Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 18:55
Opération Sentinelle à Marseille avec le 1er REC

 

29-01-2015 Légion Etrangère - Réf : 378 - 797

 

Depuis le 12 janvier 2015, pour répondre à une situation d'urgence, des militaires sont déployés, dans le cadre du plan Vigipirate renforcé, pour la défense de nos concitoyens.

 

À Marseille, les légionnaires du 1er régiment étranger de cavalerie assurent une protection quotidienne de points d'intérêts sensibles.

 

Lieutenant Thibault, chef de section : "La mission de la section est de protéger trois sites, cultuels et écoles, dans le 6e arrondissement de Marseille. La majorité de mes légionnaires connaissent la mission en tant que telle. Le fait d'être à Marseille, pour eux, c'est une première, sachant que le régiment vient de déménager à Carpiagne. Ils découvrent la région, ils découvrent la population et ils sont très heureux d'être là. Cela se passe très bien."

 

La proximité et le contact avec la population, souvent amical et chaleureux, donnent au légionnaire la satisfaction de la mission accomplie.

 

Brigadier Wisdom, chef d'équipe : "On a eu quelques échanges avec la population civile, et ils sont très contents de nous voir. Ils sont plus rassurés. Donc on pense qu'on fait du bon boulot."

 

Complémentaire aux opérations extérieures, cette mission intérieure de protection des français est une priorité des armées.

Repost 0
2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 18:55
photo Ludovic TRABUCHET Midi-Libre

photo Ludovic TRABUCHET Midi-Libre

 

02.02.2015 Par Olivier Berger, grand reporter à La Voix du Nord.

 

Le 2e régiment étranger d'infanterie commence à percevoir ses VBCI (véhicules blindés de combat d'infanterie). Dix-sept d'entre eux sont arrivés à Nîmes et au quartier colonel de Chabrières, décrit Le Midi libre (article payant). C'est le huitième et dernier régiment français à être équipé du véhicule 8 roues de Nexter et Renault Trucks Defense.

 Les livraisons ne sont pas terminées et surtout les adaptations à la version lourde de 32 tonnes qui entraînent un vaste plan de " rétrofitage ".

L'armée de terre a en commande 630 VBCI depuis 2008. Progressivement, on équipe les régiments d'infanterie des brigades lourdes, la 1re mécanisée, la 2e et la 7e blindée. Par ordre d'entrée en scène : le 35e RI, 1er RTir (tirailleurs), RMT (régiment de marche du Tchad), 152e RI, 16e BC (bataillon de chasseurs). Trois régiments de brigades légères suivent : le 92e RI, le 2e RIMa (infanterie de marine) en juin et donc le 2e REI en ce début d'année.

Ce qui nous fait huit régiments VBCI et douze VAB qui devront attendre le VBMR, enfin le Griffon, entre 2018 et 2025.

Pour mémoire, les régiments VAB : 1er RI, 126e RI, 3e RIMa, 21e RIMa pour l'infanterie, 1er RCP, 2e REP, 3e RPIMa et 8e RPIMa pour les parachutistes, 7e BCA, 13e BCA et 27e BCA pour les chasseurs alpins.

Repost 0
2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 17:55
Jumelage entre le Mistral et le 1er Régiment étranger de cavalerie

 

2 Février 2015 Source : Marine nationale

 

Le 21 janvier 2015, le camp de Carpiagne (13) a accueilli la cérémonie de jumelage entre le Bâtiment de projection et de commandement (BPC)  Mistral et le 1er Régiment étranger de cavalerie (1er REC).

 

Jumelé avec la frégate Dupleix  jusqu’à son désarmement en 2014, le 1er REC avait à cœur de prolonger ces liens particuliers avec la Marine nationale. Bâtiment interarmées par excellence, ayant déjà eu l’occasion d’embarquer des légionnaires de ce régiment, le Mistral ne pouvait alors que se réjouir de concrétiser un tel partenariat. En effet, dans le cadre de son appartenance à une brigade amphibie, les légionnaires du REC ont souvent travaillé aux côtés des marins du Mistral lors d’exercices amphibies et pourraient être amenés à mener des opérations communes.

 

Chargée de sens, la cérémonie fut sobre et digne, malgré des conditions météorologiques très défavorables. Dans son allocution, le commandant rappelait que «ni la pluie, ni la foudre, ni le Tonnerre n’auraient empêché le Mistral d’être là aujourd’hui». En présence d’une délégation de l’équipage et du régiment, les deux «chefs de corps» ont procédé à la signature du certificat, matérialisant ainsi le début de nombreux échanges fructueux à venir.

 

Ce déplacement à Carpiagne fût également une excellente opportunité pour les légionnaires et les marins d’échanger sur leurs expériences. En particulier, quelques marins ont assisté au briefing opérations quotidien du régiment, actuellement engagé dans l’opération SENTINELLE au cœur de la ville voisine de Marseille, pour y sécuriser les sites sensibles.

Jumelage entre le Mistral et le 1er Régiment étranger de cavalerieJumelage entre le Mistral et le 1er Régiment étranger de cavalerie
Repost 0
13 janvier 2015 2 13 /01 /janvier /2015 17:45
FAZSOI : l’Escadron de Transport 50 « Réunion » au secours des Glorieuses

 

12/01/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le 7 janvier 2015, des militaires des forces armées de la zone Sud de l’Océan Indien (FASZOI) ont réalisé une mission de dépannage sur l’île Glorieuse, située à 2 000 kilomètres de l’île de la réunion.

 

Une avarie générale des générateurs électriques en place sur l’île Glorieuse a nécessité l’intervention de techniciens depuis l’île de La Réunion. Ils ont été mis en place par avion Transall du Détachement Air 181 « Lieutenant Roland Garros » et le personnel de l’Escadron de Transport 50 « Réunion ».

 

Cette mission était de première importance puisque, privés d’électricité, le personnel militaire en place ne pouvait plus assurer la conservation des denrées de première nécessité ainsi que la mise en œuvre des osmoseurs fournissant l’eau potable. Egalement limités aux batteries de secours du téléphone satellite, il fallait donc réagir dans les plus brefs délais pour éviter un total isolement de l’île.

 

Ce petit bout de territoire français fait partie du 5ème district des Terres Australes et Antarctiques Françaises, plus communément appelé Iles Eparses. Une quinzaine de militaires (14 légionnaires affectés au Détachement de la Légion étrangère de Mayotte et 1 gendarme) en relève tous les 45 jours, sont installés sur l’île Glorieuse pour y assurer la mission de souveraineté de la France.

 

Les FAZSOI garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis La Réunion et Mayotte. Elles constituent le point d’appui principal du théâtre « océan Indien » pour lutter contre de nouvelles menaces comme la piraterie ou l’immigration illégale, assurer la surveillance des zones économiques exclusives (ZEE) associées à l’ensemble des îles de la zone de responsabilité et conserver une capacité régionale d’intervention rapide.

Repost 0
12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 17:55
Le 4 s’est entrainé en terrain libre

 

03-12-2014 4e RE Réf : 430 -857

 

Déployé au camp de Caylus depuis le 17 novembre, le 4ème RE s’est ensuite mis en formation de combat pour un exercice régimentaire aux alentours du camp bâti du 23 au 27 novembre.

 

Centré sur la rusticité et le drill, le régiment a pu faire progresser l’ensemble de la chaine de commandement.

Du plus jeune légionnaire au chef de corps, chacun a pu mesurer que le drill reste, bien souvent, la clef de la réussite de la mission.

 

Reportage photos

Repost 0
12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 17:45
DIO à Madagascar (Nov 2014)

 

10-12-2014 source DLEM  Réf : 123 | 477

 

Dans le cadre des accords de coopération militaire liant la France et Madagascar, le Détachement de Légion étrangère de Mayotte a mené du 17 au 28 novembre 2014 un Détachement d’Instruction Opérationnelle (DIO) aguerrissement nautique auprès du 2ème  Régiment des Forces d’Intervention (2e RFI) de l’Armée Malgache (Tafika Malagasy) basé à Diego Suarez.

 

Aux ordres du chef de BOI, le détachement composé de l’encadrement expérimenté du Centre d’Instruction et d’Aguerrissement du Nautique (CIAN) et de Légionnaires de la CCL soutenu par le médecin chef et le Padré du DLEM s’est appliqué à dispenser une instruction de qualité, réaliste et adaptée aux moyens des soldats malgaches. L’objectif qui était de montrer tout l’intérêt de la coopération militaire après une longue interruption a été atteint. Pour le DLEM, fidèle à ses origines, il s’agissait aussi de reprendre pied sur DIEGO SUAREZ cher au cœur des anciens.

Anciens Légionnaires dont certains sont toujours présents et magnifiquement représentés par l’Adjudant-chef (ER) GALVEZ, l’Adjudant-chef (ER) FEUGUEUX et le Caporal-chef (ER) ALY MOHAMED qui ont accueilli, guidé et facilité le séjour du détachement avec chaleur et générosité.

Installé sur le camp de la Base Navale (BANA) de RAMENA à 20 kilomètres de DIEGO, au cœur des anciennes fortifications françaises toujours visibles qui défendaient la baie de DIEGO, juste à côté de l’ancien centre d’instruction des snipers du 3e REI, ce DIO rustique et éprouvant a pu se dérouler conformément au programme fixé malgré les difficultés dues à la chaleur, à l’isolement du site d’instruction, au manque de véhicules, aux difficultés pour déporter l’alimentation et assurer le logement des stagiaires sur le camp de RAMENA. Il est permis d’espérer que la reprise de la coopération permettra de réhabiliter une partie des bâtiments de l’ancien camp militaire d’ORANGEA et/ou CAP DIEGO.

60 officiers, sous-officiers et fusiliers marins de la 2ème compagnie et de la compagnie de commandement régimentaire (CCR) du 2e RFI ont suivi pendant 10 jours tout d’abord avec méfiance puis intérêt et enfin enthousiasme cette formation à dominante nautique qui leur a permis de revoir les actes élémentaires et réflexes individuels et collectifs jusqu’au niveau groupe sur terre et à partir de la mer en travaillant la natation utilitaire, le palmage, l’école de rame, le changement de milieu, le balisage de jour et de nuit, l’abordage de plage, le combat par appui mutuel, l’ISTC, le tir, le secourisme au combat (niveau SC1) et les techniques d’intervention opérationnelle rapprochée (TIOR).

Bien commandés et structurés, les soldats malgaches ont confirmé qu’ils étaient disciplinés, rustiques, physiques et volontaires. Fiers de montrer leurs capacités lors du VIP day de clôture du stage, ils ont eu à cœur de restituer impeccablement les différents procédés et savoirs faires appris dans les différentes démonstrations dynamiques présentées aux autorités civiles et militaires : abordage de plage après mise en place par zodiac et palme, balisage, techniques de déplacement et camouflage sur mer, progression sous le feu ennemi, extraction d’un chef rebelle, relève d’un blessé sous le feu, séquence TIOR…

Ainsi, le commandant des forces d’intervention, le Général RABETOKOTANY venu spécialement d’Antananarivo pour la circonstance, le général commandant la région militaire n°7, le Colonel (R) PETITJEAN représentant l’attaché de défense et la coopération de défense française, le Lieutenant-colonel de MESMAY chef de corps du DLEM et tous les responsables militaires de la garnison d’ANTSIRANANA venus nombreux pour la cérémonie ont pu apprécié le travail effectué et sont repartis favorablement impressionnés par ce qu’ont été capables de montrer les fusiliers marins du 2e RFI.

Ce premier DIO réalisé par le DLEM à Madagascar depuis deux ans et demi sur un nouveau théâtre inconnu pour la majorité des encadrants et instructeurs, s’il a été dense et délicat à mener est une réussite totale. Il devrait marquer les esprits, car si les Légionnaires sont repartis fiers du travail accompli et émerveillés par les paysages enchanteurs (et toujours chantés) de la baie de DIEGO, du côté Malgache cette action devrait aider à prendre en compte et améliorer la formation, l’entraînement, l’équipement, le logement et l’aptitude opérationnelle du 2ème RFI.

Le DLEM retournera à Madagascar dès le début de l’année 2015 pour mener un second DIO aguerrissement nautique au profit des 1re et 3ème compagnies du 2e RFI. « Adieu Diego …» nous reviendrons !

 

Reportage photos

Repost 0
12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 17:45
DIO COMORES (Oct 2014)


10-12-2014 Source DLEM Réf : 121 | 186

 

Du 23 au 30 octobre 2014, dans le cadre des accords de coopération militaire liant la France et les Comores, le DLEM a effectué un Détachement d’Instruction Opérationnelle (DIO) Mise en Condition avant Projection (MCP) au profit de la Compagnie d’Intervention et de Projection (CIP) de la Force Comorienne de Défense (FCD) au camp d’ITSOUNDZOU sur l’île de Grande Comore.


Une montée en puissance progressive

La Compagnie d’Intervention et Projection (CIP) est née en septembre 2013 de la volonté du CEMA Comorien, le Colonel YOUSSOUF IDJIHADI, conscient des enjeux militaires et internationaux liés à la participation d’une unité de la FCD à une opération extérieure qui conférerait une dimension internationale à l’Armée Nationale de Développement comorienne. Le BOI du Détachement de Légion étrangère de Mayotte avait été associé à la réflexion et à la mise sur pied de cette compagnie dès l’origine.

Il avait alors été proposé que cette compagnie soit formée par les meilleurs soldats des six compagnies de combat de Forces Comoriennes de Défense (FCD) sélectionnés au cours du DIO OMP mené sur le camp d’ITSOUNZOU du 20 au 28 novembre 2013 qui avait validé la fin d’une longue période de formation cadres comptant 97 stagiaires élèves caporaux et élèves sous-officiers organisée par l’AND. Au cours de ce DIO, les stagiaires après avoir été formés sur la réglementation militaire et le droit des conflits armés, la mise en pratique de procédés particuliers liés aux opérations de maintien de la paix (patrouille, point de contrôle routier, techniques d’intervention opérationnelle rapprochée - TIOR) avaient été évalués individuellement en tactique (connaissance des actes élémentaires et individuels du combattant, cadres d’ordres simples), en sport (tests d’aptitude parachutistes français et parco
Les 50 meilleurs sous-officiers, caporaux et soldats issus de la FCD ont immédiatement enchaîné sur un DIO aguerrissement organisé du 29 novembre au 10 décembre 2013 à MALOUDJA qui a permis de former les deux premières sections de la CIP. Au cours de cette seconde formation, les stagiaires ont travaillé les savoir-faire « commando » : franchissement vertical et horizontal de coupures sèches et humides, natation utilitaire, palmage en mer, navigation en zodiac, techniques d’intervention opérationnelle rapprochée (TIOR)… mais ils ont aussi été formés en instruction sur le tir de combat (ISTC) et en secourisme.

Cette compagnie a ensuite été regroupée du 24 février au 09 mars 2014 pour effectuer un DIO combat à MORONI puis sur le camp d’ITSOUNZOU où elle a pu être formée en commandement (cadres d’ordres), en combat, et en tir. Ce DIO combat avait intégré une vingtaine de soldats supplémentaires pour former la 3ème section de la CIP.


Finalisation de la préparation

Le dernier Détachement d’Instruction Opérationnel Mise en Condition avant Projection (MCP) effectué par le Détachement de Légion étrangère de Mayotte (DLEM) aux Comores du 23 au 30 octobre 2014 sur le camp d’ITSOUNZOU en Grande Comore avait pour objectif de finaliser la préparation de la Compagnie d’Intervention et Projection (CIP) en vue de sa projection sur le continent africain courant 2015 dans le cadre d’une Opération de Maintien de la Paix (OMP). Alignée à 150 personnels issus de toutes les compagnies FCD de Grande Comore, Moheli et Anjouan répartis en trois sections de combat à 40 soldats plus une section de commandement, le commandement de cette compagnie a été confié au capitaine AZAD, bien connu des Légionnaires français pour avoir été l’officier de liaison de la plupart des DIO depuis 3 ans.

L’instruction de cette dernière formation a priorisé les missions se rapportant à la défense d’un quartier général dans le cadre d’une opération de maintien de la paix :
- le combat : apprentissage des missions liées à la protection d’un quartier général (tenir un point, la patrouille, le point de contrôle routier et piéton, l’escorte de convoi, le procédé particulier « garder une emprise », la sensibilisation au danger IED-engins explosifs improvisés) ;
- le tir : révision de l’Instruction Sur le Tir de Combat, tir au fusil d’assaut « AK 47 » sur le champ de tir d’ITSOUNDZOU ;
- le secourisme de combat : une demi-journée d’instruction en secourisme de combat et une séquence évaluation ;
- la réglementation militaire et l’application du Droit des conflits armés par les forces terrestres (devoirs du militaire en opération, droit international humanitaire, conventions de Genève).

L’effort a porté sur le commandement en cherchant à impliquer systématiquement les chefs tant pour l’instruction que lors des restitutions et la tactique en plaçant chaque séance d’instruction ou de tir dans un cadre opérationnel.

Ce DIO aux ordres du CES RHONE, adjoint au BOI du DLEM, fort de 23 instructeurs légionnaires et militaires français du DLEM (3 officiers, 9 sous-officiers, 11 caporaux chefs et caporaux) était le cinquième effectué par le DLEM aux Comores en 2014.


Une compagnie évaluée très opérationnelle

Contrôlée le 12 novembre 2014 par le brigadier général soudanais Ibrahim Mohamed, chef de liaison de la force Est africaine (EASF) venu évaluer si l’armée comorienne était prête à être engagée dans les pays en crise de la partie est du continent Africain, la CIP n’a pas démérité. Dans son intervention au moment de remettre au chef de l’Etat Comorien le document officiel d’évaluation, le brigadier général Ibrahim Mohamed n’a pas tari d’éloges déclarant être à la fois « surpris » et « impressionné par la démonstration » que la compagnie a exécuté. A l’entendre, après 10 années de préparation pour les composantes devant former l’EASF dont l’élément de police, l’élément civil et l’élément militaire « aujourd’hui, nous sommes arrivés à un stade où nous pouvons dire que l’EASF est prête pour ses missions ».

 

Reportage photos

Repost 0
25 décembre 2014 4 25 /12 /décembre /2014 17:55
Noël 2014: les légionnaires du 2e REG et leurs crèches

 

25-12-2014 2e REG Réf : 566 | 1000

 

Le 21 décembre 2014, le 2e REG a ouvert ses portes au public afin qu'il vienne découvrir ou redécouvrir les crèches créées de toute pièce par les légionnaires du plateau de Vaucluse. Un prix a été décerné aux plus belles réalisations.

 

Comme chaque année, les sapeurs légionnaires du 2°REG ont créé les traditionnelles crèches de Noël au sein de leurs compagnies. Pas moins de 11 crèches étaient montées cette année pour le plus grand plaisir des nombreux visiteurs qui ont pu les admirer lors de la journée portes ouvertes du dimanche 21 décembre. Le lendemain, un jury constitué du maire d'Apt, du maire de Sault, de cadres et leurs épouses ainsi que du plus jeune légionnaire du régiment a décerné un certain nombre de prix aux compagnies ayant réalisé les meilleurs crèches.

 

Témoignage de l'ingéniosité des légionnaires et de la convivialité de Noël à la famille Légion, ces crèches sont un moyen, pour les légionnaires, de se réunir autour d'un objectif commun.

 

Résultats des élections:

Prix du Public (dimanche 21 décembre): La crèche dans les tranchées - 2e Compagnie

1er Prix du jury : la crèche dans les tranchées - 2e compagnie

2e prix du jury : Noël à Saint-Christol - Compagnie d'appui

3e prix du jury: Légion étrangère: la force d'une armée, la cohésion d'une famille - Compagnie de commandement et de logistique

Prix "1ère classe d'honneur Lafaye": Légion étrangère: la force d'une armée, la cohésion d'une famille - Compagnie de commandement et de logistique

Repost 0
16 décembre 2014 2 16 /12 /décembre /2014 21:20
Lawrence Joseph Franks Jr., graduated from the U.S. Military Academy on May 31, 2008

Lawrence Joseph Franks Jr., graduated from the U.S. Military Academy on May 31, 2008

 

16 décembre 2014 maliactu.net

Un jeune officier américain, l’un des meilleurs de sa promotion à la prestigieuse école militaire de West Point aux Etats-Unis, a été condamné pour désertion pour avoir rejoint la Légion étrangère.

Un tribunal militaire a condamné le sous-lieutenant Lawrence J. Franks Jr. à quatre ans de prison et à son renvoi de l’armée américaine pour avoir abandonné son unité en 2009, rapporte mardi le New York times.

Désormais âgé de 28 ans, il a expliqué devant la cour qu’il avait des pulsions suicidaires depuis plusieurs années et que les conditions de vie difficiles de la Légion étrangère lui avaient offert un exutoire pour sortir de sa dépression.

« J’avais besoin d’être mouillé et d’avoir froid et faim », a-t-il expliqué au journal, avant sa condamnation. « J’avais besoin de la vie éreintante que j’ai seulement pu trouver dans la Légion ».

Le sous-lieutenant avait été porté manquant de son unité médicale de Fort Drum, dans l’Etat de New York (nord-est des Etats-Unis). Sans jamais informer sa famille, il avait immédiatement pris un vol pour Paris et s’était engagé pour cinq ans dans la Légion étrangère. Ce corps d’élite de l’armée française, créé en 1831, permet aux recrues de changer d’identité et de se faire une nouvelle vie.

Devenu le légionnaire Christopher Flaherty, l’Américain commence en bas de l’échelle et connaît une ascension rapide jalonnée de décorations. Il a effectué des missions en République centrafricaine et à Djibouti, a été chargé de la sécurité du bridadier-général Laurent Kolodziej, commandant de l’armée française au Mali lors de l’intervention en 2013 contre les rebelles islamistes, selon le NYT.

« C’est un homme que je n’oublierai jamais et aux côtés duquel je resterai toujours », a déclaré M. Kolodziej en témoignant par vidéo-conférence devant la cour martiale. « Il est plus qu’un soldat né, il est un gentleman né. J’aimerais avoir dix hommes comme lui dans mon équipe et je serais le plus heureux des généraux ».

A la fin de son contrat de cinq ans en mars 2014, Lawrence Franks a quitté la Légion et s’est constitué prisonnier sur une base de l’armée américaine en Allemagne pour retrouver sa famille et faire face à ses responsabilités, a raconté le journal.

Les procureurs militaires l’ont accusé d’avoir manqué à son devoir et d’avoir causé des problèmes à son unité, affirmant que le jeune soldat avait déserté pour éviter son déploiement en Afghanistan un an plus tard.

Mais il a affirmé qu’il ne pouvait pas attendre aussi longtemps. « Je me sens très mal pour la douleur infligée à ma famille, pour les perturbations à mon unité », a-t-il déclaré. « Mais je ne regrette pas ce que j’ai fait –rien, en bien ou en mal– parce que ça a sauvé ma vie ».

Repost 0
16 décembre 2014 2 16 /12 /décembre /2014 19:45
FFDj : la gendarmerie djiboutienne sensibilisée aux risques de colis suspects

 

16/12/2014 Sources : État-major des armées

 

Les 2 et 9 décembre 2014, les démineurs des Forces Françaises stationnées à Djibouti (FFDj) ont dispensé pour la première fois deux sessions de sensibilisation à la découverte de colis suspects auprès de la gendarmerie nationale au sein de l’aéroport international de Djibouti (AID).

 

Une quarantaine de gendarmes en poste à l’aéroport de Djibouti ont participé à ces journées de formation axée sur la conduite à tenir en cas de découverte de colis ou bagages suspects, et sur la gestion d’une situation post-attentat. L’instruction s’est déroulée en trois étapes successives. Une information théorique a d’abord été délivrée sur la nécessité du compte-rendu immédiat et la mise en place du périmètre de sécurité autour de la zone potentiellement dangereuse.

 

 Puis les démineurs français ont présenté leurs différents matériels et partagé leurs expériences en conseillant les stagiaires sur les réflexes à adopter, les erreurs à ne pas commettre en cas de traitement de colis suspect ou d’expertise d’une zone touchée par un attentat. Enfin, les stagiaires ont été confrontés à une situation particulière : identification au scanner d’un colis suspect en zone de fret et analyse de son contenu (évaluation de dangerosité, composition d’un produit suspect).

 

 En conformité avec le traité de coopération de défense signé en 2011 avec la République de Djibouti, les FFDj constituent une base opérationnelle avancée en Afrique de l’Est. A ce titre, elles participent au dispositif militaire français prépositionné permettant de disposer d’un réservoir de forces pouvant être projetées rapidement en cas de crise.

FFDj : la gendarmerie djiboutienne sensibilisée aux risques de colis suspects
FFDj : la gendarmerie djiboutienne sensibilisée aux risques de colis suspects
FFDj : la gendarmerie djiboutienne sensibilisée aux risques de colis suspects
Repost 0
12 décembre 2014 5 12 /12 /décembre /2014 09:50
Quand la légion française rencontre la légion espagnole - Ex. IBERIAN STAR 2014

 

12 décembre 2014   Defense Sud-Est

 

Du 15 au 29 novembre, la 6e brigade légère blindée a effectué une activité conjointe avec le 8e bataillon de légion espagnole sur le camp de CHINCHILLA dans la région d’ALBACETE en Espagne.

 

Ce sont plus d’une trentaine de légionnaire du 2e régiment étranger d’infanterie de Nîmes qui ont été désigné pour participer à l’exercice IBERIAN STAR aux cotés de la légion espagnole. Ils ont composé un GTIA binational et se sont entrainés à mener des opérations offensives, défensives et de stabilisation.

 

Suite de l’article et reportage photos

Repost 0
4 décembre 2014 4 04 /12 /décembre /2014 17:55
Le 2e REG fête Sainte Barbe

 

04-12-2014 2e REG Réf : 565 - 1334

 

Les légionnaires sapeurs de montagne du 2e REG ont fêté la Sainte Barbe mercredi 3 décembre 2014. Celle qui veille sur les sapeurs a été célébrée au quartier maréchal Kœnig, sous la direction du général de division Maurin, commandant la Légion étrangère.

 

C’est au son de la musique de la Légion étrangère (MLE), mercredi 3 décembre 2014, que cette cérémonie a vu remettre plusieurs décorations et brevets, notamment l’étoile d’éclaireur skieur du 2e REG, qui sanctionne une connaissance particulière du milieu de la montagne et un comportement exemplaire en altitude. Cette décoration marque la spécificité unique de ces légionnaires qui, sans nul obstacle et nul homme pour leur faire barrage*, sont l’appui génie de la 27e Brigade d’infanterie de montagne.

Héritiers des traditions du génie Légion d’Indochine, les légionnaires du plateau d’Albion ont défilé sur la place d’arme du régiment en arborant les fanions des unités du Tonkin.

 

Le 2e REG fête Sainte Barbe

A l’issu, les maires du plateau de Vaucluse ont remis à sept légionnaires leur décret de naturalisation. Moment solennel pour ces étrangers qui servent sous les armes de la France, et qui intègrent la Nation avec fierté.

Des détachements du régiment sont récemment rentrés de République de Côte d’Ivoire, de la Réunion et de Nouvelle Calédonie. Le 2e REG n’attend plus que le retour d’un détachement actuellement en mission Vigipirate à Lyon, pour préparer les traditionnelles fêtes de fin d’année au sein de la famille Légion.

 

*Extrait de « Rien n’empêche », le chant du 2e Régiment étranger de génie

Le 2e REG fête Sainte Barbe
Le 2e REG fête Sainte Barbe
Le 2e REG fête Sainte Barbe
Le 2e REG fête Sainte Barbe
Le 2e REG fête Sainte Barbe
Repost 0
30 novembre 2014 7 30 /11 /novembre /2014 12:56
“Au drapeau !” “À l’étendard !”

 

27-11-2014 Éditorial du COM.LE du Képi blanc N° 771  - Réf : 375 / 444

 

À l’heure où des jeunes désoeuvrés, en mal être, renient notre pays et ses valeurs pour fuir vers des chimères destructrices, il me paraît utile de rappeler le rôle fédérateur que jouent les drapeaux de nos régiments, en particulier pour tous ces étrangers, Français par le sang versé.

 

Mens sana in corpore sano”, écrivaient les Romains. Une âme saine dans un corps sain. Si l’on applique cette devise au régiment, le corps, c’est la troupe. N’emploie-t-on d’ailleurs pas l’expression “corps de troupe” ? Plus elle est entrainée, physiquement et pour le combat, meilleure elle est. Mais l’entraînement, meilleur soit-il, ne suffi t pas à faire d’une troupe une unité soudée. Il lui faut une âme : c’est le drapeau du régiment.

 

“Au drapeau !” “À l’étendard !”
Tel est le commandement donné par le chef de corps en début de prise d’armes au régiment rassemblé pour rendre les honneurs à l’emblème unissant la troupe en armes. Le pouvoir du drapeau n’est pas seulement dans les couleurs nationales : chaque jour, celles-ci sont hissées à l’aube, descendues au couchant du soleil, au centre du régiment, dans un rituel immuable mené avec une rigueur simple mais solennelle par le sergent, chef de poste qui veillera la nuit sur le régiment. Le drapeau du régiment, outre les couleurs nationales qui donnent sa légitimité à la troupe en armes, c’est son identité, inscrite en lettres d’or sur la soie tricolore :
- l’inscription “République Française” ;
- un numéro, le nom du régiment, la devise “Honneur et Fidélité”;
- la liste des batailles dont la prima inter pares “Camerone 1863”
- sur la cravate, en fonction de l’historique, les insignes de décoration et fourragères.

 

Chaque drapeau de régiment est une pierre de la “voûte de gloire”. Cette expression est tirée du premier chapitre du premier livre d’or de la Légion étrangère, voulu par le général Rollet pour marquer, en 1931, le centième anniversaire de la création de la Légion étrangère. Le général Rollet voulut d’abord honorer la mémoire des morts de la Légion : il fit élever le monument aux morts de la caserne Viénot à Sidi Bel Abbès. En même temps, il demanda un Livre d’or, destiné lui aussi à glorifier ceux qui avaient vaillamment combattu sous le signe de la grenade à sept branches.

 

Très récemment, lors d’une rencontre fortuite à Puyloubier, un descendant d’une famille ayant longtemps vécu à Sidi Bel Abbès, me remit en don pour le musée un exemplaire de ce premier livre d’or de la Légion étrangère, édité en 1931. Très touché par ce geste, je l’en remercie publiquement par le biais de cet éditorial.

 

Pour la préface de ce premier livre d’or, fut choisi le discours prononcé par le maréchal de France Franchet d’Esperey pour l’inauguration du monument aux morts de Sidi Bel Abbès. En voici quelques extraits significatifs :
“Cent ans de gloire, sous les plis du drapeau tricolore, ont prouvé que le fondateur de la Légion avait eu une claire vision de la psychologie de ces errants. À l’ombre de ce drapeau a grandi une société, un ordre militaire laïc, unique dans le monde entier. Toutes les races s’y mélangent, tous les espoirs s’y confondent…”. “Troupe étrangère sous le drapeau français, son âme est devenue française”.

 

Comment aujourd’hui perpétuer la pertinence et la beauté de ce discours du Maréchal de France Franchet d’Esperey, écrit il y a 83 ans mais ô combien d’actualité ?
Bien sûr, en recherchant quotidiennement l’excellence. Mais d’abord, dans l’exécution des petites choses. Ensuite et surtout, en consacrant toute notre énergie pour aider le tout jeune légionnaire à s’intégrer dans la famille Légion qui l’accueille, au nom de notre pays, la France. Et cela, pas seulement à Castelnaudary, mais dans chaque régiment. Faisons tout pour que le légionnaire, particulièrement le plus jeune qui ne maîtrise pas encore notre langue, fasse sienne cette réponse d’un grenadier à l’empereur Napoléon qui l’interrogeait sur son lieu de naissance : “Sire, quand je contemple l’étendard de mon régiment, je vois le clocher de mon village”.

Repost 0
27 novembre 2014 4 27 /11 /novembre /2014 06:25
Entraînement intensif en forêt équatoriale

 

25/11/2014 Armée de Terre

 

La première section de la 3e compagnie du 3e régiment étranger d’infanterie a effectué un stage d’aguerrissement au centre d’entraînement en forêt équatoriale (CEFE) de Régina, en Guyane, du 21 octobre au 1er novembre.

 

La première semaine de stage a été consacrée aux exercices physiques que les légionnaires ont enchaînés à un rythme soutenu. Les longues marches quotidiennes étaient rythmées par des séances de grimpers de code, tractions, pompes, abdominaux et flexions des jambes. Il s’agissait également de se préparer à la phase la plus importante : la survie en forêt tropicale. Pour cela, les stagiaires ont appris à construire des pièges, des abris et des affûts de chasse, à reconnaître différentes essences végétales et à maîtriser toutes les techniques indispensables pour évoluer en autonomie dans ce milieu inhospitalier. Forts de ces nouvelles connaissances, les légionnaires ont pris le départ pour l’exercice de survie. Parcours commando, montage d’un bivouac, chasse, pêche et construction de radeaux : la deuxième semaine aura également apporté son lot d’épreuves.

 

Trois jours avant la fin du stage, les militaires ont dû effectuer un exercice de restitution de l’ensemble des connaissances acquises au cours de la formation. Fabrication d’un sac à dos de fortune à l’aide de feuilles, connaissances en explosifs et allumage d’un feu de camp figuraient parmi les compétences évaluées. Enfin, l’évacuation d’un blessé sur brancard jusqu’au centre du camp de Régina, le plus rapidement possible, a clôturé le stage.

 

Durant ces deux semaines, les légionnaires ont démontré la qualité de leur préparation physique et mentale. L’ensemble de la section a été breveté et a obtenu la note de quatre « jaguars » sur un maximum de cinq.

Repost 0
13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 08:55
94ème Anniversaire des fortes têtes du 4e Régiment Etranger

 

12-11-2014 source 4e RE Réf : 424 -43

 

Le 4ème Régiment étranger fêtera vendredi 14 novembre le 94ème anniversaire de sa création.

 

Une prise d’armes suivies d’un vin d’honneur ouvert au public aura lieu au quartier Capitaine DANJOU.

 

Vous pourrez être accueilli à partir de 10h00, les portes du quartier fermeront à 10h45.

 

C’est le général de division Pierre Barbaud, ancien chef de corps du régiment, qui présidera la prise d’armes.

Repost 0
13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 08:55
La 4e compagnie du 2e Régiment Etranger de Parachutistes de retour de Centrafrique

 

29-10-2014 source 2e REP Réf : 314 -1358

 

La 4e compagnie a fait son retour au camp Raffalli, le mercredi 29 octobre. Emmenée par son commandant d’unité, le capitaine Gabriel Vallier, elle a défilé devant l’état-major du régiment avant de reprendre possession de ses quartiers. Durant un mandat de près de 4 mois en Centrafrique au sein de l’opération Sangaris, elle aura été appelée à remplir des missions très variées et engagées, au profit de 5 GTIA différents. Fidèles à la tradition des légionnaires bâtisseurs, les gris ont aménagé 4 postes aux couleurs de la Légion. Craints des hommes armés animés de mauvaises intentions dans leurs zones d’action mais appréciés de la population, ils ont, sur le terrain, fait honneur au régiment et à nos anciens.

Repost 0
13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 08:55
"Projet Grand Musée" de la Légion Etrangère

 

09-11-2014 source SAMLE Réf : 114 - 40

 

Comment prendre une part active et personnelle au "Projet Grand Musée"?

Le Grand musée sort de terre

 

Le Projet est maintenant à la fois bien visible et tangible. Aussi, les visiteurs demandent souvent comment ils peuvent prendre une part active et personnelle à cette belle entreprise orchestrée par la Société des Amis du Musée de la Légion Etrangère (SAMLE). La réponse n’est pas unique. Chacun trouvera donc le moyen d’oeuvrer efficacement pour passer des paroles qui ne restent que des intentions, aux actes qui sont “actions”.

 

Le premier moyen d’aider le musée est d’adhérer à la SAMLE qui “contribue à la conservation, au développement, à la mise en valeur et au rayonnement” du patrimoine de la Légion étrangère.


En étant membre, on s’unit … et chacun sait que l’union fait la force, pour mener à bien cette mission essentielle non seulement pour le musée mais pour la Légion Etrangère elle-même.

 

Pour ceux qui ne veulent pas adhérer à une association, ils ont toujours la possibilité de faire un don à la SAMLE.

 

Une autre manière consiste à enrichir les collections. En donnant au musée des objets documentés et relatifs à la Légion, nous les préservons et leur garantissons un avenir.

Musée de France, les objets entrés à l’inventaire sont “incessibles, inaliénables et imprescriptibles”. D’autre part, en cas de restauration, ils sont entre les mains de professionnels qualifiés qui garantissent de conserver à l’objet son intégrité.

 

Enfin, en faisant connaître et en visitant le musée, vous participez à son rayonnement puisque vous devenez, en quelque sorte son ambassadeur. Vous lui donnez alors du sens car un musée qui n’est pas visité perd tout son intérêt. Il n’a pas de raison d’être et les objets seraient alors mieux conservés en restant dans les réserves.

 

En fait, aider le musée c’est précisément choisir un moyen d’agir dans l’une de ses composantes car le musée est bien la rencontre entre un lieu, une collection et le public.

 

Le musée est ouvert les mercredi, vendredi, samedi et dimanche de 10 à 12 heures et de 15 à 18 heures.

 

Les visites guidées sont possibles pour les groupes

 

Vous pouvez contacter le musée de la Légion étrangère :

  • Par téléphone :  04 42 18 12 41
  • Par courriel : musee.legionetrangere@gmail.com
  • Adresse postale :  

Musée de la Légion étrangère
Quartier Viénot
Route de la Légion 
BP 21 355
13 784 AUBAGNE CEDEX

Repost 0
13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 08:55
Visite du général Olivier Salaün, commandant de la 11e BP


20-10-2014 source 2e REP Réf : 312 - 369

 

Le général Olivier Salaün, commandant la 11e Brigade parachutiste, a effectué une visite de commandement au régiment du jeudi 16 au vendredi 17 octobre. Dès son arrivée, il est notamment revenu sur les annonces de baisse des effectifs, et la dissolution programmée de la section de reconnaissance régimentaire de la CEA. Le général a ensuite assisté à la présentation de la MCP et de la projection au Tchad, en présence du chef de corps Jean-Michel Meunier et des officiers supérieurs. Un point de situation RH lui a également été fait suite au plan annuel de mutation, avant que les projets innovation/préparation de l’avenir ne lui soient présentés.

Remise de képis blancs

Le dernier jour de sa visite, le général a supervisé l’entraînement — sur la piste d’audace du régiment — d’une section de la batterie du 35e RAP en PCP. Il a ensuite assisté à une remise de képis blancs aux engagés volontaires de la Légion étrangère de la 1ère compagnie du 4e RE, qu’il a chaleureusement félicité de leur engagement. Avant son départ, un repas a été donné au CMSO en présence de tous les cadres du régiment. Le général en a profité pour faire connaissance avec l’ensemble des personnels, dans une ambiance particulièrement conviviale.

Repost 0
13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 08:55
Visite du général COMBIM au 2e REG

 

31-10-2014 source 2e REG Réf : 561 -594

 

Le général de brigade Bizeul, commandant la 27e brigade d'infanterie de montagne (27e BIM), a effectué sa première visite de commandement du 2e régiment étranger de génie, le vendredi 24 octobre 2014. A cette occasion, il a pu assister à un exercice de franchissement de la 1ère compagnie.

 

Le général Hervé Bizeul, commandant la 27e brigade d'infanterie de montagne, ayant pris ses fonctions le 1er Août 2014, s'est rendu pour sa 1ère visite de commandemrnt sur les terres du 2e REG, le vendredi 24 octobre 2014.

 

Régiment opérationnel oblige, le général COMBIM a été d'abord accueilli sur les bords du Rhône, où un exercice de mise en oeuvre de moyen léger de franchissement (MLF) était conduit par la 1ere compagnie. Capable de déployer d'importants dispositifs de franchissement de coupure humide, le 2e REG  se prépare en vue de l'exercice de brigade CERCES, au cours duquel il devra appuyer les bataillons dans le franchissement du lac de Serre Ponçon.

 

A son arrivée au quartier Maréchal Koenig, le général COMBIM a été accueilli, au son du clairon, par un piquet d'honneur armé par la compagnie d'appui. Il s'est ensuite adressé aux cadres et caporaux-chefs du régiment, auxquels il a fait part de sa fierté, de sa confiance et de ses attentes pour le 2e REG.

 

Au cours d’un pot puis d'un déjeuner rythmés par des chants familiés*, le général COMBIM a pu échanger avec l’ensemble des cadres et légionnaires présents au 2e REG.

 

S'en suivit une présentation des infrastructures concourants à la préparation opérationnelle, notamment le complexe sportif, les infrastructures de tir et la salle EOD (Explosive Ordinance Disposal), qui recelle quantité d'engins explosifs improvisés (EEI), allant de la munition enterrée jusqu'aux chargeurs d'AK 47 piégés retrouvés sur les récents théâtres.

Enfin, le chef de corps, le colonel Jean-Christophe Reussner, épaulé par ses chefs de services, lui a présenté le 2e REG en 2014 avec ses forces et ses préoccupations.

 

Après avoir signé le livre d'or régimentaire, c'est avec une vision concrète de ses légionnaires sapeurs de montagne que le général Bizeul est reparti du plateau d'Albion.

 

*Le général Hervé Bizeul a servi 2 années à la compagnie montagne du 2e REP.

Visite du général COMBIM au 2e REG
Visite du général COMBIM au 2e REG
Visite du général COMBIM au 2e REG
Visite du général COMBIM au 2e REG
Visite du général COMBIM au 2e REG
Repost 0
13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 08:45
Photos DLEM

Photos DLEM

 

10-11-2014 source DLEM Réf : 119 -118

 

Le Général de brigade Franck REIGNIER nouveau COMSUP des FAZSOI est venu à MAYOTTE dès sa prise de commandement pour y rencontrer les légionnaires et les services rattachés.

 

Le quartier CABARIBERE est en  effervescence en ce début du mois d'octobre. En effet, le nouveau Général commandant les, FAZSOI vient à leur rencontre  aprés les avoir croisés lors de l'exercice PAPANGUE sur l'île de la Réunion.

 

Accueilli comme il se doit par un piquet d'honneur de la Légion Etrangère en tenue de parade, le général a pu s'entretenir avec tous les grands chefs de service, les commandants d'unité et surtout avec la troupe très fière de lui démontrer son engagement opérationnel dans cette partie du monde dont la stabilité des pays environnants implique une veille permanente.

 

Aprés avoir pu apprécier l'accueil des légionnaires et constater leur condition de vie et de travail, le général sait qu'il peut compter sur les hommes du "rocher" éloignés des Etats-majors par la distance mais si proche de la zone d'intervention des Forces Armées de la Zone Sud de l'Océan Indien....

Visite du Général COMSUP FAZSOIVisite du Général COMSUP FAZSOI
Visite du Général COMSUP FAZSOIVisite du Général COMSUP FAZSOI
Visite du Général COMSUP FAZSOIVisite du Général COMSUP FAZSOI
Visite du Général COMSUP FAZSOIVisite du Général COMSUP FAZSOI
Repost 0
13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 08:45
Photo Yan Barry

Photo Yan Barry

 

10.11.2014 par Yan Barry – midilibre.fr

 

Deux cents légionnaires ont participé, durant quatre mois, à l'opération Sangaris. Placés sous le commandement du chef de corps, le colonel Valéry Putz, les soldats sont arrivés ce lundi 10 novembre en fin de matinée.

 

Engagés durant quatre mois au sein de l'opération Sangaris en République centrafricaine, les légionnaires du 2e Régiment étranger d'infanterie, placés sous le commmandement du colonel Valéry Putz, sont arrivés ce lundi 10 novembre à la Légion étrangère, route d'Uzès. Après avoir transité durant trois jours au Sénégal dans le cadre du sas de fin de mission, les légionnaires ont atterri à Marignane avant de rejoindre Nîmes par bus.

 

Suite de l’article

Repost 0
13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 08:25
Opération ANI DES SAVANES

 

06-11-2014 source 3e REI - Réf : 205 - 332

 

Du 23 septembre au 13 octobre, la 2CIE, dans le cadre de la mission HARPIE, a mené une mission de destruction d'un important site d'orpaillage illégal situé sur le long de la crique ROCHE COURONNEE.

 

Préparation intellectuelle et matérielle de la mission

 

22 septembre 2014, 10h00, la SAED* vient d'être mise en place en rappel depuis les PUMA* au cœur de la forêt équatoriale. Elle dispose de 2 jours pour effectuer en discrétion les quelques kilomètres qui la sépare de ses objectifs : le chantier principal du site de ROCHE COURONNEE, ainsi que son curotel*. Décelée aux abords immédiats du curotel, elle s'empare de ses objectifs avec douze heures d'avance. Mais les garimpeiros n'ont pas attendus les légionnaires pour cacher leurs matériels et quitter la zone ! Ils étaient donc au courant de la tenue de cette opération...le début s'avère donc compliqué...

 

Puis, le 23 au matin, la 3e section de la 2e compagnie commence la reconnaissance fluviale de l'Approuague en vue d'effectuer une jonction avec la SAED à l'embouchure de la crique ROCHE COURONNEE (celle-ci sera effective le 25). Le 24, la 2e section de la 2e compagnie est héliportée jusqu'à proximité du chantier principal afin d'y relever la SAED. Dans le même temps, la 1ère section de la 2e cie s'établit en contrôle de zone dans la région de la haute-sikini, à 45km de là. Les axes logistiques sont dorénavant bouclés, le site occupé : c'est un véritable travail de fourmis qui va pouvoir commencer pour les unités qui vont tenir pendant plusieurs semaines le site le plus important de la zone de responsabilité du 3e REI. 300 ESI* travaillent et vivent en permanence sur ce site rassemblant plusieurs chantiers et zones vies. Bien qu'invisibles, nous savons qu'ils ne sont pas loin, cachés dans la forêt, nous observant afin de nous comptabiliser et décrypter nos modes d'actions.

 

Partant pour plusieurs semaines, les légionnaires ont soigneusement préparé leur mission. Ils ont pu, pour cela, s'appuyer sur les renseignements collectés lors des précédentes missions ayant eu lieu sur ce site, mais aussi sur une cartographie précise et à jour, résultat des reconnaissances aériennes. Plusieurs briefings ont permis de travailler le déroulement de l'opération et les mesures de coordinations. Enfin, d'un point de vue matériel, il faut souligner l'effort logistique qui a été réalisé puisque, en plus des légionnaires héliportés, ce sont plusieurs tonnes de matériels et de nourriture qui ont été acheminés par hélicoptère. Notamment, les canoës-kayaks, pour la SAED, et les DHPM* ont montré leur fiabilité et leur efficacité.

 

Déroulé chronologique de l'opération

 

Retournons à ROCHE COURONNEE. Les premiers jours de l'opération sont destinés à la reconnaissance des zones de responsabilité : 2 zones pour la 2e section, constituant les poumons du site, et 3 zones pour la SAED, essentiellement fluviales et périphériques. Ces reconnaissances, en identifiant précisément les zones habitées et travaillées, ont permis aux unités non seulement de hiérarchiser les objectifs à traiter, mais aussi d'étendre les zones contrôlées en repoussant les garimpeiros* au plus loin dans la forêt.

 

La fin de la première semaine est marquée par le désengagement des 1ere et 3e sections de la 2e compagnie, la SAED et la 2e section restant seules sur le terrain, aux ordres d'un PC tactique co-localisé avec la 2e section.

 

Les deux dernières semaines n'ont été que fouilles minutieuses des objectifs, destruction de carbets et de denrées saisies, neutralisations de puits, interrogatoire d'ESI interpelés... Avec à la clé un bilan d'autant plus honorable que l'adversaire s'était préparé à notre venue : 142 carbets détruits, 78 puits neutralisés, 2,5kg de mercure, 8 moteurs, 6 concasseurs, 2 groupes électrogènes, 4 motopompes, 4 congélateurs, 6000m2 de bâche, plus d'une tonne de carburant, mais aussi de nourriture et de vêtements, etc. Par ailleurs, de nombreux garimpeiros ont pu être interrogés par les gendarmes, fournissant de précieux renseignements sur la rentabilité du site, l'approvisionnement logistique, les chefs...

 

Collaboration interarmées et interministérielle

 

Pour conclure, cette opération, bien que mal engagée à cause de l'absence de l'effet de surprise, fut une réussite à plus d'un titre. Tout d'abord grâce au bilan effectué, équivalant à au moins 8800 grammes d'or, soit 202 400 euros. Ensuite parce qu'elle témoigne des qualités d'endurance, de rusticité et de " flair " des légionnaires. Enfin, elle illustre la capacité à pouvoir mener des opérations du niveau de l'unité élémentaire en utilisant l'interarmées. Mais cette mission dépasse le cadre interarmées puisque, en réalité, elle est caractéristique de la collaboration interministérielle au travers de l'appui fourni par les légionnaires et l'armée de l'air à la gendarmerie nationale. C'est l'intérêt et la richesse de ces opérations ou chacun met à contribution ses compétences professionnelles : les FAG* se chargeant de la sécurisation de la zone et des phases tactiques pour que la Gendarmerie puisse interpeler des clandestins, saisir et détruire des matériels et mener des enquêtes judiciaires à proprement parler.

 

Lexique :

Mission HARPIE : mission de lutte contre l'orpaillage clandestin où les forces armées appuient la gendarmerie nationale.

SAED : section d'aide à l'engagement débarqué.

PUMA : hélicoptère de manœuvre pouvant transporter des soldats et du fret.

Curotel : village servant de zone de vie aux garimpeiros.

ESI : étranger en situation irrégulière

DHPM : détecteur électromagnétique portable

Garimpeiro : chercheur d'or clandestin en provenance du brésil.

FAG : forces armées guyanaises

 

Reportage photos

Repost 0
13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 08:25
Rallye AUXSAN au 3e REI

 

27-10-2014 source 3e REI Réf : 204 -416

 

Le 25 et 26 septembre 2014, le CMIAK a organisé un challenge pour restituer les savoir-faire des AUXSAN du régiment.

 

L'auxiliaire sanitaire est un maillon incontournable de la chaine santé, souvent amené à assurer seul le soutien sanitaire d'une section dans le cadre des opérations TITAN et HARPIE et dans le milieu très exigent de la Guyane Française. Il doit donc acquérir de solides connaissances en matière de prise en charge des blessures en forêt équatoriale à la fois dans la prise en charge des urgences que dans l'organisation de l'évacuation d'un blessé.

 

C'est dans ce cadre précis qu'a été organisé le 25 et 26 septembre 2014 au quartier Forget le deuxième "rallye de formation" des auxiliaires sanitaires du CMIA de Kourou et du 3ème REI. Composé d'une journée de formation théorique et d'un challenge de restitution des acquis, cet accueil avait pour but de rappeler les particularités de la prise en charge des blessés en Guyane et de leur évacuation. Les auxiliaires sanitaires ont pu être confrontés à la prise en charge de blessés grimés qui leur ont permis de restituer de manière optimale leurs connaissances. Point d'entrée d'une formation de 4 mois proposée par le centre médical, ce module d'accueil des auxiliaires sanitaires a permis d'identifier les axes de formation à suivre.

Rallye AUXSAN au 3e REIRallye AUXSAN au 3e REI
Rallye AUXSAN au 3e REI
Repost 0
12 novembre 2014 3 12 /11 /novembre /2014 20:25
Le 3e REI a rendu les Honneurs Militaires au CCH PAEAHI du 35e RAP

 

10-11-2014 source 3e REI Réf : 206 -216

 

Une cérémonie d'hommage au CCH PAEAHI s'est tenue au quartier Forget le 6 novembre 2014.

 

La cérémonie était présidée par le colonel Alain WALTER, chef de corps du 3e régiment étranger d'infanterie, en présence du général de division aérienne Philippe ADAM, des unités du régiment, d'une délégation des forces armées en Guyane et de la famille, afin d'honorer la mémoire du caporal-chef Florentin PAEAHI, décédé le 28 octobre 2014 à l'âge de 34 ans.

 

Servant au 35e régiment d'artillerie parachutiste de Tarbes, il était en mission de courte durée au sein du 3e REI. Fauché volontairement le 25 octobre 2014, jour de son anniversaire, par un véhicule civil dans le centre-ville de Kourou, il a succombé à ses blessures.

 

L'éloge funèbre du chef de corps a rappelé à ses camarades et frères d’armes quel homme il était, discipliné, volontaire et exemplaire. C'était aussi un conjoint et un père aimant. Il reposera désormais auprès des siens à Mahina, village de Tahiti qui l'a vu grandir.

Le 3e REI a rendu les Honneurs Militaires au CCH PAEAHI du 35e RAP
Repost 0
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 07:55
Apprendre à sauver des vies sous le feu

 

30/10/2014 A. Herlin - Armée de Terre

 

Des légionnaires auxiliaires sanitaires ont suivi, pendant 15 jours, la formation sauvetage au combat de niveau 2, à Castelnaudary. Au sein du 4e régiment étranger, ils ont pu perfectionner leurs techniques en matière de sauvetage et de prise en charge, sous le feu, d’un ou plusieurs blessés.

 

Cette formation permet aux compagnies opérationnelles d'avoir un spécialiste santé capable de réaliser des gestes techniques sur un ou plusieurs blessés en détresse vitale, dans une situation d'isolement comme en Guyane ou en mission de combat. Ce stage d’une très haute exigence nécessite une maitrise parfaite des gestes et des connaissances. En effet, les stagiaires effectuent des gestes habituellement pratiqués par du personnel de santé. De plus, la fatigue physique et la mise en situation réelle permettent  à chacun d'être confronté à la pression du terrain pour être prêt à restituer parfaitement les acquis le jour J.

 

Un stage unique en son genre, dont le 4e RE a fait une spécialité. Depuis 2012, il a reçu l'agrément du Service de santé des armées et du Centre de formation opérationnelle santé pour dispenser cette formation. L’agrément est  soumis chaque année à un contrôle du service de santé des armées qui conditionne le maintien de cette particularité. Seul régiment à dispenser une telle formation, le 4e RE s’investit quotidiennement pour mener une instruction efficace et adaptée au contrat opérationnel.

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories