Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 17:12
Kenya denies hosting US surveillance aircraft

 

 

18 June 2012 by defenceWeb

 

The Kenyan military has denied that the United States is using its territory or airspace to conduct surveillance flights over Africa, but confirmed the presence of US troops at the Manda Bay naval base.

 

Last week the Washington Post ran a story on US spy flights in Africa and stated that the US military had plans to establish a surveillance base in Kenya, as well as South Sudan. The newspaper went on to say that an engineering battalion of Navy Seabees has been assigned to complete a US$10 million runway upgrade at the Manda Bay naval base.

 

An Africa Command (Africom) spokeswoman said the runway extension was necessary so US C-130 Hercules can land at night and during bad weather. The newspaper said that about 120 US military personnel and contractors are stationed at Manda Bay, which Navy SEALs and other commandos have used as a base from which to conduct raids against Somali pirates and al-Shabaab fighters.

 

The US military in a statement in response to the Washington Post article confirmed that it runs ‘broad ranging’ intelligence operations on the continent and that “the United States routinely works with its African partner nations to counter those who would threaten regional security and stability in Africa.”

 

The US military said it employs its intelligence, surveillance and reconnaissance (ISR) assets in Africa “based on security threats of mutual concern.”

 

A spokesman for the Kenyan Defence Forces, Colonel Cyrus Oguna, said he had no knowledge of a US surveillance programme in Kenya. “As far as we are concerned, the US is not using any Kenyan airspace or any bases from where they can be able to launch observation vessels,” Oguna said. “However, I know that we do have bilateral arrangements in terms of sharing information and intelligence to fight terror.”

 

The Washington Post article stated that the United States has established a dozen air bases on the continent since 2007, mainly for surveillance purposes. Most are small operations run out of secluded hangars at African military bases or civilian airports. Surveillance is overseen by US Special Operations forces but relies to a large extent on private military contractors and support from African troops. This allows these operations to fly below the radar. Using Pilatus PC-12 (U-28) surveillance aircraft rather than unmanned aerial vehicles also keeps the profile of these operations low.

 

Africa has emerged as a greater priority for the US government because terrorist groups there have become an increasing threat to US and regional security. The US is concerned about al Qaeda in the Islamic Maghreb (AQIM), insurgents in Mali, Boko Haram extremists in Nigeria and al Shabaab militia in Somalia. In central Africa, around 100 US special forces are assisting in the hunt for warlord Joseph Kony, leader of the Lord’s Resistance Army.

 

The United States has launched air strikes in Somalia and Yemen using unmanned aerial vehicles, but has also deployed F-15E Strike Eagles to Djibouti. However, elsewhere in Africa, military commanders told the Washington Post that their role is generally limited to intelligence gathering and sharing.

 

Some of the bases are in Ethiopia, the Seychelles, Burkina Faso and Uganda. Camp Lemonnier, Djibouti, is the only permanent US base in Africa. About 2 000 US personnel are deployed there as part of Combined Joint Task Force - Horn of Africa, many from the Army National Guard.

 

"It's a great strategic location," US Africa Command chief General Carter Ham told the American Forces Press Service. "It facilitates not only our operations for US Africa Command, but also US Central Command and US Transportation Command. It is a very key hub and important node for us, a good location that allows us to extend our reach in East Africa and partner with the countries of East Africa."

 

Ham asked the US Congress last year to support the command’s efforts to expand its intelligence-gathering capabilities in order to monitor terror threats across Africa. He said the main targets are al-Shabab in Somalia, the Lord’s Resistance Army across central Africa and al-Qaeda in the Islamic Maghreb in the west.

 

In February this year Ham told the House Armed Services Committee that the United States has no plans to seek permanent bases in Africa, and, in the spirit of the new defence strategic guidance, will continue to maintain a "light footprint" on the continent.

 

With no troops directly assigned to it, Africa Command relies heavily on its service components: US Army Africa based in Vicenza, Italy; US Air Forces Africa, at Ramstein Air Base, Germany; US Marine Forces Africa and Special Operations Command Africa, both based in Stuttgart, Germany. Ham said that there are no plans to relocate Africom’s headquarters to the African continent.

 

Ham said he recognizes concerns among some African countries about an increased U.S. presence on the continent, but emphasized that cost alone would preclude the United States from establishing more permanent bases there.

 

Ham told the American Forces Press Service that a safe, secure and stable Africa is in the United States' national interests, and that Africans are best suited to address African security challenges. "Countering the threats posed by al-Qaeda affiliates in East and Northwest Africa remains my number 1 priority," Ham said.

 

But for security to take hold in Africa for the long-term, Ham also recognizes the importance of strengthening African partners' defence capabilities so they can address their own security challenges. He noted ongoing efforts to increase capacity in peacekeeping, maritime security, disaster response and other key areas. The general noted the value of this investment, from "train-the-trainer" sessions conducted at the tactical level to leader development programs that will have positive long-term strategic implications.

 

"We are planting seeds, if you will, and allowing those to develop and grow," he said, noting that it's all being done with no permanently assigned forces and limited forces on the ground.

 

"I think we get a disproportionate positive effect for a relatively small investment," Ham said. "We don't use lots of troops. Generally, our exercises and engagements are pretty small-scale." They typically involve an individual ship, a small group of Marines, Seabees or veterinarians, or a maintenance detachment, he explained.

 

Earlier it was reported that the United States will have 3 000 soldiers serving in Africa next. The US Army last month announced it would deploy a brigade to Africa in 2013 as part of a pilot programme that assigns brigades on a rotational basis to regions around the globe. At least 3 000 soldiers will serve tours across the continent next year, training foreign militaries and aiding locals.

Partager cet article
Repost0
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 18:57
Algérie - Le sous-secrétaire américain à la Défense pour le Renseignement à Alger

 

10 Mars 2012 maghrebemergent.info

 

Le sous-secrétaire américain à la Défense pour le Renseignement, Michael G. Vickers, s'est entretenu samedi à Alger de la situation sécuritaire avec le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Daho Ould Kablia, a-t-on annoncé de source officielle algérienne.

 

L'audience, qui s'est déroulée au siège du ministère de l'Intérieur, a porté sur la situation sécuritaire et les réformes engagées en Algérie ainsi que sur la coopération algéro-américaine en matière de lutte contre le terrorisme et le crime organisé, précise un communiqué du ministère algérien cité par l'agence APS.

 

Aucune autre information n'a été fournie sur la visite en Algérie de cet ancien officier des forces spéciales américaines et d'opérations paramilitaires de la CIA. (AFP)

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2011 7 06 /11 /novembre /2011 08:55
Espionnage. Qui a volé les plans de l'Airbus «militaire»?

Selon Airbus, «il est très rare que l'ensemble d'un plan soit stocké dans un ordinateur portable»

 

06/11/2011 Gérald Camier - ladepeche.fr/

 

Manifestement, l'Airbus A-400 M, le nouvel avion militaire franco-allemand intéresse du monde. On ne sait pour l'heure si les «données militaires sensibles», qui se trouvaient dans un ordinateur volé mardi 1er novembre dans une chambre de l'hôtel Pullman de Versailles, sont tombées entre de mauvaises mains, mais l'affaire, révélée hier, embarrasse la direction d'Airbus. Affichant la sérénité, le groupe aéronautique a tenté de minimiser ce vol : «Il est très rare que l'ensemble d'un plan soit stocké dans un ordinateur portable, a déclaré un chargé de communication. Il s'agit plus souvent d'échantillons qui servent comme documents de travail».

 

La victime, un Anglais de 64 ans

 

Mardi 1er novembre à l'hôtel Pullman, deux inconnus se sont introduits dans la chambre 136, probablement entre 17h30 et 21h30, alors occupée par un Anglais âgé de 64 ans, précise une source proche de l'enquête. l'ordinateur dérobé contenait ls plans du système d'approvisionnement en fioul, sur terre et dans les airs de l'A 400M. C'est un client de l'hôtel qui aurait vu deux hommes âgés de 30 à 35 ans qui sont d'abord entrés dans sa chambre, avant d'en ressortir en s'excusant de s'être trompés. Pour entrer dans la chambre où se trouvait l'ordinateur, les deux individus ont utilisé un passe, car aucune trace d'effraction n'a été relevé par les policiers. Ils ont d'abord fouillé une valise puis ont volé l'ordinateur, un téléphone Nokia et une souris sans fil. Pour le commissariat de Versaillles, chargé de l'enquête avec la sous-direction de l'information générale (SDIG), «compte tenu des circonstances, on imagine bien une affaire d'espionnage industriel».

 

Le mode opératoire rappelle d'ailleurs étrangement l'affaire de ce PDG d'une compagnie aérienne chinoise, dont la chambre d'hôtel avait été visitée par des représentants des «services secrets français».

 

Selon Bernard Carayon, député-maire de Lavaur et qui a remis plusieurs rapports sur la question de l'espionnage industriel, la Direction centrale du renseignement intérieur (contre-espionnage) n'a pas encore été saisie de l'affaire de l'hôtel Pullman. «Ce genre de choses est, hélas, très fréquent, indique l'élu. Notamment concernant les secteurs stratégiques de la défense, la santé, l'aéronautique, le spatial, les technologies de l'information, la pharmacie. Il y a beaucoup de pillages. Très peu de chiffres sont disponibles. Souvent, quand le piège réussi, l'entreprise n'en parle pas car elle a honte vis-à-vis de sa clientèle. L'affaire est réglée en interne».

 

Des Chinois espionnés à Toulouse

 

C'était en novembre 2010, dans un grand hôtel de la place du Capitole, à Toulouse. Trois personnes sont surprises la main dans le sac par des membres d'une compagnie aérienne chinoise en visite à Airbus, en train de fouiller dans les valises du responsable, Shaoyong Liu (photo). C'est le PDG de China Eastern Airlines. Il s'agissait ni plus ni moins que des membres des services secrets français.

 

En plus d'un ordinateur portable, d'un lecteur DVD et des clés, un sac censé contenir du matériel d'enregistrement et de récupération de données avaient été abandonnés sur place. Les représentants chinois avaient ensuite plié bagage se contentant d'exiger « une enquête » auprès des services de police. On avait frôlé de peu l'incident diplomatique. D'autant que la visite éclair de ces présumés espions français n'avait pas échappé aux caméras de surveillance.

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 07:55

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/e/e2/FS_Surcouf.jpg

photo Franck Dubey - netmarine.net

 

25/10/2011 Par Jean Guisnel - Le Point.fr

 

Les armées françaises soutiennent l'offensive kényane contre les militants shebabs somaliens, qui détiennent notamment un officier français de la DGSE depuis le 14 juillet 2009. Les Français ne sont pas engagés dans les combats, affirme-t-on à l'état-major des armées à Paris, où l'on confirme par ailleurs qu'un Transall C-160 a été mis à disposition de Nairobi. Un peu juste en moyens logistiques. Mais de participation aux combats, nenni ! On dément avec vigueur, de même source, que des navires de combat de la marine nationale soient présents au large de la zone des combats, et qu'ils aient a fortiori tiré contre des objectifs à terre.

 

On précise de même source que l'aviso Premier maître l'Her, qui a quitté Brest le 1er octobre, se trouve actuellement en passe de rejoindre la Task Force 150 déployée dans le golfe d'Aden, sous commandement américain. La frégate Surcouf, qui participe pour sa part à la mission européenne Atalante contre la piraterie, se trouve depuis plusieurs jours au large de la ville somalienne d'Harardhere, très loin de la zone des combats entre l'armée kényane et les milices shebabs.

 

Bateau espion

 

L'état-major des armées n'avait en revanche "rien à dire, vraiment" sur la présence dans le port kényan de Mombasa, rapportée au Point par des sources fiables, du très gros navire français Dupuy de Lôme. Ce navire de 3 600 tonnes arbore la coque blanche des bâtiments scientifiques, et appartient officiellement à la catégorie des "bâtiments d'expérimentation et de mesures".

 

Mais un énorme mât chargé d'antennes et deux gros radômes abritant de "grandes oreilles" ne laissent pas le moindre doute sur sa nature exacte : c'est un bateau espion, certes armé par la marine nationale, mais qui travaille 350 jours par an au profit de la Direction du renseignement militaire, nous apprend l'indispensable annuaire Flottes de combat. Lequel précise qu'il embarque un équipage de 30 hommes, auxquels s'ajoutent 80 "techniciens". Qu'en termes pudiques ces choses-là sont dites ! Les Français qui font circuler ce navire dans le monde entier disposent avec lui d'un exceptionnel outil de renseignement, dont ils ne parlent jamais, bien qu'il soit très officiellement recensé dans la flotte des AGI (Auxiliary General Intelligence), dont dispose l'Otan. Conclusion : bien que les Français demeurent discrets sur le sujet, ils assistent les Kényans dans leur offensive en leur apportant des moyens logistiques aériens. Il paraît plausible qu'ils fournissent aussi du renseignement. Mais sans tirer un coup de feu...

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 16:25

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/terre/terre-images/breves/forum-du-renseignement-de-l-armee-de-terre/1390441-1-fre-FR/forum-du-renseignement-de-l-armee-de-terre.jpg

 

03/10/2011 Armée de Terre

 

Organisé aux écoles militaires de Saumur, le 7e  forum du renseignement de l’armée de Terre se tiendra du 4 au 6 octobre 2011.

 

Rendez-vous annuel de la communauté renseignement, cette manifestation s’ouvre cette année encore aux autres armées et à la gendarmerie. Plus de 150 participants sont attendus pour ce forum, placé sous l’autorité du général de corps d’armée Bertrand Clément-Bollée. Plusieurs industriels y présenteront du matériel et des programmes en cours : Elexo, St Frères, MBDA, Gore, Inéo, Thalès, EADS, Euriware.

 

Les tables rondes aborderont la planification de la recherche multi capteurs, la complémentarité technique des différents types de capteurs ou la robotisation des capteurs.

 

Au programme également, exposés et présentations de matériel de certaines unités renseignement de l’armée de Terre.

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2010 1 12 /07 /juillet /2010 16:55
DGSE: quand les espions cherchent des ingénieurs

 

12 juillet 2010 Par RÉMY MAUCOURT - Usinenouvelle.com


Jusqu’en 2014, la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) va recruter entre 100 et 150 ingénieurs par an. Les services secrets français renforcent leurs capacités techniques, et cherchent donc à attirer de nouvelles candidatures.

Quel métier ?

"Il faut le reconnaître, on intercepte." Celui qui s’exprime aussi directement, c’est Thomas, un jeune ingénieur qui travaille précisément sur l’interception des télécommunications. Récolter des renseignements par des moyens technologiques, c’est la principale mission de la direction technique (DT) de la DGSE. 2000 personnes travaillent pour la DT, sur les 4500 de la maison. Un autre de ses collègues, Olivier, a des occupations plus… romanesques. Il conçoit des systèmes télécoms miniaturisés et sécurisés, pour équiper les agents sur le terrain. Le Q de James Bond, c’est lui.

Ces deux jeunes ingénieurs (trois ans et un an d’expérience) ne regrettent pas d’avoir tourné le dos au secteur privé. Dans leurs laboratoires, ils disposent d’un matériel de pointe, de moyens impressionnants. Olivier parle de "conditions idéales", mais également d’un état d’esprit qui permet de les utiliser au mieux : "Ici, on se donne les moyens de faire ce qu’on veut." Une culture du résultat confirmée par Thomas : "Tant que les résultats suivent, on ne regarde pas trop la méthode".

La plupart des membres de la direction technique effectuent les mêmes tâches que dans le privé. On pourrait presque croire qu'ils travaillent pour une société comme une autre, mais les enjeux restent fondamentalement différents. La pression est importante, venant de la hiérarchie mais surtout de la nature des missions. Les contraintes de confidentialité sont extrêmes: un agent ne parle pas de ses activités, ni à ses proches ni à sa famille. Au public, il ne donne que son prénom. Il ne consulte pas ses mails personnels au bureau: pour des raisons de sécurité, son réseau est fermé.

Thomas et Olivier se sont habitués à ces contraintes. Selon eux, il existe deux catégories d’ingénieurs à la DGSE: les techniciens purs, et ceux qui s’intéressent au monde du renseignement. Ils se placent clairement dans la deuxième catégorie. "On est régulièrement au contact des analystes, c’est très intéressant et gratifiant". Olivier lâche le mot "ego", "c’est valorisant de travailler pour la nation." Les deux apprécient de voir le résultat de leurs travaux rapidement, de suivre les projets. Certains épisodes particulièrement tendus leur ont fait prendre conscience de leur importance : "Des pirates somaliens ont pris des otages, il faut savoir où ils sont et ce qu’ils se disent…" La nature gratifiante de son emploi, Olivier la résume en une phrase : "C’est rare de pouvoir sauver des vies quand on est ingénieur".

 


Comment ?

Le processus de recrutement est assez long : cinq mois en moyenne entre la candidature et l’arrivée du nouvel agent. Après une série d’entretiens (futurs supérieurs hiérarchiques, DRH…), le postulant est soumis à une enquête de sécurité. Un officier de sécurité cherche à connaître les faiblesses du candidat, à détecter ce qui pourrait poser problème ultérieurement. Relations, amis, familles sont étudiés, pour évaluer les possibilités que le futur agent soit recruté par des services étrangers. Il reste encore au postulant à passer des tests psychotechniques, et au service à justifier son embauche auprès d’un contrôleur budgétaire. Deux à trois mois de délai sont nécessaires avant l’accord final, avant que le futur agent ne puisse démissionner de son ancien emploi.

Les ingénieurs sont généralement recrutés en CDD, pour des durées allant de un à trois ans. Ces contrats sont renouvelables une fois, après six ans se pose la question d’un éventuel CDI. Il est également possible d’intégrer la DGSE en tant que fonctionnaire, via un concours de catégorie A. Les conditions salariales sont avantageuses pour les jeunes (2650 euros nets par mois pour Thomas, 2600 pour Olivier par exemple), mais sont beaucoup moins alléchantes pour les profils expérimentés. "La difficulté, c’est de trouver de bons profils entre six et dix ans d’expérience" explique Patrice, le chef du service recrutement de la DGSE.

Le type de personnalité recherchée est assez clair : la DGSE cherche avant tout des caractères stables, équilibré. Et qui soient près à s’adapter à la culture de la maison. "Si vous étouffez dans un milieu secret, vous n’êtes pas fait pour la DGSE" prévient Patrice. Il affirme que le patriotisme n’entre pas en ligne de compte dans le recrutement, mais que la nature des missions ne convient pas à tous. "Certains candidats réalisent que la finalité ne leur convient pas. C’est assez rare."

Dans la DT, l'ambiance sociale semble être au beau fixe. Pour Patrice, "l’indicateur social, c’est le turnover. Dans la direction technique, il n’y en a pas." Cette situation va jusqu'à poser problème : "si on ne veut pas que l’organisation se sclérose, nous allons devoir organiser ce turnover." Des conditions avantageuses (23 jours de RTT), viennent compenser l'interdiction de se syndiquer ou de faire grève.

Quel besoin ?

Le Directeur Technique, Bernard Barbier, voit son service s’agrandir. Une nécessité pour suivre l’évolution des communications. Ceux qui cherchent à obtenir des renseignements sur internet font face à un problème: "absorber cette quantité d’information". Bernard Barbier rappelle un élément essentiel, de son point de vue : "Internet n’a pas été conçu pour être sécurisé". Les possibilités techniques sont établies : "La technologie nous permet de trouver une aiguille dans un champs de foin", mais les moyens mis en œuvre sont insuffisants.

La France a pris du retard dans ce domaine. "Dans le renseignement technique, il existe une première division des pays occidentaux, dont les Etats-Unis sont le chef de file. Ces pays ont investi suffisamment pour obtenir des renseignements utiles par ces méthodes. Notre objectif : entrer en première division."  Pour y parvenir, le Directeur Technique compte sur la structure même de la DGSE: une agence intégrée, plus petite et donc plus réactive que ses homologues américaines. Outre le renseignement, les nouvelles recrues vont venir renforcer les moyens défensifs et offensifs de la DGSE.

Aujourd'hui, la défense des intérêts de la nation n'est plus le principal argument pour attirer les candidats vers les services secrets. Bernard Barbier présente les choses différement: "c'est un bon début de carrière". Les vocations ne suffisent plus à assurer les besoins.

Si travailler dans le secret ne vous dérange pas, que vous adhérez aux actions et à la culture de la DGSE, les services secrets seront peut-être intéressés par votre CV. Vous trouverez au bas de cette page, une adresse (postale) où vous pourrez envoyer votre candidature.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories