Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 octobre 2014 7 05 /10 /octobre /2014 16:50
 photo Bundeswehr Sebastian Wilke

photo Bundeswehr Sebastian Wilke

 

Oct 4th 2014 economist.com

 

Is Germany able to give its allies more military help?

 

URSULA VON DER LEYEN, Germany’s first female defence minister and a possible successor to Angela Merkel as chancellor, likes a good photo opportunity. One that backfired recently had her standing under a dramatic sky with an army transport aircraft in the background, gazing into the distance as though on the look out for geopolitical derring-do. The derision was instantaneous. The image matched both her ambition and the vision she outlined in January of Germany’s armed forces playing a bigger role in international crises. Given post-war Germany’s radical pacifism, that was controversial.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2014 7 05 /10 /octobre /2014 15:30
Les militants de Daesh cherchent des informations sur des soldats et leurs familles sur les réseaux sociaux

 

05-10-2014 par Laurent Lagneau - opex360.com/

 

Il y a deux semaines, le porte-parole de l’État islamique (EI, ou Daesh) a menacé les pays qui participent à la coalition mise en place sous l’égide des États-Unis contre les jihadistes actifs en Syrie et dans le nord de l’Irak.

« Si vous pouvez tuer un incroyant américain ou européen – en particulier les méchants et sales Français – ou un Australien ou un Canadien, ou tout (…) citoyen des pays qui sont entrés dans une coalition contre l’État islamique, alors comptez sur Allah et tuez-le de n’importe quelle manière. (…) Tuez le mécréant qu’il soit civil ou militaire », avait en effet affirmé ce cadre de l’EI dans un message audio diffusé le 22 septembre.

Suite à cette menace, des pays ayant rejoint la coalition ou étant sur le point de le faire ont pris des mesures qu’ils ont rendues publiques ou non. Ainsi, au Pays-Bas, il a été recommandé aux militaires de voyager en tenue civile dans les transports en commun.

Si l’attention se focalise sur les individus qui cherchent à rejoindre l’EI pour combattre en Syrie ou en Irak, d’autres peuvent tout aussi bien se livrer à des actions dans les pays où ils habitent. Et ils peuvent chercher à s’en prendre aux militaires, ainsi qu’à leurs familles.

« Ne pensez pas que les soldats de l’État islamique sont seulement en Irak et en Syrie, au contraire, il y en a proches de vous », a même averti un des jihadistes français via son compte Twitter.

Les militants de l’EI utilisent massivement les réseaux sociaux. Que ce soit pour communiquer, faire de la propagande ou bien encore menacer les pilotes saoudiens et le  commandant Mariam al-Mansouri des forces aériennes émiraties, qui ont pris part aux frappes aériennes en Syrie. Mais pas seulement.

Ainsi, selon l’Army Threat Integration Center (ArTIC), « l’EI a appelé ses militants isolés aux États-Unis à utiliser les pages jaunes, les sites de médias sociaux comme Facebook, Lindedin et Twitter pour trouver les adresses de soldats, se présenter à leur domicile et les abattre ».

« Selon le gouvernement des États-Unis jusqu’à 300 Américains se battent avec ISIL. … Il est à craindre que ces Américains pourraient retourner aux États-Unis et perpétrer des attaques en utilisant les compétences qu’ils ont acquises à l’étranger », prévient l’ArTIC dans un document publié le 25 septembre.

Ce qui est valable pour les Américains l’est aussi pour les Français. D’autant plus qu’il y a déjà eu des précédents, avec l’affaire Merah et l’agression d’un soldat en mission Vigipirate au quartier de La Défense. Mais la menace décrite par l’ArTIC va encore plus loin puisqu’il est question d’attaques possibles de maisons ou d’appartements où sont logés les militaires, et donc, leurs familles.

« Dans les conflits modernes, nos ‘ennemis’ scannent régulièrement le web (réseaux sociaux, blogs, forums, sites personnels…) à la recherche d’informations sensibles et pour détecter nos vulnérabilités. Il convient donc d’être extrêmement vigilant. Compte tenu de la rapidité de la circulation de l’information, la sécurité des opérations prend une importance jamais atteinte », avait expliqué le ministère français de la Défense dans un document détaillant la conduite à tenir pour les militaires sur les réseaux sociaux.

Plus que jamais, donc, ces recommandations, dont certaines conseillent de revoir les paramètres de confidentialité et d’accepter dans ses contacts que des personnes connues sont d’actualité.

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2014 6 04 /10 /octobre /2014 17:30
Frappes de la coalition en Syrie, un Britannique décapité par Daesh

 

04 octobre 2014 Romandie.com (AFP)

 

Mursitpinar (Turquie) - Les forces kurdes appuyées par des frappes de la coalition internationale résistaient samedi aux attaques de jihadistes contre une ville clé en Syrie, après l'indignation internationale suscitée par la décapitation par le groupe Etat islamique (EI) d'un quatrième otage occidental.

 

Le Premier ministre britannique David Cameron a parlé d'un acte odieux et les Etats-Unis ont promis de continuer d'agir pour affaiblir et à terme de détruire l'EI, à la suite de la diffusion vendredi par le groupe jihadiste d'une vidéo montrant l'exécution d'Alan Henning en représailles aux frappes britanniques en Irak.

 

Dans ce dernier pays, les Etats-Unis sont aidés dans les raids contre l'EI par les avions britanniques et français. En Syrie voisine, ils sont rejoints par leurs alliés arabes qui frappent ces jihadistes notamment aux portes de Kobané (nord), à la frontière turque.

 

Les frappes ont surtout visé les fronts sud et sud-est à quelques km de Kobané (Aïn al-Arab en arabe), la troisième ville kurde de Syrie que l'EI tente de prendre depuis le 16 septembre, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

 

Au moins cinq jihadistes ont été tués dans ces raids, a indiqué l'ONG. Trente autres ont péri dans des frappes dans la province de Hassaké, plus à l'est, à la frontière irakienne.

 

Les combats se concentrent sur le front au sud de Kobané où l'EI tente de s'emparer d'une colline stratégique qui leur donnerait accès à la ville défendue par les Unités de protection du peuple (YPG, la principale milice kurde) et des rebelles syriens, a ajouté l'OSDH.

 

Les obus continuent en outre de pleuvoir sur la ville, selon un militant sur place, Mustafa Ebdi.

 

- 'Prière de l'Aïd à Kobané'? -

 

Les jihadistes disaient qu'ils feraient leurs prières de l'Aïd (al-Adha) à Kobané mais pour l'instant ils ne sont pas entrés dans la ville, a ajouté le militant, en allusion à la fête musulmane célébrée de samedi à mardi.

 

La prise de Kobané permettrait à l'EI de contrôler sans discontinuité une longue bande de territoire à la frontière turque.

 

Du poste-frontière turc de Mursitpinar tout proche, une journaliste de l'AFP pouvait voir les tirs d'obus sur la ville.

 

Près de ce poste-frontière, les forces turques ont tiré des gaz lacrymogènes pour disperser quelque 200 manifestants kurdes venus témoigner de leur solidarité avec Kobané.

 

Nous avons des proches là-bas, c'est pour cela que nous sommes là. Bien sûr, on ne peut pas faire grand-chose mais nous voir ici leur remonte le moral, lance Mahmut Cokmez, alors que le bruit des obus était clairement entendu.

 

Pour Saleh Ay, les frappes de la coalition arrivent trop tard. On ne voit aucun résultat sur le terrain.

 

Des soldats turcs se sont déployés sur les collines, certains dirigeant leur fusil vers la ville syrienne, d'autres scrutant l'horizon avec des jumelles.

 

Après le feu vert donné par le Parlement turc pour une intervention militaire contre l'EI en Syrie et en Irak, le président Recep Tayyip Erdogan a menacé de représailles si l'EI attaquait le tombeau d'un dignitaire ottoman situé à 25 km à l'intérieur du territoire syrien, sous souveraineté turque.

 

Dans une nouvelle vidéo réalisée selon le même scénario que les trois précédentes décapitations d'otages occidentaux, l'EI a annoncé vendredi la décapitation du travailleur humanitaire Alan Henning, 47 ans, enlevé en Syrie.

 

A la fin de la courte séquence intitulée Nouveau message à l'Amérique et ses alliés, l'EI présente un autre otage américain, Peter Kassig, et menace de le tuer.

 

- 'Organisation barbare' -

 

(...) Nous allons utiliser tous nos moyens (...) pour vaincre cette organisation impitoyable, insensée et barbare, a martelé David Cameron à la sortie d'une réunion de crise, alors que plusieurs centaines de manifestants ont protesté à Londres contre les frappes en Irak.

 

L'Union européenne a elle aussi condamné l'exécution d'Alan Henning comme une nouvelle illustration de la stratégie de terreur de l'EI, qui a déjà décapité depuis la fin août deux journalistes américains et un humanitaire britannique enlevés en Syrie.

 

En Irak, où les frappes américaines ont commencé le 8 août, l'armée aidée des tribus sunnites et des milices chiites a gagné du terrain face aux jihadistes au nord de Bagdad en reprenant 80% de la ville de Doulouiya. Mais elle a perdu du terrain à l'ouest de la capitale.

 

Fort de dizaines de milliers d'hommes recrutés sur place et à l'étranger notamment en Occident, l'EI a profité de la guerre civile en Syrie et de l'instabilité en Irak pour s'emparer de larges pans de territoires dans ces deux pays.

 

Accusé de crimes contre l'Humanité et de nettoyage ethnique, ce groupe est responsable de multiples exactions -viols, rapts, exécutions, persécutions- dans le califat qu'il a proclamé à cheval entre la Syrie et l'Irak.

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2014 6 04 /10 /octobre /2014 12:30
L’incroyable Scud anglais contre l’armée de l’air française



01.10.2014 Vincent Lamigeon, grand reporter à Challenges - Supersonique

 

Il aurait pu venir d’Iran, de Russie, de Corée du Nord. Mais il est venu de l’allié britannique, celui avec lequel la France a signé en grande pompe les traités de collaboration de défense dits de Lancaster House en 2010. Lui ? Un Scud incroyable, inattendu, tellement grossier qu’on se demande si c’est bien un ministre des affaires étrangères britannique qui l’a dégainé. Interrogé par la BBC qui évoquait l’engagement britannique en Irak et le nombre supérieur d’escadrons de chasse en France par rapport à au Royaume-Uni, Philip Hammond a répondu hier d’un tacle dénué de toute subtilité diplomatique : « Vous ne trouverez personne qui s'y connaît dans ce domaine qui dira que l'armée de l'air française constitue une force plus redoutable que la Royal Air Force ».

Quelle mouche a donc piqué Hammond ? Difficile à dire, tant l’attaque relève plus du coup de menton de cour de récré que d’une analyse argumentée. Le constat qu’il dresse, même en excluant toute fierté cocardière, est éminemment contestable. Si l’armée de l’air britannique reste un acteur de premier plan, au savoir-faire et à l’expérience redoutables, elle traîne avec elle un boulet redoutable : l’incapacité latente de l’Eurofighter Typhoon, commandé à 160 exemplaires, de mener des frappes au sol.

La meilleure illustration est le fait que les appareils envoyés par la RAF en Irak sont de bons vieux Tornado, des appareils dont la version initiale a volé pour la première fois il y a 40 ans (14 août 1974), et dont les premières livraisons à la RAF datent de 1979. Le rapport du NAO, la Cour des Comptes britanniques, sur l’Eurofighter en 2011 soulignait que les véritables capacités multi-rôles de l’Eurofighter attendraient 2018… soit la possible fin de production de l’avion au rythme de production actuel.

 

Sortie d'un Rafale équipé d'un ASMP-A

Sortie d'un Rafale équipé d'un ASMP-A

L'autre différence, et de taille, entre les deux armées de l'air est que l'une a la capacité nucléaire, pas l'autre. La France dispose des Rafale et Mirage 2000N, équipés de missiles ASMPA, qui complètent la Force océanique stratégique de quatre sous-marins lanceurs d'engins (SNLE) équipés de missiles M51 (et les six sous-matins nucléaires d'attaque). Le Royaume-Uni, lui, n'a plus de composante aéroportée de sa force de dissuasion depuis 1993, se reposant uniquement sur les sous-marins de classe Vanguard équipés de missiles Trident.

Cela n’empêche évidemment pas la RAF d’afficher des équipements qui font saliver l’armée de l’air française : une dizaine de ravitailleurs A330 MRTT sur les quatorze commandés ont déjà été livrés, quand la France se débat encore avec des antiques C-135 dont certains datent d’Eisenhower et tarde toujours à commander ses nouveaux appareils ; une dizaine de Reaper (General Atomics), capables de tirer de l’armement (459 tirs effectués à fin décembre 2013) quand la France se contente de deux Reaper non armés et d’une poignée de vieux Harfang.

Mais on comprend mal l’intérêt d’une telle saillie télévisée, à l’heure où les deux pays tentent de collaborer ensemble sur les drones ou les missiles. A moins que la sortie ne soit une énième tentative de disqualifier le Rafale à l’export, en Inde ou au Qatar par exemple. Comme se demandent judicieusement certains sur la twittosphère, les Anglais auraient-ils inventé le fair-play pour les autres ?

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2014 6 04 /10 /octobre /2014 11:30
Un CF-18 canadien se réapprovisionne en carburant (Archives/Nicolas Laffont/45eNord.ca)

Un CF-18 canadien se réapprovisionne en carburant (Archives/Nicolas Laffont/45eNord.ca)

 

3 octobre 2014 par Jacques N. Godbout - 45eNord.ca

 

Après avoir déposé la motion ouvrant la voie à une mission de combat et pavant la voie au déploiement de chasseurs CF-188 Hornet en Irak, le gouvernement Harper a dévoilé ce vendredi plus de détails dans une note d’information sur l’engagement canadien en Irak.

 

Stephen Harper a déposé ce matin une motion ouvrant la voie à l’envoi d’avions de chasse et d’avions de ravitaillement pour participer aux frappes aériennes menées par les pays de la coalition internationale assemblée par les États-Unis contre les cibles du groupe armé État islamique, en Irak seulement pour l’instant, tout en entrouvrant la porte à des frappes en Syrie.

Un débat et un vote auront lieu lundi à ce sujet, mais le débat sera toutefois limité à cinq heures et, bien sûr, le vote est déjà acquis au gouvernement qui dispose de la majorité des sièges à la Chambre.

 

 

Suite de l'article

 

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2014 6 04 /10 /octobre /2014 11:30
Irak: l'Australie se joint aux frappes contre Daesh (TV)

 

MOSCOU, 3 octobre – RIA Novosti

 

L'armée de l'air australienne s'est jointe aux frappes de la coalition internationale contre les positions des combattants du groupe terroriste Etat islamique en Irak, rapporte la chaîne Sky News Australia.

 

La décision ad hoc a été adoptée vendredi matin lors d'une réunion du Comité de sécurité nationale du gouvernement australien.

 

La démarche de Canberra était attendue: six chasseurs F/A-18F Super Hornet australiens ont été dépêchés il y a deux semaines dans une base des Emirats arabes unis. En outre, le gouvernement a approuvé vendredi le déploiement en Irak d'unités spéciales afin de former les militaires locaux.

 

L'EI, appelé autrefois l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), sévissait au départ principalement en Syrie où il combattait les troupes gouvernementales, s'imposant comme l'une des organisations terroristes les plus cruelles. Il y a quelques mois, l'EI s'est soudainement activé en Irak, s'emparant d'importants territoires.

 

Fin juillet l'EI a proclamé un califat islamique sur les territoires irakiens et syriens sous son contrôle. Depuis le 8 août, l'armée américaine porte des frappes aériennes contre les positions des djihadistes de l'EI en Irak.

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 19:30
Le Canada va participer aux frappes aériennes contre Daesh en Irak

 

03 octobre 2014 Romandie.com (AFP)

 

Ottawa - Le Premier ministre canadien Stephen Harper a présenté vendredi au Parlement une motion prévoyant l'envoi d'avions de chasse en Irak qui participeront, pendant six mois, à la campagne de frappes aériennes contre le groupe Etat islamique (EI).

 

La Chambre des communes doit formellement entériner cette motion lundi lors d'un vote qui ne devrait être qu'une formalité pour M. Harper car son parti dispose d'une large majorité au Parlement (165 élus sur un total de 308).

 

Le Premier ministre canadien a exclu tout envoi de troupes de combat au sol, la mission canadienne se limitant à l'envoi d'avions de chasse F-18 et de ravitailleurs.

 

Le déploiement de conseillers militaires (69 forces spéciales maximum), déjà décidé il y a un mois, est également prolongé de six mois.

 

Il s'agit du premier engagement militaire du Canada à l'étranger depuis la campagne aérienne en Libye en 2011.

 

Cette campagne est soutenue par 64% des Canadiens, contre 36% qui la désapprouvent, selon un sondage publié vendredi par le Globe and Mail.

 

Ce large soutien n'a toutefois pas fait changer d'avis les deux principaux partis d'opposition aux Communes: Libéraux et Néo-Démocrates ont répété dans la foulée de l'allocution de M. Harper qu'ils s'opposeraient à cette motion lors du vote de lundi, reprochant au Premier ministre de ne pas les avoir informés au préalable sur les objectifs de cette mission.

 

Le Premier ministre n'a pas précisé combien d'avions de chasse seraient envoyés en Irak mais les médias locaux parlaient vendredi de quatre à huit F-18.

 

Les opérations aériennes ne seront menées que là où le Canada a le soutien clair du gouvernement du pays. A présent, c'est seulement le cas en Irak, a déclaré le dirigeant conservateur devant les députés.

 

Si cela devait être le cas en Syrie, alors nous participerions également aux frappes aériennes contre l'EI dans ce pays, a observé M. Harper.

 

Il a toutefois reconnu que la coalition internationale ne devait pas trop attendre de cette campagne aérienne: Pour être clair, disons que cette intervention ne permettra pas d'éliminer cette organisation terroriste.

 

Nous avons l'intention d'affaiblir de façon importante les capacités de l'État islamique, plus particulièrement sa capacité à avoir des mouvements militaires de grande envergure ou d'avoir des bases en terrains ouverts, a-t-il précisé.

 

La coalition internationale engagée en Irak, et pour certains pays en Syrie, s'était déjà renforcée vendredi avec l'envoi par l'Australie d'avions de combats et de 200 militaires. La Belgique, le Danemark, la France, les Pays-Bas et le Royaume-Uni mènent également des frappes aériennes contre l'EI, aux côtés des Etats-Unis et de cinq alliés arabes -- Jordanie, Arabie saoudite, Emirats arabes unis, Qatar et Bahreïn.

 

Outre son engagement militaire, le Canada a déjà dépensé 28 millions de dollars canadiens pour l'aide humanitaire aux civils affectés par l'avancée des jihadistes de l'Etat islamique, aussi bien en Irak qu'en Syrie.

 

Quelque 15 millions de dollars ont également déjà été investis dans du matériel militaire défensif remis à l'armée irakienne et aux combattants kurdes.

 

Les partis d'opposition jugent toutefois l'engagement humanitaire bien insuffisant. Le Parti libéral ne peut pas (soutenir) et ne soutiendra pas cette motion du Premier ministre pour aller en guerre en Irak, a asséné Justin Trudeau, le leader des libéraux, qui arrivent en tête des sondages sur les élections législatives prévues dans un an.

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 19:30
Opération Chammal : première mission aérienne de nuit

 

03/10/2014 Sources : EMA

 

Le jeudi 2 octobre, deux avions Rafale ont effectué une nouvelle mission au-dessus de l’Irak, dans la région de Mossoul, au profit des forces armées irakiennes dans leur lutte contre le groupe terroriste Daech. Il s’agissait de la première mission aérienne de nuit réalisée par les avions français depuis le lancement de l’opération Chammal.

 

Au cours de cette mission d’environ 7 heures, les chasseurs ont été ravitaillés en vol par un C135-FR de l’armée de l’air et un KC10 de l’US Air Forces.

 

Les fonctions de désignation laser et de reconnaissance longue distance du Pod d’acquisition d’objectifs multifonction Damoclès, confèrent aux Rafale des capacités de tir à guidage laser et de reconnaissance tactique de jour comme de nuit.

 

Durant cette mission, les Rafale sont restés en contact permanent avec le centre opérationnel aérien américain d'Al Udeid, au Qatar, chargé de la coordination des moyens engagés sur zone.

 

Plus tôt dans la journée, un avion de patrouille maritime Atlantique 2(ATL2) a effectué une mission d’ISR (Intelligence, surveillance and reconnaissance) d’une durée de 10h dans la région nord-ouest de Bagdad. Au cours de ces vols ISR, l’ATL2 acquiert du renseignement sur les positions, les mouvements et les vulnérabilités du groupe terroriste Daech. Les renseignements obtenus sont ensuitepartagés avec nos alliés présents dans la région.

 

Conformément à la décision du Président de la République, le dispositif de l’opération Chammalsera renforcé dans les jours à venir par trois Rafale, une frégate anti-aérienne et des officiers qui seront insérés dans les états-majors de nos alliés.

 

Ce renfort vise à densifier le soutien aérien apporté aux forces irakiennes, en termes de renseignement et reconnaissance armée. Il permettra également de disposer d’un moyen naval capable de participer, en coordination avec nos alliés, au contrôle aérien de l’ensemble des moyens présents sur zone.

 

Lancée le 19 septembre 2014, l’opération Chammal vise, à la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliés de la France présents dans la région, à assurer un soutien aérien aux forces armées irakiennes dans leur lutte contre le groupe terroriste Daech.

Opération Chammal : première mission aérienne de nuitOpération Chammal : première mission aérienne de nuit
Opération Chammal : première mission aérienne de nuit
Partager cet article
Repost0
3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 07:30
Third Air Strike In Iraq

RAF Tornado GR4's on return to RAF Akrotiri Cyprus after armed mission in support of OP SHADER.  photo Cpl Neil Bryden

 

02 October 2014 Royal Air Force

 

Tornados have been assisting Kurdish forces engaged in combat with ISIL.

 

This afternoon, 2 Royal Air Force Tornados on patrol over north-west Iraq, as part of a coalition force, were tasked to assist Kurdish ground forces engaged in combat with ISIL.

 

The aircraft pin-pointed the location from which ISIL fighters were directing heavy fire on the Kurdish troops, and conducted a precision strike with Paveway IV guided bombs. Initial reports indicates that the strike was successful.

 

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2014 4 02 /10 /octobre /2014 16:30
Quand l'armée irakienne ravitaille (par erreur) Daesh

L'INFO. C'est une boulette très gênante. Selon la chaîne américaine NBC News, l'armée irakienne a ravitaillé l'organisation de l'Etat islamique, par erreur, a-t-on appris mardi. Cette information a été confirmée par une source sécuritaire qui a requis l'anonymat.

Des vivres et des munitions. Selon NBC News, l'aviation irakienne avait l'intention de livrer des vivres et des munitions à ses soldats en poste dans la province d'Anbar en Irak, pour combattre les djihadistes. Hakim Al-Zamili, un député membre de la commission de sécurité, a raconte qu'"au lieu de lâcher ces provisions au-dessus de la zone tenue par l'armée irakienne, certains pilotes les ont jetées au-dessus d'une zone prise par l'Etat islamique". Un brigadier-général du ministère irakien de la Défense a confirmé cet incident qui a eu lieu le 19 septembre.

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2014 4 02 /10 /octobre /2014 16:30
Pantsir-S1 Photo Iraqi Ministry of Defence

Pantsir-S1 Photo Iraqi Ministry of Defence

 

DUBAI, 1er octobre - RIA Novosti

 

L'Irak a reçu un premier lot de systèmes de défense antiaérienne modernes en provenance de Russie, lit-on mercredi sur le site du ministère irakien de la Défense.

 

"Le commandement des forces irakiennes de défense aérienne a reçu des systèmes modernes destinés à défendre la souveraineté de notre pays et à protéger les sites civils", a indiqué un porte-parole ministériel.

 

Le ministère irakien ne précise cependant pas la provenance des armes, mais souligne que "peu de pays sont en mesure de produire de tels systèmes".

 

Dans le même temps, sur les photos qui accompagnent le texte, on voit des complexes de défense sol-air russes Pantsir-S1 et des lance-missiles portatifs Djiguit.

 

Auparavant, le ministère irakien de la Défense a annoncé avoir reçu le troisième lot d'hélicoptères russes Mi-35M.

 

En 2012, Moscou et Bagdad ont conclu un accord de coopération militaro-technique pour un montant total de 4,3 milliards de dollars qui prévoit entre autres la livraison de 43 hélicoptères russes Mi-35M et Mi-28NE.

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2014 4 02 /10 /octobre /2014 14:30
Further air strikes in Iraq

A Tornado GR4 returning to RAF Akrotiri after a mission [Picture: Corporal Neil Bryden RAF, Crown copyright]

 

2 October 2014 Ministry of Defence

 

Tornados continue to provide vital air support to Kurdish forces in Iraq.

 

Royal Air Force Tornados have conducted further operations in support of Kurdish ground forces engaged in combat with ISIL in north west Iraq.

 

Overnight, 2 GR4s provided vital air support to Peshmerga forces advancing on an ISIL position, conducting a successful precision attack on an armed pick-up truck with a Paveway IV guided bomb.

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 12:55
Au cœur de l'équipage du C135 FR lors d'une mission de ravitaillement en vol de deux Rafale


29 sept. 2014 Crédit : EMA / armée de l'Air
 

Au cœur de l'équipage du C135 FR lors d'une mission de ravitaillement en vol de deux Rafale au dessus de l'Irak, le 21 septembre 2014.
 

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 11:30
Footage of a strike on an ISIL armed pick-up truck, using a Brimstone missile.


1 oct. 2014 Royal Air Force

 

As announced by the Defence Secretary Michael Fallon, Royal Air Force Tornado GR4 aircraft were in action over Iraq this afternoon, 30 September 2014, as part of the international coalition’s operations to support the democratic Iraqi Government in the fight against ISIL.

In the course of an armed reconnaissance mission from RAF Akrotiri, two Tornados were tasked to assist Kurdish troops in north-west Iraq who were under attack from ISIL terrorists.

This footage shows a Brimstone missile strike on an ISIL armed pick-up truck in Iraq.

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 19:30
RAF jets strike first IS targets in Iraq

 

30 September 2014 BBC News

 

RAF jets have attacked a "heavy weapon position" and an armed pick-up truck in Iraq, the Ministry of Defence has said. In the first attacks since Parliament approved military action on Friday, two "precision strikes" were launched and both were "successful", the MoD said.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 18:30
photo UK MoD

photo UK MoD

 

30 septembre 2014 Romandie.com (AFP)

 

Londres - La Grande-Bretagne a mené ses premières frappes aériennes en Irak contre les positions du groupe Etat Islamique (EI), a annoncé mardi le ministre de la Défense Michael Fallon.

 

Deux chasseurs-bombardiers Tornado ont détruit un poste d'artillerie et un véhicule équipé d'une mitrailleuse lourde, a indiqué le ministère de la Défense.

 

Ces deux frappes ciblées ont été un succès, a ajouté le ministère, qui n'a pas précisé quand les raids ont eu lieu, ni leur localisation exacte.

 

Les deux avions de combat étaient en mission de reconnaissance lorsqu'on leur a demandé de venir appuyer des troupes kurdes prises pour cible par les jihadistes de l'EI dans le nord-ouest de l'Irak.

 

Ces frappes sont les premières depuis que le Royaume-Uni s'est rallié vendredi à la coalition militaire internationale après l'adoption par le Parlement d'une motion du gouvernement autorisant le recours aux raids aériens en Irak.

 

Six Tornado de la Royal Air Force, basés à Chypre, étaient engagés depuis plusieurs semaines déjà en Irak pour des missions de surveillance.

 

Depuis vendredi, ils ont effectué plusieurs sorties, équipés de bombes à guidage laser et de missiles, mais sans ouvrir le feu.

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 13:30
Irak: les troupes kurdes lancent une offensive contre l'EI sur trois fronts

 

30 septembre 2014 Romandie.com (AFP)

 

Erbil (Irak) - Les forces kurdes ont lancé mardi une offensive sur trois fronts contre les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) dans le nord de l'Irak, ont annoncé à l'AFP des officiers peshmergas.

 

Les opérations, qui ont débuté avant l'aube, se déroulent au nord de la ville de Mossoul, contrôlée par les jihadistes, au sud de la ville pétrolière de Kirkouk et contre une ville à la frontière syrienne, ont-ils précisé.

 

Un haut gradé a indiqué que des peshmergas, les combattants kurdes, étaient entrés dans la ville de Rabia, à la frontière syrienne, après avoir pris deux villages, As-Saudiyah et Mahmoudiyah.

 

Les soldats sont en train de se battre dans le centre de Rabia, située à une centaine de km au nord de Mossoul, deuxième ville d'Irak, a-t-il précisé.

 

Soutenus par des frappes aériennes, les peshmergas ont également attaqué la ville de Zoumar, à environ 60 km de Mossoul et à proximité du lac du barrage de Mossoul.

 

L'officier, qui s'exprimait sous le couvert de l'anonymat, n'a pas donné de détails sur la nature du soutien aérien.

 

Les appareils de l'armée irakienne effectuent des missions quotidiennes au dessus du pays, tandis que ceux de la coalition, notamment américains et français, mènent des raids ciblés sur des installations de l'EI.

 

Rabia et Zumar sont deux localités dont les forces kurdes avaient pris le contrôle lors de la vaste offensive lancée en juin par l'EI qui avait mis en déroute l'armée irakienne, notamment à Mossoul.

 

Deux mois plus tard, les combattants jihadistes avaient mené une offensive contre les positions des peshmergas qui avaient été contraints de reculer.

 

Plus au sud, les forces kurdes ont repris des villages autour de Daquq qui étaient contrôlés par l'EI depuis juin. Ils ont libéré les villages de Saad et Khaled, et ont pris le contrôle total de la zone après de durs combats, a souligné le général kurde Westa Rasul.

 

Il a précisé que les peshmergas faisaient face à une forte résistance en avançant vers un autre village, Al-Wahda, à une trentaine de km au sud de Kirkouk.

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2014 1 29 /09 /septembre /2014 11:30
photo Matt Cetti-Roberts War is boring

photo Matt Cetti-Roberts War is boring

 

28.09.2014 Par La Voix de la Russie

 

L’armée allemande a commencé la formation de 32 représentants d’unités militaires kurdes « peshmergas » en Bavière. Selon le ministère de la Défense de l'Allemagne, ils doivent apprendre à utiliser les armes que les autorités du pays ont l'intention d'envoyer en Irak dans le cadre de la lutte contre le groupe Etat islamique. Leur formation durera jusqu'au 3 octobre.

 

Le 25 septembre, l’Allemagne a commencé à fournir des armes aux Kurdes dans le nord de l'Irak. Une partie d’armes contenant 50 lance-roquettes, 520 fusils G3 et 20 mitrailleuses a été déjà envoyée.

 

Selon le plan du ministère de la Défense de l'Allemagne, 70 millions d’euros seront versés à l’équipement de 10 000 miliciens kurdes.

 

Environ 40 parachutistes allemands se rendront en Irak pour former les Kurdes à l’utilisation des armes.

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2014 1 29 /09 /septembre /2014 09:30
photo EMA

photo EMA

 

25/09/2014 Par Alexandre Devecchio - LeFigaro.fr

 

FIGAROVOX/ENTRETIEN - La France poursuit ses frappes contre l'Etat Islamique, au lendemain de l'exécution d'Hervé Gourdel. Pour le député européen Arnaud Danjean, la coalition doit éviter de reproduire les erreurs de l'intervention américaine de 2003.

 

Lire l’entretien

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2014 1 29 /09 /septembre /2014 08:30
photo Sedeyn Ritchie - MIL.be

photo Sedeyn Ritchie - MIL.be

 
26.09.2014 MIL.be

 

Ce vendredi 26 septembre, six chasseurs-bombardiers F-16 ont mis le cap sur Araxos en Grèce. Après l'approbation officielle par la Chambre, ils continuerront leur voyage vers la Jordanie. C'est de là, sous commandement américain, qu'ils participeront à la lutte contre l'organisation terroriste Etat islamique en Irak.

 

Quelque 120 militaires belges, techniciens et pilotes, prennent part à l'opération. Pendant un mois, ils opéreront à partir de la base aérienne d'Azraq, dans le nord de la Jordanie. De là, les F-16 voleront jusqu'à la zone d'opération en Irak. Les Belges n'effectueront pas de missions en Syrie.

Les avions belges peuvent effectuer des missions de reconnaissance mais ils peuvent aussi bombarder. Le premier vol sous commandement américain devrait avoir lieu dans le milieu de la semaine prochaine.

Ces dernières années, la Défense a accumulé beaucoup d'expérience dans ce genre d'opérations, surtout en Afghanistan (depuis 2008) et en Libye (2011).

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2014 5 26 /09 /septembre /2014 14:30
Opération Chammal : deuxième frappe française en Irak  (video)

 

26 sept. 2014 Crédits : État-major des armées / armée de l'Air

 

Le 25 septembre 2014, au cours d’une nouvelle mission d’appui aérien effectuée au profit des forces armées irakiennes, deux Rafale français ont détruit quatre hangars contenant du matériel militaire utilisés par Daech, dans la région ouest de Bagdad, à proximité de Falloujah.

 

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2014 5 26 /09 /septembre /2014 13:30
RDAF F-16AM, armed with AMRAAM and a GBU-12 laser guided bomb [RDAF photo]

RDAF F-16AM, armed with AMRAAM and a GBU-12 laser guided bomb [RDAF photo]

 

26 septembre 2014 Romandie.com (AFP)

 

Copenhague - Le Premier ministre du Danemark Helle Thorning-Schmidt a annoncé vendredi le déploiement de sept avions de combat F-16 en Irak pour participer à l'offensive en cours contre l'organisation État islamique.

 

Je suis très heureuse qu'il y ait désormais une large coalition, y compris de pays de la région qui veulent (...) contribuer, a affirmé Mme Thorning-Schmidt lors d'une conférence de presse à Copenhague.

 

Elle a précisé que la mission serait limitée à l'Irak, à l'exclusion de la Syrie.

 

La participation du Danemark à la coalition internationale doit être rapidement approuvée par le Parlement, où elle est assurée d'être soutenue par une majorité, et les F-16 pourraient arriver la semaine prochaine.

 

On nous a demandé d'apporter notre contribution en Irak, cela correspond bien à ce que veut la coalition. Concernant l'Irak nous avons reçu une demande concrète du gouvernement irakien, a expliqué Mme Thorning-Schmidt.

 

Le groupe terroriste EI est une organisation affreuse que le Danemark se doit d'aider à combattre, a-t-elle ajouté.

 

La coalition emmenée par les États-Unis a lancé vendredi de nouvelles attaques aériennes contre le groupe État islamique en Syrie. La France et la Grande-Bretagne ont exclu d'intervenir dans ce pays, tandis que les membres arabes de la coalition le font.

 

La Belgique et les Pays-Bas prévoient d'envoyer six F-16 chacun en Irak.

 

En août, le Parlement danois avait voté l'envoi en Irak d'un avion de transport C-130J Hercules et de jusqu'à 55 militaires pour le garder et le charger.

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2014 5 26 /09 /septembre /2014 12:30
source BBC MidEast

source BBC MidEast

 

26 septembre 2014 Romandie.com (AFP)

 

Damas - Les avions de combat américains et arabes ont bombardé vendredi pour le 3e jour consécutif des raffineries contrôlées par les jihadistes de l'Etat islamique (EI) en Syrie, alors que la Grande-Bretagne est sur le point de rejoindre la coalition contre ce groupe en Irak.

 

Dans le même temps, les Etats-Unis et la France ont maintenu la pression en Irak sur ce groupe extrémiste sunnite responsable d'atrocités, en menant des raids jeudi contre ses positions dans ce pays.

 

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), une ONG s'appuyant sur un vaste réseau d'informateurs et de militants, les Etats-Unis et leurs alliés arabes ont lancé jeudi soir et vendredi matin de nouvelles frappes contre les installations pétrolières prises par l'EI dans la province de Deir Ezzor (est), près de la frontière avec l'Irak.

 

Des raids ont en outre visé vendredi un centre de commandement de l'EI dans les environs de la ville d'al-Mayadine dans la même province, ainsi que des installations pétrolières et une base de l'EI dans la province de Hassaka (nord-est), a précisé l'OSDH.

 

Les Etats-Unis et leurs alliés arabes d'Arabie saoudite et des Emirats arabes unis avaient frappé mercredi soir, pour la première fois, des raffineries contrôlées par l'EI en Syrie, avec l'objectif d'assécher l'une de ses principales sources de revenus.

 

Les jihadistes, qui contrôlent plusieurs raffineries en Irak et en Syrie, revendent le pétrole en contrebande à des intermédiaires des pays voisins, tirant selon des experts des bénéfices pouvant aller de 1 à 3 millions de dollars par jour.

 

- Vote du Parlement britannique -

 

Depuis leur début mardi, les frappes de la coalition en Syrie ont tué 141 jihadistes, dont 129 étrangers, selon l'OSDH, qui n'était pas en mesure de dire si les frappes de vendredi avaient fait des victimes. Parmi les étrangers, 84 étaient affiliés à l'EI.

 

Alors que le président américain Barack Obama a appelé mercredi le monde à se joindre au combat contre le réseau de la mort, le Parlement britannique s'apprête à voter en faveur d'une participation à la campagne aérienne en Irak, menée par les Etats-Unis et la France.

 

En convoquant les députés en session extraordinaire, le Premier ministre David Cameron les a appelés à ne pas être pétrifiés de peur à l'idée de commettre la même erreur qu'en 2003, lorsqu'ils avaient approuvé l'engagement britannique dans la guerre en Irak auprès des Etats-Unis, toujours très controversé.

 

Le texte qui sera soumis au vote autorise l'usage des frappes aériennes dans le cadre d'un soutien requis par le gouvernement irakien et précise que Londres ne déploiera aucun soldat britannique dans les zones de combat.

 

La fille de l'otage britannique David Haines, enlevé en Syrie et décapité par l'EI, a apporté son soutien à la participation des forces britanniques. L'EI doit être éradiqué, a déclaré Bethany Haines.

 

Son père avait été exécuté après la décapitation de deux journalistes américains, James Foley et Steven Sotloff, également enlevés en Syrie, dans des vidéos diffusées par le groupe extrémiste sunnite.

 

- Le meurtrier identifié -

 

Le FBI a annoncé avoir identifié le meurtrier des trois hommes, montré dans la vidéo et qui s'exprimait avec un accent britannique, sans révéler son nom.

 

Ces exécutions ont révulsé le monde et poussé M. Obama à annoncer le 10 septembre une stratégie pour détruire l'EI dans le cadre d'une vaste coalition regroupant une quarantaine de pays.

 

La mise en scène de l'exécution des trois otages occidentaux a été répétée par un groupe jihadiste lié à l'EI, Jund al-Khilafa, qui a diffusé mercredi une vidéo de la décapitation de l'otage français Hervé Gourdel, enlevé dimanche en Algérie.

 

Mais Paris a refusé de céder au chantage et a poursuivi ses frappes en Irak, alors que l'Algérie a mobilisé 3.000 militaires pour tenter de retrouver le corps de Hervé Gourdel et de neutraliser les assassins.

 

Plusieurs pays européens ont annoncé une plus grande participation à la coalition anti-jihadiste, comme les Pays-Bas et la Belgique qui ont mis des avions de combat F-16 à sa disposition. L'Australie a aussi déployé 600 militaires aux Emirats et livre du matériel militaire aux Kurdes d'Irak.

 

Selon les renseignements américains, plus de 15.000 combattants étrangers venus de plus de 80 pays ont rejoint ces groupes en Irak et en Syrie ces dernières années.

 

Alors que les pays occidentaux craignent de voir les jihadistes, une fois aguerris, revenir sur leur territoire pour organiser des attentats, le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté mercredi à l'unanimité une résolution imposant aux Etats, sous peine de sanctions, d'empêcher leurs citoyens de s'enrôler dans des groupes extrémistes.

 

Accusé de nettoyage ethnique et de crimes contre l'Humanité, l'EI est responsable de multiples exactions -viols, rapts, exécutions, crucifixions- dans le califat proclamé sur les régions qu'il a conquises en Irak et en Syrie.

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2014 5 26 /09 /septembre /2014 11:50
Intervention en Irak: une mission qui va prendre des années

 

 

26 septembre 2014 Romandie.com (AFP)

 

Londres - Le Premier ministre britannique David Cameron a déclaré vendredi que l'intervention du Royaume-Uni en Irak, si elle est autorisée par le parlement britannique, prendrait des années.

 

Cela va être une mission qui ne va pas prendre des mois mais des années mais je pense que nous devons nous préparer pour cet engagement, a dit M. Cameron devant la Chambre des Communes qu'il a rappelé en session extraordinaire pour voter le ralliement à la coalition contre l'organisation de l'Etat islamique (EI).

 

Les caractéristiques de cette campagne seront la patience et la persévérance, a-t-il ajouté, martelant qu'il n'y aurait pas de troupes britanniques ou occidentales qui occuperaient l'Irak.

 

Je crois que nous devons faire plus en Syrie, a-t-il également appelé de ses voeux, alors que le parlement se prononce vendredi uniquement sur la possibilité de participer à des frappes aériennes en Irak.

 

Désavoué il y a 13 mois quand la chambre des Communes a mis son veto à des représailles militaires contre le régime syrien de Bachar al-Assad accusé d'avoir eu recours à des armes chimiques, David Cameron devrait cette fois-ci obtenir une majorité de voix lors d'un vote qui devrait intervenir en fin d'après-midi.

 

Les frappes des six tornados britanniques déployés dans la région pourraient intervenir dès vendredi soir.

 

Vendredi matin, les Etats-Unis et leurs alliés arabes ont lancé de nouvelles frappes aériennes contre les jihadistes de l'EI en Syrie, notamment contre des installations pétrolières sous contrôle du groupe, selon une ONG syrienne.

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2014 5 26 /09 /septembre /2014 11:30
Eagles Return

 

9/25/2014 Strategy Page

 

Two U.S. Air Force F-15E Strike Eagle aircraft fly over northern Iraq Sept. 23, 2014, after conducting airstrikes in Syria. The aircraft were part of a large coalition strike package that was the first to strike Islamic State of Iraq and the Levant (ISIL) targets in Syria. President Barack Obama authorized humanitarian aid deliveries to Iraq as well as targeted airstrikes to protect U.S. personnel from extremists known as ISIL. U.S. Central Command directed the operations. (DoD photo by Senior Airman Matthew Bruch, U.S. Air Force)

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories