Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 17:50
Le VBCI de Nexter (ici équipé d'une tourelle T40), futur véhicule de combat d'infanterie de la Lituanie?

Le VBCI de Nexter (ici équipé d'une tourelle T40), futur véhicule de combat d'infanterie de la Lituanie?

 

4 novembre, 2015 Nathan Gain (FOB)

 

La Lituanie devrait finalement sélectionner son futur véhicule de combat d’infanterie d’ici la fin du mois, a récemment déclaré le ministère de la Défense Nationale lituanien, Juozas Olekas. Deux nouvelles candidatures issues des Etats-Unis et de Pologne (des Rosomak ?) ont en effet repoussé la prise de décision de quelques semaines afin de permettre au Ministère concerné d’effectuer les recherches et analyses sous-jacentes et de récolter les détails complémentaires nécessaires auprès de la dizaine d’industriels ayant déjà fait offre, parmi lesquels Nexter.

 

« L’analyse des nouvelles offres prendra du temps supplémentaire, nous avons donc postposés la prise de décision finale concernant l’achat de véhicule de combat d’infanterie à la fin du mois de Novembre. D’ici là, nous espérons avoir reçu les données complémentaires de la part des industriels s’étant manifestés auparavant, ce qui nous permettra de réaliser une évaluation appropriée des offres gouvernementales et industrielles, » a déclaré Juozas Olekas.

 

Le futur blindé 8×8 envisagé par la Lituanie remplacera les antiques véhicules chenillés M113. Les véhicules acquis seront initialement utilisés pour équiper deux bataillons de brigade d’infanterie mécanisée « Iron Wolf ». Chaque bataillon comprend trois compagnies, chacune dotée de 10 à 12 véhicules, pour un total variant de 60 à 72 blindés. La Lituanie n’exclut toutefois pas l’achat de véhicules supplémentaires.

 

Outre les deux propositions « G2G » (de gouvernement à gouvernement) dernièrement reçues par les militaires lituaniens, on retrouve Nexter et son VBCI, décliné en 25 et en 40 mm. Dévoilée en février dernier lors du salon IDEX, cette version musclée du VBCI ne met rien de moins en œuvre que le fameux canon 40CTAS développé en partenariat avec BAE Systems pour le programme AJAX britannique.

 

Neuf autres compagnies ont répondu à la RFI (Request for Information) envoyée le 17 juillet 2014 par le MinDef lituanien : Patria et son AMV équipé d’une tourelle UT 30 Mk2, le Boxer d’ARTEC armé soit d’une tourelle RCT 30 ou LANCE 30, le Superav d’IVECO doté également d’une UT 30 Mk2, le fameux LAV II de General Dynamics Land Systems assorti d’une tourelle MCT30 produite par le norvégien Kongsberg, General Dynamics European Land System et le Piranha, l’Arma et la tourelle Mizra-30 d’Otokar et, enfin, le PARS de FNSS pourvu d’une tourelle E30. Par ailleurs, Elbit Systems et Lockheed Martin ont quant à eux offert un système d’armement principal, à savoir respectivement les tourelles UT 30 Mk1 et 2, et la 40CTAS.

 

Ce programme, le plus important jamais mis en œuvre par les forces armées lituaniennes, est doté d’un budget estimé à 460 millions d’euros. Une fois ce choix officialisé, le ministère de la Défense Nationale lituanien lancera la procédure d’acquisition proprement dite, une étape qui devrait durer entre 4 et 10 mois selon le type de procédure choisi. Les premières livraisons sont prévues pour 2017 et devraient continuer jusqu’en 2020.

Partager cet article

Repost0
20 juillet 2015 1 20 /07 /juillet /2015 17:50
La Lituanie et la Lettonie coopèrent en matière de défense militaire

 

17 Juillet 2015 Arthur Vernassière - lejournalinternational.fr

 

Les deux pays baltes ont annoncé cette semaine qu’ils se sont engagés pour une coopération militaire. Les présidents des deux pays se sont retrouvés à Vilnius pour décider de renforcer leurs armements et leur défense. L’accord prévoit notamment d’accroître les capacités aériennes des deux pays de la mer baltique. La Lituanie et la Lettonie ont également invité la Pologne et l’Estonie à les rejoindre dans cette collaboration.

Partager cet article

Repost0
19 mars 2015 4 19 /03 /mars /2015 12:50
Place de la coopération régionale dans la démarche stratégique de la Lituanie


18/03/2015 Živilė KALIBATAITĖ -  IRSEM

 

En quelques pages seulement, les Fiches de l'IRSEM présentent l’état de l’art synthétique d’une question précise pour en indiquer les principaux débats, animateurs et enseignements.

 

La place de la coopération régionale dans la démarche stratégique d’un petit État européen. Le cas de la Lituanie.

 

Fiche de l'IRSEM n°37 - 2015

Partager cet article

Repost0
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 18:50
La Lituanie va rétablir le service militaire obligatoire, craignant la Russie

Des soldats lituaniens subissent un entraînement aux opérations en zone urbaine, au centre international d’entraînement aux opérations de maintien de la paix, près de Yavoriv (Ukraine), le 14 septembre 2013, dans le cadre de l’exercice Maple Arch 2013 (caporal-chef David McCord/Affaires publiques/Armée de terre/5e Division canadienne)

 

24 février 2015 45eNord.ca (AFP)

 

La Lituanie va rétablir temporairement le service militaire obligatoire, vu l’actuel environnement géopolitique, a indiqué mardi la présidente lituanienne Dalia Grybauskaite, alors que ce pays balte craint le grand voisin russe, son ancienne puissance dominante.

 

Nous devons rétablir temporairement le service militaire obligatoire, a déclaré la présidente après une réunion d’urgence du Conseil national de défense. L’actuel environnement géopolitique requiert un renforcement et une accélération du recrutement pour l’armée, a-t-elle ajouté.

 

Le projet, qui doit encore obtenir l’approbation du parlement, prévoit un appel sous les drapeaux limité à 3.500 hommes par an, âgés de 19 à 26 ans, pour une période de neuf mois.

 

Les premiers conscrits devront se présenter dans les casernes cet automne.

 

La Lituanie avait abandonné le service militaire obligatoire en 2008, quatre ans après son adhésion à l’Otan. Son armée de métier compte actuellement 8.000 hommes, à qui s’ajoutent quelque 4.500 réservistes.

Partager cet article

Repost0
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 20:20
Le ministre canadien de la Défense nationale rencontrera son homologue lituanien

 

18.01.2015 news.gc.ca

 

L’honorable Rob Nicholson, C.P., c.r., député de Niagara Falls et ministre de la Défense nationale, accueillera officiellement le ministre de la Défense nationale de la Lituanie, Juozas Olekas, à Ottawa, le 19 et le 20 janvier 2015. Les ministres auront l’occasion de réaffirmer les liens étroits entre le Canada et la Lituanie, et de discuter d’un nombre de préoccupations communes en matière de défense et de sécurité, y compris les menaces continues le long des frontières de la région des États baltes et de l’Europe de l’Est.

En bref

  • Le Canada a été l’un des premiers alliés à ratifier l’adhésion de la Lituanie à l’OTAN en 2004.
  • Entre 1994 et 2009, le Canada a fourni de la formation linguistique, d’état-major et de perfectionnement professionnel à environ 450 officiers militaires lituaniens dans le cadre du Programme d’instruction et de coopération militaires (PICM) du ministère de la Défense nationale.

Citations

« En tant qu’alliés de l’OTAN, le Canada et la Lituanie entretiennent un lien inaltérable et solidement établi grâce à notre engagement envers le principe de défense collective. J’ai hâte d’échanger ouvertement des points de vue avec le ministre Olekas en ce qui concerne de nombreux enjeux relatifs à la défense et à la sécurité qui sont communs à nos deux pays. Je me réjouis également à perspective de réaffirmer l’engagement solide du Canada envers la sécurité et la stabilité de la Lituanie et de la région des États baltes. »

L’honorable Rob Nicholson
C.P., c.r., député de Niagara Falls et ministre de la Défense nationale

Liens connexes

Relations Canada-Lituanie

Le gouvernement du Canada va envoyer des CF18 en Lituanie pour la mission de police aérienne de l’OTAN dans les États baltes

Partager cet article

Repost0
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 11:50
Deux CF-18 Hornets du 425e Escadron d’appui tactique, de la 3e Escadre Bagotville (Qué.) (Archives/Attila Papp/ARC)

Deux CF-18 Hornets du 425e Escadron d’appui tactique, de la 3e Escadre Bagotville (Qué.) (Archives/Attila Papp/ARC)

 

1 septembre 2014 par Jacques N. Godbout – 45eNord.ca

 

La force opérationnelle aérienne (FOA) canadienne commence ce 1er septembre sa mission de police aérienne dans les pays baltes dans le cadre des mesures de réassurance de l’OTAN envers les pays alliés.

 

LA FAO s’est jointe officiellement à la mission de police aérienne des pays baltes de l’OTAN, lors d’une cérémonie de transfert qui s’est déroulée aujourd’hui à Šiauliai, en Lituanie.

 

Pendant la mission de police aérienne dans les pays baltes, quatre aéronefs CF188 Hornet et plus de 130 membres de l’Aviation royale canadienne (ARC) travailleront de concert avec les alliés de l’OTAN de septembre à décembre 2014, afin, dit le communiqué de la Défense nationale qui annonce le début de cette mission,  » de préserver l’intégrité de l’espace aérien estonien, letton et lituanien et d’intervenir en cas d’intrusion ».

 

«Dans la foulée de l’augmentation de l’agression militaire accrue de la part de la Russie, la mission de police aérienne dans les pays balte est une démonstration de la solidarité des allies et du dévouement de l’OTAN envers la sécurité de ses membres», a déclaré le ministre de la Défense du Canada, Rob Nicholson.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 11:50
Préparation à la NRF 2015 en Lituanie

 

26/05/2014 CNE Nolot/CDAOA - Armée de l'air

 

Du 12 au 23 mai 2014, à Kaunas en Lituanie, 44 aviateurs ont participé à l’exercice Steadfast Cobalt. Il s’agit du premier exercice de préparation de la NRF 2015 (NATO Response Force – force de réaction de l’Otan).

 

Cet entrainement a constitué la première étape d’un processus de certification des forces. Il avait pour objectif de vérifier l’interopérabilité des systèmes d’information et de communication (SIC).

 

Steadfast Cobalt permet de vérifier dès maintenant la capacité des systèmes Command and Control (C2) à s’interconnecter dans un milieu interarmées et interallié. Le commandement de la NRF situé à Naples doit pouvoir communiquer avec l’ensemble des composantes en utilisant des réseaux d’informations classifiées, transitant par des moyens satellitaires.

 

En 2015, la France prendra le commandement de la composante aérienne de la NRF. Cette dernière est principalement constituée d’un échelon central de commandement interarmées et interalliés : le Joint Force Command (JFC), situé à Naples, et de composantes placées sous la responsabilité de leurs nations d’origine. La France sera chargée de la mise en œuvre de la composante aérienne. L’Allemagne et les Pays-Bas seront chargés de la composante terrestre, l’Espagne de la composante maritime et la Pologne des forces spéciales.

Partager cet article

Repost0
24 mai 2014 6 24 /05 /mai /2014 07:40
L’Ukraine, territoire stratégique

 

19 mai 2014 par Thomas Flichy de La Neuville - libertepolitique.com

 

Périphérie disputée entre la Lituanie, la Pologne et la Russie, l’Ukraine n’a guère connu que trente-deux ans d’indépendance en plusieurs siècles d’histoire. Il ne faut donc guère s’étonner que des volontés d’assujettissement réapparaissent à intervalles réguliers.

 

Intéressée par l’Ukraine en raison de sa profondeur stratégique, de son rôle d’intermédiation gazière et de son accès aux mers chaudes, la Russie a profité de l’affaiblissement de l’Europe pour tenter de faire revenir la Petite-Russie, dans son aire d’influence traditionnelle.

 

Pourquoi vouloir contrôler l’Ukraine ?

 

Vue de Russie, l’Ukraine présente trois intérêts stratégiques. En premier lieu, il donne une profondeur stratégique à la Russie. D’un point de vue historique, la Russie s’e

L’Ukraine, territoire stratégique

 

19 mai 2014 par Thomas Flichy de La Neuville - libertepolitique.com

st défendue des invasions grâce à la profondeur. C’est pour cette raison qu’elle avait déplacé ses frontières vers l’Ouest : afin de dissuader des agresseurs éventuels de l’envahir.

En second lieu, l’Ukraine joue un rôle d’intermédiaire entre la Russie, riche en gaz et l’arrière-pays européen, consommateur d’énergie. Pour la court-circuiter, la Russie favorise depuis plusieurs années la construction de grandes infrastructures de transport de gaz russe vers l’Europe et qui contournent l’Ukraine. À l’inverse, les États-Unis souhaiteraient concurrencer le gaz russe en exportant du gaz liquéfié vers l’Europe centrale à l’horizon 2020.

Le troisième enjeu de la conquête du territoire ukrainien est celui de l’accès aux mers chaudes. Historiquement, l’Ukraine constitue le volet méridional de la « fenêtre sur l’Ouest » voulue par Pierre le Grand.

Enfin, n’oublions pas l’enjeu mémoriel : la Russie orthodoxe et slave est née en Ukraine avant de se déplacer vers le nord-est sous la pression des invasions.

Pour la Russie, une prise de risque calculée

La Russie s’est certainement interrogée sur la possibilité de contre-mesures de la part des États industriels occidentaux. Elle sait que l’Union européenne, qui promeut depuis des décennies une politique d’apaisement, critiquera les mesures russes, mais exclura catégoriquement toute intervention militaire. Qui plus est, la Russie a appris du conflit géorgien de 2008 que l’usage de la force militaire à l’encontre de ses voisins lui permettait d’atteindre rapidement ses objectifs de politique étrangère avec un coût stratégique faible à long terme.

En réalité, le monde occidental dispose de peu de leviers lui permettant de dissuader Moscou. Le président Obama, le Premier ministre Cameron et d’autres leaders occidentaux ont averti la Russie que son action militaire aurait un « coût ». Il est toutefois très difficile de mettre en œuvre des sanctions d’une importance suffisante pour être prises au sérieux par Moscou, sans qu’elles nuisent simultanément à ceux qui les prennent.

L’Occident peut protester et annuler des sommets conjoints, mais Moscou n’a jamais considéré que les insultes vaillent la peine d’être prises en considération. Fort de son veto au Conseil de sécurité des Nations-unies, la Russie n’a guère à se soucier d’une action potentielle des Nations-unies.

En outre, la Russie peut se fonder sur les expériences antérieures pour en déduire que les sanctions imposées seront de courte durée. En 2008, l’Occident s’est enflammé verbalement au sujet de la Géorgie. L’année suivante, les États-Unis déclaraient l’annulation des sanctions.

 

* Thomas Flichy de La Neuville est professeur à l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr.

 

Pour en savoir plus :
 L’Ukraine, enjeu stratégique ou symbolique ?
 in Synopsis, Centre de Recherche des Ecoles de Coëtquidan, 20 mai 2014.

Partager cet article

Repost0
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 07:40
La Russie a suspendu un accord militaire, dit la Lituanie

 

05/05/2014 zonebourse.com

 

La Russie a suspendu un accord conclu en 2001 avec la Lituanie sur des inspections militaires réciproques, a annoncé lundi le ministère lituanien de la Défense.

 

Aux termes de cet accord, la Lituanie pouvait procéder à des inspections des forces déployées à Kaliningrad, enclave russe entre la Lituanie et la Pologne où stationne la flotte russe de la Baltique. La Russie pouvait en faire de même avec l'armée lituanienne.

 

"La Lituanie a respecté toutes les conditions de cet accord et n'a fourni aucun prétexte à une telle initiative russe", écrit un porte-parole du ministère lituanien de la Défense dans un courriel adressé à Reuters.

 

Les trois pays baltes (Estonie, Lettonie, Lituanie) observent avec inquiétude la situation en Ukraine, elle aussi ancienne république soviétique, où la Russie a annexé la Crimée et est accusée par les autorités à Kiev de provoquer une agitation séparatiste dans l'est du pays. (Andrius Sytas; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Marc Angrand)

Partager cet article

Repost0
28 avril 2014 1 28 /04 /avril /2014 16:50
photos MoD Lituania - Alfredas Pliadis

photos MoD Lituania - Alfredas Pliadis

 

26 Avril Ouest-France

 

Une compagnie de 150 hommes de la 173e brigade aéroportée de l'armée américaine a été accueillie samedi matin à la base aérienne de Siauliai (nord).

 

Les soldats américains y seront stationnés au moins jusqu'à la fin de l'année, selon le ministère lituanien de la Défense, suite à la décision de Washington de renforcer son engagement dans un contexte de tension avec la Russie sur l'Ukraine.

 

 

Lituanie. Arrivée de 150 soldats américains

La présidente lituanienne Dalia Grybauskaite a salué l'arrivée des forces américaines comme une « mesure de dissuasion » dans la région où les craintes en matière de sécurité ont augmenté suite à l'aggravation de la crise en Ukraine.

 

« Dans cette situation, nous voyons quels sont nos vrais amis, et qui vient pour (nous) aider », a déclaré Mme Grybauskaite aux journalistes, après l'atterrissage des soldats américains.

 

« Si un de nos invités est blessé cela signifiera une confrontation ouverte non plus avec la Lituanie mais avec les Etats-Unis », a-t-elle ajouté.

 

Une autre unité en Pologne

 

Washington avait annoncé mardi le déploiement pour des exercices en Pologne et dans les pays Baltes de 600 soldats, un geste adressé à ses alliés de l'Otan, inquiets des actions de Moscou en Ukraine.

 

Une unité de 130 hommes est déjà arrivée mercredi en Pologne, une autre a débarqué vendredi en Lettonie. Un nombre similaire de soldats américains est attendu lundi en Estonie.

 

En annonçant mardi à Washington l'envoi de troupes dans les pays frontaliers de l'Ukraine et de la Russie, le contre-amiral John Kirby, porte-parole du Pentagone, avait précisé qu'il s'agissait d'opérations « bilatérales » de la part des Etats-Unis et non d'exercices de l'Otan.

Lituanie. Arrivée de 150 soldats américains
Lituanie. Arrivée de 150 soldats américains
Lituanie. Arrivée de 150 soldats américains
Lituanie. Arrivée de 150 soldats américains
Lituanie. Arrivée de 150 soldats américains
Lituanie. Arrivée de 150 soldats américains

Partager cet article

Repost0
11 avril 2014 5 11 /04 /avril /2014 15:45
Sangaris : Un C27 lituanien en appui des forces françaises en Centrafrique

 

 

11/04/2014 Sources : EMA

 

Le 7 avril 2014, un avion militaire C27-SPARTAN lituanien s’est posé sur l’aéroport de Bangui. Il s’agissait d’une mission d’appui logistique au profit de la Force Sangaris déployée en province. En moins d’une heure, du fret et du carburant ont été embarqués.

 

Opérant depuis la base aérienne de N’Djamena, le C27 lituanien est mis à la disposition de la force Sangaris pour effectuer des missions de transport de fret (nourriture, matériel logistique). Sa mise en œuvre opérationnelle est assurée par le JFAC / AFCO de Lyon Mont-Verdun (commandement de la composante air de de l’Afrique centrale et de l’ouest).

 

Le C27 lituanien est en mesure d’effectuer des rotations air sur l’ensemble de l’AOR (area of responsibility) de Sangaris en République Centrafricaine pour assurer le soutien logistique des groupements tactiques interarmes (GTIA).

 

Il constitue un moyen supplémentaire, en soutien à la force Sangaris, aux côtés d’un C130 espagnol opérant depuis Libreville et d’un C130 polonais opérant depuis la base aérienne 123 (BA 123) d’Orléans Bricy. D’autres nations avaient précédé et apporté un soutien aérien à la France en Centrafrique, comme le Royaume-Uni, qui a mis à disposition un C17, et la Belgique, avec un C130 et un A330.

 

Environ 2000 militaires français sont actuellement déployés dans l’opération Sangaris, aux côtés des 6500 hommes de la MISCA. Lancée le 5 décembre 2013 par le Président de la République, l’opération Sangaris vise à rétablir une sécurité minimale en République Centrafricaine et à faciliter la montée en puissance de la MISCA, ainsi que son déploiement opérationnel.

Partager cet article

Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 11:50
La Lituanie revoit son budget défense à la hausse

 

28/03/2014 zonebourse.com (Reuters)

 

La Lituanie, Etat balte où la crise ukrainienne suscite des inquiétudes, va porter son budget de défense de 0,8 à 2% de son produit intérieur brut (PIB), conformément aux recommandations de l'Otan, a annoncé vendredi le gouvernement.

 

La coalition au pouvoir et l'opposition doivent signer un accord en ce sens samedi, à l'occasion du dixième anniversaire de l'adhésion de la Lituanie à l'Alliance atlantique.

 

L'initiative reste toutefois symbolique, dans la mesure où la Lituanie ne représente que 0,4% du budget de défense cumulé des Etats membres de l'Otan. Sa sécurité repose en revanche quasi-totalement sur l'organisation.

 

"Dans le contexte des événements ukrainiens, la Lituanie sait qu'elle peut compter si besoin sur l'aide de l'Otan. Nous ne devons toutefois pas nous en remettre seulement à l'Alliance, mais investir davantage dans l'armée", souligne le Premier ministre Algirdas Butkevicius, dans un communiqué. (Andrius Sytas, Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Partager cet article

Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 07:50
crédits worldatlas

crédits worldatlas

 

28 mars 2014 RTBF.be (Belga)

 

La Lituanie et la Lettonie envisagent de doubler leurs dépenses militaires d'ici à 2020, au milieu des inquiétudes que suscite dans ces anciennes républiques soviétiques, aujourd'hui membres l'Otan, le rattachement de la Crimée à la Russie

 

    Avec l'Estonie voisine, ces trois pays baltes fêtent samedi les dix ans de leur appartenance à l'Alliance atlantique qu'ils considèrent comme le principal rempart contre leur ancienne puissance dominante.

 

    Leurs relations avec Moscou demeurent tendues depuis leur retour à l'indépendance après la chute de l'Union soviétique il y a plus de vingt ans.

 

    "L'agression de la Russie contre l'Ukraine a fait revenir certains politiciens à la réalité, leur faisant voir l'importance de financer la défense", a déclaré vendredi le ministre lituanien de la Défense, Juozas Olekas, à l'AFP.

 

    Les partis politiques lituaniens signeront samedi un accord en vue de porter d'ici à 2020 le budget de la défense de 0,8% actuellement à 2,0% du PIB, a-t-il indiqué.

 

    Dans un discours au parlement, la présidente lituanienne Dalia Grybauskaite a appelé jeudi le gouvernement à plus que doubler le budget de la Défense en cinq ans, dans le contexte des tensions autour de l'Ukraine et de l'absorption de la Crimée par la Russie.

 

    "Nous vivons tous ce qui se passe en Ukraine, et nous réalisons une fois de plus à quel point la liberté est fragile", a-t-elle déclaré.

 

    La Lettonie a pris un engagement similaire. Son ministre de la Défense, Raimonds Vejonis, a réitéré devant une commission parlementaire jeudi la promesse de porter de 1% l'an dernier à 2% du PIB en 2020 les dépenses militaires du pays.

 

    Mais les pays baltes ne se font pas d'illusion de pouvoir se défendre sans aide de l'Otan contre une menace russe.

 

    "Il est important de contrebalancer les évolutions actuelles par des mesures de dissuasion suffisantes de l'Otan, en renforçant la présence de l'Otan et des forces alliées dans la région de la Baltique", a déclaré vendredi M. Vejonis à l'AFP.

 

    "L'Otan est le garant de stabilité euro-atlantique. L'adhésion à l'Otan a été et demeure la pierre angulaire de la sécurité et de la défense de la Lettonie", a-t-il ajouté.

 

    Seule l'Estonie figure parmi le peu de membres européens de l'Otan qui respectent la recommandation de l'Alliance de consacrer aux dépenses militaires 2% de leur PIB. "Il n'y a pas de projet d'augmenter ni de réduire ce budget", a indiqué vendredi le porte-parole du ministère estonien de la Défense, Peeter Kuimet.

 

    Dans un discours mercredi à Bruxelles, le président américain Barack Obama avait appelé les Européens à prendre leurs responsabilités, se disant "préoccupé" par la baisse des dépenses militaires de certains pays de l'Otan. "La situation en Ukraine nous rappelle que la liberté a un prix", a-t-il dit.

 

    Les trois pays baltes comptent ensemble 6,3 millions d'habitants et ont chacun une frontière avec la Russie. En Lettonie et en Estonie, la minorité russe représente près d'un quart de la population. En Lituanie, elle compte 6%.

 

    L'Estonie, la Lettonie et la Lituanie ont recouvré leur indépendance en 1991 après cinq décennies d'occupation soviétique, avant d'adhérer à l'Union européenne et à l'Otan en 2004.

 

    Le vice-président américain Joe Biden avait déclaré la semaine dernière à Vilnius que Washington était prêt à envoyer des troupes dans les pays baltes, pour les rassurer dans le contexte de la crise ukrainienne. Il a aussi fermement réaffirmé que les engagements de la défense mutuelle définis dans l'article 5 de l'Otan étaient sûrs "comme du fer".

 

    Les Etats-Unis ont déjà envoyé en Lituanie six avions F-15 pour renforcer la surveillance par l'Otan de l'espace aérien balte, une mission assurée fin 2013 par des F-16 belges. La France, le Danemark et la Grande-Bretagne ont aussi proposé leurs avions

Partager cet article

Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 07:50
Photo credits: A.Pliadis

Photo credits: A.Pliadis

 

2014.03.21 kam.lt

On March 21 Minister of National Defence Juozas Olekas and Defence Minister of France Jean-Yves Le Drian discussed security situation in the region along with possible actions of the countries in NATO and European frameworks, Eastern Partnership, and other relevant issues at a meeting in Vilnius.

 

„French Minister and I have discussed not only bilateral relations but a considerably broader context as well. Excellently, we have a shared view on the situation in Ukraine. Both Lithuania and France strongly condemn and disapprove the Russian invasion of Ukraine and the annexation of Crimea. We must continue promoting support to Ukraine’s sovereignty, independence and territorial integrity in the international community and its institutions,” Minister of National Defence J.Olekas said following the meeting. Minister also underlined that the principle of collective defence was essential like never before.

 

With regard to the concerns about the situation in Ukraine and in solidarity with the Baltic States and the entire region, Defence Minister J. Y Le Drian conveyed the French President’s reassurance of France’s firm commitment to collective defence and its readiness to commission any capability necessary for stabilising the situation in the region, and also to make additional contributions to NATO exercises and deploying additional fighter jets to NATO’s Air Policing mission in the Baltic States.

 

Minister of National Defence J.Olekas expressed appreciation of France’s involvement in the region and thanked for providing as many as four rotations of fighter jets and air personnel for NATO’s air policing tasks which made France one of the most active contributors to the Baltic Air Policing mission conducted form the Lithuanian Air Force Base in Šiauliai. “This mission is of topmost importance to us, it is a symbol of the Alliance’s solidarity with the Baltic States,” Minister J.Olekas said.

 

Minister of National Defence also extended gratitude to France for the promise to strengthen NATO’s Baltic Air Policing mission with four fighter jets and the AWACs surveillance aircraft and radar. Lithuanian Minister also underscored the weight of French contribution to NATO exercises in the region: the largest contingent in NATO Article 5 (collective defence) exercise STEADFAST JAZZ last year came from France.

 

Minister also agreed to intensify the countries’ cooperation in the area of cyber defence and discussed plans of deployment to multinational operations.

 

French Defence Minister thanked Lithuania for sending the Spartan transport aircraft of the Lithuanian Air Force to render logistic support in Operation Sangaris deployed to stabilise security situation in the Central African Republic. Lithuania joined the operation with regard to France’s request and also seeking to step up the recently intensified Lithuanian-French cooperation.

 

Apart from being one of the most active participants of the NATO Air Policing mission in the Baltic States, France is one of the sponsoring nations of the Lithuanian-hosted NATO Energy Security Centre of Excellence in Vilnius.

 

Lithuania and France endorsed an agreement of defence and security cooperation during Lithuania’s Presidency of the Council of the European Union in the second semester of 2013.

Partager cet article

Repost0
5 mars 2014 3 05 /03 /mars /2014 18:20
Washington augmente son soutien militaire à la Pologne et aux pays baltes

 

05 mars 2014 Romandie.com (AFP)

 

WASHINGTON - Les Etats-Unis ont décidé d'intensifier les entraînements aériens conjoints avec la Pologne et d'augmenter leur participation à la protection de l'espace aérien des pays baltes, a annoncé mercredi le secrétaire à la Défense Chuck Hagel.

 

Ces mesures visent, pour Washington, à donner des assurances en matière de sécurité à ses alliés est-européens au sein de l'Otan, qui s'inquiètent des conséquences pour leur sécurité des actions militaires russes en Ukraine.

 

Le plus haut gradé américain, le général Martin Dempsey, a de son côté téléphoné mercredi matin à son homologue russe Valery Gerasimov et l'a appelé à continuer à faire preuve de retenue dans les jours à venir afin de laisser une place pour une solution diplomatique, a de son côté affirmé le chef d'état-major interarmées.

 

Ce matin, le département de la Défense prend des mesures pour soutenir nos alliés, dont l'intensification des exercices conjoints via notre détachement aérien en Pologne et l'augmentation de notre participation à la mission de police de l'air de l'Otan dans (les pays) baltes, a déclaré le chef du Pentagone devant les sénateurs de la commission des Forces armées.

 

Un détachement militaire américain d'une dizaine d'hommes est stationné sur deux bases aériennes en Pologne pour mettre en oeuvre les exercices aériens conjoints entre forces américaines et polonaises, dont l'armée de l'air est elle aussi dotée de chasseurs F-16.

 

La protection de l'espace aérien de la Lituanie, de la Lettonie et de l'Estonie est assurée depuis 10 ans par l'Otan. Un des pays membres la prend en charge en envoyant des chasseurs dans les pays baltes pour une durée de quatre mois avant qu'un autre Etat-membre ne lui succède. Depuis le 1er janvier, ce sont les Etats-Unis qui sont chargés de cette mission.

Partager cet article

Repost0
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 08:50
F-16 belges « policiers » de l’espace aérien balte

 

28/11/13 Concetto Bandinelli – MIL.be

 

Depuis le 3 septembre 2013, quatre de nos F-16 font respecter l'espace aérien de l'Estonie, de la Lettonie et de la Lituanie. Présents jusqu'au 3 janvier 2014, nos 50 militaires sont basés à Siauliai, dans le nord de la Lituanie, pour l'opération Baltic Air Policing.

 

Photos Jürgen Braekevelt >>

 

Membres de l'OTAN depuis 2004, les États baltes ne disposent pas de forces aériennes capables de faire respecter leur espace aérien. Tous les quatre mois, un partenaire de l'Alliance endosse donc ce rôle de policier de l'air, en envoyant un détachement et plusieurs chasseurs. Notre pays, présent depuis le 2 septembre 2013, assure cette mission : 50 militaires et 4 chasseurs-bombardiers F-16, prêts à en découdre.

 

Les Belges sont en « QRA » (Quick Reaction Alert), en alerte permanente. Comme au pays, ils doivent faire décoller une patrouille de deux F-16 endéans les 15 minutes et rejoindre rapidement l'objectif signalé par le CAOC (Combined Air Operations Center) de Uedem, en Allemagne, et leurs collègues du centre de contrôle de Karmelava, en Lituanie.

 

Leur destination peut être un avion ayant perdu tout moyen de communication radio, un appareil piraté ou un jet tentant de violer délibérément l'espace aérien. « Nous disposons de quatre avions armés de quatre missiles », explique le commandant aviateur Sébastien « BK » Mesmaeker, chef du détachement belge. Cette configuration est identique à celle qu'on retrouve en Belgique pour effectuer la même mission, le QRA.

 

Chaque jour, pilotes, crew-chiefs, pompiers et contrôleurs aériens organisent deux sorties, l'une le matin et l'autre dans l'après-midi. Chaque vol dure environ deux heures pour « BK », « Gringo », « Slip », « Vrieske » ou « Shell ». Les yeux rivés sur les cadrans ou le viseur tête haute, les pilotes, harnachés sur le siège éjectable incliné à 30°, scrutent le ciel sous leur bulle en plexiglas. La main sur le « stick », le regard protégé par la visière fumée de leur casque, ils restent en alerte, suivent les instructions des air defence controllers belges et lituaniens basés dans la station radar de Karmelava, à quelque 190 km de Siauliai et, s'il le faut, foncent vers l'avion suspect signalé par l'écran radar.

 

« Je suis impressionné par le professionnalisme du détachement belge », a déclaré le lieutenant-colonel aviateur lituanien Vidmantas Raklevicius. « Quatorze pays ont déjà participé à Baltic Air Policing depuis 2004. Si  ma mémoire est bonne, la Belgique devrait revenir en 2018 pour la quatrième fois. »

 

Vidéo : Wim Cochet et « Gringo »

Partager cet article

Repost0
28 novembre 2013 4 28 /11 /novembre /2013 12:50
Baltic Air Policing 2013 - Belgische F-16's

28 nov. 2013 Belgian Defense

 

Depuis le 3 septembre 2013, quatre de nos F-16 font respecter l'espace aérien de l'Estonie, de la Lettonie et de la Lituanie. Présents jusqu'au 3 janvier 2014, nos 50 militaires sont basés à Siauliai, dans le nord de la Lituanie, pour l'opération Baltic Air Policing.

Partager cet article

Repost0
18 octobre 2013 5 18 /10 /octobre /2013 11:20
Tchad, Chili, Lituanie, Nigeria et Arabie saoudite élus au Conseil de sécurité

 

17/10/2013 par Jacques N. Godbout – 45eNord.ca

 

L’Assemblée générale des Nations Unies a élu jeudi le Tchad, le Chili, la Lituanie, le Nigeria et l’Arabie saoudite en tant que membres non permanents du Conseil de sécurité, pour un mandat de deux ans à compter du 1er janvier 2014, rapporte le service d’information de l’ONU.

 

Les cinq pays ont obtenu la majorité requise des deux tiers des 193 États membres présents et votants à l’Assemblée.

 

Élu au premier tour à bulletins secrets, ils remplaceront l’Azerbaïdjan, le Guatemala, le Maroc, le Pakistan et le Togo, dont le mandat expire à la fin de cette année.

 

Les cinq membres permanents du Conseil de sécurité, tous dotés du droit de veto, sont la Chine, la France, la Fédération de Russie, le Royaume-Uni et les États-Unis.

 

Membres non permanents du Conseil, l’Argentine, l’Australie, le Luxembourg, la République de Corée et le Rwanda continueront pour leur part d’y siéger jusqu’à la fin 2014.

 

En vertu de la Charte des Nations Unies, rappelle l’ONU, le Conseil a la responsabilité principale du maintien de la paix et de la sécurité au niveau international et tous les États membres sont tenus de se conformer à ses décisions.

 

Dans certains cas, ses 15 membres peuvent imposer des sanctions ou même autoriser le recours à la force en cas d’acte d’agression ou face à une menace imminente à la paix internationale.

 

Il faut noter que certains des nouveaux arrivants ont des intérêts particuliers dans des dossiers suivis de près par le Conseil.

 

C’est le cas de l’Arabie saoudite, qui soutient l’opposition armée au régime de Bachar al-Assad et se pose en rival régional de Téhéran.

 

Par ailleurs, le Tchad et le Nigeria participent quant à eux à la Minusma, la mission de stabilisation de l’ONU au Mali.

Partager cet article

Repost0
26 août 2013 1 26 /08 /août /2013 06:50
Baltic : Visite de l’ambassadrice de France en Lituanie

23/08/2013 Sources : EMA

 

Le 21 août 2013, l’ambassadrice de France en Lituanie s’est rendue sur la base aérienne de Šiauliai en Lituanie afin de rendre visite au détachement français de la mission Baltic.

 

Madame Maryse Berniau, accompagnée d’une délégation de l’ambassade, a été accueillie par le lieutenant-colonel Jérôme Colombani, commandant le détachement français et par le  lieutenant-colonel Vidmantas Raklevicius, commandant la base aérienne de Šiauliai.

 

Au cours de cette visite, l’ambassadrice a rencontré les militaires français qui assurent une mission de police du ciel dans l’espace aérien des 3 pays baltes ; Lituanie, Lettonie et Estonie.  Après un passage dans la salle des opérations où elle a pu découvrir l’ensemble des services assurant la permanence de la posture opérationnelle, le lieutenant-colonel Benjamin Souberbielle, commandant le détachement chasse, lui a présenté le Mirage F1-CR ainsi que les particularités liées à l’exécution des missions dans les trois pays Baltes. La visite s’est achevé par une présentation du détachement des systèmes d’informations et de communications (SIC) qui assure l’ensemble des télécommunications.

 

Avant son départ, madame Berniau a assisté au décollage d’une patrouille de Mirage F1-CR. Quotidiennement, les pilotes effectuent des vols d’entraînement afin de maintenir les capacités opérationnelles du détachement.

 

Depuis le 30 avril 2013, près de 80 militaires français et 4 Mirage F1-CR, sous mandat de l'OTAN, sont présents sur la base aérienne de Šiaulai (Lituanie). Durant 4 mois, le détachement français conduit des missions d'assistance et de police du ciel dans l'espace aérien de la Lituanie, de la Lettonie et de l'Estonie.

Baltic : Visite de l’ambassadrice de France en Lituanie

Partager cet article

Repost0
21 août 2013 3 21 /08 /août /2013 07:40
Baltic : rencontre entre Chevaliers du Ciel

31/07/2013 Sources : EMA

 

Les 26 juillet et 28 juillet 2013, lors d’une mission d’entraînement au nord de la Mer Baltique, deux Mirage F1-CR du détachement Baltic ont volé aux côtés de la patrouille acrobatique de l’armée de l’air russe, les Russian Knights.

 

La formation, constituée de 5 chasseurs Sukhoi-27 Flanker et d’un Illouchine 76 d’accompagnement, était en transit au-dessus des eaux internationales. La patrouille des Russian Knights a été formée en 1991, et assure depuis de nombreux meetings, à l’instar de notre Patrouille de France.

 

Après que le contact eut été établi, les pilotes russes ont spontanément proposé à un Mirage F1 français de s’intégrer dans leur patrouille. Un beau geste de confraternité entre pilotes dans le ciel balte.

 

Depuis le 30 avril 2013, près de 80 militaires français et 4 Mirage F1-CR, sous mandat de l'OTAN, sont présents sur la base aérienne de Šiaulai (Lituanie). Durant 4 mois, le détachement français conduit des missions d'assistance et de police du ciel dans l'espace aérien de la Lituanie, de la Lettonie et de l'Estonie.

Baltic : rencontre entre Chevaliers du Ciel
Baltic : rencontre entre Chevaliers du CielBaltic : rencontre entre Chevaliers du Ciel
Baltic : rencontre entre Chevaliers du Ciel

Partager cet article

Repost0
19 juillet 2013 5 19 /07 /juillet /2013 10:50
Baltic : acheminement de matériel

18/07/2013 Sources : EMA

 

Le 10 juillet 2013, un avion C160 Transall de l’escadron de transport 1/64 Béarn s’est rendu sur la base aérienne (BA) de Šiauliai en Lituanie, afin d’acheminer du matériel au profit du détachement français participant à la mission Baltic.

 

Le C160 Transall a quitté la base aérienne 105 Evreux-Fauville le matin même pour se rendre sur la BA 118 de Mont-de-Marsan, où il a embarqué le fret comprenant un moteur et deux radars de Mirage F1-CR.Parallèlement, un second moteur avait été acheminé quelques jours auparavant par un C130 belge.

 

Baltic : acheminement de matériel

A son arrivée sur la base de Šiauliai, l’ensemble des opérations de déchargement et chargement de l’avion, manœuvres requérant une grande technicité et beaucoup de précision, a été réalisé par le personnel du détachement de transit interarmées aérien (DETIA), avec le soutien des militaires de la base et des agents d’escale civils.

Baltic : acheminement de matériel

En début de soirée, le C160 est reparti vers Mont-de-Marsan, en emportant à son bord deux moteurs de Mirage F1-CR échangés. Les radars seront quant à eux acheminés prochainement vers la France.

 

Durant la période recouvrant l’ensemble de ces mouvements, la permanence de l’alerte n’a pas été interrompue et les chasseurs français sont restés en mesure de décoller 24 heures sur 24 dans des délais réduits.

 

Depuis le 30 avril 2013, 80 militaires français et 4 Mirage F1-CR, sous mandat de l'OTAN, sont présents sur la base aérienne de Šiauliai (Lituanie). Durant 4 mois, le détachement français conduit des missions d'assistance et de police du ciel dans l'espace aérien de la Lituanie, de la Lettonie et de l'Estonie.

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2013 3 10 /07 /juillet /2013 16:50
Baltic 2013 : visite d’une délégation de l’armée de l’air italienne

10/07/2013 Sources : EMA

 

Le 4 juillet 2013, le brigadier géneral Gianni Candotti, accompagné de 4 officiers de l'armée de l'Air italienne, a rendu visite au détachement français stationné sur la base aérienne de Šiauliai, dans le cadre de l’opération Baltic 2013.

 

Cette visite avait pour objectif d’apprécier les capacités offertes par la base aérienne de Šiauliai, dans le cadre de la participation italienne en 2015 à la mission de police du ciel dans l'espace aérien de la Lituanie, de la Lettonie et de l'Estonie. Leur mandat, d’une durée de 4 mois, est prévu de janvier à avril 2015.

 

Baltic 2013 : visite d’une délégation de l’armée de l’air italienne

Lors de cette visite, la délégation a été accueillie par le lieutenant-colonel Vidmantas Rakleviciux, commandant la base aérienne lituanienne. Il leur a présenté les installations aéroportuaires et le soutien apporté par la nation hôte aux différents détachements.

Baltic 2013 : visite d’une délégation de l’armée de l’air italienne

Le lieutenant-colonel Colombani, commandant le détachement français, leur a ensuite détaillé les spécificités de la mission dans les pays Baltes. La rencontre s’est achevée sur la zone opérationnelle, pour une visite de l’ensemble des infrastructures de la zone d’alerte (Quick Reaction Alert area), suivie d’une présentation du Mirage F1-CR.

 

Depuis le 30 avril 2013, près de 90 militaires français et 4 Mirage F1CR assurent la mission Baltic, sous mandat de l’OTAN. Durant 4 mois, le détachement conduit des missions d’assistance et de police du ciel dans l’espace aérien de la Lituanie, de la Lettonie et de l’Estonie.

Le 4 juillet 2013, le brigadier géneral Gianni Candotti, accompagné de 4 officiers de l'armée de l'Air italienne, a rendu visite au détachement français stationné sur la base aérienne de Šiauliai, dans le cadre de l’opération Baltic 2013.

Partager cet article

Repost0
27 juin 2013 4 27 /06 /juin /2013 16:40
Iliouchine-20 COOT A photo Armée de l'Air

Iliouchine-20 COOT A photo Armée de l'Air

27/06/2013 Sources : EMA

 

Le 27 juin 2013, une patrouille de deux Mirage F1 CR du dispositif français de l’opération Baltic 2013 a identifié puis escorté un aéronef russe.

 

A 8h54, moins de dix minutes après le retentissement de la sirène d’alerte, deux Mirage F1 CR ont décollé de la base de Šiauliai, en Lituanie, pour intercepter un  appareil survolant la mer Baltique. A 9h12, les Mirage F1 CR ont intercepté un aéronef russe de type Iliouchine-20 COOT A. Dix minutes plus tard, après vérification de tous les critères de l’aéronef, ils ont rejoint leur base.

 

Depuis le 30 avril 2013, près de 90 militaires français et 4 Mirage F1CR assurent la mission Baltic, sous mandat de l’OTAN. Durant 4 mois, le détachement conduit des missions d’assistance et de police du ciel dans l’espace aérien de la Lituanie, de la Lettonie et de l’Estonie.

Partager cet article

Repost0
24 juin 2013 1 24 /06 /juin /2013 12:50
Baltic 2013 : mission de desserrement à Palanga

21/06/2013 Sources : EMA

 

Le 14 juin 2013, deux Mirage F1CR du détachement air français déployés dans le cadre de l’opération Baltic 2013 sur la base de Siauliai ont conduit une mission de desserrement sur l'aéroport de Palanga, en Lituanie.

 

Cette mission entre dans le cadre du maintien en condition opérationnelle du détachement et consiste à déployer des avions de chasse sur un autre site et d'effectuer une reconnaissance du terrain.

 

Lorsque les deux Mirage F1CR se sont posés sur l’aéroport international de Palanga, une dizaine de mécaniciens spécialisés et des militaires du SEA étaient présents. Ces derniers ont pu faire un état des lieux des moyens et des facilités disponibles sur cette plate-forme civile en cas de déroutement d’urgence des chasseurs de la permanence opérationnelle. Il s’agit en effet de pouvoir dépanner, le cas échéant, le plus rapidement possible un appareil immobilisé afin de retrouver une disponibilité optimale des 4 avions.

Baltic 2013 : mission de desserrement à Palanga

Depuis le 30 avril 2013, près de 90 militaires français et 4 Mirage F1CR assurent la mission Baltic, sous mandat de l’OTAN. Durant 4 mois, le détachement conduit des missions d’assistance et de police du ciel de l’espace aérien de la Lituanie, de la Lettonie et de l’Estonie.

Partager cet article

Repost0
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 18:18
Baltic 2013 Contrôles d’aéronefs russes. Sukhoi-27 Flanker et Mirage F1 CR. Crédits photo EMA armée de l’Air.

Baltic 2013 Contrôles d’aéronefs russes. Sukhoi-27 Flanker et Mirage F1 CR. Crédits photo EMA armée de l’Air.

13.06.2013 ECPAD

 

Les 8 et 11 juin 2013, les Mirage F1 CR déployés en Lituanie, dans le cadre de la mission Baltic, ont intercepté et contrôlé des aéronefs russes qui transitaient vers l’enclave russe de Kaliningrad.

 

Le 8 juin, « taskés » à 12 h 26, deux Mirage F1 CR ont décollé en moins de dix minutes de la base de Šiauliai, en Lituanie, pour rechercher l’identification de deux groupes d’aéronefs. Ils ont rejoint une première patrouille d’aéronefs russes composée de deux chasseurs de défense aérienne Sukhoi-27 « Flanker » et de deux chasseurs d’assaut Sukhoi-24 « Fencer » au-dessus de la mer Baltique, près du golfe de Riga (Lettonie). Deux chasseurs JAS-39 Grippen suédois étaient déjà présents. Après identification visuelle, ils ont mis le cap vers le deuxième groupe situé à une trentaine de nautiques. Deux nouveaux intercepteurs armés, de type Sukhoi-27 «Flanker», escortaient un avion de détection aéroporté Iliouchine A-50 «Mainstay». L’A-50 « Mainstay » est un avion russe d’alerte et de contrôle aérien avancé. Grâce à son radar embarqué, il peut conduire des missions complexes de défense aérienne. La patrouille française a escorté ce groupe avant de rompre le contact à l’approche de l’espace aérien de Kaliningrad.

 

Le 11 juin, une patrouille de 2 Mirage F1 CR a décollé à 9h25 pour contrôler des aéronefs survolant la mer Baltique. Guidés par le centre de contrôle de Karmelava, en Lituanie, ils ont dans un premier temps identifié un avion de reconnaissance russe de type A50 « Mainstay ». Dans un deuxième temps, ils ont rejoint une formation russe composée de deux bombardiers Tupolev 22M3 « Backfire », escortés par deux intercepteurs  Sukhoi-27 « Fencer ». Après identification et surveillance du groupe, les deux Mirage F1 CR ont regagnés la base de Šiauliai à 10 h 15.   Quelques heures plus tard, à 13h28, une patrouille de Mirage F1 CR est à nouveau taskée pour intercepter et contrôler un contact inconnu. Il s’agit d’un aéronef de recueil électromagnétique de type Iliouchine-20 COOT A qui survole la mer Baltique. Après identification, la patrouille a rejoint le terrain de Šiauliai.

 

Depuis le 30 avril 2013, près de 90 militaires français et 4 Mirage F1CR assurent la mission Baltic, sous mandat de l’OTAN. Durant 4 mois, le détachement conduit des missions d’assistance et de police du ciel de l’espace aérien de la Lituanie, de la Lettonie et de l’Estonie.

 

Reportage photos

Baltic 2013 Contrôles d’aéronefs russes. De G à D bombardiers Tupolev 22M3 Backfire et Mirage F1 CR. Crédits photo EMA armée de l’Air.

Baltic 2013 Contrôles d’aéronefs russes. De G à D bombardiers Tupolev 22M3 Backfire et Mirage F1 CR. Crédits photo EMA armée de l’Air.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories