Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 12:55
Dommages subis par un VAB suite à l'explosion d'une mine anti-char (BARKHANE- fev 2015) photo SIMMT

Dommages subis par un VAB suite à l'explosion d'une mine anti-char (BARKHANE- fev 2015) photo SIMMT

 

09.12.2015 COMMISSION DE LA DÉFENSE NATIONALE ET DES FORCES ARMÉES

 

RAPPORT D’INFORMATION DÉPOSÉ en application de l’article 145 du Règlement PAR LA COMMISSION DE LA DÉFENSE NATIONALE ET DES FORCES ARMÉES en conclusion des travaux d’une mission d’information (1) sur les conséquences du rythme des opérations extérieures sur le maintien en condition opérationnelle des matériels ET PRÉSENTÉ PAR M. Alain MARTY et Mme Marie RÉCALDE, Députés.

 

La mission d’information sur les conséquences du rythme des opérations extérieures sur le maintien en condition opérationnelle des matériels, est composée de :

– M. Alain Marty et Mme Marie Récalde, rapporteurs ;

– MM. Jean-Jacques Bridey, Philippe Folliot, Damien Meslot, Jacques Moignard et Philippe Nauche, membres.

SOMMAIRE

INTRODUCTION 7

 

PREMIÈRE PARTIE : DES ARMÉES DURABLEMENT ENGAGÉES SUR DES THÉÂTRES MULTIPLES ET PARTICULIÈREMENT HOSTILES 11

 

I. LES OPEX MAJEURES SE SUCCÈDENT VOIRE SE JUXTAPOSENT À UN RYTHME SOUTENU DEPUIS 2011 ET S’INSCRIVENT DANS LA DURÉE 11

 

A. UNE INTENSITÉ ET UN RYTHME OPÉRATIONNELS INÉDITS 11

1. Point sur les OPEX en cours et les matériels déployés 11

a. Le périmètre des OPEX 11

b. Les matériels déployés 14

2. Quelques rappels sur les OPEX majeures les plus récentes 16

a. L’opération Barkhane dans la bande sahélo-saharienne : le plus important dispositif français en opération extérieure 16

b. L’opération Sangaris en République centrafricaine 17

c. L’opération Chammal en Irak et en Syrie 19

3. Un rapide historique statistique de nos engagements extérieurs 22

4. Un niveau d’engagement très élevé, dépassant le modèle décrit par le Livre blanc 24

 

B. AU-DELÀ DES OPEX STRICTO SENSU, LES ARMÉES MÈNENT DE MULTIPLES MISSIONS À L’EXTÉRIEUR DES FRONTIÈRES NATIONALES 25

1. La marine nationale : une armée naturellement en opération à l’extérieur 25

2. La présence et les actions des armées hors des frontières sans pour autant être considérées comme des OPEX 26

 

II. DES CONDITIONS D’ENGAGEMENT EXIGEANTES ET TRÈS CONSOMMATRICES DE POTENTIEL OPÉRATIONNEL 27

 

A. DES CONDITIONS GÉOGRAPHIQUES ET CLIMATIQUES EXTRÊMES ET INÉDITES POUR LES MATÉRIELS 27

1. Des zones définies comme sévères selon les classifications de référence 27

2. Des théâtres particulièrement vastes 29

 

B. DES MATÉRIELS CONFRONTÉS À TROIS PHÉNOMÈNES OPÉRATIONNELS 30

1. La surintensité 30

2. La suractivité 31

3. Les dommages de guerre 32

 

C. LES CONSÉQUENCES POUR LES MATÉRIELS 36

1. Les matériels qui souffrent le plus en OPEX : la nature et la gravité des dommages constatés 37

2. Les matériels rendus inutilisables 43

 

III. LA CONDUITE DU MCO EN OPEX 44

 

A. L’ORGANISATION DU MCO 44

1. Les différents niveaux d’intervention 44

2. La chaîne logistique : le CSOA, tour de contrôle des acheminements stratégiques 47

a. La logistique en OPEX : des contraintes spécifiques 48

b. Les flux logistiques en opération : quelques statistiques 49

c. Les procédures douanières 51

3. Les moyens humains et matériels consacrés à l’entretien sur place 52

4. Les moyens financiers : les surcoûts de MCO engendrés par les OPEX 53

 

B. L’EFFICACITÉ DU MCO EN OPEX : UNE GRANDE DISPONIBILITÉ DES MATÉRIELS ENGAGÉS DANS TOUTES LES ARMÉES MALGRÉ L’EXISTENCE DE TENSIONS 55

1. Dans les milieux terrestre et aéroterrestre 55

2. Dans le milieu aérien 57

3. Dans le milieu naval 58

 

C. LES PROBLÉMATIQUES SPÉCIFIQUES À L’ENTRETIEN DES MATÉRIELS EN OPEX 59

1. Les distances par rapport à la métropole et la dispersion logistique des théâtres 59

2. La qualité des infrastructures 60

3. Des procédures douanières parfois compliquées 60

4. Les conséquences sur l’activité industrielle des conditions d’utilisation des matériels projetés et de la durée des opérations 61

 

DEUXIÈME PARTIE : LES CONSÉQUENCES DES OPEX SUR LES CAPACITÉS OPÉRATIONNELLES 63

 

I. LA PRIORITÉ DONNÉE AUX OPEX EMPORTE DES CONSÉQUENCES EN TERMES DE DISPONIBILITÉ DES MATÉRIELS ET DE PRÉPARATION OPÉRATIONNELLE EN MÉTROPOLE 63

 

A. LES OPEX ENTRAÎNENT UN TRANSFERT DE L’INDISPONIBILITÉ VERS LA MÉTROPOLE 63

1. Présentation synthétique des principales difficultés rencontrées pour les matériels non projetés 63

2. Des ressources humaines insuffisantes pour assurer la maintenance de la totalité des parcs 64

3. Des rechanges et éléments bénéficiant d’abord aux matériels déployés 64

4. Statistiques de disponibilité pour le milieu terrestre 65

5. Statistiques de disponibilité pour le milieu aérien 65

6. La particularité des missions de la marine conduit à ne pas distinguer entre disponibilité technique en OPEX et hors OPEX 66

 

B. LA PRÉPARATION OPÉRATIONNELLE ET L’ENTRAÎNEMENT DES FORCES SONT AFFECTÉS PAR RICOCHET 68

1. Un sous-dimensionnement des moyens qui affecte la préparation et la formation des personnels 68

2. Quelques exemples concrets 69

 

C. UN MCO COMPLIQUÉ PAR CERTAINS FACTEURS 70

1. Des matériels difficilement « régénérables », qui ne peuvent donc être réintégrés rapidement dans les unités en métropole 70

2. Le maintien en parc de matériels vieillissants, donc plus coûteux à l’entretien 72

 

II. CE QUI A DÉJÀ ÉTÉ FAIT : LA RÉFORME DE L’ORGANISATION DU MCO ET LA REVALORISATION DES CRÉDITS D’EPM PAR LA LPM 2014-2019 73

 

A. UNE GOUVERNANCE DU MCO PAR MILIEU ET NON PAR ARMÉE 73

1. L’architecture globale du MCO 73

2. Le MCO-Air, précurseur de l’approche par milieu 74

3. Le MCO-Terre, une gestion en pool des matériels 78

4. Le MCO-Mer, un milieu quasiment « mono-armée », individualisé et rythmé par des cycles pluriannuels de maintenance 80

 

B. LA REMONTÉE PROGRESSIVE ET ATTENDUE DES CRÉDITS D’EPM DANS LE CADRE DE LA LPM ET DE SON ACTUALISATION 82

1. L’évolution des coûts de MCO pour les trois armées 82

2. Les revalorisations des crédits dans le cadre de la LPM 2014-2019 83

3. Des prévisions de dépense qui restent néanmoins supérieures aux ressources 84

 

TROISIÈME PARTIE : AU-DELÀ DES AVANCÉES RÉALISÉES ET DES EFFORTS FINANCIERS DÉJÀ CONSENTIS, D’AUTRES PISTES D’ÉVOLUTION PEUVENT ÊTRE TRACÉES 85

 

A. FAIRE COÏNCIDER DAVANTAGE LES RESSOURCES HUMAINES ET FINANCIÈRES AVEC LES BESOINS OPÉRATIONNELS 85

1. Aligner les ressources financières sur les besoins 86

2. Renforcer les ressources humaines 91

3. Rester attentif aux évolutions du maintien en condition de sécurité (MCS) 93

 

B. POURSUIVRE LES ACTIONS D’AMÉLIORATION DE LA LOGISTIQUE ET FLUIDIFIER LES PROCÉDURES DOUANIÈRES 93

1. Raccourcir et renforcer la « boucle de maintenance » 93

2. Améliorer les procédures de dédouanement par un dialogue avec les autorités locales 96

3. Assurer la qualité des lots de rechanges 97

4. Moderniser la composante logistique de la flotte 97

 

C. RESTER VIGILANT SUR LA CONDUITE DES PROGRAMMES D’ARMEMENT ET LE MCO INITIAL 98

1. Veiller aux cadences de livraison 98

2. Préserver voire augmenter la durée du MCO initial, dans le respect des contraintes opérationnelles 99

 

D. PARFAIRE LES RELATIONS AVEC L’INDUSTRIE 100

1. Améliorer les capacités de l’administration pour assurer des relations équilibrées avec l’industrie 100

2. Déterminer un partage des tâches optimal et favoriser les échanges entre capacités publiques et capacités privées pour assurer l’efficacité opérationnelle au profit des troupes engagées 102

3. Rester vigilant quant au maintien des compétences et des capacités au niveau industriel 104

4. Apporter des précisions aux contrats de MCO 104

5. Améliorer la chaîne informatique 105

6. Veiller aux conséquences de la réglementation européenne REACH pour la conduite concrète des opérations de maintenance 105

 

E. IMPLIQUER PLUS FORTEMENT NOS PARTENAIRES EUROPÉENS 106

1. Faire reconnaître aux Européens la réalité en matière sécuritaire : « sans l’armée française, l’Europe serait sans défense » 106

2. Négocier énergiquement pour obtenir un « partage du fardeau » 107

 

SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS 109

 

EXAMEN EN COMMISSION 111

ANNEXE 1 : Liste des personnes auditionnées 127

ANNEXE 2 : Liste des personnes rencontrées par les rapporteurs lors de leurs déplacements 131

 

Télécharger le Rapport mission d’information sur les conséquences du rythme des Opex sur le MCO des matériels

 

Repost 0
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 08:50
C295W now equipped with Winglets


3 déc. 2015 Airbus DS
 

The new C295W version is equipped with winglets, which allow transport of more payload over larger distances in hot and high conditions and result in fuel savings of around 4%. http://bit.ly/1NLgyS6

Repost 0
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 08:50
C295W airdropping Parana, Argentina


7 déc. 2015 Airbus DS
 

C295W performs airdropping in Parana, Argentina as part of its Latin American Tour.

For More Information: http://bit.ly/1NLgyS6

Repost 0
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 08:35
Lockheed Martin Selected to Help Australia’s Future Pilots Take Flight

 

Canberra, Australia, Dec. 9, 2015 Lockheed Martin

 

Lockheed Martin, Pilatus Aircraft and Hawker Pacific Contracted to Deliver AIR 5428 Pilot Training System

 

The Australian Department of Defence has awarded the AIR 5428 Pilot Training System contract to Lockheed Martin-led Team 21 to train the next generation of Australian Defence Force pilots.

The initial seven year program is valued at AU$1.2 billion. Performance-based options for up to 25 years will provide the opportunity to extend the length and increase the value of the total contract. Lockheed Martin will lead the delivery of an integrated solution tailored for all future pilots for the Royal Australian Air Force, Royal Australian Navy and the Australian Army.

“We are honoured to partner with Australia to deliver a comprehensive training solution that is customised for their needs and focused on fifth-generation mission readiness,” said Jon Rambeau, vice president and general manager for Lockheed Martin Training and Logistics Solutions. “Our proven, innovative training system will help the Australian Defence Force meet the challenge of preparing pilots to perform in today’s complex global environment.”

As prime contractor, Lockheed Martin will provide overall project management for the pilot training system and deliver a family of integrated ground-based training technologies.

“Our approach will be tailored to the particular needs of Australia’s future defence requirements and will leverage proven turn-key training capabilities from Lockheed Martin, as well as those of our partners – Pilatus Aircraft and Hawker Pacific,“ said Raydon Gates, Chief Executive, Lockheed Martin Australia and New Zealand.

Pilatus Aircraft will provide PC-21 turboprop training aircraft and through-life engineering and airworthiness support. Hawker Pacific will provide maintenance services and fleet support and leverage its established supply chain in Australia.

With this selection, Australia joins Singapore in employing Lockheed Martin-led integrated turn-key training solutions. As a performance-based system, turn-key training provides increased pilot competency, shorter training times and lower training cost. Team 21 is in the ninth year of a 20-year performance-based flight training contract to provide the Basic Wings Course to the Republic of Singapore Air Force, at Royal Australian Air Force Base Pearce in Western Australia.

For additional information, visit our website: www.lockheedmartin.com.au/readiness

 

About Lockheed Martin

Headquartered in Bethesda, Maryland, Lockheed Martin is a global security and aerospace company that - with the addition of Sikorsky - employs approximately 126,000 people worldwide and is principally engaged in the research, design, development, manufacture, integration and sustainment of advanced technology systems, products and services.

Repost 0
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 08:30
Daesh utilise aussi des armes de fabrication franco-allemande

 

08/12/2015 Par Guillaume Descours – LeFigaro.fr

 

Selon un rapport d'Amnesty international, les très nombreuses armes et munitions utilisées par Daech proviennent principalement des pays qui se battent contre l'organisation terroriste.

 
L'État islamique est souvent décrit comme l'organisation terroriste la plus organisée et surtout la plus autonome. Pourtant, si son économie est florissante, notamment grâce au pétrole, l'équipement de son armée est loin d'être aussi indépendant. Selon un rapport publié par l'ONG, Amnesty International, Daech possède une grande quantité d'armes fabriquées dans plus de vingt-cinq pays occidentaux différents dont les États-Unis, la Chine ou encore l'Europe.

Il dispose aujourd'hui d'un arsenal impressionnant: fusils d'assauts, M16, missiles antichars et sol-air, mortiers, armes de poing… Des armes destinées à équiper les nombreux soldats de l'EI. Selon le rapport de l'ONG, sur le seul mois de juin 2014, l'organisation a saisi assez d'armes pour équiper trois divisions d'une armée conventionnelle, soit environ 40.000 à 50.000 soldats. Et parmi celles-ci, se trouvent des armes de fabrication franco-allemande. «C'est quelque chose de sûr. On peut savoir de quels types de fabrication sont les armes de l'EI. Mais il est beaucoup plus difficile de chiffrer le nombre d'armes qui proviennent de tel ou tel pays», explique Aymeric Elluin, chargé de campagne Arme et Impunité à Amnesty France.

 

Une situation contradictoire

Si Daech a réussi, depuis plusieurs années, à rassembler autant d'armes et de munitions, c'est notamment en saisissant, directement sur le terrain, les stocks des autres armées dans les pays où il est implanté. «L'Irak, c'est une caverne d'Ali Baba pour l'État islamique. Ils n'ont qu'à se baisser pour ramasser et c'est cette saisie d'armes qui est leur principale source d'approvisionnement».

C'est donc une situation paradoxale qui s'est mise en place sur le théâtre irako-syrien. Depuis plusieurs semaines, les chefs d'États et responsables gouvernementaux ne cessent de marteler que Daech doit être détruit, alors qu'il mène sa campagne de terreur avec les armes de ceux qui les combattent. «On a plongé dans une situation complétement absurde puisque leur principale force vient de nos propres armement. Et ça se chiffre en millions de dollars», indique Aymeric Elluin.

Pour l'ONG, la situation est alarmante depuis plusieurs années. Mais le véritable tournant intervient en 2003, lorsque l'Irak a été innondé d'armes par les Américains. «Ils ont cru qu'en donnant des milliards de dollars d'armes à l'armée irakienne, la situation allait s'améliorer mais ça a été l'inverse. Aujourd'hui, personne ne peut affirmer que la sécurité a été rétablie dans ce pays. Il y a des pillages, il y a des trafics... Et comme toujours, ce sont les civils qui payent le prix fort de cette situation», reprend le chargé de campagne d'Amnesty International.

 

Contrer le phénomène

Pour endiguer la prolifération d'armes dans la région, qui risque à tout moment de terminer aux mains des terroristes de Daech, l'ONG demande une coopération judiciaire et pénale entre les pays. «Si l'on veut vraiment détruire l'État islamique, il faut commencer par faire ce qu'il y a de plus simple. C'est-à-dire prendre nos responsabilités et contrôler les marchés d'armes dans cette région». Pour Amnesty International, il faut mettre en place un embargo total sur les armes en Syrie.

Repost 0
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 08:25
C295W - paratrooping in Argentina


7 déc. 2015 Airbus DS
 

Check out some paratropping in action! C295W keeps performing demos as part of its Latin American Tour.

For More Information: http://bit.ly/1NLgyS6

Repost 0
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 08:20
Future USS Zumwalt underway for the first time conducting at-sea tests and trials in the Atlantic Ocean

The future USS Zumwalt (DDG 1000) is underway for the first time conducting at-sea tests and trials in the Atlantic Ocean Dec. 7, 2015. The multimission ship will provide independent forward presence and deterrence, support special operations forces, and operate as an integral part of joint and combined expeditionary forces. U.S. Navy photo courtesy of General Dynamics Bath Iron Works

Repost 0
7 décembre 2015 1 07 /12 /décembre /2015 12:55
MBDA va recruter 550 salariés en France d’ici fin 2016

Les nouveaux diplômés ajusteur monteur de structures aéronef de MBDA à Bourges, en présence d’Antoine Bouvier, CEO de MBDA. Photo D. Lutanie - MBDA

 

04.12.2015 par Bruno Rivière – Aerobuzz.fr

 

MBDA prévoit 550 recrutements en France d’ici fin 2016, toutes catégories professionnelles confondues, politique qui pourrait se poursuivre en 2017. Pour faire face à ses besoins, le missilier développe ses capacités de formation.

 

« Nos récents succès à l’exportation replacent désormais MBDA sur une trajectoire de croissance à court et moyen terme  », affirme Antoine Bouvier, CEO de MBDA. Cette nouvelle dynamique se traduit par un plan ambitieux de recrutement de 550 personnes d’ici fin 2016 pour ses sites français. MBDA a besoin d’ingénieurs mais aussi de techniciens et d’ouvriers qualifiés. Le missilier n’échappant pas à la pénurie de main d’œuvre qualifiée, il a mis en place, en 2012, une formation qualifiante d’ajusteur monteur de structures aéronef sur son site de Bourges. A ce jour, 28 ajusteurs monteurs aéronautiques ont été diplômés à Bourges. Les derniers en date ont reçu leur diplôme, le 30 novembre dernier. Il s’agit de personnes sans emploi ou en reconversion et ne disposant pas de qualification dans les métiers aéronautiques ou industriels.

Suite de l’article

Repost 0
7 décembre 2015 1 07 /12 /décembre /2015 08:50
photo Airbus DS

photo Airbus DS

 

December 3, 2015: Strategy Page

 

Airbus DS is adding new optional features to its popular C295 transport. One is a kit that enables the aircraft to refuel in the air. The other kit enables the aircraft to land and take off on smaller airfields. These two features are provided largely at the request of customers that use the C295 for special operations missions.

 

The C295s entered service in 2001 and are manufactured in Spain. C295 is a 23 ton twin engine turboprop aircraft that can carry six tons for up to 2,200 kilometers. Top speed is 570 kilometers an hour and max payload is nine tons or 71 troops. Users note that the C295 is easy to maintain, stands up well to daily operation over long periods and copes with hot and dusty conditions. So far over 220 C295s have been ordered by 20 countries.

 

One of the latest sales (early 2015) was India which is paying $33.4 million each for 56 C295 transports. These will replace the elderly (some 50 years old) HAL-748 transports. The HAL-768 is a license built version of the British Avro 748. India bought 89 HAL-748s in the 1960s but only about fifty are still flyable.  India began looking for someone to replace the HAL-768s in 2012 and asked for proposals from all major aircraft manufacturers. Only AirBus responded because India insisted that the manufacturer build most of the aircraft in India with an existing Indian company. AirBus partnered with Tata Motors to build 40 C295s in India while the first 16 wound come from the Spanish manufacturer. The Avros were built in India by state owned and run HAL (Hindustan Aeronautics Limited) as were most aircraft built in India since the 1940s. But HAL has a terrible reputation for quality and reliability so the choice of Tata (a younger and more innovative and successful firm) is appealing because it would give HAL some effective competition.

Repost 0
7 décembre 2015 1 07 /12 /décembre /2015 08:35
India Tejas Light Combat Aircraft PV-1 (KH2003) in flight - photo IAF

India Tejas Light Combat Aircraft PV-1 (KH2003) in flight - photo IAF

 

December 2, 2015: Strategy Page

 

India’s locally designed and built LCA (Light Combat Aircraft or "Tejas") jet fighter has still not received its FOC (Final Operational Clearance), nearly two years after receiving its IOC (Initial Operational Certificate). That is one of many reasons the Indian Air Force is openly pleading with the government not to force them to accept and operate the LCA. The air force has already agreed to accept (and pay for out of their budget) twenty LCAs but is defiantly resisting government suggestions that another hundred LCAs be purchased. Air force commanders point out that the LCA development has been a long list of failures. Moreover the current LCA design is very expensive to maintain and performs poorly in the air.

 

The air force has ample reasons to fear the LCA. In late 2013 the LCA finally, after many delays, was issued an IOC. This allowed LCA to be flown by military pilots, not just certified test pilots. The next goal was to upgrade LCA a bit so that it could earn an FOC. That would confirm that the aircraft was combat ready and that all its systems (electronics, fire control, weapons handling and so on) were operating to the satisfaction of the air force or foreign customers. In late 2013 it was announced that the LCA should earn an FOC by the end of 2014. But to move things along in the meantime the first LCA squadron (20 aircraft) was be built to IOC standards with plans to upgrade to FOC standards later. This first LCA squadron was to be based in the southern tip of India (near Sri Lanka) and far from any likelihood of combat. It will be years, if ever, before India is confident enough in LCA to station any of them on the Pakistani or Chinese border.

 

In 2012 the government admitted an inability to get the LCA into mass production and quietly delayed that goal for at least two more years. Production was originally to begin at the end of 2012 but the number of technical problems with the LCA was too great to clear up in time for production to start on schedule. Many essential electronic items were not functioning properly or reliably. The prototypes were maintenance nightmares and after each test flight it took several days to get the aircraft in shape to fly again. The managers of this government financed project tried to keep the problems quiet while problems were quickly and quietly fixed. The bureaucrats failed at both these tasks. The failures continue because the plan to earn the FOC in 2015 was missed for the usual reasons (equipment failures and poor performance). The current date for getting the FOC is early 2016 but no one is certain about that, or anything else having to do the LCA.

 

This IOC/FOC mess was not the first major failure for the LCA. In early 2013 India admitted defeat and dropped plans to use the locally developed Kaveri engine in the LCA. After 24 years and over $600 million the Kaveri was unable to achieve the necessary performance or reliability goals. The government plans to try and adapt the Kaveri for use in a combat UAV that is being developed locally but that aircraft is not expected to fly until the end of the decade.

 

The LCA developers saw this Kaveri disaster coming in 2012 and several years earlier ordered 99 American F414 jet engines for $8.1 million each. These were to be used for the first LCAs being mass produced. At that point it was still believed that eventually most of the LCAs were to be powered by the Kaveri engine. The F414s were to substitute only until the Kaveri was ready but now are a long-term solution.

 

The failure of the Kaveri project is just one of many examples of how the Indian defense procurement bureaucracy misfires. Efforts to fix the mess even led to calling in foreign experts (from the U.S., Israel, and other Western nations). For example, in 2010 India made arrangements with French engine manufacturer Snecma to provide technical assistance for the Kaveri design and manufacturing problems. Critics in the Indian air force asserted that help from Snecma would not save the ill-fated Kaveri program. But the government apparently believed that it was necessary for India to acquire the ability to design and build world class jet engines, whatever the cost. Only a few nations can do this and India wants to be one of them, soon, no matter what obstacles are encountered. Despite decades of effort, the Kaveri never quite made it to mass production. Now the government will continue funding development of jet engine design and manufacturing capability, but with some unspecified changes.

 

There is much to be learned from all these development disasters. When work began on the Kaveri, in the mid-1980s, it was believed that the LCA would be ready for flight testing by 1990. A long list of technical delays put off that first flight until 2001. Corners had to be cut to make this happen, for the LCA was originally designed to use the Indian built Kaveri engine and the engine was never ready.

 

For all this, by 2012 India only planned to buy 200-300 LCAs, mainly to replace its aging MiG-21s, plus more if the navy finds the LCA works on carriers. Now those plans have been cut to 120 for the air force as the navy has made it clear it wants nothing to do with LCA. Export prospects are dim, given all the competition out there (especially for cheap, second-hand F-16s). The delays have led the air force to look around for a hundred or so new aircraft (or even used F-16s) to fill the gap between elderly MiG-21s falling apart and the arrival of the new LCAs. There is no end in sight for this tragicomic farce.

Repost 0
7 décembre 2015 1 07 /12 /décembre /2015 08:20
Air Defense: Anti UAV Defense

 

December 4, 2015: Strategy Page

 

The number of anti-UAV weapons showing up indicates that the countries with larger defense budgets see a need for this sort of thing and are willing to pay for a solution. That need has been created by the growing availability of small, inexpensive UAVs that can (and are) used by criminals and Islamic terrorists. These more sophisticated AUDs (Anti UAV Defense) are safer (for nearby civilians) to use because they rely on lasers or electronic signals to destroy or disable UAVs. For example the CLWS (Compact Laser Weapon System) is a laser weapon light enough to mount on helicopters or hummers and can destroy small UAVs up to 2,000 meters away while it can disable or destroy the sensors (vidcams) on a UAV up to 7,000 meters away. The CLWS fire control system will automatically track and keep the laser firing on a selected target. It can take up to 15 seconds of laser fire to bring down a UAV or destroy its camera. Another example is an even more portable system that can be carried and operated by one person. This is DroneDefender system, which is a 6.8 kg (15 pound) electronic rifle that can disrupt control signals for a small UAV. Range is only a few hundred meters so DroneDefender would be most useful to police.

 

There is also a high-end system similar to DroneDefender  that can use data from multiple sensors (visual, heat, radar) to detect the small UAVs and then use a focused radio signal jammer to cut the UAV off from its controller and prevent (in most cases) the UAV from completing its mission. The detection range of this AUDS is usually 10 kilometers or more and jamming range varies from a few kilometers to about eight.

 

AUDS can be defeated. For example a user can send a small UAV off on a pre-programmed mission. This can be to take photos or deliver a small explosive. No one has tried, at least successfully, using armed micro-UAVs yet but North Korea has been caught using small recon UAVs flying under automatic control.

 

If these UAVs are still detected they have to be destroyed via ground or air-to-air fire. This the South Koreans and Israelis have had to do several times. The Israelis were dealing with Palestinian Islamic terrorist groups using small UAVs, often Iranian models. South Korea and Israel has responded by adding more sensor systems, especially new radars that can detect the smallest UAVs moving at any speed and altitude. The downside of using missiles to machine-guns to take down UAVs is that those bullets and missiles eventually return to earth and often kill or injure people (usually civilians) on the ground.

Repost 0
6 décembre 2015 7 06 /12 /décembre /2015 12:35
Japan Preparing to Test-Fly MHI-Built Stealth Jet

Like China, South Korea and Turkey, Japan is looking at stealth fighters, and should fly the Mitsubishi-built ATD-X demonstrator during the first quarter of 2016. (Japan MoD photo)


Dec 3, 2015 defense-aerospace.com
(Source: The Japan Times; published Dec 3, 2015)

 

Japan is closing in on becoming the fourth nation to test fly its own stealth jet, a move that could further antagonize neighboring Asian countries that oppose Prime Minister Shinzo Abe’s bid to strengthen the role of the Self-Defense Forces.

The aircraft is scheduled to make its maiden flight within the first three months of next year, Hirofumi Doi, a program manager at the Defense Ministry, said in an interview in Tokyo. The plane, called Advanced Technology Demonstrator X, will then be handed over to the SDF, which will start conducting its own tests, he said.

The Mitsubishi Heavy Industries Ltd.-made plane builds on Abe’s military ambitions after he succeeded in pushing through U.S.-endorsed legislation to allow Japanese forces to fight in overseas conflicts, despite concerns voiced abroad and at home. Japanese militarism is a particularly sensitive topic for China and South Korea because of the aggression they endured before and during World War II.

“The security environment around Japan is becoming increasingly complex and Japan needs to maintain air capabilities commensurate to those of other air forces in the region,” said Rukmani Gupta, an analyst in New Delhi at IHS Jane’s. “Should the ATD-X test be deemed successful, it is very likely that Japan will pursue production of a next-generation fighter.”

The 14-meter-long jet, equipped with engines from IHI Corp., will cost ¥40 billion ($325 million) to develop, Doi said. The ATD-X could become the basis for a new fighter jet to replace the nation’s F-2, said Takahiro Yoshida, a director in the ministry.

Should Japan decide to make a fighter jet version, its engines would be about three times the strength of the stealth jet’s, and the plane would have enough internal space for missiles, Doi said.

It’s not certain that Japan will go ahead with the project.

“These experimental fighters are an exercise in the realm of the possible,” said Lance Gatling, head of aerospace consultancy Nexial Research. “In terms of international relations, it’s a bargaining chip. They can say: ‘We did a credible job on this, we may just build our own if you don’t give us a better deal or you don’t give us a portion of the production in Japan.'”

IHI is fully supporting flight tests of the latest jet, said Yuki Takahashi, a Tokyo-based spokeswoman. Hideo Ikuno, a spokesman for Mitsubishi Heavy in Tokyo, declined comment on the jet’s development.

The U.S., Russia and China have all built and flown stealth planes, known as fifth-generation jets, which are harder to detect by radar. Other countries such as India and Turkey are also developing stealth jets, according to Gupta at IHS Jane’s. South Korea and Indonesia are also investing in the joint development of a next-generation fighter aircraft, he said.

Back in Japan, the government will make a decision on a replacement for its F-2 fighter jets by the end of March 2019, Doi said.

“We’re building this in preparation for the development of a new fighter jet,” Doi said. “Neighboring countries are developing stealth jets and so this research is to allow us to understand what technology is needed for such a project.”

Repost 0
6 décembre 2015 7 06 /12 /décembre /2015 12:25
Helibras Successfully Concludes H225M Integration Tests with Exocet Missile

Armed with two AM-39 Exocet long-range anti-ship missiles, the Airbus H225M Caracal is arguably the most powerful naval strike helicopter presently in service, and will give the Brazilian navy an unprecedented anti-ship firepower. (Airbus HC photo)


December 3, 2015 (Issued in Portuguese; unofficial translation by Defense-Aerospace.com)

(Source: Helibras; issued December 3, 2015)


Helibras this week concluded the first phase of the integration tests of the AM39 Exocet missiles and the naval mission system developed especially for operational version of the H225M helicopter of the Brazilian navy. During the three weeks of activities in the laboratory, the team successfully completed several simulated firing of the missile.

This phase of testing was performed to validate the connection between the Naval Mission system and the missile launchers, to test different modes of operation, to verify the control logic and check the test instrumentation that will be used during the flight trials.

In early 2016, bench analysis will resume for the missiles to be flight-tested on the prototype aircraft, in Brazil. These activities are being coordinated by teams of Helibras Engineering Center and Airbus Helicopters professionals as well as MBDA, maker of the AM39 Exocet missile, Atech and Airbus Defence and Space.

"This was another stage planned in our schedule of work and shows the commitment of Helibras to the H-XBR program, as well as the increased training of its professionals and its plant in Brazil," said Richard Marelli, Helibras vice president of Operations.

The successful integration of the systems also demonstrates the maturity of the development of H225M and of the Naval Mission Systems for the Navy of Brazil, which has a completely new layout, designed in Brazil by Helibras, together with the customer, Airbus Helicopters and partner companies

Repost 0
6 décembre 2015 7 06 /12 /décembre /2015 11:50
BaToLUS project, Battle Damage Tolerance for Lightweight Unmanned Aerial Vehicle (UAV) Structures

BaToLUS project, Battle Damage Tolerance for Lightweight Unmanned Aerial Vehicle (UAV) Structures


Brussels - 03 December, 2015 European Defence Agency
 

The BaToLUS project, Battle Damage Tolerance for Lightweight Unmanned Aerial Vehicle (UAV) Structures, brought about a successful development of new rapid prototype modelling capabilities.

 

The BaToLUS project involved major European aeronautical industries, top-rated European research institutes and also small European enterprises. The European Defence Agency (EDA) led cooperation brought together a "critical mass" for an effective scientific dialogue, thus allowing the Nations to benefit from synergies in their respective industrial capabilities.

Compared to more conventional combat aircraft designs, extremely lightweight structures exhibit different distributions of strength and stiffness. Within the BaToLUS project, cost-efficient alternatives to a well-defined baseline configuration have been developed by improved structural design, aiming to offer increased tolerance against battle damage, whilst supporting the original requirements and keeping potential penalties small. 

Thanks to BaToLUS, new rapid prototype modelling capabilities have been developed. Also, a generic design process, which includes “Vulnerability Load Cases", and novel high-fidelity simulation methods have been demonstrated. A large number of structural concepts for vulnerability reductions have been identified, assessed and – for two of them – implemented and tested. Operational evaluation with respect to impacts on cost, weight and capabilities were considered at an overall platform level, together with vulnerability analysis taking into account the demonstrated structural performance and aerodynamic damage characterisation.

The main objectives of the project have been: (i) defining a UAV design and development process for vulnerability reduction to be integrated in the design process, (ii) demonstrating an improvement of the current UAV modelling, simulation and design capabilities, and (iii) providing a guideline on the costs associated with the development of a vulnerability-improved UAV.

The BaToLUS project was managed and funded by Germany, France, Sweden, and the UK in the frame of the European Defence Agency, and carried out by Airbus Defence & Space Germany (project leader), Airbus Group Innovations France, BAE Systems, CEA Gramat, Dynamec Research AB, Fraunhofer-Institut für Kurzzeitdynamik - Ernst-Mach-Institut (EMI), Industrieanlagen-Betriebsgesellschaft mbH (IABG), ONERA – The French Aerospace Lab, and SAAB Aerosystems.

 

More information:

Repost 0
6 décembre 2015 7 06 /12 /décembre /2015 08:55
photo Marine nationale

photo Marine nationale

 

27/11/2015 Sources : Marine nationale

 

Le mercredi 25 novembre 2015, la frégate type La Fayette Surcouf a réalisé un tir de missile antinavire Mer-Mer 40. La réussite de ce tir montre que cette capacité opérationnelle reste pleinement maîtrisée.

 

Les missiles Mer-Mer 40 comptent parmi les armements les plus performants des bâtiments de la marine nationale.

 

Le missile MM40 : dominer le combat de surface en haute mer :

- grâce à une même famille de missiles

- sur 4 plates-formes tactiquement complémentaires

 

Trois versions modernisées multiplateformes :

- Version Mer-Mer (MM40 Block 3) sur frégate de premier rang (FREMM, HORIZON, LA FAYETTE) et sur bâtiment de combat

- Version Air-Mer (AM39 Block 2 Mod 2) sur avions d’armes rapides ou lents et hélicoptères

- Version Sous-Marine (SM39 Block 2) sur tous les sous-marins français

photo Marine nationale

photo Marine nationale

Repost 0
5 décembre 2015 6 05 /12 /décembre /2015 17:55
photo Armée de Terre

photo Armée de Terre

 

03/12/2015 Armée de Terre

 

Fête de famille fin novembre à Paris ; les militaires de l'arme du matériel se sont retrouvés pour célébrer leur jubilé de diamant, soit 75 ans d'existence !

 

L'arme des maintenanciers évolue dans un "milieu particulièrement favorable et privilégié pour assouvir à la fois son goût pour l'aventure, le bel ouvrage et l'acte technique". C'est en ces mots que le général de brigade Pascal Cavatore, commandant l’école du matériel, a évoqué les 75 ans de l'arme dont il est également le père.

 

 Célébrée à l'École militaire de Paris le 26 novembre 2015, la journée du souvenir du matériel était destinée à honorer la mémoire des maintenanciers morts pour la France ou décédés au cours de l'année. Ce moment privilégié de cohésion, de rayonnement et de mémoire était présidé par le général de division Patrick Hocquard, directeur du service de la maintenance industrielle terrestre (SIMTER), et par le général de division Daniel Gérard, président de l’association nationale du matériel de l’armée de Terre (ANAMAT).

 

 Découvrez également dans cette vidéo les différentes récompenses attribuées, ainsi que la remise de l'insigne à des blessés de guerre :

Repost 0
5 décembre 2015 6 05 /12 /décembre /2015 08:55
photo Armée de Terre

photo Armée de Terre

 

03/12/2015 armée de Terre

 

Souvenez-vous. Il y a deux semaines, Renault Trucks Défense recrutait un blessé psychique de l’armée de Terre. Aujourd’hui, c’est l’entreprise Michelin qui décide de relever le défi en signant une convention pour le recrutement de deux autres blessés atteints d’un syndrome post-traumatique.

 

Pour monsieur Jean-Dominique Senard, président-directeur général du groupe Michelin, cette convention est  « une façon de rendre hommage à l’armée française et d’offrir une nouvelle perspective à ses blessés en les intégrant à l’entreprise. » Le sergent-chef Pierre et le 1re classe Maxime sont actuellement en stage d’immersion au sein des usines Michelin à Clermont-Ferrand. Un nouvel exemple concret de la prise en compte des blessés de l’armée de Terre, du moment de la blessure jusqu’à la réinsertion socio-professionnelle.

Repost 0
4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 08:55
Radar à ondes de surface - PRISME credit ONERA

Radar à ondes de surface - PRISME credit ONERA

 

03.12.2015 – par ONERA

 

Ce jeudi 26 novembre se déroulait, sur le campus de l’École polytechnique à Palaiseau, la 4e édition du Forum DGA Innovation. 10 projets et thèses impliquant l’ONERA, soit 10% des innovations exposées, étaient présentés sur ce lieu d’échange et de rencontre professionnelle des acteurs clés de l’innovation et de la recherche de défense.

 

Petites et moyennes entreprises, établissements de taille intermédiaire, maîtres d’œuvres industriels, autorités de l’état, décideurs institutionnels, laboratoires universitaires et délégations étrangères, soit plus de 850 acteurs, ont ainsi pu découvrir les résultats et récentes innovations de la recherche menée à l’ONERA sur :

- le radar à ondes de surface, moyen pour une surveillance plus discrète et performante des zones maritimes, de 20 à 400 kilomètres des côtes

-  l’optimisation du flux des lasers intenses grâce à une nouvelle méthode d’optique adaptative

-  le contrôle de l’état de santé des matériaux composites par une technique non intrusive, la vibrothermographie

- des composites à bas coût, 10 fois moins cher, et résistant à haute température pour les missiles supersoniques et hypersoniques

- une solution logicielle de navigation sûre et embarcable sur drones pour optimiser leur autonomie

- une base de données de réflectance (proportion de la lumière réfléchie par la surface d’un matériau) des différents types de sol de l’Europe dans le visible et l’infrarouge

- la propagation basse altitude des ondes radar en environnement marin et en présence d’une cible (projet piloté par l’industriel Alyotech)

- La modélisation détaillée et la simulation prédictive des moteurs à propergol solide

- La miniaturisation de systèmes optiques (lentilles, prismes, convertisseurs de polarisation) et leur intégration  sur des détecteurs infrarouge et térahertz.

- La propagation des ondes HF dans l’ionosphère de moyenne altitude (thèse menée à l’IRAP).

 

« Le Forum DGA Innovation est une occasion unique pour l'ONERA de montrer à de nombreux interlocuteurs, dont son ministère de tutelle, l'excellence de sa recherche » a commenté, lors de sa venue, Bruno Sainjon, président-directeur général de l'ONERA.

Repost 0
4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 08:50
En plus de la version 30mm, Nexter propose également le VBCI-2 équipé de la tourelle 40 CTAS de 40mm développée avec BAE Systems (Crédit: Nexter)

En plus de la version 30mm, Nexter propose également le VBCI-2 équipé de la tourelle 40 CTAS de 40mm développée avec BAE Systems (Crédit: Nexter)

 

 4 décembre, 2015 Nathan Gain (FOB)

 

Le VBCI-2 décrochera-t-il bientôt son premier contrat à l’export ? C’est en tout cas ce qu’espère Nexter, qui vient officiellement de proposer l’un des fleurons de sa gamme à la Lituanie. Le petit pays baltique est en effet sur le point de choisir un nouveau véhicule blindé 8×8 pour remplacer son parc de transports de troupes chenillés M113.

 

Dévoilé durant le salon DSEI 2015 à Londres, le VBCI-2 est une version du VBCI spécifiquement conçue pour le marché à l’export. Le « Dash 2 » est le fruit de l’expérience récoltée grâce au déploiement des VBCI français en Afghanistan, au Liban, au Mali et en république Centrafricaine.

 

Si le programme lituanien (dont vous trouverez plus d’informations ici) prévoit un armement principal de calibre 30mm, Nexter a décidé d’aller plus loin en proposant non seulement un VBCI-2 équipé d’une tourelle téléopérée de 30 mm HITFIST OWS fabriquée par OTO Melara, mais également une version plus « musclée » du véhicule armée du canon 40 CTAS de 40mm fabriqué en partenariat avec BAE Systems.

 

Pour proposer le VBCI-2 calibré en 30mm, Nexter est allé chercher la tourelle téléopérée HITFIST OWS fabriquée par les Italiens d’OTO Melara (Crédit: Nexter)

Pour proposer le VBCI-2 calibré en 30mm, Nexter est allé chercher la tourelle téléopérée HITFIST OWS fabriquée par les Italiens d’OTO Melara (Crédit: Nexter)

 

Le VBCI profite d’une protection balistique de niveau 5, qui peut par ailleurs être porté au niveau 6, et atteint les standards de protection 4A-4B contre les mines et engins explosifs improvisés. De même, l’architecture vectronique du véhicule permet d’y intégrer des systèmes de missiles anti-char, tels que le Javelin, le Spike ou le MMP.

 

Par ailleurs, Nexter n’exclut pas de s’associer avec un partenaire local à tous les niveaux de production et de maintenance du véhicule. Il est vrai que le systémier français jouit déjà d’une certaines expérience en la matière, après avoir formé des partenariats avec, entre autres, Larsen & Toubro et Avibras pour promouvoir son CAESAR respectivement en Inde et au Brésil.

 

Dans cette compétition, Nexter et son VBCI-2 font face à neuf autres véhicules : Patria et son AMV équipé d’une tourelle UT 30 Mk2, le Boxer d’ARTEC armé soit d’une tourelle RCT 30 ou LANCE 30, le Superav d’IVECO doté également d’une UT 30 Mk2, le fameux LAV II de General Dynamics Land Systems assorti d’une tourelle MCT30 produite par le norvégien Kongsberg, General Dynamics European Land System et le Piranha, l’Arma et la tourelle Mizra-30 d’Otokar et, enfin, le PARS de FNSS pourvu d’une tourelle E30. Par ailleurs, Elbit Systems et Lockheed Martin ont quant à eux offert un système d’armement principal, à savoir respectivement les tourelles UT 30 Mk1 et 2, et la 40 CTAS.

Repost 0
3 décembre 2015 4 03 /12 /décembre /2015 13:55
Arrêté du 30 novembre 2015 fixant la parité d'échange applicable au transfert au secteur privé de la majorité du capital de la société Nexter Systems SA


JORF n°0279 du 2 décembre 2015 page 22245 - texte n° 27


Arrêté du 30 novembre 2015 fixant la parité d'échange applicable au transfert au secteur privé de la majorité du capital de la société Nexter Systems SA

NOR: FCPA1529072A

ELI: http://www.legifrance.gouv.fr/eli/arrete/2015/11/30/FCPA1529072A/jo/texte


Le ministre des finances et des comptes publics et le ministre de l'économie, de l'industrie et du numérique,
Vu la loi n° 2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques et notamment son article 189 autorisant le transfert au secteur privé de la majorité du capital de la société Groupement industriel des armements terrestres (GIAT) et de ses filiales ;
Vu l'ordonnance n° 2014-948 du 20 août 2014 modifiée relative à la gouvernance et aux opérations sur le capital des sociétés à participation publique, et notamment son titre III ;
Vu le décret n° 2015-1483 du 16 novembre 2015 autorisant le transfert au secteur privé de la majorité du capital de la société Nexter Systems SA,
La Commission des participations et des transferts entendue, et sur son avis conforme n° 2015 - A.C.- 4 recueilli le 25 novembre 2015 en vertu des dispositions des articles 26-II et 27 de l'ordonnance susvisée,
Arrêtent :

 

Article 1

Le transfert au secteur privé de la majorité du capital de la société Nexter Systems SA. (Nexter Systems) s'effectuera par :
i. L'acquisition par GIAT Industries SA (GIAT), pour le prix de 22.500 euros, de 22.500 actions de la société Honosthor NV. (Honosthor), dont le siège est situé à Amsterdam (Pays-Bas), cette participation représentant la moitié du capital et des droits de vote d'Honosthor ;
ii. L'apport à Honosthor par GIAT de la totalité des actions de Nexter Systems, à l'exception d'une action détenue par l'Etat ;
iii. L'apport simultané à Honosthor de la totalité du capital et des droits de vote de Wegmann KMW Holding GmbH (KMWH), dont le siège social est situé à Kassel (Allemagne) ;
iv. L'émission par Honosthor de 299.955.000 actions nouvelles, dont la moitié (149.977.500 actions) sera attribuée à GIAT en rémunération de son apport.
A l'issue de cette opération, GIAT sera en conséquence actionnaire à 50 % de la société Honosthor, qui aura pour filiales Nexter Systems et KMWH.

 

Article 2

Le commissaire aux participations de l'Etat est chargé de l'exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française.


Fait le 30 novembre 2015.


Le ministre des finances et des comptes publics,

Michel Sapin


Le ministre de l'économie, de l'industrie et du numérique,

Emmanuel Macron

 

Note RP Defense: voir aussi Décret n° 2015-1483 du 16 novembre 2015 autorisant le transfert au secteur privé de la majorité du capital de la société Nexter Systems SA

Repost 0
2 décembre 2015 3 02 /12 /décembre /2015 17:50
photo Bundeswehr

photo Bundeswehr


Dec 2, 2015 defense-aerospace.com

(Source: Reuters; published Dec 2, 2015)

 

BERLIN --- The German Armed Forces took delivery of a second A400M military transport plane from Airbus in Seville on Wednesday, a Defense Ministry spokesman said on Wednesday.

Another A400M plane is due to be delivered by the end of the year, a military source said, taking the total Germany will have received to three.

Germany has ordered 53 of the planes from Airbus but deliveries have been delayed as the world's second-biggest aerospace group grapples with production delays.

Five of the planes were due to be delivered to Germany this year, but it will now only receive two.

Repost 0
2 décembre 2015 3 02 /12 /décembre /2015 05:30
L'armée de Terre a reçu ses premiers 4x4 Ford Ranger XL

L'armée de Terre a reçu ses premiers 4x4 Ford Ranger XL

 

2 décembre, 2015 Nathan Gain (FOB)

 

La saga de l’achat de véhicules « américains » par l’armée française entre enfin dans son ultime phase, alors que les premiers véhicules 4×4 Ford Ranger sont sur le point d’entrer en service dans l’armée de Terre. En effet, après avoir passé les vérifications d’usage, les neuf Ford Ranger XL récemment livrés rejoindront prochainement leur première affectation au sein du 1er régiment de chasseurs (1er RCh), basé à Verdun.

 

Petit rappel.

 

En avril dernier, le ministère de la Défense français achetait 1000 véhicules 4×4 Ford Ranger, destinés à accomplir des tâches diverses sur le territoire métropolitain, et capable d’emporter cinq soldats et une tonne d’équipements. Ils ne sont par ailleurs pas destinés à être déployés en opération extérieure. Le Ford Ranger fut choisi parmi trois véhicules présentés « sur étagère » dans le catalogue de l’Union des Groupements d’Achats Publics (UGAP). Les deux autres véhicules proposés, davantage « made in France », étaient le Duster de Dacia (Renault) et le Berlingo de Citroën  (le premier étant en fait majoritairement fabriqué en Roumanie, le second en Espagne). Les trois véhicules présentant tous le même prix unitaire, mais « Seul le Ford Ranger permettait une charge utile satisfaisante, et le tout-terrain a été préféré au tout-chemin », expliquait alors le porte-parole du ministère Pierre Bayle, justifiant un choix lourdement critiqué par la suite par certains industriels et élus locaux français.

 

L’achat de ces 1000 Ford Ranger ne répondait finalement qu’à une demande urgente et à court terme de la part du ministère de la Défense, dont le parc de véhicules disponibles est fortement amputé par les nombreuses OPEX dans lesquelles sont actuellement impliquées les forces françaises. Il n’était donc nullement question d’éclipser les Peugeot P4 de l’armée française, en service depuis 1982 et usées au point que la France en retire 600 du service actif chaque année. Son remplaçant fera prochainement l’objet d’un appel d’offres ouvert aux industriels français pour la livraison de 4450 véhicules légers tactiques polyvalents » (VLTP). Un appel d’offres qui sera divisé en deux phases: un premier lot de 2450 véhicules suivi d’un second de 2000 VLTP. Le véhicule sélectionné commencera à remplacer les P4 restantes à partir de 2020.

 

L’industrie française a donc encore toutes les cartes en main pour envisager sereinement un marché autrement plus important que celui remporté par Ford. Enfin, le Duster de Dacia pourrait entamer prochainement une carrière à l’export, les français de MagForce ayant annoncé, durant le salon Milipol 2015 à Paris, leur intention de le promouvoir sur le marché africain.

 

Exit la polémique, place aux premières livraisons. Après leur passage au sein du 8e régiment du Matériel (8e RMAT) à Mourmelon et Woippy, les premiers véhicules Ford Ranger XL, assemblés en Afrique du Sud, viennent maintenant renforcer les capacités opérationnelles du 1er RCh. Une trentaine de véhicules supplémentaires devraient rejoindre Verdun en janvier 2016.

 

Le dernier chapitre de cette saga se clôture enfin, à l’heure où les premiers véhicules intègrent une armée française qui a, plus que jamais, davantage besoin de matériel performant que de polémiques.

Repost 0
21 novembre 2015 6 21 /11 /novembre /2015 11:55
Les Malouins de Tecknisolar jettent un coup de froid avec leur "absorbeur thermique"


.11.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense

Un de mes coups de cœur du salon Minipol 2015 va aux ingénieux Malouins de Tecknisolar, la société de Pascal Barguirdjian.

Cette année, Tecknisolar présente un « absorbeur thermique » qui devrait faire un tabac chez les militaires et dans les unités d’intervention. Ce produit est l’aboutissement de deux ans de recherche ; il a été finalisé il y a deux mois.

Réalisé en résines végétales, ce tissu atténue les émissions de chaleur émise par les corps et les moteurs. Il permet d’échapper aux appareils de vision infra-rouge (lunettes et caméras thermiques). La photo ci-dessus montre une l'image prise par une caméra thermique et l'occultation par un carré d''absorbeur de la tête du collaborateur de la société au second plan. Plusieurs vidéos prises lors de tests (certains réalisés par le 13e RDP) attestent des qualités du produit.

Selon Pascal Barguirdjian, cette matière permet de réaliser des treillis et combinaisons pour les militaires et forces spéciales, des couvertures, de la toile pour des tentes, des housses capables de recouvrir un véhicule.

Le recours aux résines végétales a aussi permis à Tecknisolar de produire un tissu qui protège des contaminations bactériologiques et qui pourrait donc devenir indispensable aux personnels soignants opérant dans des zones touchées par des épidémies virulentes.

Repost 0
20 novembre 2015 5 20 /11 /novembre /2015 08:50
Challenger II tanks will be support by the company under the agreement Photo: British Army - Uk MoD

Challenger II tanks will be support by the company under the agreement Photo: British Army - Uk MoD

 

19 Nov 2015 By Alan Tovey, Industry Editor - telegraph.co.uk

 

Cook Defence Systems' contract to support British Army vehicles with tank tracks secures 110 jobs

 

The British Army’s tanks and armoured vehicles will be kept rolling by Cook Defence Systems (CDS) after the privately owned business secured a £70m deal with the Ministry of Defence.

The Country Durham-based business has landed a four-year deal to support vehicles including the Army’s Challenger II main battle tanks, Warrior armoured personnel carriers and Scimitar reconnaissance vehicles with replacement tracks.

Read more

Repost 0
19 novembre 2015 4 19 /11 /novembre /2015 13:50
£1.3Bn contract awarded for latest attack submarine

Anson Infographic - credits UK MoD

 

19 November 2015 Ministry of Defence, Defence Equipment and Support and Philip Dunne MP

 

A £1.3 billion contract to build the latest Astute Class attack submarine for the Royal Navy has been awarded by the Ministry of Defence.

 

Both time and money are being saved on the building of Anson, the Royal Navy’s fifth Astute submarine. Savings of £50 million for the taxpayer have been achieved during negotiations with BAE Systems, and the agreed build time is to date the shortest ever for the Astute Class, with a current schedule some nine months ahead of that for Boat 3 (Artful).

Defence Minister Philip Dunne made the announcement as he visited the home of the UK’s submarine manufacturing industry based in Barrow-in-Furness, Cumbria and viewed progress already made on the new submarine.

BAE Systems employs more than 7,600 people in its Submarines business, which includes those that work on the Astute programme, with thousands more working in the 400 suppliers across the UK submarine supply chain.

Defence Minister Philip Dunne said:

This £1.3 billion contract marks an important step in the progress of the Astute programme. This is a key part of our £166 billion plan to ensure that our armed forces have the equipment they need to defend the UK’s interests across the seas, in the skies and on land, both at home and abroad.

This new contract for Anson not only provides significant financial savings of £50 million to the taxpayer but also secures thousands of jobs in Barrow and across the UK supply chain, demonstrating the Government’s commitment to increase defence spending each year for the rest of the decade.

Director Submarines at the MOD’s Defence Equipment and Support organisation, Rear Admiral Mike Wareham, said:

The Astute Class provides the Royal Navy with the most technologically advanced submarines, offering much greater firepower, better communications, and more advanced stealth technology than their predecessors.

The first two of class, HMS Astute and HMS Ambush, are already in service and making a vital contribution to the defence of UK’s interest, both at home and overseas. Third of class Artful is undergoing sea trials and is due to be handed over to the Royal Navy by the end of 2015.

Featuring the latest nuclear-powered technology, the Astute class can circumnavigate the world submerged, manufacturing the crew’s oxygen from seawater as they go.

They also have the ability to operate covertly and remain undetected in almost all circumstances despite being 50 per cent bigger than the Royal Navy’s current Trafalgar Class submarines.

HMS Artful, the third of the Royal Navy’s new Astute Class attack submarines, set sail from Barrow in July.

On his visit, Mr Dunne was also able to see the progress being made on Barrow’s £300 million infrastructure upgrade programme, which is due to be completed by 2022. This will prepare the site for investment in a new fleet of four Successor Ballistic Missile submarines and the renewal of Britain’s nuclear deterrent.

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories