Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 avril 2015 3 29 /04 /avril /2015 11:30
photo EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

 

28/04/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 9 avril 2015, la frégate Cassard, déployée en Méditerranée orientale, a réalisé une série d’exercices avec les Forces Armées Libanaises (FAL).

 

Cet entraînement a mobilisé, côté libanais, deux patrouilleurs, le Al Kalamoon et le Tabarja, ainsi que deux embarcations semi-rigides déployant des commandos libanais. Dans un premier temps, un exercice d’assistance à la lutte contre un incendie a été réalisé sur un des patrouilleurs libanais, le Al Kalamoon, et une équipe de secours en tenue de pompier lourd ainsi que du matériel ont été déployés sur le patrouilleur par le Cassard. Puis les commandos libanais ont effectué un exercice de visite sur le Cassard. Cette séquence d’assaut en mer et d’investigation ont contribué à perfectionner les savoir-faire opérationnels des marins libanais.

 

Ces échanges d’expérience et de partages de compétence illustrent notre coopération bilatérale qui vise à appuyer la consolidation de l’armée libanaise dans sa globalité. Ces exercices sont l’occasion pour les équipes de sécurité de s’entraîner sur un bâtiment nouveau, mais également d’acquérir des  savoir-faire essentiels au renforcement de leurs capacités maritimes.

 

Au préalable, au cours d’une escale à Beyrouth, l’ambassadeur de France au Liban, son excellence monsieur Patrice Paoli, et le capitaine de vaisseau Charles Dard, commandant le Cassard,  ont reçu à bord de la frégate plusieurs hautes autorités militaires libanaises, dont le général Hitti, major général des FAL, et le chef d’état major de la marine libanaise, l’amiral Jbeily.

 

Cette journée très riche s’inscrit dans le cadre d’une coopération régulière avec le Liban, partenaire régional majeur avec lequel la France entretient des liens forts. Les exercices exigeants qui ont été menés conjointement renforcent l’interopérabilité des deux marines et reflètent la confiance mutuelle que s’accordent nos forces armées.

 

Partenaire régional majeur de la France, le Liban entretient une coopération militaire appuyée avec les forces françaises. Celle-ci est mise en œuvre dans le cadre d’échanges, de formations, et des activités de coopération opérationnelle régulières, plus particulièrement dans le cadre de la FINUL. Il s’agit de renforcer les capacités opérationnelles des forces armées Libanaises (FAL) tout en développant notre interopérabilité.

photo EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

Partager cet article

Repost0
20 avril 2015 1 20 /04 /avril /2015 16:30
photo TW JYLD

photo TW JYLD

 

20.04.2015 FOB

 

Le 25 février, [FOB] annonçait que le premier paiement en provenance de l’Arabie saoudite dans le cadre du contrat DONAS avait été effectué, ouvrant la porte à la première livraison.

 

Celle-ci est intervenu aujourd’hui. Le ministre de la défense Jean-Yves Le Drian était sur place, après un court moment en Jordanie pour rendre visite aux soldats engagés dans l’opération Chammal. Il a prononcé un discours en présence de son homologue libanais. Au cours de celui-ci, il a souligné l’importance des relations franco-libanaises ainsi que celle de ce fameux contrat pour l’armée libanaise.

Pour continuer d’assurer leurs missions essentielles, les forces libanaises devaient disposer au plus vite de moyens modernes, pour accroître leurs capacités militaires, et leur permettre, au-delà, d’entrer dans une nouvelle ère en matière de conduite des opérations

Le ministre a évoqué les futurs livraisons qui devraient comprendre, entre autres, des VBC-90, des VAB, des hélicoptères de manoeuvre, des CAESAR, des Mistral, des corvettes…

En termes de matériels d’abord. Il comprendra en effet la livraison de plusieurs dizaines d’engins blindés de combat et de manœuvre, d’une demi-douzaine d’hélicoptères de transport armés, de moyens modernes d’artillerie comme le canon CAESAR. Il permettra également une modernisation sans précédent des moyens navals libanais, ou encore l’amélioration des capacités critiques de surveillance et de sécurité des frontières. Il comprend enfin un volet de lutte contre le terrorisme et de renseignement, qui répond au besoin d’une architecture complète de sécurité, à la hauteur des défis que le Liban rencontre aujourd’hui.

 

La livraison d’aujourd’hui, qui s’est effectuée sur la base aérienne de Beyrouth, comprend 48 missiles antichars Milan (Missile léger antichar). Outre la livraison d’armes, le contrat comprend également un volet formation, car recevoir des armes sans savoir sans servir n’est que peu d’utilité, particulièrement lorsqu’il s’agit d’armes technologiquement avancées.

L’appui à la restructuration des forces armées libanaises est le second axe d’effort. En effet, l’introduction de nouvelles capacités militaires demande de penser les conditions de leur emploi, les doctrines en particulier. Il s’agit également d’aider les forces armées libanaises à accroître la coopération entre ses différentes composantes. Ce travail a déjà commencé entre les états-majors français et libanais, pour être prêt lorsque les capacités majeures seront en place.

En effet, la France joue déjà un rôle important dans la formation de l’armée libanaise et, avec les livraisons d’armes qui vont aller croissantes, cela ne va faire que s’accentuer. Les troupes françaises présentes au Liban dans le cadre de la Finul seront probablement appeler à continuer la mission de formation au profit de l’armée libanaise.

 

Cette après-midi, le ministre de la Défense a profité de son déplacement au Liban pour rendre visite aux hommes du contingent DAMAN XXIII. Dans son allocution, Jean-Yves Le Drian a rendu hommage à l’implication des soldats français, notamment dans la formation des soldats libanais.

Je veux également vous féliciter pour la qualité des contacts que vous avez su établir avec nos amis libanais. Ces échanges reposent sur des entrainements conjoints de très bon niveau. Ils participent directement au maintien de la capacité opérationnelle libanaise comme française. Ainsi, au cours du mandat précédent, DAMAN XXII, ce sont près de 300 militaires des forces armées libanaises (FAL), qui ont participé à une dizaine de stages communs. Mais nous devons faire davantage encore.

L’histoire de la France et du Liban vont continuer à être lié pendant un bon bout de temps. Prochaines étapes : la suite des livraisons et la suite des paiements saoudiens…

 

Allocution de Jean-Yves Le Drian, autour du don saoudien aux forces armées libanaises

Allocution de Jean-Yves Le Drian, aux militaires français armant la FINUL – Lundi 20 avril 2015

Partager cet article

Repost0
17 avril 2015 5 17 /04 /avril /2015 21:30
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

14/04/2015 Sources : Etat-major des armées  

 

Du 6 avril au 10 avril, la FCR a conduit une série d’exercices conjoints avec les Forces Armées Libanaises (FAL).

 

Durant 5 jours particulièrement intenses, la FCR a conduit cet entrainement au profit des soldats libanais, réalisant des missions de courses d’orientations, de combat à mains nues, de préparation et briefing d’une mission, ou encore de réaction face à une menace d’engin explosif. Outre l’étude des fondamentaux, comme les connaissances élémentaires et réflexes basiques, cet exercice a permis d’enrichir les expériences militaires et ainsi de renforcer l’interopérabilité entre la FCR et les FAL.

 

La semaine s’est achevée par un rallye synthèse visant à mettre en pratique l’ensemble des connaissances acquises. Elle a été conclue par une remise de diplômes lors d’une cérémonie présidée par le colonel Hasard, commandant la FCR. Il a ainsi déclaré : « Je suis très heureux d’avoir devant moi des soldats français et libanais qui se sont entrainés comme des frères d’arme. Voilà aujourd’hui la concrétisation d’une mission commune qui nous servira à continuer d’aider le Liban à vivre en paix ».

 

Présente depuis 1978 au Liban, la France est l’un des principaux pays contributeurs de la FINUL, avec près de 900 soldats déployés en permanence. La grande majorité d’entre eux arme le FCR qui est directement placée sous les ordres du général commandant la FINUL et est en mesure d’agir au profit de tous les contingents déployés sur l’ensemble de la zone d’action de la FINUL, dans le cadre de la résolution 1701. Le volet naval de cette mission comporte en permanence plusieurs frégates déployées en force constituée (la Task Force 448). Leur mission : surveiller les approches maritimes du Liban, et empêcher l’introduction d’armes par la mer.

photo EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terre
photo EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Partager cet article

Repost0
17 avril 2015 5 17 /04 /avril /2015 14:30
Simbad - photo Marine Nationale

Simbad - photo Marine Nationale

 

17.04.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense

 

Parmi la vingtaine d’entreprises française engagées dans le vaste plan d’équipement des forces armées libanaises financé par l’Arabie saoudite. figure l’entreprise cherbourgeoise CMN qui va livrer trois patrouilleurs de la classe Combattante III.

"Il s’agit de trois Combattante FS 56", confirme-t-on au chantier normand. Ces navires de 56 m de long, capable d’une vitesse de 32 nœuds, seront équipés d’une canon de 76 mm, deux de 20 mm et de deux systèmes Simbad de défense antiaérienne extrêmement simple et léger, configuré pour accueillir chacun deux missiles Mistral 2. "Première livraison de FS 56 dans 2 ans et demi".

En revanche, la toute première livraison d’armes françaises aura lieu lundi prochain. Jean-Yves Le Drian fera le déplacement à Beyrouth, lundi (dimanche il sera en Jordanie), pour assister à l’arrivée d’un lot de missiles antichar Milan prélevés sur les stocks de l’armée française (48 missiles et leurs postes de tir. "Le reste des matériels livrés sera neuf", précise-t-on dans l’entourage du ministre.

Financé par les Saoudiens à hauteur de 3 milliards de dollars, ce plan d’équipement verra l’armée libanaise percevoir 250 blindés (des VAB Mark III, des VBC-90, des VBL et des Sherpa), 24 canons de 155 mm de type Caesar, des mortiers, des missiles sol-air et antichar), 7 hélicoptères Cougar armés, des drones d’observation, des radars de surveillance, des systèmes d’écoute et d’interception… Et les Combattante des CMN.

"Les livraisons s’échelonneront sur 4 ans, la formation des militaires sur 7 ans et le MCO sur 10 !", ajoute une source française.

Effectivement, aux livraisons d’équipements s’ajoute un SAV robuste. La formation technique et opérationnelle des militaires libanais sera effectuée en France et au Liban, avec l’aide de la société DCI certainement. Quant au maintien en condition opérationnelle des armements livrés, il sera effectué par les équipementiers français.

Partager cet article

Repost0
25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 12:30
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

24/03/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 21 mars 2015, a eu lieu la cérémonie de transfert d’autorité de la Force Commander Reserve (FCR) à Deyr Kifa, au sud du Liban. Le colonel Hasard, chef de corps du 152e régiment d’infanterie, succède ainsi au colonel Aumonnier, à la tête de la FCR.

 

Au cours du mandat qui s’achève, le contingent français a conduit des activités opérationnelles à un rythme soutenu afin de favoriser la continuité du maintien de la paix. Il a également participé aux entraînements conjoints avec près de 295 militaires des forces armées libanaises (FAL), au cours d’une dizaine de stages communs.

 

Le mandat Daman XXIII, principalement armé par les Diables Rouges du 15.2, la 7e brigade blindée des Centaures et la 1ère brigade logistique, prend en compte depuis quelques jours sa mission et ses repères dans la zone FINUL. Les militaires français de l’opération Daman agissent particulièrement au sein de la FCR, qui confère au commandant de la FINUL, le Force Commander, une capacité de dissuasion et de réaction.

 

Présente depuis 1978 au Liban, la France est l’un des principaux pays contributeurs de la FINUL, avec près de 900 soldats déployés en permanence. La grande majorité d’entre eux arme le FCR qui est directement placée sous les ordres du général commandant la FINUL et est en mesure d’agir au profit de tous les contingents déployés sur l’ensemble de la zone d’action de la FINUL, dans le cadre de la résolution 1701. Le volet naval de cette mission comporte en permanence plusieurs frégates déployées en force constituée (la Task Force 448). Leur mission : surveiller les approches maritimes du Liban, et empêcher l’introduction d’armes par la mer.

photo EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terre
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Partager cet article

Repost0
20 mars 2015 5 20 /03 /mars /2015 12:30
M198 155mm howitzer being unloaded from a ship at Beirut’s port in Lebanon, February 8, 2015 photo Military In the Middle East

M198 155mm howitzer being unloaded from a ship at Beirut’s port in Lebanon, February 8, 2015 photo Military In the Middle East

 

March 20, 2015: Strategy Page

 

The United States recently sent Lebanon 72 M198 155mm howitzers and 25 million rounds of ammunition (mostly for rifles, but also thousands of mortar and 155mm shells). The U.S. valued the shipment at $25 million but that was being generous. The Americans began replacing their 1980s vintage M198s with M777s in 2007. Thus the United States has lots of M198s that were going to be scrapped or put in storage (and eventually scrapped). Artillery is much less in demand since the 1990s because of the development of cheaper and more accurate guided rockets and artillery shells. That said, the Lebanese were grateful for the American howitzers since these are still useful and Lebanon received them as a gift.

 

Until recently the M198 was the standard towed 155mm howitzer for the United States and many NATO counties. Each one weighs eight tons, and can fire conventional rounds as far as 22.4 kilometers. For rocket-assisted projectiles the range is 30 kilometers. These unguided shells land anywhere within a 200 meter circle. That's at 25 kilometers range. Accuracy gets worse at longer ranges. It takes 12 minutes for the M198 to be ready to fire after the truck towing it stops. It can pack up and move again in about 4 minutes. Using GPS the M198 can be in position to fire in less than ten minutes and shift to another target in about 8 minutes.

 

The M198 has been replaced by the M777A1 lightweight 155mm howitzers. The M777s cost $1.9 million each and the U.S. has bought 800 of them so far, for use by the army and marines (who are getting 377 of them). The manufacturer, BAE, has also received a contract to refurbish 33 M777s that returned from service in Afghanistan. This cost $91,000 per howitzer. The British designed howitzer is also used by Canada and Britain. The U.S. Army uses M777s in airborne and Stryker brigades. A five ton truck is used to tow the guns, but a special, 4.5 ton LWPM (Lightweight Prime Mover) is available to do that as well.

 

The five ton M777A1 is 40 percent lighter than the weapon it replaces, the M198. This is because the M777A1 makes extensive use of titanium, and new design techniques. It fires shells with a maximum range of 40 kilometers (using RAP, or rocket assisted projectile, ammo). A crew of five operates the gun, which can be ready to fire in under three minutes, and ready to move in under two minutes. The M777A1 is light enough to be moved (via a sling) by CH-53E and CH-47D helicopters. Its sustained rate of fire is two rounds a minute, with four rounds a minute for short periods.

 

What will really makes the M77A1 (and the M198) useful is the new GPS guided Excalibur shell which entered service in 2007. The Excalibur shell falls within a ten meter circle (the middle of that circle being the "aim point") at any range compared to the unguided shell that lands within a 200 meter (or larger) circle depending on range. The Excalibur shell is essential, because ten 155mm shells (of any type, with their propellant and packaging) weigh about a ton. Ammo supply has always been a major problem with artillery, and Excalibur is the solution making one shell where previously ten or more unguided ones were needed.

 

For users like Lebanon ammo supply is less of a problem because the howitsers will be operating within tiny Lebanon and never that far from a port or airbase were new supplies of ammo will arrive. Besides the U.S. isn’t giving any of the expensive Excalibur shells away.

Partager cet article

Repost0
16 mars 2015 1 16 /03 /mars /2015 12:30
Canon Caesar (Nexter Systems) - VBL Mistral (RTD - MBDA)

Canon Caesar (Nexter Systems) - VBL Mistral (RTD - MBDA)

 

16/03/2015 lorientlejour.com

 

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, est attendu le 22 avril à Beyrouth pour une visite officielle qui s'inscrit dans le cadre de la concrétisation du plan des trois milliards de dollars conclu entre la France, le Liban et l'Arabie saoudite et visant à moderniser les forces armées, selon des sources citées par l'agence al-Markaziya.

Ce plan devra démarrer au début du mois d'avril, avec au menu de la première livraison « des armes sophistiquées, dont certaines disponibles dans les entrepôts des entreprises françaises, et réhabilitées de manière à satisfaire les besoins de l'armée, conformément à une liste établie par le commandement et remise aux responsables français ». D'autres armes ont été spécialement fabriquées pour le Liban.

La première livraison comportera ainsi des hélicoptères de combat, des roquettes, des batteries d'artillerie lourde, des vedettes de surveillance maritime et des équipements de communication sophistiqués « susceptibles de renforcer la capacité de l'armée à lutter contre les terroristes, principalement dans les régions montagneuses à la frontière est du pays ».

La livraison des armements et du matériel se poursuivra progressivement sur une durée de trois ans, du fait de l'absence de stocks dans les entrepôts des entreprises qui vont les fournir.

Selon ces sources, une délégation militaire française est également attendue au Liban pour entraîner l'armée libanaise. Parallèlement, des officiers et des militaires libanais recevront une formation en France.

Partager cet article

Repost0
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 12:30
Liban : Exercice « Steel Storm » pour les forces françaises

 

10/03/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 22 au 28 février 2015, la Force Commander Reserve (FCR) a conduit un exercice de tir à la mer dans la région de Naqoura au sud du Liban, en coopération entre la force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL) et les forces armées et libanaises.

 

L’objectif de ces interactions communes était la pratique du tir ainsi que le renforcement de la coopération entre les éléments français déployés au sein de la FINUL et les forces armées libanaises.

 

Durant une semaine, les véhicules blindés français (VBL, VBCI, VAB) équipés de différentes armes de bord, dont des mitrailleuses, des canons de 20 et 25, ainsi que le fusil PGM, se sont succédé sur la zone sud de l’état-major de la FINUL. Lors de ces exercices tactiques, près de 1 300 obus et 30 000 cartouches de tous calibres ont été tirés, sur  des cibles distantes de 300 à 1 500 mètres mises en place par la  Maritime Task Force de la FINUL et la marine libanaise.

 

Les militaires français se sont également exercés au tir de combat à la mitrailleuse de superstructure (TCMS) afin d’acquérir les spécificités du tir de combat à partir de véhicules et ainsi améliorer l’efficacité des tireurs. De nombreux contingents, espagnols, finlandais, serbes, malaisiens, slovènes, irlandais, coréens, indonésiens et italiens ont également participé aux exercices de tirs.

 

Présente depuis 1978 au Liban, la France est l’un des principaux pays contributeurs de la FINUL, avec près de 900 soldats déployés en permanence. La grande majorité d’entre eux arme le FCR qui est directement placée sous les ordres du général commandant la FINUL et est en mesure d’agir au profit de tous les contingents déployés sur l’ensemble de la zone d’action de la FINUL, dans le cadre de la résolution 1701. Le volet naval de cette mission comporte en permanence plusieurs frégates déployées en force constituée (la Task Force 448). Leur mission : surveiller les approches maritimes du Liban, et empêcher l’introduction d’armes par la mer.

Partager cet article

Repost0
28 février 2015 6 28 /02 /février /2015 10:30
LIBAN : la FINUL accueille Nicolas Bays vice-président de la commission de Défense

 

27/02/2015 Sources : État-major des armées

 

 Du 7 au 21 février 2015, le contingent français de la Force Intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL) a accueilli le commandant Bays, député du Nord-Pas-de-Calais et vice-président de la commission de Défense de l‘Assemblée Nationale, servant également au sein de la réserve opérationnelle du quartier général du corps de réaction rapide-France (CRR-FR) de Lille.

 

Durant ces deux semaines, le commandant Bays a dans un premier temps accompagné les insérés français au sein du quartier générale de la FINUL à Naqoura, puis il a participé aux différentes missions et activités de la FCR déployée à Deyr Kifa. En patrouille motorisée avec l’escadron d’éclairage et d’investigation et la compagnie d’infanterie,il a pu entrer au contact de la population et des acteurs publics locaux avec l’équipe civilo-militaire, ce qui fut l’occasion de nombreux échanges avec l’ensemble des unités élémentaires et du soutien national français. Il a ainsi pu mesurer la complexité de la mission Daman et l’engagement quotidien des soldats afin de maintenir la paix au sud du Liban.

 

LIBAN : la FINUL accueille Nicolas Bays vice-président de la commission de Défense

Le commandant Bays a tenu à souligner l’importance d’une telle immersion permettant  de mieux comprendre la réalité du terrain et les besoins des soldats, qui est parfois difficile de visualiser lors du travail en commission. A la fin de son déploiement, le vice-président de la commission de Défense a rendu hommage aux soldats français, à leurs efforts et leur dévouement afin de défendre la paix au sein des forces des Nations Unies.

 

Présente depuis 1978 au Liban, la France est l’un des principaux pays contributeurs à la FINUL,avec environ 900 hommes. Les militaires français au Liban sont projetés dans le cadre de l’opération DAMAN (nom de la participation française à la FINUL) et arment principalement la Force Commander Reserve (FCR) de la FINUL, qui constitue une réserve d’intervention opérationnelle. Dans le cadre de la résolution 1701, la FCR participe à l’entraînement et à la montée en puissance des Force armées libanaises, par le biais d’exercices, de patrouilles, de formations et d’entrainement conjoints réguliers.

Partager cet article

Repost0
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 08:30
Canon Caesar (Nexter Systems) - VBL Mistral (RTD - MBDA)

Canon Caesar (Nexter Systems) - VBL Mistral (RTD - MBDA)

 

25 février, 2015 Pierre Brassart (FOB)

 

Ca y est! L’Arabie saoudite a procédé au paiement d’une première échéance du contrat géant de près de 3 milliards de dollars (2,6 milliards d’euros). Avec ce versement, la France va pouvoir procéder, en avril, à la livraison des premiers matériels commandés il y a maintenant quelques mois.

 

Parmi ces différents équipements, on retrouve des VBC-90, des automoteurs d’artillerie CAESAR de 155mm, des missiles anti-chars, des missiles anti-aériens Mistral, des hélicoptères, des patrouilleurs rapides Combattante, etc… On ignore encore pour l’instant comment vont s’échelonner ces livraisons.

 

Il y a moins d’un mois, le Liban a reçu 70 obusiers et des humvee de la part des Américains. Ces dernières années, le Liban a reçu beaucoup d’équipements militaires afin d’accroitre ses capacités face à la situation sécuritaire de la région at à la menace que représente le Hezbollah.

 

Encore faut-il que ce matériel soit bien employé et que l’armée libanaise l’assimile convenablement et en fasse bon usage. On a vu, ces derniers mois, que du bon matériel ne fait pas nécessairement une bonne armée (#Irak)…

Partager cet article

Repost0
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 16:30
Canon Caesar (Nexter Systems) - VBL Mistral (RTD - MBDA)

Canon Caesar (Nexter Systems) - VBL Mistral (RTD - MBDA)

 

25/02/2015 Ministère de la Défense

 

Le programme de modernisation des Forces armées libanaises est lancé

 

Face aux menaces qui pèsent sur la stabilité du Liban, les Forces armées libanaises doivent être modernisées, équipées et formées pour défendre l’intégrité de cet Etat ami de la France.

 

A cette fin, le Royaume d’Arabie saoudite a décidé l’an dernier d’associer la France à un programme ambitieux de soutien aux Forces armées libanaises. Doté de 3 milliards de dollars, ce plan financé par l’Arabie saoudite contribuera à renforcer l’armée libanaise avec la livraison de matériels d’armement français : véhicules blindés, bateaux armés, hélicoptères de combat, munitions, moyens de communications. De nombreuses formations seront également mises en place par les forces françaises au profit de l’armée libanaise.

 

Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, se félicite du lancement effectif de ce programme. A la suite du versement de la première échéance, le contrat vient de démarrer sa phase de réalisation. Les premières livraisons interviendront dès le mois d’avril 2015.

Partager cet article

Repost0
23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 08:30
Liban : coopération déminage entre les sapeurs français et libanais

 

18/02/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 9 au 13 février 2015, la Force Commander Reserve (FCR) a mené une semaine de coopération EOD (Explosive Ordnance Disposal) permettant aux sapeurs français et libanais d’échanger leurs savoir-faire en matière de déminage.

 

Durant une semaine, la menace constituée par un engin explosif associée à celle d’une attaque chimique a été étudiée par les deux groupes EOD. Les sapeurs du régiment de génie de Beyrouth et ceux du 17e Régiment de génie parachutistes ont comparé leurs procédures d’intervention et ont essayé de nouveaux moyens techniques. Revêtus de combinaisons NRBC, armés de moyens de détection français, allemands ou américains, les spécialistes ont mis en œuvre, ensemble, le robot français Caméléon et les divers canons de destruction afin de perfectionner leur capacité à neutraliser un engin explosif improvisé chimique.

 

Cet échange a très largement profité au développement de l’interopérabilité entre les EOD français et libanais ce qui demeure un gage d’efficacité pour d’éventuelles futures interventions communes de ces spécialistes.

 

La France, engagée au Liban depuis 1978 dans le cadre de la FINUL, a notamment pour mission de soutenir les forces armées libanaises (FAL) afin qu’elles prennent en compte la sécurité du Sud Liban. Le partenariat avec les FAL, inscrit dans le dialogue  stratégique FAL – FINUL (entériné par la résolution 2064 d’août 2012 qui renouvelle le mandat de la résolution 1701), est l’axe d’effort de la FCR qui conduit ses missions en étroite coopération avec les FAL.

Liban : coopération déminage entre les sapeurs français et libanaisLiban : coopération déminage entre les sapeurs français et libanais

Partager cet article

Repost0
15 février 2015 7 15 /02 /février /2015 18:30
photos Marine Nationale

photos Marine Nationale

 

13/02/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 11 février 2015, dans le cadre d’interactions communes entre les forces armées libanaises et les casques bleus de la force intérimaire des Nation unies au Liban (FINUL), le navire français La Fayette en patrouille en méditerranée orientale a accosté à Beyrouth.

 

Cette escale fut l’occasion de poursuivre la coopération déjà riche entre les forces armées libanaises et les marins français, et plusieurs exercices ont été conduits sur les deux jours.

 

Des officiers français de la FINUL ont pu embarquer à bord de la frégate française pour une durée de 24h, ainsi qu’un chef de quart libanais qui a pu s’exercer sur un bâtiment diffèrent. Aussi quelques marins du bord ont pu découvrir les différentes installations de l’ONU implantées sur le territoire libanais.

 

Des exercices communs ont eu lieu, et une simulation d’assaut en mer, suivie d’une investigation du bâtiment par l’équipe de visite libanaise sur le La Fayette a été réalisée. Des exercices de lutte contre un incendie ont également été conduits à bord du navire français et d’un bâtiment libanais, permettant à chacun d’échanger des expériences et d’accroitre son savoir-faire. Enfin, plusieurs plongées communes ont eu lieu dans le port de Beyrouth.

 

La marine libanaise, en pleine mutation et dans l’attente de la réception de futurs patrouilleurs, a pu ainsi s’appuyer sur l’expérience de la Marine nationale française dans le domaine de l’élaboration de plans d’armement et de sa politique des ressources humaines associée.

 

Présente depuis 1978 au Liban, la France est l’un des principaux pays contributeurs de la FINUL, avec près de 900 soldats déployés en permanence. La grande majorité d’entre eux arme le FCR qui est directement placée sous les ordres du général commandant la FINUL et est en mesure d’agir au profit de tous les contingents déployés sur l’ensemble de la zone d’action de la FINUL, dans le cadre de la résolution 1701. Le volet naval de cette mission comporte en permanence plusieurs frégates déployées en force constituée (la Task Force 448). Leur mission : surveiller les approches maritimes du Liban, et empêcher l’introduction d’armes par la mer.

Liban : Coopération internationale pour le La Fayette à BeyrouthLiban : Coopération internationale pour le La Fayette à BeyrouthLiban : Coopération internationale pour le La Fayette à Beyrouth
Liban : Coopération internationale pour le La Fayette à BeyrouthLiban : Coopération internationale pour le La Fayette à Beyrouth

Partager cet article

Repost0
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 13:30
photo Lebanon MoD

photo Lebanon MoD

 

10.02.2015 par Philippe Chapleau – Lignes de Défense

 

Dimanche, l'armée libanaise a perçu une cargaison d'armes en provenance des USA. Selon un communiqué de l'ambassade des Etats-Unis à Beyrouth, la cargaison, transportée par le MV Advantage, comportait 70 canons M198 (des canons tractés de 155 mm) et plus de 25 millions d'obus et autres munitions. Des véhicules de type Humvees ont aussi été livrées, pour une valeur totale de 25 millions de dollars.

 

Armes françaises. Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a indiqué dimanche que les premières livraisons d'armes françaises au Liban dans le cadre d'un don saoudien de trois milliards de dollars interviendraient en avril. Ces livraisons d'armements, financées par l'Arabie saoudite, doivent s'étaler sur trois ans et permettre à l'armée libanaise de se moderniser. Elles comprendront des hélicoptères de combat et de transport, des VAB (véhicules de l'avant blindés), de l'artillerie lourde, des patrouilleurs armés et des moyens de communication et de surveillance, dont des drones de type SDTI.

Partager cet article

Repost0
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 12:30
Début des livraisons d'armes françaises au Liban en avril

 

09.20.2015 lorientlejour.com

 

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a indiqué dimanche que les premières livraisons d'armes françaises au Liban dans le cadre d'un don saoudien de trois milliards de dollars interviendraient en avril, a annoncé le porte-parole du Quai d'Orsay.

M. Fabius a confirmé lors d'une rencontre avec le Premier ministre libanais Tammam Salam, en marge de la Conférence sur la sécurité de Munich, que les "livraisons commenceraient en avril", a précisé Romain Nadal.
Ces livraisons d'armements, financées par l'Arabie saoudite, doivent s'étaler sur trois ans et permettre à l'armée libanaise de se moderniser. Elles comprendront des hélicoptères de combat et de transport, des VAB (véhicules de l'avant blindés), de l'artillerie lourde, des patrouilleurs armés et des moyens de communication et de surveillance, dont des drones de type SDTI.

Les deux responsables ont aussi "évoqué le vide politique" créé par l'incapacité du Parlement libanais à élire un président et "la nécessité pour les responsables politiques d'aboutir à un compromis permettant une élection rapide", a ajouté le porte-parole.

Ils ont aussi souligné la "nécessité d'amplifier l'aide de l'UE au Liban en matière humanitaire pour l'aider à faire face à l'afflux de réfugiés" en provenance de Syrie.
L'Union européenne doit débloquer un milliard d'euros supplémentaires sur deux ans pour faire face aux crises en Syrie et en Irak, ainsi qu'à la menace posée par l'organisation Etat islamique (EI). Une partie de ces fonds iront au Liban, à la Jordanie et la Turquie.

 

(Lire aussi : Le contrat des trois milliards pour l'armée « n'a pas encore été signé par les Saoudiens »)


Aide US
Parallèlement, l'armée libanaise a reçu dimanche une cargaison d'armes en provenance des Etats-Unis pour combattre les incursions des jihadistes venant de Syrie, a indiqué à l'AFP un diplomate de l'ambassade américaine à Beyrouth.

"Les militaires libanais ont réceptionné 72 canons M198 Howitzer et plus de 25 millions d'obus, de mortiers et de munitions pour les armes automatiques", a précisé ce diplomate, qui a refusé d'être identifié.
Un photographe de l'AFP a également vu au port de Beyrouth des Humvees, des conteneurs de munitions et d'autres véhicules militaires.

L'ambassade a indiqué dans un communiqué que la valeur de l'aide en matériel est estimée à plus de 25 millions de dollars. "Le soutien (à l'armée libanaise) reste une priorité absolue pour les Etats-Unis. Les attaques récentes contre l'armée libanaise n'ont fait que renforcer notre résolution d'afficher notre solidarité avec le peuple libanais face à ces menaces", a assuré l'ambassade. "Les Etats-unis fournissent les meilleures armes (à l'armée libanaise) pour permettre à ses courageux soldats de combattre les terroristes", selon le communiqué.

 

(Lire aussi : Craintes européennes et américaines d'une percée des islamistes au Liban)



Ces derniers mois, l'armée libanaise s'est plusieurs fois trouvée aux prises avec des jihadistes venus de Syrie voisine. Les affrontements les plus meurtriers ont eu lieu en août dans la ville frontalière de Ersal. Les jihadistes se sont retirés à la suite d'un accord conclu par des religieux sunnites, mais ils ont gardé avec eux en otage des soldats et des policiers. Ils en ont exécuté quatre (dont deux par décapitation) et les efforts pour libérer les 25 autres sont pour le moment restés vains.

En 2014, le Liban a été le cinquième plus grand récipiendaire de l'aide militaire américaine, selon l'ambassade des Etats-Unis à Beyrouth, "avec plus de 100 millions de dollars, qui s'ajoutent au milliard de dollars d'aide reçu depuis 2006", précise l'ambassade.

La guerre civile, qui ravage la Syrie depuis près de quatre ans et a fait 210 000 morts, a un impact considérable sur le Liban au niveau sécuritaire, humanitaire et économique.
Le pays du Cèdre est profondément divisé avec le mouvement chiite Hezbollah et ses alliés qui appuient le régime de Bachar el-Assad tandis que les sunnites appuient la rébellion anti-régime.

Partager cet article

Repost0
7 février 2015 6 07 /02 /février /2015 21:30
Liban : instruction conjointe au combat en zone urbaine

 

06/02/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Du 26 au 30 janvier 2015, la Force Commander Reserve(FCR), a conduit au Liban une semaine d’interactions centrées sur le combat en zone urbaine, entre les fantassins de la 5ebrigade des forces armées libanaises et la compagnie VBCI armée par le 152e régiment d’infanterie.

 

L’objectif de cette formation commune était l’apprentissage théorique et pratique des actes élémentaires et des techniques de combat en zone urbaine. La semaine a débuté par une présentation et mise en pratique des matériels : utiliser son arme, se déplacer et se poster. Une fois le travail individuel acquis, les 30 stagiaires se sont entrainés au travail en trinôme sur un site désaffecté de l’ONU, au sud du Liban.

 

Ces interactions ont été l’occasion de renforcer l’interopérabilité et la complémentarité opérationnelle des matériels et des hommes. Ainsi, un groupe génie et une équipe cynotechnique sont intervenus conjointement pour investir une pièce et éclairer la progression des soldats français et libanais. Ces derniers bénéficiaient également d’un appui blindé (un M113 et un VBCI).

 

La semaine s’est achevée par une séance de tir et un exercice de synthèse. Elle a été conclue par une remise de diplômes.

 

Dans le cadre de notre coopération bilatérale avec les forces armées libanaises (FAL), le combat en zone urbaine constitue un domaine opérationnel privilégié depuis 2012. Cette coopération est notamment mise en œuvre et exercée par les forces françaises déployées au sein de la FINUL.

 

Avec 800 hommes, la France est l’un des principaux contributeurs à la FINUL. Les militaires français au Liban sont déployés dans le cadre de l’opération DAMAN, nom de participation française à la FINUL : ils arment principalement la FCR de la FINUL, qui constitue une réserve d’intervention opérationnelle. Dans le cadre de la résolution 1701, la FCR participe à l’entraînement et à la montée en puissance des Forces armées libanaises, par le biais d’exercices, de patrouilles, de formations et d’entraînements conjoints réguliers.

Liban : instruction conjointe au combat en zone urbaineLiban : instruction conjointe au combat en zone urbaine
Liban : instruction conjointe au combat en zone urbaine

Partager cet article

Repost0
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 08:30
Sud-Liban : deux soldats israéliens et un casque bleu espagnol tué

United Nations Interim Force in Lebanon (UNIFIL) deployment, January 2015

 

28.01.2015 par Emilie Cabot - JDD (AFP)

 

Une attaque du Hezbollah mercredi contre l'armée israélienne dans une zone occupée à la frontière du Liban a fait deux morts parmi les soldats israéliens, provoquant des bombardements de représailles sur le sud du Liban. Un casque bleu espagnol a également été tué.

 

Les violences ont déjà fait trois morts. Deux soldats israéliens ont été tués et sept autres blessés mercredi dans une attaque revendiquée par le Hezbollah libanais contre une patrouille militaire à la frontière du Liban.. Un casque bleu espagnol de la Force intérimaire des Nations-Unie au Liban (Finul) a également été tué lors de ces violences.

Le mouvement chiite libanais a mené mercredi une attaque contre l'armée israélienne dans une zone occupée à la frontière du Liban. "A 11H25 (09H25 GMT), le groupe des martyrs de Qouneitra de la Résistance islamique a visé avec des roquettes, dans les Fermes de Chebaa libanaises occupées, un convoi militaire israélien composé de plusieurs véhicules transportant des officiers et soldats sionistes", a affirmé dans un communiqué le mouvement Résistance islamique, l'aile militaire du Hezbollah, faisant état de victimes et de véhicules détruits.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
20 janvier 2015 2 20 /01 /janvier /2015 18:30
Liban : l’Escadron d’Eclairage et d’Investigation s’entraîne avec le bataillon espagnol

 

20/01/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 17 janvier 2015, l’Escadron d’Eclairage et d’Investigation (EEI) de la Force Commander Reserve (FCR) a mené, conjointement avec le bataillon espagnol, un exercice suite à l’explosion simulé d’un engin explosif improvisé.

 

Sur le camp de 7.2, situé dans le secteur Est de la zone d’action de la Force intérimaire des nations Unies au Liban (FINUL), le scénario mettait en scène une patrouille espagnole ayant été touchée par une attaque IED. Après la mise en place d’un cordon de sécurité par une section serbe afin de favoriser l’évacuation sanitaire des blessés, un peloton du 1er Régiment de hussards parachutistes est intervenu afin de sécuriser l’ensemble de la zone et de mettre en place une zone de poser hélicoptère. Durant 4 heures, la réactivité des unités et leur interopérabilité ont ainsi été évaluées afin favoriser la coopération entre les différents contingents.

 

 De façon permanente, la FCR déploie tous les quinze jours un peloton ou une section dans les deux secteurs de la FINUL. La programmation permet aux unités élémentaires de mener des activités opérationnelles conjointes dont des patrouilles, des exercices ou entrainement au tir et des démonstrations de matériels. La qualité des échanges permet de développer la connaissance des procédures et la cohésion entre les armées étrangères.

 

Avec environ 800 hommes, la France est l’un des principaux pays contributeurs à la FINUL. Les militaires français au Liban sont déployés dans le cadre de l’opération DAMAN, nom de la participation française à la FINUL : ils arment principalement la FCR de la FINUL, qui constitue une réserve d’intervention opérationnelle.

Liban : l’Escadron d’Eclairage et d’Investigation s’entraîne avec le bataillon espagnolLiban : l’Escadron d’Eclairage et d’Investigation s’entraîne avec le bataillon espagnol

Partager cet article

Repost0
17 janvier 2015 6 17 /01 /janvier /2015 12:50
Opérations militaires en 2014 (Belgique)

 

23/12/2014 Liesbeth Bardyn - MIL.be

 

En 2014, la Défense a participé à une dizaine d'opérations. Le Mali, le Congo ou l'Afghanistan ne sont que quelques pays où nos militaires ont été actifs. Certaines opérations comme BELUFIL au Liban prennent fin, d'autres comme Desert Falcon en Irak commencent. Aperçu audiovisuel des opérations les plus importantes de cette année 2014.

Partager cet article

Repost0
17 janvier 2015 6 17 /01 /janvier /2015 08:30
Liban : la FCR sensibilise les enfants du sud-Liban au danger des mines

 

16/01/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 13 au 14 janvier 2015, la Force Commander Reserve (FCR) a mené une campagne de sensibilisation aux dangers des mines et munitions non explosées au profit de certaines écoles du sud-Liban.

 

Les sapeurs du contingent français ont présenté aux enfants libanais les différentes mines auxquelles ils peuvent être confrontés. Ils leur ont ensuite expliqué le comportement à adopter en présence d’objets suspects. Une sensibilisation ludique permettant de bien faire prendre conscience à ces enfants du danger de ces engins auxquels ils peuvent être malheureusement confrontés dans leur pays.

 

Près de 150 élèves ont ainsi bénéficié des conseils avisés des spécialistes mines et explosifs du 17e Régiment de génie parachutiste (équipe EOD/IEDD). Certains enfants ont fait part de leur expérience, précisant qu’ils avaient déjà trouvé des sous-munitions ou avaient un proche blessé suite à l’explosion d’une mine.

 

Cette sensibilisation ne remplace pas le déminage humanitaire mais se révèle très efficace en limitant les risques d’accidents alors que les opérations de déminage ne sont pas achevées.

Forte de près de 900 hommes et femmes, la FCR est directement placée sous les ordres du général Luciano Portolano commandant la FINUL. Elle est l’élément d’intervention d’urgence de la force et est stationnée à Dayr Kifa. Elle est en mesure d’intervenir sur court préavis dans toute la zone d’opération de la FINUL pour faire appliquer la résolution 1701 du Conseil de sécurité des Nations Unies. Réserve d’intervention opérationnelle, elle travaille en collaboration et coordination étroites avec les forces armées libanaises (FAL).

Liban : la FCR sensibilise les enfants du sud-Liban au danger des mines
Liban : la FCR sensibilise les enfants du sud-Liban au danger des mines

Partager cet article

Repost0
8 janvier 2015 4 08 /01 /janvier /2015 17:30
Le Drian a évoqué une livraison d'armes au Liban

 

04/01/2015 Par Lefigaro.fr (AFP)



Le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian, en visite en Arabie saoudite, a été reçu dimanche par le prince héritier Salmane Ben Abdel Aziz et évoqué la question de la livraison d'armes au Liban, selon une source diplomatique. Outre l'entretien avec le prince héritier, Jean-Yves Le Drian a rencontré les ministres saoudiens de l'Intérieur, des Affaires étrangères, de la Garde nationale ainsi que le vice-ministre de la Défense.

"L'Arabie saoudite a représenté 40% des prises de commandes d'armement français en 2014 (4 milliards d'euros). Et les contrats d'armement ont représenté 60% des grands contrats signés par la France dans ce pays", indique-t-on au ministère de la Défense à Paris. La visite de Jean-Yves Le Drian est intervenue alors que le souverain saoudien Abdallah Ben Abdel Aziz est hospitalisé à Ryad pour une pneumonie.

Un accord sur la livraison d'armes au Liban dans le cadre du don de trois milliards de dollars promis par Ryad avait été paraphé le 15 décembre à Beyrouth. La livraison de ces armes doit s'étaler sur trois ans et parmi les armes figurent notamment 7 hélicoptères Gazelle muni de missiles anti-char téléguidés HOT et 7 hélicoptères Puma pour le transport des troupes. La liste d'équipements retenus, qui a nécessité plusieurs mois de discussions, correspond à des "besoins identifiés par les forces armées libanaises, qui sont sous-équipées et sous-entraînées pour remplir leurs missions de sécurité et de renseignement", avait relevé un responsable au ministère français de la Défense, sous couvert d'anonymat. Outre les hélicoptères, le contrat porte sur des VAB (Véhicules de l'avant blindés), de l'artillerie lourde (dont des systèmes Caesar), des patrouilleurs armés et des moyens de communication et de surveillance, dont des drones de type SDTI, afin d'améliorer la capacité de renseignement des Libanais.

Partager cet article

Repost0
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 08:30
Liban : la FCR a mené deux coopérations opérationnelles innovantes

 

30/12/2014 Sources : État-major des armées

 

Du 8 au 19 décembre 2014, la Force Commander Reserve (FCR) a conduit deux semaines d’exercices, menés conjointement entre les soldats français et libanais. Deux coopérations inédites, l’une dédiée à la protection d’autorités et l’autre à l’entrainement commando ont été effectuées par la cellule instruction du contingent français.

 

Dans le cadre du partenariat entre la FCR et les forces armées libanaises (FAL), un peloton français a été binômé avec une section libanaise durant la durée des deux stages. Au cours du stage du détachement d’accompagnement d’autorités, les savoir-faire particuliers de la protection d’un VIP, ainsi que les réactions face à une prise à partie ont été abordés en théorie mais également en pratique lors d’une séance de tir en mouvement.

 

Sur le camp français de 9.1 mais également sur le camp du 54erégiment des FAL de Tyr, les stagiaires de la coopération commando se sont entrainés au combat aux corps à corps, au parcours opérationnel et au franchissement notamment en milieu naturel. Dépassement de soi et rusticité étaient au rendez-vous d’un programme dense et novateur.

 

La France, engagée au Liban depuis 1978 dans le cadre de la FINUL, a notamment pour mission de soutenir les forces armées libanaises (FAL) afin qu’elles prennent en compte la sécurité du Sud Liban. Le partenariat avec les FAL, inscrit dans le dialogue  stratégique FAL – FINUL (entériné par la résolution 2064 d’août 2012 qui renouvelle le mandat de la résolution 1701), est l’axe d’effort de la FCR qui conduit ses missions en étroite coopération avec les FAL.

Liban : la FCR a mené deux coopérations opérationnelles innovantesLiban : la FCR a mené deux coopérations opérationnelles innovantes

Partager cet article

Repost0
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 08:30
Rencontre avec le sergent Loïc, en mission au Liban pour des actions de coopération civilo-militaire


06/01/2015 Armée de l'air

 

Son profil est atypique. Dès les premières minutes de l’entretien, on comprend facilement que le sergent Loïc a choisi un parcours hors du commun. Portrait de ce jeune aviateur de 29 ans, adjoint au chef d’équipe de coopération civilo-militaire (CIMIC en anglais), actuellement en mission au Liban.

 

Engagé en 2008 à l’école de formation des sous-officiers de l’armée de l’air à Rochefort, le jeune homme fait le choix d’une spécialité qu’il voulait opérationnelle et dynamique. « J’ai choisi les fusiliers commandos de l’air pour vivre une expérience différente, en me dépassant au quotidien pour atteindre des objectifs précis. J’ai ainsi été breveté parachutiste en 2009, après un stage de deux semaines ». Affecté sur la base d’Orléans en tant que chef de poste commandement protection, le sergent Loïc part en mission avec ses équipiers durant six mois aux Émirats arabes unis.

Après quatre années riches et passionnantes, les aléas de la vie et des contraintes personnelles le font radicalement changer de carrière. « En 2013, j’ai été affecté au centre interarmées des actions sur l’environnement (CIAE) de Lyon en tant qu’adjoint au chef d’équipe CIMIC ». À peine le temps de s’immerger pleinement dans ce nouveau métier que le sergent Loic est déployé au Sud Liban dans le cadre de la mission de la FINUL (force intérimaire des Nations unies au Liban).

Intégré à une équipe de quatre militaires, il participe quotidiennement à la réalisation des projets visant à entretenir un lien étroit avec la population locale, afin de contribuer au rayonnement de la France et à la bonne intégration de la force dans son environnement. « En trois mois nous avons déjà mené à bien trois inaugurations, qui m’ont permis de suivre la réalisation des projets de A à Z. Je suis ainsi amené à rencontrer les maires, les mokhtars et autres autorités publiques afin de connaître les besoins des villageois, que ce soit en termes de vie courante (groupe électrogène, purificateur d’eau) mais également en termes d’éducation ou de construction publique. Dans tous les cas, nous faisons toujours en sorte de favoriser les projets qui ont un impact direct sur la qualité de vie des Libanais ».

Dans un pays où les relations interconfessionnelles sont très présentes et où l’intégration de la force passe notamment par les actions de coopération civilo-militaire, le sergent Loïc est conscient d’occuper un poste clef, dans lequel les relations humaines priment et que peu d’aviateurs ont la chance d’exercer. Alors que le mandat Daman XXII se terminera dans deux mois, il est « déjà pleinement satisfait de cette nouvelle aventure, très enrichissante tant professionnellement que personnellement ». Et de conclure : «  je suis fier, en tant qu’aviateur, de servir au CIAE » !

 

La France, engagée au Liban depuis 1978 dans le cadre de la FINUL, a notamment pour mission de soutenir les forces armées libanaises (FAL) afin qu’elles prennent en compte la sécurité du Sud Liban. Le partenariat avec les FAL, inscrit dans le dialogue stratégique FAL – FINUL (entériné par la résolution 2064 d’août 2012 qui renouvelle le mandat de la résolution 1701), est l’axe d’effort de la FCR (Force Reserve Commander) qui conduit ses missions en étroite coopération avec les FAL. Plus d’informations sur le site des opérations.

Partager cet article

Repost0
23 décembre 2014 2 23 /12 /décembre /2014 17:30
La FINUL compte une vingtaine d'aviateurs français

La FINUL compte une vingtaine d'aviateurs français

 

23/12/2014 Sources :  EMA

 

Au pays du Cèdre, 20 aviateurs au «béret bleu ciel» œuvrent, sous mandat de l’organisation des Nations-Unies, à la mission menée par la France au service de la paix.

 

Intégrés pour la plupart à l’unité de commandement et d’appui, ainsi qu’à l’unité « multifonctions logistique », le personnel de l’armée de l’air concourt directement au soutien opérationnel des 900 soldats français projetés au Liban.

 

Dans le cadre de l’opération Daman XXII, les aviateurs contribuent ainsi directement aux missions de la Force Commander Reserve (FCR). Placée sous les ordres du général commandant la Force intérimaire des Nations unies au Liban (FINUL), la FCR en constitue l’élément d’intervention d’urgence. Basée sur l’aire d’opération à Deyr Kifa, elle est en mesure d’intervenir rapidement et en permanence au profit de l’ensemble des contingents de la FINUL déployés dans le cadre de la résolution 1701.

 

Présente depuis 1978 au Liban, la France est le cinquième contributeur de la FINUL, avec près de 900 soldats. La grande majorité d’entre eux arme la FCR.

 

Partager cet article

Repost0
21 décembre 2014 7 21 /12 /décembre /2014 19:30
"Si l'Etat islamique envahit le Liban..."

 

21 décembre 2014 JDD

 

INTERVIEW - Tammam Salam, Premier ministre du Liban, a reçu le JDD pour évoquer la situation de son pays et celle de la Syrie voisine, en proie aux djihadistes de l'Etat islamique et aux frappes de la coalition internationale. Extrait de son entretien à paraître.

 

Quelle est exactement la menace de Daech sur votre pays?
Daech est présent dans la région d'Ersal, à la frontière libano-syrienne. S'il parvient à envahir le Liban, il imposera son extrémisme partout. Daech a déjà essayé de nous déstabiliser avec l'aide de ses alliés au sein même du Liban. Mais l'armée libanaise est parvenue à maîtriser la situation à Tripoli, dans le Nord. On a gagné cette bataille-là. On pensait que Daech provoquerait une guerre entre sunnites et chiites, mais finalement les communautés ont décidé de rester favorables à l'unité de l'État.

 

Confirmez-vous que l'armée libanaise a subi des désertions au profit de Daech?
Oui, mais il ne s'agit que d'une demi-douzaine de soldats sur une armée de 80.000 hommes et aucun officier ne figure parmi eux. (...)
 
Les bombardements de la coalition internationale sur Daech et le Front Al-Nosra en Syrie sont-ils efficaces?
Non, ils sont insuffisants, symboliques. Pour les battre, il faudrait aller au sol. Mais à ce stade, qui veut y aller?

 

Pour lire cet entretien en intégralité, cliquez ici.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories