Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 août 2014 7 10 /08 /août /2014 19:00
US Confirms Fresh Airstrikes Against Militants Near Arbil

 

Aug. 10, 2014 – Defense news (AFP)

 

WASHINGTON — United States warplanes and drones pummeled Islamic State militants near Arbil in a fresh wave of airstrikes on Sunday, destroying armed trucks and a mortar position, the US military confirmed.

 

US Central Command (CENTCOM) said five strikes had been carried out from 0615 GMT, when aircraft struck and destroyed an armed vehicle firing on Kurdish forces outside Arbil in northern Iraq.

 

Shortly after the strike, US forces located another IS armed truck moving away from the area and destroyed it, CENTCOM said.

 

In a further attack at around 0740 GMT, US aircraft struck and destroyed an IS mortar position and damaged a nearby truck.

 

Two more IS armed vehicles were hit in additional strikes before all US aircraft exited the area safely, the military said.

 

The attacks mark the third day of airstrikes launched by the United States in an effort to halt the advance of Islamic militants who are threatening Arbil, the capital of the Iraqi Kurdish region.

 

President Barack Obama authorized the strikes on Thursday to help break the siege of Mount Sinjar, where thousands of civilian refugees from the Yazidi religious minority had been trapped.

 

A Yazidi lawmaker said Sunday at least 20,000 had managed to flee the siege with the help of Kurdish troops and cross into Kurdistan via Syria.

Partager cet article
Repost0
10 août 2014 7 10 /08 /août /2014 18:30
Irak: les Etats-Unis ont poursuivi leurs frappes aériennes dimanche

 

10 août 2014 Romandie.com (AFP)

 

Washington - Les forces américaines ont poursuivi dimanche leurs frappes aériennes dans le nord de l'Irak pour aider les forces kurdes et protéger les personnels américains, a annoncé le Pentagone.

 

Les forces militaires américaines ont continué à attaquer les terroristes de l'Etat islamique (EI) en Irak aujourd'hui, conduisant avec succès de multiples frappes aériennes, tant avec des avions qu'avec des drones, pour défendre les forces kurdes près d'Irbil, où des personnels et des citoyens américains sont stationnés, a précisé dans un communiqué le Central Command, qui gère la région Moyen-Orient.

 

Celui-ci a précisé que plusieurs camions armés et une position de mortier avaient notamment été détruits. Tous les appareils américains ont pu quitter les zones de combat sans dommages.

 

C'est la troisième journée consécutive durant laquelle les Etats-Unis mènent des frappes aériennes contre les jihadistes de l'EI.

 

La progression des jihadistes a jeté sur les routes des dizaines de milliers de personnes, en particulier des chrétiens et de nombreux membres de la minorité kurdophone des Yazidis.

 

Des vivres et du matériel à destination des milliers de citoyens menacés par les jihadistes sur le Mont Sinjar ont aussi été largués par avion.

 

Barack Obama n'avait avancé samedi aucun calendrier sur la durée des frappes aériennes américaines en Irak pour enrayer l'avancée des jihadistes, soulignant qu'il faudrait du temps pour que le gouvernement irakien soit en mesure de faire face lui-même à la menace.

Partager cet article
Repost0
10 août 2014 7 10 /08 /août /2014 17:54
Irak: 500 Kurdes yézidis assassinés par les islamistes

 

MOSCOU, 10 août – RIA Novosti

 

Au moins 500 Kurdes yézidis ont été assassinés par les islamistes de l'État islamique (EI) en Irak, rapporte les médias arabes se référant au ministre irakien des Droits de l'homme, Mohammad Chiaa al-Soudani. 

 

D'après la source, les autorités irakiennes ont retrouvé des charniers de victimes et elles disposent de preuves attestant que des femmes et des enfants ont été enterrés vivants. 

 

Les Yézidis sont des Kurdes non-musulmans. On rencontre les représentants de cette confession en Irak, en Turquie, mais aussi en Iran, en Syrie et dans la Caucase du Sud. Le Yézidime comporte des éléments du paganisme, d'anciennes croyances indo-iraniennes, du judaïsme, du christianisme et de l'islam. 

 

Il a plus tôt été annoncé que les islamistes de l'EI avaient menacé d'exécuter 300 Kurdes yézidis si ces derniers ne se convertissent pas à l'islam.

Partager cet article
Repost0
10 août 2014 7 10 /08 /août /2014 17:30
Déchargement Assistance humanitaire française à Irbil 10 Aug 2014

Déchargement Assistance humanitaire française à Irbil 10 Aug 2014

 

10/08/2014 Par LEXPRESS.fr

 

Le ministre des Affaires étrangères s'est rendu dimanche 10 août à Bagdad et a appelé à la "solidarité" vis-à-vis des populations irakiennes menacées par l'offensive djihadiste. Laurent Fabius a également précisé que la France ne prévoyait pas d'intervenir militairement dans le conflit.

 

Lire l’article

 

Partager cet article
Repost0
10 août 2014 7 10 /08 /août /2014 16:30
Naval Power Bolsters U.S. Airstrikes in Iraq

 

August 8, 2014 by Kris Osborn - defensetech.org

 

Navy assets deployed to the Persian Gulf are responsible for providing the advanced fire power and weaponry used in targeted U.S. military strikes August 8 against Islamic State of Iraq and the Levant artillery positions, Pentagon officials told Military​.com.

Two F/A-18 aircraft dropped 500-pound laser-guided bombs on a mobile artillery piece near Irbil, Pentagon spokesman Rear Adm. John Kirby said in a statement. ISIL was using this artillery to shell Kurdish forces defending Irbil where U.S. personnel are located, he said.

The fighter jets were launched from the aircraft carrier USS George H.W. Bush, which has been forward deployed in the region for months.


Read more

Partager cet article
Repost0
10 août 2014 7 10 /08 /août /2014 15:30
Irak: près de 20.000 déplacés parviennent à fuir les monts Sinjar

 

10 août 2014 Romandie.com (AFP)

 

Erbil (Irak) - Près de 20.000 Irakiens, réfugiés dans les monts Sinjar pour fuir les jihadistes dans le nord de l'Irak, ont pu s'échapper sains et saufs vers la Syrie avant de revenir en Irak escortés par les forces kurdes, ont indiqué des responsables dimanche.

 

Un responsable kurde au point de passage de Fishkabour, à la frontière, a indiqué que 30.000 personnes étaient arrivées de Syrie, après avoir fui les montagnes.

 

Les forces kurdes sont parvenues à faire passer en Syrie 30.000 Yazidis, en majorité des femmes et des enfants, puis à les faire revenir au Kurdistan irakien, a expliqué Shawkat Barbahari.

 

Des milliers d'habitants appartenant à la minorité kurdophone des Yazidis ont été chassés de chez eux lorsque les jihadistes de l'Etat islamique (EI) se sont emparé la semaine dernière de la ville de Sinjar, l'un de leurs bastions.

 

Ils sont depuis terrés, terrorisés, dans les montagnes, par des chaleurs extrêmes, sans vivres ni eau.

 

La plupart ont traversé hier (samedi) et aujourd'hui, l'opération continue; on ne sait vraiment pas combien sont encore coincés dans les montagnes, a ajouté M. Barbahari.

 

Selon la députée yazidie Vian Dakhil, de 20.000 à 30.000 réfugiés ont réussi à fuir et se trouvaient désormais dans la région autonome du Kurdistan irakien. Mais il en reste des milliers dans la montagne, a ajouté celle qui est devenue le visage de cette minorité après que l'image de ses larmes en plein milieu d'une session parlementaire ont fait le tour du monde.

 

Le passage n'est pas sûr à 100%, selon elle, il y a toujours un risque.

 

Signe de la difficulté à connaître le nombre exact de personnes ayant fui et combien d'entre elles se trouvent encore sur la soixantaine de kilomètres des monts Sinjar, un responsable du bureau de l'ONU pour la coordination des affaires humanitaires a pour sa part déclaré que de 15.000 à 20.000 réfugiés avaient pu fuir les monts Sinjar.

 

Les autorités locales nous ont informés qu'entre 15.000 et 20.000 personnes avaient fui et traversé la Syrie pour revenir en Irak, a affirmé David Swanson à l'AFP.

 

Il a souligné que l'ONU n'était pas directement impliquée dans l'exfiltration des déplacés, et qu'il ne pouvait confirmer ces chiffres. Mais, a-t-il ajouté, elle se tient prête à aider tous ceux qui seront passés dans la province de Dohouk, dans le Kurdistan.

 

Depuis vendredi, les Etats-Unis mènent des frappes aériennes contre des positions jihadistes, première implication directe depuis le départ de leurs troupes d'Irak il y a près de trois ans.

 

Ils livrent également des aides humanitaires aux déplacés sur les monts Sinjar, ainsi que la Grande-Bretagne et la France.

Partager cet article
Repost0
10 août 2014 7 10 /08 /août /2014 15:21
Déchargement Assistance humanitaire française à Irbil 10 Aug 2014 - photo MinDef FR

Déchargement Assistance humanitaire française à Irbil 10 Aug 2014 - photo MinDef FR

 

10-08-2014 à 14:16 par RFI

 

François Hollande l'avait annoncé ce samedi 9 août : la France va livrer d'importants matériels de premiers secours pour venir en aide aux populations déplacées en Irak. Chose dite, chose faite: ce dimanche, le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a été dépêché en Irak pour superviser en personne l'arrivée de cette aide promise par la France, mais aussi pour rencontrer des responsables irakiens et kurdes.

 

L'aide humanitaire française doit arriver dans le Nord de l'Irak. Selon Laurent Fabius il s'agit de plusieurs tonnes de secours d'urgence, notamment de médicaments. Sur son chemin vers Erbil, la capitale du Kurdistan irakien, le ministre français des Affaires étrangères a fait une courte halte à Bagdad pour s'entretenir avec son homologue Hussein Chahristani.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
10 août 2014 7 10 /08 /août /2014 11:30
Irak: à Bagdad, Fabius appelle à l'unité pour mener la bataille contre le terrorisme

 

10 août 2014 Romandie.com (AFP)

 

Bagdad - Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a appelé dimanche les Irakiens à former un gouvernement d'union pour mener la bataille contre le terrorisme, lors d'une visite à Bagdad.

 

Il faut que tous les Irakiens se sentent représentés et puissent ensemble mener la bataille contre le terrorisme, a-t-il déclaré après une brève rencontre avec le ministre irakien des Affaires étrangères par intérim, Hussein Chahristani, alors que l'Irak, qui fait face depuis deux mois à une offensive jihadiste, n'a toujours pas de gouvernement.

 

M. Fabius devait après Bagdad se rendre à Erbil, capital de la région autonome du Kurdistan, dans le nord de l'Irak pour notamment superviser la première livraison d'aide humanitaire française aux populations menacées par l'avancée des jihadistes de l'Etat islamique (EI) dans la région.

 

J'aurai l'occasion de superviser la livraison de plusieurs tonnes de médicaments, de secours d'urgence pour des populations de la région kurde et du nord et de rencontrer aussi des autorités locales et des minorités cruellement pourchassées par l'État islamique, a déclaré le ministre français.

 

Comme vous le savez, la France a demandé et obtenu une réunion spéciale du Conseil de sécurité des Nations unies sur ce sujet, j'ai moi-même saisi mes collègues de l'Union européenne pour que tous à la fois condamnent l'Etat islamique et en même temps montrent concrètement leur solidarité vis-a-vis des populations irakiennes, a-t-il ajouté.

 

Il a d'autre part appelé à un gouvernement d'union, à même selon lui de faire face au danger jihadiste.

 

(..) Il était normal diplomatiquement que dans ce voyage vers Erbil je fasse un arrêt même très rapide ici à Bagdad pour rencontrer les autorités, a-t-il expliqué. Je ne veux pas interférer avec le calendrier interne de l'Irak mais je voudrais juste dire cela, qui est de bon sens: dans cette période, l'Irak a particulièrement besoin d'un gouvernement d'unité, de large unité, car il faut que tous les Irakiens se sentent représentés et puissent ensemble mener la bataille contre le terrorisme.

 

Le mot d'ordre est donc la solidarité.

 

Plus de trois mois après les élections législatives du 30 avril, l'Irak n'est toujours pas doté d'un nouveau gouvernement, freiné par les divisions profondes au sein du Parlement.

 

La coalition chiite du Premier ministre sortant Nouri al-Maliki est arrivée en tête du scrutin, mais sans majorité claire, et les appels se sont multipliés depuis pour tenter de pousser le Premier ministre, vivement critiqué pour son autoritarisme et son choix de marginaliser les sunnites, à céder la place.

Partager cet article
Repost0
10 août 2014 7 10 /08 /août /2014 11:20
Valions' F/A-18 Launches from USS George H.W. Bush


9 août 2014 US Navy

 

ARABIAN GULF (Aug. 9, 2014) An F/A-18C Hornet assigned to the Valions of Strike Fighter Squadron (VFA) 15 launches off of the aircraft carrier USS George H.W. Bush (CVN 77). George H.W. Bush is supporting maritime security operations and theater security cooperation efforts in the U.S. 5th Fleet area of responsibility. U.S. Navy video by Mass Communication Specialist 3rd Class Travis Litke (Released)

Partager cet article
Repost0
10 août 2014 7 10 /08 /août /2014 10:30
Nouvelles frappes américaines dans le nord de l'Irak

 

10.08.2014 Romandie.com (ats)

 

L'aviation américaine a procédé pour la deuxième journée consécutive à des frappes contre des cibles de l'Etat islamique (EI) dans le nord de l'Irak, a annoncé l'armée américaine. Deux véhicules de transport de troupes appartenant aux djihadistes ont été détruits.

 

Dans un communiqué, le commandement central, qui supervise notamment le Moyen-Orient, relate que des chasseurs et des drones ont bombardé et détruit "deux véhicules de transport de troupes blindés". Ces derniers" tiraient sur des civils yazidis près de Sinjar".

 

Au total, quatre nouvelles frappes ont eu lieu au deuxième jour de l'intervention de l'aviation américaine contre les djihadistes sunnites qui menacent Erbil, la capitale du Kurdistan irakien, et traquent les minorités chrétiennes et yazidies.

 

Barack Obama a reconnu que les Etats-Unis avaient sous-estimé la menace des djihadistes et qu'il faudrait du temps pour en venir à bout. Le président américain a multiplié les interventions pour préciser les contours de sa stratégie, qui fait l'objet de critiques aux Etats-Unis.

 

"Contre l'Amérique"

 

Le sénateur républicain John McCain, battu par Obama lors de la présidentielle de 2008, a ainsi estimé que les frappes limitées ordonnées par le chef de l'Etat témoignaient d'une "incompréhension fondamentale" de la menace que pose l'EI.

 

"L'objectif affiché par le président est de sauver des vies américaines, pas de stopper l'EI, pas de modifier le rapport de force sur le champ de bataille (...). A l'évidence, le président n'a pas conscience du fait que la menace ne vise pas seulement des forces américaines présentes sur le terrain ni même l'Irak ou le Kurdistan. C'est une menace contre l'Amérique", a-t-il dit, cité par le "New York Times".

 

L'Etat islamique, a-t-il ajouté, "a aboli la frontière entre l'Irak et la Syrie", et pourtant, Barack Obama "n'a pas mentionné une seule fois la Syrie".

Partager cet article
Repost0
10 août 2014 7 10 /08 /août /2014 10:30
La Grande-Bretagne a largué de l'aide humanitaire dans le nord de l'Irak

 

10 août 2014 Romandie.com (AFP)

 

Londres - La Grande-Bretagne a commencé à larguer de l'aide humanitaire aux populations menacées par l'avancée des jihadistes de l'Etat islamique dans le nord de l'Irak dimanche, a déclaré un porte-parole du ministère britannique du développement international à l'AFP.

 

Parti du Royaume-Uni samedi soir, le premier des deux avions envoyés par l'armée britannique a parachuté de la nourriture et de l'eau à la minorité Yazidi bloquée dans les montagnes de Sinjar, le deuxième devant intervenir plus tard, a précisé la même source.

 

Un porte-parole du ministère britannique de la Défense a confirmé que le parachutage avait eu lieu durant la nuit de samedi à dimanche en Irak.

 

Les deux Hercules C130 sont partis de la base de la Royal Air Force à Brize Norton, au centre de l'Angleterre, avec à bord des vivres mais aussi des tentes, des filtres à eau et des lampes marchant à l'énergie solaire et pouvant également servir à recharger des téléphones portables.

 

On peut s'attendre à des opérations de parachutage en continu, coordonnées avec les Etats-Unis et potentiellement d'autres pays, avait souligné samedi le chef de la diplomatie britannique, Philipp Hammond, après avoir présidé une réunion de crise du gouvernement.

 

Mais nous regardons également de manière plus générale comment aider ces populations à descendre de la montagne et sortir d'une situation qui est totalement inacceptable, avait-il ajouté.

 

L'envoi des deux avions fait partie d'un plan d'aide de 8 millions de livres (10 millions d'euros) débloqué par le gouvernement britannique pour le nord de l'Irak.

 

Les Etats-Unis ont largué dimanche de nouvelles cargaisons de vivres -- l'équivalent de 52.000 repas -- et des conteneurs d'eau après avoir déjà mené des opérations similaires jeudi et vendredi.

 

La France a, elle, évoqué samedi soir des livraisons dans les prochaines heures d'équipements de premiers secours.

Partager cet article
Repost0
9 août 2014 6 09 /08 /août /2014 22:45
Irak: Washington, Londres et Paris volent au secours des minorités

 

09.08.2014 Romandie.com (ats)

 

Le président américain Barack Obama a promis de poursuivre les frappes aériennes pour aider les populations menacées par l'avancée jihadiste en Irak. Grande-Bretagne et France ont promis une aide humanitaire imminente, larguée par avion.

M. Obama a aussi déclaré avoir reçu le soutien du Premier ministre britannique David Cameron et du président français François Hollande, avec lesquels il s'est entretenu au téléphone samedi. Les deux pays européens vont s'impliquer dans l'envoi d'aide humanitaire aux réfugiés irakiens.

"Tous les deux ont exprimé leur soutien à nos actions et sont d'accord pour nous appuyer dans l'assistance humanitaire que nous offrons aux Irakiens qui souffrent le plus", a-t-il dit. "Une fois encore, l'Amérique est fière d'agir aux côtés de ses plus proches alliés et amis".

 

Aide imminente

 

La Grande-Bretagne va larguer de manière "imminente" de l'aide humanitaire dans le nord de l'Irak, a annoncé le ministre des Affaires étrangères Philipp Hammond samedi après-midi. Deux avions de la Royal Air Force ont quitté le Royaume-Uni tôt samedi pour parachuter de la nourriture, de l'eau et des tentes à la minorité Yazidi bloquée dans les montagnes arides de Sinjar.

La France aussi va "procéder dans les prochaines heures à de premières livraisons d'équipements de premier secours" en Irak, a annoncé la présidence française.

La progression des jihadistes de l'Etat islamique (EI) a jeté sur les routes des dizaines de milliers de personnes, en particulier des chrétiens et de nombreux membres de la minorité kurdophone des Yazidis.

 

Pas en quelques semaines

 

Vendredi, les Etats-Unis ont mené leurs premières frappes en Irak, près de trois ans après leur départ du pays, pour enrayer l'avancée des jihadistes de l'Etat islamique (EI) qui menacent le Kurdistan et des milliers de civils après s'être emparés de vastes pans de territoire.

Les Etats-Unis entendent mener des frappes "très ciblées". Ils excluent d'envoyer des troupes au sol, mais leurs attaques pourraient "affaiblir des positions de l'EI et rendre plus facile une contre-offensive", estime John Drake, du groupe AKE.

"Je ne vais pas donner de calendrier précis" sur la durée des frappes, a prévenu M. Obama samedi. "Nous n'allons pas régler le problème en quelques semaines. Je pense que cela va prendre un certain temps".

Partager cet article
Repost0
9 août 2014 6 09 /08 /août /2014 18:30
U.S. Navy F/A-18 Super Hornet strikes in Iraq, Aug 8


9 août 2014 US Navy

 

ARABIAN GULF (Aug. 8, 2014) Two U.S. Navy F/A-18 Super Hornets assigned to Carrier Air Wing 8 embarked on USS George H. W. Bush (CVN 77) struck Islamic State of Iraq and the Levant targets near Erbil, Iraq. The F/A-18s dropped 500 pound laser-guided bombs against ISIL artillery targets. Bush is operating in the Arabian Gulf on a scheduled deployment to U.S. 5th Fleet. The president has authorized U.S. Central Command to conduct military operations in support of humanitarian aid deliveries and targeted airstrikes in Iraq to protect U.S. personnel and interests, in response to activities conducted by Islamic State in Iraq and the Levant (ISIL) terrorists.(U.S. Navy video/Released)

Partager cet article
Repost0
9 août 2014 6 09 /08 /août /2014 17:30
Sailors prepare weapons to upload onto an aircraft on the flight deck of the aircraft carrier USS George H.W. Bush (CVN 77)

Sailors prepare weapons to upload onto an aircraft on the flight deck of the aircraft carrier USS George H.W. Bush (CVN 77)

 

09 août 2014 Romandie.com (AFP)

 

Washington - Le président Barack Obama a souhaité samedi la poursuite des frappes aériennes américaines contre les jihadistes qui menacent le Kurdistan irakien si nécessaire, pour protéger les diplomates et conseillers militaires américains.

 

M. Obama a expliqué dans son allocution hebdomadaire avoir autorisé les frappes en Irak pour protéger les personnels américains en poste dans la ville d'Erbil, dans le nord de l'Irak. Si nécessaire c'est ce que nous continuerons de faire, a-t-il dit.

 

Deux chasseurs bombardiers ont frappé vendredi vers 13h45 (10h45 GMT) une pièce d'artillerie mobile de l'Etat islamique (EI) qui avait visé des forces kurdes à Erbil. Quelques heures plus tard, d'autres raids ont visé des terroristes puis un convoi et un mortier près d'Erbil.

 

Tout en assurant qu'il ne permettrait pas que les Etats-Unis soient à nouveau entraînés dans une guerre en Irak et qu'il n'était pas question d'envoyer des troupes américaines (...) en Irak, parce qu'il n'y a pas de solution militaire américaine à la crise là-bas, M. Obama a souligné qu'il ne fallait pas permettre à ces terroristes (les jihadistes) d'avoir un refuge permanent d'où ils pourront attaquer les Etats-Unis. Nous protégerons nos ressortissants, a-t-il ajouté.

 

Le président américain a par ailleurs confirmé qu'il avait autorisé un effort humanitaire pour venir en aide aux milliers de civils qui ont fui la ville de Sinjar à l'approche des jihadistes et sont réfugiés dans les montagnes.

 

Les milliers, peut-être des dizaines de milliers, d'hommes, femmes et enfants qui se sont enfuis vers la montagne sont menacés par la faim et la soif. La nourriture et l'eau que nous avons lancés vont les aider à survivre, a déclaré M. Obama.

 

Vendredi soir, le Pentagone avait annoncé que des vivres avaient été délivrés pour la seconde fois aux milliers de citoyens irakiens menacés à la fois par la famine et par les jihadistes sur le Mont Sinjar.

 

Parmi eux de nombreux Yazidis, kurdophones considérés par les extrémistes sunnites comme des adorateurs du diable.

 

J'ai également autorisé des frappes aériennes ciblées pour aider les forces irakiennes à rompre le siège et sauver ces familles, a-t-il ajouté.

 

Les Etats-Unis, a-t-il souligné, ne peuvent et ne doivent pas intervenir à chaque fois qu'il y a une crise dans le monde.

 

Mais quand il y a une situation comme celle de cette montagne, où d'innombrables innocents risquent de se faire massacrer, et que nous avons la capacité d'aider à l'empêcher, les Etats-Unis ne peuvent pas détourner le regard. Ce n'est pas ce que nous sommes. Nous sommes Américains. Nous agissons. Nous menons. Et c'est ce que nous allons faire sur cette montagne, a-t-il lancé.

Partager cet article
Repost0
9 août 2014 6 09 /08 /août /2014 17:30
Les forces irakiennes prêtes pour la contre-offensive après les frappes américaines

 

09 août 2014 Romandie.com (AFP)

 

Erbil (Irak) - Les forces irakiennes et kurdes s'apprêtaient samedi à lancer une contre-offensive pour reprendre aux jihadistes des territoires perdus dans le nord de l'Irak, profitant de la voie ouverte par les bombardements américains contre des positions de l'Etat islamique.

 

La décision du président Barack Obama d'ordonner des frappes aériennes en Irak, près de trois ans après le retrait américain du pays, pourrait marquer un tournant dans le conflit qui oppose depuis deux mois l'Etat irakien aux jihadistes en permettant aux Irakiens et aux Kurdes de se redéployer.

 

Les insurgés sunnites menés par l'Etat islamique (EI) qui se sont emparés depuis le 9 juin de vastes pans du territoire irakien, s'étaient jusqu'à présent tenus éloignés de la région autonome du Kurdistan.

 

Mais ce pacte tacite de non-agression a volé en éclat fin juillet, les jihadistes commençant à mettre en déroute les peshmergas, les forces kurdes.

 

Leur progression dans le nord du pays a jeté sur les routes des dizaines de milliers de personnes, dont de nombreux Yazidis, une communautés kurdophone considérée comme adoratrice de satan par les extrémistes sunnites, et des chrétiens.

 

- Renverser la situation -

 

Après les premiers bombardements américains, le temps est venu de contre-attaquer, a estimé vendredi Fouad Hussein, un haut responsable kurde, précisant que les peshmergas vont d'abord se regrouper, puis se redéployer dans les zones dont ils étaient partis, et enfin aider les réfugiés à rentrer chez eux.

 

Réputés pour leur efficacité et leur organisation, les peshmergas, qui se sont eux-mêmes emparés de zones abandonnées par l'armée, n'ont pu les protéger de l'avancée des jihadistes, sous la pression de difficultés financières et du poids que représente la sécurisation d'un territoire élargi de 40%.

 

Les jihadistes ne se trouvent désormais qu'à une quarantaine de km d'Erbil, la capitale du Kurdistan irakien.

 

Pour le ministre irakien des Affaires étrangères, Hoshyar Zebari, un Kurde qui boycotte depuis des semaines les réunions gouvernementales, l'absence d'aide militaire aux peshmergas a été une coûteuse erreur.

 

Mais les frappes américaines ont permis aux autorités fédérales et kurdes de faire front commun pour tenter de défaire l'EI, et maintenant, l'armée irakienne et les peshmergas se battent côte à côte, reconnaît-il.

 

Le chef de l'armée irakienne, Babaker Zebari, s'est lui aussi félicité vendredi que les officiers de l'armée irakienne, les peshmergas et des experts américains travaillent ensemble pour déterminer les cibles, évoquant également des frappes américaines dans la région de Sinjar, à l'ouest de Mossoul et des opérations prévues dans des villes irakiennes contrôlées par l'EI.

 

Selon un porte-parole de la Maison Blanche cependant, les Etats-Unis entendent mener des frappes très ciblées, et excluent d'envoyer des troupes au sol ou de s'engager dans un conflit militaire prolongé.

 

Si le flou règne sur la durée et l'étendue du soutien militaire américain, plusieurs analystes estiment qu'il pourrait quoi qu'il arrive renverser la situation.

 

Les frappes aérienne pourraient affaiblir des positions de l'EI, et rendre plus facile une contre-offensive, estime John Drake, du groupe AKE, ajoutant que des frappes ciblées pourraient anéantir des centres de commandement, et perturber ainsi la hiérarchie de l'EI.

 

- 'Ils risquent de mourir en masse' -

 

Parallèlement aux frappes militaires, le Pentagone a indiqué tard vendredi que des vivres avaient été délivrés pour la seconde fois aux milliers de citoyens irakiens menacés par les jihadistes sur le Mont Sinjar, où sont notamment réfugiés de nombreux Yazidis.

 

L'Australie a indiqué qu'elle envisageait de participer aux livraisons de vivres, tandis que la France s'est dite prête à prendre toute sa part dans l'aide aux populations civiles victimes des exactions intolérables de l'EI, et que le Royaume-Uni a annoncé des parachutages d'aide dans les prochaines 48 heures.

 

La prise par les combattants de l'EI dimanche de Sinjar, bastion des Yazidis, a poussé à la fuite jusqu'à 200.000 civils selon l'ONU. Nombre d'entre eux ont trouvé refuge dans les arides montagnes environnantes, et vivent depuis sous la double menace des jihadistes et de la famine.

 

Il nous reste un ou deux jours pour aider ces personnes. Après, ils vont commencer à mourir en masse, a dit à l'AFP Vian Dakhil, une députée Yazidie.

 

Selon Suzanna Tkalec, de l'International Rescue Committee, les Yazidis parvenus à passer en Syrie souffrent de déshydratation, d'insolation, et certains sont sérieusement traumatisés.

 

Outre les Yazidis, près de 100.000 chrétiens ont été chassés des plaines de la province de Ninive, à l'ouest de Mossoul, par les jihadistes. Jeudi, en quelques heures à peine, la ville de Qaraqosh, plus grande localité chrétienne d'Irak s'est vidée de tous ses habitants, selon le patriarche chaldéen Louis Sako.

 

Au Kurdistan, l'arrivée massive de réfugiés augmente la pression sur cette région déjà à court d'argent en raison d'un conflit avec Bagdad sur le partage des revenus pétroliers, et l'inquiétude monte face à la progression de l'EI.

Partager cet article
Repost0
9 août 2014 6 09 /08 /août /2014 09:20
Obama : « Nous ne laisserons pas les djihadistes créer un califat en Syrie et en Irak »

 

09.08.2014  Le Monde.fr (Reuters)

 

Barack Obama déclare ne pas exclure un usage élargi des frappes militaires en Irak pour aider à combattre les djihadistes de l'Etat islamique (EI) mais demande d'abord aux dirigeants politiques irakiens de trouver une manière de travailler ensemble, dans une interview au New York Times publiée vendredi 8 août.

Le président américain a autorisé jeudi l'armée américaine à procéder à des frappes « ciblées » contre les combattants de l'EI dans le nord de l'Irak, une opération limitée conçue pour prévenir, selon ses termes, un éventuel « génocide » de minorités religieuses et protéger les Américains qui travaillent dans le pays.

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
9 août 2014 6 09 /08 /août /2014 08:30
Nouveau largage de vivres dans le nord de l'Irak par les Etats-Unis

 

09.08.2014 Romandie.com (ats)

 

L'aviation américaine a procédé à un nouveau parachutage d'aide humanitaire à destination d'Irakiens sous la menace des djihadistes dans le nord de l'Irak, a annoncé le Pentagone. Comme la nuit précédente, de l'eau et des rations militaires ont été larguées dans les montagnes de Sinjar.

 

L'opération a impliqué trois avions de transport C-17 et C-130 ayant décollé de différentes bases. Ils ont été escortés par deux chasseurs F-18 du porte-avions USS George H.W. Bush qui croise dans le Golfe.

 

"A ce jour, en coordination avec le gouvernement irakien, l'aviation américaine a fourni 36'224 rations alimentaires et 6822 gallons d'eau potable (25'000 litres environ)", précise le Pentagone.

 

Des dizaines de milliers de yazidis se sont réfugiés dans les montagnes de Sinjar pour échapper aux islamistes. Cette région est le berceau ancestral des Yazidis, un culte monothéiste vieux de plusieurs millénaires dont les adeptes sont considérés comme des "adorateurs du diable" par les extrémistes sunnites de l'Etat islamique.

 

Un autre type de matériel a été livré aux peshmergas, les forces kurdes, à Erbil, capitale de la région autonome du Kurdistan irakien. Un avion de transport C-130 du gouvernement irakien y a acheminé des munitions pour des petits calibres. D'autres livraisons pourraient suivre pour répondre aux demandes des Kurdes, qui réclament notamment des mortiers et des fusils d'assaut AK-47.

 

Les Etats-Unis s'efforcent de faciliter de futures livraisons, a déclaré un responsable américain. L'administration Obama travaille en coopération avec le gouvernement irakien pour que ces équipements militaires soient livrés "aussi vite que possible", a ajouté ce responsable.

Partager cet article
Repost0
9 août 2014 6 09 /08 /août /2014 08:30
As Strikes Begin in Iraq, Many Options for Pentagon

Although considered less pinpoint than its fast-jet cousins, the A-10 could also play a role in what may be its last military campaign before the Air Force retires the plane. Proponents of the plane say its ability to get low to the ground could help prevent civilian casualties in a situation where the insurgent population may be mixing with non-combatants. (US Air Force)

 

Aug. 8, 2014 - By AARON MEHTA – Defense News

 

WASHINGTON — The US campaign against a militant group that has taken control of huge chunks of Iraq has begun. Despite the near-total withdrawal of US ground troops from the country in the past five years, the Pentagon has many options for more airstrikes — and many options on deployment, given the air dominance US forces will have.

 

On Friday morning, Pentagon officials said a pair of F/A-18 Super Hornets had bombed artillery belonging to Islamic State in Iraq and the Levant (ISL). This was the first US strike against the group, and few expect it to be the last.

 

“We’re talking a very, very permissive operating environment, at least in the air,” said Mark Gunzinger, a former DoD official and now an analyst with the Center for Strategic and Budgetary Assessments in Washington. “We have to be concerned about low-altitude MANPADs, but it’s pretty permissive, so that does open up how they might posture forces in an actual concept of operations.”

 

The US Air Force has a variety of assets in the region, Lt. Col. Tadd Sholtis, a spokesman for US Air Forces Central Command (AFCENT), said in a statement provided by the Air Force Press Desk. That statement reflects standing information about AFCENT forces and was not newly drafted.

 

AFCENT has a wide area of responsibility, and can draw on any of its fighters (A-10, F-15E, F-16, F-22), bombers (B-1), surveillance craft (E-3, E-8, RC-135), support vehicles (C-17, C-130, KC-10, KC-135) and unmanned systems (MQ-1, MQ-9, RQ-4.)

 

“That steady-state force includes approximately 90 US Air Force fighters, bombers or other strike aircraft based in the AOR, including MQ-9 Reaper UAVs that can be more heavily armed,” Sholtis said in a statement. “There are approximately 190 other aircraft in that steady-state force supporting ISR (including MQ-1 Predator UAVs), command-and-control, tanker or airlift missions throughout the AOR.”

 

It is entirely possible that a sustained campaign would be launched from outside Iraq, relying on long-distance capabilities, Gunzinger noted.

 

“Since we don’t have a large footprint in country and we don’t have a lot of combat aircraft in country I think anything more than small strikes and raids, if it’s a more concerted effort, will rely heavily on longer-range capabilities,” he said. “This could be a very different kind of an air campaign than we’ve done in the past, depending on the size and duration.”

 

The mission in Iraq is now threefold. The first is gathering intelligence on the situation, which the US has been doing for some weeks now.

 

Speaking July 29, Gen. Mike Hostage, the head of Air Combat Command, said he has been using a mix of manned and unmanned systems for intelligence, surveillance and reconnaissance (ISR) missions in Iraq.

 

“It’s what we call nontraditional ISR,” Gen. Mike Hostage, the head of US Air Force Air Combat Command, said. “We’re using fighter aircraft that have ISR capacities, like targeting pods, and things that give us a lot of awareness on what’s going on, on the ground.”

 

Hostage did not elaborate on what fighters were doing what, but the F_15, F-16, F-22 and A-10 all have ISR capabilities in one form or another.

 

The second part of the mission is delivering supplies to Iraqi and Kurdish forces trying to fight back against the Islamic States.

 

A senior defense official told reporters that the first humanitarian drop came Thursday evening over Kurdish territory in northern Iraq. That included two C-130 and one C-17 cargo planes, which were escorted by two F/A-18 Super Hornets, the official said.

 

 

The third arm of the operation, and the one most likely to gather the headlines, is the air strike component.

 

The F-15E, F-16, F-22 and F/A-18 all have precision weaponry that can be targeted to take out enemy equipment, while still traveling at high altitude and fast speeds to stay clear of enemy fire. Another option is the B-1 bomber, which has also been used for precision strike over the last 13 years in Iraq.

 

Although considered less pinpoint than its fast-jet cousins, the A-10 could also play a role in what may be its last military campaign before the Air Force retires the plane. Proponents of the plane say its ability to get low to the ground could help prevent civilian casualties in a situation where the insurgent population may be mixing with non-combatants.

 

The unmanned MQ-9 Reaper is also a likely contributor. Its cousin, the MQ-1 Predator, is another system that may see its last combat operations, as it is slowly being phased out of the service.

 

Unmanned systems have the added benefit of keeping US airmen out of danger.

 

“Should we lose one or two of those unmanned systems, you don’t have a need of [combat search and rescue] forces to go in and extract pilots,” Gunzinger noted.

 

During the Libyan campaign in March 2011, both B-1Bs and B-2 Spirit stealth bombers were sent on long-distance sorties to attack targets instead of being forward deployed.

 

Three B-2s from the 509th Bomb Wing, Whiteman Air Force Base, Mo., flew 25 hours nonstop from their home base to drop 45 2,000-pound Joint Direct Attack Munitions to destroy military aircraft and facilities at Ghardabiya, Libya.

 

Also, two B-1B Lancers from Ellsworth Air Force Base, S.D., left their home base to assist in enforcing the no-fly zone over Libya, returning three days later after hitting almost 100 targets in North Africa.

Partager cet article
Repost0
9 août 2014 6 09 /08 /août /2014 07:30
Super Hornets launch and return to USS George H.W. Bush (CVN 77)


8 août 2014 US Navy

 

ARABIAN Gulf (Aug. 8, 2014) F/A-18 Super Hornets are launched and recovered aboard the aircraft carrier USS George H.W. Bush (CVN 77) while underway in the Arabian Gulf. Bush is operating in the Arabian Gulf on a scheduled deployment to U.S. 5th Fleet. The president has authorized U.S. Central Command to conduct military operations in support of humanitarian aid deliveries and targeted airstrikes in Iraq to protect U.S. personnel and interests, in response to activities conducted by Islamic State in Iraq and the Levant (ISIL) terrorists. U.S. Navy video by Mass Communication Specialist Seaman David Lee. (RELEASED)

Partager cet article
Repost0
9 août 2014 6 09 /08 /août /2014 07:30
U.S. launches second wave of airstrikes in Iraq

Sailors make final inspections on an F/A-18C Hornet that participated in airstrikes on militants in Iraq. (MC2 Joshua Horton/Navy)

 

Aug. 8, 2014 - By Jim Michaels, Tom Vanden Brook and David Jackson USA TODAY

 

WASHINGTON — U.S. warplanes made a second wave of airstrikes Friday in northern Iraq against the militants who have besieged a religious group and threatened the city of Irbil, a Pentagon official said.

 

Rear Adm. John Kirby, spokesman for Defense Secretary Chuck Hagel, said the second wave of strikes used a drone to attack a mortar position while four FA-18 fighter-attack planes hit a seven-vehicle convoy outside Irbil.

 

In a statement, Kirby said "shortly after 10 a.m. EDT, remotely piloted aircraft struck a terrorist mortar position." When the military returned to the site, they were attacked again "and successfully eliminated."

 

At 11:20 a.m. EDT, the second wave struck the convoy and the mortar position, Kirby said. "The aircraft executed two planned passes. On both runs, each aircraft dropped one laser-guided bomb, making a total of eight bombs dropped on target, neutralizing the mortar and convoy."

 

The drones involved in the strike were Predators, armed with Hellfire missiles, according to a Pentagon official who spoke about the operation on condition of anonymity because officials were not authorized to speak publicly on those details.

 

Assessment of the effects of the bombs was clear cut, the official said, because pilots can see the specific targets and the effect of 500-pound bombs and Hellfire missiles is "immediate."

 

The aircraft from the first strikes came from the USS George H.W. Bush, an aircraft carrier operating in the Persian Gulf, according to a second Defense official who spoke on condition of anonymity to discuss sensitive military details.

 

President Obama said Thursday night that airstrikes would be used if the militants threatened Irbil, home to a U.S. consulate and a joint U.S.-Iraqi operations center.

 

"As the president made clear, the United States military will continue to take direct action against ISIL (Islamic State of Iraq and the Levant) when they threaten our personnel and facilities," Kirby said in a statement Friday morning.

 

Strikes could continue through the weekend. Humanitarian-aid drops will continue as well.

 

White House spokesman Josh Earnest said Friday afternoon he had "no operational update" on airstrikes in Iraq, but said Obama's plan is "very limited in scope."

 

Obama's objectives are "protection of American personnel in Iraq," Earnest said, and answering the "urgent humanitarian situation at Sinjar Mountain," where members of an Iraqi religious minority, the Yazidis, are seeking refuge.

 

Hundreds of Yazidi women have been taken captive by ISIL members, the spokesman for Iraq's human rights ministry said Friday. Kamil Amin said the women are below the age of 35 and some are being held in schools in Iraq's second-largest city, Mosul. He said the ministry learned of the captives from their families.

 

Earnest said the U.S. mission against the Islamic State will not involve combat troops and will focus on helping improve Iraq forces so that they can take the lead in the fight against the militants.

 

The administration had developed the Iraq plan for some time, Earnest said, and Obama discussed Iraq and the Islamic State with House and Senate leaders in a mid-June meeting

 

Obama, congressional leaders and members of key committees also discussed Iraq at a meeting eight days ago, Earnest said. "We certainly welcome the partnership and support" of lawmakers, he said, adding that the White House contacted key leaders Thursday before the announcement of the strikes.

 

The administration has no plans to seek additional appropriations for the Iraq operation, Earnest said. The administration will maintain congressional consultations, and make notifications as required under the War Powers Resolution, he said.

 

Earnest said the plan will be evaluated regularly and assessed based on conditions on the ground.

 

"The president has not laid out a specific end date," Earnest said.

 

Obama has been briefed by national security aides throughout the day, Earnest said. In the morning, he spoke on the telephone with Jordan's King Abdullah, a longtime U.S. ally.

 

There are about 650 U.S. troops in Iraq — 470 of them to protect American personnel and property at the embassy and Baghdad International Airport. The remainder are there to assess the security situation in Iraq and assist Iraqi forces in dealing with the threat from Islamic extremists who have captured key cities.

 

The Pentagon also has dispatched Apache attack helicopters and surveillance aircraft to the airport. The drones and other manned spy planes have been flying dozens of missions daily.

 

Meanwhile, the Federal Aviation Administration announced Friday that it is banning U.S. airlines and commercial carriers from flying in Iraqi airspace.

Partager cet article
Repost0
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 23:30
Irak: Les frappes américaines apporteront d'énormes changements

 

08 août 2014 Romandie.com (AFP)

 

Kirkouk (Irak) - Le chef de l'armée irakienne Babaker Zebari a estimé que les forces fédérales et les forces kurdes allaient pouvoir reprendre rapidement de vastes pans de territoire aux jihadistes grâce aux frappes américaines entamées vendredi.

 

Il va y avoir d'énormes changements sur le terrain dans les prochaines heures, a déclaré le général Zebari à l'AFP, peu après la confirmation par le Pentagone des premières frappes contre l'Etat islamique (EI) dans le nord du pays.

 

L'aviation américaine vise des bases de l'EI à Makhmour et dans la région du Sinjar, a-t-il affirmé, ajoutant que l'opération doit se poursuivre dans les villes irakiennes contrôlées par l'EI, sans préciser quelles villes.

 

Makhmour se trouve au sud-est d'Erbil, la capitale du Kurdistan irakien, et Sinjar à l'ouest de Mossoul.

 

Les officiers de l'armée irakienne, les peshmergas (kurdes) et des experts américains travaillent ensemble pour déterminer les cibles, a affirmé le général irakien.

 

Le Pentagone a annoncé que deux chasseurs bombardiers américains avaient largué vers 13H45 (10H45 GMT) des bombes de 250 kg sur une pièce d'artillerie mobile de l'EI qui avait visé des forces kurdes à Erbil, en expliquant que cela menaçait les personnels américains basés dans la capitale du Kurdistan.

 

Le Pentagone n'a pas évoqué d'autres frappes dans l'immédiat.

 

L'armée américaine n'était plus intervenue directement en Irak depuis le départ de ses derniers soldats en décembre 2011.

Partager cet article
Repost0
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 21:30
USS George H. W. Bush (CVN 77)

USS George H. W. Bush (CVN 77)

 

08.08.2014 par Isabelle Lasserre - LeFigaro.fr


Trois ans après le retrait américain, Barack Obama a ordonné des frappes ciblées contre les djihadistes de l'État islamique au Kurdistan irakien, invoquant un risque de « génocide » des chrétiens et des yazidis.

 

Après avoir assisté avec une relative passivité à l'instauration d'un califat sunnite en Irak et en Syrie, puis à la progression des djihadistes de l'État islamique, la communauté internationale s'est brusquement réveillée. Élu en 2008 sur la promesse de retirer les troupes américaines d'Irak, Barack Obama, qui avait renoncé au dernier moment l'année dernière à frapper le régime de Bachar el-Assad malgré le franchissement de la ligne rouge sur les armes chimiques, a autorisé son armée à effectuer des frappes aériennes. L'aviation américaine a bombardé vendredi des pièces d'artillerie utilisées par l'État islamique contre les forces kurdes qui défendent Erbil, la capitale du Kurdistan irakien.

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 21:30
FA-18 Super Hornets are recovered aboard the aircraft carrier USS George H.W. Bush (CVN 77)

FA-18 Super Hornets are recovered aboard the aircraft carrier USS George H.W. Bush (CVN 77)

 

Aug. 8, 2014 - By JEFF SCHOGOL – Defense News

 

The US has a massive force of ships and aircraft in the Persian Gulf for the air campaign against the Islamic State in Iraq.

 

The first airstrikes against the Islamic State were carried out by two aircraft from the aircraft carrier George H.W. Bush, which is in the Persian Gulf along with the amphibious assault ship Bataan; the amphibious dock landing ship Gunston Hall; the cruiser Philippine Sea; and the destroyers Arleigh Burke, O’Kane and Roosevelt, according to the Defense Department.

 

The amphibious transport dock Mesa Verde is elsewhere in the region, according to 5th Fleet.

 

The Bush is coming to the end of what would be a normal six-month deployment. The carrier Carl Vinson is preparing to deploy to 5th Fleet at the end of August, but is on ready standby as the surge carrier, according to Naval Air Forces spokeswoman Cmdr. Jeannie Groeneveld.

 

The George H.W. Bush could be extended if US Central Command requires it. Carriers have been deployed as long as 10 months in recent years despite efforts by fleet leaders to reduce the strain on the Navy’s capital assets.

 

The aircraft taking part in the air campaign come from Carrier Wing 8, embarked about the carrier Bush, said Navy Cmdr. Kevin Stephens, a 5th Fleet spokesman. The wing has 24 F/A-18E and F Super Hornets; 20 F/A-18C Hornets; five EA-6B Prowler electronic warfare aircraft; four E2-C Hawkeye all-weather airborne early-warning aircraft; two C-2A Greyhound logistics aircraft, which operate from shore and go to and from the ship; and eight MH-60S and four MH-60R Seahawk helicopters. A total of six other MH-60R Seahawk helicopters are on three other ships.

 

Marines from the Bataan Amphibious Ready Group are prepared to recover aircraft and personnel on short notice in a hostile environment should that become necessary, Stephens said in an email.

 

More than 2,000 Marines from the 22nd Marine Expeditionary Unit are aboard the ships in the Bataan’s group along with 12 MV-22B Ospreys; eight AV-8B Harriers; four CH-53E Super Stallion helicopters; three UH-1Y Venom helicopters and four AH-1W Super Cobra attack helicopters.

 

While President Obama has vowed that U.S. troops are not returning to Iraq, about 10,000 U.S. troops — mostly Army — are in Kuwait, a defense official said.

 

Airstrikes alone probably cannot weaken the Islamic State to the point where it no longer poses a threat to the Iraqi government, but the U.S. air campaign can help Iraqi and Kurdish forces regain lost ground, said retired Air Force Gen. Charles Horner, who led allied air efforts during Operation Desert Storm.

 

“Air power can enable weaker ground forces to prevail,” Horner told Military Times on Friday. “In the late stages of Vietnam, we saw what happened when we refused to put our air power in support of South Vietnam.”

 

The biggest challenge of any air campaign is having enough intelligence to pick the right targets, Horner said. Targets such as tanks and artillery are easily identifiable, while enemy leaders are harder to target because “they look like everyone else from the air,” he said

Partager cet article
Repost0
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 20:30
U.S. Navy F/A-18 Super Hornets are recovered aboard USS George H.W. Bush (CVN 77)

 

8 août 2014 US Navy

 

ARABIAN Gulf (Aug. 8, 2014) F/A-18 Super Hornets are recovered aboard the aircraft carrier USS George H.W. Bush (CVN 77) while underway in the Arabian Gulf. Bush is operating in the Arabian Gulf on a scheduled deployment to U.S. 5th Fleet. . The president has authorized U.S. Central Command to conduct military operations in support of humanitarian aid deliveries and targeted airstrikes in Iraq to protect U.S. personnel and interests, in response to activities conducted by Islamic State in Iraq and the Levant (ISIL) terrorists. U.S. Navy video by Mass Communication Specialist Seaman David Lee. (RELEASED)

Partager cet article
Repost0
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 15:30
EIIL - 01 july 2014

EIIL - 01 july 2014

 

08 août 2014 Romandie.com (AFP)

 

Bagdad - Les jihadistes de l'Etat islamique (EI) ne sont pas aussi nombreux que le laissent penser l'ampleur et la rapidité de leurs conquêtes dans le nord de l'Irak, estiment des experts, qui identifient cinq facteurs pouvant expliquer leur avancée fulgurante.

 

En deux mois d'offensive, les jihadistes se sont emparés de vastes pans du territoire irakien. Et, au cours de la semaine passée, ils ont pris aux Kurdes plusieurs villes dans la région de Mossoul (nord) ainsi que le barrage de Mossoul, réputé le plus grand du pays.

 

Les Etats-Unis ont bombardé vendredi une pièce d'artillerie mobile des jihadistes, ce qui pourrait stopper leur progression, mais l'EI reste un ennemi puissant.

 

Pourtant, selon des experts, ces jihadistes, que personne ne semble pour l'instant pouvoir réellement arrêter, ne seraient que quelques milliers. Ce n'est donc pas le nombre qui fait leur force, mais d'autres raisons:

 

Des armes récemment acquises

 

L'EI dispose de chars, humvees, missiles et autres armements lourds pris à ses ennemis lors de son offensive.

 

Ce matériel, souvent de fabrication américaine, et notamment abandonné par l'armée irakienne lors de son retrait face aux insurgés aux premiers jours de leur offensive, a transformé les capacités militaires de l'EI.

 

Ils ont engrangé des quantités significatives d'équipements dont ils avaient le plus besoin, selon Anthony Cordesman, du Centre pour les études stratégiques et internationales de Washington.

 

L'aviation américaine sera probablement plus apte à détruire cet équipement que les vieux Sukhoi de l'armée irakienne.

 

L'expérience syrienne

 

Si le groupe est né en Irak -- en 2004 sous un autre nom -- c'est son implication dans le conflit syrien qui lui a permis de devenir ce qu'il est aujourd'hui.

 

Les combats en Syrie ont offert à l'EI un entraînement et des opportunités d'apprentissage hors-pair, souligne le groupe américain Soufan, spécialisé dans le renseignement.

 

Ils utilisent des tactiques de combat auxquelles les Irakiens ne sont pas habitués, estime Anthony Cordesman.

 

Ces jihadistes, présents depuis 2013 en Syrie, où ils combattent le régime mais aussi les rebelles, se sont taillé une réputation de groupe sanguinaire, avec des combattants qui ne craignent pas de mourir au combat.

 

Des batailles bien choisies

 

Pour ses combats, l'EI privilégie les zones sunnites où il peut trouver des soutiens, des infrastructures stratégiques ou des endroits faiblement défendus, évitant ainsi des pertes superflues pour maintenir son élan et son unité interne.

 

Ils ont parcouru une distance considérable au cours des derniers jours, mais il s'agissait de zones très peu peuplées et ils ont rencontré très peu de résistance, selon John Drake, du groupe AKE.

 

L'EI est très doué pour faire fuir ses opposants quand ceux-ci sont déjà affaiblis, explique Michael Knights, expert au Washington Institue.

 

Une propagande efficace

 

Partout, l'EI est précédé de sa réputation d'extrême brutalité. Et cela lui a permis de s'emparer de villes entières sans rencontrer de résistance.

 

Maîtrisant internet et les réseaux sociaux, le groupe diffuse notamment des photos d'ennemis décapités.

 

Les jihadistes diffusent une image de cruauté presque surhumaine, selon Patrick Skinner, du groupe Soufan. A Sinjar (nord), les civils paniqués ont ainsi abandonné la ville dimanche quand l'EI a annoncé son entrée imminente.

 

L'intimidation est une tactique importante pour l'EI, selon M. Drake. Qu'ils utilisent ou non toutes les armes dont ils s'emparent, ils les photographient à des fins de propagande.

 

Des opposants faibles

 

Ce qui fait la force de l'EI est avant tout la faiblesse de ses opposants.

 

Les peshmergas (forces kurdes irakiennes) sont assez bons (...) (par rapport aux autres forces irakiennes), mais ils sont vraiment légers en termes d'infanterie. Ceux qui ont l'expérience d'avoir combattu Saddam Hussein ne sont plus là, explique M. Cordesman.

 

Ils pâtissent également des problèmes de trésorerie du Kurdistan.

 

Quant à l'armée irakienne, qui a tenté de se ressaisir après la débandade des premiers jours de l'offensive, elle ne rencontre pas de réels succès.

 

L'EI a révélé des lacunes navrantes chez ses opposants, et pour commencer le spectacle réellement lamentable de l'armée irakienne, relève Soufan.

 

Si, sur le long terme, un meilleur entraînement et de nouveaux équipements sont nécessaires, les frappes américaines pourraient temporairement équilibrer les forces.

 

Elles pourraient également affaiblir des positions de l'EI, et rendre plus facile une contre-offensive, estime John Drake.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories