Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 décembre 2015 1 07 /12 /décembre /2015 08:54
Des munitions et des vidéos de l’EI saisies après la fermeture d’une mosquée française


06.12.2015 45eNord.ca (AFP)
 

Des munitions pour kalachnikov et des vidéos de propagande du groupe État islamique ont été saisies près de Paris lors des perquisitions menées dans le cadre de la fermeture d’une mosquée mercredi, ont indiqué dimanche les autorités locales.

 

Une vaste opération de police avait visé cette salle de prière présentée comme salafiste à Lagny-sur-Marne, à une trentaine de kilomètres à l’est de la capitale française, entraînant la fermeture du lieu de culte.

À l’occasion de perquisitions et de recherches associées, menées en différents lieux les 2 et 3 décembre, «divers matériels dont des supports informatiques, ont été découverts», précise dans un communiqué le préfet du département de Seine-et-Marne, en citant «des munitions de calibre 7,62, munitions pour arme de guerre de type kalachnikov, ainsi que des vidéos de propagande» du groupe djihadiste EI.

Un revolver et des documents sur le djihad avaient par ailleurs été trouvés chez des dirigeants de la mosquée, avait précédemment annoncé le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve. Les perquisitions avaient conduit à la notification de 22 interdictions de sortie du territoire et à «neuf mesures d’assignation à résidence d’individus radicalisés».

Le préfet a par ailleurs donné plus de précisions dimanche sur la madrassa (école coranique) non déclarée révélée par les perquisitions.

«Des installations propres à l’exercice d’un enseignement pour enfants, du mobilier, du matériel pédagogique» ont été découverts, «tant dans les locaux de prière objet de la fermeture qu’au domicile de l’un des habitués».

À titre d’exemple figurent, dans ce matériel pédagogique, «des disques de chants religieux à la gloire des martyrs du djihad liés à l’organisation terroriste Jabhat Al Nosra», branche syrienne d’Al-Qaïda, selon le communiqué.

«Aucune demande d’ouverture d’une école privée n’a été déposée» et la construction d’une école coranique «n’a aucunement été validée par le préfet», a souligné ce dernier.

Mercredi, le président de l’Association des musulmans de Lagny-sur-Marne, Mohammed Ramdane, avait dit sa surprise de voir les locaux fermés, en protestant qu’«on n’a rien trouvé». «On n’a rien caché, on ne cache rien», avait-il assuré.

La fermeture de la salle de prière de Lagny était la troisième décidée par les autorités depuis l’instauration de l’état d’urgence en France à la suite des attentats du 13 novembre, qui ont fait 130 morts et des centaines de blessées dans la région parisienne.

Partager cet article

Repost0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 16:40
Kalachnikov: "Nous obtenons de nouveaux marchés grâce aux sanctions"

 

16.06.2015 Sputniknews.com

 

Kalachnikov, leader russe de la production d’armes d'infanterie, affirme que les sanctions occidentales contre la Russie ont fourni au groupe de nouveaux débouchés en Afrique, en Asie, en Amérique latine et au Proche-Orient.

 

Le consortium russe Kalachnikov ne dépend plus du marché américain, a annoncé le directeur général du groupe Alexeï Krivoroutchko dans une interview accordée à RIA Novosti.

 

"Les sanctions ont eu une incidence, certes. Mais à vrai dire, il y a plus d'avantages que d'inconvénients. Nous avons trouvé d'autres débouchés, et nous avons fixé des prix plus intéressants pour nous", a conclu M.Krivoroutchko.

 

Selon lui, les sanctions ont poussé Kalachnikov à réorienter son activité vers de nouveaux marchés, notamment les pays d'Afrique, du Proche-Orient, d'Asie du Sud-Est et d'Amérique latine.

 

Kalachnikov prend part au forum international "Armée-2015", qui se tiendra du 16 au 19 juin à Koubinka, dans la région de Moscou, à l'initiative du ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou. La plupart des entreprises du complexe militaro-industriel national, toutes les armes et subdivisions des forces armées russes et les représentants de 32 Etats participeront au forum et assisteront aux expositions et à la démonstration des derniers-nés de l'industrie de défense russe.

 

Le consortium Kalachnikov organisera une exposition de grande envergure qui comprendra des nouveautés dans le domaine des armes d'infanterie et des modèles d'équipement militaire de dernière génération.

 

Répondant aux questions de RIA Novosti, M.Krivoroutchko a mis l'accent sur l'embarcation de débarquement BK-16 équipée d'un module militaire automatique et d'un drone. Le navire sert à mener des opérations sur le littoral, à transporter des hommes, à débarquer des troupes, à réaliser un appui-feu, ainsi qu'à lutter contre la piraterie et le terrorisme.

 

"Selon ses caractéristiques techniques, le BK-16 peut concurrencer ses homologues produits en Occident, en outre le prix de l'embarcation russe est bien plus intéressant", a-t-il fait remarquer.

 

Le directeur général a également fait savoir que les clients étrangers sont déjà intéressés par l'achat éventuel de drones produits par la filiale du consortium ZALA Aero.

 

"Nous avons montré que les caractéristiques techniques de nos drones correspondent aux meilleurs modèles mondiaux, mais le rapport qualité/prix est plus intéressant. Voilà pourquoi cela suscite un grand intérêt", a-t-il ajouté.

 

Selon M.Krivoroutchko, le groupe russe a l'intention de participer à l'élaboration d'armes du futur. Il s'agit principalement de la production des cartouches à longue portée capables de percer le blindage le plus puissant.

Partager cet article

Repost0
9 août 2014 6 09 /08 /août /2014 12:20
Carabine Saïga-12 - Photo Serguei S. Dukachev

Carabine Saïga-12 - Photo Serguei S. Dukachev

 

WASHINGTON, 8 août - RIA Novosti

 

Le groupe américain Russian Weapon Company (RWC), distributeur exclusif des fusils du groupe russe Kalachnikov, déplore les sanctions contre la Russie qui feront baisser les ventes d'armes aux Etats-Unis.

 

"Nous déplorons profondément la situation actuelle, mais nous devons respecter les lois américaines", a déclaré le directeur général du groupe RWC, Thomas McCrossin.

 

"Les produits du consortium Kalachnikov actuellement en stock appartiennent au groupe RWC. Nous pouvons les vendre librement sans être touchés par les restrictions imposées par le département du ministère des Finances pour le contrôle des actifs étrangers. Mais il n'y aura plus de livraisons supplémentaires russes d'ici un certain temps", a-t-il ajouté.

 

Selon le ministère américain des Finances, seuls les produits de Kalachnikov qui appartenaient au distributeur au moment de l'adoption des sanctions en juillet peuvent être vendus aux Etats-Unis.

 

Le nombre de précommandes de carabines et de fusils de chasse Saïga du groupe Kalachnikov aux Etats-Unis est trois fois supérieur au volume annuel des livraisons.

 

Le consortium Kalachnikov, plus grand producteur russe d'armes d'infanterie, a récemment reconnu que les Etats-Unis constituaient un marché important pour ses armes civiles et que les sanctions porteraient préjudice aux clients américains.

Partager cet article

Repost0
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 18:40
Armement: le russe Kalachnikov élargit sa production

 

NIJNI NOVGOROD, 7 août - RIA Novosti

 

Le groupe Kalachnikov, le plus grand producteur russe d'armes d'infanterie, a renoncé à licencier 222 salariés et a créé 330 nouveaux postes, rapporte le service de presse du consortium.

 

"Kalachnikov a revu à la hausse ses projets de production et a réduit le nombre des salariés à licencier de 285 à 63. Tous les travailleurs concernés, principalement des gestionnaires administratifs, se verront offrir d'autres postes au sein du groupe", a indiqué le consortium dans un communiqué.

 

Le groupe Kalachnikov revient ainsi sur sa décision annoncée en mai dernier de licencier 285 personnes avant le 30 septembre.

 

Le consortium Kalachnikov, qui réunit le groupe de recherche et de production Izhmash et l'usine des constructions mécaniques d'Ijevsk (République russe d'Oudmourtie), est un important producteur russe de fusils automatiques et de précision, d'obus téléguidés, de fusils de chasse et de sport. Fondée en 1807, l'entreprise a reçu son nom actuel en 2013.

 

Les armes fabriquées par le consortium sont exportées vers 27 pays du monde, dont les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, l'Allemagne, la Norvège, l'Italie, le Canada, le Kazakhstan et la Thaïlande.

Partager cet article

Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 16:40
Armes à feu: Kalachnikov bat des records de production

 

MOSCOU 28 avril - RIA Novosti

 

Au premier trimestre 2014, le consortium Kalachnikov a augmenté la production de ses armes à feu de 230% par rapport à la même période de 2013, a annoncé lundi à RIA Novosti le service de presse du consortium.

 

"A l'issue des trois premiers mois de cette année, nous avons enregistré un volume record de production d'armes à feu, soit 31.000 armes, ce qui constitue 41% des armes fabriquées en 2013 et dépasse de 230% les résultats du premier trimestre de l'année passée", a indiqué le service de presse.

 

Le consortium Kalachnikov, qui réunit le groupe de recherche et de production Ijmach et l'usine des constructions mécaniques d'Ijevsk, est un important producteur russe de fusils automatiques et de précision, d'obus téléguidés, ainsi que de fusils de chasse et de sport. Il a été créé en 2013.

 

Les armes fabriquées sont exportées dans 27 pays du monde, dont les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, l'Allemagne, la Norvège, l'Italie, le Canada, le Kazakhstan et la Thaïlande.

Partager cet article

Repost0
16 janvier 2014 4 16 /01 /janvier /2014 13:40
La Russie veut exporter 200.000 Kalachnikov par an aux Etats-Unis

 

13/01/2014 latribune.fr 

 

La marque Kalachnikov est toujours aussi demandée, quinze jours après la mort du créateur de l'arme d'assaut soviétique, le AK-47 : la Russie annonce la signature d'un contrat qui la verra livrer 200.000 armes par an aux États-Unis.

 

De quoi inspirer quelques jeux de mots sur la Guerre froide. La Russie compte exporter 200.000 fusils d'assaut Kalachnikov par an aux Etats-Unis, rapporte lundi l'agence de presse russe Ria Novosti.

Le contrat officialisant cet échange doit être signé à la mi-janvier à l'occasion du Shot Show 2014, salon de vendeurs d'armes ayant lieu du 14 au 17 janvier à Las Vegas (Etats-Unis).

"Le consortium Kalachnikov, qui fait partie du holding russe de hautes technologies Rostec, signera un accord exclusif avec Russian Weapon Company (RWC) sur les livraisons d'armes aux Etats-Unis", a ainsi indiqué Elena Filatova, porte-parole du consortium Kalachnikov. "Selon Pavel Kolegov, directeur général adjoint pour les ventes et le marketing du consortium, Kalachnikov pourrait vendre 200.000 fusils d'assaut par an aux Etats-Unis via son distributeur exclusif RWC."

 

Une filiale de Rostec

Le consortium Kalachnikov, anciennement connu sous le nom de Groupe de recherche et de production Ijmach, est une filiale du holding nationale russe Rostec, créée en 2007 pour favoriser le développement, la fabrication et l'exportation de la production industrielle de haute technologie à usage civil et militaire.

Le Groupe de recherche Ijmach, lui, date d'avant l'ère soviétique. Fondé en 1807 à Ijevsk, par le tsar Alexandre 1er, c'est lui qui a fabriqué le célèbre AK-47. ll collabore avec RWC depuis deux ans, et 90% des armes qu'il destine à l'exportation ont pour destination les Etats-Unis.

 

Bond des exportations

Il y a un an, France Tv Info expliquait que l'entreprise de l'Oural avait connu un bond de 60% de ses exportations sur les neuf premiers mois de l'année 2012, grâce à la demande américaine. Le marché outre-atlantique plébiscitait en effet le faible coût des armes russes, disponibles à partir de 300 euros pièce.

En deux ans, la société Ijmach, avait multiplié par douze son volume à l'exportation, qui atteint 12 millions d'euros, expliquait France TV Info. La société voyait dans l'exportation un moyen de faire face à la baisse de la demande de l'armée russe.

Partager cet article

Repost0
11 octobre 2013 5 11 /10 /octobre /2013 11:40
AK-12 Kalashnikov rifle

AK-12 Kalashnikov rifle

11.10.2013 Rostec

 

Le Consortium « Kalachnikov » peut créer une production conjointe d’armes à feu avec des partenaires étrangers, a indiqué le vice-premier ministre russe, Dmitri Rogozine.

 

«Nous sommes contents du fait que les pourparlers aient commencé aujourd’hui pour la création de possibles productions conjointes, y compris avec «Kalachnikov», pour la pénétration du marché russe en croissance», - a noté Dmitri Rogozine à l’ouverture de la Xème exposition internationale «Arme et chasse – 2013 , indique «Interfax».

 

Le vice-premier ministre a rappelé que l’ouverture du Consortium «Kalachnikov» a coïncidé avec le Jour de l’armurier en Russie. Rogozine a souligné que la création du Consortium aidera à regrouper le potentiel scientifique – technique et de construction dans le secteur.

 

La création d’entreprises de ce type, selon Dmitri Rogozine, est une bonne initiative. «Nous encouragerons la création d’entreprises privées et conjointes», - a noté le vice-premier ministre.  Des leaders du secteur de différents pays du monde, intéressés par le marché russe en croissance des armes à feu, sont présents à l'exposition.

 

Le vice-premier ministre a également indiqué aux journalistes que la question sur l’adoption dans l’armement de la mitraillette АК-12 sera résolue après la passation de l’expertise à l’Institut central de recherche scientifique de construction de machine de précision (TSNII TOTCHMACH) qui fait partie de Rostec.

 

«Nous avons un établissement spécialisé qui s’occupe de l’analyse objective des armes – il s’agit de TSNII TOTCHMACH. Il a été créé là-bas la base nécessaire pour qu’ils puissent prendre une décision objective. Nous attendons une réaction d’eux, après quoi le Ministère de la défense prendra sa décision finale sur l’adoption de la mitraillette (АК-12) dans l’armement», - a indiqué Rogozine.

 

Il a également rappelé qu’actuellement la concurrence de l’АК-12 est constituée par la mitraillette АЕК-971 qui est fabriquée par l’entreprise de Kovrov «Usine de Degtyarev». la mitraillette de Kovrov doit entrer dans la composition de l’équipement de combat « Ratnik ». Selon Rogozine, la concurrence de ce type augmentera puisque c’est une condition normale du développement du marché.

 

L’exposition «Arme et chasse – 2013» est la dixième en tout. Comme l’a noté l’adjoint du président, l’exposition au Gostiny dvor est devenue traditionnelle, quand tout le monde peut venir voir les nouvelles élaborations et réussites nationales de la réflexion des ingénieurs et chercheurs.

 

L’idée de réaliser la plus importante exposition d’armes à feu «Arms and Hunting–2013» appartient à l’Association internationale des utilisateurs, des fabricants et des vendeurs d’Armes (MAPIPO) sous l’égide de laquelle et en coopération étroite avec les plus grandes sociétés d’armes russes elle a lieu depuis le début. Les principales sociétés-fabricants et distributeurs mondiaux d’armes de chasse et sportives participent à l’exposition.

 

Le Consortium «Kalachnikov» est un groupement des plus importantes entreprises d’état du secteur des armes à feu de Russie faisant partie de Rostec. Le Consortium est formé sur la base des entreprises d’armement d’Ijevsk du Groupement de recherche et de production «Ijmach » et de la SA de type ouvert «Usine mécanique d’Ijevsk». Il comprendra dans le futur l’usine de construction mécanique de Viatsko-Polianski «Molot», le Bureau d’études de ligne automatique L.N. Kochkine (Klimovsk) et l’Institut technique de recherches scientifiques «Progress» (Ijevsk).

 

TSNII TOTCHMACH fait partie de la Corporation d’état Rostec. L’entreprise a été créée en  1944. L’organisation s’occupe de l’élaboration et de la fabrication d’armes à feu et de leurs munitions, de la fabrication de l’équipement des militaires, de la sortie de systèmes d’artillerie, d’appareils optiques électroniques, de munitions de sport et de chasse, ainsi que de simulateurs d’armes à feu.

Partager cet article

Repost0
26 juin 2013 3 26 /06 /juin /2013 10:40
Ukraine: l'armée sera réduite de 60.000 hommes en cinq ans (ministre)

KIEV, 25 juin - RIA Novosti

 

D'ici fin 2017, les effectifs de l'armée ukrainienne seront réduits pour passer de 180.000 à 122.000 personnes, a annoncé le ministre ukrainien de la Défense Pavel Lebedev dans une interview au quotidien Segodnia mise en ligne mardi sur le site du journal.

 

"D'ici fin 2017, les effectifs des forces armées ukrainiennes seront portés à 122.000 personnes. A l'heure actuelle, l'armée du pays compte au total 180.000 militaires", a déclaré M. Lebedev.

 

Il a en outre confirmé qu'à partir de 2014, les forces armées seront recrutées sur une base contractuelle.

 

Selon le ministre, de nouveaux armements viendront équiper l'armée ukrainienne. Il s'agit en premier lieu de matériel blindé, de missiles, de systèmes antimissiles et de navires rapides blindés de faible tonnage.

 

"Nous commanderons ces armements en premier lieu à nos entreprises nationales", a indiqué le ministre.

 

Il a également fait savoir que l'armée ukrainienne n'envisageait pas d'abandonner la Kalachnikov au profit d'un fusil d'assaut en usage dans les armées de l'Otan.

 

"La Kalachnikov restera utilisée. Elle ne cède en rien en terme de performances par rapport à la plupart des armes similaires utilisées dans le monde", a affirmé le ministre, ajoutant que les dépôts militaires ukrainiens renfermaient un grand nombre de Kalachnikov et de cartouches conçues pour ce fusil d'assaut.

Partager cet article

Repost0
10 avril 2013 3 10 /04 /avril /2013 18:42

Kalashnikov assault rifle source Ria novisti

 

10 avril 2013 Romandie.com (AFP)

 

MOSCOU - Un ancien vice-ministre russe de l'Agriculture et l'ex-directeur général de l'usine produisant les fusils d'assaut kalachnikov ont été arrêtés pour des détournements de milliards de roubles, soit des dizaines de millions d'euros, a annoncé mercredi le ministère de l'Intérieur.

 

Vladimir Grodetski, ancien directeur général de l'usine Ijmach qui est le principal producteur russe de fusils d'assaut kalachnikov, a été arrêté pour le détournement présumé de 5 milliards de roubles (125 millions d'euros au cours actuel), ont indiqué les agences de presse russes, citant le ministère. Aucun détail n'a été fourni sur la nature de ces détournements.

 

M. Grodetski a dirigé Ijmach de 1996 à 2011, a précisé Interfax.

 

Par ailleurs, le ministère de l'Intérieur a annoncé l'arrestation de l'ancien vice-ministre de l'Agriculture, Alexeï Bajanov, ainsi que de deux complices, pour des faits survenus en 2008-2009, alors que l'actuel président Vladimir Poutine était chef du gouvernement.

 

Selon un communiqué du ministère, le détournement dont il est soupçonné consistait à accorder un soutien financier en fonds publics à des entreprises agricoles pour l'acquisition de matériel.

 

Les sociétés étaient en fait sous contrôle d'un groupe criminel, et des documents fictifs étaient produits pour justifier des versements de fonds, selon le ministère.

 

L'ex-ministre de l'Agriculture Elena Skrynnik figure en qualité de témoin dans ce même dossier, et la suite de l'enquête doit permettre de préciser son rôle, a indiqué une source proche de l'enquête à l'agence Interfax.

 

Mme Skrynnik, ministre de 2009 à 2012, était au moment des faits à la tête de la société publique Rosagroleasing impliquée dans les détournements de fonds.

 

L'ex-ministre a été interrogée en février par les enquêteurs.

 

En novembre, la télévision publique russe avait diffusé un documentaire accusateur sur son implication dans le détournement de 39 milliards de roubles (près d'un milliard d'euros).

 

Les scandales de détournement de fonds publics se sont multipliés dernièrement en Russie.

 

Le plus retentissant a abouti au limogeage en novembre du ministre de la Défense, Anatoli Serdioukov, éclaboussé par une affaire de fraude lors de la vente de biens publics, d'un montant de plus de 6 milliards de roubles (150 millions d'euros).

 

D'autres affaires, portant sur des milliards de roubles, concernent notamment le secteur spatial et des travaux gigantesques d'infrastructures réalisés dans la région de Vladivostok (Extrême-Orient).

Partager cet article

Repost0
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 17:18

Mali slodiers 400x300

 

02 avril 2013 Par RFI Avec notre correspondante à Moscou, Anastasia Becchio

 

Le gouvernement du Mali a besoin d’hélicoptères, d’avions de combat et de véhicules blindés pour combattre les rebelles islamistes dans le nord du pays, au sein de l’opération multinationale à laquelle participe la France. L’agence publique russe d’exportations d’armements pourrait répondre favorablement aux requêtes maliennes.

 

Des hélicoptères Mi-35 et Mi-17, des avions cargo, des avions de combat, des véhicules blindés, des systèmes radar de défense antiaérienne, des armes légères et des munitions : telle serait la liste adressée par le Mali à Rosoboronexport, selon une source au sein de l’agence publique russe d’exportation d’armements citée par le quotidien Vedomosti.

 

L’armée malienne aurait aussi besoin de l’expertise russe pour la réparation d’une partie de son matériel et en particulier des tanks, acquis à l’époque soviétique. Les finances maliennes étant limitées, la Russie n’a livré que 3 000 fusils d’assaut Kalachnikov, 300 mitrailleuses et des munitions pour un montant de 12 millions de dollars en février. Selon le représentant de Rosoboronexport, de nouveaux contrats pourraient être passés prochainement pour des armes légères, des munitions, mais aussi des véhicules blindés et des hélicoptères de transport.

 

La Russie, qui achemine également de l’aide humanitaire au Mali, soutient l’opération de la France. Vladimir Poutine l’a rappelé fin février en recevant François Hollande au Kremlin. Selon une source au sein du ministère russe de la Défense, au début de l’opération, des avions cargo russes ont effectué une vingtaine de vols pour acheminer du matériel militaire de l’armée française.

 

deux Antonov 124 russes sur la base aérienne 105 d'Evreux

 

Les Antonov-124 russes pourraient reprendre du service le mois prochain, à la faveur du retrait d’une partie des troupes françaises du Mali.

Partager cet article

Repost0
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 16:45

badge-eutm-mali a la une

 

02.04.2013 maliactu.net

 

Un premier contingent de 570 soldats maliens devait entamer mardi sa formation par des instructeurs militaires européens qui ont pour objectif de restructurer l’armée malienne, au lendemain de violences à Tombouctou (nord-ouest) provoquées par des islamistes armés infiltrés dans la ville.

 

Mardi matin, ces militaires maliens ont quitté Bamako pour Koulikoro, ville située à une soixantaine de km au nord-est de la capitale et qui abrite un centre de formation militaire, a indiqué à l’AFP le lieutenant-colonel français Philippe de Cussac, porte-parole de la mission de formation de l’Union européenne (EUTM).

 

C’est là qu’ils seront formés pendant dix semaines par une centaine d’instructeurs venant de sept pays: France, Royaume-Uni, Suède, Finlande, Lituanie, Luxembourg et Irlande.

 

« Dans un premier temps, on aura une formation généraliste, ensuite, il y aura une formation de spécialisation, en télécommunications, artillerie, génie », selon le lieutenant-colonel de Cussac. « Des forces spéciales, des tireurs d’élite » seront également formés, a-t-il ajouté.

 

Le but de l’EUTM est de former et entraîner près de 3.000 soldats, qui se succéderont en quatre vagues sur quinze mois à Koulikoro.

 

Cette opération débute alors que la France prépare le désengagement partiel de ses 4.000 soldats déployés dans le pays et que l’ONU finalise le lancement d’une mission de maintien de la paix qui sera composée de quelque 11.000 hommes.

 

A terme, la mission de « reconstruction » de l’armée du Mali de l’UE comprendra 550 militaires européens, dont l’objectif est de professionnaliser les soldats maliens pour qu’ils soient capables de résister aux attaques des groupes jihadistes liés à Al-Qaïda.

 

Ces derniers, qui ont occupé pendant plus de neuf mois le nord du Mali après en avoir chassé les rebelles touareg qui avaient lancé l’offensive en janvier 2012, en ont été partiellement chassés par les soldats français qui, en soutien à l’armée malienne et d’autres pays africains, est intervenue dès le 11 janvier pour empêcher une avancée des islamistes vers le Sud.

 

« Plus d’actions jihadistes »

 

Mais d’importantes poches de résistance islamistes demeurent dans plusieurs régions du nord du Mali: massif des Ifoghas, Gao et Tombouctou.

 

Des islamistes armés ont réussi à s’infiltrer à Tombouctou après l’attentat suicide d’un kamikaze dans la nuit de samedi à dimanche.

 

Une dizaine de personnes, dont au moins huit jihadistes, ont été tuées dans l’opération de « ratissage » menée dimanche et lundi dans la ville par des soldats maliens et français.

 

Cité par l’agence mauritanienne de presse en ligne Nouakchott information (ANI, privée), un porte-parole d’un des trois groupes islamistes armés opérant dans le nord du Mali, le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), a menacé la France et ses alliés de « plus d’actions jihadistes ».

 

La persistance de l’activité des jihadistes en dépit de l’intervention franco-africaine rend d’autant plus nécessaire la formation de l’armée malienne qui, sous-équipée, démoralisée et un temps divisée, avait été mise en déroute dans le Nord l’an dernier en quelques semaines par les groupes armés.

 

Le gouvernement de transition malien a demandé à la Russie de lui livrer des hélicoptères, des avions de combat et des véhicules blindés pour combattre les islamistes, selon une source au sein de l’agence publique russe d’exportation d’armements Rosoboronexport, citée par un quotidien russe.

 

En février, la Russie a déjà livré au Mali 3.000 fusils d’assaut kalachnikov, 300 mitrailleuses et des munitions pour un montant total de 12 millions de dollars (plus de 9 millions d’euros), dans le cadre d’un contrat conclu en septembre 2012, a précisé cette source.

 

Sans commenter directement la mission de formation de l’UE, les Etats-Unis se souviennent d’avoir formé un certain Amadou Haya Sanogo, capitaine de l’armée malienne auteur d’un coup d’Etat ayant renversé le 22 mars 2012 le président Amadou Toumani Touré, précipitant la chute du Nord au mains des islamistes.

 

Le général Carter Ham, haut commandant des forces armées américaines en Afrique (Africom), s’était déclaré l’an dernier « amèrement déçu » qu’un militaire malien formé aux Etats Unis ait renversé « un gouvernement élu », qualifiant cela de « totalement inacceptable ».

Partager cet article

Repost0
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 13:45

Mali PT76 1 source Esoteric Armour Blogspot

 

02/04/2013 Michel Cabirol – LaTribune.fr (AFP)

 

Le Mali veut acheter à la Russie des hélicoptères, des avions de combat et des véhicules blindés pour combattre les rebelles islamistes dans le nord du pays.

 

Après l'acquisition de fusils d'assaut kalachnikov, le gouvernement du Mali veut acheter maintenant à la Russie des matériels beaucoup plus... consistants. Du lourd même. Bamako a demandé à Moscou de lui livrer des hélicoptères, des avions de combat et des véhicules blindés pour combattre les rebelles islamistes dans le nord du pays, affirme mardi le quotidien russe Vedomosti. Le Mali veut "des hélicoptères Mi-35 et Mi-17, des avions cargo et des avions de combat, des véhicules blindés BTR-80, des systèmes radar de défense antiaérienne, ainsi que des armes légères et des munitions", a indiqué une source au sein de l'agence publique russe d'exportation d'armements Rosoboronexport, citée par le journal.

 

En février, la Russie a déjà livré au Mali 3.000 fusils d'assaut kalachnikov, 300 mitrailleuses et des munitions pour un montant total de 12 millions de dollars, dans le cadre d'un contrat conclu en septembre 2012, a précisé cette source. Il n'est pas exclu que de nouveaux contrats sur la livraison d'armes russes, en premier lieu des hélicoptères et des véhicules blindés, au Mali puissent être signés "prochainement", a-t-elle souligné. Le directeur de Rosoboronexport, Anatoli Issaïkine, avait indiqué début mars que l'agence livrait au Mali des armes à feu "en toute légalité". Les autorités maliennes avaient alors fait part de leur intention d'acheter d'autres types de matériel militaire, selon la même source.

 

Et la France ?

 

Une opération militaire multinationale à laquelle participe la France est en cours depuis janvier au Mali, pays d'Afrique de l'Ouest en proie à une rébellion islamiste armée. Au début de cette opération, des avions cargo russes très gros porteurs Antonov-124 ont effectué au moins 20 vols pour acheminer des matériels militaires de l'armée française au Mali, a indiqué à Vedomosti une source au sein du ministère russe de la Défense. En mai, les Antonov-124 pourraient reprendre leurs vols au Mali pour aider la France - qui a déployé dans ce pays un contingent de 4.000 hommes - à effectuer le retrait d'une partie de ses troupes, selon la même source.

Partager cet article

Repost0
19 mars 2013 2 19 /03 /mars /2013 12:45

18.03.2013 BBC Africa

 

La Russie va vendre au Mali 3.000 fusils d'assaut kalachnikov, selon l’agence russe Interfax.

 

Cette vente d'une valeur estimée à plus d'un million de dollars s'inscrit dans le cadre d'un accord conclu en septembre 2012 entre l'agence publique russe d'exportation d'armements Rosoboronexport et le ministère malien de la Défense, a déclaré une source russe à Interfax, sans préciser si les livraisons avaient déjà été effectuées.

 

Le directeur de Rosoboronexport, Anatoli Issaïkine, avait indiqué la semaine dernière que l'agence livrait au Mali des armes à feu "en toute légalité", selon Interfax.

 

Les autorités maliennes ont fait part à Rosoboronexport de leur intention d'acheter également des hélicoptères et d'autres types de matériel militaire, a ajouté M. Issaïkine, cité par Interfax.

 

Les kalachnikovs, légendaires fusils d'assaut connus dans le monde entier, sont fabriqués à l'usine Ijmach à Ijevsk (1.300 km à l'est de Moscou).

Partager cet article

Repost0
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 19:39
Russie: fin des essais du dernier modèle de Kalachnikov

MOSCOU, 30 novembre 2012  - RIA Novosti

 

L'Institut centrale russe de mécanique de précision" de Klimovsk (région de Moscou) a achevé les essais du nouveau fusil d'assaut Kalachnikov AK-12, a annoncé vendredi le service de presse de l'entreprise.

 

"Les essais préliminaires de l'AK-12 sont terminés, nous avons défini l'ensemble des caractéristiques de combat et techniques du nouveau fusil", a indiqué le porte-parole.

 

Le fusil d'assaut Kalachnikov AK-12 est conçu par l'usine Ijmach d'Ijevsk (république russe d'Oudmourtie). Ce fusil de cinquième génération possède trois modes de tir - coup par coup, rafale de trois et automatique. Il est muni de rails de fixation Picatinny permettant d'installer des équipements supplémentaires. Il s'agit d'une arme modulaire de base qui servira pour la création d'une vingtaine de versions de calibre 5,45x39 mm à 7,62x51 mm, selon le site officiel d'Ijmach.

 

L'AK-12 est destiné à l'exportation, mais ce fusil répond aux normes du ministère russe de la Défense et l'usine se dit prête à le livrer à l'armée russe en cas de besoin.

Partager cet article

Repost0
12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 16:50
photo molot.biz

photo molot.biz

 

 

MOSCOU, 12 octobre - RIA Novosti

 

Dix-sept pays de l'OTAN se doteront du fusil russe Vepr-12 conçu par l'usine Molot sur une base de Kalachnikov, a annoncé vendredi à Moscou le holding russe de hautes technologies Rostekhnologii.

 

"Les fusils semi-automatiques à canon lisse Vepr-12 seront livrés aux forces armées et autres services coercitifs de dix-pays membres de l'Alliance", lit-on dans un communiqué du holding.

 

La société allemande Schmeisser GmbH, partenaire de l'usine Molot et chargée de promouvoir le Vepr-12 en Europe, mène des discussions avec les pays membres de l'OTAN depuis le début de 2012. Lors d'une présentation du fusil tenue en septembre dernier en Allemagne, des officiers de la Bundeswehr munis de fusils Vepr-12 se sont entraînés à prendre d'assaut un édifice fortifié. L'OTAN a décidé de se doter de Vepr-12 suite à cette présentation.

 

L'usine Molot de Viatskie Poliany (région russe de Kirov) a créé plusieurs versions du fusil Vepr-12 qui seront mis en dotation pour l'OTAN après les formalités nécessaires.

 

Conçu en 2003 sur une base du fusil d'assaut Kalachnikov, Vepr-12 ("vepr" signifiant "sanglier" en russe) est un fusil de calibre 12/76 très fiable. La Russie l'exporte déjà "vers de nombreux pays dont l'Allemagne, l'Italie et la France", selon le communiqué de Rostekhnologii.

 

L'usine Molot poursuit en outre les travaux de conception du fusil Vepr-15 en coopération avec la société allemande Waffen Schumacher.

Partager cet article

Repost0
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 12:44
Azerbaïdjan prévoit jusqu’à la fin de cette année de commencer à produire des « Kalachnikov »

29 juin 2012 Victoria Dementyeva – APA

 

Jusqu’à la fin de 2012, le Ministère de l’industrie de la défense remettra plus de 60 avions drone de reconnaissance au Ministère de la Défense

 

Bakou.-. « L’Azerbaïdjan n’a pas l’intention d’abandonner l’utilisation de AK-74 (machine, « Kalachnikov ») et les plans d’ici la fin de cette année d’organiser ses propres machines de production marquent le AK - 74 M, a déclaré aux journalistes le ministre de l’Industrie de la Défense de l’Azerbaïdjan Yavar Jamalov, en commentant le refus de plusieurs médias de l’Azerbaïdjan de fusils d’assaut Kalachnikov en faveur de « Tavor ».

 

Comme rapporte l’APA, le ministre a indiqué pour l’APA, qu’à l’heure actuelle le ministère fabrique 665 diffétrents types de produits. Vers la fin de l’année, ce chiffre atteindra à 700.

 

« Nous avons de nouveaux projets, principalement liés à la production de gros calibre des munitions, la production de munitions pour les chars 85 à 155 mm, de l’artillerie, des hélicoptères » dit M. Jamalov.

 

Selon Jamalov Jusqu’à la fin de 2012, le Ministère de l’industrie de la défense remettra plus de 60 avions drone de reconnaissance au Ministère de la Défense.

Partager cet article

Repost0
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 18:30
Armement: Moscou renforce sa position sur le marché indonésien

MOSCOU, 10 janvier - RIA Novosti

Le contrat conclu avec Jakarta en décembre 2011 sur la livraison de six chasseurs russes Su-30MK2 renforce la position de la Russie sur le marché indonésien des armements, a déclaré mardi à Moscou le directeur du Centre d'analyse des stratégies et technologies Rouslan Poukhov.

"Ce contrat (de 500 millions de dollars-ndlr.) est important, parce qu'il renforce la position de la Russie sur le marché indonésien des armements tant convoité par les Américains qui proposent leurs anciens chasseurs F-16 aux Indonésiens", a noté l'expert.

Le contrat jette en outre les bases de la coopération russo-indonésienne dans la construction d'avions civils, notamment de l'avion MS-21, a ajouté M.Poukhov.

En 2012, la Russie doit commencer la livraison de nouveaux moyens-courriers Sukhoi SuperJet-100 à l'Indonésie.

Au total, la Russie a déjà fourni dix chasseurs Sukhoi, dix hélicoptères Mi-35, 14 hélicoptères Mi-17, 17 blindés de transport de troupes TMP-3F, 48 blindés BTR-80A et 9.000 fusils d'assaut Kalachnikov AK-102 à l'Indonésie.

Partager cet article

Repost0
17 septembre 2011 6 17 /09 /septembre /2011 11:50
Armements: l'Inde lance un remake du Kalachnikov (journal)

NEW DELHI, 16 septembre - RIA Novosti

 

L'Inde envisage de lancer la production d'un fusil d'assaut imitant le célèbre Kalachnikov AK-47 dont il reprend les caractéristiques principales, a annoncé vendredi le quotidien Times of India, se référant à des sources au sein de l'industrie d'armements.

 

Selon le journal, l'entreprise Tiruchirapalli Ordnance Factory (basée dans l'Etat indien du Tamil Nadu) a mis au point un fusil d'assaut que les médias ont immédiatement baptisé "le cousin de l'AK-47".

 

Appelée Tiruchirapalli Assault Rifle (TAR), la nouvelle arme subit actuellement des tests en vue de sa prodiction en série. D'après le journal, elle équipera d'abord la police avant d'être mise à la disposition de l'armée.

 

Des sources proches du fabricant du fusil indien ont fait savoir que le TAR est en mesure de neutraliser les cibles à une distance de 400 mètres.

 

Le quotidien rappelle que les armuriers indiens avaient déjà tenté de mettre sur pied leur propre production de fusils d'assaut similaires à l'AK-47. Or, cette démarche avait alors provoqué les protestations de leurs collègues russes mécontents de cette violation des droits d'auteur.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories