Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 septembre 2014 5 26 /09 /septembre /2014 11:30
L'engagement allemand auprès des Kurdes vire au fiasco

 

25/09/2014 Par David Philippot – LeFigaro.fr

 

La visite jeudi de la ministre allemande de la Défense, Ursula Von der Leyen, à Erbil, a accompagné la première livraison d'armes aux combattants kurdes. Une opération qui a connu plusieurs retards et ratés.

 

Pas moins de 25 jours après la décision du gouvernement allemand d'envoyer de l'armement léger aux forces kurdes s'est posé au Kurdistan irakien le premier Mc Donnell KC-130 chargé de 50 bazookas avec munitions, 520 fusils d'assaut G3 et 20 mitrailleuses. Un premier décollage a retardement puisque l'avion, 40 ans d'âge, a dû attendre une pièce de rechange avant de pouvoir s'envoler de Leipzig.

Il n'était surtout pas planifié que les armes arrivent au Kurdistan, avant les formateurs à leur maniement. Cela fait maintenant une semaine que six parachutistes ont quitté la base de l'OTAN de Hohn dans le Nord de l'Allemagne. Leur trajet s'est arrêté à mi-parcours à Burgas (Bulgarie), sur les bords de la Mer Noire, où ils rongent leur frein. Leur avion de transport Transall est tombé en panne, tout comme l'avion de secours venu à la rescousse.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 19:30
Les jihadistes visés au portefeuille par les frappes sur les raffineries

Photos released by the Pentagon show the Gbiebe Modular Oil Refinery in eastern Syria before (left) and after air strikes 25 Sept 2014

 

25 septembre 2014 Romandie.com (AFP)

 

Beyrouth - En ciblant 12 raffineries contrôlées par le groupe Etat islamique (EI), la coalition conduite par les Etats-Unis a voulu frapper les jihadistes au portefeuille, qui est le nerf de la guerre.

 

Quelle quantité de pétrole produit l'EI?

 

L'EI produit plus de pétrole que le gouvernement syrien. Le ministère syrien du Pétrole estime que les jihadistes extraient 80.000 b/j tandis que la production gouvernementale s'est effondrée à 17.000 b/j.

 

Cependant, selon Valérie Marcel, chercheuse associée à l'institut Chatham House de Londres, l'EI produit seulement 50.000 b/j en Irak et en Syrie.

 

Depuis juillet, l'EI contrôle la majorité de la province pétrolifère de Deir Ezzor, où se situe Al-Omar, ainsi que l'essentiel des champs pétroliers de la région, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

 

Des experts estiment que l'EI contrôle sept champs pétroliers et deux raffineries dans le nord de l'Irak et six des dix champs en Syrie.

 

Frappé par les sanctions occidentales depuis 2011 et la perte de ses champs pétroliers, le régime de Damas est obligé d'importer son pétrole, notamment d'Irak et d'Iran.

 

Quelles sont les raffineries visées'

 

Les 12 raffineries visées par les raids sont artisanales car les deux principales de Syrie se trouvent dans des zones contrôlées par le régime, à Homs (centre) et Banias (ouest). Fin 2013, leurs capacités s'élevaient à 240.000 b/j.

 

Pour Valérie Marcel, il y a une multitude de raffineries qui produisent entre 5 et 50 b/j.

 

L'armée américaine a précisé que les raffineries visées produisaient entre 300 et 500 barils de pétrole par jour, qui rapportent environ 2 millions de dollars quotidiens aux jihadistes.

 

Mais, selon le militant Leith al-Deiri, de Deir Ezzor, l'extraction dans les champs pétroliers a quasiment cessé depuis le début des frappes de la coalition.

 

Un autre militant, Rayan al-Fourati, ayant récemment fui Deir Ezzor, indique que les jihadistes maintiennent en activité les champs pétroliers et gaziers, les centrales électriques et les barrages qu'ils contrôlent en versant un supplément de salaire aux employés de ces infrastructures, qui continuent également à recevoir de l'argent du gouvernement syrien.

 

Un certain nombre d'employés sont restés à leur poste après avoir reçu des garanties qu'on ne leur ferait pas de mal. L'EI a également fait venir des ingénieurs libyens.

 

Combien cela rapporte-t-il à l'EI?

 

Il est difficile de l'évaluer en l'absence d'informations sur le prix auquel l'EI vend le baril, mais celui-ci est certainement inférieur au prix du marché qui tourne autour de 100 dollars.

 

Une porte-parole du ministère syrien du Pétrole a affirmé qu'une partie de la production était utilisée localement et une autre vendue à l'extérieur.

 

Le principal client, selon elle, est la Turquie, qui l'achète par des intermédiaires. Le gouvernement syrien a récemment mis en place une commission pour poursuivre en justice les acheteurs de ce pétrole.

 

Les tarifs varient entre 20 et 55 dollars par baril et les revenus se situent entre 1 et 3 millions de dollars par jour, selon Valérie Marcel, en précisant que le carburant est transporté par camion citerne vers les clients ce qui augmente son prix.

 

Le roi Abdallah II de Jordanie a récemment affirmé que les jihadistes de l'EI pouvaient produire en un an jusqu'à un milliard de dollars de produits pétroliers dérivés, ce qui signifie qu'ils pourront payer beaucoup de combattants étrangers et acheter des armes.

 

Fin juillet, les 15 pays siégeant au Conseil de sécurité avaient lancé une mise en garde en prévenant que tout achat de pétrole auprès de groupes comme l'EI ou le Front Al-Nosra, branche syrienne d'Al-Qaïda, pourrait entraîner des sanctions.

 

De tels engagements constituent un soutien financier aux terroristes et pourraient se traduire par de nouvelles sanctions, a prévenu le Conseil de sécurité.

 

source BBC Middle-East

source BBC Middle-East

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 19:30
Opération Chammal : deuxième frappe française en Irak

 

 

25/09/2014 Sources : EMA

 

Ce matin, au cours d’une nouvelle mission d’appui aérien effectuée au profit des forces armées irakiennes, deux Rafalefrançais ont détruit quatre hangars contenant du matériel militaires utilisés par Daech, dans la région ouest de Bagdad, à proximité de Falloujah.

 

Au cours d’une mission de reconnaissance armée, des cibles d’opportunité ont été transmises en vol aux équipages par le CAOC(1). Elles ont été identifiées par les pilotes des Rafalepuis détruites par quatre bombes guidées laser GBU 12. Les chasseurs français, équipés de pod de désignation Damocles, ont porté leurs frappes entre 9h50 et 10h22.

 

Au cours de ce vol d’environ sept heures, les deux Rafale ont été ravitaillés à quatre reprises par l’avion ravitailleur C135-FR de l’armée de l’air et un ravitailleur de l’US Air Force.

 

L’avion de patrouille maritime Atlantique 2 a procédé au Battle Damage Assesment(2) au cours d’un vol ISR(3) d’une dizaine d’heures, coordonné avec celui des Rafale. Les images prises ont été transmises immédiatement à l’état-major de l’amiral commandant la zone océan Indien (ALINDIEN) ainsi qu’au centre de planification et de conduite des opérations situé à Paris pour y être analysées.

 

Conformément à la volonté du Président de la République, les missions d’appui aérien se poursuivront pour soutenir les armées irakiennes dans leur lutte contre Daech. Ces missions seront à nouveau effectuées en coordination étroite avec les autorités irakiennes ainsi qu’avec nos alliés présents sur le théâtre.

 

1 Coordination air operation center

2 Evaluation des frappes

3 Intelligence, surveillance and reconnaissance

Opération Chammal : deuxième frappe française en IrakOpération Chammal : deuxième frappe française en Irak
Opération Chammal : deuxième frappe française en Irak
Opération Chammal : deuxième frappe française en IrakOpération Chammal : deuxième frappe française en Irak
Partager cet article
Repost0
25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 15:30
Erster Flug mit Waffen und Ausrüstung in den Nordirak

 

25 sept. 2014 Quelle: Redaktion der Bundeswehr 9/2014 14E28101

 

Am Donnerstagmorgen startete vom Flughafen Leipzig/Halle aus der erste Flug mit Militärgütern in den Nordirak. Die Bundeswehr unterstützt damit die Peschmerga im Kampf gegen die Terrorgruppe ISIS. 600 Tonnen Waffen und Ausrüstungsgegenstände werden bis Anfang Oktober geliefert.

 

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 10:30
Le budget de Daesh s'élève à un million de dollars par jour

 

25.09.2014 Romandie.com (ats)

 

Les Etats-Unis ont intensifié leurs frappes mercredi en Syrie, visant des raffineries contrôlées par le groupe Etat islamique (EI), au moment où le président Barack Obama appelait à l'ONU le monde à "s'unir" face à la menace jihadiste. L'opposition syrienne va elle recevoir 90 millions de dollars supplémentaires.

Mercredi soir, les Etats-Unis, l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis ont frappé 12 raffineries contrôlées par l'EI dans l'est de la Syrie, a annoncé le Pentagone. C'est la première fois que cette coalition réunie contre l'EI s'en prend à des installations pétrolières dans le but d'assécher la source principale de financement des jihadistes, qui vendent le pétrole en contrebande à des intermédiaires des pays voisins.

Le Pentagone a précisé que l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis avaient participé à ces frappes menées par des avions de combats et des drones aux alentours de Mayadine, de Hassaké et d'Abou Kamal, des communes de l'est de la Syrie. La Grande-Bretagne doit aussi participer, a estimé jeudi le Premier ministre David Cameron, et le Parlement va être appelé à se prononcer sur la question.

Un total de 13 frappes ont été menées contre une douzaine de raffineries pétrolières modulaires contrôlées par les combattants de l'EI, a dit le commandement central américain. Une quatorzième frappe a de son côté détruit un véhicule appartenant aux djihadistes.

 

Un million par jour

Rien ne permet pour l'instant d'établir avec certitude la quantité de pétrole vendue par l'EI. Selon Adam Sieminski, directeur de l'Agence d'information sur l'énergie (AIE), l'EI produit moins de 100'000 barils de brut par jour.

Nicholas Rasmussen, directeur adjoint du Centre national du contre-terrorisme, a déclaré en septembre devant le Congrès américain que les revenus de l'EI s'élevaient à environ un million de dollars par jour, alimentés par la vente de pétrole sur le marché noir, la contrebande, les pillages et les rançons versées en contrepartie de la libération d'otages.

 

Aide à l'opposition

Et le groupe des "amis de la Syrie", composé majoritairement de pays occidentaux et arabes, s'est engagé à fournir plus de 90 millions de dollars (84 millions de francs) d'aide à l'opposition syrienne. Elle se composera d'équipements non létaux et d'aide humanitaire.

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 09:50
GB: Cameron rappelle le Parlement en vue de s'associer aux frappes aériennes en Irak

 

24 septembre 2014 Romandie.com(AFP)

 

Londres - Le Premier ministre britannique David Cameron a annoncé mercredi sur son compte Twitter avoir obtenu le rappel du parlement vendredi, afin de débattre de la demande d'aide irakienne de frappes aériennes contre les djihadistes de l'Etat Islamique.

 

J'ai demandé que le parlement soit rappelé pour débattre de la réponse britannique à la demande du gouvernement irakien de soutien contre le groupe Etat islamique, a-t-il twitté, après avoir rencontré son homologue irakien Haidar Al-Abadi, en marge de l'Assemblée générale des Nations Unies à New York.

 

Le Speaker (président de la chambre des Communes) a accepté ma demande de rappeler le parlement vendredi, a déclaré le Premier ministre dans un second message sur son compte officiel Twitter.

 

La Chambre des Communes se réunira vendredi pour un débat sur une motion de fond, a précisé un porte-parole de Downing Street, les services du Premier ministre.

 

Le Premier ministre ouvrira les débats et le Vice-Premier ministre (Nick Clegg: NDLR) les conclura, a-t-il également précisé, ajoutant que David Cameron présidera une réunion du cabinet ministériel jeudi à 13H00 (12H00 GMT).

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 09:30
Le Conseil de sécurité lance la chasse aux jihadistes étrangers

 

24 septembre 2014 Romandie.com (AFP)

 

Nations unies (Etats-Unis) - Un Conseil de sécurité extraordinaire présidé par Barack Obama a adopté mercredi une résolution contraignante pour endiguer le flot des jihadistes étrangers en Syrie et Irak et contrer la menace qu'ils représentent pour leurs pays d'origine.

 

Ce texte adopté à l'unanimité impose aux Etats, sous peine de sanctions, d'empêcher leurs citoyens de s'enrôler dans des organisations extrémistes comme l'Etat islamique (EI).

 

Cette rare réunion au sommet était présidée par le président américain Barack Obama et rassemblait 27 autres chefs d'Etat et de gouvernement, dont le président français François Hollande et le Premier ministre britannique David Cameron.

 

La Russie et la Chine se sont ralliées à la résolution mais n'étaient représentées que par leurs ministres des Affaires étrangères.

 

En ouvrant la séance, M. Obama a exprimé sa solidarité avec la France après la décapitation d'un otage français enlevé par un groupe jihadiste lié à l'EI. Nous sommes avec vous et avec le peuple français alors que vous faites face à une terrible perte et que vous vous êtes dressés contre la terreur pour défendre la liberté, a-t-il déclaré, s'adressant à François Hollande.

 

La Conseil a aussi adopté une déclaration pour condamner fermement le meurtre lâche et haineux de Hervé Gourdel.

 

M. Obama a souligné que quelque 15.000 combattants étrangers venus de plus de 80 pays avaient rejoint ces dernières années les organisations extrémistes en Irak et en Syrie.

 

Une résolution ne suffira pas, a-t-il affirmé, il faut que les paroles prononcées ici soient suivies d'actions concrètes pendant les années à venir.

 

Pour M. Hollande, cette résolution est un message de fermeté et d'unité de la communauté internationale toute entière. La réponse (à l'EI) est militaire mais aussi économique ou humanitaire, a-t-il estimé en soulignant la nécessité d'assécher les sources de financement du terrorisme.

 

David Cameron a rappelé que 500 Britanniques figuraient parmi les jihadistes étrangers et que le combattant de l'EI qui avait décapité devant la caméra deux journalistes américains parlait avec un accent anglais. Il faut certes renforcer les contrôles, a-t-il dit, mais aussi combattre ceux qui prêchent la violence et répandent l'idéologie toxique de l'extrémisme.

 

Plusieurs chefs d'Etat africains comme le Tchadien Idriss Déby, le Nigérian Goodluck Jonathan ou le Rwandais Paul Kagame ont mis l'accent sur les groupes extrémistes opérant en Afrique et qui recrutent eux aussi des étrangers comme Boko Haram, Al-Qaïda au Maghreb islamique ou les shebab somaliens.

 

La résolution concerne tous les combattants terroristes étrangers même si elle vise surtout l'EI.

 

Elle avait été proposée par les Etats-Unis qui s'efforcent depuis des semaines de rassembler une coalition internationale contre l'EI. Washington mène depuis le 8 août des frappes aériennes en Irak, puis depuis mardi à l'aube en Syrie contre les positions de l'EI avec l'aide de cinq alliés arabes.

 

Aux termes de la résolution, les gouvernements seront tenus de prévenir et empêcher le recrutement et les déplacements d'individus qui tentent de se rendre à l'étranger dans le but de planifier ou de participer à des actions terroristes ou d'y recevoir un entraînement.

 

Le texte est placé sous le chapitre 7 de la charte des Nations unies qui prévoit des sanctions en cas de non-respect du texte.

 

Elle demande que tous les Etats membres s'assurent que leurs lois et règles nationales instaurent de lourdes sanctions pénales à l'encontre des jihadistes étrangers et des responsables de leur recrutement et de leur financement.

 

Les Etats devront aussi empêcher l'entrée ou le transit sur leur territoire de ces combattants étrangers, une disposition qui concerne notamment la Turquie, point de passage vers la Syrie.

 

Plusieurs pays européens, dont la France et le Royaume-Uni, ont déjà pris ou annoncé des mesures dans ce domaine. Ils craignent de voir les jihadistes, une fois aguerris, revenir sur leur territoire pour organiser des attentats.

 

Le Premier ministre turc Recep Teyyip Erdogan a affirmé que la détermination de la Turquie dans ce domaine ne saurait être mise en doute. Il a souligné que son pays, régulièrement accusé de complaisance envers les jihadistes qui transitent sur son territoire, avait expulsé plus de 1.000 combattants étrangers de 75 pays depuis le début du conflit syrien en 2011.

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 07:56
Opération Chammal : nouvelles missions d’appui aérien en Irak

 

24/09/2014 Sources : Etat-major des armées

 

Après un vol de reconnaissance et d’appui effectué le mardi 23 septembre par deux Rafale français, deux nouvelles missions de renseignement ont été réalisées dans le ciel irakien ce mercredi 24 septembre.

 

Soutenus par des avions ravitailleurs français et américains, les chasseurs français ont réalisé ces missions par binômes : une patrouille de Rafale équipés de pod RECO NG a effectué une mission de renseignement dans la profondeur dans la région de Mossoul alors que deux autres avions de chasse, équipés de pod Damoclès, ont conduit une mission de dynamic targeting au Nord de Bagdad. Lors de ce type de mission, il s’agit pour les équipages d’acquérir du renseignement au plus près des zones des combats, tout en se tenant prêts à assurer des frappes en cas d'identification de cibles d'opportunité au sol.

 

Lors de ces missions qui ont chacune duré 7 heures, dont 3 heures passées sur zone, les Rafale étaient en contact permanent avec le centre opérationnel aérien américain d'Al Udeid (CAOC*) au Qatar. Ce centre où des officiers français ont été insérés, est chargé de la coordination des moyens engagés dans la zone.

 

Ces missions visent à assurer un soutien aérien aux forces armées irakiennes dans leur lutte contre le groupe terroriste Daech, conformément à la décision du Président de la République de répondre à la demande des autorités irakiennes.

 

*Coordination Air Operation Center (CAOC)

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2014 3 24 /09 /septembre /2014 13:56
Irak: la France déterminée à poursuivre ses frappes contre l'EI

 

PARIS, 24 septembre - RIA Novosti

 

Les avions de combat français poursuivront, dans les jours qui viennent, leurs frappes contre le groupe Etat islamique (EI) en Irak, a annoncé le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian, cité par les médias locaux.

 

"Nous sommes dans la coalition, nous avons été appelés par les autorités irakiennes, en appui aérien à leurs actions militaires au sol menées par les forces irakiennes et du Kurdistan, et donc nous accomplirons notre devoir", a indiqué le ministre, ajoutant que "nous continuerons les frappes dans les jours qui viennent, bien évidemment."

 

Selon le ministre, les avions de combat français poursuivent leurs "missions de surveillance et d'identification" pour "repérer des cibles de nature à empêcher, enrayer, les forces de l'État islamique, et permettre aux forces au sol de reconquérir du terrain".

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2014 3 24 /09 /septembre /2014 13:50
Syrie/Irak: le nombre de djihadistes européens en hausse (responsable UE)

 

PARIS, 24 septembre - RIA Novosti

 

Le nombre de jihadistes européens partis combattre en Syrie et en Irak a progressé ces derniers mois pour atteindre 3.000 personnes, a annoncé le coordinateur de l'UE pour la lutte contre le terrorisme Gilles de Kerchove cité par les médias occidentaux.

 

Selon le responsable, cette augmentation serait due à l'avancée sur le terrain du groupe extrémiste Etat islamique (EI) et à la proclamation en juin d'un "califat" sur les territoires irakiens et syriens passés sous son contrôle.

 

Ces combattants arrivent pour la plupart de France, de Grande-Bretagne, d'Allemagne, de Belgique, des Pays-Bas, de Suède et du Danemark, mais aussi d'Espagne, d'Italie, d'Irlande et désormais d'Autriche, a fait savoir M.de Kerchove.

 

L'EI, appelé autrefois l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), sévissait au départ principalement en Syrie où il combattait les troupes gouvernementales, s'imposant comme l'une des organisations terroristes les plus cruelles. Il y a quelques mois, l'EI s'est soudainement activé en Irak, s'emparant d'importants territoires. Depuis le 8 août, l'armée américaine porte des frappes aériennes contre les positions des djihadistes de l'EI en Irak.

 

Mardi matin, les Etats-Unis ont lancé des raids contre les combattants de l'Etat islamique, du Front Al-Nosra et de Khorasan en Syrie depuis des navires déployés en mer Rouge et dans le nord du golfe Persique.

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 18:30
Opération Chammal : Nouvelle mission de reconnaissance en Irak

 

23/09/2014 Sources : EMA

 

 

Dans le cadre de l'opération Chammal une nouvelle mission d’ISR (Intelligence surveillance and Reconnaissance) a été effectuée lundi 22 septembre par les avions français au-dessus de l'Irak.

 

Cette mission a impliqué deux Rafale de l’armée de l’air équipés d'un système de reconnaissance de nouvelle génération POD Reco NG et un avion de patrouille maritime Atlantique 2 de la Marine nationale équipé de systèmes de recueil de renseignement d’origine électromagnétique et image.

 

Les Rafale français ont survolé la région de Mossoul durant près de trois heures grâce aux trois ravitaillements en vol assurés par un ravitailleur C135 français pour une durée de vol d’environ six heures. L’Atlantique 2 a quant à lui recueilli du renseignement dans la zone ouest de Bagdad au cours d’un vol de près de onze heures.

 

Ces moyens agissent de façon complémentaire dans le recueil du renseignement sur le groupe terroriste Daech, en étroite coordination avec les autorités irakiennes et nos alliés présents dans la région. Les missions françaises d’ISR ont débuté le 15 septembre dernier.

Opération Chammal : Nouvelle mission de reconnaissance en Irak
Opération Chammal : Nouvelle mission de reconnaissance en Irak
Partager cet article
Repost0
23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 18:30
Opération Chammal : Mission de ravitaillement technique par un A400M Atlas

 

23/09/2014 Sources : EMA

 

Le 21 septembre, un avion de transport A400 M Atlas de l’escadron de transport 1/61 « Touraine » de l’armée de l’air, a acheminé sans escale depuis sa base d’attache d’Orléans-Bricy, 10 tonnes de matériels techniques aéronautiques au profit des forces françaises engagées dans l’opération Chammal.

 

Le 13 septembre dernier, un renfort en capacités de renseignement ainsi qu’une quarantaine de militaires avaient déjà été acheminés par ce moyen.

 

La capacité d’emport et l’allonge stratégique de l’A400M Atlas répondent parfaitement aux besoins actuels des forces armées engagées en opérations extérieures en facilitant les flux logistiques tout en économisant les moyens engagés.

 

L’opération Chammal est réalisée sous le contrôle opérationnel du contre-amiral Beaussant, amiral commandant la zone Océan Indien (ALINDIEN) et vise à lutter contre le groupe terroriste Daech en Irak.

Opération Chammal : Mission de ravitaillement technique par un A400M Atlas
Opération Chammal : Mission de ravitaillement technique par un A400M Atlas
Opération Chammal : Mission de ravitaillement technique par un A400M Atlas
Partager cet article
Repost0
23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 07:30
Irak : mission de soutien aérien (actualisé)

 

23/09/2014 Sources : Etat-major des armées

 

 

Dans le cadre de l'opération Chammal, lancée vendredi 19 septembre par le Président de la République, une mission de reconnaissance a été conduite dimanche 21 septembre par les avions français au-dessus de l'Irak.

 

Deux avions Rafale équipés d'un pod de désignation Damoclès ont effectué hier matin une nouvelle mission de soutien aérien au profit des forces armées irakiennes.

 

Les avions français ont ainsi survolé la région de Bagdad durant près de quatre heures, grâce aux cinq ravitaillements en vol assurés par le ravitailleur C135 français ainsi qu'un KC-10 américain.

 

Ces missions visent à assurer un soutien aérien aux forces armées irakiennes dans leur lutte contre le groupe terroriste Daech, conformément à la décision du Président de la République de répondre à la demande des autorités irakiennes.

Irak : mission de soutien aérien (actualisé)
Irak : mission de soutien aérien (actualisé)
Irak : mission de soutien aérien (actualisé)
Partager cet article
Repost0
21 septembre 2014 7 21 /09 /septembre /2014 11:30
India’s Blind Spot on ISIS

 

September 21, 2014 By Kabir Taneja - TheDiplomat

 

So far, few Indians have joined the extremists, but gaps in New Delhi’s ability to track them are worrying.

 

The terrorist group Islamic State of Syria and the Levant (ISIS) or, as it likes to call itself, the “Islamic State,” has managed to attract Islamist fighters not just from the Middle East but all across the world.

According to data released by the International Centre for the Study of Radicalisation and Political Violence (ICSR), a London-based think tank, would-be jihadists from countries as far away as Australia and Norway have joined the ranks of the ISIS, which recently announced that the territory it controls, greater than the landmass of the United Kingdom, is now a “caliphate” led by the group’s elusive leader Abu Bakr al-Baghdadi.

According to ICSR, most of the overseas fighters populating the ranks of the ISIS have come from Tunisia (3,000 plus), Saudi Arabia (2,500 plus), and other regional Gulf members. However, the organization also notes that Western countries are also rapidly adding to the ISIS numbers, with France (around 700) and Britain (around 500) leading the pack. Even China has figured prominently, with more than 100 jihadists of Chinese origin thought to have fought with ISIS. According to latest estimates by America’s Central Intelligence Agency (CIA), the terror group may have up to 30,000 personnel under its command across Iraq, Syria, and possibly even beyond that.

 

Read full article

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2014 7 21 /09 /septembre /2014 08:30
Irak : nouvelle mission française d'appui aérien (20 sept)

 

20/09/2014 16:39 Sources : Etat-major des armées

 

Armés de bombes GBU 12, deux avions Rafale équipés de pod de désignation Damoclès et soutenus par un avion ravitailleur C135-FR ont effectué ce matin [20 sept] une nouvelle mission de soutien aérien en Irak, dans la région de Bagdad.

 

Ce vol s'inscrivait dans le cadre d'une mission dite de "dynamic targeting". Il s'agit pour les équipages de se tenir prêts à assurer des frappes en cas d'identification de cibles d'opportunité au sol.

 

En contact permanent avec le centre opérationnel aérien(1) américain d'Al Udeid, au Qatar, chargé de la coordination des moyens engagés sur zone, les avions français ont ainsi survolé le nord-ouest de Bagdad durant près de deux heures. Aucune frappe n'a été effectuée au cour de ce vol.

 

Ces missions, qu'elles soient orientées vers des cibles d'opportunité ou prédéfinies, visent à assurer un soutien aérien aux forces armées irakiennes dans leur lutte contre le groupe terroriste Daech.

 

Ces actions s’inscrivent dorénavant dans le cadre de l’opération Chammal, nom d’un vent de nord-ouest soufflant sur l’Irak et le golfe arabo-persique. 

 

(1) Coordination Air Operation Center (CAOC)

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 15:31
Irak : quatrième mission d’appui humanitaire au Kurdistan irakien

 

20/09/2014 Sources : Etat-major des armées

 

Le 20 septembre 2014, les armées ont participé à l’acheminement de près de 10 tonnes d’équipements de première nécessité au Kurdistan irakien, au nord de l’Irak.

 

Il s’agit de la quatrième opération de transport de fret humanitaire à destination de l’aéroport international d’Erbil. Trois rotations ont déjà été réalisées les 10, 13 et 21 août 2014. Avec cette nouvelle livraison effectuée par un Airbus A310 de l’escadron de transport 3/60 Esterel, ce sont quelque 70 tonnes d’aide humanitaire qui auront été livrées au Kurdistan irakien.

 

Parti le 19 septembre à 20h00 de l’aéroport de Roissy-Charles de Gaule, l’avion français a atterri à Erbil à 01h00 où il a déchargé son fret humanitaire principalement constitué de couvertures, de tentes et de kits « hygiène ». Cette cargaison a été prise en charge par les responsables du centre de crise du ministère des affaires étrangères en lien avec des autorités irakiennes et des organisations non-gouvernementales.

 

L’A310 a quitté Erbil vers 04h00 après avoir embarqué un peu plus de 135 réfugiés ayant fui l’offensive de Daech dans le nord de l’Irak. Ces réfugiés ont été accueillis à 09h00 à l’aéroport de Roissy-Charles de Gaule par monsieur Laurent Fabius, Ministre des affaires étrangères et du développement international (MINAEDI).

 

L’aide humanitaire livrée par les armées françaises à Erbil est l’un des volets du soutien que la France apporte à l’Irak. Les frappes effectuées hier en appui des forces armées irakiennes dans leur lutte contre Daech, constituent le volet militaire de ce soutien évoqué par le Président de la République le 15 septembre dernier lors de la conférence internationale qui s’est tenue à Paris à l’initiative de la France.

Irak : quatrième mission d’appui humanitaire au Kurdistan irakien
Irak : quatrième mission d’appui humanitaire au Kurdistan irakien
Irak : quatrième mission d’appui humanitaire au Kurdistan irakien
Irak : quatrième mission d’appui humanitaire au Kurdistan irakien
Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 12:58
Général Sainte-Claire Deville - photo La Voix du Nord

Général Sainte-Claire Deville - photo La Voix du Nord

 

20.09.2014 Par Olivier Berger, grand reporter à La Voix du Nord.

 

Le général de corps d'armée Arnaud Sainte-Claire Deville s'est adressé ce matin, au quartier Kléber à Lille, au personnel du commandement des forces terrestres, dont il a pris la tête le 1er août en remplacement du général Bertrand Clément-Bollée.

Il nous avait reçu plus tôt dans la semaine pour évoquer cette continuité dans l'action (il a été chef d'état-major du CFT de 2010 à 2012). Et comme ses prédécesseurs, il attend avec impatience les concrétisations budgétaires de la Loi de programmation militaire...

 

[...]

Opération Barkhane

« Par rapport à Serval, l’environnement reste le même avec de grandes étendues désertiques. On n’a donc pas fondamentalement changé la préparation opérationnelle spécifique avec sur place, deux GTIA de force conventionnelle, le fuseau est sur le Tchad et le fuseau ouest, essentiellement le Mali. Qui interagissent avec les forces spéciales.

Irak-Syrie

« Il y a un certain nombre de sommets. Nous sommes à l’écoute. On planifie, on réfléchit mais sans aller au-delà pour le moment. Nous ferons ce que nous dirons de faire nos autorités politiques. Des matériels ont été livrés mais il n’y a pas de formateurs des forces terrestres en Irak. Des gens des forces spéciales oui mais pas de forces terrestres… »

[...]

 

Lire l'interview

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 11:30
photo EMA

photo EMA

 

19.09.2014 Romandie.com (ats)

 

Les chasseurs français ont lancé vendredi leurs premiers raids contre des positions de l'Etat islamique (EI) en Irak. Ils renforcent ainsi les efforts déployés à l'échelle mondiale par les Etats-Unis pour lutter contre la menace grandissante posée par ces jihadistes.

 

Alors que la coalition d'une quarantaine de pays initiée par le président Barack Obama monte en puissance, son chef de la diplomatie John Kerry présidait dans la journée une réunion ministérielle du Conseil de sécurité de l'ONU. Son objectif: être "plus précis" dans les attributions de chacun dans la guerre contre l'EI.

 

La France est le premier pays à se joindre à la campagne aérienne américaine contre ce groupe responsable des pires exactions dans les régions conquises ces derniers mois en Irak et en Syrie.

 

Des avions Rafale ont mené "une première frappe contre un dépôt logistique de Daech (un des acronymes arabes de l'EI) dans le nord-est de l'Irak", a indiqué la présidence française. "L'objectif a été atteint et entièrement détruit", a-t-elle ajouté.

 

Satisfaction américaine

 

Le président François Hollande avait précisé jeudi que son pays n'enverrait pas de troupes au sol et n'interviendrait qu'en Irak. La France se démarque sur ce point des Etats-Unis, dont la stratégie prévoit aussi des raids aériens en Syrie contre l'EI.

 

La décision de la France de mener des frappes en Irak a été saluée par Washington. L'entente entre les deux alliés contraste fortement avec les fortes tensions créées, il y a une décennie, par l'opposition de Paris à la guerre en Irak lancée par George W. Bush.

 

En Syrie, l'EI a effectué une percée fulgurante dans le nord. Les jihadistes ont pris le contrôle de 60 villages kurdes en 48 heures, dont 40 vendredi, autour d'Aïn al-Arab (Kobané en langue kurde), a affirmé une ONG. Les combattants kurdes battent en retraite car le rapport de force leur est défavorable", a déclaré Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme. "Il y a 800 habitants de ces villages dont le sort est inconnu".

 

Fuite de Kurdes syriens

 

Face à la progression des jihadistes, quelque 5000 Kurdes syriens ont pris la fuite pour passer en Turquie, qui leur a ouvert ses portes vendredi. Ankara craint un nouvel afflux alors qu'au total, plus de 1,3 million de Syriens chassés par la guerre civile ont déjà trouvé refuge en territoire turc.

 

Ankara tente de convaincre Washington de créer une "zone tampon" en territoire syrien pour accueillir les civils déplacés. Le président du Kurdistan autonome irakien, Massoud Barzani, a de son côté demandé à la communauté internationale d'"utiliser tous les moyens" pour protéger la ville d'Aïn al-Arab.

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 10:30
Démonstration d'unité contre le groupe Etat islamique au Conseil de sécurité

Mr. Kerry (left) confers with Sheikh Abdullah Bin Zayed Al Nahyan (centre), Minister for Foreign Affairs of the United Arab Emirates (UAE), and Sameh Hassan Shokry Selim, Minister for Foreign Affairs of the Arab Republic of Egypt.  - UN Photo Eskinder Debebe

 

20 septembre 2014 Romandie.com (AFP)

 

Nations unies (Etats-Unis) - Le secrétaire d'Etat américain John Kerry est parvenu vendredi à mobiliser l'ONU contre le groupe Etat islamique (EI), le Conseil de sécurité adoptant une déclaration unanime appelant à soutenir le gouvernement irakien dans sa lutte contre les jihadistes extrémistes.

 

Le chef de la diplomatie américaine présidait cette réunion du Conseil de sécurité qui a réuni trente ministres ou vice-ministres.

 

A cette occasion, le Conseil a adopté une déclaration unanime appelant à renforcer et étendre le soutien au gouvernement irakien dans sa lutte contre l'EI et les groupes armés qui lui sont liés.

 

Le Conseil condamne fermement les attaques menées par des organisations terroristes, dont celle opérant sous le nom de +Etat islamique en Irak et au Levant+ (EIIL, autre nom de l'EI) en Irak, en Syrie et au Liban.

 

Cette offensive de grande ampleur représente une menace majeure pour la région, ajoutent les 15 Etats membres.

 

Plusieurs des quelque 40 pays qui font partie de la coalition mobilisée par Washington contre l'EI (France, Canada, Australie, Qatar, Jordanie, Allemagne, Emirats arabes unis, Turquie, Egypte) avaient envoyé leurs chefs de la diplomatie.

 

L'aide militaire, économique et financière à l'Irak doit continuer (à affluer) pour soutenir la contre-offensive irakienne contre l'EI, a affirmé devant le Conseil le ministre irakien des Affaires étrangères Ibrahim al-Jaafari. Combattre ces terroristes en Irak et les empêcher d'y répandre le mal est dans l'intérêt du monde dans son ensemble.

 

John Kerry s'est déclaré absolument convaincu qu'à travers une campagne mondiale nous pouvons vaincre la menace de l'EI. Le fait que tant de pays sont représentés ici démontre la nécessité pour nous tous de soutenir le nouveau gouvernement irakien et de mettre fin à la barbarie absolue que représente l'EI.

 

Enumérant les engagements pris par les membres de la coalition anti-EI, M. Kerry a souligné qu'il y a un rôle pour presque tous les pays, y compris l'Iran, notant que son homologue iranien Mohammad Javad Zarif participait à la réunion.

 

M. Zarif était inscrit sur la liste des orateurs mais c'est finalement son vice-ministre Abbas Araqchi qui a pris la parole. Il a affirmé que l'EI n'était ni islamique ni un Etat mais une organisation terroriste, mais a aussi attribué la montée en puissance de l'EI aux aventures militaires --allusion à la guerre en Irak-- et au soutien de certaines parties dans la région, en référence aux pays du Golfe. L'EI s'est transformé en monstre qui menace désormais ses créateurs.

 

Pour Téhéran, toute offensive contre les jihadistes doit respecter la légalité internationale et être menée en coopération avec les autorités nationales: Toute stratégie qui affaiblit ces autorités, y compris le gouvernement syrien, est vouée à l'échec, a lancé le vice-ministre.

 

Les égorgeurs de Daech doivent être combattus et battus, a déclaré le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius, utilisant l'acronyme arabe pour l'EI.

 

Rappelant que la France a pris ses responsabilités en commençant vendredi à bombarder des positions des jihadistes en Irak, il a évoqué l'opposition résolue de Paris à la guerre en Irak lancée par le président américain George W. Bush en 2003.

 

En 2003, agir contre l'Irak avait divisé ce Conseil, en 2014, dans un contexte très différent, agir pour l'Irak et contre les terroristes de Daech est un devoir pour nous tous, a insisté M. Fabius.

 

La France est le premier pays à se joindre à la campagne aérienne américaine contre ce groupe.

 

Le président américain Barack Obama doit présider mercredi une réunion au sommet du Conseil axé sur la menace que font peser les jihadistes étrangers. Le Conseil doit adopter une résolution imposant aux gouvernements de prendre des mesures pour empêcher leurs citoyens de s'enrôler dans des organisations extrémistes.

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 09:30
Irak : Premières frappes françaises (video)


20 sept. 2014 Crédit : Etat-major des armées / armée de l'Air

 

Le dépôt logistique de Daech ciblé par le raid aérien effectué ce matin (vendredi 19 septembre 2014) a été détruit.

 

Lire Irak : Premières frappes françaises (actualisé)


 

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 08:30
photo EMA - Armée de l'Air

photo EMA - Armée de l'Air

 

19/09/2014 LePoint.fr

 

Ne pouvant contrer la puissance américaine, les djihadistes vont se replier en ville pour mener des actions de guérilla et pousser la coalition à la faute.

 

Face à l'arsenal déployé par les États-Unis, les djihadistes du groupe État islamique (EI) vont se replier sur les zones urbaines et mener des actions de guérilla pour défendre leurs fiefs. Pour éviter d'être la cible de l'aviation américaine, cette organisation extrémiste, qui a proclamé un "califat" sur un territoire à cheval sur l'Irak et la Syrie aussi grand que le Royaume-Uni, va réduire sa mobilité dans les importantes régions désertiques où ses combattants et matériel sont facilement repérables. L'EI va "se mettre en position défensive en se dissimulant dans les zones urbaines d'où il peut combattre" en cas d'attaque, explique le général britannique à la retraite Ben Barry, expert militaire à l'Institut international d'études stratégiques (IISS).

 

Depuis ses succès en Irak, l'EI contrôle plusieurs villes importantes notamment Mossoul, Tikrit, Tell Afar dans le nord de l'Irak, Fallouja et partiellement Ramadi dans l'Ouest. En Syrie, il dirige d'une main de fer Raqa, son fief dans le Nord, la moitié de Deir Ezzor (Est) et de nombreuses localités de moindre importance.

 

"Se mêler à la population"

 

Autre raison de se déployer dans les villes : pousser les forces américaines ou irakiennes à la faute. "Elles infligeront des pertes parmi les civils en voulant frapper les djihadistes", note le général. "Et ces derniers utiliseront leurs outils de propagande pour monter les sunnites contre le gouvernement irakien (dirigé par les chiites, ndlr) et éroder la légitimité de la coalition internationale", prévoit-il.

 

Ce mouvement a déjà commencé, selon Ahmed al-Sherifi, un expert irakien en matière de sécurité. "Daesh (acronyme de l'EI) a commencé à retirer certains combattants, notamment les étrangers, pour les diriger vers la Syrie. Ils n'ont gardé que les Irakiens, car ils peuvent aisément se mêler à la population en cas d'attaque", dit-il. L'expert ajoute qu'à Mossoul, les djihadistes ont abandonné leurs centres de commandement installés après la conquête de la ville le 10 juin, pour des maisons privées dans des quartiers populeux où ils font profil bas.

 

Même tactique en Syrie après l'annonce du secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel que la campagne aérienne viserait en Syrie "les sanctuaires" de l'EI. À Deir Ezzor, un militant, Abou Ossama, a constaté qu'ils avaient vidé le principal dépôt d'armes de la région situé dans l'ancien siège du gouvernorat, et fermé à Mayadine, plus à l'est, la quasi-totalité de leurs positions. Même les champs pétroliers ont été désertés et les familles des combattants étrangers, qui vivaient dans des bâtiments résidentiels, ont été évacuées. "Ils disparaissent mais laissent des espions pour les informer", assure-il. Dans la province d'Alep (Nord), le groupe s'est retiré de ses sièges d'al-Bab, un de ses principaux fiefs dans cette région.

 

Retour à un modèle insurrectionnel

 

Pour Thomas Pierret, expert de l'islam en Syrie, "le seul cas où les bombardements lourds pourraient vraiment faire la différence, c'est sur les fronts où l'EI concentre des troupes comme à Marea, au nord d'Alep, tenu par les rebelles". "Si les Américains frappaient, l'EI n'aurait d'autre choix que de vider les lieux et de laisser avancer les rebelles", qui luttent à la fois contre l'EI et le régime de Bachar el-Assad.

 

Avec 35 000 hommes sur 215 000 km2, l'EI va devoir faire des choix. "L'EI possède des unités organisées, un commandement capable de diriger plusieurs opérations simultanément et la capacité d'utiliser des armes lourdes prises aux armées syrienne et irakienne", relève Christopher Harmer, un analyste de l'Institut pour l'étude de la guerre, un think-tank américain. "Comme les frappes américaines vont endommager les éléments visibles de la structure militaire de l'EI, cette organisation va revenir à un modèle insurrectionnel en se mêlant à la population civile, ce qui rendra plus difficile d'atteindre ses combattants", souligne-t-il.

 

"L'EI utilisera ses cellules dormantes, les tireurs embusqués, les voitures piégées ou les assassinats ciblés. Pour le moment, l'engagement américain ne représente pas une menace conséquente pour l'EI", assure Christopher Harmer. Richard Barret, spécialiste en contre-terrorisme, va dans le même sens : "L'EI ne peut pas contrer les raids américains et il va donc inverser son processus de développement. D'un mouvement clandestin terroriste, il avait progressé vers un 'État' et il va devoir redevenir ce qu'il était avant".

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 18:30
Waffenlieferung für den Irak

 

19 sept. 2014 Quelle: Redaktion der Bundeswehr 09/2014 14E27401

 

Hilfslieferung für die kurdischen Peschmerga im Irak: im Materiallager Waren / Müritz werden Waffen und Ausrüstung für den Transport in den Nordirak bereitgestellt. Insgesamt sollen mehr als sechshundert Tonnen Material auf den Weg gebracht werden. Die Lieferung umfasst Waffen, von Pistolen bis zu Panzerabwehrraketen sowie andere Ausrüstung z.B. Fahrzeuge und Feldküchen, Sanitätsausrüstung und Stromgeneratoren. Die Bundesregierung beschloss am 31. August 2014, den bedrohten Menschen im Nordirak auch Waffen und Munition zu liefern.

 

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 18:26
Irak : Premières frappes françaises (actualisé)

 

19/09/2014 Sources : Etat-major des armées

 

Le dépôt logistique de Daech ciblé par le raid aérien effectué ce matin (vendredi 19 septembre 2014) a été détruit.

 

Au cours de ce vol d’environ cinq heures, les deux Rafale ont été ravitaillés à trois reprises par l’avion ravitailleur C135-FR.

 

Les chasseurs français, équipés de pod de désignation Damoclès ont porté leurs frappes entre 09h40 et 09h58 avec quatre bombes guidées laser GBU 12.

 

L’avion de patrouille maritime Atlantique 2 a effectué une mission d’une dizaine d’heures, coordonnée avec celle des Rafale. Ses capteurs ont permis d’assurer le volet renseignement de la mission et d’effectuer un battle damage assesment (BDA)* transmis immédiatement au centre de planification et de conduite des opérations situé à Paris.

 

Durant cette mission, le volet personnel recovery, c’est-à-dire la capacité à secourir les pilotes en zone hostile, était assuré par des moyens militaires américains.

 

Conformément à la volonté du Président de la République, de nouvelles frappes se dérouleront dans les jours à venir pour soutenir les armées irakiennes dans leur lutte contre Daech. Ces frappes seront à nouveau effectuées en coordination étroite avec les autorités irakiennes ainsi qu’avec nos alliés présents sur le théâtre.

 

*Evaluation des frappes

Irak : Premières frappes françaises (actualisé)
Irak : Premières frappes françaises (actualisé)
Irak : Premières frappes françaises (actualisé)
Partager cet article
Repost0
19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 16:55
Atlantique 2 de la Marine Nationale - photo VDaufresne

Atlantique 2 de la Marine Nationale - photo VDaufresne

 

18/09/2014 Sources : Marine naionale

 

Déployé dans le golfe Arabo-Persique depuis le début du mois, un avion de patrouille maritime  Atlantique 2 (ATL2) de la flottille 23F est actuellement détaché à Al Dhafra. Il a conduit le 17 septembre une première mission de reconnaissance dans le ciel irakien, sous le contrôle opérationnel du contre-amiral Beaussant, amiral commandant la zone maritime océan Indien (ALINDIEN).

 

L’Atlantique 2 est un avion de combat aéro-maritime, datant des années 1990 pour sa version initiale. Cet avion se caractérise par une large interopérabilité avec les forces, les alliés ainsi que les autres administrations, et par sa grande polyvalence d’emploi qui en font un remarquable outil militaire, par ailleurs régulièrement engagé dans les missions d’action de l’Etat en mer. Vecteur de supériorité aéromaritime, redoutable chasseur de sous-marins comme de navires de surface, il peut également transposer son savoir-faire et ses capacités au-dessus de la terre, où il opère régulièrement en soutien des forces terrestres et des forces spéciales.

 

L’Atlantique 2 : un avion de combat aéro-maritime polyvalent

Ses missions principales :

    les opérations de sûreté, au profit de la Force Océanique Stratégique (FOST) pour la protection des SNLE, et au profit des forces aéronavales ;

    les opérations de combat aéromaritime, en particulier de lutte anti-sous-marine et anti-navire ;

    les opérations de sauvegarde maritime et de sûreté des approches maritimes nationales.

 

L’ATL2 est aussi amené régulièrement à s’adapter aux besoins opérationnels de l’Etat-Major des Armées, avec des appuis aux opérations terrestres et aéroterrestres, notamment en termes de :

    recueil de renseignements ;

    recherche de convois, de positions ennemies ;

    guidage d’avions et d’hélicoptères d’assaut ;

    frappe d’objectifs.

 

Afin de permettre à la Marine de continuer à tenir sa posture opérationnelle, le ministre de la Défense a signé en octobre 2013 un contrat de rénovation qui concernera 15 ATL2. Grâce à cette rénovation, ces avions vont bénéficier notamment d’améliorations importantes de leurs capacités de détection et de leurs systèmes acoustiques.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 16:30
photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

 

19/09/2014 Sources : EMA

 

Le 19 septembre, sur ordre du Président de la République, une opération militaire aérienne a été menée contre le groupe terroriste Daech. Cette opération avait pour objectif de détruire, par frappes aériennes, un dépôt logistique de Daech repéré dans la région de Mossoul par les missions de reconnaissance et de renseignement effectuées cette semaine.

 

Le dispositif était constitué :

    de deux avions de chasse Rafale de l’armée de l’air équipés de bombes air-sol guidées laser GBU 12 ;

    d’un avion de ravitaillement C-135 FR de l’armée de l’air ;

    d’un avion de patrouille maritime Atlantique 2 de la Marine nationale, chargé d’assurer le volet renseignement de cette mission et la première évaluation des frappes.

 

Commandé par le chef d’état-major des armées, le général Pierre de Villiers, et réalisé sous le contrôle opérationnel du contre-amiral Beaussant, amiral commandant la zone océan Indien (ALINDIEN), ce raid aérien a été conduit en coordination avec les autorités irakiennes et avec nos alliés présents dans la région.

photo EMA / Armée de l'Airphoto EMA / Armée de l'Air
photo EMA / Armée de l'Airphoto EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories