Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 novembre 2014 5 21 /11 /novembre /2014 07:50
Le secrétaire général de l'Otan cherche à rassurer les pays baltes

 

Tallinn, 20 nov 2014 Marine & Océans (AFP)

 

Le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg a commencé jeudi une tournée éclair en Estonie, en Lettonie et en Lituanie destinée à rassurer ces petits pays membres de l'Otan, inquiets du comportement de la Russie dans le conflit ukrainien.

 

"L'Otan est là pour protéger et défendre l'Estonie", a-t-il dit sur la base aérienne d'Ämari (nord), où il a rencontré le Premier ministre estonien Taavi Roivas, ainsi que des militaires américains, allemands et estoniens.

 

Il a notamment félicité Tallinn pour avoir dépensé 2% de son PIB pour la défense, la donnant en exemple aux autres membres de l'Alliance, et rappelant "son rôle de leader dans le renforcement de la cyberdéfense". L'Estonie est considérée comme un des pays les plus avancés dans le développement de technologies numériques. Elle accueille cette semaine Cyber Coalition 2014, le plus grand exercice cybernétique dans l'histoire de l'Otan.

 

M. Stoltenberg a évoqué aussi l'augmentation du nombre de vols d'avions militaires russes autour de l'Estonie et d'autres pays de l'Otan. "Nous avons eu plus de 100 interception (d'avions russes), ce qui est le triple de l'année dernière", a-t-il dit.

 

Interrogé sur la vente de deux navires de guerre Mistral français à la Russie, M. Stoltenberg s'est abstenu de tout commentaire. "L'Otan de vend pas de matériel militaire, ce sont les Etats qui le font. Ce n'est pas à l'Otan de décider comment ils doivent conduire leurs affaires", a-t-il dit.

 

Il devait se rendre jeudi après-midi à Riga et visiter la Lituanie vendredi.

 

A Riga, il suivra de près la secrétaire d'Etat adjointe américaine pour l'Europe Victoria Nuland, qui s'y est arrêtée en route pour l'Ukraine pour accompagner le vice-président Joe Biden. Elle y a déclaré que les Etats-Unis "attendaient toujours de voir l'engagement de la Russie et des séparatistes" à appliquer les accords de Minsk, citant "un vrai cessez-le-feu sur la ligne de contact, la fermeture de la frontière internationale et le retrait des forces étrangères" du territoire ukrainien.

 

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2014 7 16 /11 /novembre /2014 16:50
Les avions militaires russes menacent l'aviation civile en Europe (Otan)

 

MOSCOU, 16 novembre - RIA Novosti

 

Les vols d'avions militaires russes représentent une menace pour l'aviation civile européenne, estime le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg.

 

"Les forces aériennes russe ont intensifié leurs vols le long des frontières de l'Otan. Le problème, c'est que les pilotes russes n'allument souvent pas leurs émetteurs, ne dévoilent pas leurs plans de vol et ne sont pas en contact avec les contrôleurs aériens civils", a déclaré M.Stoltenberg dans une interview accordée au journal Telegraph.

 

"Cela pose un risque pour l'aviation civile, et c'est un problème, compte tenu du fait que l'activité des forces aériennes russes s'est intensifiée", a-t-il indiqué.

 

Dans ce contexte, le SG de l'Alliance atlantique a exhorté la partie russe à respecter les normes réglementant les vols dans l'espace aérien européen.

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 13:50
L'Otan renforce sa présence près des frontières russes (Stoltenberg)

 

BERLIN, 14 novembre - RIA Novosti

 

L'Alliance atlantique a d'ores et déjà accru la présence de ses forces armées près des frontières russes, a déclaré vendredi le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg dans une interview accordée au journal Bild.

 

"Actuellement, il y a un nombre accru de vols de patrouille effectués le long des frontières extérieures, nous déplaçons de plus en plus d'unités militaires à travers l'Europe de l'Est. Tous les deux jours, l'Otan mène des exercices militaires. Nous améliorons également la disponibilité opérationnelle de nos forces de réaction rapide", a indiqué M.Stoltenberg.

 

Toutefois, à la question de savoir si le monde se trouvait au bord d'une nouvelle guerre froide, le secrétaire général a donné une réponse négative.

 

"Non, mais nous ne sommes plus dans la coopération confiante avec la Russie que nous avons bâtie ces dernières années. La Russie a miné l'architecture de sécurité en Europe. Nous devons tout faire pour empêcher la situation en Ukraine de se transformer en une nouvelle guerre froide. La Russie y a également intérêt", a souligné le secrétaire général de l'Otan, ajoutant que l'adhésion de l'Ukraine à l'Otan n'était pas à l'ordre du jour.

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 12:50
NATO Secretary General tours Afghanistan

 

10 nov. 2014 NATO

 

Jens Stoltenberg pays a visit to Afghanistan for the first time as head of NATO. The Secretary General met with President Ashraf Ghani and went to Kandahar, Herat, Mazar-e Sharif and the Afghan commando base in Kabul, to pay tribute to those who had been injured or lost their lives.

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2014 1 06 /10 /octobre /2014 14:50
L'OTAN peut se déployer où elle veut, selon son nouveau secrétaire

 

06.10.2014 Romandie.com (ats)

 

Le nouveau secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg a déclaré dimanche que l'Alliance atlantique pouvait déployer ses forces partout où elle le souhaitait. Cette posture pourrait remettre en cause des accords post-Guerre froide déjà fragilisés par la crise en Ukraine et l'annexion de la Crimée par la Russie.

 

Jens Stoltenberg, qui a pris ses fonctions mercredi, s'exprimait en Pologne. Il a paru adopter une approche plus ferme à l'égard de Moscou que celle rappelée début septembre, lors d'un sommet au Pays de Galles où a été décidée la création d'une force de réaction rapide, baptisée "fer de lance".

 

"L'année prochaine, lors d'une réunion ministérielle, nous prendrons des décisions en ce qui concerne ce qu'on appelle le 'fer de lance' mais, même avant que ne soit créée cette force, l'OTAN dispose d'une armée puissante après tout. Nous pouvons la déployer partout où nous le voulons", a déclaré Jens Stoltenberg.

 

"Ces capacités existent déjà. Nous les avons et nous pouvons les déployer dans des régions précises. Et (cette force de réaction rapide) n'est qu'un ajout à ce que l'alliance possède déjà", a-t-il ajouté.

 

Sécurité de l'Europe de l'Est

Au Pays de Galles, les membres de l'OTAN sont convenus de créer une force de réaction rapide susceptible d'être déployée en 48 heures sur toute zone de tensions.

 

Ils ont en revanche refusé d'accéder à la demande de certains pays, notamment la Pologne, de faire stationner de manière permanente des milliers de soldats en Europe de l'Est.

 

Ils ont pris cette décision en partie à cause du coût d'un tel dispositif et en partie parce qu'ils ne voulaient pas enfreindre un pacte de 1997 par lequel l'OTAN s'est engagée auprès de la Russie à ne pas installer de manière permanente de grands contingents militaires en Europe de l'Est.

 

L'OTAN a clairement indiqué qu'elle n'interviendrait pas militairement en Ukraine, qui ne fait pas partie de l'Alliance, mais elle a renforcé les défenses de ses membres d'Europe de l'Est.

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2014 6 04 /10 /octobre /2014 11:50
photo Håkan Dahlström

photo Håkan Dahlström

 

01/10 euronews.com

 

Quels sont les défis auxquels Jens Stoltenberg devra faire face ? Nous avons posé la question à Julian Lindley-French, chercheur à l’Institute for Statecraft.

 

euronews : “ Comment est-ce que Mr Stoltenberg va convaincre les pays européens de dépenser plus dans la défense alors qu’ils gèrent encore la crise ?

 

Julian Lindley-French : “ La crise de la zone euro, nous ne la gérons pas vraiment, nous la finançons plutôt, parce qu’aucune des réformes structurelles nécessaires pour résoudre cette crise n’a été menée dans de nombreux pays européens. Nous attendons simplement la croissance comme on attend Godot. Dans ce contexte, les budgets de la défense sont une cible facile. Ce que l’on a vu ces quatre dernières années, c’est que les budgets de la défense ont été kidnappés pour maintenir les systèmes d’Etat providence, de santé, d‘éducation en pleine austérité. Donc ce que Stoltenberg a à faire, c’est présenter les faits comme ils sont, le monde dans lequel les Européens vivent et le déclin américain. L‘âge d’or de la prédominance américaine est terminé. Et puis il y a un autre facteur. Les Américains vont devenir auto-suffisants en énergie dans quelques années. Etant donné le changement de génération sur la colline du capitole, au Congrès, il vaut mieux oublier l’idée que ces gens accepteront toujours de financer la sécurité européenne en utilisant la puissance militaire américaine comme bouclier pour l’Europe. Les Européens doivent comprendre qu’ils vont devoir se défendre eux-mêmes, avec les Américains, mais ils devront faire beaucoup plus que justifier l’investissement américain envers eux. “

 

Suite de l'entretien

 

Partager cet article
Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 07:50
photo Magnus Fröderberg

photo Magnus Fröderberg

 

28.03.2014 Par Olivier Berger, grand reporter à La Voix du Nord- Défense Globale

 

Les vingt-huit pays membres de l'OTAN se sont mis d'accord, assez rapidement, ce vendredi 28 mars, sur le nom du futur secrétaire général de l'OTAN, en remplacement du Danois Anders Fogh Rasmussen. Il s'agit de l'ancien Premier Ministre travailliste norvégien Jens Stoltenberg. Son arrivée à la tête de l'OTAN surviendra le 1er octobre, après le sommet de l'Alliance des 4 et 5 septembre au Pays de Galles.

 

Jens Stoltenberg a gouverné la Norvège pendant près de dix ans avant d'être battu aux législatives de 2013. Économiste de formation de 55 ans, il dirige toujours le parti travailliste dans l'opposition.

 

Il présente un certain nombre d'avantages outre une grande expérience de l'exercice du pouvoir et de la diplomatie. Stoltenberg a ainsi engagé son pays dans les opérations de l’OTAN en Afghanistan et en Libye, approuvant alors la démarche française.

 

C'est aussi un politicien qui entretient de bonnes relations avec la Russie. Alors au pouvoir, Norvège et Russie ont conclu des accords sur la délimitation de leur frontière en mer de Barents et sur l'exemption de visa pour leurs populations frontalières. Un atout solide au moment où l’Alliance atlantique est confrontée à la crise ukrainienne et à l'appétit russe.

 

Il devra aussi convaincre car durant sa jeunesse, il fut un militant engagé pour la sortie de la Norvège de l'OTAN... Il n'a d'ailleurs aucune expérience majeure en politique de défense mais ce serait un bon négociateur et roi du compromis.

 

M. Stoltenberg avait impressionné en appelant à opposer " plus de démocratie " et " plus d'humanité " aux attaques extrémistes d'Anders Behring Breivik, qui avait tué 77 personnes le 22 juillet 2011 à Oslo.

Partager cet article
Repost0
29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 21:50
Stoltenberg, partisan d’un plus grand effort militaire de l’Europe, bientôt à la tête de l’OTAN

Le Secrétaire général de l'OTAN Anders Fogh Rasmussen et le Premier ministre norvégien Jens Stoltenberg [Photo prise lors de la visite du Secrétaire général de l'OTAN en Norvège, en mai 2013] (Archives/OTAN)

 

28 mars 2014 par Jacques N. Godbout

 

 



Le Norvégien Jens Stoltenberg, partisan lui aussi du renforcement de la coopération atlantique et d’un meilleur partage des responsabilités, succédera au Danois Fogh Rasmussen à la tête de l’OTAN.

 

Ce vendredi 28 mars, le Conseil de l’Atlantique Nord a décidé de nommer Jens Stoltenberg Secrétaire général de l’OTAN et président du Conseil de l’Atlantique Nord, en remplacement de d’Anders Fogh Rasmussen. Il assumera ses fonctions de secrétaire général à partir du 1er Octobre 2014, lorsque le mandat de Fogh Rasmussen expirera après 5 ans et 2 mois à la tête de l’Alliance.

 

Fogh Rasmussen: «La Russie, adversaire ou partenaire?» 

Anders Fogh Rasmussen, avait pris ses fonctions en tant que 12ème secrétaire général de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord le 1er Août 2009.

Né en Ginnerup, Jutland, le 26 Janvier 1953, devenu membre du Parlement danois représentant le Parti libéral en 1978, il a occupé de nombreux postes au sein du gouvernement et de l’opposition tout au long de sa carrière politique.

Après les élections législatives danoises en 2001, il a formé son premier gouvernement Réélu en 2005 et 2007 respectivement, et il a occupé le poste de Premier ministre jusqu’à ce qu’il a été élu en tant que futur secrétaire général de l’OTAN lors du sommet de Strasbourg-Kehl en Avril 2009.

Au cours de la présidence danoise de l’Union européenne de Juillet à Décembre 2002, Fogh Rasmussen avait joué un rôle clé dans le processus menant à la conclusion des négociations d’adhésion avec 10 candidats pour adhésion à l’UE lors de la réunion du Conseil européen de Copenhague en Décembre 2002.

Partisans, bien sûr, d’un renforcement de la coopération atlantique, Fogh Rasmussen, qui redoute une intervention de Moscou dans l’est de l’Ukraine, a déclaré lors d’une récente allocution sur la crise ukrainienne que le rattachement de la Crimée à la Russie constitue la «plus grave» menace pour la stabilité de l’Europe depuis la Guerre froide.

On ne sait plus si la Russie est un partenaire ou un «adversaire», s’était  interrogé Fogh Rasmussen, précisant que les prochaines réunions de l’OTAN devaient «se pencher sur les conséquences à long-terme de l’agression russe sur notre propre sécurité».

 

Jens Stoltenberg, pour un plus grand effort de l’Europe

Jens Stoltenberg, lui, est né à Oslo le 16 Mars 1959. Il a passé son enfance à l’étranger, avec son père diplomate, sa mère et ses deux sœurs.

Plusieurs noms avaient été auparavant évoqués, dont celui du ministre polonais des Affaires étrangères Radoslaw Sikorski ou le ministre belge de la Défense Pieter De Crem, mais Stoltenberg a reçu le soutien des dirigeants des principaux pays de l’Alliance, notamment États-Unis, l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni.

Stoltenberg a été nommé Premier ministre de son pays pour la première fois en 2000, à l’âge de 40 ans. Il a démissionné après l’élection de l’année suivante et a été chef de l’opposition jusqu’en 2005, quand il est redevenu Premier ministre, cette fois pour un gouvernement de coalition, un poste qu’il a occupé jusqu’en Octobre 2013.

Il est actuellement chef du Parti travailliste norvégien, ainsi que chef du groupe parlementaire du parti.

Le futur Secrétaire général de l’OTAN a eu un certain nombre de missions internationales, notamment de la présidence du Groupe de haut niveau des Nations Unies sur la cohérence du système et le Groupe consultatif de haut niveau sur le financement du changement climatique. Il est actuellement envoyé spécial des Nations unies sur les changements climatiques.

Alors que M. Stoltenberg était Premier ministre,souligne-t-on dans sa biographie sur le site de l’OTAN, les dépenses de défense de la Norvège a augmenté régulièrement, avec le résultat que la Norvège est aujourd’hui l’un des membres de l’Alliance dont les dépenses sont les plus élevées par habitant de la défense.

Il a également joué un rôle dans la transformation des forces armées norvégiennes, mettant l’accent sur les capacités de déploiement.

Sous sa direction, le gouvernement norvégien les forces norvégiennes ont contribué à diverses opérations de l’OTAN.

En outre, durant son mandat à la tête du Danemark, Jens Stoltenberg a souvent appelé l’OTAN à de se concentrer sur les défis de sécurité à proximité du territoire de l’Alliance.

 

En pleine crise ukrainienne

Le futur Secrétaire général de l’OTAN est un fervent partisan du renforcement de la coopération transatlantique, y compris un meilleur partage de la charge par tous les membres de l’Alliance atlantique.

Il voit l’OTAN et l’Union européenne comme des organisations complémentaires pour garantir la paix et le développement en Europe et ailleurs dans le monde.

La nomination de Jens Stoltenberg intervient au moment où l’OTAN, qui va célébrer ses 65 ans, est confrontée à la crise ukrainienne et où l’Amérique presse l’Europe de faire sa part et d’augmenter ses dépenses militaires, la crise ukrainienne illustrant éloquemment pour certains que «la liberté a un prix».

Le Premier ministre canadien Stephen Harper pour sa pars’est réjoui de cette nomination, déclarant avoir «hâte de travailler en étroite collaboration avec le nouveau Secrétaire général aux dossiers liés à la défense et à la sécurité qui touchent la région euro-atlantique» et soulignant clairement qu’à ses yeux «Compte tenu de l’occupation militaire illégale russe en Crimée et de la violation de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de l’Ukraine, c’est d’autant plus important aujourd’hui que l’OTAN démontre sa solidarité et renforce sa capacité à prévoir les défis liés à la sécurité de l’Alliance et à y répondre rapidement».

Dans la crise ukrainienne, l’Alliance atlantique se retrouve en première ligne bien que l’Ukraine ne soit pas l’un de ses membres.

Pour rassurer ses membres voisins de l’Ukraine et de la Russie, l’OTAN a déployé début mars avions-radars AWACS pour effectuer des missions de reconnaissance au-dessus de la Pologne et de la Roumanie, dans le cadre de «la surveillance» de la crise» tandis que les États-Unis dépêchaient des avions de chasse et de surveillance dans la zone.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories