Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 janvier 2016 4 21 /01 /janvier /2016 11:30
photo US Navy

photo US Navy


20.01.2016 Ministère de la Défense
 

The text of the following statement was released by the defense ministers of Australia, France, Germany, Italy, the Netherlands, the United Kingdom and the United States following a meeting co-hosted by France and the United States in Paris on counter-ISIL cooperation.

Australian Minister of Defence Marise Payne, French Minister of Defense Jean-Yves Le Drian, German Minister of Defense Ursula vonder Leyen, Italian Minister of Defense Roberta Pinotti, Dutch Minister of Defense Jeanine Hennis-Plasschaert, British Secretary of State for Defence Michael Fallon, and American Secretary of Defense Ash Carterled their respective delegations.

 

Today in Paris – at the invitation of French Minister of Defense Jean-Yves Le Drian and U.S. Secretary of Defense Ash Carter– we discussed opportunities to intensify and accelerate the counter-ISIL/Daesh military campaign in Iraq and Syria, our shared approach to defend against its global ambitions, and to ensure the protection of our citizens. ISIL/Daeshare on the back foot.But there is more we need to do.

We reaffirmed our governments’ continuing substantial commitment to work together with the entire C-ISIL/Daesh Coalition to accelerate and intensify the campaign against ISIL/Daesh, in order to deliver a lasting defeat to this barbaric organization. We expressed our broad support for the campaign plan objectives, and the need to continue gathering momentum in our campaign, as it moves into its next phase targeting ISIL/Daesh's vulnerabilities. We discussed military campaign requirements to expand efforts against ISIL/Daesh and committed to work together with other military and non-military contributors to fill these requirements.  We agreed to review regularly the coalition’s campaign plan and the progress in its implementation.

The military campaign is an essential part of our overall effort to defeat and destroy ISIL/Daesh, but it is not sufficient. We are committed to ensuring the coherence of our military actions with the comprehensive efforts to set the conditions for sustainable political stability in the region.

We thank all of our partners are helping us advance the military campaign against ISIL/Daesh and its infrastructure. We recognize in particular the dedication and stead fastness of local partner forces.

We endorsed Secretary Carter’s proposal for defense ministers ofthe C-ISIL/Daesh Coalition force contributing nations to convene their first Defense Ministerial, in February.

 

Repost 0
29 décembre 2015 2 29 /12 /décembre /2015 14:30
Inherent Resolve – Chammal SITREP 29 Dec – CJTF-OIR


 

December 29, 2015 by CJTF-OIR Release # 20151229-01

 

Military Strikes Continue Against ISIL Terrorists in Syria and Iraq

 

SOUTHWEST ASIA- On Dec. 28, coalition military forces continued to attack ISIL terrorists in Syria and Iraq. In Syria, coalition military forces conducted nine strikes using attack, bomber, and remotely piloted aircraft. In Iraq, coalition military forces conducted 22 strikes coordinated with and in support of the Government of Iraq using fighter, attack, bomber, and remotely piloted aircraft against ISIL targets.

 

The following is a summary of the strikes conducted against ISIL since the last press release:

 

Syria

• Near Al Hawl, one strike struck an ISIL tactical unit and destroyed two ISIL fighting positions and an ISIL tunnel complex.

• Near Manbij, five strikes struck an ISIL tactical unit and destroyed an ISIL vehicle borne improvised explosive device (VBIED), an ISIL fighting position, and cratered three ISIL-used roads.

• Near Mar’a, three strikes struck two ISIL tactical units and destroyed an ISIL vehicle.

 

Iraq

• Near Fallujah, two strikes struck two separate ISIL tactical units and destroyed two ISIL fighting positions, two ISIL bunkers, two ISIL tunnel entrances, an ISIL vehicle, and an ISIL trench system.

• Near Kirkuk, one strike destroyed two ISIL excavators.

• Near Kisik, three strikes struck two separate ISIL tactical units and destroyed an ISIL fighting position and wounded two ISIL fighters.

• Near Mosul, five strikes struck two separate ISIL tactical units and destroyed three ISIL vehicles, 14 ISIL fighting positions, an ISIL tunnel, and three ISIL command and control nodes.

• Near Qayyarah, two strikes struck two separate ISIL tactical units and destroyed three ISIL fighting positions and an ISIL vehicle.

• Near Ramadi, seven strikes struck five separate ISIL tactical units and destroyed eight ISIL fighting positions, two ISIL oil tanker trucks, three ISIL heavy machine gun positions, an ISIL vehicle, an ISIL front end loader, an ISIL VBIED, an ISIL sniper position, an ISIL house borne improvised explosive device (HBIED), and denied ISIL access to terrain.

• Near Sinjar, one strike suppressed an ISIL mortar position.

• Near Tal Afar, one strike destroyed an ISIL-used culvert.

 

Additionally, there were two additional strikes from Dec. 27 that were not included on the Dec. 28 strike release.

 

Syria

• Near Mar’a, two strikes struck two separate ISIL tactical units.

 

Strike assessments are based on initial reports. All aircraft returned to base safely.

 

A strike, as defined in the CJTF releases, means one or more kinetic events that occur in roughly the same geographic location to produce a single, sometimes cumulative effect for that location. So having a single aircraft deliver a single weapon against a lone ISIL vehicle is one strike, but so is multiple aircraft delivering dozens of weapons against a group of buildings and vehicles and weapon systems in a compound, for example, having the cumulative effect of making that facility (or facilities) harder or impossible to use. Accordingly, CJTF-OIR does not report the number or type of aircraft employed in a strike, the number of munitions dropped in each strike, or the number of individual munition impact points against a target.

 

The strikes were conducted as part of Operation Inherent Resolve, the operation to eliminate the ISIL terrorist group and the threat they pose to Iraq, Syria, and the wider international community.

The destruction of ISIL targets in Syria and Iraq further limits the group's ability to project terror and conduct operations. Coalition nations which have conducted strikes in Iraq include Australia, Belgium, Canada, Denmark, France, Jordan, Netherlands, the United Kingdom, and the United States. Coalition nations which have conducted strikes in Syria include Australia, Bahrain, Canada, France, Jordan, Saudi Arabia, Turkey, United Arab Emirates, the United Kingdom, and the United States.

Repost 0
28 décembre 2015 1 28 /12 /décembre /2015 12:30
Irak: l'armée annonce la «libération» totale de Ramadi

 

28/12/2015 Par Lefigaro.fr avec AFP

 

Les forces irakiennes ont libéré aujourd'hui la ville de Ramadi, à l'ouest de Bagdad, et levé le drapeau national sur le complexe gouvernemental, a indiqué le commandement irakien des opérations.

 

"Ramadi a été libérée et les forces armées du contre-terrorisme ont dressé le drapeau sur le siège gouvernemental", s'est félicité le général de brigade Yahya Rassool sur la télévision d'Etat.

 

La ville était aux mains de l'État islamique depuis le mois de ma dernier. Cette reprise constitue la plus importante victoire de l'armée régulière face aux djihadistes, qui l'avaient mise en déroute en s'emparant d'un tiers du territoire irakien il y a dix-huit mois.

Repost 0
28 décembre 2015 1 28 /12 /décembre /2015 12:30
photo UK MoD

photo UK MoD

Defence HQ

 

 

British forces have continued to conduct air operations in the fight against Daesh
 

Operations against the Daesh terrorist network have continued at a high intensity over the holiday period, with Royal Air Force aircraft conducting air strikes in Syria and Iraq, particularly in support of successful Iraqi operations in Ramadi.

 

Armed reconnaissance missions have been flown daily by RAF Tornado GR4, Typhoon FGR4, and Reaper aircraft, focusing on supporting the Iraqi security forces during their offensive operations in Ramadi, and also in northern Iraq in the area around Mosul. On Wednesday 23 December, a Typhoon patrol to the east of Mosul conducted a total of six successful attacks with eight Paveway IV precision guided bombs, which destroyed four terrorist-held buildings and a tunnel, including ammunitions stores, several heavy machine-guns, and a sniper position. Further south, two flights of Tornado GR4s were contributing to the coalition air effort which supported the Iraqi army’s offensive into the centre of Ramadi. The Tornados conducted six attacks, again with Paveway IVs, and although on every occasion Iraqi forces were in very close proximity to the terrorist targets, careful planning and the accuracy of the weapons allowed all six attacks to be a success. The Tornados’ targets included three terrorist teams armed with rocket-propelled grenades, a sniper position, a Daesh group in close combat with Iraqi troops, and a large group of at least 17 terrorists, who suffered a direct hit. That night, a further pair of Tornados patrolled over Mosul, and destroyed two Daesh-held buildings with Paveways.

Thursday 24 December saw Typhoons operating near Mosul, where they destroyed another Daesh building with a Paveway, whilst over Ramadi, two pairs of Tornados again provided close air support to the Iraqi troops. The GR4s worked closely with other coalition aircraft to deliver two successful Paveway attacks on groups of terrorist fighters.

Missions continued on Christmas Day, with Tornados maintaining close air support over Ramadi. Once again working closely with other coalition aircraft, they used Paveway IVs against two terrorist teams, an anti-aircraft gun, and a massed Daesh group who were assembling for an attempted counter-attack on the successful Iraqi advance. Meanwhile, over Syria, an RAF Reaper struck a Daesh checkpoint south of Raqqa with a Hellfire missile. On Saturday 26 December, another Reaper patrolled over northern Iraq, where it destroyed a terrorist vehicle with a Hellfire, then supported a coalition air strike on a Daesh tunnel entrance.

RAF operations on Sunday 27 December focused largely on northern Iraq, with Typhoons using Paveway bombs to engage an armoured vehicle and mortar teams in the area of Tal Afar and Kisik. South-west of Mosul, a Tornado flight destroyed two terrorist-occupied buildings with Paveway IVs, then attacked a group of extremists in the open. A second Typhoon patrol over the northern region assisted Kurdish peshmerga in close combat with Daesh, striking two terrorist groups with Paveway IVs.

 

see all updates

Repost 0
23 décembre 2015 3 23 /12 /décembre /2015 11:30
Inherent Resolve – Chammal SITREP 22 Dec – CJTF-OIR

 

December 22, 2015 by CJTF-OIR Release # 20151222-01

 

Military Strikes Continue Against ISIL Terrorists in Syria and Iraq

 

SOUTHWEST ASIA- On Dec. 21, coalition military forces continued to attack ISIL terrorists in Syria and Iraq. In Syria, coalition military forces conducted eight strikes using attack, fighter, and remotely piloted aircraft. In Iraq, coalition military forces conducted 17 strikes coordinated with and in support of the Government of Iraq using attack, fighter, bomber, and remotely piloted aircraft against ISIL targets.

 

The following is a summary of the strikes conducted against ISIL since the last press release:

 

Syria

• Near Al Hasakah, one strike struck an ISIL tactical unit and destroyed an ISIL building.

• Near Al Hawl, two strikes struck two separate ISIL tactical units and destroyed four ISIL fighting positions.

• Near Ar Raqqah, one strike struck an ISIL excavator.

• Near Mar’a, four strikes struck four separate ISIL tactical units and destroyed an ISIL vehicle, an ISIL fighting position, damaged an ISIL fighting position, and wounded two ISIL fighters.

 

Iraq

• Near Fallujah, two strikes struck an ISIL tactical unit and destroyed an improvised explosive device (IED) facility and wounded two ISIL fighters.

• Near Kisik, one strike suppressed ISIL rocket fire.

• Near Mosul, seven strikes struck six separate ISIL tactical units and destroyed an ISIL building, 12 ISIL fighting positions, an ISIL heavy machine gun, two ISIL vehicles, five ISIL bunkers, and destroyed seven ISIL assembly areas.

• Near Qayyarah, one strike destroyed an ISIL excavator.

• Near Ramadi, six strikes struck two separate ISIL tactical units and destroyed four ISIL command and control nodes, four ISIL weapons caches, two ISIL buildings, an ISIL vehicle borne improvised explosive device (VBIED), wounded two ISIL fighters, and denied ISIL access to terrain.

 

Strike assessments are based on initial reports. All aircraft returned to base safely.

 

A strike, as defined in the CJTF releases, means one or more kinetic events that occur in roughly the same geographic location to produce a single, sometimes cumulative effect for that location. So having a single aircraft deliver a single weapon against a lone ISIL vehicle is one strike, but so is multiple aircraft delivering dozens of weapons against a group of buildings and vehicles and weapon systems in a compound, for example, having the cumulative effect of making that facility (or facilities) harder or impossible to use. Accordingly, CJTF-OIR does not report the number or type of aircraft employed in a strike, the number of munitions dropped in each strike, or the number of individual munition impact points against a target.

 

The strikes were conducted as part of Operation Inherent Resolve, the operation to eliminate the ISIL terrorist group and the threat they pose to Iraq, Syria, and the wider international community.

 

The destruction of ISIL targets in Syria and Iraq further limits the group's ability to project terror and conduct operations. Coalition nations which have conducted strikes in Iraq include Australia, Belgium, Canada, Denmark, France, Jordan, Netherlands, the United Kingdom, and the United States. Coalition nations which have conducted strikes in Syria include Australia, Bahrain, Canada, France, Jordan, Saudi Arabia, Turkey, United Arab Emirates, the United Kingdom, and the United States.

Repost 0
21 décembre 2015 1 21 /12 /décembre /2015 08:30
Update: Royal Air Force air strikes in Iraq and Syria

 

20 December 2015 Ministry of Defence

 

British forces have continued to conduct air operations in the fight against Daesh

 

Royal Air Force aircraft have continued operations against Daesh, including the most intensive day of air strikes so far.

 

Our Tornados, Typhoons and Reapers are flying daily armed reconnaissance missions against Daesh, and the additional aircraft which we have deployed to RAF Akrotiri allow us to conduct operations over Syria whilst still providing very effective support to the Iraqi and Kurdish troops, who have already liberated some 40% of the Iraqi territory first seized by the terrorists in summer 2014

 

On Tuesday 15 December, two Tornado GR4s patrolled over eastern Syria and northern Iraq and conducted a successful attack with a Paveway IV laser and GPS guided bomb to destroy a terrorist mortar position near Sinjar. Further south, two Typhoon FGR4s supported the Iraqi army in its operations around Ramadi, and struck a Daesh encampment with two Paveway IVs. A second pair of Tornados flew another mission over northern Iraq and destroyed an enemy mortar with a Paveway.

 

Wednesday 16 December proved to be the most intensive day of combat operations by RAF aircraft since the start of the campaign in September 2014. A pair of Tornados assisted the Iraqi troops battling Daesh on the outskirts of Ramadi, and used Paveway IVs to destroy two heavy machine-gun positions, a sniper team and a group of terrorist fighters.

 

In northern Iraq, two Tornados, two Typhoons and two Reapers, provided sustained close air support to the Kurdish peshmerga. Our aircraft delivered numerous precision attacks on terrorist targets, to the north and west of Mosul where the peshmerga were engaged in close combat with Daesh, using a mixture of Brimstone, Hellfire, Paveway IV and GBU-12 missiles and bombs. In total, these RAF strikes are estimated to have successfully destroyed four heavy machine-gun positions, two terrorist teams armed with rockets, three Daesh vehicles, one of which was a large truck-bomb, and six groups of terrorists. In addition, the two Reapers were able to use their advanced reconnaissance sensors to assist twelve successful attacks by other coalition aircraft. A further pair of Typhoons conducted tactical reconnaissance and another Tornado mission returned to Ramadi, where they destroyed a heavy machine-gun position and two terrorist-held buildings.

 

Operations continued on Thursday 17 December, when a Tornado patrol south of Sinjar was able to destroy three vehicles with Brimstone missiles. In western Iraq, Typhoons worked very closely with an advancing Iraqi unit which had discovered a string of improvised explosive devices blocking the road. The Typhoons dropped a pair of Paveway IVs, which safely detonated the Daesh booby-traps. During the evening, another Tornado mission in northern Iraq located a large group of terrorists massing for an attempted attack on a Kurdish position, and delivered two Paveways into their midst.

Repost 0
20 décembre 2015 7 20 /12 /décembre /2015 00:30
La Turquie annonce le retrait de ses troupes d'Irak

 

19.12.2015 par - JDD

 

La Turquie a annoncé samedi soir qu'elle "poursuivra" le retrait de ses troupes d'Irak, au lendemain d'un appel téléphonique du président américain Barack Obama à son homologue turc Recep Tayyip Erdogan l'invitant à prendre une telle mesure afin d'apaiser les tensions entre les deux pays voisins.

 

Les interventions de l'armée turque à ses frontières ne cessent d'engendrer des tensions diplomatiques depuis six mois. Alors qu'Ankara et Moscou sont en froid après qu'un avion russe ait été abattu par l'armée turc, la présence de troupes sur le territoire irakien embarrasse la communauté internationale. Vendredi, le président américain Barack Obama a téléphoné à son homologue turc Recep Tayyip Erdogan pour lui demander de calmer le jeu. Ce que le responsable politique a accepté.

En effet, la Turquie a annoncé samedi soir qu'elle "poursuivra" le retrait de ses troupes d'Irak. "Prenant compte des sensibilités de la partie irakienne (...) la Turquie poursuivra le processus entamé pour le retrait de ses troupes stationnées dans la province de Mossoul (nord)", a indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

 

Incursion illégale de l'armée turque en Irak?

Lors de la conversation téléphonique, Barack Obama a insisté sur la nécessité pour la Turquie de "respecter la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Irak", selon un compte-rendu diffusé par la Maison Blanche. L'Irak a réclamé mardi dernier un "retrait complet" des forces turques de son territoire. Barack Obama a toutefois salué "la contribution" de la Turquie à la coalition militaire de lutte contre le groupe Etat islamique (EI), conduite par les Etats-Unis.

La Turquie avait déployé en Irak il y a une dizaine de jours un contingent de 150 à 300 soldats et une vingtaine de véhicules blindés dans le camp de Bachiqa, dans le Nord du pays. Ankara a affirmé qu'il s'agissait simplement de renforts dépêchés pour assurer la protection des conseillers militaires turcs chargés d'entraîner des combattants irakiens dans la lutte contre le groupe EI, qui contrôle notamment la grande ville de Mossoul. Mais Bagdad y a vu une incursion illégale.

Repost 0
18 décembre 2015 5 18 /12 /décembre /2015 22:30
Obama appelle Erdogan à retirer les troupes turques d'Irak

 

18 décembre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Washington - Le président américain Barack Obama a appelé vendredi, lors d'une conversation téléphonique, son homologue turc Recep Tayyip Erdogan à prendre des mesures pour apaiser les tensions avec l'Irak, en particulier en retirant les troupes turques qui s'y trouvent.

 

Lors de cet appel, M. Obama a insisté sur la nécessité pour la Turquie de respecter la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Irak, selon un compte-rendu diffusé par la Maison Blanche.

 

L'Irak a réclamé mardi un retrait complet des forces turques de son territoire.

 

Barack Obama a toutefois salué la contribution de la Turquie à la coalition militaire de lutte contre le groupe Etat islamique (EI), conduite par les Etats-Unis.

 

Les deux dirigeants ont aussi discuté de l'intensification de la coopération sur la Syrie, évoquant des efforts communs pour renforcer l'opposition syrienne modérée et accentuer la pression sur l'EI, ainsi que la continuation des efforts pour une solution négociée au conflit.

 

Les grandes puissances de l'ONU se sont mises d'accord vendredi à New York sur un projet de résolution américano-russe de plan de paix en Syrie. Des négociations pourraient démarrer début janvier, d'après ce texte.

 

La Turquie avait déployé en Irak il y a une dizaine de jours un contingent de 150 à 300 soldats et une vingtaine de véhicules blindés dans le camp de Bachiqa, dans le nord du pays. Des responsables turc et irakien avaient fait état lundi d'un retrait partiel de ces militaires.

 

Ankara a affirmé qu'il s'agissait simplement de renforts dépêchés pour assurer la protection des conseillers militaires turcs chargés d'entraîner des combattants irakiens dans la lutte contre le groupe EI qui contrôle notamment la grande ville de Mossoul (nord). Mais Bagdad y a vu une incursion illégale.

 

Les ministres des Affaires étrangères des pays de la Ligue arabe se réuniront le 24 décembre en session extraordinaire au Caire pour évoquer ce déploiement de troupes turques en Irak.

Repost 0
17 décembre 2015 4 17 /12 /décembre /2015 12:30
 photo AFP

photo AFP

 

15.12.2015 Par valeursactuelles.com

 

Daech. Un  petit contingent de six Français volontaires, réunis sous l’appellation « Unité 732 », combat l’Etat islamique aux côtés des peshmergas en Irak.

 

« Nous ne sommes pas des croisés. On n'est pas venu parce qu'on n'a pas de boulot et qu'on s'emmerde. On est là pour défendre nos valeurs ». Pascal, Fred, Kim... Ils sont six volontaires au total, sans oublier la chienne Bella, la mascotte du groupe, et ont pris comme nom « Unité 732 » (date de la "bataille de Poitiers", remportée par les Francs menés par Charles Martel contre les sarrasins de l’émir de Cordoue Abd El Rahman) à combattre Daech en Irak.

Ces Français volontaires disposent tous d’une solide expérience militaire et des armes fournies par les peshmergas mais sont tenus éloignés du front et n'ont encore jamais directement affronté les djihadistes. « Nous faisons surtout de la reconnaissance et du renseignement, en plus de travailler à un programme de formation » explique Pascal, l’un des membres de l’unité.

Suite de l'article

Repost 0
5 décembre 2015 6 05 /12 /décembre /2015 16:30
L'Irak appelle la Turquie à retirer ses troupes de son territoire

 

05.12.2015 Romandie.com (ats)

 

L'Irak a appelé samedi la Turquie à retirer "immédiatement" ses troupes de son territoire après le déploiement de soldats turcs dans les environs de Mossoul (nord). Quelque 150 soldats turcs sont arrivés vendredi dans cette zone.

 

Le déploiement turc est considéré comme "une sérieuse violation de la souveraineté irakienne", indique le communiqué officiel diffusé par le Premier ministre irakien Haider al-Abadi. Selon l'agence de presse progouvernementale turque Anatolie, quelque 150 soldats turcs sont arrivés vendredi dans les environs de Mossoul, deuxième ville d'Irak occupée par le groupe djihadiste Etat islamique (EI), dans le cadre d'une mission d'entraînement des troupes kurdes irakiennes.

 

Ce contingent turc, soutenu par 20 à 25 chars, s'est déployé dans la région de Bashika, a ajouté Anatolie. Des soldats turcs sont présents depuis deux ans et demi dans le nord de l'Irak dans le cadre d'un accord de coopération destiné à l'entraînement des "peshmergas", les troupes de la région autonome du Kurdistan irakien.

 

"Nous avons la confirmation que la Turquie a envoyé en territoire irakien des troupes estimées à près d'un régiment blindé, accompagnées de chars et d'artillerie prétendument pour entraîner des groupes armés, et cela sans la demande ou l'aval des autorités fédérales irakiennes", a protesté le communiqué officiel irakien.

 

Le mouvement militaire opéré vendredi l'a été dans le cadre d'une rotation des effectifs affectés à cette mission, selon l'agence Anatolie.

Repost 0
5 décembre 2015 6 05 /12 /décembre /2015 16:30
La Turquie dément tout renforcement de ses opérations militaires en Irak

 

05 décembre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Ankara - Le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu a démenti samedi que le déploiement de soldats turcs dans les environs de la ville de Mossoul (nord) constituait le préalable à une opération militaire en Irak, après les critiques de Bagdad appelant Ankara à les retirer immédiatement.

 

Le camp de Bashika, à 30 km au nord de Mossoul, est un camp d'entraînement établi en soutien des volontaires qui combattent le terrorisme, a déclaré M. Davutoglu lors d'un discours télévisé.

 

Selon l'agence progouvernementale turque Anatolie, quelque 150 soldats turcs, soutenus par 20 à 25 chars, sont arrivés vendredi dans les environs de Mossoul, deuxième ville d'Irak occupée par le groupe jihadiste Etat islamique (EI), dans le cadre d'une mission de formation.

 

Des soldats turcs sont présents depuis deux ans et demi dans le nord de l'Irak dans le cadre d'un accord de coopération signé avec les autorités de la région autonome du Kurdistan irakien.

 

Ce n'est pas un nouveau camp, a-t-il ajouté, en rappelant que ses troupes y avaient déjà formé plus de 2.000 Irakiens. Le chef du gouvernement a qualifié le nouveau déploiement de rotation normale et de renfort pour faire face à des risques de sécurité.

 

Toute autre interprétation de ce mouvement de troupes ne saurait être qu'une provocation, a-t-il insisté.

 

Nous avons déjà formé et nous allons continuer à former nos frères irakiens qui combattent Daech (l'acronyme arabe du de l'EI) à Bashika et ailleurs, a poursuivi M. Davutoglu, nous allons continuer à renforcer notre coopération avec la République irakienne dans tous les domaines.

 

Nous n'avons aucune prétention sur aucun territoire. Le combat de la Turquie vise les organisations terroristes, a-t-il conclu.

 

Le Premier ministre irakien Haider al-Abadi a dénoncé samedi dans un communiqué une sérieuse violation de la souveraineté irakienne et appelé la Turquie à se retirer immédiatement du territoire irakien.

Repost 0
20 novembre 2015 5 20 /11 /novembre /2015 08:30
D'où vient la fortune de l'État islamique ?

 

18/11/15 Alain Mouton, journaliste  - Trends

 

L'État islamique, l'organisation derrière les attentats de Paris, est une des armées de mercenaires les plus solvables au monde. Elle tire ses gigantesques moyens financiers de diverses sources: pétrole, chantage, enlèvements, antiquités et même coton. À cela, on peut ajouter des dons de mécènes des riches États du Golfe.

 

Des terroristes ont pu commettre des attentats au nom de l'État islamique (EI, IS ou Daech) principalement parce qu'ils disposaient de suffisamment de moyens financiers pour préparer leurs opérations sanguinaires. Et de l'argent, l'EI en a en abondance.

Différents rapports de services secrets et de groupes de réflexion en Europe et aux État-Unis font état de très diverses sources de financement dans le chef de l'État islamique. Pour 2015, le budget de l'organisation est estimé à 2 milliards de dollars. D'où vient cette manne d'argent ?

 

1. Un État qui lève des impôts

Le 29 juin 2014, Daech a proclamé le Califat islamique dans certaines parties de la Syrie et de l'Irak, où l'on applique sévèrement la charia islamique. Profitant d'un vide de pouvoir en Irak et des révoltes contre le régime de Bachar el-Assad en Syrie, l'État islamique a pu s'ancrer dans la région et même prendre le relais d'un gouvernement classique.

Qui dit gouvernement, dit impôts. IS perçoit effectivement ceux-ci dans les zones sous son contrôle. Des impôts allant jusqu'à 50% des revenus des fonctionnaires et des employés irakiens et syriens. Les camions de passage dans la région doivent s'acquitter d'une taxe de transport. La population - quelque 10 millions de personnes vivent dans les zones contrôlées par l'État islamique - doit payer une sorte d'impôt de révolution. L'argent est en partie utilisé pour remplir un certain nombre de tâches étatiques, comme l'approvisionnement en eau et les soins de santé. C'est en effet une façon idéale de s'attirer la sympathie des populations locales. Mais la majeure partie des impôts est allouée au paiement des combattants de l'État islamique.

Prendre le rôle de l'État signifie aussi avoir accès aux réserves d'une Banque Nationale. L'EI dispose de 400 millions de dollars de réserves en devises depuis la prise de la ville de Mossoul au nord de l'Irak, où se trouve un siège local de la Banque Nationale irakienne. Avec cet argent, IS a les moyens de payer, pendant une année entière, 600 dollars par mois à 60.000 combattants, tweetait le Britannique Eliot Higgins, spécialiste de l'islam.

Depuis sa capitale officieuse à Raqqa, l'EI contrôle les principaux territoires agricoles de Syrie, où l'on cultive des céréales, mais surtout du coton. Céréales et coton représentent 7% des revenus de l'État islamique (voir tableau). Avant la guerre, la Syrie était le plus important producteur de coton au monde et Daech contrôle désormais 90% des champs du pays. Le coton est transporté vers la Turquie par des routes de contrebande, où il est revendu en pratiquant le dumping. Le gouvernement turc, officiellement opposé à l'État islamique, ferme les yeux. IS gagne ainsi 180 millions d'euros par an grâce à la vente de coton, de céréales et d'autres cultures. Un agriculteur doit par ailleurs payer un impôt sur une partie du produit.

 

2. Les revenus du pétrole

Les routes de contrebande entre la Syrie et la Turquie sont aussi empruntées pour l'exportation de pétrole. IS contrôle d'importantes sources de pétrole en Syrie (60% du total), en fait l'exploitation et en vend le produit. Les revenus du pétrole représenteraient plus de 700 millions de dollars par an, soit 38% des revenus de l'État islamique. L'organisation terroriste produirait des dizaines de milliers de barils par jour, qui sont vendus à un prix d'à peine 20 à 25 dollars le baril alors que le prix sur les marchés internationaux tourne autour des 44 dollars.

Daech est devenue une compagnie pétrolière qui tourne bien, écrivait le Financial Times en octobre. La vente de pétrole se fait dans le plus pur style de la mafia: l'acheteur est mis sous pression pour conclure un deal lucratif pour l'EI.

Et pour la gestion des champs de pétrole, l'État islamique attire des techniciens et des ingénieurs avec de hauts salaires. La production de pétrole continue à fonctionner, malgré les bombardements des sites par la coalition internationale. La vétusté des infrastructures de pompage de pétrole, qui exige de nouveaux investissements, semble poser un plus grand problème à l'État islamique.

Le plus important acheteur du pétrole de l'EI est la Turquie, pourtant membre de l'OTAN et membre de la coalition internationale contre l'organisation terroriste. Et la Turquie n'est pas sanctionnée pour ce commerce par les États-Unis. Pour les experts en politique internationale, c'est une preuve du rôle ambigu joué par la Turquie et les États-Unis dans la région.

Autre situation absurde: l'EI contrôle différentes centrales électriques qui s'avèrent cruciales pour l'approvisionnement des parties de la Syrie sous contrôle du régime de Bachar el-Assad. Le gouvernement syrien paye l'État islamique pour cette électricité, alors que les deux parties se mènent une guerre sans merci.

L'exploitation d'autres matières premières, comme le ciment et les phosphates, représente encore 20% des revenus.

 

3. La vente de trésors culturels

Les musées et sites archéologiques de Syrie et d'Irak hébergent des oeuvres d'art millénaires. Les combattants de l'EI, qui considèrent ces antiquités comme une forme d'idolâtrie, postent régulièrement des vidéos dans lesquelles on les voit saccager ces trésors culturels.

Mais à côté de cela, ces objets d'art représentent une importante source de revenus. Certains datent d'il y a 8000 ans. Le pillage des musées rien que dans la région syrienne d'Al-Nabuk aurait déjà rapporté plus de 36 millions de dollars à l'EI.

 

4. Enlèvements et trafic d'esclaves

Le chantage et les enlèvements contribuent aussi à la manne de l'EI. Les opposants à l'organisation terroriste ou les minorités religieuses voient par ailleurs leurs propriétés confisquées et vendues par Daech. Cela vaut aussi pour les propriétés des réfugiés.

Et il y a encore le commerce d'esclaves de femmes issues de toutes sortes de groupes minoritaires. Une pratique moyenâgeuse qui rapporte.

 

5. Mécènes

Ce dont on parle peu, ce sont les lignes d'approvisionnement financier en provenance des États du Golfe comme l'Arabie Saoudite et le Qatar. Il ne s'agit pas d'un soutien direct d'État, mais de financement par de riches mécènes qui ont de la sympathie pour le fondamentalisme musulman. Un tel financement international fait de l'État islamique une véritable multinationale terroriste.

L'importance de cette source de revenus recule toutefois à seulement 2% des revenus.

Pendant longtemps, le Koweït a été une plaque tournante pour le transfert de ces fonds vers les organisations djihadistes, mais depuis peu, de tels flux d'argent sont contrôlés plus sévèrement.

Un important 'fundraiser' était le Tunisien Tariq Bin-Al-Tahar Bin Al Falih Al-'Awni, qui a réussi à recueillir 2 millions au Qatar pour Daech. Il a été tué par un drone américain en juin.

 

6. Payer des mercenaires et être payé

Enfin, l'EI est dans les faits une armée de mercenaires qui recrute partout dans le monde. Les combattants en Syrie proviennent de 110 pays au moins. La majorité - ce qui est surprenant - ne vient peut-être pas d'Europe mais d'Arabie Saoudite (2.500) et de Tunisie (3.000), contre environ 400 de Belgique et 800 de France. Ils constituent une source de revenus parce que, entre autres, ils emportent avec eux de l'argent, par exemple d'un crédit à la consommation engagé en Europe et jamais remboursé.

D'après le criminologue français Xavier Raufer, de nombreux combattants en Syrie issus de France et de Belgique par exemple sont liés à des réseaux criminels dans leur pays d'origine. Ils seraient impliqués dans des trafics d'armes et de drogue. Quand ils partent en Syrie, ils emporteraient également les moyens financiers nécessaires.

La caractéristique propre aux mercenaires, c'est qu'ils se mettent à disposition de ceux qui paient le plus. Cela est aussi vrai en Irak et en Syrie. Pour les mercenaires actifs dans les groupes de rebelles dits modérés - par ailleurs financés par les États du Golfe, mais aussi par les États-Unis (qui combattent contre l'État islamique et contre Assad) -, la tentation est grande de franchir le pas vers l'EI, meilleur payeur. Lors de leur transition, ils peuvent également emporter du matériel militaire, qui leur est ironiquement livré en suffisance par les pays qui combattent Daech.

 

Répartition des revenus de l'Etat Islamique

Pétrole 38%

Gaz        17%

Chantage / Impôts / art               16%

Mines de phosphate     10%

Production de ciment   10%

Coton / céréales              7%

Dons     2%

Source: GRC

Repost 0
19 novembre 2015 4 19 /11 /novembre /2015 17:30
ISIS's Global Strategy

ISIS's Global Strategy - credits ISW

 

Nov 14, 2015 - Harleen Gambhir - ISW

 

ISIS continues to execute its global strategy to defend its terrain within Iraq and Syria, to foster affiliates in the Middle East, North Africa, and Central Asia, and to encourage and resource terror attacks in the wider world. 

The October 31 downing of Russia's Metrojet 9268 and the November 14 terror attacks in Paris suggest that ISIS may be prioritizing its campaign launch disruptive terror attacks against its foreign enemies. This is a dangerous development that will have significant implications for European security and the integrity of the EU, as well as for ongoing international talks on the future of Syria. 

 
Repost 0
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 18:30
Royal Air Force aircraft have maintained intensive air operations against ISIL terrorists in Iraq.


17.11.2015 Minister of Defence
 

Latest update

 

Royal Air Force aircraft have maintained intensive air operations against ISIL terrorists in Iraq.

 

On Friday 13 November, Tornado GR4s from RAF Akrotiri, supported by a Voyager air tanker, provided close air support to Iraqi troops fighting in the area around Ramadi. Our aircraft conducted four successful attacks on a set of Da’ish terrorist positions, using a combination of Paveway IV guided bombs and Brimstone missiles. A second Tornado patrol continued to support the Iraqi forces during the night, and destroyed a terrorist armoured personnel carrier with a direct hits from a Brimstone missile. Meanwhile, further north an RAF Reaper assisted an Iraqi unit which reported that, following a firefight, a group of Da’ish terrorists had taken shelter in a derelict industrial site, hiding under an oil tank. Despite the close proximity of the Iraqi soldiers, the Reaper’s crew were able to direct a GBU-12 guided bomb onto the terrorist position and destroy it, without risk to the friendly forces.

As Kurdish troops continued on Sunday 15 November their successful offensive in northern Iraq, an RAF Reaper flew overwatch, destroying a terrorist vehicle with a Hellfire missile. The Reaper then crossed into Syrian airspace where it conducted routine intelligence collection against ISIL and provided surveillance support to the major French air strike on a large terrorist facility near Raqqa. On Monday 16 November, two successive Tornado patrols extended the support to the Kurdish offensive. The first flight used a Paveway bomb to destroy a mortar position which had opened fire on the Kurds. The following mission destroyed a heavy machine-gun near Mosul with a Paveway IV, then proceeded west towards Sinjar. There was heavy cloud, which may have encouraged the terrorists to assume that they were safe from air attack, but working very closely with the Kurdish forces, the GR4s were able to guide a Paveway onto a large group of over 30 Da’ish terrorists who were massing for a counter-attack; the Kurdish unit subsequently reported that the air strike had been highly effective. The Tornado patrol then destroyed another ISIL mortar position south-west of Sinjar.

 

see all updates

Repost 0
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 12:30
photo EMA

photo EMA

 

17/11/2015 Sources : État-major des armées

 

Depuis le début de l’année 2015 et dans le cadre de l’opération Chammal, les militaires français participent à la formation des forces irakiennes, en particulier celle de l’état-major de la 6e division d’infanterie (DAA6 de Bagdad) régulièrement engagées au combat contre les éléments de Daech à l’ouest de Bagdad.

 

Le détachement français a pour mission d’améliorer les capacités de commandement et la formation des militaires de cette unité expérimentée d’environ 10 000 hommes. Le Colonel Eric, chef du premier détachement de formation auprès de l’état-major de la 6° division d’infanterie, témoigne. Retour sur cette mission exigeante.

 

Mon colonel, quelle a été votre mission pendant les 4 mois de votre déploiement ?

Placée sous le commandement de la coalition, dans le cadre de l’opération Inherent Resolve, cette mission consiste à améliorer les capacités de commandement des forces irakiennes et de fournir un appui plus efficace dans les combats que la 6° division d’infanterie mène actuellement contre Daech. Il s’agissait bien d’améliorer les capacités existantes et non de bâtir une nouvelle armée ou même de la réformer.  La mission première est d’apporter un appui en termes de formation. Il ne s’agit pas d’accompagner les troupes irakiennes au combat.

 

Comment était organisé votre détachement ?

D’un volume d’une soixantaine de militaires français, mon détachement comprenait une vingtaine de conseillers d’état-major (majoritairement des officiers supérieurs) dans les domaines des opérations, du renseignement et de la logistique. Je disposais également de différents spécialistes (transmissions, Santé et combat d’infanterie). Chacun exerçant à la fois son rôle de conseil ou de formation auprès des Irakiens et assurant la sûreté de notre détachement.

 

De quelle manière avez-vous pu prodiguer vos conseils auprès des Irakiens ?

Le détachement français a procédé pas à pas, en tenant compte des contraintes liées au rythme opérationnel soutenu de nos homologues irakiens. Des unités de la 6° division d’infanterie sont quotidiennement engagées sur la ligne de front. Il importait donc de faire preuve  d’une grande adaptabilité afin de ne pas imposer des programmes rigides mais bien de faire évoluer les existants.

 

Quelles ont alors été vos actions ?

Le détachement français a conseillé le FSI sous la forme de « travaux aux techniques d'état-major » (suivi de situation tactique sur une carte, création d’une liste d’événements, amélioration des processus de planification dans l’urgence). Les militaires français ont également apporté une assistance dans le fonctionnement de la chaîne logistique depuis l’arrière jusqu’au front (suivi des commandes, gestion des stocks pour les munitions, pièces de rechange et piles). Ces rouages administratifs étaient soit manquants, soit simplement grippés. Enfin, nous avons réalisé des formations pratiques sur des terrains d’exercice.

 

Comment avez-vous pu programmer la formation de 10 000 soldats dont un bon nombre est engagé quotidiennement dans les combats contre Daech ?

L’effort a porté sur le sauvetage au combat et la lutte contre les engins explosifs (CIED).  Ces domaines sont prioritaires pour les irakiens, compte-tenu des combats actuels et des modes d’action de Daech. La formation complémentaire de tous les soldats était irréaliste compte tenu de leur grand nombre et de leur fort engagement opérationnel. Nous avons donc choisi de privilégier ce qui présentait le plus de valeur ajoutée : la formation de formateur. L’objectif était de former plus de personnes tout en préservant ceux qui jusqu’alors dispensaient l’instruction alors que leur présence dans les opérations de combat est indispensable. Je veux parler des infirmiers, des spécialistes du déminage, etc... Toutes les spécialités rares et difficiles à former au sein d’une armée.

 

Quel bilan peut-on tirer de votre mandat ?

Notre premier mandat (de mars à juillet 2015) a permis de former 150 instructeurs au cours de 17 stages d’une durée de 15 jours. Chaque instructeur étant capable de former à son tour 10 combattants en deux semaines, la 6° division sera en mesure d’assurer par elle-même la formation de  1500 soldats par mois dans les domaines de la lutte contre les engins explosifs improvisés et le secourisme de combat.

 

Lancée depuis le 19 septembre 2014, l’opération Chammal mobilise 700 militaires. Elle vise à la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliés de la France présents dans la région, à assurer un soutien aérien aux forces irakiennes dans la lutte contre le groupe terroriste Daesh. Le dispositif complet est actuellement structuré autour de douze avions de chasse de l’armée de l’Air (six Rafale, trois Mirage 2000D et trois Mirage 2000N) et d’un avion de patrouille maritime Atlantique 2. Il comprend également des militaires projetés à Bagdad et Erbil pour la formation et le conseil des militaires irakiens. Depuis le 24 septembre 2015, la frégate anti-aérienne (FAA) Cassard a rejoint les forces françaises engagées au Levant.

photo EMAphoto EMA
photo EMA

photo EMA

Repost 0
13 novembre 2015 5 13 /11 /novembre /2015 14:00
Irak: les forces kurdes ont libéré Sinjar de l'EI

 

13 novembre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Sinjar (Irak) - Les forces kurdes irakiennes ont repris vendredi Sinjar, une ville du nord de l'Irak tenue depuis plus d'un an par le groupe jihadiste Etat islamique (EI), a annoncé le dirigeant de la région autonome du Kurdistan irakien, Massoud Barzani.

 

Je suis ici pour vous annoncer la libération de Sinjar à la faveur d'une offensive éclair des forces kurdes lancée jeudi avec l'appui des frappes de la coalition internationale et des combattants de la minorité yazidie, a indiqué M. Barzani lors d'une conférence de presse près de la ville reconquise.

 

En prenant la ville, les peshmergas (combattants kurdes) ont réussi à couper l'autoroute 47, l'une des principales routes de communication et de réapprovisionnement des jihadistes entre l'Irak et la Syrie.

 

Sinjar a été libérée par le sang des peshmergas et fait désormais partie du Kurdistan, a ajouté M. Barzani dont les déclarations risquent de provoquer l'irritation du pouvoir central à Bagdad.

 

A la faveur de l'offensive fulgurante de l'EI en juin 2014 au nord de Bagdad qui avait vu la fuite des forces fédérales irakiennes, les forces kurdes avaient pris le contrôle de certaines zones disputées avec le pouvoir central.

Repost 0
13 novembre 2015 5 13 /11 /novembre /2015 13:30
source Twitter

source Twitter

 

13.11.2015 Romandie.com (ats)

 

Des forces kurdes ont pénétré vendredi dans la ville irakienne de Sinjar tenue par l'Etat islamique (EI), a indiqué le conseil de sécurité régional du Kurdistan irakien sur Twitter. Les djihadistes avaient pris le contrôle de cette localité en août 2014.

 

Les troupes kurdes sont intervenues en provenance de "toutes les directions" et ont entamé des opérations de sécurisation dans l'agglomération, ajoute le message sur le réseau social.

 

Un journaliste de Reuters a indiqué avoir vu plusieurs centaines de combattants peshmergas entrer dans la localité à partir du mont Sinjar, relief montagneux situé au nord. Des fusillades violentes résonnaient à l'intérieur de la ville.

 

Les forces kurdes ont lancé jeudi une offensive contre cette localité considérée comme stratégique pour l'EI car située sur l'axe qui relie son fief de Rakka en Syrie à la cité de Mossoul en Irak.

 

Depuis le début de l'offensive, les peshmergas ont repris plus de 150 km2 de terrain qui étaient sous le contrôle des djihadistes et ont réussi à isoler la localité à l'est et à l'ouest.

 

Les Kurdes ont notamment pris position sur l'autoroute 47, un axe de liaison essentiel entre Raqa et Mossoul par lequel l'Etat islamique fait transiter des armes, des hommes et différentes marchandises de contrebande pour financer ses activités.

 

Selon un responsable américain, les Etats-Unis estiment que deux à quatre jours seront nécessaires pour sécuriser la ville et une semaine supplémentaire pour achever les opérations de nettoyage. L'offensive implique environ 7500 hommes appartenant aux forces spéciales kurdes, à des unités peshmergas et à des milices yazidies.

Repost 0
13 novembre 2015 5 13 /11 /novembre /2015 08:30
Les Kurdes irakiens lancent une offensive pour reprendre Sinjar

 

12.11.2015 Romandie.com (ats)

 

Les forces kurdes irakiennes, soutenues par les frappes de la coalition internationale, ont avancé jeudi face au groupe Etat islamique (EI). Elles ont bloqué un axe stratégique vers la Syrie près de la ville de Sinjar qu'elles veulent reprendre aux djihadistes. Couper cette route qui permet à l'EI de faire circuler matériel et hommes entre l'Irak et la Syrie constituerait un coup majeur porté à l'EI. La reprise de Sinjar, où les djihadistes se sont livrés en août 2014 à de multiples exactions contre sa population yazidie, des Kurdophones, représenterait également une importante victoire sur le plan symbolique. "L'attaque a commencé à 08h00 et les combattants peshmergas ont avancé sur plusieurs axes pour libérer le centre du district de Sinjar", a déclaré le général kurde Ezzedine Saadoun à l'AFP. Ils "ont réussi à prendre position le long de la route 47 et commencé à avancer à Sinjar", a précisé la coalition menée par les Etats-Unis. Des colonnes de fumée se sont élevées au dessus de la ville et de ses environs après les bombardements des forces kurdes et des frappes aériennes de la coalition, selon un journaliste de l'AFP. La coalition a annoncé avoir mené mercredi 24 frappes dans le secteur de Sinjar et huit de l'autre côté de la frontière, dans la région d'al-Hol, où les Forces démocratiques syriennes, une alliance soutenue par Washington, combattent l'EI.

 

Des milliers de combattants

Jusqu'à 7'500 combattants kurdes doivent prendre part à l'opération destinée à reprendre Sinjar et à "établir une zone tampon pour protéger (la ville) et ses habitants", a indiqué le conseil de sécurité de la région autonome du Kurdistan. "Les avions de la coalition fourniront un soutien aérien étroit aux forces peshmergas dans cette opération". Un officier des renseignements militaires américains, le capitaine Chance McCraw, a estimé à Bagdad que les peshmergas allaient être opposés à 300 à 400 djihadistes et devraient faire face aux nombreux engins piégés placés dans la ville. Sinjar, située à une cinquantaine de km de la frontière syrienne et non loin du Kurdistan irakien, se trouve sur une route stratégique reliant Mossoul (nord), le fief de l'EI en Irak, et les territoires contrôlés par ce groupe en Syrie. L'EI s'est emparé depuis 2014 de larges pans de territoires au nord et à l'ouest de Bagdad, mettant en déroute les forces irakiennes qui, fortes de l'appui de la coalition, tentent aujourd'hui de reprendre le dessus.

 

"Génocide"

Lors de son offensive en août 2014 sur Sinjar, l'EI avait exécuté de nombreux hommes yazidis, une communauté qu'il considère comme hérétique, et enlevé des centaines de femmes, vendues comme épouses aux djihadistes ou réduites à l'état d'esclave sexuelle, selon Amnesty International. L'assaut avait été décrit par l'ONU comme "une tentative de génocide". Jeudi, le musée de l'Holocauste de Washington a aussi affirmé, dans un rapport basé des témoignages recueillis dans le nord de l'Irak, que cette communauté avait été victime d'un "génocide". "Ce génocide se poursuit", a commenté lors d'une conférence de presse Cameron Hudson, le directeur du centre Simon-Skjodt pour la prévention des génocides, qui a diligenté une mission de 15 jours dans la province de Ninive (nord) en septembre. Les Yazidis, une minorité religieuse qui vit principalement dans cette région de l'Irak, ne sont ni arabes ni musulmans et sont haïs par l'EI. Le musée de l'Holocauste à Washington, inauguré en 1993, a également documenté dans son rapport des cas de "nettoyage ethnique, crimes de guerre et crimes contre l'humanité" contre d'autres minorités de la province de Ninive: les chrétiens, les Turkmènes, les Shabaks, les Kaka'e et les Sabéens.

Repost 1
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 14:30
President Barzani who personally commands Sinjar liberation is now among Peshmarge in the frontline. Photo Hemin Hawrami

President Barzani who personally commands Sinjar liberation is now among Peshmarge in the frontline. Photo Hemin Hawrami

 

12 Nov 2015 aljazeera.com

 

Peshmerga fighters, backed by US-led coalition jets, close in on three fronts in bid to cut off ISIL supply lines.

 

Kurdish Iraqi fighters, backed by US-led coalition warplanes, have launched a major offensive to retake the strategic town of Sinjar in northern Iraq from Islamic State of Iraq and the Levant (ISIL) fighters. A statement from the Kurdish Regional Security Council on Thursday said about 7,500 Peshmerga fighters were closing in on the mountain town from three fronts in an effort to cut off ISIL supply lines. Al Jazeera's Imran Khan, reporting from the city of Erbil, said US-led coalition warplanes bombed ISIL positions in the region on Wednesday evening, ahead of what Kurdish officials called "Operation Free Sinjar".

Read more

Repost 0
11 novembre 2015 3 11 /11 /novembre /2015 15:30
CC-130J Hercules photo RCAF

CC-130J Hercules photo RCAF

 

10 novembre 2015 par Jacques N. Godbout – 45eNord.ca

 

Au milieu d’une vague de suspicion où abondent les théories du complot qui semblent alimenter la vie politique irakienne, Bagdad a fait saisir, même si cela ne fut que temporaire, un avion militaire canadien transportant des armes pour les forces spéciales canadiennes au Kurdistan qui forment les combattants locaux en lutte contre l’EI.

 

Cette initiative des Irakiens ne devrait pas manquer d’indisposer le nouveau gouvernement libéral du Canada, qui a résolu de se retirer de la mission de bombardement pour se consacrer plutôt à la la formation plus militaire dans le pays et qui devra discuter sérieusement de cet incident avec les autorités irakiennes.

Les Irakiens ont retenu l’avion de transport Hercules des Forces canadiennes, transportant des fournitures au Kurdistan pendant quatre jours parce qu’il n’avait pas, disent-ils, obtenu l’autorisation préalable nécessaire.

Certains Irakiens craignent que les Kurdes, qui cherchent à élargir leur autonomie à la faveur des événements qui agitent l’Irak, utilisent le soutien et les armes qu’ils reçoivent de la Coalition pour gagner davantage d’indépendance.

D’autres responsables politiques et militaires irakiens, au lieu d’admettre les faiblesses et lacunes de leur gouvernement et de leurs forces de sécurité, vont même jusqu’à accuser les États-Unis et leurs alliés de secrètement armer le groupe État islamique afin de maintenir le pays dans le chaos.

Le ministère de la Défense nationale a pour sa part confirmé qu’il y avait des problèmes avec un avion des Forces canadiennes qui a atterri à Bagdad le 28 octobre.

« Alors qu’il volait à l’appui de l’Opération Impact, un CC-130 Hercules s’est vu refuser l’autorisation de se rendre à Erbil, [en territoire kurde contrôlé par le Gouvernement autonome du Kurdistan de Massoud barzani, ndlr]par les autorités à l’aéroport international de Bagdad, en raison d’un problème avec les documents de douane à l’égard de sa cargaison », a déclaré ministère le porte-parole de la Défense nationale, Evan Koronewski, cité dans le National Post.

De son côté, Hakem al-Zameli, chef de la Commission sécurité et défense du Parlement irakien, a déclaré aux médias locaux que deux avions avaient été saisis: un du Canada et un de la Suède. Il a dit que les équipages tentaient de transporter des armes dans la région du Kurdistan sans en informer le gouvernement irakien.

« Le comité d’inspection à l’aéroport international de Bagdad a trouvé un grand nombre de fusils munis de silencieux, ainsi que des armes légères et moyennes », a déclaré Zameli, qui dit avoir appelé le ministère des Affaires étrangères irakien pour protester contre l’incident et le prier d’avertir les membres de la coalition de ne pas procéder à de tels transferts à l’avenir.

Le chef de la Commission sécurité et défense du Parlement irakien parle de huit armes équipées de silencieux ont été découverts à bord de l’avion canadien et de 92 armes à feu, y compris des silencieux, sur l’avion suédois qui, quant à lui, a été renvoyé à la base turque d’où il était parti.

Pour des raisons de sécurité opérationnelle, il a bien sûr été impossible de savoir d’Ottawa quelle était la nature exact du chargement et son destinataire, mais il est relativement évident que le gouvernement canadien n’aurait aucun intérêt à armer les Kurdes secrètement à la barbe de Bagdad.

Quoiqu’il en soit, les Forces canadiennes et le ministère des Affaires étrangères ont discuté de la question avec les responsables irakiens. Et l’avion a finalement été autorisé à rentrer au Koweït quatre jours plus tard. « Aucun équipement ou partie de la cargaison n’ont été confisqués par les autorités irakiennes », a précisé le porte-parole de la Défense nationale à Ottawa.

Les Forces spéciales canadiennes opèrent à Erbil dans le nord de l’Irak. Les membres du Régiment d’opérations spéciales de Petawawa, ainsi que le JTF 2 sont présents sur le terrain.

Ce climat de suspicion et d’incompréhension pourrait évidemment compliquer le projet du gouvernement libéral d’élargir la mission de formation militaire en Irak. L’ironie dans tout ça est que nous sommes là à la demande des Irakiens et que, sans l’appui de pays comme le Canada et la valeur des combattants kurdes, le calife Ibrahim, chef du sanguinaire groupe armé État islamique qui s’est emparé sans coup férir de pans entiers de territoire irakiens, serait sans doute en train de siroter le thé à Bagdad.

Repost 0
11 novembre 2015 3 11 /11 /novembre /2015 08:20
Le Briefing de 45eNord.ca avec Wali, parti combattre l'EI en Irak


10 nov. 2015 par Nicolas Laffont - 45eNord.ca

 

Deuxième émission avec Wali, parti combattre l'EI en Irak.

Repost 0
7 novembre 2015 6 07 /11 /novembre /2015 18:30
Inherent Resolve – Chammal sit rep 07 Nov – CJTF-OIR

 

November 07, 2015 by CJFT-OIR Release # 20151107-01

 

Military Strikes Continue Against ISIL Terrorists in Syria and Iraq

 

SOUTHWEST ASIA- On Nov. 6, coalition military forces continued to attack ISIL terrorists in Syria and Iraq. In Syria, coalition military forces conducted five strikes using bomber, fighter, and attack aircraft. Separately in Iraq, coalition military forces conducted 15 strikes coordinated with and in support of the Government of Iraq using bomber, fighter, and attack aircraft against ISIL targets.

 

The following is a summary of the strikes conducted against ISIL since the last press release:

 

Syria

• Near Al Hawl, two strikes struck an ISIL tactical unit and destroyed an ISIL fighting position, seven ISIL structures, and three ISIL trenches.

• Near Dayr Az Zawr, one strike struck an ISIL petroleum storage tank.

• Near Mar’a, two strikes destroyed an ISIL excavator and an ISIL logistical facility.

 

Iraq

• Near Fallujah, one strike destroyed an ISIL fighting position.

• Near Kisik, one strike destroyed an ISIL fighting position.

• Near Mosul, one strike suppressed an ISIL rocket position.

• Near Ramadi, four strikes struck an ISIL tactical unit and destroyed an ISIL rocket propelled grenade position, an ISIL weapons cache, four ISIL vehicle borne improvised explosive devices, six ISIL heavy machine guns, 11 ISIL fighting positions, an ISIL tunnel, an ISIL tactical vehicle, an ISIL anti-tank weapon, two ISIL buildings, damaged one ISIL building, and denied ISIL access to terrain.

• Near Sinjar, six strikes struck two separate ISIL tactical units and destroyed six ISIL fighting positions, an ISIL heavy machine gun, an ISIL light machine gun, an ISIL weapons cache and suppressed two ISIL mortar positions.

• Near Sultan Abdallah, one strike struck an ISIL tactical unit and destroyed an ISIL heavy machine gun and an ISIL fighting position.

• Near Tal Afar, one strike suppressed an ISIL mortar position.

 

Strike assessments are based on initial reports. All aircraft returned to base safely.

 

The strikes were conducted as part of Operation Inherent Resolve, the operation to eliminate the ISIL terrorist group and the threat they pose to Iraq, Syria, and the wider international community.

 

The destruction of ISIL targets in Syria and Iraq further limits the group's ability to project terror and conduct operations. Coalition nations which have conducted strikes in Iraq include Australia, Belgium, Canada, Denmark, France, Jordan, Netherlands, United Kingdom, and the United States. Coalition nations which have conducted strikes in Syria include Australia, Bahrain, Canada, France, Jordan, Saudi Arabia, Turkey, United Arab Emirates, and the U.S.

Repost 0
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 17:30
CF-18s attack Islamic State position in Iraq

An Air Weapons Systems Technician and a pilot inspect a CF-18 Hornet fighter jet before the next mission at Camp Patrice Vincent during Operation Impact on January 14, 2015. OP Impact / DND

 

November 2, 2015 by David Pugliese, Ottawa Citizen

 

The Canadian Forces announced that on October 30, two CF-18s used precision guided munitions to hit Islamic State positions. The airstrike was carried out in support of Iraqi security forces near Tal Afar.

 

Other recent raids include:

On 23 October, two CF-18s hit and Islamic State ammunition cache and fighting position northwest of Ramadi.

On 21 October, two CF-18 Hornets attacked an Islamic State fighting position west of Ramadi.

On 20 October, two CF-18 Hornets successfully bombed an Islamic State staging area northeast of Tal Afar.

 

Military spokesman Capt. Kirk Sullivan sent an email to my Citizen colleague Lee Berthiaume noting that the bombing mission “continues for the time being under the mandate approved by Parliament.” He added that the Canadian Armed Forces “stand ready to implement government direction when it comes.”

Read more

Repost 0
3 novembre 2015 2 03 /11 /novembre /2015 12:30
L'aviation turque bombarde des bases des rebelles kurdes en Irak et en Turquie

 

03 novembre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Ankara - L'aviation turque a pilonné lundi les bases des rebelles kurdes situées dans le nord de l'Irak et dans le sud-est de la Turquie, pour la première fois depuis le triomphe du parti du président Recep Tayyip Erdogan aux législatives, a annoncé mardi l'armée.

 

Les caches et les emplacements d'armes de l'organisation terroriste (le Parti des travailleurs du Kurdistan) (...) ont été anéantis lors d'une opération aérienne lundi, a déclaré l'état-major sur son site internet.

 

Ces frappes ont visé des cibles du PKK dans la province turque d'Hakkari (sud-est), située à la frontière de l'Irak, aussi bien que plusieurs bases du mouvement situés dans les montagnes de l'extrême nord du territoire irakien, selon la déclaration.

 

Ces bombardements sont intervenus au lendemain de la large victoire obtenue par le Parti de la justice et du développement (AKP, islamo-conservateur) aux législatives, où il a regagné contre tous les pronostics la majorité absolue des sièges au Parlement perdue à peine cinq mois plus tôt.

 

Pendant toute la campagne, le Premier ministre sortant et chef de l'AKP Ahmet Davutoglu et le président Erdogan ont fait campagne sur une ligne très ferme contre le PKK.

 

Les combats meurtriers entre le PKK et les forces de sécurité turques ont repris fin juillet dans le sud-est à majorité kurde de la Turquie, faisant de nombreuses victimes. Ils ont fait voler en éclat le fragile processus de paix engagé à l'automne 2012 pour mettre un terme à ce conflit, qui a fait plus de 40.000 morts depuis 1984.

Repost 0
30 octobre 2015 5 30 /10 /octobre /2015 08:30
Procurement: Iraq Prefers The More Expensive American Stuff

 

October 29, 2015: Strategy Page

 

Iraq is buying a lot more armored vehicles. While Russia offers cheaper prices and faster delivery the Iraqis prefer to buy American. Since mid-2014 Iraq has ordered 1,000 armored M1151A1 HMMWVs (hummers) from the United States. Even before ISIL (Islamic State in Iraq and the Levant) captured Mosul in June 2014 Iraq had ordered 200 M1151A1s at a cost of $505,000 each. This included a ring mounted 12.7mm (.50 caliber) machine-gun, maintenance equipment, training and warranties. The M1151 is a hummer built to handle the additional weight of armor protection. Thus one of the key changes in the M1151 is a stronger suspension and a larger engine (a 6.5 liter turbo-diesel). This allows the vehicle to easily handle an additional 680 kg (1,500 pounds) of armor. More importantly, the armor is easily installed, or taken off. This allows the hummers to operate more efficiently without the armor when the threat of attack is much reduced. The M1151 also has some armor underneath. This is not a lot of protection against mines and roadside bombs, but it is better than none. The M1151 is basically an armored car, with a crew of four and a payload of one ton (plus two tons that can be towed.) Top speed is 80 kilometers an hour and a max range (on one tank, on roads) of 480 kilometers. All the armored protection is good against 7.62mm machine-guns and rifles, bombs, landmines and nearby bursting shells of up to 155mm. The M1151 hummer also comes with Vehicle Emergency Escape (VEE) Windows. These are bulletproof windows with a latch system. It takes about five seconds to turn the latches and push the window forward. This enables troops to get out of vehicles that have rolled over, or gone into the water, and jammed the doors. If the vehicle catches fire, either from an accident or roadside bomb, the VEE has already proved to be a lifesaver since it was introduced in 2007. The M1151 was developed in 2005 based on experience in Iraq. The M1151A1 has become the preferred HMMWV model in areas where there is a lot of violence.

 

Iraq has also ordered 175 M1A1 tanks, 15 M88A2 tank recovery vehicles (that can tow disabled M1 tanks off the battlefield) and numerous accessories and support equipment and spare parts. When ISIL made its unexpected advance in 2014 the Iraqi Army had already equipped one of its armored divisions with M-1 tanks. In 2008 Iraq ordered 140 M1A1-SA tanks, along with over a hundred support vehicles (for maintenance and transportation, like 35 tank transporters). The request includes training and technical support, for a total contract cost of over $2 billion. The tanks were delivered by 2011. Since mid-2014 Iraq has lost about a third of their 140 M1s. Some were captured but most were abandoned when damaged or because they broke down and the Iraqis could not get them going again.

 

The M1A1-SA (Situational Awareness") is equipped with features that the U.S. Army developed in 2006. The M1A1-SA includes the latest thermal (FLIR, or heat sensing) sights, a special engine air filter system developed to deal the abundant sand and dust in Iraq, the telephone on the rear fender, which allows accompanying infantry to communicate with the crew, and numerous small improvements.

 

There are several items the Iraqi SA tanks will not get, that those used by American troops do have. These include no depleted uranium armor, no ERA (Explosive Reactive Armor) on the absence of some other features meant to protect against anti-tank missiles. Also missing is Blue Force Tracker (a U.S. satellite tracking system that shows the location of all American vehicles and aircraft in the vicinity.)

 

Iraq is not the first Arab country to operate the M1 tank. Egypt, Kuwait and Saudi Arabia already operate over 1,600 of them, and Egypt has built hundreds of them (mainly using components imported from the U.S., but with some locally made parts). All the other Arab users have at least some of the latest model (M1A2 SEP).  The Arab users of the M1 have been very happy with their American tanks. This satisfaction increased when they saw how the M-1 performed in Iraq. While most Arabs deplored U.S. operations there, Arab tank officers and M-1 crewmen were quietly pleased that their tanks appeared invulnerable, and able to assist the infantry in any kind of fight. Iraqi army officers have spoken to fellow Arab officers who have used the M-1, and were told this was the way to go.

 

Despite the removal of some features, the Iraqis are glad to have their M-1s. Since 2003 Iraqis have been very impressed by the U.S. military. Although the U.S. initially advised the Iraqis to expand upon their use of Russian equipment (which they had been using for over three decades) the Iraqis insisted on adopting U.S. gear and tactics. Thus Iraqi troops wear similar uniforms, and use many identical weapons and items of equipment. Iraqi soldiers, especially the younger ones, imitate American moves to the point that, in the field, U.S. troops sometimes have to look closely to determine if the G.I. down the street is American or Iraqi.

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories