Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 11:45
photo FAZSOI

photo FAZSOI

 

12/06/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 3 au 4 juin 2015, les Forces armées en zone sud de l’océan Indien (FAZSOI) ont mené une opération de lutte contre l’immigration clandestine, en appui de la Gendarmerie, sur l’îlot de Mtsamboro, au nord-ouest de Mayotte. Cette opération, réalisée sur réquisition du Préfet, était une première pour le Détachement de Légion étrangère de Mayotte (DLEM).

 

Les FAZSOI avait pour mission d’appuyer les gendarmes dans leur mission de sécurisation et de contrôle. Cette opération entrait dans le cadre du contrat opérationnel des FAZSOI qui prévoit une participation des forces armées à l’effort collectif des services de l’Etat.

 

A cette occasion, les FAZSOI ont déployé une trentaine de militaires en mission de courte durée au sein du DLEM et un poste de secours du Service de santé des armées (SSA). Ces moyens ont été transférés de Petite Terre à Mtsamboro à bord d’un chaland de transport de matériel (CTM) appartenant à l’Elément léger de base navale de Mayotte.

 

Au bilan, 3 étrangers en situation irrégulière ont été interpellés par les gendarmes et évacués sur Petite Terre, une embarcation de pêche kwassa a été récupérée et des caches et abris ont été découverts et marqués.

 

Depuis le début de l’année, les moyens des FAZSOI ont permis l’interception par les services de l’Etat de quelque 18 kwassaset 508 étrangers en situation irrégulière.

 

Les FAZSOI garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis La Réunion et Mayotte. Elles constituent le point d’appui principal du théâtre « océan Indien » pour lutter contre de nouvelles menaces comme la piraterie ou l’immigration illégale, assurer la surveillance des zones économiques exclusives (ZEE) associées à l’ensemble des îles de la zone de responsabilité et conserver une capacité régionale d’intervention rapide.

photo FAZSOIphoto FAZSOI

photo FAZSOI

Repost 0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 10:55
Commémoration Camerone

 

16/06/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Ordre du jour du général d’armée Pierre de Villiers,chef d'état-major des armées (Aubagne, le 30 avril 2015)

 

Officiers, sous-officiers, caporaux-chefs, caporaux et légionnaires,

 

Il est des moments où le courage parle plus haut qu’ailleurs. Ce fut le cas le 30 avril 1863, à Camerone.

 

Ce jour-là, après des heures d’un combat inégal, une poignée de légionnaires écrivaient en lettres de sang l’une des plus belles pages de l’histoire militaire. Les braves de Camerone, en se sacrifiant pour la mission et pour le respect de la parole donnée, offraient à la Légion Etrangère ses lettres de noblesse.

 

152 années ont passé depuis cette épique bataille, mais le mouvement des âmes que soulève l’évocation de ce haut fait d’armes demeure profond. Il nous touche intensément, nous qui sommes rassemblés autour de cette voie sacrée qu’encadrent les képis blancs.

 

Nous sommes venus commémorer Camerone et, à travers ce fait d’armes fondateur, célébrer la Légion Etrangère dans la victoire.

 

Camerone, c’est le creuset d’une troupe d’élite qui contribua à donner à la France ses plus grands titres de gloire : la campagne du Mexique bien sûr ; mais aussi les deux guerres mondiales que vous avez choisi de commémorer cette année ; les combats d’Indochine, puis d’Algérie, ceux de tous les conflits majeurs qui ont suivi et dans lesquels la France a été engagée.

 

Aujourd’hui, nous commémorons ces combats, ceux qui les ont menés et les valeurs qui leur sont rattachées.

 

Commémorer Camerone, c’est commémorer le courage, le culte de la mission, le respect des anciens ; c’est rendre hommage à la cohorte des légionnaires, connus ou anonymes, qui ont donné tant de victoires à la France et une immortelle gloire à la Légion étrangère.

 

Commémorer Camerone, c’est croire que l’honneur et la fidélité sont encore des valeurs qui rassemblent.

 

Commémorer Camerone, c’est donner à la jeunesse d’aujourd’hui un formidable message d’Espérance pour l’avenir.

 

Tournés vers ce monument aux morts de la Légion, rendons hommage et souvenons-nous de tous ces légionnaires morts au combat. Ils ont servi un drapeau qui n’était pas celui qui les avait vu naître, mais celui qui les a vu mourir.

 

Légionnaires, en toutes ces années de combats, vous avez forgé la prestigieuse réputation de la Légion Etrangère. Vos drapeaux n’ont pas de plis assez amples pour contenir tous vos titres de gloire ; un seul nom, celui de Camerone, suffit à dire au monde la valeur de vos armes.

 

Vous avez été de tous les combats, de tous les engagements de notre pays. Aujourd’hui, l’histoire continue, l’aventure se poursuit ; dans les sables, la latérite et la rocaille des théâtres d’opération, vous marchez d’un même pas vers de nouvelles victoires. L’exigence de votre entraînement quotidien, votre cohésion et vos forces morales vous porteront vers de nouveaux succès.

 

Camerone vous a légué plus qu’une mystique. Cette bataille vous a donné la force de la victoire. Soyez fiers de vos anciens ; soyez fiers de votre glorieux passé ; soyez fiers de ce que vous êtes ; soyez fiers de ce que vous faites.

 

A vous tous, ici réunis, légionnaires de tous grades, appartenant à de prestigieux régiments, j’exprime toute ma confiance.

 

Je sais pouvoir compter sur votre courage, votre professionnalisme et votre attachement aux valeurs du combat de Camerone. Ces valeurs sont l’honneur de la Légion Etrangère pour continuer à porter haut les couleurs des armées pour le succès des armes de la France.

Repost 0
12 juin 2015 5 12 /06 /juin /2015 16:55
Marines et légionnaires posent ensemble sur un VBCI du 2ème REI (photo armée de Terre)

Marines et légionnaires posent ensemble sur un VBCI du 2ème REI (photo armée de Terre)

 

12 juin, 2015 Pierre Brassart (FOB)

 

Il y a quelques semaines, les légionnaires du 2ème REI recevaient quelques-uns de leurs homologues du corps des Marines américain pour un exercice commun organisé dans le camp des Garrigues. La 6e brigade légère blindée (BLB) a depuis longtemps lié d’étroits liens avec la 2nd US Marines division qui est la division de l’USMC affectée sur la façade atlantique des USA et donc en contact direct avec l’Europe.

 

La 6ème BLB est une des deux brigades de l’armée de Terre à vocation amphibie, avec la 9ème BIMA. Cet entrainement a été une occasion pour les légionnaires de montrer aux Marines leurs tout nouveaux VBCI qu’ils ont reçus au début de l’année. Les Marines risquent eux d’encore attendre avant de recevoir leurs nouveaux véhicules blindés.

 

Jusqu’ici, l’USMC est toujours équipé d’AAV-7 pour l’assaut amphibie et de LAV-25 pour la reconnaissance et le transport de troupe. Le programme de remplacement des AAV-7, l’EFV (Expeditionary Fighting Vehicle) n’a pas abouti et a été remplacé par l’Amphibious Combat Vehicle qui avance lentement et le Marine Personnel Carrier, devant remplacer les LAV, n’est pas plus avancé.

 

En matière de nouveautés, le corps des Marines n’est cependant pas en reste ces dernières semaines dans le domaine aéronaval. Pour la première fois, 6 F-35B ont été embarqués sur un navire amphibie de l’US Navy, l’USS Wasp (LHD-1), qui avait également été le premier à accueillir un appontage de F-35B. Entre le 18 et le 29 mai, les pilotes de l’USMC ont réalisé plus de 100 décollages et appontages sur le bâtiment.

 

Ce premier test opérationnel a également été marqué par un autre évènement. Pour la première fois, un MV-22 Osprey a transporté un turboréacteur F-135 (celui équipant le F-35). Cette manœuvre représente une étape importante pour l’US Navy vu qu’elle compte bien remplacer ses vénérables C-2 Greyhound avec de nouveaux V-22.

Les Marines ont eu l’occasion d’examiner les VBCI français (Photo armée de Terre)

Les Marines ont eu l’occasion d’examiner les VBCI français (Photo armée de Terre)

Repost 0
11 juin 2015 4 11 /06 /juin /2015 10:55
Free French Foreign Legionnaires leap up from the desert to rush an enemy strong point, Bir Hakeim, June 1942

Free French Foreign Legionnaires leap up from the desert to rush an enemy strong point, Bir Hakeim, June 1942


11.06.2015 par SHD
 

11 juin 1430 : bataille d’Anthon. Les Bourguignons (4000 soldats) alliés au duc de Savoie Amédée VIII s’infiltrent en Dauphiné pour l’arracher au royaume de France. Le gouverneur Raoul de Gaucourt, renseigné sur la progression et le nombre de l’ennemi sait qu’il permettra la survie de ses 1600 hommes s’il attaque par surprise et de manière non conventionnelle. Les Bourguignons marchant sur le château de Colombier doivent traverser le Bois des Franchises sur un axe étroit ne permettant aucun déploiement de leurs cavaliers : c’est là que Gaucourt dispose en embuscade ses archers et bombardes (venues de Crémieux). Insuffisamment renseignés et trop sûr de leurs forces, les Bourguignons négligent de reconnaître l’axe de progression. Ils tombent dans une série d’embuscades tout le long du chemin et se font décimer. Les troupes dauphinoises accentuent la panique des Bourguignons en faisant croire à une supériorité numérique écrasante (hurlements dans les bois). Le Dauphiné reste au Royaume de France.

 

11 juin 1837 : inauguration de la galerie des batailles (Château de Versailles). Le roi Louis-Philippe inaugure la galerie qui regroupe parmi les plus belles toiles représentant les grandes batailles françaises, de Tolbiac  (496)  à Wagram (1809).

 

11 juin 1885 : mort de l’amiral Courbet (à bord du Bayard au large de l’actuelle Taiwan). Polytechnicien et amiral commandant l’escadre d’Extrême-Orient.

 

Né à Abbeville le 26 juin 1827, le futur amiral Courbet entra dans la Marine à sa sortie de Polytechnique en 1849, après avoir été secrétaire d'Annand Marrast pendant la Révolution de 1848. Aspirant sur la Capricieuse, il fit campagne dans les mers de Chine, l'océan Indien et dans le Pacifique. Enseigne de vaisseau en décembre 1852, il fut remarqué par l'amiral Jacquinot et promu lieutenant de vaisseau en novembre 1856. ll leva le plan de la rade de Biarritz où Napoléon III songeait à créer un grand port. Embarqué en 1858 sur le Suffren puis en 1860 sur le Montebello, il fut instructeur à l'école de canonnage et s'attacha à perfectionner les matériels d'artillerie et les méthodes de tir. Capitaine de frégate en août 1866, chef d'état-major de la division cuirassée de la Manche, il commanda en 1870 le Talisman aux Antilles et donna la chasse aux navires ennemis. Revenu en France, il fut chargé de rédiger un cours de tactique navale. Capitaine de vaisseau en août 1873, il commanda en 1874 l'école des torpilles de Boyardville dans l'Ile d'Oléron et se passionna pour cette arme nouvelle. Membre du Conseil des travaux, chef d'état-major de l'escadre de Méditerranée, il fut nommé en juin 1880 gouverneur de la Nouvelle-Calédonie et en septembre contre-amiral. Son passage à Nouméa fut marqué par une oeuvre administrative importante; il s'efforça de développer l'agriculture en luttant contre la spéculation foncière ; il lutta aussi contre la spéculation minière en obligeant les concessionnaires à exploiter leurs découvertes au lieu de les revendre avec profit.

Commandant, à son retour en France, une division navale d'essais constituée à Cherbourg, il fut nommé en 1883 à la tête de l'escadre des mers de Chine, renforcée à la suite de la mort de Francis Garnier. Il allait, dans ce poste, donner la mesure de son énergie et de son audace. En août 1883, il bloqua Hué et emporta d'assaut la citadelle, obligeant l'empereur d'Annam à la paix (Traité de Hué, août 1883) .Commandant en chef interarmées, il battit les Pavillons Noirs et occupa Son-Tay et une partie du delta du Tonkin. Promu vice-amiral en mars 1884, il dirigea les opérations décidées contre la Chine à la suite de l'affaire de Langson, attaqua les forts de Fou-Tchéou, força les passes de la rivière Min et fit détruire par ses torpilleurs une partie de la flotte chinoise (février 1885), puis débarqua à Formose et s'empara de Kelung, de Makung et en mai des îles Pescadores. Épuisé physiquement, et sans doute aussi moralement, par une campagne dont il n'avait pas tenu à lui qu'elle fut plus intelligemment menée et qu'elle aboutit à de meilleurs résultats,  mourut à bord de son navire-amiral, le Bayard, en rade de Makung, le 11 juin 1885.

Le sabre de l'amiral Courbet fut déposé dans la chapelle "Marine" de la basilique du Sacré-Coeur de Montmartre. Dans son testament, il léguait " ses économies en espèces et ses valeurs mobilières" à la Société de sauvetage en mer en baie de Somme.

 

11 juin 1931 : Pierre Benoit, immortel. L’auteur de Koenigsmark, l’Atlantide, la châtelaine du Liban, …, la sainte Vehme, est élu à l’Académie française.  Le général Maxime Weygand est lui aussi élu le même jour.

 

11 juin 1942 : sortie de vive force de Bir Hakeim (Libye). Du 27 mai au 10 juin, la brigade du général Koenig (3600 hommes) résiste aux assauts et aux bombardements de Rommel et permet ainsi aux Britanniques de la 8ème armée d'achever leur repli et de se reconditionner en Egypte. En s'obstinant à prendre Bir Hakeim qui n'a pourtant pas de caractère stratégique particulier, Rommel perd un temps précieux et surtout commet l'erreur de mettre en évidence la valeur au combat des Français libres. Dans la nuit du 10 au 11 juin, la brigade française démine un couloir de 40 mètres de large dans le périmètre défensif et commence son évacuation du camp retranché. Les Allemands détectent très vite la sortie et déclenchent un déluge de feu qui ne parvient cependant pas à arrêter la sortie. La bataille donne lieu à d’innombrables actes de courage. 2100 soldats gagnent les lignes britanniques distantes de 7 km. Le retentissement de ce fait d'armes est international et salué par toutes les radios alliées qui focalisent depuis deux semaines sur la résistance française inattendue à Bir Hakeim. Le général de Gaulle envoie immédiatement un message de félicitations à Koenig.

 

11 juin 1948 : résolution Vandenberg (Etats-Unis – Washington). Le sénat américain en votant cette résolution permet aux Etats-Unis d’intégrer l’alliance des Etats signataires du Traité de Bruxelles et donne un coup d’accélérateur décisif à la future OTAN. Le traité de l’Atlantique Nord sera signé moins d’un an plus tard (4 avril 1949).

Repost 0
10 juin 2015 3 10 /06 /juin /2015 18:20
photo Armée de Terre

photo Armée de Terre


10 juin 2015 par Armée de Terre

 

Le 2e régiment étranger d’infanterie (2e REI) de Nîmes a accueilli deux sections de l’US Marines pour un entraînement commun. La relation étroite tissée entre la 6e brigade légère blindée (6e BLB) et le 2nd US Marines division est à l’origine de cette manœuvre organisée dans le camp des Garrigues du 24 mai au 1er juin.

Les militaires français et américains ont mis à profit cet échange pour travailler conjointement les procédures opérationnelles et améliorer leur interopérabilité. Fiers de leur nouveau véhicule, les légionnaires en ont profité pour leur présenter le tout récent VBCI.


Explications

Repost 0
10 juin 2015 3 10 /06 /juin /2015 16:25
photo 3e REi / FAG

photo 3e REi / FAG

 

09/06/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 3 juin 2015, au Brésil, a eu lieu la remise des diplômes aux élèves du stage de Manaus. Un stage de 11 semaines que garderont longtemps en mémoire les deux stagiaires du 3e régiment étranger d’infanterie (REI) et du 2e REI y participant. A l’occasion de cette cérémonie, une délégation des forces armées en Guyane (FAG) s’est rendue au Brésil du 31 mai au 4 juin 2015.

 

Ce stage, destiné en premier lieu aux brésiliens mais ouvert aux candidats étrangers en vertu d’accords internationaux, est une mise à l’épreuve tant physique que mentale. « Il faut une bonne capacité physique car les tests d’entrée sont très sélectifs. Dès les premiers jours, nous avons des tests écrits et des tests physiques : natation, courses à pied, tractions, abdos, etc. », nous dit un ancien stagiaire, instructeur au centre d’entraînement en forêt équatoriale (CEFE). Il ajoute :« l’épreuve la plus difficile pendant les tests dont je me souviens est la flottaison dans la piscine en tenue de combat pendant 15 minutes. Le fameux : « nagez sur place » ! ».

 

Le stage dans la forêt brésilienne, qui s’étale sur 11 semaines, est composé de 3 parties. La 1re concerne la phase survie en forêt. La 2e met l’accent sur les techniques et les capacités d’évolution en forêt amazonienne : la topographie y compris fluviale, les parcours naturels, les tirs, les hélicordages, le drope, cordes lisses. Enfin, la phase combat et préparation des missions clôture ce stage.

 

« Si le stage est très physique, le mental joue un rôle crucial pour arriver au terme du stage. Ce qui fait la particularité du stage de Manaus est l’absence d’horaire … A toute heure du jour et de la nuit, il faut être prêt au coup de sifflet de l’instructeur. Au moindre retard, la punition tombe : aller dans l’eau, sac à dos sur le dos pendant l’instruction, etc. Une lutte incessante contre la fatigue », souligne l’instructeur du CEFE. Au-delà de la condition physique, il est indispensable de maintenir une bonne hygiène de vie malgré les conditions climatiques et l’environnement hostile. « Beaucoup d’abandons sont liés aux conditions d’hygiène précaires, à l’humidité … », ajoute-t-il. Du temps de sa formation, 110 personnels s’y étaient présentés, il n’en restait que 60 après les tests. Seuls 38 militaires ont terminé la formation !

 

A 7 000 km de la métropole, les forces armées en Guyane (FAG) garantissent la protection du territoire national et de ses ressources. Fréquemment engagées en appui de l’action de l’Etat dans des missions au caractère interministériel, les FAG agissent sur un territoire rendu exigeant par son étendue (1 100 km de frontières terrestres), son littoral difficile et sa forêt équatoriale.

photo 3e REi / FAGphoto 3e REi / FAGphoto 3e REi / FAG
photo 3e REi / FAG

photo 3e REi / FAG

Repost 0
10 juin 2015 3 10 /06 /juin /2015 16:25
photo 3e REI

photo 3e REI

 

27-04-2015 par 3e REI Réf : 228 | 948

 

Le CEFE a reçu 4 sections de la 2e brigade de l'EMIA du 30 mars au 10 avril 2015 dans le cadre d'un stage d'aguerrissement du même type que celui effectué régulièrement aussi bien par les légionnaires du 3e REI que par les unités tournantes présentes en Guyane.

 

La formation des élèves-officiers semi-directs se déroule aux Ecoles de Saint-Cyr Coëtquidan et dure 2 ans : la 1ère année au sein de la 2e brigade, et la 2ème année au sein de la 1ère brigade. Depuis quelques années, un stage d'aguerrissement au CEFE est programmé pour chaque promotion. Cette année, 76 EOA se sont présentés au stage dont 6 élèves étrangers, qui sont formés en France pendant 2 ans, et 3 cadets tchèques, ayant rejoint l'EMIA uniquement pour le stage au CEFE.

 

Un stage d'aguerrissement s'articule autour de 3 domaines : la vie en forêt, l'entrainement physique et l'aguerrissement moral. Mis à la disposition des instructeurs et AMF du CEFE pendant 2 semaines, les EOA ont alterné les pistes d'audace individuelles et collective, l'instruction botanique, la natation, le franchissement de crique par tension de corde, 3 jours de survie... le tout amplifié par la découverte pour la plupart d'un nouveau milieu : la forêt équatoriale.

 

La confiance accordée par les Ecoles d'officiers au 3e REI pour participer à la formation des chefs de demain est directement liée à la qualité de travail qui caractérise la Légion étrangère. Cette rigueur dans l'exécution est largement encouragée au CEFE par le très bon niveau de ce type de stagiaires, tant dans l'état d'esprit que sur le plan sportif : presque 90% de cette promotion a été breveté !

 

Au CEFE, chaque stagiaire de l'EMIA est vu comme un futur chef de section et les instructeurs et AMF qui ont eu l'honneur de travailler avec eux pendant 2 semaines attendent naturellement que les meilleurs d'entre eux choisissent, dans 2 ans, de servir la Légion étrangère.

 

Reportage photos

 

Lexique :

 

Dolos : nom traditionnel des élèves-officiers de l'EMIA. Le dolo est à l’origine une marque de corned beef. Cela souligne leur caractère prétendument " bœuf "

CEFE : Centre d'entrainement en forêt équatoriale

EMIA : Ecole militaire interarmes, école de formation des officiers de recrutement semi-direct, accessible sur concours. La formation à l'EMIA dure 2 ans à l'issue desquels les élèves choisissent leur arme en fonction de leur classement. Ils rejoignent alors la division d'application de cette arme, pour 1 an en général, où ils sont formés plus spécifiquement, en même temps que les officiers d'autres recrutements (Saint-cyriens, officiers d'active des écoles d'arme, officiers sous contrat). Ils choisissent leur futur régiment durant cette année, toujours en fonction de leur classement

EOA : Elève officier d'active

AMF : Aide-moniteur forêt. Du grade de caporal à caporal-chef, ces légionnaires rigoureusement sélectionnés et entrainés dispensent des instructions sur la vie en forêt, quel que soit le niveau des stagiaires. Leur expérience du milieu, leurs qualités physiques, leur capacité d'autonomie et le sens pédagogique qu'ils développent au CEFE mettent en valeur leur potentiel et les font particulièrement apprécier quand ils retournent en section de combat. Un stage de 7 semaines, ouvert uniquement aux légionnaires du 3e REI volontaires pour servir au CEFE, a lieu chaque année pour les sélectionner.

Repost 0
10 juin 2015 3 10 /06 /juin /2015 15:55
Le 2e REI recrée une 5e compagnie de combat

 

09-06-2015 par 2e REI Réf : 372 | 174

 

La cérémonie de recréation de la 5e compagnie du 2e régiment étranger d'infanterie aura lieu le lundi 15 juin 2015 à 10h00 aux Jardins de la Fontaine à Nîmes.

 

Cette cérémonie se déroulera en présence du Sénateur Maire de Nîmes Mr Jean-Paul FOURNIER et de son adjoint Mr Franck PROUST, du Président de Nîmes Métropole Mr Yvan LACHAUD ainsi que du Chef de corps du 2e régiment étranger d'infanterie le Colonel Valery PUTZ.

Repost 0
10 juin 2015 3 10 /06 /juin /2015 15:25
photo 3e REI

photo 3e REI

 

09-06-2015 par 3e REI Réf : 235 | 130

 

Du 08 au 28 avril 2015, la 2e compagnie du 3e régiment étranger d'infanterie (REI) renforcée pour l'occasion par la Section d'aide à l'engagement débarqué (SAED) du régiment, par une section du génie du 9e RIMA, de deux équipes cynotechniques, d'une équipe de plongeur de combat du génie et d'un sous groupement aéromobile, a effectué une opération d'envergure de lutte contre l'orpaillage illégal dans le secteur de SAUL à SAINT GEORGES en passant par CAMOPI.

 

Après un mois de préparation intellectuelle et matérielle pour régler tous les détails de l'opération, la compagnie commence à se déployer le 08 avril sur les Bases opérationnelles avancées (BOA). La 3e section de la 2e compagnie déjà présente à Camopi s'infiltre dès le 09 sur la SIKINI pour commencer le blocus de la voie d'approvisionnement des garimpeiros. Pendant trois jours les sections arrivent de manière échelonnée à CAMOPI. Les recherches s'annoncent déjà difficiles, une panne d'hélicoptère retarde l'opération de 72H00 et les garimpeiros ont remarqué les 90 légionnaires présents à CAMOPI pendant 3 jours.

 

Malgré cela, dès le 10 avril, la 3e section découvre plus de deux tonnes de carburant cachées dans la SIKINI.

 

Le 12 avril, les hélicoptères sont opérationnels, après une mise à terre par assaut vertical, la mission peut véritablement commencer. L'ensemble de la zone est bouclée, débute alors un intense travail de fouille et de recherche, pendant que la SAED, mène des actions de harcèlement et de diversions sur les sites les plus éloignés. La manœuvre est efficace et les orpailleurs illégaux sont désemparés (nous serions 250 avec 250 chiens selon certains). Ils n'osent plus bouger ni travailler dans tout le secteur de crainte d'être décelé.

 

Les légionnaires sillonnent leur zone d'action respective trois semaines durant, pour restreindre la liberté de mouvement des orpailleurs. Non seulement une partie de la logistique et de l'appareil de production des orpailleurs illégaux a été saisie ou détruite, mais cela représente surtout un manque à gagner considérable imputé aux contrevenants qui n'ont pas pu extraire le moindre gramme d'or sur une zone d'environ 5000 Km².

 

La particularité de l'opération HARPIE est d'être une mission interministérielle. La géographie de la Guyane impose l'emploi des moyens aériens. Ainsi la coopération et la communication entre tous les acteurs pour chaque mission est primordiale, chacun apportant son expertise.

 

La section du génie du 9e régiment d'infanterie de marine (RIMA) a permis de mener à bien une expertise sur le site de ROCHE COURONNEE, le plus important du secteur, pour évaluer les besoins matériels, sécuritaires et les délais nécessaires à la neutralisation par explosif des puits sur place, tout en empêchant le travail illégal.

 

Les équipes cynotechniques, insérées dans deux sections de combat, ont apporté une aide précieuse en termes de détection de carburant ou de nourriture. Grâce aux plongeurs de combat du génie, le flux logistique des pirogues O.I. sur la SIKINI est parfaitement identifié.

 

La combinaison de l'ensemble des moyens a permis de réaliser un excellent bilan. Ce ne sont pas moins de 150 légionnaires et militaire des Forces Armées Guyanaise (FAG) qui ont aidé les gendarmes et la police (police d'aide aux frontières et douane) à porter un coup sévère aux orpailleurs. En effet, 16 moteurs (dont 9 motopompes), 4,6 tonnes de carburant, 2,3 tonnes de nourritures, 11 groupes électrogènes, 4 pirogues, 1 quad, 1 motocross ainsi que beaucoup d'autres matériels (plusieurs tonnes), liés à l'orpaillage illégal, qui ont pu être détruits ou saisis par les gendarmes. Le constat principal de cette opération est qu'il n'y a plus de site d'orpaillage illégal d'importance dans la zone d'action du 3e REI.

 

Reportage photos

Repost 0
10 juin 2015 3 10 /06 /juin /2015 15:25
photo 3e REI

photo 3e REI

 

09/06/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 2 juin 2015, une équipe de légionnaires du 3e régiment étranger d’infanterie s’est élancée sur le parcours du « raid des 7 bornes ». Une patrouille opérationnelle et scientifique le long de la frontière franco-brésilienne.

 

Ce "raid des 7 bornes" fait référence aux 7 bornes en béton plantées au début des années 1960 qui marquent la frontière Sud de la Guyane, ligne de démarcation franco-brésilienne. Avec un sac à dos de minimum 30 kg sur le dos, l’équipe du « raid des 7 bornes » s’est engagé dans un défi redoutable : parcourir 320 km à pieds, le long de la frontière franco-brésilienne.

 

Cette mission a trois objectifs : vérifier le tracé exact de la frontière, entretenir les bornes qui en symbolisent la délimitation, contrôler et collecter du renseignement dans une zone particulièrement empruntée par les orpailleurs illégaux. "Nous allons accomplir une mission régalienne", souligne le colonel Walter, chef de corps du 3e REI, qui a déjà participé aux opérations militaires Harpie (lutte contre l’orpaillage illégal dans la forêt de Guyane), et Titan (sécurisation du centre spatial guyanais).

 

Le dernier objectif de cette mission est scientifique. Tout au long du parcours, 2 scientifiques (un Français, Guillaume Ordonne du CNRS Guyane, et un Britannique, William Milliken, du Jardin Royal Botanique de Kew à proximité de Londres), procéderont à des inventaires de la biodiversité et à des prélèvements de la flore sauvage.

 

Ce défi se prépare depuis des mois. C’est François-Michel Le Tourneau, directeur de recherche au centre national de recherche scientifique (CNRS) et docteur en sciences de l'information géographique, qui en est le principal organisateur : "C'est la première fois que ce parcours va être effectué d'Est en Ouest et d'une seule traite. Notre colonne sera constituée d'une quinzaine de légionnaires, de deux botanistes français et britannique et de deux guides de forêt brésiliens. Nous rejoindrons d'abord en pirogue sur le fleuve Maroni à partir du gros bourg de Maripasoula, la borne "0" de trijonction à l'est, aux frontières de la Guyane, du Surinam et du Brésil".

 

La colonne progressera dans la jungle à la "vitesse" de 1 km/h, grimpant et descendant les incontournables collines successives des monts Tumuc Humac pour un dénivelé total positif de 15 000 m. Avançant sans layonnage (coupes dans la forêt pour tracer un sentier) l’équipe entend atteindre son objectif vers le 20 juillet 2015, à la source du fleuve Oyapock.

 

A 7 000 km de la métropole, les forces armées en Guyane (FAG) garantissent la protection du territoire national et de ses ressources. Fréquemment engagées en appui de l’action de l’Etat dans des missions au caractère interministériel, les FAG agissent sur un territoire rendu exigeant par son étendue (1 100 km de frontières terrestres), son littoral difficile et sa forêt équatoriale.

photo 3e REIphoto 3e REI

photo 3e REI

Repost 0
10 juin 2015 3 10 /06 /juin /2015 15:25
photo 3e REI

photo 3e REI

 

02-06-2015  Réf : 400 | 1473

 

Du 2 juin au 20 juillet 2015, une section de marche du 3e REI, accompagnera une équipe de chercheurs du CNRS sur environ 320 Km en partant de la Borne n° 0 à la Trijonction (point frontalier entre la Guyane française , le Brésil et le Surinam) vers la borne n° 7.

 

L’objectif du raid des sept bornes est de réaliser la traversée est-ouest de la région des Tumuc Humac, en un seul parcours. Ce raid inédit par la distance, permettra d’améliorer la cartographie de la frontière guyanaise, d’obtenir des relevés botaniques de cette région éloignée. Enfin, il marque la présence de l’Etat français sur sa frontière.

 

photo 3e REI

photo 3e REI

 

Le 3e REI apporte à cette mission scientifique toute son expertise dans le domaine de la forêt équatoriale et le combat en zone difficile : dont celui de l’orientation (avec et sans instruments), de la topographie, des techniques de déplacement en forêt, de la logistique et de la survie en forêt profonde.


L’ensemble des participants du 3e REI, s’est porté volontaire pour cette mission. Ils ont par la suite été sélectionnés pour leur professionnalisme, la maitrise technique dans leur emploi ainsi que pour leurs capacités physiques et morales.


La majeure partie d’entre eux totalise plus de 200 jours de mission en forêt, dans l’opération Harpie de lutte contre l’orpaillage illégal et dans l’opération Titan de sécurisation du Centre spatial guyanais (CSG). Certains sont en mission de longue durée en Guyane pour la deuxième fois.

 

voir Le « raid des sept bornes » : une expédition inédite sur la frontière guyanaise

photo 3e REIphoto 3e REI
photo 3e REI

photo 3e REI

Repost 0
8 juin 2015 1 08 /06 /juin /2015 16:20
Photo By Lance Cpl. Christopher Mendoza USMC

Photo By Lance Cpl. Christopher Mendoza USMC


05.06.2015 By U.S. Marine Corps Forces Europe and Africa

 

U.S. Marines with Special-Purpose Marine Air-Ground Task Force Crisis Response-Africa trained with upwards of 60 French Foreign Legionnaires from the 2nd Foreign Infantry Regiment, 6th Light Armored Brigade, in Nimes, France, May 27-29, as both units continue to deploy their Marines and Soldiers into Africa.

 

Read more

Photo By Lance Cpl. Christopher Mendoza USMC

Photo By Lance Cpl. Christopher Mendoza USMC

Repost 0
7 juin 2015 7 07 /06 /juin /2015 12:55
photo 1e REC

photo 1e REC

 

03-04-2015 par 1e REC  Réf : 205 | 802

 

Huit auxiliaires sanitaires de l’antenne médicale et des escadrons de combat du 1er REC ont pu mettre en œuvre leurs acquis en sauvetage au combat lors de mises en situation proches de la réalité.

 

Du 16 au 19 mars 2015, l’antenne médicale de Carpiagne et le 1er REC ont organisé un exercice de sauvetage au combat dans le cadre des MCP avant les projections estivales au Mali et en Centrafrique.

 

 Après une première journée consacrée aux rappels théoriques et à la révision des gestes techniques, les participants ont restitué les savoir-faire sur le terrain, avec l’appui du 4ème Escadron pour le plastron.

 

Pendant 3 jours, les cas concrets se sont succédés et ont permis aux équipes sanitaires de traiter des situations de plus en plus complexes au travers d’un nombre croissant de blessés et la prise en compte de lésions de plus en plus sévères (attaque IED, accident de la circulation, attroupement qui dégénère). Après les premiers gestes effectués et le message d’alerte donné par les légionnaires du 4ème Escadron, les auxiliaires sanitaires ont déployé tous leurs savoir-faire pour mettre en condition les blessés avant leur évacuation. En quelques jours, combattants et sauveteurs ont progressé dans toutes les phases de la prise en charge des blessés de guerre, de la relève sous le feu à l’évacuation.

 

Conçu par le Médecin-en-chef BERTHELOT, médecin responsable d’antenne à Carpiagne, et réalisé avec peu de moyens en remplacement d’un exercice MEDICHOS, cet exercice a démontré tout son intérêt pour contrôler les acquis des sauveteurs au combat de niveau 1 et 2. A un mois des premiers départs, les auxiliaires sanitaires de l’antenne médicale de Carpiagne et du 1er REC sont prêts.

photo 1e RECphoto 1e REC

photo 1e REC

Repost 0
7 juin 2015 7 07 /06 /juin /2015 12:55
Et par Saint-Georges !

 

07-05-2015 par 1e REC Réf : 207 | 680

 

Implanté depuis moins d’un an sur le camp de Carpiagne, le 1er REC continue ses premières et a célébré dignement son saint patron, Saint-Georges, le samedi 25 avril en la mairie du 9ème et 10ème arrondissement de Marseille.

 

Le 25 avril 2015, l’ensemble du régiment s’est retrouvé lors d’une prise d’armes en l’honneur de saint Georges se déroulant pour l’occasion dans le parc Maison Blanche de la mairie du 9ème et 10ème arrondissement de Marseille en présence d’autorités civiles et militaires. Cette cérémonie a également permis au général commandant la Légion Etrangère, le général MAURIN, ainsi qu’au chef de corps du 1er REC, le colonel BOUZEREAU, de décorer des cadres et légionnaires s’étant particulièrement distingués lors des derniers engagements du régiment au Mali.

 

Cette cérémonie était précédée de la passation de commandement de l'escadron de reserve entre le CES RINGEVAL et le CNE CASTEL.

 

A l’issue de cette prise d’armes, clôturée par un défilé, un vin d’honneur s’est tenu au sein de la mairie durant lequel plusieurs légionnaires se sont vu remettre leur décret de naturalisation des mains du maire du 9ème et 10ème arrondissement de Marseille. Enfin, c’est au son de « la Colonne » que le colonel BOUZEREAU a donné rendez-vous à toute l’assemblée aux journées portes ouvertes du régiment se déroulant les 25 et 26 avril sur le camp de Carpiagne.

 

Reportage photos

Repost 0
7 juin 2015 7 07 /06 /juin /2015 12:55
photo 1e REC

photo 1e REC

 

03-04-2015  par 1e REC Réf : 206 | 1005

 

En vue de la projection d’un de ses pelotons en RCA à l’été 2015, le 3ème escadron du Royal Etranger a commencé sa mise en condition avant projection (MCP) à CANJUERS du 02 au au 13 Mars. Ce fut l’occasion pour les légionnaires d’apprendre ou de se réapproprier les savoir-faire inhérents à leurs spécialités respectives.

 

Les tireurs, pilotes et chefs d’engins ont suivi une formation d’adaptation sur ERC 90D « SAGAIE ». Après avoir bénéficié des cours sur l’armement, l’entretien, et le pilotage, ils ont travaillé en équipage et en peloton lors de parcours d’observation et des passages sur différents simulateurs.

 

Les pilotes et chefs de bord des patrouilles d’investigation ont pu se former à la conduite des VBL et des VAB, en assimilant les caractéristiques techniques ainsi que les composantes tactiques relatives à ces véhicules, comme la progression en appui mutuel ou le franchissement. Le combat débarqué ainsi que les actes élémentaires ont également été révisés. A l’issue d’une formation dense et technique, les meilleurs pilotes se sont vu attribuer la FSI cavalier blindé pilote option pilote VBL.

 

Les plus jeunes ont fait effort sur l’aguerrissement et les actes élémentaires. Marches, tirs ISTC de jour et de nuit, formation à la technique d’intervention opérationnelle rapprochée (TIOR) ainsi que le maniement des armes individuelles et collectives étaient au programme.

 

Opérationnel, le PCL s’est entraîné au déploiement d’un PC tactique de niveau UE, avec notamment la mise en œuvre d’un réseau de transmissions de données de niveau unité élémentaire (liaison SIR/SITEL). Tous les légionnaires de l’escadron ont bénéficié d’un recyclage de la formation de premier secours niveau 1 (PSC1) ainsi que de l’apprentissage du sauvetage au combat de niveau 1 (SC1).

 

L’escadron a testé ensuite ses nouvelles connaissances à la fin du mois de mars lors des tirs de niveau 9, 7 et 6 (tir canon niveau tireur, équipage et peloton) à MAILLY-LE-CAMP, validant ainsi les prérequis nécessaires à la projection et qualifiant l’ensemble de l’escadron à l’emploi des pelotons SAGAIE.

 

L’escadron s’est qualifié opérationnel sans restriction sur ERC90 (dont un peloton opérationnel exceptionnel) et a vu ainsi son investissement individuel et collectif récompensé.

photo 1e RECphoto 1e REC
photo 1e REC

photo 1e REC

Repost 0
7 juin 2015 7 07 /06 /juin /2015 11:55
“La discipline et la camaraderie sont ta force…”

 

Le service des armes, l’entraînement au combat, les nécessités de la sécurité et la disponibilité des forces exigent le respect par les militaires d’un ensemble de règles qui constituent la discipline militaire, fondée sur le principe d’obéissance aux ordres. Le militaire adhère à la discipline militaire, qui respecte sa dignité et ses droits. La discipline militaire répond à la fois aux exigences du combat et aux nécessités de la vie en communauté. Elle est plus formelle dans le service qu’en dehors du service, où elle a pour objet d’assurer la vie harmonieuse de la collectivité.

 

C’est ainsi qu’est défi nie aujourd’hui la discipline militaire dans le Code de la défense. Si au fil de l’histoire militaire, lesformulations pour la décrire ont pu changer, force est de constater que l’essentiel demeure : le principe d’obéissance aux ordres est la clé du bon fonctionnement de nos armées. Vertu de bien commun, l’obéissance est fondée sur l’autorité, et ses limites viennent toujours de celles de l’autorité. Car l’obéissance exige qu’il y ait reconnaissance de cette autorité. Se soumettre à quelqu’un parce qu’on subit son ascendant, ce n’est pas obéir. Se conforter aux directives reçues uniquement parce qu’on en reconnait la sagesse, ce n’est pas non plus encore de l’obéissance, c’est du bon sens et de la prudence : il y manque le précepte, fondé sur une autorité légitime. Là seulement se trouve le vrai motif de l’obéissance. Cette légitimité vient de la liberté individuelle de chaque militaire, quel que soit son grade, d’avoir choisi en s’engageant, de consentir à la discipline, dans le seul bien du service.

 

Déjà en 1937, le mémento du soldat de la Légion étrangère rappelait cette vérité : “la force de la Légion réside avant tout dans la confi ance absolue et réciproque qui lie les légionnaires et leurs chefs... Ces chefs sont tes compagnons de souffrance et de danger… Bien souvent, il ne te sera pas donné de pouvoir discerner immédiatement la cause profonde d’un ordre. Dans ces circonstances, l’intérêt de tous le tien propre, exige que tu sois persuadé que le chef qui te le donne ne le fait que dans l’intérêt général du service. C’est cette discipline stricte mais librement consentie qui fait la force de notre Vieille Légion”.

 

Cette confi ance absolue qui lie les légionnaires et leurs chefs trouve sa force dans la vie quotidienne et le style de commandement : “C’est une chose d’importance, la discipline à la Légion, l’amour du chef, l’obéissance, sont de plus pure tradition”. Ces versets du chant de la Phalange magnifique sont là pour nous rappeler à tous nos devoirs réciproques. Le mémento de 1937 mentionnait d’ailleurs : “C’est au combat que tu comprendras l’amour qui doit lier le chef à ses légionnaires, dont les coeurs battent à l’unisson pour porter toujours plus haut et plus loin la gloire immortelle de la Légion étrangère.

 

Les devoirs envers les subordonnés mentionnés dans ce mémento sont toujours d’actualité :“Tu devras calquer en tous points ta conduite sur celle de tes chefs. Conscient de tes responsabilités, tu exigeras de tous l’obéissance immédiate et entière. Dans l’application des sanctions, tu seras, avant toute chose, juste et ferme. Cette fermeté n’exclura d’ailleurs nullement la bienveillance et les punitions que tu infl igeras aux fautifs devront avoir obligatoirement pour contrepartie les récompenses que tu décerneras à ceux qui se distinguent par leur activité et leur dévouement. En aucun cas, tu ne devras chercher à retirer un profit quelconque du pouvoir qui t’a été conféré pour le seul bien du service. Sacrifiant résolument les intérêts particuliers de chacun aussi dignes d’intérêt qu’ils puissent être, à l’intérêt général, tu ne prendras aucun repos tant que le bien-être matériel et moral de tes hommes n’aura étépleinement satisfait… Tu donneras l’exemple en tout, aussi bien dans ta vie privée que dans ta manière de servir. Ta dignité, ta conscience professionnelle et tes connaissances militaires sont seules susceptibles de te conférer le respect de tous.

 

Il en est de même pour les devoirs du légionnaire envers ses camarades : “La discipline de la Légion repose sur deux principes essentiels : l’autorité des chefs et l’égalité devant les règlements. Tous les légionnaires sont donc égaux. La Légion, qui est désormais ta seconde patrie, ne distingue ni nationalités, ni races, ni religions. Soldat de métier, venu volontaire pour servir dans un corps d’élite, tu domineras les partis et leurs luttes politiques par le culte de notre drapeau et l’amour du métier des armes, le plus beau de tous. Aucune question d’ordre politique ou confessionnel ne doit intervenir dans tes relations avec tes camarades, dont tu dois scrupuleusement respecter les croyances et les traditions. Tu ne devras jamais demeurer sourd au cri “à moi la Légion” d’un camarade en détresse, mais au contraire voler résolument à son secours. Il est bien entendu que tu n’auras recours à cet appel sacré que dans un danger pressant. Vivant résolument à l’écart du monde, tu ne manqueras jamais de manifester à l’égard de chacun de tes camarades la solidarité étroite qui doit unir les membres d’une même famille. Les traditions de camaraderie et d’entraide à la Légion sont universellement reconnues et admirées. Il t’appartient de les perpétuer. Respectueux de tes anciens dont l’expérience te sera précieuse en maintes circonstances, tu guideras de tes conseils désintéressés les jeunes engagés, afi n de leur épargner un apprentissage et une acclimatation parfois délicats”.

 

Ce mémento de 1937, référence de nos Anciens, respire le bon sens et la pertinence, tout comme notre Code d’honneur qu’il a largement inspiré. Cela prouve la pérennité de vérités simples : “la discipline et la camaraderie sont ta force”. Alors, du caporal au général, en respectant cet article du code d’honneur, nous pourrons dire comme Saint-Exupéry dans le Petit Prince : “J’ai le droit d’exiger l’obéissance, parce que mes ordres sont raisonnables.

Repost 0
7 juin 2015 7 07 /06 /juin /2015 11:55
photos 4e RE

photos 4e RE

 

03-06-2015 par 4eRE Réf : 493 | 157

 

Savoir compter est un acte réflexe du légionnaire

 

Monsieur Didier Lallement, haut fonctionnaire de l'état Français et conseiller maître à la cour des comptes a rendu visite au régiment afin de juger , in situ , comment la Légion étrangère , en général, et le 4°RE en particulier rentabilise la formation des jeunes légionnaires.

 

Régiment école mais non centre de formation initial des militaires du rang, le régiment a démontré qu'il est le 3 en 1 de la formation ( instruction initiale, formation des cadres de contact, formation de 11 spécialités ) et que son taux d'encadrement était taillé à la juste suffisance.

 

Enchainant des présentations et démonstrations dynamiques, les fortes têtes ont pu montrer l'efficience d'un système centré sur la meilleure arme du monde : l'être humain !

 

La rencontre avec les épouses , conseiller vie courante et  le maire a quant à elle permis de montrer qu'avec le cassoulet , la Légion étrangère est bien une des mamelles de Castelnaudary!

La Cour des Comptes à CastelnaudaryLa Cour des Comptes à CastelnaudaryLa Cour des Comptes à Castelnaudary
La Cour des Comptes à Castelnaudary
Repost 0
7 juin 2015 7 07 /06 /juin /2015 11:55
photo 4e RE

photo 4e RE

 

01-06-2015 par 4e RE Réf : 491 | 261

 

"Train as you fight and fight as you train"

 

Du 18 au 29 mai 2015, les fortes têtes ont envahi le camp de Caylus pour une période d'entrainement.

 

La première semaine centralisée au niveau des compagnies a permis de réaliser tous les modules de tir tactique.

 

La deuxième a  fait l'objet d'un rallye section régimentaire, dans des conditions difficiles où chacun a pu se remettre en question et tester ses propres connaissances !

 

Reportage photos

Repost 0
7 juin 2015 7 07 /06 /juin /2015 11:55
Le Festival de musiques militaires de Saumur, c'est du 3 au 5 juillet

2

07.06.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense

 

Du 3 au 5 juillet 2015, le Festival des Musiques Militaires de Saumur accueille dans les installations de l’Ecole Nationale d’Equitation une programmation musicale unique en France.

 

Cette année, ce sont sept formations que le Festival aura le plaisir d’accueillir : la Musique de la Légion Etrangère, le Bagad de Lann-Bihoué, le Mexique, la Grèce, la Géorgie, la Pologne et la Suisse.

 

Au programme de cette année (sous réserve): 
• Vendredi 3 juillet: concerts d’ouverture à Saumur et dans le Saumurois.

• Samedi 4 juillet: 16h30, montée des couleurs; 20h30, show international des musiques militaires dans le Grand Manège de l'Ecole Nationale d'Equitation à Saint-Hilaire-Saint-Florent.

• Dimanche 5 juillet: 10h30, défilé des Musiques dans le Centre Ville de Saumur suivi d’une présentation des différentes formations , place de la république à Saumur. 15h, show international des musiques militaires dans le Grand Manège de l'Ecole Nationale d'Equitation à Saint-Hilaire-Saint-Florent. 20h, concert non stop gratuit. Place de la République à Saumur.

 

Pour réserver, c'est ici.

Repost 0
7 juin 2015 7 07 /06 /juin /2015 11:55
"La Circassienne" de Guillemette de Sairigné

 

source Robert Laffont

 

Exilée du Caucase, mannequin chez Chanel, cette célèbre beauté fut une héroïne de la Seconde Guerre mondiale et une icône de la Légion étrangère.

 

Leïla Hagondokoff est une enfant qui vit entre le Caucase et Saint-Pétersbourg dans une famille de militaires. En 1917, elle a dix-neuf ans, elle est très belle, et tombe amoureuse d'un officier atteint d'une grave blessure à la tête qu'elle épouse contre l'avis de ses parents. La Révolution les pousse à fuir vers l'est et ils atteignent Shanghai au terme d'un terrible voyage. En Chine son existence est aventureuse, elle divorce et parvient à gagner la France. Chanel l'engage comme mannequin et sa vie sentimentale bien remplie se termine par un élégant mariage français. Mais cette séductrice devient une combattante pendant la guerre d'Espagne et la Seconde Guerre mondiale. Elle invente, fait financer et dirige des ambulances qui, pour la première fois, sont conçues afin d'opérer les blessés intransportables. Elle fait la campagne d'Italie, la campagne de France, repartira en Algérie pendant la guerre afin d'établir un centre de repos pour les soldats désargentés. La fin de sa vie et le reste de sa fortune sont consacrés à la Légion étrangère, pour qui elle est une bienfaitrice et une légende vivante. Personnalité complexe, libre et transgressive, sa volonté de fer et son courage physique et moral n'eurent d'égal que sa célèbre beauté.

 

"La Circassienne" de Guillemette de SAIRIGNÉ

Repost 0
7 juin 2015 7 07 /06 /juin /2015 11:45
Camerone à N'Djamena


05.06.2015 par Légion Etrangère


Le 2e Régiment étranger de parachutistes a fêté Camerone 2015 à N'Djamena.

Repost 0
7 juin 2015 7 07 /06 /juin /2015 11:25
photo 3e REI

photo 3e REI

 

28-05-2015 par 3e REI Réf : 233 | 537

 

 

A l'occasion du lancement VA 223 (Ariane 5) du 27 mai 2015, le général américain John W. RAYMOND, commandant l'US Air Force Space Command était en visite au Centre Spatial Guyanais (CSG).

 

Afin d'évaluer la possibilité de lancement de certains satellites américains à partir de lanceurs européens depuis Kourou, le colonel WALTER, commandant le 3e REI, a présenté au général RAYMOND les savoir-faire du régiment dans la protection des installations du CSG.

 

Accompagné d'une délégation composée notamment du Général de division aérienne ADAM (COMSUP), du Général Jean-Daniel TESTE (CCG du Commandement Interarmées de l'Espace) et du Général de ROQUEFEUIL (conseiller défense du directeur du CNES), le commandant de l'US Air Force Space Command a suivi une patrouille de la 2e compagnie du 3e REI.

 

Impressionné par les moyens déployés par la "French foreign Legion" et par le professionnalisme de ses soldats, le général RAYMOND a tenu à féliciter chaque légionnaire personnellement.

 

Reportage photos

Repost 0
7 juin 2015 7 07 /06 /juin /2015 11:25
photo 3e REI

photo 3e REI

 

15-04-2015 par 3e REI Réf : 224 | 818

 

Du 26 janvier au 27 mars 2015, le CEFE a encadré un stage visant à former des cadres à la préparation et à la conduite d'opérations en forêt équatoriale.

 

2 mois d'enfer vert

9 semaines. C'est la durée de ce stage devenu, au fil des années, une référence en Amérique du sud. Créé il y a une dizaine d'années, le stage international du centre d'entraînement en forêt équatoriale (CEFE) se compare désormais aux stages réputés tels que Manaus (Brésil), Lanceros (Colombie) ou Tigre (Equateur). Le 3e Régiment étranger d'infanterie consacre pour cela d'importants moyens afin d'instruire au mieux les officiers et sous-officiers issus, cette année, de 14 nations différentes. Triés sur le volet, les stagiaires se doivent d'être en excellente forme physique et mentale pour espérer décrocher ce brevet tant convoité.

 

Sélection naturelle

Le capitaine G., officier forêt du 3e REI, leur a préparé un stage particulièrement éprouvant et complet durant lequel les instructeurs et AMF du CEFE transmettront l'ensemble des savoir-faire du centre. Après une première semaine consacrée aux perceptions et aux tests d'entrée une première sélection est déjà effectuée : seuls 26 stagiaires sur les 30 initiaux parviendront jusqu'au CEFE. Le stage se veut tout de même progressif pour que les stagiaires venus d'Europe ou d'Amérique du Nord apprennent à connaître ce milieu si particulier qu'est la forêt équatoriale. Jour et nuit, les instructions se succèdent pour endurcir le corps et l'esprit. C'est donc avec un léger soulagement que la section est envoyée en survie sur les bords du fleuve Approuague durant 5 jours. Seuls ceux que la forêt aura conservés seront dignes de poursuivre l'aventure. Ils ne sont alors plus que 23 dans la course... Et ainsi se poursuit ce stage : corps à corps, tir, secourisme, natation, franchissement, topographie. Les corps entrent rapidement en résistance, les traits du visage se durcissent, les yeux se plissent : les stagiaires " des villes " deviennent des soldats prédateurs. L'objectif est clair : fournir à chacun l'ensemble des connaissances permettant de préparer et de conduire une mission en forêt. C'est donc avec un réel intérêt de la part de tous que débute la phase tactique ; tout spécialement pour les cadres venus d'Amérique latine, curieux de découvrir les techniques et procédés hérités des théâtres d'opérations récents. La pédagogie légion dite démonstrative permet à chacun, quel que soit sa langue de restituer les cours des instructeurs.

 

84h de lutte antiguérilla

La dernière semaine d'instruction permet aux stagiaires d'appliquer l'ensemble des techniques apprises à travers un exercice tactique de 4 jours et 4 nuits consécutifs. Après une infiltration à la nage, de nuit et sous une pluie battante, jusqu'au village de Régina, la section sème la confusion chez l'adversaire guérillero en détruisant ses moyens de communication. Récupérés par HAM PUMA, ils sont alors droppés sur le fleuve afin de se préparer à l'offensive du lendemain. Infiltration en kayak, à pied, franchissement de criques sont leur quotidien afin de débusquer l'ennemi retranché et le réduire. Cette opération les amènera jusqu'à la zone refuge ennemie assise sur un lieu remarquable de Guyane : la savane-roche Virginie. Après une infiltration de plusieurs heures et une nuit d'attente à renseigner sur l'objectif, la position est prise au petit matin. De là, à 360°, le regard porte sur la canopée. Commencé la figure dans la boue, le stage se conclut au-dessus des cimes.

20 stagiaires parviendront au bout de ces 9 semaines de stage mais seuls 13 pourront porter sur la poitrine le brevet de " chef de section forêt ". Cette édition 2015 est à nouveau une réussite, symbole du professionnalisme de la Légion étrangère et de l'expertise du CEFE.

 

Témoignage du lieutenant E., chef de section à la 3e compagnie du 3e REI et stagiaire :

" Ce stage est une occasion unique de passer un long temps en forêt tout en acquérant les connaissances techniques et tactiques indispensable à ma fonction en forêt. S'il est nécessaire d'avoir une bonne préparation physique, une solide motivation est indispensable pour faire face aux difficultés qui se présentent (fatigue, faim, mycose, humidité...). Cela m'a de plus appris à sélectionner mon matériel pour avoir le sac le plus adapté et le plus léger possible. Le temps fort du stage restera la synthèse finale, très intense, où j'ai pu mesurer les progrès fait en 2 mois. "

 

Reportage photos

 

Lexique :

AMF : aide-moniteur forêt. Caporal ou caporal-chef, il assiste l'instructeur pour la conduite des stages. Experts du milieu, ils sont choisis parmi ceux ayant réussi un stage de 7 semaines en forêt.

Drop : technique de mise à l'eau, effectuée depuis HM à une hauteur de 2 à 5m. Permet le déploiement rapide d'un détachement en zone hostile sans aire de poser.

Savane-roche : structure géologique spécifique à l'Amazonie. Grosse colline de pierre dégarnie, surplombant la canopée. On les appelle aussi inselberg.

Repost 0
6 juin 2015 6 06 /06 /juin /2015 18:25
photo  Cellule COM / FAG – 3REI

photo Cellule COM / FAG – 3REI

 

27-04-2015 Cellule COM / FAG – 3REI Réf : 229 | 1440

 

" Si t'es pas mouillé, t'es pas guerrier ".

 

Benjamin Castaldi était présent sur le territoire guyanais du 3 au 8 avril 2015 dans le cadre de la série "En immersion avec Benjamin Castaldi" diffusée à compter de ce mois sur 13e rue.

 

En immersion au CEFE avec les instructeurs du 3e régiment étranger d'infanterie (3e REI), Benjamin révèle que "cet épisode est le plus dur mais le plus réussi". Compté parmi les élèves-officiers de l'Ecole Militaire Inter Armes (EMIA) de Coëtquidan pour un stage d'aguerrissement, Benjamin a dû faire preuve de dépassement de soi. Les élèves, d'anciens sous-officiers effectuent depuis plus de 8 mois une formation pour devenir officiers. Le stage d'aguerrissement au CEFE du 30 mars au 11 avril intervient au terme du premier 1/3 de cette formation.

 

Vivre une expérience hors du commun, pari gagné pour les instructeurs qui ont réservé un programme adapté au présentateur TV...  Accueilli par la 4e section de l'EMIA, Benjamin Castaldi n'était pas au bout de ses peines.

 

"Je m'attendais à quelque chose de très difficile mais pas aussi difficile que ça. L'accumulation des épreuves, le peu de répit m'ont épuisé et pourtant je n'ai participé qu'à 20% du stage. Quand on a fini une activité, c'est pour en commencer une autre. Nous sommes sollicités en permanence par des exercices et des épreuves extrêmement dures", souligne Benjamin Castaldi. Pensant être en forme pour affronter le CEFE avec une préparation physique hebdomadaire de 8 heures, Benjamin a vite déchanté. "Le physique et le mental sont mis à rude épreuve ! Que ce soit dans l'effort ou pendant les instants de repos, le corps subit les affronts du soleil de plomb", ajoute Benjamin.

 

Malgré tout, il gardera un excellent souvenir de ce stage formateur pour la survie dans la forêt équatoriale. "Le CEFE est un bel endroit de formation, c'est la référence en matière d'aguerrissement ! Je suis ravie d'avoir participé à ce stage en ce lieu mythique. Et la bonne surprise, c'est l'accueil non seulement des militaires stagiaires mais surtout des légionnaires du 3e REI. La révélation est donc du côté humain", rélève Benjamin. Avant d'ajouter "on apprend aux stagiaires à être les chefs de demain en leur montrant que la cohésion est la clé de la réussite. Et au CEFE, je me suis vite rendu compte que la cohésion était indispensable, l'esprit de groupe doit être entretenu sinon on recule et on se fait mal. Et quand on voit les excellents résultats qu'obtiennent les 4 sections de l'EMIA, on s'aperçoit que la solidarité est bien présente ".

 

"Droit et juste", voici les mots que retient Benjamin Castaldi pour qualifier les instructeurs et entre baignade et chaleur, sa devise "si t'es pas mouillé, t'es pas guerrier".

photo  Cellule COM / FAG – 3REI photo  Cellule COM / FAG – 3REI
photo  Cellule COM / FAG – 3REI photo  Cellule COM / FAG – 3REI
photo  Cellule COM / FAG – 3REI photo  Cellule COM / FAG – 3REI

photo Cellule COM / FAG – 3REI

Repost 0
6 juin 2015 6 06 /06 /juin /2015 16:55
Promotion SGT Marcel Kalafut

 

28-04-2015 4e RE -  Réf : 479 | 947

 

A la Légion étrangère, on ne pleure pas ses morts, on les honore!

 

Ce fut chose faite, le vendredi 24 avril 2015.

 

Les stagiaires FG1 ont reçu leur nouveau galon de sous-officiers des mains du général commandant la Légion étrangère.

 

Long parcours de 4 mois de stage ponctué par cette prestigieuse cérémonie ! Dès le départ, les jeunes sergents ont choisi d'honorer la mémoire du sergent Kalafut décédé au combat au Mali très récemment!

 

Ce choix a permis de réunir les groupes commando parachutistes du 2°REP et de la brigade qui étaient à ses côtés au cours de l'opération !

 

Les galons du major de stage sont arrivés par les airs avec une mise en place par saut par les GCP du 2°REP!

 

Honneur au sergent Kalafut ! Honneur aux hommes des troupes d'assaut ! MORE MAJORUM

Promotion SGT Marcel Kalafut
Promotion SGT Marcel Kalafut
Promotion SGT Marcel Kalafut
Promotion SGT Marcel Kalafut
Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories