Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 16:30
Sufa - Storm Mk.III

Sufa - Storm Mk.III

 

June 25, 2015: Strategy Page

 

 An Israeli armor brigade recently discovered that the U.S. hummer (Hmmwv) was superior to tracked armored personnel carriers (APCs) when it came to performing reconnaissance outside of urban areas. The hummers were faster and more maneuverable, and also required less maintenance and fuel. Normally Israel builds its own military wheeled vehicles, but in 2012 Israel bought 2,500 slightly used hummer (HMMWV or Humvee) vehicles from the United States. Most were placed in reserve, to be used in wartime, or a major military emergency. But commanders were told they could have some for experimenting and thus the recon company of one armor brigade got to try some out.

 

Aside from getting these hummers cheap, Israel also has need for these larger (than Israel's standard motor vehicle of the same type) vehicles. For one thing, a hummer can carry more and be used as a mobile command post, or carrier of heavy weapons or bulky electronics. The hummer can also be equipped with armor. An Israeli firm developed and makes some of the most popular hummer armor kits, and sold a lot of them to the United States for use in Iraq and Afghanistan.

 

Normally, the Israeli ground forces uses the Sufa (Storm) all-terrain vehicles. These are two ton, militarized versions of the Chrysler Jeep Wrangler. Sufa 1 appeared in 1990, with Sufa 2 showing up in 2005, and Sufa 3 in 2011. There are several versions (command, recon, armored) and the design has been optimized to deal with all the unique types of off road terrain encountered in Israel.

 

While smaller than the American Hummer, the Sufa is more suitable to Israeli needs (which largely consist of policing hostile Palestinians). The Sufa 3 is 4.5 meters (14.7 feet) long and 1.68 meters (5.5 feet) wide. In contrast the heavier hummer is 4.6 meters (15 feet) long and 2.1 meters (7.1 feet) wide.

 

The withdrawal of American forces from Iraq, and the wide use of larger MRAP armored vehicles in Afghanistan left the U.S. with a lot of relatively new and little used hummers, even after many had been used to equip Iraqi and Afghan forces.

Repost 0
6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 11:30
Israël refuse de commenter ses ventes d'armes au Soudan du Sud

 

05.07.2015 i24news.tv

 

Une députée de l'opposition appelle le ministère de la Défense à faire preuve de "transparence publique"

 

Le ministère israélien de la Défense a refusé de s’exprimer sur les éventuelles ventes d’armes au Soudan du Sud après qu’une députée de l’opposition l’a exhorté à cesser les exportations de munitions vers le pays frappé par la guerre civile.

"Il doit y avoir transparence publique concernant les exportations de Défense, en particulier au cours d’une guerre civile", a écrit la députée Tamar Zandberg au ministre de la Défense Moshe Ya’alon le mois dernier, selon Haaretz.

Zandberg a également joint à sa lettre l’avis juridique d’un avocat qui dit avoir été informé de la présence de marchands d'armes israéliens sur des vols à destination de Juba, la capitale du Sud-Soudan.

Dans sa réponse, le ministère a entre autres indiqué que "l’existence d’une guerre civile a évidemment un impact sur la politique d’exportation de Défense vers le pays en question", sans toutefois nommer le Soudan du Sud.

Début juin, des militants des droits de l’homme ont protesté contre la présence d’une délégation du Soudan du Sud au salon de l'industrie de la défense internationale organisé à Tel Aviv.

Les activistes affirmaient que des munitions et navires militaires israéliens sont utilisés dans la guerre qui se déroule dans le pays d'Afrique orientale.

Israël entretient une politique d’ambiguïté concernant les pays vers lesquels des armes sont exportées.

Selon Haaretz, les exportations vers des pays africains sont en hausse constante ces dernières années: de 107 millions de dollars en 2010 à 318 millions en 2014.

 

A lire sur le sujet: Le Soudan du Sud et la fin de la périphérie israélienne

Repost 0
3 juillet 2015 5 03 /07 /juillet /2015 21:25
TAM photo Ejército Argentino

TAM photo Ejército Argentino

 

3 juillet 2015 timesofisrael.com (JTA)

 

BUENOS AIRES – L’armée argentine a signé un contrat de 111 000 000 dollars avec Israël pour rénover 74 tanks en Argentine.

 

L’accord visant à améliorer les tanks argentins moyens ou TAM, a été signé à Buenos Aires par le ministre de la Défense de l’Argentine Agustin Rossi et Ben-Baruch Mishel, le directeur de la Division de la coopération internationale de la défense du ministère israélien de la Défense.

 

« Ceci est une étape extrêmement importante, non seulement pour le projet mais aussi pour les excellentes relations entre les deux pays. C’est aussi le début d’une grande amitié entre les deux ministères », a déclaré Ben Baruch, qui a également fait l’éloge du travail accompli par les équipes techniques israéliennes et argentines pour conclure l’accord.

 

L’accord inclut différents outils visant à assurer que l’Argentine puisse développer sa propre technologie et ses capacités par le biais des projets de communs avec Israël, ainsi que les ressources humaines pour la formation et l’assistance technique pour rénover les tanks en Argentine.

 

Rossi a déclaré dans un communiqué publié par le ministère de la Défense après la signature de l’accord la semaine dernière, que l’accord « est un sérieux coup de pouce » pour l’industrie de la défense locale et l’a décrit comme « un investissement de 111 millions de dollars ».

 

« La modernisation des TAM est emblématique parce que c’est un tank conçu et fabriqué en Argentine », a déclaré Santiago Rodríguez, le secrétaire du ministère de la Production scientifique et technologique de la Défense.

 

« La chaine de production sera installée dans notre pays, où les composants fabriqués localement seront intégrés », a-t-il ajouté.

Repost 0
3 juillet 2015 5 03 /07 /juillet /2015 12:30
Israël / Ministère de la Défense : succès du Dôme de fer amélioré

 

juil 02, 2015 Israpresse

 

Une série de tests ont été effectués ces derniers jours sur une nouvelle version améliorée du système de défense anti-missile Dôme de Fer.

 

Le ministère de la Défense a annoncé que cette série de tests avait pour but d’accroître les capacités opérationnelles du système et d’améliorer ses résultats dans le cadre de différentes menaces.

 

Le système anti-missile a en effet déjà été déployé depuis un mois dans le centre du pays, pour contrer une éventuelle escalade des attaques de roquettes faites depuis la bande de Gaza.

Repost 0
2 juillet 2015 4 02 /07 /juillet /2015 16:30
Credits Rada Electronic Industries

Credits Rada Electronic Industries

 

NETANYA, Israel, July 1 By Richard Tomkins (UPI)

 

Israel's RADA Electronic Industries has announced it is to produce a tactical air surveillance radar system for an unidentified European defense contractor.

 

The value of the contract and the number of Multi-mission Hemispheric Radars to be supplied were not disclosed but RADA said the order would be fulfilled by the end of this year.

 

RADA's Multi-mission Hemispheric Radar, or MHR, is an S-band, software-defined, pulse-Doppler, active electronically scanned array radar with advanced signal processing. It detects and tracks multiple aerial targets -- fighters and transports to small unmanned aerial vehicles.

 

"We are very pleased with this order. While the order is not large, it comes from a new customer and we believe it confirms our global presence in this growing market," sais RADA Chief Executive Officer Zvi Alon. "The European market is demonstrating increased interest in our radars and inertial navigation systems and is gradually becoming one of our major markets."

Repost 0
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 07:30
photo Tsahal

photo Tsahal

 

29.06.2015 par E.L. – Israpresse

 

La société israélienne d’armement Rafael a annoncé lundi avoir remporté l’appel d’offres pour construire l’unité de cyber-défense de Tsahal, pour plusieurs dizaines de millions de shekels.

 

Le chef de projet, le général de brigade (réserve) Ariel Caro,  a expliqué que l’unité sera créée en partenariat avec des leaders mondiaux tels que IBM, Cisco et EMC.

 

L’unité sera en mesure de fournir « une analyse vaste et en profondeur des cyberattaques en temps réel contre les organismes gouvernementaux et les organisations civiles », a déclaré l’ancien officier du renseignement.

 

Mi-juin, le chef d’état major, Gadi Eizenkot, a annoncé que Tsahal allait se doter d’une unité de cyber-défense au cours des deux prochaines années.

 

Fin avril, l’ancien chef des services de renseignements et député du Camp sioniste, Amos Yadlin, a affirmé qu’à la lumière des risques de cyber-guerre, un pays ne peut plus se contenter de défendre ses intérêts stratégiques contre des attaques ennemies, mais doit aussi se préparer à lancer des cyber-attaques contre ses ennemis pour protéger son cyber-environnement.

 

Les résultats financiers de Rafael se sont élevés à 90 millions de dollars en 2014. Au cours de cette même, la compagnie d’armement a battu des records en matière de nouvelles commandes avec 10,5 milliards de shekels contre 6,5 milliards en 2013.

Repost 0
8 juin 2015 1 08 /06 /juin /2015 15:55
Chronique culturelle du 8 Juin 2015 - SHD

Photo taken on D+2, after relief forces reached the Rangers at Pointe Du Hoc. The American flag had been spread out to stop fire of friendly tanks coming from inland. Some German prisoners are being moved in after capture by the relieving forces.


08.06.2015 par SHD
 

8 juin 1865 : combat de Hierba Buena (Mexique)

 

8 juin 1941 : combat franco-français en Syrie. Les raisons de l'intervention alliée en Syrie sont multiples : Pour les Français libres, il s'agit de rallier à de Gaulle l'armée du Levant (Vichy). Pour les Britanniques, le but est d'empêcher la Syrie de tomber aux mains des Allemands mais dans un deuxième temps de supplanter les Français dans une zone stratégique qu'ils n'auraient jamais dû occuper avant-guerre. Le 8 juin, 5000 Français libres aux ordres du général Catroux et du général Legentilhomme entrent en Syrie avec 30 000 britanniques. Les troupes du général Dentz (Vichy) résistent vaillamment jusqu’au 11 juillet. Les combats sont très intenses mais leur caractère fratricide (1066 morts pour l'armée du Levant - 650 pour la France Libre) explique qu'aucun fait d'armes n'a été retenu par la mémoire collective. De Gaulle n'accordera aucune citation ni décoration pour ces combats que certains, puisant aux sources classiques, ont comparé à celui des Curiaces contre les Horaces. Chacun des camps français qui s’oppose a à cœur de montrer à l’autre qu’il n’est pas lâche,  sait se battre et accomplit son devoir… d’où l’aspect cornélien de cette affaire.

 

8 juin 1944 : 48 heures après le débarquement allié sur les côtes normandes. Les deux têtes de pont d'Omaha Beach et de Gold Beach effectuent leur jonction à Port-en-Bessin au Nord de Bayeux, qui est libéré ce même jour par les troupes Britanniques. La jonction entre les troupes débarquées à Utah et à Omaha n'est toujours par réalisée. C'est, dans les heures qui suivent, un des objectifs majeurs pour les forces américaines. L'infanterie du 116ème Régiment, appuyée par les chars Sherman, accède à la Pointe du Hoc où les Allemands s'apprêtaient à donner le coup de grâce aux 90 Rangers survivants, dont un grand nombre est blessé. Un bataillon de 225 rangers avait débarqué devant la batterie allemande du Hoc le 6 juin et est resté cloué sur place. Le même jour le sergent Franck Peregory du 116ème RI accomplit un acte de guerre d’une audace incroyable en attaquant victorieusement une tranchée allemande: à lui seul, il obtient la reddition de près de quarante soldats ennemis. Dans l’attaque, il en a tué trois et a permis aux hommes de son unité de libérer le village de Grandcamp tout en récupérant les redoutables mitrailleuses allemandes.

 

8 juin 1967 : attaque israélienne de l’USS Liberty. Durant la guerre des Six-Jours, les forces israéliennes attaquent dans les eaux internationales au large de l’Egypte, un navire américain de guerre électronique. 34 américains sont tués. Israël reconnaitra une erreur et présentera ses excuses au gouvernement américain ainsi qu’aux familles des victimes.

 

8 juin 1972 : bombardement du village de Tran Bang (Vietnam). Tenu par les Nord-vietnamiens, le village est bombardé par l’armée Sud-Vietnamienne avec du napalm. Le photographe Nick Ut (Associated press) est présent comme beaucoup de journalistes et prend la photo qui lui vaut, la même année, le prix Pulitzer. La  nudité de Kim Phuc, 9 ans, brûlée par le napalm, fait débat dans la rédaction jusqu’au 12 juin : a-t-on le droit de publier cette photo ? Lorsqu’elle parait, la photo fait le tour du monde.

Repost 0
7 juin 2015 7 07 /06 /juin /2015 19:30
photo IDF

photo IDF

 

06 Juin 2015 i24news.tv

 

Le Hamas accuse les salafistes liés à l'EI d'avoir tiré des roquettes sur Israël pour envenimer la situation

 

L’armée israélienne a redéployé vendredi plusieurs batteries de Dôme de fer près des villes d’Ashdod et de Netivot dans le sud d’Israël, après que deux roquettes tirées depuis la bande de Gaza ont explosé en territoire israélien mercredi soir.

Mercredi, les sirènes ont retenti dans plusieurs villes du sud d'Israël ainsi que dans les localités israéliennes proches de la bande de Gaza. Deux roquettes ont explosé sur le sol israélien, dans des terrains vagues et sans faire de victimes.

L'armée israélienne a procédé dans la nuit de mercredi à jeudi à des raids de représailles contre trois infrastructures terroristes dans la bande de Gaza, sans faire de blessé.

La semaine dernière, l'armée de l'air israélienne avait mené quatre frappes contre des sites terroristes de la bande de Gaza, quelques heures après qu'au moins une roquette a explosé sur le sud d'Israël, sans faire de blessé.

 

Suite de l’article

Repost 0
5 juin 2015 5 05 /06 /juin /2015 07:30
JDAM GBU-30 MER

JDAM GBU-30 MER

 

June 4, 2015: Strategy Page

 

Israel recently ordered $1.9 billion worth of smart bombs from the U.S. This order mainly consists of JDAM (22,000 kits for 500, 1,000 and 2,000 pound bombs). Nearly half the JDAMs are for 500 pound bombs. Also included are 1,500 Paveway laser guided bomb kits. These kits are added to an unguided bomb to create a GPS guided JDAM smart bomb. A number of non-kit smart bombs were also ordered including 4,100 SDBs (Small Diameter Bomb) and 3,000 Hellfire missiles. Also included were 250 AMRAAM air-to-air radar guided missiles and sundry test and maintenance equipment for all these smart bombs. This order is for expanding the Israeli Air Force war reserve and meant to cope mainly with a massive rocket attack by Hezbollah in southern Lebanon.

 

In late 2013 the U.S. Department of Defense suddenly increased the number of JDAM smart bomb kits ordered 17 percent (to 212,588). Over 250,000 JDAM kits have been manufactured since 1998 and the U.S. has been the biggest customer followed by Israel. This is all about stocking up for “The Big One.” The U.S. Air Force (along with the navy, marines, and army) are all moving away from using air power against terrorists and irregular troops, towards what they all refer to as “Bombing Beijing” or North Korea or Iran. This is a major change from how American air power has been used for the past two decades. In that time there has been a lot of bombing but not much opposition to the American aircraft. Since GPS smart bombs and targeting pods were introduced in the 1990s, bomber pilots have had their job reduced to that of a bomb-truck driver.

 

The U.S. believes the key air weapon will be smart bombs, especially the JDAM and JSOW (powered JDAM). Thus the heavy orders for JDAM, to build up the war reserve in case there is what the planners call a “major war”.  Meanwhile, the U.S. has built up a huge arsenal of smart bombs. After the invasion of Iraq, the U.S. Air Force ordered a sharp increase in JDAM production, aiming for 5,000 JDAM a month. They ended up needing far less. In 2005, about 30,000 JDAM were ordered. That fell to 11,605 in 2006, and 10,661 in 2007. In 2008, only 5,000 were ordered. But now the orders are over 10,000 a year again. Most of those ordered in the past few years are being put into the war reserve. Only a few thousand a year are actually being used, and this includes those expended during training. The war reserve contains over 100,000 kits, to be used in some unspecified, but big, future conflict. Air warfare planners see the most likely major conflict as one involving China. Despite the dependence on GPS, JDAM has been adapted to resist the jamming and, if that fails there is a backup INS guidance system that, while not as accurate as GPS is accurate enough for most targets.

 

JDAM smart bombs were developed in the 1990s, shortly after the GPS network went live. These weapons entered service in time for the 1999 Kosovo campaign and have been so successful that their use has sharply reduced the number of bombs dropped and the number of sorties required by bombers. The air force generals are still trying to figure out where this is all going. Now the big effort is directed towards using all this new tech to shut down a more feisty and capable opponent like China (or Iran or North Korea, two more feisty but less well equipped foes).

Repost 0
4 juin 2015 4 04 /06 /juin /2015 12:30
Frappes aériennes israéliennes à Gaza après des tirs de roquettes

 

04 juin 2015 Romandie.com (AFP)

 

Jérusalem - L'armée israélienne a lancé plusieurs frappes aériennes sur la bande de Gaza tôt jeudi matin sans faire de victimes, en représailles à des tirs de roquettes palestiniennes, selon des sources palestiniennes et israéliennes.

 

Les frappes israéliennes ont visé trois camps d'entraînement des brigades Ezzedine al-Qassam, la branche militaire du mouvement islamiste Hamas, dans la ville de Gaza, et une quatrième a atteint Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, selon ces sources sécuritaires palestiniennes.

 

Dans un communiqué, l'armée israélienne n'a évoqué que trois frappes, sans préciser leur emplacement ni identifier les cibles visées.

 

Hier, le 3 juin 2015, deux roquettes ont été lancées sur le sud d'Israël depuis la bande de Gaza, dit l'armée dans un communiqué qui précise que les roquettes sont tombées en terrain découvert, près des villes d'Ashkelon et de Netivot. Personne n'a été blessé, dit-elle.

 

En réponse à cette attaque, les Forces de défense israéliennes ont frappé trois infrastructures terroristes dans la bande de Gaza, ajoute le communiqué.

 

Le ministre de la Défense israélien Moshé Yaalon a tenu le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza depuis 2007, pour responsable des tirs.

 

Même si les tirs d'hier soir sont le fait de bandes de voyous issus d'organisations du jihad mondial qui cherchent à défier le Hamas en tirant sur nous, nous tenons le Hamas pour responsable de tout ce qui se passe dans la bande de Gaza, a déclaré M. Yaalon dans un communiqué.

 

Nous ne ferons pas de compromis sur la sécurité des citoyens israéliens et nous n'accepterons pas de retourner à une situation de tirs réguliers depuis la bande de Gaza, a-t-il mis en garde.

 

Les tirs de roquettes de mercredi ont été revendiqués jeudi par les Partisans de l'Etat islamique à Jérusalem, un groupe récemment apparu de Gaza, dans un communiqué dont l'AFP a obtenu une copie.

 

Les Partisans de l'Etat islamique est considéré comme un groupuscule qui appartiendrait au mouvement salafiste jihadiste gazaoui et qui chercherait peut-être l'adoubement de l'Etat islamique et se servirait de son label. Mais il n'existerait pas pour l'instant de lien organique.

 

Le groupe dit avoir agi pour venger Youssef al-Hanar qui a été tué pour satisfaire les juifs, en référence à ce chef salafiste tué mardi par les forces de sécurité du Hamas dans un échange de tirs dans la ville de Gaza.

 

Les Partisans de l'Etat islamique à Jérusalem promettent que son sang n'aura pas été versé pour rien.

 

Le groupe dit encore avoir agi en soutien à nos frères emprisonnés dans les prisons du Hamas.

 

Le Hamas a procédé au cours des dernières semaines à des dizaines d'arrestations dans les milieux salafistes.

 

La bande de Gaza est en butte depuis la fin de la guerre avec Israël en juillet-août 2014 à la confrontation de plus en plus tendue entre le Hamas et les radicaux de plus en plus actifs et visibles, comme Les Partisans de l'Etat islamique à Jérusalem.

Repost 0
4 juin 2015 4 04 /06 /juin /2015 11:55
Chronique culturelle du 4 Juin 2015 - SHD

La garde impériale à Magenta, le 4 juin 1859  - musée de l'Armée (Dist. RMN-Grand Palais) photo Pascal Segrette

 

04.06.2015 source SHD

 

4 juin : sainte Clothilde : patronne de l'ALAT (aviation légère de l’armée de Terre). Bonne fête aux Clothilde (avec ou sans « h »).

 

4 juin 1525 : fin de la guerre des paysans (Allemagne). Prélude à la guerre de Trente ans, la Bauernkrieg qui secoue le Saint Empire pendant deux années trouve ses racines dans la misère. De plus, la Réforme qu'introduit Luther à ce moment, brise beaucoup de tabous et incite les paysans à se révolter, sous l'impulsion de prêcheurs millénaristes. Des bandes se créent arborant la bannière rouge frappée du mot "liberté" et ravagent l'Empire. La répression est méthodique et très meurtrière. Même si ces mêmes paysans révoltés sont ceux qui fourniront les rangs des courageux et robustes Landsknecht, leur armement et tactique sont surclassés par les troupes impériales. Cette guerre aurait fait 100 000 morts. Considérée par Engels comme une des premières manifestations de la lutte des classes, elle a traumatisé l'Allemagne.

 

4 juin 1629 : naufrage du Batavia (Côte ouest de l'Australie). Cas édifiant de mutinerie montrant les dangers d'un commandement défaillant en milieu hostile et fermé.  Le Batavia navire de la compagnie des Indes Néerlandaises fait naufrage sur un récif. Les rescapés se répartissent sur les îles de l'archipel tandis que le capitaine et 48 passagers embarquent à bord d'une chaloupe pour trouver de l'aide. Ils atteignent, le 7 juillet, Batavia (aujourd'hui Jakarta). Pendant ce temps sur l'archipel, se développe une société de type totalitaire contrôlée par l’un des rescapés les plus habiles qui instaure un climat de terreur avec l’aide d’une partie des soldats du bord. Les secours arrivent le 17 septembre, trouvant l’archipel en pleine guerre. Sur les 320 passagers, seuls un tiers put rentrer (115 furent assassinées sur l'île).

 

4 juin 1859 : bataille de Magenta (Italie). La bataille de Magenta se termine par une victoire franco-sarde contre les Autrichiens. Dans la nuit du 2  au 3 juin, le génie français, protégé par l'artillerie, jette un pont de barques de 180 mètres à Turbigo : le IIe corps d'armée peut commencer à traverser afin de soutenir les premiers combats à Turbigo et Robecchetto. Le matin du 4 juin, Napoléon III entend tonner le canon, de son observatoire dans la tour de San Martino al Basto et  convaincu que l'attaque de Mac Mahon est engagée, il ordonne aux troupes en attente près du Tessin de se déplacer vers les ponts existant. Les Autrichiens réussissent à en faire sauter 2 sur 3 si bien que les Français ont du mal à se coordonner. L’espace d’une heure, les renforts autrichiens submergent les Français à tel point qu'un télégramme est envoyé à Vienne qui annonce la victoire. Cependant après de féroces combats, les Français réussissent à passer sur le ponte Nuovo après que les Autrichiens, menacés sur leur flanc droit par Mac Mahon qui a repoussé l'attaque à Boffalora, se retirent à Magenta. Les Autrichiens se réfugient dans les habitations espérant défendre le territoire mètre par mètre. Par une manœuvre en tenaille, les Français attaquent l'ennemi retranché dans la ville. Au soir du 4 juin, l'empereur Napoléon III nomme Mac Mahon maréchal de France et duc de Magenta.

 

4 juin 1940 : les Allemands entrent dans Dunkerque. 40 000 soldats (la plupart français) sont faits prisonniers lorsqu’au petit matin les troupes allemandes atteignent les plages. 340 000 soldats (dont 112 000 français) ont réussi à évacuer la poche de Dunkerque au cours de l'opération Dynamo. L'armement, les munitions et le matériel abandonné sont cependant gigantesques. Lire les RHA n° 12 et 173.

 

4 juin 1944 : les Américains à Rome. La 5ème armée du général Clark entre dans Rome. La bataille de Monte Cassino s’est achevée le 18 mai.

 

4 juin 1958 : "Je vous ai compris ! " (Alger). C’est l'un des discours les plus célèbres de Charles de Gaulle. Prononcé sur le Forum à Alger, quelques jours après l'investiture de de Gaulle et devant des milliers de spectateurs qui l'acclament comme le sauveur de l'Algérie française, ce discours sera très souvent cité pour dénoncer l'évolution du nouveau Président de la République sur le devenir de l'Algérie.

 

4 juin 1982 : début de l’opération Paix en Galilée (Liban). Tsahal entre au Liban malgré le dispositif d’interposition de la FINUL sur la frontière. Les forces palestiniennes sont encerclées dans Beyrouth le 1er aout.

 

4 juin 1989 : l'armée chinoise tire sur la foule (place Tiananmen). L’armée chinoise intervient pour faire cesser les manifestations étudiantes qui se déroulent place Tiananmen depuis près de 2 mois (15 avril). Le bilan humain varie selon les sources entre 240 et 10 000 morts.

 

Repost 0
3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 16:30
Exercise Noble Shirley in Israël


1 juin 2015 by US Air Force

 

Since 1992, the U.S. military and Israeli Defense Forces have been working together to ensure we are ready to operate in a joint environment. Follow us to Nevatim, Israel, for an exclusive look inside training operations.

Repost 0
3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 10:55
Watchkeeper

Watchkeeper

 

03 juin 2015 Par Hassan Meddah - Usinenouvelle.com

 

MADE IN FRANCE  Afin de remporter le marché des drones tactiques pour les forces terrestres françaises, l'électronicien de défense présente une version francisée du drone Watchkeeper qu’il a développé pour le Royaume-Uni. 35 PME tricolores pourraient embarquer dans son projet.

 

Qui remportera l'appel à candidatures lancé par la Direction générale de l’Armement (DGA) pour équiper les forces terrestres françaises en drones tactiques ?

 

Thales avec son Watchkeeper, déjà exploité en Afghanistan par les soldats britanniques ?

photo Sagem

photo Sagem

Sagem (filiale de Safran) avec le Patroller qui cherche encore sa première référence ?

photo US Army

photo US Army

ou Airbus Group avec son drone tiré d'un produit américain, le Shadow M2 ?

 

C'est la DGA qui devra trancher, au plus tard avant la fin de l'année. La commande devrait porter sur 14 appareils livrables d'ici à la fin de la loi de programmation militaire (LPM) en 2019 et une trentaine au total avant avant 2025.

 

Sur les champs de bataille, les troupes exploitent les drones tactiques directement pour des missions d'observation, de surveillance du champ de bataille et de réglage de tir d'artillerie. Il s'agit de drones intermédiaires d'une masse de 500 Kg environ entre les mini drones (moins de 150 Kg) et les drones MALE (plusieurs tonnes) très haut de gamme comme le Reaper américain déjà exploité par l'armée française au Mali. Ils ont une endurance d'une dizaine d'heures de vol, un rayon d'action d'une centaine de kilomètres et volent à 5000 mètres d'altitude maximum. Selon leur capacité, ils embarquent généralement un ou deux capteurs (caméra, radar, système de guerre électronique...).

 

"Franciser" le Watchkeeper

 

Pour séduire la DGA, Thales mise sur son drone Watchkeeper déjà vendu à 54 exemplaires aux forces armées britanniques. Ce drone a déjà volé plus de 500 heures dont 140 heures sur le territoire afghan. Surtout depuis plus d'un an, il est autorisé à pouvoir naviguer dans la totalité de l’espace aérien britannique et non plus seulement dans des zones d’essais.

 

Outre cette expérience, Thales promet également de franciser au maximum la version tricolore de son drone. "Toutes les développements demandés spécifiquement par le client français seront dans la mesure du possible réalisés par des sociétés françaises. Notre objectif est que la contribution française soit de l'ordre de 35% (contre 15% dans la version britannique, ndlr)", estime Pierrick Lerey directeur de la stratégie et du marketing des activités renseignement, surveillance et reconnaissance chez Thales. Par ailleurs, Thales a déjà identifié 35 PME françaises susceptibles d'embarquer sur le programme Watchkeeper version tricolore. Comme il l’avait déjà fait lors du dernier Eurosatory, il présentera ses partenaires au salon du Bourget, qui démarre le 15 juin prochain.

 

Parmi eux, Lheritier une PME francilienne (35 personnes pour 4 millions d'euros de chiffre d'affaires) qui réalise des caméras capables de produire des images en haute définition de jour comme de nuit. "Nous travaillons avec Thales depuis dix ans. Nous améliorons constamment nos algorithmes de traitement d'images pour permettre aux opérateurs de visualiser plus de détails", explique Sylvain Chérel , directeur marketing et commercial de Lheritier. Thales et ses partenaires devront produire notamment les technologies considérées comme "souveraines" dans ce type d'appareil comme les communications par les satellites ou encore la chaîne de production et de traitement des images...

 

Approche modulaire

 

Les concurrents de Thales reprochent au Watchkeeper d'être basé sur la plateforme technologique de l’israélien Elbit, le Hermes 450. "Nous avons acheté le code source et nous l'avons largement ré-écrit. Ce n'est donc pas une boîte noire mais un système que nous maîtrisons totalement. Cette procédure nous a permis de gagner cinq à dix ans de développement", rétorque-t-on du côté de Thales. Le fabricant reconnaît toutefois que les Watchkeeper resteront assemblés au Royaume-Uni, ce qui selon lui, évitera aux pays acheteurs des investissements inutiles.

 

"Nous voulons créer un club des nations Watchkeeper où les acheteurs pourront partager leurs expériences et mutualiser des initiatives notamment dans le domaine de la formation ou de l'entretien", souligne le dirigeant de Thales. Le constructeur répond ainsi à l'une des exigences de la DGA de bénéficier d'une certaine mutualisation avec d'autres pays partenaires.

 

Pour conquérir d'autres clients, Thales a donc développé une approche modulaire évitant de faire du sur-mesure. Les Watchkeeper auront donc une large base commune et des options propres à chacun des pays. Il compte ainsi répondre à l'appel d'offre polonais qui impose également qu'une partie des technologies l'appareil soit développée en Pologne.

Repost 0
31 mai 2015 7 31 /05 /mai /2015 16:30
Les robots: soldats du futur?

 

31.05.2015 par Tsahal.fr


L’objectif du futur est clair, et il consiste au développement du pilotage automatique. L’introduction de véhicules sans conducteur et robots sur le champs de bataille changera de manière radicale le visage de la guerre urbaine, menant les combats modernes vers des directions inattendues.

 

Ces dernières années, l’élite de Tsahal et du Ministère de la Défense se sont vouées au développement des technologies qui pourraient révolutionner le déroulement des conflits dans le futur. En améliorant et adaptant les technologies utilisées par l’Armée de l’Air et  la Marine, les véhicules sans conducteurs deviendront dans une décennie aussi courant que les drones.

Bien qu’il y ait encore du chemin avant de voir de tels véhicules sur le champ de bataille, le premier véhicule sans pilote de Tsahal a patrouillé le long des frontières ces 6 dernières années. Le modèle de base, le “Guardium”, est principalement utilisé pour l’observation. Son successeur, “Border Protector”, attendu pour cette année (2015), aura la capacité de surveiller les frontières et de délivrer des armes et d’autres équipements aux soldats sur le terrain.

“Border Protector” est construit sur la base d’un véhicule Ford 350 modifié et sera contrôlé à distance. “Il sera capable de charger plus d’équipements que le précédent, comme les armes et le matériel d’observation”, explique le Commandant Lior Trabelsi, Responsable du Bureau des Robotiques au Département des Armes des Forces Terrestres.

En plus des véhicules de patrouille, d’autres véhicules sans chauffeurs seront utilisés dans les années à venir. L’un des véhicules en cours de développement, le “Soldat Robotique-Portable”, assistera les soldats du Corps du Génie Militaire et les fantassins dans les combats souterrain. L’idée de ce robot de petite taille est de remplir des missions à risques, comme les patrouilles et la collecte d’informations pour les combattants sur le terrain. Ceci résoudra beaucoup de problèmes que les soldats subissent lorsqu’ils opèrent en souterrain, comme l’effondrement de mur ainsi que le manque d’oxygène ou de lumière.

 

credits Tsahal

credits Tsahal

Les robots suffisent-ils?

Le but ultime est de développer des véhicules et robots téléguidés capables de prendre indépendamment des décisions basées sur les informations qu’ils traitent. Cela signifie qu’une fois qu’une tâche leur est assignée, ils seront capables de prendre la meilleure décision de manière autonome, basée sur les informations qu’ils collectent. “Nous prenons définitivement une direction dans laquelle les robots autonomes pourront mener une guerre. L’intention est d’augmenter la quantité de robots”, explique le Colonel Yaron Sagiv, Responsable de la Division Technologique dans la Brigade des Technologies des Forces Terrestres.

Le développement de ces technologies est cruciale pour la protection de nos soldats. Ces engins peuvent être utilisés pour patrouiller dans des zones dangereuses ou délivrer l’équipement nécessaire sur le terrain – et apporterons une nouvelle dimension à la façon de faire la guerre au cours de la prochaine décennie.

Repost 0
30 mai 2015 6 30 /05 /mai /2015 09:30
Elbit étend ses activités “cyber”

 

29/05/2015 Par Isabelle Puderbeutel

 

Désireuse d'étendre ses activités dans le domaine porteur du "cyber", l'entreprise israélienne de défense Elbit a racheté les activités de renseignements et de défense numériques de la société Nice.

 

La société Elbit Systems a annoncé qu'elle avait conclu un accord avec la firme Nice portant sur l'acquisition des activités "cyber" de cette entreprise pour la somme de 157,9 millions de dollars. Cette transaction devrait servir les objectifs de ces deux grands groupes israéliens, le premier souhaitant étoffer ses activités dans le domaine cybernétique et le second recentrer les siennes autour d'autres moteurs de croissance.

 

Une somme de 117,9 millions de dollars devrait être versée à la société Nice au troisième trimestre de 2015, lorsque l'accord sera finalisé. Les 40 millions restants seront payés à une date ultérieure en fonction des performances futures de la division acquise.

 

La société Elbit a récemment créé une nouvelle filiale dénommée Cyberbit pour réunir au sein d'une même structure toutes les activités d'Elbit en matière de renseignement et de défense "cyber". C'est en fait la société Cyberbit qui se portera acquéreur des activités de renseignement et de défense numériques de Nice et intégrera son personnel. Après la fusion, Cyberbit emploiera quelque 400 personnes. L'objectif est de faire de cette entreprise l'un des leaders mondiaux dans le domaine du "cyber".

 

Elbit et Nice sont deux importantes sociétés de high-tech, cotées l'une et l'autres à la Bourse de Tel-Aviv et au Nasdaq. La valeur d'Elbit est estimée à 3,26 milliards de dollars et celle de Nice à 3,95 milliards de dollars.

Repost 0
22 mai 2015 5 22 /05 /mai /2015 16:30
GBU-39 SDB

GBU-39 SDB


22.05.2015 par Info-Aviation
 

Le Département d’Etat américain a approuvé la vente à Israël de plus de 20.000 kits de bombes guidées et de 8.650 ogives associées, incluant 5000 livres de bombes « anti-bunker » (source : DSCA).

 

Le coût des ventes, qui comprend également 250 missiles air-air AIM-120C AMRAAM et 3.000 missiles AGM-114K/R Hellfire, est de 1,9 milliard de dollars.

Cette acquisition comprend également 10.000 kits de guidage JDAM GPS (Joint Direct Attack Munitions ) pour 2000 livres de bombes MK84, 500 kits de JDAM pour 1.000 livres de bombes MK83, et 4.000 kits de JDAM pour 500 livres de bombes MK82.

Israël a également demandé 500 kits DSU-38A/B qui peuvent être utilisés pour moderniser les JDAM afin qu’ils puissent être guidés vers leur cible en utilisant un pod laser ou un GPS.

On compte aussi 1500 kits de guidage laser Paveway pour des bombes MK83 et 500 ogives BLU-109 « anti-bunker ».

En termes d’ogives, Israël avait demandé 4500 bombes MK83 et 82 MK3500, mais pas de MK84 supplémentaire 84 ou BLU-109.

Israël a notamment réclamé 50 ogives BLU-113 qui est utilisée avec la bombe GBU-28 à guidage laser pour détruire des cibles profondément enfouies.

La DSCA avait déjà recommandé à Israël l’achat de 150 GBU-28 qui est une arme très efficace pour détruire les installations nucléaires de l’Iran.

Enfin, 4.100 bombes GBU-39 de petit diamètre (SDB) pesant 250 livres à guidage GPS complètent la liste. Cette bombe de petite taille dispose de deux ailes en forme de losange qui se déploient après largage lui offrant une meilleure précision et réduisant le risque de dommages collatéraux. La GBU-39 SDB peut être opérée par de nombreux avions de combat. Elle dispose également de meilleures capacités de pénétration que les bombes classiques

Repost 0
12 mai 2015 2 12 /05 /mai /2015 11:30
Patrouille Marine - photo Tsahal

Patrouille Marine - photo Tsahal

 

11 mai 2015 Alyaexpress-News

 

Le Ministère de la Défense a signé ce matin (lundi) une transaction d’acquisition de quatre navires de patrouille à l’Allemagne. L’accord a été signé lors d’une cérémonie officielle au ministère de la Défense à Tel-Aviv.

 

La valeur de la transaction est de 430 millions d’euros, dont le gouvernement allemand va financer 115.000.000 €. Le directeur général du ministère de la Défense Dan Harel, a signé un accord avec les délégués allemands.

 

Quatre patrouilleurs sont conçus pour sécuriser le forage de gaz au large des côtes d’Israël. Le ministre allemand de la Défense est arrivé en Israël en vue de conclure l’accord et a pris part à une cérémonie ce matin.

 

 

Le communiqué du ministère de la Défense a déclaré que les quatre navires seraient transférés en Israël dans les cinq prochaines années. Tous les systèmes sur les navires de combat seront effectués en Israël.

Repost 0
2 avril 2015 4 02 /04 /avril /2015 11:30
Stunner missile (Photo Rafael)

Stunner missile (Photo Rafael)

 

April 1, 2015 By Barbara Opall-Rome – Defense News

 

TEL AVIV — Israel's Missile Defense Organization (IMDO) on Wednesday declared its successful completion of a third series of intercept tests for the Stunner missile.

 

Developed by state-owned Rafael and Raytheon, the US-Israel-funded interceptor is part of Israel's planned David's Sling active defense system.

 

"In the past few days, we conducted a series of tests. After evaluating all the data, we're defining the series as a full success," said Yair Ramati, IMDO director.

 

In an interview Wednesday, Ramati said the tests were conducted against targets representative of the long-range rockets and short-range missiles that David's Sling is designed to defend against.

 

He added that IMDO and the Pentagon's Missile Defense Agency are planning a fourth series of flight tests this year, after which the Israel Air Force should be prepared to declare initial operating capability.

 

Israel plans to deploy David's Sling as its newest layer of active defenses above Iron Dome — operationally proven against Katyusha and Grad-type rockets — and below Arrow-2, which is designed to intercept Scud- and Shihad-class tactical ballistic missiles.

 

Arrow-3, a joint US-Israel Upper Tier interceptor, will comprise Israel's highest layer of active defense and aims to destroy advanced, potentially nuclear-tipped ballistic missiles outside of Earth's atmosphere.

Repost 0
24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 12:25
IAI's first B767 MMTT conversion was the 'Jupiter' currently operated by the Colombian Air Force (FACH).

IAI's first B767 MMTT conversion was the 'Jupiter' currently operated by the Colombian Air Force (FACH).

 

Mar 2015 By: Arie Egozi - FG

 

Tel Aviv - After long delays, the Brazilian government has allocated the required budget for the purchase of three converted Boeing 767-300s that will serve as aerial tankers. The conversions will be performed by Israel Aerospace Industries.

 

IAI was selected for the contract in 2013, but the elections in Brazil last October had frozen the process, which remained slow even after the formation of a new government.

 

According to sources in Brazil, the air force increased its pressure, by claiming that the capability to refuel aircraft in the air and to also transport forces and equipment is its top priority.

 

The service has already retired a previous fleet of four KC-137 tankers, which were adapted from the Boeing 707, and now has just two Lockheed Martin KC-130H/M aircraft operational in this role.

 

At least one of the 767s will be converted by IAI's Bedek division, with the others to be completed in Brazil by TAP subsidiary TAP Manutenção e Engenharia Brasil, under its supervision. The work will include equipping the aircraft with wing-mounted hose and drogue refuelling pods.

 

Brazilian sources say they already have the tail numbers of the three 767s that will be converted. After the contract is signed IAI will purchase the aircraft and begin the conversion process.

 

IAI declines to comment on the fact that the programme has received the green light from the Brazilian government.

Repost 0
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 17:20
CLRF-IC Common Laser Range Finder - Intergrated Capabilities

CLRF-IC Common Laser Range Finder - Intergrated Capabilities

 

23 March 2015 naval-technology.com

 

The US Marine Corps (USMC) has awarded a contract to Elbit Systems' US subsidiary for the delivery of Common Laser Range Finder-Integrated Capability (CLRF-IC).

 

The $73.4m indefinite-delivery indefinite-quantity (IDIQ) contract has a performance period that runs up to 2020 and the initial order under the IDIQ award amounts to $7.5m.

 

Work under the contract will be carried out by the company in Merrimack, New Hampshire.

 

Commenting on the contract, Elbit Systems of America president and chief executive officer Raanan Horowitz said: "We are pleased to provide the USMC with their new rugged CLRF-IC, a lightweight system that is mission-ready and safer for the foot-mobile Marine.

 

"Leveraging the innovative capabilities of our imaging, range finding, and degraded environment navigation solutions, Marines are now able to acquire targets without breaking cover from their concealed fighting positions and minimise impact while on the move."

 

Set to replace the USMC's currently fielded equipment, Elbit's CLRF-IC is a lightweight targeting device that is designed to incorporate day and night imaging and high accuracy laser based range finding.

 

The system provides 24-hour observation capability, accurate range to targets, the ability to confirm spot on target with laser designation systems, and accurate target location in a variety of conditions, including magnetically disturbed environments, areas with overhead clutter, and in GPS-denied situations.

 

The CLRF-IC is said to offer a more affordable mission capability due to its highly reliable performance and minimal lifecycle cost.

Repost 0
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 12:30
Défense: 3 microsatellites Samson ont été lancés à partir d’un avion

 

March 8, 2015 by israelmagazine

 

3 microsatellites Samson ont été lancés à partir d’un avion, sur une orbite basse de 300/600 km, en formation. Mis au point par le Technion de Haïfa, sous la direction du Pr Pini Gourfil, en coopération avec les sociétés Rafael et Israel Aerospace Industries, chaque satellite est construit à partir de six cubes dont le volume ne dépasse pas 10cm3 et pour un poids total de 8kg. Ces microsatellites ont pour but de localiser en un court délai un point sensible, afin de faciliter des sauvetages ou des interventions rapides suite à un désastre. D’autres applications sont également envisagées comme l’élaboration d’une plate-forme de communication rapide et de photographie à très haute résolution…

 

Suite dans Israël Magazine n°170.

Repost 0
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 12:20
Skystar 180. - photo RT LTA Systems Ltd

Skystar 180. - photo RT LTA Systems Ltd

 

19.03.2015 .i24news.tv

 

Skystar 180 est un système de surveillance unique au monde qui fonctionne depuis la terre

 

L'armée américaine vient d'approuver l'achat d'aérostats après les avoir listé comme produit de défense - un processus long et difficile aux USA - a annoncé la société israélienne fabricante RT, cette semaine.

 

Le ballon de surveillance Skystar 180 a passé avec succès les tests de l'armée US (connus sous le nom d'AEWE), qui sont effectués une fois par an, pour agréé de nouvelles technologies de défense.

 

Ce système a été fréquemment utilisé par l'armée israélienne sur Gaza pendant l'opération Bordure protectrice l'été dernier. Il comprend notamment une charge de multi-capteurs miniatures fabriqués pas une autre société israélienne, CONTROP.

 

Le programme AEWE, qui se tient annuellement à Fort Benning, en Géorgie, est utilisé par l'armée américaine pour encourager les sociétés du monde entier à soumettre des dispositifs et des produits prêts à la production pour approbation.

 

"La sélection et l'approbation de SkyStar 180 par l'armée américaine est une preuve de qualité du système et de ses capacités technologiques de haut niveau", a déclaré le PDG de RT, Rami Shmueli.

 

"Nos systèmes d'aérostats - uniques au monde - sont les seuls à pouvoir fournir une surveillance aérienne à longue distance qui peut fonctionner jusqu'à 1.000 mètres d'altitude".

 

SkyStar 180 est un petit ballon mobile conçu pour la "surveillance tactique" pouvant aller de la sécurité publique, policière ou militaire. Il peut transporter des charges électro-optiques allant jusqu'à 20 KG et un relais de communication tout en restant attaché à terre.

 

L'aérostat offre, par ailleurs, une couverture de surveillance pouvant aller jusqu’à 72 heures et n'a besoin que de deux personnes pour entretenir et exploiter le système.

 

L'année dernière, RT a commencé à fournir en aérostats la police israélienne, qui les utilise pour aider à contrer les émeutes palestiniennes à Jérusalem-est.

Repost 0
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 08:30
'No Turning Back' for IMI Sale

 

March 21, 2015 By Barbara Opall-Rome – Defense News

 

TEL AVIV — Israel has passed the point of no return in its plans to sell Israel Military Industries (IMI) to the highest qualified bidder by the end of this year, according to the man charged with overseeing privatization of the nation's oldest defense firm.

"There's no turning back … We're now in a process that won't be stopped," said Ori Yogev, head of the Government Companies Authority (GCA).

After decades of discussion and short-lived privatization plans, the government formally published its request for bids this month.

By autumn, the government aims to announce the winning bidder or consortium of investors in IMI Systems, a restructured, debt-free, advanced technology-oriented spinoff of IMI, an 82-year-old firm that predates Israeli independence.

Up to 90 percent equity in the new firm is being offered to eligible foreign investors, with transaction closing slated by the end of December.

In an interview shortly before last Tuesday's election, Yogev said neither the current lame duck government nor the one to be formed under fourth-term leadership of Prime Minister Benjamin Netanyahu are interested or even capable of halting the process.

"We have the force of a formal government decision driving this and there is consensus among all the political players," he said.

"There won't be a new defense minister who can do anything differently. We would need a new prime minister, finance minister and defense minister to jump in and battle the consensus, and that simply won't happen."

In April, the GCA, IMI management and advisers from Stifel, Nicolaus & Co. — a US-based brokerage and investment banking firm hired by the government to assist in the sale — will embark on a road show aimed at cultivating interest among prospective buyers in the US and possibly Europe.

Candidates have until May 15 to notify the government of their interest, after which they will be screened by the Israeli Defense Ministry to access GCA's data of IMI financials, technology development programs and backlog of orders. Access to GCA's data room will require a $1.5 million bank guarantee.

"At this stage, the [bank guarantee] allows preliminarily certified candidates into the data room where they'll see the entire agreement, closing schedules and all they need to conduct due diligence. Then, if they decide they really want to bid, candidates will undergo a final screening by MoD to determine eligibility," Yogev said.

Under the closure of sale process, MoD-cleared candidates have until mid-September to submit bids, along with a prerequisite $8.5 million bank guarantee. The government plans to sell IMI to the highest bidder, with transaction closing slated by the end of the year.

"In the meantime, it could be that some of the international and local parties may want to join forces, since the government is requiring an Israeli partner with at least 10 percent equity," Yogev said.

He noted that the government retains the option to negotiate a best and final offer, should offers fall short of IMI's assessed value of some $600 million.

He confirmed locally published accounts that the government has subsidized IMI to the tune of 2.5 billion shekels (US $620 million) over the past decade, primarily to cover pension expenses of employees long absent from company rosters.

"We are taking all the problems of the past and leaving them in the government's hands," Yogev said.

"All the agreements are signed. More than 1 billion shekels have been budgeted to prepare for this privatization… Already 800 workers have left IMI and there is a plan for a few hundred more during the course of the year," Yogev said.

"The company we're offering is debt-free and cleansed of all legal claims. It's a company with a rich heritage that boasts a record backlog of more than $2 billion based on fully transparent and internationally accepted accounting procedures," Yogev said.

 

Vital Strategic Asset

Designated by the government a vital strategic asset, the new firm will remain an Israeli company, managed by Israeli nations and subject to Israeli laws and Defense Ministry security procedures.

According to data posted on the GCA's website, candidate investors will be disqualified if they are: "a hostile state; a citizen or resident of a hostile state; a corporation that was signed or whose center of business is in a hostile state; a corporation controlled by a hostile state or citizen and/or resident of a hostile state; or a foreign state."

The company will be sold as a single entity apart from heavy rocket propulsion systems and other classified programs that will remain in government hands under a new company, called Tomer, to be managed by MoD.

Yogev estimates that all but "a few hundred million shekels" of IMI's $2.125 billion backlog and 380 of its 2,700-strong workforce will be transferred to state-owned Tomer.

"There's a small, but very important part of IMI that we will not transfer to private ownership. But Tomer will not compete with the privatized IMI. On the contrary, Tomer has a strong agreement with IMI to cooperate in future. The new IMI will produce for Tomer and will be a market for some of its technologies," he said.

IMI Managing Director Avi Felder noted that the new company up for sale has undergone a significant restructuring and efficiency streamlining, with hundreds of millions of shekels invested in upgraded infrastructure and new product lines.

"At the beginning of 2015, IMI realigned its corporate operating structure to better serve a shift in customer demand from individual products to comprehensive defense solutions. In the process, we've reduced redundancies across divisions," he said.

"We enjoy a global customer base that spans Europe, Asia and the Americas, along with decades of close cooperation with the Israel Defense Forces, the US military and NATO forces," Felder said.

He noted that sale of the firm includes 85 percent of Ashot Ashkelon, a provider of jet engine shafts, drive and suspension systems; as well as 100 percent of IMI's Anti-Terror Academy.

"We're well positioned across a very focused and value-added spectrum of the defense and homeland security market," Felder said.

According to the GCA's website, IMI streamlined its operations from five divisions with 11 units into three divisions — firepower, maneuverability and small caliber ammunition — with five customer-oriented business units.

GCA noted that the firm routinely invests some $110 million in Israeli government- or customer-funded research and development and is now operating under high environmental, health and safety standards as required by Israeli law.

Recent awards include a $660 million, five-year contract to Israel's MoD for advanced tank rounds and munitions and another $150 million in Israeli MoD replenishment of weaponry expended in last summer's Protective Edge war in Gaza. Additionally, GCA listed another $700 million in unspecified export contracts as part of IMI's backlog.

"At the beginning of 2016, IMI is set to operate as a leading international defense company under private ownership," said retired Israeli Maj. Gen. Udi Adam, IMI's chairman.

"As a private company, IMI will have more managerial flexibility to maximize existing capabilities and fortify future competitiveness on the global market," he added

Repost 0
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 17:30
Iran: Advancing On Four Fronts Towards Defeat

 

March 21, 2015: Strategy Page

 

Iranians are feeling pretty ebullient just now. There forces are advancing on many fronts (in Yemen, Syria, Iraq and in defeating the sanctions). The future looks bright, except it isn’t. 

 

The government, and most Iranians are confident that Iran will manage to negotiate its way out of the growing list of sanctions seeking a halt to Iranian nuclear weapons and ballistic missile programs. The negotiations are facing a March 31st deadline and there are still key points of disagreement. Iran takes comfort in the fact that members of the coalition (Britain, China, France, Germany, Russia, United States) they are negotiating with are divided with growing willingness among many coalition members to trust Iranian pledges to abide by any treaty. Many in the West (and the Arab world) don’t trust Iran and demand a deal with strict monitoring. Iran rules this out as a violation of their sovereignty, an affront to their honor and so on.

 

The Iranian religious dictatorship sees these negotiations as crucial to its survival. In part that is because most Iranians have decided that the ruling clerics and their Islamic Republic are a failure. This can be seen in the plunging birthrate, growing number of drug addicts and the many small protests against the rule of religious zealots. Young Iranians feel like prisoners serving life sentences in a nightmarish jail run by unpredictable religious fanatics who are also corrupt and unable to manage the economy. The sanctions have made this worse and while the damage has been controlled it is draining Iran’s limited cash reserves.

 

Even with the sanctions lifted Iran still has the problem with the Saudi ability to keep the price of oil so low that Iran cannot maintain living standards or modernization of their military and oil industry. This Saudi price war makes Iranians more eager to get nukes because that would give them a weapon that might be capable of getting the Saudis to back off and let the price of oil rise (by cutting Saudi production). Even then there is the problem with the growing use of fracking to obtain oil and gas trapped in shale formations. These shale formations are found worldwide and production from this source will ultimately lower the value of Iranian (and Arab and Russian) oil fields.

 

But ending the sanctions and producing a working nuke are the only two things the Iranian clerics can do to improve their position. Resigning or allowing free voting are not options because most of the senior clerics (or members of their families) would be vulnerable to prosecution for corruption or abuse of power (having enemies, like reform advocates, killed or falsely imprisoned) if they lost control of the government. The clerics can deceive themselves thinking they are running the country in the name of Islam, but that does not justify the corruption, murder and sundry other bad behavior. Most Iranians have already figured that out.

 

Inflation is still high but not rising. It has been about 16 percent for nearly six months. Iranian smuggling efforts have prevented oil shipments from declining . These sales are currently bringing in about $1.4 billion a month, which is less than the government is spending.  In addition to the reduced oil income the government is forced to spend nearly 8 percent of the $62 billion sovereign wealth fund (the government savings account) in the next year for long-delayed modernizing of oil and natural gas fields. Maintenance and updates have been delayed for decades because of sanctions (that prevented foreign firms who do this sort of work or supply necessary equipment from doing business with Iran) and other spending priorities. So the maintenance and upgrades were put off year after year. Now the vast collection of wells, pipeline and other facilities are falling apart and so is the ability to pump much oil, even if there were no sanctions. Because of the sanctions the upgrades to equipment will be somewhat limited but a lot of deferred maintenance can be performed. China produces a lot of the needed equipment and that can be smuggled in. China can also supply manufacturing equipment to help Iran create some of the needed equipment. Iran is smuggling more oil out, but with local forecasts of prices declining to $40 a barrel, all Iran can do is ship even higher quantities.

 

On the Syrian border Israel is working more with Syrian rebels (except ISIL) to help oppose Iran from establishing a presence in the area so they can launch attacks into Israel. Iranians have been bragging about doing this and Iran has sent more senior officers to work with Hezbollah and the Syrian Army efforts to clear all the rebels away from the Israeli border. Iran is also bringing in thousands of additional Iranian volunteers to join rebel militias in the fight against the rebels. It appears that Iran is trying to gain control of the area opposite the Israeli border and hang onto it. This would provide Iran with “Iranian controlled territory” on the Israeli border. The Syrian rebels that long controlled this border are being pushed away and Israel is uneasy about what might happen next.

 

The Iraqi offensive to take Tikrit (a Sunni Arab city 125 kilometers north of Baghdad) is basically an Iranian operation. The offensive began on March 1st and is halted outside the city center to allow most of the civilians to get away and avoid the bloody and destructive final battle. Most of the attacking troops are Iraqi Shia militia organized, trained, armed and advised (in some cases led) by Iranian officers. A senior Iranian general (head of the Quds Force, officially an international terrorist organization that organizes pro-Iran armed groups outside Iran) is on hand to supervise the operation. No American air support is being used and the Americans say that is because Iraq did not request any. The real reason for no U.S. air support is the fact that this is an Iranian operation and if American smart bombs and missiles were used the Iranians would blame the Americans for any civilian casualties. Iraq fears there will be a lot of civilian casualties because most of the 200,000 residents of Tikrit are Sunni Arabs. This is the hometown of Saddam Hussein, who is still considered a hero here. Iran considers Saddam Hussein a war criminal and arch enemy of Shia Moslems. The advance was slow but steady, thanks to Iranian training and supervision. ISIL deployed lots of mines, remotely detonated bombs, oil wells set on fire and snipers to hinder the advance. The Shia forces have found mass graves of Shia (or Sunnis working for the government) slaughtered by ISIL. There is fear that the Shia troops and militia will do the same to Sunni gunmen and civilians. Officially the Iraqi government is against the murder of Sunni civilians, but that tactic is what led to the collapse of the last Islamic terror offensive in 2008. Since then the Sunnis have maintained their disdain for Islamic terrorists and fear of another round of Shia reprisal killings. So this time around there is official prohibition of retaliation against Sunni civilians and an understanding among many (but not all) Shia that these mass murders are counterproductive this time around.

 

Iranian officials have repeatedly assured Iraqis and the West that Iran will not send combat units to Iraq. The rumors that Iranian combat units are in Iraq are largely because there are so many individual Iranians who have volunteered to fight ISIL. While Iranian Arabs might not be noticed the ethnic Iranians often look like Europeans and are easier to spot before you hear their accent. While Iran encourages Shia from anywhere to come volunteer to defend the Shia holy places in southern Iraq, there do not appear to be any Iranian military units in Iraq.

 

The attack on Tikrit (which ISIL has held since mid-2014) began March 1st when 27,000 troops and militia advanced in three columns. After three days the attack force has moved into the suburbs of Tikrit and recaptured some villages. The main battle will be in Tikrit itself. American advisors say most Iraqi troops are not yet ready to handle large-scale urban warfare. The militias are trained for a more primitive style of combat that means taking a lot more casualties to advance. Iran has trained these guys to think of this as a religious war, of Shia against fanatic Sunnis who see Shia as heretics to be murdered on sight. Iran has trained the militia to see this as a very personal battle in which death is martyrdom and as much a reward as victory. The problem is that ISIL trains their people the same way so the U.S. (and many Iraqi Army commanders) expects an epic bloodbath made even more horrific by mass murder of Sunni civilians. Neither has occurred. ISIL did not put that many gunmen into harm’s way and the Iranian advisors taught the militiamen to at least be careful, cautious and keep moving forward. Iran has supplied artillery (usually rocket launchers) and some armored vehicles (plus mechanics to get Iraqi ones operational) and this has turned the Tikrit Offensive into a slow, boring but relatively bloodless operation. The good news is that eventually ISIL will lose and the Shia will have bragging rights and positive press for a while. Iran will take credit and that will put more pressure on Western nations to get moving with an effort to take Mosul.

 

An Iranian freighter recently docked at Yemen’s second largest port (al Saleef) and unloaded 185 tons of weapons and military equipment. The Saudis could blockade this port and monitor Red Sea shipping to make it very difficult for Iran to keep delivering supplies to the Shia rebels. But that would risk an undeclared naval war with Iran and the Saudis try to avoid that sort of thing, Until recently Iran officially had nothing to do with what is going on in Yemen but now they have signed aid and support agreements with the Shia rebels who are still fighting the Sunni majority for control of the entire country. Arabs know that the “victory” in Yemen is being celebrated in the streets of Iran (at least in conversation) and increasingly in Iranian media as well. This is humiliating for the Gulf Arabs and Sunnis in general. Iran has not directly intervened (but is now openly supplying the Yemen Shia with cash, goods, advice and some commandos to rescue kidnapped Iranians) but is definitely enjoying the situation. The best Sunni hope for military intervention is the Saudis, but that’s not the Saudi style. The Saudis don’t want to see their armed forces tied down in Yemen, not when Iran remains a major, and growing, threat.

 

Then there is the ISIL threat in Syria and Iraq (and, to a lesser extent, inside Saudi Arabia itself). There is no easy way out of this mess for anyone. The customary way these things are settled in Arabia is by making deals. The Yemeni Shia feel an affinity for Iran, considered the “leader” of the Shia world and expect help from that direction. Most Yemeni Shia don’t want the religious fanaticism of Iran but are willing to accept aid from Iran and work to make Sunni majority Yemen a “friend“ of Iran (much like the Shia minority has done in Lebanon and Syria). The Saudis and the other Gulf Arab states are very hostile to this sort of thing but reluctant to go to war over it. That may change now that the Yemeni Shia rebels have officially declared themselves the rulers of Yemen even though they control only the capital and the north (about a third of the country).

 

March 17, 2015:  This year even more Iranians defied the religious dictatorship and celebrated Nowruz (Festival of Fire) a tradition that began nearly 4,000 years ago and was a part of the New Year (which started in Spring, as it did worldwide until Christians changed that) festivities under the pre-Islamic Zoroastrian religion. This ancient faith dominated what is now Iran for over four thousand years until most Iranians were converted at sword point by invading Moslem armies. As with new converts to any religion some aspects of the former religion remained and were tolerated. However this was always a problem for conservative Islamic clergy who usually lose out when they attempt to completely extinguish ancient religious customs (like the Christmas tree, Halloween and so much more). The Iranian religious dictatorship has been trying to suppress Nawruz for over two decades and have been losing during the last decade and will not admit defeat.

 

March 16, 2015: Pakistan revealed that earlier this month Saudi Arabia had asked Pakistan to join a Sunni Arab coalition against Iranian aggression and send a brigade of troops to help deal with the Shia rebellion in Yemen. Pakistan declined, for now, apparently not willing to antagonize Iranr. Pakistan got a similar request in 1979 when Shia clergy led a revolution against the Iranian monarchy and talked of attacking the Sunni Arab states. For most of the 1980s Pakistan had an armor brigade stationed in Saudi Araba and served as a threat to eastern Iran, which borders Pakistan. Since then Pakistan and the Shia religious dictatorship in Iran have learned to get along. About 20 percent of Pakistanis are Shia and Pakistan has its hands full trying to halt Sunni Islamic terrorists from attacking those Shia. Those attacks anger Iran and Pakistan does not want to make that worse.

 

March 14, 2015: Iran and Russia worked out details and signed an agreement on forming a joint supervisory board for a joint bank which would enable Iran to evade sanctions, at least with Russia, by gaining access to the Russian banking system. While this subterfuge could expose Russia to more international banking sanctions, Russia apparently sees that coming anyway and is seeking to build a separate international banking system for outcast nations. Iraq has become an unofficial member of this new banking system with a growing number of Iranian firms establishing themselves in Iraq. Afghanistan is also a growing trade partner but because Afghanistan relies so much on Western aid to stay solvent, Iran cannot get as involved in manipulating the Afghan economy to help Iran beat the sanctions. If China can be persuaded to join this arrangement it will be a formidable competitor for the existing international banking system. That said there are numerous pitfalls to get around before reaching that goal. Meanwhile Iran is playing up (in Iraqi media) the aid Iran is providing to defeat ISIL. This makes Iraqis more eager to do business with Iran.

 

March 8, 2015: China has declined to get involved in Yemen. The Shia rebels there have declared themselves the legitimate rulers of Yemen, but they only control about a third of it. Shia militiamen occupy nearly half the country but in central Yemen the majority Sunnis are resisting with demonstrations and armed violence. The last elected leaders have set up a new capital in the southern port of Aden. The Shia rebels are trying to obtain aid, investment and diplomatic support from Russia and China, two countries that have long supported Iran, the primary supporter of the Yemeni rebels. China does a lot of business with Iran because of the oil and some export business to Iran. But Yemen has nothing of interest to China.

 

March 6, 2015: A second air freight flight from Iran landed at the airport outside the Yemeni capital (Sanna). Both of these transports were said to contain “humanitarian cargo.” Yemeni Shia envoys in Iran asked Iran to set up cultural centers and a museum of Persian art in Yemen.

 

March 5, 2015:  An Iranian diplomat captured by AQAP (Al Qaeda in the Arabian Peninsula) Islamic terrorists in Yemen in 2013 arrived back in Iran. He was freed by Iranian commandos who now operate openly in Sanna. The Yemeni rebels denied that Iranian commandos are in Yemen.

 

March 4, 2015: Iran executed eight Kurds it had prosecuted on various charges. The Kurds are rebellious, Sunni and not ethnic Iranian, which makes them very vulnerable. Iran has always been an empire, and still is and only half the population is ethnic Iranian. What gives the ethnic Iranians control is that they share power with the quarter of the population that are ethnic Turks (mainly Azerbaijanis) and this power sharing can be seen by the many senior clerics who are ethnic Turks. There is one big problem with empires and that is that there tends to develop a sense of "Greater Iran" which includes, at the least, claims on any nearby areas containing ethnic Iranians. Hitler used this concept to guide his strategy during World War II. Thus internal ethnic or religious opponents are dealt with harshly. There are still 25 other Sunnis (Kurds, Baluchis, Arabs and others) on death row in Iran and all are expected to be executed eventually. Iran routinely ignores foreign criticism of its mistreatment of its ethnic and religious (Sunni, Sufi, Bahai, Christians and the few remaining Jews) minorities.

 

March 2, 2015: Israel claims that Syria has transferred some long range (700 kilometers) SCUD ballistic missiles to Hezbollah. These missiles carry a half ton high-explosive warhead. These SCUDs are actually North Korean variants on the original Russian SCUD that have a smaller warhead to enable longer range. Syria is giving them to Hezbollah to free up troops who have been guarding them and to avoid the risk of them getting captured. Israel has an anti-missile defense system that can stop these Scuds, as well as the other long range (about 200 kilometers) rockets Hezbollah has received from Iran and Syria.

Repost 0
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 12:55
EGIDE déploie sa présence commerciale à l’international

 

Trappes, Bollène et Cambridge, le 20 mars 2015 – EGIDE

 

Egide confirme le nouvel élan de sa politique commerciale avec le déploiement de son réseau à l’international et annonce la signature de 3 nouveaux partenariats en Italie, Israël et Amérique du Nord.

 

Aujourd’hui, le Groupe déploie activement son offre de produits en Europe et aux Etats-Unis via son site français de Bollène et le site de Cambridge (MD) aux Etats-Unis, en s’appuyant sur l’excellence reconnue de ses produits et sur la fiabilité des solutions innovantes qu’il propose. Egide s’adosse également sur un réseau de représentants commerciaux aux Etats-Unis, en Chine et en Inde.

Dans le cadre de son plan stratégique 2018, le Groupe Egide complète aujourd’hui sa présence commerciale dans le monde par la signature de trois nouveaux contrats de représentation couvrant :

• l’Italie, avec Consystem,

• Israël, avec Marlin Systems,

• les Etats-Unis (Alabama, Floride et Géorgie), avec Robert Duke Inc.

Ces trois nouveaux partenaires ont été choisis pour la qualité de leur réseau, leur compréhension des marchés et des besoins des clients existants d’Egide mais également de ceux des clients potentiels dans leur zone géographique respective.

 

James F. Collins, Directeur général du groupe, commente :

« Aujourd’hui, Egide ne cesse d’innover et investit une part significative de son chiffre d’affaires dans la R&D pour concevoir, fabriquer et vendre des boitiers hermétiques innovants à de grands donneurs d’ordres français et internationaux des filières de l’industrie aéronautique et spatiale, de la défense, du transport et des télécommunications. En matière commerciale, nous diversifions et déployons progressivement notre réseau de façon ciblée en misant sur l’élargissement de nos champs de compétence en France et à l’étranger. »

Il ajoute :

« Par le biais de ces nouveaux partenariats commerciaux, le groupe Egide adapte sa stratégie aux spécificités de chaque pays où il est présent ou représenté, pour répondre au mieux aux besoins locaux. Nous devons être capables de répondre aux demandes de nos clients existants partout dans le monde. L’internationalisation de notre présence est incontournable. »

 

Retrouvez toute l’information sur Egide : www.egide.fr

 

A propos d’Egide

Egide est un groupe d'envergure internationale, spécialisé dans la fabrication de boîtiers hermétiques pour composants électroniques sensibles. Il intervient sur des marchés de pointe à fortes barrières technologiques dans tous les univers critiques (Spatial, Défense, Sécurité, Aéronautique, Télécommunications, Energies...). Seul acteur global dédié, Egide est présent industriellement en France et aux Etats-Unis

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • News review for Industry - European Defence Agency
    source European Defence Agency If you want to subscribe to the News Review, or if you want to stop receiving the News review: News4Ind@eda.europa.eu News of the News EDA Study on the Impact of REACH & CLP European Chemical Regulations on the Defence Sector:...
  • Chronique culturelle - 13 Février 2017
    13 février 1960 explosion de la première bombe atomique française 13.02.2017 source JFP 13 février 1692 : massacre du clan Mac Donald dans la Glencoe (Ecosse).Le protestant Guillaume d’Orange ayant mis en fuite le catholique Jacques II, les chefs de clans...
  • Le PGHM et le GAM s’entraînent ensemble au secours en montagne
    Equipement de passage en neige - photo GAM Armée de Terre 07.02.2016 source 27e BIM Le lundi 13 février 2017 se déroulera un entraînement conjoint entre le peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) et le groupement d’aguerrissement montagne (GAM)...
  • ITW SDBR : général Vincent Desportes, Professeur des Universités associé à Sciences Po Paris, Ancien directeur de l’Ecole de Guerre
    23.01.2017 par Alain Establier - SECURITY DEFENSE Business Review N°164 SDBR : Quel regard portez-vous sur la Défense de la France ? Vincent Desportes* : A l'issue de cette mandature, nous voyons un empilement d'actions réactives, à vocations plus politiciennes...
  • Chronique culturelle 9 Janvier
    Hussards du régiment de Bercheny en 1776 09.01.2017 source JFP 9 janvier 1778 : mort du créateur des régiments de Hussards (Luzancy – près de Meaux). Emigré hongrois et excellent capitaine au service de la France, Ladislas Ignace de Bercheny , obtient...
  • Chronique culturelle 04 Jan.
    Insigne général des Troupes de Forteresse de la Ligne Maginot 04.01.2016 source JFP 4 janvier 1894 : signature de l’alliance franco-russe. Préparée par de nombreuses activités bilatérales dans les années précédentes, une convention militaire secrète est...
  • Chronique culturelle 03 Jan.
    Napoléon en Egypte par Jean-Léon Gérome 03.01.2017 source JFP 3 janvier : Sainte Geneviève, patronne de la gendarmerie. Issue de la noblesse gallo-romaine du IVe siècle, elle convainc les habitants de Lutèce de ne pas livrer leur ville à Attila, roi des...
  • Au Levant, contre Daech avec les Forces Spéciales
    photo Thomas Goisque www.thomasgoisque-photo.com Depuis plus de deux ans, les hommes du C.O.S (Commandement des Opérations Spéciales) sont déployés au Levant et mènent, en toute discrétion, des opérations contre l’Etat islamisque.Au nord de l’Irak, ils...
  • Les blessés en Opérations extérieures ne prennent pas de vacances !
    Source CTSA Pendant la période des fêtes de fin d'années, le nombre de donneurs diminue dangereusement. Le site de Clamart du Centre de transfusion sanguine des armées (CTSA) invite fortement les donneurs des communes proches à profiter des vacances de...
  • Interview SDBR de Gaël-Georges Moullec, Historien
    photo SDBR 20.12.2016 par Alain Establier - « SECURITY DEFENSE Business Review » n°162 SDBR: Comment va la Russie aujourd’hui? Gaël-Georges Moullec * : Il n’y a plus d’ascenseur social dans la Russie d’aujourd’hui, ce qui est un problème moins connu,...

Categories