que les frégates canadiennes sont modernisées. Ces programmes permettent la réciprocité et des marins australiens (ou d’autres marines alliées) ont donc l’occasion de s’entraîner et de travailler à bord des navires de la Marine royale canadienne.

De plus, les marins de la marine canadienne prennent part régulièrement à des échanges avec des marins australiens dans le domaine des opérations maritimes et de l’instruction, et étudient à l’Australian Defence College.

Coopération et échanges dans l’Armée de terre

Fonctionnant depuis plus de 60 ans, le programme des armées des États­Unis, du Royaume­Uni, du Canada, de l’Australie et de la Nouvelle­Zélande (ABCANZ) est un élément clé permettant l’interopérabilité des forces terrestres. Le Canada a été l’hôte d’ALLIED AURORAS, grand exercice d’entraînement de l’ABCANZ, qui a eu lieu en juillet 2011. L’exercice a vu la création d’un environnement synthétique réparti, qui facilite les activités d’entraînement à l’interopérabilité parmi les pays membres de l’ABCANZ. L’Australie a participé à ALLIED AURORAS; elle en tirera parti pendant AQUA TERRA, exercice dont elle sera l’hôte en 2014. De plus, l’Australie a envoyé une équipe de 20 personnes à l’assemblée annuelle de l’ABCANZ en mars 2012, à Ottawa. Lors de la réunion, les pays membres de l’ABCANZ se sont mis d’accord sur les difficultés en matière d’interopérabilité qui devraient être résolues dans l’année qui vient.

 

En outre, le Canada et l’Australie ont un programme d’échange entre les petites unités en vigueur. En août 2011, 24 Rangers canadiens du 4e Groupe de patrouilles des Rangers canadiens ont participé à l’exercice SOUTHERN CROSS. Cet échange est d’autant plus remarquable qu’il réunit des membres des communautés autochtones du Canada et de l’Australie, qui peuvent explorer des liens communs et parler de ce qu’ils ont appris dans leurs milieux respectifs.

 

L’Armée canadienne a récemment participé à l’exercice SEA LION 12, exercice amphibie organisé par l’Australie en mars 2012. Un peloton d’infanterie de l’Armée canadienne était incorporé à une compagnie d’infanterie néo-zélandaise, qui s’entraînait avec les troupes australiennes, pour acquérir de l’expérience dans les milieux opérationnels multinationaux, et profiter de leur expertise dans ce domaine d’opérations particulier.


L’Armée canadienne parraine un officier de liaison au QG de l’armée australienne à Duntroon, un échange d’officiers entre l’Australian Land Warfare Center et le Centre d’instruction au combat du Canada, et un échange pour la recherche dans les communications entre les régiments de guerre électronique respectifs des deux pays. Encore une fois, cela prouve que nos relations dans le domaine de la défense se situent vraiment à un niveau opérationnel; les militaires qui prennent part à ces échanges rapportent à leurs collègues des FC une expérience précieuse, tout en offrant au pays hôte notre point de vue et notre expérience.

Coopération et échanges dans la Force aérienne

Consolidant les bases lancées lors de la création du Programme d’entraînement aérien du Commonwealth britannique en décembre 1939, le Canada et l’Australie ont coopéré et cela s’est traduit par la participation d’aviateurs australiens aux programmes d’entraînement de l’Aviation royale du Canada, dont le Cours élémentaire de navigateur aérien à Winnipeg et le programme d’entraînement en vol de l’OTAN au Canada. Dans le cadre d’échanges, plusieurs membres de la force aérienne australienne sont actuellement employés au sein d’escadrons opérationnels un peu partout au Canada.

 

De plus, le Canada participe à la compétition internationale FINCASTLE pour les avions de patrouille maritime; elle a été organisée à Comox (Colombie-Britannique) en 2008. FINCASTLE met à l’épreuve le talent des forces aériennes de l’Australie, du Canada et de la Nouvelle‑Zélande. Au cours de la compétition, les équipages rivalisent dans les domaines de la lutte anti‑sous‑marine, de la lutte antinavires, de la surveillance et de l’acquisition de renseignement. Durant cette épreuve âprement disputée, les participants doivent détecter, catégoriser, suivre et attaquer un sous-marin de jour ou de nuit. De plus, l’exercice comprend un forum visant à la création de procédures et de tactiques, et un entraînement aux patrouilles et à la surveillance maritime étendue. La surveillance terrestre a été ajoutée à la compétition dernièrement.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories