Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 décembre 2015 4 17 /12 /décembre /2015 17:50
Le Secrétaire général adjoint de l’ONU aux affaires politiques, Jeffrey Feltman. Photo : ONU/Devra Berkowitz

Le Secrétaire général adjoint de l’ONU aux affaires politiques, Jeffrey Feltman. Photo : ONU/Devra Berkowitz

 

17 décembre 2015 – ONU

 

Le Secrétaire général adjoint de l'ONU pour les affaires politiques, Jeffrey Feltman, a appelé jeudi l'Organisation et ses Etats membres à coopérer avec le secteur privé et la société civile pour contrer l'exploitation des Technologies de l'information et de la communication (TIC) par les terroristes.

M. Feltman s'exprimait au nom du Secrétaire général et en tant que président de l'Equipe spéciale de lutte contre le terrorisme (CTITF) et de Directeur exécutif du Centre des Nations Unies pour la lutte contre le terrorisme (UNCCT), lors d'une réunion du Comité contre le terrorisme consacrée aux « moyens d'empêcher les terroristes d'exploiter l'Internet et les médias sociaux pour recruter et pour inciter à commettre des actes terroristes, tout en respectant les droits de l'homme et les libertés fondamentales ». Cette discussion marquait la fin d'une réunion de haut niveau de l'Assemblée générale de l'ONU sur les résultats du Sommet mondial sur la Société de l'Information.

 

« Le respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales est au centre de notre réponse: là où les droits et libertés sont en danger ou accordées de manière sélective, le potentiel de mécontentement s'accroît et peut fournir un terreau fertile pour le recrutement d'individus par des groupes terroristes ou extrémistes violents, à peu de frais et à une large échelle, grâce aux TIC », a-t-il dit.

Daech, a rappelé M. Feltman, « a placé l'exploitation de l'Internet et des médias sociaux à un niveau encore jamais atteint, persuadant plus de 30.000 combattants terroristes étrangers en provenance de plus de 100 pays à se joindre aux conflits en Syrie et en Iraq ou incitant des individus à commettre des actes terroristes dans leurs propres pays. De ce fait, des conflits locaux et régionaux ont désormais des répercussions mondiales sans précédent ».

 

« Nous ne pouvons pas permettre que l'internet soit détourné dans le but de saper les fondements de nos sociétés », a-t-il dit.

« L'ONU et ses Etats membres – en étroite collaboration avec le secteur privé et la société civile – doivent agir ensemble pour empêcher et contrer l'exploitation des ressources des TIC et développer leurs propres outils de communication stratégique pour mettre en lumière l'hypocrisie des groupes terroristes et extrémistes violents, tout en présentant à leurs recrues potentielles des alternatives crédibles », a poursuivi M. Feltman.

 

Il a indiqué que le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, allait présenter dans les prochains jours un Plan d'action pour prévenir l'extrémisme violent. Ce Plan, a-t-il indiqué, contiendra des recommandations stratégiques pour traiter les problèmes qui sont à la source de l'extrémisme violent et pour élargir l'approche suivie jusqu'ici pour contrer le terrorisme, essentiellement basée sur les mesures de sécurité. Il invitera à prêter davantage d'attention à la communication stratégique à tous les niveaux.

Partager cet article

Repost0
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 08:45
source UE

source UE

 

7 janvier 2014 par Jacques N. Godbout – 45eNord.ca

 

Le conflit pourrait maintenant embraser la région, prévient l'organisation internationale

 

 

Les affrontements interconfessionnels en République centrafricaine (RCA) pourraient tourner au conflit religieux et avoir des répercussions à l’échelle régionale, a prévenu lundi le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, rapporte le service d’information de l’ONU.

 

«Les violences meurtrières sont quotidiennes dans la capitale Bangui et le reste du pays et la population reste divisée par les appartenances religieuses», a expliqué Jeffrey Feltman au Conseil de sécurité lors d’un exposé sur la situation en Centrafrique

Des milliers de personnes ont déjà été tuées, près d’un million chassées de leurs foyers, et 2,2 millions,soit environ la moitié de la population, a besoin d’aide humanitaire.

«L’accès aux quartiers résidentiels de Bangui est contrôlé soit par des miliciens «antichrétiens», soit par des «antimusulmans».

Les localités situées en dehors de Bangui comme Bossangoa, Bouar, Bozoum et Paoua, entre autres, «sont le théâtre d’atrocités, notamment d’affrontements directs entre communautés chrétienne et musulmane », a aussi expliqué le Secrétaire général adjoint.

La Centrafrique vit dans la tourmente depuis que les rebelles de l’ex-Séléka, des musulmans pour l’essentiel, ont chassé le Président François Bozizé à quitter en mars dernier.

«En raison de sa composition à majorité musulmane, les exactions de la Séléka contre les populations chrétiennes ont rapidement été interprétées comme un conflit religieux opposant musulmans et chrétiens», a dit le Secrétaire général adjoint.

L’incapacité des autorités de transition à lutter contre les violations des droits de l’homme dont la Séléka s’est rendue coupable au cours de l’année écoulée a contribué à la mobilisation progressive des groupes d’autodéfense locaux, a estimé Jeffrey Feltman.

Le mouvement majoritairement chrétien des anti-balaka a alors pris les armes et des affrontements interconfessionnels ont éclaté à Bangui début décembre.

Mais le problème interconfessionnel ne date pas d’hier et n’a pas surgi de nulle part.

« [...] la frustration des communautés musulmanes en RCA est le fruit d’années de marginalisation par les gouvernements successifs depuis l’indépendance du pays il y a plus de 50 ans. Ainsi, alors que la communauté musulmane représente environ 20% de la population totale de la RCA, aucune fête musulmane n’est observée officiellement par le pays», a noté Jeffrey Feltman.

Pour la première fois dans son histoire, une partie de la population centrafricaine s’est sentie contrainte à l’exil en raison de son affiliation religieuse, notamment au Cameroun, au Tchad, en Côte d’ Ivoire, au Mali, au Niger, au Nigeria et au Sénégal, où ils ont été des dizaines de milliers à se rendre.

La plupart d’entre eux sont des musulmans, fait observer M. Feltman.

«Il existe un risque très réel de voir la crise se propager au-delà des frontières du pays et déstabiliser davantage la région », a conclu le Secrétaire général adjoint, promettant que «l’ONU continuerait de faire tout son possible pour éviter que la situation [...] ne se détériore davantage et que les violations des droits de l’homme n’atteignent des niveaux impensables, fournir une aide humanitaire aux plus vulnérables et assurer le retour du pays à l’ordre constitutionnel».

 

 

Pendant ce temps, sur le terrain

 

Pendant ce temps, les opérations de Sangaris se sont poursuivies, à Bangui et en province, avec l’ensemble des moyens terrestres et aéromobiles qui composent la force, afin de contribuer à ramener un niveau de sécurité minimal en République centrafricaine où la situation reste volatile, dit le ministère français de la Défense dans son plus récent point de la situation.

Faisant suite au regain de violence constaté dans Bangui après le jour de Noël, les opérations se sont poursuivies jusqu’au 31 décembre 2013 dans la soirée. Impliquant environ 600 militaires, ces opérations de sécurisation visaient à réaliser des actions de contrôle de zone ciblées dans les quartiers situés à l’Est de l’aéroport de M’Poko, les plus touchés par les heurts intervenus, explique la Défense française.

Depuis le 31 décembre 2013 au soir, cette action de contrôle de zone s’est étendue à d’autres quartiers de Bangui, précise le ministère français de la Défense.

Les forces françaises et africaines se sont en outre déployées dans le 3e arrondissement de Bangui, situé au Sud de l’aéroport.

Lors de ces opérations, les éléments de la force Sangaris ont ponctuellement été la cible de tireurs isolés.

En province, les éléments français continuent de faire appliquer à Bossangoa les mesures de confiance.

La force Sangaris a par ailleurs continué à assurer la protection de l’aéroport de M’Poko, notamment en intervenant pour libérer la piste temporairement occupée par des mouvements de foule.

Aujourd’hui, 1600 soldats composent aujourd’hui la force SANGARIS.

Ils sont engagés au quotidien avec les unités de la MISCA (Mission internationale de soutien à la Centrafrique) composée de près de 4 500 hommes de la CEEAC (Communauté économique des États d’Afrique centrale) et qui a succédé à la FOMAC (Force d’Afrique centrale) le 19 décembre dernier. Mais, un mois après le lancement de l’opération Sangaris en Centrafrique, certains observateurs parlent déjà d’enlisement.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories