Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 17:20
'A' for Angela Merkel: GCHQ and NSA Targeted Private German Companies

 

March 29, 2014 By Laura Poitras, Marcel Rosenbach and Holger Stark - Spiegel.de

 

Documents show that Britain's GCHQ intelligence service infiltrated German Internet firms and America's NSA obtained a court order to spy on Germany and collected information about the chancellor in a special database. Is it time for the country to open a formal espionage investigation?

 

The headquarters of Stellar, a company based in the town of Hürth near Cologne, are visible from a distance. Seventy-five white antennas dominate the landscape. The biggest are 16 meters (52 feet) tall and kept in place by steel anchors. It is an impressive sight and serves as a popular backdrop for scenes in TV shows, including the German action series "Cobra 11."

Stellar operates a satellite ground station in Hürth, a so-called "teleport." Its services are used by companies and institutions; Stellar's customers include Internet providers, telecommunications companies and even a few governments. "The world is our market," is the high-tech company's slogan.

Using their ground stations and leased capacities from satellites, firms like Stellar -- or competitors like Cetel in the nearby village of Ruppichteroth or IABG, which is headquartered in Ottobrunn near Munich -- can provide Internet and telephone services in even the most remote areas. They provide communications links to places like oil drilling platforms, diamond mines, refugee camps and foreign outposts of multinational corporations and international organizations.

Super high-speed Internet connections are required at the ground stations in Germany in order to ensure the highest levels of service possible. Most are connected to major European Internet backbones that offer particularly high bandwidth.

 

Read the full story at Spiegel

Partager cet article
Repost0
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 12:55
photo Gendarmerie

photo Gendarmerie

 

27/03/2014 Par Christophe Cornevin - LeFigaro.fr

 

L'anticipation opérationnelle de la gendarmerie s'appuie sur cette puissante « base de données de sécurité publique ».

 

Dans le cadre de la refonte du renseignement de proximité, la gendarmerie a mis en place un outil visant à fournir à son directeur général, Denis Favier, tous les éléments permettant d'ajuster la manœuvre de ses forces sur le terrain. Créée le 1er janvier dernier, la sous-direction de l'anticipation opérationnelle (Sdao) se présente comme une «structure complémentaire, agissant de façon transparente et interactive» avec le renseignement territorial. Relayée par une chaîne de 500 analystes répartis à travers le pays et dont elle assure le pilotage, l'anticipation opérationnelle de la gendarmerie s'appuie sur sa puissante «base de données de sécurité publique». Depuis décembre 2011, elle poursuit une inéluctable montée en puis­sance.

 

 

Suite de l'article

 

Partager cet article
Repost0
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 12:20
Obama veut arrêter la collecte massive d'écoutes par la NSA

 

25.03.2014 Romandie.com (ats)

 

Le président américain Barack Obama s'apprête à proposer au Congrès des Etats-Unis de mettre un terme à la collecte massive des écoutes téléphoniques par la NSA, a indiqué lundi un responsable de l'administration. Le programme sera malgré tout prolongé de 90 jours.

 

Dans ce cadre, le gouvernement fédéral conserverait la capacité d'accéder à des "métadonnées" mais seulement au cas par cas et sur des affaires précises, a également ajouté cette source, confirmant un élément révélé par le "New York Times".

 

En janvier, Barack Obama a exposé une réforme des pratiques de surveillance de la NSA, dévoilées par Edward Snowden. Il a notamment promis que les services secrets américains ne pourraient plus espionner les dirigeants de pays amis ou alliés et a également proposé de modifier les règles de collecte des données téléphoniques des Américains.

 

Dans l'intervalle, et jusqu'à la promulgation d'une nouvelle loi, l'administration Obama va renouveler l'autorisation du programme de la NSA de collecte et de stockage de ces "métadonnées", a ajouté ce responsable. Selon le "New York Times", la Maison Blanche souhaite que ce renouvellement, pour une durée de 90 jours, sera le dernier.

 

Une autorisation obligatoire

 

Dans le cadre du projet proposé par M. Obama, les données d'appel seraient conservées par les opérateurs de téléphonie et le gouvernement devrait obtenir l'autorisation de la Foreign Intelligence Surveillance Court, l'instance judiciaire pour les affaires de terrorisme, pour avoir accès à des écoutes téléphoniques.

Partager cet article
Repost0
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 08:35
Targeting Huawei: NSA Spied on Chinese Government and Networking Firm

 

March 22, 2014 by SPIEGEL

 

According to documents viewed by SPIEGEL, America'a NSA intelligence agency put considerable efforts into spying on Chinese politicians and firms. One major target was Huawei, a company that is fast becoming a major Internet player.


 

The American government conducted a major intelligence offensive against China, with targets including the Chinese government and networking company Huawei, according to documents from former NSA worker Edward Snowden that have been viewed by SPIEGEL and the New York Times. Among the American intelligence service's targets were former Chinese President Hu Jintao, the Chinese Trade Ministry, banks, as well as telecommunications companies.

But the NSA made a special effort to target Huawei. With 150,000 employees and €28 billion ($38.6 billion) in annual revenues, the company is the world's second largest network equipment supplier. At the beginning of 2009, the NSA began an extensive operation, referred to internally as "Shotgiant," against the company, which is considered a major competitor to US-based Cisco. The company produces smartphones and tablets, but also mobile phone infrastructure, WLAN routers and fiber optic cable -- the kind of technology that is decisive in the NSA's battle for data supremacy.

A special unit with the US intelligence agency succeeded in infiltrating Huwaei's network and copied a list of 1,400 customers as well as internal documents providing training to engineers on the use of Huwaei products, among other things.

 

Source Code Breached

According to a top secret NSA presentation, NSA workers not only succeeded in accessing the email archive, but also the secret source code of individual Huwaei products. Software source code is the holy grail of computer companies. Because Huawei directed all mail traffic from its employees through a central office in Shenzhen, where the NSA had infiltrated the network, the Americans were able to read a large share of the email sent by company workers beginning in January 2009, including messages from company CEO Ren Zhengfei and Chairwoman Sun Yafang.

"We currently have good access and so much data that we don't know what to do with it," states one internal document. As justification for targeting the company, an NSA document claims that "many of our targets communicate over Huawei produced products, we want to make sure that we know how to exploit these products." The agency also states concern that "Huawei's widespread infrastructure will provide the PRC (People's Republic of China) with SIGINT capabilities." SIGINT is agency jargon for signals intelligence. The documents do not state whether the agency found information indicating that to be the case.

The operation was conducted with the involvement of the White House intelligence coordinator and the FBI. One document states that the threat posed by Huawei is "unique".

The agency also stated in a document that "the intelligence community structures are not suited for handling issues that combine economic, counterintelligence, military influence and telecommunications infrastructure from one entity."

 

Fears of Chinese Influence on the Net

The agency notes that understanding how the firm operates will pay dividends in the future. In the past, the network infrastructure business has been dominated by Western firms, but the Chinese are working to make American and Western firms "less relevant". That Chinese push is beginning to open up technology standards that were long determined by US companies, and China is controlling an increasing amount of the flow of information on the net.

In a statement, Huawei spokesman Bill Plummer criticized the spying measures. "If it is true, the irony is that exactly what they are doing to us is what they have always charged that the Chinese are doing through us," he said. "If such espionage has been truly conducted, then it is known that the company is independent and has no unusual ties to any government and that knowledge should be relayed publicly to put an end to an era of mis- and disinformation."

Responding to the allegations, NSA spokeswoman Caitlin Hayden said she should could not comment on specific collection activities or on the intelligence operations of specific foreign countries, "but I can tell you that our intelligence activities are focused on the national security needs of our country." She also said, "We do not give intelligence we collect to US companies to enhance their international competitiveness or increase their bottom line."

Editor's note: A longer version of this story will appear in German in the issue of SPIEGEL to be published on Monday.

Partager cet article
Repost0
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 08:20
 source johnbrownnotesandessays

source johnbrownnotesandessays

 

March 24, 2014 Interview Conducted By Marc Hujer and Holger Stark
 

In a SPIEGEL interview, former NSA director Michael Hayden, 69, discusses revelations of US spying on Germany made public in documents leaked by Edward Snowden, surveillance against German leaders and tensions between Berlin and Washington.

 

Michael Hayden, 69, served as the director of the National Security Agency from 1999 to 2005. After leaving the NSA, he served as director of the CIA from 2006 to 2009. Today he is a partner at the consulting firm Chertoff Group in Washington, DC.

SPIEGEL recently sat down with the former US Air Force general in Washington for a wide-ranging interview on revelations from the archive of former NSA contractor Edward Snowden, including allegations that the intelligence agency spied on the cell phone of German Chancellor Angela Merkel, that have been the source of significant trans-Atlantic tensions.

 

Read the interview

Partager cet article
Repost0
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 17:20
Espionnage : le géant des télécoms chinois Huawei victime de la NSA ?

La NSA a accédé aux archives des courriels de Huawei, à des documents internes de communication entre des dirigeants de la compagnie, ainsi qu'au code secret de produits spécifiques de Huawei

 

23/03/2014 latribune.fr 

 

L'agence américaine de sécurité nationale s'est introduite secrètement dans le réseau de communications du géant des télécoms et de l'internet chinois Huawei à des fins d'espionnage.

 

 

L'agence américaine de sécurité nationale NSA (National Security Agency) s'est introduite secrètement dans le réseau de communications du géant des télécoms et de l'internet chinois Huawei à des fins d'espionnage, ont affirmé samedi le "New York Times" et le "Spiegel" dans leurs éditions en ligne. La NSA a accédé aux archives des courriels de Huawei, à des documents internes de communication entre des dirigeants de la compagnie, ainsi qu'au code secret de produits spécifiques de Huawei, affirment les articles des deux journaux basés sur des documents fournis par l'ancien consultant de la NSA Edward Snowden.

 Le "New York Times" précise que son enquête sur l'opération, baptisée "Shotgiant", s'appuie sur des documents de la NSA communiqués par l'ex-consultant de l'agence Edward Snowden, qui, depuis l'année dernière, diffuse des renseignements sur les activités de surveillance menées par les Américains dans le monde entier. "Nous bénéficions actuellement de bonnes capacités d'accès et possédons tellement de données que nous ne savons plus quoi en faire", ont assuré des responsables de la NSA, selon un document interne cité par l'hebdomadaire "Der Spiegel".

 

Démenti de Huawei

Huawei avait démenti mi-janvier des informations de presse selon lesquelles la sécurité de ses équipements télécoms pouvait être déjouée par la NSA. Il n'y a eu "aucun incident de réseau (de télécommunications) provoqué par des failles de la sécurité" des produits et infrastructures de Huawei, avait indiqué Cathy Meng, directrice financière du groupe, lors d'une conférence de presse à Pékin.

Elle était interrogée sur une enquête publiée fin décembre par le "Spiegel", selon laquelle la NSA pouvait infiltrer les systèmes et produits de plusieurs grands groupes technologiques, dont Huawei et les américains Cisco et Juniper Networks.

 

Démasquer les liens entre Huawei et l'armée chinoise

Huawei, fondé par un ancien ingénieur de l'armée chinoise, s'était vu interdire l'accès à des projets d'infrastructures aux Etats-Unis et en Australie pour des raisons de sécurité, sur fond de crainte que ses équipements soient utilisés pour de l'espionnage ou des attaques informatiques... au profit de Pékin. Outre les équipements télécoms, Huawei est le troisième fabricant mondial de smartphones.

L'un des objectifs de l'opération Shotgiant était de mettre au jour des liens entre Huawei et l'armée chinoise, lit-on dans un document de 2010 cité par le "New York Times". Mais, ajoute le journal, l'opération a visé également à tirer parti de la technologie de Huawei. La NSA cherchait ainsi à effectuer une surveillance via des ordinateurs et des téléphones du réseau Huawei vendu à des pays tiers.

Partager cet article
Repost0
21 mars 2014 5 21 /03 /mars /2014 17:55
French intelligence agents spy on Orange customer data: report

 

March 20, 2014 spacewar.com (AFP)

 

Paris - The French intelligence agency in charge of military and electronic spying is massively collecting data and monitoring networks of telecoms giant Orange, Le Monde newspaper reported in its Friday edition.

 

"The DGSE can read, like an open book, the origin and destination of all communications of Orange customers," the paper said.

 

Monitoring operations were being carried out without any external supervision with access "free and total" for spies at the General Directorate for External Security (DGSE).

 

Le Monde said its report was based on an internal British intelligence document made available by former US intelligence contractor Edward Snowden.

 

Contacted by AFP, an Orange spokesman said the company "like all (other) operators has relations with state agencies in charge of the country's and the French people's security."

 

"These relations strictly comply with the laws and are legal under the responsibility of the State and the control of judges," he added.

 

The DGSE and agents with military clearance have been working with Orange, formerly known as France Telecom, "for at least 30 years", said Le Monde.

 

The DGSE would not comment on the report.

 

Snowden, who has been charged in the United States with espionage, lives in exile in Russia.

 

He said earlier this month he had no regrets over his leaks about mass surveillance programmes by the US National Security Agency (NSA), saying they sparked a needed public debate on spying and data collection.

Partager cet article
Repost0
21 mars 2014 5 21 /03 /mars /2014 13:55
La France soupçonnée de cyberattaque en Iran par les renseignements canadiens

 

21/03/2014 Par LEXPRESS.fr

 

Les services secrets canadiens suspectent la DGSE d'être derrière une opération de piratage informatique depuis 2009, révèle Le Monde ce vendredi.

 

Et si la France passait dans le camp des espions? Affichée comme victime des écoutes de la NSA, la France ne serait pas en reste niveau espionnage selon les services secrets canadiens, révèle Le Monde ce vendredi. 

Les Canadiens suspecteraient en effet la DGSE, services de renseignements français, "d'être derrière une vaste opération de piratage informatique, qui aurait débuté en 2009 et se poursuivrait toujours, grâce à un implant espion". L'attaque viserait en premier lieu des institutions iraniennes liées au programme nucléaire du pays, mais également le Canada, l'Espagne, la Grèce, la Norvège, la Côte d'Ivoire et l'Algérie. 

Selon les services secrets canadiens, la DGSE (Direction générale de sécurité extérieure) empièterait également sur les tablettes de la DCRI (Direction centrale du renseignement intérieur), en menant cette opération de piratage informatique contre des intérêts ciblés en France. 

 

Confirmation des services secrets canadiens

Le document que s'est procuré Le Monde émane du Centre de la sécurité des télécommunications du Canada, extrait des archives de la NSA. "Nous estimons, avec un degré modéré de certitude", conclut le CSEC, "qu'il s'agit d'une opération sur des réseaux informatiques soutenue par un Etat et mis en oeuvre par une agence française de renseignement." 

Interrogée par Le Monde, la DGSE s'est refusée à tout commentaire "sur des activités réelles ou supposées". Le CSEC, en revanche, s'est montré plus disert et a confirmé au Monde que ce document émanait bien de ses services, sans pour autant rentrer dans le détail de cette chasse au logiciel espion.

Partager cet article
Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 19:20
Nouvelles révélations sur l’espionnage de la NSA

 

19.03.2014 par RFI

C’est une information exclusive du Washington Post : la NSA a mis en place un système qui permet d’enregistrer 100 % des appels téléphoniques d’un pays. Ce programme appelé « Mystic » a été a lancé en 2009. Un haut responsable des services secrets le compare à une machine à remonter le temps. En effet, écrit le Washington Post, Mystic permet de conserver les enregistrements pendant un mois. C’est en 2011, poursuit le journal qui s’appuie entre autres sur des documents fournis par Edward Snowden, que le premier pays a ainsi été mis sur écoute. Les autorités américaines ont demandé au Washington Post de ne pas révéler le nom de ce pays. Une requête que le journal dit respecter. D’après le quotidien, 5 autres pays ont été ciblés par ce programme de surveillance, un sixième pays a été ajouté à la liste en octobre dernier.
 

Partager cet article
Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 16:55
Philippe Chadrys nouveau directeur de la SDAT

 

 

18/03/2014 Par Bertrand Benoit-Cadi Le Point.fr

 

L'actuel patron du SRPJ d'Ajaccio est nommé patron de la sous-direction antiterroriste. Il devient le nouveau Monsieur Antiterrorisme de la France.

 

La nomination sera bientôt officielle : le commissaire divisionnaire Philippe Chadrys, actuellement patron du SRPJ d'Ajaccio, est nommé au poste de directeur de la SDAT, dont il avait été le second avant son installation en Corse. La sous-direction antiterroriste (SDAT) est un service de police judiciaire français dépendant de la Direction centrale de la police judiciaire et voué à la lutte contre le terrorisme.

 

Cette nomination vient couronner un bilan particulièrement remarquable dans la lutte contre le crime organisé en Corse, avec l'arrestation notamment des responsables présumés de la bande du Petit Bar, une des organisations corses les plus violentes de ces dernières années. Il prendra ses fonctions le 5 mai prochain.

Partager cet article
Repost0
14 mars 2014 5 14 /03 /mars /2014 07:20
NSA has ‘industrial scale’ malware for spying: report

 

March 14th, 2014 defencetalk.com (AFP)

 

The National Security Agency has developed malware that allows it to collect data automatically from millions of computers worldwide, a report based on leaked documents showed Wednesday.

 

The report co-authored by former Guardian reporter Glenn Greenwald for the online news site The Intercept said the program has dramatically expanded the US spy agency’s ability to covertly hack into computers on a mass scale.

 

The report is based on classified documents provided by former NSA contractor Edward Snowden.

 

It said the surveillance technology allows the NSA to infect potentially millions of computers worldwide with malware “implants” which can help the agency extract data from overseas Internet and phone networks.

 

The report by Greenwald and reporter Ryan Gallagher said these implants were once reserved for a few hundred hard-to-reach targets whose communications could not be monitored through traditional wiretaps but that the NSA has expanded this to “industrial scale,” according to the documents.

 

The automated system codenamed TURBINE expands the ability to gather intelligence with less human oversight, according to the report.

 

The report was the first by Greenwald based on leaked documents since he joined First Look Media, an organization backed by tech entrepreneur Pierre Omidyar that includes The Intercept.

 

Greenwald was among the first journalists to publish documents leaked by Snowden describing the vast surveillance programs of the NSA and other intelligence services, sparking a massive outcry.

 

Wednesday’s report said the covert infrastructure that supports TURBINE operates from the NSA headquarters in Maryland, and from eavesdropping bases in Britain and Japan and that the British intelligence agency GCHQ appears to have played an important role in the effort.

 

The report said that in some cases the NSA has used a decoy Facebook server to infect a target’s computer and exfiltrate files.

 

It said the malware can also covertly record audio from a computer’s microphone and take snapshots with its webcam.

 

The Intercept said the malware has been in existence since 2004 but that the automated program expanding its use appears to have begun in 2010.

 

The malware can be installed in as little as eight seconds, according to the documents.

 

Because people have become suspicious of email attachments, the report said the NSA has had to resort to new tools to install the malware such as “man-in-the-middle” and “man-on-the-side” attacks through Internet browsers.

 

The NSA, queried by AFP, did not directly respond to the report. But an NSA official reiterated policy that its operations are conducted “exclusively where there is a foreign intelligence or counterintelligence purpose to support national and departmental missions, and not for any other purposes.”

Partager cet article
Repost0
13 mars 2014 4 13 /03 /mars /2014 12:50
Russie: le renseignement naval se déploie à 50 km de la Finlande

 

 

MOSCOU, 13 mars - RIA Novosti

 

Le régiment de guerre électronique de la flotte du Nord se déploie dans le village d'Alakourtti, dans la région de Mourmansk – soit à 50 km de la frontière finlandaise et 90 km de la mer Blanche, selon une source proche du commandement de la marine russe. Ce déploiement est plus lié à la conquête de l'Arctique par la Russie qu'avec une prévention des risques émanant de l'Occident, écrit jeudi le quotidien Izvestia.

 

La semaine dernière, la presse russe et finlandaise annonçait que deux garnisons seraient rétablies à Alakourtti, soit 3 000 militaires. La nature des unités n'a pas été officiellement annoncée mais une source proche du commandement de la marine explique qu'il s'agirait du retour d'un régiment de guerre électronique dans la région.

 

"Un détachement de guerre électronique de la marine s'y trouvait auparavant – chaque flotte, y compris de la mer Caspienne, en possède. Il avait ensuite été déplacé dans la région de Moscou. De nouveaux moyens techniques sont apparus aujourd'hui et le processus s'est inversé", explique la source.

 

Les militaires avaient quitté le village en 2009 et les sites d'infrastructure comme les bâtiments résidentiels avaient fermé leurs portes. A l'heure actuelle, un seul détachement de garde-frontières reste stationné à Alakourtti pour travailler au point de contrôle Salla. Selon la source, des équipements d'interception uniques devaient être conservés dans la garnison.

 

Alakourtti se trouve à 90 km de la mer Blanche et à 300 km de l'océan Arctique. Cependant, comme le soulignent les experts, les équipements radioélectroniques modernes détectent des stations situées à plusieurs milliers de kilomètres.

 

Le vice-amiral à la retraite Vladimir Zakharov a souligné que la marine devait faire de l'interception – par exemple, pour localiser les avions militaires étrangers. Sachant que ces unités peuvent être déployées loin des bases navales.

 

"Elles sont déployées à un endroit pratique pour travailler – cela signifie que les échanges radio passent bien à cet endroit. Chaque armée dispose d'une unité de renseignement, y compris la marine", a déclaré Vladimir Zakharov.

 

L'expert a également noté que les données interceptées étaient transmises aux QG de chaque armée, mais aussi aux structures centrales du ministère de la Défense.

 

"Les unités de guerre électronique de la marine interceptent les signaux, les décryptent et les utilisent. L'armée de l'air, l'armée de terre et la marine échangent des informations mais au final toutes les données sont traitées à Moscou par une unité spéciale chargée de l'analyse", explique Vladimir Zakharov.

 

Le président de l'Institut russe des évaluations stratégiques Alexandre Konovalov justifie le déploiement du renseignement de guerre électronique dans la région de Mourmansk par le contrôle des mouvements d'unités étrangères au nord et en Arctique.

 

"L'armée se régénère actuellement à travers l'Arctique. L'appartenance nationale de la Route maritime du nord et la navigation autour du Canada ne sont pas définies, selon certains pays. Le régiment de guerre électronique est indispensable dans cette région pour surveiller l'Otan et d'autres pays. Cela n'a rien à voir avec la défense antimissile. Il s'agit plutôt d'une protection renforcée de la flotte Arctique. Mourmansk et Severodvinsk sont stratégiquement importantes pour la Russie", a déclaré Alexandre Konovalov.

 

Le ministère russe de la Défense n'a fait aucun commentaire sur le retour des militaires à Alakourtti.

Partager cet article
Repost0
12 mars 2014 3 12 /03 /mars /2014 20:20
Espionnage : la NSA utilise des logiciels malveillants à une « échelle industrielle »

 

12.03.2014 Le Monde.fr (AFP)


 

Selon des documents transmis Edward Snowden, ancien consultant de l'Agence nationale de renseignement américaine (National Security Agency, NSA), l'agence a développé des logiciels malveillants qu'elle utilise massivement.

D'après ces documents, publiés mercredi sur le site du magazine en ligne Intercept par l'ancien journaliste du Guardian Glenn Greenwald, l'agence a implanté dans des millions d'ordinateurs des logiciels malveillants qui lui permettent d'extraire des données de réseaux téléphoniques et Internet à l'étranger.

L'utilisation de ces logiciels, qui concernait à l'origine quelques centaines de cibles dont les communications ne pouvaient pas être surveillées par des moyens traditionnels, a été étendue à une « échelle industrielle », selon les documents publiés par M. Greenwald – les premiers depuis qu'il travaille au sein du groupe de médias First Look Media, lancé par Pierre Omidyar, le fondateur d'eBay.

 

Lire aussi (édition abonnés) : Comment échapper à l'œil de la NSA ?

 

ENREGISTREMENTS PAR MICRO ET WEBCAM

Cette collecte automatique de données – en passant par un système nommé Turbine – permet à la NSA de moins utiliser le renseignement humain. Elle est effectuée au siège de l'agence, dans le Maryland, mais aussi au Royaume-Uni et au Japon. Les services de surveillance britanniques (Government Communications Headquarters, GCHQ) semblent avoir joué un rôle important dans ces opérations.

Dans certains cas, la NSA utilise un leurre Facebook pour infecter l'ordinateur de la cible et exfiltrer les dossiers. Le logiciel, qui peut être installé en seulement huit secondes, peut aussi enregistrer des conversations depuis le micro de l'ordinateur ou prendre des photos avec la webcam de la machine. Ce logiciel existe depuis 2004, mais son utilisation à grande échelle semble avoir commencé en 2010.

Un responsable de la NSA interrogé par l'AFP a rappelé que ces opérations étaient conduites « exclusivement à des fins de contre-espionnage ou d'espionnage à l'étranger pour des missions nationales ou ministérielles, et rien d'autre ».

 

Lire également l'entretien avec Tim Berners-Lee, l'inventeur du World Wide Web :  « Le Web fait de plus en plus partie des droits de l'homme »

Partager cet article
Repost0
12 mars 2014 3 12 /03 /mars /2014 08:20
La CIA a-t-elle violé la Constitution des Etats-Unis?

 

12-03-2014 Anne-Marie Cappomaccio correspondante à Washington, RFI

 

La présidente de la commission du Renseignement, la sénatrice Diane Feinstein, accuse la CIA d’avoir violé la Constitution américaine en piratant les ordinateurs de son service. Ce que réfute formellement le directeur de l’agence de renseignement, John Brennan. La justice américaine est saisie de cette affaire peu commune et le scandale est sur la place publique.

 

La genèse du scandale qui éclate aujourd’hui date du début des années 2000, lorsque le Sénat a diligenté une enquête sur les méthodes d’interrogatoires controversées de la CIA : simulations de noyade et tortures mentales. Six millions de documents confidentiels ont été examinés par la commission, et d’après la sénatrice Feinstein, la CIA a piraté les ordinateurs des enquêteurs pour faire disparaitre des pièces gênantes du dossier. « Je crains fort que les fouilles de la CIA n’aient violé la séparation des pouvoirs inscrite dans la Constitution des Etats-Unis », affirme la sénatrice.

 

La meilleure défense étant l’attaque, la CIA réplique en accusant la commission d’être responsable de fuites dans la presse, fuites qui ont mis en danger des agents sur le terrain. Quant à un éventuel piratage des ordinateurs, Michael Brennan, le directeur de la CIA, s’en offusque publiquement : « Concernant ces allégations qui disent que la CIA a piraté les ordinateurs du Sénat, rien n’est plus éloigné de la vérité. Nous ne ferions pas ça ! C’est tout simplement au-delà de la raison ».

 

Il n’est plus possible de régler le différend dans l’ambiance feutrée du Sénat. Une enquête a été diligentée, et la Maison Blanche, embarrassée, répond qu’elle ne commente pas une investigation en cours.

Partager cet article
Repost0
11 mars 2014 2 11 /03 /mars /2014 22:20
Le futur chef de la NSA veut maintenir la collecte des données téléphoniques

 

11 mars 2014 Romandie.com (AFP)

 

WASHINGTON - Le candidat choisi par Barack Obama pour diriger la NSA a expliqué mardi vouloir plus de transparence dans les actions de l'agence de renseignement américaine mais il a jugé vital de poursuivre la collecte de métadonnées d'appels téléphoniques.

 

S'il est confirmé par le Sénat, le vice-amiral Michael Rogers remplacera le général Keith Alexander, qui part à la retraite au moment où la NSA est dans la tourmente en raison de l'ampleur de ses programmes de collecte de renseignements sur la vie privée des Américains, des pratiques révélées par Edward Snowden.

 

Face aux sénateurs de la commission des forces armées qui l'auditionnaient, le vice-amiral Rogers a dit vouloir mettre l'accent sur la transparence dans les activités de l'agence. Mais il a aussi plaidé pour le maintien en l'état de la possibilité pour les services de renseignement d'obtenir les métadonnées d'appels téléphoniques (numéro appelé, durée...).

 

Il est vital de pouvoir être en mesure d'examiner rapidement les connexions téléphoniques liées aux terroristes afin de déterminer si un réseau existe, a estimé le vice-amiral.

 

La collecte de métadonnées par la NSA avait provoqué la levée de boucliers d'une partie de la population américaine et des alliés des Etats-Unis. Face à cette colère, Barack Obama a annoncé en janvier son intention de mieux encadrer les pouvoirs de l'agence.

 

Nous devons lancer un dialogue sur ce que nous faisons et sur la raison pour laquelle nous agissons de la sorte, a assuré le haut gradé qui, s'il est confirmé, coiffera la double casquette de chef de la NSA et du Cyber Command, le commandement chargé de la sécurité informatique pour l'armée.

 

Evoquant à mots couverts le torrent de critiques qui s'est abattu sur la NSA, Michael Rogers a également dit vouloir s'assurer que la NSA rende pleinement des comptes. Nous devons faire en sorte que les procédures soient scrupuleusement respectées. Et, lorsque nous faisons une erreur, si nous ne respectons pas ces procédures, nous devons en exposer les raisons ouvertement, a-t-il expliqué.

 

Le patron de la CIA lui aussi a tenu des propos quasi-similaires mardi, au cours d'un forum organisé par le Council on Foreign Relations, un centre de réflexion américain: La vie privée, les libertés civiles, les libertés individuelles doivent être respectées, a jugé John Brennan.

 

Dans la communauté du renseignement, nous essayons de faire les choses correctement. Croyez-moi, on essaie de faire les choses bien. Et c'est un vrai défi. Certaines de nos lois, en fait, n'ont pas évolué en même temps que le secteur privé, a-t-il poursuivi.

 

Michael Rogers dirige actuellement les activités de l'US Navy dans le cyberespace, après avoir été à la tête de la section renseignement de l'état-major interarmées.

Partager cet article
Repost0
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 19:55
Vers plus de travail collectif du renseignement mais " mutualiser n'est pas uniformiser "



10.04.2014 Par Olivier Berger, grand reporter à La Voix du Nord - Defense Globale

La Direction de la protection et de la sécurité de la Défense (DPSD, lire ici la présentation) s'est réorganisée en novembre pour être plus que jamais le service de renseignement de contre-ingérence militaire (opérationnel, habilitations...) et du milieu industriel de défense. Elle a reçu vendredi 7 mars, à son siège du fort de Vanves à Malakoff, la visite du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian qui a rappelé la priorité faite au renseignement.

Le ministre a mis l'accent sur " le travail collectif du renseignement ", " déterminant pour la préservation de nos intérêts vitaux ". La récente Loi de programmation militaire a insisté sur " l'accroissement et la modernisation des capacités de renseignement ". D'ici 2019, plus de 800 agents seront recrutés pour accompagner cette revitalisation. De grands programmes (informatique, satellite, aérien, naval) vont être lancés.

Les capacités de recueil seront de plus en plus mutualisées. " Cela étant mutualiser n'est pas uniformiser et pour éviter la pensée unique, je demeurerai attaché à l'autonomie de chacun en matière d'analyse. "

Les accès à des fichiers administratifs ou judiciaires, aux données de connexion et de géolocalisation " permettront aux services de mieux détecter des comportements menaçants ".

Savoir avant d'agir est devenu déterminant, tant les menaces actuelles sont mouvantes et débridées (géographie, logistique, politique, religion, recrutement, modes opérationnelles, financements, réseaux...). " En janvier 2013, nous nous sommes engagés aux côtés des Maliens sur la base des analyses de vos services, s'est-il adressé au personnel de la DPSD. L'été dernier, les services français ont pu mettre en évidence les agissements du régime de Damas, ce qui a conduit à la mise en œuvre du démantèlement de l'arsenal chimique syrien. "

Exemple éloquent avec les groupes jihadistes du Sahel qui renvoient " à un ensemble de ramifications qui s'étendent de l'Asie centrale à l'ouest du continent africain et cherchent des prolongements dans notre pays ". Autre motif d'inquiétude : les combattants radicalisés qui vont et viennent entre la Syrie et la France.

Le ministre a également mis l'accent sur deux autres domaines : le renseignement à finalité économique et le domaine cyber. Il a rappelé que la DCRI est appelée à devenir une direction générale de la sécurité intérieure, comme l'avait signifié en juin son homologue de l'Intérieur, Manuel Valls.

La DPSD reste peu connue du grand public, avec ses 1 100 personnels commandés par le général Jean-Pierre Bosser, mais le ministre a résumé quelques opérations récentes du service de contre-ingérence militaire : " veille des filières jihadistes syriennes, détection de cyber-manipulations d'entreprises, suivi actif des menées de services étrangers sur notre sol, détection d'exportation de technologies duales, lutte contre les activités subversives menaçant les armées, entrave de trafic d'armes, identification de risques d'espionnage de nos forces... "

Partager cet article
Repost0
8 mars 2014 6 08 /03 /mars /2014 14:55
Les forces nucléaires, priorité du renseignement français

 

07/03/2014 Jean Guisnel Défense ouverte Le Point.fr

 

Jean-Yves Le Drian veut que les services privilégient "la préservation des intérêts vitaux" de la France. Le terrorisme vient ensuite...

 

Le ministère de la Défense est un gros consommateur de renseignement pour ses propres besoins, tout en fournissant nombre d'informations et d'analyses au sommet de l'État. Mais le politique s'exprime peu sur ce sujet sensible, chaque intervention rendue publique faisant alors figure de petit événement. C'est ainsi que Jean-Yves Le Drian a prononcé le jeudi 6 mars à Paris - dans un lieu et dans des conditions qui n'ont pas été rendus publics - un discours devant le personnel de la Direction de la protection et de la sécurité de la défense (DPSD). Il vaut moins pour l'adresse à ce service spécifique que pour les priorités affichées par le ministre de la Défense. Lesquelles dénotent un retour aux "fondamentaux" des services de renseignement dont il a la tutelle - Le Drian préfère dire "placés sous mes ordres" -, à savoir la DPSD donc, la DGSE et la DRM (Direction du renseignement militaire).

 

Terrorisme au deuxième rang

 

On retiendra que le ministre évoque en priorité le rôle des services "déterminants pour la préservation de nos intérêts vitaux. Il permet en effet de dimensionner au plus juste notre force de frappe nucléaire", en l'adaptant aux transformations "opérationnelles, doctrinales et technologiques de nos adversaires potentiels". Sous le précédent quinquennat, la priorité absolue - quasi exclusive, en réalité - était celle du terrorisme, avec un mot d'ordre implicite : pas d'attentat sur le sol français. Cette préoccupation demeure, mais au deuxième rang, afin de "détecter les menaces, identifier les réseaux et les entraver avant qu'ils ne passent à l'action". Les intérêts de la France sont concernés, car "la menace représentée par les groupes djihadistes sahéliens nous renvoie à un ensemble de ramifications qui s'étendent de l'Asie centrale à l'ouest du continent africain, et cherchent des prolongements dans notre pays".

 

Évoquant ensuite les menaces visant les entreprises françaises, le ministre souligne le rôle du renseignement. Les armées ne font "pas un pas sans renseignement : en janvier 2013, nous nous sommes engagés aux côtés des Maliens sur la base des analyses de vos services", a dit le ministre devant la DPSD. Idem pour la préparation d'une attaque contre la Syrie qui n'a finalement pas eu lieu, mais aussi pour celle de l'intervention en Centrafrique : "Ce sont bien les signaux d'alerte envoyés par la communauté du renseignement qui ont permis de mobiliser à nos côtés nos partenaires africains, européens et américains."

 

Dispositions contestées

 

Quant aux dispositions très contestées de la Loi de programmation militaire sur la surveillance de l'infosphère, elles ne sont pas oubliées, au contraire ! "L'accès à certains fichiers administratifs ou judiciaires, ainsi qu'aux données de connexion et de géolocalisation, permettra aux services de mieux détecter des comportements menaçants, qu'il s'agisse de lutte contre le terrorisme ou de protection des intérêts fondamentaux de la nation. Le Parlement a bien voulu suivre mes propositions à cet égard", a déclaré le ministre.

 

Les finances étant ce qu'elles sont, les services de renseignement peuvent se réjouir d'un effort de recrutement qui se poursuit à contre-courant, puisque 800 nouveaux agents seront recrutés d'ici 2019. Pour autant, les moyens techniques coûtent de plus en plus cher et Jean-Yves Le Drian entend poursuivre "la mutualisation de nos capacités de recueil", notamment entre les deux services budgétivores, la DGSE et la DRM. Le ministre ajoute néanmoins que "mutualiser n'est pas uniformiser", et qu'il souhaite "éviter la pensée unique dans le domaine du renseignement". Il entend donc "conserver les pôles d'expertise que représentent les différents services" en privilégiant "l'autonomie de chacun en matière d'analyse".

Partager cet article
Repost0
3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 18:55
25 mars : soirée de sensibilisation « sécurité et protection du patrimoine de l'entreprise »

03.03.2014 entreprises partenaires de la Défense


Espionnage industriel, SSI, cybercriminalité, menace contre les installations...

 

L'Association des entreprises partenaires de la Défense organise une soirée de sensibilisation avec les experts de la Direction de la Protection et de la Sécurité de la Défense (DPSD) le mardi 25 mars 2014 de 18h30 à 20h30 à l'Ecole militaire à Paris

 

La DPSD est le service de renseignement dont dispose le ministre de la Défense pour assumer ses responsabilités en matière de sécurité du personnel, des informations, du matériel et des installations sensibles. Dans le domaine de la sécurité économique, la DPSD travaille avec environ 2.000 sociétés liées à la Défense.

 

Cette soirée exceptionnelle de sensibilisation, basée en grande partie sur des cas concrets, est destinée aux dirigeants et collaborateurs d'entreprises liées à la Défense (et non simplement de l'armement) de la TPE au grand groupe international, ainsi qu'aux étudiants dans le domaine « défense & sécurité ».

 

L'inscription est gratuite mais obligatoire avant 20 mars : LIEN

 

Vous recevrez un mail de confirmation.

 

Pour préparer au mieux cette soirée, téléchargez le compte-rendu de l'audition du directeur de la DPSD par la commission de la Défense nationale et des forces armées : LIEN

Partager cet article
Repost0
28 février 2014 5 28 /02 /février /2014 13:55
Camp d’entraînement du 13e régiment de dragons parachutistes

 

 

25/02/2014 Actu Terre

 

Cadre rustique et rythme dynamique pour sept mois de formation longue, exigeante et progressive. Dans une ambiance où règnent cohésion et concentration, les engagés volontaires, initiaux et ultérieurs, apprennent à se dépasser physiquement et mentalement. L’objectif : la qualification « équipier de recherche aéroportée ». Une formation motivante pour les jeunes dragons, à découvrir dans ce reportage.

Partager cet article
Repost0
18 février 2014 2 18 /02 /février /2014 19:20
Striking Back: Germany Considers Counterespionage Against US

 

February 18, 2014 By SPIEGEL Staff

 

Unsatisfied with the lack of answers provided by Washington in the NSA spying scandal, officials in Berlin are considering a new approach. Germany might begin counterespionage measures aimed at allies.

 

The question seemed out of place, especially when asked three times. A female journalist from a satire magazine wanted to know if Thomas de Maizière liked cheese snacks. "Questions like that are more appropriate for breakfast television than here," the minister snipped back. It was de Maizière's first visit as interior minister to the Federal Office for the Protection of the Constitution, Germany's domestic intelligence agency. And he was in no mood for jokes.

Instead, the minister preferred to focus on the basics during the appearance two weeks ago, with counterespionage at the top of his list. The issue, he warned, shouldn't be underestimated, adding that the question as to who was doing the spying was but of secondary importance.

In other words: Germany intends to defend itself against all spying efforts in the future, even if they are perpetrated by supposed friends.

While the minister's words may have sounded innocuous, they marked nothing less than the start of a political about-face. Away from the public eye, the German government is moving toward implementing plans to turn its own spies against partner countries like the United States, putting allies on the same level as the Chinese, Russians and North Koreans.

 

Humiliating Revelations

The stubbornness of the Americans, who have answered few relevant questions from Germany during the National Security Agency spying scandal, has angered the new government, comprised of Chancellor Angela Merkel's conservatives and the center-left Social Democratic Party (SPD). Now, pressure is growing for Germany to find its own answers to the questions Washington has been ignoring. "They're like cowboys who only understand the language of the Wild West," sources in Merkel's party say, referring to the Americans' intractability. Two government agencies are at the center of the strategy to restore respect that has been lost over months of humiliating revelations that the US has been spying on Germany: the Office for the Protection of the Constitution and the Federal Prosecutor's Office.

De Maizière's new assertiveness first became clear at the Munich Security Conference earlier this month. During a panel discussion, he raised the issue with Mike Rogers, chairman of the US House Permanent Select Committee on Intelligence and called the NSA's relentless collection of data "boundless". He said he couldn't even say how bad the political damage was because he was still lacking vital information.

Indeed, on many key issues, the German government is still flying just as blindly as it was last June when whistleblower Edward Snowden first went public with his revelations about the NSA's efforts to spy on Europe and other parts of the world. In response to the allegations surrounding the documents he leaked, both the Interior Ministry and the Justice Ministry sent extensive lists of questions to the US. At the end of October, they sent a pleasant reminder as well. But even still, after months of waiting, no satisfactory answers have been provided.

 

Diplomats Leave Washington Empty-Handed

A number of high-level German delegations have traveled to Washington on fact-finding missions, but they have also returned empty-handed for the most part. The Americans did provide around 1,000 pages of documents that were declassified this autumn, but they are essentially endless paragraphs about procedures and regulations. The rest is either blacked out or irrelevant.

A so-called Germany package that was to contain all the data copied by Snowden relating to Germany was promised but not delivered. And no progress whatsoever has been made on a "no-spy agreement," despite months of back and forth on the issue. A version of the paper, which is intended to lay out rules for cooperation between German and US intelligence agencies, has been shelved by Washington. It is likely to remain there as well.

Last week, US President Barack Obama himself rejected any form of a "no-spy agreement". "There's no country where we have a no-spy agreement," Obama said in a press conference during a visit by French President François Hollande. The French leader, who had expressed similar wishes to those of the Germany, was forced to travel back to Paris empty-handed.

 

US Wants to 'Turn Page'

Between the White House and the Capitol Building, people seem to be rolling their eyes at the Germans. They say they've had enough of the moaning. Sources close to Secretary of State John Kerry, especially, are pushing to move forward from the spying scandal. "Let's turn the page," Kerry reportedly said during private meetings with Merkel and Foreign Minister Frank-Walter Steinmeier.

A new chapter is coming, but it won't be quite as Kerry envisioned it. The Social Democrats are increasingly irritated by the Americans' apparent ignorance over just how sensitive Germany is regarding the NSA affair. "The Iraq war was tiddlywinks compared to the blow to our relations suffered through the NSA affair," says Dietmar Nietan, a member of the German parliament who has been active on the issue of German-American relations for years now.

Members of Merkel's conservatives share similar opinions. They also fear the chancellor will suffer a massive blow to her image if she simply accepts the fact that her cell phone was spied on.

Against that backdrop, it would actually suit both the conservatives and the SPD if Federal Public Prosecutor Harald Range were to move ahead and open an official investigation into espionage activities in Germany. Germany's attorney general hasn't made a decision on taking the case yet, but pressure is mounting in Berlin. In informal talks, the government's SPD ministers -- Heiko Maas at the Justice Ministry, Steinmeier at the Foreign Ministry and Sigmar Gabriel in the Economics Ministry-- have reached an agreement with their CDU colleagues Peter Altmeier in the Chancellery and de Maizière to not stand in the way of an investigation. On the contrary. Range, who has long felt there were good reasons for an investigation, is now being explicitly encouraged to take action.

 

Letting Spies Off the Hook

Recently, officials at Maas' Justice Ministry signaled to the Federal Prosecutor's Office that it would be incomprehensible to forego investigations just because few expect it to produce any results. "It cannot be that we go hunting for common handbag thieves but do not even attempt to investigate when the chancellor's cell phone has been tapped," Maas is reported to have said during an internal discussion.

Still, as much as the new government wants to show its toughness, it is unlikely that an investigation would bear much fruit. Thus, Berlin is also seriously considering breaking a taboo by spying on its own friends. Its vehicle of choice would be Section 4 at the Office for the Protection of the Constitution (BfV), which is responsible for Germany's counterespionage efforts.

The BfV, based in Cologne, has long divided the spying world into good and bad. The Russians, Chinese, Iranians and North Koreans have always been assigned to the bad side, and the office has specifically dealt with these threats. But the Americans, the British and the French have essentially considered to be off limits.

 

'One Can't Ignore Allied Countries'

Domestic policy experts from all parties would like to change that. "We have to end the unequal approach and put them all on the same level," says CDU politician Clemens Binninger, the new head of the Parliamentary Control Panel, which is responsible for oversight of intelligence agencies in the Bundestag.

"We have to protect ourselves, no matter where the threats come from," agrees SPD domestic affairs expert Michael Hartmann. And even the Christian Social Union, which is traditionally very friendly towards the US, is concerned. "One can't ignore allied countries," says Stephan Mayer, the domestic affairs spokesman for the CSU, which shares power in government and is the Bavarian sister party to Merkel's CDU.

The plans for monitoring allies are already well developed. Section 4 in the Federal Office for the Protection of the Constitution, where just 100 specialists had been employed, is to be significantly expanded. In addition, a form of "observation-light" is planned: Western partners won't be the targets of the full spectrum of intelligence tools available, such as telephone monitoring, source acquisition or direct observation. But German authorities will do all they can to keep an eye on the goings on at embassies and consulates, learn more about who works there and determine the extent of their technical capabilities. In short, they want to know, for example, if German government offices are being monitored by the US Embassy in Berlin.

Hans-Georg Maassen, head of the Office for the Protection of the Constitution, has already gotten started. He has requested that the US Embassy supply names and data pertaining to intelligence personnel who are in Germany with diplomatic accreditation. He has also asked for information regarding private companies the US cooperates with in Germany on intelligence issues. According to sources in the Office of the Protection of the Constitution, the agency already has a better overview of what is going on than it did just a few months ago.

Even the smallest of Germany's three intelligence agencies, the Military Counterespionage Service (MAD), which is situated within Germany's military and performs some domestic intelligence operations, finds itself contemplating a new approach. Ulrich Birkenheier, who heads MAD, is currently examining whether his organization should be paying closer attention to allied intelligence agencies.

Teaching the US a Lesson

The changes mean that, nine months after the NSA affair, the German government is steering towards a serious confrontation with the US. It would mark a break with the decades-long practice of allowing Western partners to essentially do as they please in Germany. There are, to be sure, several voices -- most of them in the Chancellery and Interior Ministry -- that have warned that increased monitoring of allies could trigger unforeseen consequences and potentially cause damage to existing intelligence partnerships. Other high-ranking government officials, however, say that without such a change in focus, the US wouldn't completely understand the full ramifications of the NSA affair.

A definitive decision has not yet been made. The Foreign Ministry, the Interior Ministry and the Chancellery are still in the process of arriving at a common position. That too is one reason for the delay in Merkel's visit to Washington. Originally, March was considered, but now it is only said that the chancellor will make the trip "in the spring."

It could be later. Government sources say that Merkel will only make the trip once Berlin has reached a common position on intelligence. And when it is clear before she gets on the plane that she will be able to return with a clear success. Merkel needs a scalp. It remains unclear exactly what it will look like.

 

REPORTED BY HUBERT GUDE, HORAND KNAUP, JÖRG SCHINDLER, FIDELIUS SCHMID AND HOLGER STARK

 

Translated from the German by Charles Hawley and Daryl Lindsey

Partager cet article
Repost0
17 février 2014 1 17 /02 /février /2014 08:50
Ecoutes US: l'Allemagne veut renforcer son contre-espionnage

 

 

BERLIN, 16 février – RIA Novosti

 

L'Office fédéral de protection de la constitution d'Allemagne compte réformer son service de contre-espionnage suite aux écoutes menées par les Etats-Unis et la Grande-Bretagne sur le territoire allemand, annonce dimanche le journal Spiegel.

 

Selon le Spiegel, l'Office fédéral de protection de la constitution, un des trois principaux services de renseignement allemands, compte élargir son quatrième bureau en charge du contre-espionnage et renforcer le contrôle sur les sites des pays alliés se trouvant sur le territoire allemand.

 

Le journal indique que le projet ne prévoit pas d'espionner les ambassades et les consulats au moyen d'écoutes et d'agents, mais d'obtenir des données plus précises sur les membres des services secrets accrédités auprès des ambassades et l'équipement technique des missions diplomatiques.

 

Le Service de contre-intelligence militaire allemand envisage lui aussi de renforcer son contrôle sur les services de renseignement alliés, indique le Spiegel.

 

La presse a relayé des informations faisant état d'écoutes du téléphone portable de la chancelière allemande Angela Merkel par les services secrets américains. Ce scandale a été déclenché par des journalistes travaillant sur les données révélées par Edward Snowden, qui ont demandé au gouvernement allemand des explications. Une série de responsables allemands, dont la ministre allemande de la Justice Sabine Leutheusser-Schnarrenberge, ont alors déclaré que Snowden devait comparaître comme témoin dans l'affaire des écoutes de Mme Merkel.

 

Edward Snowden est recherché aux Etats-Unis pour avoir notamment divulgué des informations sur le programme de surveillance électronique Prism permettant à la NSA de recueillir les données personnelles d'utilisateurs d'Internet dans le monde entier.

 

Le 1er août 2013, l'ex-agent de la CIA a obtenu l'asile temporaire en Russie.

Partager cet article
Repost0
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 21:20
Surveillance: les géants d’internet dévoilent les requêtes de la NSA

 

4 février 2014 45eNord.ca (AFP)

 

Plusieurs géants de l’internet, dont Google, Facebook et Apple désireux de regagner la confiance de leurs utilisateurs, ont publié lundi le nombre de requêtes secrètes déposées par le renseignement américain, une première depuis les révélations d’Edward Snowden.

Ces révélations interviennent une semaine après que les autorités américaines, conformément aux directives du président Obama, leur ont permis de dévoiler davantage d’informations sur la surveillance de leurs utilisateurs par le renseignement américain.

Le renseignement a requis des informations sur 9.000 à 10.000 comptes Google pendant les six premiers mois de 2013, et sur 12.000 à 13.000 comptes lors des six mois les précédant, selon le blog officiel du géant de l’internet. Toutes ces demandes étaient légales car elles ont été faites dans le cadre de mandats délivrés par le tribunal chargé de contrôler les opérations du renseignement (FISA).

«La publication de ces informations est un premier pas dans la bonne direction et défend les principes d’une réforme que nous avons appelée de nos voeux en décembre dernier», a expliqué le responsable juridique de Google Richard Salgado dans un post. «Mais nous continuons à croire à la nécessité de davantage de transparence pour que chacun puisse mieux comprendre les mécanismes des lois sur la surveillance et juge si elles servent l’intérêt national».

 

 

Facebook a annoncé avoir reçu des mandats concernant 5.000 à 6.000 comptes sur les six premiers mois de 2013, 4.000 à 6.000 sur les six mois les précédant. Facebook possède plus d’un milliard d’abonnés.

Microsoft a révélé sur son blog officiel avoir reçu des demandes de la FISA sur 15.000 à 16.000 comptes d’utilisateurs les six premiers mois de 2013.

Quant à Yahoo!, des informations ont été demandées sur 30.000 à 31.000 comptes. Le groupe a précisé que les demandes de la FISA ne concernaient que 0,01% de ses abonnés.

Apple avait indiqué la semaine dernière avoir reçu des demandes pour moins de 249 utilisateurs lors de la première partie de l’année 2013. La marque à la pomme a précisé que les informations demandées par la NSA portaient sur les carnets d’adresses de ces personnes et non sur le contenu des appareils.

La publication de ces chiffres a été autorisée par le ministère de la Justice à condition que les entreprises respectent un délai de six mois après les requêtes déposées par la FISA. L’arrangement passé empêche cependant les grandes entreprises de publier davantage de détails sur ces demandes. Elles se sont engagées à régulièrement publier ce type d’information.

En contre-partie, les groupes ont retiré la plainte qu’ils avaient déposée auprès du tribunal secret chargé d’ordonner les programmes de surveillance (FISC, Foreign Intelligence Surveillance Court).

«Comme nous l’avons dit précédemment, nous croyons que les gouvernements ont la responsabilité de protéger les gens et qu’ils peuvent le faire tout en étant transparents», a écrit le responsable juridique de Facebook Colin Stretch sur son blog.

Partager cet article
Repost0
3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 08:55
Offre d'emploi from USA

 

2 février 2014 LeTelegramme.fr

 

 « Je vous embauche, vous serez mon analyste Sahel », s'est exclamé, la semaine passée, James Clapper, le directeur du renseignement américain en s'adressant à Jean-Yves Le Drian après l'exposé à Washington du Français sur la situation au Mali. C'est un confidentiel du JDD. Son discours a impressionné. Là-bas, aux États-Unis, ils ne savaient pas encore que Jean-Yves Le Drian serait nommé mardi « ministre de l'année » par le jury du Trombinoscope. Ils ne savaient pas non plus que Jean-Yves Le Drian, qui a mouillé le maillot à l'export, pouvait afficher, jeudi, 6,3 milliards de prises de commandes militaires pour la France, en hausse de 30 % sur 2012. Un record ! Le Breton vaut de l'or.

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 18:30
La Syrie sans doute capable de produire des armes biologiques

 

29 janvier 2014 Romandie.com (AFP)

 

WASHINGTON - Le régime syrien, dont le stock d'armes chimiques est en cours de démantèlement, est sans doute capable de mener une production limitée d'armes biologiques, a déclaré mercredi le directeur du renseignement américain (DNI) James Clapper.

 

Nous pensons que des éléments du programme d'armes biologiques syriennes ont passé le stade de la recherche et du développement, et que la Syrie est sans doute capable de mener une production limitée, a estimé M. Clapper dans son témoignage écrit aux sénateurs de la commission du Renseignement.

 

C'est la première fois qu'un haut responsable américain évoque ouvertement la menace potentielle posée par les armes biologiques du régime de Bachar al-Assad.

 

La communauté internationale s'est à ce stade cantonnée à faire pression sur le régime pour qu'il se débarrasse de son stock d'armes chimiques. Ces armes, utilisées à plusieurs reprises depuis le début du conflit, doivent être détruites d'ici le 30 juin.

 

Les 16 agences de renseignement américaines, que chapeaute le DNI, considèrent que Damas n'a pas réussi à militariser des agents biologiques, c'est-à-dire à les stocker dans des bombes ou des missiles qui assureraient leur dispersion en explosant.

 

Mais la Syrie possèdent des armes conventionnelles qui pourraient être modifiées pour répandre des agents biologiques, a mis en garde M. Clapper, qui n'a pas précisé la quantité d'armes biologiques ou le type d'agents que Damas est soupçonné de posséder.

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 12:30
Les services de renseignement des pays arabes : entre pouvoir et facteurs de changement

 

24 janvier 2014 parTristan Bazin - ANAJ-IHEDN

 

Un vent démocratique souffle plus ou moins fort à travers le monde arabe depuis 2011 contribuant à une rupture historique pour cette région. Cependant, comme le rappelle Flavien Bourrat[1], le monde arabe reste un ensemble aux réalités sociales, économiques et militaires très hétérogènes. Sur le plan strictement militaire, nous avons à faire à des acteurs largement inégaux d’un pays à l’autre, en passant de l’exception libanaise à la renaissance irakienne, par l’évolution des piliers militaires en Algérie, en Egypte, en Syrie, ou par la construction d’un acteur de type original en Tunisie, l’équation prend des allures différentes en fonctions des inconnues propres aux préoccupations des États (revendication de puissance, problématique interconfessionnelle, sauvegarde du régime…).

 

En 2011, le refus de l’armée tunisienne d’appuyer une police au demeurant mieux traitée qu’elle dans le pays, celui de l’armée égyptienne d’appliquer les consignes les plus extrêmes d’un Hosni Moubarak en fin de règne et qui essayait de lui imposer auparavant une succession dynastique, précipitèrent les départs des deux raïs. En revanche, dans une Syrie marquée par des équilibres confessionnels et communautaires plus complexes, la confusion entre la nature alaouite du pouvoir baasiste et celle d’une partie des forces de sécurité, expliquent à l’inverse que le destin de ces dernières soit lié à celui du régime. Le conflit syrien confirme un peu plus chaque jour, le rôle majeur joué par les services de renseignement des états arabes au nom de la sécurité intérieure, de la stabilité régionale et des ambitions régionales de ces états qui se font et/ou se déferont en partie sur ce terrain.

 

Par ailleurs, si certaines armées souhaitent jouer un rôle politique majeur, comme le cas égyptien peut nous le laisser croire au sortir du récent référendum, sauront-elles convaincre d’établir un partage clair et institutionnalisé des prérogatives avec
les forces politiques sorties des urnes (dont le retour probable des frères musulmans au Caire[2]) ou imposeront elles un contrat ambigu ou chacun temporise en attendant des temps meilleurs, et surveille l’autre à travers un pacte tacite ? Les réponses à de telles questions auront un impact majeur aussi bien sur la construction interne de l’Etat à venir que sur ses relations extérieures futures avec l’occident. Des relations qui en retour agiront sur l’opinion publique arabe. D’ailleurs, prenant acte du renversement des rapports de forces dans de nombreux pays arabes, les services  de renseignements occidentaux ont continué de coopérer et de s’appuyer sur certains services  de renseignement en Irak ou au Liban afin de lutter contre le nouvel ennemi désigné, l’EIIL, et intercepter les djihadistes notamment français et européens actifs au sein de ces organisations terroristes. Depuis plusieurs années, sans que cela ne soit néanmoins admis publiquement, l’État hébreu n’est plus l’ennemi mobilisateur. La menace représentée par le terrorisme islamiste pour la sécurité intérieure l’a relayé loin derrière comme combat existentiel des services.

 

Parallèlement, nous assistons au redécoupage de nouvelles frontières géopolitiques qui s’étendent aujourd’hui de la frontière sahélo-sahélienne jusqu’aux rivages du golfe Persique, succédant aux anciennes frontières du monde arabe scindées en trois grands sous-ensembles que sont l’Afrique du Nord, le Proche-Orient et la péninsule Arabique[3]. Cette dernière sous-région, conservatrice  et centrée sur ses privilèges et sur ses gisements d’hydrocarbures, conserve et conservera parmi ses priorités, le maintien à distance de l’Iran, mais aussi de l’Irak, la préservation de son système pétro-monarchique et surtout la gestion de l’épineux dossier yéménite qui n’en a pas fini d’inquiéter les monarques du Golfe. Incarnant les préoccupations du CCG[4], l’Arabie saoudite participe largement au remodelage de son environnement arabe, mettant un point d’honneur  à influencer le changement né des printemps arabes[5]. Le prince Bandar qui dirige depuis 2012 les services de renseignement saoudiens s’active ainsi en coulisse pour redessiner les alliances régionales et anticiper les conséquences géostratégiques du rapprochement américano-iranien.

 

Cela nous amène à nous poser un certain nombre de questions : qui sont les acteurs militaires aux différents niveaux de leur hiérarchie, comment sont fabriquées leurs élites, quelles relations entretiennent-elles avec le reste de la société, avec le système politique, avec leur interlocuteurs extérieurs ? En résumé, sonder les « états d’âme » de ces états et ainsi faire échos à l’auteur britannique John le Carré, qui précisait récemment lors de la sortie de son dernier opus Une vérité si délicate, que « l’âme d’une nation se révèle à travers ses services secrets »[6]. Alors même que la question de leurs rapports à la démocratie se pose en termes nouveaux dans les pays occidentaux, quelle sera la place occupée par les services de renseignement de ces états arabes dans la transition politique à plus long terme ?

 

Cette conférence nous offre l’occasion de mettre en contexte et en perspectives ces évolutions à l’aune du printemps arabe, du drame syrien et des nouveaux rapports de forces à l’œuvre dans le Golfe.

 

                                               Tristan BAZIN
Auditeur-jeune de la 78ème session IHEDN – Brest 2013
Membre du comité Moyen-Orient de l’ANAJ-IHEDN

 

Pour plus d’informations sur le comité Moyen-Orient de l’ANAJ-IHEDN : moyen-orient@anaj-ihedn.org

 

[1] Flavien Bourat est responsable de programmes à l’IRSEM au sein du domaine Sécurités régionales comparées su la région Afrique du Nord et Moyen-Orient

[2] L’Orient XXI info, “l’Egypte en quête d’elle-même”

3 Commissariat général à la stratégie et à la prospective,  31ème Rendez-vous de la Mondialisation – Le monde arabe dans la mondialisation, Paris, 21 septembre 2013, http://www.strategie.gouv.fr/blog/2013/09/31eme-rendez-vous-de-la-mondialisation-le-monde-arabe-dans-la-mondialisation/ et http://cgsp.itislive.com/cgsp-30629

[4] Conseil de Coopération du Golfe

[5] Le Monde, “le grand jeu de l’Arabie saoudite pour étouffer les printemps arabes”, mardi 14 Janvier 2014

[6] Le Nouvel Observateur, Interview de John le Carré dans le numéro du 21/10/2013.

- See more at: http://www.anaj-ihedn.org/les-services-de-renseignement-des-pays-arabes-entre-pouvoir-et-facteurs-de-changement/#sthash.HjTYnJ1C.dpuf
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories