Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 octobre 2015 5 09 /10 /octobre /2015 07:30
Liban : Aide médicale à la population par la FCR

 

08/10/2015 Source EMA

 

Le 2 octobre 2015, l’équipe médicale de la Force Commander Reserve (FCR) a mené une action médicale au profit de la population du Sud-Liban grâce à l’association Tulipe.

 

Ce jour-là, plus d’une trentaine de Libanais ont ainsi pu consulter gratuitement au dispensaire de la ville d’El Adeisse, où l’équipe médicale française s’était installée. Jeunes et moins jeunes ont fait part de leurs pathologies au médecin Gwénaëlle de l’antenne médicale de Valdahon qui, avec son équipe, leur a dispensé les soins appropriés grâce aux médicaments qu’ils avaient apportés.

L’association Tulipe est une organisation non gouvernementale qui fédère les dons des entreprises de santé pour répondre, en urgence, aux besoins des populations en détresse, lors de crises sanitaires aiguës, de catastrophes naturelles et de conflits. Elle met  à disposition, dans des délais très courts, des kits d’urgence de produits de santé neufs adaptés aux besoins du terrain.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
9 octobre 2015 5 09 /10 /octobre /2015 07:30
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

08/10/2015 Sources : État-major des armées

 

Fin septembre 2015, un peloton de l’escadron d’éclairage et d’investigation de la Force Commander Reserve (FCR), armé par le 3e Régiment de hussards (3e RH), effectue une patrouille le long de la frontière au Sud-Liban, appelée Blue line.

 

Sur les routes et les chemins du Sud-Liban, les Véhicules blindés légers (VBL) des hussards français patrouillent tous les jours, principalement aux côtés des soldats libanais, afin de contrôler cette zone large de près de 80 kilomètres qu’est la zone d’opération de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL). Ces missions ont pour but de s’assurer du calme de la zone située entre le fleuve Litani et la Blue Line, conformément à la résolution 1701.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 12:55
Mig-29 over volga river (photo RSK Mig)

Mig-29 over volga river (photo RSK Mig)

 

06.10.2015 source SHD

 

6 octobre 1860 : sac du palais d’été (Pékin – Chine). Les vainqueurs franco-britanniques de la bataille de Palikao (21 septembre) pillent le palais d’été. L’ordre de l’incendier vient de Lord Elgin. Victor Hugo, alors en exile à Guernesey et donc en délicatesse avec Napoléon III, traitera les Européens de bandits dans une lettre rendue publique.

 

6 octobre 1918 : entrée à Beyrouth (actuel Liban). Une flotte franco-britannique entre dans le port de Beyrouth évacué par les Turcs. Deux contre-torpilleurs français de l’escadre de Syrie (l’Arbalète et le Coutelas) précèdent les troupes du général Franchet d’Esperey en Palestine.

 

6 octobre 1949 : loi américaine d’ « aide militaire pour la défense mutuelle ». Signée par Truman, cette loi porte uniquement sur l’aide militaire afin de ne pas donner raison à la propagande soviétique qui présente le plan Marshall (1947-1951) comme une machine de guerre américaine offerte aux Européens. La France a reçu environ 20  % des 10 milliards de dollars d’aide américaine.

 

6 octobre 1973 : début de la guerre du Kippour (Israël). L'Egypte et la Syrie, appuyées par une coalition arabe, attaquent par surprise Israël qui finit par l'emporter.

 

6 octobre 1977 : premier vol du Mig 29. Chasseur russe bi-supersonique baptisé Fulcrum par les américains. Grande maniabilité en vol et rusticité d’emploi. Toujours en service dans une dizaine de pays.

 

6 octobre 1981 : assassinat du président Sadate (Le Caire). Lors d'un défilé militaire, un groupe d'officiers proches des frères musulmans tire sur le président égyptien et le tue ainsi que 6 autres dignitaires présents dans les tribunes.

 

6 octobre 1986 : le K219 coule au large des Bermudes. Le sous-marin nucléaire soviétique K219 est victime d'un incendie qui l'oblige à faire surface. 4 hommes d'équipage périssent pour stopper le réacteur nucléaire menaçant d'entrer en fusion, avant que le bâtiment ne sombre par 5000 mètres de fond avec 32 missiles nucléaires à son bord.

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 07:30
A Syrian Army T-72M1 during the battle of quseir, May 2013

A Syrian Army T-72M1 during the battle of quseir, May 2013

 

October 2, 2015: Strategy Page

 

The Lebanese terrorist group Hezbollah has been promised 75 Soviet-era tanks by the Syrian government. The gift consists of T-55 and T-72 tanks and comes as a thank you for Hezbollah not complaining about the presence of Russian forces in Syria. Apparently more such gifts are forthcoming if Hezbollah works with the Russians against Syrian rebels. Russia deployed a mix of Su-24 and Su-25 ground attack planes, plus four Su-30 fighters since early September.

 

 Hezbollah has been a long-running client of Syria and Iran, who use the group as a proxy in Lebanon to battle Christians, Sunni Moslems, and the Israelis. The group fought Israel in the 2006 Lebanon War and came out second-best, losing as many as 800 fighters. Hezbollah has access to a number of heavy weapons, notably Russian-designed ATGMs like the AT-14 (9M133 Kornet), and Chinese C-802 missiles. Hezbollah has not been seen operating these tanks yet and it is unlikely that Israel would allow these vehicles to be moved into Lebanon. Israel and Russia have apparently negotiated an “understanding” to cover situations like this and the Israeli air strikes that would be involved.

 

 The T-72s and T-55s will not be much help in a major battle – Israel’s Merkava tanks clearly outclass them – and their combat record against Western tank designs has been spotty at best. Still, when facing the Islamic State or al-Qaeda, the tanks will be fighting on better terms. It is believed that Hezbollah will be trained to use these tanks in western Syria against Syrian rebels.

 

 The T-55 entered service in the 1950s, and features a 100mm main gun with 45 rounds, along with a 12.7mm machine gun and a 7.62mm machine gun. The T-72 main battle tank entered service in the 1970s, and features a 125mm main gun with 39 rounds, along with a 12.7mm machine gun and a 7.62mm machine gun. – Harold C. Hutchison

Partager cet article

Repost0
30 septembre 2015 3 30 /09 /septembre /2015 07:30
Liban: Session d’entraînement « warm up »

 

29/09/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 14 au 29 septembre 2015, les pelotons et sections de la Force Commander Reserve (FCR) au Liban, commandés par le 3e régiment de hussards, ont participé à une session d’entraînement appelé le warm-up.

 

L’objectif : valider la capacité des patrouilles à conduire leur mission en sûreté dans l’ensemble de la zone d’action de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL). Briefing avant mission, application des réactions standardisées face à des incidents tactiques (STIRs), mais aussi exercices de réaction face à une attaque avec engins explosifs improvisés ou mise en œuvre des transmissions, tels ont été les points clefs abordés par les casques bleus français. Ceux-ci ont ainsi pu confirmer pendant cet entraînement leurs savoir-faire opérationnels acquis lors de leur mise en condition avant projection au Liban.

 

Équipés de Véhicules blindés de combat d’infanterie (VBCI) et de Véhicules blindés légers (VBL), les soldats de la FCR ont ensuite débuté un cycle quotidien de missions de reconnaissance, effectuées le plus souvent conjointement avec les Forces armées libanaises (FAL). Le contingent français entretient une coopération étroite avec les FAL, qui se trouve renforcée par ces missions conjointes et les entraînements mutuels.

 

Présente depuis 1978 au Liban, la France est l’un des principaux pays contributeurs de la FINUL, avec près de 900 soldats déployés en permanence. La grande majorité d’entre eux arme le FCR qui est directement placée sous les ordres du général commandant la FINUL et est en mesure d’agir au profit de tous les contingents déployés sur l’ensemble de la zone d’action de la FINUL, dans le cadre de la résolution 1701. Le volet naval de cette mission comporte en permanence plusieurs frégates déployées en force constituée (la Task Force448). Leur mission : surveiller les approches maritimes du Liban et empêcher l’introduction d’armes par la mer.

 

Partager cet article

Repost0
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 18:30
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

29/09/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 22 septembre 2015 a eu lieu la cérémonie de transfert d’autorité de l’opération Damansur l’emprise de Deyr Kifa, au Sud du Liban. Le colonel Hardy, chef de corps du 3e Régiment de hussards (3e RH), a succédé au colonel Hasard.

 

Les militaires français de l’opération Daman arment la force de réaction rapide de la FINUL (FCR). Cela permet à la FINUL de disposer d’une capacité de réaction en mesure d’intervenir au profit de tous les contingents déployés dans la zone d’opérations de la FINUL au Sud Liban.

 

Au cours de ce mandat, le contingent français a mené près de 600 patrouilles dans l’ensemble de la zone d’opérations de la FINUL, ainsi que de nombreux entraînements conjoints avec les forces armées libanaises.

 

Après une période de relève, le mandat Daman  XXIV est désormais armé par les hussards du 3e RH, les soldats du 92erégiment d’infanterie, du 7e régiment du matériel et du 511erégiment du train.

 

Présente depuis 1978 au Liban, la France est l’un des principaux pays contributeurs de la FINUL avec près de 900 soldats déployés en permanence au Sud Liban. La grande majorité d’entre eux arme la FCR qui est directement placée sous les ordres du général commandant la FINUL et est en mesure d’agir au profit de tous les contingents déployés sur l’ensemble de la zone d’action de la FINUL, dans le cadre de la résolution 1701. Le volet naval de cette mission comporte en permanence plusieurs frégates déployées en force constituée (la Task Force 448). Leur mission : surveiller les approches maritimes du Liban et empêcher l’introduction d’armes par la mer.

photo EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terre
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Partager cet article

Repost0
28 septembre 2015 1 28 /09 /septembre /2015 17:30
photo EMA

photo EMA

 

22/09/2015 Sources : État-major des armées

 

En visite au Liban le 10 et le 11 septembre 2015, le général Pierre de Villiers est allé à la rencontre des soldats de l’opération Daman.

 

A son arrivée à Beyrouth, un changement d’emploi du temps a empêché le CEMA de se rendre à Dayr Kifa, au sud du Liban, où sont stationnés les soldats de l’opération Daman. C’était sans compter sur la détermination des uns est des autres. Bien décidé à « prendre le pouls » de ses soldats, le CEMA a invité une délégation du mandat XXIII de l’opération DAMAN à le retrouver à Beyrouth. Dans la logique de réaction rapide qui est au cœur de leur mission, les casques bleus français ont rallié la capitale libanaise où l’ambassadeur de France les a accueillis, favorisant une de ces rencontres avec la troupe auxquelles le général de Villiers tient tout particulièrement.

 

Suite de l’article

photo EMAphoto EMA

photo EMA

Partager cet article

Repost0
16 septembre 2015 3 16 /09 /septembre /2015 12:54
President Roosevelt signs the Selective Service Training and Service Act on Sept. 16, 1940, establishing the first peacetime draft and creating the Selective Service System

President Roosevelt signs the Selective Service Training and Service Act on Sept. 16, 1940, establishing the first peacetime draft and creating the Selective Service System

 

16.09.2015 source SHD

 

16 septembre 1873 : les troupes allemandes évacuent la France. L'évacuation de Verdun par les troupes allemandes marque la fin de l'occupation militaire suite à la défaite de 1871, à l’exception de l’Alsace-Lorraine, annexée. La rançon exigée par Bismarck est de 5 milliards de Franc-or, soit environ 15 milliards d'Euros. Un emprunt d'Etat a été levé pour collecter les fonds. En quelques jours, l'emprunt est couvert 4 fois… !

 

16 septembre 1896 : le général Gallieni nommé gouverneur de Madagascar. Fort de son expérience indochinoise (92-96), le général Gallieni applique à la « Grande Ile », Madagascar, les principes coloniaux qu’il a testés avec succès en Extrême-Orient. Il pacifie progressivement l’île, nouvellement annexée par la France. Patiemment, intelligemment mais parfois fermement, il met en place tous les ingrédients qui feront de Madagascar une des plus belles réussites des coloniaux français.  Un de ses grands subordonnés, le futur maréchal Lyautey, théorisera et développera ce qui jusqu’alors s’appelait le système Gallieni, la colonisation par « tâches d’huile » , bref l’esprit Troupes de marine (TDM).

 

16 septembre 1917: bataille de La Courtine (Creuse). Suite à l'abdication du Tsar en février, les deux brigades russes présentes sur le front de l'ouest forment des conseils de soldats (comme en Russie). Craignant une contagion dans l'armée française, l'état-major décide de les éloigner du front en les internant dans la Creuse, au camp de la Courtine. 10 000 soldats russes se mutinent alors contre l'ordre de Kérensky de rendre leurs armes aux autorités françaises. Jusqu’au 18 septembre, quatre bataillons d'infanterie français affrontent les mutins avec l'aide des soldats russes fidèles à Kerenski. Le général Comby dirige les opérations. Des meneurs sont fusillés. Beaucoup sont déportés aux travaux forcés en Algérie et attendront 1920 pour être rapatriés.

 

16 septembre 1940 : début de la Conscription aux Etas-Unis. Le selective and training service act est signé par Roosevelt. Tous les hommes de 21 à 35 ans seront recensés pour débuter une montée en puissance de l’armée américaine. Les Etats-Unis n’entreront en guerre qu’après l’attaque de Pearl Harbour (7 décembre 1941) soit plus d’un an plus tard.

 

16 septembre 1944 : les américains prennent le fort Monbarey (Brest). Un bataillon de parachutistes allemands tient l’ouvrage fortifié pendant le siège de Brest pour défendre l’entrée Ouest de la ville et l’accès au port. Les américains doivent  percer une brèche dans le périmètre miné puis faire intervenir des chars britanniques équipés de lance-flamme (Churchill Mk VII crocodile) pour réduire la résistance acharnée du lieutenant Floter.

 

16 septembre 1982 : massacre de Sabra et Chatilla  (Banlieue de Beyrouth - Liban). Alors que les troupes de la FMSB, Force multinationale de sécurité à Beyrouth viennent de se retirer du Liban suite au départ de l'OLP (organisation de la libération de la Palestine), Béchir Gemayel à peine élu président du pays périt dans un attentat à la bombe le 14 septembre. Le soir même Tsahal envahit le Liban et encercle les deux camps. Les phalanges chrétiennes, milices alliées d'Israël et cherchant des responsables à l'attentat ayant couté la vie à Gemayel, investissent les deux petites villes dans lesquelles elles se livrent à un massacre aveugle jusqu'au 18 septembre. Selon les sources, entre 800 et 2000 Palestiniens sont tués. Les images sont nombreuses, insoutenables et largement diffusées. Le scandale est grand dans le monde car Tsahal aurait sciemment laissé faire les phalanges chrétiennes. Lire le quatrième mur de Sorj Chalandon (lien ténu, certes, mais le livre en vaut le coup).

Partager cet article

Repost0
27 août 2015 4 27 /08 /août /2015 11:30
photo FINUL

photo FINUL

 

21 août 2015 – source ONU

 

Le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté vendredi une résolution prorogeant pour un an le mandat actuel de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL), jusqu'au 31 août 2016.

 

Le Conseil a suivi ainsi les recommandations du Secrétaire général de l'ONU qui souligne que la FINUL continue de jouer un rôle crucial en assurant tant la paix et la stabilité au Sud-Liban que le plein respect de la Ligne bleue aussi bien de la part du Liban que d'Israël.

 

Dans sa résolution adoptée à l'unanimité, le Conseil demande à la FINUL et à l'armée libanaise de coopérer encore plus et que l'appui international apporté à cette armée s'intensifie, en particulier pour la lutte antiterroriste et la protection des frontières.

 

Le Conseil engage le gouvernement israélien à procéder sans plus tarder au retrait de son armée de la partie nord de Ghajar, en coordination avec la FINUL, qui a activement collaboré avec Israël et le Liban pour faciliter ce retrait.

 

Il demande à nouveau à tous les États d'appuyer et de respecter pleinement l'instauration, entre la Ligne bleue et le Litani, d'une zone d'exclusion de tout le personnel armé, biens et armes autres que ceux du gouvernement libanais et de la FINUL.

 

Au 15 juillet 2015, les effectifs militaires de la FINUL s'établissaient à 10.501 soldats au total, et la composante civile à 260 membres recrutés sur le plan international et 585 sur le plan national.

Partager cet article

Repost0
27 août 2015 4 27 /08 /août /2015 07:30
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

17/08/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 14 août 2015, une section de la compagnie de Véhicules blindés de combat d'infanterie (VBCI) de la Force Commander Reserve a débuté l’exercice biannuel Steel Storm 2015, à l’état-major de la Force Intérimaires des Nation Unies au Liban (FINUL) de Naqoura.

 

Les soldats onusiens du contingent français au Liban se sont exercés face à la mer au tir sur des cibles allant de 100 mètres pour les Armements légers individuels (ALI), à 1000 mètres pour les VBCI.

De nombreux contingents participeront également à cet exercice conjoint avec les forces armées libanaises (FAL) qui se terminera le 21 août 2015 par un VIP Day. L’objectif de ces interactions communes est la pratique du tir ainsi que le renforcement de la coopération entre les éléments français déployés au sein de la FINUL et les forces armées libanaises.

 

Suite de l’article

photo EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terre
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Partager cet article

Repost0
26 août 2015 3 26 /08 /août /2015 16:30
photo EMA

photo EMA

 

24/08/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 18 août 2015, la Force Commander Reserve (FCR) et un contingent des Forces Armées Italiennes de la FINUL ont terminé un cycle d’une semaine d’instructions et d’entraînements en communs.

 

En tant que force de réaction rapide (QRF, quick reaction force), la FCR a pour mission d’appuyer en cas de besoin, les 39 contingents de la FINUL stationnés dans le Sud Liban. Chaque contingent utilise des matériels et des procédures singulières et les différences culturelles peuvent être importantes. Les périodes d’entraînement conjoints sont donc essentielles pour conserver un bon niveau d’interopérabilité.

Suite de larticle

Partager cet article

Repost0
26 août 2015 3 26 /08 /août /2015 07:30
photo EMA

photo EMA

 

04/08/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 28 juillet 2015, la Force Commander Reserve (FCR) a simulé dans l’enceinte du camp de Dayr Kifa un exercice MASCAL, mettant en scène l’explosion d’un missile Milan à l’intérieur d’un véhicule blindé léger (VBL). Les blessés fictifs ont été pris en charge par les différentes équipes médicales arrivées sur zone avec l’appui d’une équipe d’alerte comprenant les prévôts et les pompiers.

 

Le plan MASCAL (Mass Casualties) est une procédure déclenchée pour faire face à un afflux massif de blessés sur un théâtre d’opération extérieure. Un incident est qualifié de MASCAL dès que le nombre de blessés dépasse les capacités de prise en charge du poste médical concerné. La mise en œuvre de cet exercice consistait à entraîner le poste médical de l’unité, le centre opérations, la cellule de crise et tous les acteurs du contingent français. Les équipes ont coordonné leurs efforts pour secourir les victimes fictives et organiser leur évacuation vers les hôpitaux libanais les plus proches. Les plus gravement touchés ont été évacués par hélicoptère.

 

Suite de l’article

photo EMA
photo EMA
photo EMA

photo EMA

Partager cet article

Repost0
11 août 2015 2 11 /08 /août /2015 16:30
Un Cessna AC-208B "Combat Caravan" de la Force Aérienne Libanaise

Un Cessna AC-208B "Combat Caravan" de la Force Aérienne Libanaise

 

11 août, 2015 Alexandar Le Comte - FOB

 

Le 28 mai dernier, le Département de la Défense américain a officialisé dans le cadre des Foreign Militay Sales (FMS) la fourniture à la Force Aérienne Libanaise (FAL) d’un avion Cessna AC-208B “Combat Caravan”entièrement équipé pour la surveillance (Intelligence, Surveillance, Target Acquisition, and Reconnaissance) et l’attaque légère. La FAL possède déjà un C208B, obtenu en 2009 dans le même cadre des FMS mais cette seconde acquisition va lui donner des capacités inédites.

 

Dérivé militaire du très populaire Cessna 208 “Caravan”en service depuis 1982, l’AC-208B “Combat Caravan” a été développée en 2008 sur fonds privés dans le cadre du rééquipement de la Force Aérienne Irakienne, financé par les Etats-Unis. Monomoteur turbopropulsé à ailes hautes, facilement disponible, doté d’un important volume utile en cabine et d’une autonomie de 1 500 km, cet avion est un choix idéal pour la petite superficie du Liban. C’est la société Orbital ATK Inc. (Texas) qui a obtenu le marché de la conversion à l’aéroport de Beyrouth d’un exemplaire civil d’occasion, pour un montant de US$26 millions.

 

L’appareil sera spécifiquement doté des équipements suivants :

– cockpit entièrement digital (Garmin BaseLine 1000)

– contre-mesures électroniques AN/ALE-47

– leurres infrarouges

– tourelle optronique à infrarouges MX-15D et illuminateur laser

– liaisons radio et data cryptées

– pylônes d’emport sous les ailes du missile air-sol Hellfire II

 

Le tir du missile depuis le Cessna avait déjà été validé en 2009 par la FAL elle-même mais le degré d’intégration du système d’armes dépasse tout ce qui avait été fait de manière empirique par le passé. Avec l’exemple de l’Irak où trois avions de ce type viennent d’entrer en service après 2 années de tests, la Force Aérienne Libanaise sait qu’elle disposera au printemps 2016 d’une machine moderne, totalement adaptée à ses besoins croissants de protection des 375 km de sa frontière commune avec la Syrie, actuellement théâtre d’une lutte de pouvoir entre le Hezbollah, al-Nusra et DAESH.

Partager cet article

Repost0
25 juillet 2015 6 25 /07 /juillet /2015 11:30
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

23/07/2015 Sources : État-major des armées  

 

Le 22 juillet 2015, le général Grintchenko, nouveau chef d’état-major de la Force intérimaire des Nation-Unies au Liban (FINUL) et Senior National Representative (SNR), a rendu sa première visite au contingent français armant la Force Commander Reserve (FCR).

 

À cette occasion, le général Grintchenko a présidé la cérémonie des couleurs sur la place d’armes du camp de Dayr Kifa. Il s’est ensuite entretenu avec le chef de corps de la FCR, le colonel Hasard, avant de se rendre à une réunion menée par les différents chefs de services et une table ronde avec les sept commandants d’unité du théâtre. Une présentation du centre opérationnel, ainsi qu’une visite du camp de 9.1 se sont également succédé. Soucieux de connaître et de rencontrer tous les personnels de la FCR, le général s’est ensuite déplacé vers le camp de 6.41 où se trouve le détachement de la Batterie.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
25 juillet 2015 6 25 /07 /juillet /2015 11:30
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

24/07/2015 Sources EMA

 

Le 23 juillet 2015, la Force Commander Reserve (FCR), a conduit sur le camp de Naqoura l’exercice Semper Collegatum (toujours relié), visant à exploiter les différents moyens du système d’information et de communication (SIC) de la Force intérimaire des Nation-Unies au Liban (FINUL).

 

Durant cette journée, la FCR a déployé son poste de commandement (PC) tactique en mode numérisé afin de tester les matériels et évaluer la connaissance des procédures radio FINUL. L’ensemble des moyens SIC ont été mis en œuvre : système radio VHF (very high frequency), matériel satellitaire et téléphonie. Les capacités de la FINUL en matière de transmissions ont ainsi pu être évaluées entre tous les différents PC tactiques onusiens.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
17 juillet 2015 5 17 /07 /juillet /2015 16:30
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

17/07/2015 Sources EMA

 

Du 6 au 10 juillet 2015, les équipes cynophiles de la Force Commander Reserve (FCR) se sont entraînées avec deux de leurs homologues des Forces armées libanaises (FAL) sur le camp de Dayr Kifa. Issu du régiment du Mont Liban, ces deux militaires libanais cynophiles ont démontré leurs compétences en termes de détection de mines antipersonnel et antichars.

 

Marqué par la guerre civile de 1975 où l’usage des mines antipersonnel a laissé des stigmates, le Liban a développé un savoir-faire spécifique dans le domaine de la détection cynophile.  Sur ce pays d’une superficie à peine plus grande que l’Alsace (10 452 km2), 60 millions de m2 sont encore infestés par les mines, ce qui a amené le gouvernement à conduire une campagne de déminage qui devrait s’achever en 2021.

Particulièrement aiguisés, les FAL ont donc pu échanger leur savoir-faire avec les contingents français de la FCR dans les domaines relatifs à la détection des mines antipersonnel et antichars, et au dressage très strict des « chiens mines ».

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2015 5 10 /07 /juillet /2015 16:30
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

10/07/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le 30 juin 2015, sur le camp de Dayr Kifa dans la zone d’opérations de la FINUL, les artificiers du service interarmées des munitions de la Force Commander Reserve (FCR), ont conduit une opération de destruction de munitions.

 

Ces munitions, qui provenaient des différentes unités élémentaires de la FCR, étaient fortement oxydées en raison des caractéristiques du climat et devenues sujettes à des dysfonctionnements. C’est dans ce cadre que les artificiers du service interarmées des munitions de la Force Commander Reserve (FCR) ont procédé à leur destruction par incinération, mesure de sécurité appliquée pour les stocks éprouvés par les déploiements, après réalisation d’un procès-verbal de réforme dédié.

 

Suite de l’article

photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Partager cet article

Repost0
3 juillet 2015 5 03 /07 /juillet /2015 16:30
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

03/07/2015 Sources : État-major des armées  

 

Monsieur Straumann, président du conseil départemental, accompagné de madame Klinkert, vice-présidente, se sont rendus du 14 au 16 juin 2015 sur les terres libanaises pour rendre visite aux Diables Rouges du 152e Régiment d’Infanterie de Colmar. Ils répondaient à l’invitation du chef de corps, le colonel Hasard, commandant la Force Commander Reserve (FCR), qui les a accueillis durant ces trois jours dans l’enceinte du camp de 9.1.

 

Monsieur Straumann, qui était déjà venu rendre visite aux militaires colmariens en 2010, s’est rapidement immergé dans le quotidien des militaires français en parcourant avec madame Klinkert la Blue Line séparant le Liban d’Israël. « C’est un moment important pour un élu de soutenir le régiment de sa circonscription » a-t-il expliqué lors d’un repas avec les Diables Rouges. Le geste fut apprécié de tous, la visite des élus du Haut-Rhin apportant un bol d’ « air alsacien » aux soldats du 15.2. En se coiffant du béret bleu, les élus ont pu ensuite découvrir le VBCI (Véhicule Blindé de Combat d’Infanterie), viser avec le missile Mistral et croiser le Cobra de la Batterie.

 

Ces deux personnalités seraient volontiers restées quelques jours supplémentaires, car il est vrai que trois jours ne peuvent suffire pour comprendre et appréhender toute la complexité de la mission des soldats du contingent français. Après avoir visité les ruines de la ville de Tyr et rencontré le maire, les élus sont repartis en Alsace, déterminés à faire parler du travail fourni par la FCR et plus particulièrement par les Diable Rouges.

 

Présente depuis 1978 au Liban, la France est l’un des principaux pays contributeurs de la FINUL, avec près de 900 soldats déployés en permanence. La grande majorité d’entre eux arme la FCR qui est directement placée sous les ordres du général commandant la FINUL et est en mesure d’agir au profit de tous les contingents déployés sur l’ensemble de la zone d’action de la FINUL, dans le cadre de la résolution 1701. Le volet naval de cette mission comporte en permanence plusieurs frégates déployées en force constituée (la Task Force 448). Leur mission : surveiller les approches maritimes du Liban, et empêcher l’introduction d’armes par la mer.

photo EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 16:30
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

01/07/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 8 juin 2015, les sapeurs de la FCR (Force Commander Reserve) ont accueilli pour une semaine leurs homologues des Forces Armées Libanaises au sein du camp de Dayr Kifa.

 

Après deux jours d’exercices et d’entraînements, c’est sur le polygone de tir de Tallat Harun que les sapeurs des deux nationalités ont pu mettre en pratique leurs connaissances dans le domaine de l’explosif, faisant alors résonner les reliefs libanais. Les détachements ont partagé leurs expériences en matière de procédures contre-IED (Improvised Explosive Device) et de munitions. S’en est suivie pour les combattants du Génie une matinée de TIOR (Techniques d’interventions Opérationnelles Rapprochées) sous le chaud soleil du Liban.

 

Enfin, en conclusion de cet entraînement, les sapeurs ont pu comparer leurs techniques d’intervention en milieu urbain sur une journée de combat. Fouilles, assauts et reconnaissances de bâtiments se sont ainsi succédé, ce qui a permis aux soldats de mettre à profit les expériences de chaque armée.

 

Présente depuis 1978 au Liban, la France est l’un des principaux pays contributeurs de la FINUL, avec près de 900 soldats déployés en permanence. La grande majorité d’entre eux arme la FCR qui est directement placée sous les ordres du général commandant la FINUL et est en mesure d’agir au profit de tous les contingents déployés sur l’ensemble de la zone d’action de la FINUL, dans le cadre de la résolution 1701. Le volet naval de cette mission comporte en permanence plusieurs frégates déployées en force constituée (la Task Force448). Leur mission : surveiller les approches maritimes du Liban, et empêcher l’introduction d’armes par la mer.

photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Partager cet article

Repost0
27 juin 2015 6 27 /06 /juin /2015 11:30
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

26/06/2015 Sources : Etat-major des armées

 

L’équipe EOD (Explosive Ordonance Disposal) de la mission Daman offre la caractéristique d’être mixte : elle est toujours constituée d’un EOD de l’armée de Terre et d’un aviateur ou d’un marin. Les 6 et 7 juin 2015, c’est donc un EOD du 19èmeRG (Régiment du Génie) et un plongeur-démineur du GPD (Groupe Plongeur Démineur) Méditerranée qui ont rencontré leurs homologues italiens sur le camp de Dayr Kifa. L’occasion, pendant deux jours, de découvrir d’autres matériels et d’échanger sur les différentes procédures et modes opératoires.

 

Un exercice destiné à tester la garde à l’entrée du camp de 9.10 s’est déroulé lors de la dernière journée d’entraînement. Après plus de deux heures de recherches et de manipulations sous l’œil acéré des Italiens, l’engin fictif a pu être considéré comme neutralisé. Un débriefing technique très fructueux a permis de mettre en lumière les points de vue et les méthodes de chacun face à une situation identique.

 

Un second débriefing, conduit entre les acteurs français, a amené à identifier diverses possibilités d’évolution très détaillées de nos propres procédures opérationnelles permanentes.

 

Présente depuis 1978 au Liban, la France est l’un des principaux pays contributeurs de la FINUL, avec près de 900 soldats déployés en permanence. La grande majorité d’entre eux arme la FCR qui est directement placée sous les ordres du général commandant la FINUL et est en mesure d’agir au profit de tous les contingents déployés sur l’ensemble de la zone d’action de la FINUL, dans le cadre de la résolution 1701. Le volet naval de cette mission comporte en permanence plusieurs frégates déployées en force constituée (la Task Force448). Leur mission : surveiller les approches maritimes du Liban, et empêcher l’introduction d’armes par la mer.

photo EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Partager cet article

Repost0
16 juin 2015 2 16 /06 /juin /2015 11:30
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

12/06/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 29 mai 2015, les casques bleus ont commémorés les 70 ans de peacekeeping (gardiens de la paix). 39 contingents de la FINUL étaient présents en cette journée internationale sur la place d’arme du HQ (head quarter) de Naqoura. De nombreuses autorités locales, des Forces armées libanaises, des Forces de sécurité et des membres de la communauté internationale étaient également conviées.

 

Fiers de leur engagement au Liban dans le cadre de la mission Daman, les nombreux militaires français ont arboré le drapeau tricolore sous le soleil du Levant. La musique a retenti, les drapeaux se sont dressés au passage en revue du général Portolano, Force commander de la FINUL. Emotions garanties pour le lieutenant Anne-Laure, chef de section SIC (systèmes d’information et de communications) et porte drapeau, et pour tous les transmetteurs qui composent la garde.

 

Pour les 308 peackeepers de la FINUL qui ont donné leur vie dans l’accomplissement de leur devoir au Sud-Liban, pour toutes les femmes et les hommes qui ont servi au sein des Opérations de maintien de la paix, gardons la mémoire.

 

Présente depuis 1978 au Liban, la France est l’un des principaux pays contributeurs de la FINUL, avec près de 900 soldats déployés en permanence. La grande majorité d’entre eux arme la FCR qui est directement placée sous les ordres du général commandant la FINUL et est en mesure d’agir au profit de tous les contingents déployés sur l’ensemble de la zone d’action de la FINUL, dans le cadre de la résolution 1701. Le volet naval de cette mission comporte en permanence plusieurs frégates déployées en force constituée (la Task Force 448). Leur mission : surveiller les approches maritimes du Liban, et empêcher l’introduction d’armes par la mer.

photo EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terre
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Partager cet article

Repost0
10 juin 2015 3 10 /06 /juin /2015 12:30
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

08/06/2015 Sources : État-major des armées

 

Le Sous-Chef Opérations de l’État-major des armées, le général de corps d’armée Castres, s’est rendu le 28 mai 2015 sur le site de 9.1 à Dayr Kifa au Liban.

 

Dans le cadre de cette visite, le général s’est vu présenté l’ensemble des capacités opérationnelles de la FCR (Force Commander Reserve). Plusieurs démonstrations ont été faites lui permettant ainsi de rencontrer une délégation de nombreux soldats représentant la diversité du contingent français. Il a ensuite partagé un moment de détente et de convivialité avec eux autour d’un repas typiquement libanais.

 

Afin de bénéficier d’une vue d’ensemble des sites français dans le sud Liban, le général de corps d’armée Castres accompagné du général Hautecloque-Raysz (Senior National Representative) et du colonel Hasard, chef de corps de la FCR, s’est rendu sur le poste de 6.41. Après avoir visité le camp, le lieutenant Place, chef de section de la batterie, a présenté l’ensemble du matériel.

 

La FCR est l’élément d’intervention d’urgence de la FINUL, en mesure de se déployer sur court préavis. Elle peut intervenir dans toute la zone d’opération au profit des bataillons de casques bleus de 36 nationalités différentes, dans le cadre de la résolution 1701 du Conseil de sécurité des Nations Unies.

 

Présente depuis 1978 au Liban, la France est l’un des principaux pays contributeurs de la FINUL, avec près de 900 soldats déployés en permanence. La grande majorité d’entre eux arme la FCR qui est directement placée sous les ordres du général commandant la FINUL et est en mesure d’agir au profit de tous les contingents déployés sur l’ensemble de la zone d’action de la FINUL, dans le cadre de la résolution 1701. Le volet naval de cette mission comporte en permanence plusieurs frégates déployées en force constituée (la Task Force 448). Leur mission : surveiller les approches maritimes du Liban, et empêcher l’introduction d’armes par la mer.

photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Partager cet article

Repost0
10 juin 2015 3 10 /06 /juin /2015 12:30
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

08/06/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 29 mai 2015, des militaires du contingent français ont participé au défi sportif Urban Race, organisé par la Force Commander Reserve (FCR).

 

A 5h du matin le 29 mai 2015, l’adjudant Djaha, référent sport de la FCR, a annoncé le départ de la première équipe. Tous les militaires du contingent français s’étaient réunis le long du parcours pour encourager et soutenir les différentes équipes. L’Urban Race, organisée par la cellule S7 en charge de l’entrainement, est une course de masse d'endurance chronométrée avec obstacles. Cet évènement sportif a pour objectif d’entretenir la cohésion et de renforcer les liens entre les groupes participants.

 

Cette course constitue un véritable challenge, comprenant 19 obstacles sur un parcours de plus de 1 600 mètres. 18 équipes se sont succédé les unes après les autres. Le principe était simple : l’équipe qui réalisait sans fautes et le plus rapidement la totalité du parcours remportait la course. Les trois premières équipes se sont suivies de près avec seulement une minute d’écart entre la première et la troisième.

 

Félicitations à la Section Infanterie du Lieutenant Fabien qui a remporté le titre de challenger en effectuant avec son équipe cette course en 15 minutes.

 

Présente depuis 1978 au Liban, la France est l’un des principaux pays contributeurs de la FINUL, avec près de 900 soldats déployés en permanence. La grande majorité d’entre eux arme la FCR qui est directement placée sous les ordres du général commandant la FINUL et est en mesure d’agir au profit de tous les contingents déployés sur l’ensemble de la zone d’action de la FINUL, dans le cadre de la résolution 1701. Le volet naval de cette mission comporte en permanence plusieurs frégates déployées en force constituée (la Task Force 448). Leur mission : surveiller les approches maritimes du Liban, et empêcher l’introduction d’armes par la mer.

photo EMA / Armée de Terre
photo EMA / Armée de Terre
photo EMA / Armée de Terre
photo EMA / Armée de Terre
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Partager cet article

Repost0
20 mai 2015 3 20 /05 /mai /2015 16:30
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

20/05/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 8 mai 2015, les 850 militaires de la FCR (Force Commander Reserve), basés à Dayr Kifa, ont reçu la visite du général italien Portolano, commandant la Force Intérimaire des Nations-Unies au Liban (FINUL). Le général a rencontré les éléments français du mandat XXIII déployés depuis mars 2015 dans le cadre de l’opération Daman. Le contingent français a par ailleurs contribué à organiser la cinquième édition du concours de la francophonie qui a eu lieu quelques jours plus tard.

 

A l’occasion de la visite du Force Commander, les militaires du contingent français lui ont présenté les capacités et les moyens opérationnels uniques dont ils disposent au sein de la FINUL. Cette spécificité conduit les militaires français à échanger régulièrement avec d’autres forces sur leurs moyens opérationnels. Ainsi, le 7 mai 2015, ils avaient réalisé au profit de 15 officiers libanais une présentation des équipements français, comme le poste radio PR4G et les moyens de la chaîne de commandement numérisée. Mais ce sont les outils de la NEB (numérisation de l’espace de bataille) qui avaient éveillé le plus vif intérêt parmi les membres du LAF Communication Committee.

 

La visite du Force Commanders est conclue par une cérémonie de remise de diplômes dans le cadre d’une coopération entre militaires libanais et français. Parfaitement avisé de nos méthodes d’opérations, le général Portolano a exprimé aux soldats français toute sa satisfaction : « Vous êtes un des pays piliers de la FINUL, votre force réside dans votre capacité d’action et de réaction. Je suis très admiratif et reconnaissant du travail qui est fourni par la FCR dans le cadre de cette mission de maintien de la paix dans le sud Liban. »

 

Quelques jours plus tard, le 12 mai 2015, s’est tenue la cérémonie de remise des prix du concours de la Francophonie 2015, que le contingent français avait organisé en liaison avec l’Institut français au Liban. Monsieur Patrice Paoli, ambassadeur de France au Liban, Monsieur Philippe Juvin, député européen et Maire de la Garenne-Colombes (92), le général Hautecloque-Raysz, chef d’état-major de la FINUL, ainsi que le colonel Hasard, chef de corps de la Force Commander Reserve, étaient présents pour l’occasion.

 

Le concours consistait en la réalisation d’œuvres individuelles et collectives mêlant textes en français et images, et le thème choisi pour cette 5ème édition était « Antoine Poidebard, un archéologue français au Liban ». Cette année, 21 écoles du sud-Liban ont participé, ce qui représentait plus de 320 enfants. Cet évènement visait à promouvoir la francophonie et à susciter chez les élèves le désir de poursuivre l’apprentissage de la langue française, contribuant ainsi au rayonnement de la France. Il s’inscrivait également dans la volonté de la FCR de s’intégrer toujours davantage dans son environnement.

 

C’était la cinquième année que les éléments français de la FINUL organisaient le concours de la francophonie, avec de nombreux sponsors, dont la ville de la Garenne-Colombes (92) qui accueillera les 25 lauréats du concours pour une visite de cinq jours à Paris du 22 au 27 Juin 2015.

 

Présente depuis 1978 au Liban, la France est l’un des principaux pays contributeurs de la FINUL, avec près de 900 soldats déployés en permanence. La grande majorité d’entre eux arme la FCR qui est directement placée sous les ordres du général commandant la FINUL et est en mesure d’agir sur court préavis au profit de tous les contingents déployés sur l’ensemble de la zone d’action de la FINUL, dans le cadre de la résolution 1701. Le volet naval de cette mission comporte en permanence plusieurs frégates déployées en force constituée (la Task Force 448). Leur mission : surveiller les approches maritimes du Liban, et empêcher l’introduction d’armes par la mer.

photo EMA / Armée de Terre
photo EMA / Armée de Terre
photo EMA / Armée de Terre
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Partager cet article

Repost0
29 avril 2015 3 29 /04 /avril /2015 16:30
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

29/04/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 24 avril 2015, la Force Commander Reserve (FCR) s’est déployée dans le cadre de l’exercice RITE  (Reserve Integration Training Exercise) près de Marjayoun, au Sud Liban.

 

L’exercice a débuté avec l’annonce d’un incident qui nécessitait une réaction immédiate. Afin d’y répondre, la FCR a déployé un poste de commandement tactique composé de trois véhicules de l’avant blindé (VAB), deux véhicules blindés légers (VBL) et un véhicule poste de commandement (VPC). Puis, après avoir créé une aire temporaire d’opérations, la FCR a pu extraire ses blessés et le personnel d’une organisation non gouvernementale.

 

L’objectif de cet exercice, conduit deux à trois fois par mandat, est d’évaluer la chaîne de commandement de la FCR. Cela a permis au contingent français de contribuer à  l’amélioration de l’interopérabilité des différents commandements de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL).

 

Placée directement sous les ordres du général commandant la FINUL, la FCR est l’élément d’intervention d’urgence de la force. Basée à Dayr Kifa, elle est en mesure d’intervenir dans un délai très court (moins de trois heures) dans tout le Sud Liban, dans le cadre de la résolution 1701.

 

Présente depuis 1978 au Liban, la France est l’un des principaux pays contributeurs de la FINUL, avec près de 900 soldats déployés en permanence. La grande majorité d’entre eux arme la FCR qui est directement placée sous les ordres du général commandant la FINUL et est en mesure d’agir au profit de tous les contingents déployés sur l’ensemble de la zone d’action de la FINUL, dans le cadre de la résolution 1701. Le volet naval de cette mission comporte en permanence plusieurs frégates déployées en force constituée (la Task Force 448). Leur mission : surveiller les approches maritimes du Liban, et empêcher l’introduction d’armes par la mer.

photo EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terre
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories