Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 janvier 2015 1 05 /01 /janvier /2015 17:30
M-346 - photo Alenia Aermacchi

M-346 - photo Alenia Aermacchi

 

5 Jan 2015 By: Arie Egozi - FG

 

An Israeli air force squadron equipped with Alenia Aermacchi M-346 "Lavi" advanced jet trainers is close to being declared operational, having already received nine aircraft from an eventual 30-strong fleet.

Israel's first M-346 landed at Hazerim air base in the south of the country last July, and deliveries are continuing on schedule.

Being introduced as a replacement for the air force's aged Douglas A-4 Skyhawks, the Lavi represents a "big revolution" in training, saysan air force Lockheed Martin F-16I pilot – identified only as "Maj E" – who is part of the initial team of instructors.

 

Read more

Repost 0
21 décembre 2014 7 21 /12 /décembre /2014 17:30
L’avion de combat F-35, la toute dernière acquisition de Tsahal

 

21.12.2014 Tsahal

 

Un nouvel escadron formé exclusivement d’avions F-35 va être créé en 2019. La décision d’acheter ce nouvel appareil a été prise il y a quelques semaines par l’Armée de l’Air israélienne et le gouvernement israélien. Ces appareils vont renforcer la puissance de la flotte de Tsahal et venir rejoindre les 19 autres aéronefs de ce type acquis il y a peu de temps par Israël. Ces avions à réaction de la 5ème génération apportent avec eux des améliorations considérables par rapport au F-16I, en particulier dans le domaine  de la furtivité et des instruments embarqués.

 

Le Lockheed Martin F-35 est considéré comme le meilleur avion de combat au monde de nos jours. Il sera le premier avion furtif à servir dans l’Armée de l’Air israélienne, grâce à ses systèmes actifs et à sa construction unique qui le rendent indétectable face aux radars ennemis et aux systèmes de guerre électronique. Le premier achat a été fait en 2010, et les premiers appareils atterriront sur le sol israélien en 2017. Comme tout avion en service dans Tsahal, le F-35 recevra un nom hébreu : “האדיר” (“Ha-Adir”, ce qui signifie “le Grand”).

Le F-35 est sous beaucoup d’aspect une version ultra moderne du F-16. Il a été construit comme un aéoronef monoréacteur de petite taille. L’élément clé de l’appareil est sa polyvalence : il sera en effet capable d’accomplir n’importe quelle mission, du bombardement, au vol dans de mauvaises conditions météorologiques, du combat aérien rapproché aux interceptions à longue distance.

 

De meilleures performances que le F-16I

Pourquoi des avions de la 5ème génération ? Pour deux raisons : la furtivité, et les instruments embarqués. La furtivité d’abord, parce que cela permet aux aéronefs d’être indétectables en vol. Cette technologie a longtemps été très coûteuse, demandant un entretien constant, et disponible uniquement pour des avions de plus grande taille et destinés au bombardement, comme le B-2 ou le F-117. L’avancée technologique que représente le F-35 est de pouvoir justement bénificier de ces technologies de pointe pour un prix peu élevé et un faible entretien.

Le F-35 a marqué aussi une avancée considérable dans le domaine des systèmes embarqués. Des senseurs comme les radars, les systèmes infrarouges et le sysème de guerre électronique sont dorénavant intégrés directement et sont des composants intégraux de l’avion, alors que sur les autres appareils, ces systèmes sont ajoutés “en plus”.

Avec ces améliorations, les pilotes de l’Armée de l’Air israélienne auront une vision plus précise et complète en temps réel du champ de bataille. Cela leur permettra d’être plus efficaces, et leur donnera tous les avantages pour réussir dans chaque mission qu’ils auront à accomplir.

Repost 0
19 décembre 2014 5 19 /12 /décembre /2014 07:30
Top Gun fuze photo IAI

Top Gun fuze photo IAI

 

13/12/2014 IsraelDefense

 

Pursuant to Operation Protective Edge, the IDF Ground Arm has decided to complete the development process and initiate procurement in the context of the "precision artillery shell" project

 

The IDF Ground Arm has decided to complete the development process and initiate procurement in the context of the "precision artillery shell" project.

 

MAFAT, IMOD's Weapon System & Future Technological Infrastructure Research & Development Administration, had initially supported two primary projects involving the manufacture of precision guidance fuzes for artillery shells: the fuze designated "Top Gun" by IAI and the fuze designated "Silver Bullet" by Rokar, a subsidiary of the BAE Systems Group.

 

The fuze is intended to convert any "dumb" artillery shell into a precision-guided munition.

 

The idea behind the development effort was to convert "standard" artillery layouts, that are part of every military organization around the world, into systems possessing the ability to launch precision-guided munitions with an accuracy radius of ten meters, for a price that may be regarded as relatively inexpensive, so that ground forces may be able to afford the acquisition of the new measure.

 

In the case of the Silver Bullet fuze, the shell leaves the muzzle of the gun with the fins already deployed. The location data of the shell are continuously transmitted and picked up by a two-way antenna. The uploading of target data into the computer inside the fuze is accomplished through wireless communication.

 

The Top Gun fuze by IAI also passed a series of trials in previous years. In the Top Gun fuze, the fins are deployed after the shell has left the muzzle of the gun. They are identical in size and function much like the wings of an aircraft.

 

The IDF Ground Arm made a decision to acquire "a precision guidance fuze" and will select one of the options being offered.

 

Converting "dumb" artillery shells into precision-guided munitions can be a significant force multiplier for any artillery unit. Converting standard shells into precision-guided munitions will also make it possible to engage targets in densely-populated combat zones that characterize the modern battlefield, as concerns about hitting uninvolved parties – as was the case during Operation Protective Edge – will be minimized.

Repost 0
19 décembre 2014 5 19 /12 /décembre /2014 07:30
Introducing the IAF's "secret of youth"


18.12.2014 David Greenwald - IAF


While the price of new aircrafts is skyrocketing to unprecedented levels, the IAF manages to preserve its old planes and use them year after year. Introducing the IAF's "secret of youth"

 

The aircraft market, like many others, is becoming more and more expensive. The platforms and technologies continue to advance and reach prices countries cannot afford, a process that leads to a decrease in the development and the purchase of new planes.

The Israeli Air Force prefers to extend the life span of its aircrafts instead of buying new ones. While performing these extensions, the IAF is obligated to maintain the flight safety and operational relevance of its planes. Extending the life span of planes and improving their systems are some of the IAF's most exceptional capabilities, and a major contribution to its strength: While foreign air forces shut down their aircraft, the IAF operates its planes for years on end. How is this done?

Like Good Wine
The processes of extending the life span of an aircraft and improving its systems are different and completely separate from one another. Two units are in charge of these processes: the first is the aerial maintenance unit, which specializes in the body of the plane. The second is the IAF electronics unit, which deals with the electronic systems of the plane, which are considered the heart of the plane.

The process of extending the life span includes a general repair, aimed at ensuring that the plane flies safely for a few more years. This treatment includes the body of the plane, its mechanical components, the rotor head, and the wiring systems. On the other hand, the upgrade process is performed by both units. In order to adjust the aircraft to the current operational needs, the units install the latest military systems in the field of arming, self-defense, radar, communication, display and many more.

In other words, the first process is a "medical treatment" for the plane to allow it to keep living, while the second process is about improving the plane to make it work better.

Live Long And Prosper
When the Israeli government purchases a new plane, helicopter or any other platform from the manufacturer, which is usually located in the US, it receives all the relevant information about it. Fighter jets are designed to fly for 30-40 years without the need for significant repairs, except routine maintenance and checkups.

"The manufacturer knows when the plane is expected to develop fatigue malfunctions and when parts of the plane become dangerous to use. Our aim is to understand the forecasts and to build an improvement plan to ensure safe flights and reasonable maintenance costs", says Colonel S', Commander of the Aerial Maintenance Unit. "Our planes and helicopters still have some of the original parts, because they work just fine. We can anticipate corrosion, cracks and other problems caused by fatigue, and deal with them before they become a safety hazard".

Up until the previous decade, it was customary to perform upgrades after 15-20 years, in order to refresh the operational systems and fix safety problems. Today, some aircraft go through a second or a third round, like the Sikorsky CH-53 helicopters, which are currently undergoing improvements to allow them to fly safely for many years to come. In the 90s, these helicopters went through the same process, which gave them the capability to continue to fly until today. This is, of course, only one example out of many.

Old Aircraft, New Challenges
The challenges that Israel faced in the years when most of the currently active aircraft of the IAF were purchased are completely different from the challenges it faces today. Large and fast fighter jets are being replaced with small, fast unmanned aerial vehicles (UAVs) with low RCS. In order for a plane that was built four decades ago to be able to perform missions relevant to modern warfare, it is necessary that it be upgraded significantly. And indeed, the IAF is constantly improving the capabilities of its aircraft. "The operational challenges of the IAF are very unique and its advanced electronic systems, which are mostly exclusive to the IAF, give it the needed advantages", says Colonel A, Commander of the Electronics Unit.

"Together with the many electronic upgrades we perform, the electronics world is advancing rapidly and the systems we install today may become too challenging or even irrelevant tomorrow, and therefore the unit must maintain a high level of professionalism".

Introducing the IAF's "secret of youth"Introducing the IAF's "secret of youth"
Repost 0
18 décembre 2014 4 18 /12 /décembre /2014 13:30
Improvements to the Beechcraft King-Air

 

18.12.2014 Nadav Berger - IAF

 

New flight systems that are currently being installed in Beechcraft King-Air C12 air will make the aircrews safer. The systems are meant to alert the aircrews to a crash or deviation from safe altitude

 

The Beechcraft King Air C-12 will be upgraded next year in order to increase safety thanks to a crash detector system that is currently being installed in the planes.

Over the years the number of aircrafts present in Israeli airspace during intensive operational activity has increased, which increases the aerial traffic in the area and, by extension, the risk of an aerial crash. The system that is currently being installed in the Beechcraft King Air C-12 is a system that tracks aircrafts flying near the plane and displays them to the aircrews on a flight monitor. When different air plane crosses the safety range, the system recognizes the risk of a crash according to the speed, altitude and direction, and the air crews receive a vocal warning accordingly.

Another system that is being installed in the airplanes is designed to maintain the correct altitude. The system informs the aircrews when they have reached the correct altitude and gives them a vocal signal when the airplane exceeds the limits of the correct altitude.

The installation of the two systems is expected to be completed by the end of 2014 in the planes operated by the "Aerial Kings" squadron from Sde Dov airbase. In the future, a designed to alert the aircrews to a sudden shutdown of the automatic flight systemis expected to be installed in the planes.

Repost 0
18 décembre 2014 4 18 /12 /décembre /2014 08:30
Un missile Arrow 3 missile lancé en test (photo U.S. Missile Defense Agency)

Un missile Arrow 3 missile lancé en test (photo U.S. Missile Defense Agency)

 

17 décembre 2014 timesofisrael.com (AFP)

 

Le nouveau système de défense antimissile, Arrow 3 a été testé mardi, mais il n’a pas pu être testé en condition réelle

 

Israël a procédé mardi au test d’un nouveau système de défense antimissiles, Arrow 3, mais a dû renoncer à expérimenter dans des conditions réelles ses capacités à intercepter un engin supposé hostile, selon un responsable du ministère de la Défense cité dans la presse.

 

Israël avait prévu d’intercepter pour la première fois avec Arrow 3, un système israélo-américain, un missile factice tiré au-dessus de la Méditerranée.

 

Mais « les conditions n’ayant pas été réunies et en fonction de nos critères, nous avons décidé de ne pas lancer l’intercepteur Arrow 3″, a dit Yaïr Ramati, haut responsable du ministère cité sur le site internet du quotidien Jerusalem Post.

 

« Une panne est survenue au cours du test du missile ennemi qui devait servir de cible, pour des raisons inconnues », a rapporté le site d’information Wallaafpa, citant des experts de l’industrie militaire.

 

Le ministère de la Défense a simplement indiqué, dans un communiqué, qu’un missile d’interception avait « été lancé avec succès et suivi par le système Arrow dans le cadre du programme de tests menés avec l’Agence américaine de défense antimissiles ».

 

Le lancement du projet Arrow remonte à 1988, dans le cadre du programme antibalistique américain connu sous le nom de « Star Wars ». Il a été accéléré après le bombardement du territoire israélien par des missiles Scud irakiens durant la première guerre du Golfe, en 1991.

 

Le Arrow et ses différentes versions sont l’une des quatre composantes du projet « Homa » (« muraille » en hébreu) qui vise à protéger Israël des attaques de missiles et roquettes. Israël cherche en particulier à se protéger d’une menace iranienne.

 

Le programme Arrow, en partie financé par les Etats-Unis, a été conçu et réalisé par Israel Aerospace Indutries avec Boeing, et les entreprises israéliennes Elta et Elbit-Elisra.

Repost 0
17 décembre 2014 3 17 /12 /décembre /2014 15:30
Le Hamas sort de la liste des organisations terroristes de l'UE, pour « vice de procédure »

 

17.12.2014 Le Monde.fr (AFP, Reuters)

 

L'Union européenne (UE) « considère toujours le Hamas comme une organisation terroriste », et envisage de faire appel de la décision du Tribunal de l'UE de le retirer de sa liste noire, a indiqué, mercredi 17 décembre, la Commission européenne.

Ce retrait « est une décision légale et non une décision politique prise par les gouvernements de l'UE », qui « prendra en temps voulu les actions correctives appropriées, y compris un appel éventuel », a déclaré la Commission dans un communiqué.

« La décision légale est clairement fondée sur des questions de procédure et n'implique aucune évaluation par le tribunal des raisons de fond de la désignation du Hamas comme organisation terroriste », a souligné lors d'un point de presse Maja Kocijancic, porte-parole de la Commission  chargée des affaires étrangères.

Elle a rappelé que le Tribunal de l'Union européenne, deuxième juridiction des Vingt-Huit, avait ordonné le maintien temporaire du gel des avoirs du Hamas dans l'UE découlant de son inscription depuis 2003 sur la liste terroriste de l'UE.

Le premier ministre israélien, Benjamin Nétanyahou, a exigé que l'UE replace « immédiatement » le Hamas sur sa liste des organisations terroristes tandis que le mouvement palestinien s'est en revanche félicité de la décision.


Suite de l'article
Repost 0
11 décembre 2014 4 11 /12 /décembre /2014 17:35
Athos 155mm howitzer

Athos 155mm howitzer

 

9/12/2014 Ami Rojkes Dombe – Israel Defence

 

According to idpsentinel website, Elbit Systems will compete in the tender for the Mounted Gun System of India, through its joint venture "Bharat Forge" with the Indian Company Kalyani

 

India published a RFI for the procurement of 814 155 mm/52 caliber mounted gun systems. Indian companies can also win the upgrade of M-46 Russian artillery guns, from 130 mm to 155 mm. The RFI was published in June 2013, with a deadline for September of that year. An alteration to the RFI was released in December this year with the deadline of 24.12.2014. The tender is estimated at $ 2.5 billion.

The companies competing for the tender are "Bharat Forge", a joint venture between Elbit Systems and Kalyani Group, "Tata Power SED", a joint venture between the Indian company TATA and Denel of South Africa, and "Larsen & Toubro", a joint venture between the French company Nexter and Indian company Ashok Leyland. Also to participate in the tender are the Russian company "Rosoboronexport", UK's "BAE Systems" and General Dynamics of the US.

According to the website army-technology , the first 100 guns will be bought off the shelf from the original equipment manufacturer, while the remaining 714 will be manufactured in India. According to India Today, the replacement of the mounted gun systems is a phase in the process to replace all 2000 guns of India, in a total cost of $ 6.6 billion. A comprehensive article about India's artillery can be found at eurasiareview .

Repost 0
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 08:30
La Syrie accuse Israël d’avoir mené deux raids près de Damas

 

08.12.2014 par 45eNord.ca (AFP)
 

La Syrie a accusé dimanche Israël d’avoir mené deux raids contre des secteurs tenus par le régime près de Damas, l’accusant d’apporter un «soutien direct» aux rebelles et djihadistes.

 

Ailleurs dans le pays déchiré par plus de trois ans de guerre civile, les forces pro-gouvernementales ont repoussé un assaut des djihadistes du groupe État islamique (EI) dans la province orientale de Deir Ezzor, et resserraient l’étau sur des positions rebelles dans le secteur d’Alep (nord).

Dimanche après-midi, «l’ennemi israélien a attaqué deux régions sécurisées (gouvernementales) de la province de Damas : le secteur de Dimas (nord-ouest) et celui de l’aéroport international de Damas», a accusé l’armée syrienne dans un communiqué diffusé à la télévision, précisant que les raids n’avaient causé que des dégâts matériels.

Le ministère syrien des Affaires étrangères a indiqué dimanche soir qu’il demandait au Secrétaire général Ban Ki-moon et au Conseil de sécurité de l’ONU d’imposer des sanctions contre Israël. Le ministère a qualifié ces raids de « crime atroce contre la souveraineté de la Syrie», selon l’agence de presse officielle SANA.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), Dimas est un site militaire et l’aéroport de Damas est en partie civil et en partie militaire.

«Cette agression directe par Israël a été menée pour aider les terroristes en Syrie après que nos forces eurent remporté d’importantes victoires à Deir Ezzor, Alep et ailleurs», a ajouté l’armée. «Cela apporte la preuve du soutien direct d’Israël au terrorisme en Syrie».

Dans la terminologie du régime, le mot «terroriste» englobe tous les rebelles, qu’il s’agisse des modérés ou des djihadistes.

Les autorités israéliennes n’avaient pas réagi dans l’immédiat.

 

Un assaut de l’EI repoussé

L’armée et l’aviation israéliennes ont mené plusieurs attaques contre des positions militaires depuis le début de la révolte contre le régime syrien en mars 2011.

L’aviation israélienne a aussi visé en Syrie des infrastructures appartenant au puissant mouvement libanais chiite Hezbollah ou des armes lui étant destinées. Le Hezbollah – qui soutient militairement le président syrien Bachar al-Assad – et Israël s’étaient livrés une guerre dévastatrice et meurtrière en 2006.

L’annonce de ces raids survient alors que les forces pro-gouvernementales syriennes ont connu plusieurs succès ces dernières 24 heures.

Elles ont réussi dimanche à repousser une attaque de l’EI contre un important aéroport militaire situé à Deir Ezzor, selon l’OSDH, qui a précisé que plus de 100 djihadistes et 59 combattants pro-régime avaient été tués.

D’après l’OSDH, plusieurs jihadistes ont souffert de «suffocation» en raison de l’utilisation par l’armée de chlorite.

L’aéroport militaire de Deir Ezzor est considéré comme la seule voie de ravitaillement alimentaire des forces gouvernementales dans l’Est syrien. C’est de là que les avions et hélicoptères de l’armée décollent pour des raids contre les djihadistes et rebelles dans plusieurs régions de Syrie.

 

Rencontres diplomatiques

Par ailleurs, l’armée avançait dimanche dans la province d’Alep, selon l’OSDH, qui a précisé qu’au moins 24 rebelles et jihadistes avaient été tués au nord-est de la ville éponyme. «L’armée (…) a pris le secteur de Breij», a déclaré à l’AFP le directeur de l’OSDH Rami Abdel Rahmane.

Cela signifie que l’armée resserre l’étau sur les rebelles à l’est d’Alep: «il y a une menace très réelle que la route d’approvisionnement de l’opposition soit coupée», a-t-il précisé.

Alep, deuxième ville de Syrie, est divisée depuis juillet 2012 entre secteurs loyalistes à l’ouest et secteurs rebelles à l’est. Ces derniers sont menacés depuis début octobre d’être totalement assiégés par l’armée.

Toujours à Alep, des rebelles ont fait exploser un tunnel près d’une ancienne mosquée, affirmant viser des positions de l’armée, selon l’OSDH.

La télévision officielle a indiqué que les rebelles avaient fait exploser la mosquée de Sultaniyeh. Selon l’OSDH, la mosquée n’a pas été endommagée mais 12 soldats ont été tués dans l’explosion.

Le conflit en Syrie a commencé en mars 2011 par un mouvement de contestation pacifique qui s’est ensuite transformé en rébellion armée. Celle-ci a été largement éclipsée ces derniers mois par la montée en puissance de groupes jihadistes, notamment l’EI.

Alors que les combats ont fait plus de 200.000 morts, le ballet diplomatique a repris pour tenter de mettre un terme aux violences.

L’émissaire de l’ONU en Syrie, Staffan de Mistura, discutera dans les prochains jours à Gaziantep, en Turquie, avec les chefs rebelles d’Alep d’un «gel» des combats dans cette ville.

La Russie, qui entend relancer le processus de paix, recevra de son côté mercredi une délégation d’opposants syriens tolérés par le président Assad, après des personnalités du régime fin novembre.

Le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid Mouallem, se rend lui lundi à Téhéran pour une conférence sur l’extrémisme et la violence à laquelle doit également participer Ibrahim al-Jaafari, son homologue d’Irak où l’EI sévit également.

Repost 0
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 13:30
Lockheed Martin Joins Israel's Cyberspark Intiative

 

Dec 2, 2014 ASDNews Source : Lockheed Martin

 

Lockheed Martin will join EMC, Jerusalem Venture Partners (JVP) and BGN Technologies as partner in the CyberSpark Industry Initiative, a non-profit organization established to enhance government-private sector collaboration in Israel and the wider international technology community through its cyber center, based at the Advanced Technologies Park, Beer-Sheva.

 

The CyberSpark Industry Initiative serves as a coordinating body for joint cyber industry activities with various government agencies, the Israel Defence Force (IDF) and academia.

 

Rea more

Repost 0
2 décembre 2014 2 02 /12 /décembre /2014 18:30
L’Egypte a contrecarré une tentative de l’Etat islamique visant Israël

 

1 décembre 2014, Times of Israel

 

Des hommes armés avaient détourné un bateau lance-missiles de la marine égyptienne le 12 novembre ; 8 personnes sont décédées

 

L’Egypte a contrecarré une tentative d’attaque menée par des terroristes affiliés à l’Etat islamique. Ils souhaitaient frapper des cibles israéliennes en mer méditerranéenne le mois dernier, annonce la Deuxième chaîne lundi. Les terroristes ont détourné un bateau lance-missiles de la marine égyptienne pour mener cette attaque, précise le reportage télévisé. Mais ils ont été arrêtés en mer par un navire qui les avait pris en chasse. On pense que huit personnes ont été tuées dans la bataille qui s’en est suivie. Au moment de l’incident, le 12 novembre, l’armée égyptienne avait déclaré que l’un de ses navires avait subi une attaque « terroriste » en Méditerranée.

 

Suite de l’article

Repost 0
2 décembre 2014 2 02 /12 /décembre /2014 08:30
Israël, vol au-dessus d’un nid de drones

 

26.11.2014 Par , LeMonde.fr

 

Pour le visiteur néophyte, l’atelier ultra-sécurisé de l’entreprise Israel Aerospace Industries (IAI) pourrait parfois ressembler à une salle d’exposition pour avions modèles réduits. Dans ce hangar baigné d’une lumière crue, une délégation venue d’Asie déambule entre des engins à différents stades d’assemblage, dont les plus petits peuvent être soulevés à deux mains. Mais ces appareils à la silhouette futuriste n’ont guère à voir avec le monde ludique de l’aéromodélisme : nous sommes chez Malat, la division « avion sans pilote » d’IAI.

La compagnie étatique est l’un des champions de l’Etat hébreu en matière de défense. Et le point de passage obligé pour qui veut comprendre comment Israël s’est imposé premier exportateur mondial de drones, devant les Etats-Unis. Une prouesse que ce pays de 8 millions d’habitants, plus petit que la Lorraine, est en passe de rééditer en 2014 malgré une concurrence accrue.

« Le marché local est bien trop petit pour nous : plus de 90 % de nos produits sont vendus à l’export et nous comptons une cinquantaine de clients sur les cinq continents », énumère Jacques Chemla, directeur de la branche Malat, où il œuvre depuis le début des années 1980. Avec huit sortes de drones opérationnels au catalogue, l’entreprise développe une gamme d’une rare diversité. De l’engin électrique assez petit pour être transporté dans un sac à dos au drone MALE (moyenne altitude longue endurance) Heron TP dont l’envergure est proche de celle d’un Boeing 737, en passant par le kamikaze Harop, qui détruit sa cible en fondant sur elle comme un missile. Parmi les projets en développement, le Butterfly (« papillon »), 15 grammes seulement, équipé d’une caméra miniaturisée et conçu pour voler à l’intérieur d’un bâtiment…

Selon une étude du cabinet Frost & Sullivan publiée en 2013, l’industrie israélienne des drones a totalisé 4,6 milliards de dollars (3,7 milliards d’euros) d’exportations entre 2005 et 2012. Les Etats-Unis, premier producteur mais très orienté vers le marché intérieur, arrivent derrière avec moins de 3 milliards de dollars.

 

Rôle précurseur

La formule du succès ? Un mélange d’histoire et de géopolitique, relevé d’un goût prononcé pour l’innovation et d’un fort sens commercial. Dans le hangar d’IAI, fièrement accroché au plafond, un modèle Scout de la toute première génération d’appareils télécommandés rappelle le rôle précurseur joué par Israël dans cette industrie. Le programme a été lancé juste après le désastre de la guerre du Kippour, en 1973, qui avait vu l’armée de l’air subir des dégâts considérables faute d’informations fiables.« Le pays a été pionnier, car il a très vite dû mener des conflits asymétriques, estime ainsi Yaki Baranes, expert chez Frost & Sullivan. Et, compte tenu de sa petite taille qui lui interdit de disposer d’une armée très nombreuse, il a toujours mis l’accent sur la technologie. »

Au sein de l’armée de l’air, les drones assurent déjà plus de la moitié des missions. Une place prépondérante confirmée cet été lors de l’opération « Bordure protectrice » à Gaza, où ces robots volants ont été omniprésents. Une grande conférence réunissant hauts responsables de l’armée et de l’industrie de défense, mercredi 26 novembre, près de Tel-Aviv, prévoyait justement de se pencher sur « le rôle des systèmes sans pilote pendant l’offensive à Gaza ». Cette symbiose est dénoncée par les Palestiniens, qui accusent Israël de se servir de ces conflits comme d’un laboratoire pour tester ses armements.

La proximité avec Tsahal offre à l’industrie un autre avantage : celui du « système de la réserve », comme l’appelle le spécialiste Alon Unger, organisateur de l’UVID, la principale conférence israélienne consacrée au secteur. Au sein des groupes de défense, de nombreux ingénieurs sont aussi des réservistes régulièrement actifs dans l’armée. Cette double casquette permet « un retour sur expérience rapide de la façon dont la technologie est utilisée concrètement et peut être améliorée », explique M. Unger. Elbit Systems, grand concurrent privé d’IAI, coté au Nasdaq, n’hésite pas à faire figurer la mention « combat proven »(« ayant fait ses preuves au combat ») sur la notice de certains de ses produits phares. Le groupe de Haïfa, qui n’a pas souhaité répondre à nos questions, est le premier fournisseur de l’armée israélienne en drones tactiques avec son modèle Hermes 450, capable de rester dix-sept heures en vol.

 

Applications civiles

A en croire les professionnels du secteur, la géostratégie et le partenariat avec l’armée ne sont pas les seuls arguments commerciaux des fabricants.« Notre politique de coopération avec l’industrie des pays clients est un élément décisif pour comprendre notre réussite à l’export », assure M. Chemla, qui évoque « une approche typiquement israélienne ».

Dès la phase de conception, les drones sont pensés de façon modulaire et ouverte. Le client n’est pas contraint d’acquérir les applications développées par l’entreprise mais peut choisir d’installer lui-même les charges utiles et les options. Autrement dit, les caméras, viseurs-lasers et autres systèmes de communication qui donnent à l’appareil toute sa valeur. Telle fut l’approche privilégiée par la France pour ses quatre drones MALE Harfang, codéveloppés avec EADS à partir du Heron.

IAI et Elbit sont les deux géants d’un marché qui compte localement d’autres acteurs, plus petits mais non moins dynamiques. « Nous essayons de nous battre comme David contre Goliath, en étant créatifs et flexibles », fait valoir Dany Eshchar, vice-président du fabricant Aeronautics. Pour faire la différence, l’entreprise se positionne sur un segment à fort potentiel : celui des mini-drones. Elle compte déjà 35 clients dans le monde pour son petit modèle Orbiter. Aeronautics s’engouffre aussi dans le marché des applications civiles, « encore immature mais très prometteur », selon M. Eshchar. Certains de ses drones Dominator et Aerostar sont aujourd’hui utilisés pour de la surveillance agricole, d’autres pour aider à combattre les incendies.

Si celui-ci est toujours balbutiant faute de réglementations adaptées, le marché commercial est un débouché que n’ignore plus aucun producteur. Elbit a ainsi vendu au Brésil son nouveau modèle Hermes 900 pour effectuer des missions de surveillance et de sécurité lors de la Coupe du monde de football cet été.

 

Concurrence plus rude

Les groupes israéliens étudient toutes les stratégies, soucieux de conserver leur avantage à l’heure où la concurrence se fait plus rude. La décision de la France, mi-2013, de commander douze drones Reaper à l’américain General Atomics, au détriment du Heron TP qui devait être « francisé » par Dassault, a marqué les esprits. Le marché des avions sans pilote reste promis à une belle expansion : les dépenses qui lui sont consacrées devraient doubler en dix ans pour atteindre 11,6 milliards de dollars annuels, selon une étude du cabinet Teal publiée en 2013. Mais, de la Chine à la Russie, en passant par les Emirats arabes unis ou l’Inde, de plus en plus de pays veulent aujourd’hui leur part du gâteau.

Dans cette course, l’Etat hébreu conserve toutefois de sérieux atouts. Une combinaison d’expérience et d’inventivité qu’un détour par la jeune entreprise Tactical Robotics permet d’illustrer. Physique sec, regard bleu acier, le patron, Rafi Yoeli, est un vétéran du secteur. Ancien d’IAI, il a participé au premier programme Scout. « A l’époque, ce fut une véritable percée. L’engin que nous construisons aujourd’hui est une nouvelle révolution qui marquera un tournant dans la façon dont sont utilisés les drones », affirme-t-il sans ciller.

Trônant au milieu des locaux, l’AirMule, machine étrange aux airs de voiture volante, est le résultat de douze années de travail et de 37 brevets. Cet hélicoptère sans pilote, à décollage et atterrissage vertical, a l’étrange particularité d’avoir ses rotors intégrés à l’intérieur du fuselage. Objectif : pouvoir évacuer les blessés et ravitailler les troupes dans des zones de guerre où ne peut intervenir un hélicoptère traditionnel, rendu vulnérable par le rayon de ses pales. Mi-2015, l’appareil sera testé dans le désert du Néguev (Sud).

Rafi Yoeli table sur une première commande l’an prochain et évoque de nombreuses marques d’intérêt de l’étranger. « Au début, on nous prenait pour des fous, mais sans doute est-ce bon signe », s’amuse cet ingénieur aéronautique selon lequel la formule du succès à l’israélienne se résumerait ainsi : toujours penser « out of the box ». Hors des sentiers battus.

Repost 0
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 08:30
Extended & Protected M-113 APCs?

 

23/11/2014 IsraelDefense

 

BAE and IMI offer the IDF an extended and upgraded version of the veteran M-113 APC, fitted with an active protection system and passive and reactive protection

 

Not just Merkava (NAMER) APCs? BAE and IMI have jointly offered IDF a project involving the acquisition of extended and upgraded M-113 Armored Personnel Carriers.

The need for the prompt renewal of at least a portion of the IDF APC fleet is one of the significant lessons derived from the fighting in the Gaza Strip. IDF entered the operation with an insufficient amount of protected Merkava (NAMER) APCs, and were consequently compelled to also employ outdated M-113 APCs, dating back to the 1970s. One of these APCs was bogged down owing to a technical malfunction during the operations of the Golani brigade in the northern part of the Gaza Strip, and was subsequently destroyed by an antitank missile. In the attack on the stranded APC and the subsequent evacuation operations, 13 troopers and commanders were killed and dozens were injured. IDF had to employ artillery fire in order to support the evacuation effort.

As reported in the special edition of Israel Defense magazine that concluded Operation Protective Edge (Issue #22), IDF hastened to cancel a planned cut in the manufacture of future NAMER APCs pursuant to the operation. The NAMER APCs are manufactured as a joint project with the General Dynamics Company in the USA, with some of the financing provided through US Aid funds.

During the visit by Defense Minister Ya'alon to the USA in late October 2014, it appeared that IDF will increase by 200 the number of NAMER APCs originally ordered prior to the war.

Israel Defense has learned that the joint proposal of BAE and IMI involves the renewal and upgrading of APCs in a manner similar to a project recently completed in Canada. According to the proposal, the old APCs are to be cut across the middle and extended. At the same time, all of the APC assemblies are to be replaced, including the engine and the steering system: the old joystick-driven system will be replaced by a steering-wheel driven system. The new engine has a 400hp output and this power boost will enable the fitting of 6 tons of passive and reactive protection, in addition to an active protection system.

The cost of the upgrading process can be significantly lower than the cost of a new NAMER APC, which is estimated at around US$ 5 million, but according to the proposal submitted to the IDF Ground Arm, the upgrading project is just a "complementary project" to the planned acquisition of the NAMER APCs. IDF are to review the proposal over the coming weeks.

Repost 0
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 07:30
Canon Caesar (Nexter Systems) - VBL Mistral (RTD - MBDA)

Canon Caesar (Nexter Systems) - VBL Mistral (RTD - MBDA)

 

28.11.2014 Julien Abi Ramia - magazine.com.lb

Acquis depuis la visite de François Hollande en Arabie saoudite, en décembre 2013, le contrat d’armement franco-saoudien de trois milliards de dollars a été signé le 4 novembre dernier à Riyad. Ces équipements vont permettre à l’Armée libanaise de renforcer ses capacités de dissuasion, de surveillance et d’attaque face aux menaces terroristes de plus en plus mobiles. Premières livraisons prévues pour le premier trimestre 2015. De quels types d’armements s’agit-il?

 

L’idée d’un renforcement de l’Armée libanaise émerge en octobre 2013, lors d’un entretien entre le roi Abdallah et le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian. Quelques semaines plus tard, au cours de la visite du président François Hollande à Riyad, la France et l’Arabie saoudite exprimeront leur soutien à la stabilité du Liban à l’aune de la crise syrienne. Dans ce contexte, l’armée apparaît comme l’une des rares institutions garantes de la stabilité du pays, si ce n’est la seule. Et comme elle est sous-équipée et sous-entraînée, son renforcement est une priorité stratégique. En décembre 2013, les deux pays s’accordent sur un méga-contrat triangulaire. L’Arabie saoudite s’engage à verser trois milliards de dollars à la France - 2,1 milliards d’achat de matériels et 900 millions d’entretien - une somme qui servira à équiper les Forces armées libanaises (Fal), qui choisiront leurs armes. Les négociations auront donc duré près d’un an. En août, le général Jean Kahwagi, commandant en chef de l’Armée libanaise, n’avait pas caché son impatience. «Nous avons besoin, dans la bataille actuelle, d’équipements, de matériel et de technologies (…). Il est nécessaire d’accélérer la fourniture d’aides militaires à travers la finalisation des listes des armes demandées à la France dans le cadre de l’accord de financement saoudien et de la conférence de Rome».

 

45% pour le matériel terrestre

Définie en partant d’un plan d’équipement publié par l’Armée libanaise de 2013, la liste de matériels prend peu à peu forme entre février et mars 2014. Les débats font rage entre les partenaires, le commandant en chef de l’armée faisant régulièrement part de son impatience, voire de son irritation. Des intermédiaires locaux tentent de s’inviter à la table des négociations, sans succès. En avril, la «shopping list» est enfin validée à Riyad. Que contient-elle?

 

VAB Mark III  - Renault Trucks Defense

VAB Mark III - Renault Trucks Defense

Le matériel terrestre engloutit 45% des financements saoudiens, la commande comprend des véhicules blindés d’infanterie (VAB) Mark III fabriqués par Renault Trucks Defense (RTD). Le VAB est un véhicule polyvalent, conçu à l’origine pour le transport de troupe, qui peut intégrer des systèmes d’armes, de communication ou bien servir de poste de commandement. Il s’agit du véhicule de base des régiments d’infanterie sur les théâtres des opérations. Le nombre de VAB n’est pas encore connu, mais on parle d’une centaine au maximum, selon des sources françaises.

 

La liste détaillée du matériel français. Quelles armes pour le Liban ?

Deuxième entrée de cette liste, des véhicules blindés légers (VBL), également fabriqués par RTD. Plus petit que les VAB, il permet d’effectuer des reconnaissances sur les terrains d’opération ou des liaisons sous blindage, tout en étant protégé contre les attaques. Les VBL livrés seront sans doute équipés de mitrailleuses antichars, voire de missiles antiaériens Mistral (MBDA).

 

La liste détaillée du matériel français. Quelles armes pour le Liban ?

Troisième entrée, une vingtaine de Caesar fabriqués par Nexter Systems, des camions équipés de système d’artillerie. Il s’agit d’un canon automoteur de 155 mm, long de 52 calibres, soit un peu plus de huit mètres, d’une portée de près de 50 kilomètres, capable de tirer huit coups par minute.

 

Des Gazelle armés de Hot

 

photo ADC O Dubois Armée de Terre

photo ADC O Dubois Armée de Terre

Pour le matériel aérien, qui représente 30% des financements, l’Armée libanaise recevra des hélicoptères d’attaque Gazelle d’occasion, armés, chacun, de quatre missiles Hot. Leurs principales missions sont la reconnaissance jour/nuit et la destruction de blindés ou d’ouvrages protégés. Longs de 12 mètres et hauts de 3,19 mètres, les Gazelle se sont particulièrement illustrés pendant la première guerre du Golfe, et plus récemment en Libye et en Côte d’Ivoire.

 

Drone SDTI - photo Armée de Terre

Drone SDTI - photo Armée de Terre

Dans la liste figurent également des hélicoptères de transport de type Cougar et des drones tactiques de renseignement militaire SDTI, fabriqués par Sagem, qui transportent des caméras gyrostabilisées permettant la prise d’images aériennes en lumière visible et en infrarouge, le suivi et la désignation de cibles et assurent l’appui des troupes au sol et le réglage des tirs d’artillerie.

Sur mer, trois ou quatre patrouilleurs font partie de la shopping list. Ils seront fabriqués par les Constructions mécaniques de Normandie (CMN), présidées par Iskandar Safa. Une seule livraison souhaitée par le Liban a fait l’objet d’un veto français: des missiles antinavires Exocet. Ces engins, de peu d’usage contre les groupes terroristes, auraient en revanche menacé la marine israélienne au large des côtes libanaises. Autre déception, l’état-major libanais souhaitait acquérir des chars de combat. Il espérait acheter des Leopard 2 d’occasion de fabrication allemande, mais il s’est heurté au veto de Berlin. Paris était prêt à céder des Leclerc, mais leur coût d’achat et de maintenance s’est avéré trop élevé. Pour des raisons financières, le Liban a également renoncé à acquérir des missiles sol-air Crotale et des véhicules blindés de combat d’infanterie (VBCI).

Le montage complexe de ce contrat, avec un payeur, un vendeur et un receveur différent, explique en grande partie le retard pris pour la finalisation de l’opération. Pour faciliter les négociations, la France et l’Arabie saoudite ont fait appel à l’Odas, un organisme codétenu par l’Etat français et les industriels de la défense, créé à l’origine pour représenter la France dans les grandes ventes d’armes en Arabie saoudite. Dirigé par l’ancien chef d’état-major des armées, l’amiral Edouard Guillaud, Odas se charge de conduire l’opération, avec des appels d’offres express adressés aux industriels. Durant les mois d’avril et de mai, une vingtaine de sociétés françaises sont sélectionnées. Reste à obtenir l’aval du ministère saoudien des Finances, Ibrahim el-Assaf. L’accord est trouvé en juillet, juste avant la grande coupure du Ramadan. En tout, ce seront 31 contrats que l’Arabie saoudite a signés avec la France par l’intermédiaire d’Odas.

 

Riyad sous pression de l’Iran

En coulisse, les tractations se succèdent. L’Iran, soutien du Hezbollah, suit avec attention l’avancée du processus. Israël regarde aussi avec inquiétude les négociations franco-saoudo-libanaises, pressant Paris de limiter la liste des équipements français transférés, notamment les missiles, craignant qu’ils puissent être récupérés par le Hezbollah. «Israël est un pays ami de la France, ses questions sont légitimes, mais cela n’a modifié en rien le projet», expliquent des sources françaises proches du dossier.

En réalité, l’Iran aura servi de détonateur. Car Téhéran a proposé à Beyrouth un don d’un milliard de dollars pour s’équiper militairement. L’Iran avait même donné carte blanche aux Libanais dans le choix des armements. Des livraisons qui auraient pu s’accompagner de la venue de conseillers militaires iraniens. Une opération qui était «un vrai souci» pour l’Arabie saoudite, d’où le nouvel empressement de la famille royale à finaliser le contrat.

Des discussions techniques et des marchandages sur le taux de change dollar/euro doivent se poursuivre au cours des trois prochaines semaines, avant le premier versement. Les livraisons s’étaleront sur trois ans, jusqu’en 2018, pour les hélicoptères Cougar, qui seront livrés en dernier, et les contrats de maintenance sur dix ans. Ce plan d’équipement s’accompagne d’un programme de formation opérationnelle des militaires libanais, confié à l’armée française. Selon des sources proches du dossier, les Saoudiens ont mis des exigences claires: ils ne voulaient pas de déperdition d’argent. Lorsque le 4 novembre, Ibrahim el-Assaf et Edouard Guillaud signent le contrat de livraison, il s’agit d’une étape technique, mais importante, parce que sa finalisation était impatiemment attendue par Beyrouth.

 

Derniers détails
Selon la presse libanaise, une délégation technique française s’est rendue à Beyrouth, il y a quelques jours, pour mettre la dernière main sur le contrat franco-saoudien de livraison d’armes au Liban avec le commandant en chef de l’armée, Jean Kahwagi. Au cours de ces réunions bipartites, les responsables de l’Armée libanaise ont spécifié le type d’armes et de munitions dont ils ont besoin. Il y a quelques jours, il restait encore entre 150 à 300 millions de dollars à dépenser. Selon un responsable français cité par le journal, les négociations ne nécessitent pas plus de cinquante jours pour que l’affaire soit conclue.

 

Repost 0
21 novembre 2014 5 21 /11 /novembre /2014 16:55
BPC Vladivostok est désormais dans la forme Joubert  21 nov 2014 photo Thierry Hameau Ouest France

BPC Vladivostok est désormais dans la forme Joubert 21 nov 2014 photo Thierry Hameau Ouest France

 

20/11/2014 Par Isabelle Lasserre – LeFigaro.fr

 

La tension avec la Russie fait craindre à certains la réédition du scénario des vedettes de Cherbourg. En 1969, pendant la nuit de Noël, les services secrets israéliens avaient exfiltré clandestinement les navires lance-missiles.

 

L'incident s'est produit lundi, lorsque les 400 marins russes en formation depuis le début de l'été à Saint-Nazaire, sur le Vladivostok, ont voulu emménager définitivement sur le bâtiment de projection et de commandement (BPC). La date officielle de livraison du Mistral à la Russie ayant été fixée au 14 novembre, en tout cas jusqu'à ce que l'État français annule la cérémonie de «remise des clés» organisée par le constructeur DCNS, les matelots ont fait comme si rien n'avait changé. Leur formation étant terminée depuis plusieurs jours, les dernières manœuvres en mer également, ils ont voulu transférer leurs affaires personnelles du bateau- école Smolny, où ils passaient toutes les nuits, sur le Vladivostok, qui est désormais prêt à prendre la mer. Mais ils en ont été empêchés. Et s'iIs ont depuis été autorisés à remonter sur le bateau, c'est seulement pendant la journée. «En transbordant leurs affaires sur le Vladivostok, les marins auraient pris possession du bateau, qui serait devenu russe. Il aurait été très difficile de les déloger. Ce déménagement, c'était peut-être le signal qu'ils préparaient leur départ…», confie une source bien informée.

 

Les autorités françaises auraient-elles peur que les marins russes filent à l'anglaise? Qu'ils rééditent le scénario des vedettes de Cherbourg, en décembre 1969, la nuit de Noël? Le contrat de vente de 12 vedettes lance-missiles à Israël remonte à 1965. Mais avec la guerre des Six-Jours (juin 1967), de Gaulle décrète un embargo sur les ventes d'armes - offensives - à destination d'Israël. Après le raid israélien sur l'aéroport de Beyrouth en décembre 1968, il rompt également le contrat des vedettes. Elles fausseront pourtant compagnie à leurs gardiens français en appareillant dans la nuit du 24 au 25 décembre 1969, à 2 heures du matin, pour rejoindre triomphalement le port de Haïfa. À l'époque, la manipulation des services secrets israéliens avait ridiculisé les autorités françaises. Des historiens affirment cependant que le gouvernement français avait été informé des intentions israéliennes et qu'il avait laissé faire, les vedettes ayant déjà partiellement été payées.

 

Surveillance discrète

 

Entièrement acquitté par la partie russe, le Vladivostok connaîtra-t-il le même destin? «J'ai peur qu'un matin on se réveille et que le Vladivostok ne soit plus là», confie une source proche du dossier. Elle ajoute: «Nous y pensons depuis longtemps. Les Russes sont des partenaires, mais mieux vaut parer à toutes les éventualités.» Pendant les essais en mer, le Vladivostok a fait l'objet d'une surveillance discrète mais serrée des forces de sécurité françaises. Là aussi, Cherbourg fournit un précédent: avant l'opération d'exfiltration menée par les Israéliens, deux vedettes avaient réussi à quitter les eaux territoriales françaises pendant des essais réalisés en mer… Les forces de l'ordre du ministère de l'Intérieur auraient récemment renforcé les mesures de surveillance dans le port de Saint-Nazaire. À quai, enserré dans un bassin clos, il faudrait aujourd'hui au Mistral, s'il voulait appareiller clandestinement, franchir plusieurs écluses et bénéficier de complicités locales...

Repost 0
17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 17:50
German A400Ms to get J-Music DIRCM

 

Nov. 17, 2014 by Arie Egozi – FG

 

The German air force’s Airbus A400M transports are to be equipped with the J-Music mutli-spectral directed infrared countermeasure (DIRCM) system by Elbit Systems.

 

Read more

J-Music System - photo Elbit Systems

J-Music System - photo Elbit Systems

Repost 0
17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 17:30
Israeli C-130Js stretch legs for air force

 

Nov. 17, 2014 by Arie Egozi - FG

 

Tel Aviv - The Israeli air force is adding the newly introduced Lockheed Martin C-130J to its long-range operational capabilities, having recently performed a proving flight that helped to develop its tactics for using the"Samson". During the long-range flight, the air force conducted a sortie over the skies of Greece, Romania and Bulgaria.

 

Read full article

Repost 0
17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 08:30
Une révolution arabe dans les affaires militaires

 

11.06.2014 par Michel Goya – la Voie de l’Epée

 

A la fin de 2006, la position américaine en Irak est critique. La plupart des Alliés de la coalition se replient et la tentation politique est forte aux Etats-Unis de faire de même. Les Américains sont finalement sauvés par les erreurs de l’Etat islamique en Irak (EEI) qui, par son intransigeance et sa brutalité, a provoqué l’hostilité des organisations nationalistes et des tribus sunnites. Les Américains innovent en acceptant une alliance avec ces anciens ennemis regroupés dans le mouvement du Sahwa (Réveil). Ils déploient ensuite des moyens considérables (dix brigades dans la seule région de Bagdad) qui s’associent à l’armée irakienne et aux miliciens du Sahwa pour reprendre le contrôle des rues de Bagdad. Cette armée des rues est alors bien loin des Joint Vision 2010 et 2020, toutes de haute-technologie, développés à la fin des années 1990. Il faut quand même dix mois d’effort et encore 600 morts pour chasser l’EII de Bagdad et en faire une organisation résiduelle, mais toujours présente, dans les franges nord de l’Irak arabe.

 

Cette campagne est la dernière menée de cette manière par les forces américaines. Face à l’armée du Mahdi, qui tient encore solidement l’immense quartier chiite de Sadr-City (deux millions d’habitants dans un rectangle de 5 km sur 7) au nord de Bagdad le mode d’action utilisé est l’inverse de celui qui a été utilisé contre l’EEI. Perfectionnant les méthodes déjà utilisées en 2004 à Nadjaf contre les mêmes Mahdistes, il ne s’agit pas d’un étouffement par un quadrillage étroit mais d’un combat d’usure mené par des feux précis à distance et cherchant à influencer les décisions du leader adverse, avec qui, contrairement à l’EII, il est possible de négocier. Les Américains rejoignent ainsi la nouvelle approche israélienne. A partir de la fin mars 2008, Sadr-City est bouclé par un mur et les combattants chiites y sont traqués pendant plusieurs semaines par un puissant complexe « reconnaissance-frappes ». Le 12 mai, Moqtada al-Sadr, le leader mahdiste, déclare le quartier ouvert à l’armée irakienne et se réfugie en Iran. L’armée du Mahdi a perdu plus d’un millier de combattants, pour 22 Américains et 17 irakiens, mais, même en sommeil, elle existe toujours et continue à jouer un rôle politique important.

 

Ces victoires tactiques et le retournement d’alliance de l’ennemi irakien sunnite, le plus difficile de tous, donnent suffisamment de marges de manœuvre politiques pour négocier un repli honorable en 2010. La victoire militaire a été acquise au bout de cinq ans, par défaut au prix de pertes (4 500 morts et 32 000 blessés graves) plusieurs fois supérieures au cumul de tout ce que l’armée professionnelle américaine a pu connaître depuis 1970. Les groupes sunnites de guérilla ou l’armée, chiite, du Mahdi, plus proche du modèle du Hezbollah ont été bien plus efficaces que les armées régulières dans la manière de réduire ou d’éviter la « « supériorité informationnelle » américain et donc aussi sa puissance de feu.

 

Le corps expéditionnaire américain a été contraint de se transformer en force de contre-guérilla où le fantassin s'est révélé le système d’arme le plus performant. Comme après la guerre du Vietnam, l’effort américain, y compris financier, a cependant été tel qu’il dissuade cependant de recommencer l’expérience de la guerre au milieu des populations arabes. La présence militaire américaine reste malgré tout très forte dans les monarchies du Golfe mais elle s’exprime de manière indirecte à leur profit, comme au Yémen, mais pas en Irak.

 

La méthode de l’action à distance est reprise par les Israéliens à la fin de 2008  avec l’opération Plomb durci contre le Hamas à Gaza. Pendant 22 jours, le territoire ceinturé de Gaza est frappé par des milliers de raids aériens et de tirs d’artillerie, puis traversé de quelques raids blindés, tandis que le Hamas tente de frapper, également à distance, la population civile israélienne. Comme à Sadr-City, le résultat tactique est atteint, le Hamas est affaibli et cesse ses tirs de roquettes, par ailleurs de plus en plus inefficaces face au système de défense israélien. Les pertes sont limitées à dix morts israéliens contre 50 à 80 fois plus pour l’ennemi mais comme en Irak il n’y a là rien de décisif. L’ennemi est toujours présent et peut même, par sa simple survie face à une grande puissance militaire, proclamer aussi la victoire. Les Israéliens réitèrent avec l’opération Pilier de défense en 2012 avec des résultats similaires quoique de moindre échelle.

 

En mars 2011, en Libye, une nouvelle Coalition occidentale renoue avec la guerre interétatique, non pas sur le modèle des guerres contre Saddam Hussein mais plutôt sur celui de la lutte contre l’Etat taliban, dix ans plus tôt. Les nouvelles contraintes diplomatiques mais aussi les réticences de beaucoup de nations à engager des troupes au sol imposent une action de combat à distance, presque entièrement aérienne, combinée à l’aide des groupes rebelles au colonel Kadhafi. En octobre, la victoire est acquise avec la prise de Tripoli puis de Syrte et surtout la mort de Kadhafi. Il aura donc fallu six fois plus de temps à l’OTAN, l’organisation militaire la plus puissante de tous les temps avec 80 % du budget de défense mondial, pour parvenir à un résultat similaire à celui obtenu en octobre 2001 lorsque les Taliban ont été chassés d’Afghanistan. L’ennemi s’est adapté rapidement selon les procédés habituels, à la suprématie aérienne des Alliés et les frappes n’a pas eu plus d’effet sur la volonté de Kadhafi que celle des Israéliens sur la direction du Hezbollah en 2006. La méthode est donc assez aléatoire. Les Alliés constataient ensuite que dans un « combat couplé » l’efficacité première vient d’abord de celui qui est au sol et qui mène les actions décisives. Il fallut donc attendre la formation de groupes terrestres rebelles efficaces pour exploiter l’affaiblissement de l’ennemi par les airs. Ce qui a été fait contre Kadhafi ne le sera pas contre le régime d’Assad en Syrie, témoignage des contraintes diplomatiques croissantes et surtout de l’inhibition des Américains, sans qui aucune guerre interétatique d’importance ne peut plus être lancée.

 

De fait, les groupes islamistes ont remplacé, durablement semble-t-il les Etats arabes comme ennemis actuels ou potentiels des Etats-Unis et de leurs alliés. Ces groupes se développent même à l’intérieur des pays arabes, notamment dans les Etats détruits par les Occidentaux, ou les Etats voisins affaiblis, comme le Mali. La France est finalement la seule nation occidentale à accepter de les y affronter directement, au Nord Mali en janvier 2013. Elle y réussit en renouant avec ses méthodes d’intervention classiques. Une brigade aéroterrestre est déployée en quelques jours et le terrain repris à un ennemi qui avait encore peu d’emprise sur la population locale. La réduction de la base d’AQMI dans les montagnes des Ifoghas ou du MUJAO dans la région de Gao s’apparente ainsi plus à la prise de Falloujah, vide d’habitants, en novembre 2004, qu’au contrôle des rues de Bagdad deux ans plus tard.  De la même l’acceptation du combat rapproché avec une infanterie solide et sa combinaison avec de la puissance de feu indirecte a permis de détruire l’infrastructure ennemie. Malgré les risques pris, la victoire tactique est nette et le coût humain étonnamment réduit avec un soldat français perdu pour 80 ennemis. L’ennemi détruit ou chassé du Mali est cependant modeste, inférieur en volume aux forces rebelles de la seule ville de Falloujah, et toujours présent dans la région. L’opération française s’est transformée à son tour en campagne d’usure à l’échelle du Sahel, en superposition des forces locales et interafricaines fragiles à qui revient le soin de contrôler le terrain. Dans le même temps, c’est l’Etat islamique qui revient sur le devant de la scène en se territorialisant à son tour.

 

D’un point de vue tactique, ces para-Etats islamiques ont su profiter des réseaux de la mondialisation, notamment des trafics d’armes légère, pour équiper des armées idéologisées. Ils bénéficient maintenant de plus en plus, grâce à des sponsors étrangers puisant eux-mêmes dans l’aide russe, d’une nouvelle génération d’armements légers. C’est entre autre avec ces missiles antichars ou ces RPG-29 servis par une infanterie professionnelle que le Hezbollah a tenu tête à l’armée israélienne en 2006 ou le Hamas à l’été 2014. Associés à une organisation du terrain très poussée et en attendant de nouveaux missiles antiaériens, ils sont devenus particulièrement résistants. Leur capacité offensive anti-civile, par attentats-suicide, roquettes et missiles, est devenue en revanche inopérante face au système défensif israélien (barrière, défense anti-roquettes et anti-missiles). On assiste donc sur le front israélien à une forme de neutralisation réciproque qui ne peut être rompu qu’en acceptant des pertes élevées comme le découvre Tsahal à l’été 2014 en perdant six fois plus de soldats que lors de l’opération Plomb durci six ans plus tôt.

 

L’Etat islamique, nouvel avatar de l’EII, est la nouvelle organisation djihadiste à parvenir à se territorialiser à partir de 2013 en Syrie et en Irak. Ce groupe se distingue de ses prédécesseurs par sa maîtrise du swarming offensif, à base de troupes motivées et mobiles. L’emploi de petites unités sur pickup se coordonnant spontanément, n’est pas nouveau. Il est simplement rendu possible en Irak par l’absence, nouvelle depuis la départ des Américains, d’une capacité de destruction aérienne massive en particulier par hélicoptères d’attaque. C’est ainsi que l’EI s’est emparé de Mossoul et d’une partie des villes du Tigre alors qu’il procédait plutôt par infiltration sur l’Euphrate. Il y a acquis ressources locales et prestige international mais il est sans doute parvenu aux limites de son expansion. Il n’est pas évident que malgré ses prises matérielles (les Américains avaient pris soin de ne pas équiper l’armée irakienne d’armes d’infanterie sophistiquées), l’EI ait franchi le seuil tactique de la techno-guérilla.

 

Face à l’EI, le nouvel engagement américain, soutenu par quelques alliés, témoigne surtout d’un embarras tactique. La campagne d’usure qui est lancée manquerait déjà singulièrement de puissance pour imposer une négociation favorable, à l’instar du siège de Sadr-City ou des campagnes contre le Hamas. Elle est totalement inadaptée à l’objectif de destruction pourtant proclamé. La RMA n’est plus ce qu’elle était. Elle ne fait plus peur à des Arabes qui ont su trouver, par essais et erreurs, des moyens de la contrer. Le plus puissant d’entre eux est une forte détermination. La révolution arabe dans les affaires militaires est d’abord une révolution humaine, au sens d'une manière nouvelle de voir le monde, manière que l’on peut qualifier de monstrueuse par de nombreux aspects mais dont on ne peut nier la force.

Repost 0
17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 08:30
The “Merkava” celebrates 35 years of service in the IDF

 

29.10.2014 Tsahal

 

Thirty-five years ago, after several years of development and months of training, the “Merkava I” tank, the first completely armored Israeli vehicle, began its active service in the IDF. Today, the “Merkava” is a key factor in the IDF’s forces.

 

Since its first operational activity during the First Lebanon War in 1982, the “Merkava” has proven itself as the best tank on the battlefield, outshining the T-72 tanks supplied to the Syrian army by the Soviet Union. Ever since, the Merkava has fought on every front, always fulfilling its mission.

Today, the “Merkava MK-IV”, which came into use in 2004, is the most modern of the “Merkava” tanks. It includes a fire control system that allows it to shoot down helicopters, a Battle Management System which allows different vehicles to communicate in the battlefield, and a caterpillar track system that allow it to move over all types of terrain.

Sgt. Menachem, the tank commander of one of the “Merkava IV” tanks in the 401 Armored Brigade, explains the capabilities of this advanced vehicle. “The ‘Merkava IV’ tank is the most modern in the world,” he said. “It is stronger, more powerful and more resourceful than every other tank in its category. As a tank commander, I can say with certainty that the ‘Merkava IV’ is the king of the battlefield in urban combat.”

 

The “Merkava” celebrates 35 years of service in the IDF

The tank was built for the crew

 

2nd Lieutenant Jeff Ben Ari, a platoon commander in the 401 Armored Brigade, explained that, “The ‘Merkava IV’ is different than other tanks in a sense that the engineers did not build it thinking how the crew would maneuver it. They designed it thinking how the tank would protect the crew.”

“The engine is placed in the front of the tank in order to serve as additional protection and the shielding materials are cutting edge technology. Most importantly, we have an active protection system, the Trophy, which intercepts anti-tank missiles before they can reach us,” said 2nd Lt. Ben Ari.

“The capabilities of the ‘Trophy’ were reflected during Operation Protective Edge,” said 2nd Lt. Ben Ari. “A group of armed Hamas terrorists fired a RPG-27 anti-tank missile at one of our company’s tanks, but the ‘Trophy’ system intercepted it before it reached the tank.”

 

A 360° view of the battlefield

 

“In the tank, we are four soldiers. You have the driver, the loader, the gunner and the tank commander,” said 2nd Lt. Ben Ari. “But there is a fifth crew member: the Battle Management System. It shows us where the other tanks are and where the forces on the ground are located. It helps us navigate without looking left and right all the time. We can operate without it, but it is clearly a huge advantage.”

 

The “Merkava” celebrates 35 years of service in the IDF

“There is an air conditioner in the tank, which may seem trivial, but given the climate in the Middle East, it makes a difference,” explains 2nd Lt. Ben Ari. “Additionally, the ‘Merkava IV’ can accommodate an infantry squad or wounded soldiers, so that they can safely reach their destination.”

Thanks the advanced technology of the “Merkava IV”, the soldiers of the Armored Corps can proudly and safely continue to serve and defend the State of Israel on the battlefield.

Repost 0
17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 08:30
Israel Air Force Hones Patriot Batteries for UAV Defense

 

Nov. 16, 2014 - By BARBARA OPALL-ROME – Defense News

 

Scores First Enemy Intercept in 30-Year History of US-Built System

 

TEL AVIV — With newly war-tested batteries of drone-killing Patriots, air defenders of Israel Air Force (IAF) Wing 168 are earning equal footing with F-16s in guarding the skies against new and growing unmanned threats.

 

The Wing’s Patriot force forms the ground-based node of Israel’s extensively integrated air defense network — historically junior partner to IAF fighters in their joint intercept mission against air-breathing threats.

 

But as traditional threats from fast-flying fighters and other manned aircraft give way to a surging new spectrum of slow, potentially combat-equipped UAVs, Wing 168 and its US-built force is proving a prime time option for frontline defense.

 

Three times in the past four months, US-built Patriot batteries of Wing 168 made history here and for users worldwide by blasting UAVs out of the skies that had penetrated Israel’s northern and southern borders.

 

The first intercept came on July 14 against a Gaza-launched drone. Israeli Patriots scored again on July 17 against the second and last of the unmanned aircraft attempting to penetrate from Gaza during the 50-day war.

 

The third unmanned target came from the north and was quickly destroyed in an Aug. 31 intercept near the Syrian border.

 

Prior to last summer’s Gaza war, Israel-operated Patriots shared the same track record as all other anti-air variants built by Raytheon for the US Army and at least 10 other countries: Zero intercepts of enemy aircraft.

 

They came close in October 2012, maintaining full target tracking of a Lebanon-launched UAV as it flew over two-thirds of the country. “Our Patriots were ready for intercept orders,” recalled Brig. Gen. Doron Gavish, IAF air defense commander at the time.

 

 

The mission ultimately went to F-16s, which downed the target just north of Israel’s nuclear facility in the southern Negev desert.

 

Nearly a decade earlier, US Patriot batteries forward deployed in Iraq came tragically too close, mistakenly intercepting a British Tornado and an F/A-18.

 

Three allied airmen were killed by friendly Patriot fire in March and April of 2003 in attacks marking an all-time low in the 30-year operational track record of the US anti-air system.

 

But from that all-time low, officers and experts say inherent UAV-killing capabilities recently validated by Wing 168 will eventually benefit other nations that rely on Patriot anti-air batteries to defend against growing unmanned threats.

 

A senior IAF commander noted that just a decade ago, the threat from UAVs was rare. “Today, it’s a huge problem. We bear the brunt of it today, but soon many others will face similar threats.”

 

He was interviewed Nov. 11, a day before Iran’s state-run Press TV released footage of what Tehran claims is the maiden flight of an the unmanned system reverse-engineered from a US RQ-170 Sentinel captured in late 2011.

 

At the time, the Pentagon confirmed Iranian’s claims that the reconnaissance UAV took off from Afghanistan. It has not commented on Tehran’s parallel claim that its cyber forces hacked into the aircraft’s control system, forcing it to land in Iran.

 

Herzl Bodinger, a retired major general and former IAF commander, said enemy states and non-state terror organizations are expanding their arsenals of UAVs as a cheap and more effective way to attack Israel by air.

 

“Enemy states have learned not to challenge our airspace and lose their prize assets,” he said.

 

Far overshadowing the UAV threat from Gaza that debuted in last summer’s war with Hamas is the increasingly capable unmanned force amassed by Hezbollah since Israel’s 2006 Lebanon war.

 

Maj. Gen. Yair Golan, a former commander of Israel’s Northern Command, estimated that Lebanon-based Hezbollah holds “an unlimited number” of UAVs initially supplied by Iran and since supplemented by a range of other systems.

 

Also in Syria, experts here cite an uptick in UAV use by forces loyal to President Bashar al-Assad, some of which may have fallen into hands of insurgents fighting to topple the Damascus regime.

 

As the officer who took command of the IAF a year after Patriots were first deployed here during the 1991 war in Iraq, Bodinger said the system that initially disappointed Israel as an anti-missile interceptor has provided significant added value in its anti-air role.

 

“For our purposes, the Patriot is excellent against aircraft; a critical part of our continuously upgraded system of integrated air defenses.”

 

Raytheon spokeswoman Bailey Sargent deferred to the Israeli government and the IAF when contacted for comment. “Patriot is the air and missile defense system of choice for 13 countries around the world,” was all she had to say.

 

Healthy Competition

 

Israeli officers roundly acknowledge that the first UAV to breach sovereign airspace — an Iranian Mirsad launched from Lebanon in late 2004 — came by surprise.

 

When pressed, most also acknowledge that the second unmanned infiltration from Lebanon, in April 2005, was a mistake. Israel’s integrated air defenses were not yet fully honed against the small, stealthy unmanned threat.

 

“It’s like finding a needle in a haystack,” retired Maj. Gen. Eliezer Shkedy, then commander of the IAF, told Defense News at the time.

 

By the time war broke out in Lebanon in June 2006, the IAF’s fortified target detection and classification network helped F-16s score their first intercept against a Hezbollah Ababil.

 

At least five unmanned planes have penetrated Israeli airspace since then, three of them destroyed in recent months by Wing 168.

 

“Today, we’re finding many needles in the haystack,” Col. Chemi Bar-El, 168 Wing commander, said.

 

Bar-El acknowledged “a healthy competition” between ground- and air-based nodes of the net, which provide multiple options for each target.

 

With such limited airspace and so many threats, Bar-El said Israeli air defenders don’t have the luxury of finding out in real time the intentions of unauthorized penetrations.

 

“We have a very clear policy: If it flies it dies,” Bar-El said.

Repost 0
17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 08:30
IAF Develops Cognitive Simulator

 

12.11.2014 Noa Fenigstien - IAF

 

Juggling between flying an aircraft while reading flight data from its systems at the same time is not an easy task for a pilot. A new simulator developed in the IAF is aimed to meet that exact challenge

 

During flight, helicopters pilots are required to juggle between flying, operating the helicopter systems, responding to threats, landing and processing flight data. The flight data is presented in front of the pilots and they are required to split their attention between the data and their surroundings.

 

"Maneuvering between the flight data and the surroundings is similar to watching a TV show while reading the subtitles", explains Major Avshalom Gil-Ad, Head of Human-System interface in the IAF. "We decided to try and accelerate the learning process using a cognitive trainer, aimed to speed up thinking process".

 

"Develop a different training"

The simulator, developed by the IAF, consists of basic flight systems and 3D glasses with sensors reacting to head movements.

The user "flies", while the simulator displays images of vehicles for the pilot to classify. In addition, the pilot has to simultaneously maintain strict flight restrictions such as flight path and altitude.

 

"Our goal is to develop the splitting of attention among the helicopter pilots", explains Major Gil-Ad. "The simulator allows us to develop a different training strategy for each individual pilot based on his strengths and weaknesses".

As of now, the simulator goes through trial-runs at the "Blackhawk" simulator squadron in "Palmachim" Airbase and scheduled to enter training program during 2015.

Repost 0
17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 08:30
Maoz - photo Rafael

Maoz - photo Rafael

 

3/11/2014 Ami Rojkes Dombe

 

At Rafael they understand that the frequency of wars fought in urban environments will increase. For this reason, they have recently launched two new products - a precision rocket and a tactical rotorcraft

 

Rafael aspires to enter the world of artillery and for this purpose they developed "Iron Flame" – an autonomous precision artillery rocket system, immune to GPS jamming that produces minimum collateral damage. With this product, Rafael has succeeded in offering a relatively inexpensive precision guided, long-range weapon designed specifically for urban warfare. The rocket relies on image comparison navigation – a capability derived from the field of aerial munitions in which Rafael specializes.

 

"During the Yom-Kippur War, 70,000 artillery shells were fired and during the Second Lebanon War 150,000 shells were fired. This is a weapon system with very limited effectiveness. If you aim to hit a specific house, you might hit another house," explains Aviram L., marketing manager at Rafael's Precision Tactical Munitions Administration. "Our system makes it possible to hit targets accurately even in a scenario saturated with GPS jammers. We have a (guidance) capability based on image comparison. It is a unique Rafael capability that makes it possible to execute a very accurate strike even in urban scenarios, using aerial reconnaissance photographs as a reference image."

 

The system consists of rocket canisters and mobile launchers. The nose of each rocket contains a guidance unit (which incorporates an uncooled IR camera, a computer, a navigation system, fins for aerodynamic steering and a battery supplying power). The rocket body contains an integral penetration warhead and a rocket engine. The mode of employment is selected according to the scenario and the mission at hand: autonomous acquisition and homing, acquisition and homing onto a laser spot or inertial homing combined with GPS.

 

The system can also deal with mobile targets using laser designation, but Aviram stresses that the system was not originally intended to handle mobile targets. "An artillery system is intended to handle stationary targets. That is its primary function," says Aviram. "We analyzed artillery scenarios, with the objective of destroying a (specific) house as the primary scenario. We wanted a weapon that avoids a high degree of dispersion owing to the collateral damage. Our working assumption was that the world is going in the direction of urban warfare, as in the near future most of the territory will be built up. In an open area, accuracy is less important."

 

As in the world of missiles, the launcher of the Iron Flame system is fixed and the missile maneuvers along an optimal trajectory. The people of Rafael say that two capability-proving trials have already been conducted. The Iron Flame launcher consists of 10 tubes and may be installed on land platforms, including Jeeps, as well as on naval platforms.

 

While other missile systems, such as the Spike system, involve a man in the loop, the Iron Flame system operates autonomously: the operator loads the target into the system by "stabbing" an image, and the system launches the rocket. The process of loading the image into the system takes a few seconds. Aviram says that targets may also be loaded into the system using Google Earth. "The system is open to any accurate map reference system. We aim at the international market, where most of the systems are GPS-based."

 

Maoz: Tactical Loitering Surveillance System

 

Along with the Iron Flame system, Rafael has unveiled another tool that can come in handy in urban warfare situations – the Maoz. It is a tactical rotorcraft possessing surveillance capabilities, which had been designed specifically for maneuvering infantry forces. The Maoz may be used for short-range surveillance missions. It can operate in urban warfare scenarios and in open terrain and cope with entangled fortified areas, built-up areas and subterranean spaces (inside buildings and tunnels) with no line of sight between the operator and the target.

 

How does it work? The operator carries several rotorcraft and a light control unit (a touch screen) in his combat vest. When required, he pulls the loitering rotorcraft out of its canister and positions it on the ground. The rotorcraft is then launched into the air and transmits a real-time image. A warfighter who had received specialized training in flying the rotorcraft in a combat zone will guide the Maoz toward its target using a simple operating routine.

 

"Rafael aims at the tactical world. Products like the Mini-Spike and Spike SR are aimed at the platoon/company echelon with the purpose of being accessible to every trooper. We wanted to manufacture something that would come packaged in a convenient, compact packaging. It was a substantial challenge," explains Aviram.

 

In a built-up area, the operating range of the Maoz is 1.5 kilometers. It can operate at a height of 50 meters and remain airborne up to 30 minutes or up to eight hours in a fixed surveillance position. It includes daytime surveillance measures (CMOS) and active night illumination that enable it to detect human targets at a range of 180 meters. It can chart a building/tunnel in 3D and also has backup sensors for navigation. Inside a building, navigation is carried out through image processing. The people at Rafael say that at the moment, the Maoz is at the demo stage and undergoes preliminary tests. "It is a new idea that we have never developed in the past. We do not yet know what we are missing, and for that we would require an operational examination," says Aviram.

 

"We think that in the long run, the urbanization trend will continue. Since the War of Independence through the Yom-Kippur War to this day, urban warfare scenarios have been occupying an increasingly higher volume. If we can offer attractive solutions for this scenario, we will be ahead of the market."

Repost 0
16 novembre 2014 7 16 /11 /novembre /2014 17:30
Les enseignements militaires de la guerre de Gaza

 

06/11/2014  - CDEF/DREX/Bureau Recherche/Col Goya

 

L'armée de Terre israélienne est parvenue, par l'opération Bordure Protectrice  en juillet-août 2014, à détruire les capacités offensives du Hamas. Toutefois, elle a connu un niveau plus élevé de pertes militaires par rapport aux conflits précédents. Cette note analyse cette singularité.

 

Les enseignements militaires de la guerre de Gaza (format pdf, 371 kB).

Repost 0
15 novembre 2014 6 15 /11 /novembre /2014 17:30
Tsahal achète aux USA deux nouveaux avions transporteurs C-130J-30

Le "Shimshon" a été pensé pour répondre aux besoins particuliers des forces spéciales israéliennes

 

13.11.2014 i24news.tv

 

L'armée de l'air israélienne (Tsahal) s'apprête à recevoir deux nouveaux avions de transport, Super hercules ou C-130J-30, après qu'un contrat d'achat de 150 millions de dollars a récemment été signé avec le constructeur américain Lockheed Martin, rapporte Haaretz jeudi soir.

 

Les responsables militaires israéliens veulent acheter neuf avions au total, des négociations sur l'acquisition des avions supplémentaires sont actuellement en cours, a confié un officier supérieur de Tsahal au quotidien israélien.

 

Suite de l’article

Repost 0
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 17:35
photo IAI (source Livefist)

photo IAI (source Livefist)

 

NEW DELHI, 10 novembre - RIA Novosti

 

L'Inde et Israël ont testé un missile sol-air guidé à longue portée, LRSAM, sur le territoire israélien, a annoncé lundi le gouvernement indien.

 

"Tous les systèmes, y compris le radar, le système de lancement et le missile, ont fonctionné comme prévu et le missile a détruit sa cible", a indiqué le gouvernement dans un communiqué.

 

Les représentants de l'entreprise de construction aéronautique Israel Aerospace Industries (IAI) et de l'agence indienne Defence Research and Development Organisation (DRDO) ont assisté à l'essai du missile qui doit équiper les forces armées des deux pays.

source Livefist

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories