Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 11:59
The Beast

 

May 23, 2012: STRATEGY PAGE

 

Pakistan has agreed to allow NATO to resume trucking supplies into Afghanistan via Pakistan, but only if an additional fee of $4,750 be paid per cargo container. Most of this cash would go into the pockets of senior officials. That comes to $14 million a month in bribes. The Pakistanis consider this a good deal, because it is costing NATO $38 million a month in additional transportation costs because the Pakistani route is not available. American politicians note that the U.S. has been giving Pakistan over $80 million a month in military aid, so that aid is being withheld and may be cancelled completely if Pakistan does not open the border. The Pakistanis are also aware that the U.S. withdrawal from Afghanistan will involve the shipment of over 100,000 containers (and half a billion dollars in loot for Pakistani leaders, not the Pakistani people). So far, NATO and the U.S. refuse to give in to these extortionate demands, which include the U.S. taking the blame for last November's friendly fire incident that left 26 Pakistani soldiers dead. There is a long history of Pakistani troops firing across the border at NATO and Afghan forces. Giving the Pakistanis the apology they demand would be bad for NATO morale, as American and NATO troops are still facing a lack of cooperation from Pakistani forces along the Afghan border.

 

Meanwhile, the Pakistani military continues fighting selected Islamic terrorists in the tribal territories. While these Islamic radicals want to turn Pakistan into a religious dictatorship, an unpopular prospect with most people in the territories, there is widespread anger at the corruption and incompetence of the Pakistani government. Thus while the Islamic terrorists have destroyed several thousand schools in the tribal territories in the last decade (to protest educating girls and secular education in general), a very unpopular tactic, the people are appalled at the inability of the government to stop this violence or rebuild all the destroyed schools. Pakistanis are also angry at continued government support for some Islamic terror groups (that are supposed to restrict their attacks to India or foreigners outside Pakistan, like Western troops in Afghanistan). The problem with this strategy is that these terror groups tend to eventually slip off their leash and attack Pakistanis. Three decades of this military strategy has created a large minority of Pakistanis who are Islamic radicals and who advocate things (no school for girls or jobs for women or entertainment for anyone) that most Pakistanis oppose. At the same time the military feasts off the corruption their power enables them to indulge in. The Pakistani military is supposed to exist to defend Pakistan, but to a growing number of Pakistanis their military is an uncontrollable beast that just feeds off Pakistan.

 

Several years of fighting in the Pakistani tribal territories has created over half a million refugees and a lot of unhappy civilians. After September 11, 2001, Pakistan had an opportunity to renounce its two decades of support for Islamic terrorism. But the Pakistani generals tried to have it both ways. That approach failed. Now, once NATO leaves Afghanistan, Pakistan will have to deal with Pushtun Islamic radicals (mainly Taliban) on both sides of the border by themselves. Even with a determined effort to eliminate this scourge, it will take a decade or more to deal with it.

 

Pakistani government incompetence is getting more publicity than the senior officials are comfortable with. Wikileaks documents proved very embarrassing, as they detailed government support for the "secret" American UAV operations over the tribal territories. The officials publicly opposed these UAV operations. Wikileaks also documented a lot of the corruption in Pakistan, and now some retired generals are arguing via the media about rigged elections in the 1990s. This is nothing new for most Pakistanis, but the perpetrators going public about it is. The generals are saying they rigged elections "for the good of the country." But they used the power they obtained to get rich and get away with murder.

 

Despite the continuing terrorist threat from Pakistan, India is focusing on the military threat from China. The Indian Ocean is of particular concern, with more Chinese warships showing up along with the huge number of Chinese merchant ships already there. So over the next decade, the Indian Navy will receive an average of five new ships a year. This will include aircraft carriers and nuclear subs. While the Chinese fleet is larger, the Chinese have more immediate naval threats (Japan, South Korea, Taiwan, America) off their Pacific coast. Thus the Indian buildup is meant to be sufficient to handle anything the Chinese might be able to spare for Indian Ocean mischief.

 

May 22, 2012: Three senior Pakistani naval officers were punished, for incompetence, because of command failures that enabled a terror attack on a naval base exactly a year ago. At the time six Taliban gunmen got onto a major naval base in Karachi, Pakistan, killed ten people and destroyed two American made P-3C maritime reconnaissance aircraft (worth over $100 million each). All the attackers were killed, but it took the military 17 hours to do so. It was early the following day before the sound of gunfire ended. What was most disturbing about this was that this heavily guarded base was supposed to have a degree of security similar to that provided for the bases where nuclear weapons are stored. While the six Taliban who attacked the naval base were killed, that in itself was scary, as the attackers did not seem concerned about surviving. The attack was later described by the Taliban as an act of revenge for the death of bin Laden. While the navy had three more P-3Cs, the loss of two of them greatly reduced the ability to patrol the long Pakistani coast.  The attackers were believed to have had inside help, but the military has not released any information on that (and rarely does.)

 

In Indian Kashmir, three Islamic terrorists were picked up by sensors as they sought to sneak in from Pakistan. An army patrol was sent to intercept and the resulting gun battle left one terrorist dead and the other two apparently headed back into Pakistan.

 

Gunmen attacked a political rally in Karachi, Pakistan, leaving 11 dead. Karachi, Pakistan's largest city (18 million), has ethnic and religious violence that is again growing, causing hundreds of casualties a week and chaos in some neighborhoods. The violence has been high all this year, although in the last month the security forces thought they had put a lid on it. The lid is rattling.

 

In Pakistan's North Waziristan a U.S. UAV killed four Islamic terrorists with a missile.

 

Indian police attacked a meeting of Maoists in eastern India (Jharkhand), and captured some weapons and equipment, but the twelve Maoist gunmen got away. The police acted on a tip.

 

May 21, 2012: Indian police arrested two Islamic terrorists in Punjab, and seized three bombs, two timers, three detonators, two Chinese pistols and 11 rounds of ammunition. The explosives came from Pakistan.

 

May 20, 2012: Pakistan blocked national access to Twitter for most of the day, apparently because of blasphemous (to some Moslems) activity on Twitter. Every day, if not every hour, there is something on Twitter that Islamic conservatives would consider blasphemous. What the Pakistani government particularly dislikes about Twitter is that it is a speedy conduit of reports on bad behavior by the Pakistani government. Shutting Twitter down for a sustained period would be enormously unpopular. Over the past two decades the military has backed off on its efforts to enforce censorship because of public anger. At this point, the government has lost control of most media. Some journalists can be bought or intimidated, but most roam free, sniffing out government misbehavior.

 

May 19, 2012: In Indian Kashmir, Islamic terrorists made two grenade attacks, wounding four policemen and ten civilians.

 

May 18, 2012:  Maoists in eastern India (Chhattisgarh) attacked the home of a senior politician and were driven off. One bodyguard was killed. 

 

May 17, 2012: Another sign of peace returning to Indian Kashmir is the army announcement that some of the minefields, surrounding eight of its camps, would be removed. This is mainly because there are far fewer Islamic terrorists operating in the area now.

 

In Pakistan, four pilots were killed when two military aircraft collided during a training exercise. Because if its large number of older Russian and Chinese designed warplanes, Pakistan has a much higher accident rate than Western air forces, or even neighboring India (which also has a lot of Russian warplanes).

 

May 13, 2012: Maoists in eastern India (Chhattisgarh) ambushed a police patrol and killed six policemen and a civilian driver.

Partager cet article
Repost0
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 16:51
Looming end of Afghan mission leaves NATO with identity crisis

22 May 2012defenseWeb (Reuters)

 

NATO put on a brave face at its Chicago summit but the reality is that the alliance has been weakened by the euro zone crisis and faces an identity crisis about what its role will be once it ends its intervention in Afghanistan in 2014.

 

NATO leaders sealed a landmark agreement to hand control of Afghanistan over to its own security forces by the middle of next year, putting the Western alliance on an "irreversible" path out of the unpopular, decade-long war.

 

The big question mark hanging over the summit was how will NATO, a 28-nation grouping originally designed for the Cold War, adapt to the world beyond 2014?

 

In an era where governments are slashing defence spending to cut budget deficits, the United States is increasingly tilting towards defence challenges in Asia while many of NATO's other members, preoccupied by economic problems, have little appetite for foreign adventures, Reuters reports.

 

That raises the question of whether the United States, which accounts for three-quarters of NATO defence spending, will remain committed to the 63-year-old organization despite its frustrations at European allies' reluctance to contribute more towards their own defence.

 

"The U.S. has been NATO's quarterback since the alliance was founded. That's OK by us, but we're increasingly concerned that - in light of economic pressures in Europe - we're going to have to play quarterback, running back, and wide receiver all at the same time. That's not good for the team," said a senior U.S. official, speaking on condition of anonymity.

 

SOFT TARGET

 

While the Pentagon is also being forced to cut defence spending - by $487 billion over the next decade - the gap between the United States and its European allies is only likely to widen as many governments see defence as a "soft target" for budget cuts they are being forced into by the debt crisis.

 

Big European nations such as Germany and Britain are sharply cutting defence and only five allies meet NATO's benchmark of spending 2 percent of their gross domestic product on defence.

 

Belgian Defence Minister Pieter de Crem said he agreed with former U.S. Defence Secretary Robert Gates's warning last year that NATO risked "collective military irrelevance" unless alliance members acted to reverse declining capabilities.

 

"NATO is a political-military organization for collective defence and one cannot have all the advantages and all the assets without participating or bringing in a fair share," he told Reuters during the summit.

 

He said the challenge was to have fair burden-sharing between the two sides of the Atlantic "taking into account budgetary constraints."

 

NATO's answer to the money shortage is "smart defence," saving money by sharing equipment and facilities between allies and having countries specialise in different areas of defence.

 

"I think this summit sent a very clear message that the European allies are committed to acquiring the necessary military capabilities in the future, despite the economic crisis, despite declining defence budgets," NATO Secretary-General Anders Fogh Rasmussen told Reuters in an interview.

 

"We won't get more money for defence in the very near future - let's face it ... That makes it necessary to do business in a new way and I think multinational cooperation is the way forward," he said.

 

The summit approved an initial package of 20 multinational projects, including enabling fighter jets to use munitions from various sources and countries and a scheme to pool maritime patrol aircraft from various nations.

 

A broader question being asked in Chicago was what role should NATO have in the future - should it continue to fight fires in different parts of the world or pull in its horns and concentrate on defending its own territory?

 

REINVENTION

 

NATO has reinvented itself several times before. Originally a mutual defence pact that bound North America and Western Europe together during the Cold War, the alliance survived the collapse of the Soviet Union and intervened in wars in the former Yugoslavia during the 1990s.

 

Afghanistan was NATO's first mission outside its traditional area of operations and its most ambitious. NATO forms the core of the 50-nation International Security Assistance Force that is battling the Taliban in Afghanistan.

 

Last year, with the United States taking a low profile but providing critical capabilities and supplies, Britain and France led a NATO air operation in Libya that helped rebels topple Muammar Gaddafi, a key milestone in the Arab Spring.

 

Czech Defence Minister Alexandr Vondra argued that the crucial issue for the alliance now was not enlargement, or out-of-area operations, but common defence of its member countries.

 

NATO's article 5 commitment to mutual defence was the "bedrock" that justified NATO in the eyes of its population, he said.

 

Other leaders, like British Prime Minister David Cameron, disagreed that NATO should lower its ambitions and "look inwards."

 

"I argued, and this summit agreed, that NATO should actually do the opposite," he told a news conference. "We should look outwards, reassert NATO's relevance and make sure it is ready and capable to tackle the threats that may lie outside its territory but nonetheless are very real threats to us at home."

 

Jamie Shea, NATO's deputy assistant secretary general for emerging security challenges, wrote recently that NATO could soon be an alliance without a major operation under way.

 

While crises could come out of the blue, NATO interventions of the future were unlikely to follow past patterns, he said in an article on the website of the Carnegie Endowment for International Peace think tank.

 

"They are likely to be more spaced out and more focused on air and naval operations than on land deployments," Shea wrote. "The objectives are more likely to be limited and short-term, involving more intelligence-gathering and special forces, to say nothing of the increased use of robotics and drones in place of soldiers.

 

"Moreover, if Libya is to be the model for the future, not all the allies will decide to participate, particularly in the sharp end of the operation," he said.

 

Clara O'Donnell, visiting scholar at the Brookings Institution, said the fact that countries traditionally active in NATO operations, such as Poland and the Netherlands, chose not to take part in the Libya operation showed a dwindling desire to show solidarity with other NATO members, reflecting the unpopularity of foreign expeditions in many countries.

 

In a sign that NATO remains a controversial organization, baton-wielding police clashed with anti-war protesters marching on the summit on Sunday while leaders met behind heavy security in a cavernous convention centre.

 

Despite the doubts, few see the United States walking away from NATO or the alliance breaking up because Washington knows it can generally count on its European allies in time of crisis and derives valuable political support from them in pursuit of its interests.

 

"Afghanistan will end, some day, it's not going to be tomorrow, but there's going to be something else - I can't predict where, when - and the West is going to need a tool to act and until we find a better one, I'd like to keep the alliance around for a while," Leo Michel of the Institute for National Strategic Studies at the U.S. National Defence University said in London recently.

Partager cet article
Repost0
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 12:32
Sommet de l'OTAN : comment sortir du bourbier afghan ?

 

21/05/2012 P.C. ladepeche.fr

 

Le Président Barack Obama accueille depuis hier le sommet de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord, à Chicago. Objectif affiché: dégager une stratégie claire de sortie du bourbier afghan, après plus d'une décennie de guerre, et alors que la France annonce le retrait de ses unités combattantes d'ici fin 2012. Les alliés doivent aussi faire face à une crise plus inquiétante : celle de la dette.

 

L'Afghanistan… où comment s'en sortir ? L'éternelle question. Et celle qui fait tanguer l'OTAN depuis hier, au bord du lac Michigan, puisqu'elle est au cœur du sommet de Chicago qui se poursuit ce lundi. Dans la foulée du sommet du G8 à Camp David, Barack Obama, accueille en effet dans « sa » ville, une cinquantaine de dirigeants du monde entier pour ce rendez-vous que l'Alliance atlantique n'a pas hésité à présenter comme « le plus important » depuis la création de l'Otan, en 1949.

 

Aux 28 pays d'Europe et d'Amérique du Nord membres de l'Alliance atlantique, se sont en effet ajoutées pour l'occasion des nations d'Asie ou du Moyen-Orient ayant participé à la coalition internationale en Afghanistan.

Réunis dans un immense palais des congrès ultra-protégé, les dirigeants doivent ainsi discuter de la stratégie à mettre en œuvre pour « terminer la mission » en Afghanistan, censée ouvrir la voie à un retrait d'ici la fin 2014 des 130 000 soldats actuellement déployés. Bref, pour en finir avec l'enlisement afghan, s'il faut appeler les choses par leur nom.

 

« Nous sommes entrés ensemble, nous en sortirons ensemble » reste le leitmotiv du secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen, qui, hier, a cependant adapté son propos à l'exception française. Car la France, par la voix de François Hollande a fait savoir, dès vendredi, que ses troupes combattantes rentreraient au pays d'ici la fin de l'année.

 

Une promesse faite pendant la campagne électorale qui n'était « pas négociable » a souligné le Président de la république. Certes, « Je ne dis pas que le président Obama a adhéré à ce que je lui disais », a-t-il reconnu. Mais la position française a été « comprise », a assuré samedi le nouveau ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

 

De fait, écartant toute idée de retrait « précipité » et se voulant rassurant, Anders Fogh Rasmussen a fait remarquer hier que la décision française étant « une promesse de campagne », « un homme politique doit toujours tenir ses promesses ».

 

Pour lui, le plan français est « en accord » avec la stratégie de l'Otan d'un retrait progressif, au fur et à mesure de la prise de contrôle de la sécurité par les forces afghanes, policiers et militaires que la France continue à former elle aussi. De plus, M. Hollande « a indiqué que la France était prête à soutenir d'une façon différente », a souligné le patron de l'Otan… visiblement plus compréhensif que l'ancien ministre UMP de la Défense Gérard Longuet qui, ce dimanche, a jugé « intenable » la position de François Hollande, Jean-François Copé estimant pour sa part qu'il s'agissait d'une « mauvaise décision ».

 

Hier, deux soldats de l'Isaf, la force armée de l'Otan en Afghanistan, ont été tués dans une attaque suicide d'insurgés dans le sud du pays.

 


Avoir des alliés, c'est une garantie !

Divergence entre la France et les États-Unis sur l'Afghanistan, menace de la dette publique qui impacte directement les budgets militaires : L'OTAN joue-t-elle sa survie à Chicago, comme le pensent certains analystes ?

 

Non. L'OTAN a joué sa survie il y a 20 ans, au lendemain de la guerre froide, quand il s'agissait de savoir si une alliance créée pour faire face à l'Union soviétique avait toujours sa raison d'être, une fois l'Union soviétique disparue. Mais depuis 20 ans, l'OTAN s'est beaucoup transformée. C'est devenu une alliance de pays occidentaux apte à faire des opérations militaires à l'extérieur de leurs frontières. Balkans, Afghanistan, Libye : sur trois grands conflits de ces vingt dernières années, on a vu qu'elle avait trouvé sa raison d'être. On verra d'ailleurs que le gouvernement socialiste français continuera à s'y inscrire pleinement. S'il y a donc un risque pour l'OTAN, il est plus dans la crise financière et l'avenir de la zone euro qu'à ce sommet de Chicago.

 

Les Américains souhaitent donc que les Européens paient davantage ?

 

Depuis des années, les Américains voudraient que les Européens payent plus pour l'OTAN. Or il est certain que la crise de la zone euro n'incite pas ces derniers à dépenser davantage pour la défense. Cela risque donc de tendre une nouvelle fois les relations entre d'une part les Américains qui sont en train de se dégager de l'Europe au profit du Pacifique, pour faire face à la Chine, et d'autre part les Européens qui vivaient tranquilles sous la protection américaine en ne consacrant que 1 % de leur PIB à la défense. Cela fait partie des discussions à Chicago et se concrétise par le concept de la « smart defence », la « défense intelligente », en fait, la mutualisation des moyens.

 

C'est-à-dire ?

 

Les Américains disent « puisque vous n'avez pas les moyens de vous payer des systèmes de haut niveau, des systèmes de guerre électronique, de reconnaissance, des drones… eh bien ! on va mettre ça en commun et, en fonction des besoins, on utilisera ce matériel mis dans des pools ». Toute la question est de savoir qui va payer et à qui on va acheter nos matériels. Tout le monde comprend bien que si c'est un système dominé par les Américains, les pools seront à base de matériel américain et sous contrôle américain. C'est l'un des enjeux majeurs de Chicago. Car la plupart des pays européens n'achètent à l'Alliance atlantique qu'une garantie de sécurité. Ils se moquent de savoir qui fournit le matériel.

 

En revanche, pour des grands pays comme la France, le Royaume Uni ou l'Allemagne, qui ont une histoire militaire, une industrie d'armement et une ambition politique, c'est une menace pour leur existence en tant que puissances militaires indépendantes et crédibles.

 

Quelle est la position de la France aujourd'hui au sein de l'OTAN ?

 

La France n'est pas sur un strapontin, elle a obtenu l'un des deux commandements suprêmes de l'Alliance, celui de Norfolk, en Virginie, la « tête chercheuse » de l'OTAN, un commandement de prospective et de stratégie. Cependant… la démonstration de l'utilité du retour de la France au sein de la structure intégrée de l'OTAN n'a pas encore été faite. Ça coûte cher, ça absorbe des centaines d'officiers. Et, posons-nous la question : est-ce que ça a accru l'influence de la France dans le monde ? Cela reste toujours à démontrer. Cependant, il faut aussi rappeler qu'il n'y a aucune obligation dans l'OTAN : c'est une alliance. Et avoir aujourd'hui des alliés dans un monde instable, c'est toujours une bonne chose, une garantie.

 

L'OTAN est-elle adaptée aux défis militaires actuels ?

 

L'OTAN est une organisation internationale, lourde, bureaucratique… mais elle oblige les pays membres à se donner les capacités de travailler ensemble, à faire des opérations militaires en commun et ça, aujourd'hui, c'est fondamental. Les systèmes d'armes actuels utilisent énormément de communications, de systèmes électroniques de transmission. Pendant les opérations en Libye, les avions de dix nationalités ont volé ensemble dans le ciel avec un commandement commun et l'OTAN ça sert à ça : avoir des procédures communes. Or comme on intervient de plus en plus dans le cadre de coalitions, nos armées doivent être techniquement préparées à le faire durant les temps de paix. Et cela ne s'improvise pas.

 

C'est l'OTAN, mais c'est aussi l'Europe, car les procédures sont les mêmes. Une fois qu'on sait travailler avec les Anglais, les Allemands, les Italiens, les Belges, que ce soit dans le cadre de l'OTAN ou dans le cadre de l'Europe, peu importe.

 

Mais aujourd'hui quels sont nos « ennemis » ?

 

Toute la question est de savoir en effet quels sont nos ennemis potentiels. La Chine est un vrai problème et voir l'Iran se nucléariser n'est pas une bonne nouvelle, mais il est vrai que nous n'avons pas d'ennemi aussi clairement désigné que du temps de l'Union soviétique et de la Guerre froide. En définitive, grâce à sa souplesse, l'OTAN est une sorte de couteau suisse, avec plusieurs lames pour faire des choses différentes selon les menaces.

 

* Jean-Dominique Merchet publie fin mai « La Mort de Ben Laden » aux éditions Jacob-Duvernet

 

Jean-Dominique Merchet

Journaliste, spécialiste des questions militaires*

 


Afghanistan : «le retrait anticipé nous sera reproché»

Le retrait d'Afghanistan en 2012 est au cœur du débat. Au-delà de l'aspect financier, combien coûtera-t-il politiquement à la France, vis-à-vis de ses alliés ?

 

Jean-Dominique Merchet.- J'aurais tendance à minimiser les conséquences politiques. Tout le monde a compris depuis longtemps que la France allait partir et je voudrais rappeler que ce départ anticipé, par rapport aux Américains et à l'OTAN, c'est Nicolas Sarkozy qui l'a décidé en janvier dernier lorsqu'il a annoncé que les Français quitteraient l'Afghanistan fin 2013 alors que l'objectif annoncé de l'OTAN c'est 2014. La première rupture avec la vieille idée selon laquelle nous étions arrivés ensemble et donc nous repartirions ensemble est de Nicolas Sarkozy et non pas de François Hollande. Lui ne fait qu'accélérer ce retrait. Mais ce n'est certes pas le genre de chose qui crée de la confiance entre alliés. Cela nous sera reproché, peut-être moins par les Américains que par les autres Européens. En effet, lorsque la France viendra leur parler de défense européenne et d'efforts, parce qu'aujourd'hui l'essentiel des efforts repose sur ses épaules et sur le Royaume-Uni, les autres pays pourraient lui renvoyer à la figure ce départ d'Afghanistan, décidé unilatéralement.

 

Et par rapport aux Afghans ?

 

Ils savent qu'on va rester sous une autre forme notamment parce que l'on va financer l'armée et la police afghane, c'est-à-dire la sécurité intérieure du pays. Une fois tout le monde parti, il faudra bien que quelqu'un paye ces 300 000 hommes. L'Afghanistan n'a absolument pas les moyens d'entretenir une armée plus nombreuse que l'armée française et ce seront donc les alliés qui vont la financeront. Soit plusieurs dizaines de millions par an sans compter les contributions civiles. Il y a déjà eu beaucoup d'argent déversé sur l'Afghanistan, qui n'a pas servi à grand-chose, mais on va continuer à payer, çà c'est sûr…

 


zoom

Bouclier anti-missiles, Pakistan,les autres dossiers

A Chicago, l'Otan espère aussi obtenir un assouplissement de la position du Pakistan, sans qui « nous ne pouvons régler les problèmes en Afghanistan », a déclaré samedi M. Rasmussen.

 

L'Alliance souhaite en effet obtenir la réouverture de la frontière pakistano-afghane aux convois américains puisqu'elle est fermée depuis la fin novembre, en représailles à la mort de 24 soldats pakistanais tués par erreur lors de frappes aériennes américaines.

 

Le président pakistanais, Asif Ali Zardari, devait ainsi s'entretenir avec M. Rasmussen tandis qu'une rencontre entre l'Afghan Hamid Karzaï et Barack Obama était prévue hier matin, avant l'ouverture du sommet.

Mais la réunion de Chicago devait aussi débuter par l'officialisation de la première phase du bouclier antimissile de l'Otan. Il s'agit un ambitieux projet destiné à protéger l'Europe des tirs de missiles tirés du Moyen-Orient, en particulier d'Iran. Basé sur une technologie américaine, il est fortement critiqué par la Russie, qui y voit une menace à sa sécurité, ce que récuse l'Otan.

 

Ce lancement devrait cependant permettre au Président Américain, actuellement en pleine campagne de réélection, de rassurer ses pairs sur l'attachement de son pays au lien transatlantique même si la priorité stratégique des Etats-Unis concerne désormais l'Asie et le Pacifique, la puissance militaire chinoise étant en pleine expansion.

Plus d' ennemi direct face à l'Europe, mais aussi moins d'argent dans les caisses des pays européens : l'Otan tente également de s'adapter à cette situation, inédite depuis sa création en pleine Guerre froide, en appelant les alliés à coopérer davantage pour ne pas perdre leur suprématie technologique malgré la réduction générale des budgets de défense.

 

Rationnaliser et renforcer les capacités militaires des alliés : vingt-cinq projets de coopération, dans le cadre d'un programme surnommé « Défense intelligente » (»Smart defence », lire l'interview de Jean-Dominique Merchet) devraient ainsi être approuvés à Chicago, portant sur la formation des pilotes d'hélicoptères ou les missions de renseignement et ce, afin d'améliorer la contribution des pays membres de l'Otan, en matière de défense et de sécurité, malgré un contexte budgétaire restreint.

 


Se retirer aura aussi un coût

L'engagement des forces françaises à un coût en Afghanistan. Un lourd coût humain, tout d'abord, puisque 83 militaires y ont perdu la vie. La première préoccupation aujourd'hui, pour les forces françaises, est donc de ne pas subir d'autres morts, avant le retrait des troupes combattantes, voulu pour la fin de l'année.

 

Au delà, les dépenses militaires sont allées toujours croissantes depuis 2001 et elles consomment actuellement plus de la moitié des crédits alloués aux opérations extérieures, soit environ 54 %. Concrètement, l'engagement français en Afghanistan, c'est en effet une dépense de 1,3 M€ par jour, en moyenne, soit plus de 470 m€ par an. Mais faire rentrer au pays les unités combattantes et leur matériel ne sera pas synonyme d'économies immédiates : cela devrait entraîner au bas mot un surcoût de quelques dizaines de millions d'euros.

 

Pour situer… début 2011, il y avait sur le théâtre d'opération afghan 1016 véhicules militaires dont 450 véhicules de l'avant blindés (VAB), 6 CAESAR (canon de 155 mm montés sur un camion), des véhicules blindés légers et des blindés VBCI pour la riposte en première ligne. Pour entretenir ce parc, il y avait 12 000 pièces référencées en stock à Kaboul… sachant qu'un Antonov 124 ne charge « que » quelques blindés à la fois, emportant 90 à 100 tonnes de fret, et qu'il coûte 300 000€ la rotation… cela donne une première idée de l'addition lorsqu'il faudra évacuer le matériel lourd, vers la base aérienne d'Al Dhafra, aux Émirats Arabes Unis, avant de le recharger sur des bateaux à destination de la France… à moins qu'une autre option soit disponible par l'Asie centrale. Ce surcoût devrait cependant être rapidement compensé par l'économie de dépense que représentera le poste afghan sur le budget opex…

Partager cet article
Repost0
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 21:14
Le retrait français d'Afghanistan, dossier chaud avant le sommet de l'Otan

 

11-05-2012 nouvelobs.com

 

La décision de François Hollande de retirer d'ici fin 2012 les "troupes combattantes" françaises d'Afghanistan met Paris en situation délicate avant le sommet de l'Otan des 20 et 21 mai, et oblige la défense à revoir ses plans.

 

A peine entré en fonction, le nouveau chef de l'Etat devra convaincre ses partenaires réunis à Chicago du bien-fondé d'une accélération du désengagement des soldats de l'Alliance atlantique, au moment où les forces afghanes peinent à assurer la sécurité des régions dont elles ont la charge, face à la poussée islamiste.

 

Dès mardi à Berlin, il aura l'occasion d'évoquer le sujet avec la chancelière allemande Angela Merkel, qui a appelé jeudi à respecter le calendrier international de retrait des troupes, fixé à fin 2014 par l'Otan.

 

Convaincu que la mission de la force internationale est terminée, François Hollande entend retirer les soldats français "en bonne intelligence" avec les alliés de la France, "sans prendre le moindre risque pour nos troupes".

 

Durant le débat télévisé qui l'a opposé le 2 mai à Nicolas Sarkozy, il a complété son dispositif en précisant que le retrait du matériel, qu'il faudra également évacuer, "prendra sans doute plus de temps".

 

"On a l'ébauche d'un plan : le gros de la troupe rentre dès la fin de l'année, ce qui est relativement simple. La deuxième partie, c'est sortir le matériel dans un laps de temps indéterminé, et a priori avec des difficultés majeures", résume François Heisbourg, président de l'International Institute for Strategic Studies (IISS) de Londres, interrogé par l'AFP.

 

Ces derniers mois, Jean-Yves Le Drian, un proche de François Hollande, dont le nom est cité pour le ministère de la Défense, s'est rendu à Washington, Londres et Bruxelles, pour déminer le terrain.

 

Il a notamment fait valoir à ses interlocuteurs que le calendrier de l'Otan avait déjà été remis en cause par Nicolas Sarkozy, qui avait avancé d'un an le retrait des troupes après la mort en janvier de quatre soldats français.

 

Seule concession à la réalité du terrain, François Hollande limite à présent le retrait des forces fin 2012 aux seules "troupes combattantes". Ce qui signifie clairement que tous les soldats français n'auront pas quitté le pays à cette date.

 

Avant la France, les Pays-Bas en 2010, ou le Canada en 2011, ont déjà retiré leurs troupes, et les Etats-Unis s'apprêtent à rapatrier 23.000 hommes cet été.

 

Pour François Heisbourg, le retrait français ne devrait pas provoquer de clash à Chicago. "Du fait que différents pays adoptent des stratégies de retrait à des moments différents, ce ne sera ni un précédent, ni une surprise, ni une calamité, compte tenu du volume que représentent les forces françaises", souligne-t-il.

 

Concrètement, la France compte encore 3.400 soldats et 150 gendarmes en Afghanistan, notamment à Kaboul et en Kapisa (est), au sein de la force internationale (Isaf) d'environ 130.000 hommes.

 

Le retrait français a déjà commencé avec le départ de 600 soldats depuis octobre 2011. Et 83 militaires français ont été tués dans le pays depuis le début de l'intervention internationale, fin 2001, après les attentats du 11 septembre.

 

Depuis plusieurs mois, les planificateurs du ministère de la Défense s'activent pour anticiper les ordres. "Des planifications, il en existe quelle que soit la situation. Après, il faut attendre les ordres, c'est à dire une décision", souligne le porte-parole de l'état-major, le colonel Thierry Burkhard.

 

Le désengagement du matériel a également débuté, en proportion des troupes françaises retirées depuis octobre. Mais environ 900 véhicules, 1.400 containeurs, 3 Mirage 2000D, et 14 hélicoptères, restent encore sur le terrain.

Partager cet article
Repost0
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 13:20
Retrait d'Afghanistan: Paris et l'ISAF négocient avec des Ouzbeks exigeants

09.02.2012 par P. CHAPLEAU Lignes de Défense

 

Dans le cadre des négociations en cours entre la Force internationale déployée en Afghanistan et les pays voisins comme l'Ouzbekistan et le Tadjikistan (photo ci-dessus, l'aéroport de Douchanbé), les discussions sont ardues. Pour permettre le passage des troupes et des matériels retirés d'Afghanistan, Tachkent, par exemple, pose des conditions "coûteuses", a confié, hier, aux députés, le ministre de la Défense, Gérard Longuet.

 

Pour voir ou revoir l'audition du ministre de la Défense et du ministre des Affaires étrangères, cliquer ici.

 

"Nous avons en réalité trois solutions. Une solution que nous écartons: une voie aérienne de bout en bout, parce qu'elle est très coûteuse", a détaillé Gérard Longuet devant les commissions de la Défense et des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale.


Il y a ensuite "la solution pakistanaise, avec deux passages possibles, mais les relations sont actuellement encore très tendues avec les Pakistanais qui ne font guère preuve de bonne volonté.


La troisième possibilité est "la voie ferrée par l'Ouzbekistan, soit directement, soit par le Tadjikistan", a-t-il ajouté. Mais "l'Ouzbekistan pose des conditions matérielles assez coûteuses", a confié Gérard Longuet, précisant qu'une "négociation collective" avait été engagée avec ces pays voisins de l'Afghanistan par la Force internationale d'assistance et de sécurité (ISAF).

 

 "Le retrait des forces françaises en Afghanistan est une affaire, sur le plan logistique, complexe", a enfin rappelé le ministre de la Défense, confirmant les chiffres évoqués sur ce blog: 1 200 véhicules dont plus de 500 véhicules blindés, 1 500 à 1 800 conteneurs....

Partager cet article
Repost0
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 17:30
Les enseignements stratégiques du conflit afghan

 

30 janvier 2012 Vincent DESPORTES*,  Officier, Général de division (2S) - magistro.fr

 

Intervention lors du colloque stratégique annuel de l’IRIS, le 11 mai 2011, sur le thème "Afghanistan, 10 ans de conflit".

 

Le conflit afghan nous offre l’occasion de revenir aux principes fondamentaux de la stratégie. Je voudrais montrer, à partir de quelques exemples, qu’il apporte une validation supplé¬mentaire de quelques concepts stratégiques persistants : ils réaffirment en chaque occasion leur pertinence, quel que soit le mépris que l’on puisse affecter à leur égard.

 

La première idée qui me semble ainsi ratifiée est celle de la "vie propre de la guerre", pour reprendre le concept de Clausewitz. Dès que vous avez créé une guerre, la guerre devient un sujet et non plus un objet. Elle possède une vie propre qui vous conduit là où vous n’aviez pas prévu d’aller.

L’exemple de l’Afghanistan est particulière¬ment frappant. La guerre commence le 7 octobre 2001 avec un objectif clair : faire tomber le pouvoir taliban à Kaboul et détruire le réseau d’al-Qaida en Afghanistan. L’objectif est atteint fin novembre et il y a, alors, moins de deux mille militaires occidentaux au sol. Dix ans après, les objectifs de guerre ont totalement changé et ce sont 140 000 soldats de la coalition qui sont déployés sur le théâtre. Le général Beaufre, qui a commandé l’opération de Suez en 1956 et qui est l’un de nos grands stratèges, synthétise clai¬rement ce phénomène en évoquant "le niveau instable des décisions politiques" : il conduit les stratèges militaires à adopter des modes de guerre successifs s’avérant souvent contre-productifs par rapport aux objectifs ultérieurs. Cette évolu¬tion afghane éclaire ainsi deux réalités éternelles de la guerre ; la première est que toute guerre est marquée par une dérive des buts et, le plus souvent, une escalade des moyens ; la seconde, que les "fins dans la guerre" influent toujours sur les "fins de la guerre", pour reprendre les expressions si signifiantes de Clausewitz.

 

La deuxième idée qu’il nous est donné de revisiter relève de l’essence même du raisonne¬ment stratégique. La guerre doit être conçue et conduite non pas en fonction de l’effet tactique immédiat, mais en fonction de l’état final recherché, c’est-à-dire du but stratégique. Autrement dit, la forme que l’on donne initialement à la guerre a de lourdes conséquences ulté¬rieures : ce qui est perdu d’entrée est très difficile à rattraper.

Prenons les deux premières phases de la guerre.

 

La première phase est celle du "modèle afghan" (2001) (ou de la "stratégie minimaliste" selon l’expression de Joe Biden). Elle associait les milices afghanes, la puissance aérienne et un faible contingent de forces spéciales américaines. Le modèle a fonctionné pour faire tomber le régime des talibans, mais beaucoup moins pour débusquer et détruire les membres d’al-Qaida qui vont se réfugier dans leurs zones sanctuaires. Cette stratégie a contribué, en revanche, à renforcer les "chefs de guerre" locaux, en parti¬culier ceux dont le comportement envers la population était honni et qui étaient hostiles au gouvernement central de Kaboul. Elle a aussi renforcé la puissance tadjike et donc aliéné d’autant la population pachtoune. Elle a donc finalement affaibli les deux piliers qui allaient se révéler ultérieurement essentiels, puisqu’ils sont le socle de la reconstruction : un État central et les conditions de la "bonne gouvernance".

 

La deuxième phase est celle du modèle américain (2002-2006). En raison de l’impossi¬bilité des milices afghanes à venir à bout des talibans – les Afghans du Nord ne souhaitant d’ailleurs pas s’engager au sud de Kaboul –, les Américains prennent la tête des opérations de ratissage. On se souvient des opérations Anaconda (2002), Mountain Viper (2003), etc., des opérations de "bouclage et fouille" (Cordon and Search) visant l’élimination des terroristes et la destruction de leurs caches. Selon les termes du général (US) Barno, il s’agissait d’une "enemy-centric raid stategy". Les résultats sont médiocres, mais les conséquences définitives. L’efficacité du "modèle américain" est limitée par un grand défaut de sensibilisation culturelle et politique, voire par les effets pervers de la supériorité technologique. Les bombardements aériens et leurs cortèges de dégâts collatéraux importants soulè¬vent des questions sensibles qui ont des coûts politiques considérables. Dès lors, en dépit d’un a priori favorable, les Américains vont susciter crainte et hostilité dans la population. Les troupes sont perçues comme des infidèles, des forces d’occupation. La population initialement neutre, voire favorable, est aliénée. À partir de 2006, la guerre enemy-centric se mue en guerre population-centric (suivant les nouvelles théories en cours sur la contre-insurrection), mais le premier mode de guerre aura commis des dommages irréparables.

 

Troisième idée : si le "centre de gravité" (1) de l’adversaire se situe au-delà des limites politiques que l’on s’est données, il est inutile de faire la guerre car il sera impossible de la gagner. Au sens clausewitzien, le centre de gravité des tali¬bans se trouve dans les zones tribales situées entre le Pakistan et l’Afghanistan, puisque c’est de ces espaces incontrôlables qu’ils tirent leur capacité de résistance. Or, il est impossible pour les Américains d’y mettre militairement bon ordre : cette cible se situe au-delà des limites politiques qu’ils se sont fixées, ne serait-ce que pour de simples raisons de logistique militaire, à cause de la vulnérabilité de leurs convois lorsqu’ils traversent le Pakistan.

 

La quatrième idée à laquelle il convient de faire appel n’est pas nouvelle, mais il est toujours nécessaire de la répéte r: sauf à le détruire (ce qui est impossible en Afghanistan), c’est avec son adversaire que l’on fait la paix. Selon le bon esprit de la guerre froide – qui n’a pas fini de nous faire du mal –, la conférence de Bonn, en décembre 2001, a été non pas la conférence de la réconciliation mais la conférence des vainqueurs. Elle a, de fait, rejeté les talibans – donc les Pachtouns – dans l’insurrection. Dix ans plus tard, nous n’en sommes pas sortis.

 

La cinquième idée qu’il s’agit de convoquer est aussi évidente que méconnue : ce qui est important, c’est le stratégique, et non le tactique. Le général Beaufre nous le rappelle : "En 1940, tout notre système de guerre était faux parce que fondé sur des tactiques… L’Indochine est perdue à coups de tactiques excellentes, vaincues par la stratégie adverse à laquelle nous n’avons su opposer aucune stratégie digne de ce nom… Suez, victoire tactique, débouche sur un épou¬vantable échec politique… [très souvent] l’ignorance de la stratégie nous a été fatale" (2)

En Afghanistan, nous sommes aujourd’hui plongés au cœur d’une véritable "quadrature du cercle tactique", entre protection et adhésion de la population, d’une part, protection de nos propres troupes, d’autre part, et destruction de l’adversaire taliban par ailleurs. Nous sommes engagés dans un travail de Sisyphe de micro-management du champ de bataille, comme si nous étions enfermés dans une "stratégie de tactiques", et son appareil d’indicateurs de performance (3). C’est une impasse. Nous ne trouverons pas de martingale tactique en Afghanistan : la solution est d’ordre stratégique.

Citant des officiers US, le New York Times regrettait récemment, je cite, "la déconnexion entre les efforts intenses des petites unités et les évolutions stratégiques". Une accumulation de bonnes tactiques ne constituera jamais une bonne stratégie : un problème politique au premier chef ne peut être résolu que par une solution politique.

 

Descendant d’un cran, je voudrais insister sur une évidence opérationnelle simple. Le nombre compte. "Mass Matters", comme disent nos amis anglo-saxons. Or, les coupes budgétaires successives conjuguées à l’exponentielle du coût des armements ont conduit nos armées à des réductions de format incompatibles avec l’efficacité militaire dans les nouvelles guerres au sein des populations. En contre-insurrection, gagner c’est contrôler le milieu. Les ratios sont connus. En dessous de vingt personnels de sécurité pour mille locaux, il est tout à fait improbable de l’emporter. En Irlande du Nord, pour une popu-lation d’un million d’habitants, les Britanniques ont maintenu une force de sécurité globale de 50 000 hommes et sont restés pendant vingt ans (ratio de 1 pour 20 et non 1 pour 50). En Irak, la population est de trente millions de personnes environ. Il a fallu mettre sur pied (avec les Irakiens) une force de 600 000 hommes pour que la manœuvre de contre-insurrection commence à produire ses effets. En Algérie, à la fin des années 1950, les effectifs français étaient de 500 000 pour une population de huit millions d’Algériens "d’origine musulmane" (1/20). Au Vietnam, les Américains sont parvenus, également grâce à la conscription, à établir ce ratio mais n’ont cependant pas réussi à l’emporter. En Afghanistan, nous en sommes loin. Alors que le théâtre est infiniment plus complexe, physiquement et humainement, que nous agissons en coalition, le ratio est de 1/120 000 (en comptant les forces de sécurité afghanes, à la qualité cependant contestable) pour trente millions, soit la moitié de ce qui est nécessaire. Nous le constatons tous les jours, nos ratios actuels "forces de sécurité/population" nous permettent de conquérir, mais pas de tenir. Encore une fois, gagner la guerre, c’est contrôler le milieu. Or, nous ne savons plus contrôler le milieu.

 

Pour conclure, je voudrais encore mettre en avant deux préoccupations.

La première est qu’une nation – ou un groupe de nations – pèse dans une guerre à hauteur de sa participation. En ce sens, le conflit afghan est bien une "guerre américaine". On se rappelle ce télégramme diplomatique révélé dans Le Monde par Wikileaks dans lequel l’ambassadeur des États-Unis à Paris demandait, à l’instigation de l’Élysée, que Washington trouve des façons de faire croire que la France pesait sur le choix des options stratégiques. On se rappellera aussi que – de McKiernan à Petraeus en passant par McCrystall – les chefs militaires de la coalition sont nommés et relevés par Washington sans que l’on en réfère aux autres membres. N’en doutons pas : les calendriers et les stratégies sont bien plus dictés par les préoccupations de poli¬tique intérieure américaine que définis par le dialogue avec des coalisés obligés de s’aligner. Ceux qui ont lu Les Guerres d’Obama (4), de Bob Woodward, ne me contrediront sur aucun de ces points !

 

Ma seconde préoccupation tient au fait que l’Afghanistan est une nouvelle preuve de l’échec de l’Europe. Je constate qu’il y a, ou qu’il y a eu, quinze pays de l’Union ayant engagé des forces militaires en Afghanistan : Allemagne, Belgique, Danemark, Espagne, France, Hongrie, Italie, Lettonie, Lituanie, Pays-Bas, Pologne, Roumanie, Suède, République tchèque, Portugal. Les effectifs européens sont loin d’être négligeables puisqu’ils représentent environ trente mille combattants, soit un tiers de la force engagée. Or, il n’y a presque pas d’Europe, en tout cas aucune Europe de la défense, en Afghanistan. On pourra toujours expliquer que, historiquement, l’Europe a eu du mal à s’imposer en tant que telle dans cette guerre. Certes, mais le constat est là : l’Europe mène la guerre la plus longue qu’elle ait jamais conduite ; elle le fait avec des effectifs très importants, et elle n’existe pas. Cela donne une résonance forte aux propos de l’ancien ministre de la Défense, Hervé Morin, qui affirmait fin octobre : "L’Europe est devenue un protectorat des Etats-Unis" (5) Il est temps que l’Europe se reprenne en main.

 

* Vincent DESPORTES Officier, Général de division (2S) est un ancien commandant de l’École de Guerre

 

(1) D’où il retire sa force et sa capacité à durer, selon Clausewitz.

(2) Introduction à la stratégie, Pluriel, 1998, pp. 24, 25.

(3) Georges-Henri Bricet des Vallons, Faut-il brûler la contre-insurrection?, Choiseul, 2010, p. 19.

(4) Denoël, 2011.

(5) Le Monde, 31 octobre-1er novembre 2011.

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 21:33
Les soldats français tués en Afghanistan n'étaient pas armés

 

photo Armée de Terre

20/01/2012 Par LEXPRESS.fr

 

Quatre militaires français ont été tués par un soldat afghan pendant leur entraînement sportif. L'attaque a également blessé seize soldats dont huit grièvement. Les talibans ont salué le geste du "soldat afghan patriote". 

Quatre soldats français ont été tués en Afghanistan par un militaire en uniforme de l'armée afghan, d'après une source de sécurité afghane ce vendredi. "Le tireur présumé a été appréhendé", a ajouté la force internationale de l'Otan (Isaf). Nicolas Sarkozy a de son côté confirmé que les quatre militaires tués sont français. 

"C'est dans le cadre d'un entraînement à l'intérieur de la base qu'un tireur a abattu, assassiné quatre de nos soldats dans des conditions qui sont inacceptables", a précisé le ministre français de la Défense Gérard Longuet. "Les Français étaient en train de terminer leur séance de sport à l'intérieur" d'une enceinte militaire, a précisé une source sécuritaire. "Les soldats n'étaient pas protégés. Ils ne pouvaient pas se défendre. [Le tireur] a tiré dans le groupe. Puis ils l'ont neutralisé ", a poursuivi cette source, sans donner plus de détails sur l'assaillant. 

 

L'homme a utilisé une arme automatique. Il "a ouvert le feu sur des Français, quatre ont été tués et 16 blessés, ce matin vers 8 heures locales dans le district de Tagab de la province de Kapisa" dont l'armée française a la charge, selon une source de sécurité afghane. Le ministère de la Défense a déclaré que parmi les soldats français pris pour cible, il y a "une quinzaine de blessés dont huit grièvement". 

 

"C'est une tragédie qui s'apparente à un assassinat", a déclaré le ministre français en précisant que les événements s'étaient produits dans la base de Gwam, dans le nord-est du pays. Le périmètre de la base française de Tagab a depuis lors été circonscrit par l'armée française, et interdite d'accès aux forces de l'ordre afghanes, a indiqué une autre source sécuritaire. 

 

L'armée afghane infiltrée?

 

"Le tireur était un soldat de l'armée afghane", selon Abdul Hamid Erkin, le chef de la police de la province de Kapisa. Auparavant, il avait été présenté comme un "homme portant un uniforme afghan", par une autre source sécuritaire. 

Le 29 décembre, deux légionnaires français avaient été abattus délibérément par un soldat de l'Armée nationale afghane (ANA) dont ils assuraient la formation dans la province de Kapisa, au nord-est de Kaboul, région très infiltrée par la rébellion des talibans où se trouve la vallée de Tagab.  

 

Plusieurs incidents similaires, meurtriers pour l'Otan, ont eu lieu ces deux dernières années en Afghanistan, alors qu'ils étaient rares auparavant. Si les motivations des meurtriers ne sont pas toujours établies, elles laissent craindre une infiltration croissante des forces afghanes par les rebelles. 

 

Les talibans ont pour l'heure salué le geste du "soldat afghan patriote" pour son attaque contre les soldats français. 

 

Accélérer le retrait ou non?

 

Le président français a posé la question d'un retour anticipé des troupes françaises. D'ores et déjà, "toutes les opérations de formation, d'aide au combat de l'armée françaises, sont suspendues", a fermement déclaré Nicolas Sarkozy. 

 

Le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen, a présenté ses condoléances à la France estimant qu'il s'agissait d'un "jour très triste" pour les troupes de l'Otan. "De tels incidents sont graves et font les gros titres, mais ils sont isolés", a déclaré Rasmussen, la réalité est que, chaque jour, 130 000 membres de l'Isaf, originaires de 50 pays, combattent et entraînent plus de 300 000 soldats afghans".  

 

"Nous avons le même objectif: un Afghanistan qui soit responsable de sa propre sécurité. C'est ce que veulent les Afghans. Et nous restons déterminés à les aider à réaliser cet objectif", a affirmé le secrétaire général, en visite vendredi à Riga. 

 

 


 

82 soldats français tués depuis 2001

 

Sur les quatre soldats décédés ce vendredi, trois appartiennent au 93e Régiment de montagne de Varces (Isère), le quatrième au 2e Régiment étranger de génie de Saint-Christol (Vaucluse). Ils portent à 82 le nombre de militaires français tombés en Afghanistan depuis le début du conflit en 2001.  
Partager cet article
Repost0
6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 08:20

http://www.lalsace.fr/fr/images/DD1F6535-231B-4195-B71D-362DB6C49DB9/ALS_03/le-general-spindler-passant-en-revue-les-troupes-de-l-eurocorps-hier-matin-a-strasbourg-dans-son-d.jpg

 

Le général Spindler passant en revue les troupes de l’Eurocorps, hier matin à Strasbourg. Dans son dos, le premier contingent qui s’envolera pour Kaboul entre cette fin de semaine et le 18 janvier.

Photos : Jean-Marc Loos

 

05/01/2012 par Hervé de Chalendar - lalsace.fr

 

Hier, à Strasbourg, l’Eurocorps a organisé une cérémonie pour le départ, dès cette semaine, de ses premiers soldats en Afghanistan. En 2012, un tiers du corps sera concerné par cette mission.

 

Sur la place d’armes du quartier général de l’Eurocorps, à Strasbourg, face à la tente des officiels, les militaires rangés au garde-à-vous occupent les trois côtés restants du grand carré de bitume : à gauche, ceux qui partent ; à droite, ceux qui vont partir ; au fond, ceux qui ne partiront pas.

 

En cette année 2012, quelque 300 soldats de l’Eurocorps seront « projetés » en Afghanistan. Ceci représente un tiers des effectifs de ce corps multinational (voir ci-contre). Ils partiront en deux vagues : la première moitié s’envolera entre cette fin de semaine et le 18 janvier ; elle sera relevée en juillet par la seconde, qui restera sur place jusqu’en janvier 2013.

 

En Afghanistan, les membres de ce corps d’état-major seront affectés à des opérations relevant de cette compétence, c’est-à-dire la conduite des opérations. Ils seront essentiellement basés àl’aéroport de Kaboul, mais seront aussi amenés à se déplacer dans le pays. Et, dans tous les cas, forcément confrontés au danger.

 

« Je vous souhaite une bonne année ! Et s’adresser ainsi à des militaires sur le point de partir est bien plus qu’une formule de politesse », lance, au centre de la place d’armes, Arnaud Danjean, président de la sous-commission Sécurité et défense du Parlement européen. « Nous sommes bien préparés, et j’espère qu’il n’y aura pas de pertes, commente en écho le général de division allemand Walter Spindler, adjoint au commandant du corps. Mais ça peut être dangereux… Ça dépendra beaucoup de la performance des forces de sécurité afghanes ».

 

Là-bas, les hommes (et les quelques femmes) de l’Eurocorps retrouveront leur commandant : le général de corps d’armée français Olivier de Bavinchove les a précédés à Kaboul. Depuis près de deux mois, il y occupe le poste de chef d’état-major de la FIAS (Force internationale d’assistance à la sécurité). Il n’est ainsi rien de moins que le numéro trois de cette coalition de l’Otan.

 

Quelques minutes avant la revue des troupes, le commandant a participé à cette cérémonie de départ par le biais d’une vidéoconférence. Il était 10 h 30 à Strasbourg, et 14 h au QG de la FIAS, à Kaboul. Le général a rappelé à ses soldats l’aspect original de cette mission : venir quand le retrait est engagé. Fin 2014, il l’a confirmé, s’achèvera la présence de la FIAS. Et dès cette année, « 26 000 à 27 000 personnes quitteront le territoire afghan ». Or, les exigences, elles, ne baissent pas : il faut plus que jamais « exercer une pression forte sur les insurgés », lesquels « ont de plus en plus recours à des modes d’action indirects ». Conclusion du commandant : « Dire que c’est facile serait mentir… »

 

Mais le général de Bavinchove a aussi mis en avant « l’atout décisif » que possèdent, dans ce contexte, les membres de l’Eurocorps : leur « culture de la multinationalité ». Ce que confirme le général Spindler : « Ici, avec cinq nations cadres au sein de l’Eurocorps, nous sommes habitués à des compromis quotidiens… »

 

Cet art du compromis multinational, c’est aussi, peut-être, la caractéristique des Alsaciens : particulièrement bien représentés au sein de l’Eurocorps, ils seront une vingtaine à se projeter dans cette opération afghane.

 

 


 
Partager cet article
Repost0
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 19:02

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/operations/afghanistan/120105-afghanistan-la-3eme-brigade-de-l-ana-poursuit-ses-operations-en-vallee-de-tagab/afghanistan-la-3eme-brigade-de-l-ana-poursuit-ses-operations-en-vallee-de-tagab-2/1499076-11-fre-FR/afghanistan-la-3eme-brigade-de-l-ana-poursuit-ses-operations-en-vallee-de-tagab-2.jpg

 

05/01/2012  Opérations Sources : EMA

 

Du 27 au 30 décembre 2011, la 3ème brigade du 201e corps de l’armée nationale afghane (ANA), commandée par le général Nazar, a conduit une deuxième opération d’envergure en vallée de Tagab.

 

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/operations/afghanistan/120105-afghanistan-la-3eme-brigade-de-l-ana-poursuit-ses-operations-en-vallee-de-tagab/afghanistan-la-3eme-brigade-de-l-ana-poursuit-ses-operations-en-vallee-de-tagab-6/1499056-11-fre-FR/afghanistan-la-3eme-brigade-de-l-ana-poursuit-ses-operations-en-vallee-de-tagab-6.jpg

 

L’opération Hunting Spear 2 intervient quelques jours après le premier volet de l’opération qui s’était déroulé du 16 au 20 décembre dernier. Cette opération avait pour but de fouiller le nord de la vallée de Tagab, le long de l’axe Vermont afin de préserver la liberté de mouvement sur ce dernier.

 

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/operations/afghanistan/120105-afghanistan-la-3eme-brigade-de-l-ana-poursuit-ses-operations-en-vallee-de-tagab/afghanistan-la-3eme-brigade-de-l-ana-poursuit-ses-operations-en-vallee-de-tagab-18/1499046-10-fre-FR/afghanistan-la-3eme-brigade-de-l-ana-poursuit-ses-operations-en-vallee-de-tagab-1.jpg

 

L’opération Hunting spear 2 a engagé 10 compagnies afghanes des kandaks (bataillon afghans) 31, 32, 33, 34 et 36, appuyées par 300 soldats français du Battle group (BG) Tiger armant les détachements de liaison, d’appui et de soutien (DLAS). Un soutien au commandement était effectué depuis la base opérationnelle avancée (FOB) de Tagab. Ces modes d’actions permettent d’assurer un appui adapté aux opérations de l’armée afghane en fournissant des tirs directs ou indirects d’une part ou en coordonnant l’appui aérien.

 

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/operations/afghanistan/120105-afghanistan-la-3eme-brigade-de-l-ana-poursuit-ses-operations-en-vallee-de-tagab/afghanistan-la-3eme-brigade-de-l-ana-poursuit-ses-operations-en-vallee-de-tagab-4/1499066-11-fre-FR/afghanistan-la-3eme-brigade-de-l-ana-poursuit-ses-operations-en-vallee-de-tagab-4.jpg

 

Après avoir saisi plusieurs points clés aux abords de Tagab, les troupes afghanes se sont déployées à pied le long de l’axe Vermont. Elles ont alors reconnu la zone verte et les compounds.

 

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/operations/afghanistan/120105-afghanistan-la-3eme-brigade-de-l-ana-poursuit-ses-operations-en-vallee-de-tagab/afghanistan-la-3eme-brigade-de-l-ana-poursuit-ses-operations-en-vallee-de-tagab-5/1499061-11-fre-FR/afghanistan-la-3eme-brigade-de-l-ana-poursuit-ses-operations-en-vallee-de-tagab-5.jpg

 

Les soldats afghans ont neutralisé quatre insurgés et en ont blessé neuf autres à la suite des combats qui ont eu lieu à l’entrée de la vallée de Bedraou. Une cache d’armes a été découverte, permettant de mettre la main sur des munitions de gros calibre (roquette de 122 mm, obus de 105 mm, obus de 82 mm et roquette RPG 7).

 

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/operations/afghanistan/120105-afghanistan-la-3eme-brigade-de-l-ana-poursuit-ses-operations-en-vallee-de-tagab/afghanistan-la-3eme-brigade-de-l-ana-poursuit-ses-operations-en-vallee-de-tagab-7/1499051-11-fre-FR/afghanistan-la-3eme-brigade-de-l-ana-poursuit-ses-operations-en-vallee-de-tagab-7.jpg

 

L’opération Hunting Spear 2, mené à la suite de Hunting Spear 1, illustre les progrès réalisés par la 3ème brigade de l’ANA à la fois dans la planification et dans la conduite d’opérations mais également dans sa détermination et sa combativité.

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2011 6 17 /12 /décembre /2011 19:05

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/operations/afghanistan/111216-afghanistan-releve-du-bg-quinze-deux-par-le-bg-picardie/releve-du-bg-quinze-deux-par-le-bg-picardie-4/1486904-2-fre-FR/releve-du-bg-quinze-deux-par-le-bg-picardie-4.jpg

 

17/12/2011 Sources : EMA

 

Le 9 décembre 2011, le Battle Group Picardie  a relevé le Battle Group Quinze-Deux sur la place d’armes de la base avancée de Surobi.

 

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/operations/afghanistan/111216-afghanistan-releve-du-bg-quinze-deux-par-le-bg-picardie/releve-du-bg-quinze-deux-par-le-bg-picardie-1/1486879-1-fre-FR/releve-du-bg-quinze-deux-par-le-bg-picardie-1.jpg

Au cours de cette prise d’armes, le général Jean-Pierre Palasset, commandant la Task Force La Fayette,  a félicité le BG Quinze-Deux et son chef de corps le colonel Jeand’heur pour avoir contribué à l’inscription de la Surobi au processus de transition.

 

Deux périodes ont caractérisé le mandat du BG Quinze-Deux . La première a été marquée par les opérations de sécurisation en vallée de Bédraou, dans la région du village d’Omarkhel ou encore en vallée de Jagdaley ou d’Uzbeen. La seconde phase a été placée sous le signe des actions de gouvernance et de développement ainsi que celui de la mise en œuvre de nouveaux modes d’action au profit des forces de sécurité afghanes, dans le cadre de l’accompagnement de la transition.

 

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/operations/afghanistan/111216-afghanistan-releve-du-bg-quinze-deux-par-le-bg-picardie/releve-du-bg-quinze-deux-par-le-bg-picardie-2/1486884-2-fre-FR/releve-du-bg-quinze-deux-par-le-bg-picardie-2.jpg  http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/operations/afghanistan/111216-afghanistan-releve-du-bg-quinze-deux-par-le-bg-picardie/releve-du-bg-quinze-deux-par-le-bg-picardie-3/1486889-2-fre-FR/releve-du-bg-quinze-deux-par-le-bg-picardie-3.jpg

 

Le colonel Didier Gros, chef de corps du 1er régiment d’infanterie (1er RI) de Sarrebourg a succédé au colonel Lionel Jeand’heur, chef de corps du 152e régiment d’infanterie de Colmar.

 

Le Battle Group Picardie , majoritairement armé par le 1er RI a donc pris les rênes du Groupement Tactique Interarmes (GTIA) Surobi. Ses principales missions sont la mise en œuvre et l’accompagnement de la transition et l’appui de l’armée nationale afghane en Surobi et dans le sud de Tagab.

 

Autour du 1er RI de Sarrebourg, d’autres unités composent le BG Picardie  : des cavaliers du 1er régiment de spahis de Valence, des tirailleurs du 1er régiment de tirailleurs d’Epinal, des artilleurs du 1er régiment d’artillerie de Marine de Laon-Couvron, et des sapeurs du 3e régiment du génie de Charleville-Mézières.

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 12:50
US Marines to wind down Afghan combat in 2012

 

November 28, 2011 defpro.com

 

US Marines will march out of Afghanistan by the thousands next year, winding down combat in the Taliban heartland and testing the US view that Afghan forces are capable of leading the fight against a battered but not yet beaten insurgency in the country's southwestern reaches.

 

At the same time, US reinforcements will be sent to eastern Afghanistan in a bid to reverse recent gains by insurgents targeting Kabul, the capital.

 

General James F Amos, commandant of the Marine Corps, said in an Associated Press interview that the number of Marines in Helmand province will drop "markedly" in 2012, and the role of those who stay will shift from countering the insurgency to training and advising the Afghan security forces.

 

The change suggests an early exit from Afghanistan for the Marine Corps, even as the prospects for solidifying their recent successes are uncertain.

 

"Am I OK with that? The answer is 'yes,'" Amos said.

 

At stake is President Barack Obama's pledge to win in Afghanistan the war he touted during his 2008 presidential campaign as worth fighting, while pledging to get out of Iraq.

 

Facing a stalemate in 2009, Obama ordered an extra 30,000 US troops to Afghanistan including about 10,000 Marines to Helmand province in the belief that if the Taliban were to retake the government al-Qaida would soon return to the land from which it plotted the September 11, 2001, attacks. (DD India)

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2011 4 24 /11 /novembre /2011 17:30

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/operations/afghanistan/111124-afghanistan-le-general-de-bavinchove-a-la-rencontre-des-soldats-de-la-tf-la-fayette/le-general-de-bavinchove-a-la-rencontre-des-soldats-de-la-tf-la-fayette-1/1459397-5-fre-FR/le-general-de-bavinchove-a-la-rencontre-des-soldats-de-la-tf-la-fayette-1.jpg

 

24/11/2011 Sources : EMA

 

Le 15 novembre 2011, le général de Bavinchove, chef d’état-major de la FIAS (Force internationale d’assistance et de sécurité) et représentant national de la France en Afghanistan, est venu à la rencontre des soldats de la Task Force  La  Fayette  (TFLF).

Le général de Bavinchove a d’abord présidé la cérémonie au cours de laquelle les honneurs militaires ont été rendus au légionnaire de 1ère  classe Goran Franjkovic, décédé lors d’un accrochage sur l’axe Vermont, le 14 novembre 2011.

 

Le chef d’état-major de l’ISAF a ensuite rendu visite à l’état-major de la TFLF à Nijrab. A cette occasion, les nouveaux modes d’action pour appuyer les ANSF ainsi que le dispositif de la TFLF lui ont été présentés.

 

Dans l’après midi, il s’est rendu sur la FOB (base opérationnelle avancée) Tora  avec le général Palasset, commandant la Task  Force  La Fayette  puis sur le COP (poste de combat avancée) Uzbeen  au moment où se déroulait l’opération Yellow Uzbeen  dans laquelle était engagée le kandak  32 (bataillon de l’armée nationale afghane), appuyé par le Battle group Quinze Deux .

 

Cette visite fut l’occasion pour la TFLF de présenter son dispositif au chef d’état-major de l’ISAF.

 

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/operations/afghanistan/111124-afghanistan-le-general-de-bavinchove-a-la-rencontre-des-soldats-de-la-tf-la-fayette/le-general-de-bavinchove-a-la-rencontre-des-soldats-de-la-tf-la-fayette-2/1459402-6-fre-FR/le-general-de-bavinchove-a-la-rencontre-des-soldats-de-la-tf-la-fayette-2.jpg

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2011 4 24 /11 /novembre /2011 07:45
Rapport du gouvernement sur l’engagement du Canada en Afghanistan

 

le 23 novembre 2011 - NR – 11.143 -forces.gc.ca

 

Ottawa, Ontario -  Aujourd’hui, L’honorable Peter MacKay, ministre de la Défense nationale a déposé le 13e Rapport trimestriel au Parlement sur l’engagement du Canada en Afghanistan.

« Les Canadiens qui travaillent en Afghanistan continuent de servir les intérêts de la paix, le progrès et la prospérité avec dévouement et distinction, a déclaré le ministre MacKay. Nous avons transformé notre rôle en Afghanistan pour mettre désormais l’accent sur le développement à long terme du pays et aider toujours plus les Afghans à façonner leur avenir. »

Le rapport couvre la période du 1er avril au 30 juin 2011. On y mentionne les progrès atteints concernant les six priorités et les trois projets de premier plan du Canada en Afghanistan. Il permet en outre d’évaluer, de façon presque finale, l’état  des repères et des cibles du Canada annoncés par le gouvernement en 2008.

S’appuyant sur les contributions que le Canada a faites en Afghanistan à ce jour, la contribution canadienne au cours des trois prochaines années consistera principalement à investir dans l’avenir des enfants et des jeunes grâce à des programmes d’éducation et de santé, à la promotion de la sécurité, des droits humains et de la primauté du droit, du déploiement de près de 950 employés des Forces canadiennes afin de former les forces afghanes de sécurité, à la promotion de la diplomatie régionale et à la prestation d’aide humanitaire. Plus de 40 policiers civils canadiens (CIVPOL) en Afghanistan fournissent formation, mentorat et conseils aux membres de la Police nationale afghane pour faire progresser la réforme institutionnelle et le renforcement des capacités.

« Notre objectif est de faire en sorte que les Forces de sécurité nationale afghanes assument la sécurité en Afghanistan d’ici 2014. L’objectif ultime du Canada est toujours d’aider les Afghans à rebâtir un pays mieux gouverné, prospère et sûr qui n’est plus un refuge pour les terroristes », a ajouté le ministre MacKay.

Voici certaines des réalisations du dernier trimestre :

  • Les effectifs de l’Armée nationale afghane (ANA) se sont accrus de 11 000 soldats et totalisaient, au 30 juin 2011, 171 000 membres. Les six kandaks de l’ANA basés au Kandahar disposaient d’un effectif réel de 70 % ou plus, ce qui signifie qu’une nouvelle cible a été atteinte.
  • La majorité des opérations exécutées dans la zone de responsabilité (ZR) des Forces canadiennes ont été dirigées en partenariat. Les commandants de l’ANA ont commencé à agir de manière plus indépendante, de sorte que l’ANA a exécuté 65 % (ou plus) des opérations de sécurité dans la ZR des FC au cours du trimestre.
  • Un nombre additionnel de 755 membres de la PNA dans les districts clés ont suivi la formation du programme Objectif développement des districts (ODD). La PNA compte actuellement 3 532 membres dans les districts clés, dont 3 235, ou 92 %, ont reçu la formation du programme ODD.
  • À la fin de la période visée, le Canada avait surpassé tous les repères et les objectifs définis pour le secteur de la police au Kandahar, soit 19 projets d’infrastructure (comparativement à un objectif de 15 pour la période de 2008 à 2011) et 28 projets de modernisation des installations (l’objectif était également de 15).
  • Le projet de premier plan du Canada dans le domaine de l’éducation, qui consistait à construire, à agrandir ou à remettre en état 50 écoles dans la province de Kandahar a continué de progresser. En effet, trois autres écoles ont été terminées. Au total, 44 écoles sont maintenant terminées, et les 6 dernières sont en chantier.
  • Le projet de premier plan du Canada visant à éradiquer la polio a également progressé au cours du trimestre grâce à la vaccination d’environ 369 700 enfants au Kandahar, soit 89 % des enfants ciblés.
  • En ce qui concerne l’autre projet de premier plan, le barrage Dahla, ce trimestre coïncidait avec le début de la saison des pluies, où l’on ouvre l’écluse pour remplir le réseau de canaux. Les activités liées au projet ont été axées sur l’agriculture, le renforcement des capacités et des travaux de réfection à l’extérieur du réseau de canaux. Des récoltes de blé et d’orge ont été moissonnées à la ferme Tarnak, où des réseaux d’irrigation ont été installés dans le cadre du projet.

Le 13e rapport trimestriel sur l’engagement du Canada en Afghanistan peut être consulté sur le site http://www.afghanistan.gc.ca/canada-afghanistan/documents/
r06_11/index.aspx?lang=fra&view=d
.

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 13:35
"Afghanistan: en sortir ou pas?", une conférence le 30 novembre

19.11.2011 par P. CHAPLEAU Lignes de Défense

 

Le 30 novembre 2011, à 17h30, 29 quai Voltaire, Paris 7e,dans le cadre des« Mercredis de la Documentation française », aura lieu une conférence débat sur le thème « Afghanistan : en sortir ou pas ? ».

 

Jean de Ponton d'Amecourt, ancien ambassadeur de France en Afghanistan, Yves Boyer, professeur à l'École polytechnique et directeur adjoint de la FRS, Gérard Fussman, professeur au Collège de France,  Jean-Luc Racine, directeur de recherche CNRS au Centre d'études de l'Inde et de l'Asie du Sud de l'Ehess, et Isabelle Saint-Mezard, docteur en sciences politiques et enseignante à l'Inalco, feront un bilan, dix ans après le début du conflit afghan, et à la lumière de ses multiples facettes, de l'état des forces en présences et analyseront les perspectives d'avenir de la zone Afpak.

 

Plusieurs parutions récentes de la Documentation française sont consacrées à cette thématique:


AfPak Afghanistan - Pakistan, n° 50 de la revue Questions internationales de la Documentation française, juillet-août 2011.


- La politique étrangère de la France, « De la fin de la guerre froide au printemps arabe », par Frédéric Charillon, publié en juin 2011 dans collection les Études de la Documentation française. 

 

Pour s'inscrire :  bernadette.guilloux@dila.gouv.fr ou par tél au 01 40 15 71 74

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 08:55
Royal Navy Sea Kings making a big difference in Helmand

photo UK MoD

 

November 18, 2011 defpro.com

 

Royal Navy Sea Kings have over the last five months helped seize more than seven tonnes of drugs and stop insurgents in Afghanistan building over 1,500 homemade bombs.

 

The Sea King Airborne Surveillance and Control helicopters of 854 Naval Air Squadron act as 'eyes in the sky', and have guided forces on the ground in making a series of busts in a summer and autumn of successful operations.

 

The Sea King crews' success can be attributed to the helicopter's cutting-edge radar which tracks insurgents so the crews can inform ground troops where to pounce.

 

The helicopters, based at Camp Bastion, are flying up to 50 hours a week, using the specialist radar in a large grey 'bag' on the side of the aircraft - which gives them their 'Bagger' nickname - to follow the movements of insurgents thousands of feet below on the ground.

 

In the past fortnight alone 854 Naval Air Squadron (NAS) - which comprises fewer than 50 personnel in Helmand - has directed troops to three men travelling in a truck which was carrying 570kg of opium, while a large amount of heroin was found on another vehicle.

 

The Sea Kings, known as 'cloudwalkers' by Afghans, have also this summer helped with the seizure of 7.2 tonnes of explosives - enough to produce more than 1,500 ten-pound (4.5kg) small improvised explosive devices which are then used to kill and maim British, Allied and Afghan troops, and Afghan civilians.

 

In addition to these successes, the past two weeks have also seen the helicopters pass on 70 intelligence tip-offs for ground troops to follow up.

 

Commander Pat Douglas, Commander Maritime Sea King Force, said: "Individually, these 'busts' are quite small, but, collectively, our small force is making a very big difference.

 

"We may be only operating over Helmand and environs but the impact of what we do spreads across the entire country.

 

"Every single time a vehicle we've tracked is stopped and drugs or explosives are found by ground forces, we are making things a percentage safer for Afghan civilians and the forces there who are protecting them."

 

The Baggers have been in Afghanistan since May 2009, with 854 NAS and her sister squadron from Royal Naval Air Station Culdrose, 857 NAS, taking it in turns to constantly monitor insurgent activity.

 

Although their missions are hundreds or thousands of feet above Helmand and the helicopters are based many miles from the scene of the various interdiction operations, Allied troops are very quick to pass on their gratitude for the intelligence the Baggers provide.

 

Commander Douglas added: "We're told quite quickly the outcome of our actions and the feedback we get is that we're making a difference, which has a big effect on morale - really satisfying."

 

Crews initially used their sorties over Helmand to build up their knowledge and experience of each area and to understand life on the ground, day-to-day traffic and seasonal movements (such as harvest-gathering).

 

With two-and-a-half years' experience under their belts, Commander Douglas said his men and women are well-attuned and familiar with their operating areas, making it easier for them to spot the unusual: "Operations now are more focused, more targeted and much more effective because we know the ground - there's a lot of knowledge in the squadrons," Commander Douglas added.

 

"We are on a campaign footing. We will continue to do the job out there as long as we are needed - we stay until our job is done."

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2011 4 17 /11 /novembre /2011 13:45
Economic Recession And Helicopters In Afghanistan

 

November 17, 2011: STRATEGY PAGE

 

One side-effect of the world-wide recession is that lots of the idle helicopters have found work in Afghanistan. There, the U.S. has been prodding other NATO nations to provide helicopters for their own troops. But too many of these nations either do not have helicopters to send or don't want send what they have into such a hostile environment. This is sometimes because the helicopters available are old, or not equipped for service in such a hostile environment.

 

The constant pressure from the United States, which has to supply emergency helicopter service when called on, has persuaded NATO allies to lease helicopters. Over the last five years this has led to the leasing several hundred helicopters for use in Afghanistan. Initially, many of them were Russian models from Eastern Europe. These were Cold War surplus machines from firms that had gone into the leasing business in the 1990s for foreign aid and peacekeeping operations. Three years of economic recession has made a lot of helicopters available in the West, and now more of these are headed for Afghanistan.

 

The basic problem, however, remains. European nations either don't have helicopters suitable for service in the hot and high (and dusty, and freezing in the Winter) conditions of Afghanistan, or their helicopter units are not organized and trained for service overseas, or the politicians don't want to send their helicopters abroad. These nations are content to lease helicopters, including crews and support personnel, from civilian firms.

 

Russian firms paved the way here. Russian and Ukrainian companies were already supplying heavy jet transports for NATO forces since the 1990s. These same companies had helicopters available as well. The Russians know their choppers will work in Afghanistan, because of their experience during the 1980s. Many of the same helicopter types are still in service, although with updates. Safety and reliability standards for Russian helicopters have also increased. There are also many non-Russian firms that offer helicopter leasing for "challenging environments" (mainly oil field or mining operations support). But the Russians were cheaper, and are less concerned with getting shot at. In the end, however, the pleas from the NATO troops for more helicopter support could not by the politicians back home and the demand for leased helicopters remained strong.

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 07:55

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/0/02/Harfang-090711-F-4859J-003.jpg

 

 

Presque 200 militaires français, essentiellement des légionnaires du 2e REP (le Régiment étranger parachutiste de la Légion étrangère), quittent l’Afghanistan. Cette décision a officiellement été annoncée aujourd’hui. C’est le premier retrait français opéré dans ce pays d’Asie. D’ici la fin 2012, la France retirera environ 1 000 hommes sur 4 000 engagés sur place.

 

Une décision américaine suivie par la France

 

Ce retrait est opéré dans un vaste mouvement – plus ou moins concerté entre alliés – déclenché par la décision américaine de retrait, comme l’a confirmé le ministre de la Défense, Gérard Longuet, ce matin sur France-Inter. « C’est la volonté du président de la République. (…) Les Etats-Unis ont opéré un retrait. Nous effectuons un retrait proportionnel ». Mais pour le Ministre, ce retrait est aussi possible car l’armée afghanne est là. Et de vanter sa bonne tenue. « Pourquoi est-ce possible. Car les secteurs sont transférés à l’armée afghane qui une réalité sur le terrain et assume la fonction de sécurité ».

 

4 vagues pour le premier désengagement d’ici la fin 2012

 

Ces 200 hommes seront suivis par d’autres en 4 vagues si on en croit le chef d’Etat-Major aux armées, l’Amiral Guillaud, qui avait détaillé le planning récemment lors d’une audition à l’Assemblée nationale. « Cela commencera, dès la fin de ce mois, par une compagnie de combat et ses appuis, soit 200 hommes. D’ici décembre, encore 200 hommes rentreront, en tenant compte des besoins de la coalition. » Nous réduirons nos effectifs d’une nouvelle tranche en mars prochain et nous achèverons notre désengagement partiel au cours du deuxième semestre 2012. »

 

Lire également :

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2011 7 16 /10 /octobre /2011 08:05
Australia to Spend $6b on Afghan War By 2014

 

October 14, 2011 defense-aerospace.com

(Source: Australian Strategic Policy Institute; issued October 14, 2011)

 

Australia would have spent about $6billion on the war in Afghanistan by the time our troops leave in 2014, according to Defence.

 

Defence Minister Stephen Smith defended the country's decade-long involvement in the conflict in Parliament yesterday. The Opposition expressed bi-partisan support.

 

''It is in our national interest to be in Afghanistan, not just with our alliance partner, the United States, but also with 47 other members of the International Security Assistance Force acting under a United Nations mandate,'' Mr Smith said.

 

He welcomed El Salvador, the latest country to join the coalition, to ISAF. ''Australia's fundamental goal is to prevent Afghanistan from again being used by terrorists to plan and train for attacks on innocent civilians, including Australians, in our region and beyond.''

 

This has come at a cost.

 

With almost 1000 diggers injured or wounded in the country since the war began ADF rehabilitation costs have escalated year after year. A Defence spokesman said they had jumped from $3 million in 2006-2007 to $12.6 million for 2010-2011.

 

These figures do not include the cost of artificial limbs, appliances, physiotherapy, medications and other prescribed treatments.

 

A total of 30 Australians, 29 ADF members and one who was serving with the British army, have also been killed.

 

''No liability'' payments to Afghan civilians for the deaths of family members, personal injury and damage to property stand at $169,104.

 

Blood money payments are reported to average about $6000, however, this can go higher depending on the status of the individual.

 

Mr Smith said Australia and the other ISAF member nations needed to set out a clear policy for Afghanistan after the troop withdrawals scheduled for 2014.

 

To fail to do so would be to ''send the wrong message to regional neighbours, including Pakistan''.

 

Raspal Khosa, an independent defence analyst formerly with the Australian Strategic Policy Institute, has warned Pakistan is waiting on the Western withdrawal to ramp up its continuing policy of destabilisation in Afghanistan.

 

''They [Pakistan] continue to view Afghanistan as a source of strategic depth in their regional competition with India,'' he said.

 

Australia would have spent $6.75 billion on Operation Slipper and enhanced force protection in Afghanistan by the end of 2013-2014.

 

''Operation Slipper also includes Australia's maritime contributions to security operations in the Arabian Gulf, the Arabian and Red Seas and the Horn of Africa,'' the Defence spokesman said.

 

By far the largest share of the spend has gone to Afghanistan.

The Canberra Times was told the value of major equipment losses in the theatre to date came to $30 million.

 

This includes numerous Bushmaster vehicles and one of Australia's six Chinook helicopters that crashed earlier this year.

 

The figure is based on net book value; the cost of acquisition less depreciation, not replacement cost. It is believed the new Chinooks currently on order from the US will cost about $70 million a machine plus support equipment. With some of the Chinooks in the fleet dating back to the early 1970s, the depreciation would be considerable.

 

Mr Smith said the mission was on track.

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2011 2 27 /09 /septembre /2011 16:30
Colloque : Regards croisés franco-russes sur 30 ans d'intervention en Afghanistan
 
 

26 septembre 2011 mars-attaque.blogspot.com

 
Ce vendredi, le 30 septembre 2011, se tiendra un colloque dont la teneur s'annonce particulièrement instructive. Il étudiera la vision comparée française et russe des interventions successives en Afghanistan depuis 1979. Il se tiendra de 16h à 20h à l'Institut de la Démocratie et de la Coopération, 63bis rue de Varenne à Paris dans le 7ème arrondissement.
Programme
 
16H00 – 16H10 : Présentation du colloque par Romain BESSONNET, secrétaire général du Cercle Aristote.
 
16H10 – 16H30 : Introduction générale par Natalia NAROTCHNITSKAYA, présidente de l'IDC.
 
16H30 – 17H00 : Meriadec RAFFRAY, historien de formation, officier de réserve, journaliste, secrétaire général de l'Association des Journalistes de Défense.
 
17H00 – 17H30 : Omar Mohammad NESSAR, directeur du Centre pour l'Étude de l'Afghanistan Contemporaine de Moscou, rédacteur en chef du site www.afghanistan.ru.
 
17H30 – 18H00 : Natalia BURLINOVA, candidate en sciences politiques, experte de la fondation de la perspective historique.
 
18H00 – 18H30 : Vladimir TOZZI, ancien officier de la DRM, spécialiste du renseignement.
 
18H30 – 19H00 : Georges-Henri BRICET des VALLONS, chercheur en science politique et analyste Défense à l'Institut Choiseul.
 
19H00 – 19H30 : Alexandre Alekseïevitch KNYAZEV, docteur en sciences historiques, chercheur à l'académie des sciences de Russie, journaliste.
 
19H30 – 19H50 : questions de la salle.
 
19H50 – 20H00 : Conclusion générale par Natalia NAROTCHNITSKAYA, présidente de l'IDC.
Partager cet article
Repost0
21 septembre 2011 3 21 /09 /septembre /2011 22:10

http://www.affaires-strategiques.info/local/cache-vignettes/L200xH267/visuel_200px-f9f4e.jpg

 

21 septembre .affaires-strategiques.info

 

Intervention du Général Vincent Desportes, Conseiller spécial du Président, Panhard General Defense

 

Je voudrais revenir aux fondamentaux de la stratégie et constater avec vous, à partir de quelques exemples, que le conflit afghan valide à nouveau des concepts stratégiques persistants, qui démontrent à chaque occasion leur pertinence, quel que soit le mépris qu’on puisse leur porter.

 

La première idée est celle de « la vie propre de la guerre » pour reprendre l’idée de Clausewitz. Dès que vous avez créé la guerre, la guerre devient un sujet et non pas un objet. Clausewitz évoque « la volonté indépendante de la guerre », les événements finissant par avoir leur dynamique propre. Elle a sa vie propre qui vous conduit, pour de nombreuses raisons, là où vous n’aviez pas prévu d’aller. L’exemple de l’Afghanistan est particulièrement frappant. La guerre commence le 7 octobre avec un objectif clair : faire tomber le pouvoir taliban à Kaboul et détruire le réseau d’Al-Qaïda en Afghanistan. En gros, l’objectif est atteint fin novembre 2007. Il y a alors moins de 2 000 militaires occidentaux au sol.

 

Dix ans après, les objectifs de guerre ont totalement changé et il y a presque 150 000 soldats déployés en Afghanistan. C’est ce que le général Beaufre résume d’une autre manière en parlant « du niveau instable des décisions politiques » ce qui amène les stratèges militaires à adopter des modes de guerre successifs qui s’avèrent contre-productifs par la suite.

 

Cette évolution afghane éclaire donc deux réalités éternelles de la guerre :

- toute guerre est marquée par une dérive de ses buts et, le plus souvent, une escalade des moyens

- les « fins dans la guerre » influent toujours sur les « fins de la guerre » pour reprendre les expressions si parlantes de Clausewitz

 

Deuxième idée : on doit concevoir la guerre et sa conduite non pas en fonction de l’effet tactique immédiat mais en fonction de l’effet final recherché, c’est-à-dire du but stratégique. Autrement dit, la forme que l’on donne initialement à la guerre à de lourdes conséquences ultérieures. Ce qui est perdu d’entrée est très difficile à rattraper.

 

Prenons les deux premières phases de la guerre en Afghanistan. La première fut celle du « modèle Afghan » (ou de la « stratégie minimaliste » selon Joe Biden). Lancée le 7 octobre 2001, elle associait la puissance aérienne américaine, les milices afghanes et un faible contingent de forces spéciales américaines.

 

Résultat : on constate que le modèle a fonctionné pour faire tomber le régime des talibans mais beaucoup moins pour débusquer les membres d’Al-Qaïda et détruire les militants qui pouvaient se réfugier dans leurs zones sanctuaires. Par conséquent :

 

-  cette stratégie a contribué à renforcer les « chefs de guerre » locaux, en particulier ceux dont le comportement envers la population était honni et qui étaient hostiles au gouvernement central de Kaboul

 

-  a renforcé la puissance Tadjik et donc aliéné d’autant la population pachtoune

-  a donc affaibli ce qui allait être essentiel ultérieurement, les deux piliers centraux de la reconstruction : un État central et la bonne gouvernance

 

La deuxième phase, fut celle du modèle américain (2002 – 2006). Compte tenu de l’impossibilité pour les milices afghanes de venir à bout des talibans, les troupes américaines prirent la tête des opérations de ratissage. On se rappelle des opérations Anaconda (2002) ou Mountain Viper (2003). Il s’agissait d’opérations « de bouclage et de fouille » (« Cordon and Search ») avec pour but d’éliminer les caches des terroristes et d’« enemy-centric raid stategy » comme le dit le général américain Barno. Les résultats ont été limités et les leçons à retenir sont les suivantes :

 

-  L’efficacité du « modèle américain » est limitée par un grand défaut de sensibilisation culturelle et politique, voire par la supériorité technologique.

 

-  les bombardements aériens soulèvent des questions sensibles (on se rappelle le bombardement d‘une fête de mariage en Oruzgan en juillet 2002) avec des coûts politiques considérables.

-  les forces américaines suscitent crainte et hostilité dans la population. Elles sont perçues comme des forces d’occupation.

-  la population à l’origine neutre, voire favorable aux américains, s’est progressivement détournée.

 

On passe donc en 2006 d’une guerre « enemy-centric » à une guerre « population-centric », mais le premier mode de guerre aura commis des dommages irrattrapables.

 

Quatrième idée : si le centre de gravité de l’adversaire se situe au-delà des limites politiques que l’on s’est fixées, il est inutile de faire la guerre car il ne sera pas possible de la gagner. Au sens clausewitzien, le centre de gravité des talibans se situe dans les zones tribales pakistanaises, puisque que c’est de cette zone refuge qu’ils tirent leur capacité de résistance. Impossible pour les Américains d’y mettre militairement bon ordre : cette cible se situe au-delà des limites politiques qu’ils se sont fixées, ne serait-ce que pour de simples raisons de logistique militaire, en raison de la vulnérabilité de leurs convois militaires lorsqu’ils traversent le Pakistan.

 

Cinquième idée : c’est avec son adversaire que l’on fait la paix. Selon le bon esprit de la Guerre Froide qui n’a pas fini de nous faire du mal, la conférence de Bonn, en décembre 2001, a été non pas la conférence de la réconciliation, mais la conférence des vainqueurs. Elle a, de fait, rejeté les talibans - donc les pachtouns - dans l’insurrection. Dix ans après nous n’en sommes pas sortis.

 

Sixième idée : ce qui est important, c’est l’aspect stratégique et non tactique. Nous sommes aujourd’hui plongés au cœur d’une véritable « quadrature du cercle tactique », entre protection et adhésion de la population d’une part, protection de nos propres troupes d’autre part et destruction de l’adversaire taliban par ailleurs. Nous sommes engagés dans un travail de Sisyphe du micro-management du champ de bataille, comme si nous étions enfermés dans une stratégie de tactiques, et son appareil de « metrics » et autres indicateurs de performances. C’est une impasse. Nous ne trouverons pas de martingale tactique en Afghanistan : la solution est d’ordre stratégique.

 

Une accumulation de bonnes tactiques ne fera jamais de bonne stratégie : un problème politique au premier chef ne peut être résolu que par une solution politique. Citant des officiers U.S, le New York Times regrettait récemment « la déconnection entre les efforts intenses des petites unités et les évolutions stratégiques ». Une idée de niveau tactique. Celle-ci est simple. Le nombre compte (« mass matters » comme disent nos amis anglo-saxons). Les coupes budgétaires progressives et l’exponentielle du coût des armements ont conduit à des réductions de formats incompatibles avec l’efficacité militaire dans les nouvelles guerres au sein des populations.

 

En contre-insurrection, gagner, c’est contrôler l’espace. On connaît les ratios. En dessous du ratio de 20 personnels de sécurité pour 1 000 locaux, il est tout à fait improbable de l’emporter. En Irlande du Nord, pour une population d’un million d’habitants, les Britanniques ont maintenu une force de sécurité globale de 50 000 hommes et y sont restés 20 ans (ratio de 1 pour 20 et non de 1 pour 50). En Irak, la population est de l’ordre d’une trentaine de millions. Il a fallu mettre sur pied (avec les Irakiens) une force de 600 000 hommes pour que la manœuvre de contre-insurrection commence à produire ses effets (ratio de 1 pour 50). En Algérie, à la fin des années 1950, les effectifs français étaient de 450 000 pour une population de huit millions d’Algériens d’origine musulmane (ratio de 1/20). En Afghanistan, nous sommes loin de ce ratio. Alors que le théâtre est infiniment plus complexe, physiquement et humainement, que nous agissons en coalition, le ratio est de 2 x 140 000 pour 30 millions, soit la moitié de ce qui est nécessaire. Nos ratios actuels forces de sécurité/population nous permet de conquérir, mais pas de tenir. Gagner la guerre, c’est contrôler l’espace. Or, nous ne savons plus contrôler l’espace.

 

Enfin, pour conclure, deux dernières idées. Vous pesez dans une guerre à hauteur de votre participation. En ce sens, le conflit afghan est bien une « guerre américaine ». On se rappelle de ce télégramme diplomatique révélé dans Le Monde par Wikileaks ou l’ambassadeur des États-Unis à Paris demandait, sur instance de l’Elysée, que Washington trouve des façons de faire croire que la France comptait dans les options stratégiques.

 

On se rappellera aussi que le « commander-in-chief » américain – de McKiernan à Petraeus en passant par McCrystall – relève et remplace les chefs de la coalition sans en référer aux autres membres. On se souviendra que les calendriers et les stratégies sont dictés davantage par les préoccupations de politique intérieure américaine que par le dialogue avec les coalisés, bien obligés de s’aligner.

 

L’Afghanistan est une nouvelle preuve de l’échec de l’Europe. Je constate qu’il y a eu 15 pays de l’Union européenne ayant engagés des forces militaires en Afghanistan : l’Allemagne, la Belgique, le Danemark, l’Espagne, la France, la Hongrie, l’Italie, la Lettonie, la Lituanie, les Pays-Bas, la Pologne, la Roumanie, la Suède, la République tchèque et le Portugal. Leurs effectifs étaient non négligeables puisqu’ils représentaient environ 40 000 combattants, soit 1/3 de la force engagée. Or, il n’y a pas presque pas d’Europe, et en tous cas aucune défense européenne en Afghanistan. Le constat est très clair : l’Europe mène la guerre la plus longue de son histoire, et le fait avec des effectifs très importants. Mais elle n’existe pas. Cela donne une résonance nouvelle aux propos du Ministre de la défense, Hervé Morin, qui affirmait fin octobre : « L’Europe est devenu un protectorat des États-Unis »(1). Il est temps que l’Europe se prenne en main.

 

(1) Le Monde, 31.10/01.11

Partager cet article
Repost0
21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 20:40
IAI Heron UAS Has Reached Full Operational Capability

 

Jun 21, 2011 ASDNews Source : Israel Aerospace Industries Ltd.

 

The German Air Force recently announced that the "Heron", Israel Aerospace Industries (IAI)' advanced unmanned aerial system (UAS), has achieved full operational capability (FOC) under its activities in Afghanistan.

 

It's a significant milestone for the program, where IAI provided its Heron UAV system, together with its partner Rheinmetall Defence, to the Bundeswehr (German Armed Forces). The program included full in-theatre logistical and maintenance services performed by Rheinmetall.

 

The aerial platforms supplied, are equipped with IAI's stabilized day/night electro-optical, SAR payloads and Satellite Communications (SATCOM). Within five months of the signing of the contract, Heron was already deployed in the Afghan skies.

 

The Heron MALE (Medium Altitude Long Endurance) UAS, is an interim solution, yet decisively enhances the Bundeswehr's important real- time intelligence, reconnaissance and surveillance (ISR) capabilities in their missions in Afghanistan. Heron is the first unmanned aerial system (UAS) ever to operate under the aegis of the GAF.

 

To date, the SAATEG interim solution has flown over 4,000 hours in Afghanistan, representing an average of twenty hours a day. At the end of May, the German Air Force declared the Heron squadron based in Mazar-e-Sharif to be fully operational.

 

Given its positive experience with the system, the Bundeswehr opted to extend the original one-year service contract for a further two years.

 

Furthermore, the German Air Force is reviewing ways of enhancing its performance.

 

In response to the Bundeswehr's requirement for a follow-on solution for SAATEG in the near term IAI and Rheinmetall plan to participate in the tender and offer IAI's Heron TP (turbo prop) strategic UAS. An advanced version of the Heron, the Heron TP is ready to go into operation right away. Heron TP was successfully inducted into the Israeli Air Force in February 2010.

 

To a large extent, the system will be modified and produced in Germany, meaning that it will make a major contribution to national know-how in this field.

Partager cet article
Repost0
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 16:55
Exemples de missions de la DGA en Afghanistan


01/04/2011 DGA

 

Découvrez quelques-unes des missions réalisées par les ingénieurs de la DGA en Afghanistan.

 

En octobre 2010 -Thierry Puig et Alain Prugne se sont rendus à Kaboul, Bagram et Tora pour anticiper le futur déploiement du missile antichar Javelin. La mission organisée conjointement avec la section technique de l'armée de terre (STAT) et le soutien sur place de l'attaché d'armement de l'ambassade américaine en France

 

En mai 2010 - Antoine Torres a eu pour mission l'adaptation réactive sur les équipements à Kaboul, Bagram, en Kapisa et en Surobi. Cette mission a été organisée conjointement avec la STAT et l’état-major de l'armée de terre (EMAT).

 

En mars 2010 -Norbert Fargère a assuré la mise en place du partenariat DGA / armée de terre sur les urgences opérations (UO) à Kaboul, Nijrab et Tora. Mission organisée conjointement avec la STAT et l’EMAT

 

En juillet 2009 -Patrick Dufour et Pascal Marchandin ont effectué le maintien en condition opérationnelle du matériel à Kaboul, Kandahar, Bagram et Tora. Mission organisée avec le soutien logistique interarmées (SLI) de l’état-major des armées (EMA).

 

En mars 2009 -Sylvie Gravelines s'est rendue à Kandahar pour le soutien au déploiement du Rafale.

 

En février 2009 -François Moysan, Jacques Doumic et Emmanuel Canton ont eu pour missions la lutte contre les engins explosifs improvisés (EEI), les moyens d'ouverture d'itinéraires et les drone.

 

En novembre 2008 -Joël Reingewertz s'est chargé du déploiement du AASM (armement du Rafale) à Kandahar.

Partager cet article
Repost0
9 juin 2010 3 09 /06 /juin /2010 16:35
Sergent Konrad Rygiel en Afghanistan - Crédit photo 2e REP

Sergent Konrad Rygiel en Afghanistan - Crédit photo 2e REP

 

09-06-2010 Source DCILE Réf : 106 - 13089

 

Lundi 7 juin 2010, au cours d’un accrochage particulièrement violent avec des insurgés dans la région de TAGAB, le sergent Konrad Rygiel du 2e REP a été mortellement blessé et trois de ses camarades ont également été touchés.

 

Lundi 7 juin 2010, au cours d’un accrochage particulièrement violent avec des insurgés dans la région de TAGAB, le sergent Konrad Rygiel du 2e REP a été mortellement blessé et trois de ses camarades ont également été touchés. Cet accrochage s’est produit dans le cadre d’une opération de sécurisation d’une action civilo-militaire réalisée au profit de la population aux côtés de l’armée nationale afghane.

 

Le général commandant la Légion étrangère  souhaite assurer de son indéfectible soutien la famille et les proches de ce sous-officier mort en effectuant son devoir aux côtés de ses camarades. Il tient également à renouveler sa confiance aux légionnaires actuellement déployés en Afghanistan et rend hommage à la qualité du travail qu’ils effectuent quotidiennement et qui honore toute la Légion étrangère.

 

La Légion étrangère est endeuillée par la mort d’un de ses sous-officiers au combat.

Partager cet article
Repost0
3 août 2009 1 03 /08 /août /2009 17:00
Trois canons Caesar renforcent les Français en Afghanistan

 

03/08/2009 Par Jean Guisnel - Lepoint.fr

 

Les trois premiers canons Caesar de 155 mm montés sur camion, qui seront prochainement suivis par cinq autres, sont arrivés à Kaboul samedi, nous apprend l'état-major des armées sur son site Web , en expliquant : "Ces pièces d'artillerie sont destinées à fournir un appui feu depuis les bases opérationnelles avancées lors d'opérations menées par le GTIA (groupement tactique interarmes) Kapisa et le BATFRA (Bataillon français) en Surobi. Elles sont armées par le 3e régiment d'artillerie de marine de Canjuers, et sont engagées pour la première fois sur un théâtre d'opérations".

 

Nos lecteurs connaissent ces engins , qui sont destinés à renforcer la puissance de feu des troupes françaises du GTIA Kapisa et du Batfra, qui ne disposent pour l'instant que de mortiers de 120 mm. Ces engins fabriqués par la société Nexter seront armés par les "bigors" (artilleurs de l'artillerie de marine). Le 11e Régiment d'artillerie de marine (11e RAMA) de la Lande d'Ouée, près de Rennes, utilisera quatre de ces engins au sein du GTIA Kapisa. Une centaine d'artilleurs de cette unité se trouvent actuellement sur les bases de Tagab et de Nijrab, et dans des OMLT. D'autres artilleurs du 3e RAMA sont actuellement en Afghanistan, sur la base Warehouse de Kaboul, pour réceptionner ces engins et ceux qui les suivront, et participer ensuite à leur mise en place. Par la suite, ils armeront deux Caesar au sein du Batfra. Les deux derniers engins resteront en réserve à Kaboul. Les deux unités de "bigors" appartiennent à deux brigades différentes : le 11e RAMA à la 9e brigade légère blindée de marine (9e BLBMa) de Nantes, et le 3e RAMA à la 6e brigade légère blindée (6e BLB) de Nîmes. Depuis le mois de janvier 2009, ces deux régiments travaillaient ensemble à préparer le déploiement des Caesar en Afghanistan. La puissance de feu des forces françaises s'accroît donc, puisque le week-end précédent un autre Antonov avait livré les trois premiers hélicoptères de combat Tigre mis en oeuvre par la France. Ce sera la première mission de combat pour cet appareil franco-allemand dont la conception remonte au début des années 1980.

Trois canons Caesar renforcent les Français en AfghanistanTrois canons Caesar renforcent les Français en Afghanistan
Trois canons Caesar renforcent les Français en Afghanistan
Partager cet article
Repost0
28 août 2008 4 28 /08 /août /2008 11:55

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/ema/le-general-benoit-puga/286302-1-fre-FR/le-general-benoit-puga.jpg

 

Mise à jour 28/06/2010 05:09 Sources : EMA

 

Intervention du général de corps d'armée Benoît Puga, sous-chef opérations de l'Etat-major des armées, au point de presse hebdomadaire du ministère de la Défense le 28 août 2008. Cette intervention avait pour but de présenter le déroulement des combats des 18 et 19 août en Afghanistan.

 

 

1. Organisation générale

 

Actuellement, à l'issue des déploiements et des relèves qui se sont opérées au cours de l'été, 3300 soldats français sont engagés en Afghanistan.

 

- Au sein de l'opération Enduring Freedom : en mer d'Arabie des bâtiments de la Marine nationale; l'opération Epidote consacrée à la formation de l'Armée national afghane et des éléments de liaison auprès d'US CENTCOM ( US Central Command) à Tampa en Floride.

 

- Un dispositif aérien composé de 2 C160 et 1 C130 à Douchanbé et d'un détachement aérien à Kandahar (3 Super Etendard modernisés - 3 Mirages 2000), représentant un volume total de 500 militaires.

 

- Un dispositif terrestre interarmées, au sein de l'ISAF, de 2500 militaires : une cinquantaine au quartier général de la FIAS, 300 au sein des 6 OMLT ( Operational Mentoring and Liaison Teams - 5 dans la région de Kaboul et 1 dans la région sud sous commandement néerlandais), 1450 au sein du Regional Command Capital de Kaboul et 700 dans le commandement régional Est.

 

2. Cadre des opérations :

 

Il s'agit d'une opération de maintien de la paix sous mandat de l'Organisation des nations-unies (chapitre VII) et dirigée par l'OTAN.

 

La direction politique appartient au Conseil de l'Atlantique Nord (CAN) à Bruxelles, où siègent les ambassadeurs de tous les états membres. Le commandement des opérations de l'Alliance est exercé par le SACEUR à Mons ( Supreme Allied Commander Operations), le commandement de l'opération en Afghanistan par le Joint Force Command de Brunssum et le commandement de la force sur le terrain par le général McKiernan, commandant la FIAS.

 

La FIAS (Force internationale d'assistance et de sécurité) comprend 5 commandements régionaux : Capital, Nord, Sud, Est Et Ouest.

 

3. Déroulement des combats.

 

L'action de combat du 18 août a eu lieu en commandement régional -Capital, commandé depuis le 6 août par la France et dont une compagnie est installée dans la région de Surobi pour assurer le contrôle du terrain.

 

Dans ce cadre et selon les directives de l'ISAF, le commandant du RC-C a confié au bataillon français (BATFRA) la mission de reconnaître l'ensemble de la zone. Ces opérations ont débuté le 15 août.

 

L'action de combat a eu lieu au cours de l'une de ces reconnaissances. La mission reçue était de reconnaître les points importants du terrain et de prendre contact avec la population.

 

En tête, la section du 8e RPIMa est accompagnée d'une section de l'ANA et suivie par une section du RMT, elle-même accompagnée d'une section de l'ANA renforcée d'un détachement de forces spéciales américaines.

 

Il est 13H15 lorsque la section du 8 RPIMa (CARMIN 2) aborde en véhicules blindés le village de SPER KUNDAY. Plus en arrière, la section du RMT (ROUGE 4) s'est installée en observation au niveau du col précédent, prête à intervenir à son profit. La section de l'ANA qui accompagne CARMIN 2 rejoint le village.

 

Le col est distant de 1500m et relié au village par une piste en lacet non carrossable.

 

Ne voulant pas perdre de temps pour être sûr de réaliser sa mission avant la tombée de la nuit, le chef de section fait débarquer sa section et place ses 4 véhicules blindés en appui face au col et la section de l'ANA s'installe en lisère de village, prête à intervenir.

 

En ce début d'après midi, la chaleur est élevée, il fait 30 degrés. La section progresse lentement et en sureté. Les marsouins portent casque et gilet pare balle. Cette progression est éprouvante.

 

Il est 15H45 lorsque les parachutistes de tête arrivent au dernier lacet, à environ 50 mètres du col. Le feu se déclenche à partir de la crête Nord, un feu précis et nourri sur l'ensemble du dispositif de la section. Les hommes ripostent et se postent comme ils peuvent derrière les rochers, ils ne peuvent pas bouger car sont pris chacun à partie par plusieurs tireurs insurgés. Ils ripostent chaque fois que possible.

 

Les 12,7 des VAB restés en appui commencent leur tir sur la crête, réglé par le chef de section.

 

Au déclenchement du tir, ROUGE 4 se déplace rapidement avec ses véhicules blindés vers le village pour porter secours à CARMIN 2. La section arrive au village 8 minutes après et se fait prendre à partie par un groupe d'insurgés à partir d'une ligne de crête au Nord du village, elle est prise sous un tir nourri.

 

Les deux sections sont au contact lorsqu'un nouveau groupe d'insurgés se dévoile sur la ligne de crête SUD du col. Le tir est toujours dense et la section CARMIN 2 est prise sous un tir croisé ; il sait qu'il ne peut plus manoeuvrer, qu'il est bloqué sur place et que pour se désengager, il devra bénéficier d'appuis et de la manoeuvre des réserves.

 

A 16 H 10 le chef de section demande un appui aérien, les avions A10 arrivent 10 minutes plus tard mais ne peuvent tirer car les insurgés sont trop près du groupe de tête.

 

Simultanément, la section de réserve de la FOB TORA renforcée d'appuis et le CDU quittent la FOB moins de 25 minutes après les premiers tirs.

 

Rouge 4 tente de se dégager en débordant par la gauche du village, il tombe face à une tentative d'encerclement qu'il bloque, mais il ne peut plus manoeuvrer. L'ensemble du dispositif est fixé. Seul l'engagement des moyens d'alerte permettront de renverser le rapport de force et de rétablir la situation.

 

La section de l'ANA tente bien une contre attaque par la droite du village. Elle est stoppée par un tir nourri.

 

La section venant de TORA est engagée à 17H05, soit 1H20 après le contact initial. Elle est tout de suite prise à partie aux abords village, mais résiste et applique des tirs d'appui, mortier, milan et canon de 20 au profit de CARMIN 2 et Rouge 4.

 

Il est 17H50, l'ensemble de la zone est sous un feu nourri des insurgés qui commencent à s'approcher dangereusement de ses positions. La situation est très critique pour CARMIN 2 qui subit toujours des tirs croisés. Il faut coûte que coûte qu'il tente de se replier pour sauver ce qu'il reste de ses hommes. Il est appuyé pour cela par des tirs aériens A 10 et hélicoptères américains qui tireront pendant plus d'une heure.

 

La section parvient péniblement à se dégager grâce aux appuis, il faut parfois une à deux heures pour bondir de 20 mètres et les pertes augmentent sous un feu qui ne faiblit pas.

 

Lorsque la nuit tombe vers 19H30, la situation est toujours critique et le repli de CARMIN 2 se fait à proximité immédiate des insurgés qui exploitent la situation pour tenter de le devancer sur SPER KUNDAY et refermer ainsi la nasse.

 

A 20H00 l'arrivée des renforts en provenance de KABOUL (1 SGTIA renforcé d'appuis dont des mortiers lourds) permet d'améliorer la situation.

 

Les 4 premiers blessés, dont le chef de section, arrivent au village. Les tirs y sont toujours nourris. Ils sont tout de suite évacués par hélicoptère.

 

Le SGTIA du RMT, tout juste arrivé, se déploie sans attendre pendant qu'un drone PREDATOR est mis en place pour renseigner et guider les tirs d'appui de nuit. Le rapport de force a changé, et les insurgés sont toujours là, des petits groupes et des isolés de CARMIN 2 parviennent à se faire recueillir au niveau du village.

 

Il est 22H00 quand le SGTIA lance la reprise des abords Est du village, le C130 GUNSHIP commence ses tirs d'appuis dans la profondeur. En 2 Heures, toute la zone du village est sous contrôle et les tirs cessent définitivement dans SPER KUNDAY. Le BATFRA peut reprendre l'initiative en lançant la reconquête du terrain perdu en direction du col.

 

Il est 1H40, lorsqu'arrivé à mi pente, les premiers corps sont relevés, et les derniers blessés recueillis.

 

Au lever du jour, le col est repris, et les derniers corps sont relevés. Quelques insurgés harcèlent une dernière fois les unités ratissant la crête et tirent quelques obus de mortiers à proximité de la base d'appuis. Ils seront tus par un tir de contre batterie et un appui aérien.

 

A 12H00, la vallée de l'UZBEEN est totalement contrôlée, les insurgés ont fui. L'ordre de désengagement est donné pour qu'il soit achevé en sureté avant la nuit.

 

Le bilan confirmé ultérieurement fait état d'une quarantaine d'insurgés mis hors de combat dont deux chefs rebelles.

 

En conclusion, à l'issue de cette opération de combat difficile et coûteuse en vie humaine, la mission a été remplie, l'adversaire repoussé et durement touché. Le comportement de nos soldats a été exemplaire sous le feu et les actes d'héroïsme individuel et collectif nombreux.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories