Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 11:55
 Terre information magazine de septembre est en ligne


22/09/2014 Armée de Terre

 

Pour la rentrée, le numéro de Septembre de TIM vous propose le panorama de l’actualité des unités de l’armée de Terre, avec ce mois-ci, un dossier central sur l’aérocombat.

Dans ce numéro, vous trouverez aussi une interview du nouveau chef d’état-major de l’armée de Terre ainsi que des reportages au Liban et à Djibouti. 

Et toujours, des témoignages, des découvertes, des photos exceptionnelles, la rubrique « Histoire », la BD du Sergent TIM, et les rendez-vous à ne pas manquer !

Bonne lecture !

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 07:30
Liban : Transfert d’autorité de la « Force Commander Reserve »

 

22/09/2014 Sources : Etat-major des armées

 

Le 19 septembre 2014 a eu lieu au camp de Deyr Kifa au Liban, la cérémonie de transfert d’autorité de la Force Commander Reserve (FCR) entre le colonel Emmanuel Charpy et le colonel Benoît Aumonnier.

 

Durant leur mandat, les 850 militaires de DamanXXI ont effectué près de 600 patrouilles avec les forces armées libanaises (FAL) dans la zone de responsabilité de la FINUL. Ces activités opérationnelles ont en particulier été intensifiées pour lutter contre les tirs de roquette à partir de la zone d’opération. Dans l’esprit de la résolution 1701 du Conseil de sécurité des Nations-Unies (CSNU), le contingent français a également participé aux entraînements conjoints avec près de 400 militaires libanais au cours d’une vingtaine de stages communs, et à une dizaine d’exercices avec les autres bataillons de la FINUL, dont l’exercice Steel Storm à Naqoura en août dernier.

 

Dans le cadre des actions de coopérations civilo-militaires, la force a réalisé une quinzaine de projets auprès des municipalités du Sud Liban (mise en place de groupe électrogène, purificateur d’eau, dons de médicaments…). Enfin, dans la perspective de promotion de la francophonie au Sud-Liban, des cours de français ont été dispensés auprès des enfants de sept village, mais aussi auprès des militaires libanais.

 

D’ici à quelques jours, la FCR sera armée par 850 militaires majoritairement issus de la 11e brigade parachutiste et du 152e régiment d’infanterie. La relève nombre pour nombre des militaires de l’opération Daman XXI initiée le 19 septembre, se terminera le 25 septembre 2014.

 

La France est l’un des principaux pays contributeurs de la FINUL. Les militaires français de l’opération Daman agissent particulièrement au sein de la FCR qui confère au force commander une capacité de dissuasion et de réaction. Robuste, souple et réactive, la FCR constitue une véritable force décisive au service de la paix au Sud Liban.

Liban : Transfert d’autorité de la « Force Commander Reserve »

Partager cet article

Repost0
19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 07:30
UNIFIL - Deutsche Ausbilder im Libanon


18 sept. 2014 Quelle: Redaktion der Bundeswehr 09/14 14E21701

 

Die UNIFIL-Mission ist eine der ältesten aktiven Beobachtermissionen der UN. Auch die Bundeswehr engagiert sich vor Ort. So werden an der Jounieh Naval School junge Kadetten von Deutschen ausgebildet. Punkte wie Navigation, aber auch Führungstraining stehen dabei auf dem Lehrplan. Für beide Seiten ist der Einsatz in Beirut geprägt vom gegenseitigen Lernen und neuen Erfahrungen.
 

Partager cet article

Repost0
16 septembre 2014 2 16 /09 /septembre /2014 11:30
Liban : La Force Commander Reserve (FCR) patrouille en coordination avec les forces armées libanaises (FAL)

 

16/09/2014 Sources : EMA

 

Le 10 septembre 2014, la Force Commander Reserve (FCR) a mené ses patrouilles quotidiennes, en coordination avec les Forces Armées Libanaises (FAL), dans les secteurs Est et Ouest de la Force Intérimaire des Nations-Unies au Liban (FINUL).

 

Dans le cadre de l’opération Daman au Sud-Liban, la FCR effectue des missions d’observation et de reconnaissance quotidiennes avec les FAL, dans l’ensemble de la zone d’opération de la FINUL.

 

Chaque jour, les militaires français réalisent plusieurs patrouilles communes avec leurs homologues libanais. En véhicule, elles consistent notamment en la surveillance de la ligne bleue (Blue Line Patrols - BLP) et comprennent, le long de l’itinéraire, des phases d’observations aléatoires. La nuit, les militaires français tiennent des postes d’observations temporaires ou Night Observation point (NOP). D’autres patrouilles plus spécifiques comme les Counter Rocket Launching Operation (CRLO) permettent de renforcer le contrôle de zone en effectuant, lors de la progression, la vérification d’anciennes ou de potentielles zones de lancement de roquettes dans l’aire d’opération de la FINUL. Les soldats français et libanais réalisent également des patrouilles à pied qui mettent l’accent sur les villages et l’interaction avec la population locale.

 

Les militaires de l’opération Daman mandatXXI, mènent aussi des missions de reconnaissance et d’observation sans la présence des FAL (Area Domination Patrols - ADP) permettant ainsi l’accroissement de la présence de l’ONU et donc de la sécurité dans la zone d’opérations.

 

Forte de près de 850 hommes et femmes, la FCR est directement placée sous les ordres du général Luciano Portolano commandant la FINUL. Elle est l’élément d’intervention d’urgence de la force et est stationnée à Dayr Kifa, à 43 kilomètres au nord-est de Naqoura. Elle est en mesure d’intervenir sur court préavis dans toute la zone d’opération de la FINUL pour faire appliquer la résolution 1701 du Conseil de sécurité des Nations Unies. Réserve d’intervention opérationnelle, elle travaille en collaboration et coordination étroites avec les forces armées libanaises.

Liban : La Force Commander Reserve (FCR) patrouille en coordination avec les forces armées libanaises (FAL)
Liban : La Force Commander Reserve (FCR) patrouille en coordination avec les forces armées libanaises (FAL)
Liban : La Force Commander Reserve (FCR) patrouille en coordination avec les forces armées libanaises (FAL)
Liban : La Force Commander Reserve (FCR) patrouille en coordination avec les forces armées libanaises (FAL)

Partager cet article

Repost0
4 septembre 2014 4 04 /09 /septembre /2014 16:30
Liban : les militaires de la FCR et des FAL participent à l’exercice de tir conjoint Steel Storm

 

04/09/2014 Sources : EMA

 

Du 26 au 30 août 2014, à Naqoura, au sud du Litani, la Force Commander Reserve (FCR) a planifié et conduit l’exercice Steel Storm, un exercice biannuel de tir conjoint avec les Forces Armées Libanaises (FAL) et les contingents de la Force Intérimaire des Nations-Unies au Liban (FINUL). Cet exercice a permis de parfaire l’entrainement au tir de l’ensemble des unités opérationnelles de la FCR, tout en renforçant la coopération entre la FINUL et les FAL.

 

Durant quatre jours, les blindés français (Véhicule blindé léger (VBL), Véhicule blindé de combat d’infanterie (VBCI), véhicule de l’avant blindé (VAB)) et libanais (M113), équipés de différentes armes de bord (mitrailleuses de calibres 7.62, 12.7 et 14.5 mm, canons de calibres 20, 23 et 25 mm et fusil PGM), se sont succédés sur le pas de tir de Naqoura.

 

200 militaires des contingents espagnol, italien, serbe, irlandais et finlandais de la FINUL, ont également participé à cet exercice.

 

Le samedi, en présence des hautes autorités militaires libanaises du secteur Sud-Litani et de la FINUL, une démonstration dynamique axée sur l’emploi des réserves est venue clôturer l’entrainement. Ce scénario mettait en scène 250 militaires et plus d’une vingtaine de véhicules.

 

Tout au long de la semaine, la marine libanaise a, quant à elle, prit en compte la sécurisation de la zone maritime en y interdisant l’accès, pendant que la Maritime Task Force (MTF) de la FINUL assurait la surveillance des zones aérienne et maritime.

 

Au total, plus de 700 militaires et une centaine de véhicules ont participé à cet exercice au cours duquel 60 000 cartouches de tous calibres ont été tirées sur des cibles flottantes disposées en mer.

 

Forte de près de 900 militaires, la FCR est stationnée à Dayr Kifa, à environ 100 kilomètres au sud de Beyrouth. Elle est l’élément d’intervention d’urgence de la FINUL, en mesure de se déployer sur court préavis, sur ordre direct du Force  Commander. Elle peut intervenir dans toute la zone d’opération de la FINUL, au profit des bataillons de casques bleus de 36 nationalités différentes, dans le cadre de la résolution 1701 du Conseil de sécurité des Nations Unies.

Liban : les militaires de la FCR et des FAL participent à l’exercice de tir conjoint Steel Storm
Liban : les militaires de la FCR et des FAL participent à l’exercice de tir conjoint Steel Storm

Partager cet article

Repost0
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 14:30
Contrat franco-saoudien de 3 milliards de dollars pour des armes au Liban

Armement "Notre priorité commune c'est la paix et la sécurité et notamment au Moyen Orient. Cette exigence est plus que jamais nécessaire maintenant que la crise syrienne a débordé en Irak et qu'un mouvement terroriste (L'Etat islamique) prétend devenir un Etat", a souligné François Hollande.

 

02/09/2014 latribune.fr 

 

L'Élysée a annoncé un contrat franco-saoudien de 3 milliards de dollars d'armement pour le Liban en cours de finalisation. L'objectif est de renforcer la coopération au Moyen-Orient, très instable entre le conflit en Syrie et la progression de l'État islamique.

 

Un contrat franco-saoudien de livraison d'armes au Liban d'un montant de trois milliards de dollars est en voie de "finalisation", a indiqué l'Elysée, où le président François Hollande a reçu lundi le prince héritier d'Arabie saoudite Salmane Ben Abdel Aziz.

 

"Le contrat est acquis"

"Le contrat est acquis, il manque juste quelques éléments techniques pour le bouclage. Il ne sera pas signé ce (lundi) soir mais il est en finalisation", a-t-on indiqué dans l'entourage du chef de l'Etat.

Pays "magnifique et en même temps vulnérable", le Liban a "besoin lui aussi de sécurité au moment où il accueille des milliers de réfugiés", a déclaré François Hollande, lors d'un dîner officiel en l'honneur de son hôte auquel avaient été conviés quelques 200 invités, parmi lesquels de nombreux chefs d'entreprises.

Le pays du Cèdre accueille notamment plus d'un million de réfugiés syriens fuyant le conflit meurtrier dans leur pays.

"Alors nous avons convenu ensemble, l'Arabie saoudite et la France, d'aider le Liban à la condition aussi qu'il s'aide lui-même, pour sa propre sécurité", a-t-il ajouté, sans citer expressément ce contrat.

 

Un partenaire sur la Syrie

Le président français s'est par ailleurs félicité de "la coopération militaire de grande qualité" entre la France et l'Arabie saoudite, soulignant que leurs armées respectives avaient "établi de longue date une action opérationnelle dans les domaines cruciaux de la sécurité du Royaume et au-delà de la sécurité de la région".

"Notre priorité commune c'est la paix et la sécurité et notamment au Moyen Orient. Cette exigence est plus que jamais nécessaire maintenant que la crise syrienne a débordé en Irak et qu'un mouvement terroriste (l'Etat islamique) prétend devenir un Etat", a souligné François Hollande.

"En Syrie, la France et l'Arabie saoudite ont été particulièrement lucides sur la gravité de la crise" mais "nous n'avons pas été assez entendus", a-t-il de nouveau déploré. Samedi, le roi Abdallah, cité par des médias saoudiens, avait lui prévenu les pays occidentaux qu'en l'absence d'une réaction "rapide", ils seraient la prochaine cible de la menace jihadiste.

 

Visite de quatre jours

Demi-frère du roi Abdallah, le prince Salmane Ben Abdel Aziz, 78 ans, qui est arrivé lundi à Paris pour une visite officielle de quatre jours, participera mardi à un conseil d'affaires franco-saoudien, et aura un entretien avec le Premier ministre Manuel Valls. Mercredi, il rencontrera le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius et celui de la Défense Jean-Yves Le Drian.

Il achèvera sa visite jeudi par une rencontre avec des représentants des musulmans de France et des étudiants, et un discours à l'Unesco.

 

Deuxième partenaire commercial au Moyen-Orient

Sur le plan économique, la visite du prince héritier devait permettre de développer les échanges entre la France et le Royaume déjà au beau fixe.

"Nos échanges commerciaux ont doublé ces 5 dernières années. L'Arabie est notre 2e partenaire commercial au Moyen Orient après la Turquie", souligne l'Elysée, chiffrant à "près de 3,7 milliards d'euros" les contrats (hors armement) conclus par des entreprises françaises avec le Royaume en 2013.

"Pour 2014, on a des perspectives très prometteuses notamment dans les transports, qui nous permettraient d'aller très au-delà de ce chiffre", indique-t-on de même source.

La visite du prince héritier survient par ailleurs deux semaines après l'attaque spectaculaire, le 17 août à Paris, du convoi d'un autre prince saoudien, Abdel Aziz Ben Fahd, dernier des fils du roi Fahd mort en 2005.

Partager cet article

Repost0
13 août 2014 3 13 /08 /août /2014 17:30
Liban : Visite du nouveau Force Commander de la FINUL à Dayr Kifa

 

13/08/2014 Sources : EMA

 

Le 31 juillet 2014, le général italien Luciano Portolano, nouveau Force Commander de la force intérimaire des Nations-Unies au Liban (FINUL), s’est rendu à Dayr Kifa auprès de la Force Commander Reserve (FCR). Il succède au général Paolo Serra en poste depuis 2 ans et demi au Liban.

 

Le général Luciano Portolano a rencontré les éléments français du mandat XXI déployés depuis mars à Dayr Kifa, dans le cadre de l’opération Daman.

 

A cette occasion, les militaires du contingent français ont présenté au Force Commander les capacités de la force et les moyens uniques dont dispose la FCR au sein de la FINUL, qui assure notamment la surveillance aérienne et de trajectographie.

 

Forte de près de 900 militaires, la FCR est stationnée à Dayr Kifa, à environ 100 kilomètres au sud de Beyrouth. Elle est l’élément d’intervention d’urgence de la FINUL, en mesure de se déployer sur court préavis, sur ordre direct du Force Commander. Elle peut intervenir dans toute la zone d’opération de la FINUL, au profit des bataillons de casques bleus de 36 nationalités différentes, dans le cadre de la résolution 1701 du Conseil de sécurité des Nations Unies.

 

Réserve d’intervention opérationnelle, la FCR travaille en collaboration et coordination étroites avec les forces armées libanaises (FAL), tant lors de patrouilles communes que lors d’entraînements conjoints, et conduit également de nombreuses actions auprès de la population au sud du Liban.

 

La France est l’un des principaux pays contributeurs de la FINUL. Cette contribution de la France à cette mission de l’ONU prend le nom d’opération DAMAN. La FCR confère au Force Commander des capacités de surveillance terrestre et aérienne, de dissuasion et de réaction. Robuste, souple, réactive, elle constitue une véritable force décisive au service de la paix au Sud Liban.

Partager cet article

Repost0
9 août 2014 6 09 /08 /août /2014 22:30
Le Liban attend toujours la livraison d’armes venant de France

 

5 août 2014 par Simon Bossé-Pelletier  45enord.ca

 

Le Liban a montré des signes d’exaspération mardi face à la lenteur des livraisons d’armes promises par la France. Des ravitaillements qui sont vitaux afin de contenir l’avancée des djihadistes sunnites dans le nord du pays.

Le ministre français des Affaires étrangères, Vincent Floreani, a déclaré à ce propos  : «Nous sommes en contact étroit avec nos partenaires pour répondre rapidement aux besoins du Liban. La France est pleinement engagée dans l’appui à l’armée libanaise, pilier de la stabilité et de l’unité du Liban».

L’armée libanaise affronte, depuis samedi, près de la localité de Aarsal (est), des groupes djihadistes venus de Syrie. Le bilan s’élève pour l’instant à 16 militaires dont deux officiers tués, de 22 soldats et 20 policiers disparus et 86 blessés selon l’armée et une source de sécurité.

Le chef de l’armée libanaise, le général Jean Kahwahji, a exprimé son mécontentement face à la lenteur de la France à livrer des armes  : «Nous avons besoin, dans la bataille actuelle, d’équipements, de matériel et de technologies dont nous ne disposons pas[...] Il est nécessaire d’accélérer la fourniture d’aides militaires à travers la finalisation des listes des armes demandées à la France dans le cadre de l’accord de financement saoudien et de la conférence de Rome».

L’Arabie Saoudite s’était engagée à donner trois milliards pour que l’armée libanaise puisse acheter des armes françaises, mais les discussions se sont embourbées concernant la liste de matériel requis. De plus, la communauté internationale a offert une équipe qui formera l’armée libanaise contre le terrorisme.

La classe politique au Liban s’est rangée presque unanimement dernière son armée qui combat les islamistes. Des militaires ont été attaqués mardi à Tripoli, sept ont été blessés, lors d’une attaque des islamistes qui accuse l’armée d’avoir partie liés avec la milice chiite libanaise Hezbollah qui combat en Syrie aux côtés du régime depuis la rébellion majoritairement sunnite.

Partager cet article

Repost0
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 07:30
Liban : Partage des connaissances entre contingents alliés

 

07/08/2014 International

 

Le 25 juillet 2014 à Shama, sur le camp ONU finno-irlandais, l’équipe EOD (Explosive OrdnanceDisposal) de la Force Commander Reserve (FCR) a participé à un échange avec ses homologues du secteur ouest de la Force Intérimaire des Nations-Unies au Liban (FINUL).

 

Lors de cette journée, les équipes EOD des contingents français, belges, italiens et finlandais se sont retrouvées autour de thèmes d’intérêts communs tels que le danger des engins explosifs improvisés (EEI), et la pollution du champ de bataille. En effet, le Liban est encore un pays particulièrement touché par des accidents liés aux UXO (unexploded ordnance).

 

Les équipes EOD ont ainsi pu échanger sur leurs connaissances, leur savoir-faire et leur expérience, tout en se familiarisant avec les techniques et matériels des autres nations, et en partageant leurs compétences avec les différents contingents présents.

Cette rencontre fut également l’occasion pour les militaires français de partager des données techniques en rapport avec la découverte d’un des derniers sites de lancement de roquettes.

 

Forte de près de 900 hommes et femmes, la FCR est directement placée sous les ordres du général Luciano Portolano commandant la FINUL. Elle est l’élément d’intervention d’urgence de la force et est stationnée à Dayr Kifa, à 43 kilomètres au nord-est de Naqoura. Elle est en mesure d’intervenir sur court préavis dans toute la zone d’opération de la FINUL pour faire appliquer la résolution 1701 du Conseil de sécurité des Nations Unies. Réserve d’intervention opérationnelle, elle travaille en collaboration et coordination étroites avec les forces armées libanaises (FAL).

Partager cet article

Repost0
6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 16:30
L'Arabie saoudite offre un milliard de dollars à l'armée libanaise

 

06/08/2014 par FRANCE 24

 

Riyad a offert un milliard de dollars à l'armée libanaise pour l'aider à lutter contre les djihadistes de l'EIIL, à la frontière syrienne. Les affrontements ont causé au moins 16 morts dans les rangs de l'armée, dont deux officiers.

L'armée libanaise qui combat les djihadistes à la frontière avec la Syrie a reçu une aide d'un milliard de dollars de la part de l'Arabie saoudite, a annoncé mercredi 6 août l'ex-Premier ministre libanais Saad Hariri, à Jeddah.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 11:30
Liban : Visite du général Chapa, commandant le secteur Est de la FINUL

 

30/07/2014 Sources : EMA

 

Le 17 juillet 2014, le général espagnol Chapa, commandant le secteur Est de la Force Intérimaire des Nations-Unies au Liban (FINUL), s’est rendu sur le camp français de Dayr Kifa, auprès de la Force Commander Reserve (FCR).

 

Le général Chapa a rencontré les éléments français mandat XXI de la FCR, déployés depuis le mois de mars à Dayr Kifa, dans le cadre de l’opération Daman. A cette occasion, les militaires du contingent français lui ont présenté les capacités militaires de la force, et les moyens uniques dont dispose la FCR au sein de la FINUL. Cette visite a permis de renforcer la connaissance mutuelle de la FCR et du secteur Est, mais également d’entretenir la coordination des actions dans le cas où la FCR devrait intervenir au profit des bataillons du secteur.

 

Forte de près de 900 militaires, la FCR est stationnée à Dayr Kifa, à environ 100 kilomètres au sud de Beyrouth. Elle est l’élément d’intervention d’urgence de la FINUL, en mesure de se déployer sur court préavis, sur ordre direct du Force Commander. Elle peut intervenir dans toute la zone d’opération de la FINUL, dans le cadre de la résolution 1701 du Conseil de sécurité des Nations Unies. Réserve d’intervention opérationnelle, la FCR travaille en collaboration et coordination étroites avec les forces armées libanaises (FAL), tant lors de patrouilles communes que lors d’entraînements conjoints, et conduit également de nombreuses actions auprès de la population au sud du Liban.

 

La France est l’un des principaux pays contributeurs de la FINUL. Les militaires français y sont déployés dans le cadre de l’opération DAMAN, et agissent au sein de la « Force Commander Reserve » (FCR). Ce détachement confère au Force Commander des capacités de surveillance terrestre et aérienne, de dissuasion et de réaction. Robuste, souple, réactive, elle constitue une véritable force décisive au service de la paix au Sud Liban. Parallèlement, la FCR entretient une coopération étroite avec les forces armées libanaises, tant lors de patrouilles communes que lors d’entraînements conjoints.

Liban : Visite du général Chapa, commandant le secteur Est de la FINUL

Partager cet article

Repost0
16 juillet 2014 3 16 /07 /juillet /2014 11:30
Liban : nouveau chef d’état-major à la FINUL

 

15/07/2014 Sources : EMA

 

Le 1er juillet 2014, le général de brigade Eric Hautecloque-Raysz succède au général de brigade Jean-Jacques Toutous en tant que chef d’état-major de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (FINUL).

 

Il cumulera la fonction de chef d’état-major avec celle de représentant militaire de la France au Liban auprès du chef de la FINUL, le général de division italien Paolo Serra. Il occupera cette fonction pendant un an. L’état-major de la FINUL planifie et conduit les missions menées quotidiennement par les 10 200 militaires des Nations-Unies, de 36 nationalités différentes, qui assurent la mise en œuvre de la résolution 1701 du 11 août 2006.

 

Avant son arrivée au Liban, le général Hautecloque-Raysz commandait la 2e brigade blindée d’Illkirch-Graffenstaden et occupait le poste de gouverneur militaire de Strasbourg, de délégué militaire départemental, et de commandant d'armes de la ville de Strasbourg. Il a également commandé la Task Force Lafayette 6 en Afghanistan d’avril à novembre 2012.

Avec environ 900 hommes, la France est l’un des principaux pays contributeurs à la FINUL. Les militaires français au Liban sont déployés dans le cadre de l’opération DAMAN, nom de la participation française à la FINUL. Ils arment principalement la FCR (Force Commander Reserve) de la FINUL, qui constitue une réserve d’intervention opérationnelle.

 

La FCR est directement placée sous les ordres du général Paolo Serra commandant la FINUL. Elle est l’élément d’intervention d’urgence de la force et est stationnée à Dayr Kifa, à 43 kilomètres au nord-est de Naqoura. Elle est en mesure d’intervenir sur court préavis dans toute la zone d’opération de la FINUL pour faire appliquer la résolution 1701 du Conseil de sécurité des Nations Unies. La FCR travaille en collaboration et coordination étroites avec les forces armées libanaises (FAL). Elle conduit également de nombreuses actions auprès de la population du Sud Liban, notamment dans les domaines du développement économique et social, de la santé et de l’éducation.

Partager cet article

Repost0
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 12:30
Liban : entraînements spécifiques entre la FCR et les FAL

 

15/07/2014 Sources : EMA

 

Du 24 au 27 juin 2014, sur le camp de Jabal Maroun (Dayr Kifa) au Sud-Liban, les militaires français de la Force Commander Reserve (FCR) et ceux des Forces Armées Libanaises (FAL) ont effectué deux entraînements conjoints : un lié aux méthodes de patrouille cynophile et l’autre dans le domaine des EOD (Explosive Ordnance Disposal).

 

Au cours de la semaine les équipes cynophiles ont notamment travaillé sur l’entraînement des chiens pour le contrôle de foules ou la sécurisation de bâtiments. Les équipes EOD ont quant à elles axé leurs échanges sur les méthodes d’intervention sur les engins explosifs improvisés (EEI) et sur leur neutralisation à l’aide de leur matériel respectif. Le 26 juin, s’est déroulé un exercice simulant l’intervention sur un véhicule piégé.

 

Depuis février 2012, la FCR et les FAL suivent des entraînements communs. Régulièrement, une section française et une section libanaise travaillent ensemble et partagent leur savoir-faire.

 

La résolution 1701, fondement de la Force Intérimaire des Nations Unies au Liban depuis 2006 en complément des résolutions de 1978, assigne à la FINUL la mission de soutenir les Forces armées libanaises dans le Sud-Litani. Les entraînements conjoints participent à cette mission. La France est le 4e principal pays contributeurs à la FINUL. Les militaires français présents au Liban, déployés dans le cadre de l’opération DAMAN (contribution de la France à cette mission ONU), agissent principalement au sein de la « Force Commander Reserve » (FCR). Ce détachement confère au Force Commander des capacités de dissuasion de réaction, et de surveillance terrestre et aérienne.

Liban : entraînements spécifiques entre la FCR et les FAL
Liban : entraînements spécifiques entre la FCR et les FAL
Liban : entraînements spécifiques entre la FCR et les FAL

Partager cet article

Repost0
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 12:30
Liban : Déploiement de la FCR en secteur ouest

 

15/07/2014 Sources : EMA

 

Du 23 au 27 juin 2014, la Force Commander Reserve (FCR) s’est déployée dans le secteur ouest de la zone d’opérations de la Force Intérimaire des Nations Unies (FINUL), afin de renforcer son interopérabilité avec les bataillons présents sur ce secteur commandé par les Italiens.

 

Durant cinq jours, près d’une centaine de militaires et une trentaine de véhicules de la FCR ont été déployés dans le secteur ouest de la zone d’opérations au Sud du Litani. Une section de la compagnie d’infanterie équipée de véhicules blindés de combat d’infanterie (VBCI), un peloton de l’Escadron d’Eclairage et d’Investigation (EEI), un groupe génie, une équipe Explosive Ordnance Disposal (EOD) ainsi qu’une équipe sanitaire ont effectué des patrouilles et des entrainements communs avec les soldats finlandais et italiens. Dans le même temps des démonstrations dynamiques et statiques de matériels ont été organisées par chaque unité.

 

C’est le quatrième déploiement réalisé par le mandat Daman XXI de la FCR en moins de trois mois dans la zone d’opérations. Ces déploiements ont pour objectif de développer et d’améliorer l’interopérabilité entre les militaires français et ceux des bataillons des autres secteurs. Ces déploiements favorisent également la montée en puissance des Forces Armées Libanaises (FAL) puisqu’ils sont l’occasion d’effectuer des patrouilles conjointes avec les soldats libanais.

 

La FCR est en mesure d’agir très rapidement au profit de tous les contingents déployés sur l'ensemble de la zone d’opérations de la FINUL, dans le cadre de la résolution 1701. Basée à Dayr Kifa, 100 kilomètres au sud de Beyrouth, la FCR est le principal moyen de réaction et de coercition de la Force placé directement sous les ordres du Force Commander, le général Paolo Serra.

 

La France est l’un des principaux pays contributeurs de la FINUL. Les militaires français y sont déployés dans le cadre de l’opération DAMAN, et agissent au sein de la « Force Commander Reserve » (FCR). Ce détachement confère au Force Commander des capacités de surveillance terrestre et aérienne, de dissuasion et de réaction. Robuste, souple, réactive, elle constitue une véritable force décisive au service de la paix au Sud Liban. Parallèlement, la FCR entretient une coopération étroite avec les forces armées libanaises, tant lors de patrouilles communes que lors d’entraînements conjoints.

Liban : Déploiement de la FCR en secteur ouest

Partager cet article

Repost0
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 12:30
Israël pilonne le Sud-Liban suite à un tir de roquette

 

TEL AVIV, 11 juillet - RIA Novosti

 

L'artillerie israélienne a pilonné le sud du Liban après qu'une roquette tirée depuis ce territoire s'est abattue sur le sol de l'Etat hébreu sans faire ni victimes, ni dégâts matériels, rapporte le service de presse de Tsahal.

 

"Une roquette tirée depuis le Liban est tombée dans un champ près de la ville frontalière de Metoula. Les troupes israéliennes ont riposté en ouvrant le feu sur la région depuis laquelle le tir avait été effectué", rapporte la source.

 

Ces dernières années, le nord de l'Etat hébreu essuie régulièrement des roquettes tirées par des groupes palestiniens basés au Liban.  Le mouvement chiite libanais Hezbollah, un des principaux ennemis d'Israël, respecte depuis la fin de la guerre de 2006 le régime de cessez-le-feu.

Partager cet article

Repost0
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 07:30
Liban : entraînements conjoints entre les FCR et les FAL

 

02/07/2014 Sources : EMA

 

Du 16 au 20 juin 2014, sur le camp de Dayr Kifa au sud Liban, les militaires français de la Force Commander Reserve (FCR), de la Force Intérimaire des Nations Unies (FINUL) et ceux des Forces armées libanaises (FAL) ont effectué un entraînement conjoint.

 

Cet exercice axé sur les savoir-faire au combat a permis de partager les expériences respectives des militaires français et libanais.

 

Dans le cadre de l’appui aux forces armées libanaises, un peloton de Chars de la FCR armé par le 501e régiment de Chars de Combat (501e RCC) et composé d’une vingtaine de militaires, a passé cinq jours avec une section libanaise sur le camp français de Dayr Kifa. Durant une semaine, les soldats ont mis en pratique leurs connaissances en matière de combat individuel, de secourisme au combat et de lutte contre IED (Engins explosifs improvisés). Un exercice de tir réalisé le 19 juin sur le camp libanais d’Ebel-El-Saqi situé à l’est de la région du sud-Litani, a ponctué cet échange.

 

Liban : entraînements conjoints entre les FCR et les FAL

 

La traditionnelle cérémonie de remise de diplômes à Dayr Kifa a clôturé la semaine d’entrainement.

 

Depuis février 2012, la FCR et les FAL suivent des entraînements communs. Régulièrement, une section française et une section libanaise améliore durant cinq jours les savoir-faire qui leur permettront de remplir leurs missions communes.

 

La résolution 1701, fondement de la Force Intérimaire des Nations Unies au Liban depuis 2006 en complément des résolutions de 1978, assigne à la FINUL la mission de soutenir les Forces armées libanaises dans le Sud-Litani. Les entraînements conjoints participent à cette mission. La France est l’un des principaux pays contributeurs à la FINUL. Les militaires français présents au Liban, déployés dans le cadre de l’opération DAMAN (contribution de la France à cette mission ONU), agissent principalement au sein de la « Force Commander Reserve » (FCR). Ce détachement confère au Force Commander des capacités de dissuasion de réaction, et de surveillance terrestre et aérienne.

Partager cet article

Repost0
21 juin 2014 6 21 /06 /juin /2014 11:30
Liban : formation conjointe aux techniques d’intervention pour les militaires français et libanais

 

20/06/2014 Sources : EMA

 

Du 26 mai au 6 juin 2014, à Dayr Kifa, la Force Commander Reserve (FCR) et les forces armées libanaises (FAL), ont organisé un stage de monitorat aux techniques d’intervention opérationnelle rapprochée (TIOR) au profit d’une vingtaine de militaires français et libanais.

 

Une semaine avant le début du stage, tous les candidats au monitorat TIOR ont passé des tests qui ont permis aux instructeurs d’évaluer leurs aptitudes physiques, leur combativité et finalement leur aptitude à suivre cette formation. Encadrés par des moniteurs français et libanais, ils ont suivi ce stage de deux semaines sanctionné par des évaluations théoriques, pédagogiques et techniques.

 

Avec un investissement et une motivation exemplaire des militaires français et libanais, la réussite aux tests finaux a été complète et a permis à l’ensemble des participants d’obtenir la qualification, validée par un sous-officier instructeur du Centre National des Sports de la Défense (CNSD).

 

La cérémonie de fin de stage a eu lieu le 6 juin sur le camp de 9.1 en présence du général Saleh, commandant la 5e brigade et du colonel Emmanuel Charpy commandant la FCR. A cette occasion, les stagiaires se sont vus remettre l’attestation de réussite au stage ainsi que le brevet de moniteur TIOR. A l’issue de la cérémonie, les participants ont présenté les savoir-faire acquis tout au long des semaines lors d’une présentation dynamique illustrant les techniques assimilées.

 

La résolution 1701, fondement de la Force Intérimaire des Nations Unies au Liban depuis 2006 en complément des résolutions de 1978, assigne à la FINUL la mission d’appuyer les Forces Armées Libanaises dans le Sud-Litani. Les entraînements conjoints participent à cette mission. La France est l’un des principaux pays contributeurs à la FINUL. Les militaires français présents au Liban, déployés dans le cadre de l’opération DAMAN (contribution de la France à cette mission ONU), agissent principalement au sein de la « Force Commander Reserve » (FCR). Ce détachement confère au Force Commander des capacités de dissuasion et de réaction, et de surveillance terrestre et aérienne.. Parallèlement, la FCR entretient une coopération étroite avec les forces armées libanaises, tant lors de patrouilles communes que lors d’entraînements conjoints.

Partager cet article

Repost0
18 juin 2014 3 18 /06 /juin /2014 12:55
photo EMA

photo EMA


18.06.2014 par Alain Ruello - LesEchos.fr
 

Beyrouth a retiré le VBCI de Nexter du mega-contrat d’armement en cours de négociation avec Paris.

 

Mauvaise passe pour Nexter : Beyrouth a retiré le modèle VBCI du mega-contrat d’achat d’armement en cours de négociation avec la France, a-t-on appris de sources concordantes. Six mois après avoir dû battre en retraite au Canada , le fer de lance des blindés d’infanterie de l’armée française attend encore son premier débouché à l’export. « C’est embêtant car cela aurait pu assurer une année de production », indique-t-on de source proche du groupe d’armement terrestre.

En visite en Arabie Saoudite fin décembre, François Hollande avait annoncé un accord par lequel Riad s’engageait à financer à hauteur de 3 milliards d’euros la modernisation de l’armée libanaise. Paris et Beyrouth ont depuis arrêté la liste des matériels , laquelle comportait le VBCI de Nexter, jusqu’à ce qu’il soit finalement retiré récemment. « Le véhicule serait trop lourd », avance-t-on de source proche des discussions.

Interrogé, Nexter n’a pas souhaité commenter. Pour le groupe d’armement terrestre, ce n’est pas une bonne nouvelle.Les 68 VBCI initialement envisagés pour le Liban auraient constitué un apport non négligeable pour son plan de charge, à l’approche de la fin de la production pour l’armée française. Le Canada ayant finalement annulé son appel d’offres, les équipes export misent sur les appels d’offres au Danemark, aux Emirats Arabes Unis ou encore en Australie, pour placer le VBCI.

En attendant, Nexter met le paquet sur son Titus, un blindé de transport de troupes plus léger, financé sur fonds propres et présenté comme une solution « économique, et non pas low cost » , par son PDG, Philippe Burtin. Prix d’entrée : 700.000 euros. «  Nous sommes une société européenne, avec une structure de coûts européenne. Nous sommes comparés aux Turcs ou aux Sud-coréens, mais nous ne pouvons pas jouer dans la cour du low cost  », a-t-il rappelé récemment.

Présenté pour la première fois au salon Eurosatory, le Titus se place entre le VBCI et l’Aravis, pouvant transporter jusqu’à 14 hommes pour différentes missions. Livrable à partir de 2016, il pourrait prendre le relais du VBCI si ce dernier n’accroche pas de contrat export. L’Arabie Saoudite, qui a déjà acheté l’Aravis, serait assez intéressée.

Partager cet article

Repost0
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 16:30
Liban : Visite du général Polli, commandant le secteur Ouest de la FINUL

 

12/06/2014 Sources : EMA

 

Le 4 juin 2014, le général italien Fabio Polli, commandant le secteur Ouest de la Force Intérimaire des Nations-Unies au Liban (FINUL), s’est rendu à Dayr Kifa auprès de la Force Commander Reserve (FCR).

 

Le général Polli a rencontré les éléments français du mandat XXI, déployés depuis mars à Dayr Kifa, dans le cadre de l’opération Daman.

 

A cette occasion, les militaires du contingent français lui ont présenté les capacités de la force (VBCI, VBL, systèmes de protection des emprises) et les moyens uniques dont dispose la FCR au sein de la FINUL.

 

Cette visite a permis de renforcer la connaissance mutuelle de la FCR et du secteur Ouest (Missions, capacités…) mais également d’anticiper sur la coordination des actions dans le cas où la FCR, élément d’intervention sous les ordres directs du Force Commander, devait intervenir au profit des bataillons du secteur.

 

Forte de près de 900 militaires, la FCR est stationnée à Dayr Kifa, à environ 100 kilomètres au sud de Beyrouth. Elle est l’élément d’intervention d’urgence de la FINUL, en mesure de se déployer sur court préavis, sur ordre direct du Force Commander. Elle peut intervenir dans toute la zone d’opération de la FINUL,  au profit des bataillons de casques bleus de 36 nationalités différentes du secteur Ouest et Est, dans le cadre de la résolution 1701 du Conseil de sécurité des Nations Unies.

 

Réserve d’intervention opérationnelle, la FCR travaille en collaboration et coordination étroites avec les forces armées libanaises (FAL), tant lors de patrouilles communes que lors d’entraînements conjoints, et conduit également de nombreuses actions auprès de la population au sud du Liban.

 

La France est l’un des principaux pays contributeurs de la FINUL. Cette contribution de la France à cette mission de l’ONU prend le nom d’opération DAMAN. La FCR confère au Force Commander des capacités de surveillance terrestre et aérienne, de dissuasion et de réaction. Robuste, souple, réactive, elle constitue une véritable force décisive au service de la paix au Sud Liban.

Liban : Visite du général Polli, commandant le secteur Ouest de la FINULLiban : Visite du général Polli, commandant le secteur Ouest de la FINUL

Partager cet article

Repost0
25 mai 2014 7 25 /05 /mai /2014 11:30
Liban : entraînements conjoints entre la FCR et les FAL

 

23/05/2014 Sources : EMA

 

Du 12 mai au 16 mai 2014, sur le camp de Dayr Kifa au sud Liban, les militaires français de la Force Commander Reserve (FCR) de la FINUL et ceux des Forces armées libanaises (FAL) ont conduit un entraînement conjoint.

 

Cet exercice sur les combats en zone urbaine a permis de partager l’expérience respective des militaires français et libanais.

 

Dans le cadre de l’appui aux forces armées libanaises, un peloton de Chars de la FCR armé par le 501e régiment de Chars de Combat (501e RCC) et composé d’une vingtaine de militaires, a passé cinq jours avec une section libanaise sur le camp français de Dayr Kifa. Au cours de la semaine, les soldats ont mis en pratique leurs connaissances en matière de combat en zone urbaine, de techniques d’intervention opérationnelles rapprochées (TIOR) et de contre IED (Engins explosifs improvisés). Un tir en commun réalisé le 15 mai, sur le camp libanais d’Ebel-El-Saqi situé à l’est de la région du sud-Litani, a ponctué cet échange.

 

Une cérémonie de remise de diplômes à Deyr Kifa, en présence du général Lahib, adjoint à la 7e brigade de l’armée libanaise, a clôturé la semaine d’entrainement.

 

Depuis février 2012, la FCR et les FAL suivent des entraînements communs. Régulièrement, une section française et une section libanaise travaillent pendant cinq jours les savoir-faire qui leur permettront de remplir leurs missions communes.

 

La résolution 1701, fondement de la Force Intérimaire des Nations Unies au Liban depuis 2006 en complément des résolutions de 1978, assigne à la FINUL la mission de soutenir les Forces armées libanaises dans le Sud-Litani. Les entraînements conjoints participent à cette mission. La France est l’un des principaux pays contributeurs à la FINUL. Les militaires français présents au Liban, déployés dans le cadre de l’opération DAMAN (contribution de la France à cette mission ONU), agissent principalement au sein de la « Force Commander Reserve » (FCR). Ce détachement confère au Force Commander des capacités de dissuasion de réaction, et de surveillance terrestre et aérienne. Parallèlement, la FCR entretient une coopération étroite avec les forces armées libanaises, tant lors de patrouilles communes que lors d’entraînements conjoints comme ceux de cette semaine.

Liban : entraînements conjoints entre la FCR et les FAL

Partager cet article

Repost0
15 mai 2014 4 15 /05 /mai /2014 12:30
Liban : Visite du général Serra, Force Commander de la FINUL à Dayr Kifa

 

15/05/2014 Sources : EMA

 

Le 6 mai 2014, le général Paolo Serra, Force Commander de la force intérimaire des Nations-Unies au Liban (FINUL), s’est rendu à Dayr Kifa auprès de la force commander reserve (FCR).

 

Le général Paolo Serra a rencontré les éléments français du mandat XXI déployés depuis mars à Dayr Kifa, dans le cadre de l’opération Daman. A cette occasion, les militaires du contingent français ont présenté au Force Commander les capacités de la force (VBCI, VBL, systèmes de protection des emprises), et les moyens uniques dont dispose la FCR au sein de la FINUL.

 

Forte de près de 900 militaires, la FCR est stationnée à Dayr Kifa, à environ 100 kilomètres au sud de Beyrouth. Elle est l’élément d’intervention d’urgence de la FINUL, en mesure de se déployer sur court préavis, sur ordre direct du Force Commander. Elle peut intervenir dans toute la zone d’opération de la FINUL, au profit des bataillons de casques bleus de 36 nationalités différentes, dans le cadre de la résolution 1701 du Conseil de sécurité des Nations Unies.

 

Réserve d’intervention opérationnelle, la FCR travaille en collaboration et coordination étroites avec les forces armées libanaises (FAL), tant lors de patrouilles communes que lors d’entraînements conjoints, et conduit également de nombreuses actions auprès de la population au sud du Liban.

 

La France est l’un des principaux pays contributeurs de la FINUL. Cette contribution de la France à cette mission de l’ONU prend le nom d’opération DAMAN. La FCR confère au Force Commander des capacités de surveillance terrestre et aérienne, de dissuasion et de réaction. Robuste, souple, réactive, elle constitue une véritable force décisive au service de la paix au Sud Liban.

Liban : Visite du général Serra, Force Commander de la FINUL à Dayr KifaLiban : Visite du général Serra, Force Commander de la FINUL à Dayr Kifa

Partager cet article

Repost0
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 21:30
Liban : entraînements conjoints entre la FCR et les FAL

 

07/05/2014 Sources : EMA

 

Du 28 avril au 2 mai 2014, sur le camp de Deyr Kifa au sud Liban, les militaires français de la Force Commander Reserve (FCR) de la FINUL et ceux des Forces armées libanaises (FAL) ont conduit deux entrainements conjoints.

 

Les deux exercices, l’un sur les savoir-faire du génie et l’autre sur le combat en zone urbaine, ont permis de partager l’expérience respective des militaires français et libanais.

Dans le cadre de la coopération militaire franco-libanaise, une section d’infanterie de la FCR, armée par le 16e bataillon de Chasseurs (16e BC) et composée d’une vingtaine de militaires, a passé cinq jours avec une section libanaise de la 7e brigade des FAL dans les camps français de Dayr Kifa et libanais d’Ebel El Saqi (est de la région du sud-Litani). Au cours de la semaine, les soldats ont mis en pratique leurs connaissances en matière de combat en zone urbaine, de réaction face à une embuscade ou encore d’évacuation d’un blessé sous le feu.

 

En parallèle, le détachement du génie de la FCR, principalement armé par le 13e régiment du génie (13e RG) s’est entraîné avec les forces armées libanaises des 5e et 9e brigades des FAL. Au cours de cet échange, les soldats ont suivi des instructions théoriques et pratiques de techniques de fouille de véhicule, d’ouverture d’itinéraire, de réaction face à la découverte d’un engin explosif improvisé (IED), de contrôle en milieu urbain (Check point) et de fouille opérationnelle d’un bâtiment.

 

Une cérémonie de remise de diplômes à Deyr Kifa, en présence du général Lahib, adjoint à la 7e brigade de l’armée libanaise, a clôturé la semaine d’entraînement.

 

La résolution 1701, fondement de la Force Intérimaire des Nations Unies au Liban depuis 2006 en complément des résolutions de 1978, assigne à la FINUL la mission de soutenir les Forces armées libanaises dans le Sud-Litani. Les entraînements conjoints participent à cette mission. La France est l’un des principaux pays contributeurs à la FINUL. Les militaires français présents au Liban, déployés dans le cadre de l’opération DAMAN (contribution de la France à cette mission ONU), agissent principalement au sein de la « Force Commander Reserve » (FCR). Ce détachement confère au Force Commander des capacités de dissuasion de réaction, et de surveillance terrestre et aérienne. Parallèlement, la FCR entretient une coopération étroite avec les forces armées libanaises, tant lors de patrouilles communes que lors d’entraînements conjoints comme ceux de cette semaine.

Liban : entraînements conjoints entre la FCR et les FAL
Liban : entraînements conjoints entre la FCR et les FAL
Liban : entraînements conjoints entre la FCR et les FAL

Partager cet article

Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 07:30
Le Liban attend le chèque de Ryad pour s’offrir des armes françaises

Armement Le système Simbad-RC de MBDA sera présent sur trois petits patrouilleurs commandés par le Liban à la France

 

23/04/2014 Michel Cabirol – laTribune.fr

 

La France et le Liban ont récemment arrêté une liste d’équipements militaires pour un montant de 2,1 milliards de dollars. Elle est actuellement pour validation à Ryad, qui finance le réarmement de Beyrouth.

 

L'Arabie Saoudite a entre ses mains la vente d'armes par la France au Liban pour un montant de trois milliards de dollars. Après quatre mois de travail seulement, la fameuse "shopping list" a été arrêtée entre l'acheteur, le Liban, et le vendeur, la France. Reste à la faire valider par le financeur, l'Arabie Saoudite. A ce trio, il faut rajouter aussi un pays qui s'agite beaucoup en coulisse, Israël, que l'on dit préoccupé par cette opération et qui a regardé de très près cette liste d'armements, qui l'inquiète dans une région particulièrement explosive où prospère notamment le Hezbollah.

 

"Un vrai tour de force pour boucler cette liste à trois pays qui ont des objectifs et un calendrier qui divergent et qu'il a fallu réconcilier, explique un proche du dossier. Cela n'a pas été facile". Toutefois, selon plusieurs sources concordantes, cette liste faite de compromis a été arrêtée par la France et le Liban il y a plus de dix  jours - le 12 avril - et remise à l'Arabie Saoudite, qui est aujourd'hui en train de l'étudier. "Ce sont les Saoudiens et eux seuls qui vont imprimer le tempo de cette opération", confirme-t-on à La Tribune. Et certains estiment qu'une "liste n'est jamais définitive". Surtout tant que cette opération à 3 milliards de dollars reste encore sujette au financement des Saoudiens. 

 

Une liste prudente

 

Sur les 3 milliards de dollars promis par Ryad, 2,1 milliards seront consacrés à l'achat d'armements et 900 millions à l'entretien de ces matériels. Un principe accepté par le Liban, qui pourra par la suite gérer seul le MCO (Maintien en condition opérationnelle) de ces matériels militaires. Dans le domaine terrestre, la France a fait preuve de beaucoup de prudence. Pas de chars Leclerc comme initialement imaginé. Paris devrait en revanche fournir des VAB (Véhicule de l'avant blindé) équipés d'une tourelle de Nexter, des VBL (Véhicule blindé léger) ainsi que des VBCI (Véhicule blindé de combat d'infanterie), voire des camions blindés Aravis. Dans le domaine de l'aéroterrestre, la France a inclus dans la liste des hélicoptères Gazelle, voire des Fennec, ainsi que des hélicoptères de transport. Enfin, MBDA devrait vendre son missile surface-air Mistral.

 

Dans le domaine naval, c'est le chantier de Cherbourg CMN, propriété du Libanais Iskandar Safa, qui a remporté la mise face à DCNS, qui proposait des Gowind de la classe Adroit, et Raidco. Le chantier naval des Constructions Mécaniques de Normandie fournira à la marine libanaise trois petits patrouilleurs, vraisemblablement équipés du système Simbad-RC de MBDA. Enfin, les équipements de Thales sont aussi bien présents dans la liste avec des radars, de l'optronique et des systèmes de communications.

 

Avant ou après le départ de l'actuel président libanais ?

 

Cette manne providentielle pour le Liban sera-t-elle un "pot de miel" pour certains des acteurs de cette opération ? Faut-il pour éviter ce type de rumeurs attendre la fin de l'élection présidentielle libanaise, qui commence dès ce mercredi, et le départ de Michel Sleimane le président sortant le 25 mai prochain ? Ce qui serait en même temps injuste pour ce dernier à l'origine de cette opération. Pour autant, Paris aurait tout à perdre avec l'Arabie Saoudite avec laquelle elle négocie plusieurs mégacontrats si cette opération n'était pas transparente. Car le nouveau président libanais sera peut être tenté de mettre son nez dans cette opération.

Partager cet article

Repost0
16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 07:30
Liban : Visite du REPFRANCE à Dayr Kifa

 

 

15/04/2014 Sources : EMA

 

Le 7 avril 2014, le général Jean-Jacques Toutous, Représentant de la France (REPFRANCE) au Liban et chef d’état-major de la force intérimaire des Nations-Unies au Liban (FINUL), s’est rendu à Dayr Kifa auprès de la force commander reserve (FCR).

 

Le général Toutous a rencontré les éléments français du mandat XXI déployés depuis mars, sur le camp de 9.1 à Dayr Kifa, dans le cadre de l’opération Daman.

 

Forte de près de 900 militaires, la FCR est directement placée sous le commandement de la FINUL. Stationnée à Dayr Kifa, à environ 100 kilomètres de Beyrouth, elle est l’élément d’intervention d’urgence de la FINUL. Elle est en mesure d’intervenir sur court préavis dans toute la zone d’opération de la FINUL pour faire appliquer la résolution 1701 du Conseil de sécurité des Nations Unies.

 

Réserve d’intervention opérationnelle, la FCR travaille en collaboration et coordination étroites avec les forces armées libanaises (FAL) et conduit également de nombreuses actions auprès de la population au sud du Liban.

 

La FCR est armée par les militaires de la 2e brigade blindée (501e régiment de chars de combat, 16e bataillon de chasseurs, 13e régiment du génie) et est renforcée par des éléments du 121e régiment du train, du régiment de soutien du combattant ainsi que du 8e régiment de matériel.

 

La France est l’un des principaux pays contributeurs de la FINUL. Cette contribution de la France à cette mission de l’ONU prend le nom d’opération DAMAN. La FCR confère au Force Commanderdes capacités de surveillance terrestre et aérienne, de dissuasion et de réaction. Robuste, souple, réactive, elle constitue une véritable force décisive au service de la paix au Sud Liban. Parallèlement, la FCR entretient une coopération étroite avec les forces armées libanaises, tant lors de patrouilles communes que lors d’entraînements conjoints.

Partager cet article

Repost0
10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 11:30
Syrie: l'armée prend Rankous, ville stratégique

 

09-04-2014 Paul Khalifeh correspondant à Beyrouth - RFI

 

L'armée syrienne et ses alliés libanais du Hezbollah ont pris la ville de Rankous, un des derniers bastions rebelles non loin de la frontière avec le Liban, à l'ouest de Damas. Les combats ont fait des dizaines de morts.

 

Située à quelques kilomètres seulement de la frontière libanaise, Rankous était l'une des principales bases rebelles dans la région montagneuse de Qalamoun, adossée à la frontière libanaise.

 

Contrôlée depuis deux ans par l'opposition armée, cette ville de 20 000 habitants est aujourd'hui déserte. Elle servait de nœud pour les voies de ravitaillement venant du Liban et allant vers les fiefs rebelles autour de Damas.

 

Avec la prise de Rankous, l'armée syrienne contrôle près de 90% de la frontière avec le Liban. Il est désormais très difficile et risqué pour les rebelles, d'acheminer des renforts en hommes et en armes à partir de ce pays.

 

La bataille pour le contrôle de Qalamoun a commencé en novembre dernier. Le Hezbollah y a engagé des milliers de combattants d'élite, aux côtés de l'armée syrienne. A Rankous, il était d'ailleurs aux premières lignes, tout comme à Yabroud, l'autre grande ville de la région prise le 15 mars.

 

Après d'âpres combats, les rebelles se sont repliés vers Zabadani et les quelques villages qui sont encore sous leur contrôle.

 

La prise de Qalamoun permet au régime de sécuriser l'autoroute Damas-Homs et de renforcer son emprise sur une région allant de la capitale à la côte Méditerranéenne, en passant par le centre de la Syrie.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories