Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 11:55
France : l'armée va recruter 11.000 hommes sur trois ans

 

25/03/2015 Par Le Figaro.fr


Le nouveau modèle de l'armée de terre, qui sera présenté le 1er avril à Jean-Yves Le Drian, prévoit le recrutement de 11.000 militaires sur trois ans. En 2017, les forces opérationnelles terrestres devraient ainsi atteindre 77 000 hommes, soit 10 000 de plus que le niveau fixé par le dernier livre blanc.

Ce tournant est rendu nécessaire par la mobilisation de 7 000 militaires «dans la durée» annoncée le 11 mars par François Hollande pour assurer la protection du territoire national dans le cadre de l'opération «Sentinelle», face à la menace terroriste.

Partager cet article

Repost0
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 11:55
A400M (photo Armée de l'Air) - FREMM (photo DCNS)

A400M (photo Armée de l'Air) - FREMM (photo DCNS)

 

19 mars 2015 l’Oeil du 20 heures

 

Et si notre armée partait bientôt en guerre avec des véhicules de location ? Si l’idée paraît étonnante, elle n’en est pas moins prévue par le ministère de la Défense. Dans le cadre de la loi Macron, le gouvernement a fait passer un amendement qui a attiré l’Oeil du 20h. Ce texte permet au ministère de la défense d'effectuer un drôle de passe-passe budgétaire en l'autorisant à vendre des frégates militaires et des avions de transports à des sociétés créées de toute pièce pour l'opération puis à louer ce même matériel à ces mêmes sociétés.

 

Lire l’article

Partager cet article

Repost0
19 mars 2015 4 19 /03 /mars /2015 13:57
Budget : pas de rallonge pour la défense en 2015 ?

Défense Le ministère de la Défense a "les moyens de faire face en 2015 à des dépenses supplémentaires", sans rallonge budgétaire, a expliqué le ministre des Finances Michel Sapin

 

19/03/2015 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

En dépit des dépenses supplémentaires décidées par le président de la République, notamment l'opération Sentinelle qui va va coûter entre 240 et 250 millions d'euros en 2015, le ministère de la Défense n'aura pas de rallonge budgétaire, a expliqué le ministre des Finances, Michel Sapin. Ce qui est un coup de canif à l'esprit de la loi de programmation militaire.

 

Quand l'armée mobilise plus de 10.000 soldats en seulement trois jours pour protéger la population française après les attentats de janvier (opération Sentinelle dans le cadre de Vigipirate), tout le monde applaudit, y compris le ministre des Finances. Mais quand l'armée présente la facture (1 million d'euros par jour), Michel Sapin ne se mobilise pas et explique que le ministère de la Défense a "les moyens de faire face en 2015 à des dépenses supplémentaires", a-t-il expliqué ce mercredi à l'Assemblée nationale. Pas question donc pour Bercy d'octroyer une rallonge budgétaire et de préciser que "s'il y a des dépenses supplémentaires en 2015, elles pourront être gagées par des économies".

"Le ministère de la Défense a les moyens de faire face en 2015 à des dépenses supplémentaires, qui ont été annoncées depuis le 1er janvier, je pense en particulier à la nécessité de maintenir à un haut niveau la mobilisation de nos armées. Ce qu'elles font dans des conditions exceptionnelles pour la protection de notre territoire indépendamment de ce qui concerne les interventions extérieures. Donc de ce point de vue, s'il y a des dépenses supplémentaires en 2015, elles pourront être gagées par des économies".

 

Opération Sentinelle : un surcoût entre 240 et 250 millions en 2015

Par ailleurs, la moindre déflation des effectifs ne sera pas financé non plus par des crédits budgétaires supplémentaires, a donc laissé entendre Michel Sapin. Ce qui pourrait compliquer terriblement la gestion du programme 146 (Équipement des forces), qui sera essentiellement touché par des baisses de crédits. Car le ministre de la Défense devra couper dans ces crédits pour faire face à l'envol des crédits de fonctionnement liée aux surcoûts des opérations intérieures (OPINT) décidées par le président et validée par le gouvernement. Bref, les nouvelles missions coûteuses demandées aux armées ont pour conséquence de perdre l'esprit de la loi de programmation militaire (LPM) votée il y a à peine un peu plus d'un an.

Une position qui n'est pas celle du ministère de la Défense. L'Hôtel de Brienne travaille actuellement sur une évaluation précise des surcoûts en 2015 des OPINT, des opérations extérieures (OPEX) et d'une moindre déflation des effectifs. Selon nos informations, le surcoût de l'opération Sentinelle devrait s'élever autour de 240-250 millions d'euros tandis que celui des OPEX devrait à nouveau dépasser le milliard. Tout comme le surcoût de la moindre déflation des effectifs, celui des OPEX n'est pas encore tout à fait stabilisé. En tout état de cause, le ministère de la Défense est prêt à avoir une discussion franche avec Bercy. Car pour lui, il n'est pas question de financer l'ensemble de ces surcoûts par des économies.

 

Les opérations extérieures financées par les crédits gelés

En revanche Michel Sapin a promis de faire payer la part des surcoûts des OPEX, qui n'a pas été provisionnée par le ministère de la Défense dans son budget (450 millions d'euros en 2015) par un financement interministériel comme les années précédentes. Mais comme le rappelle régulièrement la Cour des comptes, l'hôtel de Brienne finance toutefois 20% du dépassement OPEX dans le cadre de la solidarité interministérielle. D'ailleurs, Michel Sapin souhaite "rehausser le niveau" de cette provision.

"S'il y a des dépenses supérieures en termes d'OPEX, elles feront l'objet cette année comme l'année dernière d'un financement, principalement par la mise en œuvre (décret d'avance) de crédits gelés de l'ensemble des ministères. On le fait tous les ans. Et évidemment, il en sera de même cette année. On ne sait pas exactement où sera le niveau de ces dépenses mais nous y ferons face exactement de la même manière".

 

Les sociétés de projet, une proposition parmi d'autres

Bercy ne désarme jamais. En dépit d'un arbitrage du président de la République, le ministre des Finances a remis à nouveau en cause mercredi la solution des sociétés de projet préconisée par le ministère de la Défense pour financer la majeure partie des ressources exceptionnelles (REX) en 2015 (2,2 milliards d'euros sur un total de 2,3 milliards). "Une des propositions qui a été faite et qui peut être une solution, ce sont les sociétés de projets, a-t-il précisé aux députés de la commission des Finances. Il peut y avoir d'autres solutions pour répondre aux mêmes préoccupations et de la même manière. Il y a d'autres solutions. Il n'est pas interdit d'y réfléchir".

Toutefois, Michel Sapin estime qu'il est toujours possible que ces REX soient financées par la vente des vente des fréquences hertziennes comme il était prévu initialement. Ou il fait "semblant d'y croire pour gagner du temps et donner le moins possible aux armées", comme le pense un député. Bref, le ministère de la Défense joue gros sur ce dossier vital pour la bonne exécution de la LPM.

"Il y a dans le financement du budget de la défense (31,4 milliards d'euros), 2,2 milliards qui sont dues aux recettes de la vente d'une fréquence hertzienne. Toucherons-nous cette année ces 2,2 milliards? Moi je fais tout pour que nous les touchions dès cette année. La deuxième interrogation légitime est de ne pas savoir si ces 2,2 milliards seront touchés en 2015. Je le comprends tout à fait cela. Donc il faut présenter à nos armées des schémas qui permettent de faire face à l'absence éventuelle de ces 2,2 milliards pour qu'elle puisse faire face - ce qui est parfaitement légitime - aux commandes, qu'elle a elle-même souhaité programmer avec les grands industriels de l'armement".

Partager cet article

Repost0
19 mars 2015 4 19 /03 /mars /2015 11:55
Célébration des dix ans de l’aumônerie militaire du culte musulman

 

18/03/2015 DICOD

 

Mercredi 18 mars 2015, Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, a célébré à l’Hôtel de Brienne  les dix ans de l’aumônerie militaire du culte musulman en présence du chef d’État-major des armées, le général Pierre de Villiers, de l’aumônier en chef Abdelkader Arbi, nommé en juin 2006, des aumôniers en chef des cultes catholique, protestant et israélite, des aumôniers des quatre cultes et de nombreux invités.

 

Le 18 mars, à l’occasion de la célébration des dix ans de l’aumônerie militaire du culte musulman, Jean-Yves Le Drian, en présence du général Pierre de Villiers, chef d’État-major des armées, et du secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Défense, chargé des Anciens Combattants et de la Mémoire, Jean-Marc Todeschini, a rassemblé à l’Hôtel de Brienne l’aumônier en chef Abdelkader Arbi, nommé en juin 2006, des aumôniers en chef des cultes catholique, protestant et israélite, et des aumôniers des quatre cultes. Étaient également présents le grand rabbin de France Haïm Korsia et le recteur de la Grande Mosquée de Paris Dalil Boubakeur. A cette occasion, le ministre a rappelé que dix ans après sa création, « l’aumônerie musulmane aux armées s’est montrée à la hauteur des espoirs placés en elle », et qu’elle a acquis « légitimité » et démontré du « dynamisme ». Ce mérite revient notamment « aux aumôniers musulmans, parmi lesquels se trouvent une femme et sept réservistes opérationnels ».

 

Pour sa part, Abdelkader Arbi a souligné « [qu'] il aura fallu beaucoup d’effort, d’entrain et de pédagogie pour rassurer, banaliser, rendre accessible au plus grand nombre notre service cultuel». « Les militaires d’aujourd’hui qui vivent leur foi musulmane de manière assumée [...] sont des citoyens à part entière à l’égal de tous les Français », a-t-il ajouté.

 

Créée par arrêté ministériel du 16 mars 2005, l’aumônerie militaire du culte musulman compte trente-huit aumôniers d’active (un aumônier en chef, trois aumôniers en chef-adjoints terre, marine et gendarmerie, cinq aumôniers de zone de Défense, vingt-neuf aumôniers des forces) et cinq aumôniers de réserve répartis sur l’ensemble du territoire national.

 

Avec pour missions essentielles de soutenir moralement et spirituellement les personnels militaires et civils de la Défense qui le souhaitent, les aumôniers militaires des cultes catholique, israélite, protestant et musulman peuvent également être consultés par le commandement dans leur domaine de compétences.

Partager cet article

Repost0
18 mars 2015 3 18 /03 /mars /2015 08:55
photo Sciences Po

photo Sciences Po

 

24/11/2014 Ministère de la Défense

 

Organisé conjointement par l'OED (SGA/DAF) et Sciences Po en présence du ministre et de ses grands subordonnés

 

De façon à stimuler les échanges dans le domaine de l’économie de la défense, l’OED organise désormais chaque année un événement public. En 2013, un colloque ayant pour titre « Economie et choix stratégiques de défense » s’est tenu à l’école militaire en partenariat avec HEC et l’IRSEM.

 

Ce mercredi 19 novembre 2014 s’est tenu un grand débat à Sciences Po, en présence de Jean-Yves Le Drian, ministre de la défense ; du général Vincent Lanata, sous-chef plans à l’EMA ; de Christophe Fournier, directeur des plans, du programme et du budget à la DGA et de Hughues Bied-Charreton, directeur des affaires financières du ministère sur "les choix de défense dans un environnement budgétaire contraint".

 

Le débat était animé par Ghassan Salamé, doyen de l’Ecole des Affaires internationales de Sciences Po et Jean‐Michel Oudot, économiste à la direction des affaires financières du ministère de la Défense et enseignant à l’Ecole des Affaires internationales de Sciences Po.

 

A un moment où le Parlement doit se prononcer sur l’exécution de la loi de programmation militaire, l’enjeu de ce débat était de partager les points de vue et les analyses sur les orientations prises ou envisageables pour rendre compte à la fois des ambitions stratégiques et des contraintes économiques. Ont été notamment abordés les arbitrages en matière de programmes d’armement, les choix capacitaires, les externalisations, les conditions de maintien des compétences (tant en interne au ministère qu’au sein de l’industrie) ou encore les opérations extérieures.

 

Vous pouvez retrouver l’allocution du ministre.

 

Les débats sont également accessibles en vidéo sur le site de Sciences Po / PSIA.

 

 

L’Observatoire Economique de la Défense (OED) fait partie de la Direction des Affaires Financières (DAF) au sein du Secrétariat Général pour l’Administration du ministère de la Défense.

Service statistique ministériel, l’OED remplit une mission à la fois de nature statistique et économique. Il collecte, rassemble et synthétise l’information utile aux autorités du ministère et engage des études économiques sur l’ensemble des domaines d’intervention du ministère (contrats d’armement, analyse industrielle, impacts des efforts de défense, externalisations, ressources humaines, etc.). L’objectif poursuivi est d’éclairer les décideurs, tant publics que privés, en leur fournissant l’information adéquate ainsi que des clés de lecture des mécanismes économiques à l’œuvre dans les opérations envisagées ou en cours.

Pour remplir ses missions transversales à tous les services du ministère, l’OED dispose de compétences originales structurées autour de statisticiens de l’INSEE et de docteurs en économie.

 

2 questions à Christian Calzada, chef de l’OED :

 

La question du poids économique de la Défense dans notre pays revient régulièrement et plus particulièrement en période de réorganisation territoriale. Peut-on le mesurer et si oui comment ?

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Le budget 2014 du ministère de la Défense avec 42,2 Mds €, représente 13,8 % du budget général de l’Etat et compte près de 279 000 agents. Il finance en moyenne 15 % de la R&D publique. Le ministère est également le premier acheteur et premier investisseur public en France. Il alimente également par ses achats, 26 000 entreprises en France, pour un montant de 14,5 Mds € en 2013. 9 entreprises sur dix sont des PME. A ces achats s’ajoutent ceux réalisés par les grands maîtres d’œuvre industriels auprès des PME / ETI, soit 20,2 Mds € en 2012. Enfin les entreprises de la Base industrielle et technologique de défense réalisent un quart des exportations totales françaises. On estime à 165 000, les emplois directs et indirects générés par les efforts de défense en France.

 

Il y a encore peu de recherches universitaires sur l’économie de défense, pourquoi et comment souhaitez-vous développer ces relations ?

Il n’existe pas « d’économie de la défense » au sens strict du terme mais plutôt un domaine qui constitue un cas d’application des outils développés par la science économique. En France et ce contrairement à d’autres pays, les travaux en « économie de la défense » restent dispersés et peu référencés dans les revues internationales. « L’économie de la défense » manque de représentation et de structuration. Et pourtant la défense mérite toute l’attention des économistes et ce au regard des montants investis et des mutations majeures qui ont marqué la défense depuis les années 80 (professionnalisme, nouvelles missions, externalisation, dualité, etc.). L’OED a pour vocation à contribuer à la diffusion d’une culture économique de la défense originale et féconde en entretenant des contacts étroits avec les décideurs publics et privés. L’OED couvre un vaste éventail de thématiques et reste la référence dans un vaste ensemble de domaines (économie industrielle, politiques publiques, commerce international, etc.). Par les conférences et séminaires qu’il organise ou auxquels il participe, il est un lieu d’échange privilégié entre acteurs. Il permet également la rencontre entre chercheurs et praticiens sur les grandes questions économiques d’actualité. Il assure ainsi la diffusion d’une meilleure culture économique dans son domaine. Son action s’oriente également vers le développement de programmes de formation permettant aux professionnels d’acquérir la maîtrise des instruments de l’analyse économique contemporaine.

Partager cet article

Repost0
17 mars 2015 2 17 /03 /mars /2015 16:55
photos Armée de Terre - Marine Nationale - Armée de l'Air - EMA

photos Armée de Terre - Marine Nationale - Armée de l'Air - EMA

Le budget des opérations extérieures dépasse systématiquement les prévisions.

 

17/03/2015 Par Alain Barluet – LeFigaro.fr

 

Jean-Pierre Raffarin, actuel président de la commission des Affaires étrangères du Sénat, estime que l'armée française pourrait se retrouver en cessation de paiement dès l'été.

 

Jean-Pierre Raffarin tire la sonnette d'alarme: les armées françaises risquent de se retrouver en cessation de paiement dès l'été prochain si les solutions ne sont pas mises en œuvre pour trouver 3 milliards d'euros toujours manquants au budget de la Défense.

«La situation est assez grave, nous avons un manque de 3 milliards pour boucler le budget 2015», a déclaré sur RTL l'ancien premier ministre, actuellement président de la commission des Affaires étrangères du Sénat. Il a détaillé ce déficit qui comprend «2,2 milliards d'équipements et 800 millions liés aux opérations extérieures».

En effet, l'essentiel des sommes prévues au titre de «recettes exceptionnelles» devait provenir de la vente aux enchères de fréquences très haut débit (700 mégahertz) aux opérateurs de téléphonie mobile. Mais cette vente n'est pas prévue avant le mois de décembre 2015. Quant au budget des Opex, systématiquement sous-évalué, il excédera de beaucoup les 450 millions d'euros prévus dans le budget de l'État voté en décembre. Ces surcoûts font normalement l'objet d'un financement interministériel.

 

«Les plus grandes réserves de Bercy»

 

Des données connues mais qui, formulées par M. Raffarin, prennent une résonance certaine. D'autant que son message a aussi consisté à s'adresser à François Hollande pour lui demander «d'arbitrer» entre le ministère de la Défense et Bercy dont les relations, traditionnellement mauvaises, connaissent un nouveau pic de tension. «Je demande aujourd'hui solennellement au président de la République d'arbitrer entre ces deux ministères pour nous indiquer quels sont les outils financiers de nature à boucler le budget 2015 de la Défense», a dit M. Raffarin.

Au cœur du litige figurent les «sociétés de projet» (SPV), l'expédient proposé dans par Jean-Yves Le Drian et validé par le chef de l'État pour tenter de garantir dans l'urgence des liquidités à la Défense. Inscrite dans la loi Macron, cette formule s'apparente à une sorte de leasing consistant à vendre aux industriels des équipements puis à leur louer. Le ministre de la Défense a indiqué la semaine dernière que deux «sociétés de projet» seront créées avant l'été et concerneront trois frégates multimissions (FREMM) et quatre avions A400M. Ces sociétés de projets doivent être abondées à hauteur de 2,2 milliards d'euros par le biais du portefeuille géré par l'Agence des participations de l'État (APE).

Ces perspectives suscitent toutefois «les plus grandes réserves de Bercy», a relevé Jean-Pierre Raffarin. Un euphémisme qui ne se limite d'ailleurs pas au ministre des Finances, Michel Sapin, notoirement hostile, et à ses services mais que partagent nombre de militaires, qu'inquiètent le principe mais aussi le fonctionnement et les coûts induits de ces SPV. Pour l'ex-premier ministre, le temps presse: «Nous sommes à la veille d'une crise si le président de la République n'arbitre pas entre ces deux ministères pour financer la Défense nationale», a-t-il déclaré mardi.

Partager cet article

Repost0
17 mars 2015 2 17 /03 /mars /2015 13:55
A400M (photo Armée de l'Air) - FREMM (photo DCNS)

A400M (photo Armée de l'Air) - FREMM (photo DCNS)

" S'agissant des sociétés de projet, "il y a un certain nombre de critères pour que ce soit déconsolidant et les projets examinés à ce stade ne respectent pas tous ces critères"

 

17/03/2015 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Les sociétés de projet vont-elles échapper au périmètre des administrations publiques dans le cadre du Traité de Maastricht ? Pas clair, a expliqué le directeur général du Trésor, Bruno Bézard.

 

Les fameuses sociétés de projet (SPV), voulue ardemment par le ministère de la Défense, vont-elles échapper au périmètre des administration publiques dans le cadre du Traité de Maastricht ? Pour le directeur général du Trésor, Bruno Bézard, ce n'est pas encore très  clair. C'est ce qu'il a expliqué au Sénat la semaine dernière.

 

    "Le statisticien national ou européen ne peut y répondre que sur la base d'un projet précis. Tant qu'il n'y a pas de projet précis, on ne peut pas dire s'il est consolidant ou déconsolidant. Comme l'a dit Christian Eckert, il y a un certain nombre de critères pour que ce soit déconsolidant et les projets examinés à ce stade ne respectent pas tous ces critères. Je ne peux pas vous dire si, in fine, le schéma retenu respectera ces critères - encore faut-il qu'Eurostat ait ensuite la même appréciation. Tout dépend du schéma juridique et financier retenu", a déclaré Bruno Bézard au Sénat.

 

Le directeur du Trésor est plus nuancé que le secrétaire d'État au Budget, Christian Eckert, qui a toujours été contre les sociétés de projet (SPV). Bercy ne veut pas des SPV pour une raison simple. Les dépenses liées aux sociétés de projet "seront à tous les coups requalifiées pour être intégrées au périmètre maastrichtien. Il est donc clair que ce montage ne répond pas à l'un des objectifs recherchés", avait-il expliqué le 11 février à l'Assemblée Nationale. A savoir, les sociétés de projet ne permettent pas d'échapper à la comptabilisation en dépense maastrichtienne.

Partager cet article

Repost0
16 mars 2015 1 16 /03 /mars /2015 16:55
photo davric

photo davric

 

16/03/2015 Ministère de la Défense

 

Mardi 18 mars 2015, Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, célèbrera – en l’Hôtel de Brienne - les dix ans de l’aumônerie militaire du culte musulman en présence de l’aumônier en chef Abdelkader Arbi, nommé en juin 2006 ; des aumôniers en chef des cultes catholique, protestant et israélite ; des aumôniers des quatre cultes et de nombreux invités.

 

Créée par arrêté ministériel du 16 mars 2005, l’aumônerie militaire du culte musulman compte trente-huit aumôniers d’active (un aumônier en chef, trois aumôniers en chef-adjoints terre, marine et gendarmerie, cinq aumôniers de zone de Défense, 29 aumôniers des forces) et cinq aumôniers de réserve répartis sur l’ensemble du territoire national.

 

Avec pour missions essentielles de soutenir moralement et spirituellement les personnels militaires et civils de la Défense qui le souhaitent, les aumôniers militaires des cultes catholique, israélite, protestant et musulman peuvent également être consultés par le commandement dans leur domaine de compétences.

Partager cet article

Repost0
16 mars 2015 1 16 /03 /mars /2015 12:30
Canon Caesar (Nexter Systems) - VBL Mistral (RTD - MBDA)

Canon Caesar (Nexter Systems) - VBL Mistral (RTD - MBDA)

 

16/03/2015 lorientlejour.com

 

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, est attendu le 22 avril à Beyrouth pour une visite officielle qui s'inscrit dans le cadre de la concrétisation du plan des trois milliards de dollars conclu entre la France, le Liban et l'Arabie saoudite et visant à moderniser les forces armées, selon des sources citées par l'agence al-Markaziya.

Ce plan devra démarrer au début du mois d'avril, avec au menu de la première livraison « des armes sophistiquées, dont certaines disponibles dans les entrepôts des entreprises françaises, et réhabilitées de manière à satisfaire les besoins de l'armée, conformément à une liste établie par le commandement et remise aux responsables français ». D'autres armes ont été spécialement fabriquées pour le Liban.

La première livraison comportera ainsi des hélicoptères de combat, des roquettes, des batteries d'artillerie lourde, des vedettes de surveillance maritime et des équipements de communication sophistiqués « susceptibles de renforcer la capacité de l'armée à lutter contre les terroristes, principalement dans les régions montagneuses à la frontière est du pays ».

La livraison des armements et du matériel se poursuivra progressivement sur une durée de trois ans, du fait de l'absence de stocks dans les entrepôts des entreprises qui vont les fournir.

Selon ces sources, une délégation militaire française est également attendue au Liban pour entraîner l'armée libanaise. Parallèlement, des officiers et des militaires libanais recevront une formation en France.

Partager cet article

Repost0
13 mars 2015 5 13 /03 /mars /2015 17:55
Budget militaire : pourquoi Bercy ne lâche rien

Le ministère de la Défense va vendre du matériel militaire à des "sociétés de projets" qui le loueront ensuite aux armées. Le ministère de la Défense va vendre du matériel militaire à des "sociétés de projets" qui le loueront ensuite aux armées.

 

13/03/2015 Par Jean Guisnel - Le Point.fr

 

La Défense va recevoir davantage de moyens et 18 500 postes devraient être maintenus. Mais comment payer ? Le débat fait rage entre les deux ministères.

 

Le bras de fer recommence entre la Défense et Bercy. En conseil de défense, le 11 mars, François Hollande a acté la moindre déflation d'effectifs qu'il avait engagée en janvier. Sur les 24 000 nouvelles suppressions de poste validées par la loi de programmation militaire 2014-2019, le président de la République avait alors décidé d'en conserver 7 500. Mais, comme Le Monde l'a écrit jeudi, il a pris la décision de conserver 11 000 postes de plus, ce choix n'étant pas annoncé officiellement.

Ce sont donc finalement 18 500 postes qui seront conservés. Selon nos informations, l'éventualité d'annuler purement et simplement les suppressions de poste initialement inscrites dans la LPM a été étudiée. Reste à financer ces postes maintenus, les choix budgétaires devant faire l'objet d'une remise à plat de la programmation militaire avant l'été. Si vous avez aimé les épisodes précédents de la guerre Défense-Bercy, vous n'allez pas être déçu par ceux qui vont suivre...

 

Manquent 2,2 milliards

Nous avons pu lire une note "blanche", que les ministères appellent aussi un "non-papier", transmise durant la première quinzaine de février par les services du ministre de l'Économie et des Finances Michel Sapin à ceux du Premier ministre Manuel Valls. Ce document propose une analyse originale de la question du "trou" budgétaire de 2,2 milliards auquel la défense doit faire face pour l'année 2015. Rappelons que, pour atteindre les 31,4 milliards d'euros du budget de la défense, il est impératif d'y inclure 2,2 milliards d'euros de "ressources exceptionnelles".

Celles-ci doivent notamment être abondées par la vente de fréquences radio, qui ne pourra pas se produire avant 2016 dans le meilleur des cas. La Défense propose la création de "sociétés de projets " qui achèteraient des matériels militaires (avions A400M et frégates FREMM) pour 2,2 milliards d'euros, qui seraient ensuite loués aux armées. Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a estimé lors d'une conférence de presse le 11 mars que ces sociétés de projets seraient en place à l'été.

 

Bugdet général

La loi Macron a dégagé un certain nombre d'obstacles juridiques qui interdisaient jusqu'alors cette éventualité, à laquelle François Hollande a donné son accord. Mais Bercy y demeure plus que jamais opposé. Entre autres arguments, le ministère des Finances réfute l'idée que le produit des ventes de matériels militaires aille automatiquement à la Défense. Bercy estime en outre que le choix des sociétés de projets "représente un surcoût financier certain" tout en faisant "courir un risque réputationnel majeur à la France, principalement vis-à-vis de Bruxelles et des observateurs financiers, mais également de l'opinion publique française".

Et de préciser : "Le grand public saura déceler une dérive dangereuse dans le fait que l'État et le ministère de la Défense n'aient plus les moyens d'acheter ses matériels emblématiques." Le Drian se trouve à une position diamétralement opposée : "J'applique les ordres du président de la République et je mets en oeuvre les sociétés de projets. Le schéma pour les années suivantes sera nettement plus élaboré et intégrera du service et des capitaux privés, nous y travaillerons, mais ce sera un deuxième temps."

 

Solutions inventives

Quelles solutions propose Bercy pour financer, à la fois, les 2,2 milliards manquants pour 2015 mais aussi les sommes qui manquent pour les années suivantes (1,6 milliard pour 2016 et 1,4 milliard pour 2017), sans compter les autres milliards qu'il faudra bien trouver pour payer les 18 500 postes maintenus ? Qui pourrait mobiliser jusqu'à deux milliards pour les trois années 2015-2017... C'est là que Bercy est vraiment inventif en proposant "des pistes permettant de faciliter la gestion 2015 du Mindef (ministère de la Défense)". On sort la calculette.

La baisse du prix de pétrole et l'inflation moindre que prévu ? Un milliard d'euros environ économisés pour l'année 2015. La vente de trois Rafale à l'Égypte (en fait, six seront livrés dès 2015), comptabilisés pour 70 millions d'euros pièce? Et c'est 200 millions de plus. La vente de la FREMM Normandie, toujours à l'Égypte : 500 millions. Et ces trop-versés à l'agence d'armement européenne Occar ? Trois cents millions de mieux. Et, pour finir, décalage à 2016 d'un versement de 300 millions au CEA (Commissariat à l'énergie atomique). Total : entre 2,1 et 2,3 milliards récupérés. Ça tombe bien ! C'est le montant qui manque pour boucler le budget 2015... qui n'aurait donc pas besoin des sociétés de projets !

 

"L'union est un combat", avait dit autrefois Georges Marchais. Cette fois, Jean-Yves Le Drian et Michel Sapin remontent sur le ring. Entre ses deux proches, le président devra bien finir par trancher une fois pour toutes...

Partager cet article

Repost0
13 mars 2015 5 13 /03 /mars /2015 12:55
photo Ministère de la Défense

photo Ministère de la Défense

 

12.03.2015 Par Olivier Berger, grand reporter à La Voix du Nord

 

Même si le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a feint jeudi d'avoir appris le matin en Conseil de défense qu'un nouveau contrat opérationnel pour la protection du territoire national devait être élaboré, les calculettes chauffent au cabinet et dans les états-majors...

 

Elément incontournable de base, 7 000 militaires déployés dans la durée pour protéger les sites religieux, cela signifie un total multiplié par trois avec la préparation et les permissions, soit 21 000. Pour l'instant, cette posture est valable jusqu'à l'été et son renouvellement sera discuté lors d'un prochain Conseil de défense. Cela signifie-t-il pour autant qu'à terme, le ralentissement des déflations, annoncé au-delà des 7 500 déjà prévus, sera de ce montant ? C'est loin d'être si simple, évidemment.

 

En interarmées, on commencerait à se regarder en chiens de faïence. L'armée de terre assure 99 % de l'opération Sentinelle et pourrait donc sauver les meubles en priorité si la mission TN (territoire national) est appelée à se développer. Ce serait logique. Le ministre a dit textuellement que le nouveau modèle de l'armée de terre (dénommé Au Contact !) " permettra d'accroître les effectifs de la force opérationnelle terrestre ".

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
13 mars 2015 5 13 /03 /mars /2015 12:45
Crédits EMA (Aout 2014)

Crédits EMA (Aout 2014)

 

12 mars 2015 par Laurent Marchand – Tout un monde

 

A l’ère de la communication globalisée, le phénomène terroriste suscite une étrange impression. On a beau détourner le regard, le message des terroristes islamistes nous parvient. Malgré nous. Même sans les voir, nous avons tous en tête les égorgements d’otages, les décapitations solennelles, les enfants bondés d’explosifs sacrifiés sur un attentat. Ou encore cet enfant transformé en bourreau abattant hier un arabe israélien. L’effroi, l’objectif premier des terroristes, nous contamine.

 

Et pour cause, la spectacularisation de la violence fait partie de la stratégie même de ces groupes. Ils mêlent sciemment le maniement du sabre et la maîtrise d’internet. Ils jouent délibérément sur des cordes ancestrales, en convoquant le sacré pour justifier des crimes de sang, tout en ayant recours à des procédures modernes et des studios de production de messages vidéo.

 

       Dans ce registre, Daech, l’Etat islamique impressionne particulièrement. Sa stratégie est elle-même duale. Elle consiste à conquérir simultanément des territoires de proximité  par les armes et des adeptes éloignés par internet. Pour nourrir leur légion étrangère de combattants. Pour rallier des groupes islamistes partageant leurs visées.

 

       Ainsi, depuis juin dernier, plusieurs groupes ont fait allégeance au « calife » al-Bagdadi, le maître de Daech. En Egypte, en Libye. Et depuis quelques jours, au Nigéria. Le ralliement de Boko Haram, un mouvement qui depuis près de quinze ans sème la violence dans le Nord du Nigéria,  marque une étape importante.

 

       Car de l’Algérie à la Somalie, un arc de crise s’étire du cœur de l’Afrique. Dans des territoires immenses et économiquement déprimés. Si Daech fédère, dans cet espace, plusieurs groupes terroristes, comme on peut le craindre à présent au nord-Mali, la menace qu’il représente va changer de nature et monter d’un cran.

 

    Daech n’est pas invincible

 

       La création par la France l’an dernier du dispositif « Barkhane » était censée, justement, répondre par une approche régionale à la menace islamiste qui avait justifiée l’intervention au Mali. Si la marque Daech se répand en Afrique, c’est cette stratégie qu’il faudra renforcer. C'est le sens de l'annonce faite hier par le ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian, d'une légère augmentation du nombre d'hommes impliqués dans le dispositif.

 

       La collaboration du Tchad, du Niger et du Cameroun contre les combattants de Boko Haram, en territoire nigérian, commence à donner ses fruits. Paris, qui préside pour un mois le Conseil de Sécurité, s’active beaucoup aux Nations Unies pour que la force régionale en phase de constitution soit davantage soutenue. Par les pays africains eux-mêmes. Et par les autres puissances occidentales.

 

       Jusqu’ici, Washington et Londres (un peu disparue des radars géostratégiques) ont surtout concentré leur attention sur la Corne de l’Afrique. Les Etats-Unis ont laissé volontiers la France agir seule  au Sahel. Considérant que le danger était pour eux de faible intensité et que c’était à l’Europe de gérer le chaos Libyen.

 

       Le Nigéria, toutefois, est un colosse. Démographique et pétrolier. Si Daech devait y prendre pied, les efforts régionaux ne suffiront pas. Et la France est déjà au maximum de ses possibilités. Avec plus de 8 000 hommes engagés à l’étranger et 10 000 mobilisés dans l’Hexagone.

 

       Daech n’est pas invincible comme le montre la prise hier de Tikrit, en Irak. La lutte contre ce monstre à mille têtes sera longue, certes, mais il faut renverser les armes. Ne pas se faire aveugler par la propagande, et traquer pas à pas ses bases au sol.

Partager cet article

Repost0
13 mars 2015 5 13 /03 /mars /2015 08:55
FREMM Aquitaine - photo DCNS

FREMM Aquitaine - photo DCNS

 

11/03/2015 LeMarin.fr

 

Lors d’une conférence de presse ce mercredi 11 mars, Jean-Yves Le Drian a confirmé que les premières sociétés de projets, destinées à porter financièrement certains matériels militaires pour les relouer ensuite aux armées (étalant ainsi, moyennant intérêts, leur coût d’acquisition), seront mises en place dès 2015. Ceci dès que la loi Macron, qui en prévoit la création, sera promulguée, ce que le gouvernement espère être fait à l’été. Dans la foulée, les deux premières sociétés de projets (SDP) seront mises en place. L’une pour trois frégates Fremm, en l’occurrence les plus avancées. L’autre pour quatre appareils de transport militaire A400M.

 

Ces deux premières SDP seront alimentées par le produit de cessions de participations de l’État. Ultérieurement, des fonds privés seront apportés aux SDP suivantes, les industriels concernés devant à l’évidence s’attendre à être sollicités. Interrogé sur les réticences notoires de Bercy (non seulement sur le surcoût engendré au final par ce processus de leasing, mais aussi par le fait que les montants financés ne seront pas évacués du décompte de la dette publique), Jean-Yves Le Drian a précisé que le président de la République ayant annoncé leur création (à bord du Charles de Gaulle en janvier), il obéit et les met en œuvre.  Et au passage ajoute que les SDP pourront également porter sur des prestations de services. On pense en la matière à des contrats de maintien en condition opérationnelle.

 

Le ministre de la Défense a également été interrogé quant au remplacement, pour la Marine nationale, de la Fremm Normandie, qui lui a été prélevée pour livraison à l’Égypte. Il a répondu que la Marine disposerait du nombre prévu de frégates Fremm et que la procédure de commande de l’unité nécessaire à la Marine devait être engagée immédiatement.

 

En ce qui concerne le programme des quatre BSAH (bâtiments de soutien et d’assistance hauturiers), Jean-Yves Le Drian a précisé que la notification du contrat devait intervenir en 2015. Ces quatre navires de 65 mètres avaient déjà fait l’objet d’un premier appel d’offres sollicitant des partenariats public-privé, sans que les offres soient alors jugées satisfaisantes.

 

Autre point important : les déflations d’effectifs initialement demandées aux armées (34 000 hommes) seront pour une seconde fois amoindries. Le ministre de la Défense a indiqué que des besoins nouveaux sont identifiés en matière de lutte contre le terrorisme, le président de la République ayant annoncé la création d’une force permanente de 7 000 hommes sur le sol français (au sein de l'armée de Terre). En conséquence, les 7 500 postes qui avaient déjà été épargnés devraient être plus nombreux.

 

Les attentats de janvier à Paris auront aussi pour conséquence d'avancer en juin l'actualisation (il ne s'agira pas d'une révision) de la loi de programmation militaire prévue en fin d'année.

 

Hors conférence de presse, on s'interrogeait sur le calendrier personnel de Jean-Yves Le Drian. On le sait désireux de représenter à nouveau le PS en Bretagne aux élections régionales de décembre, mais également très apprécié par l’Élysée à son poste actuel. Le ministre souhaite, dit-on, assurer quoi qu'il en soit ses fonctions actuelles jusqu’à la fin de l’année. À cette date, il aura pu veiller au bon déroulement des mesures qu’il vient d’annoncer.

Partager cet article

Repost0
12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 17:55
photo EMA

photo EMA

 

12 March 2015 defenceWeb (Reuters)

 

France is increasing its West African counter-insurgency force to support regional forces fighting Nigerian Islamist militant group Boko Haram, Defence Minister Jean-Yves Le Drian said on Wednesday.

 

France has headquartered its more than 3,000-strong Sahel counter-insurgency force, Barkhane, in the Chadian capital N'Djamena, some 50 km (30 miles) from the Nigerian border.

 

Until now those troops have largely been tasked with tracking al Qaeda-linked militants spanning across the Sahara from Mauritania in the west and southern Libya in the east.

 

"We will slightly increase the numbers on Barkhane," Le Drian told reporters without giving specific details.

 

He said the troops would provide support to forces fighting around Lake Chad, where Boko Haram has in recent months increasingly threatened regional countries.

 

Cameroon, Chad, Niger and Benin have mobilised forces this year to help Nigeria defeat Boko Haram after it seized territory and staged cross-border attacks.

 

"We do not intend to take part in the fighting," Le Drian said.

 

Paris has, however, already sent about 40 military advisers to Niger's southern border with Nigeria to help coordinate military action by the regional powers fighting Boko Haram and has been operating reconnaissance missions near the Nigerian border and sharing intelligence.

 

It is expected to reduce its 2,000 strong contingent in Central African Republic to deploy more to Barkhane, defence and military sources have said.

 

France, which has the U.N. Security Council presidency in March, is also pushing for a resolution by early April that would back a 10,000-strong African force to fight Boko Haram, providing it crucial financing to carry out operations

Partager cet article

Repost0
12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 15:55
Vol en patrouille photo Dassault Aviation - K. Tokunaga

Vol en patrouille photo Dassault Aviation - K. Tokunaga

 

12/03/2015 Michel Cabirol - LaTribune.fr

 

Le ministre de la Défense souhaite lancer un drone MALE européen. Il voudrait signer un accord de principe sur le lancement des études de ce type de drone. En Europe, le Reaper américain a fait une OPA sur ce marché.

 

La route est encore longue et surtout très incertaine en matière de drone MALE (Moyenne altitude longue endurance) européen. Mais le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian fait preuve d'une bonne volonté pour gagner ce pari. En tout cas, les études de ce futur drone MALE de nouvelle génération seront lancées cette année, avec un accord de principe dès le salon aéronautique du Bourget, a annoncé mercredi Jean-Yves Le Drian.

"Notre effort en matière de drones de surveillance et d'ISR (Intelligence, Surveillance & Reconnaissance, ndlr) devrait être accentué, avec notamment, dès cette année, le lancement des études relatives au futur drone européen, que la France envisage à l'horizon 2025 avec l'Allemagne et l'Italie", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.

Quand une telle décision sera-t-elle prise? "Le Salon du Bourget, au mois de juin, constituera un autre rendez-vous majeur pour nos industries de défense. Ce sera d'ailleurs un jalon important sur le chemin de la réalisation du drone européen, puisque nous signerons à cette occasion un accord de principe sur le lancement des études", a précisé le ministre. En juin 2013, Jean-Yves Le Drian, au moment où il avait annoncé son choix d'acheter des drones américains Reaper, avait expliqué qu'à plus longue échéance, il fallait "préparer avec les Européens le drone MALE de troisième génération". On y est mais existe-t-il un marché?

A l'époque, Jean-Yves Le Drian avait évalué le marché à 30 ou 40 drones en Europe. Selon lui, la Pologne pourrait à terme avoir besoin de ce type de drones, qu'utilisent déjà l'Allemagne, la France, la Grande-Bretagne et l'Italie. Pour autant, certains observateurs restent sceptiques sur la constitution d'une filière industrielle : le marché européen, déjà difficile à unifier, reste trop étroit et un drone MALE est un programme relativement modeste pour accepter de nombreux partenaires.

 

Un projet européen

Ce projet de drone MALE européen est porté par Airbus Group, Dassault Aviation et Alenia Aermacchi (groupe Finmeccanica) qui ont soumis en mai dernier aux gouvernements français, allemand et italien une proposition concrète pour construire ensemble un drone militaire d'ici à 2020, un marché dominé par les États-Unis et Israël. Les trois groupes européens d'aéronautique avaient en juin 2013 fait part de leur volonté de coopérer pour fabriquer un drone MALE  de nouvelle génération.

"Non seulement un tel programme conjoint satisferait les besoins des forces armées européennes, mais en outre il surmonterait les difficultés budgétaires actuelles par la mise en commun des ressources allouées à la recherche et au développement", avaient souligné les trois partenaires.

Lors de la présentation de ses résultats annuels mercredi, Dassault Aviation a évoqué dans ses faits marquants "le début des discussions avec les ministères de la Défense français, allemand et italien en vue de la phase de définition d'un programme de drone MALE européen, sur la base de la proposition" élaborée avec ses deux partenaires, sans plus de précision.

 

Le Reaper, le drone MALE européen

Pour autant, les industriels et les nations européennes ont échoué pendant plus de dix ans à s'entendre sur un projet commun de drone MALE, avec pour conséquence la domination du Reaper en Europe, où il équipe déjà la Grande Bretagne, l'Italie et la France. Acet égard, Jean-Yves Le Drian a indiqué mercredi que la France allait recevoir au mois d'avril un troisième drone Reaper et en commander trois supplémentaires à l'été.

Lors d'un sommet consacré à la Défense en décembre 2013, les Européens avaient souligné l'urgence du besoin de drones pour les pays européens, mais les baisses des budgets militaires n'ont pas jusqu'ici permis de débloquer les crédits pour développer un tel projet de drone. Et l'avenir est très sombre notamment en Grande-Bretagne et en Italie où des coupes dans les budgets de défense sont à prévoir... Pour le drone MALE européen, le chemin est encore très incertain.

Partager cet article

Repost0
12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 07:56
Inflexion de la LPM: Jean-Yves Le Drian veut ouvrir cinq travaux

 

11.03.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense
 

La Loi de programmation militaire, on le sait, va être actualisée en juin, "pour adapter l’organisation des armées […] et leur permettre d’apporter une protection adaptée à l’évolution des menaces et aux besoins de protection des Français", comme l'a dit François Hollande ce matin.

Le Parlement débattra, doctement mais fermement certainement, puis votera sans aucun doute le lancement du chantier, certes annoncé dès 2013 mais accéléré par l’évolution de la situation intérieure/extérieure (Ops Barkhane où les effectifs vont être légèrement renforcés, Sangaris, Chammal et Sentinelle) et les besoins accrus de la Défense.

Il ne s’agit pas de détricoter la LPM mais de retricoter les armées, et en particulier l’armée de terre. Jean-Yves Le Drian, qui assure avoir "le nez dans le guidon sur les affaires de défense", le rappelle: "Les fondamentaux restent là".

 

Pour autant, il est bien décidé à initier "cinq inflexions".

 

1- Les effectifs. 10 200 militaires sont actuellement déployés en opex et 7 000 en métropole dans le cadre de Sentinelle (avec ceux de "Vigipirate historique" et du soutien, on arrive à 10 000 hommes, pour surveiller 682 sites. Le niveau actuel devrait rester stable jusqu’au 1er juillet au moins).
Eh oui, le contrat opérationnel est largement dépassé ; d’où l’urgence d’une inflexion dans ce domaine-là. "Il faut revoir la trajectoire des effectifs pour tenir compte du très haut niveau d’engagement des armées", martèle JYLD.
Cette première inflexion ira au-delà le moratoire sur la réduction des réductions d'effectifs (7500 postes sauvegardés) annoncé par François Hollande lors de ses vœux (voir mon post ici). Mais JYLD se refuse à avancer un chiffre.
Seule certitude : c’est l’armée de terre qui va en profiter. D’ailleurs, le modèle "Armée de terre" est en cours de redéfinition dans le cadre du chantier "au contact".

 

2- Adapter les priorités. Même si le ministre refuse de détailler les mesures, l’orientation est clairement au renforcement. Et il interviendra dans les domaines suivants: forces spéciales, drones, cyber et renseignement( moyen ISR en particulier).

 

3- Equiper. Le ministre entend "lever les hypothèques  sur certains équipements (Rafale par exemple). Il veut aussi s’assurer que les bons engagements seront tenus (sur les drones par exemple dont trois nouveaux exemplaires seront commandés "à l’été").
Parmi les urgences qui tiennent à cœur à JYLD: les hélicoptères. D’où "un plan spécifique pour des hélicoptères de manœuvres" (de quoi ravir Airbus D&S).

 

4- Des ressources financières. L’urgence est toujours de crédibiliser les ressources financières nécessaires à la LPM. Il s’agit d’être "au rendez-vous des 31,4 milliards" et pour cela, les sociétés de projet sont vitales (deux SdP, sans partenaires privés ou étrangers, sont envisagées, l’une pour trois Fremm, l’autre pour quatre Atlas). Reste que les inflexions anticipées auront un coût, surtout (et JYLD le reconnaît) si le périmètre des effectifs s’élargit. Le futur débat au Parlement risque donc de porter, non pas sur l'opportunité du renforcement, mais sur les fameuses REX qui permettraient de boucler le budget de la Défense mais dont l'incertitude le plombe plus que tout.

 

5- Association. Suite à l’arrêt de la CEDH, le ministère veut combler "le vide juridique" en reconnaissant des associations au niveau national. 
Sera précisée aussi dans la LPM infléchie la question de l’éligibilité des militaires (aux élections municipales en particulier).

Partager cet article

Repost0
12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 07:55
photo Armée de Terre

photo Armée de Terre

 

11/03/2015 Par lefigaro.fr (AFP, AP, Reuters)

 

Le chef de l'Etat a annoncé le maintien des 10.000 militaires déployés dans le cadre du dispositif Sentinelle «au minimum jusqu'au début de l'été». Il a également déclaré qu'il y aurait encore moins de postes supprimés dans l'armée.

 

Les mesures exceptionnelles prises dans le cadre du plan Vigipirate deployé après les attentats de janvier vont êtres conservées. François Hollande a décidé de «maintenir l'engagement des armées sur le territoire national à hauteur de 10.000 militaires» en «soutien» des forces du ministère de l'Intérieur, a déclaré mercredi l'Élysée, à l'issue d'un Conseil de défense. Lors d'une conférence de presse, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a précisé que le dispositif Sentinelle sera maintenu «au minimum jusqu'au début de l'été, date à laquelle il sera réévalué».

«7000 d'entre eux sont déployés dans la durée, principalement pour la surveillance et la protection de sites à caractère confessionnel particulièrement menacés», a précisé la présidence, deux mois après les attaques djihadistes de début janvier qui ont fait 17 morts à Paris et dans la région parisienne. Près de la moitié des 682 sites protégés par l'armée se trouvent en Ile-de-France (330), a relevé M. Le Drian, le niveau «alerte attentats» étant décrété dans la région parisienne et les Alpes-Maritimes, le reste de l'Hexagone relevant de la «vigilance renforcée».

Le maintien du dispositif, dont le coût est estimé à un million d'euros par jour, s'accompagnera d'une diminution supplémentaire des suppressions de postes dans l'armée. Le chef de l'Etat a demandé «d'en tirer toutes les conséquences en termes d'adaptation des effectifs du ministère de la Défense, au-delà des 7500 postes dont il avait déjà décidé le maintien le 21 janvier dernier». Un «travail (qui) sera réalisé dans le cadre de l'actualisation de la loi de programmation militaire».

 

Moins d'emplois supprimés dans l'armée

François Hollande souhaite, poursuit le communiqué de l'Élysée, que «les mesures nécessaires» soient prises «pour adapter l'organisation des armées à cette évolution de leur mission et leur permettre d'apporter une protection adaptée à l'évolution des menaces et aux besoins de protection des Français».

Le 21 janvier, à l'issue d'un précédent Conseil de défense réuni à l'Elysée, le chef de l'État avait annoncé que 7500 emplois de moins que prévu seraient supprimés sur la période 2015-2019 au sein des armées, leur donnant un peu de répit après une série de restructurations massives.

Les réductions d'effectifs devaient être ainsi inférieures de 30% au projet initial, qui prévoyait un total de 26.000 suppressions de postes, dont 7500 par an en 2015, 2016 et 2017 et 3500 en 2018. Dès cette année, le nombre de suppressions de postes doit être ramené à environ 6000.

Partager cet article

Repost0
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 22:55
photo Dassault - DCNS - Nexter Systems - RTD - MBDA

photo Dassault - DCNS - Nexter Systems - RTD - MBDA

 

11 mars 2015 Romandie.com (AFP)

 

Paris - Les exportations françaises d'armement ont atteint un nouveau record en 2014, avec un montant supérieur à 8 milliards d'euros, a annoncé mercredi le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

 

Depuis mon arrivée (en 2012), le montant des prises de commandes a doublé, a-t-il ajouté, lors d'une conférence de presse.

 

Celles-ci se sont élevées à 4,8 milliards d'euros en 2012 et 6,87 milliards d'euros en 2013 (+43% par rapport à l'année précédente). En 2014, la hausse est donc d'au moins 16% par rapport à 2013.

 

J'ai toutes les raisons de penser que nous allons poursuivre sur cette lancée en 2015, a poursuivi le ministre, en prenant l'engagement de redoubler d'efforts pour remporter d'autres contrats.

 

A ces conditions, nous pourrons effectuer les investissements prévus par la Loi de programmation militaire (LPM) pour la modernisation de nos forces, a-t-il estimé.

 

La France va notamment livrer trois milliards de dollars d'armements au Liban à partir d'avril, ainsi que 24 avions de chasse Rafale et une frégate multimissions à l'Égypte, un contrat d'un montant de 5,2 milliards d'euros.

 

Au titre des matériels nécessaires aux forces armées, M. Le Drian a indiqué avoir demandé la préparation de plans spécifiques afin de doter les forces françaises d'hélicoptères, spécialement d'hélicoptères de manoeuvre, et de moyens de transports aériens tactiques.

 

Ce sont des lacunes qui sont clairement apparues réelles au cours des derniers mois et nous devons y remédier, a-t-il dit.

 

Trois drones de moyenne altitude longue endurance (MALE) Reaper seront commandés à l'été, et une livraison aux armées interviendra au début du mois d'avril, a-t-il par ailleurs indiqué.

 

L'industrie de défense française génère un chiffre d'affaires de plus de 17 milliards d'euros pour 165.000 emplois directs ou indirects, selon un rapport publié en 2014 par le ministère de la Défense.

 

Avec 29% du total des exportations recensées en 2013, les États-Unis dominent le marché mondial de l'armement, devant la Russie (27%), l'Allemagne, la Chine et la France.

Partager cet article

Repost0
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 21:55
Agenda 2015 du ministre de la Défense

 

11/03/2015 Conférence de presse du ministre de la Défense

 

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a dévoilé lors de la conférence de presse du mercredi 11 mars son agenda pour 2015.

 

Mars

Communauté de Défense (27 mars) : Journée nationale du réserviste.

 

Avril

 

Renseignement : début de l’examen du projet de loi relatif au renseignement à l’Assemblée nationale.

Exportations d’armement : mise en oeuvre du contrat DONAS, programme de livraison de matériel d’armement français aux forces armées libanaises financé par l’Arabie saoudite.

Déplacement au Liban et en Jordanie.

Opérations extérieures (30 avril) : déclaration par l’Organisation des Nations unies de la pleine capacité opérationnelle de la MINUSCA (Centrafrique).

Post-Louvois : notification du marché de « Source Solde », futur système de paie du ministère de la Défense.

• Equipements : réception du troisième drone de moyenne altitude longue endurance Reaper.

Déplacement en Ethiopie et à Djibouti.

 

Mai

Europe de la Défense (10 mai) : 70e anniversaire de la Libération de Lorient en présence des ministres de la Défense d’Allemagne, d’Espagne, d’Italie et de Pologne, en prévision du Conseil européen de juin 2015.

Europe de la Défense (18 mai) : réunion des ministres de la Défense de l’Union européenne à Bruxelles

Mémoire (20 et 21 mai) : colloque « François Mitterrand et la Défense » organisé par l’Institut François Mitterrand et le ministère de la Défense.

Transformation du ministère de la Défense (28 mai) : présentation du modèle futur de l’armée de terre « Au contact ! ».

Déplacement à Singapour : Shangri-La Dialogue.

 

Juin

Europe de la Défense : préparation du Conseil européen en partie consacré aux questions de Défense.

Exportations d’armement (début juin) : publication du rapport 2014 sur les exportations d’armement et présentation complète du bilan record de l’année 2014.

Industries (15 au 21 juin) : Salon international de l’aéronautique et de l’espace du Bourget.

Actualisation de la loi de programmation militaire : début de l’examen parlementaire de l’actualisation de la loi de programmation militaire 2014-2019.

Transformation du ministère de la Défense : présentation au Parlement de la mise en conformité des textes législatifs relatifs au droit d’association professionnelle dans les armées, avec les arrêts de la Cour européenne des droits de l’homme.

International : réunion des ministres de la Défense de l’OTAN.

 

Juillet et août

Opérations extérieures (1er juillet) : pleine capacité opérationnelle de la base avancée temporaire de Madama, Niger, dans le cadre de l’opération BARKHANE.

Déplacement aux Etats-Unis d’Amérique (3 et 4 juillet).

Fête nationale du 14 Juillet et défilé militaire.

Industries : création de la co-entreprise Nexter-KMW, leader européen de l’armement terrestre.

International : livraison à l’Égypte de la Frégate multimission (FREMM) et des trois premiers avions Rafale, et inauguration du deuxième canal de Suez.

Déplacement en Égypte.

Equipements : création des sociétés de projet, financement innovant des équipements militaires.

Equipements : commande de trois drones Reaper supplémentaires.

 

Septembre

Communauté de Défense (14 et 15 septembre) : Université de la Défense : « Du renseignement aux opérations ».

Cyberdéfense : premier colloque international sur la cyberdéfense à Paris, organisé par le ministère de la Défense.

Lien Armée-Nation (30 septembre) : remise du prix Brienne de géopolitique.

 

Octobre

Transformation du ministère de la Défense : inauguration de l’Hexagone Balard, nouveau siège du ministère de la Défense dans le XVe arrondissement de Paris.

Transformation du ministère de la Défense : mise en conformité des textes réglementaires relatifs au droit d’association professionnelle dans les armées, avec les arrêts de la Cour européenne des droits de l’homme.

Budget : examen du budget de la mission Défense à l’Assemblée nationale dans le cadre du projet de loi de finances 2016.

Communauté de Défense : Observatoire de la Parité.

International : réunion des ministres de la Défense de l’OTAN.

 

Novembre

Industries : Forum DGA Innovation.

Industries : troisième anniversaire du Pacte Défense PME, bilan des quarante mesures lancées par Jean-Yves Le Drian pour soutenir les PME de Défense.

Opérations extérieures : poursuite du désengagement des forces françaises de SANGARIS en Centrafrique, vers le format d’environ 800 militaires déployés.

Budget : examen du budget de la mission Défense au Sénat dans le cadre du projet de loi de finances 2016.

Lien Armée-Nation : lancement de la première expérimentation d’un service militaire adapté en métropole.

International : deuxième Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique.

 

Décembre

Post-Louvois : finalisation de la conception et présentation d’un pilote opérationnel de « Source Solde ».

Industries : lancement du marché industriel de définition d’un drone européen de moyenne altitude longue endurance (MALE).

Déplacement à Bahrein : Manama Dialogue.

 

Le document est téléchargeable ici

Partager cet article

Repost0
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 20:57
photo Ministère de la Défense

photo Ministère de la Défense

 

11 mars 2015 Christophe FORCARI - Liberation.fr

 

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a présenté une mise à jour de la loi de programmation militaire, notamment pour faire face aux menaces terroristes.

 

Face aux menaces terroristes, la loi de programmation militaire a plus que jamais besoin d’une «réactualisation». Celle-ci devrait être débattue à l’Assemblée nationale en juin prochain. Ce mercredi, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a présenté les grands axes stratégiques de cette mise à jour devant le chef d’Etat-major des armées, le général Pierre de Villiers. Avec à la clé, une hausse du budget consacré à la défense. Sans que le locataire de l’hôtel de Brienne ne précise son montant. Le budget de l’année 2015 d’un montant de 31,4 milliards, lui, reste «sanctuarisé».

Le matin même, un conseil de défense s’était tenu à l’Elysée. Le maintien de l’opération «sentinelle» jusqu’à l’été prochain avec la mobilisation d’un peu plus de 10 000 hommes sur le territoire national va entraîner une révision à la baisse de la suppression des 34 000 postes initialement prévue. Lors de sa conférence presse, le 5 février dernier, le président de la République avait déjà annoncé le maintien de 7 500 postes. Mais le chef de l’Etat veut également que les forces armées soient en mesure de déployer 7 000 hommes pour assurer des missions de protection sur le territoire national. Actuellement l’opération «sentinelle» assure la protection de 682 sites en métropole dont 604 à caractère religieux.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 16:55
Vigipirate : « On est au taquet et au-delà »

L'armée, venue en renfort de la gendarmerie et de la police épuisées par les contraintes de Vigipirate, devra recruter pour faire face. A quel prix ? Photo MinDefFR

 

11.03.2015 par valeursactuelles.com

 

Coulisses. Jean-Yves Le Drian se dit sûr de disposer de crédits militaires de 31,4 milliards d’euros dans le budget 2015, mais cet objectif ne sera vraiment atteint qu’avec les 2,2 milliards de ressources exceptionnelles que doivent apporter les sociétés de projets (chargées de la location-vente de matériels militaires).

 

Elles ne seront créées qu’en juin, sauf si Bercy retarde le programme. Vigipirate pose un autre problème préoccupant : les gros besoins en effectifs de l’opération Sentinelle que l’Élysée veut maintenir à ce niveau (7 000 à 10 000 hommes) jusqu’en juillet. « On est au taquet et le contrat opérationnel est même dépassé », disent les militaires.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 18:55
Une armée européenne ? La proposition de Juncker laisse Le Drian dubitatif

 

10 mars 2015 par Jean-Dominique Merchet

 

La proposition faite dimanche par Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, de créer une «armée commune» a surpris jusqu'au ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian. Dubitatif, le ministre français s'est promis de demander à Juncker ce qu'il avait voulu dire dans son entretien avec le journal allemand Welt am Sonntag.  

 

 

Suite de l'article

 

Partager cet article

Repost0
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 17:55
Jean-Yves Le Drian en Mirage 2000D - photo R. Pellegrino

Jean-Yves Le Drian en Mirage 2000D - photo R. Pellegrino

 

10/03/2015 BA 133 -  Armée de l’Air

 

Vendredi 6 mars 2015, la base aérienne (BA) 133 de Nancy-Ochey a reçu la visite de Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense. Cette visite était axée sur l’aspect opérationnel et l’engagement de la BA 133 dans les opérations Barkhane et Chammal.

 

Vendredi 6 mars, Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, s’est déplacé sur la base aérienne 133 de Nancy-Ochey. Accompagné du général d’armée aérienne Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’Air (CEMAA), il a effectué une visite axée sur l’aspect opérationnel et l’engagement de la BA 133 dans les opérations Barkhane et Chammal.

 

Dans un premier temps, le ministre a assisté à des présentations de la BA 133 et des opérations en cours avant de poursuivre par des visites dynamiques du Mirage 2000D, des ateliers de l’escadron de soutien technique aéronautique et du centre de formation à l’appui aérien.

 

Le ministre de la Défense s’est ensuite exprimé devant le personnel de la base aérienne. À cette occasion, il a évoqué le tragique événement que la BA 133 a connu, avec la perte de sept de ses aviateurs lors de l’accident aérien qui s’est produit à Albacete (Espagne), le 26 janvier dernier. Il a assuré le personnel de tout son soutien et a rencontré les blessés et rescapés de l’accident qu’il avait déjà rencontré en Espagne au lendemain du crash aérien.

Partager cet article

Repost0
9 mars 2015 1 09 /03 /mars /2015 11:56
Actualisation de la Loi de programmation militaire

 

09/03/2015 Ministère de la Défense

 

Après les attaques terroristes des 7, 8 et 9 janvier derniers et à la suite de la décision du Président de la République d’engager les travaux d’actualisation de la Loi de programmation militaire, le ministre de la Défense présentera son agenda de travail pour l’année 2015.

Partager cet article

Repost0
9 mars 2015 1 09 /03 /mars /2015 11:55
Défense : mais pourquoi Bercy joue les prolongations sur les sociétés de projet

Défense En dépit de l'arbitrage de François Hollande en faveur des sociétés de projet, Michel Sapin continue de s'opposer à cette initiative qui est censée générer des recettes exceptionnelles pour le budget de la défense en 2015

 

09/03/2015 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le ministère des Finances n'a pas désarmé. Il est toujours vent debout contre les sociétés de projet censées générer des recettes exceptionnelles dans le budget de la défense en 2015. Il est prêt à dégainer son fameux "plan B".

 

Bercy ne lâche jamais. Le temps joue même souvent en faveur du ministère des Finances face à un ministère comme celui de la Défense. La preuve? En dépit de l'adoption à l'Assemblée nationale des sociétés de projet (SPV, Special Purpose Vehicle) dans la loi Macron en vue de financer les recettes exceptionnelles (REX) de l'Hôtel de Brienne en 2015 (2,3 milliards d'euros au total), le ministre des Finances, Michel Sapin, qui a très longuement combattu au plus haut niveau ce projet, n'a toujours pas abdiqué.

En cas d'absence des 2,2 milliards d'euros attendus de la vente des bandes de fréquences 700Mhz, le gouvernement veut se donner la possibilité de mettre en œuvre des sociétés de projet pour compenser cette perte dans le budget 2015. Mais seulement "à titre de précaution", comme l'a expliqué en février le secrétaire d'Etat au Budget, Christian Eckert. Il avait alors souligné que "la position de Bercy (sur les SPV, ndlr) est connue : ce n'est pas la solution qui avait notre préférence".

 

D'autres solutions pour Michel Sapin

Début mars, rebelote. Michel Sapin a laissé planer un doute sur l'exécution du budget de la défense en 2015. "Les sociétés de projets présentent un certain nombre d'inconvénients. Il n'est donc pas interdit de s'interroger sur d'autres solutions", a-t-il affirmé mercredi dernier à l'Assemblée Nationale après avoir été interrogé par le député UMP, François Cornut-Gentille. Une déclaration qui jette une nouvelle fois un doute sur l'arbitrage de François Hollande en faveur des SPV.

Et Michel Sapin d'expliquer "la seule ligne qui existe au gouvernement : la loi de programmation militaire (LPM) sera respectée (31,4 milliards d'euros en 2015, ndlr) ; il existe un risque, non encore avéré, que les ressources exceptionnelles ne soient pas au rendez-vous ; les sociétés de projets constituent une solution intéressante ; il est de ma responsabilité d'examiner les solutions alternatives qui permettraient de donner à nos armées tous les moyens nécessaires sans présenter d'inconvénients".

On avait pourtant pensé que le débat était clos. D'autant que le chef de l'état-major des armées, le général Pierre de Villiers a récemment exigé de disposer des 31,4 milliards d'euros prévus dans le budget 2015 "à temps - il nous faut notamment les 2,3 milliards de ressources exceptionnelles inscrites au titre de 2015 avant le 1er juilletMa responsabilité est de veiller à ce que je puisse engager les crédits le 1er juillet et, si ce n'était pas le cas, je le dirai".

 

Le "plan B" de Bercy

Bercy a donc toujours dans ses cartons un mystérieux "plan B", qui a été exposé lors d'un conseil de défense mais qui a été retoqué "assez rapidement", comme l'avait regretté en février à l'Assemblée nationale Christian Eckert, avec ce piquant commentaire : "qui veut noyer son chien l'accuse de la rage". Déjà mi-février il souhaitait jouer la montre. "J'entends qu'il est acquis que les recettes exceptionnelles provenant de la vente de fréquences hertziennes ne rentreront pas avant la fin de l'année 2015. C'est probable, mais ce n'est pas certain", avait-il lui aussi expliqué.

Quant au ministre de l'Economie Emmanuel Macron, il confirmait "bien" le 12 février à l'Assemblée nationale le plan B de Bercy": "Nous le connaissons et l'avons longuement étudié, mais c'est le calendrier de son exécution qui est incertain. Or nous ne voulons qu'aucune incertitude à court terme ne subsiste quant au calendrier d'exécution d'ici la révision de la LPM, soit cet été, et c'est pourquoi nous mettons en place cette société de projet". Pour Emmanuel Macron "il s'agit simplement de résoudre l'aporie face à laquelle nous sommes sans laisser subsister la moindre incertitude".

 

Quelles alternatives?

Christian Eckert avait également souligné qu'il ne fallait "négliger aucune opportunité". Lesquelles? "D'autres recettes exceptionnelles pourraient bouleverser la donne : il ne vous a pas échappé qu'un certain nombre de contrats de vente d'équipements militaires sont en cours de finalisation - j'utilise ces termes pour rester prudent, et je ne peux entrer dans les détails", avait-il fait remarquer. Pour autant, les contrats export pour un total de 48 Rafales sont déjà intégrés dans la LPM à partir de 2016 en vue justement de décaler après 2019 la livraison des appareils destinés à l'armée de l'air, et donc de donner de l'air aux prochains budgets de la défense. Ces ventes ne peuvent donc pas se substituer au REX de 2015, à l'exception de trois Rafales livrés à l'armée de l'air égyptienne dès cette année.

Par ailleurs, Christian Eckert avait affirmé que le ministère de la Défense pouvait "par exemple jouer sur le fait que, pour le matériel militaire, la comptabilisation de la dépense se fait au moment de la livraison et non du paiement. À quelques semaines ou quelques mois près, il est donc possible de faire des choses grâce à une gestion rigoureuse du calendrier". Enfin, dans le cadre de la révision de la LPM qui aura lieu d'ici à l'été, le secrétaire d'Etat avait estimé qu'il fallait :

"Intégrer certaines dépenses liées au nombre croissant d'opérations extérieures ou au redéploiement de nos forces, y compris pour le maintien de la sécurité intérieure, mais également tenir compte des évolutions des prix à la baisse : l'armée n'est pas la dernière à utiliser des produits pétroliers, ce qui n'est pas sans effet sur ses dépenses. Autrement dit, nous devons nous doter des éléments législatifs permettant d'envisager toutes les solutions, et nous verrons, le moment venu, ce qu'il y aura lieu de faire et de ne pas faire".

 

Pourquoi Bercy est réticent aux SPV

Bercy ne veut pas des SPV pour une raison simple. Les dépenses liées aux sociétés de projet sont "seront à tous les coups requalifiées pour être intégrées au périmètre maastrichtien. Il est donc clair que ce montage ne répond pas à l'un des objectifs recherchés", avait expliqué le 11 février à l'Assemblée Nationale, le secrétaire d'Etat au Budget. A savoir, les sociétés de projet ne permettent pas d'échapper à la comptabilisation en dépense maastrichtienne.

C'est pour cela que Bercy tente par tous les moyens de gagner du temps pour enterrer les SPV sans pour autant donner des solutions alternatives viables pour trouver les 2,2 milliards d'euros de REX qu'il manque au budget de la défense 2015, explique un bon connaisseur du dossier. Christian Eckert avait confirmé : "le gouvernement entend aujourd'hui mettre les éléments législatifs qui permettraient d'utiliser la solution des sociétés de projet si cela se révélait inévitable. (...) Si une autre solution est trouvée pour assurer la rentrée des recettes du ministère de la Défense - et par là même ses dépenses -, nous n'utiliserons pas ce mécanisme".

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories