Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 16:30
Iraq: Lions Led By Donkeys Lost Ramadi

Iraq Situation Report: May 30 - June 1, 2015 by: Theodore Bell and Patrick Martin - ISW

 

June 2, 2015: Strategy Page

 

A prominent Sunni politician and member of parliament is leading the effort to find out exactly who ordered the army to pull out of Ramadi on May 17 th and allow a much smaller force of ISIL fighters to enter and, after receiving reinforcements, take control of most of the city. Right after Ramadi fell the commander of the 25,000 troops guarding the city said he had been ordered to withdraw. Most of the troops in Ramadi belonged to the 7 th Infantry Division, which is based there. That unit had been reinforced by several thousand police and army commandos and special operations troops by early May. There were also a few thousand pro-government Sunni tribal militia.  All these troops are still in Anbar, most of them just west of Ramadi.

 

Since May 17th the government has reinforced the army units outside Ramadi with Shia militia. Together these forces have retaken many military posts (fortified checkpoints and police stations) abandoned during the departure of the security forces from Ramadi in May. The unannounced withdrawal of army forces caused a panic among the thousands of police and militia fighters in the city and these forces tended to panic and depart quickly when they found out about the army retreat.

 

This rapid and unexpected loss of Ramadi by a much smaller force (government troops outnumbered nearby ISIL gunmen by ten to one) brought forth accusations by the U.S. and other Western governments that Iraqis did not have the will to fight. That was not true and the real problem, as it has always been, is leadership. As the old saying goes, “there are no bad troops, only bad officers.” In late 2014 The U.S. reported that most of the troops they trained before they left in 2011 had since left the military and many of the replacements were poorly trained (and even more poorly led) by corrupt Iraqi officers appointed by the recently (April 2014) replaced Maliki government. The U.S. believed that Iraq needed at least 80,000 trained and well led troops to deal with ISIL. American military evaluation teams were sent to Iraq in August 2014 to assess how much of the Iraqi Army was salvageable. It was discovered that only 52 percent of the 50 Iraqi combat brigades were worth training and supporting in the short run. The other 24 brigades had been rendered ineffective by Shia politics and officers who were too poorly trained, experienced or dedicated to hold these units together in heavy combat. The basic problem was bad officers, in particular officers more interested in politics and getting rich (via corrupt practices) than running an efficient army. This is not a new or unique problem in the Iraqi Army. Since 2011 the Shia politicians running the government chose politically reliable Shia officers over those who were merely competent at their jobs. That led to the collapse of the Iraqi army in the face of a mid-2014 ISIL offensive. That should not have happened, but it did and will again unless the Iraqis put more emphasis on competence than political loyalty when selecting military officers. There was a similar pattern in the police, where some SWAT units and paramilitary police units (mainly counter-terror units) maintained their edge, but most were ruined by corrupt leadership. So while most Iraqis were angry with the foreigner accusations that Iraqis lacked the will to fight, they had to admit that too many Iraqi officers lacked the ability to lead.

 

The ISIL advance into Ramadi was such a surprise because ISIL has shown continued inability to defeat organized combat units. ISIL remains primarily a poorly trained force with much more experienced leaders. The ISIL combat leaders recognize the shortcomings of their gunmen and rely a lot on terror bombs and not always suicide bombs. ISIL has not got an endless supply of suicide bombers and you have to get men (and some women) to volunteer and those volunteers must have enough sense and presence of mind to carry out some simple but essential tasks to carry out the attack. When things are not going well (as they have not been for ISIL during 2015, at least until Ramadi fell) it is better to have your young terrorists plant bombs and then set them off remotely or via timers. There has been a lot of that since Ramadi fell because ISIL is still losing ground around Mosul and between Mosul and Baghdad. Even in Anbar the victory in Ramadi was followed within a week by a counteroffensive that has proved unstoppable. ISIL has been able to slow the advance, using a lot of bombs, but they have nothing that can stand and fight. Iran is trying to help Iraq with that, which makes many Iraqis and most Westerners nervous.

 

In late May the U.S. admitted that Iran has sent some of its artillery (truck mounted rocket launchers) deeper into Iraq to assist Iraqi troops fighting ISIL forces near the oil refinery at Beiji (200 kilometers north of Baghdad). This battle has been going on for nearly a year. The Iranian artillery units bring along their own UAVs to spot targets. ISIL captured parts of Beiji in April after two weeks of fighting. This effort eventually failed, with heavy losses but not before occupying parts of the refinery compound. By late April more ISIL forces arrived and tried again. This battle continues. In late November 2014 ISIL forces were driven away from the refinery which they had besieged for over a month. Since then ISIL has continued to stage attacks, often with suicide bombers, all of which have been repulsed. The Beiji refinery can process 320,000 barrels of oil a day and that represents more than a quarter of Iraq’s refining capacity. Clearing ISIL out of this area also isolated the ISIL held town of Tikrit, which is due north of Baghdad and is full of Sunni Arabs and Saddam admirers who have had enough of ISIL. The Iraqi Army recently recaptured Tikrit and continues moving north. But until ISIL is cleared out of Beiji a major advance on Mosul will not be practical.

 

Iranian artillery was first used against ISIL in late 2014 firing from inside Iran near the Iraqi border. That soon changed. While Iran insists that it has no combat units in Iraq, just trainers and advisors, mainly for pro-Iranian Shia militias, there are a lot of Iranian weapons showing up. At first these vehicles were never far from the Iranian border but definitely inside Iraq.  American UAVs regularly patrol the border area and the Americans and Iranians have an unofficial agreement not to shoot down each other’s UAVs. The UAVs regularly note Iranian military vehicles entering Iraq. The Americans also have photo satellites regularly passing overhead that see this as well. Thus the Americans know that there have been several hundred Iranian M-60s and T-72 tanks and other armored vehicles operating with the Shia militias inside Iraq. There have also been a lot of Iranian truck mounted rocket launchers. The tanks and rocket launchers are supposed to have Iraqi crews but in fact most of the Iranian rocket launchers and armored vehicles were operated by Iranians although their mission was to support pro-Iranian Iraqi Shia militias. The Americans tolerate this as long as the Iraqi government does, especially since the Americans don’t want to send in troops to help the Iraqi army. While the Iraqis appreciate the Iranian help, they make it clear that the majority of Iraqi Shia do not want to become part of Iran and that Western and Arab allies of Iraq will join the fight against any Iranian moves to take control of Iraq. Not everyone believes this will dissuade the Iranians from making an attempt to annex Iraq. At the moment ISIL is seen as a serious problem for all Moslems and because of that there is an unusual degree of cooperation between Iran and nations (the West and Sunni Arab states) that are usually considered enemies. Iran is also sending armored vehicles and rocket artillery to Anbar province to help push ISIL out of Ramadi (the provincial capital of Anbar.) This apparently will involve, as will the Beiji operation, cooperation between American airpower and Iranian ground units. Until quite recently Iran was opposed to this.

 

Since August 2014 allied (mostly U.S. but also NATO and Arab) air strikes in Iraq and Syria have destroyed or damaged over 7,000 targets during over 2,500 separate attacks using mostly smart bombs and missiles. This did not turn out to be the wonder weapon against newly resurgent Islamic terrorists except under certain conditions. The big complaint from pilots of the warplanes and their commanders is that the ROE (Rules of Engagement) are so obsessed with avoiding civilian casualties that most targets are not hit because of the risk (often remote) that civilians might be hurt. ISIL knows this and when they move on the roads they strive to make themselves look like civilians. Thus only a quarter of the bomb equipped aircraft sent out are allowed to actually attack something on the ground. More Western ground controllers would improve the situation somewhat, but the largest number of attacks cancelled by the lawyers are inside ISIL territory, usually against vehicles carrying ISIL supplies or gun men along a road. Meanwhile the attacks that were cleared by the lawyers did do a lot of damage. This destruction included nearly 1,700 military vehicles (about 15 percent of them armored and half of them armed). The most common targets were buildings (1,800 hit) and combat positions (1,500 bunkers, trenches and so on). There were far fewer command posts, checkpoints, parking lots and assembly areas hit and destroyed or made unusable. Over 300 oil industry targets were destroyed or badly damaged since selling stolen oil on the black market was a major source of income for the Islamic terrorists.

 

The importance of ground controllers can be seen in the success of Kurdish forces in the north. Western nations trust the Kurds and Western troops have no problems (from betrayal, assassination or failure to fight) with the Kurds and that means the Kurds get plenty of ground controllers and air support. Because of this Kurdish forces continue to push back ISIL east and west of Mosul.

 

The loss of Ramadi has, so far, produced nearly 100,000 refugees as people flee the city and areas around it. The government is being criticized for not dealing with the refugees adequately. Nearly 200,000 people have fled Ramadi since ISIL began attacking the area around the city in April. In the last year nearly three million people have fled ISIL violence, especially in areas overrun (or threatened) by ISIL.

 

June 1, 2015: In the north (Salahuddin province) ISIL used a large suicide tank bomb and several gunman to attack a police base. This killed 33 police and militiamen while wounding 40 others. This is a rare counterattack by ISIL in Salahuddin province, where over a hundred Islamic terrorists a week have been dying in the last two months. Salahuddin is next to Anbar and ISIL has been having a hard time resisting government attacks here. ISIL even executed four ISIL unit commanders for failure to hold positions (to the death, as is ISIL custom).

 

In May some 1,100 Iraqis died from terrorist related violence. Since January (when nearly 1,400 died) monthly terrorist related deaths have been 1,100-1,200 a month. This is because most of the ISIL violence is of the terrorist, not military, variety. So far this year about half the victims have been civilians. The death toll for all of 2014 was about 15,600. That’s a big jump from 2013 when the death toll was 8,900 for all of Iraq and only ten percent of those were terrorists while the majority were Shia civilians. Previously the worst year was 2007, when nearly 18,000 died. Then as now the main cause of the mayhem and murder was Sunni fanatics who want to run the country as a Sunni dictatorship. Still Iraq was a lot less violent than neighboring Syria where the death toll was 76,000 in 2014. That’s over 91,000 dead during 2014 for the two countries where ISIL is most active. The death toll in Syria continues to rise, even as it is declining in Iraq. A growing number of Iraqi officials are optimistic that ISIL will be crushed in Iraq by the end of 2016. It’s happened before (like in 2007-8), but then the Sunni fanatics make yet another comeback.

 

May 28, 2015: Another Iranian general (again a member of the Quds Force) was killed in southern Iraq while leading Hezbollah fighters against ISIL forces.

 

May 24, 2015: On the Syrian border ISIL seized control of the second of two major border crossings between Syria and Iraq. Iraqi troops moved south to a major crossing with Jordan that Iraqi forces still control. This came the day after Iraqi forces began moving back towards Ramadi and ISIL retreated.

 

May 23, 2015: North of Baghdad Iran backed Shia militias arrived to help push ISIL away from the oil refinery at Beiji. A few days later Iran insisted that it had no combat troops near Beiji but said nothing of their backing for the Shia militiamen there.

 

May 21, 2015: The U.S. imposed sanctions on a major Iraqi airline for helping Iran purchase and smuggle in second hand airliners.

 

May 20, 2015: The government replaced the head of police in Anbar province, in part because of poor performance of police in Ramadi.

 

May 19, 2015: In Iraq Iran-backed Shia militias were seen heading for Anbar province and the capital Ramadi, which was recently overrun by ISIL forces on the 17th. Ramadi is 120 kilometers west of Baghdad.

Repost 0
3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 16:30
Armor: China Unofficially Arms The Kurds

 

May 27, 2015: Strategy Page

 

Kurdish forces fighting in Iraq and Syria have been seen using the Chinese HJ-8 ATGMs (Anti-Tank Guided Missiles). This is the Chinese version of the American TOW (Tube-launched, Optically tracked, Wire-guided) system has been in service since 1970. Over 500,000 TOW missiles have been manufactured since its introduction and it remains in service with the United States and many other countries. All versions of TOW are shipped and fired from a sealed launch tube. That tube is placed on a MGS (Missile Guidance Set) that contains the gunner sight, with night vision, and operator guidance electronics. The MGS weighs 25 kg (55 pounds). The 1970 version of the missile weighed 19 kg (42 pounds) and had a 3.9 kg (8.6 pound) warhead. The latest version (TOW 2B or BGM-71F) weighs 22.7 kg (50 pounds) and has a 6.2 kg (13.5 pound) warhead that can defeat ERA (Explosive Reactive Armor) at targets up to 4,000 meters away.

 

The HJ-8 is nearly identical to TOW 2 in size, weight, range and, according to the Kurds, performance. Both TOW and HJ-8 use SACLOS (semi-automatic command line-of-sight) guidance. This system works by having the operator hold the target in the MGS sights and the missile will be guided to the target via wires that connect the missile to the launcher. The big problem is that the operator is often under fire and that sometimes makes it difficult to maintain aim. The next generations of anti-tank missiles were wireless and “fire-and-forget” which allows the operator to duck as soon as the target is identified by the MGS and the missile fired. Nearly all ATGMs use shaped-charge warheads that penetrate most tank armor and are also effective against structures and unarmored vehicles.

 

 The Kurds have a hard time getting weapons from the Iraqi government (because of disputes over control of oil and corruption in the Shia Arab dominated government) and have sought weapons from all available sources. Chinese weapons are widely available in the international black market for arms. If you have the money, there are groups that can get you all sorts of relatively cheap and pretty effective Chinese weapons, which are often pretty good copies of Western and Russian weapons.

Repost 0
3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 12:30
Bundeswehr trainiert Peschmerga im Häuserkampf


3 juin 2015 Quelle: Redaktion der Bundeswehr 06/2015 15E16302

 

Seit 2014 läuft die Ausbildungsunterstützung der Bundeswehr für die Peschmerga-Kämpfer im Nordirak. Diese verfügen über viel Kampferfahrung im Bergland, der Kampf gegen die Terrorgruppe IS zwingt sie aber auf neues Terrain. Hier setzt die vierwöchige Ausbildung durch die Bundeswehr an: Unter anderem die Ausbildung im Häuserkampf steht dabei auf dem Lehrplan. In einer verlassenen Wohnanlage in Erbil im Norden des Irak können die Peschmerga unter realen Bedingungen zum Beispiel das Eindringen in ein Haus üben – unter den strengen Augen ihrer deutschen Ausbilder.



 

Repost 0
3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 10:30
photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

 

02/06/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 30 mai 2015, à 12h15, heure locale, sous 42°C et après 6 heures de vol, les Rafale engagés dans l'opération Chammal sont rentrés à la base.

 

Les Rafale sont revenus d'une mission de reconnaissance armée, durant laquelle la patrouille a soutenu les troupes irakiennes au sol dans leur lutte contre les forces terroristes de Daech. En opération au-dessus de la zone de Mossoul, les deux avions s’étaient vus assignés des objectifs particuliers par les cellules spécialisées dans le ciblage au sein de la coalition. Leur neutralisation a été essentielle pour permettre aux forces de sécurité irakiennes de conforter leurs positions dans la zone d'opérations des avions.

 

En mission de renseignement ou de soutien armé, les Rafale, associés à l'ATL2 et aux Mirage 2000 de Jordanie, sont des éléments clés et reconnus au sein de la coalition contre le groupe terroriste Daech.

 

Lancée depuis le 19 septembre 2014, l’opération Chammal mobilise 700 militaires. Elle vise, à la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliés de la France présents dans la région, à assurer un soutien aérien aux forces irakiennes dans la lutte contre le groupe terroriste autoproclamé Daech. Le dispositif complet est actuellement structuré autour de douze avions de chasse de l’armée de l’Air (six Rafale et six Mirage2000D), d’un avion de contrôle aérien E3F et d’un avion de patrouille maritime Atlantique 2.

photo EMA / Armée de l'Airphoto EMA / Armée de l'Airphoto EMA / Armée de l'Air
photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

Repost 0
2 juin 2015 2 02 /06 /juin /2015 12:30
État islamique : la coalition internationale réunie à Paris

L'avancée de l'organisation État islamique en Syrie et en Irak doit obliger les forces de la coalition à revoir leur stratégie. photo EMA / Armée de l'Air

 

02/06/2015 Le Point.fr

 

Les pays réunis dans la lutte anti-djihadiste doivent débattre de la stratégie à adopter face aux avancées du groupe État islamique en Irak et en Syrie.

 

« Échanger sur la stratégie de la coalition » face à l'État islamique, tel est l'objet de la réunion qui se tient mardi à Paris, en présence du Premier ministre irakien Haider al-Abadi, de ministres et de représentants d'organisations internationales. En l'occurrence, la stratégie consiste actuellement à mener des raids et à former des soldats irakiens ou des rebelles modérés syriens pour l'action au sol.

Mais jusque-là, les quelque 4 000 raids menés par les États-Unis en dix mois n'ont pas réussi à stopper les djihadistes. Ces opérations ont peu de prise sur les « camions bombes » de l'EI et les efforts de formation n'ont pas empêché une débâcle de l'armée irakienne à Ramadi.

 

Reprendre le contrôle des milices chiites

Les plans irakiens pour la reconquête de cette ville, tombée aux mains de l'EI, seront au coeur de la réunion de Paris, a affirmé lundi un responsable américain qui a souhaité conserver l'anonymat. « Il ne s'agit pas d'une réunion de routine », a déclaré ce responsable. « Nous venons pour discuter avec le Premier ministre Abadi de son plan pour libérer Ramadi et la province d'Anbar », a-t-il ajouté.

Le Premier ministre irakien doit expliquer aux membres de la coalition ce que son gouvernement compte entreprendre pour reprendre la ville et la province d'Al-Anbar, et comment les partenaires internationaux peuvent lui venir en aide. Les Irakiens espèrent pouvoir mobiliser les tribus sunnites pour reconquérir la province d'Al-Anbar, mais Bagdad doit également reprendre rapidement le contrôle des milices chiites qui ont pour l'heure assumé l'essentiel des combats pour contenir l'avancée de l'EI. Ce rôle des milices chiites - soutenues par Téhéran - inquiète Washington.

« Il est très important que toutes les forces soient soumises au commandement et au contrôle du gouvernement et du Premier ministre irakien. C'est un des éléments fondamentaux du plan », a souligné le responsable américain.

 

Les frappes « ne suffisent pas »

Ces 24 dernières heures, la coalition a poursuivi les frappes contre les positions djihadistes en Irak, notamment à Al-Anbar, et en Syrie, surtout dans la province de Hassaké (Nord-Est). Le chef du Parlement irakien Salim al-Joubouri a déclaré à l'AFP que ces raids étaient « importants pour empêcher les djihadistes d'avancer, mais qu'ils ne suffisent pas pour mettre fin aux combats ».

L'EI, un groupe ultraradical sunnite, sème la terreur en Irak mais aussi en Syrie voisine où il a repoussé les forces gouvernementales dans le centre et avancé dans le nord, fragmentant encore davantage ce pays en guerre depuis quatre ans. Dans l'une des attaques les plus meurtrières cette année en Irak, 37 personnes ont été tuées lundi quand un kamikaze a lancé son véhicule blindé bourré d'explosifs contre une base de la police entre Samarra et le lac Tharthar, dans la province de Salaheddine (Nord-Ouest), selon des officiers. « Les morts sont surtout des policiers », a indiqué un médecin à l'hôpital de Samarra. Trente-trois personnes ont été blessées.

L'attaque n'a pas été revendiquée, mais son mode opératoire rappelle celui de l'EI, qui s'est emparé, au fur et à mesure qu'il avance dans des régions irakiennes, des véhicules blindés et des chars abandonnés par les forces irakiennes dans leur retraite.

Les djihadistes ont eu recours à une trentaine de ces « camions bombes », bourrés de tonnes d'explosifs et protégés avec des armatures en acier, dans leur conquête de Ramadi, la capitale de la province occidentale d'Al-Anbar, le 17 mai.

 

Mois le plus meurtrier en Syrie

La base visée lundi est située dans la zone d'opérations des forces gouvernementales et des milices chiites qui tentent de couper les voies de ravitaillement de l'EI dans Al-Anbar, que l'EI contrôle en grande partie. Aidées aussi de combattants de tribus loyalistes, ces forces ont lancé le 26 mai une opération à partir de la province de Salaheddine destinée à isoler les djihadistes dans celle voisine d'Al-Anbar, avant de donner l'assaut à Ramadi. Elles ont réussi à reprendre des secteurs autour de ce chef-lieu, mais le Premier ministre Haider al-Abadi a admis que les « camions bombes » faisaient hésiter ses troupes à entrer dans Ramadi.

Depuis leur offensive fulgurante lancée le 9 juin 2014, l'EI, accusé de crimes contre l'humanité, s'est emparé de larges pans du territoire irakien. Le 29 juin, il a proclamé un « califat » sur les territoires qu'il contrôle à cheval entre l'Irak et la Syrie, pays dans lequel il a profité de la guerre pour prendre le contrôle de vastes régions à partir de 2013.

En Syrie, le mois de mai a été le plus meurtrier depuis le début 2015 avec 6 657 morts, en majorité des soldats et des djihadistes, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Plus de 220 000 personnes ont péri depuis le début en mars 2011 du conflit. L'EI, qui contrôle la moitié du territoire syrien selon l'OSDH, a encore étendu son emprise près de la frontière turque (Nord) et au sud de la cité antique de Palmyre (Centre), conquise le 21 mai.

Repost 0
1 juin 2015 1 01 /06 /juin /2015 17:30
photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

 

29/05/2015 Sources : État-major des armées

 

Trois jeunes sous-officiers de la filière renseignement, déployés en Jordanie dans le cadre de l’opération Chammal, nous expliquent leur parcours et livrent leurs impressions sur leur métier respectif.

 

La sergent Mélanie est intercepteur technique : après chaque vol de Mirage 2000, elle récupère le boîtier contenant les enregistrements de l’environnement électromagnétique. Elle analyse les paramètres des radars interceptés pour identifier les menaces potentielles qu’ils pourraient constituer. « La détection de ces menaces est déterminante dans le monde des opérations, elle rend mon métier utile, mais aussi ludique d’une certaine façon ».

 

Lorsqu’elle a postulé pour intégrer l’armée de l’Air, après deux ans d’expérience comme hôtesse de l’air, elle a été d’emblée attirée par la filière renseignement et a opté pour la sous-spécialité d’intercepteur technique. Après quatre mois à l’école des sous-officiers à Rochefort pour sa formation militaire, elle a effectué son stage de spécialisation à Rennes où elle a étudié, durant une période de sept mois, la partie technique liée aux émissions radars. Sa formation s’est achevée par un stage de six semaines à Strasbourg, à l’Escadron de Formation au Renseignement, où elle a appris les éléments de base du renseignement.

 

La sergent Mélanie effectue en Jordanie sa première opération extérieure : ce qu’elle apprécie« c’est d’être la seule, sur le théâtre, à savoir réaliser la mission de détection. »

 

Le sergent Guillaume est interprète images : il participe à la préparation de la mission de vol en positionnant des points d’intérêt militaires sur une carte numérique embarquée par les personnels navigants (PN). En vol, les PN se servent de ces points d’intérêt pour repérer les zones sur lesquelles une activité ennemie peut potentiellement survenir, afin de faire remonter l’information au JTAC (joint tactical air controller– équipes de contrôle de l’appui aérien). A la fin de la mission, il exploite les vidéos du vol et des tirs et participe à l’élaboration des comptes rendus de tir. Il apprécie d’ « être au cœur de l’opérationnel et pouvoir régulièrement partir en OPEX ». En effet, en deux ans, il a été déployé au Tchad et au Niger, et effectue actuellement en Jordanie sa troisième opération extérieure.

 

En métropole, dans son escadron de chasse, son rôle est d’aider les pilotes dans leur formation en leur préparant des dossiers d’objectifs fictifs pour les missions d’entraînement à l’attaque au sol, ainsi que des briefings de reconnaissance de matériels militaires.

 

Le sergent Guillaume a débuté sa carrière militaire lors de son entrée à l’école d’enseignement technique de l’armée de l’Air (EETAA) à Saintes, qu’il a intégré via un concours d’entrée. Il y a effectué sa première et sa terminale en tant qu’ « arpète », nom donné à tous les élèves de cet établissement. Après avoir décroché son baccalauréat scientifique en 2012, il a décidé d’intégrer le corps des sous-officiers et a choisi la filière du renseignement. Il est devenu interprète images et a réalisé sa formation de spécialité à Creil pendant six mois, où il a appris les bases de son futur métier : déchiffrer des cartes, définir l’échelle d’une photo, se repérer à partir d’une vidéo vue du ciel, etc. « J’ai trouvé ma formation enrichissante car, jour après jour, j’en apprenais davantage sur le fonctionnement d’un certain nombre de lieux de la vie courante (centrales, aéroports, ports, gares, ponts…). »Il sait analyser, vu du ciel, l’utilité d’un bâtiment et le fonctionnement d’un site.

 

Le sergent Guillaume, enthousiaste et motivé, souhaiterait à terme intégrer le corps des officiers.

 

Le sergent Rami est exploitant renseignement : la veille de chaque vol, il extrait la documentation nécessaire à la mission, tel que le JTAR (joint tactical air request), et la transmet aux PN, qui en assurent l’utilisation finale. Suite à cela, il exploite la documentation opérationnelle, qui apportera aux PN une vision d’ensemble sur les zones actives et celles de ravitaillement en vol, ainsi que sur l’organisme qui contrôle l’équipage en vol.

 

Le jour du vol le sergent Rami vérifie que la documentation opérationnelle est à jour et briefe les PN sur leur mission pendant une quinzaine de minutes. A l’atterrissage de l’avion, il prépare le rapport de mission. Il effectue actuellement sa première opération extérieure.

 

En métropole, son rôle est de maintenir à jour la documentation de l’escadron et d’aider l’officier renseignement à préparer les briefings missions. « Ce qui me plaît dans ma spécialité c’est d’être polyvalent et de connaître toutes les sous-spécialités de la filière renseignement ».

 

Le SGT Rami a intégré l’armée de l’Air en 2009 en tant que militaire du rang et a exercé les fonctions de chauffeur d’autorités en région parisienne. Après trois ans de service, il a intégré le corps des sous-officiers et a fait le choix de devenir exploitant renseignement. Après six mois passés à l’escadron de formation au renseignement à Strasbourg, il est affecté en escadron de chasse à Nancy.

photo EMA / Armée de l'Airphoto EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

Repost 0
29 mai 2015 5 29 /05 /mai /2015 11:30
Chammal : point de situation du 28 mai 2015

 

28/05/2015 Source: État-major des armées

 

La force Chammal poursuit ses missions de renseignement et de reconnaissance armées en étroite collaboration avec les forces des autres pays de la coalition. L’activité aérienne hebdomadaire s’est traduite par treize sorties aériennes. Au cours de ces sorties, dix frappes ont ciblé des positions tenues par Daech, touchant des bâtiments ou véhicules du mouvement terroriste, principalement sur le front Nord, le long d'une ligne Mossoul-Sinjar et plus au Centre dans les régions de Kirkouk et Baïji.

 

A Bagdad, les militaires français dédiés au volet formation de l’opération Chammal poursuivent leur mission au profit des forces irakiennes de l'ICTS et de la 6e division irakienne. Les cadres du détachement d’instruction opérationnelle concentrent actuellement les formations qu’ils dispensent sur les compétences de neutralisation d’engins explosifs improvisés avec des phases pratiques permettant la mise en œuvre des procédures de nettoyage de zones polluées.

 

Lancée depuis le 19 septembre 2014, l’opération Chammal mobilise 700 militaires. Elle vise, à la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliés de la France présents dans la région, à assurer un soutien aérien aux forces irakiennes dans la lutte contre le groupe terroriste autoproclamé Daech. Le dispositif complet est actuellement structuré autour de douze avions de chasse de l’armée de l’Air (six Rafale et six Mirage 2000D), d’un avion de contrôle aérien E3F et d’un avion de patrouille maritime Atlantique 2.

Repost 0
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 12:30
photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

 

21/05/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Dans la région de Bagdad, les forces françaises poursuivent leurs activités de formations spécifiques au profit de la 6e division irakienne et de l’ICTS (l’Iraqi Counter Terrorism Service). Parallèlement, depuis le 13 mai, dans le cadre du volet aérien de l’opération, 17 sorties aériennes ont été réalisées et 13 frappes portées contre des objectifs au sol dans les régions de Baïji, Ramadi, Mossoul et Sinjar. Ces actions ont permis la destruction de positions de combat, de bâtiments occupés par des combattants et de véhicules suicides.

 

Lancée depuis le 19 septembre 2014, l’opération Chammal mobilise 700 militaires. Elle vise, à la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliés de la France présents dans la région, à assurer un soutien aérien aux forces irakiennes dans la lutte contre le groupe terroriste autoproclamé Daech. Le dispositif complet est actuellement structuré autour de douze avions de chasse de l’armée de l’Air (six Rafale et sixMirage2000D), d’un avion de contrôle aérien E3F et d’un avion de patrouille maritime Atlantique 2.

photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

Repost 0
18 mai 2015 1 18 /05 /mai /2015 07:30
Les djihadistes en Irak et en Syrie de 2013 à aujourd’hui, comment ils ont hissé le drapeau noir

 

18 mai 2015 par Jacques N. Godbout – 45eNord.ca

 

Alors que les forces de la coalition minimisent les gains du groupe armé État islamique (EI) qui, inversement, les exagèrent pour mieux servir sa propagande, et au moment où les djihadistes viennent de remporter à Ramadi une victoire symbolique importante pour eux et, inversement, le gouvernement irakien vient d’y subir une défaite lourde de conséquences, il n’est pas sans intérêt de se rappeler comment tout ça a commencé, un 9 avril 2013.

 

Voici donc un rappel de quelques dates-clés dans la progression des groupes djihadistes, dont, bien sûr, l’organisation État islamique (EI) qui contrôle de larges pans de territoires en Syrie et en Irak et dont l’empire, ou plutôt le califat, s’étend maintenant jusqu’aux portes de Bagdad.

 

Le 9 avril 2013: CREATION DE L’EIIL

Le chef d’Al-Qaïda en Irak, Abou Bakr al-Baghdadi, annonce une fusion de son groupe, l’État islamique en Irak (ISI), avec le Front Al-Nosra, qui combat le régime en Syrie, pour former l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL).

Mais Al-Nosra prête allégeance au chef d’Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, et décline le parrainage de Baghdadi. L’EIIL sera désavoué par Al-Qaïda début 2014.

 

Le 14 javier 2014: RAQA AUX MAINS DES DJIHADISTES

L’EIIL conquiert la ville de Raqa, dans le nord de la Syrie, après de féroces combats contre des rebelles rivaux. Raqa, premier chef-lieu de province à échapper totalement au contrôle du régime, devient alors son fief.

 

Le 9 juin 2014: L’EIIL S’EMPARE DE MOSSOUL, 2E VILLE D’IRAK

L’EIIL lance une offensive fulgurante en Irak, s’emparant dès le lendemain de Mossoul (nord), 2e ville d’Irak, puis de vastes territoires aux confins du Kurdistan irakien autonome, chassant des dizaines de milliers de membres des minorités chrétienne et yazidie (kurdophone et non musulmane).

Dès janvier, l’EIIL allié à des tribus sunnites hostiles au gouvernement avait pris le contrôle de Fallouja et de quartiers de Ramadi (Al-Anbar, ouest).

 

Le 29 juin 2014: PROCLAMATION D’UN CALIFAT

L’EIIL proclame l’établissement d’un « califat » dirigé par Baghdadi, qui prend le nom de Calife Ibrahim, sur les territoires conquis en Irak et en Syrie et change le nom du groupe en « État islamique » (EI). L’annonce est toutefois rejetée par la majorité des courants islamistes en Syrie, mais le groupe, qui s’apparente à une secte en pleine croissance, peut compter sur des milliers de croyants fanatisés.

 

Le 8 août 2014: FRAPPES AMERICAINES EN IRAK

En Irak, les États-Unis lancent des frappes contre des positions djihadistes, s’impliquant directement pour la première fois depuis le retrait de leurs troupes fin 2011.

 

Le 19 août 2014: EXÉCUTION D’OTAGES PAR L’EI

L’EI met en ligne les images de la décapitation d’un journaliste américain, enlevé en Syrie en 2012, en représailles aux frappes aériennes américaines en Irak.

Depuis, l’EI a revendiqué l’exécution de plusieurs autres otages. Le groupe est accusé de semer la terreur dans ses bastions, où il mène des arrestations, des décapitations et des lapidations.

 

Le 23 sept 2014: PREMIERS RAIDS DE LA COALITION EN SYRIE

Les États-Unis aidés de leurs alliés arabes mènent les premiers raids aériens contre les djihadistes en Syrie.

 

Le 7 octobre 2014: LE CANADA SE JOINT À LA COALITION

Par un vote de 157 pour et 134 contre que les députés canadiens optent pour des frappes aériennes et le déploiement d’un avion CC-150 Polaris, deux avions CP-140 Aurora, un avion de transport CC-130 Hercules et six avions de chasse CF-18, et ce, pour une durée minimale de six mois, renouvelable.

 

Le 26 jan 2015: L’EI CHASSÉ DE KOBANE

L’EI est chassé de Kobané, ville frontalière de la Turquie, après plus de quatre mois de violents combats menés par les forces kurdes avec le soutien prépondérant des frappes de la coalition.

Cet échec intervient le jour même où un responsable militaire en Irak annonce que la province de Diyala (est) est libérée du groupe extrémiste.

 

Le 7 mars 2015: LE SERGENT ANDREW DOIRON: PREMIÈRE VICTIME CANADIENNE

Le sergent Andrew Doiron des Forces armées canadiennes est tué en Irak dans un incident de tir ami quand des membres des Forces d’opérations spéciales sont pris pour cible par erreur par les forces de sécurité kurdes à la suite de leur retour à un poste d’observation derrière les lignes de front.

 

Le 30 mars 2015: EXTENSION DES FRAPPES CANADIENNES À LA SYRIE

Par un vote de 142 pour et 129 contre, les députés de la Chambre des communes à Ottawa ont votent pour prolonger d’un an la mission militaire canadienne contre le groupe armé État islamique et l’étendre de l’Irak à la Syrie.

 

– MARS-AVRIL 2015: CHUTE IDLEB ET JISR AL-CHOUGHOUR

Le 28 mars, l’Armée de la Conquête, coalition composée de groupes islamistes, comme Ahrar al-Cham, et djihadistes, tel que le Front al-Nosra, s’emparent de la ville d’Idleb (nord-ouest), 2e capitale provinciale à échapper au contrôle du régime en Syrie.

Le 25 avril, la coalition s’empare de Jisr al-Choughour (province d’Idleb).

L’EI et le Front Al-Nosra partagent la même idéologie djihadiste mais sont rivaux sur la plupart des fronts en Syrie, même si les deux groupes collaborent dans certains endroits.

 

Le 17 mai 2015: L’EI VICTORIEUX A RAMADI, REPOUSSÉ A PALMYRE

En Irak, l’EI affirme avoir pris le contrôle total de Ramadi, capitale de la province d’Al-Anbar. Le Premier ministre irakien, Haider al-Abadi, ordonne à ses troupes de « tenir leurs positions » face aux jihadistes. Les combats ont fait environ 500 morts en deux jours.

En revanche, en Syrie, les djihadistes de l’EI sont repoussés par les forces syriennes à la périphérie de la ville antique de Palmyre. La bataille de Palmyre, notamment dans ses environs, a fait plus de 310 morts en quatre jours.

 

Et le reste de l’histoire est en train de s’écrire alors que les haut-gradés des États-Unis qui mènent la coalition contre le groupe extrémiste, comme le chef d’État-major interarmées Martin Dempsey ou le brigadier-général Thomas Weidley, commandant sur le théâtre d’opération en Irak et en Syrie, ne cachent pas que la victoire contre l’EI n’est pas pour demain et peut-être pas pour après-demain non plus. Et c’est sans compter les autres groupes djihadistes.

De plus, il semble qu’on parle plus des combattants de l’État islamique aujourd’hui qu’on a jamais parlé jadis les talibans, même au cœur de la guerre en Afghanistan, ce qui n’est sans doute pas pour déplaire au groupe ultra-radical qui se nourrit de la publicité qu’on lui fait, qui l’aide puissamment à recruter des combattants.

Vraisemblablement, le drapeau noir des djihadistes, qu’il soit brandi par le groupe l’État islamique ou une autre organisation radicale et violente, va continuer à flotter encore longtemps sur les terres musulmanes. Peut-être qu’il serait temps de songer à transporter la guerre sur le front idéologique, comme ont su si bien le faire avant nous les groupes extrémistes.

Repost 0
13 mai 2015 3 13 /05 /mai /2015 19:30
Chammal : point de situation au 13 mai 2015

 

13/05/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Depuis le 7 mai, la force Chammal a poursuivi quotidiennement ses vols de reconnaissance armés et de renseignement, contribuant au recueil d’informations sur le groupe terroriste Daech, en étroite coordination avec nos alliés présents dans la région. Ainsi, cette semaine, la force Chammal a procédé à 18 sorties aériennes vers l’Irak, dont 4 ont abouti à des frappes d’opportunités, neutralisant 8 objectifs.

 

En parallèle, à terre, les actions de formation au profit des militaires de l’Iraqi Counter Terrorism Service (ICTS) et de la 6ème division d’infanterie irakienne se poursuivent.

 

Le 12 mai 2015, le groupe aéronaval, constitué autour du porte-avions Charles de Gaulle, a franchi le canal de Suez dans le sens Sud-Nord. Son arrivée en mer Méditerranée marque son entrée dans la dernière phase du déploiement Arromanches, démarré le 13 janvier dernier. Son retour à Toulon est prévu d’ici la fin du mois.

 

Lancée depuis le 19 septembre 2014, l’opération Chammal mobilise 700 militaires. Elle vise, à la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliés de la France présents dans la région, à assurer un soutien aérien aux forces irakiennes dans la lutte contre le groupe terroriste autoproclamé Daech. Le dispositif complet est actuellement structuré autour de douze avions de chasse de l’armée de l’Air (six Rafale et six Mirage2000D), d’un avion de contrôle aérien E3F et d’un avion de patrouille maritime Atlantique 2.

Repost 0
11 mai 2015 1 11 /05 /mai /2015 11:30
photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

 

07/05/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Point de situation sur les opérations de la force Chammal du 7 mai 2015

 

Cette semaine, la force Chammal a procédé à 20 sorties aériennes, dont 6 ont abouti à des frappes d’opportunité dans les régions de Baïji, Fallujah, Sinjar et Ramadi. Ces frappes ont permis la destruction de positions de tirs, de matériels logistiques, d’un bâtiment et de plusieurs groupes de combattants du groupe terroriste Daech.

 

En parallèle, à terre, les actions de formation au profit de 300 stagiaires ICTS se poursuivent. De plus, de nouvelles formations dispensées par la 3e brigade légère blindée ont débuté en avril au profit de la 6e division d’infanterie irakienne. Celles-ci sont orientées sur les besoins identifiés et exprimés par cette division irakienne, à savoir dans le domaine du secourisme de combat, de la lutte contre les engins explosifs improvisés, et de la mécanique sur matériel roulant.

 

Lancée depuis le 19 septembre 2014, l’opération Chammal mobilise 700 militaires. Elle vise, à la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliés de la France présents dans la région, à assurer un soutien aérien aux forces irakiennes dans la lutte contre le groupe terroriste autoproclamé Daech. Le dispositif complet est actuellement structuré autour de douze avions de chasse de l’armée de l’Air (six Rafale et six Mirage 2000D), d’un avion de contrôle aérien E3F et d’un avion de patrouille maritime Atlantique 2 de la Marine nationale.

photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

Repost 0
11 mai 2015 1 11 /05 /mai /2015 10:30
Rafale survolant le théâtre irakien en opération Chammal - photo Marine Nationale

Rafale survolant le théâtre irakien en opération Chammal - photo Marine Nationale

 

07/05/2015 Sources : Marine nationale

 

Lancée depuis le 19 septembre 2014 à la demande du gouvernement irakien et dans le cadre de la coalition internationale, l’opération Chammal, a conduit la France à assurer un soutien aux forces de sécurité irakiennes contre le groupe terroriste Daech. Ainsi, le groupe aéronaval (GAN), déployé en mission Arromanches depuis le 13 janvier 2015, a participé du 23 février au 18 avril à l’opération Chammal depuis le Golfe arabo-persique. Pendant huit semaines, les aéronefs du GAé ont participé, à partir du porte-avions Charles de Gaulle, aux opérations aériennes au-dessus du territoire irakien aux côtés des aéronefs de l’armée de l’Air. Intégré dans une coalition internationale, le GAé a utilisé au mieux les capacités de ses avions pour mener efficacement  10 à 15 sorties opérationnelles quotidiennes. Mettant à profit son entrainement, le GAé s’est immédiatement adapté aux spécificités du théâtre Irakien.

 

Le Groupe aérien embarqué

Structuré en trois flottilles (11F sur Rafale Marine, 17F sur Super Étendard modernisé et 4F sur Hawkeye), d’un détachement de la flottille d’hélicoptère (35F) et un centre d’expertise, le groupe aérien embarqué est constitué de 450 marins. Chaque jour, les techniciens, pilotes et soutiens du GAé ont mis en œuvre les Rafale Marine, Super Etendard modernisés et le Hawkeyeafin de remplir les missions confiées.

La flottille 11F a mis en œuvre 12 Rafale Marine (RFM), avion de dernière génération qui a une nouvelle fois montré tout son potentiel. Doyenne des flottilles de chasse (93 ans), la Furieuse est équipée du RFM depuis 2011. L’Irak est donc son premier engagement majeur avec cet appareil. Omni-rôles, les chasseurs ont rempli plusieurs missions : surveillance des zones d’intérêt grâce aux capteurs du RFM, frappes d’opportunité au sol (Close Air Support) en soutien des troupes Irakiennes ou Peshmerga, frappes  planifiées (« deliberate ») (, reconnaissance et cartographie de l’adversaire (prise de photos d’objectif notamment grâce au POD reco), ainsi que nounou mission (ravitaillement d’un avion de chasse par un autre au départ de la mission). Avec la liaison de données L16 offrant une excellente compréhension de l’environnement tactique, ses armements permettant des frappes air/sol de précision (guidage laser ou GPS), le Rafale a permis à ses pilotes de remplir efficacement leurs différentes missions, notamment l’appui aérien, surveillant, identifiant et frappant si nécessaire.

Dernière flottille équipée de Super Étendard modernisés, la  Glorieuse17F a également assuré de nombreuses missions de combat. Le doyen des avions de combat français n’a pas failli à sa réputation et a contribué aux efforts de la force française et de la coalition en conduisant quotidiennement les multiples missions d’appui des forces de sécurité en Irak grâce à un armement parfaitement adapté au conflit. Equipés  de pods ATLIS et Damoclès, de bombes GBU 49 guidées GPS utilisables par tous les temps, et de bombes GBU 58, les pilotesont mené des missions à des distances inédites du Charles de Gaulle aux commandes d’un aéronef exigeant et performant qui combine une cellule ancienne et une modernisation à la pointe de son système d’armes. Après avoir soufflé ses quarante bougies, le SEM a assuré ses missions air/sol avec une efficacité toujours renouvelée.

Le GAé a également mis en œuvre le Hawkeyede la flottille 4F, les « yeux de l’Irak ». Non armé, sa vocation est de veiller et de coordonner l’action des moyens aériens. Plate-forme aéroportée dotée d’un radar, de liaison de données radios et satellite, le Hawkeye (ou E2C) s’est distingué dans sa mission AB3C (Airborn Command, Control and Communication). Quotidiennement, il a contrôlé en moyenne une cinquantaine d’avions de chasse et d’avions ravitailleur de toutes nationalités. Grâce aux systèmes de communication variés de l’E2C, les tacticiens aéronautiques faisaient le lien entre les patrouilles et les états-majors afin de reporter en temps réel la situation aérienne sur le théâtre, permettant ainsi de réduire le délai des prises de décision.

Assurer les missions au-dessus du territoire irakien aux cotés des aéronefs de la coalition, tel était le véritable challenge de cette opération. Un rendez-vous que n’ont pas manqué les marins du GAé qui ont assuré avec un grand professionnalisme les missions ordonnées dès leur arrivée sur la zone.

 

Nécessité de s’adapter au théâtre

Les chasseurs Rafale et SEM ont dû s’adapter au terrain irakien qui s’est montré particulier par bien des aspects. Les avions ont opéré à de grandes distances du porte-avions durant des vols éprouvants de 5 à 7 heures, de jour comme de nuit, prouvant leur grande autonomie et augmentant à la fois les contraintes pour les pilotes et le nombre de ravitaillements en vol. Ces ravitaillements, phase délicate (notamment en raison de conditions météorologiques parfois très difficiles avec des turbulences fortes) mais indispensable à mission, se sont effectués sur des tankers français et internationaux de la coalition (canadien, italien, américain,...). « L’interopérabilité lors de cette phase opérationnelle a été très forte », explique le commandant de la flottille 17F. « Les échanges permanents avec les membres de la coalition et leurs états-majors au niveau tactique, ont été un facteur déterminant dans le succès des sorties aériennes du GAé ». Cette coopération internationale était renforcée à bord du Charles de Gaulle par la présence de deux officiers de liaison de l’US Navy et un officier de l’armée de Terre affecté au Centex GAé (Centre d’expertise du GAé) afin d’affiner la connaissance des pilotes sur les opérations terrestres avant chaque vol.

 

Un gain d’expérience et un succès opérationnel

 « Le théâtre irakien ne ressemble en rien à ce que j’ai pu vivre en Afghanistan ou en Libye. Chammal a été pour le GAé un énorme gain d’expérience en terme d’opérations aériennes », confie un pilote expérimenté, « mais également en terme de gestion du potentiel aéronautique. Nos techniciens nous ont permis d’avoir une disponibilité des avions exceptionnelle sans laquelle nous n’aurions pas pu mener les opérations à un tel niveau d’efficacité ».

Les aéronefs des trois flottilles 11F, 17F et 4Font effectué, dans le cadre de l’opération Chammal, au-dessus du territoire hostile, et engagé l’ennemi à de nombreuses reprises. Comme le rappelle le commandant du GAé, le capitaine de vaisseau Jean, « les marins du ciel peuvent être fiers du travail accompli main dans la main avec tous les marins du GAN. La mission a été éprouvante, le défi de taille, mais à chaque étape, le remarquable professionnalisme de chacun a permis de voir tous les avions accomplir leur mission avec succès». Mais au-delà, «l’expérience acquise en Irak vient s’ajouter à l’héritage des opérations en Afghanistan et Libye; cela est précieux pour les jeunes générations».

Le Hawkeye ou E2C, apponte sur le porte-avions - photo Marine Nationale

Le Hawkeye ou E2C, apponte sur le porte-avions - photo Marine Nationale

Catapultage d’un SEM qui part pour une mission au-dessus de l’Irak. - photo Marine Nationale

Catapultage d’un SEM qui part pour une mission au-dessus de l’Irak. - photo Marine Nationale

Repost 0
27 avril 2015 1 27 /04 /avril /2015 16:30
photo Malek AZOUG - MIL.be

photo Malek AZOUG - MIL.be

 

24/04/2015 MIL.be

 

Jusqu’à présent, les F-16 belges ont détruit 107 cibles terrestres en Irak. Ces vols sont effectués au sein de la coalition internationale dans le cadre de la lutte contre l’État Islamique (EI) et à la demande de l’armée irakienne.

 

Le général-major aviateur Frederik Vansina, commandant de la Composante Air, l’a confirmé. « L’élimination des cibles au sol s’est effectuée sans dommage collatéral », explique-t-il encore.

 

Les F-16 belges opèrent au-dessus de l’Irak, pas dans le ciel syrien. En six mois, ils ont effectué 600 sorties, soit environ 5% des missions aériennes de l’ensemble de la coalition.

 

Notre pays a encore une trentaine de militaires sur place. Ils forment les soldats irakiens qui seront à leur tour engagés dans la lutte contre l’EI. Selon le commandant de la Composante Terre, le général-major Jean-Paul Deconinck, ces instructeurs belges exécutent leurs missions sur un lieu « hautement sécurisé » à proximité de l’aéroport de Bagdad.

Repost 0
16 avril 2015 4 16 /04 /avril /2015 18:30
photo EMA - Ministère de la Défense

photo EMA - Ministère de la Défense

 

16/04/2015 Sources : État-major des armées

 

Cette semaine, la force Chammal a réalisé 51 sorties, dont 12 aboutissant à des frappes, dans les régions de Ramadi, Baiji, et Sinjar. Dix-sept objectifs ont ainsi été neutralisés, incluant des positions de tir, check points, postes de combat, véhicules, bâtiments et combattants du groupe Daech. Deux autres frappes ont aussi été effectives sur des combattants dans la région Karmah. Depuis la mer, le porte-avions Charles de Gaulle a assuré du 12 au 16 avril la permanence aéronavale de la coalition, permettant au porte-avions USS Theodore Roosevelt de prendre, hors du golfe, la relève de l’USS Carl Vinson qui rentre à son port de base.

 

En parallèle, au sol, les activités d’instruction conduites à Bagdad au profit de l’ICTS se poursuivent. Les 300 stagiaires arrivés la semaine dernière continuent leur formation initiale.

 

Lancée depuis le 19 septembre 2014, l’opération Chammal mobilise 3 200 militaires. Elle vise, à la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliées de la France présents dans la région, à assurer un soutien aérien aux forces irakiennes dans la lutte contre le groupe terroriste autoproclamé Daech. Le dispositif complet est actuellement structuré autour de douze avions de chasse de l’armée de l’Air (six Rafale et six Mirage 2000D), d’un avion de contrôle aérien E3F, d’un avion de patrouille maritime Atlantique 2, et du groupe aéronaval et de son groupe aérien embarqué (douze Rafale Marine, neuf Super Etendard modernisés et un Hawkeye).

photo EMA - Ministère de la Défensephoto EMA - Ministère de la Défense
photo EMA - Ministère de la Défense

photo EMA - Ministère de la Défense

Repost 0
10 avril 2015 5 10 /04 /avril /2015 07:30
photo EMA

photo EMA

 

09/04/2015 Sources : État-major des armées

 

Cette semaine, la force Chammal a réalisé 61 sorties, dont 10 aboutissant à des frappes. Celles-ci ont permis la destruction de quinze objectifs, incluant principalement des matériels logistiques, des positions de tirs et une usine de fabrication d’engins explosifs.

 

En parallèle, au sol, les activités d’instruction conduites à Bagdad au profit de l’ICTS se poursuivent. Une cinquantaine de stagiaires ont déjà été formés au cours des quatre dernières semaines lors d’un stage orienté sur le combat urbain dans un environnement de danger IED. Depuis le 4 avril, les instructeurs français ont reçu 300 nouveaux stagiaires pour un stage de formation initiale d’un mois.

 

Lancée depuis le 19 septembre 2014, l’opération Chammal mobilise 3 200 militaires. Elle vise, à la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliées de la France présents dans la région, à assurer un soutien aérien aux forces irakiennes dans la lutte contre le groupe terroriste autoproclamé Daech. Le dispositif complet est actuellement structuré autour de douze avions de chasse de l’armée de l’Air (six Rafale et six Mirage 2000D), d’un avion de contrôle aérien E3F, d’un avion de patrouille maritime Atlantique 2, et du groupe aéronaval et de son groupe aérien embarqué (douze Rafale Marine, neuf Super Etendard modernisés et un Hawkeye).

photo EMA

photo EMA

Repost 0
7 avril 2015 2 07 /04 /avril /2015 16:30
photo 13e DBLE

photo 13e DBLE

 

07-04-2015 13e DBLE Réf : 474 | 883

 

Le 25 février dernier, un détachement de la 13e DBLE a atterri en Irak dans le cadre de l’opération Chammal ; volet français de l’opération Inherent Resolve conduite par la coalition pour lutter contre le terrorisme.

 

La mission du détachement, déployé à Bagdad consiste à former des unités d’élite appartenant à l’Iraki Counter Terrorism Service (ICTS), force qui a été mise sur pied par les Américains en 2003.

 

La mission consiste à prendre en compte des détachements de l’ICTS et selon une programmation conçue en coordination avec les pays membres de la coalition, de les instruire et de les former avant que les soldats irakiens ne reprennent, seuls, le chemin des combats. Le savoir-faire des légionnaires en termes de lutte contre-EEI, de combat urbain, ou de secours au combat sont très précieux pour des Irakiens qui suivent avec beaucoup d’attention le début d’une reconquête qu’ils espèrent décisive.

photo 13e DBLE

photo 13e DBLE

Repost 0
3 avril 2015 5 03 /04 /avril /2015 06:30
photo EMA / Marine nationale

photo EMA / Marine nationale

 

02/04/2015 Sources : État-major des armées

 

Le GAN, en relâche à Abu Dhabi du 25 au 31 mars, a repris ses activités aériennes au profit de la coalition le 1er avril.

 

Les avions français ont réalisé 23 missions depuis le 26 mars. Comme toujours, elles ont permis de cartographier le front et d’alimenter les données permettant aux avions de la coalition de frapper. Elles ont également permis, le 1er avril, de frapper directement des objectifs sur opportunité, en l’occurence des positions de tirs de Daech dans la région de Kirkouk.

 

En parallèle, les activités d’instruction conduites à Bagdad au profit de l’ICTS se poursuivent. Le détachement de conseil d’état-major termine quant à lui d’identifier, avec la 6ème division irakienne, les domaines dans lesquels porteront les efforts de conseil et d’assistance.

 

Lancée depuis le 19 septembre 2014, l’opération Chammal mobilise 3 200 militaires. Elle vise, à la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliées de la France présents dans la région, à assurer un soutien aérien aux forces irakiennes dans la lutte contre le groupe terroriste autoproclamé Daech. Le dispositif complet est actuellement structuré autour de douze avions de chasse de l’armée de l’Air (six Rafale et six Mirage 2000D), d’un avion de contrôle aérien E3F, d’un avion de patrouille maritime Atlantique 2, et du groupe aéronaval et de son groupe aérien embarqué (douze Rafale Marine, neuf Super Etendard modernisés et un Hawkeye).

photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

Repost 0
1 avril 2015 3 01 /04 /avril /2015 08:30
Opération Chammal : portraits de femmes au sein du détachement air projeté en Jordanie

 

01/04/2015 Sources :  EMA

 

Les femmes militaires déployées en Jordanie dans le cadre de l’opération Chammal nous racontent leur différents parcours et livrent leurs impressions.

 

Caporal-chef Tania, commando parachutiste de l’air

Au sein du détachement de protection projeté en Jordanie, le caporal-chef Tania est le seul personnel féminin. Ce militaire du rang a rejoint les commandos parachutistes de l’air n°20 (CPA 20) en 1999 et est devenu l’une des premières femmes commandos en CPA. Pour l’opération Chammal, elle est intégrée au sein d’une équipe d’une quinzaine de commandos, et s’occupe avec eux de la protection du personnel, des infrastructures et des aéronefs français. Suivant un cycle opérationnel régulier, elle participe également aux groupes de protection et d’intervention (GPI) mis en place pour sécuriser le camp français.

 

Sergent-chef Laëtitia, cellule chancellerie

Arrivée sur le théâtre jordanien mi-février 2015, le sergent-chef Laëtitia est responsable des différents travaux de la cellule chancellerie. Ce sous-officier dynamique s’est porté volontaire pour cette première opération extérieure avec le soutien de son époux. « Je suis partie avec quelques appréhensions au sujet des opérations extérieures mais dès mon arrivée elles ont été totalement effacées ».  Travaillant au sein de l’état-major fonctionnel du détachement air, elle souligne que « les relations y sont très cordiales et respectueuses. L’ambiance entre les collègues est très bonne ».Elle s’est habituée très rapidement à ce rythme de vie et de travail différent de la base aérienne de Cazaux où elle travaille à la cellule relations publiques.

 

Aspirant « Sissi », sous-chef navigateur

Au sein du personnel navigant, on retrouve l’aspirant surnommé « Sissi ». Elle est sous-chef navigateur à l’escadron 2/3 « Champagne ». Cet officier de 29 ans effectue aujourd’hui sa deuxième opération extérieure. Sur le théâtre, elle est la seule femme issue du corps du personnel navigant : « En opération comme en France, il n’y a aucun rejet, ou aucun sentiment de protection venant de mes collègues parce que je suis une femme. » Pour l’opération Chammal, Sissi se retrouve au sein d’une équipe d’une vingtaine de pilotes et navigateurs. « Ce sont tous de très bons collègues et quand je suis avec eux, il n’y a aucune gêne dans les discussions. Je ne me sens absolument pas exclue. Et comme on dit : dans les armées, il n’y a pas de distinctions il n’y a que des militaires ; c’est tout à fait vrai pour ma part» .

 

Sergent-chef Anne-Sophie, interprétateur photos

Le sergent-chef Anne-Sophie travaille à la cellule renseignement des Mirage 2000D, dans une équipe de six personnes. Interprétateur photos, elle est en charge de préparer, entre autres, les missions pour les équipages en insérant dans leur tablette (UMPC) tous les points intéressants et importants sur la zone qui sera survolée. Au retour de vol et en cas de tir, elle crée le compte rendu de tir reprenant tous les éléments de la mission en y insérant les photos des positions tirées. En poste sur la base aérienne 188 de Djibouti depuis quatre ans, elle travaille au sein de l’escadron 3/11 « Corse » où elle prépare aussi les briefings et les instructions sur le matériel de reconnaissance. En tant que femme militaire, Anne-Sophie confie : « je n’ai jamais eu de souci à travailler avec des hommes, tant que le travail est fait c’est le principal ». Elle ajoute : « pour l’opération Chammal,nous travaillons dans une très bonne ambiance. Les relations avec les équipages  se passent très bien. Ce qu’il faut avant tout c’est qu’on puisse répondre à leurs attentes, qu’on soit un homme ou une femme. »

Repost 0
31 mars 2015 2 31 /03 /mars /2015 12:30
Credits BBC MidEast

Credits BBC MidEast

 

31 mars 2015 Romandie.com (AFP)

 

Kirkouk (Irak) - Les forces de sécurité irakiennes ont repris le siège du conseil provincial à Tikrit, près d'un mois après le lancement de leur offensive sur cette ville du nord de l'Irak tenue par le groupe Etat islamique, ont rapporté mardi des responsables.

 

Il s'agit de la percée la plus significative depuis le lancement le 2 mars de l'offensive, la plus importante opération contre les jihadistes depuis qu'ils se sont emparés en juin dernier de vastes pans du territoire, notamment dans le nord de l'Irak.

 

Les forces irakiennes ont nettoyé le complexe gouvernemental à Tikrit, a indiqué notamment un général de l'armée s'exprimant sous le couvert de l'anonymat.

 

Nous avons le contrôle des bâtiments gouvernementaux depuis la nuit dernière, a-t-il ajouté.

 

Le gouverneur de Salaheddine, dont Tikrit est le chef-lieu, Raad al-Joubouri a confirmé que le siège du gouvernement local avait été repris, disant que les drapeaux irakiens flottaient à nouveau sur plusieurs bâtiments.

 

Le porte-parole de la milice chiite Badr, Karim al-Nouri, a confirmé la reprise du siège, affirmant que des membres des Unités de mobilisation générale --UMG, des forces pro-gouvernementales dominées par les milices chiites soutenues par l'Iran-- avaient pris part aux combats aux côtés des unités de la police.

 

Les UMG ont joué un rôle crucial pendant les trois premières semaines de l'offensive mais ont indiqué se mettre en retrait lorsque les forces de la coalition internationale menée par les Etats-Unis ont lancé des frappes sur Tikrit le 25 mars, à la demande de Bagdad.

 

Elles avaient notamment accusé Washington de chercher à leur voler la victoire à Tikrit.

 

Les Etats-Unis, qui reprochaient aux milices chiites irakiennes d'être sous l'influence de l'Iran, ont affirmé eux s'être engagés dans la bataille de Tikrit après avoir obtenu la garantie de Bagdad que les forces gouvernementales joueraient le premier rôle dans l'offensive.

 

Les dernières frappes de la coalition dans le secteur de Tikrit ont eu lieu dimanche et lundi, selon le Pentagone.

Repost 0
31 mars 2015 2 31 /03 /mars /2015 11:30
04.02.2015 Deux CF18 Hornet escortent un CC150 Polaris après avoir été ravitaillés pendant l’op. Impact (Photo Caméra de combat des Forces canadiennes, MDN)

04.02.2015 Deux CF18 Hornet escortent un CC150 Polaris après avoir été ravitaillés pendant l’op. Impact (Photo Caméra de combat des Forces canadiennes, MDN)

 

30 mars 2015 par Nicolas Laffont - 45eNord.ca

 

Sans vraiment de surprise, c’est par un vote de 142 pour et 129 contre que les députés de la Chambre des communes ont voté pour prolonger d’un an la mission militaire canadienne contre le groupe armé État islamique et l’étendre de l’Irak à la Syrie.

 

Les Conservateurs, tel que prévu, ont unanimement voté pour la motion, alors que les Libéraux et les Néo-Démocrates ont voté contre, ainsi que les Verts.

L’opération des Forces armées canadiennes Opération IMPACT est ainsi prolongée jusqu’au 31 mars 2016 et la force opérationnelle aérienne voit son mandat grandir avec l’ajout de la Syrie.

En plus de bombarder certaines positions en Irak, les CF-18 canadiens iront donc jusqu’en Syrie. Il n’est pas encore clair comment les pilotes pourront différencier des djihadistes de l’EI et d’autres groupes, ni jusqu’où ils s’enfonceront en territoire syrien.

«Notre choix n’est pas entre de bombarder ou de ne rien faire», a martelé à plusieurs reprises le chef de l’Opposition officielle Thomas Mulcair lors de son discours de fin des débats.

«On est en train d’aider indirectement Bachar al-Assad», a déclaré à 45eNord.ca la porte-parole néo-démocrate en matière d’affaires étrangères Hélène Laverdière.

«Le problème qui demeure est que c’est une mission mal définie, sans fin, et qui va aller bien au-delà du 31 mars 2016», a dit pour sa part Marc Garneau, porte-parole libéral en matière d’affaires étrangères.

 

 

La veille du vote, le ministre de la Défense nationale Jason Kenney avait affirmé sur les ondes de Radio-Canada que le Canada frapperait l’EI «là où il peut poser une menace à la sécurité internationale ou à celle du Canada».

Étant bien présent en Syrie, le «Califat» autoproclamé dérange donc, mais le Premier ministre Stephen Harper a annoncé qu’il ne demandera pas le consentement clair au président syrien Bachar al-Assad pour frapper sur son territoire, sous entendant ainsi une certaine communication entre les deux gouvernements.

En octobre dernier, lors du premier vote sur la mission en Irak, Stephen Harper avait pourtant déclaré le contraire, expliquant son refus de frapper en Syrie par son désir de ne pas entrer en conflit avec le gouvernement de Damas.

Le risque est également plus grand pour les avions de chasse canadiens en Syrie qu’en Irak.

«Aucun appareil de la coalition internationale n’a été touché par des tirs du gouvernement syrien jusqu’à maintenant», a relativisé Jason Kenney soulignant que les batteries de missiles et radars de défense aérienne du gouvernement syrien ne sont pas présents dans les régions que viseront les CF-18.

La mission pourrait cependant durer bien plus que 12 mois supplémentaires. Le Pentagone a, à plusieurs reprises, averti qu’il faudrait «plusieurs années» pour en finir avec l’EI. Le Premier ministre Harper a d’ailleurs indiqué que le Canada ne cessera pas ses activités «tant que l’EI sera actif».

Les détails seront prochainement connus sur quand et comment les bombardements canadiens auront lieu en Syrie. Interrogé à sa sortie du vote, le ministre de la Défense Jason Kenney a confié à 45eNord.ca que le chef d’état-major de la Défense, le général Tom Lawson, s’activait à finaliser les détails de l’extension de la mission canadienne à la Syrie et qu’on devrait donc savoir bientôt «le quand et le comment».

Dans un courriel, la Défense nationale nous a cependant indiqué que l’Aviation royale canadienne était «prête à commencer les frappes aériennes peu après l’adoption de la motion au Parlement». C’est toutefois les priorités de la coalition et l’attribution de cibles pour le Canada qui déterminera le calendrier des frappes.

Repost 0
27 mars 2015 5 27 /03 /mars /2015 00:30
Les Etats-Unis entrent dans la bataille de Tikrit

 

26.03.2015 Romandie.com (ats)

 

Les forces irakiennes, aidées par les Etats-Unis, sont reparties jeudi à l'assaut de la ville de Tikrit pour déloger les djihadistes du groupe Etat islamique. Washington a mené depuis mercredi 17 raids aériens sur cette ville située à 160 km au nord de Bagdad.

Les forces aériennes américaines n'étaient pas encore intervenues directement à Tikrit. La France a également effectué un raid, ont indiqué jeudi les commandements militaires des deux pays.

Les Etats-Unis ont longtemps exprimé leurs réticences à intervenir, en raison notamment du soutien actif de l'Iran aux milices chiites engagées dans la bataille. Mais la donne a changé mercredi lorsque le Premier ministre irakien Haider al-Abadi a réclamé des frappes.

 

Offensive terrestre relancée

Fortes de ce soutien aérien, les forces irakiennes ont relancé jeudi leur offensive terrestre, suspendue la semaine dernière en raison des nombreux engins explosifs disséminés par l'EI retranché à Tikrit.

Mais la bataille au sol engagée le 2 mars et présentée comme la plus massive depuis que l'EI s'est emparé l'an dernier de vastes pans de territoire en Irak, se fera désormais sans les milices chiites, selon Lloyd Austin, commandant des forces américaines au Moyen-Orient (Centcom).

Ces dernières, à qui Téhéran a notamment fourni de l'artillerie et des conseillers, "se sont retirées" de la zone de Tikrit et la bataille est maintenant menée par environ 4000 membres des forces spéciales et de la police irakienne, a précisé le général Austin.

Il était cependant impossible de confirmer jeudi si ce retrait était effectif sur le terrain.

 

"Aller de l'avant"

"Le gouvernement irakien devait être en charge de l'opération" pour que la coalition intervienne, c'était une "pré-condition", a encore expliqué le général lors d'une audition au Sénat américain. Ces propos faisaient écho à ceux d'un responsable américain qui avait indiqué que Barack Obama avait conditionné les frappes américaines à un rôle plus important des forces gouvernementales à Tikrit.

Le chef du Centcom a en outre dénoncé la "mauvaise approche" adoptée jusqu'alors à Tikrit. Il a aussi affirmé que la nouvelle configuration des combats permettrait d'"aller de l'avant".

Repost 0
26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 21:30
pphoto EMA / Marine Nationale

pphoto EMA / Marine Nationale

 

26/03/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Cette semaine, la force Chammal a réalisé 31 sorties aériennes, dont quatre ont abouti à des frappes au sol. Le 20 mars, une patrouille a tiré sur un bâtiment abritant une fabrique d’IED dans la région de Ramadi, alors qu’une seconde patrouille a détruit deux camions suicides dans la région de Bagdad. Le lendemain, les avions français, en appui des forces irakiennes au contact au sol, ont neutralisé un poste de combat situé sur un immeuble dans la région de Ramadi. Enfin, le 22 mars, la force Chammal, en appui de Peshmergas, a neutralisé une trentaine de combattants qui étaient abrités dans un immeuble dans la région de Sinjar.

 

Lancée depuis le 19 septembre 2014, l’opération Chammal mobilise 3 200 militaires. Elle vise, à la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliées de la France présents dans la région, à assurer un soutien aérien aux forces irakiennes dans la lutte contre le groupe terroriste autoproclamé Daech. Le dispositif complet est actuellement structuré autour de douze avions de chasse de l’armée de l’Air (six Rafale et six Mirage 2000D), d’un avion ravitailleur C-135 FR, d’un avion de patrouille maritime Atlantique 2, et du groupe aéronaval et de son groupe aérien embarqué (douze Rafale Marine, neuf Super Etendard modernisés et un Hawkeye).

photo EMA / Marine Nationalephoto EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

Repost 0
26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 12:30
Credits BBC MidEast

Credits BBC MidEast

 

26 mars 2015 45eNord.ca (AFP)

 

Les États-Unis ont lancé mercredi des frappes aériennes pour aider les forces irakiennes à reprendre Tikrit (nord) au groupe Etat islamique, se retrouvant alliés de facto de l’Iran qui joue déjà un rôle clef de soutien à Bagdad dans la bataille.

 

Les États-Unis et leurs alliés de la coalition « fournissent frappes aériennes, renseignement aérien, conseil et assistance au quartier général des forces irakiennes, pour renforcer leurs capacités à battre l’EI » à Tikrit, a déclaré dans un communiqué le commandement américain dirigeant les frappes (CJTF).

 

Les opérations ont été lancées « à la demande du Premier ministre irakien Haider al-Abadi », précise le CJTF.

 

Selon une source militaire irakienne, la coalition a bombardé « quatre endroits » du centre de Tikrit, dans des opérations qui ont commencé après le coucher du soleil.

 

L’offensive irakienne sur Tikrit, qui a débuté le 2 mars, implique des milliers d’Irakiens, soldats, policiers et paramilitaires alliés aux forces gouvernementales, dont les « Unités de mobilisation populaire », groupe composé essentiellement de miliciens chiites soutenus par l’Iran.

 

Les Iraniens ont notamment fourni de l’artillerie et des conseillers à ces milices chiites.

 

L’offensive a permis de reconquérir des villes menant à la ville d’origine de Saddam Hussein, et d’encercler les quelques centaines de jihadistes toujours retranchés dans Tikrit.

 

Mais la reconquête de la ville elle-même s’est avérée plus difficile en raison des importants dispositifs défensifs mis en place par les jihadistes, dont un grand nombre d’engins explosifs disséminés dans les rues et les bâtiments.

 

L’opération a été suspendue depuis la semaine dernière, selon les Irakiens.

 

Les Américains justifiaient jusqu’à aujourd’hui leur non-implication dans la bataille de Tikrit par le fait que le gouvernement irakien ne leur avait pas fait de demande d’intervention.

 

Seul un des chefs militaires irakiens de l’offensive sur Tikrit, le général irakien Abdelwahab al-Saadi, s’était exprimé publiquement le 15 mars en faveur d’un soutien aérien de la coalition.

 

Les responsables américains ne cachaient pas qu’ils considéraient que l’Irak a fait une erreur en ne demandant pas de frappes de la coalition depuis le début de l’offensive, et en s’appuyant seulement sur l’aide iranienne.

 

« Les capacités militaires fiables, professionnelles, avancées sont des choses qui très clairement et très nettement appartiennent à la coalition » a souligné le colonel Warren dans la journée de mercredi.

 

Le rôle joué par Téhéran dans la bataille de Tikrit et l’importance sur le terrain du général iranien Ghassem Souleimani, qui dirige la Force al-Qods, une unité des Gardiens de la révolution iraniens sont perçus d’un mauvais oeil par Washington, alors que l’Iran ne fait pas partie de la coalition internationale anti-jihadistes.

 

Les Américains ont répété depuis le début de l’implication iranienne dans la bataille contre l’EI qu’ils ne se « coordonnaient pas » avec l’Iran, et que les Irakiens étaient leurs seuls interlocuteurs sur le terrain.

 

« Tout le monde sait qu’il y a un certain mouvement des forces iraniennes -à la fois dans et à l’extérieur du nord de l’Irak- qui sont engagées dans les combats depuis le tout début. Mais ce n’est pas coordonné. Nous ne nous coordonnons pas avec eux », avait expliqué début mars le secrétaire d’Etat John Kerry.

 

Les Etats-Unis menaient déjà des vols de reconnaissance près de Tikrit, avait indiqué mardi un haut responsable de la coalition internationale anti-jihadistes, confirmant pour la première fois une implication américaine dans cette offensive.

 

Les frappes entamées mercredi « sont destinées à détruire les bastions de l’EI avec précision, sauvant ainsi des vies irakiennes innocentes, tout en minimisant les dommages collatéraux aux infrastructures », a déclaré le général américain James Terry, qui dirige le CJTF.

 

« Pour être clair, la coalition se coordonne seulement avec le gouvernement irakien et les forces de sécurité irakiennes. Nous ne nous coordonnons pas nos opérations d’aucune façon avec l’Iran ou les milices soutenues par les Iraniens », a toutefois précisé le colonel Patrick Ryder, porte-parole du Centcom, le commandement américain de la région.

Repost 0
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 12:30
L'EI publie la liste de 100 militaires américains à abattre

 

Washington, 22 mars 2015 Marine & Océans (AFP)

 

Des hackers se réclamant du groupe jihadiste de l'Etat islamique ont publié une liste de 100 militaires américains à abattre, précisant leurs noms et adresses supposés, indique dimanche le centre américain de surveillance des sites islamistes (SITE).

 

Ce groupe qui se présente comme la "Division des hackers de l'Etat islamique" a mis en ligne ces informations sur des membres de différents corps de l'armée américaine, y compris leurs photographies et grades, ajoute le SITE.

 

Il affirme avoir piraté ces informations sur des serveurs, bases de données et emails du gouvernement.

 

Selon lui, les 100 militaires ciblés ont participé à la guerre contre l'EI en Syrie, en Irak et au Yémen.

 

Interrogés par le New York Times, le département américain de la Défense et le FBI ont dit être informés de ces menaces et enquêter sur le site.

 

Le journal cite par ailleurs une source militaire qui affirme que les informations publiées sont pour la plupart accessibles au public et que les serveurs du gouvernement ne semblent pas avoir été piratés.

 

Ces derniers mois, plusieurs médias et institutions américaines ont été piratés par des hackers se réclamant de l'EI. En janvier, ils avaient ainsi brièvement pris le contrôle des comptes Twitter et YouTube du commandement militaire américain au Moyen-Orient (Centcom), une intrusion embarrassante pour l'armée américaine en pleine guerre contre l'EI en Syrie et Irak.

Repost 0
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 16:30
Peshmerga fighters during a simulated raid on a building -  photo Matt Cetti-Roberts

Peshmerga fighters during a simulated raid on a building - photo Matt Cetti-Roberts

 

March 20, 2015 by Matt Cetti-Roberts – WIB

 

Mountain guerrillas learn how to become urban warriors

 

A young, German army non-commissioned officer stands inside the room. He’s by the window, and he’s waiting for his students. There’s no door — just a cardboard box in its place marked “fragile.”

The students — all of them Kurdish Peshmerga fighters — enter, kicking up dust and wildly pointing their weapons in different directions. Their lack of confidence doing this for the first time shows.

The German soldier stops them, pointing out what they did wrong. He stands in a corner demonstrating that if he had been an enemy, he could have killed the first man entering the room. The pupils nod their heads as a translator delivers the lesson.

The trainees enter the room and try again … and again. The Kurds make mistakes — sometimes small, sometimes big. But the foreign instructors carry on, patiently pushing them to do better.

 

Continue reading

A German soldier, at left, speaks to a group of Peshmerga trainees through an interpreter, at right -  photo Matt Cetti-Roberts – WIB

A German soldier, at left, speaks to a group of Peshmerga trainees through an interpreter, at right - photo Matt Cetti-Roberts – WIB

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories